Election américaine: Au secours, les munichois reviennent! (Munich all over again!)

22 juin, 2008

Pooh policySi ça fait trop mal, essaie autre chose. Winnie l’Ourson

Il est bien possible que Winston Churchill n’ait pas choisi le bon côté pour l’Inde, l’étalon or, les droites des travailleurs et beaucoup d’autres choses, et il est aussi bien possible qu’il ait eu des côtés bellicistes, mais nous pouvons également être reconnaissants qu’il y ait eu au moins un homme politique dans les années 30 qui trouvait intolérable de respirer le même air ou de partager le même continent ou la même planète avec les nazis. Christopher Hitchens

Après l’école historique des cinq minutes pour les juifs-cinq minutes pour Hitler

A l’heure où, sa mission largement accomplie (aucun attentat sur sol américain depuis le 11/9 et une Al Qaeda largement discréditée), le « cowboy » Bush s’éloigne peu à peu dans le couchant

Voilà que, à cinq mois d’une élection capitale pour l’avenir du Monde libre, le balancier repart dans l’autre sens avec le retour des isolationnistes comme le candidat munichois que se sont choisis les démocrates (et qui n’a même pas le courage de montrer les femmes voilées qui le soutiennent)…

Ou son probable conseiller pour la sécurité l’ancien Secrétaire à la Marine de Clinton Richard Danzig avec ses citations de Winnie the Pooh, Luke Skywalker et des hooligans anglais …

Ou, du côté républicain, les isolationnistes du style « America first » comme Buchanan qui, comme le rappelle Christopher Hitchens, pousse le révisionisme dans son dernier livre (« Churchill, Hitler, and the Unnecessary War ») jusqu’à mettre sur le dos de Churchill les deux dernières guerres mondiales, la catastrophe du communisme soviétique comme chinois ainsi que, pour faire bonne mesure, la destruction des Juifs!

A War Worth Fighting
Revisionists say that World War II was unnecessary. They’re wrong.
Christopher Hitchens
Newsweek
June 14, 2008

Is there any one shared principle or assumption on which our political consensus rests, any value judgment on which we are all essentially agreed? Apart from abstractions such as a general belief in democracy, one would probably get the widest measure of agreement for the proposition that the second world war was a « good war » and one well worth fighting. And if we possess one indelible image of political immorality and cowardice, it is surely the dismal tap-tap-tap of Neville Chamberlain’s umbrella as he turned from signing the Czechs away to Adolf Hitler at Munich. He hoped by this humiliation to avert war, but he was fated to bring his countrymen war on top of humiliation. To the conventional wisdom add the titanic figure of Winston Churchill as the emblem of oratorical defiance and the Horatius who, until American power could be mobilized and deployed, alone barred the bridge to the forces of unalloyed evil. When those forces lay finally defeated, their ghastly handiwork was uncovered to a world that mistakenly thought it had already « supped full of horrors. » The stark evidence of the Final Solution has ever since been enough to dispel most doubts about, say, the wisdom or morality of carpet-bombing German cities.

Historical scholarship has nevertheless offered various sorts of revisionist interpretation of all this. Niall Ferguson, for one, has proposed looking at the two world wars as a single conflict, punctuated only by a long and ominous armistice. British conservative historians like Alan Clark and John Charmley have criticized Churchill for building his career on war, for ignoring openings to peace and for eventually allowing the British Empire to be squandered and broken up. But Pat Buchanan, twice a candidate for the Republican nomination and in 2000 the standard-bearer for the Reform Party who ignited a memorable « chad » row in Florida, has now condensed all the antiwar arguments into one. His case, made in his recently released « Churchill, Hitler and the Unnecessary War, » is as follows:

* That Germany was faced with encirclement and injustice in both 1914 and 1939.
* Britain in both years ought to have stayed out of quarrels on the European mainland.
* That Winston Churchill was the principal British warmonger on both occasions.
* The United States was needlessly dragged into war on both occasions.
* That the principal beneficiaries of this were Joseph Stalin and Mao Zedong.
* That the Holocaust of European Jewry was as much the consequence of an avoidable war as it was of Nazi racism.

Buchanan does not need to close his book with an invocation of a dying West, as if to summarize this long recital of Spenglerian doomsaying. He’s already opened with the statement, « All about us we can see clearly now that the West is passing away. » The tropes are familiar—a loss of will and confidence, a collapse of the desire to reproduce with sufficient vigor, a preference for hedonism over the stern tasks of rulership and dominion and pre-eminence. It all sounds oddly … Churchillian. The old lion himself never tired of striking notes like these, and was quite unembarrassed by invocations of race and nation and blood. Yet he is the object of Buchanan’s especial dislike and contempt, because he had a fondness for « wars of choice. »

This term has enjoyed a recent vogue because of the opposition to the war in Iraq, an opposition in which Buchanan has played a vigorous role. Descending as he does from the tradition of Charles Lindbergh’s America First movement, which looked for (and claimed to have found) a certain cosmopolitan lobby behind FDR’s willingness to involve the United States in global war, Buchanan is the most trenchant critic of what he considers our fondest national illusion, and his book has the feel and stamp of a work that he has been readying all his life.

But he faces an insuperable difficulty, or rather difficulties. If you want to demonstrate that Germany was more the victim than the aggressor in 1914, then you must confine your account (as Buchanan does) to the very minor legal question of Belgian neutrality and of whether Britain absolutely had to go to war on the Belgian side. (For what it may be worth, I think that Britain wasn’t obliged to do so and should not have done.) But the rest of the kaiser’s policy, most of it completely omitted by Buchanan, shows that Germany was looking for a chance for war all over the globe, and was increasingly the prisoner of a militaristic ruling caste at home. The kaiser picked a fight with Britain by backing the white Dutch Afrikaner rebels in South Africa and by butchering the Ovambo people of what is now Namibia. He looked for trouble with the French by abruptly sending warships to Agadir in French Morocco, which nearly started the first world war in 1905, and with Russia by backing Austria-Hungary’s insane ultimatum to the Serbs after the June 1914 assassinations in Sarajevo. Moreover, and never mentioned by Buchanan at all, the kaiser visited Damascus and paid for the rebuilding of the tomb of Saladin, announced himself a sympathizer of Islam and a friend of jihad, commissioned a Berlin-to-Baghdad railroad for the projection of German arms into the Middle East and Asia and generally ranged himself on the side of an aggressive Ottoman imperialism, which later declared a « holy war » against Britain. To suggest that he felt unjustly hemmed in by the Royal Navy’s domination of the North Sea while he was conducting such statecraft is absurd.

And maybe a little worse than absurd, as when Buchanan writes: « From 1871 to 1914, the Germans under Bismarck and the Kaiser did not fight a single war. While Britain, Russia, Italy, Turkey, Japan, Spain, and the United States were all involved in wars, Germany and Austria had clean records. » I am bound to say that I find this creepy. The start of the « clean record » has to be in 1871, because that’s the year that Prussia humbled France in the hideous Franco-Prussian War that actually annexed two French provinces to Germany. In the intervening time until 1914, Germany was seizing colonies in Africa and the Pacific, cementing secret alliances with Austria and trying to build up a naval fleet that could take on the British one. No wonder the kaiser wanted a breathing space.

Now, this is not to say that Buchanan doesn’t make some sound points about the secret diplomacy of Old Europe that was so much to offend Woodrow Wilson. And he is excellent on the calamitous Treaty of Versailles that succeeded only—as was noted by John Maynard Keynes at the time—in creating the conditions for another world war, or for part two of the first one. He wears his isolationism proudly: « The Senate never did a better day’s work than when it rejected the Treaty of Versailles and refused to enter a League of Nations where American soldiers would be required to give their lives enforcing the terms of so dishonorable and disastrous a peace. »

Actually, no soldier of any nation ever lost so much as a fingernail in the service of the League, which was in any case doomed by American abstention, and it’s exactly that consideration which invalidates the second half of Buchanan’s argument, which is that a conflict with Hitler’s Germany both could and should have been averted. (There is a third Buchanan sub-argument, mostly made by implication, which is that the democratic West should have allied itself with Hitler, at least passively, until he had destroyed the Soviet Union.) Again, in order to believe his thesis one has to be prepared to argue that Hitler was a rational actor with intelligible and negotiable demands, whose declared, demented ambitions in « Mein Kampf » were presumably to be disregarded as mere propaganda. In case after case Buchanan shows the abysmal bungling of British and French diplomacy—making promises to Czechoslovakia that could never have been kept and then, adding injury to insult, breaking those promises at the first opportunity. Or offering a guarantee to Poland (a country that had gleefully taken part in the dismemberment of Czechoslovakia) that Hitler well knew was not backed by any credible military force.

Buchanan is at his best here, often causing one to whistle at the sheer cynicism and stupidity of the British Tories. In the Anglo-German Naval Agreement of June 1935, for example, they astounded the French and Italians and Russians by unilaterally agreeing to permit Hitler to build a fleet one third the size of the Royal Navy and a submarine fleet of the same size as the British! Not only was this handing the Third Reich the weapon it would soon press to Britain’s throat, it was convincing all Britain’s potential allies that they would be much better off making their own bilateral deals with Berlin. Which is essentially what happened.

But Buchanan keeps forgetting that this criminal foolishness is exactly the sort of policy that he elsewhere recommends. In his view, after all, Germany had been terribly wronged by Versailles and it would have been correct to redraw the frontiers in Germany’s favor and soothe its hurt feelings (which is what the word « appeasement » originally meant). Meanwhile we should have encouraged Hitler’s hostility to Bolshevism and discreetly rearmed in case he should also need to be contained. This might perhaps have worked if Germany had been governed by a right-wing nationalist party that had won a democratic vote. However, in point of fact Germany was governed by an ultra-rightist, homicidal, paranoid maniac who had begun by demolishing democracy in Germany itself, who believed that his fellow countrymen were a superior race and who attributed all the evils in the world to a Jewish conspiracy. It is possible to read whole chapters of Buchanan’s book without having to bear these salient points in mind. (I should say that I intend this observation as a criticism.) As with his discussion of pre-1914 Germany, he commits important sins of omission that can only be the outcome of an ideological bias. Barely mentioned except in passing is the Spanish Civil War, for example, where for three whole years between 1936 and 1939 Germany and Italy lent troops and weapons in a Fascist invasion of a sovereign European nation that had never threatened or « encircled » them in any way. Buchanan’s own political past includes overt sympathy with General Franco, which makes this skating-over even less forgivable than it might otherwise be.

On the one occasion where Spain does get a serious mention, it illustrates the opposite point to the one Buchanan thinks he’s making. The British ambassador in Berlin, Sir Neville Henderson, is explaining why Hitler didn’t believe that Britain and France would fight over Prague: « [Hitler] argued as follows: Would the German nation willingly go to war for General Franco in Spain, if France intervened on the side of the Republican government? The answer that he gave himself is that it would not, and he was consequently convinced that no democratic French government would be strong enough to lead the French nation to war for the Czechs. »

In this instance, it must be admitted, Hitler was being a rational actor. And his admission—which Buchanan in his haste to indict Anglo-French policy completely fails to notice—is that if he himself had been resisted earlier and more determinedly, he would have been compelled to give ground. Thus the whole and complete lesson is not that the second world war was an avoidable « war of choice. » It is that the Nazis could and should have been confronted before they had fully rearmed and had begun to steal the factories and oilfields and coal mines and workers of neighboring countries. As Gen. Douglas MacArthur once put it, all military defeats can be summarized in the two words: « Too late. » The same goes for political disasters.

As the book develops, Buchanan begins to unmask his true colors more and more. It is one thing to make the case that Germany was ill-used, and German minorities harshly maltreated, as a consequence of the 1914 war of which Germany’s grim emperor was one of the prime instigators. It’s quite another thing to say that the Nazi decision to embark on a Holocaust of European Jewry was « not a cause of the war but an awful consequence of the war. » Not only is Buchanan claiming that Hitler’s fanatical racism did not hugely increase the likelihood of war, but he is also making the insinuation that those who wanted to resist him are the ones who are equally if not indeed mainly responsible for the murder of the Jews! This absolutely will not do. He adduces several quotations from Hitler and Goebbels, starting only in 1939 and ending in 1942, screaming that any outbreak of war to counter Nazi ambitions would lead to a terrible vengeance on the Jews. He forgets—at least I hope it’s only forgetfulness—that such murderous incitement began long, long before Hitler had even been a lunatic-fringe candidate in the 1920s. This « timeline » is as spurious, and as sinister, as the earlier dates, so carefully selected by Buchanan, that tried to make Prussian imperialism look like a victim rather than a bully.

One closing example will demonstrate the corruption and prejudice of Buchanan’s historical « method. » He repeatedly argues that Churchill did not appreciate Hitler’s deep-seated and respectful Anglophilia, and he continually blames the war on several missed opportunities to take the Führer’s genially outstretched hand. Indeed, he approvingly quotes several academic sources who agree with him that Hitler invaded the Soviet Union only in order to change Britain’s mind. Suppose that Buchanan is in fact correct about this. Could we have a better definition of derangement and megalomania than the case of a dictator who overrules his own generals and invades Russia in wintertime, mainly to impress the British House of Commons? (Incidentally, or rather not incidentally, it was precisely that hysterical aggression that curtain-raised the organized deportation and slaughter of the Jews. But it’s fatuous to suppose that, without that occasion, the Nazis would not have found another one.)

It is of course true that millions of other people lost their lives in this conflict, often in unprecedentedly horrible ways, and that new tyrannies were imposed on the countries—Poland, Czechoslovakia and China most notably—that had been the pretexts for a war against fascism. But is this not to think in the short term? Unless or until Nazism had been vanquished, millions of people were most certainly going to be either massacred or enslaved in any case. Whereas today, all the way from Portugal to the Urals, the principle of human rights and popular sovereignty is at least the norm, and the ideas of racism and totalitarianism have been fairly conclusively and historically discredited. Would a frightened compromise with racist totalitarianism have produced a better result?

Winston Churchill may well have been on the wrong side about India, about the gold standard, about the rights of labor and many other things, and he may have had a lust for war, but we may also be grateful that there was one politician in the 1930s who found it intolerable even to breathe the same air, or share the same continent or planet, as the Nazis. (Buchanan of course makes plain that he rather sympathizes with Churchill about the colonies, and quarrels only with his « finest hour. » This is grotesque.) As he closes his argument, Buchanan again refuses to disguise his allegiance. « Though derided as isolationists, » he writes, « the America First patriots kept the United States out of the war until six months after Hitler had invaded Russia. » If you know anything at all about what happened to the population of those territories in those six months, it is rather hard to be proud that America was neutral. But this is a price that Buchanan is quite willing to pay.

I myself have written several criticisms of the cult of Churchill, and of the uncritical way that it has been used to stifle or cudgel those with misgivings. (« Adlai, » said John F. Kennedy of his outstanding U.N. ambassador during the Bay of Pigs crisis, « wanted a Munich. ») Yet the more the record is scrutinized and re-examined, the more creditable it seems that at least two Western statesmen, for widely different reasons, regarded coexistence with Nazism as undesirable as well as impossible. History may judge whether the undesirability or the impossibility was the more salient objection, but any attempt to separate the two considerations is likely to result in a book that stinks, as this one unmistakably does.

Publicités

Diplomatie: Nous étions chinois et nous ne le savions pas (Our diversity is worth more than your rights)

21 juin, 2008

Chirac goes native in China

Au moment où s’impose la nécessité de repenser la notion de progrès pour réconcilier l’homme et son environnement, il faut remettre la culture, la diversité des cultures au coeur même du projet de l’humanité. Ma conviction est que chaque peuple a un message singulier à délivrer au monde. Chaque peuple peut enrichir l’humanité en apportant sa part de beauté de création, de vérité. Jacques Chirac (Musée du Quai Branly, le 9 juin dernier)

Dans la démocratie européenne, j’ajoute que tous ceux qui ont fait l’expérience de renoncer à la défense des droits de l’homme au bénéfice de contrats, n’ont pas eu les contrats et ont perdu sur le terrain des valeurs. Nicolas Sarkozy Parlement européen, Strasbourg, le 13 novembre 2007

Dans un monde menacé d’uniformisation, dans un monde dominé par la technique, où les valeurs marchandes tendent à l’emporter sur toutes les autres, l’Europe ne peut être l’Europe aux yeux de tous les hommes que si elle défend des valeurs, des valeurs de civilisation, des valeurs spirituelles que si elle rassemble toutes ses forces pour défendre la diversité culturelle, mais que défendrons-nous en termes de diversité si nous n’avons pas préservé nos identités. Nicolas Sarkozy (Parlement européen, Strasbourg, le 13 novembre 2007)

La diversité, nous devons la reconnaître partout comme une valeur de civilisation, comme un principe politique fondamental aussi important que la démocratie. (…) Pourquoi le grand miracle andalou, pourquoi le miracle de Cordoue et celui de Grenade, ne pourraient-ils plus se reproduire ? Ils étaient donc plus intelligents, plus courageux que nous ? Pourquoi la diversité qui fut si longtemps le lot de Constantine, d’Alexandrie ou de Beyrouth, pourquoi cette diversité serait-elle devenue impossible ? Serions-nous si peu à l’image de ceux qui nous ont précédés ? Ils étaient ouverts, nous serions devenus sectaires. Alors qu’il n’a jamais été aussi facile de se déplacer et de communiquer, ce qu’ils ont fait avant-hier, nous ne serions pas capables de le faire pour demain ? Nicolas Sarkozy (Universite de Mentouri, Constantine, le 5 décembre 2007)

Une politique de civilisation, c’est une politique de la diversité, c’est une politique qui fait du respect de la diversité des opinions, des cultures, des croyances, des religions un principe universel. Mes chers amis saoudiens, la diversité ce n’est pas seulement une valeur occidentale. C’est une valeur qui doit être commune à toutes les civilisations. D’ailleurs, la diversité, c’était une valeur qui était à l’honneur à Alexandrie, à Constantine, à Cordoue. Nicolas Sarkozy (Ryad, le 14 janvier dernier)

C’est là toute l’habileté et l’ambivalence du « dialogue des civilisations ». Sous couvert d’ouverture au monde, l’Iran aspire en fait à faire prévaloir sa vison des débats contemporains en les rattachant à l’islam. (…) De l’éthique à la protection de l’environnement en passant par la critique des excès du capitalisme et de la mondialisation, l’Iran veut recoller à la modernité en proposant une lecture islamique des débats qui la travaillent. (…) Le dialogue des civilisations dissimule en fait un dialogue toujours inégalitaire et perpétue de façon certes adoucie la posture militante de l’islamisme. Eternel quiproquo de la politique culturelle entre les pays européens et l’Iran. (…) Derrière l’apparent traditionalisme du discours identitaire, reparait la figure typiquement moderne de la posture militante. Frédéric Tellier

Le président Sarkozy aurait-il été engagé par la Fondation Chirac?

Qui « insiste pour apparaître comme une puissance du Sud » ?

Qui « rappelle sa présence aux côtés des non-alignés » ?

Qui « revendique un « partenariat stratégique d’un type nouveau », caractérisé par « l’égalité et la confiance réciproque sur le plan politique » et « la coopération gagnant-gagnant sur le plan économique » »?

Autrement dit, qui « plaide sans complexe pour un affairisme différentialiste sur le mode : « Nos profits valent mieux que les droits de l’homme » « ?

Telles sont les intéressantes questions que soulève l’analyse de Caroline Fourest, dans Le Monde d’avant-hier, de la dernière illustration du « modèle chinois post-totalitaire« , à savoir la Chinafrique.

Même si on ne sait plus bien au bout d’un moment s’il faut parler d’une chiraquisation de la Chine ou… d’une sinisation de la Sarkozie?

Extrait:

En attendant, le nouvel ordre mondial à l’ombre de la Chine promet des heures d’instabilité au détriment des droits de l’homme. Qui aura les moyens de lui tenir tête ? Pas la France de Nicolas Sarkozy, si sensible aux intérêts des milieux d’affaires. Lors de son discours sur la politique de civilisation, il a suggéré une diplomatie préférant « la diversité à la démocratie ». Une expression qui correspond mot pour mot au credo utilisé par les dirigeants chinois pour revendiquer un monde placé sous le signe du différentialisme et de l’affairisme, et non sous le signe l’universalisme et des droits de l’homme.
Lire le reste de cette entrée »


Europe/Etats-Unis: I’m a poor lonesome cowboy (Will Europe have to finally do its own dirty work as cowboy Bush rides into the sunset?)

20 juin, 2008
high-noonLe défi du monde post-moderne est de s’habituer à l’idée de deux poids deux mesures. Entre nous, nous fonctionnons sur la base de lois et du principe de la sécurité ouverte et coopérative. Mais dans nos rapports avec des types d’Etat moins avancés en dehors du continent post-moderne de l’Europe, nous devons revenir aux méthodes moins policées de jadis – la force, l’attaque préemptive, la dissimulation, tout ce qui peut être nécessaire pour traiter avec ceux qui vivent toujours dans le monde du XIXe monde du chacun pour soi. Entre nous, nous respectons la loi mais quand nous sommes confrontés à la jungle, il nous faut à notre tour employer les lois de la jungle. Robert Cooper
Nous ne pouvons accepter ni un monde politiquement unipolaire, ni un monde culturellement uniforme, ni l’unilatéralisme de la seule hyperpuissance. Hubert Védrine (1999)
La combinaison de la religion et du nationalisme en Amérique est effrayante. Nous nous sentons trahis par Dieu et le nationalisme et c’est pourquoi nous bâtissons l’Union européenne comme barrière à la guerre religieuse. Dominique Moisi (IFRI, 2006)
It’s strange for me to say it, but this process of change has started because of the American invasion of Iraq. I was cynical about Iraq. But when I saw the Iraqi people voting three weeks ago, 8 million of them, it was the start of a new Arab world. The Syrian people, the Egyptian people, all say that something is changing. The Berlin Wall has fallen. We can see it. Walid Jumblatt (2005)
Les deux candidats à la succession de M. Bush, John McCain et Barack Obama, ont pour point commun de vouloir tourner la page du « bushisme ». Il faut espérer que, quel que soit le vainqueur de l’élection du 4 novembre, sa présidence mettra fin à une des périodes les plus sombres de la relation entre les Etats-Unis et l’Europe. Le Monde
La situation est riche en ironies. Le rejet par l’Europe de la Machtpolitik, son hostilité à l’usage des armes en politique internationale, dépendent de la présence de troupes américaines sur son sol. Le nouvel ordre kantien dont elle jouit ne pouvait fleurir que sous le parapluie protecteur de la puissance américaine exercée selon les règles du vieil ordre hobbésien. (…) Les dirigeants américains sont convaincus que la sécurité mondiale et l’ordre libéral, tout comme le paradis « postmoderne » qu’est l’Europe, ne sauraient survivre longtemps si l’Amérique n’utilisait pas sa puissance dans ce monde dangereux, hobbésien, qui est toujours la règle hors d’Europe. (…) Ainsi, bien que les Etats-Unis aient eu naguère le rôle décisif dans l’accès de l’Europe au paradis kantien, et le jouent toujours pour en assurer la survie, ils ne sauraient eux-mêmes entrer dans cet éden. Ils en gardent la muraille, mais ne peuvent en franchir la porte. Les Etats-Unis, en dépit de leur puissance considérable, demeurent englués dans l’histoire, contraints d’affronter les Saddam Hussein, les ayatollahs, les Kim Jong-iI et les Jiang Zemin, laissant à d’autres la chance d’en toucher les dividendes. Robert Kagan (2002)
N’importe qui peut jouer les gentils quand les mauvais garçons ont été abattus et le train a sifflé trois fois. Alors les habitants de la ville qui jusque là tremblaient comme une feuille peuvent ressortir dans la grand’ rue et féliciter le shérif à coups de grandes claques dans le dos, se réjouissant que son pistolet soit à nouveau tranquillement rangé dans son étui – et que tous ces cadavres de méchants hors-la-loi soient commodément hors de vue chez le croque-morts. Victor Davis Hanson
Les Européens disent maintenant au revoir à M. Bush, et espèrent l’élection d’un président américain qui partage, le croient-ils, leurs attitudes sophistiquées de postnationalisme, post-modernisme et multiculturalisme. Mais ne soyez pas étonné si, afin de protéger la liberté et la démocratie chez eux dans les années à venir, les dirigeants européens commencent à ressembler de plus en plus au cowboy à la gâchette facile de l’étranger qu’ils se délectent aujourd’hui à fustiger. Natan Sharansky

Après une nouvelle interruption non volontaire de service pour mise en ligne de  » propos contraires à la loi »

A l’heure où, Bush s’éloignant seul dans le couchant, les commentateurs se réjouissent de plus en plus ouvertement de la victoire annoncée du candidat démocrate et de la fin qu’elle est censée apporter à la « politique de cowboy » de son prédécesseur …

Intéressante remise des pendules à l’heure de Natan Sharansky qui, tout en rappelant que la dénonciation de l’hyperpuissance avait déjà commencé sous Clinton, revient sur les liens inséparables entre une identité forte n’excluant pas nécessairement la dimension religieuse et une saine et robuste démocratie.

Et pointe, contre les théories à la mode post-identitaires, les contradictions de plus en plus criantes, dans nombre de pays européens, entre les restrictions sur l’expression religieuse dans la vie publique (comme les signes religieux à l’école) et le laxisme face à des atteintes beaucoup plus graves aux normes démocratiques de base comme les mariages forcés, les mutilations sexuelles ou les crimes d’honneur.

Avant de conclure, non sans ironie, sur le probable retour (menace fondamentaliste oblige!) des mêmes Européens, comme en témoignent les récentes victoires électorales des Merkel, Sarkozy et Berlusconi ainsi que la défaite surprise d’un Ken Livingston à la mairie de Londres, à la politique plus musclée d’une administration Bush qu’ils se délectent aujourd’hui à fustiger …

Lire le reste de cette entrée »


Election américaine: Toutes les conditions réunies… pour un nouveau Munich? (Munich all over again?)

19 juin, 2008
https://i0.wp.com/www.vigile.net/local/cache-vignettes/L400xH300/1-4584-76f82-5345c.jpgMes bons amis, pour la deuxième fois de notre histoire, un premier ministre britannique revient d’Allemagne apportant la paix dans l’honneur. Je crois que c’est la paix pour notre temps… Rentrez-chez vous et dormez en paix. Neville Chamberlain
Vous aviez le choix entre le déshonneur et la guerre, vous avez choisi le déshonneur, vous aurez la guerre. Winston Churchill
Je veux aussi, une fois élu, organiser un sommet dans le monde musulman, avec tous les chefs d’Etat, pour discuter franchement sur la façon de contenir le fossé qui s’agrandit chaque jour entre les musulmans et l’Occident. Je veux leur demander de rejoindre notre combat contre le terrorisme. Nous devons aussi écouter leurs préoccupations. (…) Je veux dialoguer directement avec l’Iran et la Syrie. Nous ne stabiliserons pas la région si nous ne parlons pas à nos ennemis. Lorsqu’on est en désaccord profond avec quelqu’un, il faut lui parler directement. Barack Obama
À l’heure du village-planétaire peuplé de “citoyens du monde”, nous continuons à verser des tributs. Nous discutons avec le président iranien, nous nous réconcilions avec le colonel Kadhafi. Ce n’est pas grave, nous dit-on. Ce n’est pas grave parce que nous sommes condamnés à nous entendre. En douter, c’est être belliciste, réactionnaire, inhumain. De Munich à Srebrenica, une même logique est à l’œuvre, celle de l’accommodement. Et l’accommodement, ça finit bien souvent par des fosses communes. L’Occident contemporain est fier de son pacifisme, de ses droits de l’homme. Il s’en gargarise et y voit un signe supérieur de civilisation. Loïc Lorent
52% d’entre eux pensent qu’Obama va gagner le scrutin de novembre contre 41% qui anticipent un succès de McCain. Gallup
C’est le plus mauvais environnement politique pour le parti au pouvoir depuis la deuxième guerre mondiale. Alan Abramowitz (spécialiste de l’élection américaine, Emory University)
On peut pas critiquer Hillary. Ouh, c’est du sexisme. On peut pas critiquer Barack. Ouh, c’est du racisme. Et on peut pas s’attaquer à McCain, parce que ce serait de l’abus de personnes âgées. Jay Leno
Je ne ferais pas de l’âge un thème de campagne. Je me refuse exploiter politiquement la jeunesse et l’inexpérience de mon adversaire. Reagan (73 ans, 1984)
Je suis plus vieux que la poussière, j’ai plus de cicatrices que Frankenstein mais j’ai appris deux ou trois choses au passage. John McCain
How terribly strange to be 70 … Paul Simon

Hoover 1932, Stevenson 1952, Humphrey 1968, Carter 1980,… McCain 2008?

Membre du parti au pouvoir pendant 28 des 40 dernières années, membre du parti sortant (seul Bush père, après les deux termes de Reagan, a réussi l’exploit d’une telle élection), candidat à la succession du plus impopulaire président de l’histoire américaine récente (pire même qu’un Truman ou Nixon) …

Presque aussi âgé que Dole en 96, plus âgé que Reagan en 81 (mais plus jeune que lui lors de sa réélection ou… de la coqueluche de la jeunesse branchée, un certain Ralph Nader!), objet de méfiance potentiellement plus grande de seniors plus au fait des fragilités de l’âge …

A l’heure où, des deux côtés de l’Atlantique, tant de nos têtes parlantes se réjouissent de plus en plus ouvertement de l’élection annoncée du premier président noir de l’histoire américaine …

Ou, alternativement et contre toute évidence, se lamentent qu’une Amérique prétendument plus raciste que jamais interdise une telle éventualité pour leur favori …

Comment ne pas voir, comme le rappelle le site Politico cité par Eric Dupin, que toutes les conditions historiques sont réunies, pour que, face au candidat démocrate le plus radical et inexpérimenté depuis McGovern il y a 36 ans, un candidat républicain pourtant non sortant et des plus atypiques rejoigne la liste des défaites mémorables?

Mais surtout, 70 ans après « la paix pour notre temps » de Neville Chamberlain et à l’heure où le premier Etat terroriste de la planète tente de se doter de l’arme nucléaire et parle ouvertement de solution finale, pour que l’élection de novembre prochain soit aussi celle du premier président… munichois?
Lire le reste de cette entrée »


Esclavage: C’est une coutume établie parmi les Nègres (William Snelgrave)

18 juin, 2008
African slave tradersC’est une coutume établie parmi les Nègres de rendre esclaves tous les captifs qu’ils font à la guerre. On sait de manière à n’en pouvoir douter qu’un grand nombre de captifs pris à la guerre seraient exposés à être massacrés cruellement si les vainqueurs ne trouvaient pas s’en défaire en les vendant aux Européens. William Snelgrave
Le 8 août 2007, le Parlement mauritanien a adopté une loi condamnant jusqu’à dix ans de prison tout détenteur d’esclave. En République islamique de Mauritanie, la première ordonnance abolissant l’esclavage date de 1981. Ces législations anachroniques soulignent l’ampleur d’une question restée longtemps taboue : pourquoi, quatorze siècles après la Révélation coranique, plusieurs millions de personnes sont-elles aujourd’hui encore réduites en servitude dans certaines sociétés et pays musulmans ? (…) Car aujourd’hui, comme le souligne Malek Chebel, les « serviteurs » noirs de Mauritanie, les « domestiques » des palais marocains ou des monarchies du Golfe, les enfants exploités en Afrique de l’Ouest ou en Indonésie sont-ils autre chose que des « esclaves modernes ? L’Express

Enfin réédité en français, par l’un des éditeurs de la correspondance de Tocqueville qui l’a retrouvé dans sa bibliothèque, cet étonnant journal de bord d’un négrier anglais le capitaine William Snelgrave publié en 1734 et traduit en français l’année suivante (« Journal d’un négrier au XVIIIe siècle. Nouvelle relation de quelques endroits de Guinée et du commerce d’esclaves qu’on y fait, 1704-1734″ »).

Et ce pour son témoignage de première main sur la traite des Noirs entre la côte de Guinée et les Antilles et surtout sa partie intra-africaine, systématiquement occultée (comme d’ailleurs les traites musulmanes) par nos belles âmes et amateurs de culpabilité rétrospective.

Notamment, contre les guimauveries des chantres du bon sauvage et entre sacrifices humains et cannibalisme, les cruelles et brutales réalités de l’Afrique de l’époque.

Mais aussi, comme en témoigne son ton apologétique, l’opposition à laquelle, du sein même de l’Angleterre, tout le système était de plus en plus confronté …

Lire le reste de cette entrée »


Affaire Gouguenheim: Ce qu’on diffuse dans le public est tronqué (Sic the dogs on the bean-spiller!)

17 juin, 2008

https://jcdurbant.files.wordpress.com/2008/06/92126-averroes2-1209234139.png?w=450

Les groupes n’aiment guère ceux qui vendent la mèche, surtout peut-être lorsque la transgression ou la trahison peut se réclamer de leurs valeurs les plus hautes. (…) L’apprenti sorcier qui prend le risque de s’intéresser à la sorcellerie indigène et à ses fétiches, au lieu d’aller chercher sous de lointains tropiques les charmes rassurant d’une magie exotique, doit s’attendre à voir se retourner contre lui la violence qu’il a déchainée. Pierre Bourdieu

Après les manuels expurgés puis floutés,… les historiens mis à l’index!

A la veille, suite à une demande expresse – pétitions médiatiques à l’appui (à quand les poursuites judiciaires?) – d’une partie de ses pairs, de l’examen de la correction politique du dernier et très controversé ouvrage de Stéphane Gouguenheim par le conseil scientifique de l’ENS de Lyon …

Confirmation, dans un entretien de l’Express de cette semaine et par l’interessé lui-même (par ailleurs contraint à interrompre son enseignement), des griefs qui lui sont faits.

A savoir d’avoir, après d’autres peut-être plus protégés par leur notoriété, voulu s’adresser directement au grand public et d’avoir trahi ainsi les secrets de la tribu …

Extraits:

J’étais alors totalement convaincu par la thèse que je critique aujourd’hui. (…) J’étais surpris de ne pas retrouver ces faits dans la plupart des manuels de base.

j’ai eu le sentiment d’une grande différence entre les articles des savants et les manuels scolaires. Ce qu’on diffuse dans le public est tronqué : on parle de l’intermédiaire arabe, pas de la « filière grecque

Je ne suis pas contre les ponts entre les civilisations. Mais on ne les construira pas en s’appuyant sur un Moyen Age de fiction. A cette époque, l’idée de dialogue des civilisations n’existait pas.

J’ai mis en cause, sans violence, une doxa. J’ai aussi dérangé ce qu’on appelle le mandarinat. Pour les spécialistes, je ne suis pas habilité à m’exprimer sur le sujet. Je ne serais pas compétent car je suis sorti de mon domaine habituel. Ce n’est pas accepté. On ne me le pardonne pas. J’ai seulement voulu m’adresser au grand public. Ce que je regrette, c’est qu’à un livre qui peut être discuté on répond par des pétitions et le lynchage médiatique.

bien que je ne sois pas le premier à l’écrire ! Je dis une chose simple : il faut voir les hommes du Moyen Age tels qu’ils étaient vraiment. Averroès est un grand génie du Moyen Age, mais il ne faut pas en faire un homme du xxe siècle. Je pense la même chose de saint Thomas ou de Maimonide. Ne les transformons pas en « agnostiques » ou en « tolérants », notions anachroniques.

Lire le reste de cette entrée »


UPM: Avons-nous vraiment besoin d’un nouveau club Med pour dictateurs arabes en détresse? (Do we really need a new Club Med for aging Arab dictators?)

15 juin, 2008
Club Med
En réalité, la principale préoccupation de ces dirigeants n’est pas d’intégrer un club de démocraties méditerranéennes, mais de sanctuariser leurs régimes et de maintenir leurs clans au pouvoir. (…) La fermeture du champ politique met en rivalité deux systèmes totalitaires et écarte toute hypothèse démocratique. Il n’y aura pas d’alternance par les urnes. Elle se fera un jour dans la rue, au profit des islamistes. Antoine Basbous
Ce n’est pas l’UPM qui doit faire la normalisation entre Israël et les pays arabes, à laquelle n’était pas parvenu le processus de Barcelone de 1995, liant l’Union européenne à cinq pays du sud de la Méditerranée. Mourad Medelci (ministre des Affaires étrangères algérien)
Les pays arabes ne sont ni des affamés ni des chiens pour qu’ils nous jettent des os. Ce sont eux qui ont besoin de nos richesses et de notre pétrole. Khaddafi
Au final, malgré l’activisme d’un Quai d’Orsay prêt à toutes les compromissions pour que le baptême de l’UPM ne se transforme pas le même jour en funérailles de la diplomatie française, la suspicion et les interrogations demeurent pour la plupart des pays de la rive sud de la Méditerranée. La République des lettres

Pour ceux qui auraient oublié la vénérable vocation de refuge de gredins du Pays autoproclamé des droits de l’homme ou n’auraient toujours pas compris les énièmes génuflexions, devant le despote syrien cette fois, de notre Chirac III national …

Et au lendemain de l’agression, par cinq islamistes au Gecko café rue Oberkampf à Paris, du journaliste algérien Mohamed Serfaoui

Mais que peuvent bien avoir en commun Maroc, Algérie, Tunisie, Libye, Egypte, Mauritanie, Jordanie, Liban, Syrie, autorité palestinienne, Turquie, Albanie et… Israël?

S’il y a une chose que le nouvel UMP (pardon: UPM) de Sarko pour la Méditerranée semble avoir réussi à réunir, c’est en tout cas les mécontentements.

Lancé l’an dernier en pleine campagne présidentielle (à partir d’une idée de technocrates français et grecs comme une sorte de NAFTA, Mercosur ou ASEAN méditerranéen « pour enrayer l’immigration clandestine » tout en « redynamisant une Europe vieillissante et en manque de main d’œuvre ») par le souverainiste et plume présidentielle Henri Guaino, le nouveau Machin sarkozien devait à l’origine tenir lieu de lot de consolation pour une Turquie privée d’adhésion européenne.

D’où, au-delà de ce premier mécontentement, celui d’une Europe inquiète devant cette nouvelle tentative française de siphonner un de ses projets (Euromed alias Processus de Barcelone) au bénéfice de sa zone d’influence au Sud menacée par la Chinafrique, et la récente réduction, sous la pression allemande, de l’idée aux domaines les plus strictement consensuels (environnement, énergie, eau, transports ou formation et culture).

Mais aussi, avec l’inclusion d’Israël, un Monde arabe lui-même divisé et déchiré par les conflits armés ou querelles frontalières, craignant (non sans une bonne dose d’hypocrisie) la perte de son principal repoussoir et unique source d’union.

Sans parler d’autocrates arabes partagés entre la nécessité de flatter l’antisémitisme et le nationalisme tant de ses islamistes que des masses musulmanes qu’ils oppriment et le désir, comme le rappelle Antoine Basbous, de « sanctuariser » leurs régimes et dynasties avec les crédits européens de ce qui pour l’instant apparaît surtout comme un énième et vulgaire marché de dupes …

Lire le reste de cette entrée »


%d blogueurs aiment cette page :