Libye: Retour au temps des rançons barbaresques (Back to the shores of Tripoli?)

To the shores of Tripoli Des murs de Montezuma
Aux rives de Tripoli
Nous nous battons pour notre pays
Dans les airs, sur terre ou sur mer
Les premiers à se battre pour le Droit et la Liberté
Et pour garder intact notre Honneur
Nous sommes fiers de prétendre au titre de Marines des États-Unis
(Chant des « Marines », 1879)

En avril, le nouveau chef des nations dhimmies nomme un responsable du dialogue dhimmi …

En mai, l’ex-dhimmi britannique en chef annonce la création d’une fondation dhimmie …

En juin, le dhimmi américain en chef annonce la nomination d’un représentant dhimmi pour l’Opus Dei islamique …

En juillet, l’Eurabie annonce triomphalement le rachat de cinq « blanches » slaves retenues depuis huit ans par Tripoli …

« Tripoli: des vacances de rêve à prix raisonnable », disait la pub

Après les destructions d’avions entiers (Lockerbie, Tchad), le financement de nombres d’opérations terroristes de par le monde …

Serions-nous revenus, avec la prise d’otage des infirmières bulgares par le nouveau Barberousse de Tripoli et la remise de rançon qu’il vient d’obtenir pour les libérer, au bon vieux temps des razzias barbaresques qui ont vu Alger, Tripoli ou Tunis écumer nos côtes en toute impunité pendant des siècles ?

Il est décidément loin, le temps des Bourmont et Lyautey qui vit l’abolition de ces pratiques d’un autre âge et qui fait partie des nombreux apports positifs d’une colonisation aujourd’hui si décriée …

Mais où sont donc passés… nos si fiers Marines de Tripoli?

Chantage libyen
Le Monde
18.07.07

La justice libyenne a décidé, mardi 17 juillet, de commuer en peine de prison à vie la sentence de mort qui avait été prononcée à l’encontre des cinq infirmières bulgares et du médecin palestino-bulgare détenus depuis 1999 sur l’accusation d’avoir inoculé volontairement le virus du sida à 438 enfants libyens. C’est une bonne nouvelle. Les pays européens, dont la France, ont raison de se réjouir d’une annonce qui laisse espérer un dénouement favorable à ce double drame, avec une éventuelle prochaine extradition des six prisonniers vers la Bulgarie.

Car il s’agit bien d’un double drame : celui des enfants libyens malades (dont 56 sont décédés) et de leurs proches ; celui des six employés médicaux étrangers pris dans la nasse d’un pouvoir libyen qui s’est livré à de sombres et cyniques calculs, relevant tour à tour de la prise d’otages et du racket à l’échelle internationale. Ces infirmières, ce médecin, aujourd’hui tous ressortissants de l’Union européenne, puisque la Bulgarie en est membre depuis le 1er janvier, ont toujours clamé leur innocence. Leurs aveux, lors du simulacre de procès organisé en Libye, ont été arrachés sous la torture : passages à tabac, chocs électriques, sévices sexuels.

Si la justice libyenne a décidé de faire jouer des notions traditionnelles de « pardon du sang » présentes dans la culture islamique pour commuer la peine, en se basant sur l’assentiment des familles des enfants malades, il n’en reste pas moins que les six prisonniers restent jugés coupables. Ils n’ont pas été blanchis, ce qui en soi est un scandale. Des experts éminents du sida, comme le professeur Montagnier, ont en effet démontré que l’accusation était absurde, et que l’infection des enfants était due aux conditions sanitaires déplorables de l’hôpital de Benghazi.

Nicolas Sarkozy pourrait prochainement se rendre en Libye, dans le cadre d’une tournée africaine, a-t-on appris de source libyenne, sans que l’Elysée, mercredi 18 juillet au matin, n’ait souhaité commenter. M. Sarkozy avait auparavant, le 12 juillet, dépêché son épouse Cécilia auprès du « Guide » libyen. Ce voyage a été perçu, à juste titre, par ceux qui, à Bruxelles, au niveau européen, ne ménageaient pas leurs efforts depuis longtemps sur le dossier des infirmières, comme une tentative de récupération médiatique.

Au-delà des déclarations de satisfaction qui ne manqueront pas de s’exprimer si les six prisonniers rentrent dans leur pays, bien des questions restent sans réponse. On peut ainsi se demander jusqu’où, en réalité, les pays européens qui ont versé d’importantes sommes d’argent au régime de Tripoli, d’autres ayant effacé des créances qu’ils tenaient sur la Libye, ont cédé au chantage.

3 commentaires pour Libye: Retour au temps des rançons barbaresques (Back to the shores of Tripoli?)

  1. […] les pirates barbaresques à l’origine, qui le sait encore, à la fois de la création des Marines américains et de la conquête de l’Algérie), de les chasser définitivement de leurs bases […]

    J'aime

  2. […] après des siècles de pillages, guerres et esclavage, l’islam garde-t-il une si mauvaise image? nous demandions-nous dans un […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :