Barbarie: AFP, Hezbollah, Hamas, même combat! (AFP at its worst: Adding insult to injury)

La joie qui entoure le retour des prisonniers est très mal perçue côté israélien. (…) De son côté, le Hezbollah a rendu dans des cercueils noirs deux soldats enlevés en 2006. (…) Les deux soldats avaient été capturés en juillet 2006 par un commando du Hezbollah à sa frontière nord. L’incident avait déclenché la guerre avec le Liban de l’été 2006. 1 200 personnes avaient été tuées côté libanais et 160 côté israélien, lors de cette offensive israélienne longue de 34 jours. AFP
Honte à la nation qui célèbre la libération d’une bête humaine qui a fracassé le crâne d’un bébé de quatre ans ! Ehud Olmert
Difficile d’imaginer spectacle plus indigne et moralement plus répugnant. Le Jerusalem Post
Les deux soldats israéliens sont revenus sur leur terre. Ehud Goldwasser et Eldad Regev ont finalement retrouvé les leurs. Le deuil va pouvoir commencer. Les larmes vont maintenant succéder à l’angoisse épouvantable de l’attente, la solitude aux effroyables hurlements, dont parle le livre du Deutéronome. La jubilation est de mise au Liban. L’AFP s’est jointe au cynisme ambiant en déclarant que l’enlèvement de ces deux soldats a causé la mort de 1200 civils au Liban. Car l’AFP ne demande pas combien il y avait de miliciens nazislamistes parmi ces civils. Elle oublie également de rappeler que les nazislamistes en question tiraient leurs missiles depuis des écoles ou des habitations et s’enfuyaient rapidement avant que le missile israélien retombe sur le point défini comme l’origine du tir. L’AFP, une fois de plus, ne s’honore pas de telles pratiques. Mais il y a longtemps qu’elle a perdu toute pudeur. Car elle a aussi oublié, l’AFP, parvenue à ce point de dégueulasserie, de dire que, depuis 2 ans, le Hezbollah n’a jamais donné un signe de vie des soldats. Contrairement à toute pratique humanitaire, le mouvement islamiste n’a jamais confirmé la vie ou la mort d’Ehoud et d’Eldad. L’AFP n’hésite pourtant pas à mentionner la convention de Genève pour les combattants du Hezbollah, qui n’en relèvent pas. En revanche, des soldats d’une armée régulière comme l’étaient les deux Israéliens (capturés en bonne santé et rendus à l’état de cadavres), eux, sont « protégés » par la Convention de Genève. Hélas, pour le Hezbollah comme pour l’AFP, la Convention de Genève est une arme contre Israël, pas une protection pour ses soldats: uniquement pour ceux de tous les autre pays au monde… A Primo, il y a bien longtemps que nous avons perdu toute illusion sur une agence de presse dont le fonctionnement est pourtant assuré par nos impôts. Mais l’AFP n’a pas plus de pudeur que le Hamas, le Hezbollah ou les Libanais qui vont accueillir les assassins de ces cadavres sur des tapis rouges. Des cavaliers du Hezbollah splendidement harnachés ont attendu les prisonniers, dont un meurtrier d’enfants, rendus par Israël en échange des dépouilles. Aucune pudeur non plus, les Hamas, Hezbollah et Libanais qui ont accueilli les cadavres sur des tapis rouges. (…) Parmi les Libanais qui doivent être libérés figure Samir Kantar, du Front de libération de Palestine (FLP), condamné en 1980 à cinq peines de prison à vie et 47 ans additionnels. On notera seulement que l’AFP, encore elle, attribue à Kantar la nationalité libanaise. Tiens, on le croyait « palestinien » ! Primo

Peut-on imaginer, comme le rappelait le Jerusalem post hier, « aperçu plus flagrant du contraste entre deux très différentes cultures »?

Au lendemain du lancement d’une nouveau « machin » censé apporter la paix au Proche-orient …

Où le même chef du gouvernement libanais qui venait de rencontrer le premier ministre israélien se permet, au-delà de toute décence, de faire un accueil triomphal (jour férié compris !) à un tueur d’enfants échangé contre les restes de soldats israéliens très probablement martyrisés au mépris de toutes les lois de la guerre …

Retour, après un tel sommet d’ignominie (et énième confirmation, s’il en fallait encore, de l’helbollisation-iranisation du pauvre Liban!), sur le cynisme et la complaisance des maitres désinformateurs de l’AFP qui, comme le montre bien le site Primo, continuent comme si de rien n’était à rabâcher les pires inepties.

Comme la soi-disant origine israélienne de la guerre du Liban de l’été 2006 et sa prétendue disproportion alors que les actes de guerre du Hezbollah avaient commencé bien avant avec l’accumulation d’armements et l’envoi quotidien de missiles sur les villes israéliennes.

Ou, faisant mine d’ignorer la stratégie délibérée de boucliers humains et de manipulations médiatiques des combattants sans uniforme du Hezbollah, l’antienne sur les 1200 victimes civiles de ladite guerre et les violations de conventions de Genève auxquelles lesdits combattants qui les violent systématiquement n’ont même pas droit …

Sans parler de la reprise en chœur du refrain de la prétendue « victoire pour la résistance » du parti politique aux 18 000 missiles qui a perdu des centaines de ses combattants et surtout semé la mort et la destruction au sein même de la population libanaise …

Les fossoyeurs
Primo
16 juillet 2008

C’est fait. Les deux soldats israéliens sont revenus sur leur terre. Ehud Goldwasser et Eldad Regev ont finalement retrouvé les leurs. Le deuil va pouvoir commencer.

Les larmes vont maintenant succéder à l’angoisse épouvantable de l’attente, la solitude aux effroyables hurlements, dont parle le livre du Deutéronome.

La jubilation est de mise au Liban. L’AFP s’est jointe au cynisme ambiant en déclarant que l’enlèvement de ces deux soldats a causé la mort de 1200 civils au Liban. Car l’AFP ne demande pas combien il y avait de miliciens nazislamistes parmi ces civils.

Elle oublie également de rappeler que les nazislamistes en question tiraient leurs missiles depuis des écoles ou des habitations et s’enfuyaient rapidement avant que le missile israélien retombe sur le point défini comme l’origine du tir.

L’AFP, une fois de plus, ne s’honore pas de telles pratiques. Mais il y a longtemps qu’elle a perdu toute pudeur.

Car elle a aussi oublié, l’AFP, parvenue à ce point de dégueulasserie, de dire que, depuis 2 ans, le Hezbollah n’a jamais donné un signe de vie des soldats. Contrairement à toute pratique humanitaire, le mouvement islamiste n’a jamais confirmé la vie ou la mort d’Ehoud et d’Eldad.

L’AFP n’hésite pourtant pas à mentionner la convention de Genève pour les combattants du Hezbollah, qui n’en relèvent pas. En revanche, des soldats d’une armée régulière comme l’étaient les deux Israéliens (capturés en bonne santé et rendus à l’état de cadavres), eux, sont « protégés » par la Convention de Genève.

Hélas, pour le Hezbollah comme pour l’AFP, la Convention de Genève est une arme contre Israël, pas une protection pour ses soldats: uniquement pour ceux de tous les autre pays au monde…

A Primo, il y a bien longtemps que nous avons perdu toute illusion sur une agence de presse dont le fonctionnement est pourtant assuré par nos impôts. Mais l’AFP n’a pas plus de pudeur que le Hamas, le Hezbollah ou les Libanais qui vont accueillir les assassins de ces cadavres sur des tapis rouges.

Des cavaliers du Hezbollah splendidement harnachés ont attendu les prisonniers, dont un meurtrier d’enfants, rendus par Israël en échange des dépouilles. Aucune pudeur non plus, les Hamas, Hezbollah et Libanais qui ont accueilli les cadavres sur des tapis rouges.

A Gaza, le Hamas a qualifié l’échange de « victoire pour la résistance ». Le gouvernement libanais lui-même, sous la férule de Suleiman, a déclaré ce 16 juillet jour férié.

Quel avenir peut avoir un peuple qui se réjouit d’échanger deux morts contre des vivants ?

Mort, où est ta victoire ? Faut-il avoir à ce point si peu confiance en soi pour appeler « victoire » un marché macabre ?

Le porte-parole du gouvernement israélien, Mark Regev, l’a qualifié de « meurtrier cruel d’enfants. Quiconque le célèbre comme héros, foule au pied les principes élémentaires de la décence humaine ». (1)

Parmi les Libanais qui doivent être libérés figure Samir Kantar, du Front de libération de Palestine (FLP), condamné en 1980 à cinq peines de prison à vie et 47 ans additionnels. On notera seulement que l’AFP, encore elle, attribue à Kantar la nationalité libanaise. Tiens, on le croyait « palestinien » !

Primo ne reviendra pas sur les arguments déployés avec beaucoup de puissance par Alain Legaret (lire).

L’agence de presse a tellement l’habitude de noyer le poisson entre le statut d’éternels réfugiés, de génération en génération et le fait d’habiter dans un pays arabe.

Confusion savamment entretenue depuis des lustres par tout ce que le monde peut compter de « palestinolâtres » et auxquels l’AFP fait droit, afin d’éviter à ses lecteurs une seule seconde de réflexion.

Maintenant, nous saurons peut-être, si les familles Goldwasser et Regev autorisent le gouvernement à pratiquer une autopsie, de quoi sont morts les deux soldats.

Ont-ils été exécutés, torturés ? Et depuis combien de temps ont-ils perdu la vie ? Cela ne nous renseignera nullement sur l’inhumanité du mouvement chiite. Celle-ci est acquise.

Mais au moins, cela mettra la communauté internationale devant des choix cruciaux. Faut-il continuer à supporter la présence de ce mouvement qui ne jure, in fine, que par la destruction, l’anéantissement de tout infidèle, Juif, païen, athée de la surface de la terre ?

Aujourd’hui, pour tout amoureux de la liberté, c’est un jour de double deuil, celui des deux soldats et celui de notre civilisation.

Jour également d’écœurement devant la violence de ce comportement ignoble, pas bestial. Seul l’homme tue par plaisir.

Depuis aujourd’hui, les belles déclarations de la communauté internationale et du président de la République française sur le sort de Guilad Shalit, voire de Ron Arad, sont plus que jamais d’actualité.

Car il n’y a rien à attendre de bon de la part de tels personnages.

Pour les familles et pour cette petite démocratie du Moyen-Orient à qui on ne cesse de faire la promesse qu’elle pourra un jour vivre en paix, « la douleur est un siècle et la mort, un moment. »

© Primo, 16 juillet 2008

1 – « Honte à la nation qui célèbre la libération d’une bête humaine qui a fracassé le crâne d’un bébé de quatre ans », a affirmé le Premier ministre israélien

Voir aussi:

A searing contrast
The Jerusalem Post
Jul. 16, 2008

If the Second Lebanon War was characterized by a lack of clarity in execution and result, yesterday brought a rare measure of clarity, and not only to the families of the Israeli soldiers kidnapped by Hizbullah two years ago, who finally learned the fate of their sons.

When the heart-sickness subsides, we will all have been left with a searing glimpse of the contrast between two very different cultures.

Lebanon yesterday celebrated the return of four Hizbullah terrorists, along with Samir Kuntar, 45, who in 1979 murdered a civilian, Danny Haran, in front of his four-year-old daughter, before crushing her skull against a rock with the butt of his rifle. Kuntar has never expressed remorse. « My oath and pledge, » he wrote Hizbullah leader Sheik Hassan Nasrallah in a letter reprinted in a Palestinian newspaper, « is that my place will be at the battlefront, which is soaked in the sweat of your giving, and the blood of the most beloved among men, and that I shall continue down the path, until complete victory. » In his hometown of Abey, one sign read: « Samir Kuntar is the conscience of Lebanon, Palestine and the Arab nation. »

Mocking the notion that much distinction remains between Hizbullah and the Lebanese government, Prime Minister Fuad Saniora and President Michel Suleiman extended an official state welcome, declared a national holiday, and greeted the five freed prisoners at Beirut’s airport. (With 11 of the 30 cabinet positions, Hizbullah enjoys veto power in the Lebanese government.)

The celebrations were led by Nasrallah, who has characterized Jews as the « grandsons of apes and pigs. »

« If we searched the entire world for a person more cowardly, despicable, weak and feeble in psyche, mind, ideology and religion, we would not find anyone like the Jew, » he has said. This from a man who, fearing for his own safety, hardly leaves his bunker.

A more undignified and morally offensive spectacle is hard to imagine.

IN ISRAEL, by way of the starkest contrast, dignity was the order of the day. The country has always respected the rights of its prisoners, even those with blood on their hands. Kuntar, for instance, received a fair trial, due process, and conjugal visits. While in jail, he earned a social science degree from the Open University.

Yesterday, however, brought to light something extraordinary: the dignity with which the Israeli side handled enemy remains; the dignity of Smadar Haran, Danny’s widow, who had asked the prime minister and cabinet not to take into consideration her pain in their deliberations about the exchange; and, not least, the dignity with which the Regev and Goldwasser families began to mourn their fallen – not in anger, but in sorrow.

There are things Israel must now do to prevent another kidnapping, including renewed vigilance on both the Lebanon and Gaza borders, and ensuring the return of Gilad Schalit. But in moving ahead, Israel must now, in its collective mourning, draw strength from its human instincts of dignity and morality – instincts which as of yesterday stand in ever starker relief with the barbarism of its enemies.

Terror is by its nature spectacular; it relies on psychological manipulation and on the propagandistic use of dramatic images and belligerent rhetoric. But its successes are empty and ephemeral. Rather than slip into demoralization, Israel must remain confident that democratic achievement, on the other hand, is by its nature seldom dramatic, but its victories are principled and lasting.

DESPITE yesterday’s ignominious displays of chest-thumping and gloating, Hizbullah stands somewhat chastened. It reportedly lost 500 to 600 of its fighters in a war which brought devastation to the Lebanese economy and infrastructure. The Iranian-backed Shi’ite militia’s senior tactician and liaison with Iran’s Revolutionary Guards, Imad Mughniyeh, was assassinated in February, and Hizbullah has not dared – or been able – to avenge his death. It has not staged an attack in two years.

But Hizbullah’s greatest loss, perhaps, has been its standing in the eyes of principled people everywhere, who can now see the difference between a political culture that valorizes brutality and celebrates a killer as its national conscience, and one that manages a quiet dignity even in the most trying of times.

Voir enfin:

Les cinq prisonniers échangés accueillis en héros au Liban

Samir Kantar et quatre autres Libanais ont été libérés à la faveur d’un accord d’échange de prisonniers et de dépouilles entre Israël et le Hezbollah. Le corps de deux soldats israéliens enlevés en 2006 ont été rendus.

Le doyen des prisonniers libanais en Israël, Samir Kantar et quatre autres prisonniers ont été accueillis en héros mercredi à leur arrivée au Liban, après leur libération par l’Etat hébreu, dans le cadre d’un accord d’échange de prisonniers et de dépouilles entre Israël et le Hezbollah. Samir Kantar et quatre autres anciens prisonniers sont arrivés à Naqoura, dans le sud du Liban, à quelques km de la frontière, à bord de quatre véhicules du Comité international de la Croix-Rouge (CICR).

Habillés en treillis des combattants du Hezbollah, un drapeau libanais en brassard, les ex-détenus sont arrivés, souriants, à l’estrade où se déroulait la cérémonie d’accueil organisée par le mouvement chiite. «C’est une libération grâce à la résistance, au sang et au martyre», a clamé le chef du bureau politique du Hezbollah.

Les cinq ex-détenus doivent se rendre à Beyrouth où les attendent leurs familles ainsi que de nombreuses personnalités politiques libanaises, dont le président Michel Sleimane.

«Honte à la nation qui célèbre la libération d’une bête humaine»

Samir Kantar, du Front de libération de Palestine (FLP), a été condamné en 1980 à cinq peines de prison à vie et 47 ans additionnels. Il a passé 30 ans dans les prisons israéliennes. En 1979, Samir Kantar avait tué dans le nord d’Israël un policier, pris en otage un civil israélien qu’il avait abattu, puis avait tué la fille de ce dernier, selon la justice israélienne.

La joie qui entoure le retour des prisonniers est très mal perçue côté israélien. «Honte à la nation qui célèbre la libération d’une bête humaine qui a fracassé le crâne d’un bébé de quatre ans», a affirmé le premier ministre Ehoud Olmert dans un communiqué, en référence à Samir Kantar.

Israël a également transféré les restes de onze combattants du Hezbollah et de Dalal al-Moghrabi, une Palestinienne membre du Fatah, au mouvement chiite, via le CICR. Un membre de la Croix Rouge a indiqué que ces restes faisaient partie de ceux des 200 combattants libanais et palestiniens qui doivent être remis mercredi par Israël dans le cadre de l’échange avec le Hezbollah.

Les deux soldats israéliens échangés sont morts

De son côté, le Hezbollah a rendu dans des cercueils noirs deux soldats enlevés en 2006. Le mouvement a maintenu jusqu’à la dernière minute le suspense sur le sort des deux militaires, Ehud Goldwasser et Eldad Regev en acheminant les cercueils à bord d’un convoi d’une dizaine de 4×4 aux vitres teintées.Tous les commentateurs du pays évoquaient mercredi «l’inhumanité» du Hezbollah qui a attendu jusqu’à la dernière minute pour confirmer la mort des deux hommes.

Les deux soldats avaient été capturés en juillet 2006 par un commando du Hezbollah à sa frontière nord. L’incident avait déclenché la guerre avec le Liban de l’été 2006. 1 200 personnes avaient été tuées côté libanais et 160 côté israélien, lors de cette offensive israélienne longue de 34 jours.

Israël espère aujourd’hui que l’accord d’échange avec le Hezbollah ne fera pas monter les enchères dans les négociations pour la libération du soldat Gilad Shalit, capturé il y a deux ans par un commando palestinien et détenu à Gaza par le Hamas.

3 Responses to Barbarie: AFP, Hezbollah, Hamas, même combat! (AFP at its worst: Adding insult to injury)

  1. abenarous dit :

    Merci pour ton texte auquel j’adhère presque complètement. Ces choses là doivent être dites.
    Honte au Liban qui célèbre en martyres des meurtriers.

    Cordialement

    A.B.
    http://abenarous.wordpress.com/

    J'aime

  2. jcdurbant dit :

    Merci, c’est le 1er texte que j’ai trouvé (sur Primo-Europe) et je voulais aussi que « les choses soient dites », mais si tu as trouvé mieux, je suis preneur …

    J'aime

  3. Israel dit :

    Qu’Hachem protège son peuple grâce à SON mérite, quoi dire de plus…

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :