Relations France-Israël: Pourquoi tant de haine? (It’s the Quai, stupid!)

Sûr de lui et dominateurDétestés à mort de toutes les classes de la société, tous enrichis par la guerre, dont ils ont profité sur le dos des Russes, des Boches et des Polonais, et assez disposés à une révolution sociale où ils recueilleraient beaucoup d’argent en échange de quelques mauvais coups. De Gaulle (détaché auprès de l’armée polonaise, sur les juifs de Varsovie, lettre à sa mère, 1919)
On pouvait se demander, en effet, et on se demandait même chez beaucoup de Juifs, si l’implantation de cette communauté sur des terres qui avaient été acquises dans des conditions plus ou moins justifiables et au milieu des peuples arabes qui lui étaient foncièrement hostiles, n’allait pas entraîner d’incessants, d’interminables, frictions et conflits. Certains même redoutaient que les Juifs, jusqu’alors dispersés, mais qui étaient restés ce qu’ils avaient été de tous temps, c’est-à-dire un peuple d’élite, sûr de lui-même et dominateur, n’en viennent, une fois rassemblés dans le site de leur ancienne grandeur, à changer en ambition ardente et conquérante les souhaits très émouvants qu’ils formaient depuis dix-neuf siècles. De Gaulle (conférence de presse du 27 novembre 1967)
Est-ce que tenter de remettre les pieds chez soi constitue forcément une agression imprévue ? Michel Jobert

Comment le pays émancipateur des Juifs a pu devenir (après certes l’Affaire Dreyfus et la collaboration au génocide nazi avec Vichy) ce haut lieu de l’antisionisme et le premier refuge de ses représentants de par le monde, depuis les criminels de guerre comme le moufti de Jérusalem (exfiltré par ses soins de l’Allemagne nazie après guerre) aux chefs terroristes comme Arafat … ?

Comment a-t-il pu s’aveugler au delà de toute raison dans une politique étrangère et notamment arabe qui s’est tant de fois retournée contre ses propres intérêts …

Comment expliquer toutes ces phrases répétées, depuis le « peuple d’élite, sûr de lui-même et dominateur » du Général, jusqu’à la « parenthèse » de Villepin, en passant par le « tuer des enfants, ce n’est pas une politique » de Chirak ….?

Il semble, si l’on en croit le dernier livre du Britannique Pryce-Jone (« Betrayal », dont le WSJ rendait longuement compte la semaine dernière), que la réponse soit à chercher du côté du Quai d’Orsay et de ses annexes comme l’AFP et Le Quotidien de révérence …

Morceaux choisis:

Under the Fifth Republic the Quai d’Orsay virtually seized the executive’s diplomatic powers. A near monarch, the French president has to be a larger-than-life protagonist in world affairs, which turns him into a hostage of the Quai’s professionals. The Quai also exercises a strong influence over public opinion, as Mr. Pryce-Jones shows, through France’s semi-official newspaper, Le Monde, and through the theoretically independent news service Agence France-Presse (AFP).

Ever since Waterloo, the French foreign service’s self-imposed mission has been to restore French grandeur and to resist Anglo-Saxon « hegemony, » whether British or American.

A corollary to this grand sense of national mission is the Quai’s conception of France as « an Arab power » or « a Muslim power. » During the heyday of European colonialism, such a self-conception meant carving out of Egypt, North Africa and the Levant an equivalent to British India. Today it means nearly the opposite: either serving the interests of radical Arab or Muslim governments or promoting the fusion of Europe

In the course of the 19th century, French Jews were gradually accepted into industry, finance, politics and the arts, and even the military. But the Quai was a different matter.

De Gaulle famously cast aspersions on Israel in 1967, encouraged by his foreign minister, the former Vichy official Couve de Murville. (The Jews, de Gaulle declared at a press conference, are « an elite people, self-assured and domineering, » a people who show « a burning ambition for conquest. ») Any number of bitter episodes have followed since, right down to the one involving Daniel Bernard, the French ambassador to London who in 2003 called Israel a « shitty little country. »

immediately after World War II, senior officers in the French foreign service conspired to rescue Haj Amin Al-Husseini, the former mufti of Jerusalem, who had taken up residence in Nazi Germany during the war and who was answerable, upon Germany’s defeat, for various war crimes, including active support for the extermination of the Jews. The French, having sheltered him in Paris for months, eventually let him escape to Egypt in 1946 carrying a forged passport.

The Quai’s flirtation with Islam over the years resulted in official France turning a blind eye to the mass immigration of Arabs and Muslims. The result, today, is street violence, ethnic rioting and terrorist activity.

It is not just Israel or the Jews who have been betrayed, but France itself.

BETRAYAL
By David Pryce-Jones
(Current Events, 171 pages, $23.95)

The World as Seen Along the Seine
By MICHEL GURFINKIEL
November 15, 2006

How is it that France, the first country in Europe to grant Jews equal rights as individuals, has come to be seen as a place less and less hospitable to Jews and, more particularly, a place hostile to Zionism, the project to emancipate Jews as a people? Why has France, which voted for the creation of Israel at the United Nations in 1947, shown such marked unfriendliness ever since, except for a brief period in the late 1950s and early 1960s? According to « Betrayal, » by the British writer David Pryce-Jones, the main villain is the Quai d’Orsay, the French ministry of foreign affairs.

Mr. Pryce-Jones’s primary sources are the archives of the Quai itself. Although he thanks French friends for having « showed him the way through » this material, he deserves immense credit for unearthing incisive quotations and vignettes and then reconstructing the intricate network of affiliations within the Quai itself and within the French political establishment at large. The portrait he draws of French officialdom makes for vivid and devastating reading.

The origins of the French foreign ministry’s hostility to Israel — and its repercussions.

What first emerges out of Mr. Pryce-Jones’s investigation is the Quai’s enormous influence in modern France. Under the Third and Fourth Republics — from 1870 to 1940 and then from 1945 to 1958 — the foreign ministry took advantage of a succession of weak cabinets to impose its own idea of France’s role in the world. Under the Fifth Republic — i.e., the current, presidential regime founded by Charles de Gaulle — the Quai d’Orsay virtually seized the executive’s diplomatic powers. A near monarch, the French president has to be a larger-than-life protagonist in world affairs, which turns him into a hostage of the Quai’s professionals. The Quai also exercises a strong influence over public opinion, as Mr. Pryce-Jones shows, through France’s semi-official newspaper, Le Monde, and through the theoretically independent news service Agence France-Presse (AFP).

To what purpose is all this power directed? Ever since Waterloo, the French foreign service’s self-imposed mission has been to restore French grandeur and to resist Anglo-Saxon « hegemony, » whether British or American. This goal has repeatedly pushed aside more mundane concerns, such as preparing to meet the threats of German expansion and Russian imperialism. In the 1890s, as Germany embarked on the policies that would lead to World War I, Gabriel Hanotaux, France’s foreign minister, devoted his energy obsessively to creating a French-German-Russian « continental Alliance » against the British Empire and the U.S.

A corollary to this grand sense of national mission is the Quai’s conception of France as « an Arab power » or « a Muslim power. » During the heyday of European colonialism, such a self-conception meant carving out of Egypt, North Africa and the Levant an equivalent to British India. Today it means nearly the opposite: either serving the interests of radical Arab or Muslim governments or promoting the fusion of Europe and the Muslim world into an Islamic-dominated « Mediterranean » civilization. But perhaps such a reversal is not so striking: Even in the predatory 19th century, French diplomats entertained a romantic idea of Islam. To Hanotaux, France was the only European power « capable of acting without fatal contention but side by side with Muslim monotheism. »

Such outreach was accompanied by insular prejudice. In the course of the 19th century, French Jews were gradually accepted into industry, finance, politics and the arts, and even the military. But the Quai was a different matter. In October 1893, Louis Herbette, the Quai’s secretary general, tersely remarked of one applicant (in a note quoted by Mr. Pryce-Jones): « I saw M. Grunebaum who spontaneously withdrew his request. He is indeed someone distinguished and highly to be recommended. He bowed with good grace to the motives dictating the Department’s decision. »

As the Quai grew in size in the early 20th century, it finally admitted some Jews, but anti-Semitism remained rampant, as if ingrained in the bureaucracy’s culture. In the 1890s, most French diplomats had been ardent anti-Dreyfusards, contending (wrongly) that Alfred Dreyfus, a Jewish military officer, had committed treason on behalf of Germany. After World War I, French diplomats took a special interest in « The Protocols of the Elders of Zion, » circulating in Europe for the first time, and ascribed both Bolshevism and Zionism to « Talmudic atavism. » In 1938, the Quai sabotaged the Evian conference on European refugees, the only diplomatic effort to alleviate the fate of now « stateless » German and Austrian Jews. Even after the Holocaust, anti-Semitism was all too common in the French foreign service.

Under such circumstances, it was only natural for the Quai to adopt an anti-Zionist stand. De Gaulle famously cast aspersions on Israel in 1967, encouraged by his foreign minister, the former Vichy official Couve de Murville. (The Jews, de Gaulle declared at a press conference, are « an elite people, self-assured and domineering, » a people who show « a burning ambition for conquest. ») Any number of bitter episodes have followed since, right down to the one involving Daniel Bernard, the French ambassador to London who in 2003 called Israel a « shitty little country. »

And it isn’t only rhetoric. Mr. Pryce-Jones describes how, immediately after World War II, senior officers in the French foreign service conspired to rescue Haj Amin Al-Husseini, the former mufti of Jerusalem, who had taken up residence in Nazi Germany during the war and who was answerable, upon Germany’s defeat, for various war crimes, including active support for the extermination of the Jews. The French, having sheltered him in Paris for months, eventually let him escape to Egypt in 1946 carrying a forged passport.

True, the Quai has suffered setbacks. Some political leaders, rejecting its biases, have undertaken more balanced policies. But the Quai’s ill effects persist, especially in the form of what Mr. Pryce-Jones dryly calls « the harvest. » The Quai’s flirtation with Islam over the years resulted in official France turning a blind eye to the mass immigration of Arabs and Muslims. The result, today, is street violence, ethnic rioting and terrorist activity.

Mr. Pryce-Jones is right to call his brilliant book « Betrayal. » It is not just Israel or the Jews who have been betrayed, but France itself.

Mr. Gurfinkiel is the president of the Jean-Jacques Rousseau Institute in Paris.

Conférence de Presse du Général de Gaulle
Le 27 Novembre 1967

swans.com

Israël et la Palestine

Excerpt

L’établissement, entre les deux guerres mondiales, car il faut remonter jusque-là, l’établissement d’un foyer sioniste en Palestine et puis, après la Deuxième Guerre mondiale, l’établissement d’un Etat d’Israël, soulevait, à l’époque, un certains nombres d’appréhensions.

On pouvait se demander, en effet, et on se demandait même chez beaucoup de Juifs, si l’implantation de cette communauté sur des terres qui avaient été acquises dans des conditions plus ou moins justifiables et au milieu des peuples arabes qui lui étaient foncièrement hostiles, n’allait pas entraîner d’incessants, d’interminables, frictions et conflits. Certains même redoutaient que les Juifs, jusqu’alors dispersés, mais qui étaient restés ce qu’ils avaient été de tous temps, c’est-à-dire un peuple d’élite, sûr de lui-même et dominateur, n’en viennent, une fois rassemblés dans le site de leur ancienne grandeur, à changer en ambition ardente et conquérante les souhaits très émouvants qu’ils formaient depuis dix-neuf siècles.

Cependant, en dépit du flot tantôt montant, tantôt descendant, des malveillances qu’ils suscitaient dans certains pays et à certaines époques, un capital considérable d’intérêt et même de sympathie s’était accumulé en leur faveur, surtout, il faut bien le dire dans la Chrétienté; un capital qui était issu de l’immense souvenir du Testament, nourri par toutes les sources d’une magnifique liturgie, entretenu par la commisération qu’inspirait leur antique malheur et que poétisait, chez nous, la légende du Juif errant, accru par les abominables persécutions qu’ils avaient subies pendant la Deuxième Guerre mondiale et grossi, depuis qu’ils avaient retrouvé une patrie, par leurs travaux constructifs et le courage de leurs soldats.

C’est pourquoi, indépendamment des vastes concours en argent, en influence, en propagande, que les Israéliens recevaient des milieux Juifs d’Amérique et d’Europe, beaucoup de pays, dont la France, voyaient avec satisfaction l’établissement de leur Etat sur le territoire que leur avaient reconnu les Puissances, tout en désirant qu’ils parviennent, en usant d’un peu de modestie, à trouver avec leurs voisins un « modus vivendi » pacifique.

Il faut dire que ces données psychologiques avaient quelque peu changé depuis 1956; à la faveur de l’expédition franco-britannique de Suez, on avait vu apparaître, en effet, un Etat d’Israël guerrier et résolu à s’agrandir.

Ensuite, l’action qu’il menait pour doubler sa population par l’immigration de nouveaux éléments, donnait à penser que le territoire qu’il avait acquis ne lui suffirait pas longtemps et qu’il serait porté, pour l’agrandir, à utiliser toute occasion qui se présenterait.

C’est pourquoi, d’ailleurs, la Vème République s’était dégagée, vis-à-vis d’Israël, des liens spéciaux et très étroits que le régime précédent avait noués avec cet Etat et s’était appliquée, au contraire, à favoriser la détente dans le Moyen-Orient.

Bien sûr, nous conservions avec le Gouvernement israélien des rapports cordiaux et, même, nous lui fournissions pour sa défense éventuelle les armements qu’il demandait d’acheter, mais, en même temps, nous lui prodiguions des avis de modération, notamment à propos des litiges qui concernaient les eaux du Jourdain ou bien des escarmouches qui opposaient périodiquement les forces des deux camps.

Enfin, nous nous refusions à donner officiellement notre aval à son installation dans un quartier de Jérusalem dont il s’était emparé et nous maintenions notre ambassade à Tel-Aviv.

D’autre part, une fois mis un terme à l’affaire algérienne, nous avions repris avec les peuples arabes d’Orient la même politique d’amitié, de coopération, qui avait été pendant des siècles celle de la France dans cette partie du monde et dont la raison et le sentiment font qu’elle doit être, aujourd’hui, une des bases fondamentales de notre action extérieure.Bien entendu, nous ne laissions pas ignorer aux Arabes que, pour nous, l’Etat d’Israël était un fait accompli et que nous n’admettrions pas qu’il fût détruit. De sorte que, on pouvait imaginer qu’un jour viendrait où notre pays pourrait aider directement à ce qu’une paix réelle fût conclue et garantie en Orient, pourvu qu’aucun drame nouveau ne vînt le déchirer.

Hélas ! le drame est venu. Il avait été préparé par une tension très grande et constante qui résultait du sort scandaleux des réfugiés de Jordanie, et aussi d’une menace de destruction prodiguée contre Israël.

Le 22 mai, l’affaire d’Akaba, fâcheusement créée par l’Egypte, allait offrir un prétexte à ceux qui rêvaient d’en découdre. Pour éviter les hostilités, la France avait, dès le 24 mai, déclaré à M. Eban, ministre des Affaires étrangères d’Israël, que je voyais à Paris. Si Israël est attaqué, lui dis-je alors en substance, nous ne le laisserons pas détruire, mais si vous attaquez, nous condamnerons votre initiative.

Certes, malgré l’infériorité numérique de votre population, étant donné que vous êtes beaucoup mieux organisés, beaucoup plus rassemblés, beaucoup mieux armés, que les Arabes, je ne doute pas que, le cas échéant, vous remporteriez des succès militaires, mais, ensuite, vous vous trouveriez engagés sur le terrain, et au point de vue international, dans des difficultés grandissantes, d’autant plus que la guerre en Orient ne peut pas manquer d’augmenter dans le monde une tension déplorable et d’avoir les conséquences très malencontreuses pour beaucoup de pays, si bien que c’est à vous, devenus des conquérants, qu’on en imputerait peu à peu les inconvénients.

On sait que la voix de la France n’a pas été entendue. Israël ayant attaqué, s’est emparé, en six jours de combat, des objectifs qu’il voulait atteindre. Maintenant, il organise, sur les territoires qu’il a pris, l’occupation qui ne peut aller sans oppression, répression, expulsions, et il s’y manifeste contre lui une résistance, qu’à son tour, il qualifie de terrorisme. Il est vrai que les deux belligérants observent, pour le moment, d’une manière plus ou moins précaire et irrégulière, le cessez-le-feu prescrit par les Nations Unies, mais il est bien évident que le conflit n’est que suspendu et qu’il ne peut pas avoir de solution, sauf par la voie internationale.

Mais un règlement dans cette voie, à moins que les Nations Unies ne déchirent elles mêmes leur propre Charte, un règlement doit avoir pour base l’évacuation des territoires qui ont été pris par la force, la fin de toute belligérance et la reconnaissance réciproque de chacun des Etats en cause par tous les autres. Après quoi, par des décisions des Nations Unies, en présence et sous la garantie de leurs forces, il serait probablement possible d’arrêter le tracé précis des frontières, les conditions de la vie et de la sécurité des deux côtés, le sort des réfugiés et des minorités et les modalités de la libre navigation pour tous, notamment dans le golfe d’Akaba et dans le canal de Suez.

Suivant la France, dans cette hypothèse, Jérusalem devrait recevoir un statut international.

Pour qu’un tel règlement puisse être mis en œuvre, il faudrait qu’il y eût l’accord des grandes puissances (qui entraînerait ipso facto celui des Nations Unies) et, si un tel accord voyait le jour, la France est d’avance disposée à prêter sur place son concours politique, économique et militaire, pour que cet accord soit effectivement appliqué.

Mais on ne voit pas comment un accord quelconque pourrait naître, non point fictivement sur quelque formule creuse, mais effectivement pour une action commune, tant que l’un des plus grands des Quatre ne se sera pas dégagé de la guerre odieuse qu’il mène ailleurs. Car tout se tient dans le monde d’aujourd’hui.

Sans le drame du Viêt-Nam, le conflit entre Israël et les Arabes ne serait pas devenu ce qu’il est et si, demain, l’Asie du Sud-Est voyait renaître la paix, le Moyen-Orient l’aurait bientôt recouvrée à la faveur de la détente générale qui suivrait un pareil évènement.

· · · · · ·

About the Author

Charles André Joseph Marie de Gaulle — le Général de Gaulle — (22 November 1890 – 9 November 1970) was France’s head of state as Prime Minister and Minister of National Defense from June 1958 to January 1959 in the French IVth Republic and President from January 1959 to April 1969 in the French Vth Republic.

2 commentaires pour Relations France-Israël: Pourquoi tant de haine? (It’s the Quai, stupid!)

  1. […] ardente et conquérante les souhaits très émouvants qu’ils formaient depuis dix-neuf siècles. De Gaulle (conférence de presse du 27 novembre […]

    J'aime

  2. […] ardente et conquérante les souhaits très émouvants qu’ils formaient depuis dix-neuf siècles. De Gaulle (conférence de presse du 27 novembre […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :