Ségolène Royal: Allo maman bobo ou la longue marche du matérialisme au… maternalisme historique!

Je m’oppose à une diplomatie rhétoricienne, sans crédit. Je veux une diplomatie de partenariat. Dans un monde divisé, hanté, de Bagdad à Kaboul ou Guantanamo, par les conflits de civilisations, il faut mettre le développement, la santé, l’éducation au coeur de notre politique étrangère. Ségolène Royal

Avec le philosophe Marcel Gauchet, on ne peut que se féliciter que Ségolène Royal ait enfin réussi ce que Jospin s’était refusé à faire, à savoir sortir le PS du mitterrandisme.

De même, comment regretter le sacré coup de vieux qu’elle donne à la politique de papa, y compris celle de Sarkozy (et de… Gauchet lui-même qui continue à parler d’ « hommes politiques » !) ?

Mais peut-on réellement se réjouir, avec le recul de l’expérience du 21 avril 2002, qu’étant donné « le rejet de la politique traditionnelle », les Français « paraissent prêts au saut dans l’inconnu » ?

Car avec une Ségolène Royal ne serait-on pas en train de remplacer une tyrannie par une autre ? A savoir celle des élites et énarques qui savent tout (le méchant papa qui disait – de moins en moins – non) à celle, via l’idée de la candidate-miroir de ses électeurs, de la démagogie facile des sondages (la gentille maman qui elle dit oui à tout)?

Ainsi, pour ne prendre que l’exemple du soi-disant « mariage homosexuel » (mais on pourrait faire la même démonstration avec les positions de notre Zapatera nationale – encore le syndrome espagnol – sur la politique extérieure) où elle avait longtemps maintenu une position ferme, ne la voit-on pas maintenant, sous prétexte de « modernité », céder au chantage à l’égalité à tout prix (« si on parle seulement d’union, on va dire qu’il s’agit d’un sous-mariage. Si ce n’est pas le même mot, on dira que ce n’est pas vraiment l’égalité des droits »)?

Morceaux choisis:

Je me suis toujours refusée à instrumentaliser les questions de société pour faire « dans le coup ». Il faut donc procéder avec tact et doigté. Plusieurs pays ont avancé. À l’heure actuelle, ma réflexion est celle d’une mère : quel parent pourrait, quelles que soient ses convictions religieuses, s’opposer au bonheur de son enfant si c’est son choix ? La loi doit pouvoir créer cette union en mairie pour permettre à chacun de construire librement sa vie, à égalité de droits et devoirs. «Je préfère le mot union à celui de mariage pour ne pas bousculer les repères traditionnels, la famille c’est un père et une mère. Mais le débat aura lieu.
Ségolène Royal (Le Parisien, 23 février 2005)
Je n’ai jamais dit que j’étais contre. J’ai fait beaucoup de choses pour les gays et les lesbiennes, dans mon action politique. Je pense simplement qu’il ne faut pas se servir des gays et des lesbiennes, et se faire une popularité branchée sur leur dos. C’est une question trop importante. On ne doit pas l’aborder comme ça sur un coin de table. Il faut être mature en politique, laisser les choses évoluer, discuter. L’Espagne nous a montré que c’était possible.
Ségolène Royal (congrès du parti socialiste au Mans, novembre 2005)
A partir du moment où on reconnaît la famille homoparentale comme une famille, elle a le droit de concevoir un projet familial. Si un homosexuel peut adopter seul, pourquoi un couple homosexuel ne pourrait pas le faire ? » « L’ouverture du mariage aux couples de même sexe est dans le projet du PS. Si une majorité de gauche est élue, elle votera un texte mettant en application ce projet.

Ségolène Royal (juin 2006)

Morceaux choisis de Marcel Gauchet:

Qui ne voit que nous sommes gouvernés par des gens qui, derrière leurs grands airs, ont le trouillomètre à zéro à l’image de Jacques Chirac, ce radical-socialiste qui a peur de son ombre ?

elle incarne la décomposition du mitterrandisme. On s’attendait à ce que la sortie du mitterrandisme se fasse par la doctrine. Or, une telle rénovation intellectuelle était en fait assez improbable. Le «droit d’inventaire» de Jospin a vite tourné court. Comme tout parti, le PS a eu peur d’ouvrir la boîte de Pandore des révisions idéologiques, dont on ne sait jamais jusqu’où elles peuvent conduire, et a préféré s’en tenir à une doctrine qui a montré sa capacité à gagner des élections. Il est toujours très difficile de s’arracher à une recette qui a fonctionné. C’est par une voie de contournement que l’affaire s’est faite. Elle s’est jouée sur le terrain de l’image et du symbole, et par l’incarnation dans une personne singulière. (…) Autour de sa personne est en train de se produire un processus de catalyse politique qui, quelle que soit l’issue du scrutin présidentiel, sera difficile à arrêter.

Lors des débats, Ségolène Royal a littéralement ringardisé ses compétiteurs. Quelque chose du vieux style masculin d’autorité ne passe plus. Sarkozy a du souci à se faire, de ce point de vue. Ses postures de matamore sont à revoir. Mais la véritable force politique de Ségolène Royal réside dans le fait qu’elle est la seule à avoir saisi la profonde crise d’autorité qui travaille la société française. Elle a pris la juste mesure du scepticisme qui règne dans le pays à l’égard de la prétendue compétence de la classe dirigeante. L’arrogance du discours technocratique dissimule de plus en plus mal l’incertitude des résultats et la faiblesse du pouvoir.

Présidentielle 2007

Marcel Gauchet, philosophe et historien des idées, explique la percée de la candidate PS par sa capacité à saisir la crise d’autorité qui travaille la société française:
«Ségolène Royal incarne la sortie du mitterrandisme»
Reuters. Ségolène Royal. Meeting PS, le 26 novembre 2006 à la Mutualité, Paris.
Eric AESCHIMANN
Libération, le 28 novembre 2006

Rédacteur en chef de la revue le Débat, le philosophe Marcel Gauchet revient sur l’investiture de Ségolène Royal comme candidate du Parti socialiste à la présidentielle, qui acte, selon lui, «la décomposition du mitterrandisme».

Quel bilan tirez-vous de la désignation de Ségolène Royal ?

La première chose est que la procédure démocratique a su réguler le choc des personnalités, par rapport à une phase initiale de déchaînement anarchique des ambitions. Cela a été porté au crédit du Parti socialiste, au point que la droite se sent maintenant un peu morveuse avec son vieux système plébiscitaire gaulliste. Le second point est que Ségolène Royal s’est révélée à l’épreuve des balles. Tout ce qui avait pu apparaître aux yeux des initiés comme des signes d’amateurisme n’affecte pas son image dans le grand public, à commencer par les militants socialistes.

Parce qu’elle incarne une figure de renouvellement ?

Plus exactement, je dirais qu’elle incarne la décomposition du mitterrandisme. On s’attendait à ce que la sortie du mitterrandisme se fasse par la doctrine. Or, une telle rénovation intellectuelle était en fait assez improbable. Le «droit d’inventaire» de Jospin a vite tourné court. Comme tout parti, le PS a eu peur d’ouvrir la boîte de Pandore des révisions idéologiques, dont on ne sait jamais jusqu’où elles peuvent conduire, et a préféré s’en tenir à une doctrine qui a montré sa capacité à gagner des élections. Il est toujours très difficile de s’arracher à une recette qui a fonctionné. C’est par une voie de contournement que l’affaire s’est faite. Elle s’est jouée sur le terrain de l’image et du symbole, et par l’incarnation dans une personne singulière. Ségolène Royal se situe ailleurs, elle ne cherche pas à réviser l’héritage mitterrandien, elle représente une autre manière de faire. A l’attente de voir la page tournée, elle répond par ce qu’elle est. Le phénomène montre à quel point l’esprit du système présidentiel est entré dans les têtes. Autour de sa personne est en train de se produire un processus de catalyse politique qui, quelle que soit l’issue du scrutin présidentiel, sera difficile à arrêter.

Quels sont les ressorts de ce processus ? Le fait qu’elle soit une femme ? Sa capacité à ne pas parler comme les autres dirigeants socialistes ?

«L’effet femme» est indiscutable. Il a un côté expérimental : on a tout essayé, sauf une femme. Essayons ! Mais il va bien plus loin. Il relève d’un phénomène culturel et même anthropologique. Lors des débats, Ségolène Royal a littéralement ringardisé ses compétiteurs. Quelque chose du vieux style masculin d’autorité ne passe plus. Sarkozy a du souci à se faire, de ce point de vue. Ses postures de matamore sont à revoir. Mais la véritable force politique de Ségolène Royal réside dans le fait qu’elle est la seule à avoir saisi la profonde crise d’autorité qui travaille la société française. Elle a pris la juste mesure du scepticisme qui règne dans le pays à l’égard de la prétendue compétence de la classe dirigeante. L’arrogance du discours technocratique dissimule de plus en plus mal l’incertitude des résultats et la faiblesse du pouvoir. Qui ne voit que nous sommes gouvernés par des gens qui, derrière leurs grands airs, ont le trouillomètre à zéro à l’image de Jacques Chirac, ce radical-socialiste qui a peur de son ombre ? Quand Ségolène Royal dit qu’elle n’a pas de certitudes, elle échappe à la malédiction du rôle de «monsieur Je-sais-tout» dans lequel les hommes politiques se sont laissés enfermer et qui n’est plus crédible. En admettant sans rechigner qu’elle n’a pas toujours la solution, elle manifeste un rapport plus sain à la réalité. Et comme en même temps elle apparaît très capable de fermeté, elle dessine une autre image du pouvoir, probablement beaucoup plus en phase avec les aspirations populaires. On discute d’abord, mais quand on a décidé, on s’y tient.

Ségolène Royal va-t-elle devoir sortir du flou de ses propositions ?

C’est la grande inconnue : pourra-t-elle tenir jusqu’à l’élection en se contentant de lancer des signaux d’opinion et d’indiquer des voies ? Après tout, peut-être. Elle vient d’en donner l’exemple, avec son idée d’une campagne participative décentralisée. «Décentralisation» sera probablement l’un des maîtres mots de sa campagne, avec sa promesse d’élargissement du pouvoir de proximité. Le thème a l’avantage d’attirer à la fois l’intérêt des citoyens… et le soutien des féodaux socialistes, auxquels cette perspective ne peut que sourire. Elle risque d’avoir plus de mal sur le social. L’Etat-providence est diabolique de complexité. Les questions de société demandent beaucoup de doigté. Le danger, sur ce terrain on l’a déjà vu avec son blog et son fameux livre participatif, qui est resté en plan , est l’enlisement dans une succession de propositions très difficiles à rendre cohérentes entre elles. Tout dépendra de sa capacité de se saisir de quelques points déterminants, où elle peut marquer des points. Par exemple, la justice, l’hôpital, l’éducation même si, sur ce sujet, elle s’est créée toute seule des obstacles. Au fond, elle a intérêt à traiter le système social par bouts plutôt que de le prendre comme un bloc. C’est moins glorieux sur le papier, mais cela peut illustrer le refus d’une politique parachutée d’en haut.

Certains commentateurs annoncent déjà qu’elle ne peut que s’effondrer…

Cette réaction est à la mesure de l’inconnu de la situation. La gauche s’est toujours différenciée de la droite par son ambition programmatique. Ségolène Royal échappera difficilement à cette logique de l’offre. Il se peut que, en sortant de ses ambiguïtés, cette candidate hors norme soit vouée à se banaliser… et à se révéler pas très performante en tant que candidate classique. Il se peut aussi qu’elle trouve un chemin nouveau. L’issue est imprévisible. Une seule chose est sûre : le rejet de la politique traditionnelle est tel que les Français paraissent prêts au saut dans l’inconnu.

Voir aussi:

Têtu

Info du 20 juin 2006

France (Politique)
Interview exclusive: Ségolène Royal se prononce pour le mariage des homos dans «Têtu»

«Pour moi, la question fondamentale est celle des discriminations.» C’est ainsi que Ségolène Royal a débuté l’entretien exclusif accordé à Têtu, daté de juillet-août 2006, en kiosques le 21 juin. La candidate préférée des Français pour l’élection présidentielle a enfin levé le voile sur ses positions sur l’ouverture du mariage et de l’adoption par les couples homosexuels. L’ancienne ministre de la Famille du gouvernement Jospin défend la reconnaissance des familles homoparentales et se prononce en faveur du mariage des couples gay et lesbiens. «À partir du moment où on reconnaît la famille homoparentale comme une famille, cette famille a le droit de concevoir un projet familial […] Si un homosexuel peut adopter seul, pourquoi un couple homosexuel ne pourrait pas le faire? Les fondements juridiques sont là. On peut franchir le pas de la reconnaissance de l’homoparentalité sur la base de la qualité du projet familial.» Surtout, la présidente de la région Poitou-Charentes revient sur sa position sur l’ouverture du mariage civil aux couples gay et lesbiens. «Je comprends la revendication exprimée par les homosexuels sur le mariage parce qu’elle s’inscrit dans le cadre plus large de la lutte contre les discriminations», explique Ségolène Royal avant de préciser: «Cette revendication d’égalité des droits me semble cohérente avec l’émergence de libertés nouvelles. Chacun doit pouvoir construire sa vie avec dignité, avec des règles claires, qui s’appliquent à tous.» Elle explique ensuite pourquoi elle défendait précédemment plutôt l’idée d’une union à celle du mariage pour les couples homos. «Je pense toujours que le mot union est juste, qu’il correspond plus à la réalité. Pour autant, j’ai bien conscience du symbole: si on parle seulement d’union, on va dire qu’il s’agit d’un sous-mariage. Si ce n’est pas le même mot, on dira que ce n’est pas vraiment l’égalité des droits. L’ouverture du mariage aux couples de même sexe est dans le projet du PS. Le débat aura lieu, et si une majorité de gauche est élue, elle votera un texte mettant en application ce projet».
Dans cet entretien, Ségolène Royal aborde également les questions de lutte contre l’homophobie, prévention du suicide chez les jeunes homos, les campagnes d’information sur le sida et les IST. Retrouvez dans Têtu, en kiosques demain 21 juin, l’intégralité de cet entretien.

par Emmanuelle Cosse

Voir enfin Evelyne Roudinesco:

Après la soviétisation des esprits, la… maternalisation!

C’est le sens de l’histoire (…) Pour la première fois en Occident, des hommes et des femmes homosexuels prétendent se passer de l’acte sexuel pour fonder une famille. Ils transgressent un ordre procréatif qui a reposé, depuis 2000 ans (???), sur le principe de la différence sexuelle.

Evelyne Roudinesco

Ils nous avaient pas déjà fait le coup avec le… bolchévisme ?

Mais, c’est vrai, comme on est partis, pourquoi garder l’archaïque et multimillénaire interdit de l’inceste et pourquoi continuer à interdire le mariage de la mère et du fils, du père et de la fille ou du frère et de la sœur, ou, tant qu’on y est… mère-fille, père-fils, frère-frère ou sœur-soeur?

Et d’ailleurs si avec les progrès de la science, la sexualité n’est plus indispensable à la reproduction, pourquoi continuer à s’embarrasser, alors qu’on a la dialyse pour l’élimination des toxines, d’organes aussi archaïques que… les reins ?

Au moment où l’Italie sacrifie à son tour à la mode du soi-disant « mariage homosexuel », il n’est peut-être pas inutile de revenir un moment sur les inanités que sous prétexte de modernité, on nous assène depuis quelques années. Comme cet entretien de 2002 où, à l’occasion de la sortie de son dernier livre au titre si éloquent (« La Famille en désordre »*), la plus chic de nos psychanalystes, Evelyne Roudinesco, plaide pour l’homoparentalité et « retrace depuis le xviiie siècle le parcours de cette tribu insolite qu’est la famille ».

Le nouveau désordre familial
Parents homos: « C’est le sens de l’histoire »
Le Nouvel Observateur
3 octobre 2002

Le Nouvel Observateur. – Vous décrivez dans votre ouvrage les grandes mutations de la famille. Quel est selon vous le plus grand bouleversement qu’elle ait subi?

Elisabeth Roudinesco. – La perte de l’autorité paternelle, sans doute. «En coupant la tête du roi, la Révolution a fait tomber la tête de tous les pères de famille», a écrit Balzac. Au cours du xxe siècle, le père a perdu la quasi-totalité de ses pouvoirs. Les femmes, libérées par la contraception, se sont progressivement émancipées, jusqu’à décider, dans certains cas, de se passer des hommes pour fonder un foyer. Les fils se sont mis à critiquer la toute-puissance des patriarches. La famille s’est maternalisée, privilégiant la relation mère-enfant. Depuis, les pères tentent difficilement de trouver leur place. La famille contemporaine est totalement désordonnée, c’est une tribu insolite,fragile et névrosée…

N. O. – … une tribu qui selon vous n’a jamais été autant plébiscitée.

E. Roudinesco. – Après avoir été tant critiquée en 1968, elle est maintenant aimée, rêvée. On lui demande d’être tout à la fois: le creuset de l’épanouissement individuel, du bonheur et du plaisir sexuel, la grande forteresse dans laquelle se ressourcer dans un monde dépressif… Ainsi la famille contemporaine se cherche, se transforme, elles est monoparentale, homoparentale, recomposée, déconstruite… Et pourtant elle reste la cellule de base de la société, notamment parce qu’elle est indispensable à la structuration du sujet. C’est ce que Freud entendait démontrer avec la thèse du meurtre du père et de la réconciliation nécessaire des fils avec la figure paternelle. La famille, c’est le lieu par lequel le sujet construit inconsciemment son autonomie, à travers une relation conflictuelle avec ses parents, représentants de l’autorité.

N. O. – Remplit-elle toujours aussi bien ce rôle, alors que l’autorité paternelle est en crise?

E. Roudinesco. – Je ne fais pas partie des souverainistes qui s’alarment de la fin de l’autorité de l’école, de la République ou du père. Je ne crois pas que la paternité soit réellement en danger, bien qu’elle ait tout perdu. (???) Un certain type d’autorité est en train de disparaître, mais la société va accoucher d’autres formes d’ordre symbolique. Au XIXe, les penseurs conservateurs redoutaient l’émancipation des femmes. Ils disaient: «Si elles travaillent, si elles se mettent à porter des pantalons et à revendiquer une sexualité épanouie, c’est la fin de la différence des sexes et la mort de la famille.» C’était simplement la fin d’un certain mode de famille… Aujourd’hui, on n’accuse plus les femmes, mais les homosexuels. L’homophobie actuelle traduit la même peur qu’une sorte d’apocalypse ne vienne ravager la société.

N. O. – Ce sont d’ailleurs les homosexuels, leur désir revendiqué de se mettre en couple et d’élever des enfants qui vous ont amenée à vous intéresser à la famille…

E. Roudinesco. – C’est vrai, je ne m’attendais pas à ce que les homosexuels souhaitent recréer un ordre familial qu’ils avaient si longtemps, si violemment contesté. Je suis désormais persuadée que le sida, qui a décimé toute une génération très jeune, a dû considérablement accroître le désir des gays d’engendrer et de transmettre. J’ai écouté les débats sur l’homoparentalité et j’ai été très frappée par la violence des propos tenus par certains psychanalystes. Ils se sont posés en pseudo-experts, ont affirmé: «C’est impensable, impossible, parce que c’est contraire à la nature, au complexe d’Œdipe, parce que ça ne s’est jamais vu», sans aucun recul, sans jamais essayer de comprendre ce qui se jouait là, dans ce mouvement de l’histoire. A force d’être sollicités par les pouvoirs publics et les médias, certains représentants des sciences humaines ont aujourd’hui tendance à s’ériger en gendarmes ou en techniciens du bien et du mal, ce que je trouve dangereux.

N. O. – Comment expliquer ces réactions?

E. Roudinesco. – Pour la première fois en Occident, des hommes et des femmes homosexuels prétendent se passer de l’acte sexuel pour fonder une famille. Ils transgressent un ordre procréatif qui a reposé, depuis 2000 ans, sur le principe de la différence sexuelle. A la limite, on pouvait imaginer que des homosexuels puissent élever des enfants, mais l’idée qu’ils veuillent le faire en couple a été un choc…

N.O. – Vous militez aujourd’hui pour une reconnaissance des familles homoparentales. Pourquoi?

E. Roudinesco. – A partir du moment où l’on considère l’homosexualité comme une sexualité ordinaire, je ne vois pas pourquoi on continue à discriminer les parents gays et lesbiens. D’autant que personne ne peut dire que les enfants d’homosexuels sont plus perturbés que les autres, qu’ils sont élevés avec moins d’amour et d’attention. Il faudra bien admettre un jour qu’ils portent, comme d’autres, la trace singulière d’un destin difficile. Et il faudra bien admettre aussi que les parents homosexuels sont différents des autres parents. C’est pourquoi notre société doit les accepter tels qu’ils sont, en leur accordant les mêmes droits et les mêmes devoirs. (???) Et ce n’est pas en se contraignant à être «normaux», à participer à des enquêtes prouvant que leurs petits vont parfaitement bien ou sont à l’aise avec le sexe opposé que les gays et lesbiennes parviendront à prouver leur aptitude à être de bons parents. Car, en cherchant à convaincre ceux qui les entourent que jamais leurs enfants ne deviendront homosexuels, ils risquent de donner d’eux-mêmes une image désastreuse. Rappelez-vous: tous les enfants héritent dans leur inconscient de l’enfance de leurs parents, de leur désir et de leur histoire.

N. O. – C’est pour cela que vous critiquez la culture du secret, qui, dans les adoptions mais aussi dans les PMA (procréations médicalement assistées) avec donneur inconnu, conduit à dissimuler les origines biologiques de l’enfant…

E.Roudinesco. – Je pense que ces habitudes françaises, qui consistent à assimiler filiation adoptive et biologique, ont vécu. On l’a vu d’ailleurs très clairement lors des débats sur la réforme de l’accouchement sous X. Les enfants adoptés ou nés sous X revendiquent aujourd’hui le droit de connaître leur histoire. Nul n’échappe à son destin, l’inconscient vous rattrape toujours.

N. O. – Mais faut-il toujours tout dire? Avouer par exemple à un enfant qu’il a été conçu avec le sperme d’un inconnu?

E. Roudinesco. – Non, évidemment. Je ne suis pas pour assommer tout le monde avec des vérités dès l’âge de 2 ans. Dans ce domaine, chaque histoire est inédite, et il faut réfléchir au cas par cas. Mais, à mon sens, les enfants adoptés ou issus de la PMA ne sortent jamais indemnes des perturbations liées à leur naissance. Il faut rester ouvert, être attentif à leurs questions, s’ils en posent, et surtout ne pas chercher à cacher la vérité. L’idéal serait de trouver une position équilibrée entre le système de transparence absolue à l’américaine et le système de dissimulation à la française, lequel, ne l’oublions pas, reposait autrefois sur une intention généreuse d’égalité des droits entre les enfants issus de différentes filiations.

Propos recueillis par Sophie des Déserts

(*) «La Famille en désordre», Fayard, 252 p., 18 euros.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :