Iran: Les dessous de la Révolution islamique III (The day « Palestinian » Khameni burned down the Rex theater)

Rex theater (Abadan, Aug. 78)Si le massacre de la Place Jaleh du 8 septembre 1978 (31 manifestants assassinés par les hommes de main d’Arafat, plus une soixantaine de blessés, le reste étant des soldats du Shah) est considéré, on l’a vu, comme le moment décisif de la Révolution islamique …

Il y a un autre massacre dont on parle aujourd’hui beaucoup moins (y compris Marjane Satrapi dans son film et contrairement à sa BD).

Il faut dire, comme le rappelle à nouveau le site Iran-Resist, que les mollahs (avec en plus à la manoeuvre l’actuel Guide suprême Khameni!) y apparaissent en encore plus mauvaise posture, vu qu’il s’agit tout simplement, quelque trois semaines plus tôt (dans la nuit du 18 au 19 août), de l’incendie criminel (avec portes et issues bloquées de l’extérieur) d’un cinéma entier (le Rex, à Abadan dans la province pétrolière du Khuzestan) et de ses quelque 400 occupants

A nouveau, l’objectif était de faire attribuer l’attentat à la brutalité du régime du Shah et de tenter, à la veille du Ramadan pour maximiser l’effet lors des enterrements, de lui aliéner la population.

Sauf que, malgré l’arrestation de huit suspects dont deux membres des forces de sécurité, mais seuls, avec un troisième larron, furent exécutés le propriétaire et le gérant de la salle quelques années plus tard), on voyait mal l’intérêt pour ledit gouvernement de s’attaquer à une zone jusque-là plutôt calme car regroupant majoritairement une population de cadres et d’ouvriers du pétrole particulièrement choyée (salaires, conditions) par le régime …

L’incendie criminel du Cinéma Rex

Iran-Resist

19 août 1978, quelques mois avant la Révolution Islamique, les adeptes de Khomeiny voulaient radicaliser leur lutte. Ils organisèrent l’incendie du Cinéma Rex dans la ville pétrolière d’Abadan : 400 personnes sont mortes carbonisées dans les flammes.

Les portes de la salle avaient été bloquées de l’extérieur. Un jeune mollah étrange, qui fumait la pipe et portait des lunettes noires, était le responsable de la coordination de cet attentat imaginé de A à Z par Montazeri, le dauphin de Khomeiny. Une fois leur forfait accompli, les mollahs se sont emparés des prêches pour accuser le Shah. Le lien entre le Shah et les ouvriers du pétrole se rompit et la ville d’Abadan, et les ouvriers fidèles à la monarchie basculèrent dans l’opposition.

L’équipe était formée d’1 mollah et trois techniciens. Les techniciens avaient disposé des bidons de produits chimiques dans la salle. Ils devaient mettre le feu pendant une projection, renverser les bidons et s’enfuir. Le mollah qui faisait le guet au dehors a alors bloqué les portes dès le début des opérations condamnant les trois autres. Deux ont péri avec les spectateurs et un autre, Hossein Boroujerdi [1], gravement brûlé échappa à la mort et révéla les dessous de l’affaire dans « Behind The Islamic Revolution’s Curtains – Confessions of Hossein Boroujerdi » (ISBN 3-93524966-7). Et divulga l’identité du Mollah incriminé.

Le mollah fumeur, c’était Khamenei, dit le palestinien, formé à l’école des meurtriers de l’OLP.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :