Liberté d’expression: Le droit d’offenser est sacré (The Right to Offend Is Sacred)

NYP's monkey cartoonFaudra qu’ils se trouvent quelqu’un d’autre pour rédiger leur prochain plan de relance. Sean Delonas
Je remarque une fois de plus que voter pour un noir parce qu’il est noir n’est pas un geste foncièrement raciste. Si j’appelle à voter pour un blanc parce qu’il est blanc il est probable que je risque la prison. Par ailleurs, quand vous connaissez la tradition “politique” de l’Illinois (État champion toutes catégories en matière de gangstérisme et de corruption) vous me permettrez d’émettre un doute sur les “mérites” de l’ami du Pasteur Wright, antisémite notoire qui a “formé” le sénateur Barack Hussein Obama. Maurice G. Dantec

A l’heure où en Amérique même ceux qui ont fait leur fonds de commerce d’insulter la majorité de leur propre pays nous refont au moindre prétexte le coup des caricatures de Mahomet

Et où l’auteur du hold up du siècle et ami personnel des mêmes multiplie les déclarations d’apaisement et de dhimmitude

Pendant que ses soutiens n’ont que le mot apartheid à la bouche quand les citoyens de la seule démocratie du Moyen-Orient sont les victimes du terrorisme ou de l’exclusion la plus systématique …

Et que, suivant leur exemple, d’autres en France même se la jouent dhimmi et boycott

Retour sur un de ces rares Français à n’être pas tombé dans l’Obamalâtrie générale et à oser, même si on est pas obligé de partager son enthousiasme pour Poutine, appeler un chat un chat …

La quatrième guerre mondiale a commencé
Entretien avec Maurice G. Dantec
Elisabeth Lévy
31 janvier 2009

Français de plume, nord-américain d’adoption, on pourrait sans le vexer, le qualifier d’occidentaliste. Ecrivain déjanté, catholique allumé et rocker habité, perpétuant la tradition des imprécateurs, Maurice G. Dantec est le dernier défenseur de George W. Bush.

Le monde entier se réjouit et croit que l’Amérique rebondit. Le monde entier sauf vous. Votre nature disons malicieuse vous pousserait-elle à détester ce que la plupart des gens aiment ?

N’est-ce pas plutôt l’inverse ? Les masses démocratisées ont le don d’opter pour tout ce qui me fait horreur. Quant à Barack Hussein Obama, on voit déjà la RealPolitik remplacer les beaux discours humanistes. Les Américains en avaient juste marre de se faire cracher au visage par tous les bobos de la planète, de l’extrême-rien à l’extrême-nul, alors qu’ils sont la forteresse du Monde Libre et qu’ils le savent. J’attends avec impatience le départ des soldats américains d’Irak: on assistera à une guerre civile interconfessionnelle de grande ampleur, avec des rebondissements intéressants entre l’Iran et le Pakistan, à côté, Gaza City ressemblera à un ball-trap. Lorsque les forces occidentales partiront d’Afghanistan, les Talibans seront de retour au pouvoir en moins d’un mois. Les mêmes qui ont voté (ou auraient voulu le faire) pour Obama pleureront alors à chaudes larmes sur le sort des femmes exécutées ou lapidées publiquement dans des stades bourrés de crétins barbus.

De bonnes âmes humanitaires iront peut-être jusqu’à le faire intervenir au sud-Soudan ?

Sur le plan économique, le Magicien d’Oz ne peut rien faire d’autre que de pratiquement tripler le déficit US en 2009, jusqu’à 1,2 trillions de dollars ! Its the economics, stupid ! Personnellement, ce début d’année m’enchante au plus haut point.

Vous remarquez que “promouvoir un homme politique par la couleur de sa peau” a quelque chose de raciste. Mais vous admettez sans doute que certaines populations ont souffert et souffrent encore du racisme, institutionnalisé ou non.

Je remarque une fois de plus que voter pour un noir parce qu’il est noir n’est pas un geste foncièrement raciste. Si j’appelle à voter pour un blanc parce qu’il est blanc il est probable que je risque la prison. Par ailleurs, quand vous connaissez la tradition “politique” de l’Illinois (État champion toutes catégories en matière de gangstérisme et de corruption) vous me permettrez d’émettre un doute sur les “mérites” de l’ami du Pasteur Wright, antisémite notoire qui a “formé” le sénateur Barack Hussein Obama.

“On ne voit pas en quoi le taux de mélanine de Barack Obama va l’aider à résoudre les problèmes de la première puissance du globe”, écrivez-vous. Sans doute. Mais outre qu’il ne va pas l’en empêcher non plus, qu’est-ce qui vous déplaît dans son programme ? Vous ne voulez pas d’un président noir ?

Si un noir Républicain s’était présenté, j’aurais appelé à voter pour lui. Les goûts et les couleurs ne se discutent pas, personnellement je porte du noir tous les jours. Son programme ? Post-gauchisme californien + archéo-sociale-démocratie + culpabilisation du White Anglo-Saxon Protestant + politique étrangère sans réelle consistance + mensonges à ses propres partisans + comeback de la RealPolitik avant même son entrée en fonction + économie portnawak où protectionnisme se conjugue avec le capitalisme le plus effréné + candidat du gros pognon new-wave + valeurs progressistes-eugénistes + foi religieuse étrangement syncrétique + amitiés douteuses de crétins antisémites + incompétence governoriale + rhétorique d’avocaillon sorti de Harvard + Vendeur de Rêve comme on dit Vendeur d’automobiles d’occasion = ? Pas le moindre taux de mélanine là-dedans, je m’intéresse plus à la structuration neuronale. Vous n’avez pas compris qu’il sera amené à faire “bien pire” que George Walker Bush.

Avec la présidence Bush, vous saluez “la dernière souveraineté impériale qui menaçait le projet de gouvernement socialiste supranational de l’Onuzie”. Elle menaçait qui ou quoi à part l’Amérique elle-même ? Qui tremblait devant Bush ? Hu Jintao ? Poutine ? Même pas Bachar el-Assad. Sur quel front la sécurité mondiale a-t-elle progressé durant ces huit ans ?

Elle menaçait en premier lieu la dictature supranationale de l’ONU, et en ce sens cette souveraineté impériale défendait l’ensemble de tous les hommes libres de la planète, menacés par le communisme cool du 21e siècle, complice des criminels de guerre Talibans et des terroristes fanatiques de tout poil. De fait elle défendait surtout la liberté et la souveraineté des États-Unis, celle qui importe pour eux, après tout, que les autres se débrouillent avec leur “Big Mother”. J’indique aussitôt que cette guerre entre la Souveraineté Impériale et le supranationalisne Onuzi se concentre aux USA mais a lieu, évidemment, en tous points du globe. Ah bon, Al-Assad n’a pas compris en quoi la destitution de son frère ennemi du Baas irakien menaçait son propre pouvoir ? J’ai dû rater un épisode, d’où venaient, déjà, tous ces “insurgés” entre 2004 et 2007 ? Ah, oui, du Costa-Rica, j’oubliais. En quoi la sécurité mondiale a-t-elle progressé ? Mais je rêve ou quoi ? Vous n’avez pas compris que depuis le 11 septembre 2001, la récréation est terminée ? C’est la guerre, la IVe guerre mondiale, celle qui se mène sur tous les fronts à la fois. Il n’y a eu aucun attentat aux USA depuis sept ans justement, en revanche, il s’en est produit en Europe, on se demande pourquoi. Peut-être pas la même conception de la « sécurité », précisément. Rappelez-moi où se trouve votre Guantanamo Bay ?

Idem pour la grande croisade démocratique promise par les néo-conservateurs. Certes, le régime de Saddam Hussein a cédé la place à… on ne sait quoi, mais d’accord, c’est un progrès. Pour le reste, les mêmes dirigeants (ou leurs enfants) corrompus sont en place et, de surcroît, ils sont devenus indispensables à une Amérique affaiblie.

Ah, parce que vous pensez que démocratie et corruption sont incompatibles ? J’adore votre sens de l’humour. Indispensables à l’Amérique ? On entre dans le domaine du pur comique. C’est très exactement l’inverse, tous ces pays vivent grâce au pétrole que l’Occident leur achète et aux méga-subventions que les Etats-Unis leur versent pour éviter leur total effondrement. La destruction comme point préliminaire, disait Ernst Jünger. Je me contretape de ce qui succèdera à Saddam Hussein et à ce gouvernement de transition. Encore une fois, j’ai peur de me répéter, mais c’est la guerre, c’est-à-dire la propagation contrôlée du chaos. Cette guerre a été pliée militairement dès 2007, ce qui va en sortir sur le plan géopolitique risque d’être fort intéressant. Ce qui comptait c’était de foutre en l’air Saddam Hussein, en tant que tel, parce qu’il était justement le maillon faible de toute le dispositif. Ce qui arrivera à l’Irak, c’est aux Arabes, et aux Iraniens, de le décider. Connaissant ces pays et leurs principaux voisins, je parie sur une authentique catastrophe régionale, il suffira d’attendre que le prix du baril de brut vaille celui d’un bidon d’eau de vaisselle sale.

De même, votre Amérique qui fait peur aux “bobos du Grand club med internationaliste” est quand même un peu composée de born-again égarés qui pensent qu’il faut brûler Darwin et se faire justice soi-même.

Oui, oui, bien sûr, tout le monde sait que les 48 % d’Américains qui ont voté Mc Cain sont des crétins de “rednecks” ignares qui brûlent les livres de Darwin, et ceux de la Bibliothèque Rose, tous les matins en se levant, après un salut au drapeau devant une croix enflammée. D’autres poncifs typiquement français ? Quant au second amendement de la Constitution, il est heureusement indéboulonnable et il est ce qui fait de tout Américain un homme libre, c’est-à-dire un homme ayant le droit de porter une arme, comme à Sparte, ou Rome.

La guerre, écrivez-vous, est l’unique forme pensable du monde. Pour vous, on a l’impression qu’elle est surtout l’unique forme désirable. L’âge démocratique et consumériste est sans doute ennuyeux, mais que faire si c’est ce que veulent “les gens” ?

Rappelez-vous la conclusion de la lettre aux djihadistes de Muray : “Nous vaincrons. Parce que nous sommes les plus morts.” Ce que veulent “les gens” m’indiffère au plus haut point. Que voulaient “les gens” en 1940 ? Je cite Muray, certes que j’estime, mais ai-je le droit d’être parfois en désaccord avec lui ? On ne gagne rien quand on est mort, il subsistait peut-être une trace de nihilisme dans sa pensée. Ce sont les Bédouins djihadistes qui sont du côté de la Mort (rappelez-vous Madrid 2004), et où est sa victoire ? – demandait Saint Paul -, l’occident bobo-gauchiste n’en a même plus la force. Mais comme aux Thermopyles – 300 contre 10. 000 – la civilisation indo-européenne s’appuie toujours sur un petit nombre d’hommes libres (donc armés) contre des myriades d’esclaves.

Vous regrettez que l’Europe ait été incapable d’accueillir la Russie dans une Alliance transocéanique mais, sur ce point il y a eu une grande continuité de Clinton à Bush, d’Albright à Rice.

Vous êtes dans l’erreur sur ce point précis : Condoleezza Rice et l’ensemble de l’administration Bush ont multiplié les contacts avec la Russie de Poutine, rappelez-vous le discours à Moscou en 2003, lorsque la Russie a laissé l’intervention en Irak se dérouler. De multiples propositions ont été faites, mais le vieil establishment post-soviétique est resté bloqué sur l’époque de l’URSS, et Zeropa-Land n’a su produire ni le moindre geste significatif, ni la moindre proposition concrète. Par conséquent le projet du bouclier anti-missile fut perçu comme une provocation par Moscou. Si on rajoute l’arrogance “eurodémocratique” des Ukrainiens qui détournent le gaz en provenance de Russie et ne paient pas leurs traites et les Géorgiens qui veulent jouer les gros bras en Ossétie du Sud, on peut comprendre que les Russes commencent à s’énerver.

La guerre civile américaine entre une Gauche incarnant l’alliance des bourgeois pétris de mauvaise conscience et des minorités ethniques et une droite représentant les “petits blancs” est selon vous le modèle des guerres à venir. Faut-il en conclure qu’elles seront ethniques et sociales ?

Oui. Et transnationales, de surcroît.

Voir aussi:

The Right to Offend Is Sacred
Clyde Haberman
February 27, 2009

(ou The right to criticize (and offend) is one held dear, titre plus politiquement correct pour l’édition française)

NEW YORK: Scientists have found that about 98 percent of the human genome is similar to that of the chimpanzee. If anything, the relationship between a certain chimp and a man named Carl Wilhelm Baumgartner is even closer.

You may now be asking: Carl who? Stick around. But you may have heard about this chimpanzee.

It appeared in a grotesque cartoon that ran last week in The New York Post. This was after a real chimp had viciously attacked a woman in Connecticut and was then shot to death by police officers. The Post’s illustration, by Sean Delonas, shows a bullet-riddled chimp lying dead. Two officers stand over him. One holds a smoking gun while the other says, « They’ll have to find someone else to write the next stimulus bill. »

At a minimum, the drawing was thoroughly vulgar, even for an illustrator whose work is often synonymous with vulgarity.

But was it intentionally racist?

Protesters, led as usual by Al Sharpton, insist that it was. It was a direct attack on President Barack Obama, they say. Vile comparisons of blacks to chimpanzees and monkeys are as old as the republic. This chimp, in the critics’ view, clearly represented our first African-American president, the leading figure behind the new economic stimulus program. Worse, some protesters charge, the newspaper in effect said that Obama should be shot.

Nonsense, Post editors have replied: The point was merely that the stimulus plan was so ill-conceived, in their opinion, that it was as if it had been written by a chimpanzee. Nonetheless, feeling the heat, the newspaper ran an editorial apology of sorts.

In no way did it mollify the critics, who have called for, among other things, reader and advertiser boycotts of The Post.

As might be expected, not all African-Americans shared the outrage or felt that the cartoon was meant to represent Obama. Governor David Paterson of New York, who is black, said that he accepted The Post’s apology. As for the « invitation to assassination, » as the drawing was described by Benjamin Jealous, president of the NAACP, it is a federal crime to threaten the life of the president. If the Secret Service thought the cartoon amounted to a threat, its agents would presumably have descended on the newspaper. They haven’t.

The protests continue, though. Certainly, everyone has a right to refuse to buy a newspaper. But Sharpton has gone further. He wants the Federal Communications Commission to re-examine waivers to its media ownership rules that allow Rupert Murdoch to own two newspapers (The Post and The Wall Street Journal) and two television stations (WNYW and WWOR) in the New York area.

Normally when it comes to such waivers, the question is whether a single hand controls too many media outlets in a given market. But Sharpton has made editorial content the reason for asking the government to step in. « How can you continue to have these waivers, » he told a CNN interviewer, if you « don’t understand what would offend a large amount of African-Americans – and whites, by the way? »

Thus did he take the first step down a very slippery slope. The First Amendment protects even the most despicable form of expression from government interference. It is why the Supreme Court has upheld the right to burn a U.S. flag even though flag desecration is as offensive to many people as Sharpton says this cartoon was to him.

That brings us to Carl Wilhelm Baumgartner. We didn’t forget him.

He was born in Germany in 1895 and became a naturalized American in 1932. But he was an ardent admirer of Hitler and the Nazis. He was so outspoken that the government tried in World War II to strip him of his U.S. citizenship. The Supreme Court blocked that effort. In a memorable passage from his majority opinion in 1944, Justice Felix Frankfurter (who was Jewish and hardly enamored of Nazis) wrote:

« One of the prerogatives of American citizenship is the right to criticize public men and measures – and that means not only informed and responsible criticism but the freedom to speak foolishly and without moderation. » It is an American right, Frankfurter went on, to express « silly or even sinister-sounding views. »

In this regard, the cartoon chimp’s DNA, if you will, is no different from Baumgartner’s. If the government has no business going after a citizen because he reveres Hitler, it will probably want to think twice before taking on a newspaper because of a dopey drawing

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :