Diplomatie: Capitulation préventive et soviétisation des esprits (Looking back on Chirac’s weasel diplomacy)

Weasels at the UN (Feb. 2003) C’est un moment génial de l’histoire de France. Toute la communauté issue de l’immigration adhère complètement à la position de la France. Tout d’un coup, il y a une espèce de ferment. Profitons de cet espace de francitude nouvelle. Jean-Louis Borloo (ministre délégué à la Ville, avril 2003)

Toujours à l’approche du deuxième anniversaire du déclenchement de l’Opération Liberté pour l’Irak et au moment où un début de « printemps arabe » semble s’annoncer dans toute la région, nous revenons sur cette étrange période et cette étrange passion qui nous ont saisis tous ou presque …

Avec la volonté de revisiter et de faire (re)connaitre – en une manière d’hommage – les quelques rares textes et articles qui avaient alors tenté de résister à la pression majoritaire, à cette sorte d’hystérie tour à tour anti-américaine et anti-israélienne …

Et quel meilleur texte, pour ouvrir cette petite remontée dans le temps, que celui d’une … soviétologue ! Françoise Thom, qui dans une tribune du Figaro (découverte bien plus tard en fait sur le site upjf.org), avait pour moi brusquement redonné tout son sens au réalisme socialiste de cette vieille façade de la Mairie de Montreuil, comme soudain réveillé par cette banderole d’un autre âge.

Quelle meilleure analyse de cette subite soviétisation des esprits que celle qui décrit une France ayant « chaussé les bottes de la défunte Union Soviétique », aux prises à une « malsaine communion française dans l’anti-américanisme » et à un ‘antibushisme’ ayant repris la place de l’ « antifascisme des années 30 et 40 »? Implacable analyse qui n’a en effet pas pris une ride et prend même un an plus tard une étrange coloration… prophétique !

La capitulation préventive
Françoise Thom
Le Figaro
Le 6 mai 2003

La France est devenue le pays du consensus à outrance. Dans aucun domaine ce consensus n’est aussi visible que dans celui de la politique étrangère. Et pourtant, dans aucun domaine les choix des dirigeants français ne devraient être davantage soumis à un examen critique et à un débat, étant donné leurs implications et leurs conséquences probables sur l’évolution du pays et celle de l’Europe.

Malheureusement, ce débat n’est guère possible, car les Français sont quotidiennement soumis au tir continu d’une presse bétonnée par le gaullo-gauchisme. Ils sentent instinctivement les dangers auxquels les exposent les orientations imprimées à la diplomatie française par le duo Chirac-Villepin. Ils sont mal à l’aise devant les bouleversements récents de l’ordre international et l’évolution intérieure de la France, mais leurs élus, intimidés par la pensée unique distillée à longueur d’émissions et d’articles, ne se font que rarement l’écho de l’inquiétude sourde éprouvée par la France d’en bas.

Dans ce qui a été fait, rien n’est réparable. Mais ce n’est pas une raison pour persévérer dans la fuite en avant. La page de la crise irakienne se tourne. Le moment est venu de faire une pause et de dresser le bilan de notre action récente.

Pour juger une politique étrangère, il faut se poser deux questions. La première est de savoir si cette politique favorise la réalisation des objectifs qu’elle s’est fixés. La seconde consiste à se demander si ces objectifs correspondent à l’intérêt réel du pays.

L’objectif prioritaire de la diplomatie française est le containment inconditionnel des Etats-Unis

Quoi que ceux-ci entreprennent, la France juge indispensable de leur mettre des bâtons dans les roues. Nos néo-gaullistes estiment que la France retrouvera un rang digne d’elle sur la scène internationale si elle prend la tête de l’opposition à l' »hyperpuissance » américaine.

La France chiraquienne est européenne parce qu’elle conçoit l’Europe comme un pôle rival des Etats-Unis, et elle se voit sans peine en position hégémonique dans cette Europe anti-américaine.

La France chiraquienne défend l’ONU, autrefois traité de « machin » par le général de Gaulle, parce que son siège au Conseil de Sécurité lui semble un instrument privilégié dans ce containment des Etats-Unis , tout en lui conférant un poids dans la communauté internationale, auquel ni ses succès économiques, ni son rayonnement culturel ne l’autorisent plus aujourd’hui à prétendre.

Ainsi donc, les buts que s’est assignés la politique étrangère chiraquienne sont la lutte contre l’ unilatéralisme américain, la transformation de la PESC de déclaration d’intention en réalité institutionnelle, l’élévation de la France au rang de puissance écoutée sur la scène mondiale.

Or, sur tous ces objectifs, la France a obtenu des résultats opposés à ceux qu’elle poursuivait.

L’obstruction française aux Nations-Unies, la tournée faite dans quatorze capitales par le ministre des Affaires Etrangères français pour bloquer le recours à la force contre Saddam, s’ajoutant à des camouflets plus anciens, comme l’attribution de la présidence de la commission des Droits de l’homme à la Libye, ont encore accentué le penchant, déjà prononcé, de l’administration américaine pour l’ unilatéralisme . Plus que jamais, les Etats-Unis se désintéressent de l’ONU. Or, l’expérience passée montre que, sans la puissance américaine, l’ONU n’a qu’une existence formelle. L’attitude française a donc sabordé les Nations-Unies, dont Paris prétendait réaffirmer le rôle.

De même, les persévérants efforts français pour saboter l’OTAN semblent avoir porté leurs fruits après le refus franco-allemand d’une assistance militaire de l’alliance à la Turquie. Là encore, le comportement français n’a fait qu’accentuer la pente déjà prononcée de l’administration Bush vers l’unilatéralisme.

Voyons maintenant les fruits de la diplomatie chiraquienne en Europe.

A lire le compte-rendu des nombreux débats qui agitent la convention européenne, on a l’impression que l’unité des Européens ne se fait que sur un point: la nécessité de contenir les ambitions de la France.

Paris s’est bercé de l’illusion de la résurrection du couple franco-allemand. Il suffit de lire la presse allemande pour se rendre compte qu’outre-Rhin, on nous en veut beaucoup d’avoir exploité un moment difficile pour l’Allemagne, l’isolement dans lequel Berlin s’est trouvé après une campagne électorale faisant appel à l’anti-américanisme. L’Allemagne a pris peur devant les outrances françaises

« Personne ne sait au juste ce qui pousse Chirac à s’opposer à ce point aux Etats-Unis. Cela ne peut que nous inquiéter. C’est une situation effrayante », a récemment déclaré Michael Glos, un représentant de la CSU [Pour l’attitude allemande voir l’article de Thibaut de Champris dans Le Figaro du 28 mars 2003].

La France s’ingénie à persuader Washington qu’elle ne partage pas la vision française d’une Europe opposée aux Etats-Unis. Lorsque la CDU reviendra au pouvoir, la France paiera la note des concessions arrachées à l’automne dernier.

La renaissance du couple franco-allemand a également suscité de vives réticences dans les pays d’Europe centrale et orientale, candidats à l’élargissement, qui depuis le sommet de Nice, comptaient sur l’Allemagne pour contrebalancer les tendances hégémoniques de Paris : appréhensions encore aggravées par les grossières diatribes du président français, laissant entendre que l’admission à l’UE devait être payée par une totale soumission à la vision française d’une Europe anti-américaine.

Cet axe Paris-Berlin se complétant d’une entente avec Moscou, on comprend pourquoi les pays de l’ex-bloc communiste se demandent s’il vaut vraiment la peine d’entrer dans une Europe où tous les slogans de l’ère soviétique, lutte pour la paix ,lutte contre le sionisme , lutte anti-impérialiste, acquis sociaux, sont revenus en force.

La brouille avec Londres compromet le deuxième projet qui tient à coeur aux dirigeants français, la construction d’une armée européenne. Sans collaboration franco-anglaise il ne peut y avoir d’armée européenne digne de ce nom. Là encore, l’orientation anti-atlantiste prise par Paris a non seulement étouffé dans l’oeuf la tentative de mettre sur pied une défense européenne, mais elle a considérablement affaibli Tony Blair, le plus pro-européen des dirigeants britanniques. Rien ne sert mieux la cause des europhobes d’outre-Manche que la fracassante diplomatie française.

En un mot, où qu’elle se soit tournée, la France a obtenu l’inverse de ce qu’elle recherchait.

Elle voulait une Europe unie antiaméricaine, elle a réussi à diviser le continent plus gravement qu’il ne l’a jamais été.

Elle ambitionnait d’être le chef de cette Europe, elle se trouve isolée aujourd’hui face à une coalition organisée d’Etats européens, elle est en froid avec l’Angleterre et brouillée avec ses soeurs latines, avec l’appui douteux d’une Allemagne réticente et celui d’une Russie plus encline au double jeu que jamais.

Elle s’est attiré l’inimitié dangereuse de l’Amérique, sans avoir assuré ses arrières.

Du point de vue même des objectifs qu’elle prétendait atteindre, la diplomatie chiraquienne est un accablant fiasco.

Reste maintenant à aborder le point fondamental, à savoir: dans quelle mesure les orientations de la diplomatie française correspondent aux intérêts réels de notre pays.

En politique étrangère, la France a, en quelque sorte, chaussé les bottes de la défunte Union Soviétique :

même politique d’obstruction à l’ONU,
même démagogie tiers-mondiste,
même alignement sur le monde arabe,
même ambition de prendre la tête d’une coalition d’Etats « anti-impérialistes » dirigée contre Washington.

La France a repris le vieux dessein eurasien de Primakov, consistant à créer un axe Paris-Berlin-Moscou-Pékin contre les Anglo-saxons, dessein auquel la Russie de Poutine a cessé de croire, mais qu’elle encourage à Paris car elle y voit un moyen d’améliorer ses positions dans ses négociations avec Washington.

L’obsession anti-américaine fait que la France n’est guère regardante quant à la nature des régimes auxquels elle accorde son appui au nom de la multipolarité . Irak, Algérie, Zimbabwe, Soudan : en un mot, la France semble s’entendre mieux avec les Etats-voyous et les Etats ratés qu’avec les Etats dont elle partage la civilisation. Elle prétend défendre le droit international en s’appuyant sur des Etats qui ignorent tout du droit.

L’analogie avec l’Union Soviétique va plus loin qu’il n’y paraît. En effet, la diplomatie française est moins inspirée par une Realpolitik cynique (d’où les échecs évoqués plus haut) que par une vision idéologique des choses. Son antiaméricanisme est la projection sur la scène internationale de son jacobinisme interne. La malsaine communion française dans l’anti-américanisme révèle le début de dérive totalitaire de notre pays, déjà perceptible au moment du deuxième tour des élections : Bush a remplacé Le Pen dans la fonction d’ennemi du peuple. L' »antibushisme » peut se comparer à l' »antifascisme » des années Trente et Quarante: il camoufle un consensus obligatoire de type communiste.

Les dirigeants français, comme ceux de l’URSS brejnévienne, compensent par un ruineux activisme extérieur leur incapacité à lancer des réformes indispensables à l’intérieur, réformes impossibles car elles remettraient en cause les dogmes socialistes qui fondent l’étatisme français. Dans les deux cas, l’activisme extérieur accélère et accuse la crise interne. On a vu ce qu’il est advenu de l’URSS.

En France, les indices d’une déliquescence de l’Etat se multiplient depuis deux ans, et l’affaire irakienne a servi de révélateur.

Les dirigeants français ont cherché à justifier leur position sur la question irakienne en faisant valoir que la France refusait le « choc des civilisations » et favorisait, par conséquent, l’intégration des musulmans français.

Certes, le président Chirac a été acclamé dans les banlieues. Mais l’antiaméricanisme officiel a favorisé la jonction explosive entre une mouvance trotskiste virulente, une mouvance islamiste, une mouvance anti-mondialiste et une mouvance tiers-mondiste. Ce cocktail vénéneux abreuve non seulement les jeunes des banlieues mais les lycéens et les étudiants, expédiés dans les manifestations pour la paix par leurs enseignants gauchistes, au nom de « l’engagement ». Dans ce sens, les orientations de la diplomatie française ne font que refléter la tiers-mondisation galopante de la France, à commencer par la tiers-mondisation des esprits. Le président Chirac défie Bush, mais capitule devant les banlieues.

De manière révélatrice, Dominique de Villepin a déclaré devant le parlement que la mission française était de mettre en échec « le libéralisme anglo-saxon ». Comme la plupart de leurs interlocuteurs arabes, les dirigeants français estiment plus urgent de se dresser contre les Etats-Unis, même quand ils ont raison, que de mettre en chantier les réformes qui permettraient de sauver leur Etat de la faillite.

Le plus grave dans tout ceci est que la passion anti-américaine a anesthésié les Français sur les conséquences de cette rupture délibérée avec le camp occidental.

Conséquences déjà perceptibles dans les débordements des manifestations pour la paix, dans le fait que l’Etat français est de moins en moins capable d’assurer la sécurité des biens et des personnes, à commencer par celle de nos concitoyens juifs. La représentation, dans les médias, des premiers jours de la guerre en Irak, avec sa propagande souvent ouvertement pro-Saddam, a été proprement irresponsable, au point d’alarmer les responsables du ministère de l’Intérieur : selon l’un d’entre eux,

« la médiatisation des cafouillages de la coalition en Irak nourrit, dans certains quartiers, une forme d’arrogance dont les policiers, sur le terrain, sont désormais les témoins… Il suffirait d’une étincelle pour que l’anti-américanisme dans les banlieues alimente des formes de violence incontrôlées » [Le Figaro du 3 avril 2003].

Les observateurs étrangers s’interrogent sur les causes de la folie française.

Au moment où la fragilité de l’Etat français devient perceptible pour tous, en l’absence de toute défense européenne crédible, est-il vraiment prudent de rompre avec notre allié américain, au point que celui-ci nous considère maintenant comme un ennemi ? Même la Russie a compris qu’elle avait intérêt à ne pas se brouiller avec l’Amérique, justement à cause de ses faiblesses internes. Elle reste antiaméricaine, au fond, mais elle adopte un profil bas, ravie de voir la France attirer sur elle les foudres de Washington – et cette tactique est payante: les médias américains, qui n’ont pas de mots trop durs pour condamner la France, trouvent mille excuses à Poutine.

La première explication du comportement de nos dirigeants est l’irresponsabilité – ils croient qu’ils n’auront de comptes à rendre à personne.

Cette irresponsabilité est poussée si loin qu’ils semblent s’étonner des conséquences de leurs actes : ainsi, ils ne s’attendaient pas à la flambée de francophobie aux Etats-Unis, étant persuadés qu’ils pouvaient multiplier les provocations contre Washington sans risquer de rétorsions. L’habitude de l’impunité en politique intérieure a fini par engendrer une politique étrangère désastreuse, exactement comme pour la défunte URSS.

Dans le cas français, il faut ajouter la futilité et la vanité, facteurs permanents de notre diplomatie.

La deuxième explication de la politique chiraquienne tient à l’inquiétude de la classe politique devant l’échec de plus en plus patent de l' »intégration républicaine ». Au lieu de faire face au péril, on se réfugie dans la dénégation.

On déclare que la France ne croit pas au « choc des civilisations », comme s’il suffisait de refuser le mot pour effacer la chose. Pour plus de sécurité on abolit jusqu’au concept de civilisation. C’est pourquoi on cherche à refouler à tout prix que la France partage la même civilisation que les Etats-Unis, en cultivant, à grande fanfare, nos relations avec la francophonie. C’est pourquoi aussi la droite française mène une politique de gauche, s’imaginant que le consensus obligatoire la mettra à l’abri du débordement des zones de non-droit. L’antiaméricanisme joue un rôle central dans ce dispositif.

Notre politique étrangère exprime donc une sorte de capitulation préventive. La France prend l’initiative de rompre avec le camp occidental dans l’espoir d’éviter une épreuve de force avec sa jeunesse ensauvagée et fanatisée, après avoir failli au devoir de la civiliser. Cette couardise profonde est dissimulée derrière le panache brandi du petit pays qui s’oppose au grand. Le mythe d’Astérix camoufle une réalité nettement plus sordide. L’anti-américanisme rend possible cette imposture, et la continuation d’une politique qui risque de rendre notre mal sans remède, et d’y faire sombrer toute l’Europe.

Publicités

23 Responses to Diplomatie: Capitulation préventive et soviétisation des esprits (Looking back on Chirac’s weasel diplomacy)

  1. […] Tout d’un coup, il y a une espèce de ferment. Profitons de cet espace de francitude nouvelle. Jean-Louis Borloo (avril […]

    J'aime

  2. Pretty nice post. I just stumbled upon your weblog and wished to
    say that I’ve really enjoyed surfing around your weblog posts. In any case I will be subscribing in your feed and I hope you write again soon!

    J'aime

  3. Oma dit :

    Its like you read my mind! You seem to know a lot
    about this, like you wrote the book in it or something. I think that you could do with some pics to drive
    the message home a little bit, but other than that, this is excellent blog.
    An excellent read. I’ll definitely be back.

    J'aime

  4. On top of that, examine the training course necessities as frequently the selection approach is particularly competitive and institutions are frequently searching for certain qualities

    J'aime

  5. […] Tout d’un coup, il y a une espèce de ferment. Profitons de cet espace de francitude nouvelle. Jean-Louis Borloo (ministre délégué à la Ville, avril […]

    J'aime

  6. I really like what you guys tend to be up too.
    This kind of clever work and reporting! Keep up the
    amazing works guys I’ve incorporated you guys to my own blogroll.

    J'aime

  7. […] Tout d’un coup, il y a une espèce de ferment. Profitons de cet espace de francitude nouvelle. Jean-Louis Borloo (ministre délégué à la Ville, au moment où nos chères têtes blondes communiaient en […]

    J'aime

  8. The quality of this informative short article is really
    higher. This can only signify your possess standards are set at a very large level.
    Make sure you, continue your function on this area.

    J'aime

  9. To change the brown background, right-click it and select Format Shape.
    Think about other chocolate treasures you make that get rave reviews from friends and family members.
    Most sellers offer an impressive selection of sugar-free candies, in addition to the popular originals.

    J'aime

  10. […] Tout d’un coup, il y a une espèce de ferment. Profitons de cet espace de francitude nouvelle. Jean-Louis Borloo (ministre délégué à la Ville, avril […]

    J'aime

  11. Celine Bag dit :

    UGG Boots Australia Coach Factory Outlet Hermes
    Outlet Louis Vuitton Outlet Michael Kors Outlet Stores Coach Outlet Louis Vuitton Outlet Online Store Moncler Outlet Giuseppe
    Zanotti shoes Michael Kors Outlet Nike Air Max Pas Cher Michael Kors Handbags Outlet
    Coach Handbags Chanel Handbags Kate Spade Outlet Online Coach Outlet Store ray Ban sunglasses Outlet Chanel Handbags Outlet Celine Outlet Christian Louboutin Outlet Coach
    Factory Outlet Coach Outlet Online Michael Kors Outlet Louis Vuitton Outlet
    Online Store Coach Factory Outlet Kate Spade Outlet Marc Jacobs Handbags Hermes Outlet Coach Factory Outlet
    Canada Goose Jackets

    J'aime

  12. […] politique qui risque de rendre notre mal sans remède, et d’y faire sombrer toute l’Europe. Françoise Thom […]

    J'aime

  13. Hermes Birkin dit :

    These Tips. some populate own had to give the axe your attorney, and he intention fille out on the scurf.
    modification your communicate run by an identification criminal to work havoc.
    jibe the legs of leotards, and, to stave off clicking any web addresses that are coreferent to what to do.Facebook commerce Cheap Oakley Sunglasses Jimmy Choo Shoes Air Max
    Beats By Dr Dre Louis Vuitton Handbags Outlet
    Mulberry Sale Celine Outlet Coach Factory Outlet Louis Vuitton Outlet Online Celine
    Outlet Oakley Sunglasses Hermes Outlet New Balance Outlet Coach Factory Outlet Moncler Outlet Giuseppe Zanotti shoes Cheap Oakley Sunglasses
    Gucci Outlet Louis Vuitton Handbags Outlet Nike Free Coach
    Outlet Stores Mac Cosmetics Christian Louboutin Outlet Online Coach outlet Air Max Pas
    Cher Coach Factory Outlet Coach Outlet Stores Cheap Oakley Sunglasses to
    be cultivated and thank your supporters by handsome it to the underside of
    your friend defenders a adventure to get hold of a gradation support and river
    on the top jewelry-purchase tips. Use them advantageously into the username and positive identification, put in highlights close
    your office you’ll get sabot lot

    J'aime

  14. […] Tout d’un coup, il y a une espèce de ferment. Profitons de cet espace de francitude nouvelle. Jean-Louis Borloo (avril […]

    J'aime

  15. […] Tout d’un coup, il y a une espèce de ferment. Profitons de cet espace de francitude nouvelle. Jean-Louis Borloo (ministre délégué à la Ville, suite à des manifestations anti-guerre d’Irak marquées par […]

    J'aime

  16. site dit :

    I’d like to find out more? I’d want to find out some
    additional information.

    J'aime

  17. Hi there, yup this piece of writing is truly nice and I have learned lot of things from it concerning blogging.
    thanks.

    J'aime

  18. Stephan dit :

    Is there a benefit in employing someone with experience to
    carry out the link outreach, or would you recommend doing it ourselves?

    Bookmarked your blog, lets hope you keep up to date with regular posts!

    J'aime

  19. I love what you guys tend to be up too. Such clever work and coverage!
    Keep up the superb works guys I’ve included you guys to our blogroll.

    J'aime

  20. Hello my family member! I wish to say that this post is awesome, nice written and come with approximately all important infos.
    I’d like to see more posts like this .

    J'aime

  21. Every weekend i used to visit this site, as i want enjoyment,
    since this this website conations genuinely good funny data too.

    J'aime

  22. Excellent goods from you, man. I’ve understand your stuff previous to and you are just too fantastic.
    I really like what you’ve acquired here, certainly like what you’re saying
    and the way in which you say it. You make it enjoyable and you still
    care for to keep it sensible. I cant wait to read far more from you.

    This is really a terrific site.

    J'aime

  23. Hi there it’s me, I am also visiting this site daily, this
    web site is genuinely good and the users are really sharing nice thoughts.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :