Diplomatie: Une URSS qui n’aurait pas encore échoué? (A not-yet failed Soviet Union?)

Tintins au pays des soviets
L’objectif prioritaire de la diplomatie française est le containment inconditionnel des Etats-Unis. (…) En politique étrangère, la France a, en quelque sorte, chaussé les bottes de la défunte Union Soviétique. Françoise Thom
Les racines de l’Europe sont autant musulmanes que chrétiennes. Jacques Chirac
Il n’y a rien d’intrinsèque dans la religion islamique de la culture musulmane qui encourage le terrorisme. Primakov
Le monde doit être multipolaire, un monde unipolaire est inacceptable. Medvedev
La Russie est dans une certaine mesure une partie du monde musulman. (…) Des tentatives sont faites pour diviser le monde sur une base religieuse et ethnique, et pour creuser un fossé d’incompréhension entre les communautés chrétiennes et islamiques (…) un conflit de civilisations est virtuellement imposé à travers le monde. Poutine
Nous devons empêcher l’islamophobie. Le terrorisme ne devrait être identifié avec aucune religion, culture ou tradition. A la différence des musulmans habitant en Europe occidentale, ceux de Russie sont indigènes, et cet islam était présent sur le territoire russe bien avant le christianisme. Poutine (Al Jazeera, le 16 octobre 2003)

Qui avait parlé de la France comme d’une « URSS qui aurait réussi » ou, plus exactement, pas encore échoué, déjà?

Pays européen le plus densément peuplé de musulmans (15%), hôte du premier Sommet mondial des leaders religieux (juillet 2006), premier chef d’un Etat à majorité non-musulmane invité à l’organisation de la Conférence islamique (Octobre 2003), redécouverte de ses racines musulmanes (bien avant le christianisme ?), relation privilégiée avec le monde arabe et musulman, vocation historique de médiateur entre les mondes occidental et musulman, « État multinational ayant une expérience unique des relations interethniques ainsi que celle de médiation en cas de conflits interethniques ou interconfessionnels »…

Suite à notre billet d’hier sur la différence entre l’Union Soviétique et la France

Et à l’heure où, dans un camp occidental où Merkel comme Bush (et d’ailleurs Moubarak) « tiennent le Hamas pour seul responsable de l’escalade de la violence à Gaza” et où même le munichois St Oblahblah se fend d’un “Si quelqu’un lançait des roquettes sur ma maison pendant que mes filles dorment, je ferais tout pour l’en empêcher et j’attends des Israéliens qu’ils fassent de même” …

Notre Sarko national (chiraquisation aidant et sans doute sur les conseils de notre “Charles” aussi national – Enderlin, pas Hernu!) se sent obligé de se distinguer en dénonçant seul (avec, surprise,… Moscou!) « l’usage disproportionné de la force » du côté israélien

Retour, avec la reprise dans l’IHT d’hier d’un éclairant article du politologue québecois néo-coco Jacques Lévesque dans la dernière livraison du Monde diplodocus (« La Russie retrouve ses racines musulmanes »), sur les inventeurs, bien avant notre Védrine national, du multipolarisme (en gros, l’alliance avec tous les parias de la planète pour contenir les Etats-Unis).

Qui, en pointant ce retour (malgré le 11 septembre et Beslan) du projet de l’ex-ministre des Affaires étrangères (1996-98) et actuel « Lawrence d’Arabie soviétique » Evgueni Primakov via celui qui en 1999 « butait les Tchéchènes jusque dans les chiottes », a le mérite de faire enfin comprendre la fameuse mais souvent tortueuse « politique arabe » de la France d’Aragon et de Sartre

How Moscow courts the Muslim world
Jacques Lévesque
International Herald Tribune
December 29, 2008

Vladimir Putin was the first head of a non-Muslim majority state to speak at the Organization of the Islamic Conference, a gathering of 57 Muslim states, in October 2003. That was a political and diplomatic feat, especially since Russia was waging a long-running war in Chechnya at the time. Putin stressed that 15 percent of the population of the Russian Federation is Muslim and that all the inhabitants of eight of its 21 autonomous republics are Muslim, and he won observer member status with the organization, thanks to support from Saudi Arabia and Iran.

Since then, Putin and other Russian leaders, including the foreign minister, Sergei Lavrov, claim that Russia « is, to some extent, a part of the Muslim world. » In an interview with Al Jazeera on Oct. 16, 2003, Putin stressed that, unlike Muslims living in Western Europe, those in Russia were indigenous, and that Islam had been present on Russian territory long before Christianity. So Russia now claims to have a privileged political relationship with the Arab and Muslim world and believes that, as a mostly European state, it has a historic vocation as a mediator between the Western and Muslim worlds.

There are reasons for these claims. The first is to counter the pernicious effect of the war in Chechnya, in Russia as much as in the rest of the world. The aim is to avoid, or at least limit, polarization between Russia’s ethnic majority and its Muslims by reinforcing Muslims’ feelings of belonging to the state. « We must prevent Islamophobia, » said Putin in the Al Jazeera interview. That will be difficult, given the way anyone suspected of being a Muslim fundamentalist is pursued, and not just in Chechnya. « Terrorism should not be identified with any one religion, culture or tradition, » Putin insisted. Before 9/11 he called Chechen rebels « Muslim fundamentalist terrorists. » Now he speaks of « terrorists connected to international criminal networks and drug and arms traffickers, » avoiding any reference to Islam.

The other purpose in seeking special ties with the Arab and Muslim world is related to Russia’s foreign policy aim to « reinforce multipolarity in the world » – to sustain and develop poles of resistance to U.S. hegemony and unilateralism. This means taking advantage of the hostility to U.S. foreign policy in the Arab and Muslim world. The Soviet Union used to present itself as the natural ally of anti-imperialist Arab states « with a socialist orientation. » Now Russia is seeking strong political relations not only with Iran and Syria, but also with Saudi Arabia, Egypt and Turkey, which have long been close American allies.

Economic considerations are important, especially in the energy sector – the power behind Russia’s return to the international stage. The Kremlin believes there is a major future in nuclear energy and the export of nuclear power stations, which may give Russia a competitive edge in technology and make it more than just an exporter of raw energy. The same is true of high-tech weapons, which were the most successful economic sector of the former Soviet Union before serious difficulties in the 1990s.

The Kremlin is no longer seeking formal alliances. It wants strong but non-restrictive political ties in frameworks such as the Shanghai Cooperation Organization (Russia, China, Kazakhstan, Kyrgyzstan, Tajikistan and Uzbekistan), which do not put it in direct opposition to the United States. Significantly, Iran only has observer status in this organization, although it would like to be a full member.

One more explanation for this new policy toward the Muslim world is the quest for a post-Soviet Russian identity at home and abroad. This is not just political opportunism. In 2005, the academic Sergei Rogov wrote in the official Foreign Ministry review: « The Islamic factor in Russian policy is first and foremost a question of identity. … That is one of the reasons why Russia cannot yet be a nation state in the European sense of the term. … Our relations with the Islamic world directly affect our security. »

It is important to grasp what that means. In September 2003, Igor Ivanov, then foreign minister, said the war in Iraq had increased the number of terrorist attacks on Russian territory as elsewhere in the world. That was before Beslan, but Russia was already fearful of terrorism as a consequence of the Iraq war. Russia had hoped that a new multipolar configuration would emerge from the concerted opposition at the UN Security Council by France, Germany and Russia, which had deprived the U.S. of international legitimacy for the war.

Russian leaders were seriously concerned that a « clash of civilizations » would become a self-fulfilling prophecy. Given the wars in Afghanistan and Iraq, and unconditional U.S. support for Israel’s most intransigent policies, Russian leaders thought potential U.S. attacks on Iran would be a catastrophe, with destabilizing consequences in Iran, so close to Russia, as well as in several former Soviet republics and in Russia.

This is a key to understanding the complex and difficult relationship that Moscow has with Tehran. Iran is an important geopolitical partner, as well as being the third-biggest buyer of Russian arms after China and India, and a showcase for the controlled export of nuclear power plants. Iran’s leaders have refrained from expressing support for Chechen rebels. Iran and Russia cooperated in supporting armed opposition to the Taliban in Afghanistan, long before the United States. (Afghanistan under the Taliban was the only state in the world to recognize the independence of Chechnya and offer assistance to Chechen fighters.) But Moscow did denounce President Mahmoud Ahmadinejad’s remarks about Israel as « shameful » and put pressure on Tehran by voting with the United States for economic sanctions at the UN Security Council, although it excluded military action.

By risking a deterioration of its relations with Iran, Russia wants to show the United States and other Western powers that it is responsible when it comes to nuclear nonproliferation. It also wants to persuade Iran to find a modus vivendi with the International Atomic Energy Agency. By agreeing to limited sanctions, Russia hopes to reduce the threat of an armed attack against Iran for as long as possible. Russia does not want an Iran equipped with nuclear weapons on its frontiers, but it would prefer to live with a nuclear Iran than face the consequences of a U.S. attack on Iran.

The ambivalence of these positions has contributed to a rapprochement with traditional U.S. allies such as Turkey and Saudi Arabia – both concerned that Iran may have access to nuclear weapons. However, like Russia and for the same reasons, they are opposed to U.S. military action. They fear the consequences at home as well as among their immediate neighbors.

As a result of the war in Iraq, Turkey has a de facto independent Kurdistan on its borders, a problem that would be seriously aggravated by a destabilized Iran. Russia intends to take advantage of this at a time when its economic exchanges with Turkey – and political convergence – are at their best for two centuries.

Russia also intends to keep improving its relations with Saudi Arabia, which opposed the war in Iraq despite its hostility to Saddam Hussein. In February 2007, Putin made a first visit by a Russian or Soviet head of state to Saudi Arabia and offered contracts for the construction of nuclear power plants and arms. He also pleaded for an increase in the number of Russian Muslims authorized to make the annual pilgrimage to Mecca. Saudi support for the Chechen rebels, openly expressed until 2002 (without recognition of the independence they claimed), suddenly stopped.

Jacques Lévesque teaches at the faculty of political science and law at the University of Quebec, Montreal. This article first appeared in Le Monde diplomatique. Distributed by Agence Global.

Voir aussi par une élève de Levesque:

La Russie: grande médiatrice du monde musulman et chrétien?
Catherine Courchesne
Cent papiers
3 août 2006

Du 3 au 5 juillet 2006 a eu lieu en Russie le premier Sommet mondial des leaders religieux. Se déroulant à quelques jours du Sommet du G8 à Saint-Pétersbourg et initié par le Conseil interreligieux de Russie (CIR), cette rencontre réunissait une centaine de responsables des Églises du Christianisme, de l’Islam, du Judaïsme et du Bouddhisme. « Il ne s’agira pas de questions théologiques ou de tentatives pour unifier les religions » (« Pas d’unification des religions au Sommet de Moscou (…), a expliqué le chargé des relations extérieures du patriarcat de Moscou, « l’objectif du sommet est de donner la possibilité aux leaders religieux d’examiner leurs positions sur les problèmes contemporains les plus importants, voire le terrorisme, l’extrémisme, la xénophobie et l’intolérance, pour que ce point de vue religieux soit présenté au G8 » ( « Le premier Sommet mondial des leaders religieux s’est ouvert à ().

Selon Vladimir Poutine, une telle rencontre trouve son importance dans les événements violents se perpétuant en Iraq et au Moyen-Orient qui, selon de nombreux analystes politiques, augmentent les tensions entre les mondes musulman et chrétien. « Des tentatives sont faites pour diviser le monde sur une base religieuse et ethnique, et pour creuser un fossé d’incompréhension entre les communautés chrétiennes et islamiques » a affirmé le Président russe Vladimir Poutine à l’ouverture du forum. Il a poursuivi en disant qu’« un conflit de civilisations est virtuellement imposé à travers le monde » ( « Putin Warns of Clash of Civilizations », The Moscow Times, (…)), sans toutefois spécifier qui est à blâmer dans ce dangereux processus de propagande. Rappelons ici que le terme « Conflit de civilisations » est devenu populaire grâce à la thèse controversée de Samuel Huntington voulant que la confrontation Est-Ouest entre les deux super-puissances est remplacée, depuis 1991, par une confrontation entre le monde civilisé (l’Occident, la liberté et la démocratie) et le monde barbare (la tyrannie islamiste opprimant le monde arabo-musulman).

Est-ce que Vladimir Poutine a raison de nous alarmer ? La grande division du monde est-elle religieuse ? Peut-on affirmer que la théorie d’Huntington est en voie de devenir réalité ? Certains diront que les attentats terroristes perpétués dans plusieurs grandes villes occidentales, les situations politiques houleuses au Moyen-Orient ou encore, la polémique entourant les caricatures du Prophète Mahomet et celle entourant le port du kirpan et du voile, sont tous des symptômes de ce grand conflit des civilisations. Quoi qu’il en soit, en organisant un Sommet interreligieux, la Russie de Poutine a cherché à se présenter à la communauté internationale en tant « qu’État multinational ayant une expérience unique des relations interethniques ainsi que celle de médiation en cas de conflits interethniques ou interconfessionnels. » ( LÉVESQUE, Jacques et Andreï Minatchev. 2004. « L’identité et la (…)) La légitimité de ce rôle de médiation se trouverait dans l’importance démographique de la communauté musulmane russe (environ 20 millions sur 143 millions d’habitants) et de la coexistence entre les cultures russo-chrétienne et musulmane depuis le VIIe siècle.

Vladimir Poutine tente donc de convaincre le monde entier du rôle de conciliation pouvant être joué par la Russie dans le contexte international actuel où l’islamophobie d’un côté et la haine envers l’Occident de l’autre semblent gagner de l’importance dans les foyers des deux camps concernés. Toutefois, une question doit être posée : tenant compte de l’interminable conflit tchétchène, la Russie est-elle crédible dans un tel rôle ? Certes, la guerre de Tchétchénie n’est pas à la base une guerre de religion, mais les Tchétchènes sont aujourd’hui identifiés comme des islamistes extrémistes ou encore, Vladimir Poutine le déclarait en 1999, comme des terroristes qu’il faut « buter jusque dans les chiottes » ( AVIOUTSKII, Viatcheslav. 2005. « La Russie et l’Islam »,Politique (…)). De son côté, l’Église orthodoxe de Russie donne son appui à la guerre, accentue ses relations avec les forces militaires et décore les chars blindés russes d’effigies religieuses… Par ailleurs, le chef d’État russe a beau répéter l’importance de ne pas mettre un signe d’égalité entre les musulmans dans leur ensemble et les islamistes fanatiques, mais l’amalgame de ces deux termes semble tout de même se faire au sein de la communauté tant russe qu’internationale.

Bref, depuis son arrivée au pouvoir, Vladimir Poutine tente de faire oublier le conflit tchétchène et de faire de la Russie un acteur incontournable dans les grands dossiers internationaux de sécurité. En ce sens, même si la déclaration conjointe adoptée par les différents chefs religieux se veut apolitique, l’organisation d’un tel sommet à quelques jours de celui du G8 constitue un geste hautement politique de la part de l’administration de Poutine qui cherche, par un tel moyen, à améliorer la position des pions russes sur le grand échiquier de la scène internationale.

2 Responses to Diplomatie: Une URSS qui n’aurait pas encore échoué? (A not-yet failed Soviet Union?)

  1. Jean Tabel dit :

    « Qui avait parlé de la France comme d’une “URSS qui aurait réussi” »:

    Jacques Lesourne, dans « Le modèle français: Grandeur et décadence »,
    cité entre autres par Nicolas Baverez dans « Les Trentes Piteuses ».

    J'aime

  2. jcdurbant dit :

    Merci pour la source que j’avais pas eu le temps de rechercher …

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :