Présidence Obama: On ne rend pas service à l’islam en ignorant ses débats internes (Speaking Truth to Muslim Power)

Islam's flag floating on White houseDieu est éminemment dangereux, ne le laissons pas aux mains des extrémistes. Forence Taubman
D’après de récentes informations, Ben Laden a obtenu de la part d’un religieux saoudien dévoyé un édit l’autorisant à utiliser l’arme nucléaire contre l’Amérique. Avec cela, plus rien ne fera reculer ceux qui ont commis les attentats du 11 septembre 2001 s’ils ont la possibilité de causer mille fois plus de morts. Imaginez l’impact qu’aurait l’explosion d’une arme atomique à New York, Londres, Paris, Sydney ou Los Angeles, ou pire, deux ou trois ! Toute la civilisation moderne est fondée sur des bases économiques et technologiques que les terroristes veulent détruire. Deux bombes ont permis la destruction de l’industrie touristique de Bali en 2002. Quel serait l’effet d’une attaque encore plus dévastatrice ? Il est temps de reconnaître le danger qui nous menace, un danger pour notre existence même qui trouve sa source dans le wahabisme et le salafisme. Abdurrahman Wahid (Ancien président de l’Indonésie, 30 décembre 2005)
Obama demande pardon pour les faits et gestes de l’Amérique, son passé, son présent et le reste, il s’excuse de tout. Les relations dégradées avec la Russie, le manque de respect pour l’Islam, les mauvais rapports avec l’Iran, les bisbilles avec l’Europe, le manque d’adulation pour Fidel Castro, tout lui est bon pour battre la coulpe de l’Amérique. Plus encore, il célèbre la contribution (totalement inexistante) de l’Islam à l’essor de l’Amérique, et il se fend d’une révérence au sanglant et sectaire roi d’Arabie, l’Abdullah de la haine. Il annule la ceinture anti-missiles sise en Alaska et propose un désarmement nucléaire inutile. (…) Plus encore, cette déplorable Amérique a semé le désordre et le mal partout dans le monde. Au lieu de collaborer multilatéralement avec tous, d’œuvrer au bien commun avec Poutine, Chavez, Ahmadinejad, Saddam Hussein, Bachir al-Assad, et Cie, l’insupportable Bush en a fait des ennemis. (…) Il n’y a pas d’ennemis, il n’y a que des malentendus. Il ne peut y avoir d’affrontements, seulement des clarifications. Laurent Murawiec
Ne pas parler de l’Islam en analysant Al Qaeda est comme parler des croisades sans mentionner le christianisme. (…) Bien qu’il soit maintenant devenu politiquement incorrect de le rappeler, la rhétorique démocratique de George W. Bush a réactivé le débat dans le monde sur la démocratie et les droits de la personne. Les avocats de la démocratie et les voix anti-autoritaires dans les terres arabes n’ont jamais été aussi pleins d’espoir qu’entre 2002, quand la promotion de la démocratie a commencé à germer à la Maison Blanche, et 2006, quand l’administration a renoncé au people power au Moyen-Orient (excepté en Irak). Reuel Marc Gerecht

Freedom-signing Dubai womanEt si, pour reprendre les mots de la pasteure Florence Taubman appelant il y a quelques années à un « retour d’un dialogue où la vérité est le mot clé », « le refus de critiquer une religion marquait en fait le plus profond mépris pour elle »?

En ces nouveaux temps où, avec le premier président multiculturel américain, il est devenu de bon ton de demander pardon pour tout ce qu’a pu faire son honni prédécesseur …

Et où triomphe le discours politiquement correct et, de l’Iran à la Turquie et de Cuba à la Corée du nord, les courbettes et les risettes sont devenues la réponse exclusive à tous les problèmes du monde …

Ce petit conseil de prudence dans le WSJ il y a deux jours et par un ancien agent de la CIA, sur la nécessité de connaître ses ennemis en prenant au sérieux l’idéologie qui les anime.

Et surtout, « de l’abolition de l’esclavage aux droits des minorités religieuses et des femmes comme de la liberté d’expression ou de l’idée même de société civile», rappel de la mission historique du Monde libre envers ceux et particulièrement celles qui ont soif de cette modernité dont le monde musulman a tant besoin pour enfin sortir de son sous-développement chronique.

Ce qui n’est effectivement pas gagné d’avance, surtout quand, oubliant qu’une bonne part du Monde dit aujourd’hui et souvent abusivement musulman (Jérusalem comprise) avait été largement christianisé, succombe lui-même au révisionnisme politiquement correct avec sa comparaison facile du jihad avec les Croisades …

Speaking Truth to Muslim Power
Obama does no favors to Islam by ignoring its internal debates.

Reuel Marc Gerecht
The WSJ
April 15, 2009

The United States is not at war with Islam and will never be. In fact, our partnership with the Muslim world is critical in rolling back a fringe ideology that people of all faiths reject. »

So spoke President Barack Hussein Obama in Turkey last week. Following in the footsteps of the Bush administration, Mr. Obama wants to avoid labeling our enemy in religious terms. References to « Islamic terrorism, » « Islamic radicalism, » or « Islamic extremism » aren’t in his speeches. « Jihad, » too, has been banished from the official lexicon.

But if one visits the religious bookstores near Istanbul’s Covered Bazaar, or mosque libraries of Turkish immigrants in Rotterdam, Brussels or Frankfurt, one can still find a cornucopia of radical Islamist literature. Go into the bookstores of Arab and Pakistani immigrant communities in Europe, or into the literary markets of the Arab world and the Indian subcontinent, and you’ll find an even richer collection of militant Islamism.

Al Qaeda is certainly not a mainstream Muslim group — if it were, we would have had far more terrorist attacks since 9/11. But the ideology that produced al Qaeda isn’t a rivulet in contemporary Muslim thought. It is a wide and deep river. The Obama administration does both Muslims and non-Muslims an enormous disservice by pretending otherwise.

Theologically, Muslims are neither fragile nor frivolous. They have not become suicide bombers because non-Muslims have said something unkind; they have not refrained from becoming holy warriors because Westerners avoided the word « Islamic » in describing Osama bin Laden and his allies. Having an American president who had a Muslim father, carries the name of the Prophet Muhammad’s grandson, and wants to engage the Muslim world in a spirit of « mutual respect » isn’t a « game changer. » This hypothesis trivializes Islamic history and the continuing appeal of religious militancy.

Above all else, we need to understand clearly our enemies — to try to understand them as they see themselves, and to see them as devout nonviolent Muslims do. To not talk about Islam when analyzing al Qaeda is like talking about the Crusades without mentioning Christianity. To devise a hearts-and-minds counterterrorist policy for the Islamic world without openly talking about faith is counterproductive. We — the West — are the unrivalled agent of change in the Middle East. Modern Islamic history — including the Bush years — ought to tell us that questions non-Muslims pose can provoke healthy discussions.

The abolition of slavery, rights for religious minorities and women, free speech, or the very idea of civil society — all of these did not advance without Western pressure and the enormous seductive power that Western values have for Muslims. Although Muslims in the Middle East have been talking about political reform since they were first exposed to Western ideas (and modern military might) in the 18th century, the discussion of individual liberty and equality has been more effective when Westerners have been intimately involved. The Middle East’s brief but impressive « Liberal Age » grew from European imperialism and the unsustainable contradiction between the progressive ideals taught by the British and French — the Egyptian press has never been as free as when the British ruled over the Nile valley — and the inevitably illiberal and demeaning practices that come with foreign occupation.

Although it is now politically incorrect to say so, George W. Bush’s democratic rhetoric energized the discussion of representative government and human rights abroad. Democracy advocates and the anti-authoritarian voices in Arab lands have never been so hopeful as they were between 2002, when democracy promotion began to germinate within the White House, and 2006, when the administration gave up on people power in the Middle East (except in Iraq).

The issue of jihadism is little different. It’s not a coincidence that the Muslim debate about holy war became most vivid after 9/11, when the U.S. struck back against al Qaeda in Afghanistan and Saddam Hussein in Iraq. Many may have found Mr. Bush’s brief use of the term « Islamofascism » to be offensive — although it recalls well Abul Ala Maududi, a Pakistani founding father of modern Islamic radicalism, who openly admired European fascism as a violent, muscular ideology capable of mobilizing the masses. Yet Mr. Bush’s flirtation with the term unquestionably pushed Muslim intellectuals to debate the legitimacy of its use and the cult of martyrdom that had — and may still have — a widespread grip on many among the faithful.

When Sunni Arab Muslims viewed daily on satellite TV the horrors of the Sunni onslaught against the Iraqi Shiites, and then the vicious Shiite revenge against their former masters, the debate about jihadism, the historic Sunni-Shiite rivalry, and the American occupation intensified. Unfortunately, progress in the Middle East has usually happened when things have gotten ugly, and Muslims debate the mess.

Iran’s former president Mohammed Khatami, whom Bill Clinton unsuccessfully tried to engage, is a serious believer in the « dialogue of civilizations. » In his books, Mr. Khatami does something very rare for an Iranian cleric: He admits that Western civilization can be morally superior to its Islamic counterpart, and that Muslims must borrow culturally as well as technologically from others. On the whole, however, he finds the West — especially America — to be an amoral slippery slope of sin. How should one talk to Mr. Khatami or to Ayatollah Ali Khamenei, the less curious but morally more earnest clerical overlord of Iran; or the Saudi royal family and their influential state-supported clergy, who still preach hatred of the West; or to the faithful of Pakistan, who are in the midst of an increasingly brutal, internecine religious struggle? Messrs. Khatami and Khamenei are flawlessly polite gentlemen. They do not, however, confuse civility with agreement. Neither should we.

It’s obviously not for non-Muslims to decide what Islam means. Only the faithful can decide whether Islam is a religion of peace or war (historically it has been both). Only the faithful can banish jihad as a beloved weapon against infidels and unbelief. Only Muslims can decide how they balance legislation by men and what the community — or at least its legal guardians, the ulama — has historically seen as divine commandments.

Westerners can, however, ask probing questions and apply pressure when differing views threaten us. We may not choose to dispatch the U.S. Navy to protect women’s rights, as the British once sent men-of-war to put down the Muslim slave trade, but we can underscore clearly our disdain for men who see « child brides » as something vouchsafed by the Almighty. There is probably no issue that angers militants more than women’s rights. Advancing this cause in traditional Muslim societies caught in the merciless whirlwind of globalization isn’t easy, but no effort is likely to bear more fruit in the long term than having American officials become public champions of women’s rights in Muslim lands.

Al Qaeda’s Islamic radicalism isn’t a blip — a one-time outgrowth of the Soviet-Afghan war — or a byproduct of the Israeli-Palestinian confrontation. It’s the most recent violent expression of the modernization of the Muslim Middle East. The West’s great transformative century — the 20th — was soaked in blood. We should hope, pray, and do what we can to ensure that Islam’s continuing embrace of modernity in the 21st century — undoubtedly its pivotal era — will not be similarly horrific.

We are fooling ourselves if we think we no longer have to be concerned about how Muslims talk among themselves. This is not an issue that we want to push the « reset » button on. Here, at least, George W. Bush didn’t go nearly far enough.

Mr. Gerecht, a former Central Intelligence Agency officer, is a senior fellow at the Foundation for Defense of Democracies.

Voir aussi:


Je m’excuse de vous demander pardon

Laurent Murawiec
Metula News Agency
17/04/09
L’Amérique ne trouvera sa rédemption que dans le retrait, la pénitence, la contrition, et une forme de disparition
J’ai passé 2008 à fatiguer les oreilles des lecteurs en prédisant qu’Obama serait pour les Etats-Unis et pour le monde un désastre complet. Bon sang ! J’étais à cent lieues de m’imaginer à quel point. N’est pas Cassandre qui veut.Obama demande pardon pour les faits et gestes de l’Amérique, son passé, son présent et le reste, il s’excuse de tout. Les relations dégradées avec la Russie, le manque de respect pour l’Islam, les mauvais rapports avec l’Iran, les bisbilles avec l’Europe, le manque d’adulation pour Fidel Castro, tout lui est bon pour battre la coulpe de l’Amérique.

Plus encore, il célèbre la contribution (totalement inexistante) de l’Islam à l’essor de l’Amérique, et il se fend d’une révérence au sanglant et sectaire roi d’Arabie, l’Abdullah de la haine. Il annule la ceinture anti-missiles sise en Alaska et propose un désarmement nucléaire inutile.

Que Poutine, le dictateur, ait ressuscité depuis dix ans la haine et l’agressivité russes envers l’Occident, en s’attaquant par le fait à ses voisins, et par tous les autres moyens aux Etats-Unis, n’en parlons pas. C’est, ça doit être, ça ne peut être que la faute de l’Oncle Sam.

La faute de l’Amérique depuis 30 ans si les relations avec l’Islam sont dégradées, par manque de respect américain. Nasser, les dictateurs syriens, irakiens, l’influence soviétique, n’en parlons pas.

Coupable par définition. L’insanité belliqueuse et la haine de l’Occident qui marquaient, depuis les années quarante, l’Ayatollah Khomeiny ? La conversion générale de l’intelligentsia iranienne à l’extrême-gauche anti-impérialiste ? Le sauvetage de millions de musulmans par l’Amérique aux quatre coins de l’espace de barbarie qu’est l’Islam ? Les génuflexions rhétoriques de Bush devant « l’Islam, religion de paix » ?

L’Europe, apeurée par son ombre, hésitante à s’armer ne serait-ce que d’un canif (dangereuse arme d’agression), celle qui manifestait par millions contre les « euromissiles » et Ronald Reagan, et même contre Clinton ? C’est encore, c’est toujours la faute à l’Amérique. « Nous ne parlons pas russe ! C’est votre faute ».

Mais où Obama a-t-il donc appris ces inepties ? D’où vient cet amoncellement de mécomptes du monde, d’idées fausses et difformes? D’où provient ce prurit du je-vous-demande pardon ? On est habitué au Jimmycartérisme, qui se mettait à quatre pattes devant Khomeiny (« un saint »), l’URSS, Cuba, le tiers monde, le terrorisme musulman. D’où vient qu’Obama ait – dirigeant d’une république – courbé la tête devant le roi d’Arabie ?

C’est là qu’il convient de se souvenir de l’homme qui fut son pasteur pendant vingt ans, ce qui est très long quand on n’en a pas encore cinquante : le pasteur Jeremy Wright, de l’Eglise de la Trinité à Chicago, dont Obama ne se sépara que contraint et forcé, pour cause de déclarations insupportablement anti-américaines et antioccidentales, délirantes et conspirationnistes, et qui « passaient mal» dans la campagne.

Pendant 20 ans, Wright fut son mentor et son Nestor, celui qui l’introduisit dans les cercles de la Black Theology de Chicago, qui l’initia aux idées de cette version noire de la « théologie de la libération».
Et que dit-elle, que dit Wright ? « Not ‘God Bless America,’ but ‘God damn America’. » Que Dieu ne bénisse pas, mais qu’il accable l’Amérique ! Que l’Amérique, c’est l’esclavage, que le SIDA a été “inventé” par le gouvernement américain pour exterminer les Noirs, etc.

Wright hait l’Amérique de tout son être, même s’il en empoche tous les dividendes imaginables… La théologie de la « libération » noire est l’équivalent américain des pires perversions castristes, guévaristes, fanonistes : l’Amérique est satanique, et tous les autres, victimes de l’Amérique, sont angéliques.

Vingt ans, et on s’imprègne des sermons. C’est Wright qui fait du diplômé de Harvard qui est maintenant un agitateur local (community organizer), un politicien en vue à Chicago. N’oublions pas que la carrière politique locale d’Obama est lancée par les fanatiques de la haine de l’Amérique, les ultragauchistes terroristes des Weathermen, à Chicago, qui répètent et confirment la même antienne idéologique. Tous les aquariums où a nagé le têtard avaient la même eau.

Obama est la version manucurée de Wright : il est allé à Harvard. Il n’éructe pas, il ne bave pas, il ne montre pas le poing. Il n’émet pas de gros mots à jet continu comme le fait son gourou. Elégant, Il est tout miel – mais les dragées, même recouvertes de sucre, n’en sont pas moins au poivre. Le fond est identique. Wright insulte l’Amérique, Obama demande pardon : dans les deux cas, elle est coupable. Wright est pasteur, Obama est président.

Plus encore, cette déplorable Amérique a semé le désordre et le mal partout dans le monde. Au lieu de collaborer multilatéralement avec tous, d’œuvrer au bien commun avec Poutine, Chavez, Ahmadinejad, Saddam Hussein, Bachir al-Assad, et Cie, l’insupportable Bush en a fait des ennemis.

Quelle honte ! Il faut réparer les torts commis. L’Amérique ne trouvera sa rédemption que dans le retrait, la pénitence, la contrition, et une forme de disparition. Submergée dans les organisations multilatérales et internationales, recouverte par les unanimités onusiennes, harmonisée avec l’Europe, abandonnant sa propre souveraineté au profit d’un « droit international », dont les juges ne s’embarrassent pas de démocratie et ne sont comptables devant personne – comme l’Union européenne, qui a abrogé la démocratie et l’a remplacée par le gouvernement des juristes et des commissaires. Jeremy Wright veut des apocalypses ; Obama veut tout changer en version soft, par l’avocasserie.
C’est bien pourquoi son administration est bourrée de ces juristes qui regardent avec condescendance et mépris la Constitution américaine, les électeurs, les élus : leurs pairs sont le jet-set international des juristes multinationaux, des ONG juridiques, des juges des cours internationales.

Ils veulent non tant l’Etat de droit et le droit international que le règne des juristes. Ils veulent placer un juriste derrière chaque soldat et mettre la guerre – qui est ultima ratio regis, l’ultime argument du roi, comme il était écrit sur les canons de Frédéric II – hors-la-loi.

Ils sont les seuls à le faire, pendant que les gangs de tueurs parcourent les rues et les allées de la mégalopole. Ils examinent vétilleusement les moindres actes des soldats, des hommes du renseignement, du gouvernement, et les soumettent non seulement à la censure, mais aussi à la sanction, auto-désarmement par moyen d’utopie, pendant que les autres côtés, qui n’en ont cure, continuent leurs déprédations.

C’est ce que l’on apprend à L’Ecole de droit de Harvard, dont Obama est diplômé. Toute action doit être réglementée par la dictature des petits paragraphes et des porteurs-interprètes d’alinéas, les avocats.

Il faut, à tout prix, trouver des terrains d’entente avec tous. Il faut aller loin, très loin, dans les concessions : l’autre côté finira bien par comprendre. Kim Jong-Il, Hugo Chavez, l’ayatollah Khamenei, Assad, le Hamas, on trouvera les compromis nécessaires à un deal avec les avocats des partie adverses.

Sans entente, on retombe dans les errements de l’Amérique honnie. L’Amérique, quelle horreur, se laisse aller à défendre ses alliés contre ses ennemis. On se bat au Vietnam et en Corée contre le communisme agresseur. On se bat contre le Communisme soviétique. Que croyez-vous que l’Obama de la campagne électorale ait signifié à Berlin, en disant, non sans délire, que le monde avait gagné la Guerre froide « en s’unissant » comme s’il n’y avait un qu’un seul camp dans cette guerre !

L’Amérique doit être réduite dans ses prétentions et dans sa puissance. Le monde doit être réduit à un seul camp, celui des faiseurs de paix, avec lesquels l’entente est toujours trouvable. Il n’y a pas d’ennemis, il n’y a que des malentendus. Il ne peut y avoir d’affrontements, seulement des clarifications.

Vous n’êtes pas d’accord ? Taisez-vous ! C’est vous qui êtes la menace, le trublion, le danger public. Vous entendez vous défendre ?
Qui êtes-vous donc pour défier la « communauté internationale » ? Le chœur des menteurs qui promeut la pseudo-réalité officielle flétrira votre voix et votre action.

La claque des sycophantes est assourdissante. Tenez, hier, après l’opération des commandos de marine qui ont libéré le capitaine américain, otage des pirates somaliens, le Washington Post, écœurant sycophante, titrait en première page « Première victoire militaire pour Obama » – c’était la bataille de Lépante, celle du Jutland, Midway, on était dans l’épopée.

Gonfler une minuscule opération de police pour en faire une victoire militaire, c’est évidemment s’abuser sur ce qu’est la guerre et sur ce que sont les moyens militaires. C’est que l’Obamisme s’en est fait une image si difforme, qu’il ne distingue plus le réel de la divagation. A confondre un raid de gendarmerie avec la guerre, on les mélange. Ce n’est pas grave en cas d’accident de la route, ça l’est en cas de vrai conflit.

Si ce n´est pas trois lamentables vauriens de la côte somalienne qu´il faut neutraliser, mais la Corée du Nord de cette vermine de Kim Jong- Il, trois commandos de marine ne suffisent pas.

Et le mega-voyou iranien? Et Poutine? Quand on ne distingue plus le blanc du noir, on ne voit plus rien. On s´abaisse devant le despote, on assure à l´Islam qu´on ne sera jamais en guerre avec lui (même si lui l´est avec nous). On promet un «nouveau départ» aux tyrans russes, déterminés à faire de l´Amérique un ennemi.

Bazar et confusion sont à leur comble. L´Obamaland est terre de cohue. Notons à propos que la mêlée des «réalistes»de la politique étrangère, qui préconise justement de se débarrasser des alliés afin de s´arranger avec les méchants, est aux anges, et participe à la mise en oeuvre de l´obamisterie. Ah! finalement, on ne s´embarrasse plus d´autre chose que la «stabilité» à court terme.

Obama ne sépare ni le blanc du noir, ni l´ami de l´ennemi. Il a gratuitement offensé les Anglais en méprisant la «relation spéciale». Il a offensé le Japon, en ne se souciant pas de lui ni du survol de son territoire par le missile nord-coréen. Il n´a pas eu un mot pour l´allié taïwanais. Il prépare avec acharnement une crise avec Israël. Il a montré à la Tchéquie et à la Pologne, sur l´affaire de la défense anti- missiles, qu´il ne faut pas compter sur Washington et qu´ils seront sacrifiés sur l´autel du «nouveau départ» avec Moscou.

Pour tous, la leçon est brutale: à l´ère d´Obama, mieux vaut être un ennemi qu´un ami: ami, on vous jettera aux orties. Ennemi, on fera tout pour vous plaire.

En géopolitique, le stratège chinois Sun Zi a parlé d´or: il faut éviter les points forts et se ruer sur les points faibles. Le «plein» est à éviter, le «vide» est à envahir. Obama crée du vide et évide les pleins.

Dans les années qui viennent, la ruée des méchants est prévisible, et le sacrifice des bons. Carter avait sacrifié le Chah d´Iran, qui n´était pas un ange, au profit du satanique ayatollah. C´est le modèle que suit Obama. J´ai vu dans un Western le duc anglais qui jette au visage de la brute du Far West: « Eh! bien monsieur, nous allons nous battre». Le temps qu´il enlève sa veste, l´autre lui a balancé plusieurs coups de pied là où il ne faut pas.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :