Tests ADN: Il fut un temps où la photographie d’un visage était considérée comme attentatoire aux libertés personnelles (Even ID pictures were once considered liberticidal)

 Education sans frontièresDans certains pays, comme le Sénégal, la Côte d’Ivoire, les deux Congo, le Togo, Madagascar ou les Comores, de 30 % à 80 % des actes d’états civils sont frauduleux. Adrien Gouteyron (sénateur UMP)
30 % à 80 % des actes d’état civil frauduleux dans nombre de pays africains, mariages entre Français et étrangers représentant près de 30 % des mariages transcrits dans notre état-civil, 50% de ces 90 700 mariages célébrés à l’étranger en 2005, 731 % plus de mariages de Français au Maghreb et en Turquie en dix ans, 1 129 ressortissants algériens à épouser un Français en 1994, onze fois plus (12 457) en 2005 … Eric Zemmour

Il est clair que devant les durcissements des lois sur l’immigration, les regroupements familiaux sont devenus, avec tous les abus que suggèrent ces chiffres, un véritable moyen de contournement des lois dont n’ont bien sûr cure ceux dont nous relevions dernièrement l’incroyable candeur.

Pourtant, comme le rappelle le président du CRIF, il y a probablement hélas bien plus que de la candeur dans les très douteux amalgames au racisme et à l’antisémitisme dont, à coup de lourdes, fallacieuses et cyniques références à Vichy, ceux-ci nous intoxiquent.

A savoir qu’ils conduisent leurs auteurs à faire eux-mêmes ce qu’ils reprochent à l’amendement incriminé: « banaliser l’inacceptable »…

Je ne signerai pas les pétitions

Richard Prasquier
Le Figaro
Le 11 octobre 2007

Des pétitions contre l’utilisation de l’ADN circulent sur Internet signées par des milliers de noms, parmi lesquels des amis de combats communs qui sont mes modèles dans le domaine professionnel ou moral. Ces pétitions, je ne les signerai pas.

Inscrit à ma naissance en 1945 à Gdansk sous le faux nom de Ryszard Myhalczyk, arrivé enfant en France avec des papiers d’identité empruntés, je sais ce que doit ma famille de Juifs polonais aux failles des méthodes d’identification de l’époque de la guerre : la vie. Mon histoire personnelle m’obligerait-elle à m’opposer à « l’amendement Mariani » ? Je ne le crois pas.

L’un des appels à retirer le texte incriminé se conclut par le risque que cette loi ouvre la porte au « fichage génétique de certaines catégories de la population » et rappelle que « les peuples qui acceptent de rogner leurs principes éthiques s’exposent à banaliser l’inacceptable ». L’allusion à un terrible passé est claire. Mais c’est cette allusion elle-même, et non l’amendement en question, qui conduit à « banaliser l’inacceptable ».

Car la protestation contre l’usage de l’ADN à des fins d’identité joue sur trois types d’amalgames. Le test génétique assimilerait la personne examinée à un délinquant, puisque ces examens sont particulièrement utilisés dans les affaires criminelles.

La détermination génétique conduirait à la détermination et à la discrimination raciale, puisque la génétique a servi dans le passé à la différentiation en races, sans compter que ce test sera proposé le plus souvent à des Africains si souvent qualifiés de « races inférieures ». Enfin, le terme de fichier génétique connote le « fichier juif » de sinistre mémoire. Criminalisation, racisme, antisémitisme, rien ne manque à la panoplie de l’horreur.

Ce n’est pas parce que les procédures d’identification des individus ont facilité les crimes lorsque le gouvernement qui les a institués était un gouvernement criminel que toute procédure d’identification transforme le gouvernement démocratique qui l’institue en régime criminel.

Il fut un temps où l’idée même d’une carte d’identité, d’un repérage par empreintes digitales, voire la photographie d’un visage étaient considérés par certains comme attentatoires aux libertés personnelles. Qui le penserait aujourd’hui ?

Cette loi sur le regroupement familial, d’inspiration humaniste, repose sur des rapports de filiation menacés par l’éventualité de fausses déclarations. Pourquoi alors ne pas utiliser une procédure fiable et sans danger ? Les tests ADN sont en France, plus qu’ailleurs, strictement encadrés par la loi, ce qui ne signifie pas que de nouvelles indications légales soient a priori interdites.

En ce qui concerne l’aspect potentiellement raciste qui participe de façon subliminale à la protestation, la recherche génétique a confirmé l’inanité des divisions et des hiérarchies raciales. L’ADN est une arme contre le racisme.

Quant à l’évocation d’un « fichage » sur le modèle du fichage des juifs, elle relève de ce mécanisme confortable de l’assimilation outrancière qui détruit la réflexion et abolit les distinctions, mécanisme dans lequel prospère une certaine bien-pensance. Tout établissement de fichiers s’effectue dans un cadre juridique étroit et contraignant. Considérer que ce nouveau fichier serait à la base d’une chasse au faciès, voire d’une « première étape vers l’irréparable » nécessite mauvaise foi ou méfiance singulière vis-à-vis de la solidité de nos institutions républicaines.

Certaines précautions complémentaires ont été prises comme la mise des frais à la charge de l’État et la limitation de la recherche à la filiation maternelle. Le développement des tests ADN posera dans notre société de difficiles questions d’eugénisme et de choix parental à analyser sans préjugés, nombrilisme ou imprécations. Ces dernières ne sont pas absentes du débat actuel qu’elles affaiblissent.

L’opinion que j’exprime est personnelle, et dans ce domaine chaque membre du CRIF a évidemment sa liberté. Mais, moi qui garde la honte d’avoir défilé, étudiant, aux cris de « CRS, SS », je me dois de lutter contre les amalgames.

One Response to Tests ADN: Il fut un temps où la photographie d’un visage était considérée comme attentatoire aux libertés personnelles (Even ID pictures were once considered liberticidal)

  1. […] Il fut un temps où l’idée même d’une carte d’identité, d’un repérage par empreintes digitales, voire la photographie d’un visage étaient considérés par certains comme attentatoires aux libertés personnelles. Qui le penserait aujourd’hui? Richard Pasquier […]

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :