Terrorisme: Plus fort que Saddam! (Iran too goes chemical in Iraq)

Once a terrorist, always a terrorist
L’objectif principal des mollahs est de chasser les Américains de ce pays et de libaniser l’Irak et prendre en otage le Golfe Persique. La fin justifie les moyens et à chaque fois que les mollahs sont dans une impasse dans leurs négociations nucléaires, ils rappellent à l’ordre la communauté internationale, en montrant que leurs mercenaires terroristes peuvent enflammer la région. L’alliance avec les Syrie est très efficace : les mollahs contrôlent des terroristes sunnites par le biais de la Syrie et ils contrôlent directement les extrémistes chiites.
la République Islamique soutient financièrement et militairement la Syrie qui à son tour rétribue le Hamas. En prétendant qu’il existait une querelle entre le Hamas et le Hezbollah, les mollahs ont mis au point un procédé machiavélique et terriblement efficace qui avait l’avantage de brouiller les cartes et multiplier les options.
Le régime des mollahs applique avec minutie les mêmes recettes partout. Les prises d’otages et les attentats à l’explosif avaient été efficaces au Liban, il les a appliqués en Irak. La guerre des gangs (Hamas/Hezbollah) a été efficace pour détruire les processus de paix entre Israéliens et Palestiniens : les mollahs l’appliquent dans sa nouvelle version Sunnites/Chiites en Irak et l’améliorent par une surenchère de violence.
Carte Blanche et moyens illimités … : les terribles fusils anti-char Steyr (achetés en Autriche), les lunettes de vision nocturne et des GPS (achetés aux Anglais), des bombes avec mise à feu infrarouge (développées en collaboration avec les Russes), les mollahs se saignent aux quatre veines pour financer, armer et apporter un soutien logistique très performant aux djihadistes d’Al Zarqawi.
Avant de débuter ses opérations en Irak en juin 2003, Musab al Zarqawi avait passé plusieurs mois en Iran. Qasem Suleimani, avait alors organisé son implantation dans la région sunnite d’Al Anbar pour lutter contre les forces US.
Ce chaos ne saurait être efficace si les djihadistes se contentaient de tuer les soldats de la coalition, le chaos le plus simple à propager résulte d’un terrorisme de masse ciblant les civils. Al Zarqawi, l’homme de liaison entre le Hezbollah et Al Qaïda tue des civils, mais surtout des civils chiites.
L’objectif est de créer en Irak les conditions d’une explosion en chaîne, d’un chaos durable et renouvelable. La fin justifie les moyens et les mollahs ont sacrifié les chiites irakiens pour détruire la présence américaine en Irak.
Iran-resist

Soutien du terrorisme tous azimuts, réthorique, financier, technique et matériel, bluff sur ses propres capacités nucléaires, les mollahs prennent décidément très au sérieux (en un jeu compliqué – via leurs affidés syriens, Hezbollah ou Hamas – de billard à plusieurs bandes) leur nouveau rôle de remplacement de Saddam comme boute-feu-en-chef du Moyen-Orient !

A l’heure où Pasqua rafraichissait la mémoire de son ancien patron Chirak (sur le secret de polichinelle de la libération des otages français en 86 contre le remboursement à l’Iran de son investissement au consortium nucléaire Eurodif) …

Et où les Pasdarans faisaient leur show de manœuvres intérieures avec force katiouchas et lance-roquettes (dont comme par hasard l’usage semble se développer dans l’insurrection anti-américaine en Irak – qui bien sûr se concentre sur… les civils irakiens !) …

Le Figaro signale l’escalade dans le terrorisme en Irak (sauf qu’il oublie, comme le rappelle Iran-resist) d’en préciser la source… iranienne):

Après les clous et les billes, les gaz de combat artisanaux!

Avant… le nucléaire sale?

Et son utilisation prochaine en Israël ?

Ou… dans le reste du monde?

C’est la troisième fois que l’insurrection sunnite a recours à ces nouvelles bombes chimiques artisanales, conçues pour multiplier les victimes des attentats aux véhicules piégés. Des bombonnes de chlore sont placées dans des camions et répandent leur contenu au moment de l’explosion.

Le terrorisme chimique fait son apparition en Irak
De notre envoyé spécial à Bagdad ADRIEN JAULMES.
Le Figaro
le 23 février 2007

Nouvelle escalade de la terreur : des insurgés usent de gaz chlorés pour augmenter le pouvoir létal de leurs bombes.

Une nouvelle arme de terreur est entrée dans l’arsenal de l’insurrection sunnite. Mercredi, les survivants de l’explosion d’un camion piégé sur un marché de Bayaa, quartier du sud-ouest de Bagdad, ont vu se répandre une fumée jaune quelques instants après la déflagration, avant d’être pris de nausées. Vraisemblablement empoisonnées par des vapeurs toxiques de chlore, entre trente-cinq et soixante-dix personnes ont été hospitalisées, victimes qui s’ajoutent aux blessés et aux six morts dus à l’explosion.

C’est la troisième fois que l’insurrection sunnite a recours à ces nouvelles bombes chimiques artisanales, conçues pour multiplier les victimes des attentats aux véhicules piégés. Des bombonnes de chlore sont placées dans des camions et répandent leur contenu au moment de l’explosion.

Cette arme chimique improvisée avait déjà été utilisée mardi, quand un autre camion piégé avait explosé près d’un restaurant, à Taji, à une vingtaine de kilomètres au nord de Bagdad. Victimes de l’explosion ou des mêmes vapeurs jaunâtres, cinq personnes avaient été tuées, et 140 autres hospitalisées, dont de nombreux enfants.

La première utilisation de cette nouvelle arme remonterait au mois dernier. Un camion-citerne avait explosé dans la ville de Ramadi, l’un des bastions des insurgés sunnites, dégageant des émanations de chlore. Facile à se procurer en Irak, où l’eau courante n’est pas potable et où il est utilisé comme désinfectant, le chlore a été l’un des premiers gaz de combat utilisés pendant la Première Guerre mondiale, avant que d’autres toxiques ne soient mis au point.

Corps mutilés

C’est une nouvelle escalade dans la campagne de terreur contre des cibles civiles irakiennes menée par l’insurrection sunnite, qui puise dans un réservoir semblant inépuisable de candidats anonymes au suicide, pour perpétrer des attentats contre leurs propres compatriotes.

Ces nouveaux attentats interviennent malgré le déploiement de milliers de soldats irakiens et américains dans les rues de Bagdad, dans le cadre d’un plan de sécurité destiné à enrayer la terreur interconfessionnelle qui déchire la capitale. Après une diminution au cours des derniers jours, le nombre de corps mutilés et torturés retrouvés chaque matin dans les rues de Bagdad, victimes des insurgés radicaux sunnites ou des escadrons de la mort chiites, a de nouveau augmenté. Une vingtaine de cadavres méconnaissables, ligotés et torturés avant d’être achevés d’une balle dans la nuque, ont été encore retrouvés hier. Mais les voitures piégées restent plus difficiles à déjouer, sauf à interdire totalement la circulation des véhicules dans une ville de près de 6 millions d’habitants.

Iran-USA : Une nouvelle étape dans la guerre d’usure
24.02.2007

A la veille de la publication du rapport d’El Baradei, l’émissaire du Guide Suprême avait adressé un message doucereux aux décideurs français dans le quotidien Le Monde. Dans notre analyse de ses propos nous avions signalé qu’il y avait là des menaces précises et une volonté de gagner du temps, contrairement à de nombreux journalistes français qui pensent que les mollahs gagnent du temps pour mettre au point une bombe nucléaire ; nous pensons que ces délais leur permettent d’intensifier leurs actions terroristes en Irak (Notes n°1).

L’objectif est de contraindre Bush à reconnaître le rôle régional des mollahs. Il y a une guerre d’usure qui se déroule actuellement en Irak entre les mollahs et les Etats-Unis. Cette intensification s’est concrétisée par deux modifications techniques : une plus grande utilisation de lance-roquettes pour abattre des hélicoptères et l’utilisation de gaz chlorés pour augmenter le pouvoir létal des bombes dans les attentats contre les civils.

Adrien Jaulmes, ex-correspondant du Figaro à Beyrouth, a consacré un article à ces bombes chimiques en prenant le soin de n’établir aucun lien entre les terroristes irakiens et les mollahs qui les financent.

Voir aussi:

L’objectif principal des mollahs est de chasser les Américains de ce pays et de libaniser l’Irak et prendre en otage le Golfe Persique. La fin justifie les moyens et à chaque fois que les mollahs sont dans une impasse dans leurs négociations nucléaires, ils rappellent à l’ordre la communauté internationale, en montrant que leurs mercenaires terroristes peuvent enflammer la région. L’alliance avec les Syrie est très efficace : les mollahs contrôlent des terroristes sunnites par le biais de la Syrie et ils contrôlent directement les extrémistes chiites.

« la République Islamique soutient financièrement et militairement la Syrie qui à son tour rétribue le Hamas ». En prétendant qu’il existait une querelle entre le Hamas et le Hezbollah, les mollahs ont mis au point un procédé machiavélique et terriblement efficace qui avait l’avantage de brouiller les cartes et multiplier les options.

Le régime des mollahs applique avec minutie les mêmes recettes partout. Les prises d’otages et les attentats à l’explosif avaient été efficaces au Liban, il les a appliqués en Irak. La guerre des gangs (Hamas/Hezbollah) a été efficace pour détruire les processus de paix entre Israéliens et Palestiniens : les mollahs l’appliquent dans sa nouvelle version Sunnites/Chiites en Irak et l’améliorent par une surenchère de violence.

Les mollahs l’ont compris et ils ont décidé d’amplifier toutes les opérations liées à l’Irak. Aider celui qui est l’artisan de cette terreur Al Zarqawi. Carte Blanche et moyens illimités à ce dernier : les terribles fusils anti-char Steyr (achetés en Autriche), les lunettes de vision nocturne et des GPS (achetés aux Anglais), des bombes avec mise à feu infrarouge (développées en collaboration avec les Russes), les mollahs se saignent aux quatre veines pour financer, armer et apporter un soutien logistique très performant aux djihadistes d’Al Zarqawi.

Ce chaos ne saurait être efficace si les djihadistes se contentaient de tuer les soldats de la coalition, le chaos le plus simple à propager résulte d’un terrorisme de masse ciblant les civils. Al Zarqawi, l’homme de liaison entre le Hezbollah et Al Qaïda tue des civils, mais surtout des civils chiites.

L’objectif est de créer en Irak les conditions d’une explosion en chaîne, d’un chaos durable et renouvelable. La fin justifie les moyens et les mollahs ont sacrifié les chiites irakiens pour détruire la présence américaine en Irak.

Les mollahs ont sacrifié les chiites irakiens pour « se maintenir au pouvoir » et sauver les composants terroristes du régime syrien. Et si les chiites irakiens se mettaient aussi à tuer massivement des sunnites (ça commence), l’objectif commun par les mollahs et Al Zarqawi serait atteint.

Iran-resist

L’absurde politique des mollahs en Irak
10.01.2006

Les mollahs de la république islamique d’Iran ont mis un point d’honneur à encourager l’état de chaos en Irak. Plus l’Irak est chaotique, déchiré, plongé dans la guerre civile est plus totale sera la banqueroute américaine, son enlisement, sa dépendance à l’égard d’une solution quelle qu’elle soit.

Les mollahs l’ont compris et ils ont décidé d’amplifier toutes les opérations liées à l’Irak. Aider celui qui est l’artisan de cette terreur Al Zarqawi. Carte Blanche et moyens illimités à ce dernier : les terribles fusils anti-char Steyr (achetés en Autriche), les lunettes de vision nocturne et des GPS (achetés aux Anglais), des bombes avec mise à feu infrarouge (développées en collaboration avec les Russes), les mollahs se saignent aux quatre veines pour financer, armer et apporter un soutien logistique très performant aux djihadistes d’Al Zarqawi.

L’Irak, pris en tenaille entre l’Iran et la Syrie, subit une pression sans égal depuis que la Syrie est dans le collimateur des Américains dans l’affaire Hariri et que les mollahs doivent rendre compte de leurs inquiétantes activités nucléaires.

Ce chaos ne saurait être efficace si les djihadistes se contentaient de tuer les soldats de la coalition, le chaos le plus simple à propager résulte d’un terrorisme de masse ciblant les civils. Al Zarqawi, l’homme de liaison entre le Hezbollah et Al Qaïda tue des civils, mais surtout des civils chiites.

L’objectif est de créer en Irak les conditions d’une explosion en chaîne, d’un chaos durable et renouvelable. La fin justifie les moyens et les mollahs ont sacrifié les chiites irakiens pour détruire la présence américaine en Irak.

Les mollahs ont sacrifié les chiites irakiens pour « se maintenir au pouvoir » et sauver les composants terroristes de régime syrien. Et si les chiites irakiens se mettaient aussi à tuer massivement des sunnites (ça commence), l’objectif commun par les mollahs et Al Zarqawi serait atteint.

Bush accuse l’Iran d’attiser les violences en Irak + infos confidentielles

(…) Selon des informations confidentielles, Ali Larijani, le principal négociateur nucléaire et l’ancien patron d’Al-Manar a décidé, lors d’une réunion tenue mi-janvier à la caserne de formation de terroristes de IMAM ALI, au nord de Téhéran, de placer les opérations militaires sur le territoire irakien sous l’autorité exclusive du général Qassem Suleimani, le chef de la force Al Qods du Corps des Gardiens de la révolution islamique (Pasdarans).

Le général Suleimani (ou Soleymani) devrait donc s’appuyer sur deux personnages clefs en Irak : le chef de la milice chiite Badr, Hadi Al-Amri, et l’ancien ministre chiite de l’intérieur, Bayan Baqir Jabr, eux-mêmes servant de tête de pont pour la création ou la reprise en main d’un millier de milices confessionnelles qui dépendraient toutes de l’ Iran [1].

Le régime des mollahs tourne à plein régime en Irak : les Pasdarans y ont leurs quartiers et recrutent sur place des jeunes (contre une prime de 300 $ et une paye de 0,75 $ par jour). D’autres Pasdaran leur donnent une formation en Iran.

Selon un récent article de Washington Times, les recrues sont préparées pour faire des repérages, s’introduire chez les gens, prendre en otages les suspects, les interroger, les égorger et jeter les corps mutilés et dénudés de leurs victimes dans les rues des villes pour terroriser les habitants.

Les recrues recoivent des cours d’endoctrinement idéologique et ils sont armées par l’Iran de fusils d’assaut Kalachnikov, le best seller de l’armée rouge [2]. D’autres armes comme le terrible STEYR ont également été fournies au réseau Al Zarqawi.

Avant de débuter ses opérations en Irak en juin 2003, Musab al Zarqawi avait passé plusieurs mois en Iran. Qasem Suleimani, avait alors organisé son implantation dans la région sunnite d’Al Anbar pour lutter contre les forces US.

Au sein d’Al Qaeda, Zarqawi est le rival du bras droit d’Ussama bin Laden, Ayman al Zawahiri, qui a échoué pour l’instant dans ses opérations de déstabilisation du régime Saoudien. Actuellement, c’est Zarqawi qui marque des points. Et l’un de ses objectifs est de devenir le véritable chef d’Al Qaeda. Ainsi le régime des mollahs contrôlera toutes les atitivités terroristes du Jihad International.

Les attentats à Samara et le rôle des mollahs…
23.02.2006

Sur le rôle des mollahs dans cet attentat : L’objectif actuel des mollahs est de chasser les Américains de ce pays et de libaniser l’Irak : Maîtriser la situation en Irak et d’en faire à terme une zone sécurisée afin, selon les termes d’Ali Larijani, «d’étendre l’influence de la République islamique vers les rives de la Méditerranée» [1].

Khamenei et Ahmadinejad ont accusé les « sionistes et les occupants affaiblis » de l’attentat qui a détruit mercredi un lieu saint chiite dans la ville irakienne de Samarra, au nord de Bagdad. Khamenei, le guide suprême de la République a également décrété un deuil national de sept jours !

Ahmadinejad a écrit au protégé du régime des mollahs, le Premier ministre irakien Ibrahim Jaafari, pour lui proposer une aide iranienne à la reconstruction du mausolée : une manière officielle d’installer des miliciens iraniens en Irak et officialiser les liens entre Jaafari et les mollahs.

Cet attentat a provoqué des affrontements interconfessionnels comme nous l’évoquions dans un précédent article intitulé « L’absurde politique des mollahs en Irak ».

WWW.IRAN-RESIST.ORG
L’Irak est hanté par les fantômes du Liban

L’objectif principal des mollahs est de chasser les Américains de ce pays et de libaniser l’Irak et prendre en otage le Golfe Persique. La fin justifie les moyens et à chaque fois que les mollahs sont dans une impasse dans leurs négociations nucléaires, ils rappellent à l’ordre la communauté internationale, en montrant que leurs mercenaires terroristes peuvent enflammer la région. L’alliance avec les Syrie est très efficace : les mollahs contrôlent des terroristes sunnites par le biais de la Syrie et ils contrôlent directement les extrémistes chiites. Ceci est la politique générale du régime des mollahs, mais en France on s’est longtemps gardé de le dire afin de ne pas porter préjudices aux excellentes relations qu’entretenait Khatami avec le Quai d’Orsay. Relations de duperies qui ont conduit à l’échec des négociations nucléaires.

Les moins consensuels évoquaient timidement l’Axe « Syro-Iranien », essayant par tous les moyens de minimiser le rôle des mollahs. Gommant l’importance du Hezbollah ! Ce dernier était devenu l’ami de la France qui louait même son pragmatisme politique ! Niant catégoriquement les liens entre le Hezbollah et le Hamas et se moquant des opposants iraniens qui l’affirmaient.

Aucun des nombreux experts régulièrement consultés par les médias ne soulevait que « la République Islamique soutient financièrement et militairement la Syrie qui à son tour rétribuait le Hamas ». En prétendant qu’il existait une querelle entre le Hamas et le Hezbollah, les mollahs ont mis au point un procédé machiavélique et terriblement efficace qui avait l’avantage de brouiller les cartes et multiplier les options.

Le régime des mollahs applique avec minutie les mêmes recettes partout. Les prises d’otages et les attentats à l’explosif avaient été efficaces au Liban, il les a appliqués en Irak. La guerre des gangs (Hamas/Hezbollah) a été efficace pour détruire les processus de paix entre Israéliens et Palestiniens : les mollahs l’appliquent dans sa nouvelle version Sunnites/Chiites en Irak et l’améliorent par une surenchère de violence. Cette amélioration est une réplique exacte de la guerre du Liban dans une version uniquement musulmane. Cette guerre à outrance profite aux mollahs car le gouvernement de Jaafari veut impliquer officiellement les mollahs en Irak. Ainsi les mollahs seront présents dans ce pays de différentes manières :

Ils ont un rôle occulte dans le gouvernement Jaafari,

Ils contrôlent le niveau de la violence par l’intermédiaire de Zarqawi (armé par la Syrie)

Ils seront en Irak sur l’invitation des Chiites pour la « reconstruction de l’Irak » !

WWW.IRAN-RESIST.ORG

La guerre interconfessionnelle de l’Irak nous ramène aux années de la destruction du Liban, de ses divisions, de ces années qui ont préparé le lit du Hezbollah et de la république islamique. Mais à l’époque, personne n’aurait pu imaginer l’essor de l’islamisme ou l’extension du domaine du terrorisme. Aujourd’hui cette crise prépare un « mal inimaginable » qui se répandra telle une pandémie sur notre monde et notre civilisation.

Ce « mal islamo-fasciste » paré de soutiens inimaginables et incongrus des partis de gauche se développe en Irak car les politiques américaines de « fédéralisme » et les politiques européennes de « non-ingérence » et de « dialogue constructif » lui donnent les moyens d’envenimer la situation.

Pour abattre Saddam et aider à l’avènement d’une démocratie dans le voisinage de l’Iran, les USA avaient composé une alliance parfaite de Kurdes, de shiites et des sunnites non-baasistes, mais sans tenir compte qu’ils réveillaient les divisons et dressaient face à face des communautés religieuses ou ethniques. En fait ces groupes représentent des régions et il y a une géopolitique intérieure dans l’Irak : une sorte d’Etats dans l’état. Les stratèges Américains pensaient que cette caractéristique leur serait utile pour renverser Saddam (ce qui montre pourquoi les Américains ont justement attaqué l’Irak et non pas l’Iran). Mais aujourd’hui cette même caractéristique d’Etats dans l’état ou de géopolitique intérieure dessert les intérêts des Etats-Unis en raison des alliances internes arbitrées par la république islamique. Le fédéralisme à l’Irakienne ouvrira la boîte de pandore de toutes les alliances possibles et encouragera l’anarchie et le terrorisme dans cette région.

Les mollahs nous en donnent un avant-goût en finançant (directement et indirectement) Al Zarqawi pour tuer des chiites et amplifier la crise : ce sont des scénarii inimaginables que les Etats-Unis n’avaient pas prévus et que les Européens négligent tant ils sont occupés par des considérations infantiles de rivalité avec les Etats-Unis. Les compagnies pétrolières Européennes sont déjà très actives au Kurdistan et semblent ravies du projet fédéraliste que les mollahs soutiennent activement, attendant l’heure fatale de leur domination sur ce pays avec l’aide involontaire de l’occident !

L’Irak offre des potentiels importants au régime des mollahs pour asseoir sa domination sur la région et les Européens ne doivent pas attendre pour voir qui sortira vainqueur et établir avec ce dernier de bonnes relations commerciales.

Les fantômes du Liban hantent l’Irak et ceci ne présage rien de bon.

L’Autriche, un grand ami des mollahs prend la présidence de l’UE : Livraison de 2000 fusils anti-char !
03.01.2006 Livraison de 2000 fusils anti-char !

L’Autriche a ouvert dimanche 1er janvier – en musique – sa présidence semestrielle de l’Union européenne, à laquelle elle veut « donner un nouvel élan ! »

Le 27.12.2005, les Etats-Unis ont décidé d’imposer des sanctions à 9 sociétés étrangères – six chinoises, deux indiennes et une autrichienne, le fabricant d’armes Steyr Mannlicher GmbH – pour avoir fourni à Téhéran des équipements et technologies à usage militaire.

Depuis l’adoption en 2000 de la loi de non prolifération pour l’Iran, destinée à empêcher Téhéran de développer son armement nucléaire, biologique et chimique et ses systèmes de missiles, les Etats-Unis ont imposé des sanctions à une quarantaine de sociétés ou d’individus.

Au mois de février, le régime des mollahs avait reçu de la compagnie autrichienne, Steyr Mannlicher, 800 fusils STEYR HS.50 qui sont capables de percer des blindages de 5 cm d’épaisseur. Wolfgang Fuerlinger, directeur de Steyr Mannlicher, qui a signé le contrat de 2.000 fusils avec l’Iran avait alors confirmé que le Gouvernement Autrichien avait approuvé cette vente en novembre 2004.

D’autres pays européens ont signé des contrats similaires de ventes d’armes à l’Iran en prétextant que le régime des mollahs les utilisent pour combattre le trafic de drogue sur son territoire. Par la suite, les Américains et les Britanniques avaient découvert que ces fusils (perce-armures) avaient été livrés par les mollahs aux terroristes d’Al Zarkawi pour attaquer les blindés de la Coalition en Irak.

Selon un document interne du programme onusien de lutte anti-drogue, la France et la Grande-Bretagne (!) ont ainsi fourni à l’Iran des lunettes de vision nocturne, des systèmes GPS, des ordinateurs et des équipements pare-balles. À Londres, le Foreign Office a confirmé l’envoi de 250 lunettes de vision nocturne, approuvé par le gouvernement britannique il y a deux ans. Lunettes qui doivent servir à viser et à permettre de tuer des soldats Américains aujourd’hui en Irak …

Des responsables autrichiens ayant accès à des Renseignements des Services Secrets et ayant requis l’anonymat ont déclaré que les « diplomates iraniens » [1] dans les capitales européennes travaillent de façon routinière à signer des contrats d’armement.

Une bonne partie de l’équipement militaire acquis par le régime des mollahs est difficile à dissimuler. Les autorités américaines et des agences non-gouvernementales possèdent des informations détaillées sur les achats de chars et de missiles à la Biélorussie et à la Chine, ou des hélicoptères et des pièces d’artillerie à la Russie.

D’autres armes passent en contrebande en Iran et leur existence n’est révélée que par hasard, comme une cargaison de 12 missiles de croisière à capacité nucléaire livrée par des trafiquants d’armes ukrainiens à l’Iran il y a quatre ans et dont l’existence n’a été dévoilée que très récemment par des responsables actuels de ce pays.

CARACTERISTIQUES Le Steyr HS.50 tire une charge perforante au tungstène de 308 grammes à la vitesse supersonique de de 5200 km/h : elle peut pénétrer de 5 cm à mètres de distance. Le Steyr HS.50 utilise un système de mise à feu comme les chars Abrams. Il suffit de pointer sur la cible et le système s’aligne, fait le point des paramètres météo et balistique et s’ajuste à la cible. Il suffit de pointer la cible, de laisser faire et tirer.

UTILISATION Par une seule charge perforante de calibre 50.BMG (12,7mmX99mm) [2] placée dans le compartiment moteur d’un blindé de transport des troupes ou d’un char, un seul tireur (sniper) peut neutraliser ces équipements coûteux et affliger de lourdes pertes à l’ennemi en détruisant le blindé et obligeant les hommes à se mettre à découvert. Les gilets pare balles n’offre aucune protection et tout blindage voit sa protection divisé par deux contre cette arme. Il peut aussi tuer un homme à 2 Km de distance. Son prix est de 4000 $ l’unité sur internet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :