Violences anti-chrétiennes: Souvenons-nous que les tribus d’Arabie étaient chrétiennes (Let us remember that the tribes of Arabia were Christian)

https://i2.wp.com/i129.photobucket.com/albums/p224/Ybeetse/mecca_road_sign.jpgSouvenons-nous que les tribus d’Arabie étaient chrétiennes. Les meilleurs poètes et écrivains étaient chrétiens, tout comme nombre de guerriers et de philosophes (…) Ce sont eux qui portaient la bannière du panarabisme. La première université palestinienne a été créée par des chrétiens. Abd Al-Nasser Al-Najjar (quotidien palestinien Al-Ayyam, le 25 octobre 2008)
Dans le monde entier, le cycle des persécutions commence toujours de la même façon : une sourde pression sociale, des petites vexations administratives, suivies de menaces verbales, puis d’agressions physiques jusqu’aux attentats meurtriers. Annie Laurent
Suite à notre avant-dernier billet sur la véritable captation d’héritage du judéo-chrétien que constitue l’islam …Retour sur une récente chronique du quotidien de l’Autorité palestinienne Al-Ayyam (traduite par l’excellent site MEMRI) qui a le mérite de rappeler les actuelles persécutions antichrétiennes (une véritable épuration religieuse en fait) dans une bonne partie du monde musulman.Et aussi la multimillénaire présence, souvent oubliée ou ignorée, du christianisme sur la plupart des terres envahies par l’islam.

De la Palestine à… la Péninsule arabique!

Un chroniqueur palestinien : les musulmans persécutent les chrétiens et marginalisent leur culture
L’Institut de recherche des medias du Moyen-Orient
12 novembre, 2008

Dans une chronique du quotidien palestinien Al-Ayyam, Abd Al-Nasser Al-Najjar dénonce la persécution des chrétiens dans les pays arabes, notamment sous l’Autorité palestinienne. [1] Extraits:

« En Irak, on commet actuellement un crime – un de plus dans la série des injustices amenées par le vent de changement qui souffle depuis l’occupation [des Etats-Unis] dans le but d’ensemencer la démocratie en Irak. Mais le fœtus [de la démocratie] a vu le jour déformé et étrange. La pire conséquence de cette situation est probablement le carnage des communautés ethniques et des minorités qui balaie l’Irak. Ni les sunnites, ni les chiites, ni les chrétiens, ni les Kurdes, ni les Turkmènes, ni les autres [minorités] n’ont pu y échapper.

Toutefois, la série de meurtres et d’expulsions de chrétiens, qui dure depuis plusieurs mois, est de loin la plus douloureuse – et doit être considérée comme une mise en garde face à une éventuelle propagation de l’hostilité et des crimes commis à l’encontre des minorités dans les pays voisins.

Les chrétiens sont persécutés non seulement en Irak, mais dans la plupart des pays arabes, sans égard pour leur nombre dans ces pays. Ils sont victimes de tous les types possibles de discriminations, ainsi que d’expulsions. Le problème est que ce ne sont pas seulement les officiels arabes qui gardent le silence [vu que leur mentalité primitive est centrée sur le culte du dirigeant] mais, ce qui est plus inquiétant, les intellectuels arabes, les élites, les organisations non-gouvernementales et les dirigeants du secteur privé. Tous ces groupes observent cette folie sans précédent sans évaluer le danger représenté par ces crimes.

Les statistiques révèlent qu’en 2005, le nombre de chrétiens en Irak s’élevait à 800 000. Mais début 2008, il est tombé de moitié, ce qui signifie que 50% des chrétiens irakiens ont été expulsés de leurs habitations et de leurs terres.

Aujourd’hui, le problème est également répandu en Egypte, au Liban, en Algérie et en Palestine ; même si la situation est un peu différente en Palestine, la tendance est la même.

Soyons honnêtes avec nous-mêmes en reconnaissant courageusement que les chrétiens palestiniens se reçoivent de nombreux coups durs, et continuent de souffrir en silence pour ne pas attirer l’attention. Je ne pense pas ici aux souffrances causées par l’occupation… mais aux agissements de ces vingt dernières années au moins, [qui durent depuis peut-être déjà] le début de l’occupation en 1967, et qui incluent la confiscation des propriétés des chrétiens, notamment à Bethlehem, Ramallah et Al-Birah.

Pour ne rien arranger, ceux qui pillent les propriétés [des chrétiens] ont du pouvoir ou bénéficient de l’appui de divers éléments, dont des hauts gradés et des membres influents de clans importants.

Les efforts des dirigeants politiques pour remédier au problème se sont soldés d’un échec. Le système judiciaire n’a pas non plus su [résoudre] ces problèmes, qui existent encore aujourd’hui. Ces dernières années, plusieurs de mes amis chrétiens m’ont confié les souffrances endurées, les menaces, de mort parfois, proférées parce qu’ils avaient tenté de récupérer leurs terres usurpées par d’influents résidents de Bethléem.

En outre, il y a eu des tentatives de marginalisation de la culture chrétienne en Palestine, bien qu’elle y soit foisonnante et profondément ancrée. Cela a commencé par des accusations d’impiété [à l’encontre des chrétiens]. Cette tendance a fini par affecter la société palestinienne dans son ensemble (…)

Malgré toutes les injustices [commises contre les chrétiens], aucune action constructive n’a été prise pour enrayer le phénomène et défendre leurs droits – ni par les élites, ni par aucune des trois branches [exécutive, législative et judiciaire], ni par des ONG, ni même par des factions politiques. [Des mesures auraient du être prises] non par gentillesse ou compassion, mais parce que les chrétiens palestiniens sont des indigènes sur cette terre et se trouvent dans la même situation que nous [musulmans], ayant les mêmes droits et les mêmes devoirs.

Mais le problème de fond ici est peut-être lié à la culture. Nous continuons d’insuffler une culture horrible à nos enfants, culture qui présente les chrétiens comme des infidèles (…) comme étant ‘l’autre’. Nous avons besoin d’une injection d’humanisme et de patriotisme. Nous devons hausser le ton et nous lever pour rétablir les droits bafoués des chrétiens, ceci afin de préserver l’équilibre démographique qui permettra de sauvegarder l’unité de notre pays et [d’affirmer] la légitimité de la cause palestinienne.

Souvenons-nous que les tribus d’Arabie étaient chrétiennes. Les meilleurs poètes et écrivains étaient chrétiens, tout comme nombre de guerriers et de philosophes (…) Ce sont eux qui portaient la bannière du panarabisme. La première université palestinienne a été créée par des chrétiens.

Assez [d’exemples] ! Ce ne sont pas de mots dont nous avons besoin, mais d’attitudes progressistes, et de vérité, afin qu’elle puisse être présentée aux dirigeants tyranniques, que les clercs et les anciens ne soient pas les seuls chrétiens restants en Terre sainte et dans la ville de la naissance de [Jésus]. »

[1] Al-Ayyam (Autorité palestinienne), le 25 octobre 2008

3 commentaires pour Violences anti-chrétiennes: Souvenons-nous que les tribus d’Arabie étaient chrétiennes (Let us remember that the tribes of Arabia were Christian)

  1. Ram Zenit dit :

    Les universites palestiniennes ont ete crees par …. Israel !!!!
    Avant 1967 il n’y avait pas d’Universite, ni en Cis-Jordanie (partie integrale de la Jordanie de Hussein) ni a Gaza, sous domination egyptienne!!

    J'aime

  2. jcdurbant dit :

    Si j’ai bien compris, au départ, c’était effectivement des établissements secondaires lancés sous l’impulsion des communautés chrétiennes qui ont peu à peu intégré des classes de supérieur …

    J'aime

  3. […] au siècle dernier, est sur le point de transformer, sous nos yeux faute de fidèles, "le berceau du christianisme" en "champ de pierres mortes" […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :