Société: Après la soviétisation des esprits, la… maternisation !

Homo_3C’est le sens de l’histoire (…) Pour la première fois en Occident, des hommes et des femmes homosexuels prétendent se passer de l’acte sexuel pour fonder une famille. Ils transgressent un ordre procréatif qui a reposé, depuis 2000 ans (sic), sur le principe de la différence sexuelle. Evelyne Roudinesco
Les enfants adoptés ou nés sous X revendiquent aujourd’hui le droit de connaître leur histoire. Nul n’échappe à son destin, l’inconscient vous rattrape toujours. (…)  les enfants adoptés ou issus de la PMA ne sortent jamais indemnes des perturbations liées à leur naissance. Il faut rester ouvert, être attentif à leurs questions, s’ils en posent, et surtout ne pas chercher à cacher la vérité. L’idéal serait de trouver une position équilibrée entre le système de transparence absolue à l’américaine et le système de dissimulation à la française, lequel, ne l’oublions pas, reposait autrefois sur une intention généreuse d’égalité des droits entre les enfants issus de différentes filiations. Evelyne Roudinesco

Ils nous avaient pas déjà fait le coup avec le… bolchévisme ?

Mais, c’est vrai, comme on est partis, pourquoi garder l’archaïque et multimillénaire interdit de l’inceste et pourquoi continuer à interdire le mariage de la mère et du fils, du père et de la fille ou du frère et de la sœur, ou, tant qu’on y est… mère-fille, père-fils, frère-frère ou sœur-soeur?

Et d’ailleurs si avec les progrès de la science, la sexualité n’est plus indispensable à la reproduction, pourquoi continuer à s’embarrasser, alors qu’on a la dialyse pour l’élimination des toxines, d’organes aussi archaïques que… les reins ?

Au moment où l’Italie sacrifie à son tour à la mode du soi-disant « mariage homosexuel », il n’est peut-être pas inutile de revenir un moment sur les inanités que sous prétexte de modernité, on nous assène depuis quelques années. Comme cet entretien de 2002 où, à l’occasion de la sortie de son dernier livre au titre si éloquent (« La Famille en désordre »*), la plus chic de nos psychanalystes, Evelyne Roudinesco, plaide pour l’homoparentalité et « retrace depuis le xviiie siècle le parcours de cette tribu insolite qu’est la famille ».

Le nouveau désordre familial
Parents homos: « C’est le sens de l’histoire »

Le Nouvel Observateur
3 octobre 2002

Le Nouvel Observateur. – Vous décrivez dans votre ouvrage les grandes mutations de la famille. Quel est selon vous le plus grand bouleversement qu’elle ait subi?

Elisabeth Roudinesco. – La perte de l’autorité paternelle, sans doute. «En coupant la tête du roi, la Révolution a fait tomber la tête de tous les pères de famille», a écrit Balzac. Au cours du xxe siècle, le père a perdu la quasi-totalité de ses pouvoirs. Les femmes, libérées par la contraception, se sont progressivement émancipées, jusqu’à décider, dans certains cas, de se passer des hommes pour fonder un foyer. Les fils se sont mis à critiquer la toute-puissance des patriarches. La famille s’est maternalisée, privilégiant la relation mère-enfant. Depuis, les pères tentent difficilement de trouver leur place. La famille contemporaine est totalement désordonnée, c’est une tribu insolite, fragile et névrosée…

N. O. – … une tribu qui selon vous n’a jamais été autant plébiscitée.

E. Roudinesco. – Après avoir été tant critiquée en 1968, elle est maintenant aimée, rêvée. On lui demande d’être tout à la fois: le creuset de l’épanouissement individuel, du bonheur et du plaisir sexuel, la grande forteresse dans laquelle se ressourcer dans un monde dépressif… Ainsi la famille contemporaine se cherche, se transforme, elles est monoparentale, homoparentale, recomposée, déconstruite… Et pourtant elle reste la cellule de base de la société, notamment parce qu’elle est indispensable à la structuration du sujet. C’est ce que Freud entendait démontrer avec la thèse du meurtre du père et de la réconciliation nécessaire des fils avec la figure paternelle. La famille, c’est le lieu par lequel le sujet construit inconsciemment son autonomie, à travers une relation conflictuelle avec ses parents, représentants de l’autorité.

N. O. – Remplit-elle toujours aussi bien ce rôle, alors que l’autorité paternelle est en crise?

E. Roudinesco. – Je ne fais pas partie des souverainistes qui s’alarment de la fin de l’autorité de l’école, de la République ou du père. Je ne crois pas que la paternité soit réellement en danger, bien qu’elle ait tout perdu. (???) Un certain type d’autorité est en train de disparaître, mais la société va accoucher d’autres formes d’ordre symbolique. Au XIXe, les penseurs conservateurs redoutaient l’émancipation des femmes. Ils disaient: «Si elles travaillent, si elles se mettent à porter des pantalons et à revendiquer une sexualité épanouie, c’est la fin de la différence des sexes et la mort de la famille.» C’était simplement la fin d’un certain mode de famille… Aujourd’hui, on n’accuse plus les femmes, mais les homosexuels. L’homophobie actuelle traduit la même peur qu’une sorte d’apocalypse ne vienne ravager la société.

N. O. – Ce sont d’ailleurs les homosexuels, leur désir revendiqué de se mettre en couple et d’élever des enfants qui vous ont amenée à vous intéresser à la famille…

E. Roudinesco. – C’est vrai, je ne m’attendais pas à ce que les homosexuels souhaitent recréer un ordre familial qu’ils avaient si longtemps, si violemment contesté. Je suis désormais persuadée que le sida, qui a décimé toute une génération très jeune, a dû considérablement accroître le désir des gays d’engendrer et de transmettre. J’ai écouté les débats sur l’homoparentalité et j’ai été très frappée par la violence des propos tenus par certains psychanalystes. Ils se sont posés en pseudo-experts, ont affirmé: «C’est impensable, impossible, parce que c’est contraire à la nature, au complexe d’Œdipe, parce que ça ne s’est jamais vu», sans aucun recul, sans jamais essayer de comprendre ce qui se jouait là, dans ce mouvement de l’histoire. A force d’être sollicités par les pouvoirs publics et les médias, certains représentants des sciences humaines ont aujourd’hui tendance à s’ériger en gendarmes ou en techniciens du bien et du mal, ce que je trouve dangereux.

N. O. – Comment expliquer ces réactions?

E. Roudinesco. – Pour la première fois en Occident, des hommes et des femmes homosexuels prétendent se passer de l’acte sexuel pour fonder une famille. Ils transgressent un ordre procréatif qui a reposé, depuis 2000 ans, sur le principe de la différence sexuelle. A la limite, on pouvait imaginer que des homosexuels puissent élever des enfants, mais l’idée qu’ils veuillent le faire en couple a été un choc…

N.O. – Vous militez aujourd’hui pour une reconnaissance des familles homoparentales. Pourquoi?

E. Roudinesco. – A partir du moment où l’on considère l’homosexualité comme une sexualité ordinaire, je ne vois pas pourquoi on continue à discriminer les parents gays et lesbiens. D’autant que personne ne peut dire que les enfants d’homosexuels sont plus perturbés que les autres, qu’ils sont élevés avec moins d’amour et d’attention. Il faudra bien admettre un jour qu’ils portent, comme d’autres, la trace singulière d’un destin difficile. Et il faudra bien admettre aussi que les parents homosexuels sont différents des autres parents. C’est pourquoi notre société doit les accepter tels qu’ils sont, en leur accordant les mêmes droits et les mêmes devoirs. (???) Et ce n’est pas en se contraignant à être «normaux», à participer à des enquêtes prouvant que leurs petits vont parfaitement bien ou sont à l’aise avec le sexe opposé que les gays et lesbiennes parviendront à prouver leur aptitude à être de bons parents. Car, en cherchant à convaincre ceux qui les entourent que jamais leurs enfants ne deviendront homosexuels, ils risquent de donner d’eux-mêmes une image désastreuse. Rappelez-vous: tous les enfants héritent dans leur inconscient de l’enfance de leurs parents, de leur désir et de leur histoire.

N. O. – C’est pour cela que vous critiquez la culture du secret, qui, dans les adoptions mais aussi dans les PMA (procréations médicalement assistées) avec donneur inconnu, conduit à dissimuler les origines biologiques de l’enfant…

E.Roudinesco. – Je pense que ces habitudes françaises, qui consistent à assimiler filiation adoptive et biologique, ont vécu. On l’a vu d’ailleurs très clairement lors des débats sur la réforme de l’accouchement sous X. Les enfants adoptés ou nés sous X revendiquent aujourd’hui le droit de connaître leur histoire. Nul n’échappe à son destin, l’inconscient vous rattrape toujours.

N. O. – Mais faut-il toujours tout dire? Avouer par exemple à un enfant qu’il a été conçu avec le sperme d’un inconnu?

E. Roudinesco. – Non, évidemment. Je ne suis pas pour assommer tout le monde avec des vérités dès l’âge de 2 ans. Dans ce domaine, chaque histoire est inédite, et il faut réfléchir au cas par cas. Mais, à mon sens, les enfants adoptés ou issus de la PMA ne sortent jamais indemnes des perturbations liées à leur naissance. Il faut rester ouvert, être attentif à leurs questions, s’ils en posent, et surtout ne pas chercher à cacher la vérité. L’idéal serait de trouver une position équilibrée entre le système de transparence absolue à l’américaine et le système de dissimulation à la française, lequel, ne l’oublions pas, reposait autrefois sur une intention généreuse d’égalité des droits entre les enfants issus de différentes filiations.

Propos recueillis par Sophie des Déserts

(*) «La Famille en désordre», Fayard, 252 p., 18 euros.

http://www.france.qrd.org/assocs/apgl/presse/nobs20021003.htm

8 Responses to Société: Après la soviétisation des esprits, la… maternisation !

  1. […] C’est le sens de l’histoire (…) Pour la première fois en Occident, des hommes et des femmes homosexuels prétendent se passer de l’acte sexuel pour fonder une famille. Ils transgressent un ordre procréatif qui a reposé, depuis 2000 ans (sic), sur le principe de la différence sexuelle. Evelyne Roudinesco […]

    J'aime

  2. […] C’est le sens de l’histoire (…) Pour la première fois en Occident, des hommes et des femmes homosexuels prétendent se passer de l’acte sexuel pour fonder une famille. Ils transgressent un ordre procréatif qui a reposé, depuis 2000 ans, sur le principe de la différence sexuelle. Evelyne Roudinesco […]

    J'aime

  3. […] C’est le sens de l’histoire (…) Pour la première fois en Occident, des hommes et des femmes homosexuels prétendent se passer de l’acte sexuel pour fonder une famille. Ils transgressent un ordre procréatif qui a reposé, depuis 2000 ans, sur le principe de la différence sexuelle. Evelyne Roudinesco […]

    J'aime

  4. […] C’est le sens de l’histoire (…) Pour la première fois en Occident, des hommes et des femmes homosexuels prétendent se passer de l’acte sexuel pour fonder une famille. Ils transgressent un ordre procréatif qui a reposé, depuis 2000 ans, sur le principe de la différence sexuelle. Evelyne Roudinesco […]

    J'aime

  5. […] C’est le sens de l’histoire (…) Pour la première fois en Occident, des hommes et des femmes homosexuels prétendent se passer de l’acte sexuel pour fonder une famille. Ils transgressent un ordre procréatif qui a reposé, depuis 2000 ans, sur le principe de la différence sexuelle. Evelyne Roudinesco […]

    J'aime

  6. I have read so many content on the topic of the blogger lovers except this post is actually a nice
    article, keep it up.

    J'aime

  7. salut, je voulais savoir si quelqu’un avait une astuce pour chuter
    enceinte rapidement.

    J'aime

  8. Abbey dit :

    Abbey
    And yet when it comes to gender I’m not quite sure how I would approach raising a child.
    I am not certain of my own gender, but I am finding this journey easier than I found figuring out my orientation. Well, perhaps easier is the wrong way of putting it.

    male sex toys When storms take a track to our west, most of what usually falls is rain. However, when there is enough cold air in place before the storm, it starts
    as snow before usually changing over to a mix or just rain. These are tricky
    forecasts, and we think we’ll have our share of them this winter..

    male sex toys

    butt plugs Wilson is not autobiographical, but even without
    Ghost World’s anagrammatic clues (Enid Coleslaw =
    Daniel Clowes) one is again struck by the anger in Clowes’ work,
    which seems to possess a self lacerating quality.
    No doubt Clowes sees some dark parts of himself in Wilson. If so, he’s not alone:
    To read Wilson is to grapple with some bleak truths about
    ourselves. butt plugs

    He said: « If you put them (condoms) in your bag or jacket, it might not be easy to fetch it when you need it. Thre real question though is: where would you put your lube bottle? In the undies, too? »Is that a bottle
    of bodyglide in your pocket or are you happy to see me? »I think the actual idea of a reminder once you get undressed isn’t all that bad (even though I think safer sex should be so automatic that you don’t need one). Attention grabbing.

    cheap vibrators It’s like the reverse of Italian bread, rigid and firm on the inside, soft and squishy on the outside. YUM. This makes it perfect for riding and thrusting, because the firm core keeps it from folding on you at inopportune times and the shell of a soft semi realistic material with that real skin plush but not the real skin texture. cheap vibrators

    male sex toys While this toy is on the smaller end of the spectrum, if traveled with this will easily be identified for its use if found by TSA or someone else in your luggage. If you’re not easily embarrassed, this toy can fit easily into your luggage along with the included charger. If the user decides to travel with it, they need to make sure that the toy cannot be turned on while traveling. male sex toys

    butt plugs Certainly, the vast majority of people do. But there are some people who don’t seem to: it’s commonly estimated as around 1 2% of the population (which when you think about it, is actually quite a lot of people).Some of those folks identify themselves as asexual. From a literal and biological perspective, asexuality means something without sex organs, or reproduction without sex or pairing. butt plugs

    dildos Direct straight up and down is not optimal, but also not a problem. So it’s not cheap, but well worth the investment in my opinion. Also KissKiss delivery was great as usual. You and she might like to talk about peanut butter, and eat it on toast. You might even do this together. That’s a constructive bonding commonality. dildos

    Most beginners aren’t going to dive into a 24/7 lifestyle of sadomasochism and that’s just fine. Start by buying a vibrator (if you don’t own one already). Talk to your partner about using sex toys together. Dreaming of a new kind of solitary pleasures? IMTOY meets your expectations with its interactive masturbator « Piu ». This sex toy for men offers completely unique masturbation experiences. Just connect it to your mobile phone or tablet via Bluetooth, then choose your favourite porn movie.

    cheap sex toys I recently learned about Miss Ann, a renowned Dominatrix and Dungeon Master (past) in our city who has recently turned to politics. Interesting, right. She singleI recently learned about Miss Ann, a renowned Dominatrix and Dungeon Master (past) in our city who has recently turned to politics. cheap sex toys

    cheap sex toys « Biology is notoriously nonlinear and full of thresholds beyond which
    all hell breaks loose, at least for a while, » said Daniel R. Brooks, an evolutionary biologist and senior research fellow at the University of Nebraska’s Manter Laboratory of Parasitology. « Think of
    a heart attack as an analogy. cheap sex toys

    vibrators Why would you get a uniform view of how atheists think.

    Atheism is not a belief system, we do not follow a set of rules or any
    dogma. We simply o not believe in any gods. Plenty of people just have very fast metabolisms and remain quite slender,
    even thin, despite eating the entire grocery store.
    The target of the concern, however, is anorexia, not general thinness.

    Young women dying at 66 lbs because they cannot mentally bring themselves to eat at all is the problem, and that is fueled by the fashion and entertainment industries who define beauty and acceptability by an ever increasingly dangerous standard of underweight vibrators.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :