Dhimmi du siècle: Ce sont les musulmans qui émigrent en Occident et non l’inverse (Denial will lead you nowhere, Mr. Obama)

Islam for dhimmisL’Amérique est toujours le tueur numéro 1 dans le monde. . . Nous sommes profondément impliqués dans l’importation de la drogue, l’exportation d’armes et la formation de tueurs professionnels. . . Nous avons bombardé le Cambodge, l’Irak et le Nicaragua, tuant les femmes et les enfants tout en essayant de monter l’opinion publique contre Castro et Khaddafi. . . Nous avons mis Mandela en prison et soutenu la ségrégation pendant 27 ans. Nous croyons en la suprématie blanche et l’infériorité noire et y croyons davantage qu’en Dieu. … Nous avons soutenu le sionisme sans scrupule tout en ignorant les Palestiniens et stigmatisé quiconque le dénonçait comme anti-sémite. . . Nous ne nous inquiétons en rien de la vie humaine si la fin justifie les moyens. . . Nous avons lancé le virus du SIDA. . . Nous ne pouvons maintenir notre niveau de vie qu’en nous assurant que les personnes du tiers monde vivent dans la pauvreté la plus abjecte. Rev. Jeremiah Wright (le 15 janvier 2006)
Vous êtes les instruments que Dieu va utiliser pour provoquer le changement universel, et c’est pourquoi Barack a capturé la jeunesse. Et il a fait participer les jeunes dans un processus politique dont ils s’étaient détournés. C’est un signe. Quand le Messie parle, la jeunesse entendra, et il est sûr que le Messie parle. (…) Frères et soeurs, Barack Obama, est pour moi un héraut du Messie. Barack Obama est comme la trompette qui vous avertit que quelque chose de nouveau, quelque chose de meilleur arrive. (…) Un homme de couleur de mère blanche est devenu un sauveur pour nous. Un homme de couleur de mère blanche pourrait s’avérer être celui qui peut sauver l’Amérique de sa chute. Louis Farrakhan (Jour des Sauveurs, le 28 février 2008)
J’estime qu’il est de mon devoir de président des États-Unis de combattre les stéréotypes négatifs de l’islam où qu’ils se manifestent. Barack Hussein Obama
Le monde sait en son for intérieur que les musulmans sont mieux traités à l’Ouest que ne le sont les chrétiens dans les pays musulmans. Que ce sont les musulmans qui émigrent en Occident et non l’inverse. Que les conflits frontaliers entre Palestiniens et Israéliens n’expliquent pas le mécontentement des masses arabes, souffrant de la pauvreté et de la misère causées par leurs Etats. Que l’aide militaire américaine en faveur de l’Afghanistan, la Bosnie, le Kosovo, le Koweit et la Somalie, l’aide directe vers l’Egypte, la Jordanie et les Palestiniens et la condamnation morale du traitement infligé aux musulmans de Chine, de Russie ou des Balkans ajouté à une généreuse politique américaine de l’immigration, ne justifient pas vraiment les excuses ou la repentance. Victor Davis Hanson
Effet inévitable (mais prévisible) des 20 ans de sermons de son directeur de conscience raciste Jeremy Wright, lui-même ami personnel du fondateur antisémite de la Nation of Islam?

Au lendemain du pire exercice de dhimmitude que le monde ait connu depuis longtemps de la part d’un dirigeant occidental …

Retour, avec Victor Davis Hanson, sur la véritable dénégation de la réalité à laquelle vient de se livrer, entre une citation du « Saint Coran », une fustigation de son propre pays et un exemple de la pire équivalence morale, notre si bien intentionné Pleurnicheur en chef.

Et quelle meilleure preuve en demander, outre l’étrange détermination pour le dirigeant d’un pays censément laïc à situer comme les islamistes eux-mêmes tous les problèmes sur le plan purement religieux, sinon la direction des mouvements migratoires des pays musulmans eux-mêmes?

A savoir, comme chacun peut aisément le constater, que ce sont les musulmans qui émigrent en Occident et non l’inverse?

The Age of Middle East Atonement
Therapeutic efforts to disguise the truth never really work.
Victor Davis Hanson
National Review Online
June 6, 2009

President Obama made an earnest effort — as is his way in matters of discord — to split the difference with the Islamic world. His speech essentially amounted to: “We did that, you did this, tit-for-tat, now we’re even, and can’t we all just get along?” He should be congratulated for expressing a desire for peace and for gently reminding the Muslim world of the way to reform, even if he did so while inflating Western sins.

But the problem with such moral equivalence is that it equates things that are, well, not equal — and therefore ends up not being moral at all.

To pull it off, one must distort both the past and the present for the presumed higher good of getting along. In the 1930s, British intellectuals performed feats of intellectual gymnastics in trying to contextualize Hitler’s complaints against the Versailles Treaty, assignment of guilt for the First World War, and French bellicosity — straining to overlook the intrinsic dangers of National Socialism for the higher good of avoiding another Somme. Over the short term, such revisionism worked; over the longer term, it ensured a highly destructive war.

Whatever a well-meaning President Obama thinks, occasional American outbursts against Muslims are not analogous with the terrorism directed at Westerners or the hostility toward Christianity shown in most of the Muslim world. Try flying into Saudi Arabia with a Bible, as compared to traveling to San Francisco with a Koran. One can easily forsake Christianity; one can never safely leave Islam. European worries about headscarves are not the equivalent of the Gulf states’ harassment of practicing Christians. Sorry, they’re just not.

Pace Obama, Arab learning in the Middle Ages, while impressive, did not really fuel either the Renaissance or the Enlightenment. If anything, the arrival in Europe of the learned of Byzantium fleeing Islam over two centuries was a far stronger catalyst for rediscovery of classical values, while enlightened European sympathy for Balkan peoples enslaved by the Ottomans rekindled romantic interest in Hellenism in the 18th and 19th centuries.

Colonialism and the Cold War — both of which have now been over for decades — do not account for present Arab pathologies. The far more pernicious Baathism, Nasserism, Pan-Arabism, and Islamism were all efforts, in varying degrees, to graft ideas of European socialism and Communism onto indigenous Arab and Muslim roots.

Today, Russia and China are much harder on Muslims than is the West. (Consider Russia’s actions in Chechnya and China’s treatment of the Uighurs.) Neither country pays any attention to Muslims’ grievances, and therefore Muslims respect and fear Russia and China far more than they do the United States.

There are no Arab coffeehouse discussions today about the nearly 1 million Muslims killed over two decades by the Soviets in Afghanistan and the Russian government in Chechnya, yet there is constant haranguing over Abu Ghraib, where not a single inmate was killed by rogue American guards. In short, neither logic nor morality is in abundance on the Arab Street, and conjuring up American felonies will not change that.

“On the one hand, on the other hand” — what Greek rhetoricians knew as men/de — when delivered in mellifluous tones, can suggest a path to reconciliation. But denial of fundamental differences leads nowhere. Our problems with the Middle East will dissipate, as have to varying degrees our problems with Japan, Southeast Asia, South Korea, and South America, when the region adopts, in part or in toto, open markets, consensual government, and human rights. Until then, we are in an uneasy and dangerous waiting period.

Conflating Western misdemeanors with Middle Eastern felonies is classical conflict-resolution theory, and laudably magnanimous. But privately the world knows that Muslims are treated better in the West than Christians are in Muslim countries. That Muslims migrate to the lands of Westerners, and not vice versa. That disputes over a border between Palestinians and Israelis do not explain the unhappiness of the Arab masses, suffering from state-caused poverty and wretchedness. That American military assistance to Afghanistan, Bosnia, Kosovo, Kuwait, and Somalia, direct aid to Egypt, Jordan, and the Palestinians, and moral condemnation of Chinese, Russian, and Balkan treatment of Muslims, coupled with a generous U.S. immigration policy, are not really cause for apology or atonement.

In short, few Arab leaders wish to give a “speech to the West.” They would have to take responsibility, directly or indirectly, for either fostering or appeasing radical Islam, while denying their culpability for its decades of mass murdering. They would also have to lament the global economic havoc caused in part by oil cartels and energy price-fixing.

President Obama’s intent is noble, but therapeutic efforts to disguise the truth never really work. We will see how the short-term good created by his therapeutic speechmaking compares to the long-term harm caused by telling the Muslim world, once again, that its problems were largely created by us — and, therefore, that we are largely responsible for providing the remedies.

Neither is true.

Voir aussi:

Obama’s Christian-Muslim Double Standard: Our First Dhimmi President
Tommy DeSeno
June 5th, 2009

With every speech he gives, President Obama goes further and further in diminishing Christianity in America while inflating Muslims here and around the world.

For Americans this appears to be at best an incredibly bad choice of rhetoric or at worst the manifestation of a prejudice hidden in Obama, finally making its way out.

To Muslims though, it has a much deeper meaning tied to the concept of “Dhimmi,” the subjugation of other religions to Islam. I’ll define that in more detail at the end of this column, but first let’s examine the proof that Obama is diminishing Christians while inflating Muslims.

It started in a speech he gave in 2007 when he stated, “Whatever we once were, we’re no longer a Christian nation.” At that same speech he criticized Christian leaders, claiming they have used their religion for political purposes.

I guess he thinks “Jihad” is a Christian word.

He repeated again that “America is not a Christian nation” a few weeks later. Little was made of it during the Presidential campaign because the media protected Obama from controversy at all costs. Either that or they just didn’t grasp for themselves the “Dhimmi” implications Obama’s words had for Muslims around the world.

One of his campaign promises was to give a speech “in a major Muslim capital” in his first 100 days in office.

The only such speech he made was in Turkey. At a press conference before his speech, Obama said, “[O]ne of the great strengths of the United States is — although as I mentioned, we have a very large Christian population, we do not consider ourselves a Christian nation…”

He went on to say that America is also not a Muslim or Jewish nation, but no one has ever assumed that. His point therefore was to once again make sure the world knew he doesn’t consider America, comprised of 78.5% Christians, a “Christian nation.”

Three times in two years is enough, Mr. President. I fully understand you don’t consider America a “Christian nation.”

Perhaps what the President is referring to is that America has a secular government. We do, after all, have a secular Constitutional Republic that explicitly allows no state religion while allowing the practice of any religion.

The question then becomes does he see nations that are majority Muslim the same way? Has he made it a point to tell them three times they are not “Muslim nations?” In hypocritical fashion, no he hasn’t.

If Turkey was his first speech in a “Muslim capital,” why does he call it that? Like America, Turkey is a secular Constitutional Republic that explicitly allows no state religion while allowing the practice of any religion. See the double standard? According to Obama, Turkey is Muslim but America is not Christian.

In his speech in Turkey, as with his speech today in Egypt, President Obama told of his being from a “Majority-Muslim” nation – Indonesia. “Majority-Muslim” is Obama double speak that allows him to point out the Muslim aesthetic of a country without saying “Muslim Nation.” Again, note the double standard. Like America and Turkey, Indonesia is a secular Constitutional Republic with no state religion while allowing religious freedom.

To further diminish American Christianity and inflate Muslim presence here, on June 1st President Obama told French television, “If you actually took the number of Muslim Americans, we’d be one of the largest Muslim countries in the world.” In his speech in Cairo today, he put the number of Muslims in America at 7 million.

According to the CIA World Factbook, there are only 1.8 million Muslims here. President Einstein miscalculated by almost 400%.

He isn’t even right about the USA Muslim population being “one of the largest Muslim countries in the world.” Assuming his overinflated number, there are between 30 and 35 countries with more Muslims than we have, and if we stop him from lying and use the real number, the American Muslim community ranks about 50th in size. Certainly not one of the largest.

Once again we see an attempt by Obama to inflate Muslims by overstating their size and saying America would be “one of the largest Muslim countries,” but three times he has insisted America is “not a Christian country,” despite that we are ranked #1 in the world in Christian population and the birthday of Christ is an American national holiday.

The significance of Obama’s attempts to raise the Muslim status into something bigger than it is, while diminishing Christianity, is tied to the concept of what in the Muslim world is termed “Dhimmi.”

“Dhimmi” is a status historically given to Christians and Jews in Muslim countries. It is a lesser legal status with lesser rights. Political rights are curtailed. The practice of Christianity and Judaism is allowed only by accepting the subjugation of those religions to Islam, and Christians and Jews pay a tax to the Muslims. The entire concept revolves around the idea of accepting that Christians and Jews are lesser people, while Muslims are greater people.

Obama has made no bones about his wanting to get on the good side of Muslim nations. He clearly has no reservations about diminishing Christians, consistent with Muslim “Dhimmi” tradition, to do so. Sadly, it’s a racist gesture

Voir enfin:

Le discours qu’Obama aurait dû faire
Elie Kling
Arouts
06/07/2009

Musulmanes, musulmans, Salam Aleikhoum!

C’est un honneur pour moi de vous parler aujourd’hui, depuis cette ville intemporelle du Caire, capitale d’un pays qui fut jadis l’une des plus grandes puissances de son temps, puissance économique, politique, culturelle et scientifique. L’honneur est double du fait que je suis l’invité de l’Université du Caire, entre les murs de laquelle étudia le Prix Nobel de Littérature de 1988, Nabil Mahpouz, auquel je tiens à rendre ici hommage.

Je suis venu vous dire la vérité. Parce que je vous respecte et que je sais que vous êtes capables de l’entendre même si elle parfois difficile. Trop nombreux sont en Occident ceux qui pensent que vous ne supportez que la flatterie, que votre imagination orientale vous incite à préférer une réalité virtuelle dans laquelle vous vous complaisez plutôt que d’affronter celle, bien réelle, dans laquelle vous vivez. Ceux-là sont les vrais racistes. Ils vous prennent pour des enfants un peu attardés et parfois dangereux, qu’il ne faut surtout pas froisser pour éviter des réactions violentes et souvent imprévisibles. “Avec ces primitifs, il faut s’attendre à tout”, se disent-ils. Je n’éprouve pour ces islamophobes que du mépris. Je sais qu’ils ont tort. Je vous connais bien. Je suis chrétien mais mon père est issu d’une famille musulmane du Kenya et durant les années passées en Indonésie, j’ai pu entendre l’appel du Muezzin à l’aube et au crépuscule. Et c’est parce que je vous connais bien que je sais que je peux vous parler vrai et éviter les phrases creuses imposées par le politiquement correct et flagorneur.

Et la vérité, c’est que le monde musulman va mal. Très mal. Nabil Mahpouz n’est que l’exception qui confirme la règle. Bien sûr, j’aurais pu vous parler de l’apport que doit l’humanité à la civilisation arabe. Mais combien de fois peut-on évoquer l’invention de l’Algèbre, du compas et des outils de navigation, la majesté des arcs, l’élan des flèches de pierre et l’élégance de la calligraphie? Tout ceci appartient à un lointain passé. Le niveau de vos universités est aujourd’hui au plus bas, la somme de vos publications scientifiques insignifiante, l’investissement financier dans l’éducation de vos enfants bien inférieure à la moyenne mondiale.

Sur le plan économique, la situation n’est pas plus brillante. Parce que le monde musulman investit si peu dans le développement et la recherche, il ne produit pratiquement rien. Nul doute que si l’Arabie Saoudite n’avait pas de pétrole, sa situation serait semblable à celle de la Somalie!

Or il n’y a aucune raison pour que cet état de fait ne s’améliore pas!

Vous avez le choix entre deux options.

Vous pouvez accuser le monde entier, et l’Occident en tête, de la situation. Vous auriez sans doute raison. En partie du moins. Dans ce cas, votre politique reposera sur la jalousie, la frustration et la rancœur. Et sur le sentiment d’injustice. Vous vous complairez dans un réconfortant statut d’éternelle victime pleurnicharde. Cette voie ne mène à rien, si ce n’est à une violence stérile. En tant que noir américain, je sais tout ce qu’elle peut avoir de tentante. Mais je sais aussi quel est son potentiel destructeur, en premier lieu pour ceux qui l’adoptent.

Mais il existe une autre voie. Plus dure, moins confortable. Mais elle seule peut amener le changement tant escompté. Mieux: elle porte en elle les germes d’une véritable révolution! En l’empruntant, vous redeviendrez à nouveau les géniaux innovateurs que vous fûtes jadis. Je connais bien cette voie. C’est celle que toute ma vie, j’ai moi-même empruntée. C’est elle qui m’a mené où je suis aujourd’hui. Elle exige avant tout la prise de conscience que “tu es seul responsable de ton propre destin”.

Au nom de quoi détenez-vous le record du monde des publications de haine et d’incitation à la violence au lieu de détenir celui des publications scientifiques? Pourquoi investissez-vous des milliards de dollars dans l’industrie des armes plutôt que dans l’éducation de vos enfants? Ne vous y trompez pas: ces armes finissent la plupart du temps par se retourner contre vous! Durant les 6 dernières décennies, 12 millions de musulmans furent assassinés dans le monde. 10 millions d’entre eux le furent par d’autres musulmans! Voilà la vérité! En Afghanistan, en Algérie, en Irak, au Pakistan, en Syrie ou à Gaza, ce sont des musulmans qui tuent d’autres musulmans! Au nom du fanatisme religieux ou nationaliste, dans des conflits d’origine tribale ou communautaire, tous dénués de sens.

Le pire est que cette boucherie se pratique dans l’indifférence générale. C’est à peine si en Occident, on mentionne ces massacres. Et savez-vous pourquoi? Mais à cause du racisme! Parce que les gens pensent que vous êtes différents, que vous ne partagez pas les valeurs communes à tous les êtres humains,  à commencer par celle, suprême, de la vie. Ils constatent les horreurs et se disent :”que voulez-vous, ils sont ainsi: ce sont des arabes, des musulmans”. Et au lieu de leur prouver qu’ils ont tort, trop nombreux sont parmi vous ceux qui les renforcent dans leur racisme en justifiant et glorifiant les massacres!

Trop nombreux sont parmi vous ceux qui célèbrent les “chahidim”, applaudissent lorsque des milliers d’Américains innocents sont tués dans les tours jumelles de New York, louent les terroristes du Hamas et du Hezbollah, rêvent d’Al Qaida, acclament le dictateur de Téhéran, soutiennent ceux qui manipulent de pauvres enfants en leur faisant croire qu’Allah aime le sang de ceux qu’ils envoient se faire exploser au milieu d’autobus ou de restaurants remplis de femmes et d’enfants! Ils ne sont pas des héros, ces soi-disant chahidim! Ce sont des assassins manipulés, et ceux qui les envoient à la mort, confortablement installés dans leurs appartements avec l’air conditionné, sont des lâches!

Musulmanes, musulmans, c’est vous qui êtes les premières victimes des régimes d’oppression et de terreur qui sévissent dans la grande majorité de vos 22 Etats. Il vous est permis d’apprendre des autres. Depuis 60 ans, vous avez pour voisins des Juifs qui ont rebâti avec courage leur ancien Etat. Eux aussi auraient pu être tentés d’accuser le monde entier de leurs malheurs. Ce peuple de réfugiés qui avait été opprimé et persécuté dans tous les pays de leur Diaspora, y compris dans les pays musulmans (si l’on excepte la période de l’Age d’Or espagnol ou tolérance et coopération donnèrent de si beaux résultats), aurait pu, lui aussi, pleurnicher sur son sort et faire du sur place. Regardez ce qu’ils ont su réaliser en si peu de temps! Cette poignée de réfugiés juifs a contribué au développement de l’Humanité plus que le milliard et demi de musulmans. Ils ont à leur actif plus de publications scientifiques, de développement médical, d’inventions technologiques que l’ensemble du monde arabe réuni!  Mais au lieu de les prendre en exemple, au lieu de voir en eux des alliés potentiels dans la lutte contre la faim , la soif, l’aridité du désert ou la maladie, vous en avez fait le prétexte facile de votre stagnation, l’ennemi par excellence de l’islam et des musulmans! Les Juifs empêchent-ils le moindre égyptien à s’adonner à la recherche médicale? Sont-ils responsables du génocide au Darfour ou des massacres de Somalie?! Jusqu’à quand les rendrez-vous responsables de vos propres échecs? Qu’avez-vous donc à y gagner?

Je dois vous faire un aveu. Mes conseillers m’avaient préparé un tout autre discours. J’étais censé vous parler du droit de vos femmes à porter le hijab, du devoir de laisser l’Irak aux irakiens, de la suprématie de la diplomatie sur l’emploi de la force pour résoudre les conflits, des implantations israéliennes, de l’urgence à fonder un 23ème Etat arabe (un 24ème, en comptant le hamasland de Gaza…) dans cette région du monde…  Mais j’ai préféré vous dire la vérité. Vous dire ce qu’au fond vous savez déjà mais que personne n’a osé jusqu’à présent vous rappeler. Que vous et vous seuls êtes responsables de votre avenir. Qu’il sera ce que vous déciderez qu’il soit. Que vous pouvez redonner à l’Islam et au monde arabe ses lettres de noblesse perdues et sortir de la crise dans laquelle vous vous trouvez depuis des siècles. Les Etats-Unis d’Amérique peuvent vous apporter soutien et encouragements mais c’est à vous de faire le travail.

Yes, you can do it!

Yes you can!

Shoukran!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :