UPM: Avons-nous vraiment besoin d’un nouveau club Med pour dictateurs arabes en détresse? (Do we really need a new Club Med for aging Arab dictators?)

Club Med
En réalité, la principale préoccupation de ces dirigeants n’est pas d’intégrer un club de démocraties méditerranéennes, mais de sanctuariser leurs régimes et de maintenir leurs clans au pouvoir. (…) La fermeture du champ politique met en rivalité deux systèmes totalitaires et écarte toute hypothèse démocratique. Il n’y aura pas d’alternance par les urnes. Elle se fera un jour dans la rue, au profit des islamistes. Antoine Basbous
Ce n’est pas l’UPM qui doit faire la normalisation entre Israël et les pays arabes, à laquelle n’était pas parvenu le processus de Barcelone de 1995, liant l’Union européenne à cinq pays du sud de la Méditerranée. Mourad Medelci (ministre des Affaires étrangères algérien)
Les pays arabes ne sont ni des affamés ni des chiens pour qu’ils nous jettent des os. Ce sont eux qui ont besoin de nos richesses et de notre pétrole. Khaddafi
Au final, malgré l’activisme d’un Quai d’Orsay prêt à toutes les compromissions pour que le baptême de l’UPM ne se transforme pas le même jour en funérailles de la diplomatie française, la suspicion et les interrogations demeurent pour la plupart des pays de la rive sud de la Méditerranée. La République des lettres

Pour ceux qui auraient oublié la vénérable vocation de refuge de gredins du Pays autoproclamé des droits de l’homme ou n’auraient toujours pas compris les énièmes génuflexions, devant le despote syrien cette fois, de notre Chirac III national …

Et au lendemain de l’agression, par cinq islamistes au Gecko café rue Oberkampf à Paris, du journaliste algérien Mohamed Serfaoui

Mais que peuvent bien avoir en commun Maroc, Algérie, Tunisie, Libye, Egypte, Mauritanie, Jordanie, Liban, Syrie, autorité palestinienne, Turquie, Albanie et… Israël?

S’il y a une chose que le nouvel UMP (pardon: UPM) de Sarko pour la Méditerranée semble avoir réussi à réunir, c’est en tout cas les mécontentements.

Lancé l’an dernier en pleine campagne présidentielle (à partir d’une idée de technocrates français et grecs comme une sorte de NAFTA, Mercosur ou ASEAN méditerranéen « pour enrayer l’immigration clandestine » tout en « redynamisant une Europe vieillissante et en manque de main d’œuvre ») par le souverainiste et plume présidentielle Henri Guaino, le nouveau Machin sarkozien devait à l’origine tenir lieu de lot de consolation pour une Turquie privée d’adhésion européenne.

D’où, au-delà de ce premier mécontentement, celui d’une Europe inquiète devant cette nouvelle tentative française de siphonner un de ses projets (Euromed alias Processus de Barcelone) au bénéfice de sa zone d’influence au Sud menacée par la Chinafrique, et la récente réduction, sous la pression allemande, de l’idée aux domaines les plus strictement consensuels (environnement, énergie, eau, transports ou formation et culture).

Mais aussi, avec l’inclusion d’Israël, un Monde arabe lui-même divisé et déchiré par les conflits armés ou querelles frontalières, craignant (non sans une bonne dose d’hypocrisie) la perte de son principal repoussoir et unique source d’union.

Sans parler d’autocrates arabes partagés entre la nécessité de flatter l’antisémitisme et le nationalisme tant de ses islamistes que des masses musulmanes qu’ils oppriment et le désir, comme le rappelle Antoine Basbous, de « sanctuariser » leurs régimes et dynasties avec les crédits européens de ce qui pour l’instant apparaît surtout comme un énième et vulgaire marché de dupes …

L’Union pour la Méditerranée entre rêve et utopie
Antoine Basbous
Le Figaro
17/04/2008

Le directeur de l’Observatoire des pays arabes détaille les obstacles qui se dressent sur la voie de l’Union pourla Méditerranée, un projet un défi qui exige réalisme et lucidité.

L’effervescence qui caractérise le débat sur «l’indiscutable utilité» de l’Union pour la Méditerranée (UPM), chère à Nicolas Sarkozy, est tout à fait légitime. Il n’est plus besoin de démontrer ses mérites pour tous les riverains, auxquels elle devra apporter prospérité, sécurité et stabilité. Mais l’enthousiasme n’est pas partagé par tous, sur chacune des deux rives. Pour réaliser ce rêve, il convient de déminer le terrain, de voir les réalités en face.

Ne nous leurrons pas, le sud et l’est de la Méditerranée ne ressemblent en rien aux pays de l’Europe de l’Est qui se sont libérés de l’URSS et ont adopté le modèle de démocratie libérale en appliquant des recettes «clé en main». Malgré le joug communiste, les sociétés civiles de l’Est aspiraient à partager les valeurs de l’Occident.

Avec l’UPM, il ne s’agit pas de rééditer cette expérience en intégrant le sud et l’est de la Méditerranée, mais de créer une association pour relever le défi du partage de la modernité et du développement. Car les deux rives n’adhèrent pas toujours aux mêmes valeurs culturelles et religieuses, et leurs dirigeants ne caressent pas les mêmes desseins politiques.

La gouvernance des pays du Sud dresse de multiples obstacles au succès de ce projet. Du Maroc à la Turquie, ce ne sont pas moins de cinq conflits armés ou querelles frontalières qui empêchent toute coopération. S’y ajoute l’objectif stratégique des régimes «républicains» de se transformer en «monarchies» de facto. En Syrie, la dictature héréditaire des Assad a montré la voie. En Égypte, tout est mis en place pour que Gamal Moubarak succède à son père. En Libye, le colonel Kadhafi, qui a enterré De Gaulle, Pompidou et Mitterrand, prépare sa succession au profit de l’un de ses fils. Au pouvoir depuis 1987, le président tunisien s’apprête à faire modifier une fois de plus la Constitution pour s’offrir une présidence à perpétuité. Sans oublier Bouteflika, qui était déjà ministre en 1962 et qui souhaite amender la Constitution algérienne pour s’accorder un troisième mandat présidentiel, malgré son état de santé.

En réalité, la principale préoccupation de ces dirigeants n’est pas d’intégrer un club de démocraties méditerranéennes, mais de sanctuariser leurs régimes et de maintenir leurs clans au pouvoir. Tout projet de modernisation menace leur souveraineté, leur pérennité politique. Donner la liberté à leur peuple, instaurer un État de droit ou offrir à leur jeunesse une véritable perspective, cela n’est pas à l’ordre du jour.

Au fond, la plupart des régimes concernés voudraient «cueillir» la contribution financière européenne sans avoir à bouleverser le quotidien de leur population, ni réformer leur gouvernance. Et il ne faut pas compter sur l’implication artificielle des États arabes du Golfe pour financer l’UPM. Car ces derniers disposent déjà d’ambitieux investissements à travers le monde et n’entendent nullement jouer la roue de secours d’un projet auquel ils sont étrangers. Quand bien même ils devaient investir, ils le feraient avec les instruments de la finance islamique.

Certains pays du sud et de l’est de la Méditerranée redoutent surtout que des libertés accordées à leurs citoyens ne débouchent sur leur renversement et que le courant d’air toléré ne se transforme en tempête qui les emporterait comme la perestroïka avait achevé l’URSS. In fine, le statu quo ne profite qu’à la mouvance islamiste, adossée aux mosquées, dont les régimes ne peuvent empêcher la fréquentation. La Mosquée devient l’alternative au Palais.

La fermeture du champ politique met en rivalité deux systèmes totalitaires et écarte toute hypothèse démocratique. Il n’y aura pas d’alternance par les urnes. Elle se fera un jour dans la rue, au profit des islamistes. Ce blocage structurel condamne le projet d’UPM, car comment s’associer dans des projets de développement aussi prometteurs, quand il y a une telle incompatibilité dans l’exercice du pouvoir et la gestion des affaires publiques.

Plus encore, si les islamistes arrivaient au pouvoir, rien ne garantit qu’ils adhéreraient à un tel partenariat de développement, tant ils sont animés par des pensées peu compatibles avec ce projet. Les «authentiques» perçoivent le monde comme une confrontation entre deux blocs, le leur et celui des «mécréants». Et ceux qui ont fait allégeance à al-Qaida ont pour mission de chasser les Occidentaux manu militari, à commencer par les Français et les Espagnols.

N’oublions pas que les cercles officiels qui bénissent l’UPM ne sont pas représentatifs de leurs opinions. Outre les islamistes, les nationalistes peuvent chercher à s’attribuer le beau rôle, en dénonçant le paternalisme ou le néocolonialisme européen. D’où l’impérieux besoin de voir les partenaires des autres rives s’approprier le processus engagé et de s’assurer que, dans leur ensemble, ils ne le perçoivent pas seulement comme une manne à accaparer.

Pour réussir l’UPM, il est donc impératif de regarder son partenaire droit dans les yeux, afin de mesurer son envie, sa compatibilité, ses promesses d’efforts quantifiables, pour embrasser ce projet. Pour autant, les difficultés ne doivent pas décourager les pionniers, mais les inciter à les contourner. Le projet sera long à mettre en place, sans garanties quant à son aboutissement. La réussite dépendra de la modification de la donne interne à chacun des partenaires du Sud et de l’Est méditerranéens. Ce défi mérite patience et persévérance, mais également réalisme et lucidité.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :