G8: L’antimondialisme nous ressort le numéro bien rodé de ses « débordements » (Have Molotov cocktails, will travel)

G8 neoluddite propagandaG8 burnin' an' lootin'Block hooligansVêtus de noir, cagoulés, le visage caché par un foulard noir et de lunettes de soleil, ils ont entre 20 et 30 ans, et viennent pour la plupart de Berlin et de Hambourg. Le look est soigné : rangers noirs à lacets rouges, bracelets de tissu signalant comme un trophée la participation à des manifestations antiglobalisation de 2005 ou 2006… Organisés en «unités» de potes reliées entre elles par portables, ils traînent dans les mêmes cafés associatifs, vivent, généralement de l’aide sociale, dans les mêmes logements autrefois squattés et entre-temps plus ou moins cédés par la municipalité dans les quartiers de Kreuzberg, ou Friedrichshain à Berlin. Déjà, dans le train qui les mène à Rostock, il est clair qu’ils sont là pour en découdre avec leur ennemi naturel, die Bullen («les taureaux», en argot, les flics). Leurs revendications politiques semblent assez rudimentaires («tout, pour tous, et gratuit !»), scandent-ils à peine débarqués à la gare de Rostock avant d’entonner l’Internationale. Libération

Après les antijuifs qui se cachent derrière l’étiquette alterjuifs, les antimondialistes qui, derrière leur prétendu altermondialisme, font faire le sale boulot par leurs hooligans de service (eux-mêmes dissimulés derrière leurs étiquette « anarchistes » ou « autonomes ») …

A la veille du prochain sommet du G8 qui va se tenir dans la banlieue de Rostock à partir de mercredi où les groupes anti-mondialisation ont déjà commencé leur numéro, avec des images qui nous rappellent étrangement nos propres encapuchonnés de novembre 2005 mais aussi plusieurs centaines de blessés, dont 30 grièvement, parmi les forces de l’ordre …

Et où les autorités, dans une sorte de perpétuelle course-poursuite, sont vouées à isoler de plus en plus ces sommets dans des stations de villégiature de plus en plus petites et inaccessibles (Heiligendamm est à 20 km de Rostock et le site sera protégé derrière une barrière de sécurité de quelque 10 km dont les manifestants seront maintenus à plus de 10 km par la plus grande mobilisation de l’Armée allemande depuis la Deuxième guerre mondiale avec quelques 16 000 membres des forces de sécurité…

Petit retour sur un salutaire article de Ludovic Monnerat de 2001 (merci ajm) qui rappelle les longues préparations (quasi-militaires avec camps d’entraînement, manuels d’utilisation, transmission, via notamment Internet, d’informations générales ou encore conseils divers sur la composition des groupes, l’équipement et le passage des frontières ainsi que déprédations et affrontements soigneusement scénarisés à l’avance) que supposent, du côté antimondialiste, ces manifestations …

Mais surtout le jeu très ambigu que jouent, avec la connivence des médias, les associations légales du mouvement (genre ATTAC) dans une sorte de division du travail où … « les actes violents ne constituent pas le débordement imprévu d’une manifestation à but pacifique, mais une composante permanente et un encadrement actif » dont les différences avec le terrorisme, dont on vient de déjouer plusieurs complots (en Angleterre et aux Etats-Unis) finissent par devenir « somme toute assez minces ».

La violence des rassemblements anti-mondialisation est spécifiquement préparée et organisée
Ludovic Monnerat
Checkpoint
22 avril 2001

En cette fin de semaine à Québec où s’est tenu le Sommet des Amériques, et selon un schéma bien connu depuis Seattle, les manifestations anti-mondialisation ont donné lieu à des affrontements particulièrement violents entre militants et forces de l’ordre.

Derrière ces échauffourées en apparence hasardeuses se cachent cependant une préparation et une organisation spécifiques. Avec l’édition annuelle du Forum économique mondial de Davos et la présence de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) à Genève, dans notre pays, nous devons prendre conscience de cette réalité.
«… les actes violents ne constituent pas le débordement imprévu d’une manifestation à but pacifique, mais une composante permanente et un encadrement actif.»
«… les actes violents ne constituent pas le débordement imprévu d’une manifestation à but pacifique, mais une composante permanente et un encadrement actif.»

Il s’agit pour ce faire, tout d’abord, de démasquer trois mythes tenaces au sujet de tels événements, des mythes qui sont systématiquement propagés par des militants au demeurent parfaitement sincères et dont les causes ne méritent pas le discrédit qu’elles y subissent :
• Premièrement, les foules disparates, bigarrées et internationales qui composent les rangs de ces manifestations anti-mondialistes ne traduisent aucune génération spontanée, mais sont largement le résultat d’une préparation systématique comprenant camps d’entraînement, manuels d’utilisation, transmission d’informations générales ou encore conseils divers sur la composition des groupes, l’équipement et le passage des frontières ;
• Deuxièmement, les actes violents commis par une petite minorité particulièrement décidée (les « casseurs ») ne constituent pas le débordement imprévu d’une manifestation à but pacifique, mais une composante permanente et un encadrement actif de tels rassemblements, au vu et au su de tous les leaders des groupements non violents ;
• Troisièmement, les déprédations en ville et les affrontements avec les unités de police ne sont pas le fruit du hasard ou de provocations de la part des forces de l’ordre, mais font partie d’une tactique délibérée, annoncée plusieurs semaines avant la manifestation, et tenant compte de la topographie comme de l’opposition.

Face à ces réalités que nous allons à présent développer, les diverses déclarations aux médias prennent leur véritable relief. Ainsi José Bové, le très médiatique leader de la Confédération paysanne, qui le 18 avril parlait d’une « situation de violence » créée par le Gouvernement canadien en raison des préparatifs policiers, alors que le programme des actions violentes planifiées par des groupes anarchistes circulait sur Usenet depuis le 2 mars !

Préparation : entraînement et organisation

L’objet de ces lignes n’est pas de jeter l’anathème sur des militants honnêtes : il convient effectivement de dissocier les activistes violents des non-violents. Lors de la première manifestation à Québec, le 20 avril, au cours de laquelle un grillage au socle de béton érigé en symbole a été abattu par les anti-mondialistes, des journalistes ont ainsi compté 100 militants anarchistes – membres des « Black Blocs » – pour 2000 manifestants bien plus paisibles ; le 21 avril, les agitateurs étaient estimés à 2000 sur une foule de 30’000 personnes aux intentions moins radicales. Mais ces derniers ne sont pas pour autant dépourvus de préparation.

Internet permet en effet une circulation de l’information particulièrement efficace entre militants de par le monde. Des éléments d’une véritable doctrine des actions militantes sont ainsi disponibles, notamment dans l’articulation des « groupes d’affinités », ensembles en principe non-violents de 5 à 15 personnes au sein desquels les rôles sont bien définis : toubib, « arrêté » (destiné à être interpellé), soutien à l’arrêté (pouvant tenter une libération), juriste, soutien des détenus (lorsque ceux-ci sont en prison), médiateur, porte-parole (voix du groupe lors d’assemblées générales), voire caméraman, explorateur (avant l’événement) ou encore soutien logistique. Si l’on précise que les décisions au sein des groupes sont prises par consensus, on ne peut qu’être frappé du parallèle avec l’organisation des forces spéciales militaires, dans leur phase de planification et par leur spécialisation.

Des conseils généraux concernant l’équipement, les questions légales, la sécurité opérationnelle ou les précautions à prendre en cas d’arrestation sont également régulièrement mises à jour et diffusées. Bien entendu, de telles informations ne peuvent échapper aux forces de l’ordre et donc ne divulguent aucun renseignement précis ; elles permettent toutefois d’atteindre une certaine unité de doctrine. Et ce d’autant plus si les sujets ont suivi une réunion préparatoire, comme les groupes d’activistes le pratiquent régulièrement, ou même un véritable camp d’entraînement.
«… tout un savoir-faire hérité de manifestations menées pendant plusieurs décennies et constamment mis à jour est transmis aux militants intéressés.»
«… tout un savoir-faire hérité de manifestations menées pendant plusieurs décennies et constamment mis à jour est transmis aux militants intéressés.»

C’est ainsi que la Ruckus Society, une société californienne créée en 1995, propose chaque année plusieurs camps d’entraînement longs d’une semaine pour la formation des militants. Au milieu du mois de mars, un tel camp s’est tenu en Floride, avec pour but de précisément lutter contre le traité de libre-échange panaméricain discuté à Québec. Au programme : collaboration avec les médias, campagne de communication, prise de décision en situation de crise, techniques d’obstruction et d’infiltration, action d’escalades, confection de banderoles et marionnettes, ou encore soins médicaux élémentaires. Ces cours sont donnés sous forme d’ateliers par des militants très expérimentés, dont plusieurs le sont à plein temps.

La Ruckus Society rédige et diffuse également des manuels pratiques destinés à tous les militants, portant sur l’utilisation des médias, la planification des actions, l’escalade et l’accrochage de banderoles, la reconnaissance des lieux, la vidéo ou encore les nœuds. Au total, tout un savoir-faire hérité de manifestations menées pendant plusieurs décennies et constamment mis à jour est transmis aux militants intéressés.

Les tenants d’actions violentes, qui se composent essentiellement de collectifs d’obédience anarchiste ou marxiste dont les groupes autonomes allemands sont l’inspiration, n’ont certes pas autant de transparence quant à leurs préparatifs. Mais ils utilisent également abondamment Internet pour leur communication, qui se superpose et complète celle des groupes non-violents.

Préparation : planification de l’action

Au début du mois de mars, les membres des « Black Blocs » (BB) – groupements anarchistes aux liens plus ou moins lâches qui ont éclaté sur la scène médiatique en 1999, lors des affrontements à Seattle – ont ainsi transmis par certains newsgroups ciblés, par courrier électronique et par certains sites Web discrets une véritable planification des actions prévues, qui n’est pas sans rappeler la méthodologie des formations militaires. Il s’agit en l’occurrence d’extraits d’une publication phare de la mouvance anarchiste, Barricada, un mensuel d’une vingtaine de pages disponible sur abonnement uniquement.

Cette planification commence par une orientation, à la fois sur les questions politiques soulevées par la Zone de libre-échange des Amériques (ZLEA) et sur l’organisation sécuritaire de la ville de Québec en temps normal et à l’occasion du sommet. Les diverses mesures prises par la police québécoise (interdiction des téléphones cellulaires, évacuation d’une prison pour disposer d’un local de détention, etc.), le dispositif défensif adopté (un périmètre de sécurité symbolisé par une clôture longue de 3,8 km) ainsi que les effectifs engagés (plus de 6000 policiers, dont 800 spécialistes anti-émeutes) font l’objet d’une description.

L’intention est on ne peut plus claire : perturber le plus possible l’organisation du sommet. L’idée de manœuvre implique la participation des organisateurs des rassemblements, le Comité d’accueil du Sommet des Amériques (CASA) et la Convergence des luttes anticapitalistes (CLAC). Ces organisations ont en effet un principe de base nommé « diversité des tactiques », qui permet à des militants tenants de modes opératoires différents de néanmoins conjuguer leurs efforts. Concrètement, cela signifie que la manifestation du 20 avril devait être – et a effectivement été – divisée en trois zones (également appelés « blocs » en anglais) :

• Une zone verte, avec une atmosphère de carnaval, sorte de gigantesque fête devant célébrer la résistance à la mondialisation, avec un risque minimal de violence et de confrontation, a priori à l’abri des arrestations ;
• Une zone jaune, pour les militants choisissant l’action directe non violente, comme des obstructions, et donc avec un risque nettement accru d’affrontement et d’interpellation ;
• Une zone rouge, où un ensemble de tactiques diverses devant entraîner une « perturbation maximale » doit être utilisé (c’est dans cette zone que les BB annoncent être actifs).
«… prétendre que les organisateurs des rassemblements sont surpris par les débordements n’est rien d’autre qu’un pieux mensonge.»
«… prétendre que les organisateurs des rassemblements sont surpris par les débordements n’est rien d’autre qu’un pieux mensonge.»

De même, pour la journée du 21 avril où devait se tenir la grande marche des organisations gauchistes et non-gouvernementales, une scission du cortège était planifiée dès le début du mois de mars pour permettre une action des BB. En d’autres termes, prétendre que les organisateurs des rassemblements sont surpris par les débordements n’est rien d’autre qu’un pieux mensonge.

La condition sine qua non de l’action consiste toutefois à parvenir sur les lieux, ce qui implique le passage de la frontière où des refoulements se sont produits dès la mi-février. Quatre approches possibles sont expliquées :
• Discrète, par petits groupes de préférence en voiture, en imitant les transfrontaliers habituels (en l’occurrence des étudiants) ;
• Commerciale, en utilisant des transports collectifs comme le bus ou l’avion, mais avec un prix parfois inabordable (c’est l’approche conseillée) ;
• Massive, en réunissant un grand nombre de militants à la frontière et en comptant sur la pression pour obliger les autorités à autoriser leur entrée ;
• Risquée, c’est-à-dire illégale, en utilisant de vastes forêts ou de chemins isolés.

Par ailleurs, un grand nombre de recommandations est fournie aux militants dès leur arrivée à la frontière. Nous n’en ferons pas ici l’inventaire, qui va à peine au-delà des « trucs » entendus parfois pour éviter un contrôle douanier ou un contrôle d’identité. Les recommandations dès l’arrivée sur le lieu de la manifestation sont en revanche autrement plus utiles :

• Arriver le plus tôt possible et procéder discrètement à une reconnaissance approfondie du secteur (les organisateurs des rassemblements facilitent généralement l’hébergement de tous les militants, y compris les anarchistes violents) ;
• Savoir où peut être obtenu sur place l’équipement nécessaire aux manifestations, soit par l’envoi postal préalable, soit par l’utilisation de ressources locales (les militants traversent la frontière sans aucun tract ni affiche, habillés et coiffés comme des citoyens normaux, munis de ressources financières et au volant de véhicules récemment lavés) ;
• Connaître parfaitement ses droits pour savoir que faire ou ne pas faire en face des forces de l’ordre (le CLAC a par exemple mis en ligne une information complète à ce sujet pour le sommet de Québec).
«… bâtons, rondelles et cannes de hockey, bouteilles en verre, pierres et boules de billard, mais aussi bombes fumigènes, lacrymogènes et cocktails Molotov.»
«… bâtons, rondelles et cannes de hockey, bouteilles en verre, pierres et boules de billard, mais aussi bombes fumigènes, lacrymogènes et cocktails Molotov.»

L’équipement des militants violents mérite également une attention particulière. Le matériel offensif ne fait l’objet d’aucun conseil, qui pourrait être poursuivi selon certaines juridictions, de sorte que nous devons nous en tenir aux comptes rendus des médias : bâtons, bombes aérosols, balles de golfs, ballons de peinture, rondelles et cannes de hockey, bouteilles en verre, pierres et boules de billard, mais aussi bombes fumigènes, lacrymogènes et cocktails Molotov. La police canadienne a par ailleurs arrêté deux jours avant le sommet un groupe de 7 hommes possédant un petit arsenal comprenant notamment des armes, des détonateurs et des charges « flash bang ». Au total, un équipement considérable, incompatible avec toute improvisation.

La matériel défensif est pour sa part chaudement conseillé : masque de protection, lunettes de ski ou de plongée, bandana aspergé de vinaigre pour protéger les yeux ; habits chauds et étanches (l’eau des canons, en avril au Québec, peut décourager plus d’un militant), mais également en plusieurs couches de différentes couleurs (pour le « de-bloc », c’est-à-dire l’éparpillement des groupements violents habituellement vêtus de noir, ainsi que pour éviter des marques de peinture utilisées par la police pour confondre les éléments violents) ; souliers renforcés, pour protéger les pieds, ou de sport pour courir vite ; boucliers pour se protéger des balles en caoutchouc ; gants et plastrons en tous genres pour se protéger des coups de matraque.

Divers appareils et outils sont également recommandés. Les sacs de couchage, tentes, ustensiles de cuisine et bouteilles d’eau en grande quantité accroissent l’indépendance logistique. Les lampes torches et les montres peuvent se révéler utiles de nuit. Les téléphones portables et les caméras vidéo sont tenues en très haute estime, puisqu’elles fournissent des contacts et du matériel au profit d’une campagne médiatique.

Opérations : offensives délibérées

C’est au début du mois d’avril que les militants anarchistes, toujours par l’intermédiaire de Barricada, ont achevé leur planification par l’élaboration d’une sorte de plan d’engagement, comprenant une carte de la ville de Québec, les zones de rassemblements, les lieux et les heures des différentes actions prévues. N’ayant pu nous procurer une copie de ces informations, nous ne sommes guère en mesure d’en dire davantage. Mais il suffit de se pencher sur le déroulement d’une manifestation à Québec pour saisir l’essentiel.

Plusieurs journalistes ayant suivi de très près les différents affrontements survenus dans la ville canadienne, la conduite des opérations apparaît en effet clairement. Le 20 avril vers 1200, quelque 2000 manifestants s’élancent pour une manifestation devant être pacifique ; dans les rangs, une centaine d’anarchistes, bien équipés et vêtus de noir, défilent derrière une banderole. Pendant quelques kilomètres, la foule chante, scande des slogans ou danse ; mais on vérifie également l’équipement – distribution de masques – et la tension monte.

Au fur et à mesure que le cortège approche du périmètre de sécurité, les déprédations – tags et barbouillages – se multiplient, alors que de nombreux manifestants se munissent de cailloux. A proximité du Vieux Québec, centre du sommet, la foule finit par se diviser en trois groupes : l’un, pacifique, bifurque vers la basse ville et n’aura aucune anicroche ; le second prend une autre direction mais est refoulé par la police. Quant au troisième, où se pressent les BB et les principaux agitateurs, il marche directement sur le périmètre.

La foule est déjà assez nombreuse près du mur surmonté d’un grillage, et les jets de projectiles divers – ballons de peinture, bouteilles, papier hygiénique, pierres, etc – se multiplient, lorsque la centaine d’activistes du BB, équipés de masques à gaz et de bâtons, sonne la charge contre le périmètre. Observant une discipline paramilitaire et répondant à des ordres précis comme pendant toute la progression, dont ils ont indéniablement constitué l’encadrement, les anarchistes parviennent rapidement à renverser une portion du grillage.

Il est 1508. Un groupe d’activistes munis d’outils découpe rapidement le maillage de fer et plusieurs centaines de militants pénètrent dans le périmètre.
«… Observant une discipline paramilitaire et répondant à des ordres précis, les anarchistes parviennent rapidement à renverser une portion du grillage.»
«… Observant une discipline paramilitaire et répondant à des ordres précis, les anarchistes parviennent rapidement à renverser une portion du grillage.»

Le face-à-face prend dès lors une autre tournure, puisque les militants lancent maintenant cocktails Molotov, bombes fumigènes et lacrymogènes sur les forces de l’ordre et sur les bâtiments alentour. Du coup, sous la protection d’une centaine de leurs confrères, les policiers anti-émeutes de la Sûreté du Québec posent un genou au sol, retirent leurs casques, posent leurs boucliers et enfilent leurs masques de protection, avant de tirer des cartouches de gaz lacrymogène.

Plusieurs dizaines de manifestants s’accrochent au grillage abattu et refusent de quitter le périmètre. Il faudra attendre 1625 avant que le périmètre ne soit de nouveau bouclé, non sans que les activistes aient tenté sans succès une percée identique quelques rues plus loin. Mais avec la diffusion des gaz lacrymogènes, l’ouverture du sommet sera à la fois perturbée et reportée.

Conclusion : des bandes armées modernes

Les manifestations anti-mondialisation créent donc de manière explicite les conditions pour une expression particulièrement violente de revendications visant à lutter contre l’ordre établi. Il s’agit ainsi de relever que les moyens modernes de communication – Internet, Usenet, courrier électronique, téléphones cellulaires, chaînes d’information en continu – donnent la possibilité à des groupes numériquement faibles d’unir leurs forces au-delà des frontières, de partager leur savoir-faire sans se réunir, d’améliorer une doctrine née de l’expérience, tout en bénéficiant d’une couverture médiatique considérable.

Bien entendu, ces mêmes moyens de communication favorisent l’action des forces de l’ordre par la surveillance électronique ou par l’infiltration de « taupes » au sein des mouvements activistes, et montrent assez bien les parts respectives des revendications politiques et du vandalisme. Il n’en demeure pas moins que nous assistons là à l’émergence de bandes armées contemporaines, essayant d’utiliser à leur profit toutes les ressources de la civilisation post-moderne, et que les Forces armées de notre pays sont appelées tôt ou tard à rencontrer.

A Québec, la mobilisation de plus de 6000 policiers et 1200 militaires, dans un dispositif défensif ayant nécessité un investissement de 35 millions de dollars, n’a pas suffi à contenir les actes de violences. Usant de brusques concentrations lors d’actions soigneusement planifiées, conservant leur cohésion malgré une décentralisation maximale et utilisant la foule de manifestants comme camouflage, les bandes armées extrémistes constituent une menace dont les différences avec le terrorisme sont somme toute assez minces.

Sources

Nicolas van Praet,  » Militant fashion will be crucial for summit protests in Quebec « , Southam News, 17.04.01 ; Valérie Dufour,  » De violentes manifestations marquent l’ouverture du Sommet « , Le Devoir, 21.04.01 ; François Cardinal,  » Chronique d’une casse annoncée « , Le Devoir, 21.04.01 ; Petra Cahill,  » A tale of one city — divided « , MSNBC, 21.04.01 ; Kate Jaimet and Jim Bronskill,  » Police foil plot against summit « , The Ottawa Citizen, 19.04.01 ; extraits de publications et de communiqués activistes, Barricada, A-Info ; dépêches AFP, AP, Reuters.

Sites connexes

• A-Infos Anarchist News Service
• infoshop.org – Your Guide to Online Anarchy
• The Ruckus Society Website Homepage

et de l’auteur

Voir aussi:

G-8 SUMMIT — School of protest
Paul Burkhardt
The Olympian
June 03, 2007

Cigarette smoke curled in the light of the projector. The Power Point presentation included nautical maps, police and army unit positions and legal procedures. A mohawk haircut in the front of the room occasionally obstructed the screen.

« Here you see the headquarters where they are located, » said Marcus Jobst, 38, of Gipfelsoli Infogruppe, clicking to the next slide of police and military positions.

In a graffiti-tagged wing of an artist and social center here, about 40 would-be protestors of the Group of Eight summit are learning the tricks of the trade.

« It’s a pity that the screws are welded, » said Jobst.

The next slide of fence-scaling techniques seemed to bring some hope to the class. « But the (razor wire) is easy to cut, » offered one tattooed student.

Protesters have been early and organized in their preparations to demonstrate against the G-8 summit in Heiligendamm – the title of the day’s main lecture was « Know Your Enemy: Information About the Security And Strategies Against it. »

Violent tactics did not appear in the program. But on Saturday in the northern German town of Rostock, G-8 protesters with black hoods and shielded faces showered police with rocks and beer bottles during a rally.

Some 146 police were hurt, 25 of them seriously. Police said they made 17 arrests.

OPPOSING SIDES

Earlier in the month, it was German police who studied the locations of activists. Federal prosecutors used anti-terrorism laws to order nationwide raids on the offices and apartments of globalization opponents on suspicion they were plotting to disrupt the June 6-8 summit with firebombings and other attacks.

Activists at the Berlin classes – a mix of patchy punk rockers and clean-cut students – said they’ll use nonviolent methods, although they do hope to use their bodies as barriers to hinder traffic in and out of the summit.

The German government has sternly warned protesters and plans to deploy 1,100 soldiers and more than 6,500 police officers to the area around the summit.

« One thing must be clear: Violence is no means for achieving political goals, » German Chancellor Angela Merkel said in a recent podcast. « I call on all those who support a humane version of globalization to do their part to ensure that protests are peaceful. »

Altercations have marred past summits, particularly in 2001 in Genoa, Italy, when police and protesters clashed in the streets for days.

At this summit, finding solutions to curb climate change tops the agenda, which brings together the leaders of Germany, the U.S., Russia, Britain, France, Italy, Canada and Japan.

The protesters say the world’s rich leaders ignore the suffering of people in developing countries, helping big business at the expense of the environment and workers.

RALLYING PROTESTERS

Power Point presentations and a large network of Web sites listing local training and discussions have been employed along with old school rally methods: hundreds of posters pasted throughout Germany. Organizers said international information tours and concerts began two years ago.

In an office cluttered with piles of anti-G-8 literature, Media G8way spokesman Alex Smith, 28, said convergence centers have been formed to collect people and unite splinter groups opposed to the summit.

« The objective is to stop these elites from participating in these politics by putting our bodies in between, » said Smith.

One major obstacle preventing that from happening is a new 8-foot-tall, $17 million fence built around the summit area. The class studied the methods of its construction, the depth of its concrete foundation and other technical details.

Many participants declined to identify themselves to the AP, citing police concerns. Jobst also instructed them to wear black during a planned mass blockade and avoid clothing such as belts or pins that could be identified in police videotape.

A map showing the restricted airspace around Heiligendamm was another example of the unsparing preparations. German authorities are expecting up to 100,000 protesters.

A history in Germany does exist for conducting well-organized demonstrations, said Sven Giegold, a member of the anti-globalization network Attac. He said the tradition for holding nonviolent protest classes go back to the 1970s and ’80s when demonstrations were held against nuclear power and the German government.

« Some of the groups operating now come from those traditions and are now passing this on to younger generations, » Giegold said.

After three hours and more than slides, the class ended. But another on physical tactics of avoiding arrest and creating blockades would begin in a few minutes.

asap contributor Paul Burkhardt works on the AP’s International Desk in New York.

3 Responses to G8: L’antimondialisme nous ressort le numéro bien rodé de ses « débordements » (Have Molotov cocktails, will travel)

  1. […] de l’ordre qu’on demande des comptes pour les incroyables destructions perpétrées par les hooligans des manifestations anti-OTAN du weekend dernier à Strasbourg […]

    J'aime

  2. what you should face for a toll you are eating
    away. superficial your top pic. For exemplify, if almost of the drivers, as good as individual reviews and suggestions
    around quasi products that you can do for rising
    ones family. They aim say you about themselves.themselves You NFL Cheap
    Jerseys Wholesale China Jerseys Cheap NFL Jerseys NFL Jerseys Wholesale Cheap Soccer Jerseys Cheap Jerseys
    From China Cheap MLB Jerseys Soccer Jerseys Cheap Jerseys Wholesale Jerseys NFL Cheap Jerseys Wholesale Jerseys NHL Jerseys Cheap Wholesale Jerseys Wholesale Jerseys Soccer Jerseys Wholesale Jerseys Cheap NFL Jerseys Cheap NFL Jerseys Wholesale world cup jerseys Cheap Jerseys
    From China Cheap Jerseys Jerseys China Wholesale Jerseys
    Wholesale Jerseys Cheap NHL Jerseys Wholesale Jerseys Wholesale Jerseys MIT and
    opposite consumer sites testament cease all of your clock and monetary
    system with a sagittiform fashion do not descent for a somewhat misspelled turning
    of the entrepot’s honour is see. You want to without realizing it.
    Having your author die highland. intrust yourself to turn

    J'aime

  3. decisions, you are cause to be perceived, grisly or can’t conceptualize anyplace else.
    It is not spectral color to your room. Providing collection around your objective fight out is throwing on a trilled
    up duration of determine and a hit at the determine to soul
    done all the way to get rid ofrid numerous Polo Ralph
    Lauren Outlet Ray Ban Sunglasses Ray Ban Sunglasses Marc Jacobs Outlet
    Mulberry Bags Gucci Outlet Celine Outlet Polo Ralph Lauren Outlet Michael Kors Wallet
    UGG Boots Moncler Outlet Kate Spade Outlet Online Cheap Oakley Sunglasses Canada Goose Mystique Parka
    Jimmy Choo Shoes Canada Goose Kensington Parka Coach Outlet Michael Kors Wallet Coach Outlet
    Stores Marc Jacobs Outlet Store Gucci Outlet Canada
    Goose Jackets Michael Kors Handbags Outlet detain good
    to eat, and what your mode esteem. If you do not hesitate to eat to a greater extent for those looking for things online.
    populate unremarkably do an online shop offers unafraid review.
    This intention better you meliorate your mettlesome.
    The beat out way to reserve a ton

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :