Moyen-Orient: Attention, une exaction peut en cacher tellement d’autres! (The deep hypocrisy in nitpicking Arab massacres)

ArabcartoonSabra et Chatilla n’étaient pas un secteur paisible où des étrangers seraient entrés sans aucune raison pour assassiner des civils innocents. Sabra et Chatilla étaient un des plus grands centres de formation pour le terrorisme international. La plupart des terroristes du monde ont été les hôtes des camps de Sabra et de Chatilla, à Beyrouth, et ont reçu un entraînement approfondi en matière de terrorisme, allant de l’utilisation de charges plastic explosives aux voitures piégées, et en extra, les techniques d’assassinat enseignées par les partisans bien expérimentés de Yasser Arafat. Par exemple, les terroristes des Brigades Rouges italiennes se sont entraînées en ce lieu ; le mouvement terroriste basque de l’ETA, Carlos, les mercenaires Islamistes d’Irak, de Libye, du Yémen, d’Egypte, tous sont venus dans ces camps pour apprendre à détourner des avions, à préparer des bombes, destinées à être utilisées en Europe et ailleurs, contre les USA, ainsi que les ambassades et les délégations israéliennes. Sabra et Chatilla sont devenus ont acquis la célébrité comme centre de terreur à Beyrouth, dont la mission était d’exporter la terreur et la subversion dans le monde. Beaucoup de Libanais ont été enlevés et amenés dans ces camps dont ils ne sont jamais sortis vivants. Nagi N. Najjar (Director of the Lebanon Foundation for Peace)
Puisqu’il est question de mémoire, il faut rappeler tous ces massacres commis à partir d’avril 1975 par les Palestiniens de l’OLP et leurs alliés syriens, dont furent victimes des milliers de  villageois chrétiens (Damour, 20 janvier 1976, environ 750 morts, Chekka, 5 juillet 1976, 120 morts, etc.), des massacres pourtant bien documentés dont les noms ont disparu de la conscience    occidentale… Geopolis
Massacres of Shiites occur almost daily in Iraq. The death and carnage caused by the huge bombs strategically placed near Shiite mosques and in bustling marketplaces of Shiite-majority areas do receive coverage in both the Western and Arab media. Yet unless the bomb destroys a Shiite shrine, making reference to Shiites unavoidable, the Arab media by and large deliberately leave out the identity of the victims. This is symptomatic of a larger cultural problem: the majority Sunni Arab world’s reluctance to identify and extirpate anti-Shiite calumny in its midst.
This is nothing new. Few in the Arab world paid much attention to Saddam Hussein’s crimes against Shiites and Kurds, even when they reached genocidal proportions. Some tanks that rolled into southern cities in order to crush the Shiite uprising in 1991 had « No More Shiites After Today » emblazoned on them. Up to 150,000 people died in that campaign. Earlier, Saddam had responded to a Kurdish rebellion by launching the genocidal Anfal operations in 1988, where an estimated 180,000 civilians were slaughtered. Separately, the Iraqi Air Force sprayed the Kurdish village of Halabja with poison gas; 5,000 villagers perished while most Arabs remained cruelly indifferent. Now, however, everyone is aghast at the brutality of American soldiers. Rayyan al-Shawaf

Quel bonheur de voir un journaliste (et en plus un journaliste arabe!)… faire son boulot !

C’est à dire informer les gens en leur fournissant le contexte des informations qu’il diffuse, quitte à, si besoin est,… retourner le projecteur sur sa corporation et son propre pays d’origine!

Ainsi par exemple cette sensibilité si sélective des journalistes arabes (mais est-ce bien différent chez nous en Occident ?) qui s’indignent à longueur de colonnes et de reportages des bavures de l’intervention alliée en Irak et … passent systématiquement sous silence les exactions autrement plus graves et généralisées (et bien entendu… impunies !) de leurs compatriotes.

Tout comme d’ailleurs par le passé, un seul Chabra et Chatila (par… des milices libanaises ! – mais, il est vrai, alliées d’Israël) permettait de faire oublier tous les … Damour, Chekka, Karantina, Tell al-Zaatar, Amman (« Septembre noir ») et autres Hama !

 The deep hypocrisy in nitpicking Arab massacres

Rayyan al-Shawaf

June 14, 2006

The recent uproar over the alleged massacre by American soldiers of Iraqi civilians in the town of Haditha was entirely justified, and vigilant Arab human rights activists should stand alongside their Western counterparts in insisting that, if guilt is confirmed, the perpetrators should be brought to justice and punished. Yet it is disturbing that an Arab world so indignant about the murder of certain people can be so indifferent to that of others.

Massacres of Shiites occur almost daily in Iraq. The death and carnage caused by the huge bombs strategically placed near Shiite mosques and in bustling marketplaces of Shiite-majority areas do receive coverage in both the Western and Arab media. Yet unless the bomb destroys a Shiite shrine, making reference to Shiites unavoidable, the Arab media by and large deliberately leave out the identity of the victims. This is symptomatic of a larger cultural problem: the majority Sunni Arab world’s reluctance to identify and extirpate anti-Shiite calumny in its midst.

This is nothing new. Few in the Arab world paid much attention to Saddam Hussein’s crimes against Shiites and Kurds, even when they reached genocidal proportions. Some tanks that rolled into southern cities in order to crush the Shiite uprising in 1991 had « No More Shiites After Today » emblazoned on them. Up to 150,000 people died in that campaign. Earlier, Saddam had responded to a Kurdish rebellion by launching the genocidal Anfal operations in 1988, where an estimated 180,000 civilians were slaughtered. Separately, the Iraqi Air Force sprayed the Kurdish village of Halabja with poison gas; 5,000 villagers perished while most Arabs remained cruelly indifferent. Now, however, everyone is aghast at the brutality of American soldiers.

The Lebanese have long been familiar with this sort of duplicity, which in their country manifests itself in the selective commemoration of Civil War-era massacres. For years, convention has dictated that the only crimes afforded official recognition should be those committed by, or involving, Israel. The most notorious of these was the Sabra and Shatila massacre of Palestinians in September 1982. But this approach is selective.

To begin with, massacres committed by Palestinian militias (Damour, Chekka, and others) have been all but forgotten; the Lebanese Christian victims of these outrages are alone in commemorating them. But there is another twist to the macabre legacy of Civil War crimes, for even those massacres in which Palestinians fell victim to Christian militias (Karantina, Tell al-Zaatar) have been deliberately ignored in favor of focusing all attention on Sabra and Shatila. As if that weren’t hypocritical enough, the principal Lebanese role in the slaughter has been officially overlooked, while the involvement of the Israelis, who were surely facilitators, has been made to appear central.

Palestinian suffering at the hands of other Lebanese groups has similarly been relegated to obscurity. During the « war of the camps » between Shiite and Palestinian militias in the mid-1980s, the Amal movement laid waste to several Palestinian refugee camps. This is no longer mentioned, and hasn’t prevented Amal representatives from turning up at commemorations for the victims of the Sabra and Shatila killings.

What accounts for such willful blindness? Politics. It is politically incorrect to blame powerful Lebanese political parties and figures for their crimes. It is « traitorous » to blame Palestinians, who are the victims of Zionism, for anything. The argument is, Why antagonize this or that community? Political expediency invariably trumps human rights as well as the memory of many of those who lost their life in the violence.

And so it is in Iraq, where those who subordinate the value of human life to politics have pointedly ignored all massacres except those committed by American soldiers. In the Iraqi case, however, such cynical manipulation has been further exacerbated by the Arab world’s refusal to confront Sunni extremism. Two Sundays ago, a bus north of Baghdad was stopped by gunmen, who forced the occupants to disembark. The gunmen proceeded to separate the terrified civilians on the basis of their religious and ethnic affiliation. Then the slaughter began: 19 Shiite Turkmen and two Kurds were murdered, while four Sunni Arabs were spared. According to a witness, the terrorists informed their victims that they intended to murder them « in the name of Islam » for being « traitors. »

These details were carried by the wire services, which gathered information from witness accounts. Yet when the same story was covered by the Arab satellite news channels, no mention was made of the identities of the victims or the perpetrators, and no inkling was given as to the reason for such carnage. The sly insinuation would seem to have been that this was just another episode of mindless violence, not an instance of targeted killing. Even more galling, the articles posted on the Web sites of the Arab satellite channels cited the wire services as their source for the story, but Web editors had quietly removed all references to the victims’ identity contained in the original wire reports.

The same day that this sectarian massacre took place, Arab media reported on a battle in and around a Sunni mosque in Basra. No media outlet shied away from identifying the mosque as Sunni, or from pointing out that Shiite militias dominate the southern port city and have infiltrated the security services. Claims by the mosque’s imam and the (Sunni) Association of Muslim Clerics that the assault unfairly targeted the Sunni community, and that those killed were not terrorists, as alleged by the largely Shiite security services, were widely reported.

This mendacious selectivity in reporting murder and its culprits will continue so long as human suffering is viewed exploitatively by Arabs as something that can be harnessed for political purposes. A massacre is a massacre, whether it is perpetrated by Palestinians or Israelis, Shiites or Sunnis, Kurds or Arabs. No massacre is more important than another, or more worthy of coverage. The Haditha massacre should be investigated and those guilty punished, but let us not allow it to become yet more grist for the mill of hypocrisy that powers Arab political culture.

Rayyan al-Shawaf is a freelance writer and reviewer based in Beirut. He wrote this commentary for THE DAILY STAR.

Voir aussi:

Nous avons des centaines de témoins oculaires des événements de Sabra et Chatilla : les appellerez-vous à témoigner?

Lettre ouverte à l’Observatoire des Droits de l’Homme

Traduction française par Menahem Macina

Voir Texte original anglais sur le site de la Fondation du Liban pour la Paix

7 novembre 2001

M. Hanny Megally

Human Rights Watch

350 Fifth Avenue, 34th Floor

New York, New York, 10118 USA

Telephone: (212) 216 1230

Facsimile: (212) 736 1300

Cher M. Megally,

Je ressens l’obligation morale de réagir à vos récentes remarques sur l’affaire de Sabra et de Chatilla demandant au Président Bush d’inviter le premier ministre Sharon à coopérer à toute enquête à son encontre. Je dois contester vos accusations selon lesquelles il y a des preuves abondante que des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité ont été commis dans les camps palestiniens de Sabra et de Chatilla. Vous devriez savoir cela mieux que quiconque, vous qui êtes d’origine égyptienne et expert en langue arabe vous réalisez le problème dans le monde islamique qui est de voir des événements, des vérités, qui n’ont aucune signification pour l’Islam et le monde islamique tout en ignorant d’autres crimes plus graves qui ne sont pas significatifs pour monde musulman.

Supposez-vous vraiment que les Palestiniens ont été attaqués sans aucune raison, ou que des groupes de civils chrétiens ont soudainement développé un goût pour le sang des Palestiniens? Pourquoi les Palestiniens ont-ils attaqué uniquement des chrétiens [libanais] et non des musulmans libanais avec qui [ces chrétiens] ont vécu en paix pendant des siècles? L’histoire montre que les chrétiens ont été des peuples paisibles qui préféraient habiter au Liban dans un équilibre historique avec leurs voisins musulmans, un équilibre amical et respectueux qui a régné jusqu’à l’entrée au Liban de Yasser Arafat et de ses tueurs.

Votre vision myope des massacres de Sabra et de Chatilla ignore les massacres perpétrés par Yasser Arafat et ses meurtriers contre les Chrétiens Libanais chrétien. Permettez-moi de vous rappeler certains actes d’Arafat (je suis un témoin oculaire):

La distribution d’armes et d’argent aux Islamistes au Liban dans le but exprès de soumettre les Chrétiens Libanais à un nettoyage ethnique.

Le massacre de la ville de Chekka, au nord-Liban, par des forces d’Arafat, des dizaines de civils, majoritairement chrétiens, ont été assassinés et torturés par les truands d’Arafat.

Dans le massacre de la ville de Damour, au sud de Beyrouth, des dizaines de civils chrétiens ont été abattus, outre de nombreux viols de jeunes filles, et cela a été commis par des forces venues de ces mêmes camps palestiniens que vous défendez.

Le massacre des villes d’Aintoura et de Mtein, où des bandes de Palestiniens ont assassiné des civils chrétiens innocents uniquement parce qu’ils étaient chrétiens.

Les assauts quotidiens des forces de l’OLP contre les villes chrétiennes de Hadath, Ain-el Remmaneh, Jisr el Bacha, Dekaouneh, Beyrouth, et Metn au sud, ont eu comme résultat des centaines de victimes chrétiennes assassiné parce qu’ils défendaient leurs villes natales et leur existence. C’était à un moment où le gouvernement libanais était paralysé et ne pouvait envoyer l’armée libanaise stopper les atrocités palestiniennes, en raison de l’interférence arabe dans les affaires intérieures libanaises, suite aux accords du « Caire ».

Non, M. Megally, l’entreprise palestinienne de soumettre le Liban n’a pas commencé au port chrétien libanais de Junieh, comme indiqué dans l’expression célèbre d’Abu Ayad, le lieutenant de Yasser Arafat. Sur le Mont Liban, il n’y avait pas d’Israéliens à assassiner : tous étaient des civils chrétiens innocents massacrés dans des centaines d’incidents de faibles proportions (comme en Israël aujourd’hui), uniquement parce qu’ils étaient chrétiens. La barbarie au Liban a été une spécialité d’Arafat. Des chrétiens ont été décapités, des filles ont été violées, des parents et les gosses ont été assassinés dans les rues, en raison des attaques militaires palestiniennes contre les zones chrétiennes, et du fait que [les Palestiniens] refusaient de faire la distinction entre les hommes adultes, les femmes et les enfants. Tous les chrétiens, quels que soient leur âge ou leur sexe, étaient des cibles pour les Palestiniens. Ces mêmes Palestiniens que nous avions accueillis à bras ouverts, en 1948, avec charité, et notre récompense a été la mort et la torture.

Sabra et Chatilla n’étaient pas un secteur paisible où des étrangers seraient entrés sans aucune raison pour assassiner des civils innocents. Sabra et Chatilla étaient un des plus grands centres de formation pour le terrorisme international. La plupart des terroristes du monde ont été les hôtes des camps de Sabra et de Chatilla, à Beyrouth, et ont reçu un entraînement approfondi en matière de terrorisme, allant de l’utilisation de charges plastic explosives aux voitures piégées, et en extra, les techniques d’assassinat enseignées par les partisans bien expérimentés de Yasser Arafat.

Par exemple, les terroristes des Brigades Rouges italiennes se sont entraînées en ce lieu ; le mouvement terroriste basque de l’ETA, Carlos, les mercenaires Islamistes d’Irak, de Libye, du Yémen, d’Egypte, tous sont venus dans ces camps pour apprendre à détourner des avions, à préparer des bombes, destinées à être utilisées en Europe et ailleurs, contre les USA, ainsi que les ambassades et les délégations israéliennes. Sabra et Chatilla sont devenus ont acquis la célébrité comme centre de terreur à Beyrouth, dont la mission était d’exporter la terreur et la subversion dans le monde. Beaucoup de Libanais ont été enlevés et amenés dans ces camps dont ils ne sont jamais sortis vivants.

Les membres des milices chrétiennes du Kataeb ne sont pas des assassins, M. Megally. Ils se sont rendus compte que la destruction du Liban par les Palestiniens ne pouvait pas continuer, et que le Liban ne pouvait pas être un terrain d’entraînement pour la terreur et les meurtres internationaux. Il n’y avait aucune proportion entre un événement comme Sabra et Chatilla, qui a donné lieu à environ 800 exécutions, et l’assassinat, par les Palestiniens, de 200.000 Libanais, en différents endroits et occasions. Pourriez-vous contribuer à ouvrir une enquête en la matière? Des familles libanaises, qui furent témoins oculaires, vous remercieront et sont impatientes d’obtenir justice contre les meurtriers d’Arafat devant le tribunal, si elles obtiennent cette chance. Pouvez-vous vous charger, dans l’intérêt de la justice, de faire instruire par la Cour, en Belgique, les centaines de cas de victimes libanaises du terrorisme palestinien? Appellerez-vous en tant que témoin Elias Hobeika, un traître libanais, connu pour être à la solde des Syriens, qui a provoqué l’événement à l’insu et sans le consentement d’Ariel Sharon, afin de mettre ce dernier dans l’embarras et de ternir sa réputation?

L’information additionnelle dont vous devriez avoir connaissance, c’est que des informations sensibles provenant de sources du Renseignement militaire libanais prouvent que le général de brigade Ghazi Kanaan, chef des Services Secrets syrien au Liban, mène actuellement, par beaucoup de canaux, une opération d’intimidation et de menaces contre d’anciens chefs des forces libanaises pour les obliger à témoigner contre Ariel Sharon devant des tribunaux libanais, afin d’alléger la pression qui s’exerce sur Elias Hobeika.

Aucun Chrétien libanais ne fera des excuses pour avoir tué des assassins et des meurtriers, quand leur survie était en jeu, d’ailleurs les exécutions de Palestiniens ont été effectuées avec une révulsion profonde pour l’acte d’ôter la vie ; cependant, ces Palestiniens étaient les victimes de Yasser Arafat, qui a précipité les massacres en entretenant un mal existentiel qui a menacé le monde. Aucun Palestinien n’a jamais présenté d’excuses pour la destruction du Liban, pays qui les avait accueillis à bras ouverts et avec amitié.

Sabra et Chatilla n’était pas erreur. C’est l’impossibilité, où s’est trouvée la Communauté chrétienne, de continuer à supporter son extinction et son génocide planifié qui les a contraints à décider de stopper, une fois pour toutes, le terrorisme palestinien au Liban, pays qui a terriblement souffert de la terreur de l’OLP, tandis que le monde nous ignorait, ce qui a fait d’eux des complices volontaires. Ne blâmez ni les Chrétiens ni le Général Sharon. Les Palestiniens, avec Yasser Arafat et Elias Hobeika, sont responsables, tout autant que le monde qui ne s’en est pas soucié.

[L’affaire de] Sabra et Chatilla n’est rien d’autre qu’une tentative politique de Yasser Arafat, soutenue par Hosni Mubarak et l’Arabie Saoudite, de miner et d’affaiblir le premier ministre israélien Sharon. Ce faisant, il espère forcer Israël à revenir aux concessions accordées par l’ancien premier ministre Ehud Barak, un acteur politique inexpérimenté comparé au premier ministre Sharon. C’est une tactique qui a fait faillite et qui ne mènera nulle part, tandis que la position politique de Sharon, qui est de favoriser une paix significative au Proche-Orient, est beaucoup plus forte que ces manoeuvres vouées à l’échec et ces tentatives perdues.

M. Megally, votre appel au Président Bush était inadéquat, car vous n’avez pas présenté le tableau complet des événements passés, en jugeant de manière inappropriée une des parties, et en ne tenant pas compte des crimes de l’autre partie impliquée dans ces événements, sans parler d’Arafat qui, à cause de la faiblesse de la gauche israélienne, a réussi à importer, de son exil tunisien, le chaos et la révolution au coeur d’Israël.

Merci.

Nagi N. Najjar

Directeur de la Fondation du Liban pour la Paix

E-mail: najjar@free-lebanon.com

Voir enfin:

La Guerre du Liban

Stéphane Mantoux

La guerre au Liban, connue pour les Israëliens sous le nom d’opération Paix en Galilée, commence le 6 juin 1982 lorsque les forces de défense israëliennes envahissent le Sud-Liban. Le gouvernement israëlien justifie cette action par la tentative d’assassinat contre l’ambassadeur israëlien en Grande-Bretagne, Shlomo Argov, par le conseil révolutionnaire du Fatah d’Abu Nidal et par les bombardements d’artillerie déclenchés par l’Organisation pour la Libération de la Palestine (OLP) contre les zones densément peuplées du nord d’Israël.

Après avoir attaqué l’OLP, les Syriens et les forces libanaises musulmanes, Israël occupe le Sud-Liban. Encerclés dans l’ouest de Beyrouth et soumis à des bombardements intenses, les Syriens et l’OLP négocient un passage à travers le Liban avec l’aide des instances de paix internationales.

Arrière-plan

Après le conflit israëlo-arabe de 1948, le Liban devient la terre d’accueil de plus de 110 000 réfugiés palestiniens dont les maisons sont désormais à l’intérieur ce qui devient l’Etat d’Israël. De 1970 à 1973, l’OLP participe à la guerre civile en Jordanie, et de nombreux combattants ou réfugiés palestiniens arrivent au voisinage ou au sein du Liban. En 1975, ils sont ainsi plus de 300 000, créant de fait un véritable Etat dans l’Etat au Sud-Liban. L’OLP devient un acteur puissant dans la région et prend part à la guerre civile libanaise. Les attaques entre Israël et l’OLP se succèdent jusqu’à l’opération Litani, en 1978, où Tsahal envahit une partie du Liban jusqu’à la rivière éponyme.

Le 10 juillet 1981, après un temps d’acalmie, les violences reprennent au Sud-Liban. En accord avec le Secrétaire Général des Nations Unies, l’aviation israëlienne bombarde des objectifs palestiniens au Sud-Liban, et plus tard dans la même journée, des éléments palestiniens répliquent à l’artillerie et au tir de roquettes sur Israël. Mais les faits sont controversés : certains historiens prétendent que ce sont les Palestiniens qui ont ouvert les hostilités par leurs bombardements… Le 24 juillet, les Nations Unies envoient Philip Habib pour faire instaurer un cessez-le-feu rien moins que précaire, puisque les incidents continuent. Durant les 11 mois suivants, Israël impute à l’OLP 270 actions terroristes en Israël, en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, et le long des frontières avec le Liban et la Jordanie, dans lesquelles 29 Israëliens sont tués et plus de 300 blessés.

Les forces palestiniennes au Liban continuent de croître, avec près de 15 000 combattants en armes, bien que 6 000 d’entre eux seulement, dont 4 500 réguliers, soient déployés au sud. Ils disposent de 60 chars, la plupart hors d’état de se déplacer, de 100 à 200 pièces d’artillerie. Si l’on suit les analyses de deux historiens israëliens dans leur ouvrage de 1984, les Palestiniens triplent leur potentiel d’artillerie et de lance-roquettes entre juillet 1981 (80 pièces) et juin 1982 (250). Les mêmes historiens affirment que les renseignements israëliens estiment alors à 6 000 le nombre de combattants adverses, répartis en trois concentrations : 1 500 au sud de la rivière Litani dans ce qui est appelé le Triangle de Fer (zone comprise entre les villages de Kana, Dir Amas et Juya), Tyr et les camps de réfugiés proches ; 2 500 autres de la brigade Kastel dans trois districts entre le Litani et une ligne courant de Sidon au nord-est de Nabatiye ; et une concentration de 1 500-2 000 hommes de la brigade Karameh à l’est, sur les pentes du Mont Hermon. Le 21 avril 1982, après qu’une mine antipersonnelle ait tué un officer israëlien au Liban, les forces aériennes d’Israël attaquent la ville côtière, tenue par les Palestiniens, de Damour, tuant 23 personnes. En dépit de cela et de nombreuses attaques déclenchées depuis le 24 juillet 1981, l’OLP continue de respecter le cessez-le-feu. Le Secrétaire Général de l’ONU rapporte dans son texte au conseil de Sécurité que d’août 1981 à mai 1982, il y a eu 2 096 violations de l’espace aérien libanais et 652 de son espace maritime. Le 3 juin, un petit mouvement supporté par les Irakiens, le Mouvement de Libération Nationale de la Palestine (dirigé par un rival de Yasser Arafat, Abu Nidal), tente d’assassiner l’ambassadeur israëlien à Londres, le paralysant tout de même. Le Premier Ministre israëlien Menachem Begin est informé par les renseignements que l’OLP n’est pas impliqué dans l’attentat, mais cache l’information à son cabinet. Raphaël Eitan, chef d’état-major de Tsahal, répond : « Nous devons châtier l’OLP ! . » . Les 4 et 5 juin, des F-16 israëliens bombardent des camps de réfugiés palestiniens et d’autres cibles de l’OLP à Beyrouth et au Sud-Liban, tuant 45 personnes et en blessant 150. Pour la première fois depuis 10 mois, l’OLP répond par des tirs de roquettes et de mortiers sur le nord d’Israël. Le 6 juin 1982, sur l’ordre du Ministre de la Défense Ariel Sharon, les Israëliens envahissent le Sud-Liban conformément au plan Paix en Galilée.

Elles alignent 76 000 hommes, 800 chars, 1 500 véhicules blindés, 200 armes antichars, 634 appareils de combat dont 364 engagés, 42 hélicoptères ; les Syriens, 22 000 hommes, 352 chars, 300 véhicules blindés, 300 pièces d’artillerie, 100 canons antiaériens, 450 appareils dont 96 engagés, 16 hélicoptères et 125 lanceurs SAM.

L’OLP dispose de 15 0000 hommes, 300 chars, 150 véhicules blindés, 2 à 300 armes antichars, plus de 350 canons et 250 pièces antiaériennes.

Raisons de la guerre

A partir de 1968, les groupes armés palestiniens du Sud-Liban attaquent le nord d’Israël et bombardent le secteur avec des roquettes Katyusha.

Par ailleurs, les Israëliens se proposent de liquider une base arrière de l’OLP dans cette région, qui pourrait servir selon eux à perpétrer des attentats sur le plan international, comme l’attaque du 26 décembre 1968 contre un appareil israëlien à Athènes.

Une autre raison est de contrebalancer l’influence de la Syrie dans la guerre civile libanaise, en établissant un régime stable basé sur l’élément chrétien, qui renforcerait l’armée centrale libanaise, restaurerait la sécurité et permettrait de renouer des liens diplomatiques normaux avec Israël.

L’invasion a été décidée dans les plus hautes sphères politiques d’Israël. Sharon et Begin ont maintenu dans l’ignorance leur cabinet, suscitant des effets d’annonce par la voix des militaires tandis que le Likoud exagérait la menace terroriste du Liban. Le ministre de la Défense Rabin avait pourtant admis que durant les 11 mois écoulés, le nord d’Israël n’avait été attaqué que deux fois, avec seulement deux morts et 6 disparus liés à des attaques terroristes, cela devant la Knesset. Ces attaques avaient été précédées de frappes aériennes israëliennes, elles-mêmes réponses à une bombe posée sous un bus et à l’attaque contre Shlomo Argov.

La guerre civile libanaise

Elle prend place de 1975 à 1990 et fait suite aux conflits et compromis politiques de la période coloniale du Liban ; elle est exacerbée par les changements démographiques en profondeur vécus par le pays, par l’affrontement entre chrétiens et musulmans, et par l’implication d’intervenants extérieurs : la Syrie, Israël et l’OLP. Après un court répit en 1976 due à la médiation de la Ligue Arabe et à l’intervention syrienne, la guerre civile continue, d’abord focalisée sur le Sud-Liban, occupé par l’OLP puis ensuite par les Israëliens.

Durant les combats, les alliances se font et se défont très vite et de manière imprévisible. A la fin de la guerre, chaque camp s’est allié à peu près avec tous les autres et a trahi ses alliances tout autant de fois. Les années 1980 sont particulièrement dures, la capitale Beyrouth étant réduite en champs de ruines, suite à l’invasion israëlienne qui chasse l’OLP du Liban. Le conflit se transforme alors en véritable carnage sur des critères religieux et ethniques, et, à la fin, l’indépendance du Liban fait elle aussi partie des pertes à relever dans ce conflit.

Par l’accord de Taif en 1989, Israël tient une zone au Sud-Liban, justifiée comme étant un territoire tampon pour prévenir les attaques contre le nord d’Israël. L’armée israëlienne se retire finalement en 2000, mais seulement pour voir la Syrie réinvestir de manière totale le nord du Liban, qu’elle avait occupé de façon plus ou moins continue à partir du milieu des années 70. La Syrie ne retire pas ses troupes avant 2005, sous la pression conjointe des Libanais, des Etats-Unis, de la France et de l’ONU notamment.

La formation des milices

Le contrôle du gouvernement par les chrétiens, garanti par la Constitution, a été battu en brèche par les musulmans et les groupes séculiers de l’aile gauche dans les années 60, les poussant à se réunir dans un Mouvement National Libanais en 1969. Celui-ci appelle à la tenue d’un nouveau recensement (le dernier datant de 1932) et au remaniement du gouvernement et de la structure politique qui doit mieux refléter les évolutions démographiques. Cela est perçu comme une menace mortelle pour les chrétiens, dans leur mainmise sur l’Etat, particulièrement les maronites ; les positions sont en fait bien plus complexes que la simple opposition chrétiens-musulmans mise en avant par certains leaders maronites et des observateurs étrangers.

Les deux parties étant incapables de résoudre leurs différents, des milices apparaissent, d’abord pour l’auto-défense, mais elles augmentent de plus en plus en effectifs parallèlement à l’armée régulière. Cela mine rapidement l’autorité du gouvernement. La capacité du gouvernement à maintenir l’ordre est aussi handicapée par la nature de l’armée libanaise. C’est une des plus petites du Moyen-Orient, et elle est composée d’un quota de chaque confession. Comme ses membres l’abandonnent pour les milices, elle est incapable de contenir ces groupes armés et elle est sujette à des infiltrations de l’extérieur, OLP ou Etats étrangers notamment. Aussi, depuis que le gouvernement est à dominante chrétienne et que les officiers de l’armée sont donc en majorité des chrétiens, la confiance envers les Musulmans présents dans les institutions est très faible. La désintégration de l’armée libanaise intervient finalement quand les Musulmans désertent sous le prétexte de ne plus vouloir obéir aux ordres des généraux maronites.

Pendant toute la guerre, ces milices opèrent en ne faisant que très peu de cas des droits de l’homme, et le caractère très sectaire du conflit fait que les non-combattants sont pleinement visés en de nombreuses occasions. La guerre s’enlisant, beaucoup de ces groupes armés deviennent des sortes de mafias, se tournant vers des activités criminelles plus lucratives et délaissent le combat proprement dit. Les finances pour l’effort de guerre sont obtenues de trois façons :

– le soutien extérieur, généralement des pays arabes hostiles à Israël ou des superpuissances, mais sous condition évidemment. Ces alliances sont souvent faites et défaites rapidement.

– la pression sur la population : extorsion, vol, braquage de banques et checkpoints aléatoires où l’on exige des « droits de passage », deviennent les lieux communs des milices pendant la guerre. Pendant les cessez-le-feu, les milices opèrent dans leurs lieux d’implantations comme de véritables mafias.

– la contrebande/les trafics : pendant la guerre civile, le Liban devient une plaque tournante de la production de narcotiques, avec l’essentiel de la production de hashish concentrée dans la vallée de la Bekaa. Mais bien d’autres choses sont trafiquées, des armes, du ravitaillement, toutes sortes de biens volés et il y a même du commerce en bonne et due forme -le Liban n’oublie pas qu’il est un intermédiaire privilégié entre hommes d’affaires européens et arabes. De nombreux combats sont livrés près des ports du Liban, afin de s’en emparer et de pouvoir écouler les produits ci-dessus mentionnés par voie maritime.

Les milices chrétiennes

Les milices chrétiennes, armées par la RFA de l’époque et la Belgique, recrutent leurs membres dans la population chrétienne assez pauvre et assez nombreuse du nord du Liban. Généralement assez marqués à droite dans leur approche politique, ces milices chrétiennes se forment même parfois à l’image de ce qu’était le fascisme initialement dans l’Europe de l’entre-deux-guerres. Toutes les grandes milices chrétiennes sont sous l’influence des Maronites, les autres courants chrétiens jouant un rôle secondaire.

La plus puissante d’entre elles est celle de Katael, dite également la Phalange, sous le commandement de Bachir Gemayel. La Phalange est créée pour aider les Forces Libanaises en 1977, qui sont placées sous l’autorité de Samir Geagea en 1986. Une petite faction plus extrémiste s’intitule les Gardiens du Cèdre. Cette faction établit rapidement des points-forts dans les quartiers est de Beyrouth, dominés par les chrétiens, ainsi que lieu de concentration de nombreux bâtiments gouvernementaux.

Au nord, les brigades de Marada servent de milice privée aux familles Franjieh et Zgharta.

Les milices chiites

Les milices chiites mettent du temps à se former et à se joindre aux combats. Initialement, beaucoup de chiites viennent du mouvement palestinien ou du Parti communiste libanais, mais après l’épisode de 1970, Septembre Noir, beaucoup de Palestiniens en armes débarquent dans les zones chiites du Liban. Le mouvement palestinien influence très vite les chiites du secteur, dont la plupart se retrouvent dans des factions radicales menées au fusil dans les vastes étendues chiites très peuplées du Sud-Liban, zone accidentelle de concentration des camps de réfugiés, et le courant principal de l’OLP n’a ni la volonté ni la capacité, apparemment, de freiner leur action.

Le mouvement séculier radical des Palestiniens et le comportement arrogant de certains d’entre eux aliènent rapidement le soutien des communautés chiites traditionnelles, mais simultanément, ils présentents des révolutions en matière politique qui parlent à ces jeunes du Liban issus des classes défavorisées et de la minorité la plus tyrannisée du pays, sans doute. Après de nombreuses années sans organisation politique propre, on voit émerger brusquement le mouvement de Musa Sadr Amal en 1974-1975. Cette idéologie islamiste modérée attire tout de suite de nombreux jeunes venant des milieux pauvres, et rapidement les rangs des miliciens d’Amal gonflent. Plus tard, au début des années 1980, une faction plus extrêmiste se détache du groupe pour rejoindre les milices chiites qui combattent alors Israël pour former avec elles le Hezbollah, qui à ce jour reste la milice la plus puissante du Liban. Le Hezbollah a initialement été entraîné et approvisonné en armement par l’Iran, mais depuis la fin des années 80, la Syrie accorde aussi une aide providentielle.

Les milices sunnites

Certaines factions sunnites reçoivent de l’aide de la Syrie ou de l’Irak, et beaucoup de milices plus petites existent, les plus éminentes se réclamant de la doctrine de Nasser ou d’une ligne panarabe, ou du nationalisme arabe ; en revanche, il y a très peu d’islamistes. La principale organisation sunnite est celle du Al-Murabitun. Pour compenser leur faiblesse sur le champ de bataille, les Sunnites se tournent très tôt dans le conflit vers l’OLP et les Palestiniens, l’organisation étant largement dominée par les sunnites, bien qu’elle comporte également une minorité chrétienne -formée principalement d’orthodoxes.

Les Druzes

La petite secte des Druzes, implantée stratégiquement et dangereusement dans le Chouf en plein coeur du Liban, n’a pas d’alliés naturels, et passe donc beaucoup de temps à bâtir -et à défaire- des alliances. Sous l’égide de la famille Jumblatt, d’abord Kamal, puis son fils Walid, le Parti Socialiste Progressif (PSP) fait office de milice effective, entretenant d’excellentes relations avec l’Union Soviétique.

Les groupes non-religieux

Bien que de nombreuses milices libanaises se réclament détachées de tout intérêt religieux, elles servent en fait souvent de tremplins à des sectes diverses. Pourtant, il a bien existé des milices laïques, souvent mais pas exclusivement marquées à l’extrême-gauche. Par exemple, le Parti Communiste Libanais inféodé à Moscou, ou la plus radicale et indépendante Organisation communiste d’action. Un autre exemple notable est le Parti syrien social-nationaliste, qui met en avant le concept de Grande Syrie, face au panarabisme ou au nationalisme albanais. Ce parti est bien sûr aligné sur Damas, bien qu’il conteste souvent les choix du président al-Assad et de son parti Baas, qu’il éxècre tout particulièrement.

Les Palestiniens

Le mouvement palestinien, qui a déplacé l’essentiel de sa force de combat au Liban après les événements de Septembre Noir en Jordanie, est formellement sous l’ombrelle de l’OLP -certainement la force la plus puissante alors dans le pays. Mais en fait, l’OLP est une organisation assez lâche et son leader, Yasser Arafat, a bien du mal à contrôler les factions qui la composent. Cela sape à la fois la capacité de combat effective de l’OLP, mais aussi la sympathie des Libanais à l’égard du mouvement, car l’image extérieure de l’OLP est de plus en plus assimilée à celle des communistes radicaux du mouvement, dont les « ordres révolutionnaires » ne s’assimilent le plus souvent qu’à rien moins que du racket de protection. A la fin, l’OLP ne tient plus que lorsque les intérêts des différentes factions se recoupent et par les tentatives continuelles de médiation intra-organisationnelles réalisées par Arafat, plutôt que par une cohérence nette du mouvement.

Le courant principal de l’OLP, représenté par les guérilleros d’Arafat du Fatah, hésite intialement à prendre parti mais est entraîné dans le conflit par les factions plus radicales. Celles-ci sont encouragées par des Etats arabes tels la Syrie, la Lybie et l’Irak, et épousent les idéologies du socialisme arabe ou le marxisme-léninisme. Parmi elles, les plus importantes sont le Front Populaire de Libération de la Palestine, et une de ses scissions, le Front Démocratique pour la Libération de la Palestine. Un rôle moindre est joué par la fraction du Front Palestinien de Libération et une autre scission du FPLP, d’obédience syrienne, le FPLP-CG (Commandement Général). Pour compliquer encore un peu plus les choses, des Etats comme la Syrie et l’Irak ont aussi établi leurs propres marionnettes au sein même de l’OLP. L’as-Sa’iqa est une milice sous contrôle syrien, à l’image du Front Arabe de Libération sous commandement irakien. Le gouvernement de Damas peut aussi compter sur les brigades syriennes de l’Armée de Libération de la Palestine, formellement mais non de manière fonctionnelle l’armée régulière de l’OLP. Quelques unités envoyées par l’Egypte sont sous le contrôle direct d’Arafat, mais ne peuvent jamais rivaliser avec les groupes lourdement armés par la Syrie.

En 1974, une pierre s’ajoute au fardeau d’Arafat quand l’OLP est menacée d’une rupture interne quasi-consommée. Une proposition controversée (le Programme en Dix Points) visant à établir une solution à deux Etats a été proposée par Arafat et le Fatah au Conseil National Palestinien. En proférant de nombreuses accusations de trahisons, de nombreux membres de l’aile gauche de l’organisation claquent tout simplement la porte. Appuyés par l’Irak, puis plus tard par la Syrie et la Lybie, leur retour s’accompagne de la création d’un Front du Refus, qui épouse une ligne de non-compromis intégral avec Israël. Ce front inclut la plupart des factions radicales mentionnées ci-dessus, mais la contestation grandit aussi au sein même du Fatah. Arafat réussit finalement, après maints efforts, à aplanir les différences, mais le spectre de la division le poursuit durant les années 70 et au début des années 80 ; surtout, il a affaibli l’OLP à des étapes cruciales de son engagement dans la guerre civile libanaise.

L’OLP et le conflit régional

C’est un des résultats de la conférence du Caire négociée en 1969 par le président égyptien Gamal Abdel Nasser : le Liban est forcé d’autoriser une force étrangère (l’OLP) à lancer des attaques sur le nord d’Israël à partir de son propre territoire. L’OLP reçoit un droit de regard total sur les camps de réfugiés, mais en fait c’est bientôt tout le Sud-Liban qui tombe sous sa coupe. Comme beaucoup de combattants palestiniens débarquent dans cette région après la destruction de l’appareil de l’OLP en Jordanie, suite à Septembre Noir, leur présence devient vite insupportable à beaucoup d’habitants du secteur. Les factions radicales imposent leur propre loi, et se mettent rapidement à dos les villageois chiites conservateurs. Par le même chemin par lequel l’OLP a perdu tout droit de cité en Jordanie, le soutien des musulmans libanais aux Palestiniens commencent à s’éroder. Celui des chrétiens est déjà perdu depuis longtemps.

Une évolution significative commence aussi à se produire au sein du Fatah, avec une tonalité plus à gauche, à mesure que des combattants vétérans des opérations en Jordanie arrivent et rejoignent l’OLP au Liban, inquiétant Arafat lui-même car ce sont en majorité des radicaux. C’est pour cela qu’Arafat crée un véritable Etat dans l’Etat au Sud-Liban, afin de sécuriser une base arrière pour l’OLP qui a ses places fortes dans la vallée de la Bekaa et dans les quartiers ouest de Beyrouth. Graduellement, les autorités libanaises sont de plus en plus confinées à l’impuissance. Des représailles sévères menées par les Israëliens après des raids palestiniens ne font rien pour arranger l’image de marque des combattants palestiniens auprès des populations chiites et chrétiennes.

L’OLP est pourtant bien accueillie par les Sunnites -qui voit en elle un allié naturel en termes confessionnels- et par les Druzes. Une amitié personnelle se noue entre Arafat et le charismatique leader des Druzes Kamal Jumblatt, qui est non seulement le chef du Parti Socialiste Progressif, mais qui a aussi créé un Mouvement Libanais National afin de corriger les erreurs induites par le système de quota trop sectaire. Beaucoup de membres de la gauche du mouvement palestinien rejoignent la ligne de cette dernière organisation, qui leur correspond, ainsi qu’une fraction de la gauche du Fatah. Mais Arafat ne souhaite pas trop engager les Palestiniens dans ce qui est regardé comme un conflit entre Libanais, craignant que cela n’affaiblisse la position de son propre mouvement au Liban et aussi le soutien éventuel des populations chrétiennes et de leurs soutiens à l’étranger.

La première phase de la guerre 1975-1977

Violence sectaires et massacres de civils

A travers le printemps 1975, des petits accrochages ont lieu régulièrement, notamment entre le Mouvement Libanais National et la Phalange, et le toujours très faible gouvernement libanais hésite entre le maintien de l’ordre et le désir de protéger la constitution favorable aux chrétiens. Le matin du 13 avril 1975, un groupe d’hommes armés mitraille en voiture un groupe de leaders chrétiens de la Phalange sortant de l’église d’un faubourg de Beyrouth, Ain Rumaneh, tuant quatre personnes dans une tentative, visiblement, d’éliminer Pierre Gemayel. Quelques heures plus tard, des Phalangistes menés par les Gemayel abattent 27 travailleurs palestiniens voyageant dans un bus, à Ein-Al-Rumaneh, des émeutes incontrôlables éclatant alors dans toute la ville. Le 6 décembre 1975, quatre chrétiens sont tués dans les quartiers est de Beyrouth. En représailles, la Phalange établit des barrages routiers où les véhicules sont soumis à des contrôles d’identité pour déterminer l’appartenance religieuse. Tout Palestinien ou musulman arrêté est systématiquement tué en ayant la gorge tranché. Les autres milices réagissent de la même manière, dans une escalade menant à un bain de sang où finalement 600 chrétiens et musulmans trouvent la mort, dans ce qui reste connu comme le Samedi Noir. Après cela, on atteint un point de non-retour et un combat sans merci commence entre les différentes factions.

Dans cette spirale vicieuse de violence sectaire, les civils sont une cible facile. Le 18 janvier 1976, près de 1 000 personnes sont tuées par les groupes chrétiens dans le massacre de Karantina, immédiatement suivi par une attaque de représailles palestinienne sur la ville de Damour. Les villageois qui n’ont pas réussi à quitter le village sont assaillis par des milices hétéroclites conduites par Abu Musa, et sont abattus à l’arme à feu ou au couteau ; des centaines périssent. Ces deux épisodes provoquent un exode massif de populations chrétiennes et musulmanes, chacune d’entre elles essayant de se mettre à l’abri dans des zones contrôlées par leur propre obédience. La répartition ethnique et religieuse des quartiers résidentiels de la capitale encourage ce processus, et les quartiers ouest et est sont progressivement transformés en ce qui va devenir le Beyrouth musulman et le Beyrouth chrétien. Ainsi, le nombre de chrétiens à gauche qui ont rallié le Mouvement Libanais National et celui des musulmans conservateurs qui ont rallié le gouvernement s’effrite brutalement, puisque la guerre se révèle être maintenant clairement un conflit religieux. Un autre effet des massacres est de placer Yasser Arafat, le Fatah et donc l’OLP du côté du Mouvement Libanais National, le sentiment palestinien d’hostilité envers les forces chrétiennes libanaises ayant presque atteint son paroxysme.

La destruction de Damour

Deux jours plus tard, le 20 janvier 1976, les Palestiniens et leurs alliés de gauche lancent l’assaut final sur la ville chrétienne de Damour qui se situe sur la route Sidon-Beyrouth, à environ 20 km au sud de la capitale libanaise. Les combats furieux et sans retenue pour la ville se traduisent par de nombreuses victimes. Au cours du siège, que les Palestiniens ont établi depuis le 9 janvier, ceux-ci ont coupé l’approvisionnement en vivres et en eau aux assiégés et ont refusé de laissé passer la Croix-Rouge internationale pour évacuer les blessés.

Le 16 janvier 1976, le ministre de la Défense Chamoun enjoint aux forces aériennes libanaises, qu’il sait être contrôlées en grande partie par les chrétiens, de bombarder les positions des forces de gauche autour de la cité pour tenter d’arrêter l’attaque palestinienne. L’utilisation de l’aviation crée une crise au sein du gouvernement tandis que le Premier Ministre Rachid Karameh sort de ses attributions pour stopper son intervention.

Un plan est établi pour évacuer les civils de Damour et, fort heureusement, la majorité de la population réussit à s’échapper par voie maritime. Pourtant, près de 500 civils défendus par 20 hommes d’Ahrar ne peuvent l’être à temps. Une fois la ville prise, les défenseurs sont abattus, les civils alignés contre les murs et exécutés séance tenante, leurs maisons sont dynamitées. La plupart des jeunes femmes tombées aux mains des assaillants sont immédiatement violées et les bébés tués d’une balle dans la nuque. 149 corps sont laissés dans les rues de la ville et 200 autres civils ne seront jamais retrouvés. Ce sont en tout 582 personnes qui viennent de trouver la mort. Ensuite, les cercueils sont déterrés au vieux cimetière chrétien, les morts sont dépouillés, les caveaux forcés, et les corps et les ossements sont dispersés dans tout le cimetière. Damour est ensuite transformée en bastion de l’OLP et du FPLP.

Ce massacre renforce encore l’exode « sectaire » des chrétiens et des musulmans. La plupart des villes libanaises et leurs environs ont été intégrées, mais ces transferts de population à grande échelle commencent à diviser le pays en zones de ségrégation, la première étape vers une partition de facto.

L’intervention syrienne

En juin 1976, les combats s’étant étendus à tout le pays et les maronites étant proches de succomber, le président Suleiman Frangieh demande l’intervention syrienne, à condition que le port de Beyrouth soit fermé et qu’une large partie de ses approvisionnements reviennent aux Syriens. La crainte des chrétiens s’est retrouvée exacerbée après les massacres de Damour, et les deux camps ont compris que les enjeux transcendent maintenant la simple question politique. Les Syriens répondent en mettant fin à leur collaboration avec le Front du Refus et en prenant ouvertement la défense du gouvernement pro-maronite. Cela met paradoxalement la Syrie dans le même camp qu’Israël, qui a de son côté commencé à soutenir les maronites en envoyant armes, munitions, chars et conseillers militaires à partir de mai 1976. La Syrie a ses propres intérêts politiques et territoriaux au Liban, qui hébergent des cellules de la Fraternité Musulmane, groupe islamiste opposé au parti Baas, mais le pays est aussi une route d’accès à Israël.

A la demande du président, les troupes syriennes entrent au Liban, occupent Tyr et la vallée de la Bekaa, écartant facilement la résistance du Mouvement Libanais National et des Palestiniens. Un cessez-le-feu est imposé, mais il échoue, à terme, à conclure le conflit et la Syrie accentue sa pression. Avec le ravitaillement en armes de Damas, les forces chrétiennes réussissent à se tailler un passage à travers les défenses du camp de réfugié de Tel-al-Zaatar, dans les quartiers est de Beyrouth, qui a longtemps été assiégé. S’ensuit un massacre de 2 000 Palestiniens, ce qui provoque un tollé à l’encontre de la Syrie au sein du monde arabe.

En octobre 1976, la Syrie accepte la proposition du sommet de la Ligue Arabe, réunie à Riyadh. Celle-ci donne un mandat à la Syrie pour maintenir 40 000 hommes au Liban, comme noyau d’une Force Arabe de Dissuasion chargée de séparer les combattants et de restaurer le calme. Les autres nations arabes y participent aussi, mais rapidement elles manifestent un profond désintérêt pour la question, laissant à la Syrie les mains libres, cette force restant une sorte de bouclier diplomatique contre les critiques internationales. La guerre civile se termine donc en demi-teinte à ce moment, instaurant un calme précaire à Beyrouth et dans le reste du Liban. Au sud pourtant l’agitation renaît rapidement du fait du retour des combattants de l’OLP, qui ont été sommés par le sommet de Riyadh d’évacuer la zone centrale du pays.

Une paix précaire

La nation est maintenant effectivement divisée, avec le sud du pays et les quartiers ouest de Beyrouth qui deviennent le refuge de l’OLP et des milices musulmanes, tandis que les chrétiens contrôlent les quartiers est de la capitale et la portion chrétienne du mont Liban. La principale ligne de démarcation à Beyrouth est connue désormais sous le nom de Green Line (Ligne Verte).

Dans Beyrouth-Est, en 1977, les leaders chrétiens du Parti National Libéral, du Parti Kataeb et du Parti Libanais du Renouveau se regroupent dans le Front Libanais, une opposition politique au Mouvement Libanais National. Leurs milices -les Tigres, la Phalange et les Gardiens du Cèdre- entrent dans une coalition assez lâche appelée Forces Libanaises, pour constituer l’aile militaire du Front Libanais. Dès le début, le parti Kataeb et la Phalange domine les deux regroupements, sous le commandement de Bashir Gemayel. En absorbant ou en détruisant les milices plus réduites, il consolide son pouvoir et renforce les Forces Libanaises en tant que mouvement chrétien incontournable de la région.

En mars de la même année, le leader du Mouvement National Libanais, Kamal Jumblatt, est assassiné. L’assassin est réputé être du Parti syrien social-nationaliste, qui aurait agi sur ordre direct de Damas. Tandis que la place de leader de Jumblatt au sein du Parti socialiste progressif druze est étonnamment repris et maintenu par son fils, Walid, le Mouvement National Libanais, lui, se désintègre après sa mort. Bien que la coalition anti-gouvernementale rassemblant les Druzes, les sunnites, les chiites et les Palestiniens fonctionne encore pour un certain temps, leurs intérêts deviennent ensuite trop divergents pour maintenir une opposition solide. Sentant l’opportunité qui se présente à lui, le président syrien Hafez al-Assad commence à louvoyer entre les deux coalitions chrétiennes et musulmanes pour récupérer le plus de pouvoir possible, dans ce jeu de « diviser pour mieux régner ».

La deuxième phase de la guerre du Liban – 1977-1982

Israël intervient au Sud-Liban, 1978

L’opération Litani

Les attaques de l’OLP contre Israël à partir du Liban, en 1977 et 1978, provoquent une escalade dans l’affrontement entre les deux parties. Le 11 mars 1978, 11 membres du Fatah débarquent sur une plage au nord d’Israël et s’emparent de deux bus pleins de passagers roulant sur l’axe Tel-Aviv-Haïfa, tirant ensuite sur les véhicules environnants. Ils abattent ainsi 37 Israëliens et en blessent 76 avant d’être eux-mêmes tués par les forces israëliennes. Israël envahit le Liban quatre jours plus tard : c’est l’opération Litani. Israël occupe la plus grande partie du Liban située au sud de la rivière Litani, provoquant le déplacement d’au moins 100 000 Libanais et la mort de 2 000 personnes. Le Conseil de Sécurité des Nations Unies adopte la résolution 425 qui décrète un retrait immédiat d’Israël de la zone envahie, créant aussi l’UN Interim Force in Lebanon (UNIFIL), chargée de maintenir la paix sur place.

La zone de sécurité

Israël retire finalement ses troupes fin 1978, mais garde le contrôle du sud en installant une zone de sécurité, large de 30 à 40 km, près de la frontière. Pour tenir ces positions, Israël installe une Armée Sud-Libanaise, une milice composée à la fois de chiites et de chrétiens placée sous le commandement du major Saad Haddad. Israël l’approvisionne en armes et en ressources, et envoie des « conseillers » pour la renforcer et la prendre en main. La ligne dure du Premier Ministre israëlien de l’époque, le membre du Likoud Menachem Begin, compare la situation critique de la minorité chrétienne au Sud-Liban (5 % de la population sur le territoire de l’Armée Sud-Libanaise) à celle des Juifs européens pendant la Seconde guerre mondiale…

Des échanges de tirs violents ont lieu entre l’OLP, l’Armée Sud-Libanaise et Israël, l’OLP attaquant les positions de l’armée à la solde de l’Etat hébreu et tirant des roquettes sur le nord d’Israël, celle-ci répliquant par des frappes aériennes sur les positions de l’OLP, tandis que l’Armée Sud-Libanaise (ou Armée du Liban du Sud, ALS) tente de consolider sa mainmise sur la région frontalière.

Conflits entre la Syrie et la Phalange

La Syrie, dans le même temps, se trouve confrontée à la Phalange, milice chrétienne conduite par Bashir Gemayel, dont les actions de plus en plus agressives -comme la tentative, en avril 1981, de s’emparer de la cité stratégique de Zahle, au centre du Liban- montrent que celle-ci ne veut pas permettre à la Syrie, comme elle l’entend, de balayer Gemayel et de placer à la tête de l’Etat libanais Suleiman Frangieh comme président. En conséquence, la Phalange renforce ses liens avec Israël. En avril 1981, en l’occurence, pendant les combats à Zahle, Gemayel demande l’appui de Tsahal.

Le Premier Ministre israëlien acquiesce et envoie immédiatement des jets sur place, qui abattent deux hélicoptères syriens. Cela incite le président syrien al-Assad à installer des batteries de missiles sol-air sur les hauteurs environnantes de Zahle.

Les plans israëliens pour l’attaque

En août, le Premier Ministre Menachem Begin est réélu et le mois suivant, lui et son ministre de la Défense Ariel Sharon commence à bâtir un plan pour une seconde invasion du Liban destinée, cette fois, à extirper l’OLP du pays. Sharon vise à « détruire l’infrastructure militaire de l’OLP, et si possible éliminer sa direction, ce qui signifie pénétrer dans les quartiers ouest de Beyrouth, où se trouve le QG de l’OLP et ses bunkers de commandement » .

Sharon attend de Gemayel, une fois celui-ci installé en tant que président, qu’il signe un traité de paix avec Israël, garantissant ainsi sa frontière nord. Begin présente le plan de Sharon devant la Knesset en décembre 1981 ; pourtant, après que des voix nombreuses se soient élevées contre son application, Begin est obligé de faire machine arrière. Mais Sharon continue à mettre la pression pour qu’il soit bien réalisé. En janvier 1982, Sharon rencontre Gemayel sur un navire israëlien au large des côtés libanaises et discute avec lui d’un plan devant mener les forces israëliennes « aussi loin au nord qu’au bout de l’aéroport international de Beyrouth » . En février, avec l’aval de Begin, Yehoshua Seguy, le chef des services de renseignement militaires, est envoyé à Washington pour discuter du problème libanais avec le secrétaire d’Etat Alexander Haig. Pendant la rencontre, Haigf affirme « qu’il ne peut pas y avoir d’assaut massif sur le Liban sans provocation majeure de sa part » .

La situation entre Israël et l’OLP

Mais jusqu’alors, aucune provocation importante n’est venue du Liban. En fait, durant toute la période du cessez-le-feu, d’août 1981 à mai 1982, il n’y a eu qu’une seule attaque de roquettes de l’OLP contre Israël, en mai justement. C’était simplement une réponse à un bombardement israëlien des positions de l’OLP au Liban, le 9 mai, lui-même représaille d’une attaque à la bombe des Palestiniens contre un bus de Jérusalem. Cet échange particulier met en relief un problème crucial à propos du cessez-le-feu, dans la perspective israëlienne : il s’applique seulement à la frontière avec le Liban, ce qui signifie que les attaques de l’OLP à partir de la Jordanie ou de la Cisjordanie peuvent continuer en toute impunité, alors qu’une réponse israëlienne dirigée contre le Liban serait une violation délibérée du cessez-le-feu.

Arafat, pour sa part, refuse de condamner les attaques partant d’autres territoires que le Liban, se basant sur le fait que le cessez-le-feu concerne uniquement ce dernier théâtre d’opérations. L’interprétation d’Arafat sous-estime le fait que l’accord de cessez-le-feu ne diminue en rien, en fait, l’escalade de la violence entre l’OLP et Israël dans les autres territoires, Liban excepté. Israël continue ainsi à éroder l’OLP dans les attaques pendant le cessez-le-feu. Le 21 avril, par exemple, des appareils israëliens attaquent des objectifs côtiers au Sud-Liban.

La troisième phase de la guerre 1982-1983

L’invasion israëlienne du Liban

L’assassinat d’Argov

Le 3 juin 1982, l’organisation d’Abu Nidal essaye de mettre fin aux jours de l’ambassadeur israëlien au Royaume-Uni, Shlomo Argov. Abu Nidal a déjà à son actif la mort de nombreux diplomates de l’OLP, et il a même essayé de supprimer Yasser Arafat et Mahmud Abbas, étant de fait condamné à mort par l’organisation palestinienne. De plus, les services de renseignement britanniques affirment qu’Abu Nidal a été appuyé par l’Irak, ce que confirme leurs homologues israëliens. Pourtant, cela ne dissuade pas Ariel Sharon et Menachem Begin d’ordonner une frappe aérienne de représailles sur des cibles de l’OLP et du FPLP dans les quartiers ouest de Beyrouth, attaques qui font plus de 100 morts, en violation totale du cessez-le-feu.

L’OLP réplique par de nombreux tirs d’artillerie et de roquettes sur Israël à partir de ses positions au Liban, violant là aussi clairement le cessez-le-feu. Israël déclare que c’est là la principale cause qui la pousse ensuite à l’invasion. Dans le même temps, le 5 juin, le Conseil de Sécurité des Nations Unies vote une résolution (UNSCR 529) appelant « toutes les parties à cesser immédiatement et simultanément toute activité militaire à l’intérieur des frontières du Liban et sur la frontière israëlo-libanaise, avec comme délai 6h00 le dimanche 6 juin 1982 au plus tard » .

Le 6 juin 1982 : Israël entre au Liban

Israël lance l’opération Paix en Galilée le 6 juin 1982, attaquant les bases de l’OLP au Liban. Les forces de Tsahal s’enfoncent bientôt à plus de 40 km à l’intérieur du pays, se déplaçant vers l’est de Beyrouth avec le soutien tacite des leaders et des milices maronites. Quand le cabinet israëlien convient d’approuver l’invasion, Ariel Sharon la présente comme une percée de 40 km au Liban, destinée à démolir les points forts de l’OLP, et à créér ensuite une zone de sécurité élargie pour mettre Israël à l’abri des tirs de roquettes. En fait, le chef d’état-major de Tsahal, Raphaël Eitan, et Sharon, ont déjà ordonné aux troupes de marcher tout droit sur Beyrouth, en accord avec le plan du ministre de la Défense établi dès septembre 1981. Le lendemain, le Conseil de Sécurité des Nations Unies passe une autre résolution « demandant à ce qu’Israël retire immédiatement et de manière inconditionnelle ses forces des frontières internationales reconnues du Liban ». Les Etats-Unis n’ont pas opposé leur veto. Le 8 juin par contre, ils en font usage contre une résolution qui réitère la précédente, donnant ainsi un soutien implicite à l’invasion israëlienne.

Voici une vidéo extraite d’un documentaire montrant les appareils israëliens, F-15 Eagle et F-16 Falcon livrés par les Etats-Unis, en opération au Liban pendant Paix en Galilée. Les appareils de Tsahal s’assurent facilement la maîtrise du ciel, non seulement à cause de la supériorité de leurs appareils, mais aussi en raison de la qualité des pilotes, résultat d’un entraînement étonnamment dur et sélectif. Les MiG-21 Fishbed et MiG-23 Flogger livrés par l’Union Soviétique aux Syriens ne purent jamais faire face à l’aviation israëlienne, et même l’artillerie antiaérienne basée sur des canons et des missiles SAM (Surface to Air Missile) ne put empêcher le déferlement des appareils de la Hey Hal’Avir. Les Israëliens avaient bien retenu la leçon de la guerre du Kippour, en 1973. VOIR

Le siège de Beyrouth

Le 15 juin, les Israëliens sont déjà retranchés aux abords de la capitale libanaise. Les Etats-Unis demandent à l’OLP de quitter séance tenante le Liban, tandis que Sharon ordonne le bombardement à outrance des quartiers ouest, afin de neutraliser le maximum possible des 16 000 combattants palestiniens qui se sont réfugiés dans ces positions fortifiées. Dans le même temps, Arafat essaye de négocier, pour sauver politiquement, ce qui est clairement un désastre pour l’OLP, une tentative finalement couronnée de succès lorsqu’une force multinationale arrive sur place pour évacuer l’organisation palestinienne.

Les combats dans Beyrouth font au total près de 6 700 morts, dont 80 % de civils, avec 1 100 membres de l’OLP et 88 des IDF (Israël Defence Forces). De violents échanges d’artillerie entre Tsahal et l’OLP, ainsi que le pilonnage par cette dernière des quartiers chrétiens de l’est de Beyrouth, entraîne une riposte aérienne israëlienne de plus en plus importante à partir du 21 juillet. On admet communément que durant la campagne, près de 20 000 personnes dans les deux camps ont été tuées, et près de 30 000 blessées.

Négociations pour un cessez-le-feu

Le 26 juin, le Conseil de Sécurité des Nations Unies propose une nouvelle résolution prévoyant un retrait simultané des deux parties en présence du Liban. Les Etats-Unis mettent leur veto car ils ne veulent pas que l’OLP demeure une organisation politique présente sur place. Ils soutiennent ainsi clairement la politique de Sharon, qui vise à annihiler l’OLP avant toute négociation concernant un retrait du Liban.

Finalement, la violence reprenant de plus belle et les pertes civils augmentant dangereusement, Philip Habib est envoyé sur place pour rétablir l’ordre, ce qui est accompli le 12 août juste après un pilonnage long et intense des quartiers ouest de Beyrouth sur ordre d’Ariel Sharon, qui dure toute une journée. La trêve négociée par Habib prévoit un retrait simultané de Tshal et de l’OLP, tandis qu’une force internationale composée de Marines américains, de troupes françaises et italiennes protégera l’évacuation des Palestiniens mais aussi les civils sans défense.

L’intervention Internationale

Une force multinationale débarque à Beyrouth le 20 août 1982 pour superviser le retrait de l’OLP du Liban, tandis que la médiation américaine permet d’obtenir le retrait des troupes syriennes et de l’OLP de la capitale libanaise.

Pourtant, Israël affirme que plus de 2 000 combattants de l’OLP se cachent dans les camps de réfugiés situés dans la périphérie de Beyrouth. En accord avec cette assertion, Bashir Gemayel, qui a été élu président du Liban sous contrôle militaire israëlien le 23 août, envoie des éléments de sa milice, la Phalange, à l’intérieur des camps le 12 septembre. Mais, le 14 septembre, Gemayel est assassiné. Beaucoup y voient l’oeuvre de la Syrie, agissant en sous-main par le biais d’une des organisations qu’elle contrôle au Liban.

Les massacres de Sabra et Shatila

Après en avoir discuté avec des leaders de la Phalange, Sharon et Eitan décide sans en parler au cabinet israëlien d’envoyer Tsahal dans les quartiers ouest de Beyrouth, violant l’accord établi avec Habib ; ces forces transportent quelques 200 phalangistes au sein des camps, où ces derniers entrent à 6h00, le 16 septembre. Les phalangistes restent sur place jusqu’au matin du 19 septembre, et massacrent, selon les estimations israëliennes, de 700 à 3 000 Palestiniens, « aucun n’étant membre d’une quelconque unité de l’OLP » .

La commission Kahan, envoyée par le gouvernement israëlien pour enquêter sur les circonstances du massacre, tient Sharon et Eitan indirectement responsables, ces derniers sachant très bien ce qui allait se passer en envoyant 200 membres d’une milice anti-palestinienne dans les camps de réfugiés. La commission suggère que le premier démissionne de son poste de ministre de la Défense, ce qu’il fait, même s’il reste un membre influent du gouvernement en demeurant ministre sans portefeuille.

Les massacres font la une du monde entier, et des appels de plus en plus nombreux pressent la communauté internationale d’assumer la responsabilité de stabiliser le Liban. En conséquence, la force multinationale qui commençait à quitter le pays après l’évacuation de l’OLP revient sur place. Avec le soutien américain, Amir Gemayel est choisi par le parlement libanais pour succéder à son frère comme président et se concentre à nouveau sur le retrait des forces israëliennes et syriennes.

L’accord du 17 mai

Le 17 mai 1983, Amir Gemayel, Israël et les Etats-Unis signent un accord dans lequel le retrait israëlien est fonction du redéploiement des troupes syriennes vers leur territoire ; en fait, les deux nations ont exercées de fortes pressions sur Gemayel. Le document énonce que « l’état de guerre entre Israël et le Liban est désormais terminé et n’a plus d’existence officielle ». En fait, cet accord s’assimile à un traité de paix avec Israël, et il est vu par de nombreux musulmans libanais comme un accord tacite à destination des Israëliens afin que ceux-ci puissent conserver une emprise au Sud-Liban. L’accord du 17 mai est présenté dans le monde arabe comme une reddition imposée sous la contrainte, et Amir Gemayel est comparé au président norvégien Quisling, une marionette au service des nazis pendant la Seconde guerre mondiale, après que ceux-ci eurent envahi et conquis la Norvège entre avril et juin 1940 (opération Weserübung). Les tensions au Liban en sont ravivées. La Syrie refuse cet accord et ne veut en aucune manière discuter d’un retrait de troupes, en profitant même pour consolider ses positions au Liban.

En août 1983, Israël se retire du district du Chouf (au sud-est de Beyrouth), oblitérant ainsi la zone tampon existante entre les milices chrétiennes et druzes, délenchant une nouvelle phase de violents combats sur place. En septembre, les Druzes ont repris le contrôle de presque tout le Chouf ; Israël s’est retirée de presque tout le Liban, exception faite de la zone de sécurité au sud. Les forces israëliennes resteront dans ce secteur, en violation de la résolution 425 des Nations Unies, jusqu’en 2000.

Regain de violence

L’effondrement virtuel de l’armée libanaise, en février 1984, corolllaire de la défection de nombreuses unités druzes et musulmanes en direction des milices, est un coup sévère pour le gouvernement. Avec les Marines américains prêts au départ, les Syriens et les milices musulmanes accentuent leur pression sur l’équipe au pouvoir. Le 5 mars, le gouvernement libanais annule l’accord du 17 mai 1983, et les Marines quittent le pays quelques semaines plus tard.

Cette période de chaos est marquée par les premières attaques contre les intérêts américains ou occidentaux de manière plus large, telle l’attaque suicide du 18 avril 1983 contre l’ambassade des Etats-Unis, située dans les quartiers ouest de Beyrouth, qui tue 63 personnes. A la suite de cet attentat, la Maison Blanche ordonne le bombardement navale des positions druzes, dont il résulte beaucoup de morts, la plupart étant non-combattants. La réplique aux bombardements américains consiste en des attaques suicides. Le 23 octobre 1983, l’une d’entre elles perpétrée à Beyrouth sur le quartier général des forces franco-américaines cause la mort de 241 Américains et de 58 Français.

Le 18 janvier 1984, le président de l’université américaine de Beyrouth, Malcom Kerr, est abattu. Après le retrait des troupes américains en février, les attaques continuent, notamment une qui vise l’annexe de l’ambassade américaine dans l’est de Beyrouth le 20 septembre 1984, tuant 9 personnes dont 2 soldats américains.

A cette époque, le Hezbollah commence à émerger au sein d’une nébuleuse de groupes chiites combattant l’occupation israëlienne, fractionné du principal mouvement chiite, celui du mouvement Amal de Nabih Berri. Le groupe trouve son inspiration dans le mouvement islamiste révolutionnaire qui s’est illustré de manière éclatante en Iran, en 1979, et gagne très tôt le soutien de près de 1 500 combattants iraniens des Gardes, les Pasdaran. Avec l’appui iranien, et un large vivier de réfugiés chiites désoeuvrés dans lequel il peut puiser à volonté, le Hezbollah devient vite une force combattante de premier plan.

La quatrième phase de la guerre 1984-1989

L’escalade du conflit, la crise politique

Entre 1985 et 1989, les violences sectaires empirant étant donné que tous les efforts variés de réconcilation nationale échouent. Des combats farouches ont lieu pendant ce que l’on a appelé la Guerre des Camps, en 1985-1986, où une coalition de milices armées par la Syrie et menée par le mouvement Amal tente de chasser l’OLP de ses points-forts au Liban. Des milliers de Palestiniens sont tués dans ces affrontements, tandis que les camps de réfugiés de Sabra, Shatila et Bourj-al-Barajneh sont annihilés.

Des combats de grande ampleurs reprennent à Beyrouth en 1987, lorsque les Palestiniens, les mouvements progressistes et les Druzes s’allient contre le mouvement Amal, provoquant finalement l’intervention de la Syrie.

En 1988, une bataille acharnée fait encore rage dans la capitale libanaise, cette fois-ci entre Amal et le Hezbollah.

Ce dernier parvient à reprendre le contrôle de plusieurs quartiers de la capitale tenus par l’autre mouvement chiite, apparaissant pour la première fois comme une force avec laquelle il faut désormais compter dans la capitale libanaise.

Le gouvernement Aoun

Dans le même temps, le Premier Ministre Rashid Karami, pivot d’un gouvernement d’union nationale après les efforts de paix avortés de 1984, est assassiné le 1er juin 1987. Le mandat du président Gemayel expire quant à lui en septembre 1988. Avant de se retirer, celui-ci désigne un autre chrétien maronite, le commandant des Forces armées libanaises, le général Michel Aoun, en tant que Premier Ministre, contrevenant ainsi au Pacte National. Le conflit, à ce moment, est aussi fortement perturbé par l’engagement de plus en plus marqué de l’Irak, Saddam Hussein cherchant à étendre sur d’autres champs de bataille la guerre Iran-Irak. Pour contrer le soutien de l’Iran à Amal et au Hezbollah, l’Irak appuie les milices chrétiennes : Saddam Hussein soutient Aoun entre 1988 et 1990.

Les groupes musulmans rejettent la violation du Pacte National et donnent leur soutien à Selim-al-Hoss, un sunnite qui a succédé à Karami. Le Liban est ainsi fracturé entre un gouvernement chrétien militaire dans les quartiers est de Beyrouth, et un gouvernement musulman dans les quartiers ouest sans président.

L’accord de Taif

L’accord de Taif en 1989 marque le début de la fin des hostilités. En janvier de cette même année, un comité appointé par la Ligue Arabe, dirigé par le Koweït et comprenant l’Arabie Saoudite, l’Algérie et le Maroc, commence à formuler des solutions pour le conflit. Cela mène à une rencontre des parlementaires libanais à Taif, en Arabie Saoudite, où ceux-ci se mettent d’accord sur un accord de réconciliation nationale pour octobre. L’accord offre un large rôle à la Syrie dans les affaires libanaises. Retournant au Liban, les parlementaires ratifient l’accord le 4 novembre et élisent René Mouawad comme président le jour suivant. Le leader militaire Michel Aoun refuse d’accepter la nomination de Mouawad, et dénonce l’accord de Taif.

Mouawad est assassiné 16 jours plus tard dans un attentat à la voiture piégée à Beyrouth, le 22 novembre, lorsque son cortège revient des cérémonies du jour de l’indépendance libanaise. Elias Hrawi lui succède et reste en place jusqu’en 1998. Aoun refuse encore ce nouveau président, et dissout le parlement.

Conflits internes dans Beyrouth-Est

Le 16 janvier 1990, le général Aoun ordonne à tous les médias libanais de cesser d’utiliser les termes « Président » ou « Ministre » pour qualifier Hrawi ou les participants de l’accord de Taif. Les Forces Libanaises, qui sont devenues un véritable contrepouvoir dans les quartiers chrétiens de la capitale, protestent en suspendant toutes leurs émissions. Aoun fait disparaître d’autres journaux qui refusent de plier. La tension avec les Forces Libanaises s’intensifie, car Aoun craint plus que tout qu’elles ne cherchent à lier partie avec le gouvernement Hrawi.

Au début 1990, les forces d’Aoun s’opposent aux Forces Libanaises, après que le général ait déclaré qu’il était d’intérêt national pour le gouvernement « d’unifier les armes », autrement dit de soumettre toutes les milices chrétiennes à sa botte. De violents combats se déroulent alors dans les quartiers est de Beyrouth, mais si les Forces Libanaises prennent initialement l’avantage, cette guérilla intestine sape leur potentiel de combat, ce qui les amènent à requérir l’aide de la Syrie.

En août 1990, le Parlement libanais, qui n’a pas obéi à l’ordre de dissolution lancé par Aoun, et le nouveau président se mettent d’accord sur des amendements constitutionnels incorporant des réformes politiques proposées à Taif. L’Assemblée Nationale comprend désormais 128 sièges et pour la première fois, un nombre égal de postes est prévu à la fois pour les chrétiens et les musulmans.

La « guerre de libération » d’Aoun

En mars 1990, après avoir soumis les Forces Libanaises, Aoun lance ce qu’il appelle une « guerre de libération » contre la Syrie et ses alliés des milices libanaises. En conséquence, les Syriens intensifient leur pression sur l’armée libanaise et sur la poche tenue par sa milice dans Beyrouth-Est, tandis que Saddam, focalisé sur le Koweit, a tendance à restreindre les livraisons d’armes et de vivres. Pourtant, Aoun persiste dans ses vues, dénonce le régime du président syrien al-Assad et affirme qu’il mène un combat pour l’indépendance du Liban. Bien qu’il réussisse à rallier une large partie de la population chrétienne à son opinion, il n’est vu par les musulmans que comme un leader sectaire, tel qu’il en existe beaucoup d’autres alors au Liban, et ils ne font pas confiance à son programme politique. Il est aussi handicapé par le problème de légitimité posé par la concurrence du gouvernement Hrawi, soutenu par la Syrie, dans les quartiers ouest de Beyrouth.

En octobre 1990, la Syrie lance une opération de grand style contre les positions d’Aoun autour du palais présidentiel, impliquant des forces au sol, l’aviation, et les alliés libanais : des centaines de partisans d’Aoun sont massacrés. L’armée syrienne nettoie ensuite les dernières poches de résistance, renforçant sa mainmise sur la capitale. Aoun trouve refuge à l’ambassade française de Beyrouth, puis s’envole à Paris. Il ne revient dans la capitale libanaise que tout récemment, en mai 2005.

Certains historiens affirment que cette vaste opération lancée par la Syrie n’a pu se faire sans un accord préalable avec les Etats-Unis (William Harris, par exemple), prévoyant une acceptation tacite de l’offensive en échange d’un soutien contre Saddam Hussein pendant la guerre du Golfe, qui intervient au même moment. Cela aurait permis d’empêcher les Israëliens de barrer la route à l’aviation syrienne qui appuyait les troupes au sol pendant ces combats. En 1989, Aoun affirmait que les Etats-Unis avaient vendu le Liban à la Syrie.

Fin de la guerre civile

En mars 1991, le Parlement vote une loi d’amnistie qui efface tous les crimes politiques commis avant son instauration. Cette amnestie ne concerne pas les crimes commis à l’encontre de diplomates étrangers et d’autres qui sont renvoyés devant le Conseil Supérieur de Justice. En mai 1991, toutes les milices sont progressivement dissoutes (à l’exception notable du Hezbollah) et les Forces Armées Libanaises commencent une lente recontruction, cette fois-ci en tant que principale institution libanaise non-sectaire.

Pourtant les violences refont parfois surface. A la fin décembre 1991, une voiture piégée contenant sans doute près de 110 kg d’explosifs explose dans le voisinage de la ville musulmane de Basta. Au moins 30 personnes sont tuées, 120 blessées, dont l’ancien Premier Ministre Shafik Wazzan, qui roulait dans une voiture à l’épreuve des balles.

Conclusion

Depuis la fin de la guerre, les Libanais ont conduit plusieurs élections, la plupart des milices se sont débandées ou se sont affaiblies, et les Forces Armées Libanaises ont étendu l’autorité du gouvernement central sur les deux tiers du pays. Seul le Hezbollah a refusé le désarmement, légitimant ce fait par le combat contre l’occupation israëlienne dans le secteur des fermes de Shebaa.

Le Liban supporte toujours les profondes meurtrissures de la guerre civile. Au total, on estime que plus de 100 000 personnes ont trouvé la mort, le même nombre étant sans doute blessées. Environ 900 000 personnes, soit 20 % de la population d’avant-guerre, ont été déplacées. Peut-être 250 000 ont émigré de manière définitive. Des milliers de mines restent enfouies dans les zones précédemment disputées. Quelques otages occidentaux enlevés au milieu des années 80 (la plupart attribués au Hezbollah, bien que le mouvement le nie catégoriquement) sont retenus jusqu’en mai 1992. Les victimes libanaises des enlèvements de l’époque de la guerre, « disparue » purement et simplement, se comptent en dizaines de milliers.

Les attentats à la voiture piégée deviennent un moyen d’action commode et répandu dans les groupes usant de la violence à travers le monde, ayant fait ses preuves durant le conflit.

En 15 ans de guerre, on a comptabilisé au moins 3 641 attentats à la voiture piégée, qui ont fait 4 386 morts et des milliers de blessés.

Le pays a fait des progrès dans la reconstruction de ses institutions politiques et dans la reconquête de son indépendance, depuis la fin de la guerre, donnant aux Musulmans une plus grande place dans le processus politique. Les critiques, pourtant, soulignent que ces nouveaux arrangement institutionnalisent les divisions sectaires dans le gouvernement.

Sources :

http://en.wikipedia.org/wiki/Lebanese_civil_war(photos et liens correspondants).

http://en.wikipedia.org/wiki/1982_Invasion_of_Lebanon

http://www.liberty05.com/civilwar/civil.html(pour les photos).

http://www.ina.fr/voir_revoir/israel-palestine/index.fr.html(vidéos de l’INA).

RAZOUX (Pierre), Tsahal : nouvelle histoire de l’armée israëlienne, Paris, Perrin, 2006

Voir par ailleurs:

First Lebanon War:
Massacres at Sabra & Shatila
(September 16-17, 1982)

The Lebanese Christian Phalangist militia was responsible for the massacres that occurred at the two Beirut-area refugee camps on September 16-17, 1982. Israeli troops allowed the Phalangists to enter Sabra and Shatila to root out terrorist cells believed located there. It had been estimated that there may have been up to 200 armed men in the camps working out of the countless bunkers built by the PLO over the years, and stocked with generous reserves of ammunition.

When Israeli soldiers ordered the Phalangists out, they found hundreds dead (estimates range from 460 according to the Lebanese police, to 700-800 calculated by Israeli intelligence). The dead, according to the Lebanese account, included 35 women and children. The rest were men: Palestinians, Lebanese, Pakistanis, Iranians, Syrians and Algerians. The killings came on top of an estimated 95,000 deaths that had occurred during the civil war in Lebanon from 1975-1982.

The killings were perpetrated to avenge the murders of Lebanese President Bashir Gemayel and 25 of his followers, killed in a bomb attack earlier that week.

Israel had allowed the Phalange to enter the camps as part of a plan to transfer authority to the Lebanese, and accepted responsibility for that decision. The Kahan Commission of Inquiry, formed by the Israeli government in response to public outrage and grief, found that Israel was indirectly responsible for not anticipating the possibility of Phalangist violence. Israel instituted the panel’s recommendations, including the dismissal of Gen. Raful Eitan, the Army Chief of Staff. Defense Minister Ariel Sharon resigned.

The Kahan Commission, declared former Secretary of State Henry Kissinger, was « a great tribute to Israeli democracy….There are very few governments in the world that one can imagine making such a public investigation of such a difficult and shameful episode. »

Ironically, while 300,000 Israelis demonstrated in Israel to protest the killings, little or no reaction occurred in the Arab world. Outside the Middle East, a major international outcry against Israel erupted over the massacres. The Phalangists, who perpetrated the crime, were spared the brunt of the condemnations for it.

By contrast, few voices were raised in May 1985, when Muslim militiamen attacked the Shatila and Burj-el Barajneh Palestinian refugee camps. According to UN officials, 635 were killed and 2,500 wounded. During a two-year battle between the Syrian-backed Shiite Amal militia and the PLO, more than 2,000, including many civilians, were reportedly killed. No outcry was directed at the PLO or the Syrians and their allies over the slaughter. International reaction was also muted in October 1990 when Syrian forces overran Christian-controlled areas of Lebanon. In the eight-hour clash, 700 Christians were killed-the worst single battle of Lebanon’s Civil War.

 COMPLEMENT:

A Preventable Massacre
Seth Anziska
NYT

September 16, 2012

ON the night of Sept. 16, 1982, the Israeli military allowed a right-wing Lebanese militia to enter two Palestinian refugee camps in Beirut. In the ensuing three-day rampage, the militia, linked to the Maronite Christian Phalange Party, raped, killed and dismembered at least 800 civilians, while Israeli flares illuminated the camps’ narrow and darkened alleyways. Nearly all of the dead were women, children and elderly men.

Thirty years later, the massacre at the Sabra and Shatila camps is remembered as a notorious chapter in modern Middle Eastern history, clouding the tortured relationships among Israel, the United States, Lebanon and the Palestinians. In 1983, an Israeli investigative commission concluded that Israeli leaders were “indirectly responsible” for the killings and that Ariel Sharon, then the defense minister and later prime minister, bore “personal responsibility” for failing to prevent them.

While Israel’s role in the massacre has been closely examined, America’s actions have never been fully understood. This summer, at the Israel State Archives, I found recently declassified documents that chronicle key conversations between American and Israeli officials before and during the 1982 massacre. The verbatim transcripts reveal that the Israelis misled American diplomats about events in Beirut and bullied them into accepting the spurious claim that thousands of “terrorists” were in the camps. Most troubling, when the United States was in a position to exert strong diplomatic pressure on Israel that could have ended the atrocities, it failed to do so. As a result, Phalange militiamen were able to murder Palestinian civilians, whom America had pledged to protect just weeks earlier.

Israel’s involvement in the Lebanese civil war began in June 1982, when it invaded its northern neighbor. Its goal was to root out the Palestine Liberation Organization, which had set up a state within a state, and to transform Lebanon into a Christian-ruled ally. The Israel Defense Forces soon besieged P.L.O.-controlled areas in the western part of Beirut. Intense Israeli bombardments led to heavy civilian casualties and tested even President Ronald Reagan, who initially backed Israel. In mid-August, as America was negotiating the P.L.O.’s withdrawal from Lebanon, Reagan told Prime Minister Menachem Begin that the bombings “had to stop or our entire future relationship was endangered,” Reagan wrote in his diaries.

The United States agreed to deploy Marines to Lebanon as part of a multinational force to supervise the P.L.O.’s departure, and by Sept. 1, thousands of its fighters — including Yasir Arafat — had left Beirut for various Arab countries. After America negotiated a cease-fire that included written guarantees to protect the Palestinian civilians remaining in the camps from vengeful Lebanese Christians, the Marines departed Beirut, on Sept. 10.

Israel hoped that Lebanon’s newly elected president, Bashir Gemayel, a Maronite, would support an Israeli-Christian alliance. But on Sept. 14, Gemayel was assassinated. Israel reacted by violating the cease-fire agreement. It quickly occupied West Beirut — ostensibly to prevent militia attacks against the Palestinian civilians. “The main order of the day is to keep the peace,” Begin told the American envoy to the Middle East, Morris Draper, on Sept. 15. “Otherwise, there could be pogroms.”

By Sept. 16, the I.D.F. was fully in control of West Beirut, including Sabra and Shatila. In Washington that same day, Under Secretary of State Lawrence S. Eagleburger told the Israeli ambassador, Moshe Arens, that “Israel’s credibility has been severely damaged” and that “we appear to some to be the victim of deliberate deception by Israel.” He demanded that Israel withdraw from West Beirut immediately.

In Tel Aviv, Mr. Draper and the American ambassador, Samuel W. Lewis, met with top Israeli officials. Contrary to Prime Minister Begin’s earlier assurances, Defense Minister Sharon said the occupation of West Beirut was justified because there were “2,000 to 3,000 terrorists who remained there.” Mr. Draper disputed this claim; having coordinated the August evacuation, he knew the number was minuscule. Mr. Draper said he was horrified to hear that Mr. Sharon was considering allowing the Phalange militia into West Beirut. Even the I.D.F. chief of staff, Rafael Eitan, acknowledged to the Americans that he feared “a relentless slaughter.”

On the evening of Sept. 16, the Israeli cabinet met and was informed that Phalange fighters were entering the Palestinian camps. Deputy Prime Minister David Levy worried aloud: “I know what the meaning of revenge is for them, what kind of slaughter. Then no one will believe we went in to create order there, and we will bear the blame.” That evening, word of civilian deaths began to filter out to Israeli military officials, politicians and journalists.

At 12:30 p.m. on Sept. 17, Foreign Minister Yitzhak Shamir hosted a meeting with Mr. Draper, Mr. Sharon and several Israeli intelligence chiefs. Mr. Shamir, having reportedly heard of a “slaughter” in the camps that morning, did not mention it.

The transcript of the Sept. 17 meeting reveals that the Americans were browbeaten by Mr. Sharon’s false insistence that “terrorists” needed “mopping up.” It also shows how Israel’s refusal to relinquish areas under its control, and its delays in coordinating with the Lebanese National Army, which the Americans wanted to step in, prolonged the slaughter.

Mr. Draper opened the meeting by demanding that the I.D.F. pull back right away. Mr. Sharon exploded, “I just don’t understand, what are you looking for? Do you want the terrorists to stay? Are you afraid that somebody will think that you were in collusion with us? Deny it. We denied it.” Mr. Draper, unmoved, kept pushing for definitive signs of a withdrawal. Mr. Sharon, who knew Phalange forces had already entered the camps, cynically told him, “Nothing will happen. Maybe some more terrorists will be killed. That will be to the benefit of all of us.” Mr. Shamir and Mr. Sharon finally agreed to gradually withdraw once the Lebanese Army started entering the city — but they insisted on waiting 48 hours (until the end of Rosh Hashana, which started that evening).

Continuing his plea for some sign of an Israeli withdrawal, Mr. Draper warned that critics would say, “Sure, the I.D.F. is going to stay in West Beirut and they will let the Lebanese go and kill the Palestinians in the camps.”

Mr. Sharon replied: “So, we’ll kill them. They will not be left there. You are not going to save them. You are not going to save these groups of the international terrorism.”

Mr. Draper responded: “We are not interested in saving any of these people.” Mr. Sharon declared: “If you don’t want the Lebanese to kill them, we will kill them.”

Mr. Draper then caught himself, and backtracked. He reminded the Israelis that the United States had painstakingly facilitated the P.L.O. exit from Beirut “so it wouldn’t be necessary for you to come in.” He added, “You should have stayed out.”

Mr. Sharon exploded again: “When it comes to our security, we have never asked. We will never ask. When it comes to existence and security, it is our own responsibility and we will never give it to anybody to decide for us.” The meeting ended with an agreement to coordinate withdrawal plans after Rosh Hashana.

By allowing the argument to proceed on Mr. Sharon’s terms, Mr. Draper effectively gave Israel cover to let the Phalange fighters remain in the camps. Fuller details of the massacre began to emerge on Sept. 18, when a young American diplomat, Ryan C. Crocker, visited the gruesome scene and reported back to Washington.

Years later, Mr. Draper called the massacre “obscene.” And in an oral history recorded a few years before his death in 2005, he remembered telling Mr. Sharon: “You should be ashamed. The situation is absolutely appalling. They’re killing children! You have the field completely under your control and are therefore responsible for that area.”

On Sept. 18, Reagan pronounced his “outrage and revulsion over the murders.” He said the United States had opposed Israel’s invasion of Beirut, both because “we believed it wrong in principle and for fear that it would provoke further fighting.” Secretary of State George P. Shultz later admitted that “we are partially responsible” because “we took the Israelis and the Lebanese at their word.” He summoned Ambassador Arens. “When you take military control over a city, you’re responsible for what happens,” he told him. “Now we have a massacre.”

But the belated expression of shock and dismay belies the Americans’ failed diplomatic effort during the massacre. The transcript of Mr. Draper’s meeting with the Israelis demonstrates how the United States was unwittingly complicit in the tragedy of Sabra and Shatila.

Ambassador Lewis, now retired, told me that the massacre would have been hard to prevent “unless Reagan had picked up the phone and called Begin and read him the riot act even more clearly than he already did in August — that might have stopped it temporarily.” But “Sharon would have found some other way” for the militiamen to take action, Mr. Lewis added.

Nicholas A. Veliotes, then the assistant secretary of state for Near Eastern affairs, agreed. “Vintage Sharon,” he said, after I read the transcript to him. “It is his way or the highway.”

The Sabra and Shatila massacre severely undercut America’s influence in the Middle East, and its moral authority plummeted. In the aftermath of the massacre, the United States felt compelled by “guilt” to redeploy the Marines, who ended up without a clear mission, in the midst of a brutal civil war.

On Oct. 23, 1983, the Marine barracks in Beirut were bombed and 241 Marines were killed. The attack led to open warfare with Syrian-backed forces and, soon after, the rapid withdrawal of the Marines to their ships. As Mr. Lewis told me, America left Lebanon “with our tail between our legs.”

The archival record reveals the magnitude of a deception that undermined American efforts to avoid bloodshed. Working with only partial knowledge of the reality on the ground, the United States feebly yielded to false arguments and stalling tactics that allowed a massacre in progress to proceed.

The lesson of the Sabra and Shatila tragedy is clear. Sometimes close allies act contrary to American interests and values. Failing to exert American power to uphold those interests and values can have disastrous consequences: for our allies, for our moral standing and most important, for the innocent people who pay the highest price of all.

Seth Anziska is a doctoral candidate in international history at Columbia University.

Le « massacre évitable » de Sabra et Chatila
Sylvain Cypel ((New York, correspondant)

Le monde

17.09.2012

L’échange se passe à Jérusalem il y a trente ans jour pour jour. Morris Draper, ambassadeur itinérant du président Ronald Reagan au Proche-Orient, rappelle à ses interlocuteurs israéliens la « position fondamentale » des Etats-Unis : « Nous n’avons pas pensé que vous deviez entrer. Vous auriez dû rester en dehors. » Réponse d’Ariel Sharon, ministre israélien de la défense : « Que vous l’ayez pensé ou pas… Quand l’existence et la sécurité sont en jeu, tout est de notre responsabilité, on ne laissera jamais personne d’autre décider pour nous. »

Nous sommes le 17 septembre 1982, et la réunion entre Américains et Israéliens a commencé à 12 h 30. Le premier ministre, Menahem Begin, en est absent. Avec Ariel Sharon, Yitzhak Shamir, le ministre des affaires étrangères, et de hauts responsables des services de sécurité rencontrent l’ambassadeur Draper. L’échange précité est tiré d’une série de cinq documents (datés des 15, 16, 17, 18 et 20 septembre 1982) auxquels Seth Anziska, chercheur américain de l’université Columbia, a eu accès dans des archives israéliennes, et sur lesquels il fonde un article paru dans le New York Times, ce lundi 17 septembre, sous le titre « Un massacre évitable ». Mis en ligne par le quotidien américain, ces documents, en hébreu et anglais, jettent une lumière crue sur la politique libanaise de Washington à cette époque et sur la relation américano-israélienne.

ENTRE 800 ET 2 000 MORTS OU DISPARUS

Ce 17 septembre, Morris Draper est soumis, surtout de la part d’Ariel Sharon, à une pression peu usuelle : « M. Draper, vous craignez d’être soupçonné d’être de mèche avec nous ? Niez-le et on le niera. » Car au moment où cet échange a lieu, un massacre, qui va entrer dans l’histoire, est déjà en cours : celui des civils palestiniens des camps de Sabra et Chatila, à Beyrouth. Au total, entre 800 et 2 000 personnes seront exécutées ou vont disparaître. Des femmes sont violées, des enfants et des vieillards abattus, des hommes emportés vers des destinations inconnues. Commencé le 16, le massacre est mené par des phalangistes chrétiens et des miliciens des Forces libanaises, alliés de l’armée israélienne depuis le début de son invasion du Liban, le 6 juin.

Jusqu’à peu auparavant, Ariel Sharon a cru avoir triomphé. Les bombardements des grandes villes (Beyrouth, Tyr, Sidon…) ont abouti, le 1er septembre, au retrait de la capitale libanaise des groupes armés de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), dont l’éradication était l’objectif israélien. Les Américains ont supervisé ce retrait et donné à l’OLP des garanties que les populations palestiniennes seront protégées. De plus, Israël a vu son principal allié, le phalangiste chrétien Béchir Gemayel, être élu président de l’Etat libanais fin août. Mais, le 14 septembre, il est assassiné. Dans la nuit, le chef d’état-major israélien rencontre les chefs chrétiens à Beyrouth. Le matin du 15, contrevenant au cessez-le-feu, Tsahal envahit la ville. Le 16, les miliciens chrétiens entrent dans les camps palestiniens. La nuit, l’aviation israélienne éclairera les lieux pour les aider.

Ce 17, lorsque l’envoyé spécial américain rencontre ses interlocuteurs, le massacre est donc en cours. Que savent précisément les deux parties sur ce qui advient dans les camps ? Rien n’est avéré. Mais les Israéliens savent que les phalangistes y sont entrés, et, au moins depuis la veille au soir, leurs propres sources les ont informés d’éventuelles « tueries ». Ils n’en disent mot.

« QUI DONC VA LES EN EMPÊCHER? »

Rapportée par les historiens, une rencontre, très pénible, avait déjà eu lieu la veille au soir. Morris Draper, accompagné de l’ambassadeur américain à Tel-Aviv, Sam Lewis, fait face à Ariel Sharon, au chef d’état-major israélien, Rafael Eitan, et au chef du renseignement militaire, le général Yehoshua Saguy (orthographié « Sagi » dans les documents). Washington et « les Libanais » demandent que Tsahal se retire de Beyrouth, rappelle l’Américain. Les « terroristes » sont toujours là, rétorque Ariel Sharon, « 2 000 à 3 000, on a même leurs noms ». Dès lors, qui va s’occuper des camps ?, demandent les Israéliens. Lorsque Morris Draper évoque « l’armée et les forces de sécurité libanaises », le général Saguy exige que « les Phalanges aussi » soient de la partie. Draper s’y oppose. « Et qui donc va les en empêcher ? », demandera le général israélien.

De fait, le patron du renseignement de Tsahal sait que les phalangistes y sont déjà. Mais la réunion-clé du lendemain, le 17, se déroulera comme si personne n’en avait connaissance. L’ambassadeur Draper y réitère l’exigence américaine que Tsahal montre des signes, même symboliques, de retrait de Beyrouth : « Israël ne devrait pas donner l’impression d’occuper une capitale arabe. (…) « 

Sharon : « Qui va s’occuper de ces 2 000 terroristes ? C’est aussi votre intérêt. Qui va les attraper ? Bon, Fakhani, Sabra, Chatila, à notre avis, ils sont, disons 1 000, peut-être 500. On sait qu’ils y sont, bien équipés, armés et tout. Et vous voudriez qu’on se retire ? »… Draper insiste ; les Israéliens demandent à se consulter entre eux. A leur retour, ils acceptent le principe d’un retrait de Beyrouth, mais une fois passé Roch Hachana, le nouvel an juif, soit 48 heures plus tard.

Draper, pressé de conclure : « Le plan sera mis en œuvre sous 48 heures, telle est la politique. »

« IL N’EN RESTERA AUCUN »

Sharon préfère ne pas laisser d’ambiguïté : « Bon, alors, Fakhani, Sabra, Chatila, Bourj el-Barajneh… » Il nomme les lieux où, entre-temps, devra se mener la traque aux « terroristes ».

Draper : « Des gens hostiles diront que Tsahal reste à Beyrouth pour permettre aux Libanais de tuer les Palestiniens dans les camps. »

Sharon : « Alors on va les tuer, nous. Il n’en restera aucun. Vous ne sauverez pas (…) ces groupes du terrorisme international. »

Draper : « Nous ne sommes intéressés à sauver aucun de ces gens. »

Sharon : « Si vous ne voulez pas que les Libanais les tuent, nous les tuerons. »

L’ambassadeur Draper réitère alors la « position de gouvernement : on veut que vous partiez. Laissez faire les Libanais ». Le retrait israélien débutera trois jours plus tard.

Ce vendredi 17 verra le pire du massacre. Il n’y avait dans les deux camps ni 2 000, ni 1 000, ni 500 « terroristes » : les forces de l’OLP avaient bel et bien évacué Beyrouth. Après une seconde nuit de terreur, les phalangistes se retirent le samedi matin. Informé par son émissaire, l’ambassadeur Draper écrit à Ariel Sharon : « C’est horrible. J’ai un représentant dans les camps qui compte les corps. Vous devriez avoir honte. » Le président Reagan tancera le premier ministre, Menahem Begin, en des termes d’une inhabituelle virulence.

« PARTIELLEMENT RESPONSABLES »

Dans ses Mémoires, le secrétaire d’Etat, George Shultz, sera le plus sévère : « Les Israéliens ont dit qu’ils entraient dans Beyrouth (…) pour éviter un bain de sang, il s’avère qu’ils l’ont facilité et peut-être même suscité. » Pour avoir fait confiance à leurs alliés, écrira-t-il, « le résultat brutal aura été que nous sommes partiellement responsables » de ce massacre.

En conclusion de son article, Seth Anziska écrit : « La leçon est claire : parfois un proche allié agit à l’inverse des intérêts et des valeurs américaines. Echouer à exercer la puissance américaine pour les défendre peut avoir des conséquences désastreuses. » L’important, explique-t-il au Monde, n’est pas que les Israéliens aient « délibérément trompé » les Américains, selon l’expression qu’utilisera le sous-secrétaire d’Etat Lawrence Eagleburger, ou qu’ils l’aient fait par conviction. « L’essentiel tient en la faiblesse diplomatique face à leurs intimidations et aux reculades successives de l’ambassadeur Draper », qui finit par céder sur l’essentiel.

Obnubilé par son objectif de voir les Israéliens se retirer de Beyrouth, l’ambassadeur accrédite comme réel un fait non avéré – la présence de « terroristes » supposément restés par milliers dans les camps – et accorde à son allié 48 heures de présence supplémentaire dans la ville. « En résumé, il finit par dire aux Israéliens : ‘Bon, allez-y, tuez les terroristes, et vous partirez ensuite.’ Là est la faillite diplomatique américaine. »

2 commentaires pour Moyen-Orient: Attention, une exaction peut en cacher tellement d’autres! (The deep hypocrisy in nitpicking Arab massacres)

  1. […] alaouïtes (une secte chiite) et chrétiens de la famille Assad  se préparent à subir,  à leur tour et dans l’indifférence générale, un chaque jour un peu plus probable nettoyage […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :