Universités françaises: A 200 euros, t’as plus rien! (French high ed: Last one out, turn off the lights)

Student_demos_1L’université est un service public. C’est l’Etat qui doit payer. (Etudiant de Nanterre)
Les études sont un droit, pas un privilège. (Affiche étudiante)
32,000 students at the Nanterre campus of the University of Paris, but no student center, no bookstore, no student-run newspaper, no freshman orientation, no corporate recruiting system. The 480,000-volume central library is open only 10 hours a day, closed on Sundays and holidays. Only 30 of the library’s 100 computers have Internet access. (…) When the government proposed a reform in 2003 to streamline curriculums and budgets by allowing each university more flexibility and independence, students and professors rebelled. (…) While students are ready to protest against something they dislike, there is little sense of belonging or pride in one’s surroundings. During the recent protests over the contested labor law, that attitude of alienation contributed to the destruction of property, even computers and books, at some universities. NYT (2006)

Dévastateur constat, avec l’avantage du regard éloigné, du NYT d’hier sur le triste état de ce qui nous sert actuellement d’universités. Mais aussi sur le refus de toute réforme ainsi que le manque de conscience et de responsabilité* (sans parler de respect ou de… fierté !) de la part notamment des premières victimes du système, les étudiants eux-mêmes …

A croire que les Français n’ont que ce qu’ils méritent, eux qui insistent pour avoir une éducation gratuite ou du moins… bon marché?

Sauf bien sûr pour les enfants de leurs élites et leurs grandes écoles qui, pour 4% des effectifs (garantis les meilleurs boulots et… payés en plus PENDANT leurs études !), absorbent… 30% des fonds publics!

Un autre exemple, comme pour le reste, de Billancourt subventionnant… Neuilly ?

* Manque de conscience et de responsabilité qui n’hésite pas à l’occasion à basculer dans la pure et simple fraude, comme le révèle aujourd’hui le Figaro (merci Lagrette) avec ce détournement apparemment systématique des inscriptions (« étudiants fantômes ») pour obtenir toutes sortes d’avantages (stages, sécurité sociale étudiante, mutuelle, réductions transport en commun, billets d’avion, cinéma,… coiffeur !) où tout le monde semble y trouver son compte: universités pour leur dotation de l’Etat (150 euros par étudiant) ou entreprises accros aux stages. Sauf bien sûr… la Sécurité sociale et l’État (mais le sujet est « sensible » – 10-20% en lettres ? – et donc on n’en parle pas !), sans compter la réputation de l’université elle-même !

Ultime confirmation donc (même s’il y a bien évidemment aussi ailleurs – et d’autant plus avec l’avènement de l’internet – des trafics de fausses cartes d’étudiants) de la « pourriture du système », comme le déclare un président d’université, où non-contrôle d’assiduité aux cours (trop scolaire ou répressif !) et frais d’inscription dérisoires (au nom de la sacro-sainte et largement formelle… EGALITÉ !) se combinent pour ouvrir la porte à toutes les dérives …

Higher Learning in France Clings to Its Old Ways
Elaine Sciolino
The NYT
May 12, 2006

NANTERRE, France — There are 32,000 students at the Nanterre campus of the University of Paris, but no student center, no bookstore, no student-run newspaper, no freshman orientation, no corporate recruiting system.

The 480,000-volume central library is open only 10 hours a day, closed on Sundays and holidays. Only 30 of the library’s 100 computers have Internet access.

The campus cafeterias close after lunch. Professors often do not have office hours; many have no office. Some classrooms are so overcrowded that at exam time many students have to find seats elsewhere. By late afternoon every day the campus is largely empty.

Sandwiched between a prison and an unemployment office just outside Paris, the university here is neither the best nor the worst place to study in this fairly wealthy country. Rather, it reflects the crisis of France’s archaic state-owned university system: overcrowded, underfinanced, disorganized and resistant to the changes demanded by the outside world.

« In the United States, your university system is one of the drivers of American prosperity, » said Claude Allègre, a former education minister who tried without success to reform French universities. « But here, we simply don’t invest enough. Universities are poor. They’re not a priority either for the state or the private sector. If we don’t reverse this trend, we will kill the new generation. »

It was student discontent on campuses across France that fired up the recent protests against a law that would have made it easier for employers to dismiss young workers. College students were driven by fear that their education was worth little and that after graduation they would not find jobs.

The protests closed or disrupted a majority of France’s universities for weeks, labor unions declared solidarity and eventually the government was forced to withdraw the law.

« Universities are factories, » said Christine le Forestier, 24, a 2005 graduate of Nanterre with a master’s degree who has not found a stable job. « They are machines to turn out thousands and thousands of students who have learned all about theory but nothing practical. A diploma is worth nothing in the real world. »

The problems stem in part from the student revolts of May 1968, which grew out of an unexceptional event at Nanterre the year before. One March evening, male students protesting the sexual segregation of the dormitories occupied the women’s dormitory and were evicted by the police.

A year later, Nanterre students protesting the war in Vietnam occupied the administration building, the first such action by students at a French university. The student revolt spread, turning into a mass movement aimed at transforming the authoritarian, elitist French system of governance. Ultimately 10 million workers left their jobs in a strike that came close to forcing de Gaulle from power.

One result was that the country’s university system guaranteed a free — or almost free — college education to every high school graduate who passed the baccalauréat exam. University enrollment soared. The value of a bachelor’s degree plummeted.

But the state failed to invest much in buildings, facilities and professors’ salaries to make the system work. Today the French government allocates about $8,500 a year to each university student, about 40 percent less than what it invests in each high school student.

Most students are required to attend the universities closest to their high schools. Although certain universities excel in specific fields of study, the course offerings in, say, history or literature are generally the same throughout the country.

Compounding the problem, France is caught between its official promotion of the republican notion of equality and its commitment to the nurturing of an elite cadre of future leaders and entrepreneurs.

Only 4 percent of French students make it into the most competitive French universities — the public « grandes écoles. » But the grandes écoles, along with a swath of semiprivate preparatory schools, absorb 30 percent of the public budget.

They are well-organized, well-equipped, overwhelmingly white and upper middle class, and infused with the certainty that their graduates will take the best jobs in government and the private sector. Students are even paid to attend.

The practice in the United States of private endowments providing a large chunk of college budgets is seen as strange in France. Tuition is about $250 a year, hardly a sufficient source of income for colleges.

But asking the French to pay more of their way in college seems out of the question. When the government proposed a reform in 2003 to streamline curriculums and budgets by allowing each university more flexibility and independence, students and professors rebelled.

They saw the initiative as a step toward privatization of higher education that they feared would lead to higher fees and threaten the universal right of high school graduates to a college education. The government backed down.

At Nanterre, Alexandre Frydlender, 19, a second-year student in law and history, complained about the lack of courses in English for students of international law. But asked whether he would be willing to pay a higher fee for better services, he replied: « The university is a public service. The state must pay. »

A poster that hangs throughout the campus halls echoed that sentiment: « To study is a right, not a privilege. »

Professors lack the standing and the salaries of the private sector. A starting instructor can earn less than $20,000 a year; the most senior professor in France earns about $75,000 a year. Research among the faculty is not a priority.

Because students generally are required to attend the university closest to home, most do not live on campus.

At Nanterre, for example, there are only 1,050 dormitory rooms and a long waiting list. The amenities are few. Twenty-two students share three toilets, three showers and a small kitchen furnished with only a sink and a few electric burners.

« There’s no place where students can hang out, no place to play cards or to watch a movie, » said Jean Giraud, 20, a second-year law student who lives in one of the dorms. « People come for class and then go home. »

While students are ready to protest against something they dislike, there is little sense of belonging or pride in one’s surroundings. During the recent protests over the contested labor law, that attitude of alienation contributed to the destruction of property, even computers and books, at some universities.

The protests also were the latest warning to the French government and private corporations that the university system needs fixing. Officials, entrepreneurs, professors and students alike agree that too many students are stuck in majors like sociology or psychology that make it difficult to move into a different career in a stratified society like France, given the country’s troubled economy.

The fear of joblessness has led many young people in different directions. Students who have the money are increasingly turning to foreign universities or private specialized schools in France, especially for graduate school. And more young people are seeking a security-for-life job with a government agency.

In a speech at the Sorbonne in late April after the labor law was rescinded, Prime Minister Dominique de Villepin pledged « a new pact between the university and the French people. »

Mr. de Villepin, a graduate of the École Nationale d’Administration, the grandest of the grandes écoles, promised more money and more flexibility, saying that as in the United States, a student with a master’s degree in philosophy should be able to become a financial analyst.

When a student asked him to explain how he proposed to do that, Mr. de Villepin had no concrete answer. Instead he talked about the « happiness of the dog that leaves its kennel. »

But flexibility is not at all the tradition in France, where students are put on fixed career tracks at an early age.

« We are caught in a world of limits where there’s no such thing as the self-made man, » said Claire de la Vigne, a graduate of Nanterre who is now doing graduate work at the much more prestigious Institut d’Études Politiques de Paris. « We are never taught the idea of the American dream, where everything is possible. Our guide is fear. »

Des milliers d’étudiants fantômes inscrits dans les universités
Justine Ducharne et Marie-Estelle Pech
13 mai 2006

Pour la seule Sorbonne, la fraude à l’inscription touche 10% à 20% des filières littéraires et encore plus pour certaines langues rares.

ENTRE 10 et 20% des étudiants inscrits en littérature française ou comparée à la Sorbonne en premier cycle ne mettent jamais les pieds en cours ou en TD.

C’est ce que révèle le Comité national d’évaluation – une autorité administrative indépendante – dans un rapport sur l’université Paris-IV Sorbonne, rédigé en mars dernier. «Cela démontre à l’évidence un détournement du statut d’étudiant à d’autres fins que celui de la formation», déplorent les auteurs.

Une situation analogue est relevée dans les filières préparant aux diplômes de biélorusse, bulgare, polonais, serbe et croate ou ukrainien : des disciplines généralement peu fournies qui permettent d’accueillir des étudiants indifférents au sujet de cours qu’ils ne suivront de toute façon jamais. «Les inscriptions administratives sont nombreuses, mais les inscriptions pédagogiques (pour les cours, NDLR) se comptent à l’unité, avec un maximum de 30 pour le polonais», précise encore le rapport. Cette situation exaspère Jean-Robert Pitte, le président de la Sorbonne, qui dénonce ces «étudiants fantômes [qui] profitent du nom et de la réputation de l’établissement à son détriment». Ce phénomène est «aussi un des symptômes de la pourriture du système universitaire français», lâche-t-il.

La plupart des étudiants fantômes prennent une inscription administrative «bidon» pour obtenir la précieuse convention de stage réclamée dans les entreprises. D’autres cherchent à bénéficier de la sécurité sociale étudiante, de la mutuelle, ou des réductions (transport, cinéma) qu’offre la carte d’étudiant. Cette forme de triche est connue de longue date et n’est pas propre à la Sorbonne et ses 26 000 étudiants, admettent à mots couverts les présidents d’université.

«Système institutionnalisé»

Mais aucune étude globale n’existe sur le sujet tant il est sensible. Ces fausses inscriptions sont d’autant plus courantes qu’aucun contrôle d’assiduité n’existe à la fac. «On connaît le problème, indique Yannick Vallée, le vice-président de la Conférence des présidents d’universités, mais c’est très variable d’une filière à l’autre». La fraude serait ainsi plus répandue dans les disciplines de sciences humaines ou les études juridiques que dans les disciplines scientifiques, estime-t-il. «Nous avons une réflexion à mener, mais ce n’est pas si simple car le système est institutionnalisé dans certaines universités», observe Yan nick Vallée, qui précise que les entreprises réclament des conventions avec les universités pour accorder des stages.

L’université profite par ailleurs du phénomène. La dotation globale annuelle versée par l’État dépend en effet du nombre d’étudiants et les facs empochent 150 euros par inscription, même fantôme. «La Sécurité sociale et l’État sont lésés par ces faux étudiants… Mais aucune université n’a envie de voir sa dotation globale baisser alors que nous sommes déjà tous sous-dotés», note Jean-Robert Pitte. Connu pour son franc-parler, le président de la Sorbonne ne voit pas de solution miracle, à part l’augmentation des droits d’inscription. «S’ils passaient à 1 000 euros par an, s’exclame-t-il, on n’aurait plus de faux étudiants.»

Les fausses inscriptions sont d’autant plus courantes, ici à la Sorbonne, qu’aucun contrôle d’assiduité n’existe en faculté. Paul Delort/Le Figaro.

Des cours de swahili ou de finnois «pour la sécu»
J. D. et M.-E. P.
13 mai 2006

Le rapport qualité/prix du régime étudiant attire toutes les convoitises. Sans parler des avantages pour les sorties et les voyages.

«Pour obtenir mon stage dans une entreprise informatique, j’ai décidé de me réinscrire en gestion, des études que j’avais arrêtées deux ans plus tôt. Je me suis retrouvé en licence à Bordeaux. L’inscription administrative s’est faite sur Internet en cinq minutes», raconte Stéphane, un jeune parisien. Trois jours plus tard, il recevait sa carte d’étudiant, le sésame «pour les réductions cinéma, coiffeur, SNCF, les auberges de jeunesse, la carte Imagine R du métro, etc.»

Rien de plus facile, en effet, que de s’inscrire à l’université en toute légalité sans aucune intention d’en suivre l’enseignement. Comme dans le cas de Stéphane, la recherche d’un stage est bien souvent la première des motivations.

Mais pour nombre d’étudiants «fantômes», il s’agit aussi de bénéficier de réduction dans les transports. «J’ai réalisé que je ne pouvais plus bénéficier de billets d’avions à moindre prix», se souvient Emmanuelle, alors âgée de 23 ans et chargée de communication dans une entreprise privée. Mais je m’y suis prise très tardivement, au mois d’octobre. Seules les «Langues O» offraient encore la possibilité de bénéficier d’une inscription étudiante». Informations prises sur le site Internet de l’Institut national des langues orientales, Emmanuelle passe au guichet des inscriptions et annonce vouloir étudier le chinois. La discipline affiche complet. Qu’à cela ne tienne, une inscription en… finnois en poche et délestée d’un chèque de 140 €, Emmanuelle reçoit chez elle, une semaine plus tard, sa carte d’étudiante. L’année suivante, elle falsifie sa carte. «Je n’allais tout de même pas repayer les frais de scolarité…», confie la jeune femme, dont le frère et les deux soeurs pratiquent la même arnaque chaque année, depuis plusieurs années à l’université de Toulouse.

Multiples bénéfices

L’excellent rapport qualité/prix de la Sécurité sociale étudiante encourage plus d’un fraudeur. A Paris, plusieurs avocats racontent s’être inscrits à la fac dans ce seul but. «Ce régime est beaucoup plus avantageux que celui des professions libérales qui est trois à quatre fois plus cher», raconte Anne-Cécile, avocate dans un cabinet de droit social depuis trois ans et inscrite parallèlement en thèse de droit fiscal. Elle n’en écrira pas une ligne… Jeune avocat dans un cabinet d’affaires, Etienne, lui, s’est inscrit à l’Inalco «au hasard» dans une langue africaine, le swahili. «Ce type de fraudes est très répandu parmi les jeunes avocats en première et deuxième année de collaboration», croit-il savoir.

Eva, une jeune juriste, s’est, elle, inscrite à «une maîtrise de droit public que je n’ai jamais faite» pour continuer à bénéficier de la «sécu» alors qu’elle avait décidé de faire un tour d’Europe en six mois. «Je m’étais inscrite à la fac dans un but purement financier», se souvient-elle en détaillant les multiples bénéfices de la carte d’étudiant, notamment les substantielles réductions sur les billets d’avion et les hôtels.

Sinon, y a toujours aussi… l’Angleterre !

“Pour les jeunes travailleurs étrangers, voués en majorité aux petits boulots, la Grande-Bretagne n’est pas un « nouvel eldorado ». En témoignent les galères qu’ils traversent à la recherche d’un logement correct et pas trop cher ou pour ouvrir un compte en banque. Mais ils travaillent, améliorent leur anglais, et enchaînent les expériences, dans une capitale vibrante et stimulante, et c’est pour eux l’essentiel.”

“Encore faut-il savoir ne pas trop longtemps s’enliser dans des emplois non qualifiés, un stigmate qui nuit ensuite à la progression professionnelle. Vladimir Cordier évite ce piège et, après un passage par le télémarketing, intègre une jeune start-up dopée aux « stéroïdes financiers » au plus fort de la vague Internet, avant d’occuper
diverses fonctions au sein de multinationales britanniques et américaines. Aujourd’hui, neuf ans après son arrivée à Londres, il est l’un des quelque 300 000 à 400 000 Français qui, selon les estimations du consulat général, vivent au Royaume-Uni. Il n’a pas la moindre intention d’en partir.”

“Ce que la plupart des jeunes Français installés outre-Manche, apprécient avant tout, c’est que leurs recruteurs leur fassent confiance et leur donnent leur chance, sans complaisance mais sans a priori. L’employeur britannique ne sacralise pas le diplôme, qui est surtout, à ses yeux, la preuve que son détenteur possède une capacité à comprendre. Le nouvel arrivant apprendra sur le tas, aidé par ses
collègues. Le foisonnement d’écoles et d’instituts spécialisés offrant des cours du soir ou en ligne pour adultes de tout niveau lui permettra d’accélérer la formation de son choix.”

“Un monde de l’entreprise où il règne une atmosphère décontractée, peu guindée, où « la porte des managers est toujours ouverte », et où la direction laisse une grande autonomie de décision aux employés qui le méritent.”

“en France, où l’éducation privilégie un enseignement général, les employeurs exigent pourtant d’un candidat à l’embauche une spécialisation dans un cursus particulier ; en Grande-Bretagne, où les étudiants se concentrent très jeunes sur trois ou quatre matières au maximum, cette spécialisation n’a guère d’importance au moment de leur recrutement. D’où le fait que certains jeunes Français soient appréciés des patrons britanniques pour leur vaste culture générale et leur bonne
connaissance des langues.”

Pourquoi les jeunes Français partent à Londres
Le Monde du 03.05.06

6 Responses to Universités françaises: A 200 euros, t’as plus rien! (French high ed: Last one out, turn off the lights)

  1. […] président d’université – ce qui en dit probablement plus long sur l’indigence des conditions de rémunération de ces derniers -, trois fois plus qu’un ministre – il est vrai […]

    J'aime

  2. […] président d’université – ce qui en dit probablement plus long sur l’indigence des conditions de rémunération de ces derniers -, trois fois plus qu’un ministre – il est vrai […]

    J'aime

  3. click here. dit :

    Hello! Would you mind if I share your blog with my facebook group?
    There’s a lot of people that I think would
    really appreciate your content. Please let me know.
    Cheers

    J'aime

  4. jcdurbant dit :

    LAST ONE OUT TURN OFF THE LIGHTS (French universities face perfect storm of both enrolment boom and investment bust)

    « La hausse des effectifs cette année représente l’équivalent de quatre nouvelles universités, et depuis le début du quinquennat, c’est comme si huit ou neuf établissements invisibles avaient été créés… »

    Thierry Mandon (ministre de l’Enseignement supérieur

    La rentrée 2015 s’annonce comme celle de tous les records : les universités devraient accueillir 65 000 étudiants en plus, selon la projection que doivent annoncer mercredi 16 septembre la ministre de l’éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, et le secrétaire d’Etat à l’enseignement supérieur, Thierry Mandon, lors de la conférence de presse de rentrée. En 2013 et 2014, la hausse était de 30 000 étudiants par an. Au début des années 2010, elle n’était « que » de 10 000. La Conférence des présidents d’universités fait état, elle, d’une croissance de 50 000 étudiants.

    http://www.lemonde.fr/…/les-universites-confrontees-a-l-exp…

    http://www.education.gouv.fr/…/previsions-d-effectifs-d-ele…

    http://masalledecoursvacraquer.tumblr.com/image/129581151770

    http://universiteenruines.tumblr.com/

    J'aime

  5. jcdurbant dit :

    DON’T STUDY TOO HARD (Lack of social life and extracurricular activities can actually keep lower class students from elite schools and jobs)

    Whether intentionally or not, elite parents expose their children to different experiences and styles of interacting that are useful for getting ahead in society. Many of these are taken for granted in upper and upper-middle class circles, such as how to prepare a college application (and having cultivated the right types of accomplishments to impress admissions officers), how to network in a business setting in a way that seems natural, and how to develop rapport with teachers, interviewers, and other gatekeepers to get things you want from those in power. Basically, if we think of economic inequality as a sporting competition, elite parents give their kids a leg up, not only by being able to afford the equipment necessary to play but also by teaching them the rules of the game and giving them insider tips on how to win.

    Working and lower-middle-class children are less likely to participate in structured extracurricular activities than their more privileged peers while growing up (and when they do, they tend to participate in fewer of them). This hurts their job prospects in two ways. First, it affects the types of schools students attend. Elite universities weigh extracurricular activities heavily in admissions decisions. Given that these employers—which offer some of the highest-paying entry-level jobs in the country—recruit almost exclusively at top schools, many students who focus purely on their studies will be out of the game long before they ever apply to firms. Second, employers also use extracurricular activities, especially those that are driven by “passion” rather than academic or professional interest and require large investments of time and money over many years, to screen résumés. But participation in these activities while in college or graduate school is not a luxury that all can afford, especially if someone needs to work long hours to pay the bills or take care of family members. Essentially, extracurriculars end up being a double filter on social class that disadvantages job applicants from more modest means both in entering the recruiting pipeline and succeeding within it.

    Quite simply, we like people who are similar to ourselves. Ask anyone what constitutes a good driver, leader, or parent, and chances are they will describe someone like themselves. The same is true for how people think of merit in the working world. Most employees in these firms are graduates of highly elite undergraduate or graduate programs and believe that’s where talent really resides. In addition, given how segregated our society has become socioeconomically, people who grow up in upper-middle or upper-class communities where college attendance is the norm may not realize structural factors that influence educational pathways and erroneously view university prestige as a reflection of ability alone. Finally, national rankings matter. Rankings provide an easily quantifiable, presumably “scientific” way of making sense of the myriad of educational institutions out there. They both reinforce beliefs that school prestige equals student quality (even though things having nothing to do with students’ abilities factor into a university’s rank) and serve as a convenient justification for limiting recruitment to a small number of elite schools with strong alumni ties to firms.

    The purpose of the book was to reveal how taken-for-granted ideas about what merit is and how best to measure it contribute to class inequalities at the top of the U.S. economic ladder. I certainly did not intend for the book to be interpreted as a how-to manual. However, given rising levels of anxiety about class position among the relatively advantaged and the high stakes of getting jobs in these firms, I’m not entirely surprised that some people are using it as a tool to try to game the system. I have mixed feelings about this. On one hand, it can help groups currently disadvantaged in the hiring process, such as working class students and racial minorities, break into these jobs. On the other hand, it can benefit the already advantaged and reinforce the types of inequalities documented in the book. My hope, however, is that the research will open employees’ eyes about inequities and inefficiencies in the way hiring is currently done in these firms and motivate change in a positive direction.

    https://www.washingtonpost.com/blogs/monkey-cage/wp/2015/09/23/why-are-working-class-kids-less-likely-to-get-elite-jobs-they-study-too-hard-at-college/

    J'aime

  6. jcdurbant dit :

    Outre-Manche les universités prestigieuses rapportent plusieurs milliards d’euros en droits d’inscription. Outre-Rhin, une quinzaine d’universités sont entièrement privées et la coopération entre recherche universitaire et secteur industriel est de rigueur partout. Outre-Atlantique les grandes firmes s’implantent au coeur des campus. Dans l’Hexagone, en revanche, la part du financement privé dans les universités est moitié moindre que dans les pays de l’OCDE. De plus, un ministre français issu du milieu scientifique est aussi rare qu’une météorite, alors que les Allemands ont à leur tête un docteur ès sciences en physique.

    Le diplôme de doctorat, même scientifique, n’a jamais été reconnu comme une valeur ajoutée dans l’industrie ni dans les administrations publiques françaises. L’ombre faite par les grandes écoles n’explique pas à elle seule cette situation, car ailleurs on s’arrache les « PhD » des grandes universités. C’est bien une question « d’employabilité » de nos doctorants qui est en cause. Pour caricaturer, quand en France on étudie les mécanismes fondamentaux de la combustion, en Allemagne on va améliorer la combustion d’un moteur… avec un excédent commercial à la clef. Ce faisant, ils font aussi avancer la recherche fondamentale « noble », en ayant bien plus de prix Nobel que nous.

    En France, un certain « mandarinat » des directeurs de thèse fait que les étudiants sont cloisonnés et asservis. Ils ont tous l’espoir d’un poste statutaire d’enseignant-chercheur à la fin de leurs études, mais seuls 5 % accéderont à ce « privilège ». Les autres devront se débrouiller, y compris en quittant le pays. Ce phénomène ne peut que s’accentuer vu que des centaines de milliers d’étudiants supplémentaires vont se presser sur les bancs des universités dans les dix prochaines années. Une particularité française est la focalisation sur les aspects structurels ou organisationnels, qui finissent par devenir un but en soi et non plus un moyen. Il est vrai que la peur des mouvements contestataires dans ce pays est une épée de Damoclès qui décourage les réformes de fond sur la compétitivité et l’attractivité. Une autre caractéristique est un certain degré de suffisance qui fait que les Français évitent de se jauger par rapport aux autres.

    Rendre obligatoire des stages en entreprise afin de valider un doctorat ou inciter fortement la mobilité des chercheurs entre le public et le privé serait déjà une première étape. Cela casserait le cercle vicieux du manque d’intérêt du privé pour les doctorats et de la défiance des scientifiques vis-à-vis du secteur privé. Une mise en concurrence réelle des universités – avec une gouvernance professionnelle – serait également salvatrice ; ce qui implique une autonomie plus large comme cela est la règle dans les pays qui figurent en haut du palmarès. Enfin, des mesures fiscales supplémentaires sont incontournables pour favoriser le cofinancement public-privé. Encore faut-il pour tout cela un vrai ministère de la Recherche et de l’Enseignement supérieur…

    L’état de nos universités est aussi la conséquence des défauts de l’enseignement primaire et secondaire : un système qui inculque trop souvent une peur de l’échec et induit une castration de la créativité. La compétition individualiste dès le plus jeune âge nous sera également fatale car l’avantage compétitif est du côté de ceux qui partagent l’information. La Californie a ainsi basculé avec succès dans l’ère de la co-innovation multidisciplinaire, et vient de passer devant la France en tant que puissance économique.

    La recherche doit être au service des citoyens. Une vision de société – basée sur un exercice de prospective technologique – peut guider les orientations et les priorités, sans pour autant opposer dans une bataille d’arrière-garde la recherche fondamentale et appliquée. Une chose est sûre, l’université française ne peut pas rester dans son univers parallèle, car celui-ci n’est pas en expansion, il risque même l’implosion.

    Didier Schmitt est un ancien membre du Bureau des conseillers de politique européenne, à la Commission européenne.

    http://www.lesechos.fr/idees-debats/sciences-prospective/0211118617456-ce-brainxit-qui-menace-les-universites-francaises-2017418.php?tXb3dWoXSTZKsvHh.99

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :