Election américaine: Vers le retour aux années Carter? (Can we really afford another Carter term?)

Obama-Carter Les démocrates, voici trois décennies, ont réussi à faire élire Jimmy Carter après avoir organisé une débâcle au Vietnam. On pourrait voir survenir, je n’ai pas été le seul à le dire, le second mandat de Jimmy Carter – voire pire encore, car Obama est nettement plus à gauche que Carter : la débâcle que souhaitaient ardemment les démocrates cette année pour parvenir à leurs fins n’a pas eu lieu en Irak, mais au New York Stock Exchange. La brève ère Carter avait apporté la stagflation, les files d’attente devant les stations services, la plus grande avancée soviétique sur la planète depuis 1945, et l’arrivée au pouvoir de Khomeyni. Que réserveraient de nouvelles années Carter ? Je préfère n’y pas songer…Guy Milliere
Nous assistons à une agonie du système libéral. Benoît Hamon (candidat à la direction du PS)
Ce qui s’effondre, c’est le libéralisme économique. François Hollande
Après Jeremy Wright, Louis Farrakhan, le Hamas, Castro, Joseph Stiglitz, Paul Kennedy, Fukuyama, Roubini
.
Besancenot et son Nouveau Parti anticapitaliste, François Hollande, Nicolas Hulot, Marine Le Pen, l’École de management de Strasbourg qui ouvre un diplôme pour gérer des fonds musulmans, Nicolas Sarkozy, Jean Ziegler, Angela Merkel, Benoît XVI?
.
A l’heure où, à la veille peut-être du hold up du siècle, nos médias et tout ce que la planète peut compter d’antidémocrate, d’antilibéral ou d’antiaméricain se réjouissent déjà bruyamment du début de resocialisation de l’économie américaine et de la victoire annoncée du candidat probablement le plus à gauche que l’Amérique ait connu depuis la débâcle des années 30 …

Retour sur une tribune quelque peu désabusée mais toujours aussi lucide de Guy Millière la semaine dernière sur le site Les 4 vérités.

Où il montre comment l’instrumentalisation démocrate d’une crise à laquelle ils ont largement contribué et l’entretien médiatique d’une atmosphère de panique comme « l’inaptitude des Républicains à développer une réponse audible et claire » semble avoir tétanisé « l’attachement aux valeurs fondatrices » de l’Amérique d’en bas qu’incarne la candidature de John McCain.

Mais aussi, entre les mesures protectionnistes et redistributrices qui pourraient retarder le retour à la croissance et (comme en 1929?) prolonger la crise, les désastreuses conséquences économiques que pourrait avoir une telle victoire.

Ou, au niveau de la politique étrangère, le retour à l’apaisement cartérien des régimes néo-autoritaires ou totalitaires (des Poutine, Ahmadinejad et autres Chavez) comme l’éventuel lâchage, de l’Amérique latine à l’Irak, l’Afghanistan ou Israël, mais aussi de la Géorgie à l’Ukraine, des derniers pays qui tentent de leur résister …

Et si Obama était élu?
Guy Milliere
Les 4 vérités
06 octobre 2008

Le temps se couvre sur la planète. Rien d’étonnant, hélas, concernant l’Europe. Entre vieillissement des populations, islamisation diffuse, confiscation de la démocratie, asthénie économique découlant du poids des systèmes socialistes et socialisants d’État-Providence, l’Europe est épuisée. On y vit au jour le jour. On y attend la mort qui vient. Il peut s’y dessiner des crispations parfois, mais elles peuvent vite prendre des colorations saumâtres de type fasciste ou national-socialiste, ainsi en Autriche voici peu.

Après avoir dit que la crise financière ne toucherait pas l’Europe, on pratique des réponses dirigistes avec une énergie qui laisse penser que seules des réponses susceptibles de mener vers la sclérose terminale suscitent encore quelques élans.

Il n’y a malheureusement pas que l’Europe qui soit concernée, et ce qui se passe aux États-Unis ne pousse guère à l’enthousiasme. J’ai passé dans le pays plusieurs mois cette année, je l’ai parcouru en de multiples directions, d’Est en Ouest, du Nord au Sud, de villes en villages aux fins d’en faire un livre qui serait un portrait détaillé de l’Amérique à la fin des années Bush, et j’y ai discerné des tensions, des lassitudes, des inquiétudes concernant l’avenir, des volontés de tourner une page ouverte dans les douleurs du onze septembre, mais aussi, dès qu’on sort des grands centres urbains tenus par la gauche bobo, un attachement maintenu aux valeurs fondatrices, celles datant des années George Washington-Thomas Jefferson. Je pensais que cet attachement aux valeurs fondatrices l’emporterait en fin de compte, et permettrait une élection de John McCain. J’évoquais aussi la possibilité inverse, et j’en viens à considérer que c’est cette possibilité inverse qui pourrait se concrétiser avec l’élection de Barack Obama.

Ce qui aura joué ? L’atmosphère de panique qui a résulté de ce qui vient de se passer à Wall Street. L’entretien de la panique par les grands médias et par le parti démocrate. L’inaptitude des républicains à développer une réponse audible et claire. Si Barack Obama est élu, cela ne signifiera pas la fin des valeurs fondatrices, ni celle des institutions ou du capitalisme américain : il est même vraisemblable que l’éventuelle élection d’Obama ne soit qu’un épisode, un intermède au cours duquel celui-ci montrera qu’il n’a pas l’étoffe d’un Président.

Cela signifiera néanmoins la victoire temporaire aux États-Unis d’une narration socialisante concernant l’économie et le monde, et cette victoire aura des conséquences. On peut penser que des mesures protectionnistes et redistributrices seront prises qui retarderont le retour à une croissance robuste et ne seront pas sans effets sur l’économie planétaire : du côté de la Chine et de l’Inde, entre autres, mais aussi de celui de diverses contrées européennes. Quand l’économie américaine est détraquée, c’est le reste du monde qui en souffre.
La politique étrangère américaine prendra les couleurs de l’apaisement et le message sera pleinement reçu par les régimes néo-autoritaires qui, déjà, placent leurs pions sur l’échiquier : Poutine, Ahmadinejad et Chavez ne seront pas les derniers à féliciter chaleureusement le nouvel élu s’il se prénomme Barack Hussein.
Après le temps des félicitations, viendra celui de l’action. Les victimes déjà désignées d’un éventuel affaiblissement américain se situent dans les pays d’Amérique latine pas encore touchés par le caudillisme chaviste, en Irak et en Afghanistan, mais aussi en Israël où il faudrait, pour résister, des dirigeants de la trempe d’un Menahem Begin. Elles se situent, au-delà de la Géorgie, en Ukraine aussi.

Les démocrates, voici trois décennies, ont réussi à faire élire Jimmy Carter après avoir organisé une débâcle au Vietnam. On pourrait voir survenir, je n’ai pas été le seul à le dire, le second mandat de Jimmy Carter – voire pire encore, car Obama est nettement plus à gauche que Carter : la débâcle que souhaitaient ardemment les démocrates cette année pour parvenir à leurs fins n’a pas eu lieu en Irak, mais au New York Stock Exchange. La brève ère Carter avait apporté la stagflation, les files d’attente devant les stations services, la plus grande avancée soviétique sur la planète depuis 1945, et l’arrivée au pouvoir de Khomeyni. Que réserveraient de nouvelles années Carter ? Je préfère n’y pas songer…

 

 

 

2 Responses to Election américaine: Vers le retour aux années Carter? (Can we really afford another Carter term?)

  1. […] de Khomeyni. Que réserveraient de nouvelles années Carter ? Je préfère n’y pas songer… Guy Millière (octobre […]

    J'aime

  2. […] de Khomeyni. Que réserveraient de nouvelles années Carter ? Je préfère n’y pas songer… Guy Millière (octobre […]

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :