Election américaine: Pourquoi Obama n’a pas besoin de spots télé négatifs (Why Obama needs no negative TV ads)

Obama awash in cash
Qu’on se souvienne des présidentielles de 2000 – Bush avait été un étudiant pas très assidu, quoique diplômé de la prestigieuse université de Yale; mais il avait été bambocheur et buveur – la grande presse faisait florès du moindre verre de whisky jamais avalé. Aujourd’hui, elle passe au microscope le moindre pas de la famille Palin, et s’acharne à trouver tous les poux du monde dans la tête du gouverneur de l’Alaska. Les media se sont transformées en une machine à faire élire Obama, qui est donc à la fois le candidat du Parti démocrate et du Parti de la presse. Laurent Murawiec
McCain attaque Obama avec violence, et généralement de manière biaisée ou injustifiée. Obama risposte en citant les critiques de la presse sur le nouveau ton purement négatif de McCain. Gilles Klein (« La campagne de McCain devient agressive et négative », le 01/08/2008)
On n’évalue pas la véracité des campagnes. Si je suis McCain, par exemple, ça ne change rien si je compare des politiques économiques ou accuse Obama de mensonge – tant que je mentionne son nom, cela compte comme un spot négatif. Il n’y avait aucun moyen pratique de mesurer objectivement la virulence des messages. Sarah Niebler (sous-directrice du Wisconsin Advertising Project, citée par The Nation)
Obama produit autant de pubs négatives que McCain et utilise ses fonds supplémentaires pour faire des pubs positives. Il réussit ainsi à jouer à la fois le bon et le mauvais flic.
Le pouvoir d’achat d’Obama lui permet de faire passer un mélange de messages positifs et négatifs et de les diffuser sur une plus grande étendue. Il peut également jouer sur tous les marchés médiatiques, chers ou pas. C’est un luxe que McCain ne peut pas se payer, comme le montre sa quasi-disparition médiatique en Virginie du nord.
Obama dépense $3.5 millions par jour en messages télé. S’il continue à ce rythme jusqu’au jour de l’élection, ce sera plus que ce que McCain a obtenu du gouvernement pour l’ensemble de sa campagne d’élection depuis le début. Evan Tracey (Directeur des Opérations de CMAG)
Un sondage indique que les attaques personnelles se retournent contre McCain Le New York Times (commentant ce matin l’un de ses propres sondages – avec CBS)

Vous avez dit sondages ventriloques?

A lire sur le site Politico à la veille du dernier débat de la campagne présidentielle américaine dont on peut déjà deviner les futurs commentaires dans la presse …

Une intéressante confirmation, tirée des recherches de l’Université du Wisconsin, du notoire différentiel de moyens financiers en faveur du candidat démocrate (jusqu’à huit fois plus dans certains endroits!).

Mais surtout de la remarquable capacité de l’équipe Obama à littéralement « noyer » son adversaire sous les spots télé, lui permettant non seulement de produire sensiblement le même nombre de spots négatifs mais en plus de surenchérir sur les positifs.

D’où, sans compter le fait que la simple mention du nom de l’adversaire peut valoir à un spot télé d’être considéré comme négatif, la difficulté particulière, pour une équipe McCain qui tente, en cette période de fin de campagne (et donc d’amoindrissement de moyens financiers) et contre des médias ouvertement partisans, de ramener les projecteurs sur les nombreuses parts d’ombre de son adversaire.

Et l’impression, que mesurent alors les sondages (et surtout que commentent ensuite, abondamment et dans le sens que l’on peut imaginer, les journaux qui les commanditent), d’une surnégativité du sénateur arizonien.

Le tour étant ainsi joué qui voit des médias si prompts à revendiquer leur propre objectivité finir par enregistrer, sans parler des profits non négligeables de la vente des espaces pour lesdit spots télé, les résultats, pour une bonne part,… de leurs propres actions!

Obama drowning out McCain in TV ads
Jeanne Cummings
Politico
October 14, 2008

In the first three weeks of September, Barack Obama ran 1,342 television commercials in the Washington media market that reaches heavily populated and contested Northern Virginia.

According to The Nielsen Company, in the same period and market, John McCain aired just eight commercials on broadcast stations.

Similar disparities are playing out across the country as the Illinois Democrat flexes his financial muscle to outspend McCain and the Republican National Committee on television advertisements, in some cases by ratios of as much as 8-to-1.

As of close of business last week, Obama had spent approximately $195 million on primary and general election ads compared with $99 million by the Arizona Republican and the Republican National Committee, according to the Competitive Media Analysis Group.

And the gap is widening in the final weeks. As McCain constricted his Virginia ad campaign to cable stations and smaller, downstate media markets, Obama doubled down on Northern Virginia.

The Democrat’s average weekly broadcast buy of about $700,000 in Washington jumped last week by nearly threefold to about $2 million, according to station public records.

The spending figures are significant because they demonstrate how Obama’s fundraising advantage has helped him drown out his opponent and maintain a longer — and more positive — presence in the living rooms of voters in critical swing states.

“Obama is spending $3.5 million a day on television ads,” said Evan Tracey, CMAG’s chief operating officer. “If he does that through Election Day, it will be more than McCain got from the government for his entire general election campaign.”

Republicans are using every wrinkle and loophole in — ironically — the McCain-Feingold campaign finance law to try to keep pace and stretch their spending power.

See Also

* Bailout moving at quick pace
* Moderator Schieffer steps up to plate
* Boehner wants answers about Mahoney

The RNC is feverishly raising cash to augment McCain’s $85 million allotment from the taxpayer-backed presidential campaign financing account.

The party headquarters is expected to spend $19 million in coordinated campaign activities with McCain and another $45 million in hybrid ads that promote McCain and other Republican candidates.

The tactic, which was introduced by the Bush-Cheney reelection committee in 2004, allows a 50-50 split on ad costs for the RNC and McCain. But the results can be messy since the candidate isn’t in full control of his own message.

McCain’s much-anticipated first ad attacking Obama’s ties to former domestic terrorist Bill Ayers was widely panned because it also included an attack on congressional Democrats over federal spending, a muddling of messages deemed necessary to justify the RNC’s portion of the costs.

Even if the messaging went smoothly, though, the financial maneuvering would still only boost McCain’s spending to about $150 million for the general election.

The remaining spending gaps will have to be filled by the RNC with independent expenditures and transfers of cash to state party operations for swing-state voter turnout operations. According to Federal Election Commission disclosure forms, about $11 million has already been doled out by the RNC to seven states, most of which are in presidential battlegrounds.

But Obama’s recent purchase of two 30-minute blocks of time on two national networks — which could cost about $1 million apiece and negotiations are continuing with two other networks — has many Republicans worrying that they are up against an even bigger machine than they’d imagined.

The staggered release of fundraising disclosure reports isn’t helping their plight. Obama’s September donations totals will be released next week. Republicans won’t know how much he collects in this final month until after Election Day.

Meanwhile, Obama is urging backers to pony up for the final push and to grow his already record-breaking 2 million donors by at least 100,000 by this Friday.

The consequences of such a significant financial mismatch are already becoming evident on the Electoral College playing field.

Again, look at Virginia, a state that hasn’t backed a Democratic candidate since 1964 and is now considered a tossup.

During the heated primary with Hillary Rodham Clinton, Obama spent $1.5 million in the Old Dominion. McCain, who was cruising to the nomination and had little money at that point in the GOP primary, spent just $330,000 on ads.

Since the Democratic primary ended in June, Obama has spent another $13 million in Virginia, compared with McCain’s $5.5 million, CMAG found.

Obama’s buying power allows him to run a mix of positive and negative ads and to spread them over a wider swath of turf. He is also able to play in all media markets, expensive or not. That’s a luxury McCain can’t afford, as evidenced by his near-blackout in Northern Virginia.

« McCain is virtually invisible in the commercial breaks,” said Bill Lord, vice president of news for WJLA-TV, the Washington ABC affiliate that is owned by Politico parent company Allbritton Communications Co.

To stay competitive in Virginia and elsewhere, McCain has made a series of ad buys in smaller markets or those that can provide a two-fer by bleeding into more than one state.

Nebraska is one of just two states that distributes its Electoral College votes based on the outcome in each of its three congressional districts, an unusual allocation that enticed the Obama campaign to fight for the Omaha-based district vote while all but conceding the rest of the traditionally Republican state to McCain.

While Obama is significantly outspending McCain in the Omaha television market, McCain has been making major buys in less expensive, nearby Sioux City, Iowa, which reaches both Omaha and Hawkeye State voters.

In the first three weeks of September, McCain ran more than 1,000 ads on those smaller stations while Obama didn’t run any.

Though Iowa voted for President Bush in 2004, it is another state that Democrats are confident they can flip from red to blue come November.

Dissatisfaction with the war and the economy are helping their effort. But Obama’s early work in the primary is also paying dividends and may have put the state out of Republican reach before the general election even began.

Since June, McCain and the RNC have spent about $4 million in Iowa, airing mostly negative ads aimed at raising doubts about his opponent.

But they appear to have had little effect on Obama, who spent $10 million on television commercials introducing himself to voters before the winter caucuses.

Since June, he’s invested another $2 million on ads in in Iowa — a paltry sum by Obama’s standards but one that may reflect confidence that a roughly 12-point lead in state polls will hold up until Election Day.

A study recently released by the Wisconsin Advertising Project, an arm of the University of Wisconsin-Madison, documented similar imbalances in other key states.

The report zeroed in on one week of spending, Sept. 28 to Oct. 4. It found that Obama was outspending McCain and the RNC by more than 3-to-1 in Florida, 2-to-1 in New Hampshire and 8-to-1 in North Carolina.

“Because of Obama’s fundraising advantage, his campaign is able to spend more in more states than we’ve seen in recent memory,” said Ken Goldstein, the project’s director.

McCain and the RNC are still trying to play a little offense: Pennsylvania is a rare state they hope will flip from blue to red.

Both campaigns have spent about $16.5 million on advertisements in the Keystone State since June.

But, as in Iowa, McCain’s messages are being delivered to an audience that has already had plenty of exposure to Obama.

When his primary television budget is added to the general election spending, Obama’s overall advertising in Pennsylvania — so far — comes to $27 million, compared to McCain’s $17 million.

« Obama is matching McCain’s negative ads and using the excess spending to do positive spots. He’s able to be both the good cop and the bad cop,” said Tracey.

Voir aussi:

Poll says personal attacks backfire on McCain
Michael Cooper and Megan Thee
International Herald Tribune
October 15, 2008

The McCain campaign’s recent angry tone and sharply personal attacks on Senator Barack Obama appear to have backfired and tarnished Senator John McCain more than their intended target, the latest New York Times/CBS News poll has found.

After several weeks in which the McCain campaign unleashed a series of strong political attacks on Obama, trying to tie him to a former 1960s radical, among other things, the poll found that more voters see McCain as waging a negative campaign than Obama. Six in 10 voters surveyed said that McCain had spent more time attacking Obama than explaining what he would do as president; by about the same number, voters said Obama was spending more of his time explaining than attacking.

Over all, the poll found that if the election were held today, 53 percent of those determined to be probable voters said they would vote for Obama and 39 percent said they would vote for McCain.

The findings come as the race enters its final three weeks, with the two candidates scheduled to hold their third and last debate on Wednesday night, and as separate polls in critical swing states that could decide the election giving Obama a growing edge. But wide gaps in polls have historically tended to narrow in the closing weeks of the race as the election nears.

Voters who said that their opinions of Obama had changed recently were twice as likely to say that they had gotten better as to say they had gotten worse. And voters who said that their views of McCain had changed were three times more likely to say that they had gotten worse than to say they had improved.

The top reasons cited by those who said they thought less of McCain were his recent attacks and his choice of Governor Sarah Palin of Alaska as his running mate. (The vast majority said their opinions of Obama of Illinois, the Democratic nominee, and McCain of Arizona, the Republican nominee, had remained unchanged in recent weeks.) But in recent days, McCain and Palin have scaled back their attacks on Obama, although McCain suggested he might aggressively take on Obama in Wednesday’s debate.

With the election unfolding against the backdrop of an extraordinary economic crisis, a lack of confidence in government, and two wars, the survey described a very inhospitable environment for any Republican to run for office. More than 8 in 10 Americans do not trust the government to do what is right, the highest ever recorded in a Times/CBS News poll. And McCain is trying to keep the White House in Republican hands at a time when President George W. Bush’s job approval rating is at 24 percent, hovering near its historic low.

While the poll showed Obama with a 14 percentage-point lead among likely voters in a head-to-head matchup with McCain, when Ralph Nader and Bob Barr, the Libertarian candidate, were included in the question, the race narrowed slightly, with 51 percent of those surveyed saying that they were supporting Obama and 39 percent supporting McCain, with Nader getting the support of 3 percent and Barr 1 percent. Other national polls have shown Obama ahead by a smaller margin.

The poll suggested that the overwhelming anxiety about the economy and distrust of government have created a potentially poisonous atmosphere for members of Congress. Only 43 percent of those surveyed said that they approved of their own representative’s job performance, which is considerably lower than approval ratings have been at other times of historic discontent. By way of comparison, just before the Democrats lost control of Congress in 1994, 56 percent of those polled said that they approved of the job their representative was doing.

And after nearly eight years of increasingly unpopular Republican rule in the White House, 52 percent of those polled said that they held a favorable view of the Democratic Party, compared with 37 percent who said they held a favorable view of the Republican Party. Voters said they preferred Democrats to Republicans when it came to questions about who would better handle the issues that are of the greatest concern to voters °X including the economy, health care and the war in Iraq.

The nationwide telephone poll was conducted Friday through Monday with 1,070 adults, of whom 972 were registered voters, and it has a margin of sampling error of plus or minus three percentage points for both groups.

After several weeks in which the McCain campaign sought to tie Obama to William Ayers, a founder of the Weather Underground terrorism group, 64 percent of voters said that they had either read or heard something about the subject. But a majority said they were not bothered by Obama’s background or past associations. Several people said in follow-up interviews that they felt that McCain’s attacks on Obama were too rooted in the past, or too unconnected to the nation’s major problems.

« What bothers me is that McCain initially talked about running a campaign on issues and I want to hear him talk about the issues, » said Flavio Lorenzoni, a 59-year-old independent from Manalapan, New Jersey. « But we’re being constantly bombarded with attacks that aren’t relevant to making a decision about what direction McCain would take the country. McCain hasn’t addressed the real issues. He’s only touched on them very narrowly. This is a time when we need to address issues much more clearly than they ever have been in the past. »

The poll found that Obama is now supported by majorities of men and independents, two groups that he has been fighting to win over. And the poll found, for the first time, that white voters are just about evenly divided between McCain and Obama, who, if elected, would be the first black president. The poll found that Obama is supported by 45 percent of white voters °X a greater percentage than has voted for Democrats in recent presidential elections, according to exit polls.

McCain was viewed unfavorably by 41 percent of voters, and favorably by 36 percent. Palin’s favorability rating is now 32 percent, down 8 points from last month, and her unfavorable rating climbed nine percentage points to 41 percent. Obama’s favorability rating, by contrast, is now at 50 percent, the highest recorded for him thus far by The Times and CBS News.

There were still some strong findings for McCain. Sixty-four percent of voters polled said McCain, 72, was well-prepared for the presidency, which has been a central theme of his campaign. Fifty-one percent said Obama, 47, was.

But roughly 7 in 10 voters said Obama had the right kind of temperament and personality to be president; just over half said the same of McCain.

Obama’s supporters continued to be more enthusiastic about him than McCain’s supporters, the poll found, and more of those surveyed said they had confidence in Obama than in McCain to make the right decisions about the economy and health care. And while more than 6 in 10 said Obama understood the needs and problems of people like them, more than half said McCain did not.

Voir enfin:

Extraits:

Les squelettes qui encombrent tous les placards d’Obama n’ont jamais été dérangés ni examinés par la presse dite Mainstream, c’est-à-dire la presse « honorable ». Alors qu’un comportement systématique et permanent de coopération avec l’extrême-gauche raciste, violente et fraudeuse, avec les plus extrêmes représentants du Black Power, apôtres d’un fascisme noir, a été démontré par des enquêtes répétées, la grande presse, les networks de télévision sont restés d’un silence de plomb.

Sa carrière politique a-t-elle été lancée par le terroriste non repenti Bill Ayers, du Weather Underground, équivalent américain d’Action directe ? Obama ment sans vergogne. A propos d’Ayers : « c’est un type qui habite dans ma rue », alors que l’autre l’a fait entrer au conseil d’une fondation où il siège, et qui finance toutes sortes d’organisations louches mais situées à l’extrême-gauche, dont ACORN, aujourd’hui inculpée de fraude électorale dans dix Etats de l’Union.

La presse ne pipe mot. Alors que sa carrière politique a été couvée et promue par la sordide organisation démocrate de Chicago, machine à tricher et à voler, qui fait pâlir la Corse, Marseille et Naples réunies, qu’il y a été financé par l’escroc syrien Antoine Rezko, actuellement pensionnaire des prisons fédérales, on n’en trouve pas un mot dans les media. (…)

Les media truquent les sondages, comme la chaîne d’info télévisée en continu MSNBC, qui organise un vote, en guise de sondage, dont 80 pourcent des « électeurs » sont domiciliés à l’étranger. Ce qui a permis à la MSNBC de donner Obama grand vainqueur.

Le Washington Post et ABC-TV procèdent à un sondage où 38 pourcent des sondés sont Démocrates et 28% Républicains, et où la majorité des « indépendants » sont pro-Démocrates ; surprise, surprise, Obama en sont vainqueur.

De même, les networks de télévision procèdent par montage pour présenter un Obama clair, clairvoyant, décidé, alors qu’il bafouille et hésite quand le téléprompteur lui manque, ou qu’il n’est pas en situation de réciter les talking points (les paragraphes pondus par son équipe). Ce qui donne des discours et des réponses pleins de « mots codes » et vides de contenu ; comme il a remarquablement assimilé l’art tout washingtonien de réciter les dossiers, un peu à la façon énarque, il peut prétendre savoir de quoi il parle, alors qu’en matière de politique étrangère, il a l’ignorance crasse du novice.

On me dira : vous exagérez ! Il est brillant diplômé de Harvard ! A quoi je ferai remarquer qu’un universitaire décrit comme de grande classe devrait avoir écrit quelques articles de grande revue de droit qui auront fait date. Ici, rien, le désert.

Qu’on se souvienne des présidentielles de 2000 – Bush avait été un étudiant pas très assidu, quoique diplômé de la prestigieuse université de Yale ; mais il avait été bambocheur et buveur – la grande presse faisait florès du moindre verre de whisky jamais avalé. Aujourd’hui, elle passe au microscope le moindre pas de la famille Palin, et s’acharne à trouver tous les poux du monde dans la tête du gouverneur de l’Alaska. Les media se sont transformées en une machine à faire élire Obama, qui est donc à la fois le candidat du Parti Démocrate et du Parti de la presse.

Votez donc pour l’homme qui n’existe pas!
Laurent Murawiec
Metula News Agency
Le 15 octobre 2008

A part Bill Clinton, politicien d’exception, dont l’ambition lui servit d’idéologie, avec une habileté exceptionnelle de permis de séjour en politique, les Démocrates américains ont perdu toutes les élections présidentielles depuis 1968 ; à l’exception de Jimmy Carter, en 1976, qui s’avéra le pire président de l’histoire du pays.

Faisons les comptes : Hubert Humphrey fut battu par Richard Nixon en 1968 ; le gauchiste McGovern fut balayé comme un fétu de paille dans la tempête en 1972 par le président sortant ; Carter fut éjecté par l’électorat au profit de Ronald Reagan, en 1980, et Walter Mondale, battu à plates coutures en 1984 ; même le piteux candidat George Bush (senior) l’emporta en 1988 sur Michael Dukakis ; en 2000, George Bush Junior, qui n’était pas la crème des candidats, battit sur le fil le vice-président sortant Al Gore, et en 2004, John Kerry.

En quarante ans, les Démocrates ont occupé la Maison Blanche pendant douze ans, et les Républicains pendant vingt-huit, même quand les candidats présentés par le Grand Old Party (Républicain) ne brillaient guère. Voilà qui trace un portrait sans équivoque d’une Amérique contemporaine libérale et conservatrice.

Mais voici aussi que le Démocrate Barack Obama semble être en mesure de l’emporter. Certes, le deuxième mandat de George Bush, président à la parole dyslexique, aura été calamiteux. Même la victoire remportée en Irak par le général Petraeus n’aura pas suffi à redresser sa cote en dégringolade désastreuse.

Absent, quand les ravages de « Katrina » dévastaient le Sud-est. Mécontentant la base Républicaine en pratiquant une politique molle envers les pays de l’ « Axe du Mal » (Iran, Corée du Nord, Syrie) en politique étrangère. Et une politique incohérente en matière de déficit budgétaire et de dépenses de l’Etat, Bush léguait une planche savonneuse à tout candidat Républicain à sa succession.

La crise financière a mis un point final à tout cela. Même si l’histoire devait, à terme, se montrer plus clémente à son égard (comme elle l’est envers Harry Truman, président de 1945 à 1952, qui termina son mandat dans l’impopularité, notamment à cause d’une guerre rejetée par l’électorat en Corée), l’histoire immédiate ne l’est pas, qui se traduit par une montée réactive des Démocrates, comme le montra l’élection intermédiaire de 2006.

John McCain n’a, jusqu’à présent, pas fait une campagne très impressionnante, à l’exception de son choix du gouverneur de l’Alaska, Sarah Palin, comme colistière. Il était légèrement en tête quand la crise financière le frappa de plein fouet.

Passons outre les balivernes médiatiques : Palin est une décideuse, pourvue de cet art suprême du soldat et du politique que Clausewitz appelle l’Entschlossenheit, l’esprit de décision. Ce qu’elle ne sait pas, notamment en politique étrangère, elle peut l’apprendre ; la vertu de décision ne s’apprend pas. Truman l’avait, Carter pas. Palin la possède, et c’est ce qui fera d’elle, demain ou après-demain, une présidente.

Après leurs défaites répétées, les déroutes des candidats du sérail à chaque élection successive, les Démocrates avaient perdu l’espoir. Cette méprisable Amérique, incapable d’apprécier les merveilles de l’ONU, la beauté de l’Etat-nounou, la grandeur du fonctionnariat et de l’étatisme, l’éclat du pacifisme et du multilatéralisme, les rejetait. Il fallait faire autrement et trouver autre chose. Foin des losers genre Kerry ou Gore, il fallait trouver l’homme miracle. Et, Hosanna ! il se présentait, c’était Obama, sénateur de l’Illinois, novice ignorant, mais rock star providentielle. Le parti se donnait à lui comme une adolescente en pâmoison.

A y regarder de plus près, l’ami Barack n’est pas exactement ce qu’il paraît. Obama est le candidat cousu sur mesure, produit manufacturé, tissu d’apparences, de faussetés et de mensonges, un homme-caméléon à la biographie fabriquée, dont tous les tours et détours sont ajustés au millimètre, mais faux de fond en comble.

C’est ce qu’on appelle ici, au music-hall et au cabaret, un impersonator, un imitateur, un faux-semblant. C’est un complet veston parfait qui masque un homme contrefait. Bien entendu, pour mettre en-avant un candidat factice, encore fallait-il que ses apparences fussent respectées et que les couches de maquillage et de déguisement ne fussent jamais grattées. C’est à cela que sert la presse, parbleu ! à forcer le monde réel à ressembler à l’univers fictif de la gent médiatique, hollywoodienne, fonctionnariale et intellectuelle.

Les squelettes qui encombrent tous les placards d’Obama n’ont jamais été dérangés ni examinés par la presse dite Mainstream, c’est-à-dire la presse « honorable ». Alors qu’un comportement systématique et permanent de coopération avec l’extrême-gauche raciste, violente et fraudeuse, avec les plus extrêmes représentants du Black Power, apôtres d’un fascisme noir, a été démontré par des enquêtes répétées, la grande presse, les networks de télévision sont restés d’un silence de plomb.

Sa carrière politique a-t-elle été lancée par le terroriste non repenti Bill Ayers, du Weather Underground, équivalent américain d’Action directe ? Obama ment sans vergogne. A propos d’Ayers : « c’est un type qui habite dans ma rue », alors que l’autre l’a fait entrer au conseil d’une fondation où il siège, et qui finance toutes sortes d’organisations louches mais situées à l’extrême-gauche, dont ACORN, aujourd’hui inculpée de fraude électorale dans dix Etats de l’Union.

La presse ne pipe mot. Alors que sa carrière politique a été couvée et promue par la sordide organisation Démocrate de Chicago, machine à tricher et à voler, qui fait pâlir la Corse, Marseille et Naples réunies, qu’il y a été financé par l’escroc syrien Antoine Rezko, actuellement pensionnaire des prisons fédérales, on n’en trouve pas un mot dans les media.

« Oh ! j’ai fait une bêtise » rétorque-t-il, et d’être pris au mot par la presse débonnaire à son égard. Son aptitude étonnante à la grimpette politique, assaisonnée d’une arrogance mégalomaniaque, d’un opportunisme dénué du moindre scrupule, n’est ni remarquée ni analysée : Obama est un saint, un sauveur, il ne saurait mal faire. C’est ce qui lui permet de critiquer, avec hauteur, quiconque le critique : « C’est une diversion ! » s’exclame, méprisant, sainte Nitouche, que nul ne saurait contredire. La question ne sera pas posée, et surtout, ne trouvera aucune réponse. Bravo l’artiste, mais avec la complicité des media, nécessaire pour créer une telle immunité sans précédent dans les annales électorales.

Les media truquent les sondages, comme la chaîne d’info télévisée en continu MSNBC, qui organise un vote, en guise de sondage, dont 80 pourcent des « électeurs » sont domiciliés à l’étranger. Ce qui a permis à la MSNBC de donner Obama grand vainqueur.

Le Washington Post et ABC-TV procèdent à un sondage où 38 pourcent des sondés sont Démocrates et 28% Républicains, et où la majorité des « indépendants » sont pro-Démocrates ; surprise, surprise, Obama en sont vainqueur.

De même, les networks de télévision procèdent par montage pour présenter un Obama clair, clairvoyant, décidé, alors qu’il bafouille et hésite quand le téléprompteur lui manque, ou qu’il n’est pas en situation de réciter les talking points (les paragraphes pondus par son équipe). Ce qui donne des discours et des réponses pleins de « mots codes » et vides de contenu ; comme il a remarquablement assimilé l’art tout washingtonien de réciter les dossiers, un peu à la façon énarque, il peut prétendre savoir de quoi il parle, alors qu’en matière de politique étrangère, il a l’ignorance crasse du novice.

On me dira : vous exagérez ! Il est brillant diplômé de Harvard ! A quoi je ferai remarquer qu’un universitaire décrit comme de grande classe devrait avoir écrit quelques articles de grande revue de droit qui auront fait date. Ici, rien, le désert.

Il y a plutôt jactance et magouille. Mais on lui a tissé une pseudo-biographie dont toute aspérité gênante a été lissée. C’est l’homme qui n’existe pas qui demande leurs suffrages aux Américains. Qu’on se souvienne des présidentielles de 2000 – Bush avait été un étudiant pas très assidu, quoique diplômé de la prestigieuse université de Yale ; mais il avait été bambocheur et buveur – la grande presse faisait florès du moindre verre de whisky jamais avalé. Aujourd’hui, elle passe au microscope le moindre pas de la famille Palin, et s’acharne à trouver tous les poux du monde dans la tête du gouverneur de l’Alaska. Les media se sont transformées en une machine à faire élire Obama, qui est donc à la fois le candidat du Parti Démocrate et du Parti de la presse [1].

Le déchaînement effréné de ce monde médiatique à l’égard des candidats Républicains fait partie de la stratégie qui doit assurer la victoire du candidat factice. La moindre attaque portée contre lui est dénoncée comme « raciste » – on ne peut critiquer le candidat noir, n’est-ce pas ? Toute référence à son passé fétide est instantanément récusée – « les Républicains détournent l’attention en se livrant à des attaques personnelles », ce qui permet, avec une presse complice, d’évacuer les questions contrariantes.

Obama est une image, plagiée, de John Kennedy, mais dénuée de contenu. On dépeint un homme qui n’existe pas afin que tous puissent projeter leurs désirs en lui. Obama ! Obama ! L’air chaud parfumé à l’euphorisant qui émane de lui a un parfum de poudre de perlimpinpin. Il propose « des réductions d’impôts pour 95% des Américains ». On s’extasie – sans savoir ni se rappeler que 40% desdits Américains ne paient pas d’impôts ! Certes, tous les candidats appuient trop, exagèrent, mentent un peu ou même plus. Mais le candidat de la réalité virtuelle bat tous les records, puisque cet avatar n’est comptable de rien, pas même de son passé.

Ce qu’il y a de contenu réel chez lui est inscrit dans les fréquentations qui ont fait sa carrière : le pasteur raciste et ségrégationniste noir Jeremiah Wright (qui accuse le gouvernement américain d’avoir inventé le SIDA pour exterminer les Noirs), le terroriste Ayers, les tricheurs de Chicago, les fraudeurs d’ACORN. Dis-moi qui sont tes amis, je te dirai qui tu es. S’il l’emporte, Obama fera regretter Jimmy Carter. C’est bien lui qui a annoncé son intention de rencontrer « sans conditions préalables » Ahmadinejad, Kim Jong-Il et Hugo Chavez…

A l’intérieur, ce serait le grand retour de l’Etat-nounou, au grand dam de l’entreprise ; de l’Etat fédéral, qui met son nez partout, usurpe les prérogatives des Etats et des collectivités locales, et taxe, taxe, taxe.

Mais face au caméléon, McCain, avec toute son épaisseur humaine, n’aurait-il pas dû l’emporter ?

Sa campagne a été sérieuse mais terne ; il a fait une embardée désastreuse quand la crise financière a éclaté, n’a jamais volé dans les plumes du petit concurrent, au cours des débats télévisés. Notamment, McCain n’a pas fait des squelettes d’Obama une affaire d’Etat, au nom d’un sens de l’honneur et de la retenue, qui sont louables quoique mal placés.

Il a eu peur d’être traité de « raciste » – ce qui n’a pas empêché les proches d’Obama de l’abreuver d’insultes mensongères en ce sens -.

McCain, quand il était le Républicain rebelle, jouissait des faveurs de la grande presse, puisqu’il s’opposait souvent à son propre parti. Depuis qu’il manifeste avec éclat son soutien à la guerre d’Irak, et surtout, depuis qu’il est le candidat Républicain, la presse s’est découverte McCainophobe… mais il ne semble pas se résigner à la perte de cette audience privilégiée.

C’est de là que provient la timidité de certaines de ses positions. Son électorat est furieux, il lui sert des platitudes. L’électorat conservateur attend de l’offensive, il reçoit de l’eau tiède. Voilà qui n’est pas mobilisateur. Pour être élu, McCain a besoin de se démarquer – ce qui lui est loisible, vu son parcours d’électron libre – des erreurs Républicaines et de celles de Bush, de se signaler par l’audace dans la proposition, ce qu’il n’a pas fait, et de frapper fort, ce qu’il a soigneusement évité.

Les jeux ne sont pas faits – trois semaines, c’est long, surtout dans cette longue campagne caractérisée par d’incessants retournements. Mais l’Amérique n’est pas loin de ce qui serait une catastrophe pire que l’avènement de Jimmy Carter. Je reviendrai bientôt sur ce que serait la politique obamienne.

Note :

[1] Notons que quand le colistier d’Obama, le sénateur Joseph Biden, tout président de la Commission des affaires étrangères du Sénat qu’il soit, fait, au cours de son débat télévisé avec Sarah Palin, les gaffes les plus monumentales. Comme d’affirmer tout de go « quand avec les Français nous avons éjecté le Hezbollah du Liban » (en 2006)…

Ou, parlant de la crise financière, il affirme sans crier gare : « En 1929 le président Roosevelt a fait une intervention télévisée… », confondant le krach de Wall Street de 1929 et l’élection de Roosevelt en Novembre 1931, et oubliant, au même moment, que la télévision, en 1929, n’existait pas.

Eh ! bien, au lieu de se gausser de lui, comme ils l’auraient fait à la moindre incartade de Pali, les journalistes n’en disent rien !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :