Société: Cachez cette différence naturelle que je ne saurai voir (Race in France: There is no such thing as… reality!)

Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique ou de toute autre opinion, d’origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation. Déclaration universelle des droits de l‘homme (Article 2, 1948)
La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. Son organisation est décentralisée. Constitution de la république française (Article 1, 1958)
L’inscription du terme « race », dans l’article même qui dispose des valeurs fondamentales de la République, est inadmissible même dans une « phrase qui a pour objet de lui dénier toute portée ». Proposition de loi du groupe socialiste (Assemblée nationale, nov. 2004)
La cour d’appel de Versailles a reconnu Renault coupable de discrimination raciale à l’encontre de deux ex-salariés, mercredi 2 avril. Ceux-ci estimaient avoir eu des carrières moins intéressantes que leurs collègues blancs à cause de leur origine. Le Monde (02.04.08)
Pendant très longtemps, on a distingué seulement quatre races au sein de l’espèce humaine : la noire, la blanche, la jaune et la rouge. En ajoutant d’autres critères physiques et culturels, certains étaient parvenus à en distinguer des dizaines, voire des centaines. Après la Seconde Guerre mondiale et les horreurs nazies, le sujet est devenu tabou. Il ne fallait surtout plus parler de races, mais d’ethnies forgées avec des ressemblances culturelles. C’est l’ethnocentrisme de Lévi-Strauss. Aujourd’hui, les progrès remarquables effectués dans la science du génome (autre nom pour la totalité de l’ADN contenu dans les chromosomes) permettent enfin d’apporter des réponses bien plus précises sur l’existence ou non de divisions biologiques au sein de notre espèce. Au lieu de se fonder sur quelques critères physiques apparents, les généticiens ont mis au point des moyens sophistiqués d’analyse, capables de comparer des milliers de minuscules fragments d’ADN. Ce qui a permis de savoir, par exemple, que sur les 3 milliards de nucléotides-ces briques de base qui écrivent les gènes-les hommes ne diffèrent, entre eux, que par 3 millions de nucléotides au maximum. Un sur mille ! Cela signifie que les 6 milliards d’humains possèdent un génome à 99,9 % identique. Cette extraordinaire compacité ne se retrouve chez aucune autre espèce de mammifère dont le génome est connu à ce jour. Par exemple, la diversité génétique du chimpanzé est quatre fois supérieure à la nôtre. Quoique très faible, il existe néanmoins une variabilité chez l’homme. Que dit-elle ? La revue Science vient de publier l’étude génomique la plus complète jamais effectuée. Elle compare 650 000 nucléotides chez 938 individus appartenant à 51 ethnies. La ribambelle de généticiens qui ont participé à ce travail herculéen concluent de leurs travaux qu’il existe sept groupes biologiques parmi les hommes : les Africains subsahariens, les Européens, les habitants du Moyen-Orient, les Asiatiques de l’Est, les Asiatiques de l’Ouest, les Océaniens et les Indiens d’Amérique. Le chercheur Howard Cann, de la fondation Jean-Dausset, cosignataire, tient à préciser : « Tous les hommes descendent d’une même population d’Afrique noire, qui s’est scindée en sept branches au fur et à mesure du départ de petits groupes dits fondateurs. Leurs descendants se sont retrouvés isolés par des barrières géographiques (montagnes, océans…), favorisant ainsi une légère divergence génétique. » En fouillant davantage encore dans les génomes, les généticiens ont pu encore déterminer des sous-groupes. Par exemple, huit en Europe et quatre au Moyen-Orient. Mais avec moins de certitude. Précisons encore, afin d’éviter toute récupération de mauvais aloi de ces travaux, que les convergences génétiques qui rassemblent les hommes au sein de chacun des sept groupes ne concernent qu’un relativement faible nombre de nucléotides. Du coup, deux hommes appartenant à un même groupe peuvent être très différents en ce qui concerne les très nombreux nucléotides non pris en compte pour établir la classification. Si différents même que deux membres d’un même groupe peuvent être plus éloignés, globalement, que deux individus appartenant à deux groupes distincts (Européens et Africains, par exemple). Pour bien le comprendre, imaginons des fruits classés en fonction d’un seul critère, leur couleur. La pomme rouge et la tomate appartiennent donc au même groupe, mais de nombreux autres critères les rendent bien plus différentes entre elles que des pommes vertes et rouges. Si les sept groupes restent très proches génétiquement, c’est qu’il y a une bonne raison à cela : l’extrême jeunesse de l’espèce humaine. En 60 000 ans (depuis la sortie d’Afrique de l’ Homo sapiens ), l’évolution n’a pas eu le temps de creuser de fossés génétiques. A peine des ornières. Malgré cela, les chercheurs commencent à se poser la question de savoir si ces groupes, même très proches, ne présentent pas des différences physiques, médicales ou encore intellectuelles. Le terrain est très glissant. D’ores et déjà, de multiples études épidémiologiques, surtout américaines, relèvent effectivement une sensibilité différente à certaines maladies. Mais, dans quasiment tous les cas, les chercheurs sont encore bien incapables de faire le tri entre les causes génétiques et celles tenant aux conditions de vie. Sauf en ce qui concerne les maladies génétiques orphelines. Ainsi, le cancer du sein frappe davantage les femmes juives ashkénazes parce qu’elles ont hérité d’une mutation (BRCA1) apparue spontanément chez l’une d’entre elles, voilà plusieurs générations. Ce grand flou n’a pourtant pas empêché une société américaine d’obtenir, en 2005, la première homologation d’un médicament « racial » destiné aux Noirs. Il est censé soigner l’insuffisance cardiaque, plus fréquente chez les Américains d’origine africaine, sans que la raison en soit connue. Dans son livre, Bertrand Jordan dénonce l’homologation du BiDil, médicament dont l’efficacité est la même quel que soit le malade, blanc, noir ou jaune. Pis : ce remède, vendu très cher, ne fait qu’associer deux vieilles molécules commercialisées à bas prix depuis longtemps ! Ce qui explique sans doute son flop commercial. Quant à la prétendue supériorité intellectuelle des Blancs sur les Noirs fondée sur des critères génétiques, « c’est totalement faux, s’insurge Bertrand Jordan. Il est possible que quelques centaines de gènes induisent des variations dans les aptitudes que possède, en moyenne, une population par rapport aux autres. C’est possible, mais bien difficile à mettre en évidence, tant l’influence de la culture brouille les pistes. En tout état de cause, une telle différence ne s’appliquerait qu’à la moyenne du groupe, non pas à chacun de ses membres pris individuellement. » Frédéric Lewino
L’étude fine du génome humain montre l’existence de différenciations héréditaires stables qui, au-delà des seules apparences (couleur de peau, chevelure, etc.), rendent possible de remonter aux origines géographiques lointaines des individus, ou peuvent parfois expliquer leur vulnérabilité à certaines maladies. Certes, les groupes ainsi repérés ont des limites floues, leur diversité interne est élevée, et aucun classement hiérarchique global ne peut être justifié à partir de ces éléments. Les « races », au sens classique du terme, n’existent effectivement pas. Néanmoins, la pluralité humaine, telle qu’on peut l’appréhender avec les techniques les plus modernes, est plus grande et plus subtile qu’on ne voulait le croire… « L’Humanité au pluriel: la génétique et la question des races » (Bertrand Jordan, Présentation de l’Editeur, 2008)

Après la censure de la recherche, … celle de la langue!

Faudra-t-il bientôt poursuivre en justice nos propres cours de justice pour délit d’utilisation du terme de race (comme dans « discrimination raciale ») dans l’exercice même de leur fonction de répression de ladite discrimination?

A l’heure où, pour la première fois, une cour de justice française vient de condamner une entreprise (et de surcroit quasi-publique puisqu’il s’agit de Renault) pour discrimination raciale …

Retour sur une proposition de loi que notre gauche bien-pensante avait pondue il y a quatre ans qui, si elle était passée,… n’aurait tout simplement pas permis une telle condamnation!

Puisqu’il s’agit de modifier la deuxième phrase de l’article premier de la constitution en supprimant les deux mots « de race » et en écrivant le mot « origine » au pluriel.

Ou, plus précisément et si l’on a bien compris, de les supprimer de la Constitution de 1958 mais pas de celle de 1946 (pour des raisons historiques) ni de la Convention européenne des droits de l’homme.

Mais on comprend tout quand on apprend que le terme serait « contraire à notre tradition constitutionnelle républicaine qui vise depuis 1789 à nier le concept même de différence naturelle, différence par la naissance ou par la généalogie » …

Morceaux choisis :

L’inscription du terme « race », dans l’article même qui dispose des valeurs fondamentales de la République, est inadmissible même dans une « phrase qui a pour objet de lui dénier toute portée » (Guy Carcassonne in « la Constitution de 1958 commentée »). (…) Le mot « race » a toujours servi de support au discours qui prélude à l’extermination des peuples.

Supprimer le support ne supprime pas le discours mais la légitimité qu’il pourrait puiser dans la loi fondamentale. En effet, lorsque la Constitution interdit à la loi d’établir une distinction selon « la race », elle légitime paradoxalement et donc en creux l’opinion selon laquelle il existe des « races distinctes ».

L’utilisation du terme de race est de plus contraire à notre tradition constitutionnelle républicaine qui vise depuis 1789 à nier le concept même de différence naturelle, différence par la naissance ou par la généalogie. L’apparition subreptice de ce terme dans le droit positif puis dans la Constitution est purement conjoncturelle et historiquement datée.

N° 1918

ASSEMBLÉE NATIONALE

CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958

DOUZIÈME LÉGISLATURE

Enregistré à la Présidence de l’Assemblée nationale le 15 novembre 2004.

PROPOSITION DE LOI CONSTITUTIONNELLE

visant à supprimer le mot « race » de l’article premier de la Constitution,

(Renvoyée à la commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l’administration générale de la République, à défaut de constitution d’une commission spéciale dans les délais prévus par les articles 30 et 31 du Règlement.)

PRÉSENTÉE

par MM. Victorin LUREL, Kléber MESQUIDA, Mmes Patricia ADAM, Sylvie ANDRIEUX, MM. Jean-Marie AUBRON, Jean-Claude BATEUX, Jean-Claude BEAUCHAUD, Jean-Pierre BLAZY, Serge BLISKO, Patrick BLOCHE, Jean-Claude BOIS, Maxime BONO, Augustin BONREPAUX, Pierre BOURGUIGNON, Mme Danielle BOUSQUET, MM. François BROTTES, Thierry CARCENAC, Michel CHARZAT, Alain CLAEYS, Mme Marie-Françoise CLERGEAU, MM. Pierre COHEN, Mme Martine DAVID, MM. Marcel DEHOUX, Michel DELEBARRE, Bernard DEROSIER, Marc DOLEZ, François DOSÉ, Julien DRAY, Pierre DUCOUT, Jean-Pierre DUFAU, William DUMAS, Jean-Louis DUMONT, Jean-Paul DUPRÉ, Yves DURAND, Mme Odette DURIEZ, MM. Henri EMMANUELLI, Claude EVIN, Albert FACON, Jacques FLOCH, Michel FRANÇAIX, Jean GAUBERT, Mmes Nathalie GAUTIER, Catherine GÉNISSON, MM. Paul GIACOBBI, Joël GIRAUD, Alain GOURIOU,
Mmes Paulette GUINCHARD-KUNSTLER, Danièle HOFFMAN-RISPAL, Françoise IMBERT, MM. Serge JANQUIN, Armand JUNG, Mme Conchita LACUEY, MM. Jack LANG, Jean LAUNAY, Mme Marylise LEBRANCHU, MM. Michel LEFAIT, Jean-Yves LE DÉAUT, Jean-Yves LE DRIAN, Jean LE GARREC, Bruno LE ROUX, Patrick LEMASLE, Guy LENGAGNE, Jean-Claude LEROY, Michel LIEBGOTT, Mme Martine LIGNIÈRES-CASSOU,
MM. François LONCLE, Bernard MADRELLE, Philippe MARTIN, Christophe MASSE, Didier MIGAUD, Mme Hélène MIGNON, MM. Henri NAYROU, Alain NÉRI, Mme Marie-Renée OGET, MM. Christian PAUL, Jean-Claude PEREZ, Paul QUILÈS, Mme Chantal ROBIN-RODRIGO, MM. Bernard ROMAN, René ROUQUET, Henri SICRE, Dominique STRAUSS-KAHN, Philippe TOURTELIER, André VALLINI, Michel VERGNIER, Alain VIDALIES, Jean-Claude VIOLLET

et les membres du groupe socialiste (1) et apparentés (2)

Députés.

EXPOSÉ DES MOTIFS

Mesdames, Messieurs,

L’inscription du terme « race », dans l’article même qui dispose des valeurs fondamentales de la République, est inadmissible même dans une « phrase qui a pour objet de lui dénier toute portée » (Guy Carcassonne in « la Constitution de 1958 commentée »). La Constitution, dès son article 1er, reconnaît en effet l’usage d’un terme dont l’application à l’espèce humaine est, non seulement inopérante, mais surtout, choquante et dangereuse.

Utilisé pour signifier la différence entre les groupes humains, ce terme s’attache à des caractères apparents, le plus souvent immédiatement visibles (la couleur de la peau, la forme du visage, etc.). Mais à ces différences physiques visibles peuvent s’ajouter celles des vêtements, des mœurs, de la culture, du niveau social, de la lignée généalogique, bref, tout ce qui peut différencier les hommes entre eux. Il existe ainsi de multiples acceptions de ce terme, selon le critère de distinction utilisé. En tout état, le concept biologique de « race » n’est pas pertinent pour l’espèce humaine comme le reconnaît l’ensemble des scientifiques. Terme polysémique, foisonnant, « ondoyant et divers », il est dangereux politiquement et juridiquement. Dangereux par son indétermination, il l’est également par son rôle de support idéologique. Par la classification et la hiérarchisation qu’il induit, l’utilisation de ce terme, philosophiquement, historiquement et politiquement, permet de présenter un ordre des valeurs justifiant, soi-disant scientifiquement, l’inacceptable.

Le mot « race » a toujours servi de support au discours qui prélude à l’extermination des peuples.

Supprimer le support ne supprime pas le discours mais la légitimité qu’il pourrait puiser dans la loi fondamentale. En effet, lorsque la Constitution interdit à la loi d’établir une distinction selon « la race », elle légitime paradoxalement et donc en creux l’opinion selon laquelle il existe des « races distinctes ».

L’utilisation du terme de race est de plus contraire à notre tradition constitutionnelle républicaine qui vise depuis 1789 à nier le concept même de différence naturelle, différence par la naissance ou par la généalogie. L’apparition subreptice de ce terme dans le droit positif puis dans la Constitution est purement conjoncturelle et historiquement datée. On comprend aisément les raisons pour lesquelles deux parlementaires, insoupçonnables et de haute volée, Pierre Cot et Paul Ramadier, au lendemain de l’horreur de la 2e guerre mondiale, aient amendé le préambule du projet de Constitution de 1946 lors des travaux de la Commission constituante pour ajouter qu’« au lendemain de la victoire remportée par les peuples libres sur les régimes qui ont tenté d’asservir et de dégrader la personne humaine, le peuple français proclame à nouveau que tout être humain, sans distinction de race, de religion ni de croyance, possède des droits inaliénables et sacrés ».

On comprend beaucoup moins que le constituant de 1958 ait conservé ce terme alors même que l’interdiction faite par notre loi fondamentale de discrimination selon « l’origine », terme plus objectif et plus général, surtout en le mettant au pluriel comme le propose le II de l’article unique, donne les garanties suffisantes à l’interdiction de distinction selon la couleur de la peau, l’origine génétique, généalogique, sociale, culturelle, etc.

L’argument selon lequel la suppression de ce mot risquerait d’impliquer une régression dans la lutte contre les discriminations doit donc être écarté puisque qu’il n’existe pas de « races humaines » distinctes.

Même si ce terme avait une importance juridique dans notre arsenal législatif, sa suppression n’entraînerait aucune régression de notre droit puisque ce terme continuera à figurer dans le préambule de la Constitution de 1946 qu’il n’est pas proposé de modifier pour des raisons historiques, ou encore dans la Convention européenne des droits de l’homme (CEDH), elle-même inspirée, en 1950, de notre texte fondamental.

A supposer donc fondés les arguments selon lesquels la suppression de ce terme ferait tomber le dispositif répressif de notre législation, il suffit de rappeler que tout juge peut et doit appliquer l’ensemble de notre droit dont, au sommet, figure le bloc de constitutionnalité. Ainsi, si la suppression de ce terme dans l’article 1er avait l’inconvénient de diminuer l’arsenal anti-raciste de notre droit, le bloc de constitutionnalité dont font notamment partie le préambule de 1946 et la déclaration des droits de l’homme et du citoyen depuis la décision du conseil constitutionnel de 1971 relative à la liberté d’association, permettrait de se garantir contre toute régression juridique.

De plus, le juge pourrait toujours se fonder sur les dispositions figurant dans des textes de valeur supra-législative, c’est-à-dire le bloc de constitutionnalité et le droit international dont la CEDH, pour incriminer un acte à caractère raciste.

Enfin, afin d’être certain que cette suppression n’entraîne pas régression dans la lutte contre le racisme, il est proposé dans cet article de remplacer le mot « origine » par le mot « origines ». Le pluriel permet ainsi d’incriminer toutes les sortes de discrimination, qu’elles soient liées à l’origine ethnique, génétique, culturelle, etc.

L’indétermination du terme « race » en fait non seulement un terme inopérant mais en plus dangereux. Sa suppression n’entraînerait pas moins de protections et permettrait d’ôter à des discours fondés sur l’inégalité « naturelle » due à la couleur de la peau, à la culture, aux mœurs, la légitimité qu’ils peuvent puiser aujourd’hui dans le texte même de notre Loi fondamentale.

Le jugement de valeur à partir des différences constatées qu’entraîne le terme « race » conduit invariablement au même refus de l’autre alors que tout au contraire, il convient d’accepter, en toute fraternité, l’altérité et la différence.

Seule l’acceptation de celle-ci doit permettre de maintenir la diversité et la richesse de l’humanité.

C’est la raison pour laquelle, il vous est proposé de supprimer le terme « race » de notre Constitution.

PROPOSITION DE LOI CONSTITUTIONNELLE

Article unique

Dans la deuxième phrase de l’article 1er de la Constitution, les mots « , de race » sont supprimés, et le mot « origine » est remplacé par le mot « origines ».

Composé et imprimé pour l’Assemblée nationale par JOUVE
11, bd de Sébastopol, 75001 PARIS

Prix de vente : 0,75 €
ISBN : 2-11-118853-0
ISSN : 1240 – 8468

En vente au Kiosque de l’Assemblée nationale
4, rue Aristide Briand – 75007 Paris – Tél : 01 40 63 61 21

_____________

N° 1918 : Proposition de loi visant à supprimer le mot « race » de l’article premier de la Constitution (Victorin Lurel)

1 () Ce groupe est composé de : Mmes Patricia Adam, Sylvie Andrieux, MM. Jean-Marie Aubron, Jean-Marc Ayrault, Jean-Paul Bacquet, Jean-Pierre Balligand, Gérard Bapt, Claude Bartolone, Jacques Bascou, Christian Bataille, Jean-Claude Bateux, Jean-Claude Beauchaud, Eric Besson, Jean-Louis Bianco, Jean-Pierre Blazy, Serge Blisko, Patrick Bloche, Jean-Claude Bois, Daniel Boisserie, Maxime Bono, Augustin Bonrepaux, Jean-Michel Boucheron, Pierre Bourguignon, Mme Danielle Bousquet, MM. François Brottes, Jean-Christophe Cambadélis, Thierry Carcenac, Christophe Caresche, Mme Martine Carrillon-Couvreur, MM. Laurent Cathala, Jean-Paul Chanteguet, Michel Charzat, Alain Claeys, Mme Marie-Françoise Clergeau, MM. Gilles Cocquempot, Pierre Cohen, Mme Claude Darciaux, M. Michel Dasseux, Mme Martine David, MM. Marcel Dehoux, Michel Delebarre, Jean Delobel, Bernard Derosier, Michel Destot, Marc Dolez, François Dosé, René Dosière, Julien Dray, Tony Dreyfus, Pierre Ducout, Jean-Pierre Dufau, William Dumas, Jean-Louis Dumont, Jean-Paul Dupré, Yves Durand, Mme Odette Duriez, MM. Henri Emmanuelli, Claude Evin, Laurent Fabius, Albert Facon, Jacques Floch, Pierre Forgues, Michel Françaix, Jean Gaubert, Mmes Nathalie Gautier, Catherine Génisson, MM. Jean Glavany, Gaëtan Gorce, Alain Gouriou, Mmes Elisabeth Guigou, Paulette Guinchard-Kunstler, M. David Habib, Mme Danièle Hoffman-Rispal, MM. François Hollande, Jean-Louis Idiart, Mme Françoise Imbert, MM. Serge Janquin, Armand Jung, Jean-Pierre Kucheida, Mme Conchita Lacuey, MM. Jérôme Lambert, François Lamy, Jack Lang, Jean Launay, Jean-Yves Le Bouillonnec, Mme Marylise Lebranchu, MM. Gilbert Le Bris, Jean-Yves Le Déaut, Jean-Yves Le Drian, Michel Lefait, Jean Le Garrec, Jean-Marie Le Guen, Patrick Lemasle, Guy Lengagne, Mme Annick Lepetit,
MM. Bruno Le Roux, Jean-Claude Leroy, Michel Liebgott, Mme Martine Lignières-Cassou, MM. François Loncle, Victorin Lurel, Bernard Madrelle, Louis-Joseph Manscour, Philippe Martin (Gers), Christophe Masse, Didier Mathus, Kléber Mesquida, Jean Michel, Didier Migaud, Mme Hélène Mignon, MM. Arnaud Montebourg, Henri Nayrou, Alain Néri, Mme Marie-Renée Oget, MM. Michel Pajon, Christian Paul, Christophe Payet, Germinal Peiro, Jean-Claude Perez, Mmes Marie-Françoise Pérol-Dumont, Geneviève Perrin-Gaillard, MM. Jean-Jack Queyranne, Paul Quilès, Alain Rodet, Bernard Roman, René Rouquet, Patrick Roy, Mme Ségolène Royal, M. Michel Sainte-Marie, Mme Odile Saugues, MM. Henri Sicre, Dominique Strauss-Kahn, Pascal Terrasse, Philippe Tourtelier, Daniel Vaillant, André Vallini, Manuel Valls, Michel Vergnier, Alain Vidalies, Jean-Claude Viollet, Philippe Vuilque.

2 () MM. Jean-Pierre Defontaine, Paul Giacobbi, Joël Giraud, François Huwart, Simon Renucci, Mme Chantal Robin-Rodrigo, M. Roger-Gérard Schwartzenberg, Mme Christiane Taubira.

Voir aussi:

5 Responses to Société: Cachez cette différence naturelle que je ne saurai voir (Race in France: There is no such thing as… reality!)

  1. […] après avoir nié les différences raciales (pardon: ethniques) et l’antisémitisme (voire la présence juive !) en France […]

    J'aime

  2. […] après avoir nié les différences raciales (pardon: ethniques) et l’antisémitisme (voire la présence juive !) en France […]

    J'aime

  3. […] après avoir nié les différences raciales (pardon: ethniques) et l’antisémitisme (voire la présence juive !) en France […]

    J'aime

  4. jcdurbant dit :

    CACHEZ CE REEL QUE JE NE SAURAI VOIR !

    C’est au moment où on veut bannir le mot race que la question raciale resurgit au cœur de la vie politique, à travers l’action des groupuscules identitaires d’extrême-gauche, dont les Indigènes de la République sont emblématiques. La mouvance indigéniste entend achever la décolonisation en dénationalisant la France, ce qui implique à la fois sa soumission et sa conversion à un multiculturalisme qui veut non seulement réintroduire la race dans le débat public, mais qui veut en faire la catégorie fondatrice de la citoyenneté et de la représentation. Elle pousse à une racialisation des appartenances qui accule ensuite au séparatisme racial revendiqué, comme on le voit avec la multiplication des «rencontres non-mixtes pour personnes racisées» dans le milieu universitaire, pour emprunter les termes de la novlangue diversitaire. En fait, si on se penche un peu sur les textes de référence de cette mouvance, on constate qu’elle cultive un racisme antiblanc décomplexé. S’il y a une tentation raciste en France, elle vient de là. La mouvance indigéniste excite le repli communautariste et cherche à fissurer le noyau intime de la nation. Mais cela ne semble pas troubler exagérément les grands médias, qui accueillent les représentants de cette mouvance à la manière de grands démocrates. La haine raciale est officiellement proscrite, sauf lorsqu’elle vise ceux qu’on nous invite à appeler les «Blancs» parce qu’il s’agirait simplement d’une critique des «dominants» par les «racisés». La mauvaise conscience occidentale a de l’avenir. (…) Alors devant cela, je me demande quel est le sens de ce vote des députés, qui me semblent incroyablement détachés du réel politique, auquel ils devraient pourtant porter attention. Que pensent les députés qui se sont ralliés à cet amendement de cette effrayante racialisation des appartenances? (…) on peut se réjouir que certaines insultes hier prisées méritent aujourd’hui à ceux qui les emploient une très mauvaise réputation. Il arrive aussi que ce souci de «politesse» bascule dans l’euphémisation du réel, lorsque le sourd devient le malentendant ou l’aveugle, le non-voyant. On ne sait pas trop ce qu’on gagne à parler ainsi, sinon à déréaliser le langage et à l’enfermer dans un univers autoréférentiel. (…) Mais ce n’est plus de cela dont il s’agit ici dans cette orwellisation du langage qui caractérise aujourd’hui la langue médiatique. Souvent, il s’agit de masquer le réel, tout simplement, comme c’est le cas avec la référence obsédante au vivre-ensemble, au moment même où la société se décompose et s’effiloche. Il peut aussi inverser le sens du réel. Il faudrait se souvenir de Jacqui Smith, l’ancienne ministre de l’intérieur britannique, qui en 2008, avait affirmé qu’il fallait parler non plus d’attentats islamistes, mais anti-islamiques, parce qu’ils seraient contraires à la vocation naturellement pacifique de l’islam. De la même manière, quand un homme comme Jacques Toubon joue avec les chiffres et les définitions pour laisser croire que l’immigration massive n’a pas eu lieu en France depuis 40 ans, comme on l’a vu récemment, il s’engage dans un travail de falsification de la réalité qui pousse le commun des mortels à croire que les autorités cherchent moins aujourd’hui à agir sur le réel qu’à le dissimuler. Cette idéologisation du langage devrait nous pousser à relire Milosz et Koestler, qui ont consacré des pages lumineuses à l’aveuglement idéologique. La guerre culturelle, qui s’est substituée à la lutte des classes, est d’abord une bataille pour déterminer la signification de notre univers symbolique et pour transformer les codes et repères qui constituent le monde commun. On veut déterminer les paramètres de la perception commune et décider quels phénomènes sociaux ou aura le droit de voir ou non. Comment se représente-t-on la société? Comment a-t-on le droit de la représenter? En fait, le politiquement correct est un dispositif inhibiteur installé au cœur de l’espace public qui a pour fonction de refouler dans ses marges ceux qui affichent leur dissidence avec l’orthodoxie diversitaire. Et le politiquement correct se radicalise au rythme où la société diversitaire se décompose, comme s’il fallait à tout prix empêcher qu’on en tienne compte. De ce point de vue, le multiculturalisme est un régime idéocratique et autoritaire. Je vous donne un exemple: on parle beaucoup, depuis quelques années, d’une «libération de la parole xénophobe» et il est bien vu de s’en inquiéter. Il y aurait même une montée de l’intolérance en Europe, et la démocratie serait mise en péril par la tentation du repli identitaire – on connaît ce lexique. Mais on peut voir les choses autrement: depuis une quarantaine d’années, on a assisté à la criminalisation progressive du sentiment national, au point où même la forme la plus bénigne de patriotisme a été assimilée à une inquiétante dérive nationaliste. À travers cela, c’est le besoin d’enracinement qu’on a moralement disqualifié. Il n’est plus légitime, pour un peuple, de vouloir assurer sa continuité historique ou de défendre ses frontières devant l’immigration massive sans qu’on présente de telles aspirations comme autant de symptômes de la progression de l’extrême-droite dans la vie publique. Alors s’agit-il vraiment d’une libération de la parole xénophobe, ou du simple éclatement d’une digue idéologique et médiatique qui censurait le sentiment national? S’agit-il d’un retour du racisme 70 ans après la deuxième guerre mondiale ou d’un refus enfin affirmé de xénophobiser tout ce qui relève de près ou de loin de la nation? À tout le moins, on comprend que toute bataille politique suppose une bataille pour définir la réalité, mais celle-ci n’est pas infiniment malléable et elle finit par regagner ses droits, que nous la regardions en face ou non. (…) Mais on voit ici comment le politiquement correct récupère ces insultes pour les instrumentaliser: on cherche ainsi à faire croire qu’elles seraient symptomatiques d’une renaissance du démon de l’homophobie qui hanterait la France. Il faudrait urgemment se mobiliser contre lui pour le chasser de la cité. Cela correspond à la sociologie diversitaire qui soutient que les sociétés occidentales se définiraient aujourd’hui essentiellement par une structure patriarcale, homophobe, raciste et sexiste qu’il faudrait faire tomber urgemment. Pouvons-nous raison garder? On constate ici que le système médiatique est prêt à récupérer n’importe quel événement pour maintenir en vie ce grand récit de l’hostilité occidentale à la différence. (…) Et cela peut aller plus loin. Si la France suit la pente nord-américaine, c’est au nom de la lutte contre l’homophobie, et demain, contre la transphobie, qu’on voudra de nouveau la convertir à la théorie du genre ou qu’on militera pour la reconnaissance d’un troisième sexe normalisé dans les formulaires administratifs, et cela, pour en finir avec la représentation binaire de la différence sexuelle. Et comme on doit s’y attendre, à ce moment, ceux qui ne participeront pas aux applaudissements obligatoires seront rangés dans le camp des réactionnaires. Cela devrait nous amener à réfléchir à la «lutte contre les discriminations», à laquelle en appellent tous les politiques, sans prendre la peine de réfléchir au cadre théorique dans lequel elle s’inscrit et qui la justifie. La moindre différence est désormais pensée comme une discrimination illégitime à combattre. (…) Il faudrait se questionner sur ce qui, dans le logiciel médiatique, permet de transformer un fait divers en fait politique. Ces insultes sont comprises comme un événement politique exigeant une réponse politique. Mais quelle est la matrice idéologique qui transforme les faits divers en faits politiques, et comment fonctionne-t-elle? Pourquoi, par exemple, le scandale de Telford est-il traité comme un fait divers n’ayant aucune signification particulière? Pourquoi avons-nous parlé avec tant de pudeur des agressions sexuelles à grande échelle de Cologne? Pourquoi la hausse de l’insécurité causée par l’immigration massive est-elle tue, ou même niée, au point même où ceux qui en font mention passent pour des agitateurs racistes et des prêcheurs de haine? En fait, tout ce qui remet en question la grandeur de la société diversitaire est abordé avec une gêne extrême: on craint que si l’information se rend au peuple, ce dernier n’en tire des conclusions indésirables. Alors on ira même jusqu’à criminaliser les porteurs de mauvaises nouvelles, comme on le voit avec les procès idéologiques à répétition, qu’ont subi bien des intellectuels et journalistes français ces dernières années. (…) Je ne suis pas particulièrement porté à l’anti-américanisme mais je constate qu’il est aujourd’hui nécessaire de critiquer une nouvelle forme d’impérialisme idéologique qui vient d’Amérique et qui pousse chaque nation à la déculturation. Ce n’est pas être anti-américain que de ne pas vouloir devenir américain et de ne pas vouloir plaquer sur la France des catégories historiques et sociologiques qui n’ont rien à voir avec elle. Pour parler du politiquement correct, on pourrait peut-être même parler, pour s’inscrire dans l’histoire culturelle américaine, d’une forme de puritanisme idéologique, qui consiste à vouloir purger une société de toutes ses aspérités culturelles et symboliques, pour les rendre conformes au dogme diversitaire. Il faut refouler les mauvais sentiments que nous inspire la postmodernité et envoyer sans cesse à ses contemporains des signes ostentatoires de vertu, pour emprunter la formule de Vincent Trémolet de Villers. On le fera en dénonçant rituellement, et sur une base quotidienne, s’il le faut, les phobies qui polluent notre monde, quitte à en inventer des nouvelles, comme la grossophobie! Ceux qui prendront la peine de s’intéresser à ce que devient aujourd’hui l’université américaine et aux types de controverses qui l’animent seront sincèrement horrifiés. (…) Mais on peut aussi voir dans l’idéologie diversitaire qui a fait du politiquement correct son régime de censure médiatique une poursuite de la tentation totalitaire qui hante la modernité et qui se présente aujourd’hui sous un nouveau visage. De nouveau, on rêve à un monde réconcilié, réunifié et absolument transparent à lui-même. Un monde sans identités, mais aussi sans carnivores, sans fumeurs, sans buveurs, sans dragueurs, sans aventuriers et sans relations particulières, c’est-à-dire un monde sans amitié, absolument programmé, lisse, amidonné – un monde qui aurait fait mourir d’ennui un Joseph Kessel et qui donnerait des envies d’exil à un Sylvain Tesson. Nous recommençons à rêver de l’homme nouveau, mais il s’agit cette fois de l’homme sans préjugés, délivré de ses appartenances, de sa culture, de ses désirs et du vieux monde auquel il était encore lié. Le politiquement correct a pour vocation d’étouffer la part du vieux monde encore vivante en lui pour lui permettre d’enfin renaître après son passage dans la matrice diversitaire, purifié et prêt à embrasser une nouvelle figure de l’humanité, délivrée de cette préhistoire morbide qu’aura été l’histoire de l’Occident. Car pour que l’humanité nouvelle advienne, on doit d’abord en finir avec l’Occident en général et l’Europe en particulier. Si on ne comprend pas cela, on ne comprend fondamentalement rien au progressisme d’aujourd’hui. (…) C’est le fruit des Radical Sixties et d’un croisement bien particulier entre le néomarxisme et les formes les plus toxiques de la contre-culture. Très schématiquement, il repose sur une critique radicale de la civilisation occidentale, accusée d’avoir construit une figure aliénante de l’homme, qu’il faudrait déconstruire en s’appuyant sur les différentes minorités qui auraient subi son hégémonie. Il faut dès lors attaquer ou censurer ce qui était encore hier la norme majoritaire de nos civilisations, et valoriser ce qui était marginalisé ou laissé de côté. Sur le plan philosophique, le politiquement correct repose sur une inversion radicale du système normatif de notre civilisation, qui doit désormais neutraliser et déconstruire son noyau existentiel, pour se définir désormais à partir de ceux et celles qu’elle aurait historiquement exclu, qui sont désormais investis d’une charge rédemptrice quasi-religieuse. Concrètement, le politiquement correct repose aujourd’hui sur une culture de la surveillance généralisée: tout ce qui entre en contradiction avec l’orthodoxie diversitaire est dénoncé et monté en scandale par des groupuscules à la psychologie milicienne qui se comportent comme des professionnels de l’indignation – et il s’agit d’une profession rentable. Pas une semaine ne se passe sans qu’on ne dénonce telle ou telle rémanence du vieux monde et sans qu’on nous répète que nous avons encore beaucoup de chemin à faire pour accoucher de la société diversitaire idéale. Le politiquement correct carbure aux scandales, de temps en temps réels, la plupart du temps artificiels, qu’il sait mettre en scène pour garder la société vigilante contre l’éternel retour du monde d’hier, même sous la forme apparemment neutralisée de la nostalgie. Jamais il ne baisse la garde, jamais il ne veut la baisser. Souvent, il devient ridicule, comme on l’a vu avec la controverse de l’écriture inclusive, et alors, il feint de s’arrêter, mais c’est pour reprendre sa croisade dès que le cycle de l’actualité a repris son cours. De ce point de vue, toute critique du politiquement correct implique une critique du fonctionnement du système médiatique et une explicitation de ses biais inavoués. (…) La gauche intellectuelle américaine se radicalise. Elle ne doute plus d’elle-même. Devant Trump, qui incarne de manière caricaturale et convenons-en, souvent détestable tout ce qu’elle exècre, elle est ivre de vertu et fait valoir encore plus sa splendeur morale. Jamais elle n’a moins douté que maintenant. Avec un grand esprit de sérieux, elle se demande doctement si l’Amérique ne bascule pas vers le fascisme. On devrait être capable de critiquer la présidence souvent inquiétante de Trump sans verser dans une telle outrance – mais la gauche idéologique est-elle capable de s’imaginer un adversaire qui ne soit pas un ennemi du genre humain? Sa tentation, à laquelle toujours elle cède, c’est la croisade morale pour chasser de la cité ceux qui ne souscrivent pas à ses dogmes. Elle ne croit pas au pluralisme politique: elle distingue entre l’avant-garde, qu’il faut célébrer, et dans laquelle elle se reconnaît, et l’arrière-garde, assimilée au bois-mort de l’humanité, dont il ne faut pas s’encombrer et qui est de toute façon condamnée par le sens de l’histoire. Au fond d’elle-même, elle croit à la vertu politique de l’ostracisme. Ce qui la menace, toutefois, c’est qu’une part de plus en plus importante de la population se fiche désormais des campagnes de salissage médiatique. Plus encore: plus les médias désignent à la vindicte publique un homme ou une idée, plus cette frange de la population s’y identifie. La société se polarise comme jamais. (…) On sous-estime le poids de la révolte contre le politiquement correct dans ce qu’on appelle la poussée populiste contemporaine. Le commun des mortels s’exaspère avec raison contre le contrôle tatillon du langage, contre le culte immodéré des minorités quelles qu’elles soient, contre les délires idéologiques comme l’écriture inclusive, contre un certain féminisme radical qui n’en finit plus d’en appeler à la charge contre le patriarcat alors que nos sociétés n’ont jamais été aussi égalitaires, contre la mouvance trans et queer qui veut déconstruire les fondements même de la différence sexuelle, et ainsi de suite. Le commun des mortels sent qu’on veut transformer radicalement sa culture et naturellement, il se braque. Il y a des limites à faire semblant de rien devant un tel matraquage idéologique. Nos sociétés, avec raison, sont prêtes à s’ouvrir à une pluralité de modes de vie, c’est la grandeur des sociétés libérales, mais n’ont pas particulièrement envie d’être transformées en un grand camp de rééducation idéologique à ciel ouvert avec des sermonneurs sur toutes les tribunes qui les accusent d’être arriérées. (…) Le «populisme» est un gros mot, très rarement défini, dont on fait usage pour disqualifier moralement et politiquement ceux qui affichent leur dissidence avec l’orthodoxie diversitaire. On s’alarme de sa montée sans jamais nous dire exactement de quoi il s’agit. Et on peut croire que la dénonciation désormais rituelle du populisme dans les médias contribue à cette exaspération populaire, qui pousse aux révoltes électorales comme l’élection de Trump, le Brexit ou l’élection italienne. (…) Pour que la politique soit civilisée, ou du moins, pour qu’on contienne sa charge polémique, elle doit s’inscrire dans un monde commun, qui transcende nos désaccords les plus profonds. Ce cadre, c’était la nation. Quand elle se décompose, c’est une psychologie de guerre civile qui remonte à la surface. Je ne suis pas certain que nous puissions contenir, du moins pour un temps, la radicalisation de la rhétorique politique. Sur internet, je l’ai dit, plusieurs se complaisent dans la fange. La vie publique devrait exiger une certaine décence. Elle suppose aussi une pluralité légitime de points de vue: aucun camp ne devrait réclamer pour lui le monopole du vrai, du bien et du juste. (…) plus le discours dominant fonctionnera au déni de réel et plus il diabolisera ceux qui cherchent à en rappeler l’existence, plus il poussera à la révolte de grandes couches de la population et dégagera un boulevard pour des entrepreneurs politiques qui sauront canaliser cette exaspération. En fait, cette recomposition est déjà commencée. Reste à voir quel visage elle prendra.

    Mathieu Bock-Côté

    http://premium.lefigaro.fr/vox/societe/2018/06/29/31003-20180629ARTFIG00371-bock-cote-le-politiquement-correct-se-radicalise-au-rythme-o-la-societe-diversitaire-se-decompose.php

    J'aime

  5. jcdurbant dit :

    HARO SUR LA RACE ! (Après la purification ethnique, la purification lexicale ! – Comment formuler la condamnation de la discrimination raciale, si l’on ne peut employer le mot « race » ni certains de ses dérivés comme « racial » ?)

    C’est assurément le consensus antiraciste le plus facile à établir : choisir un mot aux connotations négatives, le traiter comme une victime émissaire et appeler à son élimination. Le spectacle est amusant : tant de belles âmes farouchement unies contre un gros mot supposé dangereux, un mot souillé et porteur de souillure. Étrange unanimité contre le mot tabou, le mot obscène, dont l’expulsion du texte constitutionnel paraît rendre enfin possible la communion des élus de la République. Mais il ne s’agit que d’un acte magique : supprimer le mauvais mot pour supprimer la mauvaise chose. Un acte de magie préventive, qui suppose que le Mal peut revenir tel qu’on l’a connu dans le passé, avec son langage raciste et ses doctrines raciales. L’antinazisme machinal reste la figure dominante de l’antiracisme commémoratif.

    Les candides de bonne volonté se font plaisir en raturant sans avoir pris la peine d’une réflexion sérieuse sur ce qu’ils raturent. Sinon, ils auraient compris que la lutte contre le racisme ne doit pas dépendre de la manière dont les généticiens conçoivent la diversité humaine à tel ou tel moment de l’histoire de leur discipline. L’histoire des sciences est un vaste cimetière rempli de « vérités définitives ». La dernière « vérité définitive » sur la question a été reçue passivement : la parole des généticiens antiracistes suffit à ceux qui veulent être autorisés à croire pour continuer de croire ce qu’ils croient. Ce que les députés savent et répètent en choeur, c’est ce que leur ont dit certains généticiens qui prêchent dans les médias. La « race » n’existe pas dans l’espèce humaine, nous disent en effet nombre d’entre eux depuis les années 1970 ; donc, concluent certains antiracistes, le mot « race » ne doit plus exister. Ils croient ainsi contribuer à la lutte contre le racisme, comme si les représentations, les croyances et les comportements racistes devaient disparaître avec le mot « race ». Mais les chasseurs de mots les plus vigilants espèrent poursuivre le « lexicocide », c’est-à-dire l’élimination des mots, dans d’autres textes législatifs ainsi que dans les manuels scolaires.

    Un pont serait ainsi jeté entre le savoir et l’action, une action qui, pour se limiter à de la micro-chirurgie lexicale, confère cependant aux « éliminationnistes » un supplément d’âme. Ne sont-ils pas convaincus de poursuivre à leur manière le combat héroïque contre le monstre nazi ? C’est se donner bonne conscience à bon compte. Il n’y a là que bigoterie et vertuisme : prendre soin de ne pas prononcer ni écrire des gros mots et rêver de les interdire. Pour satisfaire les généticiens interventionnistes sans sombrer dans la fureur purificatrice, on aurait pu par exemple placer entre guillemets le mot suspect : « sans distinction de « race » », ce qui signifie : « sans distinction de ce qu’on appelle ordinairement « race » ».

    Mais il faut pointer l’envers du décor. Étaler et afficher dans l’espace public ses bonnes intentions, ses sentiments estimables, ses nobles convictions antiracistes : voilà ce à quoi se réduit pour beaucoup la lutte contre le racisme. Un antiracisme peu coûteux et dont l’efficacité est plus que douteuse. Qui cela va-t-il gêner dans la planète raciste ? Quelle force dissuasive cette suppression peut-elle exercer ? On cache le mot « race » en croyant contribuer ainsi à la lutte contre le racisme. On ne fait que se priver d’un moyen de la définir. Comment formuler la condamnation de la discrimination raciale, si l’on ne peut employer le mot « race » ni certains de ses dérivés comme « racial » ? Non seulement cette modification n’engage à rien contre le racisme, mais elle désengage et désarme.

    Il s’agit d’une entreprise de purification du langage, comme on en a vu beaucoup depuis la première vague du politiquement correct des années 1970. La purification politique et éthique s’exerce sans risque sur le vocabulaire, qui ne peut se défendre. La tâche est rendue facile : la condamnation du racisme est simplement transférée sur le mot « race ». Ce lexicocentrisme (2) naïf, qui surestime le pouvoir des mots, va de pair avec un scientisme et un biologisme qui font partie de l’air du temps. On croit désormais que la vérité sort de la bouche des biologistes médiatiquement agréés, qui récitent pieusement les dogmes du catéchisme antiraciste en s’efforçant de leur donner une formulation scientifique. Le parti du Bien s’exprime et se manifeste, selon le refrain militant : il faut « bien faire quelque chose » contre le racisme. Ce petit quelque chose qui est un presque rien, c’est la suppression d’un mot. Certains donneurs de conseils trop pressés ont proposé de remplacer vertueusement « race » par « genre humain » ou « espèce humaine », ce qui aurait abouti à la reformulation involontairement comique : « sans distinction d’espèce humaine ». On atteint par là le degré zéro de la lutte contre le racisme, ainsi mise à la portée de tous. Ce qui est sûr, c’est que le mot « race » ne tue pas, qu’il n’incite pas non plus à la haine, sauf dans certains contextes, tout comme bien d’autres mots, tels « Dieu », « nation », etc., que nul ne songe à interdire.

    Il me reste à avancer des questions sans réponse sur cette proposition de réforme constitutionnelle. Dans la reformulation proposée, « sans distinction de sexe, d’origine ou de religion », pourquoi cette unanimité sur l’évacuation de la « race » et l’insertion du « sexe » ? Je précise au passage que j’approuve pleinement l’interdiction de la discrimination selon le sexe, non sans m’interroger : pourquoi avoir attendu si longtemps ? Mais je voudrais m’arrêter sur le traitement inégal de la « race » et du « sexe ». Commençons par poser, conformément à l’esprit du temps, que le sexe est au sexisme ce que la race est au racisme. Et raisonnons en nous interrogeant sur l’inégalité de traitement des mots « sexe » et « race ». Si le sexe et la race sont des constructions sociales, comme on nous le répète, si la thèse de la différence des sexes s’avère après déconstruction aussi essentialiste que celle de la différence des races et si le sexe et la race sont historiquement liés à des formes de domination et d’exploitation, pourquoi supprimer le mot « race » et introduire le mot « sexe » ? Ne sont-ils pas également suspects, chargés d’une mémoire d’injustices et de violences ? Et, au passage, pourquoi « sexe » plutôt que « genre », puisqu’il s’agit de mettre le texte au goût du jour ? On sait que la notion de sexe a été « déconstruite » tout autant que celle de race. Pourquoi donc chasser l’une du texte et y introduire l’autre ? Comment comprendre la pratique du double standard en la matière ? Je n’ai pas de réponse claire à ces questions, sauf peut-être à expliquer le processus par la force d’attraction des modes idéologiques et par l’appel du vide dans l’espace antiraciste, dont l’écho s’entend dans l’espace politique.

    Au milieu des années 1930, dans le cadre de la lutte intellectuelle contre le nazisme qui usait, abusait et mésusait du mot « race », l’idée avait été lancée par des biologistes et des anthropologues, tels Julian Huxley et Alfred Haddon, de substituer au mot « race » l’expression « groupe ethnique ». Ce projet « remplaciste » a fait école jusqu’aux années 1960 sans pour autant régler le problème, avant de tomber en désuétude au profit du projet « éliminativiste », qui vient de trouver une traduction politique. On est passé d’une inquiétude justifiée quant à l’abus des mots à une peur abusive des mots. L’avenir semble appartenir aux antiracistes imaginaires.

    Pierre-André Taguieff

    https://www.lexpress.fr/culture/race-de-l-abus-des-mots-a-la-peur-des-mots_2021463.html

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :