Démographie: Les dessous du « soft power » européen (Gunnar Heinsohn: Babies Win Wars)

Hezbollah dead baby tactics

Autre traduction, sur Objectif-Info, d’un article toujours aussi stimulant du démographe allemand Gunnar Heinsohn (dans le WSJ de mars 2006), sur « les nouveaux habits du ‘pacifisme européen’ et du ‘soft power’, comme… « cache-sexe de son impuissance »!

Extraits:

A l’époque de Waterloo, la France pouvait réunir 5% des hommes en âge de combattre dans le monde. L’alliance de la Grande-Bretagne (10 millions de personnes) et de la Prusse (10 millions aussi) prit l’avantage sur une France de 27 millions d’habitants.

Après 1945, l’Europe a perdu toutes les guerres qu’elle a menées, de l’Indochine, à l’Algérie et à Timor. Des euphémismes comme « l’émancipation des colonies » cachent les véritables causes de cet enchaînement de défaites.

Si les Européens avaient continué à se multiplier comme à l’apogée de leur période impérialiste, le monde tremblerait encore devant leurs armées. En 100 ans à peine, les pays musulmans ont reproduit la multiplication par dix que l’Europe a réalisée entre 1500 et 1900. Au cours du dernier siècle, la population musulmane a grimpé en flèche de 140 millions à 1.4 milliard.

Si l’Europe était parvenue à la multiplication par quatre observée aux États-unis (de 75 millions à 300 millions entre 1900 et 2006), les 1.6 milliards d’habitants de son continent auraient fait paraître bien chétives la Chine de 1.3 milliards et l’Inde de 1.1 milliards. Cependant, la part de l’Europe dans la population mondiale des hommes en âge de combattre, qui était de 27% en 1914, est aujourd’hui, avec 9%, inférieure aux 11% de 1500. Ainsi, les nouveaux habits du « pacifisme européen » et du « soft power » sont les cache-sexe de son impuissance.

Ce sont les bébés qui gagnent les guerres
Gunnar Heinsohn
Wall Street Journal
6 Mars 2006
Traduction: Objectif-Info.com

(de Babies win wars)

On admet habituellement qu’une nation est en train de mourir quand son taux de reproduction chute à 1.5 ou moins. Selon ce critère, 30 pays européens sont en passe de s’éteindre aujourd’hui ou alors ils voient, comme la France, leur culture et leur population métamorphosées par la croissance de minorités ethniques et religieuses.

L’Europe est en train de s’atrophier au moment où la population connaît une croissance explosive dans les pays islamiques, d’Afrique et l’Asie. En 2020, il y aura un milliard d’hommes en âge de combattre (entre 15 et 29 ans) dans le monde dont seulement 65 millions seront Européens. Au même moment, le monde musulman aura 300 millions de personnes de sexe masculin, souvent sans le moindre avenir chez eux.

On ne peut pas faire grand-chose pour inverser le destin démographique de l’Europe. Les 80 millions d’Allemands auraient besoin de 750.000 immigrés qualifiés chaque année jusqu’en 2050 pour compenser la baisse du taux de reproduction qui a commencé en 1975. Même si ce niveau d’immigration peu probable pouvait être atteint d’une façon ou d’une autre (on enregistre aujourd’hui l’entrée de 10.000 immigrés qualifiés par an seulement), l’âge moyen des Allemands passerait quand même de 42 à 52 ans et les Allemands de souche seraient réduits à une minorité dans leur propre pays.

Ce n’est pas la première fois que l’Europe emprunte un chemin périlleux, au bord du gouffre de l’extinction. Dans les années 1400, la peste bubonique et l’entreprise de conquête des armées musulmanes ont ramené la population de l’Europe de 70 à 40 millions. En 1484, le pape Innocent VIII répondit à la crise en décrétant la peine de mort pour les « personnes des deux sexes qui par des sortilèges et des procédés diaboliques, des atrocités et des transgressions affreuses, font périr des enfants encore dans le ventre de leur mère (ou qui) privent les femmes de la conception. » Des sages-femmes, qui étaient également expertes en contrôle des naissances et en avortement, furent poursuivies et exécutées.

Les résultats furent immédiats, avec des taux de reproduction aussi élevés qu’à Gaza ou au Niger aujourd’hui. Jusqu’en 1510, le nombre de naissances masculines en Angleterre doubla presque. De 1500 jusqu’à 1914, les femmes avaient en moyenne six enfants en Europe occidentale, deux fois plus qu’au Moyen Age.

L’économie européenne n’a pas pu continuer sur cette voie. Parce que la terre allait au fils aîné, les frères cadets étaient livrés à eux-mêmes, sans ressources. Ils ont rapidement trouvé une issue. Au 16ème siècle, l’Espagne appelait ses jeunes conquistadors « Secundones », les cadets, ceux qui n’héritent pas. Dès le second voyage de Christophe Colomb en 1493, les Européens de sexe masculin excédentaires (qui représentaient environ 10% des hommes en âge de combattre dans le monde à l’époque) ont commencé la conquête du monde. Et malgré des guerres aux quatre coins de la planète et 80 millions de vies perdues dans les luttes intestines et les génocides en Europe, la population s’est multipliée par dix pour atteindre 400 millions. La première bombe démographique est une invention européenne. Au cours des siècles qui suivirent, les Européens prirent le contrôle de 90% du globe.

Qui allait prendre le commandement de l’Europe ? Au début des années 1800, la France, la nation alors la plus peuplée d’Europe occidentale depuis 800 ans, a joué sa dernière carte. A l’époque de Waterloo, la France pouvait réunir 5% des hommes en âge de combattre dans le monde. L’alliance de la Grande-Bretagne (10 millions de personnes) et de la Prusse (10 millions aussi) prit l’avantage sur une France de 27 millions d’habitants.

A partir de 1861, la population allemande a dépassé celle de la France et peu de temps après l’Allemagne a infligé une défaite à son voisin d’outre Rhin. Au début du 20ème siècle, la part de l’Europe dans la population des hommes en âge de combattre avait cru jusqu’à 35%, dont 10% pour les empires de Berlin et de Vienne. En 1914 ces deux mastodontes ont utilisé leur avantage de population pour exercer la suprématie mondiale. Mais leur tentative de mettre la main sur l’essentiel de la terre d’Eurasie n’a pas pris en compte l’existence d’un nouveau venu sur la scène du monde. Bien que séparés par un océan, les États-Unis disposaient d’un potentiel démographique et industriel à peu près identique.

Le Japon, l’Italie et l’Allemagne furent les dernières grandes puissances qui ont essayé, sans succès, de soustraire des territoires aux autres puissances dominantes. Après 1945, l’Europe a perdu toutes les guerres qu’elle a menées, de l’Indochine, à l’Algérie et à Timor. Des euphémismes comme « l’émancipation des colonies » cachent les véritables causes de cet enchaînement de défaites. Si les Européens avaient continué à se multiplier comme à l’apogée de leur période impérialiste, le monde tremblerait encore devant leurs armées. En 100 ans à peine, les pays musulmans ont reproduit la multiplication par dix que l’Europe a réalisée entre 1500 et 1900. Au cours du dernier siècle, la population musulmane a grimpé en flèche de 140 millions à 1.4 milliard.

Si l’Europe était parvenue à la multiplication par quatre observée aux États-unis (de 75 millions à 300 millions entre 1900 et 2006), les 1.6 milliards d’habitants de son continent auraient fait paraître bien chétives la Chine de 1.3 milliards et l’Inde de 1.1 milliards. Cependant, la part de l’Europe dans la population mondiale des hommes en âge de combattre, qui était de 27% en 1914, est aujourd’hui, avec 9%, inférieure aux 11% de 1500. Ainsi, les nouveaux habits du « pacifisme européen » et du « soft power » sont les cache-sexe de son impuissance.

Avec un taux de reproduction de 2.1 qui assure le remplacement, les États-Unis sont encore défendables. Mais combien de fois l’Amérique peut-elle envoyer ses fils seuls à l’étranger pour empêcher tous les seconds, troisièmes ou quatrièmes enfants de s’engager dans les actes de violence ? Par certains côtés, plus tôt l’Europe s’effondrera mieux ce sera pour les États-unis. Ses chances de défaire le terrorisme global s’amélioreraient du fait de l’afflux, provoqué par la panique, de ce que le Vieux Monde compte de meilleur, de plus éclairé et de plus courageux pour le renforcer économiquement et militairement.

L’alternative au terrorisme des islamistes «secundones » ne sera pas la paix mais la conquête, comme elle l’a été pour leurs prédécesseurs, les «Évangélisateurs » du Pérou, du Mexique et de l’Inde. Le terrorisme n’est que le petit frère de la conquête.

M. Heinsohn est professeur de sociologie à l’université de Brême ; il est fondateur et président du Raphael-Lemkin-Institut.

2 Responses to Démographie: Les dessous du « soft power » européen (Gunnar Heinsohn: Babies Win Wars)

  1. […] Gaza: Qui veut mourir en martyr avec moi? (It’s OUR welfare state, stupid!) C’est les bébés qui gagnent les guerres. Gunnar Heinsohn […]

    J'aime

  2. jcdurbant dit :

    Merci qui ?

    OBAMA-MERKEL LEGACY: SAY GOODBYE TO GENDER EQUALITY (With more than 90% male unaccompanied minor migrants, are European societies jeopardizing their hard-won gender equality ?)

    Years of research has shown that male-dominated societies are less stable, because they are more susceptible to higher levels of violence, insurgence and mistreatment of women.

    66.26 percent of adult migrants registered through Italy and Greece over the past year were male, according to the International Organization of Migration.

    That imbalance might not sound radical, but it is, especially when you look more closely at who those males are. It’s true that many male migrants hope that, if granted asylum, they will be joined in Europe by their wives and children, who would help balance out national sex ratios. But importantly, more than 20 percent of migrants are minors below the age of 18, and the IOM estimates that more than half of those minors traveling to Europe are traveling as unaccompanied minors — 90 percent of whom are males. This heavily male subset is all but guaranteed asylum because of their status as unaccompanied minors, but they get no special dispensation to bring spouses, especially since the European Court of Human Rights recently ruled that European Union countries are not required to recognize the legality of child marriages among migrants.

    According to Swedish government statistics, as of the end of November, 71 percent of all applicants for asylum to Sweden in 2015 were male. More than 21 percent of all migrants to Sweden were classified as unaccompanied minors, representing more than half of all minor migrants to the country. For accompanied minors, the sex ratio was about 1.16 boys for every one girl. But for unaccompanied minors, the ratio was 11.3 boys for every one girl. In other words, the Swedish case confirms IOM’s statistic that more than 90 percent of unaccompanied minors are male. Indeed, on average, approximately 90 unaccompanied boys entered Sweden every single day in 2015, compared with eight unaccompanied girls.

    Those numbers are a recipe for striking imbalances within Sweden. Consider that more than half of these unaccompanied minors entering Sweden are 16 or 17 years old, or at least claim to be. (There are no medical checks of age for Swedish asylum-seekers, and applicants who say they’re under 18 receive special consideration in the asylum process.) In this age group more than three-quarters are unaccompanied, meaning they are overwhelmingly male. According to calculations based on the Swedish government’s figures, a total of 18,615 males aged 16 and 17 entered Sweden over the course of the past year, compared with 2,555 females of the same age. Sure enough, when those figures are added to the existing counts of 16- and 17-year-old boys and girls in Sweden—103,299 and 96,524, respectively, according to the U.S. Census Bureau’s International Database—you end up with a total of 121,914 males in Sweden aged 16 or 17 and 99,079 females of the same age. The resulting ratio is astonishing: These calculations suggest that as of the end of 2015, there were 123 16- and 17-year-old boys in Sweden for every 100 girls of that age.

    If that trend continues into 2016 or even beyond, each successive late adolescent cohort of 16- and 17-year-olds will be similarly abnormal, and over time the abnormality will become an established fact of the broader young adult population in Sweden. (Hans Rosling, the Swedish data visualizer who created the GapMinder Foundation, has similar estimates regarding the alteration of Swedish sex ratios.) In China, long the most gender-imbalanced country in the world, the male-to-female ratio of approximately 117 boys for every 100 girls in this age group now comes up short of Sweden’s gender gap. China’s sex ratios are still more abnormal across other age groups; the imbalances there extend all the way down to birth sex ratios due to the country’s severe birth restrictions, while Sweden’s abnormalities do not. But young adult sex ratios are arguably the most crucial of all for social stability…

    http://www.politico.eu/article/europes-man-problem/

    Helsinki (AFP) – Finnish police reported Thursday an unusually high level of sexual harassment in Helsinki on New Year’s Eve and said they had been tipped off about plans by groups of asylum seekers to sexually harass women. Helsinki deputy police chief Ilkka Koskimaki told AFP: « There hasn’t been this kind of harassment on previous New Year’s Eves or other occasions for that matter… This is a completely new phenomenon in Helsinki. »

    « Ahead of New Year’s Eve, the police caught wind of information that asylum seekers in the capital region possibly had similar plans to what the men gathered in Cologne’s railway station have been reported to have had, » police said in a statement.

    Dozens of apparently coordinated sexual assaults against women took place on New Year’s Eve in the western German city of Cologne. Cologne police said they had received 120 criminal complaints by Thursday and quoted witnesses as saying that groups of 20-30 young men « who appeared to be of Arab origin » had surrounded victims, assaulted them and in several cases robbed them. Koskimaki said police did not see a link between the Cologne and Helsinki incidents…

    http://news.yahoo.com/unprecedented-sex-harassment-helsinki-police-194548532.html

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :