Gaza: Dôme de fer serait-il trop efficace ? (The real problem with Iron Dome: Not enough dead Jews !)

22 juillet, 2014
http://img.washingtonpost.com/rf/image_908w/2010-2019/WashingtonPost/2014/07/13/Health-Environment-Science/Images/Mideast_Israel_Palestinians_Supermoon-05080.jpg
It’s the moral equivalence which is so devastating. When Egypt this week proposed its ceasefire in Gaza, a BBC presenter asked whether both sides would now conclude that there was no point carrying on with the war. From the start, restraint has been urged on both sides — as if more than 1,100 rocket attacks on Israel in three weeks had the same weight as trying to stop this onslaught once and for all. Israel has been bombing Gaza solely to stop Hamas and its associates from trying to kill Israeli citizens. But for many in the West, the driving necessity is not to stop Hamas but to stop Israel. Moral equivalence morphs instantly into moral bankruptcy. People have looked at the casualty count — around 200 Palestinians killed at the time of writing, while only a handful of Israelis have been injured or killed — and decided that this proves Israel is a monstrous aggressor. No concern at all for the Israelis who have only a few seconds to rush to a shelter when the sirens start to wail, car drivers flinging themselves to the ground at the side of the road. No concern for the elderly or disabled Israelis who can’t get to a shelter, the hospital patients left helpless while the rockets slam into the ground nearby. Just imagine if the Scots, for example, had for years been firing at England volleys of rockets that were now putting 40-50 million people within range. Unimaginable? Of course it is. No country would tolerate it. But that’s the equivalent situation in which tiny Israel has found itself. Yet it is simultaneously having to fight another war: against a West determined to demonise it with accusations of deliberate atrocities, lack of restraint or an attempt to conquer more land. To these people, whatever Israel does to defend itself is bad. Killing Gazans is bad, warning them to flee so they won’t be killed is bad, the Iron Dome missile defence system is bad because, while Palestinians are being killed, Israelis are not. Ah yes, that’s the real outrage, isn’t it? Not enough dead Jews. How dare they defend themselves so effectively! Melanie Philips
A 100% effective Iron Dome wouldn’t serve Tel Aviv’s strategical interest slightest bit since the regime relies on the public’s fear of Palestinian attacks. Add to that the huge cost of the defence system’s missles as compared to that of the primitive projectiles fired by the Gazan resistance. From the Palestinian perspective, before Iron Dome the qassams hardly ever caused damage to the Israeli military, but did spread fear and incite the Israeli public opinion against them. Today, thanks to Iron Dome, every airborn sewer pipe is guaranteed to inflict substantial financial loss to the IDF, at least if the system would be programmed to react to every threat. So my take is the Israeli army intentionally limited the effectiveness of the defence system. Pasparal da Beira do Canal (2013)
L’accord de cessez-le-feu signé entre Israël et le Hamas a mis un terme, au moins provisoirement – à l’opération "Pilier de défense". Au-delà des enjeux politiques, ce conflit aura permis à Tsahal de tester l’efficacité d’un bouclier antimissile qui… intéresse la Corée du Sud. (…) La bande de Gaza, terrain de jeu idéal pour le système antimissile israélien ? "L’opération sur Gaza n’a évidemment pas été lancée pour des raisons industrielles, mais elle est récupérée par le lobby militaro-industriel qui en fait une formidable publicité pour les équipements militaires israéliens, comme Iron Dome, les missiles ou les drones, souligne Pierre Razoux, directeur de recherche à l’Institut de recherche stratégique de l’Ecole militaire, et auteur de Tsahal : Nouvelle histoire de l’armée israélienne (éd. Perrin). Le groupe Dassault avait un peu bénéficié de la même exposition pour ses Mirage avec les guerres israélo-arabes de 1967 et 1973." L’Etat hébreu tente depuis plusieurs mois de vendre l’Iron Dome à la Corée du Sud, qui pourrait ainsi se protéger d’éventuels tirs de missiles conventionnels du voisin nord-coréen. Israël essaierait aussi d’exporter en Corée du Sud et en Inde le système anti-missiles balistiques (longue portée) Arrow 2, développé par l’israélien IAI et l’américain Boeing. Des champions qui exportent 80% de leur production De fait, malgré sa population de 7,8 millions d’habitants seulement, Israël est le huitième exportateur mondial d’armement, avec 12,9 milliards de dollars de contrats exports signés entre 2004 et 2011 selon le service de recherche du Congrès américain (CRS). Le dernier rapport au parlement français sur les exportations d’armement mettait même le pays au cinquième rang mondial, avec 5,3% de part de marché. Les champions locaux Elbit Systems, IAI, et Rafael figurent respectivement aux 38e, 41e et 48e rangs mondiaux des groupes de défense du magazine Defense News, avec 8,2 milliards de dollars de chiffre d’affaires cumulé, dont 80% en moyenne réalisés à l’export. Comment expliquer de tels résultats ? Israël, en état de guerre quasi-permanente, s’est toujours servi de ces opérations pour développer son industrie de défense. Tel Aviv a ainsi été précurseur sur l’utilisation des drones de surveillance, dès la fin des années 70. Israël reste le deuxième acteur mondial du secteur, derrière les Etats-Unis : le Harfang français, utilisé en Afghanistan et en Libye, est un Heron israélien francisé. "Les groupes israéliens ne conçoivent pas de systèmes d’armes complexes, comme des sous- marins, des chasseurs ou des porte-avions, mais ils se sont concentrés sur des niches, notamment les drones, les capteurs ou les radars", expliquait récemment à Challenges, Bertrand Slaski, consultant à la Compagnie européenne d’intelligence stratégique (CEIS). Parmi les bestsellers israéliens, les drones Heron et Hermes 450, ou encore le missile antichar Spike. "Israël est aussi très fort sur le segment du « retrofit », la modernisation d’équipements militaires", indique Pierre Razoux. (…° Iron Dome n’est d’ailleurs qu’une des trois couches d’un véritable bouclier antimissiles israélien encore en cours de développement. Il traite avant tout les missiles artisanaux Qassam, des missiles Grad ou les Fajr-5, engins de plus longue portée de conception iranienne. La deuxième couche est David’s Sling (la Fronde de David), conçue en partenariat avec l’américain Raytheon pour intercepter les missiles moyenne portée (70 à 250 km). Le dernier étage de la fusée est le fameux système Arrow de défense antimissile balistique (Arrow 2, Arrow 3 étant en développement), conçu par IAI et Boeing. Derrière l’expertise technologique israélienne, le porte-monnaie et la puissance de feu de R&D des Etats-Unis ne sont jamais loin. "Israël a bénéficié en 2012 d’une aide américaine de 3 milliards de dollars, en plus des divers partenariats industriels avec les groupes américains", souligne Pierre Razoux. Une aide parfois à double tranchant : Washington avait bloqué, en 2000, une vente par Israël d’avions de surveillance AWACS à la Chine et interdit toute exportation qui pourrait concurrencer directement ses propres industriels. Challenges (novembre 2012)
During Operation Pillar of Defence in November 2012, when Israel clashed with Hamas, 1,500 rockets were launched from Gaza at Israel. According to figures provided at the time by the Israel Defence Forces (IDF), Iron Dome destroyed 426 rockets, with a successful interception rate of 84%. Israeli officials hailed Iron Dome as a "game-changer" that saves lives, describing it as "an extraordinary homemade rocket swatter". Some have questioned whether it is as effective as claimed, but Time magazine’s defence expert, Mark Thompson, says the "lack of Israeli casualties suggests Iron Dome is the most effective, most tested, missile shield the world has ever seen". The Guardian
To Israeli security officials, the success of Iron Dome is akin to that of the separation barrier between Israel and the West Bank, which they say helped bring an end to an onslaught of suicide bombings in the early 2000s. The Iron Dome system has rendered rockets so ineffective that Hamas and its allies have, in recent days, been attempting more-creative ways of attacking Israel. Last week, a Hamas commando unit tried to infiltrate Israel by sea before being cut down on the beach by Israeli fire. On Monday, the Islamist militant group launched a drone that hovered over the southern city of Ashdod. (…) Iron Dome may be changing Israel’s tactics and calculus, as well. In Israel’s offensive against Hamas in 2008 and 2009, before Iron Dome was implemented, Israel sent in ground troops, dramatically increasing the death toll on both sides. But in another major operation in late 2012, Iron Dome was deployed for the first time and Israel kept its soldiers out of the strip. It has largely done the same this time. (…) But critics say the system also has taken some of the pressure off Israel’s leaders to negotiate a peace agreement with the Palestinians. Iron Dome, Peretz said, is no more than a stopgap. “In the end, the only thing that will bring true quiet is a diplomatic solution,” he said. Griff Witte and Ruth Eglash
Restraint? I’d like to see how Israelis would react if just once an F-16 squadron swooped down on a residential neighborhood and dropped a ton of smart bombs on it. Uri Misgav (2014)
By now, it is a ritual. Nearly every morning for the past few days, and just about every evening, rockets fired from Gaza have rained down on this city and its suburbs, activating wailing sirens and sending frightened people scattering for cover. As in Kafka’s short story about the leopards that invade the temple so consistently that they eventually become a permanent part of the religious ceremony, these unnerving rocket attacks quickly become part of the quotidian experience for millions of Israelis. The subdued public reaction I see from my apartment window is so characteristically Israeli: rather than panic, most of them move with ironic detachment toward the bomb shelters or duck and cover along the highways. They wear a mixture of fatalistic apathy and a self-assurance that no harm will come to them. Asked by the press, time and again, why they are not scared, most Israelis living in the metropolitan Tel Aviv area have supplied the same response: Iron Dome. While this latest round of violence between Israel and Hamas is far from over, Israelis have already hurried to proclaim a winner. The groundbreaking missile defense system, developed a few years ago by the Israeli defense industry (with generous U.S. funding), has been hailed by commentators in Israel and around the world as the main “victor” in this recent clash. And for good reason. It has performed majestically: nearly all of the rockets fired towards Tel Aviv and other major population centers have been intercepted by the Iron Dome giving it, according to the Israeli Army, a 90 percent success rate. Thank the defense system for the lack of fatalities and the relatively low casualty rate among Israeli civilians. For now, it is both a physical and a psychological solace that enables Israelis to go about their business. But, over time, Iron Dome may do them more harm than good. What looks like a tactical miracle may, accidentally, help engender a grave strategic blunder. Technology can mislead us by providing a false sense of security. But it cannot – and must not – become a substitute for effective diplomacy. And Iron Dome’s ability to protect Israelis from periodic rocket attacks so far will never remove the strife and discontent that has produced the motivation to ruthlessly fire them in the first place. Yoav Fromer (2014)

Mais pourquoi les Israéliens refusent-ils si obstinément de se laisser tuer en plus grand nombre ?

Alors qu’un système de défense anti-missile qui avait tant été critiqué pour son coût et son inefficacité démontre d’une manière chaque jour un peu plus éclatante et insolente l’efficacité de la technologie israélienne …

En ces temps étranges où avec l’augmentation proportionnellement explosive des victimes du côté de sa population-otage-bouclier humain, le Hamas a droit à tous les honneurs aux unes de nos quotidiens …

Comment ne pas voir, au-delà de la démonstration grandeur nature de l’incroyable efficacité du huitième exportateur mondial d’armement, la vraie raison de la véritable fureur de nos belles âmes contre l’Etat hébreu ?

PostEverything
The missiles keeping Israel safe may do more long-term harm than good

Yoav Fromer

July 14

Yoav Fromer teaches politics and history at Tel Aviv University. He is also a contributor to Tablet Magazine.

TEL AVIV — By now, it is a ritual. Nearly every morning for the past few days, and just about every evening, rockets fired from Gaza have rained down on this city and its suburbs, activating wailing sirens and sending frightened people scattering for cover. As in Kafka’s short story about the leopards that invade the temple so consistently that they eventually become a permanent part of the religious ceremony, these unnerving rocket attacks quickly become part of the quotidian experience for millions of Israelis.

The subdued public reaction I see from my apartment window is so characteristically Israeli: rather than panic, most of them move with ironic detachment toward the bomb shelters or duck and cover along the highways. They wear a mixture of fatalistic apathy and a self-assurance that no harm will come to them. Asked by the press, time and again, why they are not scared, most Israelis living in the metropolitan Tel Aviv area have supplied the same response: Iron Dome.

While this latest round of violence between Israel and Hamas is far from over, Israelis have already hurried to proclaim a winner. The groundbreaking missile defense system, developed a few years ago by the Israeli defense industry (with generous U.S. funding), has been hailed by commentators in Israel and around the world as the main “victor” in this recent clash. And for good reason. It has performed majestically: nearly all of the rockets fired towards Tel Aviv and other major population centers have been intercepted by the Iron Dome giving it, according to the Israeli Army, a 90 percent success rate. Thank the defense system for the lack of fatalities and the relatively low casualty rate among Israeli civilians. For now, it is both a physical and a psychological solace that enables Israelis to go about their business.

But, over time, Iron Dome may do them more harm than good. What looks like a tactical miracle may, accidentally, help engender a grave strategic blunder. Technology can mislead us by providing a false sense of security. But it cannot – and must not – become a substitute for effective diplomacy. And Iron Dome’s ability to protect Israelis from periodic rocket attacks so far will never remove the strife and discontent that has produced the motivation to ruthlessly fire them in the first place.

Iron Dome was originally engineered to defend Israelis from rockets launched in Lebanon and Gaza. But what was once a tactical defense mechanism to temporarily protect the civilian population has become a strategy unto itself. In that way, it may actually undermine Israel’s long-term security. By temporarily minimizing the dangers posed by Hamas and Hezbollah, it distracts us from seeking a broader regional political solution that could finally incapacitate these terror networks and make systems such as Iron Dome moot.

The Netanyahu government is not exactly brimming with creative ideas to reignite the peace process with the Palestinians. And with Iron Dome, why would it? As long as the Israeli public believes it is safe, for now, under the soothing embrace of technology, it will not demand that its political leaders wage diplomacy to end violence that mandated Iron Dome in the first place. Since Iron Dome has transformed a grim reality into a rather bearable ordeal, Israelis have lost the sense of urgency and outrage that might have pushed their government to make painful if necessary concessions in exchange for peace.

There is an apt American analogy. When President Reagan pursued the Strategic Defense Initiative (aka “Star Wars”) in the early 1980’s, he wanted to end nuclear deterrence—the fear of Mutually Assured Destruction—by neutralizing the Soviet missiles. But SDI was a means, not an end: It was always supposed to be one more way to pressure the already struggling Soviet leadership toward the negotiating table. Although historians are still conflicted about the extent to which it helped end the cold war, there is little doubt that SDI enhanced America’s bargaining power and contributed to the important arms-reduction treaties that eased tensions between the superpowers and eventually helped unravel the Iron Curtain.

Israelis are in danger of overlooking this important historical lesson. If they confuse the short-term military advantage provided by Iron Dome with the long term need for an original and comprehensive political solution, then that would not be ironic. It would be a tragedy.

Voir aussi:

New Study: Journalists, Experts are Massive Bullshitters

Jamie Stern-Weiner

New Left Project

10 March 2013

Yesterday, the Israeli newspaper Ha’aretz reported that journalists and experts are bullshitters, nearly to the last one.

Some background. One unambiguous Israeli victory in its attack on Gaza last November, journalists and experts widely concurred, was the performance of its ‘Iron Dome’ missile defence shield in shooting down projectiles fired from Gaza. The BBC’s Jonathan Marcus reported on the "remarkable" progress in missile defence technology represented by Iron Dome, evidenced by its "recent success" in the field. His colleague, Mark Urban, described Iron Dome’s "impressive" performance, while the Guardian‘s Harriett Sherwood reported Iron Dome’s "considerable success". "The naysayers now are few", observed the New York Times‘s Isabel Kershner—or non-existent, to judge by the number quoted in her article. The Atlantic‘s Jeffrey Goldberg was satisfied that Iron Dome "is doing a very good job", though he quoted a "friend… who knows a great deal" fretting that Iron Dome might, if anything, be too effective. The experts, too, seemed to agree. For dovish Israeli academic Ron Pundak Iron Dome was a "game changer"; for Shashank Joshi of the Royal United Services Institute (RUSI) it "represent[ed]… a major shift for Israel" [update: but see note below]; for the respected International Crisis Group, "the success of… Iron Dome" was not in doubt. The Council on Foreign Relations’ Max Boot spoke for most when he wrote:

"The latest Gaza war is only a few days old, but already one conclusion can be drawn: missile defence works".

This expansive edifice of journalistic and expert analysis, pontification and reportage was based on a single source: official Israeli government statistics, which claimed a success rate for Iron Dome of approximately 84%. The BBC’s Mark Urban was unusual in noticing that this was a not entirely disinterested authority—Israel’s government being "anxious to dismiss the impression that it has not [sic] been humiliated by Hamas"—but he proceeded to rely on its data regardless. Most reported Israel’s official line uncritically.

With surprising speed, the accumulating media and expert consensus on the success of Iron Dome became self-reinforcing, its existence taken as evidence of its own accuracy. Thus Max Fisher informed readers of the Washington Post that Iron Dome is, "by every appearance, a remarkable success"—"every appearance" being useful journalistic shorthand for "every regurgitation of the exact same set of official Israeli data".

                  

Iron Dome: Israel’s near invincible* missile defense system. *Vulnerable to rain, teenagers, and missiles.

The sole sceptical note was sounded by the American scholar Norman Finkelstein, who wondered, in a post on his website, whether Iron Dome might be better named ‘Swiss Cheese‘. There, and in an article for New Left Project, Finkelstein observed that whereas during the three weeks of Operation Cast Lead (2008-09) three Israeli civilians were killed by projectiles from Gaza, during Operation Pillar of Defence—Iron Dome notwithstanding—rockets and mortars landing in Israel killed four in one week. Given that Hamas, with perhaps an occasional exception, did not use much more advanced weaponry in the most recent conflict, his conclusion was straightforward: Iron Dome "almost certainly did not save many and perhaps not any lives". Recalling the hype over U.S. Patriot missiles deployed in 1991 against Iraqi Scuds, subsequently revealed as completely ineffective, Finkelstein expressed scepticism about the veracity of the Iron Dome statistics provided by Israel. This scepticism was rooted in his political analysis of Israel’s attack on Gaza, one that found no expression in the reams of columns, articles and reports published by mainstream journalists and experts. Israel attacked Gaza, he argued, to re-establish ‘deterrence’ vis-a-vis its regional neighbours. This backfired as Palestinians and regional powers managed to impose a ceasefire on Israel and residents of Gaza emerged from the conflict triumphant. The only plausible victory to which desperate Israeli officials could point was Iron Dome, which they plugged for all it was worth. Given this political context, and the Israeli government’s clear commercial interest in marketing Iron Dome abroad,  it was obvious that Israeli figures about Iron Dome’s performance ought to be taken with a pinch of salt—except, it seems, to the journalists and experts quoted above, and many more besides.

Finkelstein’s initial doubts were soon echoed by others. Notably, Ted Postol, the MIT researcher who led the debunking of the Patriot missiles in 1991, recanted his initially positive assessment of Iron Dome’s performance: "I’m skeptical. I suspect it is not working as well as the Israelis are saying … but there is great value in the strategic deception". (See also here). But the conventional wisdom has stood firm.

Which brings us to yesterday’s article in Ha’aretz. The Israeli military already effectively admitted, earlier this month, that Iron Dome cannot protect Sderot and other Israeli communities bordering the Gaza Strip, whose defence was its initial rationale for existence. Now Ha’aretz reports that separate studies by Ted Postol and two other scientists, formerly of Raytheon (which manufactured the Patriot missiles) and Rafael (which co-developed Iron Dome), have concluded that the official Israeli data on Iron Dome is almost certainly false. Whereas Israel claimed a successful intercept-rate of 84%, Postol, after examining video footage of Iron Dome in action, concludes that the real rate was "perhaps as low as 5%", and "could well be lower".

For the Israeli state, relying on Iron Dome’s alleged success to qualify what was otherwise an unmitigated disaster in Gaza, the scientists’ findings are deeply inconvenient. For all the journalists and experts who relayed official Israeli data uncritically, they are devastating.

***

The BBC, the Guardian, the New York Times and the Washington Post have so far decided against reporting Postol et al.’s critical findings. Nor, to my knowledge, have Joshi, Jeffrey Goldberg, the ICG et al. seen fit to alter their expert analysis.

   

How Iron Dome Works – BBC diagram (fixed)

Update: I included Shashank Joshi as an example of a bullshitting expert, above, based on the (bullshit) quote attributed to him in this article. Joshi has objected to this on twitter, claiming that he prefaced every comment to journalists about Iron Dome with the caveat that the official stats may not be true, and that he can hardly be blamed if they then chose not to quote the caveat. He posted this screenshot as evidence that he was indeed sceptical about the accuracy of Israel’s stats. I can’t check this, but obviously, if Joshi was misrepresented or misquoted, then the fault lies with the reporter rather than with him.


Gaza: La lutte en cours à Gaza et dans toute la Palestine est la nôtre (In today’s upside-down world, it is remarkable when a world leader simply tells the truth and turns out not to be a hypocrite, a political coward, or an appeaser)

22 juillet, 2014
http://static01.nyt.com/images/2014/07/20/world/20HOSPITAL/20HOSPITAL-master675.jpg

A Palestinian paramedic touches the hand of a dead girl in the overflowing morgue of Shifa Hospital in Gaza City on Sunday (NYT)

Israeli troops fired toward the Gaza Strip from their position near the border on Saturday. Israeli strikes killed 20 people in Gaza (NYT)

http://s2.lemde.fr/image/2014/07/21/534x0/4460403_5_a2a1_dans-chadjaiya-quartier-de-la-ville-de-gaza_74212df4f6dbb41f3c1143906a6f6c0f.jpg

Dans Chadjaiya, quartier de la ville de Gaza frontalier d’Israël, le 20 juillet (Le Monde)

http://pbs.twimg.com/media/BtFonmfCMAAqqUV.jpg
http://www.metronews.fr/_internal/gxml!0/4dntvuhh2yeo4npyb3igdet73odaolf$dcn1zz8gkk0xutjihmz06fbasig8xhd/sarcelles.jpeg

Un manifestant, dimanche, durant les émeutes à Sarcelles (Métronews)

J’ai une prémonition qui ne me quittera pas: ce qui adviendra d’Israël sera notre sort à tous. Si Israël devait périr, l’holocauste fondrait sur nous. Eric Hoffer
La libération de la Palestine a pour but de “purifier” le pays de toute présence sioniste. (…) Le partage de la Palestine en 1947 et la création de l’État d’Israël sont des événements nuls et non avenus. (…) La Charte ne peut être amendée que par une majorité des deux tiers de tous les membres du Conseil national de l’Organisation de libération de la Palestine réunis en session extraordinaire convoquée à cet effet. Charte de l’OLP (articles 15, 19 et 33, 1964)
Israël existe et continuera à exister jusqu’à ce que l’islam l’abroge comme il a abrogé ce qui l’a précédé. Hasan al-Bannâ (préambule de la charte du Hamas, 1988)
Le Mouvement de la Résistance Islamique est un mouvement palestinien spécifique qui fait allégeance à Allah et à sa voie, l’islam. Il lutte pour hisser la bannière de l’islam sur chaque pouce de la Palestine. Charte du Hamas (Article six)
Les enfants de la nation du Hezbollah au Liban sont en confrontation avec [leurs ennemis] afin d’atteindre les objectifs suivants : un retrait israélien définitif du Liban comme premier pas vers la destruction totale d’Israël et la libération de la Sainte Jérusalem de la souillure de l’occupation … Charte du Hezbollah (1985)
Qui se cache dans les mosquées ? Le Hamas. Qui met ses arsenaux sous des hôpitaux ? Le Hamas. Qui met des centres de commandement dans des résidences ou à proximité de jardins d’enfants ? Le Hamas. Le Hamas utilise les habitants de Gaza comme boucliers humains et provoque un désastre pour les civils de Gaza ; donc, pour toute attaque contre des civils de Gaza, ce que nous regrettons, le Hamas et ses partenaires sont seuls responsables. Benjamin Nétanyahou
Les attaques aveugles à la roquette à partir de Gaza vers Israël constituent des actes terroristes que rien ne justifie. Il est évident que le Hamas utilise délibérément des boucliers humains pour intensifier la terreur dans la région. L’absence d’une condamnation de ces actes répréhensibles par la communauté internationale encouragerait ces terroristes à poursuivre ces actions consternantes. Le Canada demande à ses alliés et partenaires de reconnaître que ces actes terroristes sont inacceptables et que la solidarité avec Israël est le meilleur moyen de mettre fin au conflit. L’appui du Canada envers Israël est sans équivoque. Nous appuyons son droit de se défendre, par lui‑même, contre ces attaques terroristes, et nous exhortons le Hamas à cesser immédiatement ses attaques aveugles à l’endroit d’innocents civils israéliens. Le Canada réitère son appel au gouvernement palestinien à désarmer le Hamas et d’autres groupes terroristes palestiniens qui opèrent à partir de Gaza, dont le Jihad islamique palestinien, mandaté par l’Iran. Stephen Harper (premier ministre canadien, 13.07.14)
It’s the moral equivalence which is so devastating. When Egypt this week proposed its ceasefire in Gaza, a BBC presenter asked whether both sides would now conclude that there was no point carrying on with the war. From the start, restraint has been urged on both sides — as if more than 1,100 rocket attacks on Israel in three weeks had the same weight as trying to stop this onslaught once and for all. Israel has been bombing Gaza solely to stop Hamas and its associates from trying to kill Israeli citizens. But for many in the West, the driving necessity is not to stop Hamas but to stop Israel. Moral equivalence morphs instantly into moral bankruptcy. People have looked at the casualty count — around 200 Palestinians killed at the time of writing, while only a handful of Israelis have been injured or killed — and decided that this proves Israel is a monstrous aggressor. No concern at all for the Israelis who have only a few seconds to rush to a shelter when the sirens start to wail, car drivers flinging themselves to the ground at the side of the road. No concern for the elderly or disabled Israelis who can’t get to a shelter, the hospital patients left helpless while the rockets slam into the ground nearby. Just imagine if the Scots, for example, had for years been firing at England volleys of rockets that were now putting 40-50 million people within range. Unimaginable? Of course it is. No country would tolerate it. But that’s the equivalent situation in which tiny Israel has found itself. Yet it is simultaneously having to fight another war: against a West determined to demonise it with accusations of deliberate atrocities, lack of restraint or an attempt to conquer more land. To these people, whatever Israel does to defend itself is bad. Killing Gazans is bad, warning them to flee so they won’t be killed is bad, the Iron Dome missile defence system is bad because, while Palestinians are being killed, Israelis are not. Ah yes, that’s the real outrage, isn’t it? Not enough dead Jews. How dare they defend themselves so effectively! And so the West does Hamas’s dirty work for it. Hamas cannot defeat Israel militarily. Its strategy is not just to kill Israelis and demoralise the population, but also to de-legitimise Israel so that the West, too, will work for its destruction. Hamas’s rockets have failed in the first two objectives — but the third is a runaway success. In its hundreds of tunnels, Hamas has built an underground infrastructure of industrialised terror the length of Gaza. As a Fatah spokesman blurted out, it has situated its arsenal among civilians, underneath schools and hospitals and mosques, for the infernal purpose of using its population as human shields and human sacrifices. It has urged Gazans to make themselves the target of Israeli air strikes. It has ordered them to ignore the Israeli warnings to evacuate, which are delivered by leaflet, phone, text and warning shots. Doesn’t the Israel-atrocity brigade ever pause to wonder why Hamas has provided no air-raid shelters for its people, while Israel has constructed a national shelter system? Gazan civilians are dying in order to maximise their numbers killed in the war, so that Hamas can incite against Israel in both the Muslim world and the West. And it openly games the PR system. Hamas social media guidelines instruct Gazans not to post pictures of missiles launched from ‘residential areas’ and always to add the term ‘innocent citizen’ to any casualty’s name. So the figures it issues for civilian as opposed to terrorist casualties, re-circulated by the UN, are worthless. Israel is waging this war in accordance with international law, which states that when houses are used for military purposes they may become legitimate military targets. But as Ibrahim Kreisheh, the Palestinian delegate to the UN Human Rights Council, admitted in a remarkable TV interview, while Israel’s killing of civilians is considered in law merely a mistake, Hamas is committing war crimes by deliberately targeting Israeli civilians. Indeed, given its use of Gazan human shields, it is guilty of war crimes twice over. All civilian casualties, however, are deeply to be regretted and to be avoided wherever possible. And so Gaza presents Israel with a hideous dilemma. Either it inescapably kills a lot of civilians as a by-product of destroying the infrastructure of mass murder, or it leaves that infrastructure at least partly in place to spare the civilians. Until now, it has chosen the latter. It is also allowing food and fuel into Gaza; its offer of blood supplies was turned down by the Palestinian Authority. When a Hamas rocket downed a power line supplying electricity to 70,000 Gazans, workers from the Israel Electric Company braved Hamas rocket fire to restore power to Gaza — enabling it to fire more rockets at Israel. Yet it is Israel which is said to be ‘out of control’, guilty of indiscriminate slaughter and even — as ludicrous as it is obscene — ‘genocide’. Those who demonise Israel in this way should realise just what they are supporting. Palestinian society, both through Hamas and Mahmoud Abbas’s Fatah (whose military wing has also been firing rockets from Gaza), brainwashes its children that glory lies in killing Jews. It routinely pumps out Judeophobic incitement straight from the Nazi playbook.(…) Every western supporter of the Palestinian war against Israel is also tacitly supporting such anti-Jewish derangement. This psychotic bigotry is the true driver of that war, as well as the Islamist war against the West. Yet astoundingly it is never, ever mentioned. The intractable problem of Gaza has been exacerbated by the meddling incomprehension of a western world that just doesn’t grasp how Islamist fanatics play by entirely different rules. The West insists on moral equivalence between Israel and the Palestinians, as if the century-old conflict between the Arabs and the Jews were simply a squabble over the equitable division of land. It is not. It is a war to destroy the Jewish national homeland by people driven into frenzy by forces immune to reason. Melanie Philips
Conformément à la pratique de l’ONU, les incidents impliquant des munitions non explosées qui pourraient mettre en danger les bénéficiaires et le personnel sont transmises aux autorités locales. Après la découverte des missiles, nous avons pris toutes les mesures nécessaires pour faire disparaître ces objets de nos écoles et préserver ainsi nos locaux. Christopher Gunness (directeur de l’UNRWA à Gaza)
A Gaza, les combats urbains tournent au carnage. Titre du Monde
Something important is missing from the New York Times’s coverage of the war in Gaza: photographs of terrorist attacks on Israel, and pictures of Hamas fighters, tunnels, weaponry, and use of human shields. It appears the Times is silently but happily complying with a Hamas demand that the only pictures from Gaza are of civilians and never of fighters. The most influential news organization in the world is thus manufacturing an utterly false portrait of the battle—precisely the portrait that Hamas finds most helpful: embattled, victimized Gaza civilians under attack by a cruel Israeli military. A review of the Times’s photography in Gaza reveals a stark contrast in how the two sides are portrayed. Nearly every picture from Israel depicts tanks, soldiers, or attack helicopters. And every picture of Gaza depicts either bloodied civilians, destroyed buildings, overflowing hospitals, or other images of civilian anguish. It is as one-sided and misleading a depiction of the Gaza battle as one can imagine. (…) Maybe all of this is an illustration of just how biased against Israel the Times has become—so biased that Times photographers and editors are simply blind to any image that doesn’t conform to their view of the war. Or maybe, in the interest of the safety and access of their journalists, the Times is complying with Hamas instructions. As reported by MEMRI, Hamas published media guidelines instructing Gazans to always refer to the dead as "innocent civilians" and to never post pictures of terrorists on social media. Hamas is currently preventing foreign journalists from leaving the Strip, in effect holding them hostage. These journalists must be terrified—and they also must know that the best way to ensure their safety is to never run afoul of the terrorists in whose hands their fates lie. It would appear that Hamas’s media instructions have been heard loud and clear at the New York Times, and the response is obedience. But the Times also isn’t bothering to inform its readers that the images they’re seeing of Gaza are only the ones Hamas wants them to see. It’s time for the Times to tell its readers exactly why they are being presented with such a distorted picture of this war. Noah Pollak (Weekly standard)
La lutte en cours à Gaza et dans toute la Palestine est la nôtre : il s’agit de mettre en échec un projet colonial qui allie une idéologie raciste à une technologie meurtrière dont le but est de nous neutraliser. Incapables d’arrêter les roquettes de la résistance palestinienne, les sionistes massacrent les familles et bombardent aveuglément maisons, dispensaires, mosquées. Cette bataille ne sera pas finie tant que le siège de Gaza est maintenu et que les sionistes emprisonnent et torturent les nôtres. Cette guerre ne sera gagnée que quand nous serons tous unis, pour notre dignité… et la libération de la Palestine. La lutte armée en Palestine se prolonge ici par notre mobilisation, dans la rue, et en intensifiant, partout, la campagne pour le boycott et les sanctions contre l’Etat sioniste. GUPS (Union général des étudiants de Palestine – France)
Samedi 19 juillet, pendant qu’Israël, face à la résistance déterminée des combattants palestiniens, décidait de réduire en poussière le quartier de Shajaiya à Gaza, faisant plus de 100 mort-e-s et 60000 déplacé-e-s en moins de 24 heures, notre premier ministre, Manuel Valls, était occupé. Il était occupé à empêcher la solidarité avec le peuple palestinien de s’exprimer. Il était occupé à attaquer les personnes et organisations solidaires de la Palestine et de sa résistance. Pour cela, la méthode a été simple: utiliser une manipulation de la Ligue de Défense Juive, une organisation sioniste violente et raciste, pour interdire la manifestation de soutien à Gaza prévue à Paris et se servir ensuite des affrontements causés par cette interdiction pour charger puis interpeler. Le résultat, ce sont plusieurs heures d’affrontements avec la police à Barbès, des nuages de gaz lacrymogènes dans tout le Nord de Paris, 44 arrestations et 19 personnes toujours en garde à vue en ce moment. Il faut dire clairement que tout ceci a été voulu et préparé par le gouvernement. L’interdiction officielle de la manifestation moins de 48 heures avant son déroulement, les forces de l’ordre lâchées dans un quartier populaire en plein samedi après-midi, les menaces voilées du gouvernement, tout a été mis en place pour nous faire réagir et pour permettre au gouvernement de justifier sa répression. Le lendemain, le gouvernement signe son forfait en accusant les manifestant-e-s d’un “antisémitisme” imaginaire censé justifier ce déploiement de force. C’est un piège politique et policier qui a été tendu aux personnes qui ont exprimé leur solidarité avec le peuple palestinien à Paris ce samedi 19 juillet. Ses conséquences dramatiques ont été cyniquement utilisées dans l’agenda étatique, notamment par Manuel Valls, lors de la commémoration de la rafle du Vel’ d’Hiv le lendemain. GUPS (Union générale des étudiants de Palestine – France)
Dans toute la France, ce sont aujourd’hui des milliers de manifestant-e-s qui sont descendus dans la rue pour exiger l’arrêt de l’intervention militaire de l’État d’Israël dans la bande de Gaza, pour crier leur révolte face au plus de 300 morts palestiniens depuis le début de cette intervention. En interdisant dans plusieurs villes et notamment à Paris, les manifestations de solidarité avec la Palestine, Hollande et le gouvernement Valls ont enclenché une épreuve de force qu’ils ont finalement perdue. Depuis l’Afrique où il organise l’aventure militaire de l’impérialisme français, Hollande avait joué les gros bras « ceux qui veulent à tout prix manifester en prendront la responsabilité ». C’est ce qu’ont fait aujourd’hui des milliers de manifestant-e-s qui sont descendus dans la rue pour exiger l’arrêt de l’intervention militaire de l’État d’Israël dans la bande de Gaza, pour crier leur révolte face au plus de 300 morts palestiniens depuis le début de cette intervention. Et pour faire respecter le droit démocratique à exprimer collectivement la solidarité. En particulier à Paris, plusieurs milliers de manifestants, malgré l’impressionnant quadrillage policier, ont défié l’interdiction du gouvernement. C’est un succès au vu des multiples menaces de la préfecture et du gouvernement. En fin de manifestation, des échauffourées ont eu lieu entre des manifestants et les forces de l’ordre. Comment aurait-il pu en être autrement au vu de dispositif policier et de la volonté du gouvernement de museler toute opposition à son soutien à la guerre menée par l’Etat d’Israël. Le NPA condamne les violences policières qui se sont déroulées ce soir à Barbès et affirme que le succès de cette journée ne restera pas sans lendemain. Dès mercredi, une nouvelle manifestation aura lieu à l’appel du collectif national pour une paix juste et durable. La lutte pour les droits du peuple palestinien continue. Le NPA appelle l’ensemble des forces de gauche et démocratiques, syndicales, associatives et politiques, à exprimer leur refus de la répression et leur solidarité active avec la lutte du peuple palestinien. NPA
“I cannot condemn strongly enough the actions of Hamas in so brazenly firing rockets in the face of a goodwill effort to offer a ceasefire,” Secretary of State John Kerry declared on July 15. Actually, there are a number of things that Secretary Kerry could be doing beyond issuing statements expressing dismay. The Obama Administration could take meaningful actions to show Hamas that there is a political price to be paid for its terrorism against Israel. Let’s start with the money. The United States gives $500-million each year (more than $10-billion since 1994) to the Palestinian Authority regime. Even after the PA earlier this year created a new unity government with Hamas – long designated by Washington to be a terrorist organization – the Obama Administration kept writing the checks. How does the Administration justify maintaining a half billion dollars annual subsidy to a PA-Hamas coalition? By pretending that Hamas, the coalition partner, actually has nothing to do with the coalition. The individual functionaries in the government are not Hamas members but “technocrats,” the Administration insists. That’s the favorite new word of U.S. Mideast policymakers. Their theory – as absurd as this may sound – is that if someone is appointed by Hamas, but does not actually carry a laminated Hamas membership card in his wallet, then he’s just a “technocrat,” not a Hamas appointee. Moshe Phillips and Benyamin Korn
By pressing for “restraint” and a “truce,” Obama and Kerry are, in effect, trying to save Hamas from being crippled or destroyed by Israel. Is that their idea of “having Israel’s back” ? Now contrast the Obama-Kerry line that with the words of Canadian Prime Minister Stephen Harper this week: “The indiscriminate rocket attacks from Gaza on Israel are terrorist acts, for which there is no justification.” “It is evident that Hamas is deliberately using human shields to further terror in the region.” “Failure by the international community to condemn these reprehensible actions would encourage these terrorists to continue their appalling actions.” “Canada calls on its allies and partners to recognize that these terrorist acts are unacceptable and that solidarity with Israel is the best way of stopping the conflict.” There was really nothing controversial in Harper’s words. They were simple statements of fact. But in today’s upside-down world, it is remarkable when a world leader simply tells the truth about Israel and the Palestinians. It’s almost as if we are surprised when a world leader turns out not to be a hypocrite, a political coward, or an appeaser. We’re so used to the international community’s outrageous double standards, that it becomes remarkable when a national leader acts like a mensch. Moshe Phillips and Benyamin Korn

A l’heure où, suivant à la lettre le droit international, la seule véritable démocratie du Moyen-orient se voit accusée de disproportion pour avoir réussi à protéger efficacement ses civils …

Où, à l’instar de ses voisins égyptiens, une barrière de sécurité ayant permis d’arrêter l’essentiel des attentats terroristes se voit qualifier de "mur de la honte" …

Où, en violation systématique du droit international, un mouvement terroriste armé de missiles toujours plus puissants qu’il envoie jour après jour sur les populations civiles israéliennes utilise sa population comme boucliers humains en installant son armement et ses postes de commandements dans ou sous ses hôpitaux, écoles, terrains de jeux ou habitations …

Où une agence des Nations Unies qui découvre un stock de roquettes dans l’une de ses écoles la rend gentiment à ses propriétaires pour l’usage que l’on sait …

Où une communauté internationale continue à financer une organisation terroriste qui utilise l’essentiel de ses ressources pour amasser par milliers roquettes et missiles toujours plus sophistiqués pouvant transporter des charges lourdes d’explosifs sur la totalité du territoire israélien mais aussi des drones armés et pour construire, avec les milliers de tonnes de ciment qu’elle importe non des abris pour sa population mais des tunnels pour semer la terreur chez ses voisins …

Où, à l’instar de ses homologues du monde dit civilisé et à coup de photos exclusivement de femmes et d’enfants palestiniens couplées à celles de chars, hélicoptères et soldats israéliens, le premier quotidien américain joue les attachées de presse du Hamas

Où, derrière ses appels officiels à la paix,  le chef d’une OLP dont la charte n’a toujours pas abrogé sa volonté de rejeter Israël à la mer envoie non seulement ses félicitations au Gazeur-en-chef de Damas mais multiplie les déclarations de soutien au moment où son frère jumeau de Gaza fait pleuvoir les roquettes sur la population israélienne  …

Où, après avoir abandonné à leur sort les populations iraniennes, syriennes, irakiennes et bientôt afghanes et derrière un discours de soutien officiel,  le prétendu chef du Monde libre et Exécuteur-en-chef comme ledit Monde libre lui-même ne trouvent rien de mieux à faire que d’appeler Israël à la retenue

Comment ne pas se réjouir, en ce monde sens dessus dessous et avec ces nouvelles drôles de guerres, de la remarquable franchise du premier ministre canadien appelant un chat un chat …

Dénonçant comme actes terroristes tant les attaques aveugles à la roquette à partir de Gaza vers Israël constituent des actes terroristes que l’utilisation délibérée de boucliers humains par le Hamas et rappelant que "la solidarité avec Israël est la meilleure façon d’arrêter le conflit" ?

Mais comment aussi ne pas voir, plus près de chez nous et au-delà de la naïveté voire du cynisme de nos belles âmes, tout le mérite des organisateurs des manifestations semant le pillage et la destruction dans nos rues …

Qui, comme l’Union générale des étudiants de Palestine en France, n’hésitent pas à rappeler explicitement que "la lutte en cours à Gaza et dans toute la Palestine est la nôtre" …

Et qu’à l’instar des mouvements terroristes qu’ils soutiennent,  l’objectif est rien de moins que la "libération de la Palestine" ?

Sixth Lesson of the Gaza War: Obama Should Learn From Canada
Moshe Phillips and Benyamin Korn
The Algemeiner
July 17, 2014

Israel long ago learned that you can tell who your real friends are when the chips are down. The Gaza war is proving that again.
During the 2012 election campaign, when polls showed that President Barack Obama might lose a significant portion of the Jewish vote in key electoral states, he declared that he “will always have Israel’s back.”

But this past week, as hundreds of Hamas rockets rained down upon the Jewish State, and Israel really needed an ally to have its back, President Obama called Prime Minister Netanyahu to demand that Israel show “restraint.”

That was followed the next day by a phone call from Secretary of State John Kerry to Netanyahu, warning against “escalating tensions” and pressing Israel to let him “mediate a truce.”

The last thing Israel needs is a “truce” with Hamas. The Israelis have had two of those already. A “truce” means Hamas gets several more years to build up its supply of rockets, in preparation for the next round.

And with every new round, Hamas has new rockets that can reach even further and cause even more devastation.
By pressing for “restraint” and a “truce,” Obama and Kerry are, in effect, trying to save Hamas from being crippled or destroyed by Israel. Is that their idea of “having Israel’s back” ?

Now contrast the Obama-Kerry line that with the words of Canadian Prime Minister Stephen Harper this week:

“The indiscriminate rocket attacks from Gaza on Israel are terrorist acts, for which there is no justification.”
“It is evident that Hamas is deliberately using human shields to further terror in the region.”
“Failure by the international community to condemn these reprehensible actions would encourage these terrorists to continue their appalling actions.”
“Canada calls on its allies and partners to recognize that these terrorist acts are unacceptable and that solidarity with Israel is the best way of stopping the conflict.”

There was really nothing controversial in Harper’s words. They were simple statements of fact. But in today’s upside-down world, it is remarkable when a world leader simply tells the truth about Israel and the Palestinians.

It’s almost as if we are surprised when a world leader turns out not to be a hypocrite, a political coward, or an appeaser. We’re so used to the international community’s outrageous double standards, that it becomes remarkable when a national leader acts like a mensch.
The sixth lesson from the Gaza war: Israel has a true friend in Ottawa. The White House could learn a thing or two from Stephen Harper about what it really means to have someone’s back.

Moshe Phillips and Benyamin Korn are members of the board of the Religious Zionists of America.

Voir aussi:

Fifth Lesson of the Gaza War: Trust Obama’s Actions, Not His Words
Moshe Phillips and Benyamin Korn
The Algemeiner
July 16, 2014

“I cannot condemn strongly enough the actions of Hamas in so brazenly firing rockets in the face of a goodwill effort to offer a ceasefire,” Secretary of State John Kerry declared on July 15.

Actually, there are a number of things that Secretary Kerry could be doing beyond issuing statements expressing dismay. The Obama Administration could take meaningful actions to show Hamas that there is a political price to be paid for its terrorism against Israel.

Let’s start with the money.

The United States gives $500-million each year (more than $10-billion since 1994) to the Palestinian Authority regime. Even after the PA earlier this year created a new unity government with Hamas – long designated by Washington to be a terrorist organization – the Obama Administration kept writing the checks.

How does the Administration justify maintaining a half billion dollars annual subsidy to a PA-Hamas coalition? By pretending that Hamas, the coalition partner, actually has nothing to do with the coalition. The individual functionaries in the government are not Hamas members but “technocrats,” the Administration insists. That’s the favorite new word of U.S. Mideast policymakers. Their theory – as absurd as this may sound – is that if someone is appointed by Hamas, but does not actually carry a laminated Hamas membership card in his wallet, then he’s just a “technocrat,” not a Hamas appointee.

State Department spokesperson Jen Psaki took this absurdity to a new level in her daily press briefing on July 7, by converting “technocrat” from a noun to a proper noun. She twice referred to the PA-Hamas regime as “the Technocratic Government,” as if that is its official name.

So here’s our first action item for Secretary Kerry: admit that Hamas is part of the PA-Hamas government, and stop giving it American taxpayer dollars.

What else could the Obama Administration do, aside from professing outrage at Hamas? Plenty.

1. Obama could insist that Palestinian Authority chairman Mahmoud Abbas carry out a real crackdown on the Hamas terror cells that operate in PA-controlled territories. The New York Times reported on March 23 that Israeli troops entered the Jenin refugee camp in pursuit of terrorists because although Jenin is under the “full control” of the Palestinian Authority, “the Palestinian [security forces] did not generally operate in refugee camps.” Yet those camps are the worst incubators of Hamas terrorist activity.

2. Secretary Kerry could also be calling America’s allies to demand that they make their financial aid to Gaza conditional on Hamas ceasing its terrorism.

3. The Obama Administration could stop pressuring Israel to remove security checkpoints in the Judea-Samaria (West Bank) territories – checkpoints that help capture Hamas terrorists.

4. The Administration could stop pushing Israel to ease up on its blockade of Gaza, a blockade that has prevented weapons and dual-use materials from reaching the Hamas regime.

5. The Administration could offer a reward for information leading to the Hamas terrorists who kidnapped and murdered three Israeli teenagers, one of whom was an American citizen. For some inexplicable reason, the Rewards for Justice website, http://www.rewardsforjustice.net, still makes no mention of the kidnap-murder of 16 year-old Naftali Fraenkel. Senator Ted Cruz (R-Texas) and Rep. Brad Sherman (D-California) have introduced bipartisan legislation requiring such a reward. It shouldn’t take Congress to force the Obama Administration to take such a simple and obvious step.

Strongly-worded condemnations of Hamas make for good sound bites, but unless backed by real action, they’re meaningless.

The fifth lesson from the Gaza war: It’s time for the Obama Administration’s actions against Hamas to speak louder than its words.

Moshe Phillips and Benyamin Korn are members of the board of the Religious Zionists of America

Voir encore:

Third Lesson of the Gaza War: Abbas Sides With Hamas
Moshe Phillips and Benyamin Korn
The Algemeiner
July 14, 2014

The Israeli-Palestinian peace process is anchored in the premise that the mainstream Palestinian leadership has truly given up its old terrorist ways. Yasser Arafat and his Fatah movement – the largest faction of the Palestine Liberation Organization – put down their guns and “recognized” Israel. The bad guys became the good guys, and the only bad guys are left are a small minority of Hamas extremists.

The Gaza war provides an opportunity to test that theory. Hamas kidnaps and murders Israeli teenagers, and fires hundreds of rockets into Israel. How has Arafat’s successor, Mahmoud Abbas, chairman of the Palestinian Authority and Fatah, responded?

If Abbas and his Fatah movement are truly moderate and against terrorism, then they should side with Israel against the terrorists. If Abbas and Fatah are indeed the good guys, then they should be opposed to the bad guys.

Unfortunately, it hasn’t turned out that way.

On the very first day of the war, Fatah’s official Facebook page, called “Fatah – The Main Page” posted what it called “A message to the Israeli government and the Israeli people.” Here’s what Abbas’ Fatah had to say to Israelis as hundreds of rockets were being fired at them from Gaza: “Death will reach you from the south to the north. Flee our country and you won’t die. The KN-103 rocket is on its way toward you.”

And that was just the beginning.

On July 9, a cartoon on the Fatah Facebook page, titled “Israel Fires Rockets at Gaza,” showed an Israeli bomb, adorned with a huge swastika, about to strike a Palestinian child. (It’s worth recalling that the then-Secretary of State Colin Powell, among others, has said that comparing Israel to the Nazis is anti-Semitic.)

Perhaps the most telling item of all on Fatah’s Facebook page is a dramatic full-color illustration of three heavily-armed Palestinians – one from Hamas, one from Islamic Jihad, and one from Fatah, standing together. The text reads: “Brothers in Arms: One God, one homeland, one enemy, one goal!” If anyone doubts whose side Fatah is on, this makes it crystal clear.

A video segment on Fatah’s Facebook page shows a masked Fatah member standing amidst a huge arsenal of rockets, declaring: “Praise Allah, our jihad fighters have managed to develop these rockets so they will reach the Zionist depth, Allah willing, to a distance of 45 kilometers inside the occupied Palestinian territories…With these rocket we will liberate our Jerusalem. With these rockets we will crush the Zionist enemy…”

And it’s not just words. On July 7, Fatah’s Facebook page announced that Fatah’s military unit, the Al Aqsa Martyrs Brigade, “targeted the enemy’s bases and settlements with 35 rockets.” (All translations are courtesy of Palestinian Media Watch.)

When the Oslo Accords between Israel and the Palestinians were signed in 1993, the U.S. State Department removed Fatah from its list of terrorist groups. Removing it was not just a statement of how the U.S. views Fatah; it also made it legally possible for the U.S. to start sending $500 million to the Palestinian Authority and the PLO, of which Fatah is the largest faction. Now that Fatah has openly boasted that it is carrying out rocket terrorism against Israel, it’s time to put Fatah back on the U.S. list of terrorist groups.

Fatah and Hamas both belong on that list because, in the end, they are birds of a feather. Certainly there have been moments of tension between the two movements. But those clashes reflected either internal disputes unrelated to Israel, or differences in tactics regarding Israel – not differences in their overall goals.

The third lesson from the Gaza war: The “moderate” Palestinian leadership has shown its true colors. It sides with the terrorists, not with Israel.

Moshe Phillips and Benyamin Korn are members of the board of the Religious Zionists of America.

Voir également:

All The News Hamas Sees Fit to Print

Noah Pollak

The Weekly Standard

July 20, 2014

Something important is missing from the New York Times‘s coverage of the war in Gaza: photographs of terrorist attacks on Israel, and pictures of Hamas fighters, tunnels, weaponry, and use of human shields.

It appears the Times is silently but happily complying with a Hamas demand that the only pictures from Gaza are of civilians and never of fighters. The most influential news organization in the world is thus manufacturing an utterly false portrait of the battle—precisely the portrait that Hamas finds most helpful: embattled, victimized Gaza civilians under attack by a cruel Israeli military.

A review of the Times‘s photography in Gaza reveals a stark contrast in how the two sides are portrayed. Nearly every picture from Israel depicts tanks, soldiers, or attack helicopters. And every picture of Gaza depicts either bloodied civilians, destroyed buildings, overflowing hospitals, or other images of civilian anguish. It is as one-sided and misleading a depiction of the Gaza battle as one can imagine.

Today’s Times photo essay contains seven images: three of Gaza civilians in distress; one of a smoke plume rising over Gaza; and three of the IDF, including tanks and attack helicopters. The message is simple and clear: the IDF is attacking Gaza and harming Palestinian civilians. There are no images of Israelis under rocket attack, no images of grieving Israeli families and damaged Israeli buildings, no images of Hamas fighters or rocket attacks on Israel, no images of the RPG’s and machine guns recovered from attempted Hamas tunnel infiltrations into Israel.

Another report yesterday was accompanied by a single image: that of a dead child in a Gaza hospital.

A second report yesterday, ostensibly about Hamas tunnel attacks on Israel, bizarrely contained not a single picture related to those attacks. The three pictures it contained presented the same one-sided narrative of Israelis as attackers, Palestinians as victims. One picture showed an IDF artillery gun firing into Gaza; a second showed Palestinian mourners at a funeral; a third showed Palestinians waiting in line for food rations.

Indeed, a check of the Twitter feed of the Times’s photographer in Gaza shows not a single image that portrays Hamas in a negative light. It’s nothing but civilian victims of the IDF.

Likewise, the Twitter feed of Anne Barnard, the Beirut bureau chief for the Times currently "reporting" from Gaza, is almost entirely devoted to one thing: anecdotes, pictures, and stories about civilian casualties. Perusing her feed, one would think there are simply no terrorists in Gaza who started this war, who are perpetuating it, who are intentionally attacking Israel from neighborhoods and apartment buildings and thereby guaranteeing the very civilian casualties Barnard appears so heartbroken over.

Maybe all of this is an illustration of just how biased against Israel the Times has become—so biased that Times photographers and editors are simply blind to any image that doesn’t conform to their view of the war.

Or maybe, in the interest of the safety and access of their journalists, the Times is complying with Hamas instructions. As reported by MEMRI, Hamas published media guidelines instructing Gazans to always refer to the dead as "innocent civilians" and to never post pictures of terrorists on social media. Hamas is currently preventing foreign journalists from leaving the Strip, in effect holding them hostage. These journalists must be terrified—and they also must know that the best way to ensure their safety is to never run afoul of the terrorists in whose hands their fates lie.

It would appear that Hamas’s media instructions have been heard loud and clear at the New York Times, and the response is obedience. But the Times also isn’t bothering to inform its readers that the images they’re seeing of Gaza are only the ones Hamas wants them to see. It’s time for the Times to tell its readers exactly why they are being presented with such a distorted picture of this war.

Voir encore:

Israel abandoned
The anti-Semitic West almost seems to want Israelis to suffer
Melanie Phillips
19 July 2014

It’s the moral equivalence which is so devastating. When Egypt this week proposed its ceasefire in Gaza, a BBC presenter asked whether both sides would now conclude that there was no point carrying on with the war. From the start, restraint has been urged on both sides — as if more than 1,100 rocket attacks on Israel in three weeks had the same weight as trying to stop this onslaught once and for all.

Israel has been bombing Gaza solely to stop Hamas and its associates from trying to kill Israeli citizens. But for many in the West, the driving necessity is not to stop Hamas but to stop Israel.

Moral equivalence morphs instantly into moral bankruptcy. People have looked at the casualty count — around 200 Palestinians killed at the time of writing, while only a handful of Israelis have been injured or killed — and decided that this proves Israel is a monstrous aggressor.

No concern at all for the Israelis who have only a few seconds to rush to a shelter when the sirens start to wail, car drivers flinging themselves to the ground at the side of the road. No concern for the elderly or dis-abled Israelis who can’t get to a shelter, the hospital patients left helpless while the rockets slam into the ground nearby.

Just imagine if the Scots, for example, had for years been firing at England volleys of rockets that were now putting 40-50 million people within range. Unimaginable? Of course it is. No country would tolerate it. But that’s the equivalent situation in which tiny Israel has found itself. Yet it is simultaneously having to fight another war: against a West determined to demonise it with accusations of deliberate atrocities, lack of restraint or an attempt to conquer more land.

To these people, whatever Israel does to defend itself is bad. Killing Gazans is bad, warning them to flee so they won’t be killed is bad, the Iron Dome missile defence system is bad because, while Palestinians are being killed, Israelis are not. Ah yes, that’s the real outrage, isn’t it? Not enough dead Jews. How dare they defend themselves so effectively!

And so the West does Hamas’s dirty work for it. Hamas cannot defeat Israel militarily. Its strategy is not just to kill Israelis and demoralise the population, but also to de-legitimise Israel so that the West, too, will work for its destruction. Hamas’s rockets have failed in the first two objectives — but the third is a runaway success.

In its hundreds of tunnels, Hamas has built an underground infrastructure of industrialised terror the length of Gaza. As a Fatah spokesman blurted out, it has situated its arsenal among civilians, underneath schools and hospitals and mosques, for the infernal purpose of using its population as human shields and human sacrifices.

It has urged Gazans to make themselves the target of Israeli air strikes. It has ordered them to ignore the Israeli warnings to evacuate, which are delivered by leaflet, phone, text and warning shots.

Doesn’t the Israel-atrocity brigade ever pause to wonder why Hamas has provided no air-raid shelters for its people, while Israel has constructed a national shelter system? Gazan civilians are dying in order to maximise their numbers killed in the war, so that Hamas can incite against Israel in both the Muslim world and the West.

And it openly games the PR system. Hamas social media guidelines instruct Gazans not to post pictures of missiles launched from ‘residential areas’ and always to add the term ‘innocent citizen’ to any casualty’s name. So the figures it issues for civilian as opposed to terrorist casualties, re-circulated by the UN, are worthless.

Israel is waging this war in accordance with international law, which states that when houses are used for military purposes they may become legitimate military targets. But as Ibrahim Kreisheh, the Palestinian delegate to the UN Human Rights Council, admitted in a remarkable TV interview, while Israel’s killing of civilians is considered in law merely a mistake, Hamas is committing war crimes by deliberately targeting Israeli civilians. Indeed, given its use of Gazan human shields, it is guilty of war crimes twice over.

All civilian casualties, however, are deeply to be regretted and to be avoided wherever possible. And so Gaza presents Israel with a hideous dilemma. Either it inescapably kills a lot of civilians as a by-product of destroying the infrastructure of mass murder, or it leaves that infrastructure at least partly in place to spare the civilians. Until now, it has chosen the latter.
Tensions Remain High At Israeli Gaza BorderTensions remain high at the Israeli Gaza border Photo: Getty

It is also allowing food and fuel into Gaza; its offer of blood supplies was turned down by the Palestinian Authority. When a Hamas rocket downed a power line supplying electricity to 70,000 Gazans, workers from the Israel Electric Company braved Hamas rocket fire to restore power to Gaza — en-abling it to fire more rockets at Israel.

Yet it is Israel which is said to be ‘out of control’, guilty of indiscriminate slaughter and even — as ludicrous as it is obscene — ‘genocide’.

Those who demonise Israel in this way should realise just what they are supporting. Palestinian society, both through Hamas and Mahmoud Abbas’s Fatah (whose military wing has also been firing rockets from Gaza), brainwashes its children that glory lies in killing Jews. It routinely pumps out Judeophobic incitement straight from the Nazi playbook.

A few days ago, Yahya Rabah, a member of the Fatah Leadership Committee in Gaza, recycled the medieval blood libel when he wrote in Al-Hayat al-Jadida that the Jews offer sacrifices during Passover ‘made from the blood of our children’.

Every western supporter of the Palestinian war against Israel is also tacitly supporting such anti-Jewish derangement. This psychotic bigotry is the true driver of that war, as well as the Islamist war against the West. Yet astoundingly it is never, ever mentioned. The intractable problem of Gaza has been exacerbated by the meddling incomprehension of a western world that just doesn’t grasp how Islamist fanatics play by entirely different rules.

The West insists on moral equivalence between Israel and the Palestinians, as if the century-old conflict between the Arabs and the Jews were simply a squabble over the equitable division of land. It is not. It is a war to destroy the Jewish national homeland by people driven into frenzy by forces immune to reason.

Israeli parents are now steeling themselves for the nightmare of their sons in the Israel Defence Force being deployed in a Gazan land war to stop the rockets. Some of those boys will be killed. But it will be the Palestinian casualties, the Hamas war crime, which will be used once again to blame the Jews for their own destruction.

Melanie Phillips is a columnist for the Times.

Voir de même:

Décryptage des mensonges de Michèle Sibony, l’invitée extrémiste anti-sioniste sur LCI
JSSnews
21 juillet 2014

Michele Sibony ment, Michèle Sibony ment, Michèle Sibony est… bon, elle n’est pas allemande, mais côté propagande, elle a du aller à bonne école !

Mme Sibony est vice-présidente de l’UJFP, l’Union « Juive » Française pour la Paix. En réalité, ils n’ont de juif que le nom et ne mettent en avant leur ascendance juive que pour l’utiliser comme paratonnerre et être les « bons juifs » des anti-sionistes ; une vraie bonne caution morale pour dire « ben non, vous voyez bien qu’on n’est pas antisémites! ».
On a en connu déjà dans l’histoire juive, que ce soit Nicolas Donin au moyen-âge et autres Pablo Christiani (tous deux juifs convertis au christianisme), donc rien de nouveau sous le soleil.
Comme le dit très justement Laurent Sagalovitsch, l’antisémitisme est une drogue tellement dure, que le monde n’ayant pu s’en passer, lui a trouvé un substitut, comme la méthadone avec l’héroïne: l’antisionisme.
Prétendant avoir une quelconque compétence en la matière, elle a donné un entretien à LCI.

C’est le droit de LCI de lui donner la parole.
Michèle Sibony y a raconté des éléments factuellement faux.
C’est son droit de mentir.
C’est notre obligation de les corriger.
Il faut rappeler que la grande majorité des Français ne connaissent rien au conflit. En discutant avec un certain nombre d’entre eux, beaucoup pensait que la bande de Gaza était encore remplie de colons. Sibony le sait, et elle en joue.
Mensonge 1 à 0mn50 : Elle met en rapport la situation à Gaza et la colonisation.
Faux. Il n’y a plus un seul israélien à Gaza, civil ou militaire depuis 2005.
Mensonge 2 à 1mn13: En répondant à la question de la journaliste sur les roquettes, elle répond que Gaza est l’un des territoires les plus densément peuplé du monde.
Faux. Une simple calculatrice est 3 mn sur Google suffisent à contredire ce mensonge qui est répété depuis des années.
La densité de population à Gaza est de 5046 hab./km2… on va comparer avec d’autres territoires.
Singapour? 7126 hab./km2
Hong Kong? 6544 hab./km2
Bordeaux? 4800 hab./km2
Lyon? 10 000 hab./km2
Paris? 21 000 hab./km2
Rien à rajouter.
Mensonge 3 à 1mn20: Elle affirme que le blocus est « déclaré illégal par toute la communauté internationale »
Faux. Le Rapport Palmer de l’ONU en 2010 suite à une demande sur la validité du blocus naval dans l’affaire du Mavi Marmara a déclaré que le blocus était légal.
Sibony invente de toutes pièces une illégalité du blocus.
De plus, le blocus n’est pas simplement israélien, mais israélo-egyptien, la « responsabilité » égyptienne n’est pas mentionnée par Sibony, alors même que les Gazaouis s’en plaignent.
Ainsi, en moins de 30 secondes, elle nous a déjà pondu 3 mensonges que chacun peut démonter rapidement.
Mensonge 4 à 1mn38: Elle affirme qu’un arrêté de la Cour International de Justice déclare le mur illégal.
Il n’y a eu aucun arrêté, mais en réalité une réponse à une question, c’est à dire un avis consultatif, et non pas un jugement, qui sera suivi d’un vote de l’assemblée générale de l’ONU et non pas du conseil de sécurité, ce qui signifie en droit international qu’il n’est pas contraignant.
Mensonge 5 à 2mn 30: Elle veut nous faire la chronologie des évènements, entre l’échec des négociations, et le gouvernement d’unité palestinien… sauf qu’elle ne semble pas au courant, mais le gouvernement n’était pas un gouvernement Fatah/Hamas, mais un gouvernement technique soutenu par les deux partis.
Mensonge 6 à 3mn: Elle reproche à Israël de ne pas vouloir reconnaitre l’union palestinienne, en omettant de préciser que la raison en est simple: le Hamas continue de prôner la destruction d’Israël et l’extermination de tous les Juifs (article 7 de sa charte).
Mensonge 7 à 3 mn10: Elle affirme que le Hamas n’aurait rien à voir avec l’enlèvement et que tout ça n’était qu’un prétexte du gouvernement israélien. Sauf qu’au moment de l’enlèvement, les personnes identifiées sont bel et bien rattachées au Hamas. Le seul élément que l’on ignore est de savoir si le Hamas l’a bel et bien commandité.
Sibony détourne la réalité et les faits et ne sélectionne que ceux qui l’arrange.
Mensonge 8 à 4mn: Elle affirme que ce serait Israël qui imposerait son calendrier pour la trêve, hors c’est l’Egypte qui a proposé le cessez-le-feu qu’Israël a accepté sans condition préalable. Le cessez-le-feu était la solution en urgence pour pouvoir arrêter les violences immédiatement. Sibony se cale sur les positions du Hamas, qui a préféré poursuivre la guerre et ses morts que d’avoir un cessez-le-feu, quitte à négocier par la suite son prolongement.
Mensonge 9 à 4mn40: Elle affirme que la synagogue de la Roquette accueillait un rassemblement de soutien à Israël, que des Juifs soutiennent Israël, seul état juif, n’est pas étonnant, mais surtout ce rassemblement était en fait une prière pour la paix en Israël et non pas pour la guerre. Pour la chronologie des évènements, les vidéos, et les témoignages, nous y revenons sur Rootsisrael et y répondront plus profondément.
Ce que Sibony omet également de préciser, c’est qu’en se focalisant sur la synagogue de la Roquette, ça lui permet de ne pas parler des autres synagogues visées et des propos antisémites qui ont été entendus et enregistrés.
Pour le reste, nous avons le droit à sa propagande.
On a tout à fait le droit, si on le souhaite, de soutenir les Palestiniens, ceux de Gaza, de vouloir la paix pour eux, et leur bien-être, mais quel intérêt à mentir pour appuyer sa démonstration?
L’UJFP qui prétend représenter d’autres juifs, représente 300 personnes (juives?), et ce n’est pas en mentant qu’elle en recrutera plus… Heureusement.

Par Israel Tavor – Pour RootsIsrael -
JSSNews

La presse égyptienne soutient Israël contre le Hamas
F24
July 20, 2014

Dans la presse égyptienne, le pilonnage de la bande de Gaza ne fait vibrer ni le sentiment anti-israélien, très fort en Égypte, ni la traditionnelle solidarité arabe. Ces derniers jours, c’est plutôt par leur condamnation virulente du Hamas, voire de l’ensemble des Palestiniens, que les médias égyptiens se sont illustrés.

Adel Nehaman, un éditorialiste du journal égyptien "El-Watan", affirme ainsi sans détour : "Désolé, habitants de Gaza, je ne compatirai pas avec vous tant que vous ne vous serez pas débarrassés du Hamas". Une journaliste du quotidien gouvernemental "Al-Ahram", Azza Sami, n’hésite pas de son côté à féliciter sur Twitter le Premier ministre israélien pour l’offensive sur Gaza : "Merci Netanyahou, et que Dieu nous donne plus d’hommes comme vous pour détruire le Hamas !" Tandis que le présentateur vedette de la chaîne El-Faraeen, Tawfik Okasha, un partisan affiché du pouvoir militaire égyptien et l’un des plus violents détracteurs des Frères musulmans, a attaqué en direct l’ensemble de la population de l’enclave palestinienne : "Les Gazaouis ne sont pas des hommes, s’ils étaient des hommes ils se révolteraient contre le Hamas !" Une chaîne de télévision israélienne n’a pas hésité à diffuser la séquence, interprétée comme une preuve du soutien de l’Égypte à l’opération israélienne dan la bande de Gaza.

Cette hostilité envers le Hamas et les Palestiniens est une conséquence de la vie politique égyptienne où l’affrontement entre islamistes et pouvoir militaire occupe tout l’espace politique. Les journalistes, qui ont soutenu le coup de force de l’armée contre le président islamiste Mohamed Morsi en juillet 2013, ne voient dans le Hamas rien d’autre que la branche palestinienne des Frères Musulmans, aujourd’hui interdits en Égypte. Depuis, une grande partie des médias égyptiens appelle à "liquider" les Frères musulmans et applaudissent l’offensive israélienne censée désarmer le mouvement islamiste.

Le Hamas jugé responsable de la guerre larvée dans le Sinaï

Les journalistes qui encouragent Tsahal invoquent aussi les violences en cours dans le Sinaï, la péninsule frontalière de Gaza et d’Israël. Depuis un an, des groupes islamistes armés attaquent presque quotidiennement la police et l’armée égyptiennes dans cette région déshéritée, longtemps négligée par le gouvernement central.

Le pouvoir actuel affirme que les Frères musulmans et le Hamas sont derrière ces troubles, même si d’autres groupes, dont les djihadistes de Ansar Bayt al-Maqdis ou de Ajnad Masr, revendiquent régulièrement les attaques en question. Pour les médias égyptiens qui ont adopté la ligne politique du pouvoir militaire du maréchal Sissi, la neutralisation du Hamas mettrait fin, selon eux, à la guerre larvée en cours dans le Sinaï.

Cependant, cette presse va beaucoup plus loin. Au-delà du Hamas, ce sont les Palestiniens qui sont dans son collimateur. Elle multiplie les critiques vis-à-vis des "habitants de Gaza", incapables, selon eux, de se révolter contre les islamistes du Hamas comme les Égyptiens l’ont fait en manifestant contre Mohamed Morsi le 30 juin 2013. Une généralisation qui choque Tarek Saad Eddin, rédacteur en chef adjoint du magazine égyptien "El-Moussawer". "Ces journalistes font partie de médias qui reçoivent leurs ordres du pouvoir. Ils affirment que le Hamas est responsable du meurtre des manifestants de la place Tahrir pendant le soulèvement de janvier 2011, et de la libération des leaders islamistes qui étaient en prison à cette époque… Mais en critiquant tous les Gazaouis, ils se trompent complètement de cible", commente-t-il pour le site en langue arabe de France 24.

Une méfiance généralisée à l’encontre des Palestiniens

Ce type de campagne médiatique dirigée contre une communauté n’est pas inédite en Égypte. Les Syriens ont été la cible du même genre d’attaques à l’été 2013, après le renversement de Mohamed Morsi par l’armée. Une partie des médias égyptiens, dont le présentateur Tawfik Okasha, avait accusé les réfugiés syriens en Égypte d’être des alliés des Frères musulmans. Cette campagne médiatique avait débouché sur des attaques physiques contre des Syriens dans les rues du Caire.

Tous les Égyptiens ne sont pourtant pas aussi hostiles au Hamas et aux Palestiniens. Des manifestations de soutien à Gaza ont également eu lieu ces derniers jours au Caire et à Alexandrie. Elles n’ont toutefois rassemblé que quelques milliers de personnes. Des jeunes activistes égyptiens, pour la plupart proches de mouvements de gauche, ont organisé un convoi de solidarité avec Gaza : 400 d’entre eux se sont rendus jusqu’au poste-frontière de Rafah, entre l’Égypte et Gaza, où l’armée égyptienne les a stoppés et renvoyés vers Le Caire.

Mais hormis ces militants, les Égyptiens semblent globalement peu sensibles au sort des Gazaouis. La méfiance générale envers les Palestiniens, que le régime de Moubarak a entretenue pendant des années en accusant les "terroristes du Hamas" de vouloir déstabiliser l’Égypte, est aujourd’hui réactivée par les médias qui soutiennent le nouveau pouvoir.

Adaptation d’un article de Boualem Rhoubachi

Voir par ailleurs:

Face aux crimes sionistes et à la complicité de l’Etat français : résistance !

* Face aux crimes sionistes et à la complicité de l’Etat français : résistance !

Vous aussi signez l’appel et envoyez vos dons pour soutenir la mobilisation

Nous étions 30 000 à Paris dimanche 13 juillet en soutien à la résistance palestinienne et contre la complicité du gouvernement français avec les criminels sionistes. Pour contrer notre mobilisation populaire, les lobbys sionistes ont inventé une attaque contre une synagogue et mobilisé leurs réseaux, de la LDJ au sommet de l’Etat, en passant par le CRIF et les médias dominants, afin de disqualifier notre lutte contre le colonialisme.

Ils souhaitent nous interdire d’exprimer notre soutien à la lutte héroïque du peuple palestinien. Ils souhaitent nous interdire de clamer fièrement notre opposition au sionisme. Nous répondons : résistance !

Face à un système raciste et islamophobe, une gauche et une droite françaises qui n’ont pas rompu avec les vieux réflexes coloniaux, alors que l’oppression s’abat sur les nôtres, arabes, musulmans, noirs, habitants des quartiers populaires, un droit et un devoir s’imposent à nous : nous opposer aux dirigeants corrompus et hypocrites qui soutiennent Israël.

La lutte en cours à Gaza et dans toute la Palestine est la nôtre : il s’agit de mettre en échec un projet colonial qui allie une idéologie raciste à une technologie meurtrière dont le but est de nous neutraliser. Incapables d’arrêter les roquettes de la résistance palestinienne, les sionistes massacrent les familles et bombardent aveuglément maisons, dispensaires, mosquées.

Cette bataille ne sera pas finie tant que le siège de Gaza est maintenu et que les sionistes emprisonnent et torturent les nôtres. Cette guerre ne sera gagnée que quand nous serons tous unis, pour notre dignité… et la libération de la Palestine.

La lutte armée en Palestine se prolonge ici par notre mobilisation, dans la rue, et en intensifiant, partout, la campagne pour le boycott et les sanctions contre l’Etat sioniste. Prenons nos responsabilités, organisons-nous de façon autonome, rallions tous les soutiens sincères à notre juste cause !

Halte à l’agression contre Gaza – Halte au blocus
Soutien total et inconditionnel à la résistance palestinienne sous toutes ses formes
Liberté pour tous les prisonniers palestiniens
Soutien à la campagne BDS – Boycott, Désinvestissement, Sanctions contre Israël
Halte à la complicité des dirigeants français et européens

Premiers signataires :

Union Générale des Etudiants de Palestine-GUPS Paris; Mouvement des Jeunes Palestiniens-PYM France; Associations de Palestiniens en Ile-de-France; Fatah France; Génération Palestine; PIR; Uni-T; IJAN; Ameddias; La Courneuve-Palestine; Actions Terres du Monde; Abna Philistine; Comité Action Palestine; ISM-France; Europalestine; Collectif des musulmans de France; GAB; Campagne Abrogation des Lois Islamophobes (A.L.I); Association des Marocains en France; Mouvement Echaâb (Tunisie); Ailes-femmes du Maroc; Al Massar; collectif BARAKA; AMDH-Paris/IDF; Ettakatol (FDTL); Américains contre la guerre (AAW); Respaix Conscience Musulmane; L’Action Antifasciste Aube Champagne-Ardenne; Bouge qui Bouge (77); H2B (77); L’Association la Colombe et L’Olivier; Amatullah (Bagnolet); Ziri (Bagnolet); collectif HAMEB; ARAC NOISIEL; Cuba Si France; Le front populaire de Tunisie; Federation des Associations des Marocains en France; AFAPREDESA; Etudiants Musulmans de France; Culture&Solidarité; UniEs-vers-elles;

pour signatures orgas : gupsparis@gups-france.org

Voir enfin:

Une seule réponse, la résistance

Communiqué de Génération Palestine

Samedi 19 juillet, pendant qu’Israël, face à la résistance déterminée des combattants palestiniens, décidait de réduire en poussière le quartier de Shajaiya à Gaza, faisant plus de 100 mort-e-s et 60000 déplacé-e-s en moins de 24 heures, notre premier ministre, Manuel Valls, était occupé.

Il était occupé à empêcher la solidarité avec le peuple palestinien de s’exprimer. Il était occupé à attaquer les personnes et organisations solidaires de la Palestine et de sa résistance. Pour cela, la méthode a été simple: utiliser une manipulation de la Ligue de Défense Juive, une organisation sioniste violente et raciste, pour interdire la manifestation de soutien à Gaza prévue à Paris et se servir ensuite des affrontements causés par cette interdiction pour charger puis interpeller. Le résultat, ce sont plusieurs heures d’affrontements avec la police à Barbès, des nuages de gaz lacrymogènes dans tout le Nord de Paris, 44 arrestations et 19 personnes toujours en garde à vue en ce moment.

Il faut dire clairement que tout ceci a été voulu et préparé par le gouvernement. L’interdiction officielle de la manifestation moins de 48 heures avant son déroulement, les forces de l’ordre lâchées dans un quartier populaire en plein samedi après-midi, les menaces voilées du gouvernement, tout a été mis en place pour nous faire réagir et pour permettre au gouvernement de justifier sa répression. Le lendemain, le gouvernement signe son forfait en accusant les manifestant-e-s d’un “antisémitisme” imaginaire censé justifier ce déploiement de force. C’est un piège politique et policier qui a été tendu aux personnes qui ont exprimé leur solidarité avec le peuple palestinien à Paris ce samedi 19 juillet. Ses conséquences dramatiques ont été cyniquement utilisées dans l’agenda étatique, notamment par Manuel Valls, lors de la commémoration de la rafle du Vel’ d’Hiv le lendemain.

Comme par hasard, les autres villes de France où les manifestations n’ont été ni bloquées et ni attaquées, ont vu se dérouler des manifestations massives, sans aucun des fameux “troubles à l’ordre public” tant redoutés par le gouvernement.

En protégeant la LDJ et en s’en prenant à nous, le gouvernement a fait un choix clair. Un choix clair et cohérent avec son soutien au colonialisme israélien et avec son premier ministre déclarant son “amour pour Israël”. Un choix ni parisien, ni ponctuel : comme face à la campagne BDS, la réponse des gouvernements successifs a été la criminalisaiton et la répression. Dans la rue comme dans les tribunaux, c’est le soutien à la résistance palestinienne qui est attaqué dès qu’il prend de l’ampleur. Nous en prenons acte et savons à quoi nous attendre de leur part.

Il en faudra plus pour nous faire renoncer. En ce moment même, les Palestinien -ne-s résistent à l’occupation, à la colonisation et à l’apartheid dans toute la Palestine: à Gaza, à Ramallah, à Haïfa, à Naplouse, à Hébron, à Jérusalem … Ils résistent par les armes, par les pierres, par les études, par leur détermination à rester toujours et encore sur leurs terres, à refuser de céder. Malgré la complicité de notre gouvernement, et contre cette complicité, nous sommes à leur côté dans la résistance.

Les palestinien-ne-s ont le droit de résister face à un état colonial qui souhaite s’approprier toujours plus de leurs terres, de leurs ressources et de leurs vies. Nous avons le droit de manifester notre solidarité avec cette résistance dans toute la France. Nous réclamons donc la libération des personnes emprisonnées lors de la manifestation du 19 à Paris, et soutenons les revendications palestiniennes, notamment l’arrêt total de l’offensive israélienne, la fin du siège de Gaza qui dure depuis maintenant 7 ans et la libération des prisonniers capturés à nouveau par Israël après leur libération l’année dernière.

Nous appelons à une nouvelle manifestation le 23 juillet à 18h30, Denfert Rochereau (Paris) ainsi que le samedi 26 juillet, place de la République (Paris) à 15h.

Liberté pour les interpellé-e-s du 19 juillet

Soutien à la résistance palestinienne sous toutes ses formes

Boycott, Désinvestissements et Sanctions contre l’Etat israélien


Gaza: En droit de la guerre, la proportionnalité n’a rien à voir avec le nombre relatif des victimes (It is ironic that Israel is charged with disproportionality for successfully protecting its civilians by following international law)

21 juillet, 2014
https://scontent-a-fra.xx.fbcdn.net/hphotos-xpa1/v/t1.0-9/10524312_4450865086796_1913747810205322816_n.jpg?oh=40466309645ea6092e30209f8bd616ec&oe=54594E05

http://www.europe-israel.org/wp-content/uploads/2014/07/terror2.jpg

http://www.jpost.com/HttpHandlers/ShowImage.ashx?id=249662&h=236&w=370

https://fbcdn-sphotos-f-a.akamaihd.net/hphotos-ak-xpf1/t1.0-9/10561604_4449284327278_2283345156004203018_n.jpg
J’ai une prémonition qui ne me quittera pas: ce qui adviendra d’Israël sera notre sort à tous. Si Israël devait périr, l’holocauste fondrait sur nous. Eric Hoffer
A 100% effective Iron Dome wouldn’t serve Tel Aviv’s strategical interest slightest bit since the regime relies on the public’s fear of Palestinian attacks. Add to that the huge cost of the defence system’s missles as compared to that of the primitive projectiles fired by the Gazan resistance. From the Palestinian perspective, before Iron Dome the qassams hardly ever caused damage to the Israeli military, but did spread fear and incite the Israeli public opinion against them. Today, thanks to Iron Dome, every airborn sewer pipe is guaranteed to inflict substantial financial loss to the IDF, at least if the system would be programmed to react to every threat. So my take is the Israeli army intentionally limited the effectiveness of the defence system. Pasparal da Beira do Canal (11 March 2013)
Qui se cache dans les mosquées ? Le Hamas. Qui met ses arsenaux sous des hôpitaux ? Le Hamas. Qui met des centres de commandement dans des résidences ou à proximité de jardins d’enfants ? Le Hamas. Le Hamas utilise les habitants de Gaza comme boucliers humains et provoque un désastre pour les civils de Gaza ; donc, pour toute attaque contre des civils de Gaza, ce que nous regrettons, le Hamas et ses partenaires sont seuls responsables. Benjamin Nétanyahou
Les attaques aveugles à la roquette à partir de Gaza vers Israël constituent des actes terroristes que rien ne justifie. Il est évident que le Hamas utilise délibérément des boucliers humains pour intensifier la terreur dans la région. L’absence d’une condamnation de ces actes répréhensibles par la communauté internationale encouragerait ces terroristes à poursuivre ces actions consternantes. Le Canada demande à ses alliés et partenaires de reconnaître que ces actes terroristes sont inacceptables et que la solidarité avec Israël est le meilleur moyen de mettre fin au conflit. L’appui du Canada envers Israël est sans équivoque. Nous appuyons son droit de se défendre, par lui‑même, contre ces attaques terroristes, et nous exhortons le Hamas à cesser immédiatement ses attaques aveugles à l’endroit d’innocents civils israéliens. Le Canada réitère son appel au gouvernement palestinien à désarmer le Hamas et d’autres groupes terroristes palestiniens qui opèrent à partir de Gaza, dont le Jihad islamique palestinien, mandaté par l’Iran. Stephen Harper (premier ministre canadien, 13.07.14)
En ce 13 juillet 2014 on mesure à nouveau le déséquilibre moral vertigineux entre Israël qui suit à la lettre le droit de la guerre et le Hamas qui le bafoue sans vergogne. En effet, les Palestiniens vivant au nord de la Bande de Gaza dans des zones d’où sont tirées à l’aveuglette des dizaines de roquettes sur les populations civiles d’Israël, ont été avertis par Tsahal d’évacuer les lieux pour permettre une opération de nettoyage de cibles militaires sans faire de victimes civiles. Ce que nombreux Palestiniens font, se réfugiant dans des bâtiments de l’UNRWA. Le Hamas, qui utilise sa population comme boucliers humains, leur ordonne de retourner dans ces zones. Pour la seule journée du 12 juillet 2014 plus de 129 roquettes ont été tirées depuis Gaza vers Israël. 117 roquettes au moins ont frappé Israël 9 roquettes ont été interceptées par le Dôme de Fer Tsahal a frappé 120 cibles terroristes dans la Bande de Gaza On est bien loin d’un soi-disant combat de David contre Goliath, le Hamas possédant un arsenal considérable. Fabriqué localement pour partie – d’où les restrictions israéliennes sur la nature des transferts à Gaza, qui se poursuivent actuellement en dépit des attaques terroristes – mais importé pour une plus grande partie. Fourni par l’Iran ou ses alliés, importé dans la Bande de Gaza via des tunnels de contrebande dont la construction est devenue une spécialité locale ayant bénéficié jusque récemment de complicités égyptiennes. L’Égypte aujourd’hui saisit ce type de matériel à destination de Gaza-. (…) C’est dans ce contexte que Tsahal, se conformant au droit international et au droit de la guerre a averti le 12 juillet des Gazaouis du nord de la Bande de Gaza, qui vivent autour de rampes de lancement de roquettes et autres installations terroristes militaires de partir de chez eux avant midi le lendemain avant que soit lancée une opération pour les détruire. Ce que rapporte même l’agence de presse palestinienne Maan News.. Qui fait également état du départ de milliers de Palestiniens qui vont se réfugier dans des écoles ou des bâtiments de l’UNRWA. Ce qui montre d’ailleurs qu’ils savent que les tirs israéliens ne sont pas aveugles, à la différence des tirs lancés depuis Gaza. Et que fait le Hamas ? Son ministère de l’Intérieur ordonne à ces Palestiniens de regagner immédiatement leur domicile, affirmant que ces avertissements entreraient dans le cadre d’une guerre psychologique et ne sont pas à prendre au sérieux, alors qu’il sait pertinemment que tel n’est pas le cas…., Le mouvement terroriste qui utilise sa population comme boucliers humains démontre une fois encore son peu de respect pour leurs vies. Les Gazaouis n’étant pour lui que de la chair à canon. Hélène Keller-Lind
News media coverage of the Gaza war is increasingly focusing on the body count. It’s an easy way to make Israel look bad. And it tends to obscure who the real aggressor in this conflict is, and who is the real victim. Each day, journalists report an ever-higher number of Gazans who have been killed, comparing it to the number of Israeli fatalities, which is still, thank G-d, zero. This kind of simplistic reporting creates a sympathetic portrayal of the Palestinians, who are shown to be genuinely suffering, while the Israeli public just seems a little scared. But there are important reasons why there are so many more Palestinian casualties than Israeli casualties. The first is that the Israeli government has built bomb shelters for its citizens, so they have places to hide when the Palestinians fire missiles at them. By contrast, the Hamas regime in Gaza refuses to build shelters for the general population, and prefers to spend its money buying and making more missiles. It’s not merely that Hamas has no regard for the lives of its own citizens. But even worse: Hamas deliberately places its civilians in the line of fire, in the expectation that Palestinian civilian casualties will generate international sympathy. On July 10, the Hamas Ministry of the Interior issued an official instruction to the public to remain in their apartments, and “and not heed these message from Israel” that their apartment buildings are about to be bombed. A New York Times report on July 11 described in sympathetic detail how seven Gazans were killed, and many others wounded, in an Israeli strike despite multiple advance warnings by Israel to vacate the premises. In the 18th paragraph of the 21-paragraph feature, the Times noted, in passing: “A member of the family said earlier that neighbors had come to ‘form a human shield.’ ” Isn’t that outrageous? Israel voluntarily gives up the advantage of surprise in order to warn Palestinian civilians and save their lives. Hamas responds by trying to ensure that Palestinian civilians get killed. And the international community chastises Israel for the Palestinian fatalities! Another reason there are so many more Palestinian casualties is that Hamas deliberately places its missile-launchers and arms depots in and around civilian neighborhoods. Hamas hopes that Israel will be reluctant to strike such targets because of the possibility of hitting civilians. Hezbollah does the same thing in southern Lebanon. This is by now an old Arab terrorist tactic, going back more than three decades. (…) The final reason the Palestinian casualty toll is higher than that of Israel is that Israel has a superior army, and it’s winning this war. Those who win wars almost always have fewer casualties than those who are defeated. In Israel’s case, that’s a good thing. Israel need not feel guilty or defensive about winning. It’s a lot better than losing, as the Jewish people have learned from centuries of bitter experience as helpless victims. Anyone with knowledge of history can appreciate how misleading casualty statistics can be. In World War II, the United States suffered about 360,000 military deaths. The Germans lost 3.2-million soldiers and 3.6-million civilians. Does that mean America was the aggressor, and Germany the victim? Japan estimates that it suffered 1 million military deaths and 2 million civilian deaths. Does that mean America attacked Japan, and not vice versa? The fourth lesson from the Gaza war: The body count is a form of Arab propaganda, which actually conceals who is the aggressor and who is the victim. Moshe Phillips and Benyamin Korn
Un simple cessez-le-feu serait de facto une victoire pour le Hamas. Il donnerait au Hamas le temps et l’espace de respiration dont il a besoin pour faire passer plus d’armes, réparer ses tunnels terroristes, et lancer de nouvelles attaques terroristes contre Israël. Il ne durerait que pour mieux prolonger la guerre. (…) les sous-sols de la ville de Shuja’iya que les israéliens ont bombardés cette nuit [représentent] tout un arsenal et des postes de commandement terroristes sous les immeubles d’habitation, la mosquée et l’hôpital. (…) Certes, nettoyer Gaza de ses armes et de son infrastructure militaire ne serait pas une tâche facile, compte tenu du vaste arsenal que le Hamas a amassé depuis le dernier cessez-le-feu il y a deux ans. Au début de la guerre actuelle, le Hamas avait environ 10.000 roquettes à portée de main. Ces missiles sont plus sophistiqués que les années précédentes, ils transportent des charges lourdes d’explosifs et peuvent atteindre Israël partout, même jusqu’à Nahariya, le long de la frontière nord d’Israël avec le Liban. Le Hamas a également des drones armés. Il a d’énormes dépôts d’armes et des laboratoires de fabrication de bombes. Il a des tunnels en béton où les terroristes se cachent et où passent les armes qui sont introduites en contrebande. En mars de cette année, la marine israélienne a intercepté un navire d’armes iranien à destination de Gaza. Cachées sous des sacs de ciment de fabrication iranienne il y avait des dizaines de roquettes M-302 sol-sol d’une portée de 75 à 150 km. (Remarque: la distance entre la bande de Gaza à Tel-Aviv est de 60 km.) La cache d’armes comprenait également près de 200 obus de mortier, et 400 000 cartouches de munitions. En 2009 et à nouveau en 2011, Israël a bombardé les convois d’armes transportées du Soudan à Gaza. Qui sait combien d’autres de ces livraisons d’armes iraniennes ou soudanaises ont réussi à échapper aux Israéliens et à atteindre Gaza? Ce n’est pas seulement un problème pour Israël. C’est un problème pour l’ensemble du monde libre. Israël est en première ligne dans la guerre internationale contre le terrorisme. Gaza n’est qu’un champ de bataille. Comme nous le savons depuis longtemps, ce qui commence à Gaza ou Bagdad ou Kaboul se propage vite à Londres, Madrid et New York. La communauté internationale a démontré que quand elle rassemble sa volonté, elle peut désarmer les terroristes. Une pression internationale sévère et des sanctions ont contraint la Syrie à entamer le démantèlement de ses armes chimiques l’année dernière. (…) Au lieu de continuer à verser des milliards de dollars d’aide financière dans le trou noir connu sous le nom de «économie de Gaza», la communauté internationale doit porter son attention sur les armes de Gaza. Il est temps à l’instar de ce que l’Irlande a réussi et des progrès faits en Syrie, de démilitariser la bande de Gaza. Les habitants de Gaza ont besoin de beurre, et non pas de munitions, et les gens du monde libre ont besoin de paix, et non pas de terrorisme. Moshe Phillips et Benyamin Korn
Curieux reportages : on ne parle que de femmes d’enfants et de vieux retrouvés dans les décombres, pas un seul homme, bizarre non ? Comme si en effet les hommes étaient dans les tunnels faisant déboucher leur rampe de lancement dans les maisons mêmes, les toits coulissants ou des verrières, avec obligation pour les femmes et enfants de vivre et mourir avec, voilà les conditions de la guerre que ne connaissent évidemment pas les casseurs de "juifs" à Barbès et de Sarcelles. En 2008 sur les 1500 morts gazouis, plus de la moitié étaient des combattants… Les autres sont les otages d’amoureux de la mort. Iris Canderson
Dans toute la France, ce sont aujourd’hui des milliers de manifestant-e-s qui sont descendus dans la rue pour exiger l’arrêt de l’intervention militaire de l’État d’Israël dans la bande de Gaza, pour crier leur révolte face au plus de 300 morts palestiniens depuis le début de cette intervention. En interdisant dans plusieurs villes et notamment à Paris, les manifestations de solidarité avec la Palestine, Hollande et le gouvernement Valls ont enclenché une épreuve de force qu’ils ont finalement perdue. Depuis l’Afrique où il organise l’aventure militaire de l’impérialisme français, Hollande avait joué les gros bras « ceux qui veulent à tout prix manifester en prendront la responsabilité ». C’est ce qu’ont fait aujourd’hui des milliers de manifestant-e-s qui sont descendus dans la rue pour exiger l’arrêt de l’intervention militaire de l’État d’Israël dans la bande de Gaza, pour crier leur révolte face au plus de 300 morts palestiniens depuis le début de cette intervention. Et pour faire respecter le droit démocratique à exprimer collectivement la solidarité. En particulier à Paris, plusieurs milliers de manifestants, malgré l’impressionnant quadrillage policier, ont défié l’interdiction du gouvernement. C’est un succès au vu des multiples menaces de la préfecture et du gouvernement. En fin de manifestation, des échauffourées ont eu lieu entre des manifestants et les forces de l’ordre. Comment aurait-il pu en être autrement au vu de dispositif policier et de la volonté du gouvernement de museler toute opposition à son soutien à la guerre menée par l’Etat d’Israël. Le NPA condamne les violences policières qui se sont déroulées ce soir à Barbès et affirme que le succès de cette journée ne restera pas sans lendemain. Dès mercredi, une nouvelle manifestation aura lieu à l’appel du collectif national pour une paix juste et durable. La lutte pour les droits du peuple palestinien continue. Le NPA appelle l’ensemble des forces de gauche et démocratiques, syndicales, associatives et politiques, à exprimer leur refus de la répression et leur solidarité active avec la lutte du peuple palestinien. NPA
Il faut dire que le réseau souterrain du Hamas a de quoi inquiéter Israël. "Des dizaines de tunnels parcourent la bande de Gaza, affirme Tsahal. Il s’agit d’un réseau sophistiqué, très bien entretenu, qui relie des ateliers de construction de roquettes, des rampes de lancement et des postes de commandement." A une vingtaine de mètres sous terre, ils sont parfois équipés du téléphone et de l’électricité. Les galeries, dont la construction peut prendre des années, sont devenues une fierté pour le Hamas, expliquait un ancien responsable de l’armée israélienne au journal Haaretz. Francetvinfo
Les tactiques de combat et l’idéologie du Hamas sont, "par excellence, un cas d’école" de violations systématiques du droit international humanitaire. Il n’y a "presqu’aucun exemple comparable" où que ce soit dans le monde d’aujourd’hui d’un groupe qui viole aussi systématiquement les accords internationaux liés aux conflits armés. Irwin Cotler (ancien Ministre de la Justice canadien, membre du parlement de ce pays et professeur de droit à l’Université McGill de Montreal)
En droit de la guerre, la proportionnalité n’a rien à voir avec le nombre relatif des victimes des deux côtés. Il fait plutôt référence à la valeur militaire d’une cible (combien d’impact la destruction de la cible aurait sur l’issue d’une bataille ou guerre) par rapport à la menace attendue pour la vie ou la propriété de civils. Si la cible a une haute valeur militaire, alors elle peut être attaquée même si cela risque d’entrainer des pertes civiles. Ce qui doit être "proportionnel" (le terme n’est en fait pas utilisé dans les conventions pertinentes), c’est la valeur militaire de la cible par rapport au risque pour les civils. En particulier, l’Article 51 du protocole additionnel aux Conventions de Genève de 1977 interdit aussi comme sans discrimination : 5 b ) les attaques dont on peut attendre qu’elles causent incidemment des pertes en vies humaines dans la population civile, des blessures aux personnes civiles, des dommages aux biens de caractère civil, ou une combinaison de ces pertes et dommages, qui seraient excessifs par rapport à l’avantage militaire concret et direct attendu. Par cette mesure, les efforts d’Israël pour détruire les missiles avant qu’ils puissent être tirés sur des civils israéliens, même si cela place des civils palestiniens en péril, semble se conformer parfaitement aux lois de la guerre. Rien n’oblige Israël à placer la vie de ses citoyens en danger pour protéger la vie des civils palestiniens. (…) Au-delà de cela, placer ses propres civils autour ou près d’une cible militaire pour servir de « boucliers humains » est interdit par la quatrième Convention de Genève : Art. 28. "Aucune personne protégée ne pourra être utilisée pour mettre, par sa présence, certains points ou certaines régions à l’abri des opérations militaires". L’article 58 du protocole 1 additionnel aux Conventions de Genève de 1977 va même plus loin à cet égard, exigeant que Hamas éloigne les civils palestiniens de la proximité de ses installations militaires, ce qui comprendrait tout endroit où seraient produits, stockés ou actionnés les mortiers, bombes et armes et ce en tout lieu où s’entrainent, se rassemblent ou se cachent ses combattants. Voici le texte qui engage les parties au conflit à: … a) s’efforceront, sans préjudice de l’article 49de la IVe Convention, d’éloigner du voisinage des objectifs militaires la population civile, les personnes civiles et les biens de caractère civil soumis à leur autorité ; s’efforcer de supprimer la population civile, les civils et les biens de caractère civil sous leur contrôle du voisinage des objectifs militaires ; b éviter de placer des objectifs militaires dans ou près de zones densément peuplées ; (c) prendre les autres précautions nécessaires pour protéger la population civile, les personnes civiles et les biens de caractère civil sous leur contrôle contre les dangers résultant des opérations militaires. Le Hamas, en tant que gouvernement de facto dans la bande de Gaza, a clairement violé l’ensemble de ces trois dispositions : ils n’ont fait aucun effort pour éloigner les civils du voisinage des objectifs militaires. Au contraire, ils cachent systématiquement des combattants et des armes dans les écoles, les mosquées et les maisons privées, et ils tirent des missiles et mortiers sur des civils israéliens à partir de ces lieux. Contrairement à Israël, le Hamas n’a fait aucun effort pour fournir des abris pour l’usage des civils palestiniens. Alors que le Hamas a importé des quantités énormes de ciment, celles-ci ont été détournées de force du secteur civil et utilisées à la place pour construire des bunkers et des tunnels pour les dirigeants du Hamas, ainsi que des postes de tir de missiles cachés. En revanche, l’exigence d’Israël, depuis le début des années 1990, est que toutes les maisons neuves soient dotées d’une salle sûre et renforcée et sa construction d’abris anti-bombe (souvent rudimentaires) dans les communautés près de Gaza a contribué à protéger les civils israéliens contre les attaques du Hamas, bien qu’à un coût de plus d’un milliard de dollars. Il est ironique de constater qu’Israël est accusé de disproportion pour avoir réussi à protéger efficacement ses civils en accord avec le droit international. Camera
Article 51 – Protection de la population civile
1. La population civile et les personnes civiles jouissent d’une protection générale contre les dangers résultant d’opérations militaires. En vue de rendre cette protection effective, les règles suivantes, qui s’ajoutent aux autres règles du droit international applicable, doivent être observées en toutes circonstances.
2. Ni la population civile en tant que telle ni les personnes civiles ne doivent être l’objet d’attaques.
Sont interdits les actes ou menaces de violence dont le but principal est de répandre la terreur parmi la population civile.
3. Les personnes civiles jouissent de la protection accordée par la présente Section, sauf si elles participent directement aux hostilités et pendant la durée de cette participation.
4. Les attaques sans discrimination sont interdites. L’expression «attaques sans discrimination» s’entend :
a) des attaques qui ne sont pas dirigées contre un objectif militaire déterminé ;
b) des attaques dans lesquelles on utilise des méthodes ou moyens de combat qui ne peuvent pas être dirigés contre un objectif militaire déterminé ; ou
c) des attaques dans lesquelles on utilise des méthodes ou moyens de combat dont les effets ne peuvent pas être limités comme le prescrit le présent Protocole ;
et qui sont, en conséquence, dans chacun de ces cas, propres à frapper indistinctement des objectifs militaires et des personnes civiles ou des biens de caractère civil.
5. Seront, entre autres, considérés comme effectués sans discrimination les types d’attaques suivants :
a) les attaques par bombardement, quels que soient les méthodes ou moyens utilisés, qui traitent comme un objectif militaire unique un certain nombre d’objectifs militaires nettement espacés et distincts situés dans une ville, un village ou toute autre zone contenant une concentration analogue de personnes civiles ou de biens de caractère civil ;
b) les attaques dont on peut attendre qu’elles causent incidemment des pertes en vies humaines dans la population civile, des blessures aux personnes civiles, des dommages aux biens de caractère civil, ou une combinaison de ces pertes et dommages, qui seraient excessifs par rapport à l’avantage militaire concret et direct attendu.
6. Sont interdites les attaques dirigées à titre de représailles contre la population civile ou des personnes civiles.
7. La présence ou les mouvements de la population civile ou de personnes civiles ne doivent pas être utilisés pour mettre certains points ou certaines zones à l’abri d’opérations militaires, notamment pour tenter de mettre des objectifs militaires à l’abri d’attaques ou de couvrir, favoriser ou gêner des opérations militaires. Les Parties au conflit ne doivent pas diriger les mouvements de la population civile ou des personnes civiles pour tenter de mettre des objectifs militaires à l’abri des attaques ou de couvrir des opérations militaires.
8. Aucune violation de ces interdictions ne dispense les Parties au conflit de leurs obligations juridiques à l’égard de la population civile et des personnes civiles, y compris l’obligation de prendre les mesures de précaution prévues par l’article 57 .
Protocole additionnel aux Conventions de Genève (du 12 août 1949 relatif à la protection des victimes des conflits armés internationaux (Protocole I), 8 juin 1977, article 51)
Article 58  – Précautions contre les effets des attaques
Dans toute la mesure de ce qui est pratiquement possible, les Parties au conflit :
a) s’efforceront, sans préjudice de l’article 49de la IVe Convention, d’éloigner du voisinage des objectifs militaires la population civile, les personnes civiles et les biens de caractère civil soumis à leur autorité ;
b) éviteront de placer des objectifs militaires à l’intérieur ou à proximité des zones fortement peuplées ;
c) prendront les autres précautions nécessaires pour protéger contre les dangers résultant des opérations militaires la population civile, les personnes civiles et les biens de caractère civil soumis à leur autorité.
Protocole additionnel aux Conventions de Genève (du 12 août 1949 relatif à la protection des victimes des conflits armés internationaux (Protocole I), 8 juin 1977, article 58)
Aucune personne protégée ne pourra être utilisée pour mettre, par sa présence, certains points ou certaines régions à l’abri des opérations militaires. Convention (IV) de Genève (relative à la protection des personnes civiles en temps de guerre, 12 août 1949, Zones dangereuses, article 28)
Conformément à la pratique de l’ONU, les incidents impliquant des munitions non explosées qui pourraient mettre en danger les bénéficiaires et le personnel sont transmises aux autorités locales. Après la découverte des missiles, nous avons pris toutes les mesures nécessaires pour faire disparaître ces objets de nos écoles et préserver ainsi nos locaux.  Christopher Gunness (directeur de l’UNRWA à Gaza)
L’offensive terrestre décidée par le gouvernement israélien vise à « frapper les tunnels de la terreur allant de Gaza jusqu’en Israël » et protéger ses citoyens. A l’origine destinés à la contrebande des marchandises, les tunnels ont très vite été utilisés par les terroristes islamistes pour faire passer des armes de guerre via la frontière avec l’Egypte. En 2013, l’armée égyptienne sous l’égide de Mohamed Morsi, a décidé d’inonder les tunnels de contrebande pour « renforcer la sécurité à la frontière ». Une véritable foutaise de la part des autorités égyptiennes, alors issues comme le Hamas de la confrérie des Frères musulmans. Avec donc l’argent des contribuables européens, le Hamas a pu construire de nombreux tunnels reliant la bande de Gaza à Israël. L’objectif était de déjouer les systèmes de surveillance israéliens pour infiltrer des terroristes en vue de commettre des attentats dans des localités et prendre des otages israéliens. Plusieurs tunnels pénétraient « de plusieurs centaines de mètres en territoire israélien » construits pour mener des « attaques terroristes ». Les tunnels étaient construits avec des dalles de béton et à une profondeur de 5 à 10 mètres. Le réseau souterrain du Hamas est très sophistiqué, très bien entretenu, il relie des ateliers de construction de missiles et roquettes, des rampes de lancement et des postes de commandement. Plus de 600.000 tonnes de béton et de fer qui auraient pu vous servir a construire des écoles, des routes, des hôpitaux ont servi au Hamas à construire des tunnels en dessous des écoles, mosquées et hôpitaux et en territoire israélien. Pendant que des millions d’Européens vivent dans la misère, l’UE préfère financer les tunnels du terrorisme palestinien. Jean Vercors

Dôme de fer serait-il trop efficace ?

A l’heure où nos belles âmes n’ont à nouveau pas de mots assez durs pour fustiger le seul Israël de vouloir protéger sa population ….

Et, avec l’augmentation quotidienne du nombre des victimes, jamais assez de raisons pour excuser le Hamas d’exposer la population dont il est chargé de la protection …

Pendant qu’avec l’incroyable réseau souterrain creusé sous ses quartiers résidentiels et après les roquettes cachées dans une école de l’ONU, le monde découvre enfin toute l’étendue de sa perfidie …

Et que, poussées par les pyromanes de l’extrême-gauche, nos chères têtes blondes jouent à la guérilla urbaine dans nos propres rues

Comment ne pas voir, avec le site de réinformation américain Camera, l’incroyable ironie de la situation …

Quand Israël se voit accusé de disproportion …

Pour avoir réussi à protéger efficacement ses civils en accord avec le droit international ?

Voir aussi:

Myths and Facts about the Fighting in Gaza
Alex Safian, PhD
Camera
January 8, 200

Myth: Israel’s attacks against Hamas are illegal since Israel is still occupying Gaza through its control of Gaza’s borders and airspace, and it is therefore bound to protect the civilian population under the Fourth Geneva Convention.

Israel has control over Gaza’s air space and sea coast, and its forces enter the area at will. As the occupying power, Israel has the responsibility under the Fourth Geneva Convention to see to the welfare of the civilian population of the Gaza Strip. (Rashid Khalidi, What You Don’t Know About Gaza , New York Times Op-Ed, Jan. 8, 2009)

Fact: Of the land borders with Gaza, Israel quite naturally controls those that are adjacent to Israel; the border with Egypt at Rafah is controlled by Egypt. Beyond this, it is clear under international law that Israel does not occupy Gaza. As Amb. Dore Gold put it in a detailed report on the question:

The foremost document in defining the existence of an occupation has been the 1949 Fourth Geneva Convention "Relative to the Protection of Civilian Persons in Time of War." Article 6 of the Fourth Geneva Convention explicitly states that "the Occupying Power shall be bound for the duration of the occupation to the extent that such Power exercises the functions of government in such territory…." If no Israeli military government is exercising its authority or any of "the functions of government" in the Gaza Strip, then there is no occupation. (Legal Acrobatics: The Palestinian Claim that Gaza is Still "Occupied" Even After Israel Withdraws, Amb. Dore Gold, JCPA, 26 August 2005)

But what if despite this we take seriously Khalidi’s claim that Israel is the occupying power and is therefore legally the sovereign authority in Gaza? In that case the relevant body of law would not be the Geneva Conventions as Khalidi claims, but would rather be the Hague Regulations, which in the relevant article states:

The authority of the legitimate power having in fact passed into the hands of the occupant, the latter shall take all the measures in his power to restore, and ensure, as far as possible, public order and safety, while respecting, unless absolutely prevented, the laws in force in the country. (Article 43, Laws and Customs of War on Land (Hague IV); October 18, 1907)

Under this article Israel’s incursion into Gaza would therefore be completely legal as a legitimate exercise of Israel’s responsibility for restoring and ensuring public order and safety in Gaza. This would include removing Hamas, which by Khalidi’s logic is an illegitimate authority in Gaza. Under international law Hamas certainly has no right to stockpile weapons or attack Israel, and Israel is therefore justified in taking measures to disarm Hamas and prevent it from terrorizing both the Israeli population and the Gaza population. That is the inescapable logic of Khalidi’s position.

Myth: Since more Palestinians than Israelis have been killed in the fighting this means Israel is acting “disproportionately” or has even committed “war crimes.”

• [Israel] is causing a huge and disproportionate civilian casualty level in Gaza. (Christiane Amanpour CNN, Jan. 4, 2009)

• WAR CRIMES The targeting of civilians, whether by Hamas or by Israel, is potentially a war crime. Every human life is precious. But the numbers speak for themselves: Nearly 700 Palestinians, most of them civilians, have been killed since the conflict broke out at the end of last year. In contrast, there have been around a dozen Israelis killed, many of them soldiers. (Rashid Khalidi, What You Don’t Know About Gaza , New York Times Op-Ed, Jan. 8, 2009)

Fact: First of all, contrary to Khalidi, three quarters of the Palestinians killed so far were combatants, not civilians, including 290 Hamas combatants who have been specifically identified.

Beyond this, real world examples obviate any charges about right or wrong based on the number of people killed. Consider that the Japanese attack at Pearl Harbor killed about 3,000 Americans. Does it follow that the US should have ended its counterattacks against Japanese forces once a similar number of Japanese had been killed? Since it did not end its attacks, does that mean the US acted disproportionally and was in the wrong and that the Japanese were the aggrieved party? Clearly the answer is no.

Taking this further, counting the number of dead hardly determines right and wrong. For example, again looking at the Pacific Theatre in World War 2, over 2.7 million Japanese were killed, including 580,000 civilians, as against only 106,000 Americans, the vast majority combatants. Does it then follow that Japan was in the right and America was in the wrong? Again, clearly the answer is no. Just having more dead on your side does not make you right.

Proportionality in the sense used by Rashid Khalidi and Christiane Amanpour is meaningless.

Myth: Israel’s actions are illegal since International Law requires proportionality.

International law … calls for the element of proportionality. When you have conflict between nations or between countries, there is a sense of proportionality. You cannot go and kill and injure 3,000 Palestinians when you have four Israelis killed on the other side. That is immoral, that is illegal. And that is not right. And it should be stopped. (Dr. Riyad Mansour, Palestinian ambassador to the United Nations, CNN, Jan 3, 2009)

Actually, proportionality in the Law of War has nothing to do with the relative number of casualties on the two sides. Rather it refers to the military value of a target (how much of an impact would the target’s destruction have on the outcome of a battle or war) versus the expected threat to the lives or property of civilians. If the target has high military value, then it can be attacked even if it seems there will be some civilian casualties in doing so.

What has to be “proportional” (the term is not actually used in the relevant conventions) is the military value of the target versus the risk to civilians.

In particular, Article 51 of Protocol 1 Additional to the Geneva Conventions of 1977 prohibits as indiscriminate:

5(b) An attack which may be expected to cause incidental loss of civilian life, injury to civilians, damage to civilian objects, or a combination thereof, which would be excessive in relation to the concrete and direct military advantage anticipated.

By this measure, Israel’s efforts to destroy missiles before they can be fired at Israeli civilians, even if that places Palestinian civilians at risk, seems to conform perfectly to the Laws of War. There is no requirement that Israel place the lives of its own citizens in danger to protect the lives of Palestinian civilians.

Myth: Hamas has no choice but to place weapons and fighters in populated areas since the Gaza Strip is so crowded that is all there is.

[Hamas has] no other choice. Gaza is the size of Detroit. And 1.5 million live here where there are no places for them to fire from them but from among the population. (Taghreed El-Khodary, New York Times Gaza reporter, on CNN, Jan. 1, 2009)

In fact there is plenty of open space in Gaza, including the now empty sites where Israeli settlements once stood. The Hamas claim, parroted by the Times reporter, is nonsense.

Beyond this, placing your own civilians around or near a military target to act as “human shields” is prohibited by the Fourth Geneva Convention:

Art. 28. The presence of a protected person may not be used to render certain points or areas immune from military operations.

Article 58 of Protocol 1 Additional to the Geneva Conventions of 1977 goes even further in this regard, requiring that Hamas remove Palestinian civilians from the vicinity of its military facilities, which would include any place where weapons, mortars, bombs and the like are produced, stored, or fired from, and any place where its fighters train, congregate or hide. Here is the text, which calls on the parties to the conflict to:

(A) … endeavour to remove the civilian population, individual civilians and civilian objects under their control from the vicinity of military objectives;

(b) Avoid locating military objectives within or near densely populated areas;

(c) Take the other necessary precautions to protect the civilian population, individual civilians and civilian objects under their control against the dangers resulting from military operations.

Hamas, as the defacto government in Gaza, has clearly violated all three of these provisions:

They have made no effort to remove civilians from the vicinity of military objectives.
On the contrary, they systematically hide fighters and weapons in schools, in mosques and private homes, and they fire missiles and mortars at Israeli civilians from these places.
Unlike Israel, Hamas has made no effort to provide bomb shelters for the use of Palestinian civilians. While Hamas has imported huge amounts of cement, it has been forcefully diverted from the civilian sector and instead used to build bunkers and tunnels for Hamas leaders, along with hidden missile firing positions.

On the other hand, Israel’s requirement since the early 1990’s that all new homes have a secure reinforced room, and its building of (often rudimentary) bomb shelters in communities near Gaza have helped to shield Israeli civilians from Hamas attacks, though at a cost of over $1 Billion dollars.

It is ironic that Israel is charged with disproportionality for successfully protecting its civilians by following international law.

Myth: Israel violated the ceasefire with Hamas in November, and is thus to blame for the conflict.

• Lifting the blockade, along with a cessation of rocket fire, was one of the key terms of the June cease-fire between Israel and Hamas. This accord led to a reduction in rockets fired from Gaza from hundreds in May and June to a total of less than 20 in the subsequent four months (according to Israeli government figures). The cease-fire broke down when Israeli forces launched major air and ground attacks in early November; six Hamas operatives were reported killed. (Rashid Khalidi, What You Don’t Know About Gaza , New York Times Op-Ed, Jan. 8, 2009)

• Mustafa Barghouti, Palestinian Legislator (video clip): … The reality and the truth is that the side that broke this truce and this ceasefire was Israel. Two months before it ended, Israel started attacking Rafah, started attacking Khan Yunis …

Rick Sanchez: And you know what we did? I’ve checked with some of the folks here at our international desk, and I went to them and asked, What was he talking about, and do we have any information on that? Which they confirmed, two months ago — this is back in November — there was an attack. It was an Israeli raid that took out six people. (CNN, Dec. 31, 2008)

In fact, contrary to Khalidi, Barghouti and CNN’s Rick Sanchez, the Palestinians violated the ceasefire almost from day one. For example, the Associated Press published on June 25, just after the truce started, an article headlined Palestinian rockets threaten truce

The article in its lead paragraphs reported that:

Palestinian militants fired three homemade rockets into southern Israel yesterday, threatening to unravel a cease-fire days after it began, and Israel responded by closing vital border crossings into Gaza.

Despite what it called a "gross violation" of the truce, Israel refrained from military action and said it would send an envoy soon to Egypt to work on the next stage of a broader cease-fire agreement: a prisoner swap that would bring home an Israeli soldier held by Hamas for more than two years.

There were many further such Palestinian violations, including dozens of rockets and mortars fired into Israel during the so-called ceasefire. And there was also sniper fire against Israeli farmers, anti-tank rockets and rifle shots fired at soldiers in Israel, and not one but two attempts to abduct Israeli soldiers and bring them into Gaza. Here are some of the details:

(Most of this data is from The Six Months of the Lull Arrangement, a detailed report by the Intelligence and Terrorism Information Center, an Israeli NGO.)

From the start of the ceasefire at 6 AM on June 19 till the incident on November 4th, the following attacks were launched against Israel from Gaza in direct violation of the agreement:

18 mortars were fired at Israel in this period, beginning on the night of June 23.
20 rockets were fired, beginning on June 24, when 3 rockets hit the Israeli town of Sderot.
On July 6 farmers working in the fields of Nahal Oz were attacked by light arms fire from Gaza.
On the night of August 15 Palestinians fired across the border at Israeli soldiers near the Karni crossing.
On October 31 an IDF patrol spotted Palestinians planting an explosive device near the security fence in the area of the Sufa crossing. As the patrol approached the fence the Palestinians fired two anti-tank missiles.

There were two Palestinian attempts to infiltrate from Gaza into Israel apparently to abduct Israelis. Both were major violations of the ceasefire.

The first came to light on Sept. 28, when Israeli personnel arrested Jamal Atallah Sabah Abu Duabe. The 21-year-old Rafah resident had used a tunnel to enter Egypt and from there planned to slip across the border into Israel. Investigation revealed that Abu Duabe was a member of Hamas’s Izz al-Din al-Qassam Brigades, and that he planned to lure Israeli soldiers near the border by pretending to be a drug smuggler, capture them, and then sedate them with sleeping pills in order to abduct them directly into Gaza through a preexisting tunnel. For more details click here and here.

The second abduction plan was aborted on the night of Nov 4, thanks to a warning from Israeli Intelligence. Hamas had dug another tunnel into Israel and was apparently about to execute an abduction plan when IDF soldiers penetrated about 250 meters into Gaza to the entrance of the tunnel, hidden under a house. Inside the house were a number of armed Hamas members, who opened fire. The Israelis fired back and the house exploded – in total 6 or 7 Hamas operatives were killed and several were wounded. Among those killed were Mazen Sa’adeh, a Hamas brigade commander, and Mazen Nazimi Abbas, a commander in the Hamas special forces unit. For more details click here.

It was when Israel aborted this imminent Hamas attack that the group and other Palestinian groups in Gaza escalated their violations of the ceasefire by beginning to once again barrage Israel with rockets and mortars.

Note also that, contrary to Khalidi, Israeli figures do not show that Palestinian violations of the ceasefire during the first four months amounted to “less than 20” rockets.

Considering this long list of Palestinian attacks, charging that Israel broke the ceasefire in November is simply surreal.

Myth: Israel violated the ceasefire by not lifting its blockade of Gaza.

• Negotiation is a much more effective way to deal with rockets and other forms of violence. This might have been able to happen had Israel fulfilled the terms of the June cease-fire and lifted its blockade of the Gaza Strip. (Rashid Khalidi, What You Don’t Know About Gaza , New York Times Op-Ed, Jan. 8, 2009)

• Mustafa Barghouti, Palestinian Legislator: … [Israel] never lifted the blockade on Gaza. Gaza remains without fuel, without electricity, with bread, without medications, without any medical equipment for people who are dying in Gaza — 262 people died, 6 people because of no access to medical care. So Israel broke the ceasefire. (CNN, Dec. 31, 2008)

Contrary to Khalidi and Barghouti, Israel did open the crossings and allowed truckload after truckload of supplies to enter Gaza. Closures until November were short, and in direct response to Palestinian violations, some of which were detailed above.

To quote from the ITIC report on the "Lull Agreement":

On June 22, after four days of calm, Israel reopened the Karni and Sufa crossings to enable regular deliveries of consumer goods and fuel to the Gaza Strip. They were closed shortly thereafter, following the first violation of the arrangement, when rockets were fired at Sderot on June 24. However, when calm was restored, the crossings remained open for long periods of time. On August 17 the Kerem Shalom crossing was also opened for the delivery of goods, to a certain degree replacing the Sufa crossing, after repairs had been completed (the Kerem Shalom crossing was closed on April 19 when the IDF prevented a combined mass casualty attack in the region, as a result of which the crossing was almost completely demolished).

Before November 4, large quantities of food, fuel, construction material and other necessities for renewing the Gaza Strip’s economic activity were delivered through the Karni and Sufa crossings. A daily average of 80-90 trucks passed through the crossings, similar to the situation before they were closed following the April 19 attack on the Kerem Shalom crossing. Changes were made in the types of good which could be delivered, permitting the entry of iron, cement and other vital raw materials into the Gaza Strip.

… Israel, before November 4, refrained from initiating action in the Gaza Strip but responded to rocket and mortar shell attacks by closing the crossings for short periods of time (hours to days). After November 4 the crossings were closed for long periods in response to the continued attacks against Israel. (Rearranged from p 11- 12)

Day to day details of the supplies delivered to Gaza and the numbers of trucks involved have been published by the Israeli Foreign Ministry and are available here. The figures confirm that the passages were indeed open and busy.

Myth: Israel is using excessively large bombs in populated neighborhoods and is therefore to blame for any Palestinian civilians killed in the present fighting.
Fact: On the contrary, Israel is using extremely small bombs precisely because Hamas has violated international law by intentionally placing military facilities in densely populated civilian areas (see Article 58 of Protocol 1 Additional to the Geneva Conventions of 1977 cited above). To attack these targets while minimizing civilian casualties, Israel is using the new GBU-39 SDB (Small Diameter Bomb), an extremely precise GPS-guided weapon designed to minimize collateral damage by employing a small warhead containing less than 50 lbs of high explosive. Despite its small size, thanks to its accuracy the GBU-39 is able to destroy targets behind even 3 feet of steel-reinforced concrete.

Many of the Palestinian civilian injuries have therefore likely been caused not by Israeli bombs but by Palestinian rockets and bombs which explode after Israel targets the places where they are stored or manufactured, such as mosques and other civilian structures. Numerous videos have been posted of Israeli bombing runs which clearly show the Israeli bomb causing a relatively small initial explosion followed by much larger secondary explosions. Some of the videos also show Palestinian missiles and other projectiles flying in all directions.

Here are two examples. On the left is video of an Israeli strike on December 27 against a hidden missile launcher. After the initial explosion a Palestinian missile flies out to the side and seems to impact in or near a populated area. The video on the right is of an Israeli strike on January 1st against a mosque in the Jabaliya refugee camp that was being used as a weapons storehouse. Right after the initial Israeli strike caused a small explosion, there were multiple huge secondary explosions as the stored Grad missiles and Qassam rockets detonated, and large amounts of ammunition cooked off:

Israeli strike on Dec. 27, 2008 against a hidden missile launcher; a Palestinian missile then seems to hit near a Palestinian neighborhood. Israeli strike on Jan. 1, 2009 against mosque in Jabaliya being used as a weapons depot, causing huge secondary explosions.
No doubt Palestinian civilians anywhere near the mosque were killed or injured by the multiple huge blasts and exploding ammunition and rockets. But it is difficult to see how Palestinians injured by Palestinian bombs and missiles can be blamed on Israel.

(updated 19 Jan 2009)

Voir également:

Chair à canon : Israël avertit les Palestiniens de quitter des zones qui vont être attaquées, le Hamas leur ordonne d’y retourner

Hélène Keller-Lind

Des Infos

13 juillet 2014

En ce 13 juillet 2014 on mesure à nouveau le déséquilibre moral vertigineux entre Israël qui suit à la lettre le droit de la guerre et le Hamas qui le bafoue sans vergogne. En effet, les Palestiniens vivant au nord de la Bande de Gaza dans des zones d’où sont tirées à l’aveuglette des dizaines de roquettes sur les populations civiles d’Israël, ont été avertis par Tsahal d’évacuer les lieux pour permettre une opération de nettoyage de cibles militaires sans faire de victimes civiles. Ce que nombreux Palestiniens font, se réfugiant dans des bâtiments de l’UNRWA. Le Hamas, qui utilise sa population comme boucliers humains, leur ordonne de retourner dans ces zones.

La terreur palestinienne et les répliques israéliennes

Pour la seule journée du 12 juillet 2014 plus de 129 roquettes ont été tirées depuis Gaza vers Israël.
117 roquettes au moins ont frappé Israël
9 roquettes ont été interceptées par le Dôme de Fer
Tsahal a frappé 120 cibles terroristes dans la Bande de Gaza

On est bien loin d’un soi-disant combat de David contre Goliath, le Hamas possédant un arsenal considérable. Fabriqué localement pour partie – d’où les restrictions israéliennes sur la nature des transferts à Gaza, qui se poursuivent actuellement en dépit des attaques terroristes – mais importé pour une plus grande partie. Fourni par l’Iran ou ses alliés, importé dans la Bande de Gaza via des tunnels de contrebande dont la construction est devenue une spécialité locale ayant bénéficié jusque récemment de complicités égyptiennes. L’Égypte aujourd’hui saisit ce type de matériel à destination de Gaza-.

L’Iran à Vienne et à Gaza

Le 13 juillet le Premier ministre Nétanyahou, lors de la réunion hebdomadaire du Cabinet ministériel, soulignait d’ailleurs,que alors que « les grandes puissances discutent aujourd’hui à Vienne de la question du programme nucléaire iranien » il convient de « leur rappeler que le Hamas et le Djihad Islamique sont financés, armés et entraînés par l’Iran, L’Iran est une puissance terroriste majeure..On ne peut permettre à cet Iran-là de pouvoir produire des matières fissiles pour des armes nucléaires. Si cela se produit ce que nous voyons se passer autour de nous et se passer dans le Moyen-Orient sera bien pire… ».

Israël avertit les populations civiles dans le respect du droit de la guerre

C’est dans ce contexte que Tsahal, se conformant au droit international et au droit de la guerre a averti le 12 juillet des Gazaouis du nord de la Bande de Gaza, qui vivent autour de rampes de lancement de roquettes et autres installations terroristes militaires de partir de chez eux avant midi le lendemain avant que soit lancée une opération pour les détruire. Ce que rapporte même l’agence de presse palestinienne Maan News.. Qui fait également état du départ de milliers de Palestiniens qui vont se réfugier dans des écoles ou des bâtiments de l’UNRWA. Ce qui montre d’ailleurs qu’ils savent que les tirs israéliens ne sont pas aveugles, à la différence des tirs lancés depuis Gaza.

Populations civiles palestiniennes qui sont de la chair à canon pour le Hamas

Et que fait le Hamas ? Son ministère de l’Intérieur ordonne à ces Palestiniens de regagner immédiatement leur domicile, affirmant que ces avertissements entreraient dans le cadre d’une guerre psychologique et ne sont pas à prendre au sérieux, alors qu’il sait pertinemment que tel n’est pas le cas…., Le mouvement terroriste qui utilise sa population comme boucliers humains démontre une fois encore son peu de respect pour leurs vies. Les Gazaouis n’étant pour lui que de la chair à canon. Ce que dénonçait à nouveau en ces termes Benjamin Netanyahou lors de la réunion de son Cabinet ministériel du 13 juillet 2014 « Qui se cache dans les mosquées ? Le Hamas. Qui met ses arsenaux sous des hôpitaux ? Le Hamas. Qui met des centres de commandement dans des résidences ou à proximité de jardins d’enfants ? Le Hamas. Le Hamas utilise les habitants de Gaza comme boucliers humains et provoque un désastre pour les civils de Gaza ; donc, pour toute attaque contre des civils de Gaza, ce que nous regrettons, le Hamas et ses partenaires sont seuls responsables ».

Pour faire bonne mesure le Hamas terrorise aussi sa population en faisant assassiner en pleine rue dans la ville de Gaza, par ’des combattants palestiniens’, sans autre forme de procès, un homme accusé d’être ’un collaborateur’,

Israël laisse sortir binationaux et malades graves et laisse entrer des biens de première nécessité

On notera que les binationaux qui le choisissent peuvent quitter la Bande de Gaza par le passage d’Erez et sont des centaines à le faire. Des patients palestiniens continuent à y transiter pour aller se faire soigner en Israël et des biens de première nécessité entrent dan la Bande de Gaza par le passage de Keren Shalom. On trouvera tous les détails de ces livraisons ici.

On rappellera également qu’une grande partie de l’eau potable et de l’électricité consommés dans la Bande de Gaza sont fournis par Israël.

Voir également:

Fourth Lesson From the Gaza War: Don’t Trust Body Counts and Hamas Propaganda
Moshe Phillips and Benyamin Korn
The Algemeiner
July 15, 2014

News media coverage of the Gaza war is increasingly focusing on the body count.

It’s an easy way to make Israel look bad. And it tends to obscure who the real aggressor in this conflict is, and who is the real victim.

Each day, journalists report an ever-higher number of Gazans who have been killed, comparing it to the number of Israeli fatalities, which is still, thank G-d, zero. This kind of simplistic reporting creates a sympathetic portrayal of the Palestinians, who are shown to be genuinely suffering, while the Israeli public just seems a little scared.

But there are important reasons why there are so many more Palestinian casualties than Israeli casualties.

The first is that the Israeli government has built bomb shelters for its citizens, so they have places to hide when the Palestinians fire missiles at them. By contrast, the Hamas regime in Gaza refuses to build shelters for the general population, and prefers to spend its money buying and making more missiles.

It’s not merely that Hamas has no regard for the lives of its own citizens. But even worse: Hamas deliberately places its civilians in the line of fire, in the expectation that Palestinian civilian casualties will generate international sympathy.

On July 10, the Hamas Ministry of the Interior issued an official instruction to the public to remain in their apartments, and “and not heed these message from Israel” that their apartment buildings are about to be bombed.

A New York Times report on July 11 described in sympathetic detail how seven Gazans were killed, and many others wounded, in an Israeli strike despite multiple advance warnings by Israel to vacate the premises. In the 18th paragraph of the 21-paragraph feature, the Times noted, in passing: “A member of the family said earlier that neighbors had come to ‘form a human shield.’ ”

Isn’t that outrageous? Israel voluntarily gives up the advantage of surprise in order to warn Palestinian civilians and save their lives. Hamas responds by trying to ensure that Palestinian civilians get killed. And the international community chastises Israel for the Palestinian fatalities!

Another reason there are so many more Palestinian casualties is that Hamas deliberately places its missile-launchers and arms depots in and around civilian neighborhoods. Hamas hopes that Israel will be reluctant to strike such targets because of the possibility of hitting civilians. Hezbollah does the same thing in southern Lebanon. This is by now an old Arab terrorist tactic, going back more than three decades.

“One must understand how our enemy operates,” Prime Minister Netanyahu pointed out at the most recent cabinet meeting. “Who hides in mosques? Hamas. Who puts arsenals under hospitals? Hamas. Who puts command centers in residences or near kindergartens? Hamas. Hamas is using the residents of Gaza as human shields and it is bringing disaster to the civilians of Gaza; therefore, for any attack on Gaza civilians, which we regret, Hamas and its partners bear sole responsibility.”

The final reason the Palestinian casualty toll is higher than that of Israel is that Israel has a superior army, and it’s winning this war. Those who win wars almost always have fewer casualties than those who are defeated. In Israel’s case, that’s a good thing. Israel need not feel guilty or defensive about winning. It’s a lot better than losing, as the Jewish people have learned from centuries of bitter experience as helpless victims.

Anyone with knowledge of history can appreciate how misleading casualty statistics can be. In World War II, the United States suffered about 360,000 military deaths. The Germans lost 3.2-million soldiers and 3.6-million civilians. Does that mean America was the aggressor, and Germany the victim? Japan estimates that it suffered 1 million military deaths and 2 million civilian deaths. Does that mean America attacked Japan, and not vice versa?

The fourth lesson from the Gaza war: The body count is a form of Arab propaganda, which actually conceals who is the aggressor and who is the victim.

Moshe Phillips and Benyamin Korn are members of the board of the Religious Zionists of America.

Gaza : les "tunnels de la terreur", cibles de l’offensive israélienne
Les galeries souterraines creusées par le Hamas sont la priorité de l’opération terrestre lancée le 17 juillet par l’armée israélienne, mais aussi une source de ravitaillement pour les Gazaouis malgré le blocus.
Louis Boy

Le Point

19/07/2014

"La décision de réoccuper Gaza n’a pas été prise." A en croire le ministre de la Sécurité publique israélien, l’offensive terrestre entamée par l’armée israélienne dans la nuit du jeudi 17 au vendredi 18 juillet n’est qu’une opération temporaire, même si Benyamin Nétanyahou s’est dit prêt à l'"élargir de manière significative".

Depuis le début des frappes aériennes, le 8 juillet, l’objectif affiché est le même : mettre le Hamas hors d’état de nuire aux Israéliens. Mais Tsahal semble avoir estimé que les frappes aériennes ne suffiraient pas pour détruire un des atouts principaux du mouvement palestinien : son réseau de souterrains, que le Premier ministre a surnommé les "tunnels de la terreur".
Une attaque souterraine déjouée le 17 juillet

C’est une attaque du Hamas qui semble avoir convaincu Israël de frapper ces tunnels, ou du moins lui avoir fourni le prétexte parfait. Dans la journée qui a précédé l’offensive terrestre, 13 combattants du Hamas pénètrent en Israël en empruntant un de leurs souterrains, à proximité d’un kibboutz. Repérés, ils sont repoussés par des soldats et l’armée de l’air avant de rebrousser chemin. Pour le porte-parole de l’armée, c’est "une attaque terroriste majeure" qui vient d’être déjouée.

Il faut dire que le réseau souterrain du Hamas a de quoi inquiéter Israël. "Des dizaines de tunnels parcourent la bande de Gaza, affirme Tsahal. Il s’agit d’un réseau sophistiqué, très bien entretenu, qui relie des ateliers de construction de roquettes, des rampes de lancement et des postes de commandement." A une vingtaine de mètres sous terre, ils sont parfois équipés du téléphone et de l’électricité. Les galeries, dont la construction peut prendre des années, sont devenues une fierté pour le Hamas, expliquait un ancien responsable de l’armée israélienne au journal Haaretz. Une de ces galeries, découverte par l’armée israélienne en 2013, est visible dans cette vidéo (non sous-titrée) de la chaîne américaine CNN.

Contrebande avec l’Egypte

Certains tunnels aboutissent en plein territoire israélien. Des habitants du sud du pays affirment même entendre des bruits de forage la nuit sous le sol de leurs maisons. Les responsables de l’armée israélienne craignent donc que le Hamas utilise ce réseau pour lancer des attaques en contournant le dispositif de sécurité qui borde la bande de Gaza. En 2006, c’est par ces tunnels que s’étaient évaporés les ravisseurs du soldat israélien Gilad Shalit.

Pourtant, ces tunnels n’avaient, au départ, pas une vocation militaire. Ils apparaissent en 1979 quand la ville de Rafah est divisée en deux : une moitié dans le sud de la bande de Gaza, l’autre moitié sous contrôle égyptien. Les tunnels relient alors les deux côtés de la frontière, et servent à transporter des marchandises de contrebande, voire de la drogue. Un rôle de contrebande qui s’est renforcé depuis 2007 et la mise en place d’un blocus de Gaza par l’Egypte et Israël, en réaction à l’élection du Hamas à la tête de la région. Depuis, les tunnels se sont multipliés, essentiellement à la frontière avec l’Egypte, et sont devenus un lien vital avec l’extérieur. Une partie d’entre eux, les plus secrets, sert aussi à acheminer des combattants et des armes pour le Hamas.
1 400 tunnels détruits par les Egyptiens

Un réseau qui s’est grandement affaibli en 2013, quand le nouveau pouvoir égyptien, hostile au Hamas, décide de s’attaquer aux tunnels. Près de 1 400 d’entre eux sont bouchés entre 2013 et mars 2014, selon l’armée égyptienne. Un chiffre qui témoigne de l’étendue du réseau. Depuis, l’approvisionnement de Gaza en nourriture, en matériaux de construction ou encore en carburant s’est fortement compliqué, affaiblissant aussi le Hamas.

Pour le site américain Vox, l’objectif officiel de l’opération militaire israélienne ces dernières semaines – affaiblir les infrastructures du Hamas – pourrait signifier qu’elle souhaite ne pas s’attaquer uniquement aux tunnels qui mènent en Israël, comme annoncé, mais bien à la totalité du réseau, y compris les tunnels que l’Egypte "pourrait avoir manqués". De quoi rendre encore plus pesant le blocus sur Gaza et, peut-être, porter un coup fatal au Hamas.

Voir encore:

Septième leçon de la guerre de Gaza: Nous devons démilitariser Gaza

Moshe Phillips and Benyamin Korn

The Algeimeiner

traduction Europe Israël

juil 20, 2014
Septième leçon de la guerre de Gaza: Nous devons démilitariser Gaza

Un exemple des tunnels terroristes et de contrebande du Hamas entre le poste frontière de Rafah avec l’Egypte et la bande de Gaza.

Un simple cessez-le-feu à Gaza laisserait au Hamas le temps de réarmer et de renouveler ses activités terroristes.

La démilitarisation de la bande de Gaza mettrait fin aux activités terroristes du Hamas.

Quel but est le plus logique?

Le président Barack Obama et le secrétaire d’Etat John Kerry travaillent dur pour parvenir à un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas. Cet effort est à courte vue – et pire encore. Un simple cessez-le-feu serait de facto une victoire pour le Hamas. Il donnerait au Hamas le temps et l’espace de respiration dont il a besoin pour faire passer plus d’armes, réparer ses tunnels terroristes, et lancer de nouvelles attaques terroristes contre Israël. Il ne durerait que pour mieux prolonger la guerre.

Lorsque le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a accepté le 15 Juillet la proposition de cessez-le-feu, il a expliqué sa décision en ces termes: « Nous avons accepté la proposition égyptienne afin de permettre la démilitarisation de la bande de Gaza – de ses missiles, roquettes et tunnels – par des moyens diplomatiques. »
Ainsi, Netanyahu a déclaré lors d’une conférence de presse télévisée le 16 Juillet:«La chose la plus importante vis-à-vis de Gaza est de s’assurer que l’enclave soit démilitarisée».

terror1Voici les sous-sols de la ville de Shuja’iya que les israéliens ont bombardés cette nuit : tout un arsenal et des postes de commandement terroristes sous les immeubles d’habitation, la mosquée et l’hôpital.

Dans un plan présenté au bureau du premier ministre et au Comité Knesset des Affaires étrangères et de la Défense la semaine dernière, l’ancien ministre de la Défense, Shaul Mofaz, a présenté un plan détaillé pour la démilitarisation de la bande de Gaza.

De même, Tony Blair, l’ancien Premier ministre britannique qui est maintenant l’envoyé du Quartet pour le Moyen-Orient, a déclaré sur la chaîne israélienne TV 10 le 15 Juillet qu’il doit y avoir un « plan à long terme pour Gaza … qui traite des exigences de la sécurité réelle d’Israël de façon permanente … le Hamas ne peut pas poursuivre l’infrastructure militaire dont il dispose. »

Certes, nettoyer Gaza de ses armes et de son infrastructure militaire ne serait pas une tâche facile, compte tenu du vaste arsenal que le Hamas a amassé depuis le dernier cessez-le-feu il y a deux ans. Au début de la guerre actuelle, le Hamas avait environ 10.000 roquettes à portée de main. Ces missiles sont plus sophistiqués que les années précédentes, ils transportent des charges lourdes d’explosifs et peuvent atteindre Israël partout, même jusqu’à Nahariya, le long de la frontière nord d’Israël avec le Liban.

Le Hamas a également des drones armés. Il a d’énormes dépôts d’armes et des laboratoires de fabrication de bombes. Il a des tunnels en béton où les terroristes se cachent et où passent les armes qui sont introduites en contrebande.

En mars de cette année, la marine israélienne a intercepté un navire d’armes iranien à destination de Gaza. Cachées sous des sacs de ciment de fabrication iranienne il y avait des dizaines de roquettes M-302 sol-sol d’une portée de 75 à 150 km. (Remarque: la distance entre la bande de Gaza à Tel-Aviv est de 60 km.) La cache d’armes comprenait également près de 200 obus de mortier, et 400 000 cartouches de munitions. En 2009 et à nouveau en 2011, Israël a bombardé les convois d’armes transportées du Soudan à Gaza.

Qui sait combien d’autres de ces livraisons d’armes iraniennes ou soudanaises ont réussi à échapper aux Israéliens et à atteindre Gaza?

Ce n’est pas seulement un problème pour Israël. C’est un problème pour l’ensemble du monde libre. Israël est en première ligne dans la guerre internationale contre le terrorisme. Gaza n’est qu’un champ de bataille. Comme nous le savons depuis longtemps, ce qui commence à Gaza ou Bagdad ou Kaboul se propage vite à Londres, Madrid et New York.

La communauté internationale a démontré que quand elle rassemble sa volonté, elle peut désarmer les terroristes. Une pression internationale sévère et des sanctions ont contraint la Syrie à entamer le démantèlement de ses armes chimiques l’année dernière. La pression et la fermeté britannique ont entraîné le désarmement des terroristes de l’IRA. Peut-être que cette expérience est à l’origine de l’appel de l’ancien Premier ministre Tony Blair pour le démantèlement de l’infrastructure terroriste du Hamas dans la bande de Gaza.

Au lieu de continuer à verser des milliards de dollars d’aide financière dans le trou noir connu sous le nom de «économie de Gaza», la communauté internationale doit porter son attention sur les armes de Gaza. Il est temps à l’instar de ce que l’Irlande a réussi et des progrès faits en Syrie, de démilitariser la bande de Gaza. Les habitants de Gaza ont besoin de beurre, et non pas de munitions, et les gens du monde libre ont besoin de paix, et non pas de terrorisme.

La septième leçon de la guerre de Gaza: la démilitarisation de la bande de Gaza, pas un cessez le feu, doit être l’objectif non seulement d’Israël, mais de l’ensemble du monde libre.

Moshe Phillips et Benyamin Korn sont membres du conseil des sionistes religieux d’Amérique.

Voir de même:

Gaza: les tunnels de la terreur financés par l’Union Européenne
Jean Vercors

JSSNews

20 juillet 2014

Depuis son arrivée au pouvoir en janvier 2006, le Hamas a lancé plus de 10,000 missiles et roquettes sur la population civile d’Israël. Le Hamas, est considéré par le Quartet (Etats-Unis, Russie, UN et Union européenne, Australie, Canada, Japon) comme un mouvement terroriste.

L’idéologie et les objectifs de ce mouvement sont contenus dans sa charte, adoptée le 18 août 1988. Les buts du Hamas sont la destruction de l’Etat d’Israël et la création d’un Etat islamique en Palestine, avec Jérusalem comme capitale. Le Hamas se base entièrement sur l’islam et considère que le territoire palestinien dans son ensemble, ce qui inclut donc l’Etat d’Israël, est une terre islamique.

La population de gaza a voté majoritairement pour le Hamas, ils ont choisi des leaders terroristes et irresponsables.

La population civile paie la note du Hamas qu’ils ont élu massivement.

99.9% des gazaouïs approuvent toutes les actions du Hamas, le 0.10% est au cimetière.

L’UE est le principal bailleur de fonds de l’Autorité palestinienne et fournit chaque année plus de 450 millions de dollars par an d’aide directe. Sans compter les aides « privées » des Etats et des collectivités et sans compter également les dons faits aux organisations islamiques et arabes qui pullulent en France en faveur des palestiniens.

De nombreuses associations dites caritatives comme : le Comité de Bienfaisance et de Solidarité avec la Palestine, la Fondation Al-Aksa, le Holy Land Foundation for Relief and Development, le Palestinians’ Relief and Development Fund (Interpal) et le Palestine and Lebanon Relief Fund, actifs respectivement en France, en Allemagne, aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne, servent ainsi au Hamas à récolter des fonds, sous couvert de solidarité et de charité.

L’offensive terrestre décidée par le gouvernement israélien vise à « frapper les tunnels de la terreur allant de Gaza jusqu’en Israël » et protéger ses citoyens.

A l’origine destinés à la contrebande des marchandises, les tunnels ont très vite été utilisés par les terroristes islamistes pour faire passer des armes de guerre via la frontière avec l’Egypte. En 2013, l’armée égyptienne sous l’égide de Mohamed Morsi, a décidé d’inonder les tunnels de contrebande pour « renforcer la sécurité à la frontière ». Une véritable foutaise de la part des autorités égyptiennes, alors issues comme le Hamas de la confrérie des Frères musulmans.

Avec donc l’argent des contribuables Européens, le Hamas a pu construire de nombreux tunnels reliant la bande de Gaza à Israël. L’objectif était de déjouer les systèmes de surveillance israéliens pour infiltrer des terroristes en vue de commettre des attentats dans des localités et prendre des otages Israéliens.

Plusieurs tunnels pénétraient « de plusieurs centaines de mètres en territoire israélien » construits pour mener des « attaques terroristes ».

Les tunnels étaient construits avec des dalles de béton et à une profondeur de 5 à 10 mètres.
Le réseau souterrain du Hamas est très sophistiqué, très bien entretenu, il relie des ateliers de construction de missiles et roquettes, des rampes de lancement et des postes de commandement.

Plus de 600.000 tonnes de béton et de fer qui auraient pu vous servir a construire des écoles, des routes, des hôpitaux ont servi au Hamas a construire des tunnels en dessous des écoles, mosquées et Hôpitaux et en territoire Israélien.
Pendant que des millions d’Européens vivent dans la misère, l’UE préfère financer les tunnels du terrorisme palestinien

Et La France, toujours prête à jouer les bons samaritains par l’intermédiaire de ses différents intervenants, consacre 7M€ par an aux collectivités territoriales palestiniennes : 2 M€ sont mobilisés annuellement par les collectivités françaises pour financer des projets, et 5M€ par l’Etat, via l’Agence Française de Développement (AFD)
La France accordait en mars 2012, 10M€ aux palestiniens pour la construction d’une usine de dessalement dans la bande de Gaza.

Où est donc passée cette usine?

Les télévisions du monde montrent sans relâche des images de Gazaouis blessés et morts comme si la responsabilité incombait à Israël.

Le Hamas utilise des boucliers humains pour se protéger de la riposte Israélienne.

De nombreux journalistes et photographes cherchent désespérément la photo parfaite : Celle de la petite poupée d’enfant soigneusement posée sur les débris d’une maison du Hamas bombardée la veille par l’aviation Israélienne.

Les Palestiniens ont choisi la terreur et la guerre, je ne vais pas pleurer pour eux. Il fallait réfléchir avant.

Aux Palestiniens, « Si le Hamas est un vaillant combattant, un vrai résistant, qu’il sorte de ses bunkers planqués sous vos maisons et viennent nous affronter »

Voir aussi:

IDF shows photos of alleged Hamas rocket sites dug into hospital, mosques
By Yaakov Lappin/ Reuters
Jerusalem Post

07/21/2014 16:06
inShare2
The images were taken from the northeastern Gaza City neighborhood of Shejaia, which was the scene of heavy fighting in recent days.

The IDF on Monday released declassified photos showing how Hamas uses hospitals, mosques, and playgrounds as rocket launch sites.

The images were taken from the northeastern Gaza City neighborhood of Shejaia, which was the scene of heavy fighting in recent days.

Israel’s army said it had been targeting militants in the clashes, charging that they had fired rockets from Shejaia and built tunnels and command centers there. The army said it had warned civilians to leave two days earlier.

Sounds of explosions rocked Gaza City through the morning, with residents reporting heavy fighting in Shejaia and the adjacent Zeitoun neighborhood. Locals also said there was heavy shelling in Beit Hanoun, in the northern Gaza Strip.

"It seems we are heading towards a massacre in Beit Hanoun. They drove us out of our houses with their fire. We carried our kids and ran away," said Abu Ahmed, he did not want to give his full name for fear of Israeli reprisals.

The Islamist group Hamas and its allies fired multiple missiles across southern and central Israel, and heavy fighting was reported in the north and east of Gaza.

Non-stop attacks lifted the Palestinian death toll to 496, including almost 100 children, since fighting started on July 8, Gaza health officials said. Israel says 18 of its soldiers have also died along with two civilians.

Despite worldwide calls for a cessation of the worst bout of Palestinian-Israeli violence for more than five years, Israeli ministers ruled out any swift truce.

"This is not the time to talk of a ceasefire," said Gilad Erdan, communications minister and a member of Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu’s inner security cabinet.

Voir enfin:

Tunnels Matter More Than Rockets to Hamas
The terror group wants to infiltrate Israel to grab hostages and stage attacks as in Mumbai in 2008.
Michael B. Mukasey
The Wall Street Journal
July 20, 2014

Early in the current clash between Hamas and Israel, much of the drama was in the air. The Palestinian terrorist group launched hundreds of rockets at Israel, and Israel responded by knocking down rockets in the sky with its Iron Dome defense system and by bombing the rocket-launch sites in Gaza. But the real story has been underground. Hamas’s tunnels into Israel are potentially much more dangerous than its random rocket barrages.

Israel started a ground offensive against Hamas in Gaza on Thursday, intending to destroy Hamas’s tunnel network. The challenge became obvious on Saturday when eight Palestinian fighters wearing Israeli military uniforms emerged from a tunnel 300 yards inside Israel and killed two Israeli soldiers in a firefight. One of the Palestinian fighters was killed before the others fled through the tunnel back to Gaza.

According to Yigal Carmon, who heads the Middle East Media Research Institute, his organization’s monitoring of published material and discussions with Israeli officials indicate that Hamas’s tunnels—and not the well-publicized episode of kidnapping and murder involving young Israelis and a Palestinian teenager—were the spark for the conflict.

Consider: On July 5 Israeli planes damaged a tunnel dug by Hamas that ran for several kilometers from inside the Gaza Strip. The tunnel emerged near an Israeli kibbutz named Kerem Shalom —vineyard of peace.

That Israeli strike presented Hamas with a dilemma, because the tunnel was one of scores that the group had dug at great cost. Were the Israelis specifically aware of the tunnel or had their strike been a random guess? Several members of the Hamas military leadership came to inspect the damage the following day, July 6. A later official Israeli report said that the Hamas inspectors were killed in a "work accident." But what if the Israelis had been waiting for the follow-up and struck again?

Hamas now saw its strategic plan unraveling. The tunnel network gave it the ability to launch a coordinated attack within Israel like the 2008 Islamist rampage in Mumbai that killed 164 people. Recall that in 2011 Israel released more than 1,000 Palestinian prisoners, more than 200 of whom were under a life sentence for planning and perpetrating terror attacks. They were exchanged for one Israeli soldier, Gilad Shalit, who had been taken hostage in a cross-border raid by Hamas. Imagine the leverage that Hamas could have achieved by sneaking fighters through the tunnels and taking hostages throughout Israel; the terrorists intercepted Saturday night were carrying tranquilizers and handcuffs.

If the Israeli strike on the tunnel near the Kerem Shalom kibbutz presaged a drive to destroy the entire network—the jewel of Hamas’s war-planning—the terrorist group must have been thrown into a panic. Because by this summer Hamas was already in desperate political straits.

For years Hamas was receiving weapons and funding from Shiite Iran and Syria, under the banner of militant resistance to Israel. But when Mohammed Morsi became president of Egypt in June 2012, Hamas abandoned its relationship with Iran and Syria and took up instead with Mr. Morsi and the Sunni Muslim Brotherhood. Hamas also took up with Turkey and Qatar, also Sunni states, describing them at one point as the saviors of Hamas. Former benefactors Syria and Iran then called Hamas traitorous for abandoning the resistance-to-Israel camp.

The Hamas romance with Mr. Morsi was especially galling to Shiite-led Iran and Syria. The Shiites are only 10% of the world’s Muslims, and neither Iran nor Syria welcomed the loss of a patron to Sunni Egypt. The coup that removed Mr. Morsi and the Muslim Brotherhood regime in June 2013 brought a chill in Egypt’s relationship with Hamas that has kept Egypt’s border with Gaza closed, denying Hamas that route of supply.

But Iran and Syria did not rush to embrace their former beneficiary. When Hamas tried to re-ingratiate itself with Iran this May, its political bureau head, Khaled Mash’al, was denied an audience in Tehran and could only meet a minor diplomat in Qatar. On June 26 the Iranian website Tabnak posted an article titled, "Mr. Mash’al, Answer the Following Questions Before Asking for Help." The questions included: "How can Iran go back to trusting an organization that turned its back on the Syrian regime after it sat in Damascus for years and received all kinds of assistance?" and "How can we trust an organization that enjoyed Iranian support for years and then described Turkey and Qatar as its saviors?"

So on July 6, Hamas stood politically isolated and strategically vulnerable. It had lost the financial support of Egypt and could not get renewed support from Iran in the measure it needed. To some in the organization it appeared that Hamas had only one card to play—and on July 7 it played that card with rockets. As to the tunnels, last Thursday Israeli forces intercepted 13 armed terrorists as they emerged from a tunnel near Kibbutz Sufa in Israel.

There are other messages out there for the Palestinians instead of the violent one sent by Hamas. Writing in the London-based Arabic daily Al Hayat on July 12, Saudi intellectual Abdallah Hamid al-Din, no friend of Israel, urged Palestinians to abandon as unrealistic demands for a right of return, and to forgo as hypocritical calls to boycott Israel:

"The only way to stop Israel is peace. . . . Israel does not want peace, because it does not need it. But the Palestinians do. Therefore it is necessary to persist with efforts to impose peace. No other option exists. True resistance is resistance to illusions and false hopes, and no longer leaning on the past in building the future. Real resistance is to silently endure the handshake of your enemy so as to enable your people to learn and to live."

Plenty of others are sending the same message today. Whether Palestinians will listen is another matter.

Mr. Mukasey served as U.S. attorney general (2007-09) and as a U.S. district judge for the Southern District of New York (1988-2006).


Incidents de la synagogue de la Roquette: Attention, un piège peut en cacher un autre (Was supposed attack of Parisian synagogue no more than a turf war between Jewish and Muslim youth groups ?)

19 juillet, 2014
http://www.marianne.net/fredericploquin/photo/art/default/984092-1166609.jpg?v=1405337750http://scd.rfi.fr/sites/filesrfi/dynimagecache/0/0/3500/1977/1024/578/sites/images.rfi.fr/files/aef_image/2014-07-16T195530Z_1424722331_GM1EA7H0AO701_RTRMADP_3_FRANCE-PALESTINIANS-ISRAEL_0.JPGhttp://jssnews.com/content/assets/2014/07/Screen-Shot-2014-07-15-at-10.51.32-AM.pnghttp://www.cercledesvolontaires.fr/wp-content/uploads/2014/07/manifestation-palestine-19-juillet-2014.jpghttp://www.truthrevolt.org/sites/default/files/styles/content_full_width/public/field/image/articles/hamas_rockets.jpg?itok=qnRDYJV1Synagogue blocked up by pro-Hamas demonstrators (Rue de la roquette, Paris, Jul. 13, 2014)Pro-Hamas barricade  (Rue Popincourt, Paris, Jul. 13 2014)
La vérité est la première victime de la guerre. Eschyle
Cet ensemble d’éléments n’est pas un entassement circonstanciel de comportements et de discours. J’y trouve une rationalité qui est celle de l’idéologie qui domine aujourd’hui dans les pays démocratiques : le postmodernisme. Sa cible essentielle est, au recto, l’Etat-nation démocratique, l’identité nationale, la souveraineté du sujet collectif, avec pour verso la célébration de tout ce qui est extérieur à l’Occident et à la démocratie. C’est une utopie de la « démocratie » qui est l’ennemie du régime démocratique. Dans le monde illusoire que cette idéologie construit, la « communauté internationale », le « Tribunal international » doivent se substituer aux Etats. Et, d’ailleurs, il n’y aurait plus d’Etats mais des individus, des « citoyens du monde », de sorte qu’il n’y aurait plus de « guerres » mais des « différends », plus d’armées mais à la rigueur des « polices », plus de responsabilité mais des co-responsabilités, plus de coupable mais une culpabilité partagée, il n’y a plus de réalité mais des récits sur la réalité, etc. Les droits de l’homme, ou leur usage instrumentalisé, l’emportent alors sur les droits du citoyen, le pouvoir judiciaire s’impose au pouvoir politique, la loi n’est plus l’œuvre du peuple mais l’invention des juges, etc. C’est cette même idéologie qui, dans le monde et notamment en Europe, ouvre grandes les portes à l’islamisme. Shlomo Trigano
Les conflits au Moyen-Orient ont des répercussions de plus en plus importantes en France depuis le début des années 1980. L’attentat contre la synagogue de la rue Copernic a eu lieu en octobre 1980, il y a bientôt 34 ans… Ensuite il y a eu l’attentat contre le restaurant Goldenberg en août 1982, c’est-à-dire au moment où la guerre du Liban faisait rage. La nouveauté depuis les années 1990-2000 c’est que ce sont les Français d’origine maghrébine qui cherchent à en découdre et non plus des commandos envoyés par un acteur extérieur (OLP, Iran etc.). La raison principale est que la haine d’Israël et des Juifs est devenue un composant majeur de l’identité des Français d’origine arabe et africaine, c’est le ciment de la «beuritude». La haine d’Israël et des Juifs est devenue un composant majeur de l’identité des Français d’origine arabe et africaine, c’est le ciment de la «beuritude». Il s’agit sans doute d’une haine des Juifs et d’Israël et non pas d’une prise de position politique. C’est tout à fait légitime et parfois justifié de critiquer la politique israélienne mais la comparaison avec les autres conflits dans la région ne laisse pas de place au doute. Si il s’agissait là d’une véritable identification avec les victimes des bombardements de Gaza, alors on pourrait s’étonner que la crise syrienne avec ses 160 000 victimes n’ait pas déchainé une telle mobilisation et de telles passions! Je crois que ces manifestations trahissent un besoin profond de se définir comme adversaire d’Israël et des Juifs. (…) Le débat est ouvert et devrait le rester aussi longtemps qu’on échange des arguments rationnels. Or hurler «Israël assassin» et dénoncer un «génocide» à Gaza ne tombent pas dans cette catégorie. (…) Le communautarisme monte en France parce que trop de Français pensent que la décolonisation n’est pas terminée et que la France leur est redevable. Trop de musulmans vivent dans un sentiment d’humiliation séculaire et le rêve d’une vengeance qui restaurera leur honneur. L’Islam radical, qui n’a pas grand-chose avoir avec les enseignements et la vie de Mohamed, ainsi que la haine d’Israël, des Juifs et, plus largement de l’Occident et des «croisés» en sont les expressions. De ce point de vue, la logique qui a guidé le choix des victimes de Mohamad Merah est plein d’enseignements: des militaires français «bourreaux» des «frères» et ensuite des enfants juifs, l’incarnation du mal. Il y a une suite dans ces idées folles et la haine des Juifs n’est que la partie émergée de l’iceberg. (…) Malheureusement les forces en présence sont plus puissantes que nos élites politiques. Le monde entier est entré dans une phase «multi», portée par les échanges de plus en plus nombreux – voyage, internet -, l’homogénéité croissante de notre planète – partout les mêmes modes, les mêmes produits, les mêmes films, les mêmes magasins -, le rythme très rapide du changement et la précarisation galopante. Au milieu de ce tourbillon les valeurs républicaines traditionnelles ne font plus le poids surtout que l’Etat ne suit pas derrière avec les récompenses: croissance, emploi, sécurité, perspectives d’avenir. Notre civilisation est en crise et le modèle français n’y échappe pas. Dans ce contexte, quand l’avenir est plus une menace qu’une promesse, les appartenances jadis secondaires – religion, ethnie, communauté d’origine – remplissent le vide. Gil Mihaely
Dans toute la France, ce sont aujourd’hui des milliers de manifestant-e-s qui sont descendus dans la rue pour exiger l’arrêt de l’intervention militaire de l’État d’Israël dans la bande de Gaza, pour crier leur révolte face au plus de 300 morts palestiniens depuis le début de cette intervention. En interdisant dans plusieurs villes et notamment à Paris, les manifestations de solidarité avec la Palestine, Hollande et le gouvernement Valls ont enclenché une épreuve de force qu’ils ont finalement perdue. Depuis l’Afrique où il organise l’aventure militaire de l’impérialisme français, Hollande avait joué les gros bras « ceux qui veulent à tout prix manifester en prendront la responsabilité ». C’est ce qu’ont fait aujourd’hui des milliers de manifestant-e-s qui sont descendus dans la rue pour exiger l’arrêt de l’intervention militaire de l’État d’Israël dans la bande de Gaza, pour crier leur révolte face au plus de 300 morts palestiniens depuis le début de cette intervention. Et pour faire respecter le droit démocratique à exprimer collectivement la solidarité. En particulier à Paris, plusieurs milliers de manifestants, malgré l’impressionnant quadrillage policier, ont défié l’interdiction du gouvernement. C’est un succès au vu des multiples menaces de la préfecture et du gouvernement. En fin de manifestation, des échauffourées ont eu lieu entre des manifestants et les forces de l’ordre. Comment aurait-il pu en être autrement au vu de dispositif policier et de la volonté du gouvernement de museler toute opposition à son soutien à la guerre menée par l’Etat d’Israël. Le NPA condamne les violences policières qui se sont déroulées ce soir à Barbès et affirme que le succès de cette journée ne restera pas sans lendemain. Dès mercredi, une nouvelle manifestation aura lieu à l’appel du collectif national pour une paix juste et durable. La lutte pour les droits du peuple palestinien continue. Le NPA appelle l’ensemble des forces de gauche et démocratiques, syndicales, associatives et politiques, à exprimer leur refus de la répression et leur solidarité active avec la lutte du peuple palestinien. NPA
On va vous trancher la gorge. On a provoqué la LDJ, mais ils ont pas de couilles. Ils sont planqués derrière la police, la Ligue des Danseuses Juives … On est venu jusque devant leur synagogue. Ils sont cachés derrière la police, ces bâtards ! Alors, on est venu vous chercher, la LDJ. … On est là, on vous attend, nous. Les chiens ! Chiens de sionistes ! Il sont là, les Algériens, les Tunisiens, les Marocains ! Ils sont là, bandes de bâtards ! Allez, venez ! Commentaire d’une vidéo (tournée lors de la manifestation devant la synagogue d’Asnières, 13.07.14)
C’était un peu la Kristallnacht et on a échappé de peu à un véritable pogrom. Roger Cukierman (président du Conseil représentatif des institutions juives de France, Crif)
Jamais un tel événement ne s’était produit en France depuis le Moyen-Age. Arno Klarsfeld (ancien avocat des Fils et filles des déportés juifs de France)
Ces comparaisons historiques me semblent malvenues pour apprécier la situation. Les pogroms ou la Nuit de cristal, ce sont des mouvements de violence tolérés voire encouragés par les pouvoirs en place. En France, les autorités publiques réagissent, et absolument rien n’indique qu’une majorité de la population valide cela. L’émotion est très forte, mais elle n’est pas uniquement liée à ce qui s’est passé dimanche, elle est le produit de ces dernières années, avec les actes de Mohamed Merah et Mehdi Nemmouche, l’affaire Dieudonné, la manifestation Jour de colère (où des +Mort aux Juifs!+ ont été lancés, ndlr)… Il y a le sentiment, dans une partie de la communauté juive, qu’une lame de fond antisémite s’est installée. Samuel Ghiles-Meilhac (sociologue)
On constate une montée des actes antisémites le plus souvent en lien avec l’aggravation du conflit israélo-palestinien. Un «antisémitisme de contact», actif là où les deux communautés (juive et musulmane) sont présentes, et s’en prenant à ce qui est visible dans l’espace public: synagogues, mezouzahs sur les portes, hommes portant la kippa… On a le sentiment que, pour les rares cas où les agresseurs sont identifiés, les actes sont non seulement imputables à l’extrême-droite mais à des jeunes issus de l’immigration et qui se font une identité de substitution en s’identifiant aux victimes palestiniennes. Nonna Mayer (politologue)
Quand bien même il ne se serait rien passé rue de la Roquette, je considère qu’à partir du moment où, dans les rues de Paris, des manifestants brandissent le drapeau noir de l’Etat islamique au Levant ou des mini-roquettes, même en carton-pâte, il y a quelque chose qui ne colle pas. Jean-Yves Camus (directeur de l’observatoire des radicalités politiques, présent sur place)
Ils sont environ 7 000 à défiler dans les rues de Paris, ce dimanche 13 juillet, entre Barbès et la Bastille, pour dire leur solidarité avec les Palestiniens. Le parcours a été négocié par les responsables du NPA (Nouveau parti anticapitaliste), l’organisation héritière de la Ligue communiste révolutionnaire. Pourquoi avoir exigé un parcours qui s’achève à proximité du quartier du Marais, connu pour abriter plusieurs lieux de culte juif ? Le fait est que les responsables de la Préfecture de police l’ont validé. Parmi les manifestants, de nombreuses femmes, souvent voilées, mais surtout des jeunes venus de la banlieue francilienne. Les premiers slogans ciblent Israël, mais aussi la "complicité française". Très vite, les « Allah Akbar » (Dieu est grand) dominent, donnant une tonalité fortement religieuse au cortège. La préfecture de police ne s’attendait pas à une telle mobilisation, mais ses responsables ont vu large au niveau du maintien de l’ordre, puisque cinq "forces mobiles", gendarmes et CRS confondues, ont été mobilisées. C’est à priori suffisant pour sécuriser tous les lieux juifs le long du parcours. Aucune dégradation, aucun incident n’est signalé en marge du cortège, jusqu’à l’arrivée à proximité de la Bastille. Un premier mouvement de foule est observé à la hauteur de la rue des Tournelles, qui abrite une synagogue. Les gendarmes bloquent la voie et parviennent sans difficulté à refouler les assaillants vers le boulevard Beaumarchais. Place de la Bastille, la dispersion commence, accélérée par une ondée, lorsque des jeunes décident de s’en prendre aux forces de l’ordre. De petites grappes s’engouffrent vers les rues adjacentes. Se donnent-ils le mot ? Ils sont entre 200 et 300 à marcher en direction de la synagogue de la rue de la Roquette… où se tient un rassemblement pour la paix en Israël, en présence du grand rabbin. Les organisateurs affirment avoir alerté le commissariat de police, mais l’information n’est apparemment pas remontée jusqu’à la Préfecture de police. Détail important : s’ils avaient su, les responsables du maintien de l’ordre auraient forcément barré l’accès à la rue. Les choses se compliquent très vite, car les manifestants ne sont pas les seuls à vouloir en découdre. Une petite centaine de membres de la LDJ (ligue de défense juive) sont positionnés devant la synagogue de la rue de la Roquette, casques de moto sur la tête et outils (armes blanches) à portée de main. Loin de rester passive, la petite troupe monte au contact des manifestants, comme ils l’ont déjà fait lors d’une manifestation pro-palestinienne organisée Place Saint-Michel quelques jours auparavant. On frôle la bagarre générale, mais la police parvient à s’interposer. Les assaillants refluent vers le boulevard, tandis que les militants juifs reviennent vers la synagogue. Frédéric Ploquin (Marianne)
Le président de la synagogue de la rue de la Roquette est très clair, depuis le début, son objectif a été "de remettre les choses dans leur contexte et dans leur mesure". Et ce qui suit est éloquent. "Pas un seul projectile lancé sur la synagogue". "A aucun moment, nous n’avons été physiquement en danger", précise-t-il. Alors d’où vient cette rumeur ? Serge Benhaïm pense à une "confusion" entre les événements survenus près d’une synagogue à Aulnay-sous-Bois, et ceux de la synagogue de la rue de la Roquette. iTELE
Pour lui [Erwan Simon], "il n’y a pas d’attaque de synagogue,  jamais". L’affrontement entre bandes n’a jamais visé le lieu de culte et estime qu’il résulte d’une réponse "à des provocations racistes d’un groupuscule d’extrême-droite et nationaliste". iTELE
Hier, en fin de manifestation, nous nous sommes postés sur la place de la Bastille côté rue de la Roquette en prévision d’une attaque de la Ligue de défense juive suite aux mises en garde de la police. Après l’agression ayant ciblé un rassemblement de soutien à la Palestine mercredi dernier à Saint-Michel, la milice sioniste avait promis, via ses réseaux sociaux de ‘s’en prendre à toutes les manifestations pro-palestiniennes’. Nous étions une vingtaine, tous identifiés et membres du service d’ordre. Suite à la fermeture du métro Bastille, plusieurs manifestants ont décidé de s’orienter vers le métro Voltaire. Nous leur avons conseillé de prendre plutôt la direction de Ledru-Rollin mais certains ne nous ont pas écoutés. À peine arrivés au milieu de la rue de la Roquette, ces personnes (essentiellement des familles), identifiées par leurs keffiehs et drapeaux, se sont faites accueillir par des insultes et des projectiles provenant du rassemblement sioniste derrière deux lignes de CRS. Deux personnes sont revenues nous prévenir. Nous avons donc décidé d’aller ramener ceux qui stagnaient encore à proximité de la synagogue de la Roquette afin d’éviter tout débordement. Nous y sommes allés discrètement pour éviter que les centaines de jeunes, déjà échaudés par les précédentes provocations ne nous suivent. Ce qui serait devenu incontrôlable. Arrivés à une cinquantaine de mètres du rassemblement, une femme, la quarantaine, nous traite de ‘sales pro palos’, hurle ‘Israël vaincra’, s’empare d’une chaise d’une terrasse de café et la jette sur notre ami T. Elle s’enfuit ensuite en courant vers le rassemblement de la LDJ et passe, sans difficultés, les deux lignes de CRS. Nous ne répondons pas à la provocation et continuons à avancer. Nous nous retrouvons alors sous une pluie de projectiles (tessons de bouteille, bouts de bois, casques etc.). Surexcitée, la cinquantaine de militants de la LDJ ‘mime’ de forcer le barrage de police en agitant des drapeaux israéliens. Une première altercation a lieu. La police les laisse faire. En revanche, les CRS nous matraquent et nous gazent. Un autre groupe de CRS arrive en provenance de la place. Encerclés par la police nous n’avons d’autre alternative que de prendre les rues adjacentes qui débouchent à nouveau vers le lieu des échauffourées. Les CRS continuent de tirer des gaz. Abdelkrim Branine (journaliste, Beur FM)
Sabrina précise qu’à l’approche de la place de la Bastille ("à quelques centaines de mètres"), des gérants de la manifestation commençaient à informer que "ça commençait à un petit peu dégénérer", les organisateurs "suppliant" les manifestants de "ne pas répondre aux provocations". A l’arrivée place de la Bastille, elle décrit une bande de jeunes brandissant des drapeaux israéliens et un slogan, que l’on entend également dans cette vidéo Youtube, "Palestine, on t’encule!". Sabrina précise à nouveau qu’à ce moment, les organisateurs redoublent d’efforts pour demander aux manifestants "de ne pas faire attention", de ne pas "calculer" ces provocations. Elle cite certaines phrases de ces organisateurs : "ils veulent nous provoquer, ils attendent que ça dégénère, on ne leur donnera pas ce plaisir, ne faites pas attention à eux". Sabrina décrie une scène un peu chaotique, "ça courait dans tous les sens, des chaises, des tables, des bouts de bois, des femmes avec leurs enfants en train de leur couvrir la tête". Venue pour "défendre une cause, le peuple palestinien", Sabrina Benalia regrette de s’être vue taxée de "participante à une manifestation antisémite". C’est le sentiment qu’elle décrit avoir ressenti dans le traitement médiatique qu’elle a constaté le soir-même, en rentrant chez elle. (…) Sabrina dresse un constat amer des échauffourées du côté des manifestants pro-palestiniens. "Des jeunes qui ont cédé à la tentation de répondre à une provocation, c’est dommage, on a passé 3h30 de manifestation, et malheureusement on en vient à parler de 10 à 15 minutes où ça a dégénéré". Elle ne cache pas s’être dit "qu’encore une fois, on va dire que c’est les Arabes, c’est les musulmans". Elle avoue avoir "traité de cons ceux qui répondaient à la provocation", que ça allait "être une évidence", "toujours le même disque". Sabrina, comme Erwan et le président de la synagogue de la rue de la Roquette Serge Benhaïm, dénonce la rumeur, la synagogue n’a pas été "assiégée", pour elle, "c’est un piège". ITELE

Attention: un piège peut en cacher un autre !

A l’heure où, entre l’implantation délibérée de ses attaques comme de ses armes au milieu de sa population et le bidonnage non moins délibéré des images comme des chiffres, le bilan des victimes civiles de la nouvelle guerre des roquettes déclenchée par le Hamas ne peut que s’alourdir …

Et qu’avec la montée inexorable du décalage victimes palestiniennes-victimes israéliennes et l’incursion terrestre israélienne à Gaza même, la quasi-totalité des médias et de l’opinion mondiale n’a à nouveau pas de mots assez durs pour dénoncer le seul Etat juif …

Comment, avec le beau travail de la chaine en continu iTELE et contrairement aux outrances verbales de certains (allant jusqu’à parler, oubliant les risques inhérents aux propos précipités,  de "tentative de pogrom"), ne pas voir dans les incidents de la synagogue de la Roquette qui avaient tant ému l’opinion mondiale et notamment juive …

Autre chose qu’une contre-baston face à d’autres bastons et provocations entre groupes rivaux de jeunes musulmans et de jeunes juifs …

Dont la manifestation pro-palestinienne qui les avait précédés n’aurait alors été que le prétexte ?

Mais comment en même temps ne pas s’étonner, quelques semaines de surcroit après l’horrible forfait d’une bande de supporters du Beitar en Israël même,  de l’apparente naïveté de responsables communautaires juifs voire de forces publiques se laissant piéger par l’offre de "protection" de groupes de jeunes juifs à la réputation aussi sulfureuse que la Ligue de Défense Juive ?

Ou, le Parti anticapilatliste en tête,  de certains organisateurs, manifestants et observateurs qualifiant de bon enfant et ne voyant aucun problème à appeler à nouveau, même illégalement,  à la tenue d’une manifestation sur la voie publique …

Incluant, sans parler de l’évidente victimisation de la vérité (les roquettes et missiles partent et visent bien des zones résidentielles), mini-roquettes en carton mâché, drapeaux noirs des égorgeurs de Syrie et d’Irak, quenelles ou cris de "Allah akbar !" voire de "Mort aux juifs !" ?

Incidents rue de la Roquette: Serge Benhaim dément toute attaque de la synagogue

​Ceci est le second témoignage que nous avons recueilli, celui du président de la Synagogue Don Isaac Abravanel, située Rue de la Roquette, là où ont eu lieu les affrontements entre la Ligue de Défense Juive et les manifestants pro-palestiniens, en marge de la manifestation en soutien à la Palestine dimanche 13 juillet dernier, à Paris. Encore une fois, nous avons fait le choix de vous livrer cet entretien sans aucun montage et aucune coupure, vous entendrez donc les questions de notre journaliste Julien Nény ainsi que les réponses de Serge Benhaïm dans leur intégralité.

La synagogue, théâtre d’un rassemblement "pour la paix en Israël"

Serge Benhaïm confirme avoir décidé de faire une "prière pour la paix en Israël", en convoquant les fidèles par différents moyens, notamment celui de la page Facebook de la synagogue. Il indique qu’à chaque fois qu’une manifestation est organisée, les forces de polices sont prévenus, une pratique habituelle afin d’assurer la sécurité du lieu de culte et des fidèles qui s’y rendent.

"Aucun problème" pour maintenir cette manifestation, selon les forces de l’ordre

Lorsque le président de la synagogue de la rue de la Roquette a averti les forces de l’ordre (le commissariat local) de la tenue de cette "prière pour la paix", la police l’a informé en retour de la tenue du rassemblement pro-Palestine ce même jour avec pour terminus la place de la Bastille. Serge Benhaïm nous confie que les forces de l’ordre lui ont dit qu’il n’y avait "aucun problème", que c’était "hyper couvert, hyper sécurisé", la raison pour laquelle le président de la synagogue a pris la décision de ne pas annuler le rassemblement prévu à la synagogue Don Abravanel à 17h30 ce dimanche 13 juillet.

Les forces de l’ordre là pour "contrer les manifestants"

Serge Benhaïm contextualise l’intervention des forces de l’ordre, 4 policiers côté Bastille, 2 policiers postés devant la porte de la synagogue. Des policiers qui auraient ensuite demandé du renfort selon ses dires. Resté devant la synagogue, il indique avoir constaté que les grenades lacrymogènes lancées par les forces de l’ordre ont "stoppé l’élan des premiers manifestants" et que cela a "sécurisé le bas de la rue de la Roquette" (côté Bastille, ndlr).

Quel a été le rôle de la Ligue de Défense Juive dans le déroulement des échauffourées?

Le président de la synagogue de la rue de la Roquette précise que les fidèles sont toujours restés à l’intérieur du lieu de culte. En revanche, à l’extérieur, il estime à une quarantaine le nombre de jeunes présents, venue "au cas où il y aurait un problème". Il décrit leur répartition de la façon suivante : 10 personnes de la SCPJ et une trentaine d’individus appartenant à la Ligue de Défense Juive. Selon lui, ces derniers n’ont "jamais bougé de la synagogue et n’étaient pas en contact avec les manifestants". Il estime les mouvements de la LDJ à une "oscillation de 150 mètres sur la gauche à 150 mètres sur la droite" de la synagogue. Enfin, il assure "qu’à aucun moment", les jeunes de la LDJ "n’ont été à la recherche du contact ni vers la Bastille, ni vers Voltaire".

La LDJ "briefée par les forces de l’ordre" sur place

Serge Benhaïm assure qu’il "n’a pas de contacts avec la LDJ", même s’il reconnait que le groupuscule a "une renommée un peu sulfureuse". Il affirme s’être adressé aux forces de l’ordre pour leur demander de s’adresser à eux (la LDJ, ndlr). Il indique que les forces de l’ordre ont parlé avec la Ligue de Défense Juive en ces termes : "les gars, je veux pas de problèmes, vous restez ici". Il estime d’ailleurs que ce contact entre les forces de l’ordre et la LDJ qui a permis de s’assurer que la LDJ reste "toujours derrière le cordon de police quand il y en a eu un". Le président de la synagogue, "témoin de première ligne" selon ses termes, précise que lorsque les forces de l’ordre se sont déployées, "la Ligue de Défense Juive est passée derrière le rideau des forces de l’ordre". Selon lui, il n’y a "pas eu de provocation" de la part de la LDJ. Il confirme néanmoins qu’il y a bien eu un "face-à-face ouvert entre les jeunes de la manifestation pro-Palestine et les gars de la LDJ" mais cet affrontement a été "une surprise". Sur l’utilisation d’armes par la LDJ, le président de la synagogue de la rue de la Roquette confirme également que la LDJ a "cassé des chaises et des tables, pour aller livrer ce face-à-face" qu’il ne "cautionne pas".

La LDJ a-t-elle été la première à provoquer les manifestants pro-palestiniens?

A cette question, Serge Benhaïm s’inscrit en faux. Selon lui, "pas de contact visuel entre le devant de la synagogue et la place de la Bastille". Il estime que cette version des faits est "erronée" et qu’il n’y a pas eu d’appel aspirant de la LDJ pour faire venir les manifestants pro-palestiniens vers la rue de la Roquette.

La Ligue de Défense Juive doit-elle être dissoute?

Serge Benhaïm estime que si les gens de la Ligue de Défense Juive sont des "électrons libres et incontrôlés", comme n’importe quel mouvement, il faut "absolument" décider de sa dissolution. Selon ses termes, "ce n’est pas parce qu’ils sont juifs qu’ils ont l’autorisation d’être incontrôlables, ou incontrôlés". Plus tard dans l’interview, il revient sur les tweets de provocation postés sur Twitter par certains utilisateurs affiliés à la Ligue de Défense Juive. Encore une fois, "il ne cautionne pas" et estime qu’il "n’autorisera personne à venir mettre en danger une communauté venue prier, même si c’est la LDJ, même si ce sont des juifs, même s’il devait prendre des positions très frontales avec eux". Sur l’implication de la LDJ dans l’allumage de la mèche de ces affrontements, le président de la synagogue s’essaye à une métaphore qui montre la complexité de la situation : "je sais qu’une bombe peut exploser avec un détonateur qui pèse 13 grammes. Est-ce que ce sont les 13 grammes qui font exploser la bombe, ou est-ce le fait d’avoir une bombe ?". Il déplore enfin "des tonnes de provocations entre juifs et musulmans, tous les jours, toutes les minutes sur Internet".

La synagogue rue de la Roquette a-t-elle vraiment été "assiégée"?

Le président de la synagogue de la rue de la Roquette est très clair, depuis le début, son objectif a été "de remettre les choses dans leur contexte et dans leur mesure". Et ce qui suit est éloquent. "Pas un seul projectile lancé sur la synagogue". "A aucun moment, nous n’avons été physiquement en danger", précise-t-il. Alors d’où vient cette rumeur ? Serge Benhaïm pense à une "confusion" entre les événements survenus près d’une synagogue à Aulnay-sous-Bois, et ceux de la synagogue de la rue de la Roquette.

"S’appliquer à faire baisser la mousse de l’ébullition"

En conclusion de son entretien, Serge Benhaïm, en réaction aux propos de Roger Cukierman sur notre antenne, estime qu’il "faut voir le demi-verre plein". "Grâce à Dieu, il n’y a pas eu de dégâts graves, pas de dégâts humains, à part des blessés légers". A l’évocation d’un "pogrom", le président de la synagogue estime qu’on pourrait "faire grossir cet événement à la catastrophe", mais qu’il faudrait "surtout s’appliquer à faire baisser la mousse de l’ébullition et revenir aux relations qui étaient celles d’avant", avec la communauté musulmane.

Voir aussi:

Incidents rue de la Roquette: "ça a été un piège"

Dernier de nos témoignages, celui de Sabrina Benalia, 22 ans. Elle a participé à la manifestation du dimanche 13 juillet dernier, avec son mari et sa petite sœur. Elle revient pour nous sur le déroulé de cette manifestation et les incidents survenus rue de la Roquette dont elle a été témoin. Là encore, nous avons décidé de ne pas monter cette interview et de vous la livrer de façon brute, dans la longueur.

Une ambiance "sereine", une "cohésion" au sein de la manifestation pro-Palestine

Sabrina Benalia revient pour nous sur la raison de sa participation à cette manifestation, défendre "la cause palestinienne", manifester contre ce qu’elle "n’appelle pas forcément une guerre", mais plutôt un "génocide". Coutumière des manifestations selon ses dires, Sabrina indique que cette fois-ci, elle a ressenti une "cohésion" et souligne la présence d’une association, l’UFJP, qui selon elle, matérialise le plus cette cohésion. Selon d’autres participants à la manifestation cités par Sabrina, la présence de l’UFJP représente "la paix", défendue dans cette manifestation.

Que s’est-il passé à l’approche de la place de la Bastille ?

Sabrina précise qu’à l’approche de la place de la Bastille ("à quelques centaines de mètres"), des gérants de la manifestation commençaient à informer que "ça commençait à un petit peu dégénérer", les organisateurs "suppliant" les manifestants de "ne pas répondre aux provocations". A l’arrivée place de la Bastille, elle décrit une bande de jeunes brandissant des drapeaux israéliens et un slogan, que l’on entend également dans cette vidéo Youtube, "Palestine, on t’encule!". Sabrina précise à nouveau qu’à ce moment, les organisateurs redoublent d’efforts pour demander aux manifestants "de ne pas faire attention", de ne pas "calculer" ces provocations. Elle cite certaines phrases de ces organisateurs : "ils veulent nous provoquer, ils attendent que ça dégénère, on ne leur donnera pas ce plaisir, ne faites pas attention à eux".

Rue de la Roquette : "ça a été un piège"

Sabrina décrie une scène un peu chaotique, "ça courait dans tous les sens, des chaises, des tables, des bouts de bois, des femmes avec leurs enfants en train de leur couvrir la tête". Venue pour "défendre une cause, le peuple palestinien", Sabrina Benalia regrette de s’être vue taxée de "participante à une manifestation antisémite". C’est le sentiment qu’elle décrit avoir ressenti dans le traitement médiatique qu’elle a constaté le soir-même, en rentrant chez elle.

Les manifestants pro-palestiniens ont "répondu à la provocation"

Sabrina évalue à "4 ou 5 les manifestants pro-palestiniens" présents dans les échauffourées, rejoints par plusieurs autres manifestants qui ont "répondu à la provocation" des membres de la Ligue de Défense Juive, qu’elle estime à "plusieurs dizaines". Elle décrit avoir entendu des insultes à plusieurs reprises, "Palestine, on t’encule!". Du côté du cortège, elle admet avoir entendu un seul slogan pouvant s’apparenter à cela, "Israël assassin". Elle indique ne jamais avoir entendu "mort aux juifs", lors de sa présence dans cette manifestation et en tant que témoin des échauffourées en fin de soirée. Elle "ne pense pas qu’on puisse se permettre de dire "mort aux juifs", alors que même l’UFJP était présente" dans le cortège de la manifestation pro-Palestine de dimanche dernier.

"On voit clairement des policiers défendre les pro-israéliens"

A l’évocation des éléments déclencheurs des échauffourées rue de la Roquette, Sabrina raconte : "sur ma droite, un barrage de policiers et derrière la LDJ avec le drapeau israélien", aux cris de "Palestine, on t’encule!". "A aucun moment", la police ne va leur demander de cesser ou les arrêter, selon elle.

Elle évoque également cette vidéo publiée depuis quelques jours sur différentes plateformes, où l’on voit "un jeune de la LDJ faire tomber une barre de fer et un policier de la BAC la ramasser et lui redonner". Des "images enregistrées" qui ne mentent pas pour Sabrina, "on aurait dit des amis", "on voit clairement des policiers s’attaquer aux pro-palestiniens et défendre les pro-israéliens".

"Encore une fois, on va dire que c’est les Arabes, les musulmans"

Sabrina dresse un constat amer des échauffourées du côté des manifestants pro-palestiniens. "Des jeunes qui ont cédé à la tentation de répondre à une provocation, c’est dommage, on a passé 3h30 de manifestation, et malheureusement on en vient à parler de 10 à 15 minutes où ça a dégénéré".

Elle ne cache pas s’être dit "qu’encore une fois, on va dire que c’est les Arabes, c’est les musulmans". Elle avoue avoir "traité de cons ceux qui répondaient à la provocation", que ça allait "être une évidence", "toujours le même disque".

"Pourquoi s’en prendre encore une fois à des gens qui n’ont rien fait ?"

Sabrina, comme Erwan et le président de la synagogue de la rue de la Roquette Serge Benhaïm, dénonce la rumeur, la synagogue n’a pas été "assiégée", pour elle, "c’est un piège". Elle défend son point de vue en ces termes : "pourquoi s’en prendre encore une fois à des gens qui n’ont rien fait ? On vient défendre justement des innocents en Palestine, on va pas venir s’attaquer à des innocents en France".

Manifestation de samedi à Paris: "je souhaite du fond du cœur que ça ne dégénère pas"

A la question de sa présence à la manifestation de samedi à Paris, qui a été – à l’heure où nous écrivons ces lignes – interdite par la préfecture de police de Paris, Sabrina est formelle : "bien sûr, je serai présente avec ma famille, j’espère et je souhaite du fond du cœur que ça ne dégénère pas". Elle pointe une nouvelle fois les "menaces" de la LDJ sur sa page Facebook et estime qu’il "faut arrêter d’accuser les personnes qui sont là pour demander la paix pour le peuple palestinien".

A noter que nous avons contacté la Ligue de Défense Juive suite aux différentes mises en cause présentes dans ce témoignage, elle n’a pas souhaité nous répondre.

Voir également:

Incidents rue de la Roquette: la police est "responsable"

En relation avec notre enquête au sujet des incidents rue de la Roquette, la rédaction d’i>TELE s’est mobilisée afin d’aller à la rencontre de différents protagonistes qui ont participé à la manifestation pro-Palestine du dimanche 13 juillet dernier, ou de témoins des affrontements qui ont eu lieu rue de la Roquette, aux abords de la synagogue Don Isaac Abravanel. Premier de nos témoignages, celui d’Erwan Simon, qui fait partie du groupe de personne qui ont géré l’organisation de la manifestation qui a réuni 30.000 personnes pour soutenir la population de Gaza, de Barbès à la place de la Bastille.

"Mort aux Arabes, Israël vaincra"

Erwan, placé en tête de cortège, raconte l’arrivée au terme de la manifestation, place de la Bastille, il décrit sur la droite – comme Sabrina – un cortège de policiers derrière lequel se réfugient des individus "casqués", criant "mort aux Arabes, Israël vaincra". Il fait appel à son expérience des manifestations pro-Palestine depuis des années pour affirmer que "ça ressemble très fortement à la Ligue de Défense Juive", sur "ce type d’action" et "ce type de racisme".

La police est "responsable", elle a "laissé passer des gens" rue de la roquette

Erwan Simon "était au courant" de l’appel à manifester de la LDJ rue de la Roquette. Il confirme que le service d’ordre de la manifestation pro-Palestine a "demandé à ne pas aller là-bas" (rue de la Roquette, ndlr).

En tant qu’organisateur de la manifestation, il se défend: "vous dites clairement à la police, c’est fini (la manifestation, ndlr) il est 17h30, à ce moment-là, il est de la responsabilité de la police" de maintenir l’ordre. Une question lourde de sens lorsqu’on a regardé la vidéo des altercations : "pourquoi la police n’intervient pas, alors qu’il y a des centaines de policiers partout autour de Bastille ?"

Le discours de la paix de la LDJ "ne marche pas"

Erwan "n’accepte pas" cette "bagarre entre supporters, en train de se battre comme si on était là-bas". Il estime se battre avec "la justice, le droit". Il comprend néanmoins "que des gens soient en colère", la LDJ "depuis plus de 10 ans agresse, tape, brûle des lieux, casse des bras", il recense à ce sujet une "vingtaine d’événements" qui mettent en cause les agissements du groupuscule.

Pour lui, « le discours de paix » de la LDJ « ne marche pas », même s’il convient que la colère des manifestants pro-palestiniens qui ont été à l’affrontement ne doit pas « s’exprimer de cette façon ».

Des manifestants pro-palestiniens aux cris de "mort aux juifs" ?

Erwan est formel, il n’a "rien entendu de tel". En revanche, il a entendu à plusieurs reprises les slogans "mort aux Arabes". Il estime que les manifestants pro-palestiniens qui ont été à l’affrontement avec la LDJ étaient proches d’une centaine de personnes ("80 à 100") mais rappelle qu’il y avait "des centaines de familles dans la rue qui tentaient de rejoindre le métro".

La synagogue a-t-elle été "assiégée" ?

Erwan pointe une nouvelle fois le rôle de la LDJ dans cette information "totalement erronée" selon lui. La synagogue est "prise par la Ligue de Défense Juive" qui "empêche les gens de sortir, qui leur fait peur". Pour lui, "il n’y a pas d’attaque de synagogue, jamais". L’affrontement entre bandes n’a jamais visé le lieu de culte et estime qu’il résulte d’une réponse "à des provocations racistes d’un groupuscule d’extrême-droite et nationaliste".

"Quelles ont été les consignes du ministère de l’Intérieur ?"

Cette question résonne dans la bouche d’Erwan Simon, "derrière la LDJ, des rangs de policiers", "des gens ont eu des propos racistes et n’ont pas été arrêtés". Pourquoi le gouvernement français "ne donne pas d’instructions claires pour empêcher tous les racismes" ?

Pour Erwan, "il n’y a pas de forces de l’ordre pro-Israël" comme l’estime Sabrina que nous avons également interrogée, les forces de l’ordre "font le travail qu’on leur demande". Une question subsiste : "quelles ont été les consignes reçues de la part du ministère de l’Intérieur ?"

Interdiction de la manifestation de samedi à Paris : "on marche sur la tête"

Avant de parler de troubles à l’ordre public, "ce serait bien de les faire arrêter en faisant interdire la Ligue de Défense Juive", selon Erwan. Pour l’un des organisateurs de la manifestation pro-Palestine de dimanche dernier, "on marche sur la tête". "On a le droit d’aller manifester dans la rue, les forces de l’ordre doivent assurer la protection des gens qui manifestent, c’est la question du droit, notre droit à manifester, l’un des principes de base".

A noter que nous avons contacté la Ligue de Défense Juive suite aux différentes mises en cause présentes dans ce témoignage, elle n’a pas souhaité nous répondre.

Voir encore:

Affrontements rue de la Roquette : la vérité est toujours la première victime d’un conflit

iTELE
16-07-2014

LE PLUS. Le 13 juillet dernier, à Paris, des heurts ont éclaté entre militants pro-israéliens et pro-palestiniens, en marge d’une manifestation de soutien au peuple de Palestine. Des violences que les médias se sont empressées de dramatiser, estime le journaliste et écrivain Jacques-Marie Bourget. Il s’étonne du traitement médiatique de ces événements, et appelle les médias à plus de retenue.

Édité par Sébastien Billard

Capture d’écran d’une vidéo des affrontements entre pro-israéliens et pro-palestiniens, rue de la Roquette à Paris, le 13 juillet 2014.

Quand un journal aussi sérieux que le quotidien britannique "The Independent" titre "Conflit Israël-Gaza : Des synagogues attaquées quand une manifestation pro-palestinienne à Paris tourne à la violence", c’est qu’il y a danger. Danger pour deux vertus qui n’en sont qu’une : la vérité et l’exercice des libertés.

Sur cette seule base, celle d’un texte publié dans un journal qui fait autorité, tous les confrères du monde peuvent "sourcer" sans conteste leurs papiers sur ce sujet. Et faire naître dans l’esprit de leurs lecteurs des images de barbares antisémites commettant en France les attaques les plus graves.

La machine à mensonges en marche

Comment ce fait-il que "The Independent", véritable institution du journalisme international, publie une information si capitale qu’elle laisse à penser qu’être juif en France serait vivre entre "la valise et le cercueil" ? C’est simple, comme beaucoup de médias, le quotidien anglais a été victime de la rapidité lapidaire d’internet.

Faut-il rappeler la piteuse histoire de Timisoara en Roumanie, à l’heure de la chute de Ceausescu où, en chœur, la presse a rapporté des "massacres" alors que les victimes étaient mortes d’accident ou de maladie…

Comme un boomerang, sur leurs téléphones portables, les envoyés spéciaux recevaient de leurs rédacteurs en chef le buzz internet : "La ‘toile’ est remplie d’infos sur ce massacre. Qu’est-ce que tu attends pour nous envoyer ton papier ?" La machine à mensonges était en marche.

À propos des "hordes à l’assaut de deux synagogues parisiennes", la fumée des lacrymogènes n’était pas encore au ciel que des sites larguaient leurs bombes d’oxygène sur le feu.

Presqu’au hasard, prenons Slate :

"Des centaines de types hurlant ‘Allahou Akbar’ en chargeant contre des policiers. Une synagogue assiégée. Des menaces et des insultes antisémites lancées à des passants terrorisés."

Ou encore Des Infos.com :

"Alors que des hordes antisémites attaquent des synagogues à Paris ou en Île-de-France sous couvert d’une prétendue solidarité avec les Palestiniens…"

Dreuze Info n’est pas le plus en retrait et publie en instantané des textes aujourd’hui introuvables sur le site :

"Alerte info : attaque violente de deux synagogues à Paris – des Juifs retenus en otage."

Alarme qui sera bientôt suivi d’un constat à propos du rôle joué par la Ligue de défense juive (LDJ) :

"La LDJ, tant critiquée par la gauche juive, en protégeant la synagogue a sauvé de nombreuses vies."

Une dramatisation excessive des faits

À lire cela à Hong Kong ou Miami, Paris et la rue de la Roquette, où se trouve une des synagogues "attaquées", sont en guerre. Cette information immédiate, qui tourne le dos à la vérité froide et apaisée, a le pire pour objectif : une dramatisation qui finira par marquer l’histoire, peut importe la réalité.

Selon cette "information/slogan", reprise par des milliers de tweets et SMS qui rajoutent au passage leur couche de fantasmes, c’est en France que se joue la vengeance de Gaza. Pourtant, comme toujours, la vérité est la première victime de ce conflit. Elle dépasse la fiction mais par le bas, décrivant des faits qui n’ont jamais existé.

Laissons la parole à Frédéric Ploquin, inconnu pour une quelconque passion pour la cause palestinienne, il est journaliste à "Marianne", un hebdomadaire qui n’est pas "La France Juive" de Drumont. Ploquin rapporte :

"Place de la Bastille, la dispersion commence, accélérée par une ondée, lorsque des jeunes décident de s’en prendre aux forces de l’ordre. De petites grappes s’engouffrent vers les rues adjacentes. Se donnent-ils le mot ? Ils sont entre 200 et 300 à marcher en direction de la synagogue de la rue de la Roquette… où se tient un rassemblement pour la paix en Israël, en présence du grand rabbin.

Les organisateurs affirment avoir alerté le commissariat de police, mais l’information n’est apparemment pas remontée jusqu’à la Préfecture de police. Détail important : s’ils avaient su, les responsables du maintien de l’ordre auraient forcément barré l’accès à la rue.

Les choses se compliquent très vite, car les manifestants ne sont pas les seuls à vouloir en découdre. Une petite centaine de membres de la LDJ (Ligue de défense juive) sont positionnés devant la synagogue de la rue de la Roquette, casques de moto sur la tête et outils (armes blanches) à portée de main.

Loin de rester passive, la petite troupe monte au contact des manifestants, comme ils l’ont déjà fait lors d’une manifestation pro-palestinienne organisée Place Saint-Michel quelques jours auparavant. On frôle la bagarre générale, mais la police parvient à s’interposer. Les assaillants refluent vers le boulevard, tandis que les militants juifs reviennent vers la synagogue."

Passons au compte rendu publié sur son site par RTL :

"Selon la préfecture de police, ces heurts étaient dus à de petits groupes de jeunes gens qui ont été ‘facilement contenus’. Il y a eu six interpellations. Un certain nombre de manifestants pro-palestiniens ont toutefois tenté de se rendre vers des synagogues voisines, rue de la Roquette et rue des Tournelles, a-t-on dit à l’AFP de source policière. Des CRS sont intervenus pour les repousser et mettre fin à un "début d’échauffourée" avec des membres de la communauté juive devant la synagogue de la Roquette, ce qui a permis d’éviter toute intrusion dans les lieux de culte, a-t-on ajouté."

Une réalité plus complexe que celle qui a été rapportée

Cet appel à "contre" manifester lancé par la LDJ, celui évoqué par Frédéric Ploquin, ne fait aucun doute, on le trouve sur Twitter et, le 9 juillet, lors d’une manifestation pro-palestinienne à Saint Michel, la faible troupe présente a bien été attaquée par la LDJ.

Dans l’affaire de la rue de la Roquette, il faut se demander pourquoi les "forces de l’ordre" n’ont pas été plus préventives en barrant la rue de la Roquette afin d’éviter les affrontements ?

Rapporté par Abdelkrim Branine, pilier de Beur FM et journaliste connu pour sa rigueur, voici le témoignage d’un membre du service d’ordre de la manif "pro Palestine" :

"Hier, en fin de manifestation, nous nous sommes postés sur la place de la Bastille côté rue de la Roquette en prévision d’une attaque de la Ligue de défense juive suite aux mises en garde de la police. Après l’agression ayant ciblé un rassemblement de soutien à la Palestine mercredi dernier à Saint-Michel, la milice sioniste avait promis, via ses réseaux sociaux de ‘s’en prendre à toutes les manifestations pro-palestiniennes’. Nous étions une vingtaine, tous identifiés et membres du service d’ordre.

Suite à la fermeture du métro Bastille, plusieurs manifestants ont décidé de s’orienter vers le métro Voltaire. Nous leur avons conseillé de prendre plutôt la direction de Ledru-Rollin mais certains ne nous ont pas écoutés. À peine arrivés au milieu de la rue de la Roquette, ces personnes (essentiellement des familles), identifiées par leurs keffiehs et drapeaux, se sont faites accueillir par des insultes et des projectiles provenant du rassemblement sioniste derrière deux lignes de CRS.

Deux personnes sont revenues nous prévenir. Nous avons donc décidé d’aller ramener ceux qui stagnaient encore à proximité de la synagogue de la Roquette afin d’éviter tout débordement. Nous y sommes allés discrètement pour éviter que les centaines de jeunes, déjà échaudés par les précédentes provocations ne nous suivent. Ce qui serait devenu incontrôlable.

Arrivés à une cinquantaine de mètres du rassemblement, une femme, la quarantaine, nous traite de ‘sales pro palos’, hurle ‘Israël vaincra’, s’empare d’une chaise d’une terrasse de café et la jette sur notre ami T. Elle s’enfuit ensuite en courant vers le rassemblement de la LDJ et passe, sans difficultés, les deux lignes de CRS. Nous ne répondons pas à la provocation et continuons à avancer. Nous nous retrouvons alors sous une pluie de projectiles (tessons de bouteille, bouts de bois, casques etc.).

Surexcitée, la cinquantaine de militants de la LDJ ‘mime’ de forcer le barrage de police en agitant des drapeaux israéliens. Une première altercation a lieu. La police les laisse faire. En revanche, les CRS nous matraquent et nous gazent. Un autre groupe de CRS arrive en provenance de la place. Encerclés par la police nous n’avons d’autre alternative que de prendre les rues adjacentes qui débouchent à nouveau vers le lieu des échauffourées. Les CRS continuent de tirer des gaz."

Poursuivons avec un autre point de vue, qui n’est pas forcément faussé au seul prétexte qu’il est donné par un témoin lié au site Saphirnews.com ayant appelé au soutien des palestiniens de Gaza :

"Le traquenard est bien ficelé : ceux de la LDJ  finissent par se réfugier dans la synagogue, faisant ainsi croire que ces ‘hordes de jeunes’, qui n’étaient pour la plupart pas au courant qu’ils se laissaient amener vers le lieu de culte, sont venus s’en prendre aux ‘juifs’. C’est sur les réseaux sociaux que les mensonges de la LDJ prennent forme. Sous forme de tweets alarmistes, elle déclare que ’60 juifs à mains nues’ ont fait face à ‘300 casseurs armés’, dans un autre post, ‘de haches, de couteaux, de lacrymos, de battes de baseball criant ‘Mort aux juifs’."

Pour finir, voilà ce qu’a vu et vécu Michèle Sibony, membre de l’Union juive française pour la paix :

"Alors je vais vous dire ce que j’ai vu, moi, pauvre juive infidèle (mais il n’y a de Dieu que Dieu) dans cette manif : sur le boulevard Beaumarchais, à peu près à la hauteur de Chemin vert, quatre ou cinq types de la Ligue de défense juive montés sur un banc, complètement entourés et protégés par deux rangs serrés de CRS qui jetaient projectiles et insultes sur la foule, et les services d’ordre, et les responsables calmant les manifestants : ne vous énervez pas ne répondez pas aux provocations, c’est ce qu’ils attendent… et bien sûr lors de la dispersion il y a eu des courses et des bagarres à l’entrée de la rue de la Roquette… comme prévu si j’ose dire. Et surtout j’ai aussi entendu la foule des manifestants crier depuis Barbès jusqu’à la Bastille : ‘médias français montrez la vérité’, ‘le peuple français veut la vérité. Et j’étais fière aujourd’hui de ce peuple là, de mon peuple."

Hélas, le gouvernement choisit la voie liberticide

Moralité, vieille loi de presse perdue de vue : avant que l’encre ne coule et que les titres annoncés sur les écrans et leurs "bandes passantes" provoquent leurs déchirures, il serait mieux d’écouter et de réfléchir. De s’informer.

Aujourd’hui, alors que de multiples vidéos viennent conforter la version donnée par les différentes témoins que nous venons de citer, ni Hollande ni Valls n’en tiennent compte. Veulent-ils dire que les hommes et femmes qui s’indignent du sort fait à la Palestine sont des menteurs ? Certes, parfois, il ne sont pas "français de souche", voire musulmans…

Hollande et Valls ont préféré prendre le sombre chemin, la voie liberticide désignée par Estrosi, le "motodidacte" maire de Nice. Des manifestations pro-palestiniennes pourront être interdites en cas de "risques avérés". C’est comme une deuxième mort.

Voir enfin:

Frédéric Ploquin

Marianne

14 Juillet 2014

Plusieurs manifestations pro-palestiennes ont eu lieu dimanche 13 juillet en France. A Paris, deux synagogues ont été prises pour cible. Voici les faits.

NICOLAS MESSYASZ/SIPA
NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Ils sont environ 7 000 à défiler dans les rues de Paris, ce dimanche 13 juillet, entre Barbès et la Bastille, pour dire leur solidarité avec les Palestiniens. Le parcours a été négocié par les responsables du NPA (Nouveau parti anticapitaliste), l’organisation héritière de la Ligue communiste révolutionnaire. Pourquoi avoir exigé un parcours qui s’achève à proximité du quartier du Marais, connu pour abriter plusieurs lieux de culte juif ? Le fait est que les responsables de la Préfecture de police l’ont validé.

Parmi les manifestants, de nombreuses femmes, souvent voilées, mais surtout des jeunes venus de la banlieue francilienne. Les premiers slogans ciblent Israël, mais aussi la "complicité française". Très vite, les « Allah Akbar » (Dieu est grand) dominent, donnant une tonalité fortement religieuse au cortège.
La préfecture de police ne s’attendait pas à une telle mobilisation, mais ses responsables ont vu large au niveau du maintien de l’ordre, puisque cinq "forces mobiles", gendarmes et CRS confondues, ont été mobilisées. C’est à priori suffisant pour sécuriser tous les lieux juifs le long du parcours.

Aucune dégradation, aucun incident n’est signalé en marge du cortège, jusqu’à l’arrivée à proximité de la Bastille. Un premier mouvement de foule est observé à la hauteur de la rue des Tournelles, qui abrite une synagogue. Les gendarmes bloquent la voie et parviennent sans difficulté à refouler les assaillants vers le boulevard Beaumarchais.

Place de la Bastille, la dispersion commence, accélérée par une ondée, lorsque des jeunes décident de s’en prendre aux forces de l’ordre. De petites grappes s’engouffrent vers les rues adjacentes. Se donnent-ils le mot ? Ils sont entre 200 et 300 à marcher en direction de la synagogue de la rue de la Roquette… où se tient un rassemblement pour la paix en Israël, en présence du grand rabbin. Les organisateurs affirment avoir alerté le commissariat de police, mais l’information n’est apparemment pas remontée jusqu’à la Préfecture de police. Détail important : s’ils avaient su, les responsables du maintien de l’ordre auraient forcément barré l’accès à la rue.

Les choses se compliquent très vite, car les manifestants ne sont pas les seuls à vouloir en découdre. Une petite centaine de membres de la LDJ (ligue de défense juive) sont positionnés devant la synagogue de la rue de la Roquette, casques de moto sur la tête et outils (armes blanches) à portée de main. Loin de rester passive, la petite troupe monte au contact des manifestants, comme ils l’ont déjà fait lors d’une manifestation pro-palestinienne organisée Place Saint-Michel quelques jours auparavant. On frôle la bagarre générale, mais la police parvient à s’interposer. Les assaillants refluent vers le boulevard, tandis que les militants juifs reviennent vers la synagogue.

Durant le week-end, des manifestations similaires ont été organisées dans plusieurs grandes villes. Selon la police, ils étaient 2 300 à Lille, 1 200 à Marseille et autour de 400 à  Bordeaux. Aucun incident n’a été signalé.

Voir aussi:

Antisémitisme: la France confrontée à une hausse des actes, pas des opinions
Libération/AFP
19 juillet 2014

Les incidents près de synagogues parisiennes sont-ils le signe d’une montée de l’antisémitisme en France? Des experts répondent avec prudence, relevant que si une hausse des actes antisémites est observée, ce n’est pas le cas des opinions.

Plusieurs personnalités de la première communauté juive d’Europe ont exprimé leur émotion après un week-end agité: échauffourées rue de la Roquette à Paris, jet de cocktail Molotov contre une synagogue à Aulnay-sous-Bois, insultes devant une autre à Asnières…

«C’était un peu la Kristallnacht (la Nuit de cristal de 1938 en Allemagne, NDLR) et on a échappé de peu à un véritable pogrom», a estimé le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), Roger Cukierman. «Jamais un tel événement ne s’était produit en France depuis le Moyen-Age», a écrit Arno Klarsfeld, ancien avocat des Fils et filles des déportés juifs de France, évoquant les «centaines d’individus» ayant «tenté de prendre d’assaut» la synagogue de la Roquette.

«Ces comparaisons historiques me semblent malvenues pour apprécier la situation», tempère le sociologue Samuel Ghiles-Meilhac auprès de l’AFP. «Les pogroms ou la Nuit de cristal, ce sont des mouvements de violence tolérés voire encouragés par les pouvoirs en place. En France, les autorités publiques réagissent, et absolument rien n’indique qu’une majorité de la population valide cela.»

«L’émotion est très forte, mais elle n’est pas uniquement liée à ce qui s’est passé dimanche, elle est le produit de ces dernières années, avec les actes de Mohamed Merah et Mehdi Nemmouche, l’affaire Dieudonné, la manifestation Jour de colère (où des +Mort aux Juifs!+ ont été lancés, ndlr)… Il y a le sentiment, dans une partie de la communauté juive, qu’une lame de fond antisémite s’est installée», ajoute le chercheur.

Directeur de l’observatoire des radicalités politiques, Jean-Yves Camus a assisté aux heurts près de la Bastille. «Quand bien même il ne se serait rien passé rue de la Roquette, je considère qu’à partir du moment où, dans les rues de Paris, des manifestants brandissent le drapeau noir de l’Etat islamique au Levant ou des mini-roquettes, même en carton-pâte, il y a quelque chose qui ne colle pas.»

Selon le politologue, lors de l’opération de l’armée israélienne Plomb durci en 2009, «des manifestations avaient déjà dérapé», attirant «beaucoup plus de monde».

«La mobilisation régresse en ampleur. Les radicaux sont d’autant plus visibles que, dans la manifestation, le rapport numérique est en leur faveur», note le chercheur.

- «Antisémitisme de contact» -

Les actes antisémites se maintiennent à un niveau élevé depuis 2000 et la seconde Intifada: le Service de protection de la communauté juive (SPCJ), qui en avait relevé 423 en 2013 selon les plaintes comptabilisées par le ministère de l’Intérieur, a noté une nouvelle hausse au premier trimestre 2014, avec 169 actions violentes et menaces recensées, soit 44% de plus que sur la même période de l’an dernier.

Selon le SCPJ, organisation communautaire qui travaille en lien avec les pouvoirs publics, les Juifs sont victimes de 40% des violences physiques racistes en France, alors qu’ils représentent moins de 1% de sa population.

«On constate une montée des actes antisémites le plus souvent en lien avec l’aggravation du conflit israélo-palestinien», commente la politologue Nonna Mayer. Un «antisémitisme de contact», actif là où les deux communautés (juive et musulmane) sont présentes, et s’en prenant à ce qui est visible dans l’espace public: synagogues, mezouzahs sur les portes, hommes portant la kippa…

Que sait-on des auteurs? «On a le sentiment que, pour les rares cas où les agresseurs sont identifiés, les actes sont non seulement imputables à l’extrême-droite mais à des jeunes issus de l’immigration et qui se font une identité de substitution en s’identifiant aux victimes palestiniennes», répond Nonna Mayer, qui invite cependant à ne pas «disserter doctement sur l’antisémitisme chez les jeunes issus de l’immigration» à partir de cas «extrêmement minoritaires».

Ne pas confondre actes et opinions: l’examen de ces dernières montre qu’«il n’y a absolument pas de progression de l’antisémitisme, plutôt la persistance de deux stéréotypes traditionnels, le pouvoir des Juifs et leur rapport à l’argent», constate la sociologue.

«Tous nos sondages montrent que c’est la minorité juive qui est de loin la mieux acceptée, qui a la meilleure image», poursuit-elle. A la différence des populations arabo-musulmanes et roms qui, selon le dernier rapport sur le racisme de la Commission nationale consultativedes droits de l’homme (CCNDH), «sont les cibles privilégiées» de l’actuelle «recrudescence de l’intolérance».

«Les Juifs ne sont victimes d’aucune discrimination sociale en France, ils sont parfaitement intégrés. Et en même temps, comme minorité, ils sont la cible d’une fixation haineuse», tente de résumer Samuel Ghiles-Meilhac, devant une «conjonction de phénomènes dont on n’a pas les cadres d’analyse».

AFP

Voir de même:

Pascal Boniface : «Critiquer la politique d’Israël, ce n’est pas être antisémite»
Alexandre Devecchio
Le Figaro
18/07/2014

FIGAROVOX/GRAND ENTRETIEN- Alors que la préfecture de police de Paris a interdit une manifestation pro-palestienne prévue ce samedi, Pascal Boniface, auteur de la France malade du conflit israélo-palestinien, a accordé un grand entretien à FigaroVox.

Pascal Boniface est directeur de l’IRIS, auteur de Géopolitique du sport. Son dernier livre, La France malade du conflit israélo-palestinien, vient de paraître.

FigaroVox: Après les incidents violents qui ont émaillé les manifestations pro-israélienne dimanche 13 juillet, la préfecture de police a engagé une procédure informelle pour interdire une manifestation de soutien à Gaza prévue samedi. La société Française devient-elle la victime collatérale du conflit du Proche-Orient?

Pascal BONIFACE: La société française ne devient pas la victime collatérale du conflit du Proche-Orient, elle l’est depuis longtemps. La reprise des violences entre Israéliens et Palestiniens a provoqué une poussée de fièvre en France, mais que la France soit malade du conflit israélo-palestinien, n’est hélas pas une nouveauté. Aucun conflit extérieur ne suscite de telles passions, de mises en cause si importantes des individus qui prennent des positions qui déplaisent. Des amis de longue date, qui ne partageant pas le même point de vue sur le conflit et ses conséquences en France, peuvent se brouiller. On ne voit ça pour aucun autre conflit.

Quel est votre point de vue sur l’interdiction des manifestations? Celle-ci ne risque-t-elle pas d’être contre-productive?

Si le but est de ne pas opposer les communautés, interdire les manifestations produit l’effet inverse. Ceux qui veulent manifester peuvent avoir le sentiment que le gouvernement répond aux désirs des institutions communautaires juives. Par ailleurs, il y a une atteinte au droit de manifester. Où placer les limites? Faudra-t-il par la suite interdire les nombreuses et variées manifestations de soutien à Israël? Faudra-t-il interdire les articles critiques sur l’action du gouvernement israélien parce qu’ils seraient censés contribuer à alimenter l’antisémitisme? Le risque est de radicaliser une partie de ceux qui se sentent solidaires des Palestiniens.

La société française ne devient pas la victime collatérale du conflit du Proche-Orient, elle l’est depuis longtemps.

Selon vous, la confusion entre antisémitisme, antisionisme et critique du gouvernement israélien contribue à l’importation de ce conflit en France. Quelle différence faites-vous entre ces différentes notions?

Cette confusion est entretenue par les institutions communautaires et certains intellectuels juifs. L’antisémitisme c’est la haine des juifs, l’antisionisme c’est l’opposition à l’existence de l’État d’Israël. Mais cela n’a rien à voir avec la critique de l’action du gouvernement israélien ou alors des O.N.G. israéliennes, des personnalités comme Abraham Burg, des journalistes comme Gideon Lévy sont antisémites. Lorsque l’on critique la politique de Poutine on n’est pas accusé de faire du racisme anti-russes. Brandir l’accusation infamante d’antisémitisme dès que l’on émet une critique à l’égard du gouvernement israélien a pour fonction de protéger ce dernier. L’immense majorité de ceux qui se déclarent solidaires des Palestiniens combattent l’antisémitisme et toutes les formes de racisme, et se prononcent pour la solution des deux États, donc en faveur de l’existence d’Israël.

Vous-même en taxant le HCI d’islamophobie pour ses prises de positions, notamment contre le port du foulard islamique à l’université, n’opérez-vous pas une confusion dangereuse entre critique légitime du communautarisme et racisme antimusulman?

Lorsque l’été dernier le HCI a proposé d’interdire le port du foulard dans les universités, j’ai en effet estimé qu’il préconisait une mesure visant exclusivement les musulmans (on ne parlait pas des signes religieux en général) qui pouvait rallumer une guerre au moment où une majorité s’accordait pour dire qu’il fallait en rester à la loi de 2004 qui ne concerne pas l’enseignement supérieur.

L’immense majorité de ceux qui se déclarent solidaires des Palestiniens combattent l’antisémitisme et le racisme, et se prononcent pour la solution des deux États donc en faveur de l’existence d’Israël

Selon vous, de nombreux Français non-juifs, en particuliers les musulmans, ont le sentiment qu’il y a un «deux poids, deux mesures» dans la lutte contre le racisme et que les actes antisémites font l’objet d’un traitement médiatique plus conséquent que les autres actes racistes. Le risque de votre démarche n’est-il pas de verser dans la concurrence victimaire et de nourrir le ressentiment d’une certaine jeunesse de banlieue à l’égard des Juifs et de la France plus généralement?

Réclamer la fin du «deux poids, deux mesures» dans la lutte contre l’antisémitisme et le racisme anti-musulmans, qu’il s’agisse des médias ou des responsables politiques ne revient pas à nourrir le ressentiment d’une certaine jeunesse de banlieue, mais au contraire à le combattre. Dénoncer une injustice ou une inégalité de traitement est justement la meilleure façon de combattre la concurrence victimaire. Si chacun est placé sur un pied d’égalité, si tous les enfants de la République sont traités de la même façon il n’y a plus de concurrence victimaire et moins d’espace politique pour le ressentiment.

Avez-vous des exemples précis de «deux poids, deux mesures» …

De nombreuses agressions ont eu lieu contre des femmes voilées, qui n’ont pas suscité la mobilisation,qui aurait eu lieu si des hommes portant la kippa avaient été agressés. Il est vrai que présenter, comme le font certains journalistes, le port du voile comme faisant partie d’un complot pour mettre à genoux la République, a contribué à créer un climat malsain…

Quelques lignes dans Libération du 22 Février 2011, on apprend que la voiture et la moto de Dounia Bouzar, anthropologue spécialiste de l’islam, ont été vandalisées. On pouvait lire sur l’un des véhicules «non aux minarets». Un texte était également glissé: «Pour que Colombey les deux églises ne devienne pas Colombey les deux mosquées. Viendra le moment où les islamo-collabos devront rendre des comptes.» Imaginons que la même mésaventure soit arrivée à BHL ou Finkielkraut, cela aurait fait la Une de tous les journaux et toute la classe politique aurait manifesté sa solidarité.

Selon vous, il faut évoquer tous les racismes. Quel est votre point de vue sur le racisme anti-blanc?

Il peut y avoir des arabes ou des noirs qui soient racistes à l’égard de ceux qui sont différents d’eux. Il peut donc y avoir des blancs victimes de racisme. Mais il n’y a pas un racisme anti-blanc puissant, structuré, s’appuyant sur de nombreux textes, se développant sur les réseaux sociaux, relayé par la presse, soutenu par des déclarations d’hommes politiques, etc. Les blancs en France ne font pas l’objet de discriminations.

Vous avez eu beaucoup de difficultés pour faire éditer votre livre. Certains sujets restent-ils tabous en France? Pourquoi?

Nombreux sont ceux qui ont payé un prix fort pour avoir osé critiquer le gouvernement israélien.

Le conflit israélo-palestinien déclenchant les passions, beaucoup de gens veulent se tenir à l’abri à partir du moment où la critiques politiques du gouvernement israélien est très rapidement assimilée à de l’antisémitisme. Beaucoup de gens ne veulent pas prendre le risque d’être étiquetés de façon si infamante.

La presse française est pourtant loin d’être complaisante à l’égard du gouvernement israelien …

Je ne connais pas d’autres sujets qui paraissent aussi risqués pour les responsables politiques et les médias. Je ne connais pas de cas où des responsables politiques , des journalistes, des universitaires, qui se seraient signalés par un engagement profond, voire inconditionnel, à l’égard d’Israël, en aurait subi des sanctions personnelles ou professionnelles. Nombreux sont ceux qui ont payé un prix fort pour avoir osé critiquer le gouvernement israélien. Il est d’ailleurs assez paradoxal qu’en France, il soit moins risqué pour quiconque de critiquer les autorités nationales que celle d’un pays étranger, en l’occurrence Israël. Je connais beaucoup de personnes qui disent être entièrement d’accord avec mes analyses mais ne veulent pas le déclarer publiquement de peur de représailles. Je pense qu’à terme cette stratégie est très dangereuse même si elle peut s’avérer favorable à court terme à la protection du gouvernement israélien.

Voir par ailleurs:

L’incendie du centre juif était une banale vengeance
La destruction d’un centre social juif à Paris il y a dix jours n’était pas un acte antisémite. Un suspect, ancien gardien du local, de confession juive, était toujours en garde à vue hier soir. Il aurait saccagé les lieux par dépit après son éviction

Christophe Dubois et Geoffroy Tomasovitch

le Parisien

31.08.2004
L’AFFAIRE avait soulevé l’indignation de l’ensemble de la classe politique et des instances religieuses, de Paris à Tel-Aviv. Elle avait relancé le débat sur la montée de l’antisémitisme en France… Finalement, la destruction d’un centre social juif, cible d’un incendie volontaire la nuit du 21 au 22 août derniers dans le XIe arrondissement de Paris, aurait pour origine une banale vengeance personnelle.
C’est désormais la piste privilégiée avec, au coeur de l’enquête, un ancien employé du centre dont les responsables avaient la ferme intention de se séparer.

Des indices matériels

Hier, Raphaël B., un juif séfarade de 52 ans, s’est présenté spontanément à la brigade criminelle à Paris. Natif de Casablanca au Maroc, ce gardien occasionnel du local de la rue Popincourt se savait recherché par la police judiciaire. La brigade criminelle avait resserré ses investigations « à partir de l’enquête de voisinage, des analyses des faits et des témoignages des individus qui fréquentent le centre». Depuis vendredi dernier, une fiche de recherche avait été établie à son nom. Ce sont finalement des membres du centre social qui l’ont convaincu de se présenter au quai des Orfèvres. Raphaël B., qui venait de perdre son appartement, entretenait des relations ombrageuses avec les gestionnaires du centre. Au point que ces derniers avaient décidé de se séparer de lui. Le quinquagénaire, présenté comme un « peu simplet » et « plus ou moins sans domicile fixe », n’aurait pas supporté cette idée, assouvissant sa vengeance en s’attaquant au local de la rue Popincourt souillé par des inscriptions antisémites puis dévasté par le feu.

Selon une source policière, le suspect, « pas causant du tout », n’a pas reconnu l’incendie lors de ses premières heures de garde à vue. Cependant, des indices matériels semblent le désigner. Les policiers ont retrouvé à son domicile, un logement mis à sa disposition par le centre, les clés de la porte de service. Elle avait été retrouvée ouverte par les sapeurs-pompiers à leur arrivée, contrairement à la porte principale. Seules quatre ou cinq personnes possédaient ce trousseau. Toujours chez Raphaël B., les enquêteurs ont mis la main sur deux feutres, un rouge et un noir, qui pourraient correspondre à ceux qui ont servi à maculer le mur du centre social de croix gammées dessinées à l’envers et d’inscriptions antisémites truffées de fautes d’orthographe. Des analyses scientifiques devraient permettre de confirmer formellement ce point.Un « contexte tendu »

Selon nos informations, l’homme a fini par admettre du bout des lèvres être l’auteur de ces inscriptions. Enfin, les policiers disposent d’un autre élément à charge : ils ont localisé l’endroit où le suspect aurait acheté le liquide – de l’essence automobile – utilisé pour allumer le feu.

Le tournant pris par l’enquête semble définitivement contredire la thèse d’un acte antisémite, avancée publiquement par certains, haut et fort et un peu hâtivement. « Les collègues de la Crim n’en ont que plus de mérite. Il n’est pas facile de travailler dans un contexte aussi tendu», relève un policier parisien.

Plusieurs affaires récentes se sont ainsi « dégonflées » après avoir été présentées comme des actes antisémites. Tout le monde se rappelle l’indignation générale soulevée en juillet dernier par le récit de Marie Leblanc, cette jeune femme qui se disait victime d’une sauvage agression dans le RER D. La mythomane avait rapidement avoué aux policiers avoir tout inventé. Quelques jours plus tôt, l’agression à coups de couteau d’un lycéen juif à Epinay (Seine-Saint-Denis) avait provoqué des réactions d’une pareille ampleur. Or, l’auteur, un déséquilibré, ne s’en prenait qu’à ceux ayant le malheur de croiser son chemin…

« Tout cela ne doit pas jeter de discrédit sur la lutte contre l’antisémitisme », a mis en garde hier l’Union des étudiants juifs de France. Car le phénomène est bien réel et en hausse : le ministère de la Justice a déjà recensé 298 actes antisémites depuis début 2004.

Voir encore:

Incendie du centre juif: l’employé inculpé

la Libre Belgique

03 septembre 2004

DIX JOURS APRÈS L’INCENDIE DU CENTRE SOCIAL JUIF DE LA RUE POPINCOURT dans le XIe arrondissement de Paris, Raphaël Benmoha, un homme de confession juive âgé de 52 ans, a été mis en examen mercredi soir par un juge d’instruction parisien et écroué pour avoir mis le feu à l’immeuble. Raphaël Benmoha, qui a nié les faits tout au long des 48 heures de garde à vue à la brigade criminelle, est désormais poursuivi pour «destruction de biens appartenant à autrui par l’effet d’un incendie de nature à créer un danger pour des personnes», a-t-on indiqué de sources judiciaires. Les expertises ont conforté les policiers dans leurs certitudes quant à la culpabilité du suspect. Ce dernier se serait notamment inspiré d’un épisode de la série télévisée de France 2, «PJ», tourné l’an dernier au centre de la rue Popincourt. Cet épisode, qui n’a pas été diffusé dans un contexte tendu à la demande de la communauté juive, montre un feu dans le centre social juif provoqué par un employé licencié.


Gaza: Attention, une indignation peut en cacher une autre ! (Where danger grows, grows also that which saves: Are Israel’s enemies losing ground in the PR war?)

18 juillet, 2014
http://cdn2.spectator.co.uk/wp-content/blogs.dir/11/files/2014/07/Howard1.jpgMais là où le péché a abondé, la grâce a surabondé. Paul (Romains 5: 20)
Aux lieux du péril aussi croit ce qui sauve. Hölderlin
Tous les efforts de la violence ne peuvent affaiblir la vérité, et ne servent qu’à la relever davantage. Toutes les lumières de la vérité ne peuvent rien pour arrêter la violence, et ne font que l’irriter encore plus. Pascal
La "guerre postmoderniste" (…) va (…) à l’encontre des règles habituelles de la guerre, celle que l’on mène pour vaincre son ennemi. Je ne fais pas référence ici à l’élément politique ou militaire. Quoique… Mais aux médias israéliens, c’est à dire à une dimension capitale en temps de guerre : la maitrise de l’information envoyée à l’ennemi et à la population du pays.  (…) En effet, le politologue ou le sociologue ne peut être que stupéfait de ce qu’il voit sur les écrans israéliens. Tout d’abord la "spectacularisation" télévisée des événements guerriers, essentiellement ceux du front intérieur. C’est comme si une guerre "en temps réel" se déroulait sous les yeux de spectateurs d’un conflit qui serait extérieur à ses propres acteurs. Dès qu’une roquette tombe, la caméra nous transporte sur le lieu de la frappe, où que ce soit dans le pays, et les chaînes passent et repassent cent fois la chute du missile et son explosion presque toujours réussie grâce à la batterie "dôme de fer" (kipat barzel), la vedette de cette guerre. On y ajoute des interviews à chaud des victimes touchées par ces frappes. Le téléspectateur se retrouve ainsi, dans son fauteuil (quand il n’a pas couru aux abris), sur tous les champs du pays sous les tirs. Le terme d’"hystérie" revient souvent dans la bouche des journalistes pour qualifier l’état du public, ce que pourtant les reportages à Tel Aviv, supposée le maillon faible, démentent. Psychologues, spécialistes des traumatismes, éducateurs se succèdent pour conseiller sur la façon de gérer le stress. La télévision offre ainsi à l’ennemi un kaléïdoscope en temps réél du moral de la population qu’il cible, un bon mesureur pour déterminer la pression et le rythme des opérations qu’il mène à son encontre. De ce point de vue, la menace du Hamas, samedi soir, annonçant un tir sur Tel Aviv pour 21 heures, a pris une ampleur considérable du fait de son grossissement irresponsable par les journalistes. Le spectacle de désarroi et d’angoisse auquel elle a donné lieu est une victoire pour l’ennemi. Le passage en boucle des frappes, même évincées par le dôme de fer, a, plus généralement, de quoi angoisser et décourager les téléspectateurs eux mêmes, même si l’information fait partager à chacun d’eux les tirs de missile que leur région peut subir. Une succession infinie de débats télévisés font entendre les réflexions, les hésitations, les arguments des hommes politiques israéliens en rapport avec l’action militaire. (…) Autre fait unique dans les annales de l’histoire de la guerre : pendant les attaques, les journalistes appellent des habitants de Gaza pour leur demander comment ils vivent la chose, quelles sont leurs émotions, leurs pensées, etc.(…) Mais il y a plus, sur le plan de l’ouverture à l’adversaire. L’invitation sur les plateaux de télévision d’officiels de l’Autorité palestinienne ou de députés arabes israéliens (qui sont plus proches d’elle que de l’Etat d’Israël et qui, lorsqu’ils ont le micro, vitupèrent sur "leur" pays en guerre), au même rang qu’experts et hommes politiques israéliens ne peut qu’approfondir le trouble du téléspectateur israélien quand on sait que l’Autorité palestinienne rameute le monde entier contre Israël, en ces jours mêmes, qu’elle accuse de pratiquer un génocide à Gaza, mais aussi de façon permanente, en étant le cerveau de la compagne planétaire de boycott d’Israël. (…) Traduction sur le plan militaire de cet état de faits : l’Etat d’Israël continue à livrer des vivres et de l’essence à Gaza -2- , et, qui plus est, par le passage de Kerem Shalom où un immense tunnel a été découvert au début de l’opération, creusé pour envahir la région afin d’y faire le maximum de morts et de rapts. En somme, Israël donne au Hamas et à la population qui l’a porté au pouvoir et qui ne s’est pas rebellée contre lui, la possibilité physique de continuer à pouvoir circuler, envoyer leurs missiles et se nourrir. L’ennemi, qui ne prend pas de gants pour détruire "les Juifs", l’interprète nécessairement comme un aveu de faiblesse et de soumission d’Israël. Autre dispositif marquant, qu’on ne trouve dans aucune autre armée du monde. Avant un bombardement, l’armée appelle, par téléphone ou SMS, les habitants du théâtre d’opération à quitter les lieux. Est-ce pour cette raison que cette armée d’un genre inédit est accusée dans toute la planète de génocide ? (…) J’ai aussi entendu un commentateur – mais il faut vérifier – dire que chaque frappe israélienne devait d’abord être autorisée par un spécialiste juridique et la cible documentée comme pouvant légalement être frappée (cache d’armes, institutions militaires, etc). Dans le langage militaire, il y a en effet une "banque de cibles", c’est à dire de lieux stratégiques dévoilés par les services secrets que l’aviation israélienne vise systématiquement, de façon "chrirurgicale", et pas à l’aveuglette afin qu’il y ait le moins de victimes civiles. Rapport Goldstone oblige ! ajoute le commentateur. (…) Cet ensemble d’éléments n’est pas un entassement circonstanciel de comportements et de discours. J’y trouve une rationalité qui est celle de l’idéologie qui domine aujourd’hui dans les pays démocratiques : le postmodernisme. Sa cible essentielle est, au recto, l’Etat-nation démocratique, l’identité nationale, la souveraineté du sujet collectif, avec pour verso la célébration de tout ce qui est extérieur à l’Occident et à la démocratie. C’est une utopie de la "démocratie" qui est l’ennemie du régime démocratique. Dans le monde illusoire que cette idéologie construit, la "communauté internationale", le "Tribunal international" doivent se substituer aux Etats. Et, d’ailleurs, il n’y aurait plus d’Etats mais des individus, des "citoyens du monde", de sorte qu’il n’y aurait plus de "guerres" mais des "différends", plus d’armées mais à la rigueur des "polices", plus de responsabilité mais des co-responsabilités, plus de coupable mais une culpabilité partagée, il n’y a plus de réalité mais des récits sur la réalité, etc. Les droits de l’homme, ou leur usage instrumentalisé, l’emportent alors sur les droits du citoyen, le pouvoir judiciaire s’impose au pouvoir politique, la loi n’est plus l’œuvre du peuple mais l’invention des juges, etc. C’est cette même idéologie qui, dans le monde et notamment en Europe, ouvre grandes les portes à l’islamisme. Shlomo Trigano
Avant, j’étais beaucoup plus critique à l’égard d’Israël et je croyais qu’il y avait une solution à deux états assez simple. Parce que je croyais que les Arabes étaient de bonne foi. J’aimerais toujours le croire mais les faits me montrent que je serais un imbécile de le croire. Car j’ai vu que chaque concession faite par Israël ne reçoit en réponse que toujours plus d’exigences et de prétextes pour ne pas négocier. Ils auraient pu avoir la paix dix fois s’ils avaient voulu. Mais ils ne veulent pas la paix, ils veulent la victoire et ne seront pas satisfaits tant qu’Israël ne sera pas rayé de la carte. Un membre du Comité central de l’OLP l’a dit récemment à la télévision récemment, ajoutant qu’ils doivent garder ça pour eux car ils tiennent un autre discours au reste du monde. (…) Malgré ce que vous dit l’Agence de relations publiques palestinienne (cad les médias occidentaux) ce n’est pas une question de territoire et ça n’a absolument rien à voir avec la justice ou les droits de l’homme parce que les sociétés arabes ne connaissent pas la signification de ces mots. C’est une question de haine contre les Juifs, commandée par le Coran, prêchée dans les mosquées et enseignée aux enfants dans les pays arabes jour après jour et qui empoisonne génération après génération. les Arabes ne détestent pas les Juifs à cause d’Israël, ils détestent Israël à cause des Juifs. La situation en Cisjordanie et à Gaza existe parce qu’il y a 45 ans plusieurs pays arabes ont attaqué Israël délibérément, avec un avantage numérique écrasant, parce que c’était un Etat juif. Si ça n’avait pas été un Etat juif, ils ne l’auraient pas attaqué, ils l’ont attaqué avec l’intention de l’effacer de la carte et de commettre un génocide mais ils ont échoué parce que les juifs avaient plus de sang dans les veines que les Arabes pensaient. Et qui pourraient s’en étonner après tout ce par quoi ils sont passés dans l’indifférence du reste du monde ? Beaucoup, de Juifs auraient pu échapper aux nazis s’ils avaient eu un endroit où se réfugier mais les autres pays ne voulaient pas d’eux. Le Moufti de Jérusalem à l’époque était un ami d’Hitler et, en bon musulman, il approuvait la Solution finale et avait des plans pour mettre en oeuvre son propre holocauste au Moyen-Orient après la victoire des Nazis. Aussi qui pourrait reprocher aujourd’hui aux Israéliens de se défendre, en sachant très bien qu’ils ont à faire à des gens à qui ils ne peuvent pas faire confiance et en sachant que ces gens les haïssent au point de vouloir les exterminer comme peuple. N’importe qui d’autre dans la même situation se comporterait de la même manière. Je sais que c’est ce que je ferais et je ne suis pas près de m’en excuser. Israël est entouré d’ennemis et a plus intérêt à la paix que n’importe qui d’autre et c’est pour ça qu’il continue à faire des concessions. mais ce n’est pas l’intérêt des leaders palestiniens. La paix, c’est dernière chose qu’ils veulent. Ils ont besoin de maintenir la situation en ébullition, de maintenir leur peuple en colère dans le ressentiment et la haine des Juifs. La paix gâcherait tout parce qu’ils ne seront pas contents tant qu’Israël ne sera pas effacé de la carte et les Juifs jetés à la mer. Il faut que le monde arrête de faire comme si la question palestinienne était une question de justice et de droits de l’homme. Il faut qu’il ait le courage moral d’appeler les choses par leur nom et de mettre un point d’arrêt à cette comédie, cette danse sans fin autour d’une table de négociation qui n’existe pas. Il nous faut rendre aux Arabes le grand service de leur dire la vérité qu’ils ont si cruellement besoin d’entendre que leur haine est la cause de leur misère, qu’ils en sont devenus prisonniers, elle en est arrivée à définir leur véritable identité. Et tant qu’ils n’auront pas trouvé un moyen de libérer leurs coeurs de cette souillure, ils y resteront enchainés et ni eux ni leurs enfants ne seront jamais libres. Printemps arabe ou pas. (…) Combien de générations habitées par la haine pensez-vous qu’il faudra encore sacrifier ? Pat Condell
Will the BBC accept that Hamas wants to kill lots of Jews? Rod Liddle
The Israelis are powerful. The Palestinians are weak. The Israelis are the bullies. The Palestinians are the victims. And, understandably, we don’t like that narrative. We don’t like those harrowing images of more broken bodies being dug out of more shattered buildings. Of the distraught mothers and fathers mourning their dead sons and daughters. Mothers and fathers who are, in the main, Palestinian. (…) People may not like the current Israeli assault on Gaza. They may be appalled by it. Perhaps they are right to be appalled by it. But please, let’s not pretend we don’t understand it. The threat of annihilation is not an historical abstraction to the people of Israel. It was the reason for the formation of that state. It was why they were forced to defend that state from invasion in 1948 and 1967 and 1973. It’s why they have been forced to defend it from terror attacks large and small every day since. So yes, Israel is strong. And yes, perhaps that strength is sometimes used unwisely and disproportionately. But that’s because the Jews of Israel learnt in the most barbaric way imaginable that the price of being too strong is not as high as the price of being too weak. Israel has its planes and its tanks and its guns and its shelters and its Iron Dome defence system. And the Palestinians have only their rockets – 130 fired at Israel on Sunday alone – and their suicide vests. But do we honestly expect Israel to apologise for that? Apologise for the fact that Hamas are not as good at killing Jews as they’d like to be? We may feel more comfortable tutting and shaking our heads and saying “isn’t it terrible about those three teenage boys?” But in Israel they don’t just tut. Not any more. The images of what is happening in Gaza may sear our consciences. But when the Jews of Israel say “never again”, they mean it. Dan Hodges
Le Canada rejette les critiques injustifiées formulées par la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Mme Navi Pillay, concernant la réponse d’Israël aux attaques à la roquette en provenance de Gaza. Les commentaires de Mme Pillay prenant pour cible Israël ne sont pas utiles et ne brossent pas un portait exact de la situation. Il ne peut y avoir aucune équivalence morale entre le Hamas, une organisation terroriste qui fait preuve d’un mépris flagrant pour la vie humaine, et l’obligation d’une démocratie libérale comme l’État d’Israël à défendre son peuple contre des attaques lâches et aveugles. Le Canada déplore la mort et la souffrance d’innocents civils à Gaza. Le Hamas et ses alliés, qui ont déclenché la crise et qui continuent de l’alimenter, en sont les seuls responsables. Les Forces de défenses israéliennes ont pris des mesures extraordinaires pour réduire le nombre de pertes civiles, et ce, dans des conditions très difficiles. Israël mérite d’être félicité, et non critiqué, pour les efforts qu’il déploie face à un ennemi qui est clairement déterminé à mettre en danger la vie de civils des deux côtés, pour servir ses propres fins. Le Canada exhorte le Hamas et les autres groupes militants à mettre fin aux attaques à la roquette contre Israël ainsi qu’à la violence continue qui met en péril la vie d’innocents Israéliens et Palestiniens. La voie sur laquelle se sont engagés le Hamas et ses alliés ne mène pas à la paix. John Baird (ministre canadien des affaires étrangères)
Why are Western liberals always more offended by Israeli militarism than by any other kind of militarism? It’s extraordinary. France can invade Mali and there won’t be loud, rowdy protests by peaceniks in Paris. David Cameron, backed by a whopping 557 members of parliament, can order airstrikes on Libya and British leftists won’t give over their Twitterfeeds to publishing gruesome pics of the Libyan civilians killed as a consequence. President Obama can resume his drone attacks in Pakistan, killing 13 people in one strike last month, and Washington won’t be besieged by angry anti-war folk demanding ‘Hands off Pakistan’. But the minute Israel fires a rocket into Gaza, the second Israeli politicians say they’re at war again with Hamas, radicals in all these Western nations will take to the streets, wave hyperbolic placards, fulminate on Twitter, publish pictures of dead Palestinian children, publish the names and ages of everyone ‘MURDERED BY ISRAEL’, and generally scream about Israeli ‘bloodletting’. (When the West bombs another country, it’s ‘war’; when Israel does it, it’s ‘bloodletting’.) (…) Anyone possessed of a critical faculty must at some point have wondered why there’s such a double standard in relation to Israeli militarism, why missiles fired by the Jewish State are apparently more worthy of condemnation than missiles fired by Washington, London, Paris, the Turks, Assad, or just about anyone else on Earth. (…) Of course, Western double standards on Israel have been around for a while now. (…) But during this latest Israeli assault on Gaza, we haven’t only seen these double standards come back into play – we have also witnessed anti-Israel sentiment becoming more visceral, more emotional, more unhinged and even more prejudiced than it has ever been, to such an extent that, sadly, it is now becoming very difficult to tell where anti-Zionism ends and anti-Semitism begins. (…) Such is the visceral nature of current anti-Israel sentiment that not only is the line between anti-Zionism and anti-Semitism becoming harder to see – so is the line between fact and fiction. As the BBC has reported, the wildly popular hashtag #GazaUnderAttack, which has been used nearly 500,000 times over the past eight days to share shocking photographs of the impact of Israel’s assault on Gaza, is extremely unreliable. Some of the photos being tweeted (and then retweeted by thousands of other people) are actually from Gaza in 2009. Others show dead bodies from conflicts in Iraq and Syria. Yet all are posted with comments such as, ‘Look at Israel’s inhumanity’. It seems the aim here is not to get to the truth of what is happening in Gaza but simply to rage, to yell, to scream, to weep about what Israel is doing (or not doing, as the case may be), and the more publicly you weep, the better, for it allows people to see how sensitive you are to Israeli barbarism. It’s about unleashing some visceral emotion, which means such petty things as accuracy and facts count for little: the expression of the emotion is all that matters, and any old photo of a dead child from somewhere in the Middle East – Iraq, Syria, Lebanon – will suffice as a prop for one’s public emotionalism. (…) Today, rage with Israel is not actually a considered political position. It is not a thought-through take on a conflict zone in the Middle East and how that conflict zone might relate to realpolitik or global shifts in power. Rather, it has become an outlet for the expression of a general feeling of fury and exhaustion with everything – with Western society, modernity, nationalism, militarism, humanity. Israel has been turned into a conduit for the expression of Western self-loathing, Western colonial guilt, Western self-doubt. It has been elevated into the most explicit expression of what are now considered to be the outdated Western values of militaristic self-preservation and progressive nationhood, and it is railed against and beaten down for embodying those values. It is held responsible, not simply for repressing the Palestinian desire for statehood, but for continuing to pursue virtues that we sensible folk in the rest of the West have apparently outgrown and for consequently being the source of war and terrorism not only in the Middle East but pretty much everywhere. A poll of Europeans discovered that most now consider Israel to be the key source of global instability. This is where we can see what the new anti-Zionism shares in common with the old anti-Semitism: both are about finding one thing in the world, whether it’s a wicked state or a warped people, against which the rest of us might rage and pin the blame for every political problem on Earth. Brendan O’Neill
There is something different about the reaction to the latest Israel-Gaza conflict. The level of anger, the amount of hate, the fury being directed against Israel by protesters seems more unhinged, more ferocious, and, one is tempted to say, more disproportionate than ever before. But perhaps as a result something else is happening. One senses that a growing number of commentators and observers are seeing Israel’s detractors with new eyes. Both Hamas and its apologists are coming under real criticism unlike during either of the previous Gaza conflicts. (…) What has made these events all the more outrageous is the utter disconnect between the levels of rage and the actual events that anti-Israel campaigners purport to be so enraged by. Not only did Hamas force this conflict with an unprovoked barrage of rockets targeting Israeli civilians, and not only has Hamas ignored all efforts for a ceasefire, but the casualty figures in Gaza are still dramatically lower than during the first Israel-Gaza war in 2009 and they are also far lower than in all comparable conflicts. It should be clear to any honest observer that despite Hamas’s use of human shields, Israel is going to extraordinary lengths to avoid civilians wherever possible. Hamas on the other hand is indiscriminately targeting Israel’s civilians with a large and highly sophisticated arsenal supplied by Iran. Seventy percent of Israel’s population is within reach of Hamas’s long range Fajr-5 missiles and the terror group is equipped with anti-tank mortars and even unmanned drones. (…) Yet behavior this extreme can’t go unnoticed indefinitely. It has long been suggested, and not without justification, that the media bears a great deal of responsibility for provoking much of these anti-Israel sentiments. The British media has been particularly notorious in the past and indeed during this latest round of hostilities much of the reporting has been just as misleading. However, alongside this dishonest reporting there has been a growing chorus of voices speaking in opposition to the prevailing anti-Israel sentiment. (…) None of this is to suggest that some grand awakening has taken place. The New York Times and Guardian aren’t changing tune. But as the campaign against Israel becomes ever more extreme and violent, there is a chance for the fair-minded to see things anew. Tom Wilson

Attention: une indignation peut en cacher une autre !

Alors qu’avec l’étrange logique guerrière dans laquelle nous entraine des acteurs non-étatiques aussi perfides que le Hamas …

Et les succès du système anti-missile israélien, se creuse l’écart entre les pertes israéliennes et gazaouites …

Et qu’en conséquence dans les rédactions comme dans la rue occidentales, l’indignation et hystérie collective anti-Israël atteint des sommets …

Pendant qu’avec probablement l’annonce de son imminente destruction par l’armée israélienne, l’ONU découvre des roquettes cachées dans l’une de ses écoles …

Comment, avec Commentary, n’être pas atterré par tant de partialité?

Mais comment en même temps ne pas être un tout petit peu rasséréné de voir …

Un encore petit mais croissant groupe de journalistes et commentateurs (principalement anglo-saxons mais qui commencent à être repris à l’occasion par la presse française) voire d’hommes d’Etat notamment canadiens  …

Qui non seulement semblent avoir enfin compris le grand mensonge palestinien

Mais n’ont plus peur de le crier haut et fort ?

Are Israel’s Enemies Losing Ground in the PR War?

Tom Wilson

Commentary

07.16.2014

There is something different about the reaction to the latest Israel-Gaza conflict. The level of anger, the amount of hate, the fury being directed against Israel by protesters seems more unhinged, more ferocious, and, one is tempted to say, more disproportionate than ever before. But perhaps as a result something else is happening. One senses that a growing number of commentators and observers are seeing Israel’s detractors with new eyes. Both Hamas and its apologists are coming under real criticism unlike during either of the previous Gaza conflicts. It is possible that those who demonize Israel are beginning to expose themselves for what they are and with that comes the possibility of that movement becoming increasingly consigned to the fringes.The backlash against Israel has been almost incomprehensible. Those attending a pro-Israel demonstration in Los Angeles were violently set upon by armed Palestinian supporters leading to a police officer firing his gun in an apparent effort to regain control over the situation. In Boston a pro-Israel activist was attacked by a woman screaming “Jewish go to hell!” In London a mob gathered outside the Israeli embassy, brandishing placards proclaiming a “Palestinian Holocaust” to be underway and accusing Israel’s prime minister of being “Hitler’s clone.” By the following morning a Jewish family home in that city was daubed with swastikas and days later a Jewish lady was randomly assaulted by demonstrators. Similarly, violent protests erupted in several German cities and in Antwerp the crowd openly chanted “slaughter the Jews.” But the most shocking scenes took place in Paris, where one synagogue was firebombed, while another came under siege from an angry mob that trapped Jewish worshipers inside the building for several hours.

What has made these events all the more outrageous is the utter disconnect between the levels of rage and the actual events that anti-Israel campaigners purport to be so enraged by. Not only did Hamas force this conflict with an unprovoked barrage of rockets targeting Israeli civilians, and not only has Hamas ignored all efforts for a ceasefire, but the casualty figures in Gaza are still dramatically lower than during the first Israel-Gaza war in 2009 and they are also far lower than in all comparable conflicts. It should be clear to any honest observer that despite Hamas’s use of human shields, Israel is going to extraordinary lengths to avoid civilians wherever possible. Hamas on the other hand is indiscriminately targeting Israel’s civilians with a large and highly sophisticated arsenal supplied by Iran. Seventy percent of Israel’s population is within reach of Hamas’s long range Fajr-5 missiles and the terror group is equipped with anti-tank mortars and even unmanned drones.
What is all the more galling is that onlookers who never seemed visibly troubled by far more horrendous conflicts in the region, and who would never have turned out to protest the casualty figures of their own governments’ military interventions, have obsessively condemned Israel at every turn. And the rhetoric from those doing the condemning has become wildly visceral, with the most appalling comparisons between the Jewish state and Nazi Germany, coupled with the equally sickening #HitlerWasRight hashtag.

Yet behavior this extreme can’t go unnoticed indefinitely. It has long been suggested, and not without justification, that the media bears a great deal of responsibility for provoking much of these anti-Israel sentiments. The British media has been particularly notorious in the past and indeed during this latest round of hostilities much of the reporting has been just as misleading. However, alongside this dishonest reporting there has been a growing chorus of voices speaking in opposition to the prevailing anti-Israel sentiment.

At the Telegraph, in response to the latest frenzy of Israel bashing, several writers have spoken-up, with a particularly strong piece by Dan Hodges reminding readers that history demonstrates why Israel cannot afford weakness. At the Spectator Rod Liddle authored a post bluntly titled “Will the BBC Accept that Hamas Wants to Kill Lots of Jews?” And Hugo Rifkind, also of the Spectator, went with “If Britain Was Being Shelled, as Israel Now is, How Would We Respond?” Even the left-leaning Independent ran a piece asking why no one cares about Palestinians starved by Assad. But perhaps the most blistering attack on the anti-Israel crowed came from Brendon O’Neil with his outspoken editorial: “There’s Something Very Ugly in This Rage Against Israel: the line between anti-Zionism and anti-Semitism gets thinner every day.”
The point is that–despite how hostile the British media has typically been to Israel–if these writers can come to see the campaign against Israel for what it is, then ultimately any reasonable person, confronted with the reality of this phenomenon, should be capable of seeing the inherent bigotry of this hateful movement. And a similar shift could well emerge at the diplomatic level too. The way in which the Canadian Foreign Minister John Baird recently slammed the UN human rights commissioner for her disingenuous words against Israel’s military operation, or the fact that Australia’s Ambassador Dave Sharma took to twitter to highlight the reality of Hamas rockets, is all a far cry from the atmosphere in 2009.

None of this is to suggest that some grand awakening has taken place. The New York Times and Guardian aren’t changing tune. But as the campaign against Israel becomes ever more extreme and violent, there is a chance for the fair-minded to see things anew.

https://twitter.com/AusAmbIsrael

There’s something very ugly in this rage against Israel

The line between anti-Zionism and anti-Semitism gets thinner every day.
Brendan O’Neill

spiked

15 July 2014

Why are Western liberals always more offended by Israeli militarism than by any other kind of militarism? It’s extraordinary. France can invade Mali and there won’t be loud, rowdy protests by peaceniks in Paris. David Cameron, backed by a whopping 557 members of parliament, can order airstrikes on Libya and British leftists won’t give over their Twitterfeeds to publishing gruesome pics of the Libyan civilians killed as a consequence. President Obama can resume his drone attacks in Pakistan, killing 13 people in one strike last month, and Washington won’t be besieged by angry anti-war folk demanding ‘Hands off Pakistan’. But the minute Israel fires a rocket into Gaza, the second Israeli politicians say they’re at war again with Hamas, radicals in all these Western nations will take to the streets, wave hyperbolic placards, fulminate on Twitter, publish pictures of dead Palestinian children, publish the names and ages of everyone ‘MURDERED BY ISRAEL’, and generally scream about Israeli ‘bloodletting’. (When the West bombs another country, it’s ‘war’; when Israel does it, it’s ‘bloodletting’.)

Anyone possessed of a critical faculty must at some point have wondered why there’s such a double standard in relation to Israeli militarism, why missiles fired by the Jewish State are apparently more worthy of condemnation than missiles fired by Washington, London, Paris, the Turks, Assad, or just about anyone else on Earth. Parisians who have generally given a Gallic shrug as French troops have basically retaken Francophone Africa, stamping their boots everywhere from the Central African Republic to Mali to Cote d’Ivoire over the past two years, turned out in their thousands at the weekend to condemn Israeli imperialism and barbarism. Americans who didn’t create much fuss last month when the Obama administration announced the resumption of its drone attacks in Pakistan gathered at the Israeli Embassy in Washington to yell about Israeli murder. (Incredibly, they did this just a day after a US drone attack, the 375th such attack in 10 years, killed at least six people in Pakistan. But hey, Obama-led militarism isn’t as bad as Israeli militarism, and dead Pakistanis, unlike dead Palestinians, don’t deserve to have their photos, names and ages published by the concerned liberals of Twitter.) Meanwhile, hundreds of very angry Brits gathered at the Israeli Embassy in London, bringing traffic to a standstill, clambering on to buses, yelling about murder and savagery, in furious, colourful scenes that were notable by their absence three years ago when Britain sent planes to pummel Libya.

Such are the double standards over Israel, so casually entrenched is the idea that Israeli militarism is more bloody and insane than any other kind of militarism, that many Western liberals now call on their own rulers to condemn or even impose sanctions against Israel. That is, they want the invaders and destroyers of Iraq, Afghanistan, Libya and elsewhere to rap Israel’s knuckles for bombing Gaza. It’s like asking a great white shark to tell off a seal for eating a fish. America must ‘rein in Israel’, we are told. ‘The international community should intervene to restrain Israel’s army’, says a columnist for the Guardian, and by ‘international community’ he means ‘a meeting of the UN Security Council’ – the Security Council whose permanent members are the US, UK and France, who have done so much to destabilise and devastate vast swathes of the Middle East and North Africa over the past decade; Russia, whose recent military interventions in Georgia and Chechnya suggest it is hardly a devotee of world peace; and China, which might not invade other countries but is pretty adept at brutally suppressing internal dissent. On what planet could nations whose warmongering makes the current assault on Gaza look like a tea party in comparison seriously be asked to ‘rein in’ Israel? On a planet on which Israel is seen as different, as worse than all others, as more criminal and rogue-like than any other state.

The double standards were perfectly summed up last week in the response to an Israeli writer who said in the UK Independent that Israel’s attack on Gaza and its ‘genocidal rhetoric’ made her want to burn her Israeli passport. She got a virtual pat on the back from virtually every British activist and commentator who thinks of him or herself as decent. She was hailed as brave. Her article was shared online thousands of times. This was ‘common sense from one Jew’, people tweeted. No one stopped to wonder if maybe they should have burned their British passports after Yugoslavia in 1999, or Afghanistan in 2001, or Iraq in 2003, where often more civilians were killed in one day than have been killed by Israel over the past week. Why should Israel’s bombing of Gaza induce such shame in Israeli citizens (or Jews, as some prefer) that burning their passports is seen as a perfectly sensible and even laudable course of action whereas it’s perfectly okay to continue bounding about the world on a British passport despite the mayhem unleashed by our military forces over the past decade? Because Israel is different; it’s worse; it’s more criminal.

Of course, Western double standards on Israel have been around for a while now. They can be seen not only in the fact that Israeli militarism makes people get out of bed and get angry in a way that no other form of militarism does, but also in the ugly boycotting of everything Israeli, whether it’s academics or apples, in a way that the people or products of other militaristic or authoritarian regimes are never treated. But during this latest Israeli assault on Gaza, we haven’t only seen these double standards come back into play – we have also witnessed anti-Israel sentiment becoming more visceral, more emotional, more unhinged and even more prejudiced than it has ever been, to such an extent that, sadly, it is now becoming very difficult to tell where anti-Zionism ends and anti-Semitism begins.

So in the latest rage against Israel, it isn’t only the Israeli state or military that have come in for some loud flak from so-called radicals – so have the Israeli people, and even the Jews. In Paris on Sunday, what started as a protest against Israel ended with violent assaults on two synagogues. In one, worshippers had to barricade themselves inside as anti-Israel activists tried to break their way in using bats and planks of wood, some of them chanting ‘Death to Jews!’. Some have tried to depict such racist behaviour as a one-off, a case of immigrants in France losing control. But on that big demo at the Israeli Embassy in London last week some attendees held placards saying ‘Zionist Media Cover Up Palestinian Holocaust’, a clear reference to the familiar anti-Semitic trope about Jews controlling the media. On an anti-Israel protest in the Netherlands some Muslim participants waved the black ISIS flag and chanted: ‘Jews, the army of Muhammad is returning.’

In the virtual world, too, the line between anti-Zionism and anti-Semitism has become blurrier during this latest Gaza conflict. When a Danish journalist published a photo of what he claimed to be a group of Israelis in Sderot eating popcorn while watching Israeli missiles rain on Gaza, it became a focal point of fury with Israelis – every newspaper published the pic and Amnesty tweeted about it – and it generated the expression of some foul views. Israelis (not Israel in this case) are ‘disgraceful’, ‘murderous, racist’, ‘inhuman scum’, ‘pigs’, etc, said angry tweeters. It wasn’t long before actual bona fide anti-Semites were getting in on this rage against Israeli people, with one racist magazine publishing the Sderot picture under the headline ‘Rat-Faced Israeli Jews Cheer and Applaud Airstrikes on Gaza Strip’. The speed with which what purported to be an anti-war sentiment aimed at Israel became a warped fury with Israeli people, and the ease with which demonstrations against Israeli militarism became slurs against or physical attacks on Jews, suggests there is something extremely unwieldy about fashionable anti-Israel sentiment, something that allows it to slip, sometimes quite thoughtlessly, from being a seemingly typical anti-war cry to being something much uglier, prejudiced and ancient in nature.

Such is the visceral nature of current anti-Israel sentiment that not only is the line between anti-Zionism and anti-Semitism becoming harder to see – so is the line between fact and fiction. As the BBC has reported, the wildly popular hashtag #GazaUnderAttack, which has been used nearly 500,000 times over the past eight days to share shocking photographs of the impact of Israel’s assault on Gaza, is extremely unreliable. Some of the photos being tweeted (and then retweeted by thousands of other people) are actually from Gaza in 2009. Others show dead bodies from conflicts in Iraq and Syria. Yet all are posted with comments such as, ‘Look at Israel’s inhumanity’. It seems the aim here is not to get to the truth of what is happening in Gaza but simply to rage, to yell, to scream, to weep about what Israel is doing (or not doing, as the case may be), and the more publicly you weep, the better, for it allows people to see how sensitive you are to Israeli barbarism. It’s about unleashing some visceral emotion, which means such petty things as accuracy and facts count for little: the expression of the emotion is all that matters, and any old photo of a dead child from somewhere in the Middle East – Iraq, Syria, Lebanon – will suffice as a prop for one’s public emotionalism.

How has this happened? How has opposing Israeli militarism gone from being one facet of a broader anti-imperialist position, as it was in the 1980s, to being the main, and sometimes only, focus of those who claim to be anti-war? Why does being opposed to Israel so often and so casually tip over into expressions of disgust with the Israeli people and with the Jews more broadly? It’s because, today, rage with Israel is not actually a considered political position. It is not a thought-through take on a conflict zone in the Middle East and how that conflict zone might relate to realpolitik or global shifts in power. Rather, it has become an outlet for the expression of a general feeling of fury and exhaustion with everything – with Western society, modernity, nationalism, militarism, humanity. Israel has been turned into a conduit for the expression of Western self-loathing, Western colonial guilt, Western self-doubt. It has been elevated into the most explicit expression of what are now considered to be the outdated Western values of militaristic self-preservation and progressive nationhood, and it is railed against and beaten down for embodying those values. It is held responsible, not simply for repressing the Palestinian desire for statehood, but for continuing to pursue virtues that we sensible folk in the rest of the West have apparently outgrown and for consequently being the source of war and terrorism not only in the Middle East but pretty much everywhere. A poll of Europeans discovered that most now consider Israel to be the key source of global instability.

This is where we can see what the new anti-Zionism shares in common with the old anti-Semitism: both are about finding one thing in the world, whether it’s a wicked state or a warped people, against which the rest of us might rage and pin the blame for every political problem on Earth.

Brendan O’Neill is the editor of spiked.

Will the BBC accept that Hamas wants to kill lots of Jews?
Rod Liddle

15 July 2014

A fairly typically partisan report on the Israel and Palestine crisis last night on the BBC ten O Clock News. The focus was entirely on the killed or injured Palestinians, referred to exclusively as ‘civilians’; the point was made, at the top of the report, that Hamas had killed nobody. Yes, but only because Hamas is utterly useless: it clearly WANTS to kill lots of people, which is why, on a daily basis, it bungs over the rockets – indiscriminately – in an
attempt to do so. The rockets which precipitated this crisis. We are enjoined to have sympathy for the Palestinians and treat the Israelis with odium because the former are murderous and incompetent and the latter murderous and adept. It is an infantile sensibility.

Yes, Israel is strong, and the Palestinians are not. Israel knows the price of weakness

Dan Hodges

The Spectator

July 14th, 2014

There was a brief moment when the narrative shifted. It took the kidnapping and murder of three teenage boys – Naftali Fraenkel, Gilad Shaer and Eyal Yifrah – to do it, but for a day or so after their bound bodies were removed from a field just north of Hebron, Israel ceased to be the oppressor and became the victim. David Cameron described their killing as an "appalling and inexcusable act of terror". Many people agreed.

But the natural order has been restored. The brutal murder, apparently in revenge, of the Palestinian teenager Mohammed Abu Khdeir. The retaliatory air strikes on Hamas that have claimed an additional 172 Palestinian lives, and seen 17,000 others claim refuge from the United Nations. Israel is once again filling the role of aggressor.

“Israel’s reaction has been vicious and misdirected,” writes Yasmin Alibhai Brown in the Independent.

“The human reaction to the daily bloodshed in Gaza fills anyone who glimpses it with shock and despair,” says the Guardian. “Even those who accept that Israel has a right to defend itself from incoming Hamas rockets can be appalled by the sight of a house razed by a double air strike that left, on one estimate, 22 dead and 45 injured.”

Even the BBC’s veteran Middle East correspondent Jeremy Bowen frames the conflict in the following way: “Both sides claim the right of self-defence. As ever, however, Israel is killing many more than Hamas. That is not because of any lack of intent on the side of Hamas and the other militant groups in Gaza. It is because the Israeli state is massively more powerful, and spends millions on civil defence.”

The Israelis are powerful. The Palestinians are weak. The Israelis are the bullies. The Palestinians are the victims.

And, understandably, we don’t like that narrative. We don’t like those harrowing images of more broken bodies being dug out of more shattered buildings. Of the distraught mothers and fathers mourning their dead sons and daughters. Mothers and fathers who are, in the main, Palestinian.

But there is a narrative we are comfortable with. Or one that if it doesn’t bring comfort, at least brings clarity.

The Independent articulated it with a piece by Richard Ferrer in January this year. The article, which carried the headline “Holocaust Memorial Day is as much about the future as the past,” was illustrated with a photograph of an elderly lady in a striped top standing at the gates of Auschwitz. She looked frail. Holocaust Memorial day was, Ferrer wrote, “here to remind the next generation to say never again, and to keep saying never again until we finally get the message.”

The Guardian ran its own commemoration, which included the story of a man called Freddie Knoller. “On arrival, [at the death camp] he was given a uniform and had the number 157108 tattooed on his left arm. As his head was being shaved, he heard, for the first time, about old people and women being taken to Birkenau to be gassed and cremated.”

This is the narrative we prefer. The frail Jew in a striped shirt. The Jew who has his head shaved, and a tattoo stamped on his arm. The Jew as victim.

But it’s not a narrative they’re prepared to tolerate in Israel. Not in 2014.

In its editorial on the current Israeli military offensive the Guardian asked “Are there not some acts which, even in the name of self-defence, exact too high a price?” The author should go back and read their own paper’s article on Freddie Knoller. It will give them the answer.

People may not like the current Israeli assault on Gaza. They may be appalled by it. Perhaps they are right to be appalled by it.

But please, let’s not pretend we don’t understand it. The threat of annihilation is not an historical abstraction to the people of Israel. It was the reason for the formation of that state. It was why they were forced to defend that state from invasion in 1948 and 1967 and 1973. It’s why they have been forced to defend it from terror attacks large and small every day since.

So yes, Israel is strong. And yes, perhaps that strength is sometimes used unwisely and disproportionately. But that’s because the Jews of Israel learnt in the most barbaric way imaginable that the price of being too strong is not as high as the price of being too weak.

Israel has its planes and its tanks and its guns and its shelters and its Iron Dome defence system. And the Palestinians have only their rockets – 130 fired at Israel on Sunday alone – and their suicide vests. But do we honestly expect Israel to apologise for that? Apologise for the fact that Hamas are not as good at killing Jews as they’d like to be?

We may feel more comfortable tutting and shaking our heads and saying “isn’t it terrible about those three teenage boys?” But in Israel they don’t just tut. Not any more.

The images of what is happening in Gaza may sear our consciences. But when the Jews of Israel say “never again”, they mean it.

If Britain was being shelled, as Israel is being now, how would we respond?
Hugo Rifkind

The Spectator
Palestinian men search through the rubble of buildings following an Israeli air strike, that killed 18 people of the same family in Gaza City, on July 13, 2014. Image: THOMAS COEX/AFP/Getty Images

Palestinian men search through the rubble of buildings following an Israeli air strike, that killed 18 people of the same family in Gaza City, on July 13, 2014. Image: THOMAS COEX/AFP/Getty Images

Glaring, the ennui over Israel. The way we drag our eyes to the page, and sigh, and want to read something else. Sympathy is hard. Even anger is hard. It’s just… bleurgh.

Israel drifting away. Never mind whose fault it is; that’s a whole other point. But it’s happening. It’s off. No longer does it exist in the popular imagination as our sort of place. Once, I suppose, foes and friends alike regarded it as a North Atlantic nation, but elsewhere. Then a western European one, then, briefly, a southern European one. When was it, do you think, that Israel stopped being regarded as fundamentally a bit like Spain? Early 1990s? Then they shot Yitzhak Rabin, and Oslo didn’t happen, and it set off, perhaps via a sort of listless Greek interim, towards the Orientalish bafflingness of somewhere like Turkey.

Query the timescale, by all means. Maybe I was just slow to notice. The first time Israel gave me a true pang of intellectual foreignness was only about five years ago, and it had nothing to do with Palestinians at all. We’re on tricky ground judging Israel on how it treats Palestinians, I always think, because we don’t have Palestinians, and it’s a wildly moot point how we’d treat them if we did. For me, though, it came in a gilded Tel Aviv restaurant, and out of a conversation with a young Israeli politician. He was polished and quite big-haired, resplendent in a shiny tie, and part of that newish Knesset breed for whom politics doesn’t start and end with the IDF.

I don’t name him here, because I don’t remember his name, but we were discussing the problem of Israel’s ultra-orthodox. They’re poor, there are lots of them, they don’t do military service, and they aren’t terribly fond of anybody else. Dirty, said my interlocutor, or words to that effect. Parasites, maniacs, lunatics, leeches, scum. And I was quite taken aback. No ambitious western politician, I thought, would talk like that about anybody. Doubtless some would think it, but ours is at the very least a world in which such things would never be said. This was another world altogether.

I make no moral case here. I make no comparison between Israeli actions, Palestinian actions, Egyptian actions, Iranian actions, Russian actions, or the actions of anybody else. If I did, obviously, Israel would come out well. It’s definitely a democracy, after all, and while the rule of law might not always quite hold, it’s definitely there, in every conversation, demanding that it damn well ought to. Like I said, from the comfort of over here we can’t possibly know how we’d cope with rockets, kidnappings and neighbours preaching annihilation. Pretty badly, I suspect.

The point is, we don’t cope and they do. And you can’t be at war for more than half a century and not be shaped by it. You can’t be harried, critiqued, loathed, disowned, fêted by madmen, disowned again, censured, boycotted, indulged, slammed, cajoled and all the rest without it having an effect. So when the voices of the liberal West — which Israel cares about, whatever it says, because Israel remains at heart a liberal nation — calls this a country of butchers, murders and baby-killers, what do you think it does? Does it make Israelis desirous of avoiding such condemnation in the future? Or does it leave them slightly thinking that if they are to be equated with the true monsters of the world whatever they do, they might as well deserve it? Ask yourself, what would it do to you?

I do not much like what Israel has become, and I like less what it often looks like becoming. Or, if the comparisons are now obligatory, and I fear they are, then let us just say that I like it far more than Syria, China, Zimbabwe and plenty of other countries, but less than I do north London. In any sane analysis, nonetheless, it’s still a place far more like the latter, and all the more remarkable for that. Long may we remember it. And long may they remember it, too.

This is an extract from Hugo Rifkind’s column in the week’s Spectator.


Algérie: Non à la judaïsation ! (What about the other nakbas? : while salafists protest proposed reopening of the few remaining Algerian synagogues)

17 juillet, 2014
http://scd.rfi.fr/sites/filesrfi/imagecache/rfi_16x9_1024_578/sites/images.rfi.fr/files/aef_image/000_PAR2005052589558_0.jpg

Une ancienne synagogue, à Tlemcen, en Algérie, aujourd’hui transformée en école d’arts martiaux

http://jssnews.com/content/assets/2014/07/roquette.jpg

Une ancienne synagogue, à Paris, en France, aujourd’hui transformée en ambassade

http://sonofeliyahu.com/Images/Jewish%20Population.jpg
http://static.dreuz.info/wp-content/uploads/BsnTYzPCAAAebRp-500x351.jpghttps://pbs.twimg.com/media/Bsq5OXZCEAAfS8J.jpg:largeVous aimerez l’étranger, car vous avez été étrangers dans le pays d’Égypte. Deutéronome 10: 19
On admet généralement que toutes les civilisations ou cultures devraient être traitées comme si elles étaient identiques. Dans le même sens, il s’agirait de nier des choses qui paraissent pourtant évidentes dans la supériorité du judaïque et du chrétien sur le plan de la victime. Mais c’est dans la loi juive qu’il est dit: tu accueilleras l’étranger car tu as été toi-même exilé, humilié, etc. Et ça, c’est unique. Je pense qu’on n’en trouvera jamais l’équivalent mythique. On a donc le droit de dire qu’il apparaît là une attitude nouvelle qui est une réflexion sur soi. On est alors quand même très loin des peuples pour qui les limites de l’humanité s’arrêtent aux limites de la tribu. (…)  Mais il faut distinguer deux choses. Il y a d’abord le texte chrétien qui pénètre lentement dans la conscience des hommes. Et puis il y a la façon dont les hommes l’interprètent. De ce point de vue, il est évident que le Moyen Age n’interprétait pas le christianisme comme nous. Mais nous ne pouvons pas leur en faire le reproche. Pas plus que nous pouvons faire le reproche aux Polynésiens d’avoir été cannibales. Parce que cela fait partie d’un développement historique. (…) Il faut commencer par se souvenir que le nazisme s’est lui-même présenté comme une lutte contre la violence: c’est en se posant en victime du traité de Versailles que Hitler a gagné son pouvoir. Et le communisme lui aussi s’est présenté comme une défense des victimes. Désormais, c’est donc seulement au nom de la lutte contre la violence qu’on peut commettre la violence. Autrement dit, la problématique judaïque et chrétienne est toujours incorporée à nos déviations. (…)  Et notre souci des victimes, pris dans son ensemble comme réalité, n’a pas d’équivalent dans l’histoire des sociétés humaines. (…) Le souci des victimes a (…) unifié le monde. René Girard
L’existence d’Israël pose le problème du droit de vivre en sujets libre et souverains des nations non musulmanes dans l’aire musulmane. L’extermination des Arméniens, d’abord par l’empire ottoman, puis par le nouvel Etat turc a représenté la première répression d’une population dhimmie en quête d’indépendance nationale. Il n’y a quasiment plus de Juifs aujourd’hui dans le monde arabo-islamique et les chrétiens y sont en voie de disparition. Shmuel Trigano
Quand les synagogues se comportent comme des ambassades il n’est pas étonnant qu’elles subissent les mêmes attaques qu’une ambassade. Pierre Minnaert
Je ne vois pas comment on peut lutter contre la dérive antisémite de jeunes de banlieue quand les synagogues soutiennent Israël. Pierre Minaert
Moi je ne pousse à rien, je constate, et je constate aussi la hausse d’un discours anti juifs chez jeunes maghrébins qui s’explique. Pierre Minnaert ‏
 Quand les rabbins mettent Dieu dans un camp comment s’étonner qu’ils soient attaqués par l’autre ? Ils renforcent l’antisémitisme. Pierre Minnaert
Ils sont environ 7 000 à défiler dans les rues de Paris, ce dimanche 13 juillet, entre Barbès et la Bastille, pour dire leur solidarité avec les Palestiniens. Le parcours a été négocié par les responsables du NPA (Nouveau parti anticapitaliste), l’organisation héritière de la Ligue communiste révolutionnaire. Pourquoi avoir exigé un parcours qui s’achève à proximité du quartier du Marais, connu pour abriter plusieurs lieux de culte juif ? Le fait est que les responsables de la Préfecture de police l’ont validé. Parmi les manifestants, de nombreuses femmes, souvent voilées, mais surtout des jeunes venus de la banlieue francilienne. Les premiers slogans ciblent Israël, mais aussi la "complicité française". Très vite, les « Allah Akbar » (Dieu est grand) dominent, donnant une tonalité fortement religieuse au cortège. La préfecture de police ne s’attendait pas à une telle mobilisation, mais ses responsables ont vu large au niveau du maintien de l’ordre, puisque cinq "forces mobiles", gendarmes et CRS confondues, ont été mobilisées. C’est à priori suffisant pour sécuriser tous les lieux juifs le long du parcours. Aucune dégradation, aucun incident n’est signalé en marge du cortège, jusqu’à l’arrivée à proximité de la Bastille. Un premier mouvement de foule est observé à la hauteur de la rue des Tournelles, qui abrite une synagogue. Les gendarmes bloquent la voie et parviennent sans difficulté à refouler les assaillants vers le boulevard Beaumarchais. Place de la Bastille, la dispersion commence, accélérée par une ondée, lorsque des jeunes décident de s’en prendre aux forces de l’ordre. De petites grappes s’engouffrent vers les rues adjacentes. Se donnent-ils le mot ? Ils sont entre 200 et 300 à marcher en direction de la synagogue de la rue de la Roquette… où se tient un rassemblement pour la paix en Israël, en présence du grand rabbin. Les organisateurs affirment avoir alerté le commissariat de police, mais l’information n’est apparemment pas remontée jusqu’à la Préfecture de police. Détail important : s’ils avaient su, les responsables du maintien de l’ordre auraient forcément barré l’accès à la rue. Les choses se compliquent très vite, car les manifestants ne sont pas les seuls à vouloir en découdre. Une petite centaine de membres de la LDJ (ligue de défense juive) sont positionnés devant la synagogue de la rue de la Roquette, casques de moto sur la tête et outils (armes blanches) à portée de main. Loin de rester passive, la petite troupe monte au contact des manifestants, comme ils l’ont déjà fait lors d’une manifestation pro-palestinienne organisée Place Saint-Michel quelques jours auparavant. On frôle la bagarre générale, mais la police parvient à s’interposer. Les assaillants refluent vers le boulevard, tandis que les militants juifs reviennent vers la synagogue. Frédéric Ploquin
Une équipe qui a su non seulement séduire au-delà des frontières, mais donner à l’Allemagne une autre image d’elle-même : multiculturelle, ouverte et aimée à l’étranger. Sur les 23 joueurs de la sélection de Joachim Löw, onze sont d’origine étrangère. Outre le trio d’origine polonaise (Piotr Trochowski, Miroslav Klose, Lukas Podolski), qui depuis longtemps n’est plus considéré comme exotique, évoluent sur le terrain Marko Marin, Jérôme Boateng, Dennis Aogo, Sami Khedira ou encore deux joueurs d’origine turque : Serdar Tasci et le jeune prodige Mesut Özil. Tous les observateurs, en Allemagne, s’accordent à reconnaître que cette arrivée de nouveaux talents "venus d’ailleurs" fait beaucoup de bien à l’équipe. "Cela lui donne une aptitude à l’engagement, une envie de reconnaissance, vis-à-vis d’eux-mêmes mais également vis-à-vis des autres", déclarait le ministre de l’intérieur Thomas de Maizière à la Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung. Pour Bastian Schweinsteiger, talentueux milieu de terrain, "les diverses influences vivifient l’équipe, elles lui donnent un tout autre tempérament". Une diversité qui fait également beaucoup de bien au pays. A Kreuzberg, le quartier de Berlin où vit la plus importante communauté turque du pays, on défend depuis le début du mondial les couleurs de la Mannschaft. "Les performances des jeunes donnent à notre travail un élan énorme", se réjouit Gül Keskinler, une Turque chargée de l’intégration à la Fédération allemande de football. "L’exemple de Mesut Özil est à cet égard particulièrement important, souligne-t-elle. Les footballeurs ont, à travers leur fonction d’exemple, un rôle très fort, ils sont des ambassadeurs pour la jeunesse." Dans les rues de Berlin, pas de célébration pourtant d’un esprit de fraternité "black blanc beur" tel qu’avait pu le connaître la France après sa victoire au Mondial de 1998. Pour beaucoup d’Allemands, le maillot est rassembleur : peu importe l’origine des joueurs, à la première victoire ils ont été adoptés sans cérémonie. La diversité n’est qu’un élément parmi d’autres dans l’impression de renouveau que donne l’équipe d’Allemagne. "La diversité montre surtout que l’Allemagne va enfin chercher son inspiration ailleurs, estime Holger Cesnat, 35 ans. Le style de l’équipe a changé, il est plus léger, parce que Joachim Löw observe le football pratiqué au-delà des frontières et a rompu avec le style qui prédominait dans le football allemand jusqu’ici." Le Monde
Cela a commencé en 2006, c’était la première fois qu’on osait être fier de son pays, fier de son équipe, cela a libéré beaucoup de choses. Rainer Stich
C’est la première fois que l’équipe est si appréciée à l’étranger. Même en Israël on trouve la Mannschaft sympathique. C’est un sentiment auquel nous ne sommes pas habitués. Emilie Parker
 Cette idée de la France ‘black blanc beur’, c’est quelque chose qui les a beaucoup marqués pour révolutionner leur football. Jean-Jacques Bourdin (RMC)
La danse des Gauchos était de mauvais goût (…) Subitement, la modestie allemande a disparu dans le triomphe. Tagesspiegel (quotidien berlinois)
Plusieurs médias allemands critiquaient mercredi la «Nationalmannschaft» championne du monde pour avoir interprété lors des célébrations du titre mardi à Berlin une danse moquant les adversaires argentins vaincus en finale (1-0 a.p.). Mimant des Argentins courbés, comme par le désespoir et le poids de la défaite, six joueurs de l’équipe ont chanté : «ainsi marchent les Gauchos, les Gauchos marchent ainsi». Puis se relevant bien droits et fiers, ils ont continué : «Ainsi marchent les Allemands, les Allemands marchent ainsi». Ils ont répété la séquence plusieurs fois sous les applaudissements, dans un pays où toute expression ostentatoire de fierté nationale reste sujet à controverse. Libération
Maybe to explain what they sing. They sing: "So gehen die Gauchos, die Gauchos die gehen so. So gehen die Deutschen, die Deutschen die gehen so." ("That’s how the Gauchos walk, the Gauchos walk like this. That’s how the Germans walk, the Germans walk like this.") And it’s important to note that this song is a very common song in Germany for teasing the team that has lost the match. So they didn’t make an entirely new song up by themselves. Reddit
Israël existe et continuera à exister jusqu’à ce que l’islam l’abroge comme il a abrogé ce qui l’a précédé. Hasan al-Bannâ (préambule de la charte du Hamas, 1988)
Le Mouvement de la Résistance Islamique est un mouvement palestinien spécifique qui fait allégeance à Allah et à sa voie, l’islam. Il lutte pour hisser la bannière de l’islam sur chaque pouce de la Palestine. Charte du Hamas (Article six)
Nous avons constaté que le sport était la religion moderne du monde occidental. Nous savions que les publics anglais et américain assis devant leur poste de télévision ne regarderaient pas un programme exposant le sort des Palestiniens s’il y avait une manifestation sportive sur une autre chaîne. Nous avons donc décidé de nous servir des Jeux olympiques, cérémonie la plus sacrée de cette religion, pour obliger le monde à faire attention à nous. Nous avons offert des sacrifices humains à vos dieux du sport et de la télévision et ils ont répondu à nos prières. Terroriste palestinien (Jeux olympiques de Munich, 1972)
Les Israéliens ne savent pas que le peuple palestinien a progressé dans ses recherches sur la mort. Il a développé une industrie de la mort qu’affectionnent toutes nos femmes, tous nos enfants, tous nos vieillards et tous nos combattants. Ainsi, nous avons formé un bouclier humain grâce aux femmes et aux enfants pour dire à l’ennemi sioniste que nous tenons à la mort autant qu’il tient à la vie. Fathi Hammad (responsable du Hamas, mars 2008)
Cela prouve le caractère de notre noble peuple, combattant du djihad, qui défend ses droits et ses demeures le torse nu, avec son sang. La politique d’un peuple qui affronte les avions israéliens la poitrine nue, pour protéger ses habitations, s’est révélée efficace contre l’occupation. Cette politique reflète la nature de notre peuple brave et courageux. Nous, au Hamas, appelons notre peuple à adopter cette politique, pour protéger les maisons palestiniennes. Sami Abu Zuhri (porte-parole du Hamas)
I didn’t actually know that the picture was recycled. I guess I just used it as an illustration – people don’t need to take it as a literal account. If you think of bombs going off that’s pretty much what it looks like.. Twitteuse britannique (16 ans)
Il est interdit de tuer, blesser ou capturer un adversaire en recourant à la perfidie. Constituent une perfidie les actes faisant appel, avec l’intention de la tromper, à la bonne foi d’un adversaire pour lui faire croire qu’il a le droit de recevoir ou l’obligation d’accorder la protection prévue par les règles du droit international applicable dans les conflits armés. Les actes suivants sont des exemples de perfidie : (…) c) feindre d’avoir le statut de civil ou de non-combattant; d) feindre d’avoir un statut protégé en utilisant des signes emblèmes ou uniformes des Nations Unies (…) Protocole additionnel aux Conventions de Genève de 1949 relatif à la protection des victimes des conflits armés internationaux, I, article 37, alinéa 1, 1977)
Sont interdits les actes ou menaces de violence dont le but principal est de répandre la terreur parmi la population civile. (…) Les personnes civiles jouissent de la protection accordée par la présente Section, sauf si elles participent directement aux hostilités et pendant la durée de cette participation. Protocole additionnel aux Conventions de Genève de 1949 (I, art. 51, al. 2 & 3)
See, the Hamas and the other terrorist groups like Islamic Jihad are firing from Gaza when their rocketeers and their command posts are embedded in homes, hospitals, next to kindergartens, mosques. And so we are trying to operate, to target them surgically, but the difference between us is that we’re using missile defense to protect our civilians, and they’re using their civilians to protect their missiles. So naturally they’re responsible for all the civilian deaths that occur accidentally. Prime Minister Benjamin Netanyahu
Lors d’une inspection, l’agence pour l’aide aux réfugiés palestiniens (UNRWA) a trouvé "environ 20 roquettes cachées" dans une école vide située dans la bande de Gaza, un "premier" incident du genre. L’Express
If 80 rockets would be fired upon the citizens of Great Britain, No way I wouldn’t be taking action. If an Israeli prime minister would fail to take action, people would say that this is unacceptable. Tony Blair
Depuis le début de l’opération, au moins 35 bâtiments résidentiels auraient été visés et détruits, entraînant dans la majorité des pertes civiles enregistrées jusqu’à présent, y compris une attaque le 8 Juillet à Khan Younis qui a tué sept civils, dont trois enfants, et blessé 25 autres. Dans la plupart des cas, avant les attaques, les habitants ont été avertis de quitter, que ce soit via des appels téléphoniques de l’armée d’Israël ou par des tirs de missiles d’avertissement. Rapport ONU (09.07.14)
Selon bon nombre de ses détracteurs, Israël serait en train de massacrer des civils à Gaza. Pour un membre arabe du parlement israélien, son armée «élimine délibérément des familles entières». Pour Mahmoud Abbas, président de l’Autorité palestinienne, Israël est en train de commettre un «génocide –le meurtre de familles entières». Et selon l’Iran, il s’agit de «massacres contre des Palestiniens sans défense». De telles accusations sont fausses. Selon les standards de la guerre, les efforts que déploie Israël pour épargner les civils sont exemplaires. Ce combat n’a pas été décidé par Israël. Selon le Hamas et le Djihad Islamique, les deux organisations terroristes qui contrôlent Gaza, Israël aurait provoqué ces hostilités en arrêtant en Cisjordanie des membres du Hamas. Mais des arrestations sur un territoire ne justifient pas des bombardements aériens sur un autre. Israël ne s’en est pris à Gaza qu’après le tir de plus de 150 roquettes sur son territoire et le refus par les terroristes d’un cessez-le-feu. Plusieurs images publiées ces derniers jours et censées prouver le carnage des bombes israéliennes sont des faux, empruntés à d’autres guerres. Mercredi après-midi, le bilan humain oscillait entre 30 et 50 personnes, voire davantage, une fourchette dépendant du moment choisi pour marquer le début de ce conflit. La moindre mort est tragique, et plus les hostilités dureront, plus le bilan s’alourdira. Pour autant, en sachant qu’Israël a lancé plus de 500 raids aériens, vous pouvez en tirer deux conclusions. La première, c’est que l’armée israélienne est misérablement nulle pour tuer des gens. La seconde, et la plus plausible, c’est qu’elle fait au contraire tout son possible pour ne pas en tuer. Le ministre israélien de la Défense a admis que ses offensives avaient ciblé des «domiciles de terroristes», mais aussi des «armes, des infrastructures terroristes, des systèmes de commandements, des institutions du Hamas [et] des bâtiments officiels». Les logements étaient ceux de chefs militaires du Hamas. Selon les dires d’un officiel israélien, «au Hamas, le moindre petit commandant de brigade n’a désormais plus de maison où rentrer chez lui». En termes légaux, Israël justifie ces attaques en affirmant que ces maisons étaient des «centres de commandement terroristes», impliqués dans des tirs de roquette et autres «activités terroristes». Mais si Israël a parfois tenté (et réussi) de tuer des leaders du Hamas dans leurs voitures, son armée a toujours évité de se prendre sans sommation à leurs maisons. La dernière fois qu’Israël a tiré sur des bâtiments civils à Gaza, voici un an et demi, ses habitants ont été au préalable prévenus par téléphone ou par le parachutage de tracts pour qu’ils quittent les lieux. L’armée israélienne se sert aussi de fusées éclairantes ou de mortiers à faibles charges explosives (la consigne dite du «toquer au toit») pour signaler la survenue de bombardements. (…) Le bilan civil le plus grave –sept morts, selon les informations les plus récentes– est survenu dans le bombardement d’une maison située dans la ville de Khan Younès et appartenant à un leader terroriste. Pour le Hamas, il s’agit d’un «massacre contre des femmes et des enfants». Mais selon des voisins, la famille a été prévenue à la fois par téléphone et par un tir de mortier léger sur le toit. Selon un membre des services de sécurité israéliens, les forces israéliennes ont attendu que la famille quitte le bâtiment pour tirer leur missile. Il ne comprend pas pourquoi des membres de cette famille, avec visiblement certains de leurs voisins, sont retournés à l’intérieur. Pour des personnes vivant sur place, c’est parce qu’ils ont voulu «former un bouclier humain». (…) Difficile, très difficile à dire. Mais, dans ce conflit, quiconque se préoccupe des civils tués délibérément devrait d’abord se tourner vers le Hamas. Les tirs de roquettes de Gaza vers Israël ont commencé bien avant l’offensive israélienne sur Gaza. Au départ, les roquettes sont une idée du Djihad Islamique. Mais, ces derniers jours, le Hamas ne s’est pas fait prier pour la reprendre, et a revendiqué plusieurs tirs de missiles, tombés entre autres sur Tel Aviv, Jérusalem et Haïfa. William Saletan (Slate)
Trente pour cent des 172 Palestiniens qui ont perdu la vie ces sept derniers jours et nuits dans la bande de Gaza sont des femmes et des enfants, selon l’agence de presse allemande (DPA). Cette dernière s’est basée sur une liste des victimes fournie par le ministère de la Santé à Gaza. Au total des sept journées d’offensives contre Gaza, ce sont 29 femmes qui ont péri, dont sept étaient âgées de moins de 18 ans. On retrouve également parmi les victimes 24 hommes de moins de 18 ans. Environ la moitié sont de jeunes garçons âgés de dix ans ou moins, le plus jeune est un bébé âgé de 18 mois. Il n’est pas immédiatement possible de vérifier combien de civils se trouvent parmi les 119 hommes tués. Deux d’entre eux étaient âgés de 75 et 80 ans. Libre Belgique
Il est 15 h 20 à Gaza, mercredi 16 juillet, quand une terrible déflagration ébranle le front de mer. Quelques minutes plus tard, une seconde frappe retentit. Touchée par ce qui semble être un obus tiré d’un navire israélien, une bicoque de pêcheurs, construite sur la digue du port de pêche, est réduite en un tas de parpaings éclatés et de tôles noircies. A côté des décombres, les corps en partie calcinés de quatre garçons de la même famille, Mohammad, Ahed, Zakariya et Ismail. Ils avaient entre 9 et 11 ans. Les enfants Bakr jouaient sur la plage depuis quelques heures. Certains avaient apporté un ballon, d’autres pêchaient ou grattaient le sable à la recherche de morceaux de métal à revendre. Après la première frappe millimétrée sur la cabane, il semble que les enfants, blessés, aient été pris sciemment pour cible alors qu’ils remontaient la plage pour se mettre à l’abri. A quelques mètres de la cahute, Mohammad Abou Watfah a assisté au carnage : «Les enfants étaient paniqués, ils se sont mis à courir vers la plage. Un deuxième obus les a suivis. Il est tombé à quelques mètres et j’ai perdu connaissance», raconte péniblement le commerçant, touché à l’estomac par des éclats. Le corps ensanglanté, hors d’haleine, des enfants blessés parviennent à la terrasse d’un établissement du bord de mer, alors que résonne l’explosion d’un troisième obus. (…) Dans le service de chirurgie, Tagred, une autre mère du clan Bakr, veille sur son fils, Ahmad, 13 ans, touché à la poitrine par des éclats d’obus: «Ce ne sont que des enfants. Ils ne faisaient rien de mal contre les Israéliens, pleure d’incompréhension la mère palestinienne. Mon fils jouait simplement avec ses cousins et maintenant ils sont tous morts.» «Comment peut-on tirer sur des enfants qui courent ?» L’armée israélienne a annoncé, dans la soirée, qu’elle enquêtait «consciencieusement» pour déterminer les circonstances exactes de la mort des quatre enfants. Expliquant que les frappes visaient, en principe, des membres du Hamas, Tsahal n’a pas exclu la possibilité d’une «erreur» dans cette attaque, dont l’étendue sera de toute évidence difficile à justifier. Le Monde
Mercredi, sous les yeux des journalistes occidentaux, quatre enfants palestiniens ont été tués sur une plage de Gaza après un tir ou une explosion. Immédiatement, les médias occidentaux attribuent leur mort à deux navires de guerre de l’armée israélienne situés au large de la plage. Le 9 juin 2006, sur cette même plage, huit personnes (dont trois enfants) d’une même famille avaient été tuées, et plus de trente autres civils furent blessés par une explosion dont l’origine a été attribuée à l’armée israélienne par les médias occidentaux. Or, après enquête de l’armée israélienne il s’est avéré que l’explosion sur la plage n’a pas pu être provoquée par la marine israélienne car il s’est écoulé 10 minutes entre le dernier tir d’obus et le drame. Les éclats de projectiles qui ont été retirés des corps des personnes blessées ne correspondent à aucune des armes en circulation dans l’armée israélienne. D’autre part, les services de renseignement israéliens et égyptiens sont arrivés à la conclusion que la famille a été victime d’une mine installée par les artificiers du Hamas la semaine précédente, afin d’empêcher les commandos marines israéliens de débarquer sur la côte et d’intercepter ses lanceurs de roquettes. Dans les deux cas, et dans de nombreux autres cas, comme dans celui de l’affaire Al-Dura, il est intéressant de souligner la présence au même moment, d’équipes de télévisions filmant en direct ce qui semble être un non-événement, et qualifié après par les médias de « massacre ». Le Monde juif
So far, 194 Palestinians been killed during Operation Protective Edge; that’s already a higher death toll than that of the entire 2012 Operation Pillar of Defense. Or at least that’s what’s reported in the press, internationally but also in Israel. The truth is that the number of casualties, and the percentage of civilians among the dead, comes exclusively from Palestinian sources. Israel only publishes its version of the body count — which is always significantly lower than the Palestinian account — weeks after such operations end. Meanwhile, the damage to Israel’s reputation is done. During Pillar of Defense, 160 Palestinians were killed, 55 “militants” and 105 civilians, according to Palestinian sources. According to the IDF, 177 Palestinians were killed during the weeklong campaign — about 120 of whom were enemy combatants. A report by the Meir Amit Intelligence and Terrorism Information Center says 101 of those killed were terrorists, while 68 were noncombatants. B’Tselem claims 62 combatants and 87 civilians died. And yet, the figures from the Gazan ministry are routinely adopted, unquestioned, by the United Nations. Times of Israel
Hamas and affiliate militant factions out of the Gaza Strip are so far rejecting an Egyptian-proposed cease-fire, having launched far more than 100 rockets since the cease-fire proposal. In exposing Israel’s inability to stem the rocket flow, Hamas is trying to claim a symbolic victory over Israel. Hamas’ spin aside, the military reality paints a very different picture.
Nonstate actors such as Hamas and many of its peer organizations, of course, need some ability to exert force if they are to influence the actions of a state whose imperatives run counter to their own. The Gaza Strip is small and its resource base is limited, reducing the options for force. This makes cheap asymmetric tactics and strategies ideal. For Gaza and its militants, terrorizing the Israeli population through limited force often has previously influenced, constrained or forced the hand of the Israeli government and its subsequent policies. It accomplished this with assassinations, ambushes or suicide bombings targeting security forces or Israeli citizens. A confluence of events later led to a gradual evolution in the conflict. By 2006, the security wall that surrounds and contains the Gaza Strip had eliminated militants’ ability to directly engage the Israeli populace and security personnel, and Israel Defense Forces had completely withdrawn from the territory. Meanwhile, Hezbollah had demonstrated the effectiveness of relatively cheap artillery rockets volleyed into Israel in a high enough volume to seriously disrupt the daily life of Israeli life. While artillery rockets were not new to Gaza, the conditions were ripe for this tactic’s adoption. The intent was to build up a substantial arsenal of the weapons and increase their range to threaten Israel’s entire population as much as possible. (Increased range was also needed to overcome Israel’s growing defensive capabilities.) This would be the asymmetric threat that could be used to project force, albeit limited force, from Gaza. (…) Much of this cyclical nature is because both sides are operating under serious limitations, preventing either from gaining "victory" or some form of permanent resolution. For Israel there are two main limitations. The first is the intelligence gaps created by monitoring from the outside and having no permanent presence on the ground. The Israelis have been unable to stop the rockets from getting into Gaza, cannot be sure where they are exactly and can only degrade the ability to launch with airstrikes and naval strikes. This leads to the second constraint, which is the cost associated with overcoming this gap by doing a serious and comprehensive clearing of the entire strip. Though Operation Cast Lead did have a ground component, it was limited and did not enter the major urban areas or serious tunnel networks within them. This is exactly where many of the resources associated with the rocket threat reside. The intense urban operation that would result if Israeli forces entered those areas would have a huge cost in casualties for Israeli personnel and for civilians, the latter resulting in intense international and domestic pressure being brought to bear against the Israeli government. For decision-makers, the consequences of sitting back and absorbing rocket attacks versus trying to comprehensively accomplish the military objective of eliminating this capability keep weighing on the side of managing the problem from a distance. But the longer the conflict lasts, the more complications the militants in Gaza face as they see their threat of force erode with time. Adversaries adapt to tactics, and in this case Israel Defense Forces have steadily improved their ability to mitigate the disruptive ability of these attacks through a combination of responsive air power and Iron Dome batteries that effectively provide protection to urban populations. Subsequently, the terror and disruption visited upon the Israeli population diminishes slightly, and the pressures on the government lessen. So militants seem to be in a position to maintain their tool, but that tool is becoming less effective and imposing fewer costs. This raises the question of what new tactic or capability the militants will adopt next to exert new costs on Israel. Many surmise the incident that started this latest round — the kidnapping and killing of three Israeli teenagers in the West Bank — might become the tactic of choice if it proves effective in accomplishing its goals and is repeatable. The militants will also almost certainly attempt to refine their projectiles’ accuracy and range through the acquisition of more advanced rockets or even missiles. What is certain regarding the latest round of fighting is that we are far from seeing victory or any form of conclusion and that the conflict will continue to evolve. Stratfor
After Algeria gained its independence, according to its 1963 Nationality Code, it authorized citizenship only to Muslims. It extended citizenship only to those individuals whose fathers and paternal grandfathers were personally Muslim.  All but 6,500 of the country’s 140,000 Jews were essentially driven into exile by this change. Some 130,000 took advantage of their French citizenship and moved to France along with the pied-noirs, settlers of French ancestry. Moroccan Jews who were living in Algeria and Jews from the M’zab Valley in the Algerian Sahara, who did not have French citizenship, as well as a small number of Algerian Jews from Constantine, emigrated to Israel at that time. After Houari Boumediene came to power in 1965, Jews were persecuted in Algeria, facing social and political discrimination and heavy taxes. In 1967-68 the government seized all but one of the country’s synagogues and converted them to mosques. By 1969, fewer than 1,000 Jews were still living in Algeria. Only 50 Jews remained in Algeria in the 1990s. Wikipedia
À la suite des accords d’Évian en mars 1962, les départs sont massifs. Le contexte du conflit israélo-arabe va contribuer à envenimer les relations entre les Musulmans et les Juifs d’Algérie dans les années qui vont suivre. L’indépendance de l’Algérie est proclamée le 5 juillet 1962, et en octobre, on ne compte plus que 25 000 Juifs en Algérie dont 6000 à Alger. En 1971, il n’en reste plus qu’un millier117. En 1975, la Grande synagogue d’Oran, comme toutes les autres, est transformée en mosquée. À l’instar de nombreux cimetières chrétiens, beaucoup de cimetières juifs sont profanés. En 1982, on compte encore environ 200 Juifs, la guerre civile algérienne des années 1990 provoque le départ des derniers membres de la communauté. Le dossier juif reste un sujet tabou car les Juifs résidant dans le pays n’ont pas de personnalités connues, mis à part quelques conseillers ayant travaillé avec le ministre algérien du commerce Ghazi Hidoussi, à cause de la sensibilité du dossier et de son lien avec Israël. Certains partis, notamment nationalistes et islamistes, comme le Mouvement de la renaissance islamique, réagissent violemment à l’accréditation du Lions Clubs et du Rotary Club qu’ils présument d’obédience sioniste et franc-maçonne ainsi qu’à la poignée de main du président algérien Abdelaziz Bouteflika et du premier ministre israélien Ehud Barak, lors des funérailles du roi Hassan II au Maroc en juillet 1999. En 1999, Abdelaziz Bouteflika rend un hommage appuyé aux Juifs constantinois, à l’occasion du 2500e anniversaire de cette ville. En 2000, la tournée qu’Enrico Macias doit effectuer sur sa terre natale est annulée à la suite de pressions internes et malgré l’invitation officielle de la présidence. En mars 2003, un plan d’action avait été mis en place par les autorités françaises et algériennes, pour que les cimetières juifs retrouvent leur dignité et ce, selon un programme établi annuellement. Le projet reste cependant lettre morte dans des dizaines de cimetières communaux dans lesquels existent des carrés juifs. En 2005, deux évènements marquent l’actualité : la tenue d’un colloque des Juifs de Constantine à Jérusalem provoquant une rumeur selon laquelle ils auraient fait une demande d’indemnisation auprès du gouvernement de l’Algérie, à la suite de leur départ en 1962. Cette information sera démentie par les autorités d’Alger et la visite à Tlemcen de 130 Juifs originaires de cette ville, fait sans précédent depuis l’indépendance, est vécue dans l’émotion tant du côté des Juifs Algériens que de celui des Musulmans Algériens[réf. nécessaire]. En décembre 2007, Enrico Macias bien qu’invité par le président français Sarkozy, à l’accompagner en visite officielle en Algérie, il doit renoncer face à l’hostilité et au refus du ministre algérien des Anciens Combattants. En 2009, l’État algérien accrédite un organisme représentant la religion hébraïque en Algérie, présidé par Roger Saïd. On recense 25 synagogues, abandonnées pour la plupart, les Juifs d’Algérie ayant peur d’organiser des cérémonies de culte pour des raisons sécuritaires. Cet organisme devra également agir, en coordination avec le ministère des affaires religieuses sur l’état des tombes juives, particulièrement à Constantine, Blida et Tlemcen[réf. nécessaire]. En janvier 2010, le dernier Juif vivant en Oranie décède à l’hôpital civil d’Oran. En août 2012, le représentant de la communauté juive en Algérie, maitre Roger Saïd chargé de veiller sur les intérêts judéo-algériens décède à Paris. Wikipedia
Although much is heard about the plight of the Palestinian refugees from the aftermath of the 1948 Israeli War of Independence and the 1967 Six Day War, little is said about the hundreds of thousands of Jews who were forced to flee from Arab states before and after the creation of Israel. In fact, these refugees were largely forgotten because they were assimilated into their new homes, most in Israel, and neither the United Nations nor any other international agency took up their cause or demanded restitution for the property and money taken from them. In 1945, roughly 1 million Jews lived peacefully in the various Arab states of the Middle East, many of them in communities that had existed for thousands of years. After the Arabs rejected the United Nations decision to partition Palestine and create a Jewish state, however, the Jews of the Arab lands became targets of their own governments’ anti-Zionist fervor. As Egypt’s delegate to the UN in 1947 chillingly told the General Assembly: “The lives of one million Jews in Muslim countries will be jeopardized by partition.” The dire warning quickly became the brutal reality. Throughout 1947 and 1948, Jews in Algeria, Egypt, Iraq, Libya, Morocco, Syria, and Yemen (Aden) were persecuted, their property and belongings were confiscated, and they were subjected to severe anti-Jewish riots instigated by the governments. In Iraq, Zionism was made a capital crime. In Syria, anti-Jewish pogroms erupted in Aleppo and the government froze all Jewish bank accounts. In Egypt, bombs were detonated in the Jewish quarter, killing dozens. In Algeria, anti-Jewish decrees were swiftly instituted and in Yemen, bloody pogroms led to the death of nearly 100 Jews. Jewish virtual library

Attention: des réfugiés peuvent en cacher d’autres !

A l’heure où, entre boucliers humains et photos et chiffres trafiqués, le martyre du peuple palestinien fait à nouveau la une de nos journaux

Et que nos chères têtes blondes en profitent pour crier "mort aux juifs" à tous les coins de rue et préférentiellement devant les nouvelles ambassades que sont devenues – dixit un responsable écologiste français –  les synagogues

Pendant que 70 ans après l’abomination nazie outre-rhin, l’équipe de la diversité que tout le monde attendait se voit crucifier par sa propre presse pour avoir fêté leur victoire en Coupe du monde en chambrant comme c’est l‘habitude dans leur pays leurs adversaires qualifiés pour l’occasion de gauchos …

Et que, de l’autre côté de la Méditerrannée, on tente de "rejudaïser" un pays qui, entre exil forcé, synagogues transformées en mosquées ou désaffectées et carrés juifs profanés,  avait réussi en un peu plus de 60 ans à effacer 2 000 ans et 90% de sa présence juive   …

Retour sur ces réfugiés dont on ne parle jamais …

A savoir, entre l’extermination des chrétiens arméniens, assyriens ou grecs de Turquie et l’actuel nettoyage ethnique des mêmes chrétiens du reste du Monde musulman, ces quelque 900 000 juifs ethniquement épurés du Monde arabe …

Fact Sheet:
Jewish Refugees from Arab Countries

(Updated January 2013)


Although much is heard about the plight of the Palestinian refugees from the aftermath of the 1948 Israeli War of Independence and the 1967 Six Day War, little is said about the hundreds of thousands of Jews who were forced to flee from Arab states before and after the creation of Israel. In fact, these refugees were largely forgotten because they were assimilated into their new homes, most in Israel, and neither the United Nations nor any other international agency took up their cause or demanded restitution for the property and money taken from them.

Yemenite Jews
Yemenite Jews flee during Operation Magic Carpet

In 1945, roughly 1 million Jews lived peacefully in the various Arab states of the Middle East, many of them in communities that had existed for thousands of years. After the Arabs rejected the United Nations decision to partition Palestine and create a Jewish state, however, the Jews of the Arab lands became targets of their own governments’ anti-Zionist fervor. As Egypt’s delegate to the UN in 1947 chillingly told the General Assembly: “The lives of one million Jews in Muslim countries will be jeopardized by partition.” The dire warning quickly became the brutal reality.

Throughout 1947 and 1948, Jews in Algeria, Egypt, Iraq, Libya, Morocco, Syria, and Yemen (Aden) were persecuted, their property and belongings were confiscated, and they were subjected to severe anti-Jewish riots instigated by the governments. In Iraq, Zionism was made a capital crime. In Syria, anti-Jewish pogroms erupted in Aleppo and the government froze all Jewish bank accounts. In Egypt, bombs were detonated in the Jewish quarter, killing dozens. In Algeria, anti-Jewish decrees were swiftly instituted and in Yemen, bloody pogroms led to the death of nearly 100 Jews.

In January 1948, the president of the World Jewish Congress, Dr. Stephen Wise, appealed to U.S. Secretary of State George Marshall: “Between 800,000 and a million Jews in the Middle East and North Africa, exclusive of Palestine, are in ‘the greatest danger of destruction’ at the hands of Moslems being incited to holy war over the Partition of Palestine … Acts of violence already perpetrated, together with those contemplated, being clearly aimed at the total destruction of the Jews, constitute genocide, which under the resolutions of the General Assembly is a crime against humanity." In May 1948, the New York Times echoed Wise’s appeal, and ran an article headlined, "Jews in Grave Danger in all Muslim Lands: Nine Hundred Thousand in Africa and Asia face wrath of their foes."

With their lives in danger and the situation growing ever more perilous, the Jews of the Arab World fled their homes as refugees.

Of the 820,000 Jewish refugees between 1948 and 1972, more than 200,000 found refuge in Europe and North America while 586,000 were resettled in Israel – at great expense to the Israeli government, and without any compensation from the Arab governments who had confiscated their possessions. The majority of the Jewish refugees left their homes penniless and destitute and with nothing more than the shirts on their backs. These Jews, however, had no desire to be repatriated in the Arab World and little is heard about them because they did not remain refugees for long.

In Israel, a newly independent country that was still facing existential threats to its survival, the influx of immigrants nearly doubled the population and a put a great strain on an economy struggling to just meet the needs of its existing population.  The Jewish State, however, never considered turning away the refugees and, over the years, worked to absorb them into society.

Iraqi Jews
Iraqi Jews flee as refugees to Israel

Overall, the number of Jews fleeing Arab countries for Israel in the years following Israel’s independence was nearly double the number of Arabs leaving Palestine. The contrast between the Jewish refugees and the Palestinian refugees grows even starker considering the difference in cultural and geographic dislocation – most of the Jewish refugees traveled hundreds or thousands of miles to a tiny country whose inhabitants spoke a different language and lived with a vastly different culture. Most Palestinian refugees traveled but a few miles to the other side of the 1949 armistice lines while remaining inside a linguistically, culturally and ethnically similar society.

Moreover, the value of Jewish property left behind and confiscated by the Arab governments is estimated to be at least 50 percent higher than the total value of assets lost by the Palestinian refugees.  In the 1950’s, John Measham Berncastle, under the aegis of the United Nations Conciliation Commission for Palestine, estimated that total assets lost by Palestinian refugees from 1948 – including land, buildings, movable property, and frozen bank accounts – amounted to roughly $350 million ($650 per refugee). Adding in an additional $100 million for assets lost by Palestinian refugees as a result of the Six Day War, an approximate total is $450 million – $4.4 billion in 2012 prices. By contrast, the value of assets lost by the Jewish refugees – compiled by a similar methodology – is estimated at $700 million – roughly $6.7 billion today.

To date, more than 100 UN resolutions have been passed referring explicitly to the fate of the Palestinian refugees. Not one has specifically addressed Jewish refugees. Additionally, the United Nations created a organization, UNRWA, to solely handle Palestinian refugees while all other refugees are handled collectively by UNHRC. The UN even defines Palestinian refugees differently than every other refugee population, setting distinctions that have allowed their numbers to grow exponentially so that nearly 5 million are now considered refugees despite the fact that the number estimated to have fled their homes is only approximately 400-700,000.

Today, nearly half of Israel’s native population descends from the Jewish refugees of the Arab world and their rights must be recognized alongside any discussion of the rights for Palestinian refugees and their descendants. In Israel, the issue of the Jewish refugees has been of preeminent importance during all peace negotiations with the Palestinians, including the 1993 Oslo Accords and the 2000 Camp David summit.  Under the leadership of Prime Minister Benjamin Netanyahu and Deputy Foreign Minister Danny Ayalon, Israel is now calling on United Nations Secretary-General Ban Ki Moon to hold a summit specifically the issue of the Jewish refugees.

In the United States, led by Congressman Jerrold Nadler, efforts are also being made to ensure the world recognizes the plight of these Jewish refugees.  In July 2012, Nadler led a bipartisan group of six congressmen in sponsoring H.R. 6242, legislation that would require the President to submit a regular report to Congress on actions taken relating to the resolution of the Jewish refugee issue. Nadler’s latest effort comes more than four years after he successfully passed H.R. 185, a non-binding resolution asking the President to ensure that explicit reference is made to the Jewish refugees in any international forum discussing Middle East or Palestinian refugees.

Use the resource below to learn more about
the Jewish Refugees from the Arab World:

AlgeriaEgyptIraqLibyaMoroccoSyriaTunisiaYemen (Aden)

Jews in the Arab World
1948
1958
1968
1978
2011
Algeria
140,000
130,000
1,500
1,000
1,500
Egypt
75,000
40,000
1,000
400
100
Iraq
135,000
6,000
2,500
350
7
Libya
38,000
3,750
100
40
0
Morocco
265,000
200,000
50,000
18,000
4,000
Syria
30,000
5,000
4,000
4,500
100
Tunisia
105,000
80,000
10,000
7,000
1,500
Yemen/Aden
63,000
4,300
500
500
250
Total
851,000
469,060
69,600
31,790
~7,500

Algeria

Jews in 1948: 140,000. Jews in 2011: 1,500.

Jewish settlement in Algeria can be traced back to the first centuries of the Common Era. In the 14th century, with the deterioration of conditions in Spain, many Spanish Jews moved to Algeria, among them a number of outstanding scholars including Rav Yitzchak ben Sheshet Perfet (the Ribash) and Rav Shimon ben Zemah Duran (the Rashbatz). After the French occupation of the country in 1830, Jews gradually adopted French culture and were granted French citizenship.

On the eve of WWII, there were around 120,000 Jews in Algeria. In 1934, incited by events in Nazi Germany, Muslims rampaged in Constantine, killing 25 Jews and injuring many more. Starting in 1940, under Vichy rule, Algerian Jews were persecuted socially and economically. In 1948, at the time of Israel’s independence and on the eve of the Algerian Civil War, there were approximately 140,000 Jews living in Algeria, of whom roughly 30,000 lived in the capital.

Nearly all of the Algerian Jews fled the country shortly after it gained independence from France in 1962. The newly established Algerian government harassed the Jewish community, confiscated Jewish property, and deprived Jews of their principle economic rights. As a result, almost 130,000 Algerian Jews immigrated to France and, since 1948, 25,681 Algerian Jews have immigrated to Israel.

According to the State Department, there is now fewer than 2,000 Jews in Algeria and there are no functioning synagogues in the country.

EGYPT

Jews in 1948: 75,000. Jews in 2011: 100.

Jews have lived in Egypt since Biblical times. Israelite tribes first moved to the land of Goshen, the northeastern edge of the Nile Delta, during the reign of the Egyptian pharaoh Amenhotep IV (1375-1358 BCE). By 1897, there were more than 25,000 Jews in Egypt, concentrated in Cairo and Alexandria.

The first Nationality Code was promulgated by Egypt in May 1926 and said that only those "who belonged racially to the majority of the population of a country whose language is Arabic or whose religion is Islam" were entitle to Egyptian nationality. This provision served as the official pretext for expelling many Jews from Egypt.

In 1937, the Jewish population was 63,500 but by 1945, with the rise of Egyptian nationalism and the cultivation of anti-Jewish sentiment, violence erupted against the peaceful Jewish community. That year, 10 Jews were killed, more than 300 injured, and a synagogue, a Jewish hospital, and an old-age home were destroyed. In July 1947, an amendment to Egyptian law stipulated that companies must employ a minimum of 90% Egyptian nationals. This decree resulted in the loss of livelihood for many Jews.

Israel’s establishment led to further anti-Jewish sentiments. Between June and November 1948, bombs set off in the Jewish Quarter of Cairo killed more than 70 Jews and wounded nearly 200, while another 2,000 Jews were arrested and had their property confiscated. Rioting over the following months resulted in more Jewish deaths. In 1956, the Egyptian government used the Sinai Campaign as a pretext for expelling almost 25,000  Jews and confiscating their property while approximately 1,000 more Jews were sent to prisons and detention camps. In November 1956, a government proclamation declared that "all Jews are Zionists and enemies of the state," and promised that they would be soon expelled. Thousands of Jews were ordered to leave the country, allowed to take only one suitcase, a small sum of cash, and forced to sign declarations "donating" their property to the Egyptian government.

By 1957 the Jewish population had fallen to 15,000 and in 1967, after the Six-Day War, there was a renewed wave of persecution and the community dwindled to 2,500. By the 1970’s, after the remaining Jews were given permission to leave the country, the number of Jews feel to just a few hundred. Today, the community is on the verge of extinction with fewer than 100 Jews remaining in Egypt, the majority elderly.

IRAQ

Jews in 1948: 135,000. Jews in 2011: 7.

Jews have lived in modern-day Iraq since before the common era and prospered in what was then called Babylonia until the Muslim conquest in 634 AD. Under Muslim rule, the situation of the Jewish community fluctuated yet at the same time, Jews were subjected to special taxes and restrictions on their professional activity. Under British rule, which began in 1917, Jews fared well economically, but this changed when Iraq gained independence.

In June 1941, the Mufti-inspired, pro-Nazi coup of Rashid Ali sparked rioting and a pogrom in Baghdad. Armed mobs, with the complicity of the police and the army, murdered 180 Jews and wounded almost 1,000. Although emigration was prohibited, many Jews made their way to Mandate Palestine with the aid of an underground movement.

Additional outbreaks of anti-Jewish rioting occurred between 1946 and 1949, and following the establishment of Israel in 1948, Zionism was made a capital crime. In 1950, the Iraqi parliament legalized emigration to Israel, provided that Iraqi Jews forfeited their citizenship before leaving. Between May 1950 and August 1951, the Jewish Agency and the Israeli government succeeded in airlifting approximately 110,000 Jews to Israel in Operation Ezra & Nehemiah. At the same time, 20,000 Jews were smuggled out of Iraq through Iran. A year later the property of Jews who emigrated from Iraq was frozen, and economic restrictions were placed on Jews who remained in the country.

In 1952, Iraq’s government barred Jews from emigrating, and publicly hanged two Jews after falsely charging them with hurling a bomb at the Baghdad office of the U.S. Information Agency. A community that had reached a peak of 150,000 in 1947, dwindled to a mere 6,000 after 1951. Persecutions continued, especially after the Six Day War in 1967, when 3,000 Jews were arrested, dismissed from their jobs, and some hanged in the public square of Baghdad. In one instance, on January 27, 1969, Baghdad Radio called upon Iraqis to “come and enjoy the feast” and some 500,000 people paraded and danced past the scaffolds where the bodies of the hanged Jews swung; the mob rhythmically chanting “Death to Israel” and “Death to all traitors.”

As of 2008, the Jewish Agency for Israel estimated that there were only seven Jews remaining in Iraq while Baghdad’s Meir Tweig synagogue, the last synagogue in use, was closed in 2003 after it became too dangerous to gather openly. The State Department reported in 2011 that anti-Semitism is still widespread in both state-owned and private media outlets and Holocaust denial is often glorified.

LIBYA

Jews in 1948: 38,000. Jews in 2011: 0.

The Jewish community of Libya traces its origin back some 2,500 years to the time of Hellenistic rule under Ptolemy Lagos in 323 B.C.E. in Cyrene. Once home to a very large and thriving Jewish community, Libya is now completely empty of Jews due to anti-Jewish pogroms that spurred immigration to Israel.

At the time of the Italian occupation in 1911, there were approximately 21,000 Jews in the country, the majority in the capital Tripoli. By the late 1930s, fascist anti-Jewish laws were gradually being enforced and the Jewish community was subject to terrible repression. Yet, in 1941, the Jews still accounted for a quarter of Tripoli’s population and maintained 44 synagogues.

In 1942, the Germans occupied the Jewish quarter of Benghazi, plundered shops, and deported more than 2,000 Jews across the desert, where more than one-fifth of them perished. Many Jews from Tripoli were also sent to forced labor camps.

Conditions did not greatly improve following liberation and under the British occupation there were a series of brutal pogroms. One savage pogrom occurred in Tripoli on November 5, 1945, when more than 140 Jews were massacred and almost every synagogue in the city was looted. In June 1948, rioters murdered another 12 Jews and destroyed 280 Jewish homes. When the British legalized emigration in 1949, more than 30,000 Jews fled Libya.

Thousands more Jews fled to Israel after Libya became independent in 1951 and was granted membership in the Arab League. A law passed in December 1958 ordered for the dissolution of the Jewish Community Council. In 1961, a special permit was needed to show proof of being a "true Libyan" and all but six Jews were denied this document.

After the Six-Day War, the Jewish population – numbering roughly 7,000 – was again subjected to pogroms in which 18 people were killed and many more injured; the riots also sparked a near-total exodus from the Jewish community, leaving fewer than 100 Jews in Libya. When Muammar Gaddafi came to power in 1969, all Jewish property was confiscated and all debts to Jews cancelled. Although emigration was illegal, more than 3,000 Jews succeeded in leaving for Israel.

By 1974, there were no more than 20 Jews in the country, and it is believed that Esmeralda Meghnagi, who died in February 2002, was the last Jew to live in Libya.  In October 2011, protests in Tripoli called for the deportation of a Jewish activist who had returned to Libya with the intent of restoring Tripoli’s synagogue. Some protesters’ signs read, “There is no place for the Jews in Libya,” and “We don’t have a place for Zionism.”

MOROCCO

Jews in 1948: 265,000. Jews in 2011: 4,000.

Jews have been living in Morocco since the time of Antiquity, traveling there two millennia ago with Phoenician traders, and the first substantial Jewish settlements developed in 586 BCE after Nebuchadnezzar destroyed Jerusalem and exiled the Jews.

Prior to World War II, the Jewish population of Morocco reached its height of approximately 265,000, and though Nazi deportations did not occur the Jewish community still suffered great humiliation under the Vichy French government. Following the war, the situation became even more perilous.

In June 1948, bloody riots in Oujda and Djerada killed 44 Jews while wounding scores more. That same year, an unofficial economic boycott was instigated against the Moroccan Jewish community. By 1959 Zionist activities were made illegal and in 1963, at least 100,000 Moroccan Jews were forced out from their homes. Nearly 150,000 Jews sought refuge in Israel, France and the Americas.

In 1965, Moroccan writer Said Ghallab described the attitude of Moroccan Muslims toward their Jewish neighbors when he wrote:

"The worst insult that a Moroccan could possibly offer was to treat someone as a Jew … The massacres of the Jews by Hitler are exalted ecstatically. It is even credited that Hitler is not dead, but alive and well, and his arrival is awaited to deliver the Arabs from Israel."

In early 2004, Marrakech had a small Jewish population of about 260 people, most over the age of 60, while Casablanca had the largest community, about 3,000 people. There are still synagogues in use today in CasablancaFez, Marrakech, Mogador, Rabat, Tetuan and Tangier.

The Jewish community now numbers between 4,000 and 5,500 and while the government is one of the most friendly towards Israel, the Jewish community is still the target of sporadic violence. On a Saturday in May 2003, for example, a series of suicide bombers attacked four Jewish targets in Casablanca, though fortunately no Jews were killed.  In a show of kindness, the government subsequently organized a large rally in the streets of Casablanca to demonstrate support for the Jewish community and the king reasserted his family’s traditional protection for the country’s Jews.

SYRIA

Jews in 1948: 30,000. Jews in 2011: 100.

Jews had lived in Syria since biblical times and the Jewish population increased significantly after the Spanish expulsion in 1492. Throughout the generations, the main Jewish communities were to be found in Damascus and Aleppo.

By 1943, the Jewish community of Syria had approximately 30,000 members but In 1944, after Syria gained independence from France, the new Arab government prohibited Jewish immigration to Palestine, severely restricted the teaching of Hebrew in Jewish schools, called boycotts against Jewish businesses, and sat idle as attacks against Jews escalated. In 1945, in an attempt to thwart international efforts to establish a Jewish homeland in Palestine, the Syrian government fully restricted Jewish emigration, burned, looted and confiscated Jewish property, and froze Jewish bank accounts.

When partition was declared in 1947, Arab mobs in Aleppo devastated the 2,500-year-old Jewish community and left it in ruins. Scores of Jews were killed and more than 200 homes, shops and synagogues were destroyed. Thousands of Jews illegally fled as refugees, 10,000 going to the United States and 5,000 to Israel.  All of their property were taken over by the local Muslims.

Over the next few decades, those Syrian Jews that remained were in effect hostages of a hostile regime as the government intensified its persecution of the Jewish population. Jews were stripped of their citizenship and experienced employment discrimination. They had their assets frozen and property confiscated. The community lived under constant surveillance by the secret police. Freedom of movement was also severely restricted and any Jew who attempted to flee faced either the death penalty or imprisonment at hard labor. Jews could not acquire telephones or driver’s licenses and were barred from buying property. An airport road was paved over the Jewish cemetery in Damascus; Jewish schools were closed and handed over to Muslims.

The last Jews to leave Syria departed with the chief rabbi in October 1994. By the middle of 2001, Rabbi Huder Shahada Kabariti estimated that 150 Jews were living in Damascus, 30 in Haleb and 20 in Kamashili. while two synagogues remained open in Damascus. According to the US State Department, there were about 100 Jews left in country as 2011, concentrated in Damascus and Aleppo.  Contact between the Syrian Jewish community is Israel is prohibited.

TUNISIA

Jews in 1948: 105,000. Jews in 2011: 1,500.

The first documented evidence of Jews living in Tunisia dates back to 200 CE. By 1948, the Tunisian Jewish community had numbered 105,000, with 65,000 living in the capital Tunis.

Tunisia was the only Arab country to come under direct German occupation during World War II and, according to Robert Satloff, “From November 1942 to May 1943, the Germans … implemented a forced-labor regime, confiscations of property, hostage-taking, mass extortion, deportations, and executions. They required thousands of Jews in the countryside to wear the Star of David.”

When Tunisia gained independence in 1956, the new government passed a series of discriminatory anti-Jewish decrees. In 1957, the rabbinical tribunal was abolished and a year later the Jewish community councils were dissolved.  The government also destroyed ancient synagogues, cemeteries, and even Tunis’ Jewish quarter for "urban renewal" projects.

During the Six-Day War, Jews were attacked by rioting Arab mobs, while businesses were burned and the Great Synagogue of Tunis was destroyed. The government actually denounced the violence and appealed to the Jewish population to stay, but did not bar them from leaving.

The increasingly unstable situation caused more than 40,000 Tunisian Jews to immigrate to Israel and at least 7,000 more to France. By 1968, the country’s Jewish population had shrunk to around 10,000.

Today, the US State Department estimates that there are 1,500 Jews remaining in Tunisia, with one-third living in and around the capital and the remainder living on the island of Djerba.  The Tunisian government now provides the Jewish community freedom of worship and also provided security and renovation subsidies for the synagogues.

YEMEN (Aden)

Jews in 1948: 63,000. Jews in 2011: 250.

The first historical record of Jews in Yemen is from the third century CE.

In 1922, the government of Yemen reintroduced an ancient Islamic law decreeing that Jewish orphans under age 12 were to be converted to Islam.

In 1947, after the partition vote on Palestine, the police forces joined Muslim rioters in a bloody pogrom in Aden, killing 82 Jews and destroying hundreds of Jewish homes. The pogrom left Aden’s Jewish community economically paralyzed, as most of the stores and businesses were destroyed.

Early in 1948, looting occurred after six Jews were falsely accused of murdering two Arab girls and the government began to forcefully evict the Jews. Between June 1949 and September 1950, Israel ran Operation "Magic Carpet" and brought virtually the entire Yemenite Jewish community – almost 50,000 people – to Israel as refugees.

In 1959, another 3,000 Jews from Aden emigrated to Israel while many more fled as refugees to the US and England. A smaller, continuous migration was allowed to continue into 1962, when a civil war put an abrupt halt to any further Jewish exodus.

Today, there are no Jews in Aden and there are an estimated 250 Jews in Yemen. The Jews are the only indigenous non-Muslim religious minority and the small community that remains in the northern area of Yemen is tolerated and allowed to practice Judaism. However, the community is still treated as second-class citizens and cannot serve in the army or be elected to political positions. Jews are traditionally restricted to living in one section of a city and are often confined to a limited choice of employment.


Sources: Aharon Mor & Orly Rahimiyan, "The Jewish Exodus from Arab Lands," Jerusalem Center for Public Opinion, (September 11, 2012).
"Compensate Jewish Refugees from Arab Countries, Conference Urges," JTA, (September 10, 2012).
Kershner, Isabel. “The Other Refugees.“ Jerusalem Report, (January 12, 20/04).
Littman, David. “The Forgotten Refugees: An Exchange of Population.“ The National Review, (December 3, 2002).
Matas, David, Urman, Stanley A. “Jews From Arab Countries: The Case for Rights and Redress.“ Justice for Jews from Arab Countries, (June 23, 2003).
Sachar, Howard. A History of Israel. Alfred A. Knopf, Inc., New York, 2000.
Stillman, Norman. The Jews of Arab Lands in Modern Times. The Jewish Publication Society of America, 1991.
“Ad Hoc Committee on Palestine – 30th Meeting,” United Nations Press Release GA/PAL/84, (November 24, 1947).
Arieh Avneri, The Claim of Dispossesion, (NJ: Transaction Books, 1984), p. 276.
Jerusalem Post, (December 4, 2003).
Stephen Farrell, "Baghdad Jews Have Become a Fearful Few," New York Times, (June 1, 2008).
US State Department – Religious Freedom Reports (2011); Human Rights Reports (2011)
Roumani, Maurice. The Jews from Arab Countries: A Neglected Issue. WOJAC, 1983
American Jewish Yearbook: 1958, 1969, 1970, 1978, 1988, 2001. Philadelphia: The Jewish Publication Society of America
American Sephardi Federation
"Point of no return: Information and links about the Middle East’s forgotten Jewish refugees"
Jews Indigenous to the Middle East and North Africa (JIMENA)
Association of Jews from the Middle East and North Africa (HARIF)
"Israel Pushing for UN Summit on Jewish Refugees," The Algemeiner, (August 27, 2012).
Hillel Fendel, "US Congress Recognizes Jewish Refugees from Arab Lands," Arutz Sheva, (February 4, 2008).
House Resolution 185 (110th), "Regarding the Creation of Refugee Populations in the Middle East," GovTrack.
House Resolution 6242 (112th), "Relating to the Resolution of the Issue of Jewish Refugees from Arab Countries," GovTrack.

Voir aussi:

Algérie: des salafistes contre les synagogues
RFI

En Algérie, une manifestation a réuni quelques dizaines de personnes dans un quartier populaire de la capitale. Les manifestants, des salafistes, veulent protester contre l’annonce officielle de la réouverture des synagogues dans le pays.

Ce n’est pas la première fois qu’Abdelfattah Hamadache, imam salafiste du quartier de Bellecourt, proche du Front islamique du salut (FIS), appelle à manifester. Il y a quelques semaines, c’était pour s’opposer au ministre du Commerce qui venait de donner plusieurs autorisations d’ouverture de magasins d’alcool.

Vendredi, plusieurs dizaines d’hommes ont manifesté contre la réouverture des synagogues, mesure annoncée par le ministre des Affaires religieuses. Ils considèrent que l’Algérie est musulmane et qu’il n’y a pas de place pour une autre religion.

Cette manifestation, rapidement bloquée par les forces de l’ordre, n’a surpris personne. Mais l’annonce du ministre, en revanche, a laissé certains observateurs sans voix. Chaque été, la police arrête certaines personnes sous prétexte qu’elles mangent en plein jour pendant le ramadan, le ministre affirmant que le respect du jeûne était une affaire personnelle.

Alors lorsqu’il affirme que les synagogues vont être ouvertes après 20 ans de fermeture pour des raisons de sécurité, la presse ne sait pas comment réagir. Si les journaux défendent pour la majorité la liberté de culte, difficile de savoir si la mesure sera vraiment appliquée. Les commentaires se multiplient sur les réseaux sociaux, mais les salafistes, eux, sont bien les premiers à rendre le débat public.

Contre la « judaïsation » de l’Algérie

En Algérie, la communauté juive est discrète, mais elle existe toujours. Les synagogues sont fermées pour des raisons de sécurité depuis que dans les années 1990, deux figures de cette communauté avaient été assassinées.

Les manifestants, qui ont dénoncé cette mesure comme « une provocation contre les musulmans en plein ramadan », disent vouloir s’opposer à la « judaïsation » de l’Algérie. Ils craignent que la réouverture des synagogues soit un premier pas vers une normalisation des relations de l’Algérie avec Israël.

Voir également:

Why doesn’t Israel publish figures and details of Gaza casualties?
The world relies on data from the Hamas-run health ministry, and there’s nothing we can do about that, officials in Jerusalem say
Raphael Ahren
The Times of Israel
July 15, 2014
Raphael Ahren is the diplomatic correspondent at The Times of Israel.

So far, 194 Palestinians been killed during Operation Protective Edge; that’s already a higher death toll than that of the entire 2012 Operation Pillar of Defense. Or at least that’s what’s reported in the press, internationally but also in Israel. The truth is that the number of casualties, and the percentage of civilians among the dead, comes exclusively from Palestinian sources. Israel only publishes its version of the body count — which is always significantly lower than the Palestinian account — weeks after such operations end. Meanwhile, the damage to Israel’s reputation is done.

During Pillar of Defense, 160 Palestinians were killed, 55 “militants” and 105 civilians, according to Palestinian sources. According to the IDF, 177 Palestinians were killed during the weeklong campaign — about 120 of whom were enemy combatants. A report by the Meir Amit Intelligence and Terrorism Information Center says 101 of those killed were terrorists, while 68 were noncombatants. B’Tselem claims 62 combatants and 87 civilians died.

Why the confusion, and what is the accurate body count for the current conflict?

For Operation Protective Edge, the only data published so far comes from the health ministry in Gaza. This ministry is run by Hamas, therefore rendering the number of casualties and injuries it reports more than unreliable, said Maj. Arye Shalicar of the Israel Defense Forces Spokesperson’s unit. “Hamas has no shame about lying. We know they’re a terrorist organization that makes cynical use of casualty numbers for propaganda purposes. You can’t trust a single number they publish.”

And yet, the figures from the Gazan ministry are routinely adopted, unquestioned, by the United Nations. “According to preliminary information, over 77 per cent of the fatalities since 7 July have been civilians, raising concerns about respect for international humanitarian law,” states a situation report published Tuesday by the UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Once given the stamp of approval of such an important body, these numbers are quoted everywhere else.

“All these publications are not worth the paper they’re written on,” said Reuven Erlich, the director of the Meir Amit Intelligence and Terrorism Information Center. “They’re based mostly on Palestinian sources in Gaza, who have a vested interest in showing that we’re killing many civilians.”

His center spends considerable resources on researching the real number of casualties, publishing a daily report with information as reliable as can be obtained. On Monday, the center’s “initial and temporary data” suggested the distribution of those killed so far in Operation Protective Edge is as follows: of 157 Gazans who have died, 57 were terrorist operatives (29 from Hamas, 22 from Palestinian Islamic Jihad and six from other terrorist organizations); 76 were non-involved civilians; and 38 could not be identified.

“The numbers from Gaza’s Health Ministry are very general, they don’t explain who is a terrorist and who is a civilian,” Erlich said. “Knowing how many of the casualties were terrorists and how many were civilians requires very thorough work. You have to check every single name. Such an investigation takes time, and unfortunately every day new names are being added to the list.”

In order to ascertain who was killed and whether the victim is a terrorist or a civilian, the center’s staff looks up their names on Palestinian websites and searches for information about their funerals and for other hints that could shed light on a person’s background.

The authorities in Gaza generally count every young man who did not wear a uniform as a civilian — even if he was involved in terrorist activity and was therefore considered by the IDF a legitimate target, military sources said.

And yet, no official Israeli government body releases any information about casualties caused by Israeli airstrikes in real-time. We simply cannot know what we hit, several officials said. In the West Bank, IDF forces are able to ascertain who dies as a result of IDF actions, but since Israel has no military or civilian presence in Gaza, no information is available during or right after a strike. To be sure, the IDF does investigate claims about casualties, but results are usually only released weeks after the hostilities have ended. By then, the world, gauging Israel’s conduct in part on the basis of available information on civilian casualties, has turned its attention elsewhere.

After Israel’s 2008-9 Operation Cast Lead, many pro-Palestinian activists were outraged over the high number of innocent Palestinians killed. Palestinian sources, widely cited including by the UN, reported 1,444 casualties, of whom 314 were children. Israel, on the other hand, said that 1,166 Gazans were killed — 709 of them were “Hamas terror operatives”, 295 were “uninvolved Palestinians,” while the remaining 162 were “men that have not yet been attributed to any organization.” It put the number of children (under 16-years-old) killed at 89.

The international outrage over the operation played a role in the UN Human Rights Commission’s appointment of a panel to investigate “all violations of international human rights law and international humanitarian law that might have been committed.” Headed by Judge Richard Goldstone, the panel authored the now-notorious “UN Fact Finding Mission on the Gaza Conflict,” also known as Goldstone report. It leveled heavy criticism against Israel, including the assertion that Israel set out deliberately to kill civilians, an allegation which Goldstone, though not his fellow commission members, later retracted.

How difficult it can be to ascertain who is being killed by Israeli airstrikes in Gaza is perhaps best illustrated by an incident from Operation Pillar of Defense, in which the infant son of a BBC employee was killed.

On November 14, 2012, 11-month-old Omar Jihad al-Mishrawi and Hiba Aadel Fadel al-Mishrawi, 19, died after what appeared to be an Israeli airstrike. The death of Omar, the son of BBC Arabic journalist Jihad al-Mishrawi, garnered more than usual media attention and focused anger for the death on Israel. Images of the bereaved father tearfully holding the corpse of his baby went around the world.
Jihad Mishrawi speaks to the media, while carrying the body of his son Omar, on November 15, 2012. (photo credit: screenshot BBC)

Jihad Mishrawi speaks to the media, while carrying the body of his son Omar, on November 15, 2012. (photo credit: screenshot BBC)

Only months later did a UN report clear Israel of the charge it had killed the baby, suggesting instead he was hit by shrapnel from a rocket fired by Palestinians that was aimed at Israel, but missed its mark.

Given the difficulty of determining who exactly was killed by an airstrike in Gaza, Israeli authorities are focusing their public diplomacy efforts on other areas.

Rather than arguing about the exact number of Palestinians killed, and what percentage of them were civilians, officials dealing with hasbara (pro-Israel advocacy) try to engage the public opinion makers in a debate about asymmetrical warfare.

“Our work doesn’t focus on the number of casualties, but rather on Hamas’s methods, which are the sole reason for the fact that civilians are being hurt; and on our method, which is to do everything to avoid civilian casualties,” said Yarden Vatikai, the director of the National Information Directorate at the Prime Minister’s Office.

Prime Minister Benjamin Netanyahu tries to hammer this point home every time he talks to a world leader or to the press. “See, the Hamas and the other terrorist groups like Islamic Jihad are firing from Gaza when their rocketeers and their command posts are embedded in homes, hospitals, next to kindergartens, mosques,” he said Sunday on CBS’s “Face the Nation.” “And so we are trying to operate, to target them surgically, but the difference between us is that we’re using missile defense to protect our civilians, and they’re using their civilians to protect their missiles. So naturally they’re responsible for all the civilian deaths that occur accidentally.”

Numbers matter, and although it’s tough to explain the many civilian casualties caused by Israeli air raids, there is nothing the IDF can do about it, officials insist. It’s simply impossible to establish an independent body count while the hostilities are ongoing, admitted a senior official in the government’s hasbara apparatus. “It’s a challenge. But even if you said: No, only 40 or 50 percent of those killed were civilian, and not 70 — would that change anything in the world’s opinion?”

The numbers game is not an arena in which Israel can win, the official said. “When it comes to arguments over the actual justice of our campaign, I think we can win. When it comes to numbers, though, we cannot win. Because first of all, we don’t really have the ability to count the casualties, and secondly, because most people don’t really care that it was, say, only 50 percent and not 60.”

If the UN or other groups want to investigate possible war crimes or the high number of casualties after Operation Protective Edge, Jerusalem will deal with it then, the official said. Even if Israel were to publish its body count at the same time as the Gazan health ministry, it would not prevent a second Goldstone report, he added. “The people involved in these kinds of reports are not interested in the exact numbers. If they want to attack Israel they will do it regardless of the true number of casualties. They have their narrative, and nothing is going to change that.”

Voir encore:

L’Allemagne s’enflamme pour sa Mannschaft "black blanc beur"

Cécile Boutelet – Berlin, correspondance

Le Monde

07.07.2010

"Je ne veux pas forcément qu’ils deviennent champions du monde, je veux surtout qu’ils continuent à jouer." Pour cette Allemande de 39 ans, la demi-finale de la Coupe du monde qui opposera l’Espagne à l’Allemagne, mercredi, sera un rendez-vous de plus avec l’équipe qui lui semble la plus sympathique et la plus talentueuse du Mondial 2010. Une équipe qui a su non seulement séduire au-delà des frontières, mais donner à l’Allemagne une autre image d’elle-même : multiculturelle, ouverte et aimée à l’étranger.

Sur les 23 joueurs de la sélection de Joachim Löw, onze sont d’origine étrangère. Outre le trio d’origine polonaise (Piotr Trochowski, Miroslav Klose, Lukas Podolski), qui depuis longtemps n’est plus considéré comme exotique, évoluent sur le terrain Marko Marin, Jérôme Boateng, Dennis Aogo, Sami Khedira ou encore deux joueurs d’origine turque : Serdar Tasci et le jeune prodige Mesut Özil.

Tous les observateurs, en Allemagne, s’accordent à reconnaître que cette arrivée de nouveaux talents "venus d’ailleurs" fait beaucoup de bien à l’équipe. "Cela lui donne une aptitude à l’engagement, une envie de reconnaissance, vis-à-vis d’eux-mêmes mais également vis-à-vis des autres", déclarait le ministre de l’intérieur Thomas de Maizière à la Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung. Pour Bastian Schweinsteiger, talentueux milieu de terrain, "les diverses influences vivifient l’équipe, elles lui donnent un tout autre tempérament".

Une diversité qui fait également beaucoup de bien au pays. A Kreuzberg, le quartier de Berlin où vit la plus importante communauté turque du pays, on défend depuis le début du mondial les couleurs de la Mannschaft. "Les performances des jeunes donnent à notre travail un élan énorme", se réjouit Gül Keskinler, une Turque chargée de l’intégration à la Fédération allemande de football. "L’exemple de Mesut Özil est à cet égard particulièrement important, souligne-t-elle. Les footballeurs ont, à travers leur fonction d’exemple, un rôle très fort, ils sont des ambassadeurs pour la jeunesse."

Dans les rues de Berlin, pas de célébration pourtant d’un esprit de fraternité "black blanc beur" tel qu’avait pu le connaître la France après sa victoire au Mondial de 1998. Pour beaucoup d’Allemands, le maillot est rassembleur : peu importe l’origine des joueurs, à la première victoire ils ont été adoptés sans cérémonie.

La diversité n’est qu’un élément parmi d’autres dans l’impression de renouveau que donne l’équipe d’Allemagne. "La diversité montre surtout que l’Allemagne va enfin chercher son inspiration ailleurs, estime Holger Cesnat, 35 ans. Le style de l’équipe a changé, il est plus léger, parce que Joachim Löw observe le football pratiqué au-delà des frontières et a rompu avec le style qui prédominait dans le football allemand jusqu’ici."

Pour Rainer Stich, 52 ans : "C’est quand même une vraie tendance à l’ouverture. On parie sur des jeunes, sur des joueurs d’origines diverses. Vingt ans après la réunification, le pays n’est plus concentré sur lui-même, sur sa propre réunification. Cela a commencé en 2006, c’était la première fois qu’on osait être fier de son pays, fier de son équipe, cela a libéré beaucoup de choses." Emilie Parker se félicite : "C’est la première fois que l’équipe est si appréciée à l’étranger. Même en Israël on trouve la Mannschaft sympathique. C’est un sentiment auquel nous ne sommes pas habitués."

La Mannschaft "new look", un baromètre de la diversité migratoire
Pierre Weiss
Le Nouvel Observateur
21-06-2014

Jusqu’à très récemment, la sélection allemande comptait peu ou pas de joueurs d’origine immigrée. Explications.

La présence massive de descendants d’immigrés dans l’effectif de la "Deutsche Nationalmannschaft" est un phénomène relativement récent. S’il ne s’apparente pas à une manifestation de rue ni à un scrutin politique, il peut à tout le moins être un révélateur ou un traducteur, intéressant à examiner à ce titre (1).

Formule associée à l’équipe de France championne du monde de football en 1998, le "Black-Blanc-Beur" s’est décliné en Allemagne, depuis le début des années 2000, sous la forme du "multikulti". Un simple regard sur la liste des 23 internationaux sélectionnés par l’entraîneur Joachim Löw à l’occasion du mondial brésilien suffit à identifier six noms trahissant une histoire sociale marquée par le processus "d’émigration-immigration" (2). Il s’agit des défenseurs Jérôme Boateng et Shkodran Mustafi, des milieux de terrain Sami Khedira, Mesut Özil et Lukas Podolski, ainsi que du buteur emblématique Miroslav Klose. A leur manière, ces joueurs cumulant plus de 380 matchs sous le maillot du "Nationalelf" sont un baromètre de la diversité migratoire de la société allemande. En ce sens, ils permettent de rappeler que cette dernière apparaît comme une société d’ancienne immigration (3), à l’instar de ses voisines française ou anglaise. Néanmoins, à la différence de la France, l’Allemagne a maintenu une forte immigration depuis le milieu des années 1990, entre autres pour compenser le vieillissement de sa population active.

En même temps, la composition ethnoculturelle de plus en plus diversifiée de la "Mannschaft" témoigne de signes d’une tangible transformation du mode de constitution de la nation allemande. Profitant de la réforme du Code de la nationalité en 2000 qui mit fin au seul droit du sang, l’Allemagne a en effet tourné la page et de l’équipe nationale et de la communauté des citoyens monochromatiques. Cette sélection de sportifs "new look" traduit enfin un mouvement de modernisation des instances dirigeantes du football allemand, dont l’origine se situe à la charnière du XXe et du XXIe siècles. Ainsi l’espace des joueurs issus de l’immigration est marqué par l’empreinte de la politique antidiscriminatoire menée par le "Deutscher Fußball-Bund" (DFB) et ses organisations-membres.

1 – Les "couleurs" de l’histoire

Depuis la Coupe du monde en 2002, les compositions successives de l’équipe allemande qui a participé aux phases finales du tournoi planétaire sont un bon révélateur de l’histoire des flux migratoires du pays, à l’exception des populations d’origine italienne, portugaise ou marocaine.

Les sportifs immigrés polonais ou enfants d’immigrés représentent le contingent le plus important. Ils sont au nombre de quatre : nés en Pologne, Miroslav Klose, Lukas Podolski et Piotr Trochowski émigrent en Allemagne à la fin des années 1980 ; Tim Borowski, quant à lui, est né en RDA de parents polonais. Leur émigration – ou celle de leur famille – s’inscrit dans le contexte plus large des arrivées massives "d’Aussiedler" (des "réfugiés de souche allemande") entre 1950 et 1989 (4). N’ayant pratiquement pas d’équivalent dans d’autres pays occidentaux, cette forme de migration puise sa source dans les relations conflictuelles entre l’Etat et la "nation ethnique" en Allemagne, mais encore dans les changements politiques et territoriaux résultant des deux guerres mondiales et de la guerre froide.

Les footballeurs immigrés ghanéens ou descendants d’immigrés constituent le second groupe. Ils sont trois : né au Ghana, Gerald Asamoah émigre en Allemagne en 1990 ; concernant David Odonkor et Jérôme Boateng, ils sont nés en RFA et d’origine ghanéenne par leur père. Cette immigration d’Afrique de l’Ouest trouve notamment son explication dans l’histoire de l’empire colonial voulu par Bismarck. Protectorat allemand depuis 1884, le "Togoland" est partagé entre la France et la Grande-Bretagne suite au Traité de Versailles de 1919. En 1956, la partie anglaise de cette province jadis germanisée est rattachée à la République indépendante du Ghana et échappe à l’Etat indépendant du Togo en 1960 (5). Aussi est-il assez cohérent que l’Allemagne soit la destination privilégiée des membres des minorités germanophones implantées au Ghana.

Les joueurs enfants d’immigrés de Turquie se placent en troisième position. Ils sont au nombre de deux : nés outre-Rhin de parents turcs, Mesut Özil et Serdar Tasci incarnent la génération de la "Mannschaft" du mondial de 2010. Leurs ascendants ont émigré en RFA à l’occasion du "Wirtschaftswunder" d’après-guerre. Entre 1961 et 1973, le patronat allemand et les autorités fédérales ont en effet recruté des milliers de travailleurs immigrés originaires de Turquie pour occuper les emplois pénibles dont les nationaux ne voulaient pas, en particulier dans les secteurs de l’agriculture, de la construction et de l’automobile (6). Par la suite, cet ensemble d’ouvriers faiblement qualifiés est complété par une immigration familiale dans le cadre des regroupements primaire et secondaire.

2 – La diversification de la communauté des citoyens

La composition de l’équipe allemande des années 2000 affiche l’origine ethnoculturelle de plus en plus diversifiée des Allemands, et le soutien que ces derniers lui apportent, notamment depuis 2006 (7), informe du niveau de consensus rencontré par cette diversification. Le contraste est d’ailleurs saisissant entre cette équipe "multikulti" et la sélection unicolore du siècle dernier. Entre 1934 et 1998, la "Mannschaft" n’a par exemple accueilli qu’un seul joueur d’origine non germanique en la personne de Maurizio Gaudino, descendant d’immigré italien ayant pris part à la Coupe du monde en 1994 (8). Précisons toutefois que ce constat ne vaut que si l’on fait abstraction de la présence importante de footballeurs issus de l’immigration polonaise, mais en réalité "de souche allemande".

A l’inverse, entre 2002 et 2014, le "Nationalelf" a déjà comporté 15 sportifs d’origine non germanique, dont neuf binationaux : Asamoah, Klose, Podolski, Boateng, Cacau, Gomez, Khedira, Özil et Mustafi. D’un côté, l’hétérogénéité frappante de l’équipe des années 2000 témoigne d’une modification tangible du mode de constitution de la nation allemande. Pendant longtemps, le principe fondateur de cette dernière a reposé intégralement sur les liens du sang – "ethnos" (9). Créée par une idéologie "ethnicisante" distinguant ce qui n’est pas allemand au sens "ethnique" du terme, cette frontière institutionnelle explique à la fois l’homogénéité de l’équipe allemande du XXe siècle et l’intégration progressive des joueurs polonais d’ascendance germanique. Menée à son terme par la coalition "rouge-verte", avec le soutien des libéraux et des démocrates-chrétiens, la réforme du Code de la nationalité du 1er janvier 2000 a désormais introduit dans la législation des éléments du droit du sol. Ce dernier facilite la naturalisation des migrants et l’inclusion de leurs descendants. Il est fondé sur une conception de la citoyenneté mettant surtout l’accent sur l’individu au sens politique du terme – "demos". Nés en Allemagne de parents turcs, Mesut Özil et Serdar Tasci ont acquis la nationalité allemande par ce biais. Tous deux ont commencé à jouer en sélection U19, entre 2006 et 2007. Il existe donc un lien de causalité entre le Code de la nationalité et la taille du vivier de footballeurs disponibles pour le système de formation.

D’un autre côté, il faut prendre en compte les effets de l’assouplissement de la politique de nationalité sportive menée par la FIFA ; en particulier ceux du décret de 2009 autorisant un sportif professionnel à changer une fois d’équipe nationale, sans limite d’âge, à condition de n’avoir jamais porté le maillot de sa précédente sélection "A" en compétition. Le cas des frères Boateng est intéressant à scruter à ce titre. S’ils sont tous les deux nés à Berlin, l’un, Jérôme, évolue sous les couleurs de la "Mannschaft", tandis que l’autre, Kevin-Prince, a opté pour le pays de son père, le Ghana.
3 – La modernisation des instances du football allemand

La présence de joueurs de couleur et de sportifs aux patronymes à la consonance étrangère dans le "Nationalelf" traduit en dernier ressort la modernisation des instances dirigeantes du football allemand. A la suite de l’élimination prématurée de l’équipe nationale en quart de finale de la Coupe du monde en 1998, de nombreuses voix s’élevèrent, pour la première fois, contre le système de formation et la politique d’intégration des immigrés menée par le DFB. Parmi elles, on peut citer l’entraîneur du Bayern de Munich de l’époque, Ottmar Hitzfeld, qui déclara dans le "Spiegel" que sans les migrants et leurs descendants, l’Allemagne renonçait inconsidérément à plus de 50 % de la nouvelle génération de footballeurs de haut niveau, potentiellement sélectionnables en équipe nationale (10).

Le développement des attitudes racistes et xénophobes dans les ligues amateurs, les exclusions d’immigrés des clubs allemands et la recrudescence des associations mono-ethniques ont alors conduit les responsables du DFB à utiliser le football à la fois comme un outil de lutte contre la discrimination ethno-raciale et comme un vecteur de promotion de la diversité culturelle. L’arrivée en 2004 d’Oliver Bierhoff en tant que manager général de l’équipe d’Allemagne constitue une étape décisive dans ce processus. Ancien international, Bierhoff est diplômé en sciences économiques et en management de l’Université d’Hagen. Habitué à la rhétorique managériale et proche des milieux entrepreneuriaux, il introduit la thématique de la "diversité" au sein du DFB. Par son travail politique et son capital symbolique, cette notion venue des pays anglo-saxons devient une nouvelle catégorie de l’action sportive à destination des jeunes garçons issus de l’immigration et des classes populaires.

Profitant de l’organisation du Mondial de 2006 en Allemagne, le DFB, appuyé par les pouvoirs publics, lance des initiatives visant à favoriser la pratique du football chez les immigrés et leurs enfants. Cette impulsion donne par exemple naissance à des dispositifs socio-sportifs d’intégration des descendants d’immigrés des quartiers paupérisés des grandes métropoles. Quelle que soit son efficacité en matière de prévention et d’éducation, cette politique antidiscriminatoire est surtout une bonne manière de repérer puis d’inclure de nouveaux talents dans le système de formation du football national. A la Coupe du monde au Brésil, Shkodran Mustafi est là pour nous le rappeler !

La "Mannschaft" new look n’est pas un "miroir" de la société allemande et de ses évolutions. Tout au plus, elle peut en être un reflet déformant. En ce sens, nous avons (trop) rapidement tenté de montrer que les significations contenues dans les manifestations de la diversité migratoire auxquelles donne lieu le spectacle des joueurs du "Nationalelf" sont sans effet historique. Ces significations ne comportent aucune autonomie réelle ; au mieux, elles ne font que traduire un mouvement, sans jamais être en mesure de l’influencer. Autrement dit, dans ce cas précis, elles sont entièrement dépendantes des contextes historique, politico-juridique et socio-sportif. Pour les sciences sociales, le football national n’est finalement qu’une clé de compréhension des sociétés humaines et de leurs transformations (11).

(1) Voir Paul Yonnet, Systèmes des sports, Paris, Editions Gallimard, 1998.

(2) Nous empruntons cette expression au sociologue Abdelmalek Sayad. Cf. son ouvrage intitulé La double absence : des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Paris, Editions du Seuil, 1999.

(3) Rien qu?au cours des années 1950-1960, la RFA a par exemple recruté plus de trois millions de travailleurs étrangers suite à des accords conclus avec une série d?Etats : Italie, Espagne, Grèce, Turquie, Maroc, Portugal, Tunisie et Yougoslavie.

(4) 1 238 316 Aussiedler de Pologne se sont installés en Allemagne au cours de cette période. Voir Rainer Ohliger, « Une migration privilégiée. Les Aussiedler, Allemands et immigrés », Migrance, n° 17-18, 2000-2001, pp. 8-17.

(5) Voir Ulrike Schuerkens, Du Togo allemand aux Togo et Ghana indépendants, Paris, Editions L’Harmattan, 2001.

(6) Cf. Ulrich Herbert, Geschichte der Ausländerpolitik in Deutschland. Saisonarbeiter, Zwangsarbeiter, Gastarbeiter, Flüchtlinge, Munich, C. H. Beck, 2001.

(7) Albrecht Sonntag, « Un été noir-rouge-or », in C. Demesmay et H. Stark (éd.), Radioscopies de l’Allemagne 2007, Paris, IFRI Travaux et Recherches, 2007, pp. 19-39.

(8) Voir le site Internet suivant : http://www.dfb.de/index.php?id=11848

(9) Cf. Dominique Schnapper, L’Europe des immigrés : essai sur les politiques d’immigration, Paris, Editions F. Bourin, 1992.

(10) Sur ce point, voir Diethelm Blecking, « Le football allemand, une histoire d’identités multiples », Allemagne d’aujourd’hui, n° 193, 2010, pp. 93-101.

(11) Cf. Norbert Elias et Eric Dunning, Sport et civilisation. La violence maîtrisée, Paris, Editions Fayard, 1994.

Voir enfin:

Manif pro-palestinienne à Paris : deux synagogues prises pour cible

Frédéric Ploquin

Marianne

14 Juillet 2014

Plusieurs manifestations pro-palestiennes ont eu lieu dimanche 13 juillet en France. A Paris, deux synagogues ont été prises pour cible. Voici les faits.

Ils sont environ 7 000 à défiler dans les rues de Paris, ce dimanche 13 juillet, entre Barbès et la Bastille, pour dire leur solidarité avec les Palestiniens. Le parcours a été négocié par les responsables du NPA (Nouveau parti anticapitaliste), l’organisation héritière de la Ligue communiste révolutionnaire. Pourquoi avoir exigé un parcours qui s’achève à proximité du quartier du Marais, connu pour abriter plusieurs lieux de culte juif ? Le fait est que les responsables de la Préfecture de police l’ont validé.

Parmi les manifestants, de nombreuses femmes, souvent voilées, mais surtout des jeunes venus de la banlieue francilienne. Les premiers slogans ciblent Israël, mais aussi la "complicité française". Très vite, les « Allah Akbar » (Dieu est grand) dominent, donnant une tonalité fortement religieuse au cortège.
La préfecture de police ne s’attendait pas à une telle mobilisation, mais ses responsables ont vu large au niveau du maintien de l’ordre, puisque cinq "forces mobiles", gendarmes et CRS confondues, ont été mobilisées. C’est à priori suffisant pour sécuriser tous les lieux juifs le long du parcours.

Aucune dégradation, aucun incident n’est signalé en marge du cortège, jusqu’à l’arrivée à proximité de la Bastille. Un premier mouvement de foule est observé à la hauteur de la rue des Tournelles, qui abrite une synagogue. Les gendarmes bloquent la voie et parviennent sans difficulté à refouler les assaillants vers le boulevard Beaumarchais.

Place de la Bastille, la dispersion commence, accélérée par une ondée, lorsque des jeunes décident de s’en prendre aux forces de l’ordre. De petites grappes s’engouffrent vers les rues adjacentes. Se donnent-ils le mot ? Ils sont entre 200 et 300 à marcher en direction de la synagogue de la rue de la Roquette… où se tient un rassemblement pour la paix en Israël, en présence du grand rabbin. Les organisateurs affirment avoir alerté le commissariat de police, mais l’information n’est apparemment pas remontée jusqu’à la Préfecture de police. Détail important : s’ils avaient su, les responsables du maintien de l’ordre auraient forcément barré l’accès à la rue.

Les choses se compliquent très vite, car les manifestants ne sont pas les seuls à vouloir en découdre. Une petite centaine de membres de la LDJ (ligue de défense juive) sont positionnés devant la synagogue de la rue de la Roquette, casques de moto sur la tête et outils (armes blanches) à portée de main. Loin de rester passive, la petite troupe monte au contact des manifestants, comme ils l’ont déjà fait lors d’une manifestation pro-palestinienne organisée Place Saint-Michel quelques jours auparavant. On frôle la bagarre générale, mais la police parvient à s’interposer. Les assaillants refluent vers le boulevard, tandis que les militants juifs reviennent vers la synagogue.

Durant le week-end, des manifestations similaires ont été organisées dans plusieurs grandes villes. Selon la police, ils étaient 2 300 à Lille, 1 200 à Marseille et autour de 400 à Bordeaux. Aucun incident n’a été signalé.


Fêtes nationales: Les sionistes ont même inventé la fête nationale ! (Zionists even invented national days !)

14 juillet, 2014
http://www.herodote.net/_images/fete1880_maxi.jpg
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/3/32/Decalogue_parchment_by_Jekuthiel_Sofer_1768.jpghttp://judaisme.sdv.fr/perso/rneher-b/tabloi/decl1789.jpghttp://euro-jihad.com/blog/wp-content/uploads/2014/07/Screen-Shot-2014-07-13-at-10.55.21-AM-500x279.pngTu compteras sept semaines; dès que la faucille sera mise dans les blés, tu commenceras à compter sept semaines. Puis tu célébreras la fête des semaines, et tu feras des offrandes volontaires, selon les bénédictions que l’Éternel, ton Dieu, t’aura accordées. Deutéronome 16: 9-10
Le jour de la Pentecôte, ils étaient tous ensemble dans le même lieu. Tout à coup il vint du ciel un bruit comme celui d’un vent impétueux, et il remplit toute la maison où ils étaient assis. Des langues, semblables à des langues de feu, leur apparurent, séparées les unes des autres, et se posèrent sur chacun d’eux. Et ils furent tous remplis du Saint Esprit, et se mirent à parler en d’autres langues, selon que l’Esprit leur donnait de s’exprimer.  Actes 2: 1-4
Dans le calendrier juif, Chavouot se déroule "sept semaines entières" ou cinquante jours jusqu’au lendemain du septième sabbat" après la fête de Pessa’h. De là son nom de Fête des Semaines (Chavouot, en hébreu) et celui de Pentecôte (cinquantième [jour], en grec ancien) dans le judaïsme hellénistique. Fête à considérer comme un sursaut de la tradition prophétique qui tend à s’estomper dans le judaïsme du Second Temple au profit d’une religion sacerdotale, elle puise ses origines dans une fête célébrant les moissons qui devient progressivement la célébration de l’Alliance sinaïtique entre Dieu et Moïse et de l’instauration de la Loi mosaïque1. Vers le début du Ier siècle, elle devient l’un des trois grands pèlerinages annuels, surtout célébré par certains juifs hellénisés et par certaines sectes juives tout en conservant hors de ces groupes minoritaires sa dimension agricole jusqu’au Ier siècle de notre ère. Ce n’est qu’à partir du IIe siècle que le pharisianisme liera la fête de la moisson à la commémoration du don de la Loi au Sinaï. Les Actes des Apôtres situent explicitement lors de cette fête juive le récit où les premiers disciples de Jésus de Nazareth reçoivent l’Esprit Saint et une inspiration divine dans le Cénacle de Jérusalem : des langues de feu se posent sur chacun d’eux, formalisant la venue de l’Esprit dans un épisode de communication inspirée qui permet aux disciples de s’exprimer dans d’autres langues que le galiléen sans qu’on sache s’il s’agit plutôt de polyglottisme ou de glossolalie. L’image du feu — conforme à la tradition juive de l’époque sur l’épisode de la révélation sinaïtique que l’épisode entend renouveler — matérialise la Voix divine. La tradition chrétienne perçoit et présente la Pentecôte comme la réception du don des langues qui permet de porter la promesse du salut universel aux confins de la terre1 ainsi que semble en attester l’origine des témoins de l’évènement, issus de toute la Diaspora juive. Wikipedia
Dans l’ancien Orient, lors d’une alliance entre deux puissances, on disposait, dans le temple des partenaires, un document écrit devant être lu périodiquement, il n’est donc pas surprenant que les Tables de la Loi soit le témoignage concret de l’Alliance entre Dieu et son peuple. C’est la raison pour laquelle, les images des tables sont souvent présentes sur le fronton des synagogues. (…) Dans les temples protestants, une représentation des Tables de la Loi remplaçait, jusqu’au XVIIe siècle, la croix des églises catholiques. Wikipedia
L’Assemblée Nationale reconnaît et déclare, en présence et sous les auspices de l’Être suprême, les droits suivants de l’Homme et du Citoyen… Préambule de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen
Le texte s’inscrit sur deux registres, dont la forme évoque celles des Tables de la Loi rapportées par Moïse du mont Sinaï. Il est accompagné de figures allégoriques personnifiant la France et la Renommée, et de symboles comme le faisceau (unité), le bonnet "phrygien" (liberté), le serpent se mordant la queue (éternité), la guirlande de laurier (gloire), les chaînes brisées (victoire sur le despotisme) ; l’ensemble étant placé sous l’œil du Dieu créateur, rayonnant d’un triangle à la fois biblique et maçonnique. Philippe de Carbonnières
Les journées les plus décisives de la Révolution française sont contenues, sont impliquées dans ce premier fait qui les enveloppe : le 14 juillet 1789. Et voilà pourquoi aussi c’est la vraie date révolutionnaire, celle qui fait tressaillir la France ! On comprend que ce jour-là notre Nouveau Testament nous a été donné et que tout doit en découler. Léon Gambetta (14 juillet 1872)
La Fête de la Fédération: Il s’agit de la fête la plus célèbre de la Révolution française. Fête emblématique, au point qu’aujourd’hui encore notre fête nationale réunit en elle deux adversaires : la prise de la Bastille, le 14 juillet 1789, et la Fédération du 14 juillet 1790. L’intention primitive de la fête n’était pourtant pas celle d’une célébration unanime. L’idée était née en province, dans cet hiver 1790 où les alliances défensives, hantées par les souvenirs de la Grande Peur, n’avaient cessé de se nouer entre les gardes nationales et l’armée tout entière. Des fêtes locales et toutes militaires scellaient ces pactes. Paris s’inquiète alors de l’agitation qui risque de gagner les troupes régulières et choisit de la contrôler en convoquant dans la capitale, pour le 14 juillet, les députations provinciales. Mais le caractère conservateur d’une fête destinée à garantir l’ordre est vite débordé par l’enthousiasme collectif d’où la Fédération tire son prestige légendaire. Mona Ozouf
Les légitimistes s’évertuent alors à démonter le mythe du 14 Juillet, à le réduire à l’expression violente d’une foule (pas du peuple) assoiffée de sang (les meurtres des derniers défenseurs de la Bastille malgré la promesse de protection) allant jusqu’au sacrilège du cadavre (des têtes dont celle du gouverneur Launay parcourant Paris plantée au bout d’une pique) (…) la Bastille n’était pas un bagne, occupée qu’elle était par quelques prisonniers sans envergure, elle n’était pas la forteresse du pouvoir royal absolu tourné contre le peuple à travers l’instrumentalisation des canons, elle n’était pas la forteresse à partir de laquelle la reconquête de la ville pouvait être envisagée puisqu’elle n’était défendue que par quelques soldats qui du reste se sont rendus en fin d’après-midi. Le mythe de la prise de la Bastille tombe de lui-même pour les monarchistes et même plus il est une création politique construisant artificiellement le mythe du peuple s’émancipant, plus encore il apparaît comme annonciateur de la Terreur, justifiant les surnoms de "saturnales républicaines", de "fête de l’assassinat"… Pierrick Hervé
Le 14 juillet 1935: La SFIO se rallient aux communistes et acceptent une grande alliance avec les Radicaux. Un "Congrès international des écrivains pour la défense et la culture", réuni à Paris , rassemble des humanistes et des anti-fascistes allemands. Le mouvement Amsterdam-Pleyel propose de manifester le 14 juillet 1935 dans toute la France contre le fascisme. Le jour de la fête nationale, des délégués venus de tous les départements jurent de "défendre les libertés démocratiques, de donner du pain aux travailleurs, du travail à la jeunesse et au monde la grande paix humaine". 500 000 personnes défilent de la Bastille à Vincennes avec Léon Blum à leur tête. Le leader de la SFIO est accompagné de Maurice Thorez (PC), de Benoît Frachon (CGTU) et Léon Jouhaux (CGT) ainsi que Edouard Daladier (Parti Radical). En Province, les manifestations atteignent également du 12 février 1934. On entend en même temps l’Internationale et la Marseillaise, on mêle le drapeau tricolore au drapeau rouge. Cette fois, l’unité est en marche pour de bon. Et dès le lendemain, on crée le comité national du Rassemblement populaire pour le pain la paix et la liberté. L’expression Front Populaire s’impose dans le langage. David Martin
La France, patrie des Lumières et des Droits de l’Homme, terre d’accueil et d’asile, la France, ce jour-là, accomplissait l’irréparable. Manquant à sa parole, elle livrait ses protégés à leurs bourreaux»… Jacques Chirac (16 juillet 1995)
La France appelle au cessez-le feu immédiat (…) Nous condamnons les tirs de roquettes qui se sont produits de la part du Hamas sur la population civile israélienne mais nous demandons aussi à Israël de faire preuve de mesure dans sa riposte et en particulier de respecter le droit international et de faire en sorte que les victimes civiles soient épargnées. Jean-Yves Le Drian (ministre de la Défense français)
Les tirs de roquettes aveugles sur Israël à partir de la bande de Gaza sont des actes terroristes, pour lesquels il n’existe aucune justification. Il est évident que le Hamas utilise délibérément des boucliers humains pour faire avancer le terroriste dans la région. L’incapacité de la communauté internationale à condamner ces actes répréhensibles encouragera les terroristes à poursuivre leurs actions épouvantables. Le Canada demande à ses alliés et partenaires de reconnaître que ces actes terroristes sont inacceptables et que la solidarité avec Israël est la meilleure façon d’arrêter le conflit. Le Canada est sans équivoque derrière Israël. Nous soutenons son droit à se défendre, par lui-même, contre ces attaques terroristes, et exhortons le Hamas à cesser immédiatement leurs attaques aveugles contre des civils israéliens innocents. Le Canada réitère son appel au gouvernement palestinien à désarmer le Hamas et les autres groupes terroristes palestiniens opérant à Gaza, y compris le mandataire iranien, le Djihad Islamique palestinien. Steven Harper (Premier-ministre canadien)

Après Thanksgiving, le panier à trois points, l’Amérique, Superman, le soft power, le génocide, les sionistes ont même inventé la fête nationale ! …

Anniversaire du souverain ou de son accession au trône,  saint patron, explorateur, poète, poème, indépendance, proclamation de la République, victoire du Parti, victoire sur le nazisme, réunification …

En ce 14 juillet où la Patrie autoproclamée des droits de l’homme se joint comme prévu au reste du Monde libre, Canada excepté …

Pour faire la leçon de la "mesure", elle qui deux jours après sa fête nationale il y a 72 ans livrait aux nazis et à l’extermination les juifs qui l’avaient choisie comme refuge, à la seule véritable démocratie du Moyen-Orient alors que, depuis sa (re)création il y a 64 ans, celle-ci ne fait que défendre l’existence que ses voisins lui refusent …

Pendant que dans nos rues nos chères têtes blondes défilent avec tous les drapeaux imaginables excepté le tricolore …

Retour, avec un excellent papier du site Hérodote, sur l’invention des fêtes nationales ..

Où l’on apprend qu’avec les révolutions et les indépendances qui les ont apportées, elles n’ont guère plus d’un siècle …

Et que mis à part les quelques monarchies ou républiques qui ont conservé pour ce faire l’anniversaire de leur souverain ou de son accession au trône voire la fête de leur saint patron …

Elles sont pour l’essentiel, reconnaissant de fait la nécessité d’une certaine sacralisation en ces temps de déchristianisation avancée, la tentative de laïciser des fêtes auparavant religieuses …

Dont l’archétype n’est probablement nul autre que le petit Etat d’Israël …

Qui d’une simple fête des moissons fit avec la Fête des semaines (sept semaines après la Pâque, devenue en grec Pentecôte puis, pour les chrétiens avec la réception de l’Esprit-Saint, fête de la fondation de l’Eglise) la célébration de sa Torah fondatrice (dont les fameuses tables inspireront d’ailleurs nos propres Droits de l’homme) …

Au moment même où, avec l’exil et la déportation, il avait perdu à la fois son roi et son temple ..

Avant de rejoindre, à son tour avec sa propre fête de l’indépendance il n’y a guère plus de 60 ans,  le reste des grandes démocraties …

Symboles nationaux

Les fêtes nationales dans le monde

La fête nationale est une pratique récente. Elle remonte à la deuxième moitié du XIXe siècle seulement et recouvre des réalités très diverses.

Auparavant, on célébrait simplement l’anniversaire du souverain régnant ou de son accession au trône. Cette tradition perdure dans la plupart des monarchies actuelles, au Royaume-Uni et aux Pays-Bas aussi bien qu’au Maroc, en Thaïlande, au Népal ou au Japon.

Aujourd’hui, la plupart des États consacrent une journée par an – parfois deux – à leur autocélébration en commémorant un événement fondateur (indépendance ou révolution).

André Larané
Lithographie évoquant la revue de Longchamp du 14 juillet 1880 (Centre historique des Archives nationales)

Rituels civiques et populaires

L’émergence des nationalismes au XIXe siècle a conduit les Européens à se doter de rituels d’essence religieuse, propres à renforcer les liens civiques, comme la fête nationale mais aussi l’hymne national et l’allégeance au drapeau. Ce phénomène a débuté dans les régimes et les États issus d’une révolution, aux États-Unis, en Belgique, en France…

Aux États-Unis, le 4 juillet, anniversaire de la proclamation d’indépendance, a été proclamé fête nationale dès 1781 par le petit État du Massachusetts mais c’est seulement en 1870 que le Congrès américain a fait de cet anniversaire un jour férié.

La République française a fait du 14 juillet sa fête nationale en 1880 en lui donnant d’emblée une tonalité très militaire car chacun a en tête la défaite de Sedan, dix ans plus tôt. Nul doute qu’il y a aussi chez les gouvernants français la volonté de concurrencer les rituels chrétiens traditionnels. Ils y réussissent plutôt bien.

En 1890, la Belgique s’est à son tour dotée d’une fête nationale, le 21 juillet, anniversaire de l’accession au trône de son premier monarque, Léopold 1er. Pour ne pas être en reste, la Confédération helvétique a fait l’année suivante de l’anniversaire du pacte de Grütli (1er août 1291) la fête nationale suisse.

L’Irlande indépendante et le Québec, nations profondément catholiques, du moins jusqu’à la fin du XXe siècle, ont choisi d’honorer leur saint patron en guise de fête nationale. La Saint-Patrick (17 mars) est fêtée à grand renfort de chopines et de chansons dans tous les pubs irlandais de la planète (qui sait combien il y en a !). La Saint-Jean-Baptiste (24 juin) donne lieu au Québec à des agapes très joyeuses autour des traditionnels feux de la Saint-Jean et, dit-on, dans des effluves de cannabis caractéristiques.

Le jour de l'Hispanité ou Dia de la Raza au Mexique (DR)

L’Espagne, tiraillée entre des visions contraires de son Histoire nationale, a choisi depuis 1958 d’honorer ce qui fait consensus : les Descubridores (« Explorateurs »). C’est ainsi qu’elle célèbre la Fête de l’Hispanité le 12 octobre, jour anniversaire de l’arrivée de Christophe Colomb en Amérique. Cette fête est aussi célébrée avec danses et carnavals dans l’Amérique espagnole mais elle est de plus en plus contestée par les mouvements amérindiens qui y voient un reliquat de l’ère coloniale.

Dans une démarche similaire, le Portugal a choisi de célébrer le Jour du Portugal, de Camões et des communautés portugaises le 10 juin, jour anniversaire de la mort de son grand poète épique Luís Vaz de Camões (1525-1580).

La Finlande, en bonne républicaine, commémore son indépendance le 6 décembre mais elle célèbre aussi le Jour du Kalevala et de la culture finlandaise le 28 février, jour anniversaire de la publication de son grand poème national (1835).

Une « tradition » très contemporaine

Défilé du 9 mai 2014 sur la place Rouge à Moscou (DR)De façon plus conventionnelle, la plupart des républiques issues de la décolonisation et des révolutions du XIXe et du XXe siècles ont fixé leur fête nationale au jour anniversaire de leur indépendance ou de leur révolution.

C’est le cas des États latino-américains et balkaniques comme des États asiatiques ou africains. Le défilé militaire est à peu près partout au programme des festivités… Les bals populaires sont plus rares.

L’Uruguay célèbre tout à la fois sa Constitution (18 juillet) et son Indépendance (15 août). Anticlérical à la manière hispano-américaine, ce petit pays a laïcisé par ailleurs les fêtes catholiques sous des noms aussi pittoresques que Jour de la Famille (25 décembre), Jour de l’Enfant (6 janvier) ou Semaine du Tourisme (Semaine Sainte).

L’Histoire de la Chine se lit dans ses fêtes nationales. La Chine nationaliste (Taiwan) célèbre l’anniversaire de la proclamation de la République, le 10 octobre 1911 (c’est le « Double Dix ») tandis que la Chine populaire préfère la victoire du parti communiste, le 1er octobre 1949.

Depuis la chute de l’URSS, la Russie ne célèbre évidemment plus la Révolution d’Octobre. Elle lui préfère la victoire sur le nazisme au terme de la « Grande Guerre patriotique ». Elle est commémorée le 9 mai.

Il semblerait que la version peace and love des fêtes nationales ait du mal à s’imposer… La nouvelle Allemagne a fixé au 3 octobre, jour anniversaire de sa réunification en 1990, sa fête nationale, dite « Jour de l’Unité allemande ». Il ne s’agit que d’un jour chômé ordinaire, avec quelques discours officiels et convenus, sans festivités populaires d’aucune sorte. Même sort pour la Fête de l’Europe, fixée le 9 mai, jour anniversaire de la création en 1950 de la CECA (Communauté européenne du charbon et de l’acier, tout un programme !).

La première fête nationale serait-elle hébraïque ?

Les anciens Hébreux ont institué la fête des semaines, ainsi nommée parce qu’elle vient sept semaines après Pessah, la Pâque juive (aussi appelée Chavouot, cette fête a été quelque peu reprise par les chrétiens sous le nom de Pentecôte).

À cette occasion, ils se devaient d’offrir au Temple de Jérusalem les premiers fruits de la saison, ce que l’on appelle les « prémices ». Et ils profitaient de ce pèlerinage pour raconter devant leurs congénères l’histoire de leur famille, de la fuite d’Égypte à l’installation sur la Terre Sainte de Palestine.

Selon l’historien franco-israélien Alain Michel, on peut y voir un rituel destiné à souder la communauté et lui rappeler les combats menés pour conquérir sa place au soleil. En quelque sorte la première « fête nationale » !

Après la destruction du Temple, les juifs de la diaspora ont réduit ce « devoir de mémoire » à une lecture des livres sacrés de la Torah. C’est pourquoi cette fête s’appelle aussi aujourd’hui Fête de promulgation de la Torah.

Voir aussi:

1er août 1291
Le serment de Grütli

Hérodote

Le 1er août 1291, une trentaine de rudes montagnards se réunissent dans la prairie de Grütli (ou Rütli selon l’orthographe alémanique), au-dessus du lac des Quatre-Cantons. Ils se prêtent serment d’assistance mutuelle contre les exactions de leur seigneur.

De ce jour date selon la tradition la naissance de la Suisse indépendante…
André Larané
Fête nationale

En 1891, en souvenir de cet événement, les Suisses ont fait du 1er août leur fête nationale. Ce jour est chômé depuis 1994.
Des montagnards attachés à leurs libertés

Le col du Saint-Gothard, au coeur des Alpes, est une voie commerciale de première importance entre l’Allemagne et l’Italie. Au cours du XIIIe siècle, son franchissement en est facilité par la construction d’un pont dans le défilé des Schöllenen, le «pont du Diable» (cet ouvrage a défié les siècles jusqu’en 1888).

Les communautés paysannes des «pays forestiers» (Waldstaten), au nord du massif du Saint-Gothard et sur les bords du lac des Quatre-Cantons, profitent des droits de passage générés par le trafic commercial. Elles s’enrichissent et consolident leur autonomie. Mais celle-ci ne tarde pas à être menacée par le comte Rodolphe 1er de Habsbourg, dont les domaines cernent les «pays forestiers» et mordent de plus en plus à l’intérieur.

Pour se défendre contre ses empiètements, les montagnards obtiennent de l’empereur germanique Frédéric II de Hohenstaufen l’«immédiateté». Par ce privilège féodal, ils dépendent directement (ou immédiatement) de l’empereur (lointain donc peu gênant) et ne doivent rien au comte.

Mais voilà que le 1er octobre 1273, plus de vingt ans après la mort de Frédéric II, Rodolphe 1er de Habsbourg est à son tour élu empereur d’Allemagne. Il se croit dès lors en mesure de réduire les libertés dont bénéficient ses sujets montagnards. Il en a d’autant plus besoin qu’il mène de coûteuses expéditions dans les régions danubiennes et manque d’argent.

Prenant exemple sur les villes italiennes qui ont réussi à conquérir leur autonomie, trois communautés décident de faire front. Il s’agit des cantons d’Uri et de Schwyz ainsi que du demi-canton de Nidwald, qui fait partie avec Obwald du canton d’Unterwald (ou Unterwalden).
Tous contre un…

Les montagnards mettent à profit le passage à vide qui suit la mort de l’empereur Rodolphe 1er, survenue à Spire le 15 juillet 1291, pour réunir leurs forces.

Leurs représentants (Walter Fürst, Werner Stauffacher et Arnold de Melchtal si l’on en croit la tradition) se retrouvent dans la prairie de Grütli «en l’an du Seigneur 1291 au début du mois d’août». Là, ils font le serment de se défendre ensemble contre les empiètements des Habsbourg.

Rédigé en latin, le serment de Grütli prévoit que les confédérés se prêteraient secours en cas d’attaque, n’accepteraient aucun juge étranger, trancheraient leurs différends par l’arbitrage des plus sages, puniraient les criminels, incendiaires et voleurs.

Le pacte est conclu pour l’éternité mais ses signataires n’entendent en rien fonder une Nation… Il n’empêche que la commémoration de ce jour sera plus tard fête nationale.
Guillaume Tell

Depuis le XVe siècle, les Suisses se délectent de l’histoire de Guillaume Tell, qui est à vrai dire un condensé de différents récits oraux, la réalité historique du héros national n’étant en rien attestée.

Cet habile archer est originaire du village d’Altdorf, capitale du canton d’Uri. Son bailli, Hermann Gessler, gère avec dureté les intérêts des Habsbourg. Il plante sur la place du village un pieu surmonté de son chapeau et ordonne à chacun de s’incliner en passant devant lui.

Guillaume Tell refuse d’obéir. Le bailli le fait arrêter et lui impose en guise de sanction de tirer avec son arbalète sur une pomme placée… sur la tête de son fils Walter. C’est ça ou la mort immédiate pour le père et le fils !

L’affaire se serait déroulée le 18 novembre 1307. Prenant deux «carreaux» (flèches d’arbalète) entre les doigts, Guillaume Tell vise la pomme et la fend en deux. Le bailli, qui assiste à la scène, lui demande pourquoi il a pris deux carreaux. Et lui de répondre que s’il avait touché son fils, il aurait aussitôt dirigé le second carreau vers le bailli.

Ce dernier, n’appréciant pas la plaisanterie, ordonne qu’on emmène l’archer dans sa forteresse, de l’autre côté du lac de Lucerne. Mais le rebelle réussit à s’enfuir en sautant de la barque et, gagnant par ses propres moyens la forteresse, tue pour de bon le méchant bailli.

Voir encore:

«Guillaume Tell est un véritable mythe»

Roger Sablonier, historien médiéviste, ne veut ni casser les mythes ni démolir les traditions. Mais il démontre que l’histoire fondatrice de l’Etat suisse par le serment des trois Confédérés sur la prairie du Grütli est une invention.

Swiss info

01. août 2008

Cet expert du Moyen Age évoque pour swissinfo cette histoire mythique de la Suisse vers 1300, sur laquelle il vient de publier un livre en allemand.
swissinfo: Pas de Guillaume Tell, pas de serment du Grütli. Faut-il alors supprimer aussi la Fête nationale du 1er Août?

Roger Sablonier: Pas du tout. La Fête nationale a été célébrée pour la première fois en 1891. L’arrière-fond historique avec la signature du Pacte fédéral de 1291 par les trois Confédérés sur le Grütli a été créé de toutes pièces, et surtout au 19e siècle.

Cela ne change rien au fait que la tradition du 1er Août est devenue importante et que, faisant partie d’une culture historique populaire, elle appartient à la culture politique de la Suisse. Du point de vue de l’histoire des mentalités, elle peut être considérée comme ayant joué un rôle important dans le processus d’unification nationale d’un pays constitué de plusieurs minorités.
swissinfo: La Suisse primitive n’a donc jamais existé, pas plus que les «cantons primitifs» d’Uri, Schwyz et Unterwald?

R. S.: La croyance populaire qui voudrait qu’Uri, Schwyz et Unterwald existaient déjà en tant que «cantons» autour de 1300 est effectivement fausse. La notion de «Suisse primitive» est imputable à l’idée que la Suisse centrale aurait formé le «noyau», la «racine», de la future Confédération, voire même de la Suisse actuelle.

Les recherches historiques des dernières décennies ont permis de montrer que la formation de cet Etat est un processus de longue durée, sur lequel la ville de Berne a pesé de manière importante aux 14e et 15e siècles, mais qui s’explique surtout par la situation politique dans les pays environnants.
swissinfo: Votre livre s’intitule «Gründungszeit ohne Eidgenossen» (une fondation sans Confédérés). Il n’y a donc pas de Confédération non plus?

R. S.: C’est un malentendu flagrant. Quelque chose s’est bien évidemment construit au fil du temps dans l’espace de la Suisse actuelle, qui peut être décrit comme la Confédération.

Mais cela ne s’est fait qu’au 15e, et surtout au 19e siècle. Si la Suisse moderne veut se qualifier de Confédération, elle n’a aucun besoin de se prévaloir de l’histoire de la fin du 13e siècle.
swissinfo: Le Pacte fédéral, qui a servi de modèle à de nombreuses chartes, notamment aux Etats-Unis, ne date donc pas de 1291. Mais de quand, alors?

R. S.: Ce n’est pas nouveau de dire que la Suisse n’a pas été fondée par la Charte fédérale. Ce texte «de 1291» n’est pas un document fondateur, parce qu’au Moyen Age, on était bien incapable de fonder un Etat.

C’est un document qui assure le pouvoir aux dirigeants locaux, entre autres les nobles, sous forme de contrat écrit antidaté.

Il est le produit d’une situation particulière et ne parle ni de liberté, ni de résistance contre la domination des Habsbourg, ni même de la fondation d’un Etat.
swissinfo: Qui est Guillaume Tell selon vous? Faut-il encore mentionner son nom?

R. S.: Bien sûr que oui. L’histoire de Tell est, à mon avis, la seule part de la tradition de libération que je considérerais comme un véritable mythe, même si notre vision est d’abord influencée par celle de Schiller.

L’image de Tell est un symbole de courage civil et d’aspiration à la liberté, mais elle a une importance plus politique que scientifique.
swissinfo: Votre livre veut-il faire table rase de légendes dépassées?

R. S.: Non. A part certaines choses qu’on pourrait peut-être éliminer, comme par exemple la bataille de Morgarten, je ne veux rien démolir, mais je veux reconstruire.

Mon but est de prouver qu’une fois démontré le rôle de ces légendes pour l’histoire de la Suisse centrale des environs de 1300, il ne reste pas un simple trou noir.

On ne peut pas se contenter de dire ce qu’il n’y avait pas, mais au contraire que cette région a indubitablement sa propre histoire qui, même sans «lunettes confédérales», peut se montrer bien plus passionnante et riche en enseignements que celle des héros nationaux.
swissinfo: Les nationalistes de droite de l’UDC se sont toujours réclamés des anciens Confédérés qui se sont battus courageusement contre l’ennemi extérieur pour défendre la liberté et l’indépendance. Vous tirez le tapis sous les pieds du premier parti de Suisse…

R. S.: Là, vous exagérez beaucoup le rôle et l’importance de la recherche historique. Cette manière d’instrumentaliser l’histoire fait partie de la culture politique de ce pays et sert les intérêts de la politique au quotidien.
swissinfo: Votre livre détruit des mythes. Mais un pays n’a-t-il pas besoin de mythes pour renforcer son sentiment national?

R. S.: Je ne suis pas du tout d’accord avec cette idée de destruction de mythes. A part dans le cas de Tell, je ne parle pas volontiers de mythes, mais plutôt de légendes fondatrices, comme le serment du Grütli, qui a donné une légitimité historique à l’Etat constitutionnel libéral et démocratique fondé au 19e siècle.

Il n’y a pas besoin de détruire les mythes. On ne le peut pas non plus, car ils ont un rôle à jouer dans la recherche scientifique. La discussion sur leur supposée authenticité historique n’a pas de sens, parce que les mythes n’ont pas besoin d’être authentiques pour avoir un impact sur les humains.

Mythes et légendes ne sont pas mauvais en soi. Mais si on les utilise pour titiller les émotions nationalistes en se servant de la xénophobie et du racisme, c’est une autre histoire.

Interview swissinfo: Gaby Ochsenbein
(Traduction de l’allemand: Isabelle Eichenberger)


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 312 autres abonnés

%d bloggers like this: