Délinquance: Comment se créent les ghettos (Be careful what you wish for: Paris discovers white flight)

wite flight.1187642110.jpg
Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre; je ne suis pas venu apporter la paix, mais l’épée. Car je suis venu mettre la division entre l’homme et son père, entre la fille et sa mère, entre la belle-fille et sa belle-mère; et l’homme aura pour ennemis les gens de sa maison. Jésus (Matthieu 10 : 34-36)
Il y a plus de larmes versées sur les prières exaucées que sur celles qui ne le sont pas. Thérèse d’Avila
Quand les dieux veulent nous punir, ils exaucent nos prières. Oscar Wilde
Nous appelions l’Amérique de nos voeux et nous sommes exaucés: même nos « problèmes », désormais, sont américains. René Girard
Je loue un appartement en face de l’église Saint-Bernard. Je me suis installée dans le quartier en 2004 parce que je voulais un peu d’exotisme. (…) Il y a trop de vandalisme, trop de violences, trop de jeunes encapuchonnés. Sylvia Bourdon
Conjointement, elle se met le 14 juin à la fenêtre de son deux-pièces pour prendre des photos de ce qu’elle qualifie « de troubles récurrents. (…) Repérée par une dizaine de garçons, elle se fait caillasser dans son appartement les jours suivants. (…) Très remontée, Sylvia Bourdon a choisi de quitter Paris et la France. Elle promet de migrer définitivement vers la Grèce dans le courant du premier semestre 2008. Le Figaro

Comme quoi on ne se méfie jamais assez de ses voeux …

Ancienne actrice de films pornos d’origine allemande (mais aussi auteure sulfureuse de deux livres et de nombre d’ambitieux projets comme une galerie d’art érotique, un concours graphique pour la monnaie unique, une exposition itinérante sur le génocide nazi et un festival de cinéma tropical) reconvertie, si l’on en croit Le Figaro, dans la dépollution qui, en mal d’exotisme, débarque à Barbès …

Ah ces bobos ! Ils viennent s’installer à bon compte dans les quartiers en voie de relégation et puis ils voudraient qu’ils soient comme les autres quartiers.

Et pourtant, si l’on suit le discours officiel, c’est pourtant sur ce quoi on compte pour atteindre au Saint Graal de la mixité sociale.

Ce qui bien sûr n’arrive jamais.

Soit les bobos arrivent à imposer leurs nouvelles normes et, la hausse consécutive de l’immobilier aidant, les résidents d’origine sont bien obligés de partir.

Soit, dans le cas contraire, c’est, comme ici, les amateurs d’exotisme facile qui se lassent et partent …

À Paris, le bureau de santé mentale veille
Thibaut Danancher
Le Figaro
Le 18 août 2007

Une habitante du XVIIIe arrondissement qui déplorait les conditions de vie de son quartier avait envoyé des mails au ministère de l’Intérieur. C’est un psychiatre qui lui a répondu.

Ce fut « le monde à l’envers » pour elle. En ouvrant son courrier samedi dernier, Sylvia Bourdon a découvert qu’elle était invitée à aller consulter un psychiatre à l’hôpital Maison-Blanche à Paris. Un rendez-vous prévu pour le 20 août à 14 heures. Objet de la convocation : des mails envoyés au ministère de l’Intérieur « pour se plaindre de ce qui se passait dans mon quartier ».

À 58 ans, elle vit dans le XVIIIe arrondissement. « Je loue un appartement en face de l’église Saint-Bernard. Je me suis installée dans le quartier en 2004 parce que je voulais un peu d’exotisme », souligne cette directrice d’une entreprise de dépollution.

Mais trois ans à peine après son arrivée, l’ancienne actrice de films pornographiques enrage. « Il y a trop de vandalisme, trop de violences, trop de jeunes encapuchonnés. »

Sylvia Bourdon décide alors de prendre les choses en main. Elle crée plusieurs blogs pour dénoncer « ce ghetto chaotique, cette aire décomposée la plus criminogène de la capitale ». Conjointement, elle se met le 14 juin à la fenêtre de son deux-pièces pour prendre des photos de ce qu’elle qualifie « de troubles récurrents ».

Repérée par une dizaine de garçons, elle se fait caillasser dans son appartement les jours suivants. Trop pour elle. Au point qu’elle adresse des mails quelque peu enflammés à des responsables du ministère de l’Intérieur « pour leur demander tout bonnement d’assurer ma sécurité ».

Migrer définitivement

Sur cette liste figurent notamment le préfet de police de Paris, Michel Gaudin, le chef de cabinet du ministre de l’Intérieur, Ludivine Olive, et le commissaire central du XVIIIe arrondissement Jean-Paul Pecquet. Des mails restés sans réponse.

Jusqu’à ce qu’elle reçoive samedi dernier une lettre qui l’a fait tomber des nues. « Suite aux divers courriers que vous avez adressés au ministère de l’Intérieur via Internet, les autorités compétentes nous ont demandé de prendre contact avec vous. Si vous le souhaitez, nous pouvons vous proposer un rendez-vous. Je vous propose le lundi 20 août 2007 à 14 heures », lui écrit le Dr Yves Pignier de l’hôpital Maison-Blanche.

Ce dernier a agi sur demande du bureau des actions pour la santé mentale de l’infirmerie psychiatrique de la Préfecture de police de Paris, chargé de l’instruction et du contrôle des hospitalisations d’office.

« Face à ce comportement des plus incompréhensibles », Sylvia Bourdon a contacté son avocat Me Christian Charrière-Bournazel, futur bâtonnier de Paris, pour qu’il rédige deux courriers à l’intention du ministre de l’Intérieur, Michèle Alliot-Marie, et au procureur de la République de Paris.

Très remontée, Sylvia Bourdon a choisi de quitter Paris et la France. Elle promet de migrer définitivement vers la Grèce dans le courant du premier semestre 2008.

Reste à savoir si elle répondra présente à sa convocation ce lundi. Elle avoue ne pas avoir encore pris sa décision.

5 commentaires pour Délinquance: Comment se créent les ghettos (Be careful what you wish for: Paris discovers white flight)

  1. […] malades, hystéries collectives, théories du complot, “fièvre acheteuse”, ruées ou fuites résidentielles, bulles ou krachs boursiers, tourisme, religions et contre-religions, nationalismes et […]

    J'aime

  2. […] Nous appelions l’Amérique de nos voeux et nous sommes exaucés: même nos « problèmes », désormais, sont américains. René Girard […]

    J'aime

  3. jcdurbant dit :

    Incroyable scène en pleine journée ce jeudi à Sevran (Seine-Saint-Denis). Un bus de la TRA (Transports rapides automobiles, filiale de Transdev) a été le théâtre d’incidents d’une rare violence.

    Alors que le bus 618 transportait des passagers, à proximité de la gare RER de Sevran-Beaudottes, une bagarre a débuté à son bord, vers 16 h 30. « Des jeunes se sont battus au fond du bus, à coups de gaz lacrymogènes, et peut-être de batte de base-ball », indique Laurent Oudotte, le directeur général de la TRA.

    « La conductrice a très bien réagi : elle a arrêté son véhicule, et fait descendre les voyageurs pour les mettre en sécurité. Elle s’est montrée très courageuse et professionnelle. »

    Mais les jeunes restés dans le bus se sont alors dirigés vers elle : « Elle a commencé à actionner sa vitre anti-agression, mais ils ont réussi à l’expulser manu militari de son poste de conduite. »

    « Je n’ai jamais vu ça ». Le directeur général de la TRA reste stupéfait des conditions dans lesquelles la machiniste a été agressée. Ayant reçu des coups dans le dos, la victime n’est pas grièvement blessée, « mais très choquée ». Agée de 40 ans, elle travaille depuis 6 ans au sein de la société de transport.

    Les adolescents ont ensuite tenté de prendre les commandes du véhicule… qui est allé s’encastrer dans un arbre 300 m plus loin.

    Les membres du comité d’hygiène et de sécurité (CHSCT) de la TRA se réuniront dans la journée de vendredi pour examiner les mesures à prendre.

    Depuis jeudi, la ligne 618 est à l’arrêt. Deux autres lignes de la TRA, la 610 et la 607, ont été déviées pour contourner la gare RER. Une équipe de protection de la TRA a également été dépêchée dans le secteur, pour sécuriser les chauffeurs.

    Laurent Oudotte insiste sur le caractère « exceptionnel » de cet épisode de violence, « alors que les incidents sont plutôt en baisse ces derniers temps » …

    http://www.leparisien.fr/sevran-93270/sevran-ils-agressent-la-conductrice-du-bus-et-se-mettent-au-volant-11-12-2015-5361517.php

    J'aime

  4. jcdurbant dit :

    Nous sommes encore proches de cette période des grandes expositions internationales qui regardait de façon utopique la mondialisation comme l’Exposition de Londres – la « Fameuse » dont parle Dostoievski, les expositions de Paris… Plus on s’approche de la vraie mondialisation plus on s’aperçoit que la non-différence ce n’est pas du tout la paix parmi les hommes mais ce peut être la rivalité mimétique la plus extravagante. On était encore dans cette idée selon laquelle on vivait dans le même monde :on n’est plus séparé par rien de ce qui séparait les hommes auparavant donc c’est forcément le paradis. Ce que voulait la Révolution française. Après la nuit du 4 août, plus de problème ! L’Amérique connaît bien cela. Il est évident que la non-différence de classe ne tarit pas les rivalités mais les excite à mort avec tout ce qu’il y a de bon et de mortel dans ce phénomène.

    René Girard

    J'aime

  5. jcdurbant dit :

    Nous avons (…) cru que le monde post-national serait un monde soft, cool, où on changerait d’identité comme de chaussures, mais les identités des autres se sont révélées moins cools que la nôtre, toujours prête à expier ses crimes réels ou supposés. Ravis de notre grande salle de gym, comme le disait Peter Sloterdijk, nous n’avons pas voulu voir que le choc des cultures se déroulait dans nos territoires perdus. Et par-dessus tout, nous avons cessé de chérir et de transmettre notre culture et notre histoire, l’une et l’autre entachées par leur ethnocentrisme supposé.

    Il faut s’empresser de préciser que le lien entre migrants et terroristes n’est pas individuel, même si quelques futurs meurtriers – qui passeraient de toute façon – se glissent dans le flux. C’est une affaire de cercles concentriques. Le djihadisme se nourrit du salafisme qui se nourrit d’un certain islam en ascension en Europe, qui se nourrit d’une immigration massive et subie que nous n’avons pas su intégrer, préférant adopter subrepticement un multiculturalisme qui consiste à ne demander aucun effort d’adaptation aux arrivants.

    Ceux qui ont attendu les attentats de Bruxelles pour admettre que le multiculturalisme a échoué ne l’admettront jamais. En réalité, il ne marche même pas dans les pays où il est la règle, comme l’ont reconnu aussi bien Angela Merkel que David Cameron. La preuve de cet échec, ce ne sont pas les attentats, c’est l’installation, dans les sociétés européennes, d’un islam rigoriste, intolérant, coercitif pour les membres du groupe et séparatiste par rapport au reste de la société. En France, l’idée que toutes les cultures doivent avoir en quelque sorte voix égale dans l’espace public, qui est à la base du multiculturalisme, nous a amenés à fermer les yeux sur de nombreuses transgressions à la laïcité ou aux valeurs communes en général. Nous avons installé des groupes, parmi lesquels une partie des musulmans de France dans le ressentiment victimaire et la conviction qu’on leur devait réparation. Et nous ne leur avons jamais demandé de «changer de généalogie» pour devenir français, comme le dit joliment Malika Sorel. Tous les Français d’origine, de culture ou de confession musulmane qu’on voit aujourd’hui défendre la laïcité et dire leur amour de la France n’ont pas été nourris au multiculturalisme mais à l’amour du modèle républicain.

    Feu mon ami Philippe Cohen définissait l’idéologie sans-frontiériste par cette boutade: la Bundesbank plus les sans-papiers – aujourd’hui on dirait la BCE plus les migrants. Donc, vous avez raison, il y a bien un lien entre les deux, de même qu’il est clair que le chômage aggrave la crise de l’intégration. Cependant, l’ascension sociale n’immunise pas contre la sécession culturelle. Plus largement, je crois en effet que les questions identitaires sont existentielles: nous pouvons vivre avec plus ou moins d’impôts, de fluidité sur le marché du travail et même de chômage. Mais nous ne pouvons pas vivre sans roman national.

    Rome ne s’est pas défaite en un jour. Nous ne croyons pas que l’Union européenne va s’auto-dissoudre solennellement, ni même qu’elle va disparaître. Dans tous les cas on sauvera les apparences, comme on le fait aujourd’hui en psalmodiant la ritournelle du couple franco-allemand alors qu’il va à vau l’eau comme le montre Luc Rosenzweig dans Causeur. Il n’y a pas de couple mais un seul patron: l’Union fonctionne comme un Empire, avec un centre qui impose son agenda et ses intérêts à ses provinces. La révolte des vassaux a déjà commencé à l’Est sur la question migratoire. Elle couve ouvertement à l’Ouest avec l’accord arraché par David Cameron comme prix de son opposition au Brexit.

    La plupart des gens ne tiennent pas à ce qu’on renverse la table, ils veulent d’une part être protégés, d’autre part avoir le sentiment de peser sur leur destin collectif – ce qui suppose d’en avoir un. Or, à l’évidence, nous n’avons pas cet horizon commun avec tous les pays de l’UE, sinon sous la forme d’une adhésion aux valeurs libérales qui nous rapproche aussi bien des Américains. C’est pourquoi nous avons besoin de savoir que les commandes nationales répondent de nouveau. Comme le montre le reportage de Daoud Boughezala, il y a aujourd’hui un renouveau du souverainisme dans lequel se retrouvent beaucoup de jeunes talentueux de droite et de gauche. Et ce n’est pas un hasard si on y croise beaucoup de Français de souche récente. C’est précisément si les Etats ne prennent pas en charge l’aspiration des peuples à retrouver leurs marques comme nations qu’il y aura un retour du refoulé nationaliste …

    Elisabeth Lévy

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :