Bilan 2013: La meilleure année de l’histoire (It really is a wonderful world – happy new year to all !)

1 janvier, 2014
http://www.skeptical-science.com/wp-content/uploads/2013/12/The_biggest_shocker_of_2013__That_it_really_is_a_wonderful_world_%C2%BB_Spectator_Blogs.jpghttp://cdn2.spectator.co.uk/wp-content/blogs.dir/11/files/2013/12/Screen-Shot-2013-12-27-at-21.45.11.pnghttp://www.skeptical-science.com/wp-content/uploads/2013/12/The_biggest_shocker_of_2013__That_it_really_is_a_wonderful_world_%C2%BB_Spectator_Blogs2.jpg
Nous vivons à la fois dans le meilleur et le pire des mondes. Les progrès de l’humanité sont réels. Nos lois sont meilleures et nous nous tuons moins les uns les autres. En même temps, nous ne voulons pas voir notre responsabilité dans les menaces et les possibilités de destruction qui pèsent sur nous. René Girard
 Je me souviens d’un journal dans lequel il y avait deux articles juxtaposés. Le premier se moquait de l’Apocalypse d’une certaine façon ; le second était aussi apocalyptique que possible. Le contact de ces deux textes qui se faisaient face et qui dans le même temps se donnaient comme n’ayant aucun rapport l’un avec l’autre avait quelque chose de fascinant. (…) Nous sommes encore proches de cette période des grandes expositions internationales qui regardait de façon utopique la mondialisation comme l’Exposition de Londres – la « Fameuse » dont parle Dostoievski, les expositions de Paris… Plus on s’approche de la vraie mondialisation plus on s’aperçoit que la non-différence ce n’est pas du tout la paix parmi les hommes mais ce peut être la rivalité mimétique la plus extravagante. On était encore dans cette idée selon laquelle on vivait dans le même monde : on n’est plus séparé par rien de ce qui séparait les hommes auparavant donc c’est forcément le paradis. Ce que voulait la Révolution française. Après la nuit du 4 août, plus de problème !  L’Amérique connaît bien cela. Il est évident que la non-différence de classe ne tarit pas les rivalités mais les excite à mort avec tout ce qu’il y a de bon et de mortel dans ce phénomène. (…)  il n’y a plus de sacrifice et donc les hommes sont exposés à la violence et il n’y a plus que deux choix : soit on préfère subir la violence soit on cherche à l’infliger à autrui. Le Christ veut nous dire entre autres choses : il vaut mieux subir la violence (c’est le sacrifice de soi) que de l’infliger à autrui. Si Dieu refuse le sacrifice, il est évident qu’il nous demande la non-violence qui empêchera l’Apocalypse. (…) Je crois qu’il y a un double mouvement. Il ne faut pas oublier qu’il y a aussi une société de la peur. Beaucoup de gens considèrent que la violence augmente dans notre univers. Les deux mouvements se chevauchent.  Il y a eu des gestes de prudence extraordinaires, puisque Kroutchev n’a pas maintenu à Cuba les bombes atomiques. Il y a, dans ce geste, quelque chose de décisif. Ce fut le seul moment effrayant pour les hommes d’Etat eux-mêmes. Aujourd’hui nous savons qu’il y a des pays qui essaient par tous les moyens de se procurer ces armes et nous savons aussi qu’ils sont bien décidés à les utiliser. On a donc encore franchi un palier. René Girard
La mondialisation engendre une fragilité qui se répercute en cascade tout en diminuant la volatilité et en créant une apparence de stabilité. En d’autres termes, la mondialisation produit des Cygnes Noirs foudroyants. Nous n’avons jamais vécu sous la menace d’un effondrement général. Jusqu’à présent, les institutions financières ont fusionné, donnant naissance à un nombre plus restreint de très grandes banques. Maintenant, les banques sont pratiquement toutes liées entre elles. Ainsi l’écologie financière est-elle en train d’enfler pour former des banques bureaucratiques gigantesques, incestueuses (souvent « gaussianisées » en termes d’évaluation des risques) – la chute de l’une entraîne celle de toutes les autres. La concentration accrue des banques semble avoir pour effet de rendre les crises financières moins probables, mais quand elles se produisent, c’est à une échelle plus globale et elles nous frappent très cruellement. Nous sommes passés d’une écologie diversifiée de petites banques, avec différentes politiques de prêt, à un ensemble plus homogène de sociétés qui se ressemblent toutes. Certes, nous enregistrons maintenant moins d’échecs, mais quand ils se produisent… Cette pensée me fait frémir. Je reformule mon idée : nous allons avoir moins de crises, mais elles seront plus graves. Plus un événement est rare, moins nous connaissons les chances qu’il a de se produire. Autrement dit, nous en savons toujours moins sur les possibilités qu’une crise a de survenir. Nassim Taleb
For centuries, social theorists like Hobbes and Rousseau speculated from their armchairs about what life was like in a « state of nature. » Nowadays we can do better. Forensic archeology—a kind of « CSI: Paleolithic »—can estimate rates of violence from the proportion of skeletons in ancient sites with bashed-in skulls, decapitations or arrowheads embedded in bones. And ethnographers can tally the causes of death in tribal peoples that have recently lived outside of state control. These investigations show that, on average, about 15% of people in prestate eras died violently, compared to about 3% of the citizens of the earliest states. Tribal violence commonly subsides when a state or empire imposes control over a territory, leading to the various « paxes » (Romana, Islamica, Brittanica and so on) that are familiar to readers of history. It’s not that the first kings had a benevolent interest in the welfare of their citizens. Just as a farmer tries to prevent his livestock from killing one another, so a ruler will try to keep his subjects from cycles of raiding and feuding. From his point of view, such squabbling is a dead loss—forgone opportunities to extract taxes, tributes, soldiers and slaves. (…) Historical records show that between the late Middle Ages and the 20th century, European countries saw a 10- to 50-fold decline in their rates of homicide.(…) Historians attribute this decline to the consolidation of a patchwork of feudal territories into large kingdoms with centralized authority and an infrastructure of commerce. Criminal justice was nationalized, and zero-sum plunder gave way to positive-sum trade. People increasingly controlled their impulses and sought to cooperate with their neighbors. (….) Governments and churches had long maintained order by punishing nonconformists with mutilation, torture and gruesome forms of execution, such as burning, breaking, disembowelment, impalement and sawing in half. The 18th century saw the widespread abolition of judicial torture, including the famous prohibition of « cruel and unusual punishment » in the eighth amendment of the U.S. Constitution. At the same time, many nations began to whittle down their list of capital crimes from the hundreds (including poaching, sodomy, witchcraft and counterfeiting) to just murder and treason. And a growing wave of countries abolished blood sports, dueling, witchhunts, religious persecution, absolute despotism and slavery. (…) Today we take it for granted that Italy and Austria will not come to blows, nor will Britain and Russia. But centuries ago, the great powers were almost always at war, and until quite recently, Western European countries tended to initiate two or three new wars every year. The cliché that the 20th century was « the most violent in history » ignores the second half of the century (and may not even be true of the first half, if one calculates violent deaths as a proportion of the world’s population). Though it’s tempting to attribute the Long Peace to nuclear deterrence, non-nuclear developed states have stopped fighting each other as well. Political scientists point instead to the growth of democracy, trade and international organizations—all of which, the statistical evidence shows, reduce the likelihood of conflict. They also credit the rising valuation of human life over national grandeur—a hard-won lesson of two world wars. (…) Since 1946, several organizations have tracked the number of armed conflicts and their human toll world-wide. The bad news is that for several decades, the decline of interstate wars was accompanied by a bulge of civil wars, as newly independent countries were led by inept governments, challenged by insurgencies and armed by the cold war superpowers. The less bad news is that civil wars tend to kill far fewer people than wars between states. And the best news is that, since the peak of the cold war in the 1970s and ’80s, organized conflicts of all kinds—civil wars, genocides, repression by autocratic governments, terrorist attacks—have declined throughout the world, and their death tolls have declined even more precipitously. The rate of documented direct deaths from political violence (war, terrorism, genocide and warlord militias) in the past decade is an unprecedented few hundredths of a percentage point. Even if we multiplied that rate to account for unrecorded deaths and the victims of war-caused disease and famine, it would not exceed 1%. The most immediate cause of this New Peace was the demise of communism, which ended the proxy wars in the developing world stoked by the superpowers and also discredited genocidal ideologies that had justified the sacrifice of vast numbers of eggs to make a utopian omelet. Another contributor was the expansion of international peacekeeping forces, which really do keep the peace—not always, but far more often than when adversaries are left to fight to the bitter end. (…° In the developed world, the civil rights movement obliterated lynchings and lethal pogroms, and the women’s-rights movement has helped to shrink the incidence of rape and the beating and killing of wives and girlfriends. In recent decades, the movement for children’s rights has significantly reduced rates of spanking, bullying, paddling in schools, and physical and sexual abuse. And the campaign for gay rights has forced governments in the developed world to repeal laws criminalizing homosexuality and has had some success in reducing hate crimes against gay people. (…) The most obvious of these pacifying forces has been the state, with its monopoly on the legitimate use of force. A disinterested judiciary and police can defuse the temptation of exploitative attack, inhibit the impulse for revenge and circumvent the self-serving biases that make all parties to a dispute believe that they are on the side of the angels. We see evidence of the pacifying effects of government in the way that rates of killing declined following the expansion and consolidation of states in tribal societies and in medieval Europe. And we can watch the movie in reverse when violence erupts in zones of anarchy, such as the Wild West, failed states and neighborhoods controlled by mafias and street gangs, who can’t call 911 or file a lawsuit to resolve their disputes but have to administer their own rough justice. Another pacifying force has been commerce, a game in which everybody can win. As technological progress allows the exchange of goods and ideas over longer distances and among larger groups of trading partners, other people become more valuable alive than dead. They switch from being targets of demonization and dehumanization to potential partners in reciprocal altruism. (…) Bearers of good news are often advised to keep their mouths shut, lest they lull people into complacency. But this prescription may be backward. The discovery that fewer people are victims of violence can thwart cynicism among compassion-fatigued news readers who might otherwise think that the dangerous parts of the world are irredeemable hell holes. And a better understanding of what drove the numbers down can steer us toward doing things that make people better off rather than congratulating ourselves on how moral we are. As one becomes aware of the historical decline of violence, the world begins to look different. The past seems less innocent, the present less sinister. One starts to appreciate the small gifts of coexistence that would have seemed utopian to our ancestors: the interracial family playing in the park, the comedian who lands a zinger on the commander in chief, the countries that quietly back away from a crisis instead of escalating to war. For all the tribulations in our lives, for all the troubles that remain in the world, the decline of violence is an accomplishment that we can savor—and an impetus to cherish the forces of civilization and enlightenment that made it possible. Steven Pinker
Le monde n’a jamais été plus riche, la croissance n’a jamais été plus équitablement répartie. Nous sommes plus nombreux que jamais, mais n’avons jamais eu aussi peu faim. On parle maintenant de la « fin du sida ». Les progrès contre l’un des plus grands tueurs, le paludisme, étaient lents il y a dix ans. Maintenant, ils sont rapides. (…) Mais c’est rarement avec de bonnes nouvelles  qu’on vend du papier et ce non  pas à cause d’une quelconque sinistre conspiration de la presse. Les nouvelles positives sont moins susceptible d’être lues, ou de vendre des journaux. Si vous êtes au pub et un ami vous raconte que votre voisin vient de qutter son mari après un violent accrochage, etc.,  vous serez écouté. Dites que votre voisin a eu une excellente année 2013 et s’attend à une encore meilleure année 2014 et tout le monde s’en fichera. Il en va de même pour le journalisme – ce qui entraine un fort parti pris dans les médias pour les histoires qui tournent mal. (…) Juger un pays, ou  le monde, d’après les journaux, c’est comme si on jugeait une ville en passant la nuit dans sa salle d’urgences. Mais il n’y a pas que les  journalistes : les associations caritatives ont aussi intérêt à projeter une image de l’Afrique comme celle d’une zone de grande famine. En ce moment même, par exemple, il y a un appel pour les victimes de la guerre civile syrienne – qui sont d’ailleurs tout à fait réelles. Mais c’est l’exception. En fait, nous vivons à l’ère plus paisible de l’histoire moderne. (…) Mais qu’en est-il du chaos climatique ? Ne sommes nous pas entrés dans une nouvelle ère d’inondations, tempêtes et autres phénomènes météorologiques extrêmes, provoquant toujours plus massivement de victimes ? Bien au contraire. Il y a encore des tempêtes, bien sûr, mais un monde plus riche y est mieux préparé. Les défenses contre les inondations, des bâtiments plus solides, etc., font que  le nombre de victimes de la météo a baissé d’un étonnant 93% depuis les années 1920. (…) Nous avons tendance à ne pas entendre parler de tout cela, parce que les journalistes, comme les politiciens, sont là pour identifier et attirer notre attention sur les problèmes. Et à juste titre : aussi longtemps que les banques alimentaires seront nécessaires, aussi longtemps que les gens dormiront dans la rue en Grande-Bretagne et souffriront de la faim en Asie, aussi longtemps que quelqu’un mourra d’une maladie évitable comme la malaria alors il y aura encore largement de quoi à être scandalisés. (…) Mais ce qui va mal dans le monde est  largement contrebalancé par ce qui va bien. Et la déprimante suite de nouvelles peut effectivement nous aveugler sur la plus grande nouvelle de notre époque : nous sommes vraiment sur le point de reléguer la pauvreté à l’histoire. (…) C’est une nouvelle dont aucune organisation ou gouvernement ne peut se prévaloir  – et une nouvelle qui ne convient  à l’ordre du jour de quiconque en particulier. Mais la nouvelle est là, pour ceux qui ont des yeux pour la voir. Fraser Nelson

Plus grande richesse, égalité et population de l’histoire, réduction historique de la faim, des grandes épidémies et de la violence comme du nombre de victimes du climat …

En ce début 2014 …

Quel meilleur antidote, avec le plus ancien magazine britannique, contre le parti pris systématique de nos médias notamment de gauche pour les histoires qui tournent mal …

Que ce rappel des incroyables et proprement inouïs bienfaits apportés par la mondialisation que nos médias prennent tant de plaisir à longueur de pages à dénigrer ?

Même si bien sûr, comme le rappellent souvent René Girard ou Nassim Taleb, ces incroyables progrès ne nous mettent pas nécessairement à l’abri de crises plus rares mais potentiellement plus massives …

The biggest shocker of 2013? That it really is a wonderful world

Fraser Nelson

28 December 2013

Next year marks a millennium since the sermon given in 1014 by Archbishop Wulfstan in York where he declared that “the world is in a rush and is getting close to its end.” Ever since, people (especially clergy) have had a similar story to tell: the world is moving too fast, people are too selfish and things are going to the dogs. The truth is that the world is in a better shape now than any time in history – a claim which may sound bizarre, but it’s borne out by the facts.

I was on LBC radio earlier, discussing the leading article in the Spectator Christmas special which explained why 2013 was the best year in human history. Never has the world been wealthier, never has the growth been more fairly distributed. Never has there been more of us but never has there been less hunger. People now talk about the ‘end of Aids’. Progress against one of the biggest killers, Malaria, was slow ten years ago. Now it’s rapid, as the below graph shows:-

Countries who grow richer can afford malaria nets and places like Cambodia believe they’re three years away from extinguishing Malaria deaths. The UN believes Africa could be just 12 years away from the end of famine.

When Louis Armstrong sang ‘Wonderful World’ more than 80 per cent of China lived below the poverty line. Now it’s just 10 per cent. China’s embrace of trade – and, yes, global capitalism – has seen lead the fastest progress against poverty that mankind has ever witnessed. We’re living in a golden age.

The LBC interviewer joked that I’d have my journalistic credentials stripped from me: isn’t journalism about telling folk how bad things are going?

It’s a very good point. Good news seldom makes good copy, and not because of a wicked conspiracy by the press. The positive stuff is less likely to be read, or to sell newspapers. This is due to human nature: as a species we’re more interested in what’s going wrong than going right. If you’re down the pub and see a friend and you say your neighbor has just ditched her husband after a massive bust-up etc – people will listen. Say your neighbour’s had a good 2013 and expects a better 2014 and no one would care. The same is true in journalism – which creates a heavy bias in the media towards what’s going wrong.

Judging a country, or the world, by newspapers is like judging a city by spending a night in its A&E ward. But it’s not just journalists: aid agencies have a interest in projecting a picture of Africa as one big famine zone; Western governments seeking Brownie points from large aid budgets also like to portray the third world as a place that is entirely dependent on the largesse of virtuous politicians in rich countries. Right now, for example, there’s an appeal on for the victims of the Syrian civil war – who are all too real. But it’s the exception. We’re actually living in the most peaceful age in modern history as Steven Pinker outlined recently. Here’s some of his evidence:-

Ah, you may say, war’s one thing. But what about that climate chaos? Aren’t we seeing a new era of floods, storms and other extreme weather events inflicting a massive death toll? Quite the reverse. The storms still come, of course, but a richer world is better-prepared for them. The graph below, from Indur Goklany’s 2008 study (pdf) shows how flood defences, stronger houses etc, mean deaths from weather are down by an astonishing 93pc since the 1920s. The developing world is never been better able to confront the fury of nature.

We tend not to hear about all this because journalists, like politicians, are in the business of identifying and drawing attention to problems. And rightly: it’s human nature to be never satisfied, to always raise the definition of success, to always strive for something better. For as long as food banks remain needed, for as long as people are sleeping rough in Britain and hungry in Asia, for as long as anyone dies of a preventable disease like Malaria then there’s still plenty to be outraged about.

But what is going wrong with the world is vastly outweighed by what is going right. And the run of depressing news stories can actually blind us to the greatest story of our age: we really are on our way to making poverty history. Thanks to the way millions of people trade with each other, via a system known by its detractors as global capitalism.

It’s a story that no one organisation or government can take credit for – and a story that doesn’t particularly suit anyone’s agenda. But the story is there, for those with an eye to see it.

PS And for anyone interested in this general idea, I can heartily recommend two things. One is a subscription to the Spectator (we’re extending our Christmas deal, our best-ever offer). The other is a short book that explained it all to me – and changed my mind about a lot of things (and one I still give as a present to friends) : In Defence of Global Capitalism by Johan Norberg.

Voir aussi:

Violence Vanquished

We believe our world is riddled with terror and war, but we may be living in the most peaceable era in human existence. Why brutality is declining and empathy is on the rise.

Steven Pinker

The Wall Street Journal

September 24, 2011

On the day this article appears, you will read about a shocking act of violence. Somewhere in the world there will be a terrorist bombing, a senseless murder, a bloody insurrection. It’s impossible to learn about these catastrophes without thinking, « What is the world coming to? »

With all its wars, murder and genocide, history might suggest that the taste for blood is human nature. Not so, argues Harvard Prof. Steven Pinker. He talks to WSJ’s Gary Rosen about the decline in violence in recent decades and his new book, « The Better Angels of Our Nature. »

But a better question may be, « How bad was the world in the past? »

Believe it or not, the world of the past was much worse. Violence has been in decline for thousands of years, and today we may be living in the most peaceable era in the existence of our species.

The decline, to be sure, has not been smooth. It has not brought violence down to zero, and it is not guaranteed to continue. But it is a persistent historical development, visible on scales from millennia to years, from the waging of wars to the spanking of children.

This claim, I know, invites skepticism, incredulity, and sometimes anger. We tend to estimate the probability of an event from the ease with which we can recall examples, and scenes of carnage are more likely to be beamed into our homes and burned into our memories than footage of people dying of old age. There will always be enough violent deaths to fill the evening news, so people’s impressions of violence will be disconnected from its actual likelihood.

Evidence of our bloody history is not hard to find. Consider the genocides in the Old Testament and the crucifixions in the New, the gory mutilations in Shakespeare’s tragedies and Grimm’s fairy tales, the British monarchs who beheaded their relatives and the American founders who dueled with their rivals.

Today the decline in these brutal practices can be quantified. A look at the numbers shows that over the course of our history, humankind has been blessed with six major declines of violence.

The first was a process of pacification: the transition from the anarchy of the hunting, gathering and horticultural societies in which our species spent most of its evolutionary history to the first agricultural civilizations, with cities and governments, starting about 5,000 years ago.

For centuries, social theorists like Hobbes and Rousseau speculated from their armchairs about what life was like in a « state of nature. » Nowadays we can do better. Forensic archeology—a kind of « CSI: Paleolithic »—can estimate rates of violence from the proportion of skeletons in ancient sites with bashed-in skulls, decapitations or arrowheads embedded in bones. And ethnographers can tally the causes of death in tribal peoples that have recently lived outside of state control.

These investigations show that, on average, about 15% of people in prestate eras died violently, compared to about 3% of the citizens of the earliest states. Tribal violence commonly subsides when a state or empire imposes control over a territory, leading to the various « paxes » (Romana, Islamica, Brittanica and so on) that are familiar to readers of history.

It’s not that the first kings had a benevolent interest in the welfare of their citizens. Just as a farmer tries to prevent his livestock from killing one another, so a ruler will try to keep his subjects from cycles of raiding and feuding. From his point of view, such squabbling is a dead loss—forgone opportunities to extract taxes, tributes, soldiers and slaves.

The second decline of violence was a civilizing process that is best documented in Europe. Historical records show that between the late Middle Ages and the 20th century, European countries saw a 10- to 50-fold decline in their rates of homicide.

The numbers are consistent with narrative histories of the brutality of life in the Middle Ages, when highwaymen made travel a risk to life and limb and dinners were commonly enlivened by dagger attacks. So many people had their noses cut off that medieval medical textbooks speculated about techniques for growing them back.

Historians attribute this decline to the consolidation of a patchwork of feudal territories into large kingdoms with centralized authority and an infrastructure of commerce. Criminal justice was nationalized, and zero-sum plunder gave way to positive-sum trade. People increasingly controlled their impulses and sought to cooperate with their neighbors.

The third transition, sometimes called the Humanitarian Revolution, took off with the Enlightenment. Governments and churches had long maintained order by punishing nonconformists with mutilation, torture and gruesome forms of execution, such as burning, breaking, disembowelment, impalement and sawing in half. The 18th century saw the widespread abolition of judicial torture, including the famous prohibition of « cruel and unusual punishment » in the eighth amendment of the U.S. Constitution.

At the same time, many nations began to whittle down their list of capital crimes from the hundreds (including poaching, sodomy, witchcraft and counterfeiting) to just murder and treason. And a growing wave of countries abolished blood sports, dueling, witchhunts, religious persecution, absolute despotism and slavery.

The fourth major transition is the respite from major interstate war that we have seen since the end of World War II. Historians sometimes refer to it as the Long Peace.

Today we take it for granted that Italy and Austria will not come to blows, nor will Britain and Russia. But centuries ago, the great powers were almost always at war, and until quite recently, Western European countries tended to initiate two or three new wars every year. The cliché that the 20th century was « the most violent in history » ignores the second half of the century (and may not even be true of the first half, if one calculates violent deaths as a proportion of the world’s population).

Though it’s tempting to attribute the Long Peace to nuclear deterrence, non-nuclear developed states have stopped fighting each other as well. Political scientists point instead to the growth of democracy, trade and international organizations—all of which, the statistical evidence shows, reduce the likelihood of conflict. They also credit the rising valuation of human life over national grandeur—a hard-won lesson of two world wars.

The fifth trend, which I call the New Peace, involves war in the world as a whole, including developing nations. Since 1946, several organizations have tracked the number of armed conflicts and their human toll world-wide. The bad news is that for several decades, the decline of interstate wars was accompanied by a bulge of civil wars, as newly independent countries were led by inept governments, challenged by insurgencies and armed by the cold war superpowers.

The less bad news is that civil wars tend to kill far fewer people than wars between states. And the best news is that, since the peak of the cold war in the 1970s and ’80s, organized conflicts of all kinds—civil wars, genocides, repression by autocratic governments, terrorist attacks—have declined throughout the world, and their death tolls have declined even more precipitously.

The rate of documented direct deaths from political violence (war, terrorism, genocide and warlord militias) in the past decade is an unprecedented few hundredths of a percentage point. Even if we multiplied that rate to account for unrecorded deaths and the victims of war-caused disease and famine, it would not exceed 1%.

The most immediate cause of this New Peace was the demise of communism, which ended the proxy wars in the developing world stoked by the superpowers and also discredited genocidal ideologies that had justified the sacrifice of vast numbers of eggs to make a utopian omelet. Another contributor was the expansion of international peacekeeping forces, which really do keep the peace—not always, but far more often than when adversaries are left to fight to the bitter end.

Finally, the postwar era has seen a cascade of « rights revolutions »—a growing revulsion against aggression on smaller scales. In the developed world, the civil rights movement obliterated lynchings and lethal pogroms, and the women’s-rights movement has helped to shrink the incidence of rape and the beating and killing of wives and girlfriends.

In recent decades, the movement for children’s rights has significantly reduced rates of spanking, bullying, paddling in schools, and physical and sexual abuse. And the campaign for gay rights has forced governments in the developed world to repeal laws criminalizing homosexuality and has had some success in reducing hate crimes against gay people.

* * * *

Why has violence declined so dramatically for so long? Is it because violence has literally been bred out of us, leaving us more peaceful by nature?

This seems unlikely. Evolution has a speed limit measured in generations, and many of these declines have unfolded over decades or even years. Toddlers continue to kick, bite and hit; little boys continue to play-fight; people of all ages continue to snipe and bicker, and most of them continue to harbor violent fantasies and to enjoy violent entertainment.

It’s more likely that human nature has always comprised inclinations toward violence and inclinations that counteract them—such as self-control, empathy, fairness and reason—what Abraham Lincoln called « the better angels of our nature. » Violence has declined because historical circumstances have increasingly favored our better angels.

The most obvious of these pacifying forces has been the state, with its monopoly on the legitimate use of force. A disinterested judiciary and police can defuse the temptation of exploitative attack, inhibit the impulse for revenge and circumvent the self-serving biases that make all parties to a dispute believe that they are on the side of the angels.

We see evidence of the pacifying effects of government in the way that rates of killing declined following the expansion and consolidation of states in tribal societies and in medieval Europe. And we can watch the movie in reverse when violence erupts in zones of anarchy, such as the Wild West, failed states and neighborhoods controlled by mafias and street gangs, who can’t call 911 or file a lawsuit to resolve their disputes but have to administer their own rough justice.

Another pacifying force has been commerce, a game in which everybody can win. As technological progress allows the exchange of goods and ideas over longer distances and among larger groups of trading partners, other people become more valuable alive than dead. They switch from being targets of demonization and dehumanization to potential partners in reciprocal altruism.

For example, though the relationship today between America and China is far from warm, we are unlikely to declare war on them or vice versa. Morality aside, they make too much of our stuff, and we owe them too much money.

A third peacemaker has been cosmopolitanism—the expansion of people’s parochial little worlds through literacy, mobility, education, science, history, journalism and mass media. These forms of virtual reality can prompt people to take the perspective of people unlike themselves and to expand their circle of sympathy to embrace them.

These technologies have also powered an expansion of rationality and objectivity in human affairs. People are now less likely to privilege their own interests over those of others. They reflect more on the way they live and consider how they could be better off. Violence is often reframed as a problem to be solved rather than as a contest to be won. We devote ever more of our brainpower to guiding our better angels. It is probably no coincidence that the Humanitarian Revolution came on the heels of the Age of Reason and the Enlightenment, that the Long Peace and rights revolutions coincided with the electronic global village.

Whatever its causes, the implications of the historical decline of violence are profound. So much depends on whether we see our era as a nightmare of crime, terrorism, genocide and war or as a period that, in the light of the historical and statistical facts, is blessed by unprecedented levels of peaceful coexistence.

Bearers of good news are often advised to keep their mouths shut, lest they lull people into complacency. But this prescription may be backward. The discovery that fewer people are victims of violence can thwart cynicism among compassion-fatigued news readers who might otherwise think that the dangerous parts of the world are irredeemable hell holes. And a better understanding of what drove the numbers down can steer us toward doing things that make people better off rather than congratulating ourselves on how moral we are.

As one becomes aware of the historical decline of violence, the world begins to look different. The past seems less innocent, the present less sinister. One starts to appreciate the small gifts of coexistence that would have seemed utopian to our ancestors: the interracial family playing in the park, the comedian who lands a zinger on the commander in chief, the countries that quietly back away from a crisis instead of escalating to war.

For all the tribulations in our lives, for all the troubles that remain in the world, the decline of violence is an accomplishment that we can savor—and an impetus to cherish the forces of civilization and enlightenment that made it possible.

—Mr. Pinker is the Harvard College Professor of Psychology at Harvard University. This essay is adapted from his new book, « The Better Angels of Our Nature: Why Violence Has Declined, » published by Viking.


Criminalité: Cachez cette religion que je ne saurai voir ! (Crime mystery of the century: Why don’t people turn to crime when times are tough ?)

11 décembre, 2013
http://mjcdn.motherjones.com/preset_51/381in_lead_a_630.jpghttp://prawfsblawg.blogs.com/.a/6a00d8341c6a7953ef0192ab9019c0970d-800wihttp://www.motherjones.com/files/blog_crime_baseline_lead_1.jpg
http://www.gasworks.org.uk/photos/large/471px-Hausbuch_Wolfegg_12r_Jupiter_LR.jpghttp://www.strangenotions.com/wp-content/uploads/Americas-Blessings.jpghttp://www.independent.org/images/books-hires/victory_of_reason_hirez.jpgNe croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre; je ne suis pas venu apporter la paix, mais l’épée. Car je suis venu mettre la division entre l’homme et son père, entre la fille et sa mère, entre la belle-fille et sa belle-mère; et l’homme aura pour ennemis les gens de sa maison.  Jésus (Matthieu 10 : 34-36)
Quand les hommes se diront: Paix et sécurité! c’est alors que tout d’un coup fondra sur eux la perdition. Paul (lettre aux Thessaloniciens 5: 3)
Il n’y a plus ni Juif ni Grec, il n’y a plus ni esclave ni homme libre, il n’y a plus ni homme ni femme; car tous vous êtes un en Jésus-Christ. Paul
Les mondes anciens étaient comparables entre eux, le nôtre est vraiment unique. Sa supériorité dans tous les domaines est tellement écrasante, tellement évidente que, paradoxalement, il est interdit d’en faire état. René Girard
On apprend aux enfants qu’on a cessé de chasser les sorcières parce que la science s’est imposée aux hommes. Alors que c’est le contraire: la science s’est imposée aux hommes parce que, pour des raisons morales, religieuses, on a cessé de chasser les sorcières. René Girard
Notre monde est de plus en plus imprégné par cette vérité évangélique de l’innocence des victimes. L’attention qu’on porte aux victimes a commencé au Moyen Age, avec l’invention de l’hôpital. L’Hôtel-Dieu, comme on disait, accueillait toutes les victimes, indépendamment de leur origine. Les sociétés primitives n’étaient pas inhumaines, mais elles n’avaient d’attention que pour leurs membres. Le monde moderne a inventé la «victime inconnue», comme on dirait aujourd’hui le «soldat inconnu». (….) le christianisme peut maintenant continuer à s’étendre même sans la loi, car ses grandes percées intellectuelles et morales, notre souci des victimes et notre attention à ne pas nous fabriquer de boucs émissaires, ont fait de nous des chrétiens qui s’ignorent. (…) il faut distinguer deux choses. Il y a d’abord le texte chrétien qui pénètre lentement dans la conscience des hommes. Et puis il y a la façon dont les hommes l’interprètent. De ce point de vue, il est évident que le Moyen Age n’interprétait pas le christianisme comme nous. Mais nous ne pouvons pas leur en faire le reproche. Pas plus que nous pouvons faire le reproche aux Polynésiens d’avoir été cannibales. Parce que cela fait partie d’un développement historique.(…)  Mais, s’il est très bien de compatir au sort des malheureux, il faut aussi reconnaître que nous vivons dans la meilleure société que le monde ait jamais connue. Nous connaissons une amélioration du social qui dure depuis le haut Moyen Age. Et notre souci des victimes, pris dans son ensemble comme réalité, n’a pas d’équivalent dans l’histoire des sociétés humaines. (…) On ne peut donc pas supprimer les possibilités positives de cet univers : nous sommes toujours plus libres, du bien et du mal. C’est ce qui fait que notre époque est loin d’être terne, ennuyeuse ou désenchantée. Elle est à mon avis extraordinairement mouvementée, tragique, émouvante et intéressante à vivre. C’est-à-dire toujours ouverte sur les extrêmes du bien et du mal. René Girard
Jusqu’à présent, les textes de l’Apocalypse faisaient rire. Tout l’effort de la pensée moderne a été de séparer le culturel du naturel. La science consiste à montrer que les phénomènes culturels ne sont pas naturels et qu’on se trompe forcément si on mélange les tremblements de terre et les rumeurs de guerre, comme le fait le texte de l’Apocalypse. Mais, tout à coup, la science prend conscience que les activités de l’homme sont en train de détruire la nature. C’est la science qui revient à l’Apocalypse. René Girard
La même force culturelle et spirituelle qui a joué un rôle si décisif dans la disparition du sacrifice humain est aujourd’hui en train de provoquer la disparition des rituels de sacrifice humain qui l’ont jadis remplacé. Tout cela semble être une bonne nouvelle, mais à condition que ceux qui comptaient sur ces ressources rituelles soient en mesure de les remplacer par des ressources religieuses durables d’un autre genre. Priver une société des ressources sacrificielles rudimentaires dont elle dépend sans lui proposer d’alternatives, c’est la plonger dans une crise qui la conduira presque certainement à la violence. Gil Bailie
Religious Americans are more law abiding, have superior mental and physical health, are far more generous vis-à-vis charities, have much better family life, are more successful, and religious couples even have more satisfactory sex lives! The biggest by far has to do with the criminal justice system. If all Americans committed crimes at the same level as those who do not attend religious services, the costs of the criminal justice system would about double to, perhaps, $2 trillion annually. Rodney Stark
Les efforts des policiers dans les quartiers chauds de New York et de Los Angeles sont louables et ont contribué à améliorer la qualité de vie des résidants. Mais ces changements n’expliquent pas tout. Ceux qui y voient une réponse définitive font fausse route. Si la baisse s’expliquait par des changements dans le fonctionnement de la police dans les grandes villes, alors pourquoi observe-t-on une diminution du crime de façon uniforme, partout aux États-Unis? (…)  l’Occident au complet – et notamment le Canada – a connu une baisse du taux de criminalité au cours des 20 dernières années. L’internet, les cellulaires et les jeux vidéo ne peuvent expliquer la baisse, car les crimes ont commencé à chuter de façon uniforme dans les années 90, avant que ces inventions ne prennent leur envol. Et, pour la première fois depuis les années 70, le taux d’incarcération a commencé à baisser aux États-Unis, en 2007. Jumelé avec une hausse spectaculaire du chômage, cela aurait dû créer un mélange explosif. La réalité, c’est que nous n’avons pas de théorie qui puisse expliquer le phénomène. Pour l’instant, c’est un mystère. Frank E. Zimring (Berkeley)
If we eliminated every microgram of lead from the planet, we’d still have plenty of crime. So here’s a way to think about it. If you take a look at violent crime rates in America, you’d expect to see a sort of baseline level of crime. That level will depend on lots of things: poverty, drugs, guns, race, family structure, etc. But starting in the mid-60s, we saw an enormous rise in crime, well above any sensible sort of baseline. Then, in the 90s, we saw an equally enormous decline. (…) Most likely, the reason for this lies with all the usual suspects. But then … there’s the huge crime wave that lasted nearly 50 years from start to finish. That’s the part the lead hypothesis aims to explain. And the reason we need an explanation is simple: the usual suspects simply don’t seem to do a very good job of accounting for a gigantic, temporary rise and fall in violent crime rates. Within the criminology community, literally no one predicted the huge decline in crime that began in the early 90s. Their focus was on all the usual sociological causes, and they had no reason to think those were going to suddenly improve. And they were right. For the most part, they didn’t improve. It’s true that the crack epidemic of the 80s burned out, but no one really knows the underlying reason for that. Policing tactics changed in some places, but crime dropped everywhere, so that’s not a very compelling explanation either. Aside from that, poverty didn’t change much, and neither did race or guns or demographics or the number of broken familes or anything else. The truth is that there’s just not a good conventional explanation for both the huge rise and the huge fall in crime of the past half century. That’s one of the reasons the lead hypothesis deserves such serious consideration. Not only does it fit the data well and make sense based on what we know about the neurological effects of lead. It’s also just about the only good explanation we’ve got. Other factors are still important, and they probably explain rises and falls in the baseline rate of crime. But lead is the best explanation we have for the rest of it. Kevin Drum (Mother Jones)
The key factor is the demographic factor. Generally speaking, the people who go out and kill other people are males between the ages of 16 and 30. Samuel Huntington
Surprisingly, some sociologists think civilization is simply getting less violent and more civilized, Greenberg said. That theory was first proposed by German sociologist Norbert Elias in his book The Civilizing Process. Elias wrote that interpersonal violence had been in decline since the Middle Ages, a statement historians now accept. Elias said that for divine monarchs, like Louis XIV of France, their worth was more measured by their ability at witty badinage and manners than swordsmanship. This more civilized tendency spread to the European middle class and finally, in the nineteenth century, to the working classes. Joel N. Shurkin
At the deepest level, many of these shifts, taken together, suggest that crime in the United States is falling—even through the greatest economic downturn since the Great Depression—because of a big improvement in the culture. The cultural argument may strike some as vague, but writers have relied on it in the past to explain both the Great Depression’s fall in crime and the explosion of crime during the sixties. In the first period, on this view, people took self-control seriously; in the second, self-expression—at society’s cost—became more prevalent. It is a plausible case. Culture creates a problem for social scientists like me, however. We do not know how to study it in a way that produces hard numbers and testable theories. Culture is the realm of novelists and biographers, not of data-driven social scientists. But we can take some comfort, perhaps, in reflecting that identifying the likely causes of the crime decline is even more important than precisely measuring it. James Q. Wilson
Personal violent crime began declining in Western nations as early as the sixteenth century. While this research has emphasized violent crimes, similar processes may hold for crime more generally. Perhaps the rising crime rate from World War II through the early 1990s was simply a small spike that temporarily obscured a much longer downward trend. This long historical sweep may offer little solace to those confronted by crime today, but the encouraging long-term trend suggests explanations with deep roots. Eisner points to subtle shifts in parenting occurring over a long time span; Pinker suggests greater interdependence and broadened circles of people with whom we can empathize. Both draw on classic sociological work by Emile Durkheim and Norbert Elias, who attributed historical changes in crime and social disorder to changes in the relation between individuals and society. The centuries-long crime story is perhaps best explained by the gradual development of formal and informal social controls on our behavior. (…) U.S. homicide rates are more than double those of Canada, Japan, and much of Europe. Nevertheless, the U.S. crime picture has improved markedly, with significant across-the-board drops in violent and property offenses. Moreover, as Baumer points out, even behaviors like drinking, drug use, and risky sex are declining, especially among young people. We cannot explain such a sharp decline without reference to the social institutions, conditions, and practices shaping crime and its control. In particular, social scientists point to punishment, policing, opportunities, economics, demography, and history, though there is little consensus about the relative contribution of each. Further disentangling each factor’s unique contribution is a worthy endeavor, but it should not obscure a fundamental point: it is their entanglement in our social world that reduces crime.  (…) More than 90% of the “Part I” crimes reported to the police involve some kind of financial gain. The relationship between crime and the economy is more complicated than the simple idea that people “turn to crime” when times are tough, though. Contrary to popular expectations, for example, both victimizations and official crime showed especially steep declines from 2007 to 2009, when unemployment rates soared. Robbery, burglary, and household theft victimizations had been falling by a rate of about 4% per year from 1993-2006, but fell by an average of 6 to 7% per year during the Great Recession. This is not because crime is unrelated to economic conditions, but because crime is related to so many other things. For example, when people have less disposable income, they may spend more time in the relative safety of their home and less time in riskier places like bars. As noted above regarding opportunities, another reason crime rates are likely to drop when cash-strapped residents stay home at night in front of a television or computer screen is that their mere presence can help prevent burglary and theft. Chris Uggen and Suzy McElrath
[Dans] le cas de l’Estonie (…)  depuis 1995, les homicides ont chuté de 70 %, les vols de voitures de presque autant. Mais ce petit État postsoviétique n’est pas une exception. Dans les pays développés, la même tendance s’observe. Aux États-Unis, la chute a commencé en 1991 ; en Grande-Bretagne, autour de 1995. En France, la baisse date de 2001. Au Canada également ainsi que dans plusieurs pays d’Europe. (…) sur le cas américain, le plus impressionnant. La criminalité urbaine avait atteint des sommets au début des années 1990. Certains voyaient New York ou Los Angeles comme des jungles urbaines aux mains d’une faune de dealers, mafieux, proxénètes et squatters.
 Puis, contrairement aux prévisions, un véritable miracle s’est produit. La criminalité s’est mise à chuter à partir des années 1990. Globalement, elle a baissé d’un tiers dans les grandes villes, mais dans certains cas, elle a chuté de plus de 50 % ! À New York, le cas le plus spectaculaire, la criminalité a été divisée par quatre (- 78 %) entre le milieu des années 1990 et les années 2000. Sciences Humaines
Que vous soyez spécialiste de la question ou pas, vous avez sans doute déjà entendu cette théorie: quand les temps sont durs, la criminalité augmente. Pourtant, malgré une croissance économique stagnante et un chômage élevé, la criminalité a baissé dans la plupart des pays riches au cours de la dernière décennie. (…) Comment expliquer cette tendance générale qu’un rapide coup d’œil aux statistiques des Nations unies suffit à vérifier? Si la démographie est sans doute un facteur (la population vieillit, alors que ce sont les hommes de 16 ans à 24 ans qui commettent la plupart des crimes), The Economist souligne qu’elle ne peut pas expliquer à elle seule la baisse spectaculaire d’un certain type de criminalité dans des villes comme New York, Los Angeles ou Londres. D’autres hypothèses, comme l’augmentation du nombre de prisonniers, sont difficiles à prouver: si la population carcérale a doublé en Grande-Bretagne, en Australie et aux Etats-Unis, elle a diminué au Canada et aux Pays-Bas, pays qui ont aussi connu une baisse de la criminalité. (…) Le Guardian expliquait quand à lui en avril dernier que certains autres éléments concrets, comme de meilleurs antivols sur les voitures ou des portes et serrures plus résistantes rendaient les atteintes aux biens plus difficiles aujourd’hui. La technologie, qu’il s’agisse des tests d’ADN, de la localisation par téléphone portable ou des caméras de surveillance, a augmenté le risque de se faire prendre. Selon The Economist, l’explication la plus convaincante est plus simple encore. La police fait mieux son travail: « Une combinaison du fait que les policiers parlent aux habitants des quartiers où ils travaillent et du ciblage intensif des endroits mal famés a transformé la manière dont les rues sont protégées. » Si le poids de chaque facteur reste impossible à déterminer, la majorité des experts semblent aujourd’hui s’accorder sur un point: l’augmentation de la criminalité qui a eu lieu un peu partout entre les années 1950 et les années 1980 ressemble de plus en plus à une anomalie de l’histoire. Slate

Attention: une explication peut en cacher une autre !

A l’heure où, avec la France d’une gauche qui s’était une spécialité de le critiquer et une Amérique émasculée par son Carter noir, l’Europe semble enfin se décider à reprendre en Afrique le rôle plus que nécessaire de gendarme du monde

Et où, profitant d’une grève de la police et à l’instar des nouveaux barbares du sud et de l’est qui déferlent sur nos côtes et nos villes, les pillards mettent l’Argentine en coupe réglée …

Pendant que pour défendre leurs damnés de la terre, nos belles âmes de la culture de l’excuse continuent inlassablement à nous seriner avec l’accroissement des inégalités et la violence et le racisme de la répression policière …

Et que pour expliquer l’incroyable baisse de la criminalité (vols de voitures, cambriolages et atteintes aux personnes: homicides, coups et blessures) que connaissent actuellement les Etats-Unis (divisée par deux en une seule génération !) et tout particulièrement leur première ville (de  2 245 homicides en 1990 à  414 l’an dernier et… zéro le 26 novembre 2012 !),  la bible de la bonne conscience de gauche Mother Jones nous ressort l’argument de la baisse du plomb dans l’essence et les peintures …

Comment, derrière l’ensemble des hypothèses qui, du vieillissement de la population à l’amélioration des mesures de protection (alarmes et surveillance, puces électroniques antivol) et de l’action policière (doublement du taux d’incarcération; meilleure utilisation des forces de police: quadrillages ciblés, concentration sur « points chauds », contrôles systématiques) ont toutes à peu près été examinées et ont probablement plus ou moins contribué au résultat général …

Ne pas se réjouir de voir nos sociologues s’intéresser enfin à un phénomène originellement mis à jour par le sociologue allemand Norbert Elias

A savoir le « processus de civilisation », c’est-à-dire une sorte de domestication des pulsions qui vit dans les sociétés occidentales et à partir du XVIe siècle, sur fond de la centralisation des sociétés avec l’institution d’un monopole étatique central de la violence, l’intériorisation par les individus de normes sociétales progressivement plus civilisées ?

Mais, devant l’indéniable origine occidentale d’un phénomène désormais en voie de mondialisation accélérée, comment non plus ne pas s’étonner de l’aveuglement continué des mêmes sociologues …

Face à  l’origine, comme le rappelle inlassablement notre René Girard national, tout aussi indéniablement judéo-chrétienne du phénomène ?

Mais ce non seulement, comme l’a bien montré le sociologue Rodney Stark, au niveau de la pacification de la société par les idées et les adeptes du judéo-christianisme …

Mais aussi, en même temps de par la libération/dislocation des anciens cadres sociétaux qu’il permet/provoque, au niveau même du déclenchement de la crise généralisée que connaissent actuellement nos sociétés occidentales et par contagion désormais la planète entière ?

D’où aussi, comme semblent l’oublier tant les apologistes du christianisme que nos pour le coup bien trop optimistes sociologues et en attestent les récents épisodes d’extrême brutalisation de deux guerres mondiales et plusieurs génocides comme les pages (plus besoin pour cela des textes apocalyptiques de nos bibles) de nos journaux quotidiennement …

Son hélas inévitable pendant, à savoir tant l’extrême fragilité de ladite pacification que la possibilité proprement apocalyptique de son issue finale …

Mystery Of New York’s Falling Crime Rate Remains Unsolved

Are we just becoming more civilized?

Joel N. Shurkin

Inside Science News Service

Feb 13 2013

(ISNS) — In the last 15 years, something dramatic has happened in New York City: the crime rate has dropped precipitously, making the city — where crime once was of epic proportions — the safest major city in America.

How that happened is a matter of considerable controversy, with popular theories ranging from fiercer policing, to abortion, lead paint, and computer-assisted crime prevention programs.

David Greenberg, a sociologist at New York University, believes none of the theories stand up on their own. It could be all or none of the above, he said.

It could also be that Western civilization is just becoming more civilized and less violent, and it is finally showing up in the statistics, even with recent mass shootings in the United States.

Crime rates have fallen in most of the Western world as well as most American cities, but what has happened in New York City, with a population of 8 million, is extraordinary. The rate of violent crime began to decrease in the 1980s, before jumping in the 1990s when crack cocaine made it to the streets in many cities. Then it sank and has continued to do so.

In 1990, there were 2,245 murders in the city. Last year the number was 414, the lowest since police began keeping reliable records.

In one remarkable day, Nov. 26, 2012, there was not a single murder, stabbing or shooting reported in the nation’s largest city, possibly the only time that happened since New York was a small Dutch colony.

« The analysis for homicide showed that rates dropped in every precinct although more in some than in others, » Greenberg wrote in an article published in Justice Quarterly about the current trend. The same is true for other violent crimes, including robberies and assaults.

Greenberg said experts typically offer two common explanations. One is that in 1994 the New York Police Department installed CompStat, a computer program that tracks crime and allows police departments to manage personnel better. Another is the « broken windows » theory: police rigidly enforce misdemeanor crimes in an attempt to change the culture. Essentially, the police department believed that cracking down on offenses from prostitution to begging and excessive noise could help suppress felony crime. Either way, the NYPD takes credit.

For CompStat, the crime rate had already begun dropping when the software was installed. Greenberg also failed to find a causal relationship between an increase in misdemeanor charges and the overall crime rate.

Other theories also have been proposed. Steven Levitt and Steven Dubner, in the book « Freakonomics, » proposed the increase in legal abortions was a factor. There were fewer young males, the demographic sector most responsible for crime. Malcolm Gladwell, in the book « The Tipping Point, » said the increased police activity was just the last factor that ended an epidemic already ebbing. Both theories are highly controversial.

Another theory credits removal of lead from gasoline and paint. Lead causes brain damage and could account for some criminal activity so when lead was removed from gasoline and paint, fewer children were affected.

Greenberg said the evidence to support all those theories is weak.

So what is the answer?

Surprisingly, some sociologists think civilization is simply getting less violent and more civilized, Greenberg said.

That theory was first proposed by German sociologist Norbert Elias in his book The Civilizing Process. Elias wrote that interpersonal violence had been in decline since the Middle Ages, a statement historians now accept.

Elias said that for divine monarchs, like Louis XIV of France, their worth was more measured by their ability at witty badinage and manners than swordsmanship. This more civilized tendency spread to the European middle class and finally, in the nineteenth century, to the working classes.

The decrease also could be partly due to immigration to the city, an influx of people who may be particularly motivated to avoid legal trouble, especially if they are undocumented or because they are determined to make good lives for themselves, Greenberg said.

Then what caused the decline?

« I don’t know, » Greenberg said.

Andrew Karmen, a sociologist at John Jay College of Criminal Justice in New York agreed.

« People and organizations claimed credit and think they know the reason for the crime drop, but the evidence is insufficient, » Karmen said.

Crime also went down across America and in Europe where no one followed the NYPD tactics, said Karmen, who wrote a book on the subject,  » New York Murder Mystery: The True Story Behind the Crime Crash of the 1990s. »

Karmen agrees that the flow of immigration could be one reason, with the city’s population « refreshing » regularly. Another possibility, frequently ignored, is that New York is a college town. The City University of New York system alone enrolls 250,000 undergraduates and they are a substantial—and generally peaceful—portion of the young population.

Karmen said solving the mystery is important.

« If we don’t know why the crime rate went down, we won’t know what to do when it goes back up, » Karmen said.

Joel Shurkin is a freelance writer based in Baltimore. He is the author of nine books on science and the history of science, and has taught science journalism at Stanford University, UC Santa Cruz and the University of Alaska Fairbanks.

Voir aussi:

Hard Times, Fewer Crimes

The economic downturn has not led to more crime—contrary to the experts’ predictions. So what explains the disconnect? Big changes in American culture, says James Q. Wilson.

James Q. Wilson

The Wall Street Journal

May 28, 2011

When the FBI announced last week that violent crime in the U.S. had reached a 40-year low in 2010, many criminologists were perplexed. It had been a dismal year economically, and the standard view in the field, echoed for decades by the media, is that unemployment and poverty are strongly linked to crime. The argument is straightforward: When less legal work is available, more illegal « work » takes place.

The economist Gary Becker of the University of Chicago, a Nobel laureate, gave the standard view its classic formulation in the 1960s. He argued that crime is a rational act, committed when the criminal’s « expected utility » exceeds that of using his time and other resources in pursuit of alternative activities, such as leisure or legitimate work. Observation may appear to bear this theory out. After all, neighborhoods with elevated crime rates tend to be those where poverty and unemployment are high as well.

But there have long been difficulties with the notion that unemployment causes crime. For one thing, the 1960s, a period of rising crime, had essentially the same unemployment rate as the late 1990s and early 2000s, a period when crime fell. And during the Great Depression, when unemployment hit 25%, the crime rate in many cities went down. Among the explanations offered for this puzzle is that unemployment and poverty were so common during the Great Depression that families became closer, devoted themselves to mutual support, and kept young people, who might be more inclined to criminal behavior, under constant adult supervision. These days, because many families are weaker and children are more independent, we would not see the same effect, so certain criminologists continue to suggest that a 1% increase in the unemployment rate should produce as much as a 2% increase in property-crime rates.

Yet when the recent recession struck, that didn’t happen. As the national unemployment rate doubled from around 5% to nearly 10%, the property-crime rate, far from spiking, fell significantly. For 2009, the Federal Bureau of Investigation reported an 8% drop in the nationwide robbery rate and a 17% reduction in the auto-theft rate from the previous year. Big-city reports show the same thing. Between 2008 and 2010, New York City experienced a 4% decline in the robbery rate and a 10% fall in the burglary rate. Boston, Chicago and Los Angeles witnessed similar declines.

Some scholars argue that the unemployment rate is too crude a measure of economic frustration to prove the connection between unemployment and crime, since it estimates only the percentage of the labor force that is looking for work and hasn’t found it. But other economic indicators tell much the same story. The labor-force participation rate lets us determine the percentage of the labor force that is neither working nor looking for work—individuals who are, in effect, detached from the labor force. These people should be especially vulnerable to criminal inclinations, if the bad-economy-leads-to-crime theory holds. In 2008, though, even as crime was falling, only about half of men aged 16 to 24 (who are disproportionately likely to commit crimes) were in the labor force, down from over two-thirds in 1988, and a comparable decline took place among African-American men (who are also disproportionately likely to commit crimes).

The University of Michigan’s Consumer Sentiment Index offers another way to assess the link between the economy and crime. This measure rests on thousands of interviews asking people how their financial situations have changed over the last year, how they think the economy will do during the next year, and about their plans for buying durable goods. The index measures the way people feel, rather than the objective conditions they face. It has proved to be a very good predictor of stock-market behavior and, for a while, of the crime rate, which tended to climb when people lost confidence. When the index collapsed in 2009 and 2010, the stock market predictably went down with it—but this time, the crime rate went down, too.

So we have little reason to ascribe the recent crime decline to jobs, the labor market or consumer sentiment. The question remains: Why is the crime rate falling?

One obvious answer is that many more people are in prison than in the past. Experts differ on the size of the effect, but I think that William Spelman and Steven Levitt have it about right in believing that greater incarceration can explain about one-quarter or more of the crime decline. Yes, many thoughtful observers think that we put too many offenders in prison for too long. For some criminals, such as low-level drug dealers and former inmates returned to prison for parole violations, that may be so. But it’s true nevertheless that when prisoners are kept off the street, they can attack only one another, not you or your family.

Imprisonment’s crime-reduction effect helps to explain why the burglary, car-theft and robbery rates are lower in the U.S. than in England. The difference results not from the willingness to send convicted offenders to prison, which is about the same in both countries, but in how long America keeps them behind bars. For the same offense, you will spend more time in prison here than in England. Still, prison can’t be the sole reason for the recent crime drop in this country: Canada has seen roughly the same decline in crime, but its imprisonment rate has been relatively flat for at least two decades.

Another possible reason for reduced crime is that potential victims may have become better at protecting themselves by equipping their homes with burglar alarms, putting extra locks on their cars and moving into safer buildings or even safer neighborhoods. We have only the faintest idea, however, about how common these trends are or what effects on crime they may have.

Policing has become more disciplined over the last two decades; these days, it tends to be driven by the desire to reduce crime, rather than simply to maximize arrests, and that shift has reduced crime rates. One of the most important innovations is what has been called hot-spot policing. The great majority of crimes tend to occur in the same places. Put active police resources in those areas instead of telling officers to drive around waiting for 911 calls, and you can bring down crime. The hot-spot idea helped to increase the effectiveness of the New York Police Department’s Compstat program, which uses computerized maps to pinpoint where crime is taking place and enables police chiefs to hold precinct captains responsible for targeting those areas.

Researchers continue to test and refine hot-spot policing. After analyzing data from over 7,000 police arrivals at various locations in Minneapolis, the criminologists Lawrence Sherman and David Weisburd showed that for every minute an officer spent at a spot, the length of time without a crime there after the officer departed went up—until the officer had been gone for more than 15 minutes. After that, the crime rate went up. The police can make the best use of their time by staying at a hot spot for a while, moving on, and returning after 15 minutes.

Some cities now use a computer-based system for mapping traffic accidents and crime rates. They have noticed that the two measures tend to coincide: Where there are more accidents, there is more crime. In Shawnee, Kan., the police spent a lot more time in the 4% of the city where one-third of the crime occurred: Burglaries fell there by 60% (even though in the city as a whole they fell by only 8%), and traffic accidents went down by 17%.

There may also be a medical reason for the decline in crime. For decades, doctors have known that children with lots of lead in their blood are much more likely to be aggressive, violent and delinquent. In 1974, the Environmental Protection Agency required oil companies to stop putting lead in gasoline. At the same time, lead in paint was banned for any new home (though old buildings still have lead paint, which children can absorb).

Tests have shown that the amount of lead in Americans’ blood fell by four-fifths between 1975 and 1991. A 2007 study by the economist Jessica Wolpaw Reyes contended that the reduction in gasoline lead produced more than half of the decline in violent crime during the 1990s in the U.S. and might bring about greater declines in the future. Another economist, Rick Nevin, has made the same argument for other nations.

Another shift that has probably helped to bring down crime is the decrease in heavy cocaine use in many states. Measuring cocaine use is no easy matter; one has to infer it from interviews or from hospital-admission rates. Between 1992 and 2009, the number of admissions for cocaine or crack use fell by nearly two-thirds. In 1999, 9.8% of 12th-grade students said that they had tried cocaine; by 2010, that figure had fallen to 5.5%.

What we really need to know, though, is not how many people tried coke but how many are heavy users. Casual users who regard coke as a party drug are probably less likely to commit serious crimes than heavy users who may resort to theft and violence to feed their craving. But a study by Jonathan Caulkins at Carnegie Mellon University found that the total demand for cocaine dropped between 1988 and 2010, with a sharp decline among both light and heavy users.

Blacks still constitute the core of America’s crime problem. But the African-American crime rate, too, has been falling, probably because of the same non-economic factors behind falling crime in general: imprisonment, policing, environmental changes and less cocaine abuse.

Knowing the exact crime rate of any ethnic or racial group isn’t easy, since most crimes don’t result in arrest or conviction, and those that do may be an unrepresentative fraction of all crimes. Nevertheless, we do know the racial characteristics of those who have been arrested for crimes, and they show that the number of blacks arrested has been falling. Barry Latzer of the John Jay College of Criminal Justice has demonstrated that between 1980 and 2005, arrests of blacks for homicide and other violent crimes fell by about half nationwide.

It’s also suggestive that in the five New York City precincts where the population is at least 80% black, the murder rate fell by 78% between 1990 and 2000. In the black neighborhoods of Chicago, burglary fell by 52%, robbery by 62%, and homicide by 33% between 1991 and 2003. A skeptic might retort that all these seeming gains were merely the result of police officers’ giving up and no longer recording crimes in black neighborhoods. But opinion surveys in Chicago show that, among blacks, fear of crime was cut in half during the same period.

One can cite further evidence of a turnaround in black crime. Researchers at the federal Office of Juvenile Justice and Delinquency Prevention found that in 1980, arrests of young blacks outnumbered arrests of whites more than six to one. By 2002, the gap had been closed to just under four to one.

Drug use among blacks has changed even more dramatically than it has among the population as a whole. As Mr. Latzer points out—and his argument is confirmed by a study by Bruce D. Johnson, Andrew Golub and Eloise Dunlap—among 13,000 people arrested in Manhattan between 1987 and 1997, a disproportionate number of whom were black, those born between 1948 and 1969 were heavily involved with crack cocaine, but those born after 1969 used very little crack and instead smoked marijuana.

The reason was simple: The younger African-Americans had known many people who used crack and other hard drugs and wound up in prisons, hospitals and morgues. The risks of using marijuana were far less serious. This shift in drug use, if the New York City experience is borne out in other locations, can help to explain the fall in black inner-city crime rates after the early 1990s.

John Donohue and Steven Levitt have advanced an additional explanation for the reduction in black crime: the legalization of abortion, which resulted in black children’s never being born into circumstances that would have made them likelier to become criminals. I have ignored that explanation because it remains a strongly contested finding, challenged by two economists at the Federal Reserve Bank of Boston and by various academics.

At the deepest level, many of these shifts, taken together, suggest that crime in the United States is falling—even through the greatest economic downturn since the Great Depression—because of a big improvement in the culture. The cultural argument may strike some as vague, but writers have relied on it in the past to explain both the Great Depression’s fall in crime and the explosion of crime during the sixties. In the first period, on this view, people took self-control seriously; in the second, self-expression—at society’s cost—became more prevalent. It is a plausible case.

Culture creates a problem for social scientists like me, however. We do not know how to study it in a way that produces hard numbers and testable theories. Culture is the realm of novelists and biographers, not of data-driven social scientists. But we can take some comfort, perhaps, in reflecting that identifying the likely causes of the crime decline is even more important than precisely measuring it.

—Mr. Wilson is a senior fellow at the Clough Center at Boston College and taught previously at Harvard, UCLA and Pepperdine. His many books include « The Moral Sense, » « Bureaucracy, » and « Thinking About Crime. » This essay is adapted from the forthcoming issue of City Journal, published by the Manhattan Institute.

Voir également:

Six Social Sources of the U.S. Crime Drop

Chris Uggen and Suzy McElrath

The Society pages

Feb 4, 2013

Chris Uggen

Chris Uggen is a sociologist and criminologist at the University of Minnesota. He believes that good science can light the way to a more just and safer world. He is co-editor of The Society Pages.

Suzy

Suzy McElrath is in the sociology program at the University of Minnesota. She studies the sociology of law and criminology, with a focus on mass atrocity, transitional justice, collective memory, and gender violence.

Each year, when the federal government releases new crime statistics, reporters seek out crime experts to help interpret the numbers. But following three decades of climbing crime rates, the downward trend of the past two decades has left even the experts searching for answers. Crime dropped under Democrats like Bill Clinton and Barack Obama and when Republicans like George W. Bush were in charge. Crime dropped during times of peace and times of war, in the boom times of the late 1990s and in the Great Recession era from 2007 to 2009. In recent years, both criminologists and the public have been baffled by the improving crime situation—especially when many other social indicators looked so bleak.

But social scientists are starting to make sense of the big U.S. crime drop. At least among many of the “street” crimes reported by police and victims, today’s crime rate is roughly half what it was just two decades ago. This isn’t because people are twice as nice. Rather, the reasons behind the crime drop involve everything from an aging population to better policing to the rising ubiquity of cell phones. There’s no single “smoking gun” that can account for the drop: both formal social controls, such as police and prisons, and broader shifts in the population and economy play a part. That is, the main drivers are all social. Crime is less likely these days because of incremental changes in our social lives and interaction with others, including shifts in our institutions, technologies, and cultural practices. Before unpacking these social sources of the crime drop, we need to look a little more closely at its timing and variation across offenses, from auto theft to murder.

Dropping Like a Stone

It might not feel as though the United States is appreciably safer, but both violent and property crimes have dropped steadily and substantially for nearly twenty years. Whether looking to “official” crime (reported to the police) or victimization surveys, the story is the same—both violent and property crimes have dropped like a stone. While crime rose throughout much of the 1960s and ‘70s, most of today’s college freshmen have not experienced a significant rise in the crime rate over the course of their lives.

For all the talk about crime rates (technically, the number of offenses divided by the number of people or households in a given place and time to adjust for population changes), we only have good information about trends for a limited set of offenses—street crimes like murder, rape, robbery, aggravated assault, burglary, theft, auto theft, and arson. Criminologists generally look to two sources of data to measure these crimes, the “official statistics” reported to the police and compiled as “Part I” offenses in the FBI’s Uniform Crime Reports (UCR) and reports from crime victims in the large-scale annual National Crime Victimization Survey (NCVS). The official statistics are invaluable for understanding changes over time, because the reports have been consistently collected from almost every U.S. jurisdiction over several decades. The victimization data are also invaluable, because they help account for the “dark figure” of crime—offenses that go unreported to the police and are thus missing from the official statistics. Although both speak to the wellbeing of citizens and their sense of public safety, they do not necessarily show us the whole crime picture (they omit, for example, most white-collar crime and corporate malfeasance). Nevertheless, when victimization data tell the same story as police statistics, criminologists are generally confident that the trend is real rather than a “blip” or a mirage.

First, let’s look at the “Part I” crime rate according to the official FBI statistics. Property crimes like burglary and theft are much more common than violent crimes such as rape and robbery (as shown by the larger numbers on the left axis relative to the right axis). Both were clearly rising from the 1960s to about 1980. After some fluctuation in the 1970s and ‘80s, both rates of reported violence and property crime fell precipitously in 1991. Since then, official statistics show drops of about 49% and 43%, respectively. The sustained drop-off looks even more remarkable when compared to the earlier climb. Official 2011 statistics show offense rates on par with levels last seen in the 1960s for property crimes and in the early ‘70s for violent crime.

The federal government began taking victimization surveys from a nationally representative sample of households in the 1970s. The victimization picture is clouded by recall errors and other survey methodology challenges, but it’s less distorted by unreported crime than the official statistics. Because the survey was re-designed in 1992, we show only the trend in property and violent victimizations from 1993 onward.

Like the official statistics, the victimization data also show a broad-based and long-term crime decline, though there is some evidence of a slight uptick by 2011. There is a drop in violent victimizations through 2009 and a drop in property victimizations through 2010 (apart from a slight rise in 2006 that followed a change in survey methodology). Over this time, violent victimizations fell by 55% (from approximately 50 per 1,000 persons age 12 or older in 1993 to 23 per 1,000 in 2011). Property crimes fell by 57% (from 319 per 1,000 households in 1993 to 139 per 1,000 households in 2011). In both cases, the victim data suggest that the crime drop may be even larger than that suggested by the official statistics.

It isn’t just one type of crime that fell. All seven of the “Part I” offenses reported in the police statistics and the closest corresponding victimization offenses declined by at least 35% from 1993 to 2011. Although the specific offense categories are not directly comparable, similar types of crimes dropped in both the official statistics and the victimization data. For example, the steepest drops occurred for motor vehicle theft, which fell by 62% in official statistics and 74% in the victimization data. Taken together, this provides firm evidence that the crime drop is real, long-lasting, and broad in scope.

Six Social Sources

The big crime drop implies that either fewer people are participating in crime or that those who do participate are committing crime less frequently. But a society’s rate of crime is not a simple aggregation of the number of “crime-prone” individuals with particular psychological or biological characteristics. Under the right or, more precisely, the wrong social conditions, we are all prone to commit criminal acts. Communities therefore attempt to organize social life in ways that make crime less likely. While we often associate crime with institutions such as the police or courts, anything that alters patterns of human interaction can drive the crime rate up or down. This includes the technology in our cars, the places we go for entertainment, and the medical advances affecting reproduction and aging.

The idea that crime is social rather than individual is a prominent theme in much of the best new research. The crime drop partly reflects the work of institutions that are explicitly designed to increase social control, but it also reflects changes in other institutions designed to perform different societal functions.

Scholars have yet to neatly partition the unique contribution of the six social sources of the crime drop, but we can summarize current thinking about their likely impact.

Formal Social Control and Criminal Opportunities

Punishment

Punishment. No discussion of recent U.S. crime trends would be complete without considering our nation’s prison population, which increased from 241,000 in 1975 to 773,000 in 1990 to over 1.6 million in 2010. Because incarceration rose so rapidly, it is tempting to attribute the lion’s share of the crime drop to the incapacitating effects of prison. But if this were the case, as law professor Franklin Zimring points out, we should have seen an earlier crime drop (when incarceration first boomed in the 1970s). Instead, since crime is closely tied to the demography of the life course, new cohorts of potential offenders are always replacing those removed via incarceration. Moreover, many criminologists believe that prisons are actually criminogenic in the long-run, strengthening criminal ties and disrupting non-criminal opportunities when inmates are released.

In one of the most sophisticated studies of the effect of imprisonment on crime, sociologist Bruce Western estimates that roughly nine-tenths of the crime drop during the 1990s would have occurred without any changes in imprisonment. Economist Steven Levitt attributes up to one-third of the total decline to incarceration. Rising rates of imprisonment thus account for at least some of the crime drop in the 1990s and 2000s, with scholars attributing anywhere from 10 to 30% of the decline to America’s incarceration boom.

Policing

Policing. Both public and private policing strategies have changed considerably over the past several decades, as have the technologies available to law enforcement. Zimring and others conclude that “cops matter,” especially in explaining New York City’s crime decline. More specifically, criminologists David Weisburd and Cody Telep identify targeted policing of high-crime “hot spots,” gun crimes, and high-rate offenders, as well as proactive problem-oriented policing and the use of DNA evidence as police practices that reduce crime. In contrast, they find little evidence for the effectiveness of policing tactics like random preventive patrol, follow-up visits in domestic violence cases, and Drug Abuse Resistance Education (the DARE program).

While Levitt is skeptical about the role of new policing strategies, he attributes a portion of the 1990s crime drop to increases in the number of officers on the street. Because of the criminogenic effects of prison, scholars such as economist Steven Durlauf and criminologist Daniel Nagin propose shifting a greater share of criminal justice funding in policing. Effective law enforcement is part of the picture, says criminologist John MacDonald, but he also argues that public-private security partnerships such as targeted “business improvement districts” have helped to sustain the decline. The unique contribution of policing to the current crime drop is likely significant, but limited—accounting for perhaps 10 to 20% of the overall decline. Moreover, the effectiveness of the formal social controls provided by police depends, in large part, on support from informal social controls provided by families and communities.

Opportunities

Opportunities. Apart from changes in prisons and policing, the opportunities for crime have changed rapidly and dramatically since the 1990s. Technology isn’t an obvious social source of the crime drop, but people have been connecting in fundamentally different ways in the past two decades, altering the risks and rewards of criminal behavior. When it comes to “target hardening” (crime prevention through environmental design), simple changes can make an enormous difference. Recall that the biggest drop among all crime categories was in auto theft—in the United States and around the world, new technologies like car immobilizers, alarms, and central locking and tracking devices have effectively reduced this crime.

More generally, surveillance provides guardianship over ourselves and our property. It may even deter others from acting against us. With regard to a now-common technology, economists Jonathan Klick and Thomas Stratmann and criminologist John MacDonald point to the amazing proliferation of cell phones. They argue that cells increase surveillance and a would-be offender’s risk of apprehension, which affects the perceived costs of crime. Many potential victims now have easy access to a camera and are within a few finger-swipes of a call to 9-1-1. In a follow-up interview with the authors about his research, MacDonald said that the crime drop is “driven in part by target hardening, in part by consumer technological shifts, and in part by the movement of people’s nighttime activities back to the house.” In sum, where we spend our time and who is watching us likely plays a big role in the recent crime decline.

Of course, efforts to constrain criminal opportunities can also constrain non-criminal activities—and while most of us welcome the declining crime rates that accompany greater surveillance, we are far more ambivalent about being watched ourselves. As criminologist Eric Baumer explained to the authors, “not only are we spending more time off the streets and on a computer, but we are being watched or otherwise connected to some form of ‘social control’ pretty constantly when we are out and about.” It is difficult to quantify how myriad small changes in criminal opportunities affected the crime drop, but their combined contribution may be on a par with that of formal policing or prisons.

Social Trends and Institutional Change

Economics

Economics. More than 90% of the “Part I” crimes reported to the police involve some kind of financial gain. The relationship between crime and the economy is more complicated than the simple idea that people “turn to crime” when times are tough, though. Contrary to popular expectations, for example, both victimizations and official crime showed especially steep declines from 2007 to 2009, when unemployment rates soared. Robbery, burglary, and household theft victimizations had been falling by a rate of about 4% per year from 1993-2006, but fell by an average of 6 to 7% per year during the Great Recession.

This is not because crime is unrelated to economic conditions, but because crime is related to so many other things. For example, when people have less disposable income, they may spend more time in the relative safety of their home and less time in riskier places like bars. As noted above regarding opportunities, another reason crime rates are likely to drop when cash-strapped residents stay home at night in front of a television or computer screen is that their mere presence can help prevent burglary and theft.

Criminologists Richard Rosenfeld and Robert Fornango suggest that consumer confidence and the perception of economic hardship may account for as much as one-third of the recent reduction in robbery and property crime. Nevertheless, while economic recessions and consumer sentiment are likely to play some role, they cannot account for the long and steady declines shown in the charts above—boom or bust, crime rates have been dropping for twenty years. For this reason, most criminologists attribute only a small share of the crime drop to economic conditions.

Demography

Demography. Crime, it seems, is largely a young man’s game. For most offenses, crime and arrests peak in the late teen years and early twenties, declining quickly thereafter. During the 1960s and 1970s, the large number of teens and young adults in the Baby Boom cohort drove crime rates higher. In societies that are growing older, such as the contemporary United States, there are simply fewer of the young men who make up the majority of criminal offenders and victims. Due to these life course processes, the age and gender composition of a society is an underlying factor that structures its rate of crime.

An influx of new immigrants might also be contributing to lower crime rates. According to research by sociologist Robert Sampson and his colleagues, immigration can be “protective” against crime, with first-generation immigrants being significantly less likely to commit violence than third-generation Americans, after adjusting for personal and neighborhood characteristics.

While criminologists estimate that demographic changes can account for perhaps 10% of the recent crime drop, these factors are changing too slowly to explain why crime was essentially halved within the course of a single generation.

Social Dynamics

Longer-term Social Dynamics. Drawing back the historical curtain on U.S. crime rates puts the recent drop in perspective. So argued historian Eric Monkkonen, who showed that the urban homicide rates of the nineteenth and early twentieth centuries were on a par with the “peak” rates observed in the early 1990s. In fact, historical evidence amassed by scholars including psychologist Steven Pinker and historical criminologist Manuel Eisner convincingly shows that personal violent crime began declining in Western nations as early as the sixteenth century. While this research has emphasized violent crimes, similar processes may hold for crime more generally. Perhaps the rising crime rate from World War II through the early 1990s was simply a small spike that temporarily obscured a much longer downward trend.

This long historical sweep may offer little solace to those confronted by crime today, but the encouraging long-term trend suggests explanations with deep roots. Eisner points to subtle shifts in parenting occurring over a long time span; Pinker suggests greater interdependence and broadened circles of people with whom we can empathize. Both draw on classic sociological work by Emile Durkheim and Norbert Elias, who attributed historical changes in crime and social disorder to changes in the relation between individuals and society. The centuries-long crime story is perhaps best explained by the gradual development of formal and informal social controls on our behavior. In this light, Baumer argues that we should at least think more expansively about the contemporary crime drop. We cannot say for certain where the crime rate will be in five years, but if we had to bet where the crime rate would be in one hundred years, we could be reasonably confident it’d be measurably lower than it is today.

Room for Improvement

Criminologists almost universally acknowledge a sizeable crime drop over the last twenty years. This does not mean that everyone’s neighborhood became safer or that crime in the United States is low relative to other industrialized nations. In fact, U.S. homicide rates are more than double those of Canada, Japan, and much of Europe. Nevertheless, the U.S. crime picture has improved markedly, with significant across-the-board drops in violent and property offenses. Moreover, as Baumer points out, even behaviors like drinking, drug use, and risky sex are declining, especially among young people.

We cannot explain such a sharp decline without reference to the social institutions, conditions, and practices shaping crime and its control. In particular, social scientists point to punishment, policing, opportunities, economics, demography, and history, though there is little consensus about the relative contribution of each. Further disentangling each factor’s unique contribution is a worthy endeavor, but it should not obscure a fundamental point: it is their entanglement in our social world that reduces crime.

Recommended Reading

Eric P. Baumer and Kevin Wolff. Forthcoming. “Evaluating the Contemporary Crime Drop(s) in America, New York City, and Many Other Places,” Justice Quarterly. An up-to-the-minute appraisal of explanations for local, national, and global crime trends.

Manuel Eisner. 2003. “Long-Term Historical Trends in Violent Crime,” Crime and Justice. A rich treatment of the decline in European homicide rates from the 16th to 20th centuries.

Steven D. Levitt. 2004. “Understanding Why Crime Fell in the 1990s: Four Factors that Explain the Decline and Six that Do Not,” Journal of Economic Perspectives. A systematic appraisal of explanations for the crime decline by the renowned economist and Freakonomics author.

Eric H. Monkkonen. 2002. “Homicide in New York, Los Angeles, and Chicago,” The Journal of Criminal Law and Criminology. A careful historical examination of homicide in the 19th and 20th centuries.

Franklin E. Zimring. 2007. The Great American Crime Decline. A well-written and thoroughgoing account of the U.S. crime drop.

- See more at: http://thesocietypages.org/papers/crime-drop/#sthash.craHnp8m.dpuf

Voir encore:

America’s falling crime rate

Good news is no news

Americans are committing fewer crimes, though nobody seems to know quite why

Jun 2nd 2011

INTUITIVE theories are often easier to believe in than to prove. For instance: conventional wisdom says that the crime rate should rise during a recession. When people are out of work and out of money, the thinking goes, they turn to crime. But the evidence backing this theory is at best equivocal. There seem to be some links between crime and economic conditions, but they are neither as direct nor clear as one might assume. Crime rose during the Roaring Twenties then fell in the Depression. America’s economy expanded and crime rates rose in the 1960s. Rates fell throughout the 1990s, when America’s economy was healthy, but they kept falling during the recession in the early 2000s (see chart).

And during the current downturn, the unemployment rate rose as the crime rate fell. Between 2008 and 2009 violent crime fell by 5.3% and property crime by 4.6%; between 2009 and 2010, according to the preliminary Uniform Crime Report released by the FBI on May 23rd, violent crime fell by another 5.5% and property crime by 2.8%. Robberies—precisely the crime one might expect to rise during tough economic times—fell by 9.5% between 2009 to 2010. The decline in violent crimes was sharpest in small towns, where the rate dropped by more than 25%, and among regions sharpest in the South, which saw a 7.5% decline. Only two cities with more than 1m people—San Antonio and New York—saw their crime rates rise. And some perspective is warranted there: in 1991 around 2,200 people were murdered in New York. Last year just 536 were. Overall, America’s violent-crime rate is at its lowest level in around 40 years, and its murder rate at its lowest in almost 50.

According to the social scientists, this was not supposed to happen. In 1995 James Wilson, who came up with the “broken windows” theory of crime prevention widely credited with making New York safer, warned that by 2000 there would be “30,000 more young muggers, killers and thieves than we have now. Get ready.” One year later John DiLulio, another political scientist who studies crime, warned of a wave of “juvenile super-predators” wreaking havoc by 2010. Yet even as they wrote, the violent-crime rate had already begun to fall. Except for a bit of a rise from 2004 to 2006, it has fallen every year since 1991.

Although nobody predicted the striking decline in crime during the 1990s, in hindsight theories explaining it abound. Some give credit to smarter police tactics: particularly quantitative methods and “broken windows” policing. Others point to the increased availability of legal abortion in the 1970s, resulting in fewer children born to teenage, unwed and poor mothers: precisely the sorts of children who commit crimes at high rates during adolescence. There is also the waning of violence associated with the crack market, and the increased incarceration rate, which keeps more criminals off the street for longer (though at tremendous cost).

Although these factors explain the drop since the late 1980s, they do not explain the sharp drop in the past two years. For that Al Blumstein, a criminologist who heads the National Consortium on Violence Research, posits an “Obama effect”, in which the election of America’s first black president inspires a significant number of young black men away from violence. And indeed between 2008 and 2009, the numbers of blacks arrested for murder and robbery each declined by over 2%, though this theory has more narrative than evidentiary appeal.

Another theory concerns lead. Exposure to lead in childhood has been linked to aggression and criminal behaviour in adults. Jessica Wolpaw Reyes, an economist at Amherst College, argues that the decline in American children’s exposure to lead since it was phased out of gasoline in the 1970s and removed almost entirely by 1985, accounts for much of the decline in violent crime in the 1990s. It may account for even more, as more of America’s unleaded children enter adolescence and their early 20s. And then there are those perennial bogeymen, video games and the internet, affordable forms of entertainment that keep people inside, and away from real crime and drugs.

Voir de même:

America’s Real Criminal Element: Lead

New research finds Pb is the hidden villain behind violent crime, lower IQs, and even the ADHD epidemic. And fixing the problem is a lot cheaper than doing nothing.

Kevin Drum

Mother Jones

Jan. 3, 2013

When Rudy Giuliani ran for mayor of New York City in 1993, he campaigned on a platform of bringing down crime and making the city safe again. It was a comfortable position for a former federal prosecutor with a tough-guy image, but it was more than mere posturing. Since 1960, rape rates had nearly quadrupled, murder had quintupled, and robbery had grown fourteenfold. New Yorkers felt like they lived in a city under siege.

Throughout the campaign, Giuliani embraced a theory of crime fighting called « broken windows, » popularized a decade earlier by James Q. Wilson and George L. Kelling in an influential article in The Atlantic. [8] « If a window in a building is broken and is left unrepaired, » they observed, « all the rest of the windows will soon be broken. » So too, tolerance of small crimes would create a vicious cycle ending with entire neighborhoods turning into war zones. But if you cracked down on small crimes, bigger crimes would drop as well.

Giuliani won the election, and he made good on his crime-fighting promises by selecting Boston police chief Bill Bratton as the NYPD’s new commissioner. Bratton had made his reputation as head of the New York City Transit Police, where he aggressively applied broken-windows policing to turnstile jumpers and vagrants in subway stations. With Giuliani’s eager support, he began applying the same lessons to the entire city, going after panhandlers, drunks, drug pushers, and the city’s hated squeegee men. And more: He decentralized police operations and gave precinct commanders more control, keeping them accountable with a pioneering system called CompStat that tracked crime hot spots in real time.

The results were dramatic. In 1996, the New York Times reported [9] that crime had plunged for the third straight year, the sharpest drop since the end of Prohibition. Since 1993, rape rates had dropped 17 percent, assault 27 percent, robbery 42 percent, and murder an astonishing 49 percent. Giuliani was on his way to becoming America’s Mayor and Bratton was on the cover of Time. It was a remarkable public policy victory.

But even more remarkable is what happened next. Shortly after Bratton’s star turn, political scientist John DiIulio warned that the echo of the baby boom would soon produce a demographic bulge of millions of young males that he famously dubbed « juvenile super-predators [10]. » Other criminologists nodded along. But even though the demographic bulge came right on schedule, crime continued to drop. And drop. And drop. By 2010, violent crime rates in New York City had plunged 75 percent from their peak in the early ’90s.

All in all, it seemed to be a story with a happy ending, a triumph for Wilson and Kelling’s theory and Giuliani and Bratton’s practice. And yet, doubts remained. For one thing, violent crime actually peaked in New York City in 1990, four years before the Giuliani-Bratton era. By the time they took office, it had already dropped 12 percent.

The PB Effect

What happens when you expose a generation of kids to high lead levels? Crime and teen pregnancy data two decades later tell a startling story.

Second, and far more puzzling, it’s not just New York that has seen a big drop in crime. In city after city, violent crime peaked in the early ’90s and then began a steady and spectacular decline. Washington, DC, didn’t have either Giuliani or Bratton, but its violent crime rate has dropped 58 percent since its peak. Dallas’ has fallen 70 percent. Newark: 74 percent. Los Angeles: 78 percent.

There must be more going on here than just a change in policing tactics in one city. But what?

There are, it turns out, plenty of theories. When I started research for this story, I worked my way through a pair of thick [11] criminology tomes [12]. One chapter regaled me with the « exciting possibility » that it’s mostly a matter of economics: Crime goes down when the economy is booming and goes up when it’s in a slump. Unfortunately, the theory doesn’t seem to hold water—for example, crime rates have continued to drop recently despite our prolonged downturn.

Another chapter suggested that crime drops in big cities were mostly a reflection of the crack epidemic of the ’80s finally burning itself out. A trio of authors identified three major « drug eras » in New York City, the first dominated by heroin, which produced limited violence, and the second by crack, which generated spectacular levels of it. In the early ’90s, these researchers proposed, the children of CrackGen switched to marijuana, choosing a less violent and more law-abiding lifestyle. As they did, crime rates in New York and other cities went down.

Another chapter told a story of demographics: As the number of young men increases, so does crime. Unfortunately for this theory, the number of young men increased during the ’90s, but crime dropped anyway.

There were chapters in my tomes on the effect of prison expansion. On guns and gun control. On family. On race. On parole and probation. On the raw number of police officers. It seemed as if everyone had a pet theory. In 1999, economist Steven Levitt, later famous as the coauthor of Freakonomics, teamed up with John Donohue to suggest that crime dropped because of Roe v. Wade [13]; legalized abortion, they argued, led to fewer unwanted babies, which meant fewer maladjusted and violent young men two decades later.

But there’s a problem common to all of these theories: It’s hard to tease out actual proof. Maybe the end of the crack epidemic contributed to a decline in inner-city crime, but then again, maybe it was really the effect of increased incarceration, more cops on the beat, broken-windows policing, and a rise in abortion rates 20 years earlier. After all, they all happened at the same time.

To address this problem, the field of econometrics gives researchers an enormous toolbox of sophisticated statistical techniques. But, notes statistician and conservative commentator Jim Manzi in his recent book Uncontrolled [14], econometrics consistently fails to explain most of the variation in crime rates. After reviewing 122 known field tests, Manzi found that only 20 percent demonstrated positive results for specific crime-fighting strategies, and none of those positive results were replicated in follow-up studies.

Did Lead Make You Dumber?

Even low levels have a significant effect.

So we’re back to square one. More prisons might help control crime, more cops might help, and better policing might help. But the evidence is thin for any of these as the main cause. What are we missing?

Experts often suggest that crime resembles an epidemic. But what kind? Karl Smith, a professor of public economics and government at the University of North Carolina-Chapel Hill, has a good rule of thumb for categorizing epidemics [15]: If it spreads along lines of communication, he says, the cause is information. Think Bieber Fever. If it travels along major transportation routes, the cause is microbial. Think influenza. If it spreads out like a fan, the cause is an insect. Think malaria. But if it’s everywhere, all at once—as both the rise of crime in the ’60s and ’70s and the fall of crime in the ’90s seemed to be—the cause is a molecule.

A molecule? That sounds crazy. What molecule could be responsible for a steep and sudden decline in violent crime?

Well, here’s one possibility: Pb(CH2CH3)4.

In 1994, Rick Nevin was a consultant working for the US Department of Housing and Urban Development on the costs and benefits of removing lead paint from old houses. This has been a topic of intense study because of the growing body of research linking lead exposure in small children with a whole raft of complications later in life, including lower IQ, hyperactivity, behavioral problems, and learning disabilities.

But as Nevin was working on that assignment, his client suggested they might be missing something. A recent study had suggested a link between childhood lead exposure and juvenile delinquency later on. Maybe reducing lead exposure had an effect on violent crime too?

That tip took Nevin in a different direction. The biggest source of lead in the postwar era, it turns out, wasn’t paint. It was leaded gasoline. And if you chart the rise and fall of atmospheric lead caused by the rise and fall of leaded gasoline consumption, you get a pretty simple upside-down U: Lead emissions from tailpipes rose steadily from the early ’40s through the early ’70s, nearly quadrupling over that period. Then, as unleaded gasoline began to replace leaded gasoline, emissions plummeted.

Gasoline lead may explain as much as 90 percent of the rise and fall of violent crime over the past half century.

Intriguingly, violent crime rates followed the same upside-down U pattern. The only thing different was the time period: Crime rates rose dramatically in the ’60s through the ’80s, and then began dropping steadily starting in the early ’90s. The two curves looked eerily identical, but were offset by about 20 years.

So Nevin dove in further, digging up detailed data on lead emissions and crime rates to see if the similarity of the curves was as good as it seemed. It turned out to be even better: In a 2000 paper [16] (PDF) he concluded that if you add a lag time of 23 years, lead emissions from automobiles explain 90 percent of the variation in violent crime in America. Toddlers who ingested high levels of lead in the ’40s and ’50s really were more likely to become violent criminals in the ’60s, ’70s, and ’80s.

And with that we have our molecule: tetraethyl lead, the gasoline additive invented by General Motors in the 1920s to prevent knocking and pinging in high-performance engines. As auto sales boomed after World War II, and drivers in powerful new cars increasingly asked service station attendants to « fill ‘er up with ethyl, » they were unwittingly creating a crime wave two decades later.

It was an exciting conjecture, and it prompted an immediate wave of…nothing. Nevin’s paper was almost completely ignored, and in one sense it’s easy to see why—Nevin is an economist, not a criminologist, and his paper was published in Environmental Research, not a journal with a big readership in the criminology community. What’s more, a single correlation between two curves isn’t all that impressive, econometrically speaking. Sales of vinyl LPs rose in the postwar period too, and then declined in the ’80s and ’90s. Lots of things follow a pattern like that. So no matter how good the fit, if you only have a single correlation it might just be a coincidence. You need to do something more to establish causality.

As it turns out, however, a few hundred miles north someone was doing just that. In the late ’90s, Jessica Wolpaw Reyes was a graduate student at Harvard casting around for a dissertation topic that eventually became a study she published in 2007 as a public health policy professor at Amherst. « I learned about lead because I was pregnant and living in old housing in Harvard Square, » she told me, and after attending a talk where future Freakonomics star Levitt outlined his abortion/crime theory, she started thinking about lead and crime. Although the association seemed plausible, she wanted to find out whether increased lead exposure caused increases in crime. But how?

In states where consumption of leaded gasoline declined slowly, crime declined slowly. Where it declined quickly, crime declined quickly.

The answer, it turned out, involved « several months of cold calling » to find lead emissions data at the state level. During the ’70s and ’80s, the introduction of the catalytic converter, combined with increasingly stringent Environmental Protection Agency rules, steadily reduced the amount of leaded gasoline used in America, but Reyes discovered that this reduction wasn’t uniform. In fact, use of leaded gasoline varied widely among states, and this gave Reyes the opening she needed. If childhood lead exposure really did produce criminal behavior in adults, you’d expect that in states where consumption of leaded gasoline declined slowly, crime would decline slowly too. Conversely, in states where it declined quickly, crime would decline quickly. And that’s exactly what she found [17].

Meanwhile, Nevin had kept busy as well, and in 2007 he published a new paper looking at crime trends around the world [18] (PDF). This way, he could make sure the close match he’d found between the lead curve and the crime curve wasn’t just a coincidence. Sure, maybe the real culprit in the United States was something else happening at the exact same time, but what are the odds of that same something happening at several different times in several different countries?

Nevin collected lead data and crime data for Australia and found a close match. Ditto for Canada. And Great Britain and Finland and France and Italy and New Zealand and West Germany. Every time, the two curves fit each other astonishingly well. When I spoke to Nevin about this, I asked him if he had ever found a country that didn’t fit the theory. « No, » he replied. « Not one. »

Just this year, Tulane University researcher Howard Mielke published a paper [19] with demographer Sammy Zahran on the correlation of lead and crime at the city level. They studied six US cities that had both good crime data and good lead data going back to the ’50s, and they found a good fit in every single one. In fact, Mielke has even studied lead concentrations at the neighborhood level in New Orleans and shared his maps with the local police. « When they overlay them with crime maps, » he told me, « they realize they match up. »

Location, Location, Location

In New Orleans, lead levels can vary dramatically from one neighborhood to the next—and the poorest neighborhoods tend to be the worst hit.

Maps by Karen Minot

Put all this together and you have an astonishing body of evidence. We now have studies at the international level, the national level, the state level, the city level, and even the individual level. Groups of children have been followed from the womb to adulthood, and higher childhood blood lead levels are consistently associated with higher adult arrest rates for violent crimes [20]. All of these studies tell the same story: Gasoline lead is responsible for a good share of the rise and fall of violent crime over the past half century.

When differences of atmospheric lead density between big and small cities largely went away, so did the difference in murder rates.

Like many good theories, the gasoline lead hypothesis helps explain some things we might not have realized even needed explaining. For example, murder rates have always been higher in big cities than in towns and small cities. We’re so used to this that it seems unsurprising, but Nevin points out that it might actually have a surprising explanation—because big cities have lots of cars in a small area, they also had high densities of atmospheric lead during the postwar era. But as lead levels in gasoline decreased, the differences between big and small cities largely went away. And guess what? The difference in murder rates went away too. Today, homicide rates are similar in cities of all sizes [21]. It may be that violent crime isn’t an inevitable consequence of being a big city after all.

The gasoline lead story has another virtue too: It’s the only hypothesis that persuasively explains both the rise of crime in the ’60s and ’70s and its fall beginning in the ’90s. Two other theories—the baby boom demographic bulge and the drug explosion of the ’60s—at least have the potential to explain both, but neither one fully fits the known data. Only gasoline lead, with its dramatic rise and fall following World War II, can explain the equally dramatic rise and fall in violent crime.

If econometric studies were all there were to the story of lead, you’d be justified in remaining skeptical no matter how good the statistics look. Even when researchers do their best—controlling for economic growth, welfare payments, race, income, education level, and everything else they can think of—it’s always possible that something they haven’t thought of is still lurking in the background. But there’s another reason to take the lead hypothesis seriously, and it might be the most compelling one of all: Neurological research is demonstrating that lead’s effects are even more appalling, more permanent, and appear at far lower levels than we ever thought. For starters, it turns out that childhood lead exposure at nearly any level can seriously and permanently reduce IQ. Blood lead levels are measured in micrograms per deciliter, and levels once believed safe—65 μg/dL, then 25, then 15, then 10—are now known to cause serious damage. The EPA now says [22] flatly that there is « no demonstrated safe concentration of lead in blood, » and it turns out that even levels under 10 μg/dL can reduce IQ by as much as seven points. An estimated 2.5 percent of children nationwide have lead levels above 5 μg/dL.

Is there lead in your house? [2]

Is There Lead in Your House? [2]

But we now know that lead’s effects go far beyond just IQ. Not only does lead promote apoptosis, or cell death, in the brain, but the element is also chemically similar to calcium. When it settles in cerebral tissue, it prevents calcium ions from doing their job, something that causes physical damage to the developing brain that persists into adulthood.

Only in the last few years have we begun to understand exactly what effects this has. A team of researchers at the University of Cincinnati has been following a group of 300 children for more than 30 years and recently performed a series of MRI scans that highlighted the neurological differences between subjects who had high and low exposure to lead during early childhood.

High childhood exposure damages a part of the brain linked to aggression control and « executive functions. » And the impact turns out to be greater among boys.

One set of scans [23] found that lead exposure is linked to production of the brain’s white matter—primarily a substance called myelin, which forms an insulating sheath around the connections between neurons. Lead exposure degrades both the formation and structure of myelin, and when this happens, says Kim Dietrich, one of the leaders of the imaging studies, « neurons are not communicating effectively. » Put simply, the network connections within the brain become both slower and less coordinated.

A second study [24] found that high exposure to lead during childhood was linked to a permanent loss of gray matter in the prefrontal cortex—a part of the brain associated with aggression control as well as what psychologists call « executive functions »: emotional regulation, impulse control, attention, verbal reasoning, and mental flexibility. One way to understand this, says Kim Cecil, another member of the Cincinnati team, is that lead affects precisely the areas of the brain « that make us most human. »

So lead is a double whammy: It impairs specific parts of the brain responsible for executive functions and it impairs the communication channels between these parts of the brain. For children like the ones in the Cincinnati study, who were mostly inner-city kids with plenty of strikes against them already, lead exposure was, in Cecil’s words, an « additional kick in the gut. » And one more thing: Although both sexes are affected by lead, the neurological impact turns out to be greater among boys than girls.

Other recent [25] studies link [26] even minuscule blood lead levels with attention deficit/hyperactivity disorder. Even at concentrations well below those usually considered safe—levels still common today—lead increases the odds of kids developing ADHD.

In other words, as Reyes summarized the evidence in her paper, even moderately high levels of lead exposure are associated with aggressivity, impulsivity, ADHD, and lower IQ. And right there, you’ve practically defined the profile of a violent young offender.

Needless to say, not every child exposed to lead is destined for a life of crime. Everyone over the age of 40 was probably exposed to too much lead during childhood, and most of us suffered nothing more than a few points of IQ loss. But there were plenty of kids already on the margin, and millions of those kids were pushed over the edge from being merely slow or disruptive to becoming part of a nationwide epidemic of violent crime. Once you understand that, it all becomes blindingly obvious. Of course massive lead exposure among children of the postwar era led to larger numbers of violent criminals in the ’60s and beyond. And of course when that lead was removed in the ’70s and ’80s, the children of that generation lost those artificially heightened violent tendencies.

Police chiefs « want to think what they do on a daily basis matters, » says a public health expert. « And it does. » But maybe not as much as they think.

But if all of this solves one mystery, it shines a high-powered klieg light on another: Why has the lead/crime connection been almost completely ignored in the criminology community? In the two big books I mentioned earlier, one has no mention of lead at all and the other has a grand total of two passing references. Nevin calls it « exasperating » that crime researchers haven’t seriously engaged with lead, and Reyes told me that although the public health community was interested in her paper, criminologists have largely been AWOL. When I asked Sammy Zahran about the reaction to his paper with Howard Mielke on correlations between lead and crime at the city level, he just sighed. « I don’t think criminologists have even read it, » he said. All of this jibes with my own reporting. Before he died last year, James Q. Wilson—father of the broken-windows theory, and the dean of the criminology community—had begun to accept that lead probably played a meaningful role in the crime drop of the ’90s. But he was apparently an outlier. None of the criminology experts I contacted showed any interest in the lead hypothesis at all.

Why not? Mark Kleiman [27], a public policy professor at the University of California-Los Angeles who has studied promising methods of controlling crime, suggests that because criminologists are basically sociologists, they look for sociological explanations, not medical ones. My own sense is that interest groups probably play a crucial role: Political conservatives want to blame the social upheaval of the ’60s for the rise in crime that followed. Police unions have reasons for crediting its decline to an increase in the number of cops. Prison guards like the idea that increased incarceration is the answer. Drug warriors want the story to be about drug policy. If the actual answer turns out to be lead poisoning, they all lose a big pillar of support for their pet issue. And while lead abatement could be big business for contractors and builders, for some reason their trade groups have never taken it seriously.

More generally, we all have a deep stake in affirming the power of deliberate human action. When Reyes once presented her results to a conference of police chiefs, it was, unsurprisingly, a tough sell. « They want to think that what they do on a daily basis matters, » she says. « And it does. » But it may not matter as much as they think.

So is this all just an interesting history lesson? After all, leaded gasoline has been banned since 1996, so even if it had a major impact on violent crime during the 20th century, there’s nothing more to be done on that front. Right?

Wrong. As it turns out, tetraethyl lead is like a zombie that refuses to die. Our cars may be lead-free today, but they spent more than 50 years spewing lead from their tailpipes, and all that lead had to go somewhere. And it did: It settled permanently into the soil that we walk on, grow our food in, and let our kids play around.

That’s especially true in the inner cores of big cities, which had the highest density of automobile traffic. Mielke has been studying lead in soil for years, focusing most of his attention on his hometown of New Orleans, and he’s measured 10 separate census tracts there with lead levels over 1,000 parts per million.

To get a sense of what this means, you have to look at how soil levels of lead typically correlate with blood levels, which are what really matter. Mielke has studied this in New Orleans [28], and it turns out that the numbers go up very fast even at low levels. Children who live in neighborhoods with a soil level of 100 ppm have average blood lead concentrations of 3.8 μg/dL—a level that’s only barely tolerable. At 500 ppm, blood levels go up to 5.9 μg/dL, and at 1,000 ppm they go up to 7.5 μg/dL. These levels are high enough to do serious damage.

« I know people who have moved into gentrified neighborhoods and immediately renovate everything. They create huge hazards for their kids. »

Mielke’s partner, Sammy Zahran, walked me through a lengthy—and hair-raising—presentation about the effect that all that old gasoline lead continues to have in New Orleans. The very first slide describes the basic problem: Lead in soil doesn’t stay in the soil. Every summer, like clockwork, as the weather dries up, all that lead gets kicked back into the atmosphere in a process called resuspension. The zombie lead is back to haunt us.

Mark Laidlaw, a doctoral student who has worked with Mielke, explains how this works [29]: People and pets track lead dust from soil into houses, where it’s ingested by small children via hand-to-mouth contact. Ditto for lead dust generated by old paint inside houses. This dust cocktail is where most lead exposure today comes from.

Paint hasn’t played a big role in our story so far, but that’s only because it didn’t play a big role in the rise of crime in the postwar era and its subsequent fall. Unlike gasoline lead, lead paint was a fairly uniform problem during this period, producing higher overall lead levels, especially in inner cities, but not changing radically over time. (It’s a different story with the first part of the 20th century, when use of lead paint did rise and then fall somewhat dramatically. Sure enough, murder rates rose and fell in tandem.)

And just like gasoline lead, a lot of that lead in old housing is still around. Lead paint chips flaking off of walls are one obvious source of lead exposure, but an even bigger one, says Rick Nevin, are old windows. Their friction surfaces generate lots of dust as they’re opened and closed. (Other sources—lead pipes and solder, leaded fuel used in private aviation, and lead smelters—account for far less.)

We know that the cost of all this lead is staggering, not just in lower IQs, delayed development, and other health problems, but in increased rates of violent crime as well. So why has it been so hard to get it taken seriously?

There are several reasons. One of them was put bluntly by Herbert Needleman, one of the pioneers of research into the effect of lead on behavior. A few years ago, a reporter from the Baltimore City Paper asked him why so little progress had been made recently on combating the lead-poisoning problem. « Number one, » he said without hesitation [30], « it’s a black problem. » But it turns out that this is an outdated idea. Although it’s true that lead poisoning affects low-income neighborhoods disproportionately, it affects plenty of middle-class and rich neighborhoods as well. « It’s not just a poor-inner-city-kid problem anymore, » Nevin says. « I know people who have moved into gentrified neighborhoods and immediately renovate everything. And they create huge hazards for their kids. »

Tamara Rubin, who lives in a middle-class neighborhood in Portland, Oregon, learned this the hard way when two of her children developed lead poisoning after some routine home improvement in 2005. A few years later, Rubin started the Lead Safe America Foundation [31], which advocates for lead abatement and lead testing. Her message: If you live in an old neighborhood or an old house, get tested. And if you renovate, do it safely.

Another reason that lead doesn’t get the attention it deserves is that too many people think the problem was solved years ago. They don’t realize how much lead is still hanging around, and they don’t understand just how much it costs us.

It’s difficult to put firm numbers to the costs and benefits of lead abatement. But for a rough idea, let’s start with the two biggest costs. Nevin estimates that there are perhaps 16 million pre-1960 houses with lead-painted windows, and replacing them all would cost something like $10 billion per year over 20 years. Soil cleanup in the hardest-hit urban neighborhoods is tougher to get a handle on, with estimates ranging from $2 to $36 per square foot. A rough extrapolation from Mielke’s estimate to clean up New Orleans suggests that a nationwide program might cost another $10 billion per year.

We can either get rid of the remaining lead, or we can wait 20 years and then lock up all the kids who’ve turned into criminals.

So in round numbers that’s about $20 billion per year for two decades. But the benefits would be huge. Let’s just take a look at the two biggest ones. By Mielke and Zahran’s estimates, [32] if we adopted the soil standard of a country like Norway (roughly 100 ppm or less), it would bring about $30 billion in annual returns from the cognitive benefits alone (higher IQs, and the resulting higher lifetime earnings). Cleaning up old windows might double this. And violent crime reduction would be an even bigger benefit. Estimates here are even more difficult, but Mark Kleiman suggests that a 10 percent drop in crime—a goal that seems reasonable if we get serious about cleaning up the last of our lead problem—could produce benefits as high as $150 billion per year.

Put this all together and the benefits of lead cleanup could be in the neighborhood of $200 billion per year. In other words, an annual investment of $20 billion for 20 years could produce returns of 10-to-1 every single year for decades to come. Those are returns that Wall Street hedge funds can only dream of.

Memo to Deficit Hawks: Get the Lead Out

Lead abatement isn’t cheap, but the return on investment is mind-blowing.

There’s a flip side to this too. At the same time that we should reassess the low level of attention we pay to the remaining hazards from lead, we should probably also reassess the high level of attention we’re giving to other policies. Chief among these is the prison-building boom that started in the mid-’70s. As crime scholar William Spelman wrote a few years ago, states have « doubled their prison populations, then doubled them again, increasing their costs by more than $20 billion per year »—money that could have been usefully spent on a lot of other things. And while some scholars conclude that the prison boom had an effect on crime, recent research suggests that rising incarceration rates suffer from diminishing returns: Putting more criminals behind bars is useful up to a point, but beyond that we’re just locking up more people without having any real impact on crime. What’s more, if it’s true that lead exposure accounts for a big part of the crime decline that we formerly credited to prison expansion and other policies, those diminishing returns might be even more dramatic than we believe. We probably overshot on prison construction years ago; one doubling might have been enough. Not only should we stop adding prison capacity, but we might be better off returning to the incarceration rates we reached in the mid-’80s.

So this is the choice before us: We can either attack crime at its root by getting rid of the remaining lead in our environment, or we can continue our current policy of waiting 20 years and then locking up all the lead-poisoned kids who have turned into criminals. There’s always an excuse not to spend more money on a policy as tedious-sounding as lead abatement—budgets are tight, and research on a problem as complex as crime will never be definitive—but the association between lead and crime has, in recent years, become pretty overwhelming. If you gave me the choice, right now, of spending $20 billion less on prisons and cops and spending $20 billion more on getting rid of lead, I’d take the deal in a heartbeat. Not only would solving our lead problem do more than any prison to reduce our crime problem, it would produce smarter, better-adjusted kids in the bargain. There’s nothing partisan about this, nothing that should appeal more to one group than another. It’s just common sense. Cleaning up the rest of the lead that remains in our environment could turn out to be the cheapest, most effective crime prevention tool we have. And we could start doing it tomorrow.

Support for this story was provided by a grant from the Puffin Foundation Investigative Journalism Project.

Source URL: http://www.motherjones.com/environment/2013/01/lead-crime-link-gasoline

Links:

[1] http://www.motherjones.com/environment/2013/01/lead-crime-link-gasoline

[2] http://www.motherjones.com/environment/2013/01/lead-poisoning-house-pipes-soil-paint

[3] http://www.motherjones.com/environment/2012/12/soil-lead-researcher-howard-mielke

[4] http://www.motherjones.com/blue-marble/2013/01/lead-shooting-ranges-osha

[5] http://www.motherjones.com/kevin-drum/2013/01/does-lead-paint-produce-more-crime-too

[6] http://www.motherjones.com/kevin-drum/2012/08/lead-in-tap-water

[7] http://www.motherjones.com/topics/lead-and-crime

[8] http://www.theatlantic.com/magazine/archive/1982/03/broken-windows/304465/

[9] http://www.nytimes.com/1996/12/20/nyregion/new-york-crime-rate-plummets-to-levels-not-seen-in-30-years.html?pagewanted=all&src=pm

[10] http://www.city-journal.org/html/6_2_my_black.html

[11] http://www.powells.com/biblio/61-9780521681483-1

[12] http://www.powells.com/biblio?isbn=0195399358

[13] http://www.slate.com/articles/news_and_politics/dialogues/features/1999/does_abortion_prevent_crime/_2.html

[14] http://www.powells.com/biblio/64-9780465023240-0

[15] http://modeledbehavior.com/2012/01/08/on-lead/

[16] http://www.ricknevin.com/uploads/Nevin_2000_Env_Res_Author_Manuscript.pdf

[17] http://www.nber.org/papers/w13097

[18] http://pic.plover.com/Nevin/Nevin2007.pdf

[19] http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0160412012000566

[20] http://www.plosmedicine.org/article/info:doi/10.1371/journal.pmed.0050101

[21] http://bjs.ojp.usdoj.gov/content/homicide/city.cfm

[22] https://www.motherjones.com/documents/531159-americas-children-and-the-environment-epa#document/p42/a84512

[23] http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2789851/

[24] http://www.plosmedicine.org/article/info%3Adoi%2F10.1371%2Fjournal.pmed.0050112

[25] http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2810427/

[26] http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17185283

[27] http://publicaffairs.ucla.edu/mark-ar-kleiman

[28] http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S004896970700842X

[29] http://urbanleadpoisoning.com

[30] http://www2.citypaper.com/news/story.asp?id=9738

[31] http://www.leadsafeamerica.org/leadsafeamerica.org/Home.html

[32] http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0048969710012672

Voir aussi:

Lead and Crime: Baselines vs. Crime Waves

Kevin Drum

Mother Jones

Jan. 10, 2013

Whenever you write about a complicated subject, you struggle with how best to explain things. In the end, you always hope you got your point across in a way that sinks in, but you’re never quite sure. And one of the things I’m not sure I explained well in my piece about the link between lead and violent crime [1] is precisely how important the effect of lead on crime is. After all, the causes of crime are varied and complex. Surely lead isn’t the whole answer?

It’s not, and I don’t want anyone to come away from my article thinking that. If we eliminated every microgram of lead from the planet, we’d still have plenty of crime. So here’s a way to think about it. If you take a look at violent crime rates in America, you’d expect to see a sort of baseline level of crime. That level will depend on lots of things: poverty, drugs, guns, race, family structure, etc. But starting in the mid-60s, we saw an enormous rise in crime, well above any sensible sort of baseline. Then, in the 90s, we saw an equally enormous decline. The chart below illustrates this. (The numbers themselves aren’t precise, so don’t take them too seriously. I’m just trying to illustrate a point.)

The baseline crime rate is the light red portion at the bottom. It goes up and down a bit over time, but also—and I’m guessing here—shows a steady, modest rise since the 60s. Most likely, the reason for this lies with all the usual suspects.

But then, in dark red, there’s the huge crime wave that lasted nearly 50 years from start to finish. That’s the part the lead hypothesis aims to explain. And the reason we need an explanation is simple: the usual suspects simply don’t seem to do a very good job of accounting for a gigantic, temporary rise and fall in violent crime rates. Within the criminology community, literally no one predicted the huge decline in crime that began in the early 90s. Their focus was on all the usual sociological causes, and they had no reason to think those were going to suddenly improve.

And they were right. For the most part, they didn’t improve. It’s true that the crack epidemic of the 80s burned out, but no one really knows the underlying reason for that. Policing tactics changed in some places, but crime dropped everywhere, so that’s not a very compelling explanation either. Aside from that, poverty didn’t change much, and neither did race or guns or demographics or the number of broken familes or anything else.

The truth is that there’s just not a good conventional explanation for both the huge rise and the huge fall in crime of the past half century. That’s one of the reasons the lead hypothesis deserves such serious consideration. Not only does it fit the data well and make sense based on what we know about the neurological effects of lead. It’s also just about the only good explanation we’ve got. Other factors are still important, and they probably explain rises and falls in the baseline rate of crime. But lead is the best explanation we have for the rest of it.

Source URL: http://www.motherjones.com/kevin-drum/2013/01/lead-and-crime-baselines-vs-crime-waves

Links:

[1] http://www.motherjones.com/environment/2013/01/lead-crime-link-gasoline

Voir enfin:

From the Archives: Is Lead Really the Main Cause of Violent Crime?

No. But it is the main cause of the great crime wave of 1965-2010.

Kevin Drum

Mother Jones

Aug. 13, 2013

Maybe it’s just coincidence, but over the past week I’ve suddenly gotten a flurry of new responses to my January piece about lead and crime. [1] Roughly speaking, they’re mostly complaints that crime has lots of causes, and it’s a mistake to claim that lead is preeminently important. I understand where this criticism comes from, but here’s the thing: I agree with it. That’s why it’s important to understand exactly what the lead hypothesis claims to explain: not all crime, but only the specific crime wave of 1965-2010. (In America, anyway. The dates vary in other regions of the world.) So because this has cropped up again, I’m going to reproduce a post [2] I wrote shortly after the article came out. Of all the things I didn’t explain well enough in the original piece, this is the one I most wish I had illustrated more clearly.

Whenever you write about a complicated subject, you struggle with how best to explain things. In the end, you always hope you got your point across in a way that sinks in, but you’re never quite sure. And one of the things I’m not sure I explained well in my piece about the link between lead and violent crime [3] is precisely how important the effect of lead on crime is. After all, the causes of crime are varied and complex. Surely lead isn’t the whole answer?

It’s not, and I don’t want anyone to come away from my article thinking that. If we eliminated every microgram of lead from the planet, we’d still have plenty of crime. So here’s a way to think about it. If you take a look at violent crime rates in America, you’d expect to see a sort of baseline level of crime. That level will depend on lots of things: poverty, drugs, guns, race, family structure, etc. But starting in the mid-60s, we saw an enormous rise in crime, well above any sensible sort of baseline. Then, in the 90s, we saw an equally enormous decline. The chart below illustrates this. (The numbers themselves aren’t precise, so don’t take them too seriously. I’m just trying to illustrate a point.)

The baseline crime rate is the light red portion at the bottom. It goes up and down a bit over time, but also—and I’m guessing here—shows a steady, modest rise since the 60s. Most likely, the reason for this lies with all the usual suspects.

But then, in dark red, there’s the huge crime wave that lasted nearly 50 years from start to finish. That’s the part the lead hypothesis aims to explain. And the reason we need an explanation is simple: the usual suspects simply don’t seem to do a very good job of accounting for a gigantic, temporary rise and fall in violent crime rates. Within the criminology community, literally no one predicted the huge decline in crime that began in the early 90s. Their focus was on all the usual sociological causes, and they had no reason to think those were going to suddenly improve.

And they were right. For the most part, they didn’t improve. It’s true that the crack epidemic of the 80s burned out, but no one really knows the underlying reason for that. Policing tactics changed in some places, but crime dropped everywhere, so that’s not a very compelling explanation either. Aside from that, poverty didn’t change much, and neither did race or guns or demographics or the number of broken familes or anything else.

The truth is that there’s just not a good conventional explanation for both the huge rise and the huge fall in crime of the past half century. That’s one of the reasons the lead hypothesis deserves such serious consideration. Not only does it fit the data well and make sense based on what we know about the neurological effects of lead. It’s also just about the only good explanation we’ve got. Other factors are still important, and they probably explain rises and falls in the baseline rate of crime. But lead is the best explanation we have for the rest of it.

Links:

[1] http://www.motherjones.com/environment/2012/11/criminal-element

[2] http://www.motherjones.com/kevin-drum/2013/01/lead-and-crime-baselines-vs-crime-waves

[3] http://www.motherjones.com/environment/2013/01/lead-crime-link-gasoline

Voir par ailleurs:

http://www.scienceshumaines.com/pourquoi-la-criminalite-chute_fr_31470.html

Pourquoi la criminalité chute

Achille Weinberg

Sciences humaines

03/10/2013

Mensuel N° 253 – novembre 2013

Comment expliquer le déclin de la criminalité constaté depuis quinze ans dans beaucoup de grands pays occidentaux ? Les spécialistes émettent plusieurs hypothèses.

Pour celui qui écoute régulièrement l’actualité, entendre dire que la criminalité chute est pour le moins surprenant. Que dites-vous ? La criminalité chute ? Et la série de meurtres à Marseille ? Et les bijouteries ou bureaux de tabac dévalisés ? Et les vols de portables ou de sacs dans le métro ? Précisons donc de quoi l’on parle.

La chute de la criminalité dont il est question ici est un constat massif qui concerne les principaux pays occidentaux sur une période de plus quinze ans. Le constat est assez unanime chez les spécialistes, mais les causes restent très disputées. The Economist a consacré sa couverture à cette énigme en juillet 2013.

Une tendance de fond

L’article commence par livrer quelques chiffres impressionnants. Pour frapper les esprits, le cas de l’Estonie est mis en avant : depuis 1995, les homicides ont chuté de 70 %, les vols de voitures de presque autant. Mais ce petit État postsoviétique n’est pas une exception. Dans les pays développés, la même tendance s’observe. Aux États-Unis, la chute a commencé en 1991 ; en Grande-Bretagne, autour de 1995. En France, la baisse date de 2001. Au Canada également ainsi que dans plusieurs pays d’Europe. Mais de quels crimes parle-t-on ? Un tableau l’illustre : principalement des vols (vols de voitures, cambriolages) et des atteintes aux personnes (homicides, coups et blessures).

Arrêtons-nous sur le cas américain, le plus impressionnant. La criminalité urbaine avait atteint des sommets au début des années 1990. Certains voyaient New York ou Los Angeles comme des jungles urbaines aux mains d’une faune de dealers, mafieux, proxénètes et squatters.

Puis, contrairement aux prévisions, un véritable miracle s’est produit. La criminalité s’est mise à chuter à partir des années 1990. Globalement, elle a baissé d’un tiers dans les grandes villes, mais dans certains cas, elle a chuté de plus de 50 % ! À New York, le cas le plus spectaculaire, la criminalité a été divisée par quatre (- 78 %) entre le milieu des années 1990 et les années 2000 (encadré ci-dessous) ! Que s’est-il donc passé ?

Où sont passés les délinquants ?

Les explications des experts ne manquent pas.

• Le travail de la police. La première explication qui vient à l’esprit est celle de l’action policière. Dans les grandes villes, des politiques offensives de reprise en main de la situation ont été menées. L’intervention policière a été déterminante. Pour certains criminologues, la criminalité a baissé parce qu’une partie des délinquants est désormais sous les verrous ! Aux États-Unis, le nombre de prisonniers a doublé dans les vingt dernières années. En Grande-Bretagne et en Australie aussi. Le message serait donc clair : la répression paye. Sauf que cette théorie répressive ne marche pas partout. Aux Pays-Bas et au Canada, la criminalité a également chuté alors que le nombre de prisonniers n’a pas augmenté et qu’il n’y a pas eu de mobilisation générale de la police. À New York, le taux d’incarcération est beaucoup moins important qu’à Los Angeles ou Chicago et les résultats se révèlent bien meilleurs ! Il faut donc trouver d’autres explications que la seule action policière.

• Une baisse démographique ? Certains experts ont avancé un argument démographique : le vieillissement de la population. Il y a moins de jeunes donc moins de délinquants. Steven Levitt a même soutenu dans son best-seller Freakonomics que l’avortement, dans les années 1970, avait été un facteur déterminant : dans les milieux les plus défavorisés où se recrutent le plus de délinquants, on fait désormais moins d’enfants.

Cependant, ce facteur démographique a lui aussi été contesté. À Londres et dans nombre de villes américaines, le taux de jeunes n’a pas diminué de façon significative alors que la criminalité s’est effondrée. C’est peut-être alors que les jeunes sont désormais scolarisés plus longtemps, donc mieux éduqués ? L’économiste Jessica Wolpaw Reyes a inventé une théorie pour le moins étonnante : la rénovation du plomb dans l’essence serait l’explication du déclin de la violence. En somme, moins de plomb entraîne moins de débiles (par saturnisme) donc moins de délinquants !

• La fin de l’« épidémie de crack ». Un autre phénomène semble avoir compté : la chute de la consommation du crack (un dérivé de la cocaïne). Cette drogue avait fait des ravages durant les années 1980 : elle exacerbait non seulement la guerre des gangs, mais poussait les drogués à commettre de nombreux délits pour se payer leur dose. L’épidémie de crack a commencé à baisser aux États-Unis au début des années 1990, et cette chute épouse celle de la criminalité. Cela ne veut pas dire que la consommation de drogue diminue globalement, mais elle est moins criminogène. Les « junkies » des années 1980 sont moins nombreux et la drogue a changé de nature.

• Les alarmes et la surveillance. Si les atteintes aux biens baissent, c’est, selon le criminologue néerlandais Jan Van Dijk, parce qu’il est moins facile de voler : magasins, entreprises, habitations, automobiles sont équipés de dispositifs de surveillance de plus en plus nombreux et sophistiqués. La chute spectaculaire des vols de voitures est incontestablement liée aux alarmes et aux puces électroniques antivol dont elles sont équipées. En revanche, les « vols à la tire » de portefeuilles et de téléphones portables ont explosé, même s’ils font l’objet de beaucoup moins de plaintes.

• Retour de la croissance. La dynamique de croissance qui a marqué les États-Unis et la Grande-Bretagne dans les années 1990-2000 a également été évoquée. Mais dans ce cas, la crise depuis 2008 aurait dû s’accompagner d’une flambée de la criminalité dans les pays les plus touchés par la crise. Cela n’a pas été le cas. The Economist plaide pour une convergence de facteurs tout en reconnaissant qu’au final, la chute de la criminalité reste à la fois une sorte de petit miracle et une énigme non résolue.

Partager :

Le cas new-yorkais

À fin des années 1980, le taux de criminalité a atteint des pics à New York. C’est alors que fut élu le républicain Rudolf Giuliani (1994-2001). Il décida de chasser de la ville criminels,
 prostituées, SDF…
La présence policière fut renforcée, des actions commandos mises en place, une politique de contrôle systématique imposée à la population. Entre 1993 et 1998, le nombre annuel de 
meurtres a été divisé
par trois, la délinquance ordinaire a chuté. 
Certains ont parlé d’un véritable miracle et proposé que le « peace maker » R. Giuliani soit lauréat du prix Nobel de la paix : grâce à lui, des milliers de vies et de victimes potentielles ont été épargnées.

Les experts criminologues sont plus dubitatifs. Dans son livre The City That Became Safe (2012), Franklin M. Zimring, criminologue à Chicago, avance deux idées clés. Le rôle de la police a été décisif. F.M. Zimring n’hésite pas à le dire et à se démarquer des positions habituelles des criminologues prompts à considérer que seules les politiques sociales peuvent durablement venir à bout de la criminalité. Selon l’auteur, la chute de la criminalité
à New York s’est effectuée à niveau socio-économique équivalent. C’est donc bien l’action de la police qui a été déterminante.

Pour autant, ce n’est pas la politique de « tolérance zéro » qui a payé. À New York, le nombre de criminels mis sous les verrous a moins augmenté qu’ailleurs (20 % dans les années 1990-2000). L’action principale de la police a consisté à déminer le terrain par des quadrillages ciblés, concentrés sur des points chauds, accompagnés de contrôles systématiques (procédures de « stop and frisk ») : arrestations, fouilles, harcèlement des criminels ont abouti à nettoyer une à une les zones de trafics et d’agressions.

Achille Weinberg

Voir aussi:

États-Unis: le crime à son plus bas niveau

À New York, le changement a été radical. Au début des années 90, 700 000 crimes étaient rapportés chaque année. L’an dernier, moins de 105 000 crimes ont été signalés aux autorités.

Nicolas Bérubé

La Presse

15 juillet 2012

(Los Angeles) Durant des années, un gardien armé était posté jour et nuit devant les ateliers remplis d’outils spécialisés du Los Angeles Department of Water and Power, rue Hoover. Puis, un matin, le gardien n’était plus là.

«Ça fait deux ou trois ans de cela, se souvient Carlos Mendes, propriétaire d’une petite boutique d’antiquités, en face. La protection intensive, ça fait partie d’une autre époque. Aujourd’hui, le quartier est beaucoup plus sûr.»

La nuit, M. Mendes avait l’habitude de s’endormir au son des rotors d’hélicoptères de la police de Los Angeles (LAPD), qui patrouillaient dans le secteur. «Maintenant, les jeunes familles achètent des maisons par ici et font des rénovations. Les gens se promènent le soir. C’est un changement radical.»

Ce qui se passe rue Hoover n’est pas un cas isolé. Les actes de violence et les crimes sont à leur plus bas niveau en 40 ans aux États-Unis, selon les données du gouvernement fédéral.

À Los Angeles, le nombre de crimes chute chaque année depuis 10 ans. L’an dernier, 298 homicides ont été commis sur le territoire du LAPD. Au milieu des années 90, plus de 1200 meurtres étaient enregistrés annuellement. Tout ça, dans une ville dont la population croit constamment.

Même les quartiers durs ont vu la violence diminuer. Compton, par exemple, a connu 17 meurtres en 2011, une baisse de 60 % par rapport à 2007.

À New York, le changement a aussi été radical. Au début des années 90, 700 000 crimes étaient rapportés chaque année. L’an dernier, moins de 105 000 crimes ont été signalés aux autorités.

Qu’est-ce qui a changé? George Tita, professeur au département de criminologie de l’Université de la Californie à Irvine, dit être surpris de voir la violence et la criminalité baisser, et ce, malgré la hausse du taux de chômage.

«Le nombre d’Américains qui vivent dans la pauvreté a augmenté depuis la crise financière de 2008, dit-il en entrevue avec La Presse. Le stress, la frustration, le manque de revenus: tout ça semble laisser présager une hausse de la criminalité. Or, le contraire s’est produit.»

Les experts ont cité plusieurs causes possibles, allant de la fin de l’épidémie de crack des années 90 à la hausse du niveau d’incarcération, ce qui garde les criminels loin de la rue.

Pour M. Tita, ces facteurs jouent un rôle, tout comme l’émergence de l’internet et des téléphones cellulaires.

«Avant, les vendeurs de drogue occupaient les coins de rue, ce qui créait un climat d’intimidation. Aujourd’hui, ils correspondent avec leurs clients par messages texte.»

Les jeunes hommes – groupe traditionnellement responsable d’une partie importante des crimes – passent aussi plus de temps à l’intérieur.

«La violence survient quand il y a des jeunes qui n’ont rien à faire, dit M. Tita. Depuis quelques années, les jeunes sont sur Facebook ou devant des jeux vidéo. Ils trainent moins dans la rue.»

La passion du moment

Dans un récent entretien au réseau NPR, l’ancien chef de la police de New York et de Los Angeles, William Bratton, a dit qu’il faut d’abord remercier la police pour la baisse de la criminalité.

Sous sa supervision, la police de New York et de Los Angeles a commencé à travailler sur les crimes dits «liés à la qualité de vie». Les gens qui sautaient les tourniquets dans le métro, par exemple, ou les petits revendeurs de drogue qui opéraient impunément au coin des rues.

«En contrôlant les comportements, la police a, dans les faits, lancé le message que la loi est là pour être respectée, a-t-il dit. Une personne est prise dans la passion du moment et décide de commettre un crime. C’est ici que la police entre en jeu. La police est là pour contrôler les comportements.»

Frank E. Zimring n’y croit pas. Professeur de droit à l’Université Berkeley et auteur de plusieurs livres sur la violence dans la société américaine, M. Zimring est l’un des experts les plus souvent cités en matière de prévention de la criminalité aux États-Unis.

Les efforts des policiers dans les quartiers chauds de New York et de Los Angeles sont louables et ont contribué à améliorer la qualité de vie des résidants, note-t-il. «Mais ces changements n’expliquent pas tout. Ceux qui y voient une réponse définitive font fausse route», explique-t-il en entrevue téléphonique.

Si la baisse s’expliquait par des changements dans le fonctionnement de la police dans les grandes villes, alors pourquoi observe-t-on une diminution du crime de façon uniforme, partout aux États-Unis? demande-t-il.

M. Zimring fait remarquer que l’Occident au complet – et notamment le Canada – a connu une baisse du taux de criminalité au cours des 20 dernières années.

«L’internet, les cellulaires et les jeux vidéo ne peuvent expliquer la baisse, car les crimes ont commencé à chuter de façon uniforme dans les années 90, avant que ces inventions ne prennent leur envol», dit-il.

Et, pour la première fois depuis les années 70, le taux d’incarcération a commencé à baisser aux États-Unis, en 2007. Jumelé avec une hausse spectaculaire du chômage, cela aurait dû créer un mélange explosif, note M. Zimring.

Voir également:

ÉTATS-UNIS

Mais pourquoi la criminalité baisse ?

Malgré la récession, les crimes et délits sont en net recul. Les spécialistes se creusent les méninges pour expliquer le phénomène.

The Economist

traduction Courrier international

23 juin 2011

Voilà qui semble une évidence : en période de récession, le taux de criminalité augmente. Pourtant, depuis le début de la crise financière, la hausse du taux de chômage s’est accompagnée d’une baisse du taux de criminalité. Entre 2008 et 2009, les crimes avec violence ont reculé de 5,3 % et les infractions contre les biens de 4,6 %. La baisse s’est poursuivie de 2009 à 2010, avec une diminution de 5,5 % et 2,8 % respectivement. Le vol qualifié (une infraction que l’on pourrait s’attendre à voir se multiplier en temps de crise) a même reculé de 9,5 % entre 2009 et 2010. D’une manière générale, les crimes avec violence sont à leur niveau le plus bas depuis quarante ans et les homicides à leur niveau le plus bas depuis cinquante ans.

A en croire les spécialistes, cela n’aurait pas dû se produire. James Wilson, l’auteur de la fameuse théorie du “carreau cassé” en matière de prévention de la délinquance [selon laquelle il faut réparer immédiatement toute dégradation sous peine de les voir se multiplier] avait annoncé en 1995 que le pays compterait en l’an 2000 “30 000 jeunes agresseurs, meurtriers et voleurs de plus qu’aujourd’hui”. Un an plus tard, le politologue John DiLulio mettait en garde contre un raz-de-marée d’“adolescents superprédateurs” qui, à l’horizon 2010, allaient semer le chaos. Pourtant, au moment même où ils formalisaient leurs prédictions, la criminalité avait déjà commencé à baisser et, hormis une légère hausse entre 2004 et 2006, elle n’a cessé de reculer depuis 1991.

Si personne n’avait prévu la baisse spectaculaire de la délinquance des années 1990, les théories pour l’expliquer rétrospectivement abondent. Certains l’attribuent à l’amélioration des stratégies policières. D’autres mettent en avant l’accès de plus en plus large à l’avortement, qui a permis de diminuer les naissances d’enfants de mères adolescentes, célibataires et pauvres – ceux, en d’autres termes, qui ont le plus de risques de sombrer dans la délinquance à l’adolescence. Parmi les autres facteurs avancés figurent le déclin des violences liées au trafic de crack et l’augmentation du taux d’incarcération.

Mais si ces facteurs peuvent expliquer la baisse de la criminalité depuis la fin des années 1980, ils ne disent rien de sa chute spectaculaire au cours des deux dernières années. Pour cela, le criminologue Al Blumstein, qui dirige le National Consortium on Violence Research (NCOVR), avance un “effet Obama” : l’élection du premier président noir de l’histoire des Etats-Unis aurait éloigné de la violence un nombre important de jeunes Noirs. De fait, entre 2008 et 2009, le nombre de Noirs arrêtés pour homicide ou vol a reculé de 2 %. Une autre hypothèse pointe du doigt le plomb. En effet, des liens ont été mis en évidence entre exposition au plomb dans l’enfance et comportement délinquant à l’âge adulte. Jessica Wolpaw Reyes, économiste au Amherst College, estime que la moindre exposition des petits Américains au plomb explique pour une bonne part la diminution des crimes violents dans les années 1990. D’autres enfin mettent en cause ces éternels épouvantails que sont les jeux vidéo et Internet, arguant qu’ils permettent de maintenir les individus à l’intérieur de leur foyer et donc de les tenir éloignés du crime et des drogues.

Voir enfin:

La criminalité continue de baisser dans les pays riches malgré la crise

Grégoire Fleurot

Slate

22 juillet 2013

Que vous soyez spécialiste de la question ou pas, vous avez sans doute déjà entendu cette théorie: quand les temps sont durs, la criminalité augmente. Pourtant, malgré une croissance économique stagnante et un chômage élevé, la criminalité a baissé dans la plupart des pays riches au cours de la dernière décennie.

L’hebdomadaire britannique The Economist s’est intéressé dans un long article à cette tendance plutôt contre-intuitive qui a commencé en 1991 aux Etats-Unis, autour de 1995 en Grande-Bretagne et en 2001 en France pour les atteintes aux biens.

Comment expliquer cette tendance générale qu’un rapide coup d’œil aux statistiques des Nations unies suffit à vérifier? Si la démographie est sans doute un facteur (la population vieillit, alors que ce sont les hommes de 16 ans à 24 ans qui commettent la plupart des crimes), The Economiste souligne qu’elle ne peut pas expliquer à elle seule la baisse spectaculaire d’un certain type de criminalité dans des villes comme New York, Los Angeles ou Londres.

D’autres hypothèses, comme l’augmentation du nombre de prisonniers, sont difficiles à prouver: si la population carcérale a doublé en Grande-Bretagne, en Australie et aux Etats-Unis, elle a diminués au Canada et aux Pays-Bas, pays qui ont aussi connu une baisse de la criminalité.

Le blog de «factchecking» de la chaîne britannique Channel 4 s’est également posé la question, alors que les autorités viennent d’annoncer une nouvelle baisse de la criminalité malgré des réductions budgétaires significatives, et rappelle que «la plupart des experts concluent que les causes du crime sont si complexes que les changements économiques seuls ne l’emportent pas forcément sur d’autres facteurs».

Le Guardian expliquait quand à lui en avril dernier que certains autres éléments concrets, comme de meilleurs antivols sur les voitures ou des portes et serrures plus résistantes rendaient les atteintes aux biens plus difficiles aujourd’hui. La technologie, qu’il s’agisse des tests d’ADN, de la localisation par téléphone portable ou des caméras de surveillance, a augmenté le risque de se faire prendre.

Selon The Economist, l’explication la plus convaincante est plus simple encore. La police fait mieux son travail:

«Une combinaison du fait que les policiers parlent aux habitants des quartiers où ils travaillent et du ciblage intensif des endroits mal famés a transformé la manière dont les rues sont protégées.»

Si le poids de chaque facteur reste impossible à déterminer, la majorité des experts semblent aujourd’hui s’accorder sur un point: l’augmentation de la criminalité qui a eu lieu un peu partout entre les années 1950 et les années 1980 ressemble de plus en plus à une anomalie de l’histoire.


Délinquance: Cachez ces chiffres que je ne saurai voir (No crime figures please, we’re French)

28 février, 2013
Vos questions vont singulièrement vous compliquer l’existence. Une meute de persécuteurs polyvalents, d’antifascistes oniriques, de suffragettes de ligues de vertu, va vous tomber sur le poil. Xavier Raufer (criminologue)
Ce livre est parfaitement scandaleux. C’est le dernier avatar du lobby sécuritaire. C’est du marketing commercial pour faire peur aux gens car ces chiffres étaient connus depuis longtemps. Il finit en conclusion par dire que la violence, c’est la faute des immigrés. Bref, du sous-journalisme au service du tout sécuritaire. Laurent Mucchielli (auteur de l’ « Invention de la violence »)
L’immense majorité des journalistes (94% selon une enquête de Marianne) et des étudiants en journalisme (jusqu’à 100% d’entre eux dans certaines écoles) se revendiquent de la gauche et de l’extrême gauche. Ils ont un logiciel idéologique dans la tête, qui n’est pas compatible avec le devoir d’informer. Par réflexe, ils nient la réalité, l’édulcorent, la minimisent, éventuellement méprisent, culpabilisent ou insultent ceux qui osent la montrer du doigt. Entre grands médias, c’est une compétition à celui qui ira le plus loin dans l’excuse et la compréhension du criminel. Les gens le savent, donc ils ne lisent plus cette presse-là, qui est maintenue en vie par des subventions publiques plus ou moins déguisées, pour donner l’illusion qu’une information indépendante existe encore et que notre démocratie se porte bien. Tout ça est un théâtre et même, hélas, une tragédie(…) La plupart des grands médias se taisent, et nous font parfois savoir, comme La Croix ou Le Parisien, qu’ils le font pour des raisons idéologiques. Or des milliers de victimes témoignent que l’insécurité n’est pas une idéologie. (…) L’hétérogénéité d’une nation est non seulement un facteur de criminalité, mais aussi un facteur d’incivisme, de précarité, d’effondrement du “capital social”, comme l’a démontré le célèbre sociologue – de gauche – Robert Putnam, duquel je parle longuement dans La France orange mécanique. C’est un constat : les pays hétérogènes sont plus violents que les pays homogènes. Il n’est pas question de réécrire cette réalité sous prétexte qu’elle pousserait des gens à se radicaliser. Aujourd’hui, dans notre pays, des milliers de criminels radicaux agressent, violent et tuent d’honnêtes gens sans que ça n’intéresse personne. Ceux qui fuient cette réalité en brandissant le fantasme de l’extrême droite se font les complices de ces criminels. Mais ils n’ont plus le choix : leur idéologie est boiteuse, et ce fantasme de l’extrême droite est leur seule béquille. (…) Je note que cette radicalisation est consubstantielle aux populations musulmanes installées en Europe. Elle est un accélérateur identitaire de la tribalisation de certaines communautés. (…) Leur morale est celle de leur groupe, hiérarchisé selon des règles qui ne sont pas les nôtres. C’est une loi anthropologique : tuer un membre de son groupe est interdit, tuer un étranger est admis, parfois encouragé. En témoigne le soutien sans faille des “proches” de “jeunes” interpellés par la police, quoi qu’ils aient fait. (…) Je constate que les villes aux populations homogènes, qui comportent leur lot d’habitants pauvres, sont très peu criminelles. Le Paris du début du XXe siècle ou même du XIXe était particulièrement pauvre et surpeuplé. Pourtant, il était beaucoup moins violent qu’il ne l’est depuis les années 60. La ville ne fait pas le criminel, disons qu’elle lui sert de refuge. Ce qui fait le criminel, c’est la sous-adaptation culturelle, la tribalisation du pays, le laxisme judiciaire, la morale de l’excuse. (…) Entre la paperasse, la politique du chiffre, la barbarie de la rue, les consignes pour ne pas “provoquer”, le mépris médiatique, la colère populaire, les policiers, désabusés, font ce qu’ils peuvent, avec courage et efficacité. En revanche, la justice ne suit plus depuis longtemps. 53 000 places de prison, 67 000 détenus. 82 000 peines non exécutées chaque année, faute de place. Construire des prisons ? “Ça coûte cher”, nous explique-t-on sans trembler du côté du syndicat de la magistrature. Pas un seul gouvernement n’a eu le courage de mettre au pas son administration pour construire des prisons. Pourquoi ? Parce que construire des prisons serait reconnaître l’explosion de la criminalité depuis l’ordonnance de 1945 et la généralisation du laxisme judiciaire. Idéologiquement, les progressistes ne peuvent pas admettre l’échec de leurs utopies. Ils préfèrent couler à la barre du navire. Ce qu’ils décident n’a rien à voir avec la réalité empirique, ce sont des “avancées” morales sur lesquelles personne ne doit jamais revenir. C’est un comportement suicidaire. (…) Dans tous les pays d’Europe, la criminalité a explosé à partir des années 1950, avec la mondialisation, l’immigration et la fin de la justice strictement punitive. Ce n’est pas une fatalité : les pays qui ont abandonné le laxisme judiciaire, comme les États-Unis, ont obtenu d’excellents résultats en matière de lutte contre la criminalité. Aujourd’hui, la criminalité des États-Unis est proportionnellement inférieure à celle de la France. Laurent Obertone

 Cachez ces chiffres que je ne saurai voir !

Chiffres de la délinquance trois fois plus élevé que ceux du ministère de l’Intérieur, 53 000 places de prison pour 67 000 détenus, 82 000 peines non exécutées chaque année faute de place …

A l’heure où, entre manque chronique de places de prison et arrivée massive d’immigrés irréguliers comme laxisme judiciaire et relativisme culturel, la fracture sécuritaire ne cesse de s’aggraver entre les belles âmes protégées des beaux quartiers et rien de moins que la majorité de la population …

Pendant qu’entre propositions de dépénalisation du cannabis (du ministre de l’Education, s’il vous plait!) et d’élections pour les étrangers comme de mariage et bientôt gestation pour tous, un gouvernement d’irresponsables enfonce chaque jour un peu plus le pays dans le chômage et les déficits …

Et que, pour ne prendre qu’un exemple ô combien symptomatique, nos concitoyens juifs en sont depuis des années réduits à pratiquer leur religion sous protection policière …

Retour, dans Causeur, avec l’auteur (sous pseudonyme ?) de « La France Orange mécanique »

Sur ces chiffres que personne ne veut voir …

La criminalité a explosé

Entretien avec Laurent Obertone, auteur de La France Orange mécanique

Causeur

08 février 2013

Dans La France Orange Mécanique (Ring éditions), Laurent Obertone décrit « l’ensauvagement d’une nation » et montre une France où l’ultra-violence progresse sans rencontrer d’autre opposition qu’une culture de l’excuse institutionnalisée. Rencontre avec un journaliste brise-tabous, sans œillères ni langue de bois.

Votre essai s’appuie sur des chiffres différents de ceux du ministère de l’Intérieur. En quoi sont-ils plus fiables que les statistiques officielles ?

En France, toutes les 24 heures, on compte 13 000 vols, 2 000 agressions et 200 viols. Ces chiffres sont ceux de l’Office national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), institut public qui réalise depuis plusieurs années des enquêtes de victimisation auprès de 17 000 personnes. Ces enquêtes jugées fiables par les criminologues (et désormais par Manuel Valls) recensent 12 millions de crimes et délits, soit trois fois plus que les chiffres avancés par le ministère de l’Intérieur, basés uniquement sur les plaintes, et sujets à quantité de manipulations. L’enquête de l’ONDRP y échappe, et échappe donc aux indécentes petites querelles politiciennes autour d’oscillations infimes d’un taux de criminalité qui a explosé depuis les années 60, et qu’aucune politique n’a su ou voulu contenir.

Vous semblez nourrir une très mauvaise opinion des médias français. Sont-ils vraiment tous aveugles et angéliques face à l’insécurité ?

L’immense majorité des journalistes (94% selon une enquête de Marianne) et des étudiants en journalisme (jusqu’à 100% d’entre eux dans certaines écoles) se revendiquent de la gauche et de l’extrême gauche. Ils ont un logiciel idéologique dans la tête, qui n’est pas compatible avec le devoir d’informer. Par réflexe, ils nient la réalité, l’édulcorent, la minimisent, éventuellement méprisent, culpabilisent ou insultent ceux qui osent la montrer du doigt. Entre grands médias, c’est une compétition à celui qui ira le plus loin dans l’excuse et la compréhension du criminel. Les gens le savent, donc ils ne lisent plus cette presse-là, qui est maintenue en vie par des subventions publiques plus ou moins déguisées, pour donner l’illusion qu’une information indépendante existe encore et que notre démocratie se porte bien. Tout ça est un théâtre et même, hélas, une tragédie.

Mais la presse parle de votre livre…

Une certaine presse. Valeurs actuelles, Atlantico, Éric Brunet, Éric Zemmour… La plupart des grands médias se taisent, et nous font parfois savoir, comme La Croix ou Le Parisien, qu’ils le font pour des raisons idéologiques. Or des milliers de victimes témoignent que l’insécurité n’est pas une idéologie.

En pointant le multiculturalisme comme source de la délinquance, ne redoutez-vous pas de radicaliser certaines personnes, soit vers l’extrême droite soit vers un fanatisme de type salafiste ?

L’hétérogénéité d’une nation est non seulement un facteur de criminalité, mais aussi un facteur d’incivisme, de précarité, d’effondrement du “capital social”, comme l’a démontré le célèbre sociologue – de gauche – Robert Putnam, duquel je parle longuement dans La France orange mécanique. C’est un constat : les pays hétérogènes sont plus violents que les pays homogènes. Il n’est pas question de réécrire cette réalité sous prétexte qu’elle pousserait des gens à se radicaliser. Aujourd’hui, dans notre pays, des milliers de criminels radicaux agressent, violent et tuent d’honnêtes gens sans que ça n’intéresse personne. Ceux qui fuient cette réalité en brandissant le fantasme de l’extrême droite se font les complices de ces criminels. Mais ils n’ont plus le choix : leur idéologie est boiteuse, et ce fantasme de l’extrême droite est leur seule béquille.

Quid de la dérive islamiste ?

Je note que cette radicalisation est consubstantielle aux populations musulmanes installées en Europe. Elle est un accélérateur identitaire de la tribalisation de certaines communautés.

À vous lire, certains délinquants sont parfaitement de bonne foi lorsqu’ils pensent ne transgresser aucun interdit en commettant des délits ou des viols…

En effet. Leur morale est celle de leur groupe, hiérarchisé selon des règles qui ne sont pas les nôtres. C’est une loi anthropologique : tuer un membre de son groupe est interdit, tuer un étranger est admis, parfois encouragé. En témoigne le soutien sans faille des “proches” de “jeunes” interpellés par la police, quoi qu’ils aient fait.

Vous expliquez que, contrairement à une idée bien ancrée, la délinquance et la criminalité ne sont pas liées à des facteurs économiques. Mais peut-on sérieusement comparer des départements ruraux, certes classés parmi les plus pauvres et des zones hyper urbanisées comme le 93?

Je constate que les villes aux populations homogènes, qui comportent leur lot d’habitants pauvres, sont très peu criminelles. Le Paris du début du XXe siècle ou même du XIXe était particulièrement pauvre et surpeuplé. Pourtant, il était beaucoup moins violent qu’il ne l’est depuis les années 60. La ville ne fait pas le criminel, disons qu’elle lui sert de refuge. Ce qui fait le criminel, c’est la sous-adaptation culturelle, la tribalisation du pays, le laxisme judiciaire, la morale de l’excuse.

D’où vient la quasi-impunité que vous dénoncez ? De la police ou de la justice?

Entre la paperasse, la politique du chiffre, la barbarie de la rue, les consignes pour ne pas “provoquer”, le mépris médiatique, la colère populaire, les policiers, désabusés, font ce qu’ils peuvent, avec courage et efficacité. En revanche, la justice ne suit plus depuis longtemps. 53 000 places de prison, 67 000 détenus. 82 000 peines non exécutées chaque année, faute de place. Construire des prisons ? “Ça coûte cher”, nous explique-t-on sans trembler du côté du syndicat de la magistrature. Pas un seul gouvernement n’a eu le courage de mettre au pas son administration pour construire des prisons. Pourquoi ? Parce que construire des prisons serait reconnaître l’explosion de la criminalité depuis l’ordonnance de 1945 et la généralisation du laxisme judiciaire. Idéologiquement, les progressistes ne peuvent pas admettre l’échec de leurs utopies. Ils préfèrent couler à la barre du navire. Ce qu’ils décident n’a rien à voir avec la réalité empirique, ce sont des “avancées” morales sur lesquelles personne ne doit jamais revenir. C’est un comportement suicidaire.

Ce n’est donc pas de la responsabilité de Christiane Taubira, l’actuelle Garde des Sceaux ?

Taubira est autant responsable de la situation que ses prédécesseurs, elle a l’immense mérite de passer pour ce qu’elle est.

Plus que le niveau de sécurité, n’est-ce pas notre seuil de tolérance face à la criminalité et à la délinquance qui a fléchi au cours des dernières décennies ?

Si les médias tentaient d’amplifier ce phénomène, ils commenceraient sans doute par ne plus parler de “sentiment”, de “jeunes”, ou “d’incivilités”. Dans La France orange mécanique, je montre que la criminalité française était insignifiante des années 1830 aux années 1950. Dans tous les pays d’Europe, la criminalité a explosé à partir des années 1950, avec la mondialisation, l’immigration et la fin de la justice strictement punitive. Ce n’est pas une fatalité : les pays qui ont abandonné le laxisme judiciaire, comme les États-Unis, ont obtenu d’excellents résultats en matière de lutte contre la criminalité. Aujourd’hui, la criminalité des États-Unis est proportionnellement inférieure à celle de la France.

Votre constat est effrayant, mais quelles solutions préconisez-vous ?

Aucune, ce n’est pas mon rôle. Je suis un témoin, je pose un constat. Constat de faillite judiciaire, de faillite du multiculturalisme, de faillite de la morale progressiste. Avant de s’attaquer à la réalité, il faut cesser de l’ignorer. C’est tout le thème de mon livre.

Laurent Obertone, La France orange mécanique (Ring éditions).

Voir aussi:

« France Orange mécanique » : omerta à tous les étages…

André Bercoff

Ecrivain, journaliste.

Il fut notamment journaliste à l’Express, directeur de la rédaction de France-Soir et directeur littéraire dans plusieurs maisons d’édition dont Belfond et Robert Laffont. Auteur d’une quarantaine de livres.

Voici un drôle d’OINI (objet imprimé non identifié). Pas normal. Pas formaté. Loin de la juste ligne du camp du Bien, celui de la Morale et des Droits de certains Hommes à disposer des autres. Pis : il les combat, les décrypte, les dénude. Si l’on considère « La France orange mécanique » du jeune journaliste Laurent Obertone du point de vue de l’intelligentsia bobocratique, la messe est dite : cet infâme torchon se situe à la droite de Le Pen, stigmatise des minorités aussi visibles que victimes, et contribue à la division des Français mille fois plus que les honorables causes du mariage gay et du droit de vote des étrangers. Laurent Obertone serait, au mieux, un réac identitaire, plus vraisemblablement un néonazi qui ne s’ignore pas. Fermez le ban. Omerta à tous les étages.

Il se trouve que l’auteur a fait tout simplement un travail de journaliste. Plus précisément de documentaliste. Il a recensé, en feuilletant pendant des mois la presse locale et régionale de ce cher et doux pays – presse qu’on ne cite pratiquement jamais – et y a relevé les faits de violence, d’incivilité, d’agression, de viol – faits que l’on baptise si pudiquement « divers » – et autres bonnes actions qui se répandent comme une traînée de poudre dans la France de ce début de XXIe siècle. Les chiffres parlent : toutes les 24 heures, 13 000 vols, 2 000 agressions, 200 viols. Excusez du peu. Ces chiffres sont connus mais l’un des apports d’Obertone est qu’il reproduit, en citant à chaque fois ses sources, le détail de ces « petits » crimes au quotidien. De ce fait, il rappelle la souffrance infinie de cette population que les grands médias ignorent quand elles ne viennent pas du Mexique ou d’ailleurs : les victimes. Celles qui n’ont rien demandé, qui passaient par là, qui ne voulaient de mal à personne, en un mot innocentes, et qui se font massacrer pour un regard, une cigarette refusée, un portable ou, si elles sont femmes, violer dans un train ou sous une porte cochère, devant des témoins aussi muets que passifs. Quand on vit, soit dans des beaux quartiers, soit dans des villes protégées, quand on est loin du chaos qui, lui, a bien réussi son intégration, on se dit que l’auteur exagère, mais les descriptions sont là et elles sont accablantes.

Mais le livre va évidemment plus loin. Il analyse le pourquoi de cette violence, pointe là aussi le poids de certaines communautés dans les prisons, la perte absolue des repères et des valeurs qui transforment des individus en tribus qui n’ont d’autres objectifs que défendre leurs territoires pour y exercer leurs trafics et leurs tournantes et pour qui le vivre ensemble (c’est-à-dire, avec les autres citoyens) ne veut strictement rien dire. De ces semeurs de haine, Obertone montre la magnifique complicité, voire l’appui des fabricants d’excuses : les moralistes des médias et de la politique, les experts, journalistes, juges, universitaires, qui n’ont de cesse d’expliquer la violence uniquement par l’économie et le social, la ghettoïsation et l’appauvrissement, alors que, si l’on regarde, comme le fait l’auteur, les statistiques, les départements les plus pauvres de France sont ceux où il y a le moins d’agressions, et surtout l’évidence : il y a huit millions de pauvres en France. Je ne sache pas qu’il y ait huit millions d’agresseurs actifs. Évidence trop aveuglante pour nos autruches assermentées.

Mais l’ouvrage pointe aussi du doigt la formidable lobotomisation des victimes elles-mêmes, devenues pratiquement consentantes, soit par peur de représailles et on les comprend ; soit – et c’est là où le bât blesse – pour ne pas « amalgamer », stigmatiser, etc. Elles ont dans certains cas – heureusement, il y a des exceptions – tellement intégré le fait qu’elles appartiennent à la frange « souchienne », colonialiste, petite bourgeoise, coupable, qu’elles pardonnent à l’avance à leurs bourreaux. Mieux : elles lui trouvent des excuses. L’exemple est frappant (c’est le cas de le dire) d’une agression dans un Noctilien parisien en décembre 2008. La caméra posée dans le bus a filmé un jeune homme de 19 ans violemment tabassé pendant un quart d’heure par d’autres jeunes encapuchonnés. Quelques mois plus tard, la vidéo circule sur Internet et la victime, retrouvée par Le Figaro, déclare : « La vidéo de mon agression apparaît comme très stéréotypée car, ce soir-là, je suis habillé de façon bourgeoise et je suis face à quatre jeunes qui faisaient beaucoup de bruit. En aucun cas, je ne veux passer pour l’incarnation d’une certaine image sociale qui aurait été prise à parti par des étrangers. Je ne l’ai pas ressenti comme cela… Il y a eu un grave amalgame entre la réalité de cette scène et sa représentation. Cette vidéo a circulé sur des sites extrémistes et a été exploitée par des politiques. Or, je ne veux pas être instrumentalisé. » Cette personne était à l’époque étudiant à Sciences Po. L’un de ses professeurs, Olivier Duhamel, a félicité son jeune étudiant pour sa réaction exemplaire. À ce niveau, cela devient beau comme l’antique.

On peut certes reprocher à « La France orange mécanique », des lourdeurs, des répétitions, et un éloge certain de l’agressivité considérée comme une vertu cardinale qui peut, elle aussi, donner lieu à de sacrés débordements. Il n’empêche : la réalité que décrit Obertone a été – et est encore – tellement occultée par la pensée et les médias dominants, que cette piqûre d’éveil mérite largement d’être connue. Et encouragée.

André Bercoff, le 31 janvier 2013

Voir également:

Orange mécanique : le livre choc qui donne (enfin) à voir la délinquance telle qu’elle est

Dans « La France Orange Mécanique », Laurent Obertone ose s’intéresser aux deux violences faites à la société d’aujourd’hui : la délinquante et la médiatique.

Pierre Cormary

Atlantico

« On appelle ça une victime. En un sens, docteur, je trouve ça peut-être plus répugnant à voir que le coupable. »

(Le personnage du maire dans Monsieur Ouine de Bernanos.)

Sur ce livre choc qui en défrisera plus d’un, et, comme le remarque malicieusement Xavier Raufer dans sa préface, fera passer son auteur d’abord comme un falsificateur indigne doublé d’un répressif tout azimut à la solde du Front National (et sans lire ce que celui-ci dit vraiment du FN et la façon dont il lui règle son compte), puis, une fois qu’on aura vérifié la véracité hallucinante de ses informations, comme un défonceur de portes ouvertes qui n’a rien inventé et se contente d’accumuler la liste des horreurs pour semer la panique dans les foyers, enfin, quand tout aura été digéré, repensé, reconnu, pour un vrai journaliste qui a fait son boulot et osé, le salaud, nous parler de cette chose répugnante qui s’appelle « le réel », on pourra dire cinq choses.

5. La France Orange mécanique est avant tout un livre d’informations. Un document incroyablement fourni sur tout ce qui se passe depuis vingt ans au pays des Droits de l’Homme en matière de délinquance et de criminalité. Un recensement accablant, quasi surréaliste, où il apparaît, d’après l’ « office national d’observation de la délinquance et des réponses pénales » (l’ONDRP), qu’il y a en France chaque jour près de 6000 atteintes aux bien, 1300 atteintes à l’intégrité physique, 1000 escroqueries économiques et infractions financières, 470 véhicules détruits ou dégradés, 330 violences physiques crapuleuses, 100 incendies volontaires de biens privés. Pire, qu’on compte 200 viols toutes les 24 heures – et un nombre impressionnant de violeurs rejetés dans la nature.

De ce triste livre des records, on apprendra aussi comment toutes les formes de délinquance ont explosé, à commencer par celle des mineurs (il n’est plus rare de voir des assassins de quinze au treize ans) et celle des filles (le taux d’adolescentes mises en cause entre 1996 et 2009 a connu une augmentation de 113 %). Facile de convaincre par des listes, rétorqueront les « sceptiques », ces gens à qui il n’est jamais rien arrivé et qui prennent toujours de haut les plaintes de ceux à qui il est arrivé quelque chose. Le réel est racoleur, c’est bien connu. Et il a bien souvent le mauvais goût d’être démocratique et égalitaire : on peut être un ado et violer une octogénaire comme en juin 2012 à Marseille (20 minutes, 16/06/12) comme on peut être un septuagénaire et, quelques jours plus tard, séquestrer, filmer et violer une jeune femme à Lessard-le-National (Le journal de Saône-et-Loire, 30/06/12). Sans oublier ces cas d’école qui seraient comiques s’il n’étaient pas vrais, comme cet homme jugé en novembre 2012 à Saint Nazaire pour avoir tué sa femme enceinte de 33 coups de couteau, parce qu’elle voulait appeler leur bébé « Yanis » et lui préférait « Gianni » (Ouest-France, 09/11/12).

4. Bien entendu, il ne manquera pas d’âmes sensibles pour stigmatiser la violence intrinsèque de ce livre conçu lui-même, avec son titre spectaculaire et sa couverture orange brutale, comme un compte à rebours façon Irréversible de Gaspard Noé (les chapitres allant de 10 à un hypothétique quoique « explosif » zéro) ou même comme une thérapie de choc destinée à excéder le lecteur en le saturant d’informations toutes plus horribles les unes que les autres et finir par le persuader que décidément la violence est partout et que lui-même peut en être la victime, un peu comme ce que l’on fait justement subir à Alex dans le film de Stanley Kubrick. C’est là l’indéniable côté « traitement Luduvico » de cette France Orange mécanique – à la différence de taille qu’il s’agit là non d’endormir les conscience mais bien de les réveiller.

Certes, Laurent Obertone n’y va pas avec le dos de la cuillère et n’est pas toujours à l’abri de facilités, de raccourcis ou de jugement à l’emporte pièce dont on peut comprendre qu’ils représentent un défouloir mais qui finissent par altérer la réflexion. De même sa vision, disons génético-animalière du monde, étayée, d’ailleurs brillamment, par les thèses du biologiste Richard Dawkins selon lesquelles nous serions prisonniers de nos gènes et du zoologiste Konrad Lorenz pour qui l’agressivité est déjà dans la bactérie, pourra apparaître quelque peu univoque – même si l’on comprend que pour le criminologue, c’est le monde entier qui devient à un certain moment criminogène. Il n’empêche que la subjectivité, parfois discutable, du jugement est toujours amortie par l’objectivité du constat. N’en déplaise aux esprits forts, c’est le réel qui est choquant, non le dégoût qu’il suscite.

3. Voici donc un livre certainement excessif mais d’un excès qui est à la mesure de la réalité. Et une réalité qui, comme toujours, a l’art de contrarier les dogmes de la sociologie dominante. Ainsi, un bourdivin sera fort irrité d’apprendre que la criminalité ne va pas forcément de pair avec la pauvreté, l’environnement et le chômage, et que, par exemple, des départements comme la Creuse, le Cantal et le Lot, qui ont le PIB le plus bas de France, sont aussi ceux qui ont le taux de criminalité et de délinquance le moins élevé alors que des départements à forte criminalité comme l’Essonne, le Val-de-Marne ou la Seine-et-Marne, sont beaucoup plus riches, beaucoup plus entreprenants, et le comble, beaucoup plus subventionnés.. C’est que contrairement à ce que pensent nos journalistes officiels, évidemment tous de gauche (car comme le rappelle Obertone, citant une étude étonnamment sérieuse de Marianne datant du 23 avril 2001 : 94 % des journalistes votent à gauche – ou au centre pour les plus subversifs d’entre eux), les problèmes sont parfois beaucoup moins « sociaux » qu’ethniques et religieux. Et force est de constater, avec Eric Zemmour, Malek Boutih, les sociologues Hugues Lagrange et Sébastien Roché, et n’importe quel Ministre de l’Intérieur qui daignerait montrer ses chiffes, qu’il y a en effet une sur-délinquance des Noirs et des Arabes. Mais qu’on se rassure, la criminalité des autochtones a augmenté elle aussi. Ouf !

2. Mais tout de même, et quelle que soit la justesse du constat, n’est-ce pas faire le jeu du Front National que d’exposer tout cela au grand public, s’inquiètera telle grande conscience citoyenne et vigilante tant il est vrai que pour elle l’inquiétant n’est pas tant ce qui se passe dans la rue que dans la tête des gens qui habitent cette rue, et que l’essentiel est moins de protéger les gens des voyous que d’eux-mêmes et de leurs réflexes xénophobes. La culture de l’excuse pour tous mais pas pour le raciste, attention ! Lui n’a aucune circonstance atténuante, aucune possibilité de repentance ou de remise de peine, aucune chance morale et pénale – et l’on se dit alors que si l’on traitait médiatiquement, moralement et pénalement les délinquants comme on traite les racistes, ça rigolerait beaucoup moins dans le neuf trois. Il n’empêche que le Front National, loin d’apparaître comme ce qui pourrait nous assurer le salut, ne sort au contraire pas du tout indemne de la critique obertonienne : « le Front National de Marine Le Pen, écrit ce dernier, ne propose rien qui permette de sortir de la spirale à emmerdements : en souhaitant réserver les prestations sociales aux Français (et même les augmenter), il ne fera qu’amorcer la fabrication de sous-sociaux bien de chez nous, made in France. (…) Son programme relève du gauchisme social, l’origine de beaucoup de nos maux. » On ne saurait à la fois être plus engagé et moins partisan.

1. Ce que montre en définitive cette enquête, c’est qu’en France les « débats » sont la plupart du temps idéologiquement faussés. Ainsi des féministes, toujours prêtes à se battre contre un « mademoiselle » ou une campagne de mode jugée putassière, mais rarement sur place lorsqu’il s’agit de juger de ce qui se passe vraiment dans les cités – au contraire de ce documentaire de Cathy Sanchez, intitulé La Cité du Mâle, diffusé, après moult hésitations par peur d’être accusé de « discrimination », sur Arte en septembre 2010, et dans lequel des djeuns, nourris au rap et au RnB, parlaient librement de leur conception de la femme, assez éloignée, il faut le reconnaître, de celle de Marianne. Pour certains commentateurs officiels, c’était ces jeunes que la réalisatrice avait « piégés ». Culpabiliser les coupables, ça ne se fait pas. En revanche, ce sont les innocents qu’il faut convaincre de mauvaise conscience. Et le travail de sape par les médias est telle que l’on tombe parfois sur des victimes d’agression qui plutôt de s’indigner de leur agression, s’indignent qu’on « l’instrumentalise » – tel ce jeune homme de 19 ans qui en décembre 2008 se voit provoqué, volé et tabassé par une bande de voyous en plein Noctilien parisien, et qui, parce qu’on a filmé son agression et qu’elle est passée sur Internet, ne trouve rien de mieux à dire qu’il ne veut surtout pas qu’on en fasse un « amalgame », parce que ce soir là, il était habillé « de façon bourgeoise » (donc sans doute un chouïa provocante pour les voyous qui l’ont pris à partie) et qu’il ne voudrait surtout pas qu’on stigmatise ces derniers, tant il tient plus que tout à ce que l’on préserve ce vivre-ensemble plutôt que son instinct de survie à lui. Il est vrai qu’à notre époque, l’ordre est devenu caduque, alors que c’est le premier besoin de l’âme, comme le disait Simone Weil, et le premier souci des pauvres – un souci qui n’est visiblement pas celui de Christine Taubira ni de Noël Mamère pour qui « la justice n’est pas là pour envoyer des gens en prison ». Punir, pour ces gens qui raisonnent comme le maire de Monsieur Ouine, c’est ajouter du mal au mal, c’est dramatiser encore plus un meurtre ou un viol, c’est insister trop sur le scandale de la violence. Malheur à celui par qui le scandale arrive ! Malheur, surtout, à la victime qui oserait se rebeller – tel ce père qui ose gifler le violeur de 13 ans de sa fillette de 4 ans et qui se voit traîner au tribunal par la mère du premier et condamné à 200 euros d’amende avec sursis. « La part des victimes, c’est la part des ténèbres », écrit superbement Obertone dans ce livre qui pourrait, pour ceux qui croient encore à la justice et au contrat social, être une lueur d’espoir.

Laurent Obertone, La France Orange Mécanique, Editions Ring, 352 pages, 18 euros, n vente le 17 janvier 2013.


« Printemps arabe »: Pourquoi l’hiver est probablement inévitable (It’s the youth bulge, stupid!)

7 décembre, 2012
Le facteur clé est le facteur démographique. En règle générale, les gens qui vont tuer des gens sont les hommes de 16 à 30 ans. Samuel Huntington
As South Africa gears up to celebrate Youth Day this week, it might be worthwhile to consider the effect, and impact, a young population can have on a country. Today, our global village can be neatly divided between countries with growing (young) populations, and those with declining (ageing) populations. Countries with more than 40% of the population aged between 15 and 29 ­(Generation Y) are labelled as having a “youth bulge”. Youth bulges are usually associated with unrest, urban disturbance and, at the extreme end, revolts and revolution. They can set the stage for mass social change as we have witnessed in the Arab world: ­another global hotspot where youth bulges occur. The political revolts in Egypt, Tunisia and Libya were fuelled by relatively young citizens fed up with high rates of unemployment and the lack of democratic governments. (…) South Africa has an extreme youth bulge, with 65.8% of our population under the age of 30. This in itself should be a large red flag. But youth bulges do not always negatively affect a country. In fact, a youth bulge can be a country’s main asset, if – and only if – that country has two things in place: a brilliant education system and ample employment opportunities. South Africa, unfortunately, has neither. (…) Our internal youth bulges are growing in all the wrong places. Dion Chang
In a country with a youth bulge, as the young adults enter the working age, the country’s dependency ratio– that is, the ratio of the non-working age population to the working age population—will decline. If the increase in the number of working age individuals can be fully employed in productive activities, other things being equal, the level of average income per capita should increase as a result. The youth bulge will become a demographic dividend. However, if a large cohort of young people cannot find employment and earn satisfactory income, the youth bulge will become a demographic bomb, because a large mass of frustrated youth is likely to become a potential source of social and political instability. Therefore, one basic measure of a country’s success in turning the youth bulge into a demographic dividend is the youth (un)employment rate.  Unfortunately, the recent record has not been favorable. While unemployment rates are naturally higher for young people, given their limited work experience, the double digit unemployment rates presented in Figure 2 are worrisome. Typically, the prevailing youth unemployment rates are about twice the rate of the general workforce.  The situation in the Middle East and North Africa (MENA) and in the countries of Europe and Central Asia is particularly troubling: youth unemployment is on the order of 20 percent or even higher. In addition, informality is more prevalent among youth in MENA, so even for those who are employed, there may be problems with job quality. East Asian economies have been able to turn to the youth bulge into a demographic dividend. Take the Republic of Korea as an example. Over the past forty years, the dependency ratio declined substantially in Korea. In addition to dramatic GDP growth and rapid increases in average wages, youth unemployment has been below 12 percent and often in the single digits in recent years. The same is true for China. Its dependency ratio followed a similar pattern to Korea’s. Since initiating economic reforms since the late 1970, China has been able to generate millions of new jobs while also relocating young workers from lower productivity agricultural activities to higher productivity manufacturing—all without experiencing high unemployment among the youthful labor force. In recent decades, countries in North Africa have also experienced dramatic declines in the dependency ratio; however, as we saw above, youth unemployment has been a severe problem.(…) The youth unemployment issue has been in the news with respect to the “Arab Spring.”  Many youth protesting in the streets have relatively high education levels. A recent World Bank report finds that for oil importing countries in the Middle East and North Africa, government sector employment is oversized relative to other middle-income countries, while oil exporters have a high growth sector – oil production—that is not labor intensive. The report concludes “…the number of jobs created in the last decade was considerably less than the number needed to address key challenges, such as high youth unemployment, low labor force participation rates, especially among women, and fast –growing labor forces.” (…) First, for an economy to be competitive in both the domestic and international market, it should follow its comparative advantage, as determined by its endowment structure.  In the early stage of development, sectors that the economy has comparative advantage will be labor or resource intensive. Examples include light manufacturing, smallholder agriculture, fishing and mining. Only a few activities like mining are likely to be capital intensive in this early stage. In the later stages of development, the competitive sector will become increasingly capital intensive, as capital accumulates thus changing the country’s endowment structure. Justin Yufu Lin
L’erreur était que personne n’a fait attention à l’explosion de la population palestinienne. La population palestinienne a été multipliée par presque 6 dans les 50 dernières années. (…) au Liban, en Tunisie et en Algérie une femme a moins de deux enfants en moyenne. même si le Hamas devrait décider de tout signer tout, leurs jeunes hommes vont déchirer ces accords en morceaux. (…) La Palestine est un cas particulier. Ils n’ont jamais eu aucune chance de développement parce qu’ils ont toujours été sous soutien international. Gunnar Heinsohn
Une femme tunisienne a 1,7 enfant en moyenne. En France, elle en a bien souvent 6, parce que le gouvernement français la paie pour ça. Bien entendu, l’argent n’a jamais été destiné aux Tunisiennes en particulier, mais les Françaises ne sont pas intéressées par cet argent, tandis que les Tunisiennes ne sont que trop heureuses de le recevoir. (…) Dans les pays occidentaux, nous avons partout ce système d’allocations sociales qui est à peine utilisé par la population locale. D’un autre côté, il y a cette population immigrante dont les femmes ne peuvent être compétitives sur le marché du travail local. Pour les Danoises et les Allemandes, les allocations sont trop faibles pour être attractives. Pas pour les immigrants. Ce que l’on voit donc en Angleterre, en France, en Allemagne et aux Pays-Bas, ce sont des femmes issues de l’immigration qui complètent leur éventuel petit salaire par les deniers publics. Ce n’est pas un revenu extraordinaire, mais ça leur suffit. Et cela crée un genre de « carrière » réservé aux femmes, un modèle que leurs filles suivront. (…) Mais les fils n’ont pas ce choix. Ils ont grandi dans les basses couches de la société, sans les compétences intellectuelles nécessaires pour améliorer leur position. Ce sont ces garçons qui mettent le feu à Paris, ou dans des quartiers de Brême. Certains d’entre eux parviennent jusqu’à l’université et deviennent des leaders pour les autres – pas des pauvres, mais de jeunes hommes de rang social peu élevé, qui croient être opprimés à cause de leur confession musulmane, alors qu’en réalité c’est le système social qui a créé cette classe de perdants. Gunnar Heinsohn
Les chrétiens sont très largement surestimés dans les estimations, jusqu’à 12% —la CIA leur accorde 10%, plus de deux fois plus que notre estimation (4,6%). Il y a là comme une extrapolation à la démographie de la surreprésentation des chrétiens syriens dans le monde prestigieux des affaires et de la culture. Pourtant, ils sont parmi les premières victimes de leur succès en termes de transition démographique avancée, le payant par un recul de leur nombre en valeur relative, sinon absolue. Pour ces raisons démographiques, ils ne constituent qu’une force d’appoint qui pèse peu dans la balance: faible fécondité, tombée à quelque 1,8 enfant par femme, et forte émigration hors du pays. La ville d’Alep, la plus «chrétienne» de Syrie, illustre remarquablement ce déclin, des 30% (sans doute exagérés) de chrétiens dans les années 40 à 3,5% aujourd’hui. (…) Cette transition à deux vitesses signifie que la population majoritaire, déjà très nombreuse, est alimentée en sus par un flux de naissances très abondantes et en augmentation, là où la minorité ou les minorités (à l’exception notoire des Kurdes) voient leurs naissances s’atrophier et diminuer. Dans un contexte de conflit, la transposition des chiffres démographiques en chiffres militaires est automatique: tous les ans, à 18 ans ou un peu plus, des jeunes issus de la majorité vont se présenter de plus en plus nombreux sous les drapeaux, alors même qu’en face les jeunes issus des minorités sont de moins en nombreux. Le youth bulge syrien, l’explosion démographique des jeunes à l’âge d’entrée dans l’armée, est uniquement l’affaire de la majorité. Entre 1963 et 2012, leurs effectifs ont été multipliés par 5,3 dans la majorité sunnite, mais seulement par 2,4 dans la minorité chiite. (…) Dans l’ensemble de ce pays de 21,6 millions d’habitants, la transition démographique piétine. Malgré la baisse rapide de la mortalité infantile (18/1000), la fécondité reste élevée et constante, avec 3,5 enfants lors de l’enquête sur la santé de la famille de 2009, ce qui situe la Syrie au rang des pays arabes les plus féconds (70% de plus que la Tunisie, 60% de plus que le Maroc, deux fois plus que le Liban). Avec des différences régionales phénoménales: les gouvernorats de minorités, Lattaquié et Tartous, ou celui de Soueida, où la fécondité est désormais très basse, ne croissent qu’au rythme de 1,6%, l’an contre 2,5% pour le reste du pays. Youssef Courbage

Pourquoi l’hiver est probablement inévitable …

Populations éduquées (souvent christianisées- les Juifs ont été expulsés depuis longtemps) victimes, entre un meilleur contrôle des naissances et l’attrait de l’émigration, de leurs succès et en perte de vitesse démographique, populations arriérées encore en plein boom démographique …

A l’heure où une classe moyenne éduquée et plutôt urbaine ayant largement réussi sa transition démographique voit, de la Tunisie à l’Egypte, sa demande de liberté confisquée par des partis islamistes appuyés principalement sur des masses issus plutôt des classes populaires et des petites villes ou campagnardes et surtout, « youth bulge » intérieur ou régional oblige, nettement plus jeunes et plus nombreuses …

Pendant que, contraints par les menaces de massacres qui s’annoncent (à l’aide peut-être même d’ADM chimiques), l’Occident se retouve, tout en continuant à financer via l’ONU les véritables usines à bébés et terroristes palestinennes, à armer des masses d’islamistes fanatisées suceptibles, comme  avant eux en Tunisie ou en Libye, de métastaser le cancer jihadiste dans le reste de la région …

Tout en risquant de développer sur son propre sol, entre le chômage massif et un Etat-providence pris en otage par la démagogie et le politiquement correct, des masses de jeunes toujours plus déracinés et susceptibles d’être tentés par les certitudes des barbus …

Comment ne pas voir, avec la lumineuse analyse de la situation syrienne par Youssef Courbage sur Slate, que le dit « printemps arabe est très probablement, au moins à court et à moyen terme, voué à une inéluctable hiverisation?

Ce que la démographie nous dit du conflit syrien

Sunnites, alaouites, Kurdes, chrétiens, druzes… La guerre en cours depuis dix-huit mois se joue aussi dans le poids et la vitesse de croissance des différents groupes qui se partagent le territoire ou s’entredéchirent.

Youssef Courbage

Slate

15.10.12

Des enfants jouent dans des ruines, au nord de la Syrie, le 8 octobre 2012. REUTERS/Stringer.- Des enfants jouent dans des ruines, au nord de la Syrie, le 8 octobre 2012. REUTERS/Stringer. -

Avec 33.000 morts et 340.000 réfugiés hors des frontières, la démographie est évidemment présente dans le conflit qui ravage la Syrie depuis mars 2011, ce délicat bras de fer où l’on se contente souvent d’une vérité qui, pour n’être pas reconnue, est pourtant connue de tous: un groupe confessionnel minoritaire démographiquement, les alaouites (originaire du chiisme musulman), monopoliserait le pouvoir et ses multiples instruments. Ou, de manière plus nuancée: l’ensemble des minoritaires, peu ou prou unifiés, se seraient ralliés à ce pouvoir, s’opposant par là même à la majorité de la population.

La dimension démographique du conflit se joue aussi dans le poids et la vitesse de croissance des différents groupes qui se partagent le territoire ou s’entredéchirent, facteur décisif vis-à-vis du pouvoir central. En effet, la transition démographique —vecteur essentiel de la modernisation des sociétés— n’y avance pas au même rythme: si le conflit est inscrit dans l’état démographique des forces en présence, il se joue donc aussi dans le mouvement (natalité, mortalité, migrations…) qui différencie ou oppose ces populations, par leur natalité surtout [1].

D’abord, la question la plus simple: que pèsent démographiquement les différents groupes aujourd’hui? Malgré le mutisme officiel (recensement, état-civil, enquêtes…), les estimations abondent: plus de 40% de minoritaires selon certaines estimations très généreuses; beaucoup moins selon la nôtre, qui les amène à 27%.

Cette «bataille de chiffres» en serait restée à ce stade si elle n’avait dégénéré en conflit ouvert entre diverses factions de la population. Occultée par l’idéologie dominante de l’Etat-Nation syrien, la démographie communautaire [2] a repris des couleurs, comme sous le mandat français (1920-1944), qui avait divisé un temps la Syrie en Etats confessionnels, communautaires ou régionaux: alaouite, druze, sandjak d’Alexandrette, et même un Etat de Damas et un Etat d’Alep.

Les sunnites, dominants démographiquement, dominés politiquement

Démographie et pouvoir sont en porte-à-faux, les sunnites arabes (73% de la population) vivant depuis 1963 une situation d’éclipse politique. Mais s’agit-il vraiment d’un groupe? Plutôt d’un agrégat composite, urbain, rural, bédouin, très hétérogène, régionaliste, sans ossature réelle après la destruction du parti des Frères Musulmans en 1982, qui s’était fait fort —sans réussir— de rallier les sunnites de Syrie.

Les années 2011-2012 amorcent peut-être un semblant de regroupement, dans la mouvance d’une guerre qui pour la première fois n’épargne aucune des villes moyennes à dominante sunnite et rapproche symboliquement les deux capitales, Damas et Alep, longtemps rivales.

Pour autant, le pouvoir syrien ne manque pas d’y entretenir des groupes d’intérêt, des milieux d’affaires à la pègre, en passant par le souk de Damas, plus récemment celui d’Alep, qui lui sont obligés. Les allégeances ne sont jamais évidentes, il n’y a pas congruence parfaite entre le sunnisme syrien et l’opposition au régime.

Les Kurdes, minorité démographique politiquement dominée

Qu’en est-il des minorités? A défaut d’une unité nationale réelle, le pouvoir tente de les agréger au noyau dur alaouite. Il s’agit là d’un impératif démographique aux fortes connotations politiques et militaires.

Les Kurdes, qui représentent 8% de la population (certaines estimations vont jusqu’à 10%, ce qui en ferait la première minorité du pays devant les alaouites), principalement sunnites (95%), ne jouent pas la carte sunnite, mais ne penchent pas pour autant du côté d’un pouvoir qui les a privés de la majeure partie de ce qu’ils jugent être leurs droits nationaux, de la reconnaissance de leur langue, voire, pour de larges pans de la population, de la nationalité syrienne.

En 1962, un «recensement» de la région principalement kurdophone de la Jézira, a abouti à priver de la nationalité syrienne 120.000 Kurdes désormais considérés comme étrangers. Plus de 300.000 Kurdes apatrides vivaient en Syrie à la promulgation du décret d’avril 2011 de restitution de la nationalité syrienne aux Kurdes. Un geste destiné à les rallier à la cause du pouvoir après plusieurs décennies d’ostracisme, mais dont seulement 6.000 personnes auraient bénéficié.

Leur forte concentration géographique aux frontières de la Turquie et de l’Irak, jointe à leur croissance démographique —la plus élevée du pays—, favorise les penchants sécessionnistes, à l’écoute des Kurdes de Turquie ou d’Irak, un peu moins d’Iran. C’est pourquoi l’opposition syrienne, qui se méfiait des pulsions sécessionnistes kurdes, a tardé à enrôler des opposants de ce côté. Mais récemment, le Conseil national syrien a élu un Kurde, Abdelbasset Sida, à sa tête.

Pour ajouter à l’ambivalence de la situation de cette minorité à l’égard du pouvoir central, il faut souligner les liens entre une partie des Kurdes de Syrie et le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), anti-turc, occasionnellement pro-syrien et se retrouvant donc loyaliste par la force des choses.

Les yazidis, cette archi-minorité kurdophone non-musulmane, se distinguent eux par leur religion des Kurdes musulmans. Démographiquement et politiquement, ils pèsent d’un poids négligeable.

Les chrétiens, minoritaires proches du pouvoir?

Les chrétiens sont très largement surestimés dans les estimations, jusqu’à 12% —la CIA leur accorde 10%, plus de deux fois plus que notre estimation (4,6%). Il y a là comme une extrapolation à la démographie de la surreprésentation des chrétiens syriens dans le monde prestigieux des affaires et de la culture. Pourtant, ils sont parmi les premières victimes de leur succès en termes de transition démographique avancée, le payant par un recul de leur nombre en valeur relative, sinon absolue.

Pour ces raisons démographiques, ils ne constituent qu’une force d’appoint qui pèse peu dans la balance: faible fécondité, tombée à quelque 1,8 enfant par femme, et forte émigration hors du pays. La ville d’Alep, la plus «chrétienne» de Syrie, illustre remarquablement ce déclin, des 30% (sans doute exagérés) de chrétiens dans les années 40 à 3,5% aujourd’hui.

Les chrétiens se sont souvent retrouvés comme minoritaires mais proches du pouvoir —parfois à leur corps défendant—, un pouvoir qui tente, surtout depuis le conflit en cours, de les agréger encore plus au noyau dur. Mais ils ne sont unis ni sur le plan confessionnel ni sur le plan politique.

Leur présence au sein du parti au pouvoir, le Baath, ne date pas d’aujourd’hui et, faut-il le rappeler, l’un de ses fondateurs, Michel Aflak, était un Syrien chrétien. Une certaine continuité puisque le ministre de la Défense Daoud Rajha, tué dans l’attentat de Damas en juillet dernier, était chrétien. Et l’armement de miliciens chrétiens en soutien du régime a été tenté, mais certains groupes chrétiens —des Assyriens— ont pris les armes contre le pouvoir, tout en restant en marge de l’opposition.

Les dignitaires ecclésiastiques chrétiens ont, pour la plupart, mais avec des exceptions notables, prêté allégeance au pouvoir. Mais leurs voix sont largement compensées par celles des opposants chrétiens, qui siègent aux plus hautes instances du Conseil national syrien ou des autres groupes de l’opposition.

Les moins politisés des chrétiens vivent eux mal les visées du pouvoir sur le Liban, qui remontent surtout à 1975, alors qu’ils ont tissé depuis des temps immémoriaux des relations poussées, familiales notamment, avec le pays —ce qui n’est d’ailleurs pas un phénomène chrétien seulement, mais celui de Syriens de toutes confessions, pour qui le Liban reste une option comme pays-refuge.

Parmi les chrétiens, les Arméniens, pour la plupart originaires de Cilicie, se découvrent eux des affinités avec la république d’Arménie, qui pourrait bien devenir une autre patrie-refuge.

Attitude contrastée des autres minorités

Comme ceux des chrétiens, les effectifs des druzes, concentrés dans le Djébel Druze (gouvernorat de Soueida), sont largement surévalués: 500.000, voire 700.000, contre moins de 400.000 effectivement. Cela tient en partie à l’imprécision du décompte des Druzes expulsés du Golan à la suite de la guerre israélo-arabe de 1967.

L’ambivalence rencontrée chez les Kurdes ou les chrétiens se retrouve chez eux. Le réflexe minoritaire les pousserait à faire front avec les autres minorités, mais un long contentieux avec les pouvoirs successifs qui se sont succédés depuis l’Indépendance jusqu’au coup d’état de 1963 et l’éviction des officiers druzes de l’armée les inciterait à la méfiance vis-à-vis des autorités.

Ces druzes de Syrie —originaires pour la plupart du Mont-Liban après leur migration forcée au XVIIIe siècle— manquent d’un leadership national, qu’ils trouvent en partie au Liban en la personne de Walid Joumblatt, le leader du PSP libanais, un druze qui se fait fort d’encourager ses coreligionnaires de l’autre côté de la frontière à refuser de servir dans l’armée et dans les services de sécurité.

Pour les archi-minorités, qui comptent peu du point de vue démographique, les préférences politiques sont également contrastées. Cela va des Turkmènes, les plus opposants, car sunnites, turcophones et en symbiose avec la Turquie, aux chiites duodécimains, plus en phase avec l’Iran et son allié syrien.

Les Ismaéliens, des chiites non-duodécimains, seraient –modérément— proches du pouvoir. Les Tcherkesses, des sunnites non-arabes originaires du Caucase, semblent plutôt neutres dans le conflit en cours. Mais leur malaise se traduit par le fait que certains envisageraient le «retour» en «Russie».

En définitive, ces minoritaires dominés, si on agrégeait leurs effectifs, se retrouveraient à mi-chemin du pouvoir et de l’opposition, mais en aucun cas une force décisive ni pour les uns ni pour les autres.

Les alaouites: une minorité démographique politiquement dominante

Que les alaouites, de leur côté, soient la minorité au pouvoir ou celle du pouvoir importe peu. Comme mentionné plus haut, les cercles confessionnels et politiques ne se recoupent jamais intégralement. Et de la même façon que le pouvoir a réussi à fidéliser nombre de sunnites, l’opposition compte également de prestigieuses personnalités alaouites.

Les alaouites font corps avec la Syrie, mais leur présence déborde le cadre syrien: plus de 400.000 alaouites arabes (à ne pas confondre avec les 15 millions d’Alévis des turcophones chiites) vivent en Turquie. Près de 100.000 au Liban, paradoxalement le seul pays qui leur accorde une reconnaissance officielle, un état-civil et une représentation parlementaire comme alaouites. En revanche, en Turquie et en Syrie, ils sont officiellement musulmans, mais ne peuvent se réclamer de leur confession précise.

L’actualité brûlante a ravivé l’intérêt accordé à leur religion. Issue de l’islam chiite duodécimain, elle s’en est éloignée par son caractère trinitaire, initiatique, syncrétique. Que les alaouites croient à la transmigration des âmes (métempsycose) —ce qui n’est pas sans effet sur leur faible fécondité comme chez les druzes—, se passent de mosquées, tolèrent l’alcool, ne voilent pas leurs femmes, etc., les a mis au ban de l’islam officiel.

Toutefois, depuis 1936 et surtout depuis 1973, les alaouites tentent de s’insérer dans le giron de l’islam officiel chiite, voire sunnite. Mais plus que par leur religion, c’est par leur asabiyya, ce concept forgé au XIVème siècle par Ibn Khaldoun, une valorisation du réseau social où les liens sont surdéterminés par l’appartenance familiale, clanique ou communautaire, qu’ils se distinguent des autres Syriens. Cette asabiyya a été aiguisée par leur histoire conflictuelle avec le pouvoir central, de Saladin jusqu’aux Ottomans en passant par les Mamelouks, les plus féroces de leurs adversaires.

Une histoire faite aussi d’oppression socioéconomique, qui allait vivifier leur solidarité. Seul le mandat français, et pour une brève période (1922-1936), a tenté de les rallier au pouvoir central —avec des succès très mitigés— en leur concédant l’«Etat des Alaouites». Piètre consolation, puisque cette entité, selon le géographe Etienne de Vaumas, était «coupée du reste du monde… conservatoire d’une société condamnée à un dépérissement qui pour être lent n’en était pas moins certain».

De cette préhistoire antérieure au coup d’Etat de 1963, il est resté beaucoup de rancœurs. Les alaouites ont conservé la mémoire de leurs pères, métayers chez les seigneurs féodaux de la plaine et surtout de la ville-symbole sunnite de Hama. Celle aussi des petites filles que l’on «vendait» comme bonnes à tout faire, aux bourgeois et petits-bourgeois des villes de Lattaquié, Damas, Alep et jusqu’à Beyrouth.

Seul vecteur de l’ascenseur social, le parti Baath et la profession militaire. Ce fut d’abord le fait du mandat français, qui recruta, hors de toute relation de proportionnalité avec leur population, des alaouites dans ses bataillons du Levant, présence qui se perpétua après l’indépendance. La démographie militaire montre qu’en 1955, 65% des sous-officiers étaient alaouites et le Comité militaire, chargé du recrutement dans les académies militaires, entre leurs mains. Mais la majorité des officiers restaient sunnites.

De 1963 à 1970, le pouvoir confortera leurs positions au sein de l’appareil et de l’armée, allant crescendo jusqu’au coup d’état de 1970, avant la vigoureuse correction survenue entre 1970 et 1997, année où 61% des principales personnalités militaires et des forces de sécurité étaient alaouites et 35% sunnites.

Un mouvement correctif socioéconomique

Du «mouvement correctif» engagé en 1970, idéologique (abandon de la référence au socialisme), politique et militaire, naîtra un autre mouvement correctif socioéconomique de longue haleine, dont les effets laissent une empreinte forte sur les statistiques, celles du recensement de 2004 notamment.

Rurales avant l’indépendance à plus de 97%, les populations alaouites dominaient, dès 1990, les villes du littoral: 55% à Lattaquié, 70% à Tartous, 65% à Banias, villes, qui sous le mandat français, étaient encore des bastions sunnites (78% environ). L’ascension des alaouites dans l’armée, les services de sécurité, la fonction publique, les entreprises d’Etat et, plus récemment, dans le secteur privé, leur a également assuré une présence marquée à Damas, à Homs, à Hama, mais non à Alep. L’accès à la ville, à l’administration, à l’enseignement, notamment universitaire (avec un système de discrimination positive pour les bourses à l’étranger), a donné un coup de fouet à leur mobilité dans l’échelle sociale.

La rente de situation ainsi générée au profit des alaouites ressort parfaitement des données de 2003-2004. Leur niveau de vie est franchement plus élevé qu’ailleurs (sauf dans la capitale): la dépense mensuelle par personne atteignait 3.310 livres syriennes (un peu moins de 40 euros d’aujourd’hui) dans la région côtière, pour 2.170 seulement dans le gouvernorat d’Alep.

Tous les indicateurs vont d’ailleurs dans le même sens: faible proportion d’actifs dans l’agriculture, un secteur à basse productivité; faible taux d’analphabétisme des adultes, notamment féminin; faible proportion de filles de 5-24 ans non-scolarisées; enfin, une plus forte féminisation de la main-d’œuvre non-agricole, un autre et important critère de la modernité.

L’Etat a également fourni avec plus de générosité aux gouvernorats côtiers l’électricité, l’eau potable, les réseaux d’égouts. Ces statistiques ne signifient pas que les alaouites sont tous devenus aisés ou se sont tous métamorphosés de paysans sans terre en petits ou grands bourgeois: il existe naturellement plus d’un village ou un quartier de ville alaouites pauvres. Mais en moyenne, leur région a connu une progression sans pareil.

Les risques des transitions à deux vitesses

Les alaouites ne sont pas les seuls à connaître au fil des années cette érosion de leurs taux de natalité, solidaires par cette transition démographique des druzes (bien représentés par les gouvernorats de Soueida et de Quneitra) et des chrétiens (disséminés dans tout le pays). En 2004, le nombre moyen d’enfants par femme de la région côtière était tombé à 2,1, soit le seuil de renouvellement des générations (1,8 chez les druzes et autant chez les chrétiens).

La même année, et pour ne retenir que les lieux qui ont fait la une des journaux par l’intensité des combats, la fécondité était de 3,8 enfants par femme à Alep (presque deux fois plus), 3,1 dans le pourtour rural de Damas, 3,5 à Hama, 3,1 à Homs, 5,1 à Idleb, 6,2 à Deir el Zor. A Dera’a, qui a inauguré la série sanglante, elle était de 4,6.

Cette transition à deux vitesses signifie que la population majoritaire, déjà très nombreuse, est alimentée en sus par un flux de naissances très abondantes et en augmentation, là où la minorité ou les minorités (à l’exception notoire des Kurdes) voient leurs naissances s’atrophier et diminuer.

Dans un contexte de conflit, la transposition des chiffres démographiques en chiffres militaires est automatique: tous les ans, à 18 ans ou un peu plus, des jeunes issus de la majorité vont se présenter de plus en plus nombreux sous les drapeaux, alors même qu’en face les jeunes issus des minorités sont de moins en nombreux. Le youth bulge syrien, l’explosion démographique des jeunes à l’âge d’entrée dans l’armée, est uniquement l’affaire de la majorité. Entre 1963 et 2012, leurs effectifs ont été multipliés par 5,3 dans la majorité sunnite, mais seulement par 2,4 dans la minorité chiite.

L’impossible partition

Devant ce conflit qui s’éternise, d’aucuns en viennent à penser que l’ultime recours serait la partition du pays et la création d’un mini-état alaouite, d’un réduit ou d’une zone de repli dans la zone côtière —une nouveauté dans la région, où le Liban a connu seize ans de guerre civile et a réussi à échapper à la partition, de même que l’Irak malgré la région autonome kurde.

Mais ce sont surtout des raisons démographiques qui rendent ces projets chimériques. En 2012, le «réduit» alaouite compte 1,8 million d’habitants. Sa population se décompose en 1,2 millions d’alaouites et 665.000 non alaouites, dont 340.000 sunnites, les plus exposés aux transferts de population en cas d’aggravation du conflit. Les autres communautés des deux gouvernorats de Lattaquié et Tartous, chrétiens et ismaéliens, seraient moins exposés.

Mais en dehors de ces deux gouvernorats, la Syrie compte un million d’alaouites, presque autant qu’à Lattaquié et Tartous. Pour la plupart, ils sont désormais très enracinés dans leurs lieux de vie et n’entretiennent plus que des liens ténus avec leurs villages ou leurs villes d’origine. Ces chiffres imposants montrent bien toute la démesure d’un découpage de la Syrie, inimaginable du fait du brassage de ses populations.

Youssef Courbage


A lire sur le sujet, de Youssef Courbage: Christian and Jews under Islam (avec Philippe Fargues, Tauris, 1998); «La population de la Syrie: des réticences à la transition (démographique)», in Baudoin Dupret, Youssef Courbage et al., La Syrie au présent, reflet d’une société (Paris, Actes-Sud, 2007).

D’autres auteurs: Jacques Weulersse, Le pays des Alaouites (Tours, 1940); Etienne de Vaumas, «Le Djebel Ansarieh. Eude de géographie humaine», Revue de géographie alpine (1960); Hana Batatu, Syria’s peasantry, the descendants of its lesser notables, and their politics, (Princeton U.P., 1999); Fabrice Balanche, La région alaouite et le pouvoir syrien(Karthala, 2006).

[1] Dans l’ensemble de ce pays de 21,6 millions d’habitants, la transition démographique piétine. Malgré la baisse rapide de la mortalité infantile (18/1000), la fécondité reste élevée et constante, avec 3,5 enfants lors de l’enquête sur la santé de la famille de 2009, ce qui situe la Syrie au rang des pays arabes les plus féconds (70% de plus que la Tunisie, 60% de plus que le Maroc, deux fois plus que le Liban). Avec des différences régionales phénoménales: les gouvernorats de minorités, Lattaquié et Tartous, ou celui de Soueida, où la fécondité est désormais très basse, ne croissent qu’au rythme de 1,6%, l’an contre 2,5% pour le reste du pays. Revenir à l’article

[2] A l’époque ottomane, la population de la Syrie était recensée selon la religion: musulmane (sans distinction des confessions détaillées), chrétienne (confessions détaillées) et juive. Sous le mandat français, les recensements mentionnaient la confession précise. Les recensements ultérieurs de 1947 et de 1960 donnaient la religion, mais non la confession précise, habitude qui fut abandonnée avec le recensement de 1970. L’état civil, en revanche, a longtemps continué à mentionner la religion pour les musulmans et les chrétiens, précisant pour ces derniers leur confession détaillée.

Les estimations actuelles sont fondées sur des projections démographiques réalisées à partir de données anciennes, des évaluations effectuées par des spécialistes du milieu syrien (Balanche, de Vaumas, Weulersse) et sur des imputations de certains paramètres démographiques à partir de données régionales (par exemple les gouvernorats de Lattaquié et Tartous pour les alaouites, celui de Soueida pour les druzes). On a donc en main des ordres de grandeurs raisonnables, mais en aucun cas des chiffres irréfutables à 100% comme auraient pu l’être ceux de recensements qui mentionneraient la confession détaillée ou la langue maternelle.

Voir aussi:

Youth Bulge: A Demographic Dividend or a Demographic Bomb in Developing Countries?

Justin Yifu Lin World Bank, 2012-01-05
The youth bulge is a common phenomenon in many developing countries, and in particular, in the least developed countries.   It is often due to a stage of development where a country achieves success in reducing infant mortality but mothers still have a high fertility rate. The result is that a large share of the population is comprised of children and young adults, and today’s children are tomorrow’s young adults.
Figures 1 (a)-(b) provide some illustrative examples. Dividing the world into more and less developed groupings (by UN definitions) reveals a large difference in the age distribution of the population. The share of the population in the 15 to 29 age bracket is about 7 percentage points higher for the less developed world than the more developed regions. In Africa (both Sub-Saharan and North Africa), we see that about 40 percent of the population is under 15, and nearly 70 percent is under 30 (Figure 1(a)). In a decade, Africa’s share of the population between 15 and 29 years of age may reach 28 percent of its population.  In some countries in “fragile situations” (by World Bank definitions), almost three-quarters of the population is under 30 (examples in Figure 1(b)), and a large share of 15-29 year olds will persist for decades to come (Figures 1(c) and (d)).

Source: Author’s calculations based on data from United Nations, Department of Economic and Social Affairs, Population Division (2011). World Population Prospects: The 2010 Revision. Medium fertility scenario is used for the 2050 projections.
In a country with a youth bulge, as the young adults enter the working age, the country’s dependency ratio– that is, the ratio of the non-working age population to the working age population—will decline. If the increase in the number of working age individuals can be fully employed in productive activities, other things being equal, the level of average income per capita should increase as a result. The youth bulge will become a demographic dividend. However, if a large cohort of young people cannot find employment and earn satisfactory income, the youth bulge will become a demographic bomb, because a large mass of frustrated youth is likely to become a potential source of social and political instability1.Therefore, one basic measure of a country’s success in turning the youth bulge into a demographic dividend is the youth (un)employment rate.  Unfortunately, the recent record has not been favorable. While unemployment rates are naturally higher for young people, given their limited work experience, the double digit unemployment rates presented in Figure 2 are worrisome. Typically, the prevailing youth unemployment rates are about twice the rate of the general workforce.   The situation in the Middle East and North Africa (MENA) and in the countries of Europe and Central Asia is particularly troubling: youth unemployment is on the order of 20 percent or even higher. In addition, informality is more prevalent among youth in MENA, so even for those who are employed, there may be problems with job quality2.

Source: World Development Indicators and ILO Global Employment Trends for Youth. Two lines for MENA in recent years are for the separate sub-regions of the Middle East and North Africa by ILO definitions.
East Asian economies have been able to turn to the youth bulge into a demographic dividend. Take the Republic of Korea as an example. Over the past forty years, the dependency ratio declined substantially in Korea (Figure 4(a)). In addition to dramatic GDP growth and rapid increases in average wages, youth unemployment has been below 12 percent and often in the single digits in recent years (ILO data cited above). The same is true for China. Its dependency ratio followed a similar pattern to Korea’s (Figure 1(a)). Since initiating economic reforms since the late 1970, China has been able to generate millions of new jobs while also relocating young workers from lower productivity agricultural activities to higher productivity manufacturing—all without experiencing high unemployment among the youthful labor force. In recent decades, countries in North Africa have also experienced dramatic declines in the dependency ratio (Figure 3(b)); however, as we saw above (Figure 2), youth unemployment has been a severe problem.

Source: United Nations, World Population Prospects: the 2010 Revision.
 The Traditional Policy Response: Prepare the Youthful Supply of Labor
The conventional approach for dealing with youth bulge is to make young people job ready. The idea is that young people’s skills – or more broadly, human capital—needs to be increased to enhance their productivity in the labor market. The 2007 World Development Report, Development and the Next Generation, lays out the policy agenda by focusing on five key life transitions: learning, work, health, family, and citizenship. Three “lenses” are used to focus the policy discussion: opportunities, capabilities and second chances.   Basic skills and access to secondary and tertiary education, for example, are needed to create opportunities, while capabilities to make the right decisions for seizing opportunities can be enhanced through better information, access to credit and other factors. On the other hand, when outcomes are negative—for example, poor decisions lead to low levels of education or exposure to communicable diseases—young adults may need access to services that can help them re-start their economic and personal lives. The 2007 WDR emphasized both the skills upgrading and the institutional setting for improving economic outcomes for young people.
The above discussion provides a useful framework for mitigating youth unemployment issue from the supply side; however, demand for labor services is essential for absorbing new entrants to the workforce. Such a shift in demand can be achieved only by a dynamic change in economic structure. Countries that have been successful in this regard move from a high share of employment in agriculture towards an increasing share of employment in manufacturing first and then gradually to the service sector in the post industrialization stage. Generally, this structural change is accompanied by rural-urban migration, and it usually starts in labor intensive manufacturing.  On an aggregate level, one can look at the sectoral shift out of agriculture and into industry and services – both in terms of value-added and employment. For example, Egypt in 1980 had a GDP per capita (in constant 2005 PPP dollars) of $2,400, while China was only at $524 and Korea was already ten times higher at $5500 (WDI data).   Egypt had only a slightly higer share of agriculture and employment in GDP, compared to Korea; however, this structure largely stagnated in the case of Egypt in the ensuing decades (Figures 4(a) and (b)). Meanwhile, China now with a GDP per capita of $6800 (2005 constant PPP) has a lower share of agriculture in total value added and the employment share has declined continuously.  On a more micro level, countries like Korea have then moved up the industrial ladder to more sophisticated and more capital intensive goods, as capital has accumulated with high investment rates over time3. Throughout this process, shifting labor demand creates opportunities for working age population to be employed in jobs moving from lower productivity sectors to higher productivity sectors.

Source: World Development Indicators
The youth unemployment issue has been in the news with respect to the “Arab Spring.”   Many youth protesting in the streets have relatively high education levels. A recent World Bank report4 finds that for oil importing countries in the Middle East and North Africa, government sector employment is oversized relative to other middle-income countries, while oil exporters have a high growth sector – oil production—that is not labor intensive. The report concludes “…the number jobs created in the last decade was considerably less than the number needed to address key challenges, such as high youth unemployment, low labor force participation rates, especially among women, and fast –growing labor forces.”5 The emerging new leaders in the Middle East and North Africa are acutely aware of the urgent need to tackle youth unemployment.  Indeed, the WDR 2013 on jobs, which is being drafted now and is being shared in outline form with diverse stakeholders, will grapple with this issue, among others.
How the New Structural Economics (NSE) and the Growth Identification and Facilitation Framework (GIFF) can help put young people to work
A successful development strategy that will facilitate the structural change and create job opportunities for youth can be based upon the principles outlined in the New Structural Economics (NSE) and its policy implementation via the Growth Identification and Facilitation Framework6.  The NSE highlights that a country’s economic structure is endogenous to its endowment structure; however, the government needs to play a facilitating role in the process of structural change and this role needs to be structured according to clearly defined principles.
First, for an economy to be competitive in both the domestic and international market, it should follow its comparative advantage, as determined by its endowment structure.  In the early stage of development, sectors that the economy has comparative advantage will be labor or resource intensive. Examples include light manufacturing, smallholder agriculture, fishing and mining. Only a few activities like mining are likely to be capital intensive in this early stage. In the later stages of development, the competitive sector will become increasingly capital intensive, as capital accumulates thus changing the country’s endowment structure. In the industrial upgrading towards more capital intensive production, infrastructure needs to be improved simultaneously to reduce the firms’ transaction costs, and there is a clear role for government to play in this regard.
Secondly, if a country follows the above principle, its factor endowment upgrading will be fast (due to large profits and a high return to investment), and its industrial structure should be upgraded accordingly. The upgrading entails information (for example, which new industries to invest), coordination (improvement in “hard” (e.g., transport) and “soft” (institutional) infrastructure), and externalities (useful information generated by  “first movers”). All of these aspects involve externalities or public (semi-public) goods that the market will not automatically resolve on its own. The government needs to play facilitating role in help the private sector overcome these issues in order to achieve dynamic growth.
A practical approach for the government to operationalize the NSE is laid out in the six steps of the Growth Identification and Facilitation Framework.   Without getting into all the details, the six steps are: (i) identify the list of tradable goods and services that have been produced for about 20 years in dynamically growing countries with similar endowment structures and a per capita income that is about 100 percent higher than their own; (ii) among the industries in that list, the government may give priority to those in which some domestic private firms have already entered spontaneously, and try to identify the obstacles that are preventing these firms from upgrading the quality of their products or the barriers that limit entry to those industries by other private firms; (iii) some of those industries in the list may be completely new to domestic firms, and the government could adopt specific measures to encourage firms in the higher-income countries identified in the first step to invest in these industries; (iv) governments should pay close attention to successful self discoveries by private enterprises and provide support to scale up those industries; (v) in developing countries with poor infrastructure and an unfriendly business environment, the government can invest in industrial parks or export processing zones and make the necessary improvements to attract domestic private firms and/or foreign firms that may be willing to invest in the targeted industries; and (vi) the government may also provide limited incentives to domestic pioneer firms or foreign investors that work within the list of industries identified in step 1 in order to compensate for the non-rival, public knowledge created by their investments.
As above data reveal, the youth bulge will be an important demographic phenomenon in developing countries, and especially in Sub-Saharan African countries, in the coming decades. While it is important to increase the employability of young people themselves, it is also essential to facilitate dynamic structural change to create jobs for youth. By doing so, the youth bulge can be transformed into a demographic dividend, and the demographic bomb can be defused.

[3] There are numerous studies on the productivity of Korean firms. One recent paper studies the pattern of productivity catch-up between Korean and Japanese firms: Moosup Jung, Keun Lee, and Kyoji Fukao, “Total Factor Producitivity of the Korean Firms and Catching Up with the Japanese Firms,” Seoul Journal of Economics, 2008, Vol. 21 (1).
[4] World Bank, 2011, “Striving for Better Jobs: The Challenge of Informality in the Middle East and North Africa.”
[5] Ibid, page 48.
[6] See Justin Yifu Lin, “New Structural Economics: A Framework for Rethinking Development,” World Bank Research Observer, no. 2,   Vol. 26 (September 2011), pp. 193-221; Justin Yifu Lin and Celestin Monga, “Growth Identification and Facilitation: the Role of State in the Process of Dynamic Growth”, Development Policy Review, Vol. 29, No. 3 (May 2011), pp. 264-290; and Justin Yifu Lin, 2012, New Structural Economics: A Framework for Rethinking Development and Policy, Washington, DC: World Bank.

Présidentielles 2012: Qui parlera des mensonges de Hollande? (Look who’s lying now!)

3 mai, 2012
Dieu se rit de ceux qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes. Bossuet
Moi Président de la République, je ne serai pas le chef de la majorité, je ne recevrai pas les parlementaires de la majorité à l’Elysée. Moi Président de la République, je ne traiterai pas mon Premier ministre de collaborateur. Moi Président de la République, je ne participerai pas à des collectes de fonds pour mon propre parti dans un hôtel parisien. Moi Président de la République, je ferai fonctionner la justice de manière indépendante. Je ne nommerai pas les membres du Parquet alors que l’avis du Conseil de la Magistrature n’a pas été dans ce sens. Moi Président de la République, je n’aurai pas la prétention de nommer les directeurs de chaînes de télévisions publiques. Je laisserai ça à des instances indépendantes. Moi Président de la République, je ferai en sorte que mon comportement soit à chaque instant exemplaire. Moi Président de la République, j’aurai aussi à cœur de ne pas avoir un statut pénal du Chef de l’Etat. Je le ferai réformer de façon à ce que si des actes antérieurs à ma prise de fonction venaient à être contestés je puisse, dans certaines conditions, me rendre à la convocation de tel ou tel magistrat ou m’expliquer devant un certain nombre d’instances. Moi Président de la République, je constituerai un gouvernement qui sera paritaire, autant de femmes que d’hommes. Moi Président de la République, il y aura un code de déontologie pour les ministres qui ne pourraient pas rentrer dans un conflit d’intérêts. Moi Président de la République, les ministres ne pourront pas cumuler leurs fonctions avec un mandat local parce que je considère qu’ils devraient se consacrer pleinement à leur tâche. Moi Président de la République, je ferai un acte de décentralisation parce que je pense que les collectivités locales ont besoin d’un nouveau souffle, de nouvelles compétences, de nouvelles libertés. Moi Président de la République, je ferai en sorte que les partenaires sociaux puissent être considérés, aussi bien les organisations professionnelles que les syndicats. Et que nous puissions avoir régulièrement une discussion pour savoir ce qui relève de la loi ou ce qui relève de la négociation. Moi Président de la République, j’engagerai de grands débats. On a évoqué celui de l’énergie et il est légitime qu’il puisse y avoir sur ces questions là de grands débats citoyens. Moi Président de la République, j’introduirai la représentation proportionnelle pour les élections législatives, pour les élections non pas celles de 2012 mais celles de 2017, parce que je pense qu’il est bon que l’ensemble des sensibilités soit représenté. Moi Président de la République, j’essaierai d’avoir de la hauteur de vue pour fixer les grandes orientations, les grandes impulsions. Mais en même temps, je ne m’occuperai pas de tout et j’aurai toujours le souci de la proximité avec les Français … François Hollande
Quand on m’a comparé à Franco, à Pétain, à Laval, et pourquoi pas Hitler, vous n’avez pas dit un mot (…). Quand Mme Aubry me traite de Madoff et que le leader de la famille ne dit rien, c’est qu’il cautionne. Nicolas Sarkozy
Le moment de bravoure de cette année ne sera pas une courte petite phrase, mais une longue anaphore de trois minutes vingt. « Moi, président de la République », seize fois répété par Hollande au cours du débat, en une longue et brillante tirade, exprimant calmement une rupture implacable avec l’esprit du sarkozisme. « Moi président de la République, je ne participerai pas à des collectes de fonds dans un hôtel parisien ». Et tout y passa: indépendance de la Justice, statut pénal du chef de l’Etat, indépendance des médias, etc etc. (…) Je pinaille comme on pinaillait avec délices, les premières années, sur le verbe mitterrandien, sur sa créativité verbale, ce qui est au total plutôt rafraichissant. Mais le pinaillage n’empêche pas d’apprécier. Ce furent au total trois minutes vingt d’allégresse. Trois minutes vingt, le temps d’une chanson, pour effacer, venger, cinq ans d’appropriation, cinq ans de gloutonnerie, d’anomalie et au total d’humiliation. Daniel Schneidermann
Nicolas Sarkozy « a cité Tariq Ramadan comme ayant appelé à voter pour moi ce qui est faux …François Hollande
La seule intervention que nous avons trouvée où Tariq Ramadan parle effectivement de la présidentielle française s’est déroulée à Nanterre le 4 mars. Et dans celle-ci, Tariq Ramadan n’a pas conseillé à son auditoire de voter pour François Hollande, mais contre Nicolas Sarkozy. Ajoutant au passage que si le socialiste était élu, il serait contre lui. Désintox
Le candidat sortant me dit: «Ça coûte cher, on n’a pas les moyens, 60 000 postes c’est impossible, deux milliards et demi.» J’ai fait mes comptes : lui, il a accordé le bouclier fiscal aux plus favorisés, cela représentait deux milliards et demi, l’équivalent des 60 000 postes. Qu’est ce que l’on préfère, protéger les plus riches ou protéger nos enfants? J’ai choisi : protéger nos enfants! François Hollande
Cette équation est trompeuse: François Hollande compare en effet le bouclier fiscal dont le coût cumulé sur le quinquennat est d’environ 2,5 milliards (grosso modo 500 millions d’euros par an en moyenne). Alors que cette somme de 2,5 milliards d’euros correspond (plus ou moins selon les évaluations) au coût annuel des 60 000 postes crées dans l’Education nationale, une fois la totalité des postes créés (à partir de la cinquième année). Si l’on veut vraiment comparer le coût cumulé de la création des postes sur cinq ans, on aboutit à 7,5 milliards d’euros (500 millions la première année pour 12 000 postes, 1 milliards la deuxième année pour les 12000 premiers plus 12 000 supplémentaires , etc. jusqu’à la dernière année où les 60 000 postes représentent une charge annuelle de 2,5 milliards). Desintox
Je me suis engagé à mettre fin dès mai 2012 à la rétention des enfants et donc des familles avec enfants. La protection de l’intérêt supérieur des enfants doit primer, comme nous le rappellent de nombreuses conventions internationales qui engagent la France. Des alternatives existent, comme l’assignation à résidence, elles seront mises en oeuvre. (…) Je souhaite plus globalement que la rétention redevienne l’exception et non un instrument banal de procédure. Je souhaite que soient privilégiées les alternatives à I’enfermement et, lorsque le placement en rétention est nécessaire, qu’on veille aux conditions de vie dans les centres. François Hollande (Lettre à France Terre d’asile)
Mieux vaut l’éviter [le centre de rétention, ndlr], surtout lorsque ces personnes ont un logement. Soit c’est l’assignation à résidence, soit le suivi, soit la rétention. Mais le droit européen dit que la rétention doit être un droit exceptionnel. François Hollande
J’ai voulu la loi interdisant la burqa, parce que la burqa sur le territoire de la République, elle n’a pas sa place. Vous ne l’avez pas votée, cette loi, on se demande bien pourquoi vous ne l’avez pas votée. Vous étiez absent ce jour-là et le Parti socialiste, courageusement, a pris la poudre d’escampette quand il a fallu voter. Sarkozy
Vous, par exemple, vous n’étiez pas favorable à la loi sur le voile à l’école. (…) C’était votre droit à l’époque, vous avez sans doute encore changé d’avis. Moi, j’y étais favorable et j’ai voté cette loi de l’introduction… de l’interdiction du voile à l’école. C’était Jacques Chirac qui en avait décidé. Ensuite, sur la burqa, j’ai voté la résolution interdisant la burqa. (…) Et sur la loi, j’avais, avec le groupe socialiste déposé des amendements qui n’ont pas été reçus. La meilleure façon était donc de laisser passer la loi mais, je vous l’affirme ici, la loi sur la burqa, si je deviens président de la République, sera strictement appliquée. Hollande
 La loi d’interdiction du voile intégral en France a été votée en 2010 par le Parlement et est en application depuis 2011. Les députés socialistes, dont l’élu de Corrèze François Hollande, s’étaient abstenus lors du vote à l’Assemblée. Le Point
Selon l’Insee, la dette publique était de 1211,6 milliards d’euros fin 2007 et 1717,3 milliards fin 2011, ce qui explique la hausse de 505 milliards évoquée par Nicolas Sarkozy. Quant aux 600 milliards de François Hollande, voilà l’explication: jeudi, François Hollande a précisé son propos. Il parlait de l’évolution de la dette de fin 2006, et non fin 2007, à fin 2012, considérant que le budget est déjà voté et qu’il va hériter des choix de Nicolas Sarkozy pour cette année. L’Express
La France présente le taux d’encadrement le plus faible, tous niveaux et tous établissements confondus (publics et privés) avec seulement 6,1 enseignants pour 100 élèves-étudiants, contrairement à des pays comme la Suède, la Grèce ou le Portugal où le taux d’encadrement dépasse neuf enseignants. (…) Toutefois, le pourcentage du PIB ne peut servir de seul critère de comparaison, car il faut également tenir compte du poids relatif des jeunes en âge d’être scolarisés par rapport à la population totale. La DEPP souligne en effet que, si, en France, 19% de la population est âgée de 5 à 19 ans, ce qui la situe à la moyenne européenne, en revanche, cette proportion est plus faible – de l’ordre de 15% – dans des pays tels que l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie et le Japon. Le calcul du coût moyen d’un élève est donc nécessaire pour tenir compte de cet effet démographique. Selon les chiffres de 2006, les dépenses annuelles par élève s’élèvent à 4.995 $ pour l’école maternelle, 5.482 $ pour l’école primaire, 8.265 $ pour le collège, et 10.655 $ pour le lycée. La France se situe, par rapport à la moyenne de l’OCDE, à un niveau de dépenses annuelles par élève inférieur de 5% pour l’école maternelle et de 15% pour l’école primaire, mais en revanche supérieur de 10% pour le collège, et surtout de 26% pour le lycée.  Rapport Cour des comptes (2009)
Lorsque, avec le recul du temps, l’Histoire portera sur ce mandat un regard objectif, il apparaîtra en effet que, par rapport à ses deux prédécesseurs, enclins à la complaisance et à la facilité, Nicolas Sarkozy aura amorcé la pédagogie de la vérité et de l’effort, dont la France a tant besoin, dans un monde qui s’est ouvert et qui bouge plus vite qu’elle. Antoine Veil (consultant et ancien haut fonctionnaire)
Les Français entendent redevenir maîtres de leur histoire. Rien ne dit qu’elle ressemblera, dimanche soir, à celle arrêtée par les sondeurs et les commentateurs. Cela fait belle lurette que ces derniers ont plébiscité François Hollande, qui a fini par s’en persuader. Sa posture de candidat « normal » est certes plus reposante que celle de Nicolas Sarkozy. Mais est-ce d’une réincarnation de François Mitterrand, y compris dans ses poses hiératiques, dont la France a besoin ? Jusqu’au bout, la gauche n’aura eu d’autre programme que l’antisarkozysme, alimenté ces jours-ci par les accusations sans preuve du site Mediapart suggérant un financement de la campagne de 2007 par la Libye de Kadhafi. Le grand débat de mercredi soir a révélé la personnalité d’un procureur glacial face à un président-candidat gagné par l’humanité propre aux condamnés d’office. (…) L’instrumentalisation par la gauche de la mauvaise humeur ambiante ­a pour objectif de faire replonger la France dans l’univers d’où elle doit s’extraire : celui des corporatismes, des aveuglements, des gardes-chiourmes idéologiques. La victoire de Hollande serait celle de la CGT, du Syndicat de la magistrature, de Jean-Luc Mélenchon, qui ont appelé à battre Sarkozy. Elle serait celle des oligarchies syndicale et médiatique. Elle serait la victoire de la gauche doctrinaire et passéiste, qui refuse la révolution imposée par le XXIe siècle. Ivan Rioufol
Si un homme politique doit être jugé sur ses actes, ne serait-il pas logique que les médias s’intéressent, chiffres à l’appui, à la gestion calamiteuse du département de la Corrèze par François Hollande. Le candidat socialiste n’ayant jamais exercé de fonctions ministérielles, ses résultats à la tête du Conseil général devraient éclairer les Français. (…) Heureusement pour François Hollande, ce n’est ni le FMI ni l’UE qui est venu à sa rescousse, mais l’Etat français… et l’ensemble des contribuables hexagonaux qui ont épongé la dette léguée aux Corréziens par François Hollande. Deux chèques de 75 millions d’euros de la République qui ont permis au candidat socialiste de gagner un peu de temps. (…)  1.400 euros ! C’est le niveau de dette par habitant laissé aux Corréziens par la gestion de François Hollande. Une dette de plus de 350 millions d’euros qui est abyssale pour l’un des départements les moins peuplés de France (250.000 habitants)…  Relevons par exemple le cas des iPad, généreusement « offerts » aux collégiens du département entrant en classe de sixième. Un « cadeau » qui aura coûté la bagatelle de 1,5 millions d’euros aux contribuables corréziens. (…) Comment justifier qu’une ville comme Tulle (10.000 habitants) construise pour 9 millions d’euros une médiathèque employant 21 personnes ! Comment expliquer qu’au cours des années passées, les salles des fêtes flambant neuves, les salles de concert, les boulodroms, aient poussé comme des champignons aux quatre coins du département alors que le reste du pays se serrait la ceinture pour faire face à la crise ? Il serait temps que François Hollande (qui demande sans cesse à Nicolas Sarkozy de se justifier sur son bilan) s’explique sur le fiasco intégral que constitue sa seule expérience à la tête d’un exécutif. Marc Kasperzac
La France sera, une fois de plus, le seul pays de droite et d’extrême droite à mettre en place et par dépit un président de gauche. (…) Au fond, le grand tort de Sarkozy aura été d’avoir voulu jouer franc jeu avec les Français. De s’être mis à leur niveau. De ne pas avoir été assez royal, altier, hautain, sphinx (une erreur psychosociale majeure pour celui qui avouait que Mitterrand était, avec De Gaulle et Jean-Paul II, son modèle politique). De ne pas avoir compris que le corps du monarque devait transcender le corps du peuple – et de fait ne pas se rendre à Disneyland comme tout un chacun, le président n’étant pas en France « tout un chacun ». D’avoir été, au bout du compte, démocrate par excès. (…) Le vrai changement, ce ne fut jamais que lui, ce président anormal qui tenta de mettre la France à l’ordre du XXI ème siècle (ce qui pour un pays du XIX ème siècle était peut-être insupportable). Pierre Cormary
Les gens qui réclament de la France qu’elle reste un État providence et qui exigent en même temps le multiculturalisme et l’affaiblissement de l’État-nation sont tout simplement des irresponsables. L’État social (la sécurité sociale) ne marche que lorsque des citoyens ont suffisamment de choses en commun pour se serrer les coudes et s’entraider les uns, les autres, en cas de coup dur. Mais, là où il n’y a pas de communauté d’identité, de valeurs, de projet, de mémoire, il n’y a aucune raison pour qu’il y ait de la solidarité. Dans ce sens-là, le projet du PS est profondément irréaliste et voué à l’échec. Il n’y a pas de solidarité sans identité nationale, sans un minimum commun dans l’ordre des valeurs et de l’imaginaire. Le problème national de la France est ainsi central et il n’y a que des journalistes négligents pour se scandaliser que la campagne n’ait parlé que de cela au lieu de parler de la dette. Il n’y aura pas de solution à la crise économique, sans solution du problème national. Le slogan rabâché sans cesse du « vivre ensemble » est l’exemple même de cette mystification idéologique. Le problème n’est pas de « vivre ensemble », côte à côte, comme des étrangers, dans un supermarché de droits à géométrie variable. Cette idée fausse a englouti des sommes considérables, des budgets municipaux et régionaux. Le problème est d’«être ensemble »: être, c’est à dire partager, à la base, une même vision des choses, quitte à ce que chacune communauté lui donne sa variation spécifique. Dans tout État-nation démocratique, il y a une identité culturelle dominante qui doit être la référence déterminante de toute la société dans toutes ses différences. Sans nation, pas d’État-providence ni de solidarité universelle… Shmuel Trigano
Il aurait fallu sans doute simplement dire la vérité : que François Hollande n’a aucune consistance théorique ni aucune vision de la France, que son point de vue est celui de la haute administration qui veut reprendre les rênes d’un pouvoir que Sarkozy lui a fait perdre, qu’il n’a aucune moralité sinon celle de la conquête du pouvoir. Et la force de François Hollande n’est pas son programme mais d’avoir fait croire qu’il en avait un, que les souffrances des Français étaient dues à Sarkozy et à ses prétendus amis de la finance, que la France était amoindrie, et qu’il était du côté des travailleurs. Ainsi l’énarque Hollande, entouré des énarques Aubry, Jospin, Lang, Fabius, Royal… se vend comme parti des travailleurs face à la grande finance. (…)  Beaucoup de gens ne semblent pas voir ce qui se passe aujourd’hui. Ce n’est pas une élection présidentielle, c’est un référendum. Et la vraie question est :« êtes-vous pour ou contre Sarkozy ». Il y a ceux qui vont voter « oui » et mettre le bulletin Sarkozy, et ceux qui vont voter « non », et mettre celui marqué « Hollande ». Qui connaît vraiment les propositions d’Hollande, peu de monde. Mais moins encore s’en soucient. Car c’est un bulletin « non ».Yves Roucaute
Connaissant l’état de la France (…) [Nicolas Sarkozy] aurait dû tenir le discours churchillien que proposait François Fillon, commencer à faire un travail d’explication et affronter les difficultés bille en tête. Au lieu de cela, il a pratiqué une ouverture en direction de la gauche, voulu séduire les partisans de Nicolas Hulot, et tenu un discours « volontariste » sur la croissance. Quand la croissance n’a pas été au rendez-vous et que les difficultés sont venus, c’est l’inefficacité du « volontarisme » qui s’est trouvée incriminée. (…) Les propositions économiques de François Hollande sont ineptes, effectivement. Vouloir créer des postes de fonctionnaires supplémentaires dans un contexte où la France est déjà le pays du monde occidental qui compte le plus grand nombre de fonctionnaires par habitant relève du clientélisme électoral de bas étage et coûtera très cher. Augmenter diverses allocations de façon rapide implique des dépenses supplémentaires, elles-mêmes clientélistes, dans un contexte où les caisses sont déjà bien davantage que vides, ce qui ne peut que creuser les déficits. Prétendre compenser les dépenses supplémentaires par des impôts supplémentaires, qu’il s’agisse de l’accentuation de la progressivité de l’impôt sur le revenu, du grotesque projet de taxation progressive des entreprises en fonction de leur taille, de la suicidaire volonté de surtaxer les revenus du capital et de l’épargne, implique une incompréhension totale de la façon dont le capital se forme, dont les investissements se font, et de ce que sont les incitations positives ou négatives à épargner, investir, entreprendre, travailler. Prétendre trouver d’autres sources de financement à l’échelle européenne impliquerait l’accord des pays encore créditeurs (l’Allemagne, surtout) et impliquerait d’accroître encore l’endettement du pays. (…) La plupart des pays d’Europe occidentale sont malades de vivre à crédit et d’emprunter toujours davantage, de maintenir à toute force des systèmes d’état providence qui coûtent de plus en plus cher et sont de plus en plus déficitaires, et que rien ne pourra plus jamais venir équilibrer. Ils sont malades d’étatisme hypertrophique et de taxations punitives. Parce que la gauche est presque partout hégémonique dans les esprits, le remède de prédilection des foules déconcertées par une « crise » qu’elles ne comprennent pas parce que ceux qui seraient censés expliquer la « crise » sont ceux qui l’ont provoquée, est de vivre encore à crédit en empruntant davantage encore, de renforcer les systèmes d’état providence, en creusant les déficits jusqu’à des chiffres qui auraient été inimaginables il y a trente ou quarante ans, d’en rajouter dans l’étatisme et dans les taxations punitives. Cela s’appelle le déclin et le suicide collectif. Ceux qui veulent partir peuvent prendre l’avion, le bateau ou le train, tant que la grève et la paralysée générale n bloquent pas tout mouvement. (…) Que ceux qui veulent fêter la victoire de Hollande dimanche en profitent. Ce sera ivresse le 6 au soir, et gueule de bois très vite après. Guy Millière

Attention: des mensonges peuvent en cacher bien d’autres!

Chiffres du déficit, durée du déficit extérieur, chiffres du chômage, taux d’encadrement scolaire, centres de rétention, soutien musulman, interdiction du vol intégral, vire-volte sur le nucléaire, dette abyssale du Conseil de Corrèze

A l’heure où, quelques milliers de milliards de déficit plus tard et au début d’une campagne devant dépasser les 750 millions de dollars (pour un président sortant ayant déjà accumulé en un seul mandat plus de soirées de collecte de fonds que ses cinq derniers prédécesseurs réunis!) …

Eclate enfin au grand jour le véritable accident industriel de l’élection à la présidence américaine il y a quatre ans  d’un candidat démocrate au bilan vide choisi sur sa seule couleur de peau et sa « non-bushité » et qui après avoir joué les gros bras en Afghanistan, vient de faire un nouveau kowtow devant les autorités chinoises et d’abandonner à son sort un énième dissident

Et au lendemain d’un débat présidentiel français où, selon les lois du genre et de part et d’autre,  approximations et contre-vérités ont effectivement pullulé (il suffit, sur un total de pas moins de 140 chiffres mentionnés, de ne pas piocher aux mêmes sources ou périodes) …

Et où belle illustration d’hypocrisie, le candidat soi-disant « normal » d’une « république exemplaire » et maitre incontesté de l’esquive et de la mauvaise foi dont le parti a multiplié les malversations dénonce la surprésidentialisation de son adversaire en répétant (excusez du peu!) seize fois les mots  « moi, président » …

Sous les émois et les louanges d’une presse déjà aux ordres qui ne cache plus sa plus que douteuse nostalgie pour la verbosité mitterrandienne …

Pendant que dénonçant en boucle depuis cinq ans un malheureux diner du président sortant au Fouquet’s, les mêmes se sont laissés piéger à quelques jours du 2e tour dans un  ancien sex shop de la rue Saint-Denis à l’invitation d’un ex-touche-pas-à-mon-potiste reconverti dans la collection de montres à 50 000 euros et en la compagnie de leur ancien candidat et coureur désormais notoire de soirées échangistes plus ou moins tarifées …

Comment ne pas voir, dans la soudaine passion de nos médias  pour le « factchecking » (ça fait tellement plus sérieux que « vérification ») mais strictement limité aux seuls « mensonges » du président sortant, le désormais explicite parti pris de nos nouveaux censeurs?

Qui par exemple parle en effet, sauf exception, des 60 000 nouveaux  postes annoncés par le candidat socialiste pour l’Education nationale sur cinq ans pour un prétendu coût de 2,5 milliards d’euros (et assimilé un peu vite au coût du bouclier fiscal sur le dernier quinquennat) alors qu’il s’agit en fait du coût ANNUEL desdits postes (une fois la totalité des postes créés à partir de la cinquième année) que l’on devrait alors comparer aux 0,5 milliards annuels du bouclier fiscal ?

Ou qui prend la peine de rappeler,  au-delà des chiffres manifestement faux d’un président Sarkozy  sur l’évolution, sur les dix dernières années au sein de l’Education nationale, du nombre d’élèves (baisse de 20 852 au lieu de 130 000) et (passant sous silence au passage l’effet de ses propres mesures de réduction des déficits publics) d’enseignants ( baisse de 20 852 au lieu d’une augmentation de 34 000) …

Les non moins manifestes omissions ou contre-vérités de tant M. Hollande que de sa claque médiatique sur l’encadrement scolaire?

En effet, si les enseignants français ont en moyenne des effectifs nettement plus nombreux en primaire (+23 % environ) et un peu plus élevés au collège (+8%) que la moyenne de l’OCDE, qui rappelle qu’ils ont des effectifs bien moins nombreux au lycée (-23%)?

Et qui précise, mesure bien plus sérieuse étant donné le décalage démographique entre pays (plus de jeunes en France), que si pour la maternelle (4.995 $ annuels par élève) et le primaire (5.482 $), le coût annuel par élève français est inférieur de 5% à la moyenne de l’OCDE, il est en revanche plus élevé de 10% pour le collège (8.265 $) et surtout de 26% pour le lycée (10.655 $)?

Pour, outre le particulièrement faible salaire des enseignants, des résultats plus que moyens dans les comparaisons internationales?

Compte rendu intégral du débat : immigration

(…)

Nicolas Sarkozy : Est-ce qu’on garde les centres de rétention.

François Hollande : Bien sûr qu’on les garde.

Nicolas Sarkozy : Alors pourquoi vous avez écrit dans cette lettre au directeur général de Terre d’asile, je cite :  » je souhaite, moi François Hollande, que la rétention devienne l’exception « . S’il n’y a plus de rétention…

François Hollande : Il s’agit de l’immigration irrégulière. Irrégulière, pas légale. Irrégulière pour les centres de rétention. On ne met pas des personnes qui sont entrées légalement sur notre territoire.

Nicolas Sarkozy : Bien sûr. C’est là le problème. On a plus un problème d’immigration illégale que d’immigration légale.

François Hollande : Nous parlions d’immigration légale. Vous n’étiez pas dans l’ordre du jour, vous n’étiez pas dans le sujet.

Nicolas Sarkozy : Donc les centres de rétention, on les garde.

François Hollande : Vous changez de sujet. Sur les centres de rétention, je considère qu’un enfant ne peut pas être mis dans un centre de rétention parce qu’il est avec sa famille au milieu d’autres étrangers dans des conditions très difficiles.

Nicolas Sarkozy : Qui a créé les centres de rétention pour enfants ? Monsieur Jospin, c’est monsieur Jospin qui les a créés.

François Hollande : Ce que nous devons faire maintenant, c’est avoir des centres de rétention permettant l’accueil des familles pour permettre ensuite leur reconduite…

Nicolas Sarkozy : Ça existe déjà.

François Hollande : Un seul.

Nicolas Sarkozy : Donc on garde les centres de rétention.

François Hollande : Les centres de rétention sont nécessaires, ils existent partout.

Nicolas Sarkozy : Donc pourquoi écrivez-vous le contraire à France Terre d’asile ? Toujours l’ambiguïté.

François Hollande : Non, il n’y a aucune ambiguïté, quand la personne est menacée…

Nicolas Sarkozy :  » La rétention doit devenir l’exception « . Vous venez de dire aux Français que vous les garderez.

François Hollande : Mais non, j’ai dit que je garderai les centres de rétention et que la personne qui risque de s’enfuir doit être mise en centre de rétention. J’en arrive au droit de vote.

Nicolas Sarkozy : Cette lettre vous l’avez envoyée il y a dix jours.

François Hollande : Je l’ai envoyée, bien sûr.

Nicolas Sarkozy : Vous venez de vous contredire sur un sujet aussi important que l’existence d’un centre de rétention.

François Hollande : Mais pas du tout.

Nicolas Sarkozy : C’est-à-dire là où vont tous les étrangers qui n’ont pas encore de papiers. On examine leur situation, monsieur Hollande écrit à France Terre d’asile :  » la rétention doit devenir l’exception « , et vous venez de dire qu’on le garde. Ce n’est pas sérieux sur un sujet de cette importance.

François Hollande : Vous savez que beaucoup d’étrangers qui sont reconduits ne passent pas en centre de rétention.

Nicolas Sarkozy : Comment on les retrouve s’ils ne sont pas en centre de rétention ?

François Hollande : Ils sont assignés à résidence, et ensuite ils sont…

Nicolas Sarkozy : Ah, assignés en résidence…

François Hollande : Absolument, et ensuite reconduits à la frontière.

Nicolas Sarkozy : Parce qu’un étranger qui arrive en situation illégale, il a une résidence. Et on va l’assigner dans sa résidence.

François Hollande : Il arrive souvent que ces étrangers soient en France depuis plusieurs mois ou plusieurs années.

Nicolas Sarkozy : Vous vous noyez monsieur Hollande.

Voir aussi:

Pourquoi cette hargne contre le président sortant ?

Antoine Veil, consultant et ancien haut fonctionnaire

Le Monde

02.05.2012

Il y a cinq ans, en 2007, Simone Veil a accepté de présider le comité de soutien de Nicolas Sarkozy. Depuis lors, à aucun moment, ni elle ni moi ne l’avons regretté. Certes, le quinquennat qui s’achève a été entaché d’inopportunes maladresses, qui ont fait les choux gras des médias sans que, pour autant, rien ne légitime réellement la hargne généralisée dont le président a fait les frais depuis cinq ans, de la part de la quasi-totalité des médias.

Lorsque, avec le recul du temps, l’Histoire portera sur ce mandat un regard objectif, il apparaîtra en effet que, par rapport à ses deux prédécesseurs, enclins à la complaisance et à la facilité, Nicolas Sarkozy aura amorcé la pédagogie de la vérité et de l’effort, dont la France a tant besoin, dans un monde qui s’est ouvert et qui bouge plus vite qu’elle.

Plus précisément, au fil de l’interminable tsunami dont le facteur déclenchant est parti des Etats-Unis, et qui n’en finit pas, depuis l’été 2007, de ravager l’Occident et plus précisément l’Europe, Nicolas Sarkozy nous aura évité les précipices majeurs dans les moments les plus difficiles de ce chaos récurrent, tant à la présidence de l’Union européenne qu’à celle du G20.

Qui plus est, la France aura moins souffert, au fil de ces années, que le reste de l’Europe, sauf l’Allemagne, gouvernée, depuis longtemps, il est vrai, au cap du courage, tant par la gauche que par la droite.

A l’âge qui est le mien, il convient d’aller à l’essentiel, même et surtout s’il n’est pas perçu comme tel par l’opinion, ce qui est bien le cas aujourd’hui. Le chômage et la précarité sont des drames individuels ou familiaux, certes lancinants. Ce qui est moins perçu, c’est le risque d’un accident de dette d’Etat, fruit de l’accumulation, depuis plus de trente ans, de déficits des finances publiques, conduisant à un endettement dont les intérêts cesseraient, dans la défiance des marchés, d’être finançables.

Les marchés, voilà bien longtemps qu’on les montre du doigt, en faisant grief aux gouvernants de ne pas les maîtriser.

La vérité est que, comme les conditions atmosphériques, les marchés ne sont pas maîtrisables, en tout cas dans des régimes de liberté. Le défi majeur qui est devant nous, mais qui n’est pas assez ressenti comme tel, est donc de revenir rapidement dans les clous, ce qui implique, dans un contexte où les prélèvements sur la richesse nationale dépassent déjà très largement ce qu’ils sont ailleurs, une discipline sans faille de réduction du coût de l’Etat, de celui des collectivités territoriales et du déficit des régimes sociaux.

L’alternance, respiration démocratique, a certes des séductions. Nous l’avons vécue à plusieurs reprises. J’ai souvenir qu’en 1981 le barde de l’époque, depuis lors inoxydable, nous annonçait que « la lumière allait succéder aux ténèbres ». Deux ans plus tard, une sévère correction de tir s’était imposée.

Nous venons de vivre le premier tour de l’élection présidentielle, avec une distribution qui a fait virevolter sous nos yeux d’étranges personnages, allant du matamore talentueux façon Fouquier-Tinville de la Révolution de 1789 à un magistrat défroqué.

La campagne a été riche d’anecdotes et de faux-semblants, mais la très forte participation a prouvé à quel point les citoyens s’intéressent à leur avenir, alors que le risque majeur d’une dette non maîtrisable n’a pas été suffisamment mis en exergue.

Nous voici donc au pied du mur. Demain, pour faire face au risque majeur d’une défaillance de la dette souveraine et de l’explosion de l’euro, Simone Veil et moi croyons plus à la capacité de Nicolas Sarkozy qu’à celle de François Hollande. C’est bien la raison pour laquelle, le 6 mai, nous voterons sans état d’âme et appelons à voter pour Nicolas Sarkozy.

Voir également:

Hollande : silence médiatique sur ses calamités corréziennes

LE CERCLE. Si un homme politique doit être jugé sur ses actes, ne serait-il pas logique que les médias s’intéressent, chiffres à l’appui, à la gestion calamiteuse du département de la Corrèze par François Hollande. Le candidat socialiste n’ayant jamais exercé de fonctions ministérielles, ses résultats à la tête du Conseil général devraient éclairer les Français.

Marc Kasperzac

Les Echos

16/02/2012

François Hollande, la Corrèze… et la Grèce

Si les journalistes sont en manque d’inspiration, il y aurait des parallèles passionnants à dresser entre la gestion de la Corrèze et la situation de la Grèce de Georges Papandréou : deux responsables socialistes qui font le choix politique de la dépense publique à tout crin, qui se sur-endettent… et qui finissent par appeler au secours pour régler une situation devenue ingérable.

Heureusement pour François Hollande, ce n’est ni le FMI ni l’UE qui est venu à sa rescousse, mais l’Etat français… et l’ensemble des contribuables hexagonaux qui ont épongé la dette léguée aux Corréziens par François Hollande. Deux chèques de 75 millions d’euros de la République qui ont permis au candidat socialiste de gagner un peu de temps.

Bilan Hollande : 1.400 euros de dette par Corrézien

1.400 euros ! C’est le niveau de dette par habitant laissé aux Corréziens par la gestion de François Hollande. Une dette de plus de 350 millions d’euros qui est abyssale pour l’un des départements les moins peuplés de France (250.000 habitants)… Mais comment François Hollande fait-il pour dépenser autant ?

On ne peut évidemment pas passer sous silence les dépenses fastuaires et démagogiques du candidat socialiste. Relevons par exemple le cas des iPad, généreusement « offerts » aux collégiens du département entrant en classe de sixième. Un « cadeau » qui aura coûté la bagatelle de 1,5 millions d’euros aux contribuables corréziens.

Payer un gadget technologique (très contesté sur le plan pédagogique par les professeurs) de luxe (500 euros l’unité) était ecrtes un beau coup de communication pour celui qui n’était encore qu’un simple aspirant-candidat et qui voulait moderniser son image… mais il s’agit d’un coup qui a un coût ! Et Apple de s’en frotter les mains, qui a découvert que le département de la Corrèze réalisait la plus grosse commande groupée d’iPad !

iPad pour tous les collégiens : les contribuables payent l’addition

Au-delà de cette gabegie technologique, la gestion de la Corrèze par François Hollande et l’ampleur de la dette qu’il laisse au département restent marqués par le clientélisme local et les projets pharaoniques inadaptés à un département rural aux faibles ressources. Comment justifier qu’une ville comme Tulle (10.000 habitants) construise pour 9 millions d’euros une médiathèque employant 21 personnes !

Comment expliquer qu’au cours des années passées, les salles des fêtes flambant neuves, les salles de concert, les boulodromes, aient poussé comme des champignons aux quatre coins du département alors que le reste du pays se serrait la ceinture pour faire face à la crise ?

Il serait temps que François Hollande (qui demande sans cesse à Nicolas Sarkozy de se justifier sur son bilan) s’explique sur le fiasco intégral que constitue sa seule expérience à la tête d’un exécutif. Qui ne peut pas le moins n’a aucune chance de réussir le plus ! Sans faire injure aux 250.000 Corréziens, la gestion de la 5e puissance économique du monde en pleine crise économique est autrement périlleuse que celle d’un département.

COMPLEMENT:

LE PROBLÈME NATIONAL DE LA FRANCE

Shmuel Trigano

A partir d’une chronique sur Radio J

4 mai 2012

C’était pathétique de constater, au lendemain du premier tour, combien les commentateurs, même ceux qui font profession de politologues, ne comprenaient toujours rien à la situation de la France. Ceux qui, hier, expliquaient – et expliquent toujours – que le fondamentalisme et l’antisémitisme islamiques – jusqu’à Mérah – sont le produit du chômage, de la misère sociale ou de l’« humiliation » nous expliquent aujourd’hui que le vote FN ou (beaucoup moins) le vote Mélenchon sont le fruit amer de la « souffrance ». C’est étonnant de voir combien la sociologie ou la psychologie sont devenues les instruments par excellence de l’occultation de la réalité !

C’est le signe que nous sommes dans un univers où il n’y a plus de vérité établie ni de réalité objective, comme si tout n’était que le produit d’interactions dans lesquelles plus personne n’est responsable. C’est le même stratagème qui a été utilisé depuis 12 ans pour nier l’antisémitisme derrière de pseudo tensions « inter-communautaires ».

Or, le vote pour les extrêmes du spectre politique n’est rien de tout cela, mais l’indice d’une recomposition à venir du paysage politique. Le FN, en maintenant ses candidats aux futures législatives, pulvérisera l’UMP et favorisera l’avènement d’un inquiétant État-PS.

Quant à Mélenchon, il fera tout pour agiter la rue dans une perspective résolument anarchiste. Cette législature à venir risque fort d’être un coup pour rien, qui verra la situation se dégrader, d’elle même et indépendamment de la victoire de l’un ou de l’autre candidat, jusqu’aux prochaines élections présidentielles.

Le problème français est autant un problème relevant de l’économie que des choix politiques erronés de ces 20 dernières années. L’unification européenne a laminé la France, un État fondamentalement national et centraliste : elle l’a non seulement empêché d’intégrer les immigrés, qui n’ont plus eu devant eux de modèle d’identification culturelle clair, de choix impératif, mais elle l’a aussi profondément vidé de son contenu et de son économie.

Les gens qui réclament de la France qu’elle reste un État providence et qui exigent en même temps le multiculturalisme et l’affaiblissement de l’État-nation sont tout simplement des irresponsables. L’État social (la sécurité sociale) ne marche que lorsque des citoyens ont suffisamment de choses en commun pour se serrer les coudes et s’entraider les uns, les autres, en cas de coup dur. Mais, là où il n’y a pas de communauté d’identité, de valeurs, de projet, de mémoire, il n’y a aucune raison pour qu’il y ait de la solidarité. Dans ce sens-là, le projet du PS est profondément irréaliste et voué à l’échec. Il n’y a pas de solidarité sans identité nationale, sans un minimum commun dans l’ordre des valeurs et de l’imaginaire. Le problème national de la France est ainsi central et il n’y a que des journalistes négligents pour se scandaliser que la campagne n’ait parlé que de cela au lieu de parler de la dette. Il n’y aura pas de solution à la crise économique, sans solution du problème national.

Le slogan rabâché sans cesse du « vivre ensemble » est l’exemple même de cette mystification idéologique. Le problème n’est pas de « vivre ensemble », côte à côte, comme des étrangers, dans un supermarché de droits à géométrie variable. Cette idée fausse a englouti des sommes considérables, des budgets municipaux et régionaux. Le problème est d’«être ensemble »: être, c’est à dire partager, à la base, une même vision des choses, quitte à ce que chacune communauté lui donne sa variation spécifique. Dans tout État-nation démocratique, il y a une identité culturelle dominante qui doit être la référence déterminante de toute la société dans toutes ses différences. Sans nation, pas d’État-providence ni de solidarité universelle…

*A partir d’une chronique sur Radio J, le vendredi 4 mai 2012.

Le véritable quinquennat de Nicolas SARKOZY (2007-2012)

Les résultats de Nicolas Sarkozy

**********

A l’approche de nouvelles élections, il est étonnant d’observer la violence et l’injustice des opposants de Nicolas Sarkozy.

Selon eux, il n’aurait rien fait, il n’aurait pas tenu ses promesses.

Alors, regardons le travail qu’il a réalisé car, au contraire, j’ai l’impression qu’il a réalisé un travail considérable.

Selon Alain Minc en 2010 : « En trois ans, Sarkozy a fait plus que Giscard en sept et encore plus que Chirac qui n’a rien fait en douze ».

Qu’en est-il exactement ? J’ai extrait de quelques journaux la liste de ses principales réalisations mais aussi de ce qu’on lui reproche.

Concernant les reproches, j’ai toujours été frappé par la fragilité des accusations.

Les critiques m’ont toujours paru futiles, superficielles, inconsistantes.

Et elles reviennent sans cesse comme si tous les journalistes lui en voulaient :

- Sa soirée au Fouquet’s après la victoire aux élections

- Ses réparties en langage trop populaire

- Le soutien d’un ministre de l’intérieur taxé d’injure raciale

- Ses liens avec des grands patrons

- Son franc parler, sa taille, etc.

Pourquoi cela ? Peut-être parce qu’il dérange par le nombre et l’importance des réformes qu’il fait (celui qui ne fait rien n’est pas critiqué).

Mais surtout, je crois, les intellectuels ne lui pardonnent pas d’occuper le terrain des idées qu’ils occupaient depuis 1968.

Contrairement à ses prédécesseurs, il dit les choses en toute simplicité, quitte à remettre en cause quelques idéologies sacralisées.

Par exemple, sur les sanctions à la jeunesse délinquante, sur l’immigration incontrôlée, sur l’assistanat excessif, etc.

L’intelligentsia parisienne ne lui a jamais pardonné de parler de manière décomplexée de vérités qui ne font pas partie de l’idéologie politiquement correcte.

Ainsi, toutes les occasions ont été bonnes pour dire du mal de lui.

Difficile d’être réélu lorsque tous les médias et beaux parleurs vous attaquent sans cesse comme le faisaient les prêtres de l’Inquisition.

Or quelle est la réalité ?

Au préalable, pour l’honnêteté de mon propos, je dois dire que je ne suis pas un inconditionnel de la droite, j’ai parfois voté à gauche : en leur temps, j’ai fait confiance à Mendès-France ou à Michel Rocard.

Si j’étais américain ou chinois, je serais certainement à gauche.

Par ailleurs mes travaux personnels sont très nettement progressistes si l’on en juge par les deux livres que j’ai écrits.

De plus, je n’ai pas toujours été d’accord avec les décisions de notre gouvernement actuel, par exemple sur la réduction des droits de succession, sur la baisse de TVA aux restaurateurs, sur le manque d’avancée fédéraliste européenne, etc. mais je constate qu’il a accompli un travail impressionnant, non seulement en nombre (931 réformes en cinq ans) mais en qualité.

Il s’est attaqué aux réformes difficiles que même Lionel Jospin n’avait pas osé faire malgré une conjoncture meilleure.

Et c’est vrai, il a remis la France à l’endroit sur des rails moins idéologiques, plus pragmatiques.

C’est en tout cas l’avis de nombreux commentateurs étrangers qui se désolent de nos excès de religiosité socialiste.

On lui a reproché d’augmenter le déficit public.

Mais est-ce de sa faute s’il fallait absolument sauver l’économie française suite à la crise des subprimes ?

Puis s’il fallait sauver la Grèce pour ne pas engager une spirale contre l’Euro qui aurait été catastrophique pour tout le monde et surtout pour les

plus faibles.

La crise lui coûte cher car elle l’a obligé à nous endetter lourdement pour ne pas plomber nos emplois.

On lui a reproché d’aider les banques alors qu’elles sont responsables de la crise.

Oui, mais sans ce plan de sauvetage les petits épargnants auraient tout perdu et le chômage aurait augmenté au détriment de l’ensemble des Français.

De plus, elles ont maintenant totalement remboursé les aides reçues.

On lui a reproché l’augmentation du chômage.

Mais la crise n’est pas de sa faute.

Au contraire, il a réussi mieux que les Américains, et que la plupart des autres pays européens, à contenir le chômage.

Celui-ci ne serait-il pas plus élevé avec des gouvernants de gauche qui, pour l’éviter, auraient dépensé des milliards contre-productifs dans l’assistanat et le dépannage à court terme ?

Lui a privilégié le long terme en soutenant l’investissement.

C’est courageux car les résultats n’apparaîtront que plus tard et ne lui profiteront pas sur le plan électoral.

On lui a reproché de favoriser les riches.

En fait, peu de gens comprennent que son but n’est pas de faire de cadeaux aux riches mais d’empêcher les gens fortunés de quitter le pays et d’investir ailleurs, donc d’avoir suffisamment de gens riches en France pour qu’ils y investissent et créent du travail

Il faut absolument comprendre que la lutte contre le chômage passe par l’existence d’un grand nombre d’entrepreneurs aisés et soutenus dans leurs efforts.

On lui reproche d’être le président des riches.

Mais il est au contraire le premier de nos présidents à avoir pris des mesures égalitaires importantes.

Ainsi, alors qu’on lui reproche de favoriser le capital et de ne pas le taxer autant que le travail, il a fortement augmenté les taxes sur le capital afin de les

mettre à peu près au même niveau (34,6%) alors qu’ils étaient taxés de 10% de moins sous Lionel Jospin.

C’est passé inaperçu mais ses opposants ont continué à l’accabler d’une image anti pauvres qui continue, malgré les faits à lui coller à la peau.

Même chose pour l’impôt sur la fortune qu’il a maintenu globalement au même niveau mais en sortant seulement les propriétaires de logements dont

les valeurs sont conjoncturellement trop élevées du fait de la crise du logement.

La baisse de recettes a été entièrement compensée par l’augmentation de fiscalité sur la transmission du capital.

Autrement dit, il taxe la transmission de capital plutôt que le capital lui-même, ce qui est souvent décourageant.

On lui reproche d’avoir augmenté son salaire de Président de 30%. La vérité est toute autre.

Avant lui, le budget de la Présidence était un mystère, un domaine réservé où les dépenses du président se confondaient avec le budget de l’Élysée.

Il a voulu moderniser tout cela et installer la transparence.

Il a donc décidé que son salaire serait égal à celui du premier ministre et que les comptes seraient désormais soumis au contrôle de la cour des comptes.

Comment comprendre que les journalistes ne nous aient jamais expliqué cela ? Sont-ils si incapables ? Non, plus simplement partisans.

On lui a reproché de ne pas tenir ses promesses.

C’est injuste car, non seulement il en a tenu beaucoup, mais il l’a fait dans une situation de crise inouïe que, personne n’avait vraiment prévu avant son

élection.

En fait comme on est en crise, tout le monde se plaint et, comme il faut un bouc émissaire, on l’accuse naturellement de nos difficultés.

Curieusement, au lieu de parler de « ce qu’il fait », les médias passent leur temps à parler de lui, de sa manière, de ses intentions cachées, de son omniprésence, de ses petites phrases, etc.

Pourquoi parlent-ils si peu du contenu, autrement dit des vraies questions ?

Alors justement regardons ses résultats.

Ils sont impressionnants.

Des réformes qui vont marquer le pays en profondeur et qui sont un véritable progrès de notre démocratie (elles sont courageuses car les cinq premières réduisent son propre pouvoir de président) :

- La possibilité de recours individuel devant le conseil constitutionnel

- Modification de la constitution et Réduction des pouvoirs du Président de la République au profit du Parlement et des citoyens

- La limitation à deux mandats de cinq ans pour le Président de la République

- Nouveau droit donné aux députés de fixer un tiers de l’ordre du jour de l’Assemblée, leur permettant de mieux contrôler le gouvernement

- Réunion annuelle des deux chambres réunies à Versailles pour entendre le Chef de l’État

- La loi de représentativité syndicale qui les renforcera tout en favorisant le dialogue social.

- L’autonomie de l’Université réclamée depuis 1968 par P. Mendès-France, leader de la gauche. Même imparfaite, elle met à bas le tabou de l’égalitarisme et sera porteuse de fruits sur le long terme.

- Réforme des collectivités territoriales que depuis 20 ans aucun gouvernement n’avait réussi

- Réduction du nombre d’élus avec la création des conseillers territoriaux en lieu et place des conseillers généraux et des conseillers régionaux.

- Redéfinition des cartes judiciaires qu’aucun gouvernement précédent n’osait faire

- Ouverture de la saisine du Conseil supérieur de la magistrature aux personnes qui veulent mettre en cause le fonctionnement de la justice jusqu’à même sanctionner des magistrats

- Redéfinition de la carte des villes de garnison que personne n’osait faire

- Redéfinition de la carte hospitalière

- Mise en chantier de la modernisation du Grand Paris

- Rapprochement des policiers et gendarmes sous la même autorité, d’où une amélioration de 50% d’élucidation des crimes et délits

- Création du service civique volontaire (15 000 jeunes engagés pour 45 000 demandes en 2011 et 75000 en objectif 2014)

Des résultats innombrables, et parmi les plus importants (pour ne pas lister ses 931 réformes) :

- La réforme des retraites. Il fallait la faire. Nécessairement impopulaire, aucun des prédécesseurs n’avait eu le courage de l’affronter mais tous la disaient indispensable et urgente.

- Mise en place du service minimum lors de grèves de secteurs publics

- La suppression de la taxe professionnelle (impôt imbécile selon F. Mitterrand)

- Effort considérable et sans précédent en faveur de la recherche et de l’Université ; et aussi le triplement du crédit d’impôt qui soutient la recherche des entreprises et permet un afflux de capitaux privés vers l’enseignement supérieur

- La suppression de la publicité à la télévision publique : les Français gagnent 20 minutes par jour

- *Revalorisation du salaire des enseignants (équivalent à un 13° mois) en contrepartie de leur réduction en nombre

- Réduction de la délinquance –17% ; des homicides –40% ; des atteintes aux biens – 28% ; de la délinquance de proximité – 40% ; et aussi de la mortalité routière

- Hausse de 20% du budget justice avec 1300 postes supplémentaires – Création de 9400 places de prison – Plusieurs mesures pour éviter les récidives (peines planchers, rétention de sûreté, traitements préventifs…) – Recouvrement des avoirs illégalement acquis par des condamnés, etc.

- Meilleure maîtrise de l’immigration (32 000 reconduite aux frontières de clandestins, naturalisation

en baisse de 30%, 300 000 contrats d’intégration signés depuis 2007, etc.)

Emploi

- *La relance de l’économie par l’investissement et non par l’assistanat comme dans le passé qui ne donnait que des apaisements à court terme mais des affaiblissements économiques graves à long terme

- *L’aide à l’industrie automobile, industrie capitale et vitale pour l’économie française

- *La réduction de 160 000 fonctionnaires dont la pléthore plombent notre économie. Contrairement aux apparences, cette mesure est la plus efficace pour l’emploi

- Création du statut d’auto entrepreneur qui s’avère un grand succès

- Création de 2,5 millions d’entreprises durant le quinquennat avec soutiens renforcés et simplifiés

- Amélioration de la flexibilité de l’emploi avec la rupture contractuelle

- Les demandeurs d’emploi ne peuvent plus refuser plus de deux offres d’emploi valables sans risquer de perdre leur indemnité

- *Développement de l’apprentissage au lieu de forcer des jeunes à suivre des études secondaires qui ne leur servent à rien

Agriculture

- *Quatre mesures phares en faveur de l’agriculture ont permis aux agriculteurs de dépasser la crise et d’envisager plus sereinement l’avenir et à 7000 jeunes par an de s’installer

- Maintien de la PAC au niveau européen

- *Allègement des charges sociales sur l’heure de travail agricole qui passe de 12,81€ de l’heure à 9,43 payé par la taxe sur les sodas de 0,02€ par canette.

- *Amélioration des retraites agricoles (création d’un minimum, revalorisation, extension au conjoint)

Logement

- Encouragement de la construction (loi Scellier, pass foncier, prêts à taux zéro doublés)

- Construction au total sur le quinquennat de 2 millions de logements dont 600 000 logements sociaux contre la moitié seulement entre 1997 et 2001

- *Modération des loyers par la modification de l’indexation

- *Instauration du droit au logement opposable (34974 ménages ont pu être relogés après recours)

Assistance

- *Augmentation de 30% du budget de logement des Sans abri qui est passé à 1,13 milliards

- *Annoncés en mars 2010, onze établissements de réinsertion scolaire fonctionnent désormais (cent cinquante élèves de 13 à 16 ans ont rejoint ces structures, 9 autres sont prévus en 2011)

- *Forte augmentation des bourses et des logements pour étudiants

- *Création du RSA (1,9 millions de foyers aidés – mais surtout, il n’est plus aussi intéressant qu’avant de ne pas travailler

- *Revalorisation de 25% sur 5 ans l’allocation adulte handicapé et le minimum vieillesse

- *Création d’un prime pour les salariés des entreprises dont les dividendes augmentent

- *Assouplissement des accords d’intéressement des salariés aux fruits de leurs entreprises

Économie (chiffres selon l’Insee)

- Augmentation de 4% du pouvoir d’achat des Français durant le quinquennat

- Et diminution de 1 million du nombre de personnes qui gagnent moins de 15 000 € par an

J’ai repéré d’un * les mesures ci-dessus à fort impact social ou favorables aux chômeurs.

On voit qu’elles sont nombreuses et contredisent radicalement l’idée d’un gouvernement pour les riches.

En politique étrangère :

- Efficacité dans le choix de la méthode (traité de Lisbonne) pour résoudre la crise européenne due aux référendums négatifs en France et aux Pays-Bas

- Leadership de la France dans la résolution des multiples crises européennes. Même si le poids financier de l’Allemagne restait majeur, c’est toujours lui qui fut initiateur, moteur et entraîneur.

- Efficacité dans la gestion du conflit en Géorgie où il assura l’indépendance géorgienne

- Courage et efficacité déterminante dans la gestion militaire de la crise en Côte d’Ivoire

- Courage et efficacité déterminante dans la gestion militaire de la crise en Lybie

- Retour de la France dans l’Otan

- Création du G20 où son volontarisme fut décisif. Cette instance empêchera peu ou prou les facilités du chacun pour-soi en matière économique et réduira les risques de chaos mondial en augmentant la possibilité de prises de décisions internationales

- Meilleures relations avec les États-Unis, l’Angleterre, la Russie, la Chine, l’Inde, le Brésil…

- Signature de nombreux grands contrats dans de nombreux pays

- Engagement acharné en faveur de l’Euro

- Gestion imaginative et énergique de la crise

- Ses qualités d’intelligence, de courage et d’esprit de décision sont largement reconnues par des chefs d’État étrangers

En politique intérieure

- Il a gouverné sans drame et assuré la paix, la justice et le respect des libertés et opinions

- On peut dire que globalement il a gouverné au centre

- *Il a intégralement maintenu notre système de protection sociale.

- *Il a fait preuve d’une grand esprit d’ouverture (comme jamais auparavant) en nommant des opposants à des postes majeurs comme la présidence du FMI en 2007, la présidence de la commission des finances, la cour constitutionnelle et la présidence de la cour des comptes

- Il n’a calé sur aucune réforme qu’il croyait juste malgré des grèves et manifestations importantes pour les Régimes spéciaux et l’Université. Il a reculé sur la réforme des lycées avec Xavier Darcos mais il l’a réalisée avec Luc Chatel. A l’occasion des retraites, il a rétabli le fonctionnement de la démocratie

grâce à sa fermeté devant des millions de manifestants qui, enfin, replace la légitimité des décisions à sa vraie place : le parlement. Il en a eu le courage alors qu’il était tellement plus facile de céder (comme l’ont toujours fait avant lui Balladur, Chirac, Jospin …)

- *Il n’a pas taxé nos transactions bancaires comme Angela Merkel en Allemagne

- *Il a garanti les crédits des banques, énorme décision qui a stoppé net la panique des épargnants au point qu’ils étaient prêts à vider leurs compte, ce qui aurait été un pur désastre

Autres résultats

- Réunion des Assedic et de l’Anpe, pour l’efficacité.

- Fusion réussie entre les services des impôts et la comptabilité à Bercy (qui avait même fait tomber un ministre socialiste)

- *Remise de la France au travail par diverses mesures d’encouragement

- *Changement des règles de la grande distribution et mise en place d’une autorité renforcée de la concurrence

- *Refus d’augmenter nos impôts

- *Délais de paiements raccourcis aux entreprises

- *Aide aux PME par les contribuables qui veulent alléger leur ISF

- *Aide aux associations d’utilité publique par les contribuables qui veulent alléger leurs impôts

Chantiers en cours où sa volonté permet d’espérer

- *Lutte (en pointe des autres États) contre la spéculation, l’excès de puissance des Hedgefunds et les paradis fiscaux qui seraient une vraie réponse à la crise mais qui ne peuvent se réussir sans accords internationaux très difficiles à obtenir.

- *Courageuse mise en place cependant de la fameuse taxe Tobin pour freiner la folie des transactions financières

- *TVA anti délocalisation de notre industrie

- Militance pour la mise en place d’une règle d’or assurant constitutionnellement l’équilibre de nos comptes

En conclusion

Un dirigeant politique se juge sur ses réalisations. Alors, même si on n’est pas d’accord sur certaines d’entre elles, ce qui est inévitable, on doit reconnaître l’importance du travail réalisé.

La première question à se poser quand on vote pour un homme politique est de savoir s’il joue pour lui ou pour son pays.

La liste impressionnante ci-dessus (et le courage qu’elle a nécessité) oblige à reconnaître qu’il travaille pour la France et pour ses concitoyens.

Sinon, il en aurait fait beaucoup moins et sa popularité serait plus élevée.

Ses réalisations permettent de dire qu’il est le meilleur des hommes d’État que nous ayons eu en France depuis longtemps.

Doué d’une grande intelligence, il comprend très vite. Il a un grand pouvoir d’entraînement. C’est un leader. Dans les situations difficiles, c’est lui qui comprend le plus vite ce qu’il faut faire, et qui, de l’avis des autres chefs d’État européens, sait trouver le chemin des décisions difficiles.

Le sociologue Marcel Gauchet lui reconnaît une grande habileté tactique, une vraie volonté politique, un sens poussé de l’opinion et de ses propres insuffisances. Ne dit-il pas lui-même : »Mon meilleur ennemi, c’est moi-même ». Même s’il n’est pas toujours parfait, tout le monde reconnaît

largement son énergie, son efficacité, sa connaissance des dossiers et surtout, car c’est la vertu la plus rare en politique, son courage.

Voilà, j’ai tenu à faire cette clarification car, quelles que soient nos tendances politiques, il serait dommage de perdre le bénéfice du meilleur chef d’État que la France ait eu depuis longtemps.

Jean Marichez – 19/2/2012

j’ai voulu la loi interdisant la burqa, parce que la burqa sur le territoire de la République, elle n’a pas sa place. Vous ne l’avez pas votée, cette loi, on se demande bien pourquoi vous ne l’avez pas votée. Vous étiez absent ce jour-là et le Parti socialiste, courageusement, a pris la poudre d’escampette quand il a fallu voter. Monsieur Hollande, allez-y, répondez.

François Hollande : D’abord, sur le droit de vote, vous y étiez favorable en 2008, ce n’était pas il y a très longtemps…

Nicolas Sarkozy : Sous condition de réciprocité.

François Hollande : Non, ce n’est pas vrai.

Nicolas Sarkozy : C’est faux.

François Hollande : Je rappelle qu’un pays comme le Maroc accorde la réciprocité pour le droit de vote aux élections locales. Donc, même avec cette réserve, votre argument ne peut pas tenir. Vous aviez pris cette position, vous étiez déjà président de la République, vous en changez, vous avez le droit. Deuxièmement, vous dites que ça va introduire des revendications communautaires. Je mets en cause ce principe parce qu’il y a des étrangers qui sont là depuis des années, qui viennent effectivement d’Afrique ou du Maghreb, qui peuvent être musulmans ou pas, pratiquants ou pas, et qui ne conçoivent pas forcément une participation à une élection locale comme un instrument de pression religieuse. Je vous fais d’ailleurs observer qu’il y a des Français qui sont de culte musulman aujourd’hui. Est-ce que ces Français là font des pressions communautaires ?

Nicolas Sarkozy : S’ils sont français, ils votent comme des citoyens français.

François Hollande : Est-ce qu’ils font des pressions communautaires pour que nous mangions une certaine viande ou pour que nous ayons des horaires dans les piscines. Il y a des musulmans en France, citoyens français, qui ne font pas de revendications communautaires à ce que je sache. Donc pourquoi il y aurait à l’occasion des élections municipales, pour des étrangers qui sont là depuis des années…

Nicolas Sarkozy : Cinq ans, vous avez dit.

François Hollande : Ce sont les parents de citoyens français. Combien avons-nous de cas où des Français qui sont nés en France, qui sont devenus française, citoyens, ont leurs propres parents qui sont venus en France il y a 30 ans, 40 ans, 50 ans et qui sont restés…

Nicolas Sarkozy : Mais c’est leur droit, ils peuvent devenir français. Nous ne souhaitons pas que les immigrés en France puissent voter.

François Hollande : Nous pouvons ne pas être d’accord mais lier, comme vous l’avez fait, le vote à une aspiration communautaire… Et je le dis, que les Français n’aient aucune inquiétude: sous ma présidence, il n’y aura aucune dérogation à quelques règles que ce soit en matière de laïcité. Vous, par exemple, vous n’étiez pas favorable à la loi sur le voile à l’école. Vous n’y étiez pas favorable, nous avions fait un débat là-dessus. C’était au théâtre du Rond-Point, en 2003, j’ai encore le texte. Vous n’étiez pas favorable à l’interdiction du voile à l’école. C’était votre droit à l’époque, vous avez sans doute encore changé d’avis. Moi, j’y étais favorable et j’ai voté cette loi de l’introduction… de l’interdiction du voile à l’école. C’était Jacques Chirac  qui en avait décidé. Ensuite, sur la burqa, j’ai voté la résolution interdisant la burqa.

Nicolas Sarkozy : Vous l’avez votée ?

François Hollande : La résolution.

Nicolas Sarkozy : Ah, vous n’avez pas voté la loi. C’est toujours une petite ambiguïté.

François Hollande : Et sur la loi, j’avais, avec le groupe socialiste déposé des amendements qui n’ont pas été reçus. La meilleure façon était donc de laisser passer la loi mais, je vous l’affirme ici, la loi sur la burqa, si je deviens président de la République, sera strictement appliquée


Bourdieu/10e: Ce qui reste de la religion quand on a tout oublié? (The stone which the builders rejected is become the head of the corner)

31 janvier, 2012
La pierre qu’ont rejetée ceux qui bâtissaient est devenue la principale de l’angle.  Jésus
Soyez fils de votre Père qui est dans les cieux; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes. Jésus
Si quelqu’un ne veut pas travailler, qu’il ne mange pas non plus. Paul
Qu’on n’en appelle pas à la providence de l’Etat, car l’Etat est postérieur à l’homme. Avant qu’il pût se former, l’homme déjà avait reçu de la nature le droit de vivre et de protéger son existence. Léon XIII
William Temple, archevêque d’York se rend célèbre en 1941 par les résolutions de Malvern, où il explique que la concentration des principales ressources industrielles entre les mains de quelques grands propriétaires privés peut constituer un obstacle au développement de la vie chrétienne. En 1942, il est nommé archevêque de Canterbury. Il publie alors Christianisme et Ordre social, qui se présente sous forme de conversations avec Keynes. Ils demandent des allocations familiales, une politique des logements, des congés payés et une élévation de l’âge de la scolarité. Il a favorisé le ralliement d’une partie des anglicans à l’esprit du WS et sa mort prématurée en 1944 est un désastre pour de nombreux anglais. Mathieu Marmouget
Notre monde est de plus en plus imprégné par cette vérité évangélique de l’innocence des victimes. L’attention qu’on porte aux victimes a commencé au Moyen Age, avec l’invention de l’hôpital. L’Hôtel-Dieu, comme on disait, accueillait toutes les victimes, indépendamment de leur origine. Les sociétés primitives n’étaient pas inhumaines, mais elles n’avaient d’attention que pour leurs membres. Le monde moderne a inventé la « victime inconnue », comme on dirait aujourd’hui le « soldat inconnu ». Le christianisme peut maintenant continuer à s’étendre même sans la loi, car ses grandes percées intellectuelles et morales, notre souci des victimes et notre attention à ne pas nous fabriquer de boucs émissaires, ont fait de nous des chrétiens qui s’ignorent. René Girard
 L’expression « État-providence » aurait été employée pour la première fois dans un sens péjoratif par le député Emile Ollivier en 1864, afin de dévaloriser la solidarité nationale organisée par l’État par rapport aux solidarités professionnelles traditionnelles. (…) Pourtant, en France, l’État s’est longtemps limité à un rôle d’assistance : jusqu’au début du XXème siècle, en effet, la bienfaisance publique a remplacé la charité de l’Eglise chrétienne, mais demeure réservée aux personnes dans l’incapacité de travailler (enfants, vieillards et infirmes). La protection des travailleurs repose sur la prévoyance individuelle, ou sur une protection collective d’initiative privée (mutuelles de salariés, institutions patronales). C’est à la fin du XIXème siècle que se substituent dans certains pays d’Europe les premiers systèmes d’assurance sociale (destinés à protéger les salariés contre les risques liés à la vieillesse, à la maladie ou aux accidents du travail) aux anciens systèmes fondés sur l’assistance. Une première ébauche de l’État-providence (le Sozialstaat ou « État social ») voit le jour en Allemagne. Le chancelier Bismarck y met en place un système d’assurances sociales afin de contrer l’influence grandissante du socialisme au sein d’une classe ouvrière en plein développement. (…) Initialement destinées aux ouvriers dont les revenus ne dépassent pas un certain plafond, ces assurances sociales sont progressivement étendues aux autres catégories professionnelles, tout en restant soumises à des conditions de ressources. Cette première grande conception de l’État-providence, fondée sur l’assurance des revenus du travail, se diffuse en Europe. (…) Dans le même temps, aux États-Unis, le président Roosevelt fait adopter en août 1935 le « Social security act », qui prévoit notamment l’instauration d’un système de pension pour les travailleurs âgés de plus de 65 ans. Une deuxième grande conception de l’État-providence fait son apparition en Angleterre avec le rapport de Lord William Beveridge intitulé « Social Insurance and Allied Services ». Paru en 1942, ce document développe la notion de Welfare State (ou « État de bien-être »). Il rejette le système d’assurances sociales réservées aux seuls travailleurs ainsi que le principe d’une assistance limitée aux plus démunis, et introduit l’idée d’une protection universelle de tous les citoyens financée par l’impôt. (…) Le système français de Sécurité sociale initié par le juriste Pierre Laroque en 1945 s’inspire de ces deux grandes conceptions : il conserve la logique d’un système assurantiel, financé par des cotisations des travailleurs, mais vise à la mise en place d’un système généralisé, centralisé et global de sécurité sociale. Site du gouvernement français
L’apprenti sorcier qui prend le risque de s’intéresser à la sorcellerie indigène et à ses fétiches, au lieu d’aller chercher sous de lointains tropiques les charmes rassurants d’une magie exotique, doit s’attendre à voir se retourner contre lui la violence qu’il a déchaînée. Pierre Bourdieu
 J’ai construit la notion de champ à la fois contre Weber et avec Weber, en réfléchissant sur l’analyse qu’il propose des rapports entre prêtre, prophète et sorcier. Bourdieu
L’obscurantisme des Lumières peut prendre la forme d’un fétichisme de la raison et d’un fanatisme de l’universel qui restent fermés à toutes les manifestations traditionnelles de croyance et qui, comme l’atteste par exemple la violence réflexe de certaines dénonciations de l’intégrisme religieux, ne sont pas moins obscurs et opaques à eux-mêmes que ce qu’ils dénoncent. Bourdieu
J’ai eu à découvrir dans ma propre tête toutes les mutilations que j’avais héritées d’une tradition laïque, renforcée par les présupposés implicites de ma science. Il y a des sujets qu’on n’aborde pas, ou seulement avec la plus grande prudence. Il y a des manières d’aborder certains sujets qui sont un peu dangereuses et, finalement, on accepte les mutilations que la science a dû accepter pour se constituer. Tout ce qui est de l’ordre des objets traditionnels de la religion et de la métaphysique, on se sent tenu – par une adhésion implicite qui est liée à l’entrée dans la profession – de le mettre entre parenthèses. Il y a une espèce de refoulement qui est tacitement exigé du professionnel. Bourdieu
La sociologie offre un moyen, peut-être le seul, de contribuer, ne fût-ce que par la conscience des déterminations, à la construction, autrement abandonnée aux forces du monde, de quelque chose comme un sujet. Bourdieu
Ceux qui théorisent le bien public sont aussi ceux qui en profitent. (…) Cette appropriation privée de l’universel […] est malgré tout quelque chose qui fait progresser l’universel. Bourdieu
Un racket de protection organsé par des gangsters comme on en voit à Chicago n’est pas si différent de l’Etat. Bourdieu
(…) cette banque centrale de capital symbolique, cette sorte de lieu où s’engendrent et se garantissent toutes les monnaies fiduciaires qui circulent dans le monde social et toutes les réalités qu’on peut désigner comme fétiches, qu’il s’agisse d’un titre scolaire, de la culture légitime, de la nation, de la notion de frontière ou de l’orthographe.  Bourdieu
Est-ce que le « retour du religieux » n’est pas, en réalité, un effet du retrait de l’Etat? Bourdieu (dernière phrase de Sur l’Etat)
Les grandes firmes multinationales et leurs conseils d’administrations internationaux, les grandes organisations internationales, OMC, FMI et Banque mondiale aux multiples subdivisions désignées par des sigles et des acronymes compliqués et souvent imprononçables, et toutes les réalités correspondantes, commissions et comités de technocrates non élus, peu connus du grand public, bref, tout ce gouvernement mondial qui s’est en quelques années institué et dont le pouvoir s’exerce sur les gouvernements nationaux eux-mêmes, est une instance inaperçue et inconnue du plus grand nombre. Cette sorte de Big Brother invisible, qui s’est doté de fichiers interconnectés sur toutes les institutions économiques et culturelles, est déjà là, agissant, efficient, décidant de ce que nous pourrons manger ou ne pas manger, lire ou ne pas lire, voir ou ne pas voir à la télévision et au cinéma, et ainsi de suite (…). A travers la maîtrise quasi absolue qu’ils détiennent sur les nouveaux instruments de communication, les nouveaux maîtres du monde tendent à concentrer tous les pouvoirs, économiques, culturels et symboliques, et ils sont ainsi en mesure d’imposer très largement une vision du monde conforme à leurs intérêts. Pierre Bourdieu
Nous avons tous l’Etat dans la tête. Thomas Bernhard
Réalité à double face, l’Etat est une machine complexe qui instaure une domination sym­bolique, mais peut être aussi le lieu d’une libération. Patrick Champagne 
L’Etat est le champ de la lutte pour l’obtention du pouvoir sur tous les autres champs. Abram de Swaan
 Est-ce que, dans une démocratie telle qu’on la souhaite, on admet que l’épouse d’un ministre en exercice soit nommée par le Président de la république à la tête de l’audiovisuel extérieur français ? (…) Est-ce une bonne chose que les journalistes censés éclairer le jugement des citoyens fassent des ménages pour des entreprises privées ? Est-il normal qu’un petit cercle d’experts cooptés entre eux et qui partagent les mêmes points de vue accaparent l’espace médiatique ? Faut-il s’accommoder du pouvoir des annonceurs ? Yannick Kergoat
 On peut changer d’idées, mais, quand on est journaliste, on n’est pas non plus obligé de devenir le porteur d’eau de Lagardère, du club du Siècle ou des patrons du CAC 40. Quand Michel Field fait des ménages pour Géant Casino, il n’exprime pas une opinion, mais un conflit d’intérêt. Pour nous, cela relève de la faute professionnelle. Est-ce la place d’un journaliste, en pleine campagne référendaire sur le Traité constitutionnel européen, d’animer un meeting de l’UMP en faveur du « oui », et de surcroît d’y faire applaudir son employeur, Arnaud Lagardère, patron d’Europe 1 ? Le travail d’un journaliste, c’est d’informer le public, non de dîner avec les maîtres du monde. Ou alors, on fait de la communication, pas du journalisme. Gilles Balbastre
En France, il y a deux figures de l’intellectuel critique: celui qui construit des instruments de connaissance, dans la tradition des Encyclopédistes; et celui qui prend des positions politiques, à la façon de Voltaire ou Zola. Longtemps, Bourdieu, très attaché à l’autonomie de la recherche intellectuelle, n’a voulu agir dans la société que par le dévoilement sociologique de la réalité. Pendant la guerre d’Algérie, il n’a pas signé le «Manifeste des 121». En 1968 il se méfie des gauchistes et critique la posture de Jean-Paul Sartre: nous en discutions ferme et j’ai quand même réussi à l’emmener à son enterrement. En 1981, il a pris parti avec Foucault en faveur de Solidarnosc. Mais c’est en 1993, avec «la Misère du monde», qu’il découvre son audience dans le grand public. Sartre et Foucault étant morts, il juge qu’il a le devoir d’assumer à son tour la figure de l’intellectuel engagé. Il signe la pétition contre le plan Juppé, encourage les cheminots grévistes, soutient les sans-papiers de l’église Saint-Bernard. Pierre Encrevé
Une des façons dont la sociologie, telle que la comprend Bourdieu, contribue à faire la lumière ou, en tout cas, à nous donner plus de lumière est qu’elle nous fait découvrir non seulement plus de grandeur et plus de bassesse dans l’homme en général, mais également plus de grandeur dans le commun des hommes et plus de bassesse dans ceux qui sont les plus élevés, ce qui, à coup sûr, ne facilite pas son acceptation par les seconds. Une bonne partie des critiques qui ont été formulées contre elle consistent, au fond, à lui reprocher de chercher à occuper une position qui est un peu comparable à celle de la religion, chez Pascal. Les philosophes, pourrait-on être tenté de dire, étonnent et parfois scandalisent le commun des hommes par le surplus de lumière qu’ils apportent et les sociologues sont par rapport aux philosophes un peu comme les chrétiens : ils occupent le degré le plus élevé dans la hiérarchie et ils étonnent à leur tour les philosophes par la lumière qu’ils jettent sur leur demi-savoir et sur leurs pratiques. Jacques Bouveresse
La religion a un statut d’objet paradoxal dans l’oeuvre de Pierre Bourdieu. Les articles qui y sont directement consacrés sont fort peu nombreux et aucun de ses ouvrages importants ne porte sur ce sujet. Comparée à la sociologie de l’art, de la culture, de l’éducation, du pouvoir ou de la misère sociale, la sociologie des religions occupe donc une place marginale dans le corpus. D’un autre côté, certains des concepts les plus importants du « structuralisme génétique » sont issus des sciences sociales des religions. Hérité de Mauss et Durkheim, le concept de croyance, qui est un ressort de tout champ, en est l’exemple le plus manifeste. Même l’élaboration de ce dernier concept, au dire du sociologue, provient de la rencontre entre ses recherches de sociologie de l’art, commencées vers 1960, et « le commentaire du chapitre consacré à la sociologie religieuse dans Wirtschaft und Gesellschaft », de Weber.  (…). Autre exemple : c’est dans la lecture du travail de Panofski sur l’architecture gothique et la pensée scolastique que s’est forgée la définition de l’habitus (…). De ce point de vue, l’oeuvre de P. Bourdieu est presque une sociologie des religions « généralisée », la religion présentant de façon paradigmatique des propriétés communes à toutes les sphères d’activité symbolique. Erwan Dianteill

 « Fiction collective », « illusion bien fondée »,  « orthodoxie », « grand fétiche”, « nomos ratifié par l’inconscient », « coercition incorporée », montée progressive des clercs”,  « banque centrale symbolique », « monde où les hommes auraient intérêt à la vertu », « dévalorisation du dévouement obscur à l’intérêt collectif », « jeu dans lequel tout le monde se ment et ment à d’autres en sachant qu’ils se mentent », « monopole de la violence physique et symbolique”,  « instrument de production d’évidence et de sentiment d’évidence », « nom que nous donnons aux principes cachés, invisibles (…) de l’ordre social »  …

L’Etat serait-il, pour reprendre une image que Bourdieu  citait souvent pour la culture, ce qui reste de la religion quand on a tout oublié?

En ce 10e anniversaire de la mort de Bourdieu qui voit la publication de la première partie de ses cours du Collège de France sur l’Etat

Comme la sortie par certains de ses émules d’un film dénonçant la collusion des médias avec les responsables politiques et les gros intérêts économiques …

Sans parler du triomphe que vient de saluer le prix Mychkine du petit livre qui « réveille le Hessel en vous »

Et en ces temps étranges où, tout en rejetant leurs origines judéo-chrétiennes,  nos Etats se prennent plus que jamais, selon le mot du député du Second-Empire Emile Ollivier, pour la « Providence » …

Qui se souvient que, « Etats-Providence » ou « Welfare state », réponse à l’individualisme de la loi Le Chapelier ou référence ironique  à l’efficacité sociale de l’État,  citation de l’encyclique Rerum novarum de Léon XIII ou des conversations keneysiennes de l’archevêque de Canterbury William Temple, nos Etats  au bord de l’implosion furent largement tributaires, face aux dérives totalitaires du socialisme réel, de nos tant décriées racines judéo-chrétiennes?

Et qui rappelle, comme le soulignait un article de 2002 du sociologue des religions Erwan Dianteill, l’un des paradoxes les mieux cachés de l’oeuvre du philosophe défroqué du Collège de France qui irritait tant avec ses accents prophétiques contre « l’appropriation privée de l’universel » par ceux qui « théorisent le bien public » ou contre « l’obscurantisme des Lumières » ou « fétichisme de la raison » « fermés à toutes les manifestations traditionnelles de croyance » et  « pas moins obscurs et opaques à eux-mêmes que ce qu’ils dénoncent »?

A savoir, à l’instar d’une sociologie française largement issue des luttes anticléricales du début du siècle dernier, l’étrange ‘ »gêne épistémologique » de cette quasi « sociologie des religions généralisée » que constitue l’oeuvre de l’héritier pas toujours reconnaissant de Mauss, Durkheim et Weber devant l’objet sociologique (islam compris pour son anthropologie kabyle) dont l’étude se trouve être « à l’origine de ses principaux concepts » …

Pierre Bourdieu et la religion

Synthèse critique d’une synthèse critique

Erwan Dianteill

Arch. de Sc. soc. des Rel.

 avril-juin  2002

La religion a un statut d’objet paradoxal dans l’oeuvre de Pierre Bourdieu. Les articles qui y sont directement consacrés sont fort peu nombreux et aucun de ses ouvrages importants ne porte sur ce sujet. Comparée à la sociologie de l’art, de la culture, de l’éducation, du pouvoir ou de la misère sociale, la sociologie des religions occupe donc une place marginale dans le corpus. D’un autre côté, certains des concepts les plus importants du « structuralisme génétique » sont issus des sciences sociales des religions. Hérité de Mauss et Durkheim, le concept de croyance, qui est un ressort de tout champ, en est l’exemple le plus manifeste.

Même l’élaboration de ce dernier concept, au dire du sociologue, provient de la rencontre entre ses recherches de sociologie de l’art, commencées vers 1960, et « le commentaire du chapitre consacré à la sociologie religieuse dans Wirtschaft und Gesellschaft », de Weber. « J’ai construit, écrit-il, la notion de champ à la fois contre Weber et avec Weber, en réfléchissant sur l’analyse qu’il propose des rapports entre prêtre, prophète et sorcier » (1987a, p. 33, p. 63). Autre exemple : c’est dans la lecture du travail de Panofski sur l’architecture gothique et la pensée scolastique que s’est forgée la définition de l’habitus (ibid., p. 23). De ce point de vue, l’oeuvre de P. Bourdieu est presque une sociologie des religions « généralisée », la religion présentant de façon paradigmatique des propriétés communes à toutes les sphères d’activité symbolique.

L’objet du texte ici présent, dont le titre est une forme d’hommage à une pensée qui s’est toujours voulue réflexive, est de présenter l’apport de P. Bourdieu aux sciences sociales des religions en parcourant à la fois son oeuvre d’anthropologue et de sociologue. Peut-on parler de « religion » dans des sociétés où les religions institutionnelles n’existent pas ou dans les sociétés où elles sont singulièrement affaiblies ? La notion de champ religieux reste-t-elle pertinente dans des sociétés non segmentées ou dans des sociétés de plus en plus sécularisées ? En d’autres termes, le « religieux » se limite-t-il au champ religieux ?

La lecture des oeuvres de P. Bourdieu suggère des réponses négatives à ces questions. La validité sociologique de la notion de champ religieux est limitée, en amont, par l’absence de monopolisation de la production symbolique dans certaines sociétés agraires, en aval, par l’incertitude croissante portant sur les limites du champ, due notamment à l’apparition de nouvelles professions spécialisées dans le « travail symbolique » et au « découplage » entre croyance et allégeance institutionnelle.

Dans les travaux ethnologiques de P. Bourdieu, il apparaît que le symbolique informe l’ensemble de la vie sociale, sans que l’existence d’une institution autonome puisse permettre de parler de « champ religieux » (1980). Comment se constitue donc l’espace institutionnel religieux, à partir d’un espace social peu différencié (1971a) ? Le champ religieux semble en fait correspondre précisément aux religions historiques occidentales, notamment au judaïsme et au catholicisme analysés dans la dialectique entre relations internes et relations externes (Bourdieu et Saint-Martin, 1982), et l’on peut observer une certaine « dissolution du religieux » dans les sociétés occidentales aujourd’hui (1987c). On reviendra en conclusion sur le paradoxe qui a été relevé plus haut et dont l’élucidation permet de voir les limites de la sociologie des religions de P. Bourdieu : pourquoi, alors que l’étude des faits religieux est à l’origine de ses principaux concepts, occupe-t-elle une place quantitativement aussi marginale dans cette oeuvre ?

La genèse sociale du champ religieux

Il existe, selon P. Bourdieu, trois grandes théories sociologiques de la religion, symbolisées par trois noms : Marx, Weber, Durkheim. Ces théories semblent s’exclure mutuellement. Il s’agit donc de « se situer au lieu géométrique des différentes perspectives, c’est-à-dire au point d’où se laissent apercevoir à la fois ce qui peut et ce qui ne peut pas être aperçu à partir de chacun des points de vue » (1971a, p. 295). Que faut-il donc retenir de la pensée des trois perspectives ? L’apport de Durkheim est exprimé explicitement par P. Bourdieu, ceux de Marx et de Weber semblent moins clairement distingués.

P. Bourdieu retient des Formes élémentaires de la vie religieuse de Durkheim que la sociologie de la religion doit être considérée comme une dimension de la sociologie de la connaissance. La religion est un instrument de communication et un instrument de connaissance ; elle permet un accord sur le sens des signes et le sens du monde. Elle a une fonction d’intégration logique et sociale des « représentations collectives » et en particulier des « formes de classification » religieuses (ibid., p. 297).

L’apport wébérien à la sociologie du champ religieux est décisif car il permet d’échapper à l’alternative stérile entre le subjectivisme religieux et la réduction marxiste sans médiation (1971b, p. 1). De Weber vient ainsi l’idée que la sociologie religieuse est une dimension de la sociologie du pouvoir ; il faut rattacher le discours mythique aux intérêts religieux de ceux qui le produisent, qui le diffusent et qui le reçoivent. Il existe une genèse historique des corps de spécialistes religieux, les clercs, ce qui constitue le fondement de l’autonomie relative du champ religieux. Ces professionnels  de la religion ont des stratégies pour s’approprier le monopole de la contrainte hiérocratique, des biens de salut. Le champ religieux se présente donc comme le système complet des relations objectives de concurrence ou de transaction entre les positions des agents religieux (ibid., p. 6).

Enfin il semble que P. Bourdieu retient de Marx la notion d’idéologie comme « transfiguration des rapports sociaux en rapports surnaturels, donc inscrits dans la nature des choses et par là justifiés » (1971a, p. 300). La religion assume, dans cette perspective une fonction politique de conservation de l’ordre social. Notons qu’il est difficile de différencier les apports de Marx et de Weber dans la mesure où l’un et l’autre situent la sociologie de la religion aux confins de la sociologie économique et de la sociologie politique.

Dans Le Sens pratique, les développements sur la magie sont surtout proches de la problématique durkheimienne et plus précisément maussienne. Dans « Genèse et structure du champ religieux », Weber et Marx dominent.

Le symbolique omniprésent dans les sociétés agraires : Le Sens pratique

Dans Le Sens pratique, oeuvre de synthèse des travaux anthropologiques de P. Bourdieu, il n’est guère question de « religion », mais souvent de rituels, de magie, d’institutions magiques et de force illocutionnaire, cas particulier du pouvoir symbolique (le mot « religion » est d’ailleurs absent de l’index thématique ainsi que le mot « symbole » [1980, pp. 469-475]). La société kabyle, organisée autour des travaux agricoles et d’un nombre limité d’activités artisanales (comme le tissage, activité spécifiquement féminine), ne connaît pas de groupe de clercs autonome, mais elle est intégralement structurée par le « démon de l’analogie », système de schèmes constitués d’oppositions binaires dont la partition originaire « oppose le masculin et le féminin, le sec et l’humide, le chaud et le froid » (ibid., p. 367). Proche du structuralisme de Lévi-Strauss dans l’analyse des principes logiques organisant « la pensée sauvage » (Lévi-Strauss, 1962), P. Bourdieu s’en distingue par une attention accrue pour les dispositions incorporées qui génèrent des pratiques symboliques imparfaitement systématiques.

Selon lui, on peut comprendre complètement « toutes les pratiques et tous les symboles rituels à partir de deux schèmes opératoires qui, en tant que processus naturels culturellement constitués dans et par la pratique rituelle, sont inséparablement logiques et biologiques comme les processus naturels qu’ils visent à reproduire (au double sens) lorsqu’ils sont pensés dans la logique magique : d’une part la réunion des contraires séparés, dont le mariage, le labour ou la trempe du fer sont des actualisations exemplaires et qui engendre la vie, comme réunion réalisée des contraires, et, d’autre part, la séparation des contraires réunifiés, destruction et mise à mort, avec par exemple le sacrifice du boeuf et la moisson comme meurtres déniés » (1980, pp. 366-367). Mais si la logique rituelle demande la réunion ou la séparation des contraires, elle impose aussi de rendre socialement acceptable la transgression qu’elle signifie objectivement.

La magie fonctionne ainsi comme dénégation collective d’actes de transgression nécessaire (jonction du disjoint ou scission de l’uni). Sans ceux-ci les contraires séparés resteraient stériles. La transgression permet la reproduction de l’ordre vital, la reproduction du groupe, mais elle est excessivement dangereuse et demande donc une mise en forme collective, publique et pratique déniant le sens objectif du rite. Comment ces exigences contraires peuvent-elles être conciliées rituellement ? Le sens pratique à l’oeuvre dans la magie légitime des rites de licitation est en fait un double sens : affirmation de l’unité dans la séparation des contraires ; affirmation de la séparation dans leur unification. La conciliation de principes contradictoires ne peut être réalisée que dans l’autorisation circulairement accordée au groupe par le groupe au moment du rituel (1980, p. 385) :

Toute la vérité de la magie et de la croyance collective est enfermée dans ce jeu de la double vérité objective, dans ce double jeu avec la vérité, par lequel le groupe, responsable de toute objectivité, se ment en quelque sorte à lui-même, en produisant une vérité qui n’a de sens et de fonction que de nier une vérité connue et reconnue de tous, mensonge qui ne tromperait personne si tout le monde n’était résolu à se tromper. Dans le cas de la moisson, la vérité sociale qu’il s’agit de dénier collectivement est sans ambiguïté : la moisson (thamegra) est un meurtre (thamgert’, désigne la gorge, la mort violente, la vengeance ; et amgar, la faucille) au terme duquel la terre, fécondée par les labours, est dépouillée des produits qu’elle a portés à leur maturité.

Les rites licitatoires qui impliquent une solution de continuité (déniée) dans la vie sociale kabyle ont pour pendants des rites propitiatoires. Leur logique est celle de « la gestion » de l’antagonisme qui menace l’ordre social et naturel. Ils permettent la transition entre les principes opposés, en particulier le passage sans heurt d’une période de l’année à une autre. C’est la féminisation du masculin à l’automne, la masculinisation du féminin au printemps, l’été et l’hiver étant symboliquement purement masculin et féminin.

Dans Le Sens pratique, la valeur heuristique de la distinction entre magie et religion est déniée, car cette opposition est conçue comme un enjeu de lutte symbolique étranger à la société kabyle. L’usage du terme « magie » vise, dans les sociétés segmentées, à disqualifier les pratiques symboliques des dominés, les dominants se réservant le terme de « religion ». Ces catégories sont inséparables de la constitution d’un champ religieux, avec ses enjeux concurrentiels entre prêtres, sorciers, et prophètes en Europe et au Proche-Orient. Elles ne sont pas pertinentes dans les sociétés peu segmentées (1980, p. 395) :

L’institution de périodes ou de moments licites (lah’lal), la désignation de mandataires écrans (famille chargée d’ouvrir les labours, mariage inaugural de cousins parallèles) et l’organisation de grandes cérémonies collectives, dans lesquelles le groupe s’autorise et sa propre autorité, sont trois aspects de la même opération, qui est constitutive de tout rituel légitime (on embrouille tout en identifiant la distinction entre magie légitime et magie illégitime à la distinction, qui est un enjeu de luttes sociales, entre religion et magie). C’est sur l’autorité circulairement autorisée que le groupe s’accorde à lui-même, dans son entier ou en la personne de l’un des siens, mandataire autorisé, que repose la force illocutionnaire qui est à l’oeuvre dans tous les rituels sociaux.

On retrouve dans les analyses précédentes des accents très clairement maussiens. La magie a un fondement social, la croyance, et une efficacité sociale qui lui est associée. « En définitive, écrit M. Mauss, c’est toujours la société qui se paie elle-même de la fausse monnaie de son rêve. La synthèse de la cause et de l’effet ne se produit que dans l’opinion publique. (…) Nous devons considérer la magie comme un système d’inductions a priori, opérées sous la pression du besoin par des groupes d’individus » (1985 [1902], p. 119). D’autre part, elle est pour Mauss et Hubert « à la fois un opus operatum au point de vue magique et un opus inoperans au point de vue technique » (1985 [1902]), p. 135), idée reprise et généralisée par P. Bourdieu (1980, p. 395) :

Le caractère proprement magique de cette force de part en part sociale échappe aussi longtemps qu’elle s’exerce seulement sur le monde social, séparant et unissant des individus ou des groupes par des frontières ou des liens (mariage) non moins magiques que ceux qu’instituent le couteau ou le noeud de la magie, transmuant la valeur sociale des choses (comme la griffe du couturier) ou des personnes (comme le titre scolaire). Il apparaît au contraire dans toute son évidence lorsque, par une sorte d’innocence, de confiance, de remise de soi imposée par la détresse et le désarroi extrêmes, les groupes tentent d’exercer le pouvoir qu’ils s’octroient eux-mêmes, par un de ces cercles qui sont au principe de la magie très réellement efficace du collectif, au delà de ses limites de validité, c’est-à-dire sur ce qui ne dépend pas d’eux, sur le monde naturel dont ils dépendent (…).

Au total, l’accent est porté dans les travaux anthropologiques de P. Bourdieu sur les conditions sociales d’efficacité du rite, en dehors d’un champ religieux non constitué dans la société kabyle. Il n’y a pas d’intermédiaires institutionnalisés (semble-t-il) entre le groupe et lui-même : il existe bien des familles chargées de couper la première gerbe au moment des moissons, par exemple, mais cette fonction n’est pas constante. Tout autre est le rôle social des institutions religieuses.

Constitution des institutions religieuses : « Genèse et structure du champ religieux »

Les « transformations technologiques, économiques et sociales » associées au développement urbain, comme « les progrès de la division du travail et l’apparition de la « séparation du travail intellectuel et du travail matériel » (1971a, pp. 300-301) sont à l’origine de deux processus intimement liés, que l’on pourrait qualifier de subjectif et d’objectif, à savoir la constitution d’un champ religieux d’une part, et d’autre part le processus de rationalisation des croyances et des rites. À la suite de Max Weber, P. Bourdieu rappelle les obstacles opposés à l’autonomisation des comportements religieux par la condition paysanne, alors que l’urbanisation favorise, par l’indépendance relative vis-à-vis des aléas naturels qu’elle procure, la « rationalisation » et la « moralisation » des besoins religieux (Weber, 1971, alinéa 7 : « Ordres, classes et religion »). De plus, l’urbanisation favorise le développement d’un corps de professionnels des biens de salut. Le clergé citadin contribue à l’intériorisation de la foi, à l’introduction de critères éthiques, du « bien » et du « mal », et de la notion de « péché », en tout cas dans le contexte judéo-chrétien. Il faut d’autre part attribuer à la conjonction des intérêts de la prêtrise et de ceux de certaines catégories de laïcs citadins, la domination du monothéisme en Palestine, et à Jérusalem en particulier.

Les deux processus précédents, à savoir d’une part la constitution d’un champ religieux relativement autonome, caractérisé par la production, la reproduction et la diffusion des biens et services religieux, et par une complexification institutionnelle croissante, et d’autre part un processus de « moralisation » des pratiques et des représentations religieuses, ont plusieurs corrélats. On passe ainsi du mythe à l’idéologie religieuse (monopolisation de la contrainte hiérocratique par un corps de professionnels), du tabou au péché (transfert de la notion de souillure de l’ordre magique à l’ordre moral), du Dieu punisseur au Dieu juste et bon (attribution de qualités de plus en plus « sociales » à la divinité) (1971a, p. 303).

Enfin la constitution d’un champ religieux s’accompagne d’une dépossession du capital religieux des laïcs au profit du corps de spécialistes religieux qui produisent et reproduisent un corpus délibérément organisé de savoirs secrets. On peut ainsi écrire que les différentes formations sociales se situent entre deux pôles : celui de l’autoconsommation religieuse et celui de la monopolisation complète de la production religieuse par des spécialistes. Ces deux positions extrêmes se caractérisent par l’opposition entre une maîtrise pratique d’un ensemble de schèmes de pensée et d’actions objectivement systématiques, acquis par simple familiarisation et une maîtrise savante, action pédagogique expresse et institutionnalisée. Elles sont aussi structurées par des systèmes mythico-rituels d’un côté, et des idéologies religieuses, réinterprétations lettrées des premiers en fonction d’intérêts internes ou externes liés à la constitution des États et aux antagonismes de classes (1971a, pp. 304-306).

Notons que même dans le cas des sociétés peu différenciées, P. Bourdieu propose d’importer les méthodes de la sociologie en ethnologie : celle-ci doit dépasser le culturalisme et concevoir la religion comme un fait social lié à d’autres faits sociaux notamment à la division du travail, elle doit savoir rapporter le discours mythique ou religieux à ses conditions sociales de production en s’attardant en particulier sur la formation et les caractéristiques des agents privilégiés de l’activité magico-religieuse. Ce qui ne signifie pas qu’il faille évacuer du champ de recherches les représentations collectives religieuses ; il s’agit simplement de concevoir leur autonomie relative dans la structure sociale générale.

Enfin, les oppositions entre sacré et profane, entre religion et magie (que celle-ci se présente comme profanation objective, caractérisant la religion dominée, qui est le plus souvent issue d’un état ancien du champ religieux ; ou comme profanation intentionnelle, c’est-à-dire comme religion inversée) proviennent de l’opposition entre détenteurs du monopole du sacré et laïcs. En d’autres termes, on peut déduire des progrès de la division du travail religieux et de l’histoire du champ religieux les distinctions entre les catégories fondamentales de la pensée et de la pratique religieuse.

Cette genèse nous amène à considérer la structure et les enjeux essentiellement politiques du champ religieux, qu’il s’agisse des luttes internes ou de la relation entretenue avec l’espace social, relation qui constitue ce champ aujourd’hui comme structure structurante et structurée en voie de déstructuration.

Structure et déstructuration du champ religieux

L’autonomisation du champ religieux n’implique pas une indépendance absolue vis-à-vis des autorités temporelles, en particulier politiques. Dans la sociologie de P. Bourdieu, très influencée sur ce point par le marxisme, peut-être même dans sa version althussérienne, pratiques et représentations religieuses contribuent d’abord à informer une « vision du monde » essentiellement conservatrice, elles absolutisent le relatif et légitiment l’arbitraire de la domination. D’autre part, à partir de l’origine sociale du personnel religieux et de sa trajectoire dans l’institution, dont un exemple est donné par la structure et l’histoire contemporaine du « corps » des évêques dans l’Église catholique française (Bourdieu et Saint-Martin, 1982), le sociologue tente d’expliquer à la fois l’homogénéité de l’épiscopat et la division du travail religieux en son sein, cette dernière lui permettant de répondre à la demande religieuse. Enfin, quelques textes portent sur la dissolution du champ religieux, dont les frontières semblent de plus en plus floues dans les sociétés les plus modernes.

Intérêts religieux et fonction sociale du religieux (relations internes, relations externes)

Il existe un intérêt proprement religieux, que l’on peut définir comme « l’intérêt qu’un groupe ou une classe trouve dans un type déterminé de pratique ou de croyance religieuse et, en particulier, dans la production, la reproduction, la diffusion et la consommation d’un type déterminé de biens de salut (parmi lesquels le message religieux lui-même). Ce groupe social recherche la légitimation des propriétés symboliques et matérielles qui le caractérisent dans la structure sociale.

P. Bourdieu refuse toute explication psychologique ou phénoménologique du fait religieux. Celui-ci doit être conçu « de manière proprement sociologique, i.e. comme l’expression légitimatrice d’une position sociale » (1971a, pp. 311-312).

L’inspiration marxiste apparaît ici encore clairement. Elle s’est doublée dans les années 1990 de l’affirmation que la religion joue aussi un rôle dans la légitimation de la domination des hommes sur les femmes. L’Église, écrit-il sans nuance, est « habitée par l’antiféminisme profond du clergé » et elle « inculque (ou inculquait) explicitement une morale familialiste entièrement dominée par les valeurs patriarcales» (1998, pp. 92-93). Ajoutons que dans certains cas, la religion (ou plus exactement la magie) peut aussi permettre de trouver une solution (illusoire) à la misère sociale. « L’espérance magique est la visée de l’avenir propre à ceux qui n’ont pas d’avenir (…). Le millénarisme révolutionnaire et l’utopie magique sont la seule visée du futur qui s’offre à une classe dépourvue de futur objectif » (1977a, pp. 90-91). De nature différente pour les dominants et les dominés, l’intérêt religieux est le principal opérateur d’homologie entre le champ religieux et la structure générale des rapports sociaux.

Relativement autonome par rapport à la structure sociale, le champ religieux est en effet structuré par des enjeux internes et par des enjeux externes. Les positions de pouvoirs dans le champ résultent de la confrontation de la « demande religieuse (i.e. les intérêts religieux des différents groupes ou classes de laïcs) et de l’offre religieuse (i.e. les services religieux plutôt orthodoxes ou hérétiques)» (1971a, p. 319). La position de pouvoir qu’occupe une instance religieuse dans le champ dépend du pouvoir du groupe social dont elle s’est concilié l’appui.

Cet appui, dans une relation dialectique, dépend à son tour de la position du groupe des producteurs dans le champ. Cette relation explique l’homologie de structure observée entre la structure sociale et le champ religieux : les dominants du champ religieux, par exemple, fondent leur domination sur celle des classes dominantes dans la structure sociale, tandis que les prophètes s’appuient sur les groupes dominés pour modifier l’état du rapport de forces dans le champ. Aussi, l’action du prophète est-elle à la fois un ferment de restructuration du champ religieux et de la structure sociale. Il apparaît donc que le « fonctionnement » du champ religieux est le produit d’une concurrence interne entre différentes instances (dont les principales sont l’Église, les prophètes, les sectes et les sorciers) en relation avec les lignes de force de la structure sociale.

Examinons un cas particulier étudié par P. Bourdieu : le groupe des évêques français à la fin des années 1970.

Origine sociale des évêques et effets sur l’organisation de l’Église catholique

Le travail conjoint de P. Bourdieu et de Monique de Saint-Martin (1982) explore un nombre limité de dimensions ouvertes par les articles de 1971. Il s’agit principalement de saisir le processus menant l’ensemble des évêques à dénier toute différenciation interne correspondant à leur origine sociale. Dépassant l’image d’homogénéité produite par le corps de professionnels, on peut associer la classe sociale d’origine à la position occupée dans l’institution ecclésiastique, à condition de prendre en compte les déformations structurales, « les mêmes dispositions pouvant conduire à des positions et à des prises de positions différentes, voire opposées, dans des états du champ différents, ce qui a pour effet d’affaiblir, voire d’annuler la relation statistique avec la classe d’origine ». Il n’y a pas, en d’autres termes, de rapport mécanique entre l’origine sociale et la position au sein de l’Église.

Sous ces conditions, l’analyse fait apparaître ces deux groupes dans le corps épiscopal : « d’un côté les « oblats » qui, voués et dévoués à l’Église dès leur prime enfance, investissent totalement dans une institution à laquelle ils doivent tout ; qui sont disposés à tout donner à une institution qui leur a tout donné, sans laquelle et hors de laquelle ils ne seraient rien. De l’autre, les évêques qui, ordonnés plus tard, possédaient, avant leur entrée dans l’Église, outre un capital social hérité, un capital scolaire important, et qui entretiennent de ce fait un rapport plus distant, plus détaché, et moins tourné vers les choses temporelles, à l’égard de l’institution, de ses hiérarchies, de ses enjeux » (1982, pp. 4-5). Les prises de positions adoptées par ces deux groupes ne sont intelligibles que si l’on prend en compte l’évolution historique. Le même habitus « aristocratique » caractérisant les « héritiers », qui aurait défini autrefois un rôle d’évêque hiératique et solennel, peut conduire aujourd’hui à éviter des postes trop communs, à accepter des évêchés « missionnaires», ou à rechercher le statut de théologien. L’opposition entre les deux catégories est formelle et non substantielle : « les antagonistes (…) peuvent échanger, en toute bonne foi, leurs positions : lorsque l’un d’eux, souvent le dominant, qui a le privilège des audaces, vient à changer, l’autre ne peut maintenir l’opposition qu’en changeant aussi » (ibid., p. 16).

Comment se situe le corps des évêques « dans le champ du pouvoir religieux et, plus largement dans le champ du pouvoir symbolique » (ibid., p. 22) ? Les évêques sont en quelque sorte « pris entre deux feux » : ils s’opposent d’une part au pouvoir politique central des organismes ecclésiastiques, peu enclins à prêter attention aux réalités locales, d’autre part aux théologiens et religieux, orientés vers « le pouvoir symbolique central (…) moins soucieux des choses temporelles qui préoccupent les “responsables” » (ibid., p. 28). Assumant cette position moyenne dans l’Église catholique, les évêques peuvent remplir pleinement le travail d’unification qui leur incombe. Leur cohésion est renforcée par des dispositions communes (ce sont tous des hommes, souvent issus de familles nombreuses et nés dans de petits villages) et par une formation homogénéisante. Aussi, l’épiscopat est-il un champ de concurrence, mais à faible tension (ibid., p. 31).

L’ajustement entre l’offre et la demande religieuse n’est pas le produit d’une transaction, comme pouvait le penser Max Weber, mais l’effet d’une homologie involontaire de structure, « chaque clerc produisant en fonction de sa trajectoire et de sa position un produit plus ou moins ajusté à la demande d’une catégorie particulière de laïcs » (ibid., p. 34). L’Église, en tant que champ, se caractérise par l’unité et la diversité. Cette apparente contradiction est en fait au principe de sa grande capacité d’adaptation : elle permet à l’Église de « traiter de façon aussi homogène que possible une clientèle distribuée (de manière différente selon les époques) entre les classes sociales, les classes d’âge et les classes sexuelles ou de traiter de manière aussi différenciée que possible des clients qui, quoique très différents sous différents rapports, ont en commun d’être catholiques « (ibid., p. 35).

Cette capacité à traiter des demandes variées sous les apparences de l’unité est renforcée par le caractère intrinsèquement polysémique du discours religieux, qui masque sous un discours unique une pluralité de significations en rapport avec une série de positions sociales, renforçant ainsi la confusion subjective de limites sociales objectives. Le discours religieux tend à nier les conflits sociaux, ou faute de mieux, à les euphémiser. P. Bourdieu avance même que les procédés discursifs du double sens et de l’euphémisme sont « profondément caractéristiques du discours religieux dans son universalité » (ibid., p. 46).

Cette transfiguration des rapports de forces, en particulier économiques, par les agents religieux dominants est illustrée par la gestion par l’épiscopat des revendications professionnelles de laïcs travaillant pour l’Église à la limite du bénévolat et du salariat. L’économie de l’Église est déniée par la hiérarchie en tant qu’économie régie par des lois économiques, c’est-à-dire fondée sur le prix, le salaire, l’offre et la demande. « Le rire des évêques », lorsqu’ils sont exposés à un discours qui traite l’Église comme une société commerciale, est significatif de la « vérité de l’entreprise religieuse (qui) est d’avoir deux vérités : la vérité économique et la vérité religieuse, qui la dénie » (1994a, p. 204). L’hilarité épiscopale est un effet du dévoilement de ce qui leur apparaît comme une parfaite incongruité (mais qui n’est pas sans fondement puisque l’on peut considérer, du point de vue du marché du travail, que la chaisière est une femme de ménage sans salaire).

Au total, P. Bourdieu conçoit donc l’Église comme un ensemble de mécanismes et de processus de légitimation des positions sociales, se présentant sous une forme objectivée, qu’elle soit matérielle (bâtiments, vêtements, instruments liturgiques, etc.) ou à l’état de technologie sociale (droit canon, liturgie, théologie, etc.).

À l’état incorporé, elle est consubstantielle aux habitus catholiques, générés par la famille chrétienne et consacrés par des rites d’institution, qui agrègent tout en séparant.

« Et en définitive, elle n’existe vraiment en tant qu’Église vivante, c’est-à-dire agissante et capable d’assurer sa propre reproduction, que dans la relation entre ses deux modes d’incarnation (…) » (Bourdieu et Saint-Martin, 1982, p. 51).

Vers une dissolution du champ religieux ?

Sans parler d’évolutionnisme au sens classique du terme, la sociologie des religions de P. Bourdieu se caractérise aussi par une grande attention accordée aux processus historiques de constitution des institutions religieuses. Ceux-ci ne se réalisent pas indépendamment des changements généraux affectant la structure sociale, notamment des progrès de la division du travail social et de l’urbanisation. P. Bourdieu n’utilise pas le concept de « champ religieux » pour les sociétés agraires comme la société kabyle, du fait, selon lui, du manque d’institutions et de professionnels spécialisés. Peut-on alors parler de « religion » s’il n’existe pas de « champ religieux » ? On ne peut parler de l’activité symbolique dans les mêmes termes pour des sociétés agraires peu différenciées, où le « démon de l’analogie » informe et unifie toutes les dimensions de la structure sociale, et pour des sociétés très segmentées, où la production symbolique se concentre dans des espaces institutionnels spécifiques et relativement autonomes dont le champ religieux constitue l’un des principaux.

Cependant, les sociétés modernes qui se caractérisent par un haut degré de division du travail social, sont en même temps celles où les religions historiques, et en particulier le catholicisme, semblent en déclin. On y assiste à une « dissolution du religieux » (1987c, pp. 117-123). « (…) On assiste à une redéfinition des limites du champ religieux, la dissolution du religieux dans un champ plus large s’accompagnant d’une perte du monopole de la cure des âmes au sens ancien, du moins au niveau de la clientèle bourgeoise » (Bourdieu, 1985, p. 257). Les limites du champ religieux ne sont plus clairement définies : certaines professions profanes, psychologues, analystes ou conseillers conjugaux, se substituent aux clercs dans leur fonction thérapeutique. Ainsi, « le champ religieux s’est trouvé dissout dans un champ de manipulation symbolique plus large « (Bourdieu, 1985, p. 259). Dans un dialogue avec Jacques Maître, auteur de plusieurs ouvrages de psychopathologie sociale appliquée à des individus fortement impliqués dans le catholicisme, P. Bourdieu déclare qu’« il se pourrait que la psychanalyse ait aujourd’hui, dans la conscience commune, une fonction assez analogue à ce qu’était la religion pour » les personnages étudiés par J. Maître (Bourdieu et Maître, 1994, p. XVI).

D’un autre côté, le refus de l’obéissance aveugle aux prescriptions des clercs provient pour une part de l’élévation du niveau d’instruction, qui entraîne moins le rejet d’une « posture » religieuse que celui de la délégation spirituelle. Ce déni (relatif) de la légitimité accordée à l’institution catholique contribue ainsi au développement de sectes autonomes, au « rassemblement de petits prophètes charismatiques», et plus généralement à la disjonction entre l’orthodoxie cultuelle et les pratiques et croyances effectives. Ainsi, la légitimité de la parole religieuse d’institution est en concurrence avec de nouvelles formes de légitimité et de nouvelles professions, qui s’appuient souvent sur un discours pseudo-scientifique, comme les astrologues, numérologues ou graphologues par exemple. Le clerc religieux, anciennement dominant, devient dominé, « au profit de clercs qui s’autorisent de la science pour imposer des valeurs et des vérités ni plus ni moins scientifiques que celles des autorités religieuses du passé » (1987c, p. 123).

L’émergence d’un sentiment esthétique face aux représentations visant à l’origine à susciter la foi est aussi un indice de la régression de la « croyance religieuse» par rapport à la « croyance esthétique ». En un même lieu (l’Église Santa Maria Novella observée par le sociologue en 1982), se juxtaposent des pratiques qui tiennent à la fois de la muséographie et de la dévotion, et qui témoignent de l’hétérogénéité des visées du public dans l’« admiration » d’une Vierge au Rosaire ou d’une Présentation au Temple. L’usage dévotionnel des statues et des tableaux n’a pas pourtant complètement disparu, mais il se concentre sur les oeuvres dont les caractéristiques sont les moins formelles, celles qui « remplissent une fonction expressive de représentation de leurs référents » (1994c, p. 73).

Remarquons enfin que la « dissolution du religieux » ne signifie pas pour le sociologue critique une régression à un état indifférencié de l’activité symbolique.

Les « nouveaux agents symboliques », qui se situent en dehors de l’institution religieuse, coexistent avec une institution catholique qui tend à devenir « une Église sans fidèles » (1994b, p. 216), s’y opposent souvent, mais contribuent aussi à faire évoluer les positions de celle-ci, comme en témoigne par exemple l’influence de la psychanalyse sur la pensée religieuse moderne. L’activité symbolique aux marges du champ religieux engendre une certaine confusion quant à ses limites, mais elle ne signifie pas pour autant sa disparition 1.

Conclusion : dignité et indignité de la religion comme objet de science sociale

Le pouvoir symbolique, qui ne se limite certes pas au domaine religieux, s’y exerce peut-être plus clairement que dans d’autres champs d’activité sociale, et c’est probablement pourquoi une bonne partie de l’architecture conceptuelle de la sociologie de P. Bourdieu s’est construite dans l’étude de la religion. Le pouvoir symbolique est en effet ce qui permet de constituer le donné par l’énonciation, « de faire voir et de faire croire, de confirmer ou de transformer la vision du monde et par là, l’action sur le monde, donc le monde ». C’est « un pouvoir quasi-magique qui permet d’obtenir l’équivalent de ce qui est obtenu par la force (physique ou économique). Ce pouvoir ne s’exerce que s’il est reconnu, c’est-à-dire méconnu comme arbitraire » (Bourdieu, 1977b, p. 410). La religion apparaît donc, dans cette perspective, comme une activité essentiellement symbolique, comme une forme symbolique, c’est-à-dire comme un ensemble de pratiques et de représentations (en l’occurrence de rites et de croyances) dont l’efficacité n’est pas d’ordre matériel (comme la force physique par exemple). Le symbolique comprend le langage mais ne s’y réduit pas ; il désigne aussi la fonction connotative des signes, linguistiques ou non. Le pouvoir du symbole repose sur ce qu’il ne dit pas explicitement, sur ce qu’il suppose sans l’expliciter ouvertement. Il induit un rapport de sens socialement fondé, ce qui signifie que le pouvoir symbolique ne se constitue pas en dehors des rapports de forces caractéristiques de la structure sociale dans sa totalité. Si le symbole a une efficacité propre, elle n’en est pas moins en rapport avec la genèse et la structure de l’espace social. Plus précisément, pour ce qui concerne le pouvoir symbolique du langage, son efficacité nécessite « la croyance dans la légitimité des mots et de celui qui les prononce, croyance qu’il n’appartient pas aux mots de produire » (Bourdieu, 1977b, p. 411). En d’autres termes, le pouvoir symbolique ne se suffit pas à lui même, il trouve son fondement dans les rapports généraux de domination, dont il peut apparaître comme une « sublimation ».

Entre efficacité propre et dépendance idéologique, entre ordre sui generis et superstructure, le fait religieux n’est dans cette perspective ni purement idéal, ni simple reflet plus ou moins déformé de la structure sociale. Le secret de cette dépendance/indépendance du pouvoir symbolique religieux est à chercher dans cette instance intermédiaire, dont l’analyse constitue le centre de la sociologie religieuse de P. Bourdieu : la notion de champ religieux. La notion d’habitus complète la précédente en ce qu’elle associe à un champ spécifique un type d’intérêt spécifique, irréductible aux intérêts des autres champs, notamment à l’intérêt économique.

« Pour qu’un champ marche, il faut qu’il y ait des enjeux et des gens prêts à jouer le jeu, dotés de l’habitus impliquant la connaissance et la reconnaissance des lois immanentes du jeu, des enjeux, etc. » (1984a, p. 114). Un intérêt spécifiquement religieux est donc associé au champ religieux, qui donne un exemple particulièrement achevé de cette « liberté surveillée » caractéristique des instances secondes dans les mécanismes de la domination (où l’économique, le politique et le médiatique semblent occuper les positions centrales, du moins dans les sociétés participant de la modernité avancée).

Pour P. Bourdieu, le champ religieux ne doit donc pas être conçu comme une réalité immuable : il existe une genèse structurale du champ religieux, en rapport avec les transformations de la structure sociale, et l’on assiste, selon lui, à une dissolution du religieux dans les sociétés en voie de sécularisation. Alors que toute institution religieuse tend à se présenter comme réalité anhistorique, identique à elle-même de tout temps et en tout lieu, il faut passer par l’examen historique des processus de constitution des croyances, des rites, des institutions.

On peut alors se demander pourquoi la sociologie des religions, qui a fourni à P. Bourdieu une grande partie de son architecture conceptuelle et dont il ignore moins que tout autre qu’elle constitue le coeur de la sociologie de Durkheim, de Weber et une partie non négligeable de celle de Marx, a une importance si limitée en termes quantitatifs dans son oeuvre.

Cet écart provient d’une incertitude fondamentale quant aux conditions de possibilité de l’étude scientifique de la religion. Pour P. Bourdieu, la religion est en fait un objet sociologique presque impossible. Cette « gène » épistémologique n’a jamais été plus manifeste qu’à l’occasion du colloque annuel de l’Association Française de Sociologie des Religions, en décembre 1982, lorsque le sociologue questionna publiquement la validité scientifique de la sociologie des religions lorsqu’elle est pratiquée par « des producteurs qui participent à des degrés divers au champ religieux » (1987b, p. 156). Pour un sociologue des religions, avoir des convictions religieuses constitue un obstacle presque insurmontable au travail scientifique. Mais il existe un deuxième obstacle, tout aussi dangereux : l’absence complète d’affinité avec l’objet. Selon P. Bourdieu, tout sociologue de la religion est ainsi confronté à une contradiction quasi-insoluble : « quand on en est, déclare-t-il, on participe de la croyance inhérente à l’appartenance à un champ quel qu’il soit (religieux, universitaire, etc.) et quand on n’en est pas, on risque premièrement d’omettre d’inscrire la croyance dans le modèle (…), deuxièmement d’être privé d’une partie de l’information utile » (1987b, p. 156). Le premier écueil, c’est-à-dire le fait d’appartenir d’une façon ou d’une autre à l’institution religieuse, peut mener à adopter un point de vue religieux sur la religion, à pratiquer une sociologie religieuse plus qu’une sociologie des religions. Pour l’éviter (ce qui est « difficile », mais pas impossible selon P. Bourdieu), il faut pratiquer « une objectivation sans complaisance (…) de tous les liens, de toutes les formes de participation, d’appartenance objective ou subjective, même les plus ténues » (ibid., p. 160). Le deuxième écueil (ne pas en être) n’est pas moins dangereux scientifiquement. Celui qui en est victime tombe dans l’ornière positiviste en abordant la religion exclusivement d’un point de vue extérieur, « comme une chose », sans apercevoir les ressorts subjectifs de l’activité religieuse, et en particulier l’adhésion inconditionnée à des vérités révélées.

Or, il y a une affinité certaine entre cette seconde posture et les sciences sociales «républicaines». La sociologie française s’est largement constituée contre l’emprise intellectuelle de la religion, et singulièrement contre l’influence catholique dans l’université, au moment des luttes anticléricales du début du XXe siècle.

D’une certaine façon, être sociologue demandait nécessairement de « ne pas en être ». P. Bourdieu n’a pas échappé à cette forme d’anticléricalisme. Dans la conclusion du colloque sur « les nouveaux clercs », on peut lire par exemple cette déclaration sans ambiguïté : « L’interrogation sur les ’nouveaux clercs’ n’aurait peut-être pas manqué son but si elle pouvait ainsi conduire à poser les fondements d’un nouvel anticléricalisme » (1985, p. 261). Notons que cette phrase conclusive n’a pas été reprise dans la deuxième version du texte publiée dans Choses dites (1987). Ce « repentir » témoigne assurément d’un certain malaise, dont P. Bourdieu a lui-même tenté de rendre raison dans un entretien avec Jacques Maître (1994, p. XV) :

J’ai eu à découvrir dans ma propre tête toutes les mutilations que j’avais héritées d’une tradition laïque, renforcée par les présupposés implicites de ma science. Il y a des sujets qu’on n’aborde pas, ou seulement avec la plus grande prudence. Il y a des manières d’aborder certains sujets qui sont un peu dangereuses et, finalement, on accepte les mutilations que la science a dû accepter pour se constituer. Tout ce qui est de l’ordre des objets traditionnels de la religion et de la métaphysique, on se sent tenu – par une adhésion implicite qui est liée à l’entrée dans la profession – de le mettre entre parenthèses. Il y a une espèce de refoulement qui est tacitement exigé du professionnel.

N’« en étant pas » par méfiance méthodologique et par culture laïque, P. Bourdieu manquait assurément d’« intérêt » pour le fait religieux, ce qui le plaçait dans une position peu favorable pour l’étudier sociologiquement. Dans la perspective de la sociologie critique et réflexive, on l’a vu, l’incrédulité militante est aussi dommageable scientifiquement que la « faiblesse de croire », car elle entrave toute restitution du sens des « adhésions » religieuses. Première victime de cette aporie, P. Bourdieu s’est donc investi de façon très limitée dans la sociologie des religions, d’autant plus qu’il considérait le pouvoir religieux, largement assimilé à celui de l’Église catholique, comme un pouvoir déclinant dont la critique est sans enjeux, contrairement par exemple à la domination masculine ou au pouvoir télévisuel. En d’autres termes, P. Bourdieu ne manifestait aucune inclination pour l’activité religieuse (alors que l’on connaît son goût pour l’art et la littérature, et bien sûr pour la pédagogie), mais cette distance était doublée de l’idée que la religion n’a plus l’emprise sociale qu’elle avait encore du temps de Weber ou Durkheim, qui en avaient fait l’objet central de leur sociologie. P. Bourdieu n’avait donc pas non plus d’intérêt négatif pour la religion (alors qu’il s’en est pris dans la dernière partie de son oeuvre aux médias ou à la « Noblesse d’État », dont le pouvoir est conçu comme bien réel). C’est pourquoi, confronté à des contradictions méthodologiques difficiles à résoudre, pénétré par une culture laïque qui assimile la religion au pouvoir de l’Église catholique, convaincu que celle-ci constitue une force sociale déclinante, P. Bourdieu n’a accordé qu’une place marginale à l’étude des faits religieux dans son oeuvre.

Remarquons pour finir que la lecture en parallèle de ses travaux anthropologiques et sociologiques suggère qu’il existe une division entre les sociétés agraires sans institution religieuse 2 et les sociétés différenciées où la religion serait d’abord entièrement monopolisée par l’Église avant de disparaître en même temps qu’elle.

Or, si l’Église catholique n’a plus le pouvoir politique et économique qu’elle a eu, cela signifie-t-il pour autant que croyances et pratiques religieuses ont disparu dans les sociétés modernes ? Rien n’est moins sûr. Une définition de la « religion » centrée sur le « champ religieux », c’est-à-dire sur les luttes entre spécialistes dans leurs rapports avec la structure sociale globale, permet en fait difficilement d’étudier des phénomènes religieux qui échappent largement au contrôle des clercs, fussent- ils de « nouveaux clercs ». Cette erreur de perspective aurait pu être évitée en accordant plus de place au fait religieux hors institution, y compris dans les sociétés différenciées. En portant, par exemple, son attention sur le bricolage des croyances ou sur la construction des lignées de fidèles dans la modernité, sur l’organisation en réseau des amateurs d’ésotérisme ou sur l’organisation non bureaucratique de certains pentecôtismes, on peut éviter d’assimiler l’étude des faits religieux au simple constat de la perte de pouvoir des institutions ecclésiastiques.

Erwan DIANTEILL

Centre d’Études Interdisciplinaires des Faits Religieux

EHESS

1 Il ne faut pas confondre cette activité symbolique de substitution religieuse avec le pouvoir symbolique «hors champ religieux», notamment celui de l’État en tant que banque centrale symbolique (1989) qui s’appuie sur des rites d’institution (1982). La magie sociale ne se limite donc pas au champ religieux, comme en témoigne par exemple la force purement symbolique des « marques » et des « griffes» dans la haute couture (1984).

2 Si la sociologie des religions de P. Bourdieu se focalise sur le catholicisme, son anthropologie kabyle minore singulièrement le rôle de l’islam. Le structuralisme, qui informe largement ces premiers travaux, s’intéresse avant tout aux systèmes symboliques, et non aux institutions religieuses. Ajoutons que l’islam était considéré comme une force sociale déclinante au moment de la décolonisation de l’Afrique du Nord, dans les années 1950 et 1960. Comme le catholicisme, l’idéologie laïque percevait alors la religion musulmane comme un archaïsme condamné par la modernité à plus ou moins long terme.

BIBLIOGRAPHIE

BOURDIEU Pierre, « Genèse et structure du champ religieux », Revue Française de sociologie, 1971a,

vol. XII, no 2, pp. 295-334.

BOURDIEU Pierre, « Une interprétation de la théorie de la religion selon Max Weber », Archives européennes

de sociologie, 1971b, vol 12, pp. 3-21.

BOURDIEU Pierre, Algérie 60, Paris, Éditions de Minuit, 1977a.

BOURDIEU Pierre, « Sur le pouvoir symbolique », Annales ESC, 1977b, vol. XXXII, no 3 (mai-juin),

pp. 405-411.

BOURDIEU Pierre, Le Sens pratique, Paris, Éditions de Minuit, 1980.

BOURDIEU Pierre, Ce que parler veut dire, Paris, Fayard, 1982.

BOURDIEU Pierre, « Haute culture et haute couture », in Questions de sociologie, Paris, Édition de Minuit,

1984a, pp. 196-206.

BOURDIEU Pierre, « Quelques propriétés des champs », in Questions de sociologie, Paris, Éditions de

Minuit, 1984b, pp. 113-120.

BOURDIEU Pierre, « Le champ religieux dans le champ de manipulation symbolique », in Collectif, Les

nouveaux clercs – Prêtres, pasteurs et spécialistes des relations humaines et de la santé, Genève,

Labor et Fides, 1985, pp. 255-261 (repris partiellement sous le titre « La dissolution du religieux »

dans Choses dites, Paris, Éditions de Minuit, 1987, pp. 117-123).

BOURDIEU Pierre, « Fieldwork in philosophy » in Choses dites, Paris, Éditions de Minuit, 1987a,

pp. 13-46.

BOURDIEU Pierre, « Sociologues de la croyance et croyances de sociologues » Archives de Sciences

Sociales des Religions, 63/1, janvier-mars 1987b, pp. 155-161 (repris partiellement dans Choses

dites, Paris, Éditions de Minuit, 1987, pp. 106-111).

BOURDIEU Pierre, « La dissolution du religieux » in Choses dites, Paris, Éditions de Minuit, 1987c,

pp. 117-123.

BOURDIEU Pierre, La Noblesse d’État – Grandes Écoles et esprit de corps, Paris, Éditions de Minuit,

1989.

BOURDIEU Pierre, « Le rire des évêques », in Raisons Pratiques – Sur la théorie de l’action, Paris, Seuil,

1994a, pp. 202-213.

BOURDIEU Pierre, « Propos sur l’économie de l’Église », in Raisons Pratiques – Sur la théorie de

l’action, Paris, Seuil, 1994b, pp. 215-217.

BOURDIEU Pierre, « Piété religieuse et dévotion artistique », Actes de la Recherche en Sciences Sociales,

décembre 1994c, no 105, pp. 71-74.

BOURDIEU Pierre, La domination masculine, Paris, Seuil, 1998.

BOURDIEU Pierre, SAINT MARTIN Monique de, « La Sainte Famille : l’épiscopat français dans le champ du

pouvoir », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 1982, no 44-45, pp. 1-53.

BOURDIEU Pierre, MAÎTRE Jacques, « Avant-propos dialogué », in Jacques MAÎTRE, L’autobiographie

d’un paranoïaque – L’abbé Berry (1878-1947) et le roman de Billy, “Introïbo”, Paris, Anthropos,

1994.

DURKHEIM Émile, Les formes élémentaires de la vie religieuse, Paris, Presses Universitaires de France,

1985 (1912).

LÉVI-STRAUSS Claude, La Pensée sauvage, Paris, Presses Universitaires de France, 1962.

MAUSS Marcel, HENRI Hubert, « Esquisse d’une théorie générale de la magie » in Sociologie et anthropologie,

Paris, Presses Universitaires de France, 1985 (1902), pp. 1-141.

WEBER Max, « Les types de communalisation religieuse (sociologie de la religion) » in Économie et

société, Paris, Plon, 1971, pp. 429-632.

Voir aussi:

Pierre Bourdieu, Blaise Pascal et les demi-savants de la philosophie

Jacques Bouveresse

Le Monde

24.01.12

Bourdieu dit du sociologue, dont la tâche consiste à relater les choses du monde social et à les dire, autant que possible, comme elles sont, qu’il est entouré de gens qui ont tendance à ignorer le monde social. Mais il considère comme essentiel de faire une différence entre ceux qui se contentent de ne pas en parler et ceux qui, tout en s’en défendant, en traitent bel et bien, et le font en toute ignorance et sur un mode qui est en fait celui de la dénégation. C’est évidemment à la deuxième catégorie qu’appartiennent, à ses yeux, les philosophes.

Aussi y a-t-il de bonnes raisons, pour le sociologue, de ne pas leur concéder ce qu’il accorde, en revanche, sans réticence à d’autres. « Je serai, dit Bourdieu, le dernier à reprocher aux artistes, aux écrivains, aux savants, d’être tout à leur affaire. » Mais il éprouve des difficultés plus grandes à reconnaître aux philosophes le même privilège.

Car tout le problème est de savoir s’ils sont à une affaire réelle, qui les dispenserait de s’intéresser en même temps de façon sérieuse à quelque chose d’autre, en particulier au monde social, et à quel genre d’affaire ils sont exactement. Le soupçon qui naît ici est que le monde social n’est peut-être pas une chose que la philosophie se permet d’ignorer pour s’intéresser, comme cela pourrait sembler être son droit, à un autre sujet, mais une chose qu’elle ignore justement parce qu’elle croit la connaître déjà suffisamment sans avoir jamais pris la peine de l’étudier, et que c’est tout bonnement de cet aveuglement à la réalité sociale que se nourrit pour une part essentielle son discours.

La philosophie, telle que la conçoit Bourdieu, est, comme n’importe quelle autre activité intellectuelle, soumise à des déterminations qui sont de nature sociale, ce qui constitue une chose à première vue peu contestable et ne signifie, ni de près ni de loin, que ce qu’elle fait pourrait être expliqué et jugé entièrement à partir de déterminations de cette sorte.

Mais c’est malheureusement ce genre de thèse réductionniste qui a été imputé la plupart du temps à Bourdieu par les philosophes, et en particulier par les défenseurs de la philosophie « pure », pour lesquels l’idée d’une dépendance quelconque de la philosophie par rapport à des raisons (et plus encore à des causes) sociales est déjà insupportable.

Si la philosophie comportait sans doute, aux yeux de Bourdieu, des problèmes qui, considérés du point de vue sociologique, apparaissent comme dépourvus de sérieux et même de réalité, le philosophe qu’il était aussi n’avait cependant, de toute évidence, aucun doute sur l’existence d’un bon nombre de problèmes philosophiques qui sont tout à fait réels et qui ne peuvent être traités et résolus que philosophiquement.

« On doit, affirme-t-il, poser, contre toutes les formes d’autonomisation d’un ordre proprement linguistique, que toute parole est produite pour et par le marché auquel elle doit son existence et ses propriétés les plus spécifiques. » Il ne faut évidemment pas se laisser arrêter ici par l’usage de termes comme « économie » et « marché », car ce qu’ils signifient, en l’occurrence, est uniquement que des champs qui ne sont pas économiques, au sens littéral du terme, comme celui de l’échange linguistique, mais également ceux de la littérature, de l’art ou de la philosophie elle-même, peuvent néanmoins être régis par une logique de type économique, si l’on entend par là que ce qui s’y joue est la conquête et la répartition non pas de biens matériels, mais de capitaux, de profits et d’avantages qui sont de type symbolique et culturel. J’ai souvent été tenté, je l’avoue, de comparer, sur ce point, la position de Bourdieu à celle de La Rochefoucauld, qui dit, dans une remarque célèbre, que « les vertus se perdent dans l’intérêt comme les fleuves dans la mer ».

La possibilité que Bourdieu nous oblige à regarder en face est que même le désintéressement sous sa forme réputée la plus pure, à savoir le désintéressement philosophique, se perd lui aussi dans la mer de la recherche intéressée de profits symboliques d’une certaine sorte.

Tout au début des Méditations pascaliennes, Bourdieu confesse que, s’il lui fallait à tout prix reconnaître une affiliation, il préférerait sans doute, à tout prendre, se dire pascalien plutôt que marxiste. Le côté par lequel son affinité avec Pascal apparaît probablement le mieux réside, dit-il, précisément dans ce qui a trait à la question du pouvoir symbolique. On peut dire sans exagération qu’il voit dans Pascal un des premiers grands théoriciens du capital symbolique, du pouvoir symbolique et de la violence symbolique.

Il est, à ses yeux, un des auteurs qui ont le mieux perçu d’abord la façon dont un élément symbolique qui peut être plus ou moins essentiel intervient dans la possession et l’exercice d’à peu près n’importe quelle espèce de pouvoir, et ensuite la part respective de compréhension et de méconnaissance qu’impliquent la reconnaissance et l’acceptation de celui-ci par ceux que, de l’extérieur, on est tenté de considérer comme étant en premier lieu ses victimes.

Une des raisons pour lesquelles Bourdieu se sent proche de Pascal est la considération de celui-ci pour les « opinions du peuple saines ». Visiblement, l’attitude condescendante que les philosophes adoptent la plupart du temps à l’égard de l’opinion des gens ordinaires n’est pas, pour lui, celle de savants authentiques, mais plutôt celle des demi-savants dont parle Pascal, qui croient savoir, mais n’ont en réalité parcouru que la moitié du chemin qui mène à la science véritable.

Contrairement à ce qu’ils supposent, le peuple a raison, de façon générale, de penser qu’il faut suivre la coutume, bien qu’il ait tort, nous dit Pascal, de croire que c’est parce qu’elle est raisonnable et juste, et ne puisse cependant la suivre qu’à la condition de croire qu’elle est raisonnable et juste, pour la raison qu’« on ne veut être assujetti qu’à la raison ou à la justice ». On n’est pas gêné de céder à la force, parce que la seule attitude raisonnable que l’on puisse adopter à son égard est de la craindre ; mais on serait gêné d’obéir à la coutume, si on ne pouvait pas justifier sa soumission par la croyance qu’elle est juste.

Les demi-savants commettent ici facilement l’erreur de donner dans ce que Bourdieu appelle l’« obscurantisme de la raison », qui se croit en droit de ridiculiser des croyances dont il ne comprend pas la raison. « L’obscurantisme des Lumières peut, dit-il, prendre la forme d’un fétichisme de la raison et d’un fanatisme de l’universel qui restent fermés à toutes les manifestations traditionnelles de croyance et qui, comme l’atteste par exemple la violence réflexe de certaines dénonciations de l’intégrisme religieux, ne sont pas moins obscurs et opaques à eux-mêmes que ce qu’ils dénoncent. »

Cette remarque ne s’applique, bien entendu, pas seulement à la façon dont ceux qui savent ou en tout cas croient savoir ont tendance à traiter les croyances religieuses du peuple, mais également à celle dont ils traitent généralement ses croyances politiques. C’est la demi-science qui produit, dans le monde intellectuel, les révolutionnaires en chambre, qui reprochent, implicitement ou explicitement, aux gens ordinaires leur soumission à l’ordre établi, mais ne voient pas qu’ils font preuve eux-mêmes, dans le domaine où s’exerce leur propre activité, du conformisme le plus total à l’égard des exigences spécifiques et, vues de l’extérieur, plus ou moins arbitraires qu’implique l’appartenance à un champ scolastique.

Une des façons dont la sociologie, telle que la comprend Bourdieu, contribue à faire la lumière ou, en tout cas, à nous donner plus de lumière est qu’elle nous fait découvrir non seulement plus de grandeur et plus de bassesse dans l’homme en général, mais également plus de grandeur dans le commun des hommes et plus de bassesse dans ceux qui sont les plus élevés, ce qui, à coup sûr, ne facilite pas son acceptation par les seconds.

Une bonne partie des critiques qui ont été formulées contre elle consistent, au fond, à lui reprocher de chercher à occuper une position qui est un peu comparable à celle de la religion, chez Pascal. Les philosophes, pourrait-on être tenté de dire, étonnent et parfois scandalisent le commun des hommes par le surplus de lumière qu’ils apportent et les sociologues sont par rapport aux philosophes un peu comme les chrétiens : ils occupent le degré le plus élevé dans la hiérarchie et ils étonnent à leur tour les philosophes par la lumière qu’ils jettent sur leur demi-savoir et sur leurs pratiques.

Pour comprendre le pari audacieux que Bourdieu, dans les relations difficiles et conflictuelles qu’il a entretenues avec la philosophie, a fait et pensait avoir gagné, il faut se souvenir de ce qu’il dit à propos d’une chose importante que lui a apprise, sur cette question, sa tentative d’auto-socioanalyse : « Ce sont sans doute les dispositions antagonistes d’un habitus clivé qui m’ont encouragé à entreprendre et m’ont permis de réussir la transition périlleuse d’une discipline souveraine, la philosophie, à une discipline stigmatisée comme la sociologie, mais en important dans cette discipline inférieure les ambitions associées à la hauteur de la discipline d’origine en même temps que les vertus scientifiques capables de les accomplir. »

 Voir également:

 . Décryptage

Bourdieu, un homme de contre-pouvoirs

Alors que commence la publication de ses cours, la critique de l’Etat par le sociologue PIerre Bourdieu reste d’une urgente actualité. Retour sur la pensée d’un esprit très critique.

Juliette Cerf

Télérama

16 janvier 2012

A mesure que croissait sa notoriété, le sociologue disparu il y a dix ans devenait de plus en plus militant. Photo : Patrick Messina / Contour by Getty Images

L’Etat ? « Un jeu dans lequel tout le monde se ment et ment à d’autres en sachant qu’ils se mentent. » L’homme officiel ? « Un ventriloque qui parle au nom de l’Etat. » Ainsi le subversif Pierre Bourdieu achevait-il, au Collège de France, son cours du 1er février 1990, Sur l’Etat, aujourd’hui co­édité par Le Seuil et Raisons d’agir. Bourdieu et le politique ? Le sujet fait débat, voire polémique. « La lecture de ce cours s’impose à l’approche des élections, à l’heure où la crise financière précipite le démantèlement du service public. Le prolongement de l’Etat dynastique dans notre Etat bureaucratique se révèle encore d’une folle actualité sous l’ère Sarkozy », annonce Patrick Champagne, qui a établi l’édition du texte avec d’autres spécialistes, inaugurant ainsi la publication intégrale des cours et séminaires du sociologue.

Sur l’Etat se donne surtout comme la route de crête de la pensée (politique) de Bourdieu, déchiffreur par excellence des mécanismes de domination, dynamiteur des ordres établis. Qu’est-ce que l’Etat, en effet, sinon l’instance suprême qui détient le monopole de la domination ? L’Etat est le principe même de l’ordre public : il opère des classifications, des hiérarchies. Il impose une vision du monde officielle, légitime, c’est-à-dire tacitement reconnue par tous. Or, c’est la fabrication même de cette légitimité mensongère, la violence sourde de cette domination que Bourdieu a pen­sées de livre en livre. Le sociologue a analysé ce qui n’aura finalement jamais cessé de l’étonner : le fait que l’ordre social se reproduise sans sourciller, demeurant tel qu’en lui-même. Il suffit de ne rien faire pour que les choses se perpétuent, tant les dominés intériorisent leur domination.

Quelques années plus tôt, prenant pour cible privilégiée l’école, lieu même de la reproduction des élites, Bourdieu montrait que les individus sont déterminés par leur place dans la société, dressés à agir en fonction de ce que leur classe sociale attend d’eux. Il n’en va pas autrement avec l’Etat : « Quand je remplis un formu­laire administratif – nom, prénom, date de naissance -, je comprends l’Etat ; c’est l’Etat qui me donne des ordres auxquels je suis préparé », décrypte le sociologue. Cet Etat nous entoure familièrement, sans que nous y pensions forcément : calendrier social, vacances scolaires, achat de maison sont des pratiques régies par sa main. Mais ne nous y trompons pas : sous ses airs collectifs, il n’est en rien la chose au monde la mieux partagée… Le champ politique reste un microcosme, un univers gouverné par des spécialistes, fondé sur l’exclusion du plus grand nombre. Loin de nous unir, l’Etat nous divise. D’un côté, les clercs, de l’autre, les profanes. Dominants contre dominés…

« Mais ceux que Bourdieu ne cesse d’appeler les profanes, ce sont les citoyens justement ! Le peuple n’est pas cette masse ignorante qu’il décrit, ni les partis, des entreprises », s’indigne Jean Baudouin, professeur de scien­ces politiques venu du droit. Sous son titre perfide, Pierre Bourdieu. Quand l’intelligence entrait enfin en politique ! 1982-2002, son brûlot ne fait pas dans la dentelle : « Le géant de la pensée sociologique se révèle un nain de la proposition politique » ! Ou encore : « Bourdieu ne comprend rien aux principes fondamentaux de la démocratie. » L’auteur va même jusqu’à déclarer que le politique est l’« impensé », le trou noir de la sociologie bourdieusienne, alors que Bourdieu ne parle que de ça ! De quoi faire enrager ceux que ce non-spécialiste désigne avec mépris comme les « dévots » du so­ciologue, réactivant ainsi la chasse à la secte « bourdivine », remettant de l’huile sur le bûcher ardent alimenté par tous ceux qui adorent diaboliser Bour-Dieu…

Bourdieu dynamite les apparences, les illu­sions, déconstruit ce que considérons com­me allant de soi.

Un feu qui fait souvent crépiter des différends idéologiques. Car deux visions du politique s’affrontent ici : une vision (morale et juridique) qui a foi dans les principes démocratiques, rempart au totalitarisme, et une vision (critique) qui se méfie de tous les pouvoirs. L’opinion publique tout comme les sondages, censés être démocratiques, ne sont aux yeux de Bourdieu qu’une supercherie, cachant l’avis des puissants. Au fond, Jean Baudouin ne supporte pas cette défiance que le politique inspire à Pierre Bourdieu. Il s’étrangle d’ail­leurs devant cette « énormité » proférée par le sociologue dans Contre-feux : « Je considère que le travail de démolition de l’intellectuel critique, mort ou vivant – Marx, Nietzsche, Sar­tre, Foucault, et quelques autres que l’on classe en bloc sous l’étiquette de « pensée 68″ – est aussi dangereux que la démolition de la chose publique. »

Bourdieu persiste et signe : « Il n’y a pas de démocratie effective sans vrai contre-pouvoir critique. » Et ce contre-pouvoir, c’est la sociologie qui est en mesure de l’exercer. Le sociologue dévoile les processus masqués, enfouis au tréfonds de la société. Il dynamite les apparences, les illu­sions, déconstruit ce que nous croyons naturel, ce que nous considérons com­me allant de soi. « Détrui­re le sens commun », « organiser le retour du refoulé », « dire à la face de tous ce que personne ne veut savoir », autant d’actions impérieuses (et ô com­bien politiques) menées par la sociologie, ce sport de combat. Au judo, on se sert de la force de son adversaire pour le faire tomber… En socio, l’action sur le monde social passe par la connaissance de ses mécanismes. Une métaphore martiale popularisée en 2001 par le documentaire de Pierre Carles consacré à Bourdieu, La sociologie est un sport de combat (1) : « Le titre s’est vite imposé tant cette discipline sert à se défendre contre la domination symbolique. Loïc Wacquant, l’un des disciples de Bourdieu, a une image très forte : la sociologie nous permet de ne pas être agi par le monde social comme un bout de limaille dans un champ magnétique », se souvient le réalisateur.

D’abord cantonnée à ses livres, défensive, la pensée de Bourdieu est devenue de plus en plus militante, offensive, à mesure qu’augmentait sa notoriété. En 1995, le sociologue s’est engagé corps et âme dans le mouvement social, soutenant les grèves déclenchées par le plan Juppé sur les retraites et la Sécurité sociale. Cet engagement, il l’a vécu comme une « fureur légitime », un quasi-devoir : « Ceux qui ont la chance de pouvoir consacrer leur vie à l’étude du monde social ne peuvent rester, neutres et indifférents, à l’écart des luttes dont l’avenir de ce monde est l’enjeu », a-t-il décrété. Luttant sur tous les fronts contre « l’invasion néolibérale », Bourdieu s’est fait alors plus visible dans les médias. Il venait en outre de diriger La Misère du monde, volume paru en 1993, qui donnait la parole à un peuple en souffrance. Ce best-seller inattendu a mis le sociologue sur le devant de la scène ; on le voit ainsi débattre avec l’abbé Pierre dans une Marche du siècle consacrée à l’exclusion.

Bourdieu a élaboré le concept d’intellectuel collectif, contre la figure de l’intellectuel total incarnée par Sartre.

Le mouvement des chômeurs de 1998 lui apparaît alors comme un « miracle social ». Il enchaîne les pétitions, multiplie les soutiens, allu­me un peu partout ses contre-feux, milite pour une Europe sociale, critique la « troïka néolibérale Blair-Jospin-Schröder », appelle de ses voeux une gauche vraiment de gau­che et crée un collectif, Raisons d’agir, qui publie de petits essais accessibles conçus comme des armes de poing, tels Sur la télévision, signé de sa main, ou Les Nouveaux Chiens de garde, de Serge Halimi (lire page ci-contre). « Le savoir est mis en commun, partagé entre chercheurs et militants, explique Gisèle Sapiro, qui dirige le Centre européen de sociolo­gie et de science politique. Bourdieu a élaboré le concept d’intellectuel collectif, contre la figure de l’intellectuel total incarnée par Sartre – capable d’embrasser tous les sujets -, et dans le prolongement de l’intellectuel spécifique défini par Foucault – qui, lui, intervient sur ses thèmes de recherche relevant de ses compétences, comme la prison ou la sexualité. Mais il est faux de croire que Bourdieu se serait engagé à la seule fin de sa vie. Toute sa pensée est politique : il a traité les sujets les plus brûlants, comme l’Algérie dans les années 1950, la démocratisation scolaire et culturelle dans les années 1960, la technocratie dans les années 1970. Et son mode d’enga­gement reste la science. Attaquer le Bourdieu engagé sert souvent de prétexte à ceux qui n’ont pas les moyens de critiquer sa théorie. »

« Bourdieu a fait son Mai 68 avec presque trente ans de retard ! » se gausse Jean Baudouin. Il aiguise son persiflage sur une contradiction apparente : « Le Bourdieu des Héritiers [1964] est très critique envers l’Etat, jugé oppresseur, tandis que celui de La Misère du monde [1993] encense l’Etat providence ». Un balancement que le cours sur l’Etat permet justement de comprendre, rappelle Patrick Champagne : « Réalité à double face, l’Etat est une machine complexe qui instaure une domination sym­bolique, mais peut être aussi le lieu d’une libération. » Bourdieu parle à cet égard de la main droite et de la main gauche de l’Etat – l’économi­que et le politique, d’un côté, le social, de l’autre. Jean Baudouin remarque encore que Bourdieu n’a pas arrêté de critiquer la République, alors que normalien, agrégé, professeur au Collège de France, fils d’un paysan devenu petit fonctionnaire, il en avait reçu tous les honneurs. Un fils indigne et turbulent ? Ces attaques, Bourdieu les connaissait par coeur. Il les a lui-même parées dans son Esquisse pour une auto-analyse : « Dénonciateur de la gloire et des honneurs, écrit-il à la troisième personne, il est avide de gloire et d’honneurs ; pourfendeur des médias, il est « médiatique » ; contempteur du système scolaire, il est asservi aux grandeurs d’Ecole, et ainsi de suite à l’infini »… Pas facile d’échapper à cette intelligence réflexive. A la main gauche et la main droite de Pierre Bourdieu…

(1) Il sera projeté le 16 janvier à la Maison des Métallos, Paris 11e, et suivi d’un débat. Tél. : 01-48-05-88-27.

A lire

Trois titres indispensables de Pierre Bourdieu :

La Reproduction. Eléments pour une théorie du système d’enseignement (1970), prolongement de la réflexion entamée dans Les Héritiers (1964) sur la fonction reproductrice de l’école.

La Distinction. Critique sociale du jugement (1979), analyse de la construction sociale des goûts, des jugements esthétiques.

Méditations pascaliennes (1997), critique de la philosophie abstraite, « scolastique », placée sous le signe de Pascal, autre destructeur des apparences, des illusions humaines.

A lire

Sur l’Etat. Cours au Collège de France 1989-1992, de Pierre Bourdieu, éd. établie par Patrick Champagne, Rémi Lenoir, Franck Poupeau et Marie-Christine Rivière, coéd. Raisons d’agir/Seuil, 656 p., 30 €.

Pierre Bourdieu. Quand l’intelligence entrait enfin en politique ! 1982-2002, de Jean Baudouin, éd. du Cerf, 124 p., 14 €.

Voir par ailleurs:

Hommes politiques, médias, citoyens La vertu civile

Pierre Bourdieu

Le Monde

16.09.88

Le monde politique est le lieu de deux tendances de sens inverse : d’une part, il se ferme de plus en plus complètement sur soi, sur ses jeux et ses enjeux ; d’autre part, il est de plus en plus directement accessible au regard du commun des citoyens, la télévision jouant un rôle déterminant dans les deux cas. Il en résulte que la distance ne cesse de croitre entre les professionnels et les profanes ainsi que la conscience de la logique propre du jeu politique.

Il n’est plus besoin aujourd’hui d’être un expert en sociologie politique pour savoir que nombre des déclarations et des actions des hommes politiques, non seulement les  » petites phrases  » sur les  » grands desseins  » ou les grands débats sur les petites divergences entre les leaders ou les  » courants « , mais aussi les plus graves décisions politiques peuvent trouver leur principe dans les intérêts nés de la concurrence pour telle ou telle position rare, celle de secrétaire général, de premier ministre ou de président de la République et ainsi à tous les niveaux de l’espace politique.

La discordance entre les attentes de sincérité ou les exigences de désintéressement qui sont inscrites dans la délégation démocratique de pouvoirs et la réalité des microscopiques manoeuvres contribue à renforcer un indifférentisme actif, symbolisé un moment par Coluche, et bien différent de l’antiparlementarisme poujadiste auquel, pour se défendre, entendent le réduire ceux qui contribuent à le susciter. Mais elle peut aussi inspirer un sentiment de scandale qui transforme l’apolitisme ordinaire en hostilité envers la politique et ceux qui en vivent.

C’est ainsi que les volte-face répétées de dirigeants plus évidemment inspirés par le souci de leur propre perpétuation que par les intérêts de ceux qu’ils font profession de défendre ne sont pas pour rien dans le fait que le Front national recrute souvent aujourd’hui dans les anciens bastions du Parti communiste, qui a bénéficié plus que personne de la remise de soi confiante ou résignée au porte-parole (on sait en effet que cette disposition est de plus en plus fréquente à mesure que l’on descend dans la hiérarchie sociale). Et si les alliances avec les partis de droite profitent tant au même Front national, c’est moins, comme on le dit, par la touche de respectabilité qu’elles lui assurent, que par le discrédit qu’elles infligent à ceux qui dénoncent leurs propres dénonciations en se montrant prêts à tout pour assurer leur propre reproduction.

Ainsi, le désenchantement du politique résulte presque automatiquement du double mouvement de l’univers politique. D’un côté, ceux qui sont engagés dans le jeu politique s’enferment toujours davantage dans leurs jeux à huis clos, sans autre communication avec le monde extérieur bien souvent que des sondages qui produisent les réponses en imposant les questions, et nombre d’entre eux, mus par le seul souci d’exister (comme les prétendants) ou de survivre (comme les champions déchus), se déterminent les uns et les autres dans des actions qui, loin d’avoir pour principe la conviction éthique ou le dévouement à une cause politique, ne sont que des réactions aux réactions des autres. Et le comble de la perversion est atteint lorsque, la  » performance télévisuelle  » devenant la mesure de toutes choses, les conseillers en communication guidés par les sondeurs forment les politiciens à mimer la sincérité et à jouer la conviction.

De l’autre côté, la télévision, par un de ses effets les plus systématiquement ignorés de ceux qui lui imputent tous les malheurs du siècle, autrefois la  » massification  » des  » masses  » et, aujourd’hui, la dégradation de la culture, a ouvert une fenêtre sur le champ clos où les politiciens jouent leurs jeux de prince, avec l’illusion de passer inaperçus. Comme dans les anciennes démocraties des petits groupes d’interconnaissance ou dans la cité grecque imaginée par Hegel, les mandataires sont désormais sous le regard prolongé du groupe tout entier : pour qui les a observés, à longueur d’interviews, de déclarations ou de débats de soirées électorales, les protagonistes du jeu politique n’ont plus de secret et les plus inconscients d’entre eux perdraient beaucoup de leur superbe s’ils pouvaient lire les portraits psychologiques d’une rare acuité que font d’eux les téléspectateurs, même les plus culturellement démunis, lorsqu’on les interroge à leur propos. Chacun sait que, comme le notait Hugo,  » Quand la bouche dit oui, le regard dit peut-être.  » Et le citoyen, devenu téléspectateur, pour peu qu’il possède l’art de déchiffrer les impondérables de la communication infralinguistique, se trouve ainsi en mesure d’exercer le  » droit de regard « , qu’il a toujours plus ou moins consciemment revendiqué.

L’autre ouverture

L' » ouverture  » que les électeurs ont approuvée lors de la dernière élection présidentielle n’est pas celle qui excite et divise les appareils, les apparatchiks et aussi les commentateurs politiques, celle qui renforcerait la tendance du microcosme politique à la fermeture sur soi, c’est-à-dire sur des formes simplement un peu plus compliquées des combinaisons ordinaires. C’est celle qui offrirait, plus largement encore, le monde politique au regard critique de tous les citoyens, empêchant le corps politique d’interposer l’écran de ses intérêts particuliers et de ses préoccupations que l’on a raison d’appeler politiciennes, puisqu’elles n’ont de cause et de fin que la défense du corps politique.

Tout le monde a compris qu’il y a trop de problèmes vrais pour que l’on puisse laisser aux hommes politiques le soin d’inventer les faux problèmes nécessaires à leur propre perpétuation.

La solution que le gouvernement de Michel Rocard a apportée au problème calédonien est, en ce sens, exemplaire. Affronter, sans autre fin que de le résoudre, un problème qui venait de faire l’objet d’une évidente exploitation politicienne, c’était faire éclater au grand jour, rétrospectivement, l’instrumentalisme cynique d’une décision politique comme l’attaque de la grotte d’Ouvéa ; c’était rappeler que, comme l’avait enseigné en d’autres temps Mendès France, le courage politique consiste à se mettre au service des problèmes, au risque de ne pas durer, plutôt que de se servir des problèmes pour se perpétuer à tout prix. Et la réussite de la négociation a montré que la vertu civile, peut-être parce qu’elle est si rare, peut-être parce qu’elle appelle la vertu, constitue parfois une arme politique hautement efficace.

On a le sentiment que, du fait du mode d’action politique qui s’est trouvé ainsi instauré, le monde politique est en train de rattraper le retard qu’il avait pris, en se fermant sur lui-même, par rapport aux attentes des citoyens et par rapport notamment aux exigences éthiques qui se sont manifestées tant de fois, au cours des vingt dernières années, à travers notamment des actions ou des manifestations comme celles de SOS Racisme, des étudiants ou des lycéens.

Les responsables politiques les plus libres, objectivement et subjectivement, par rapport aux exigences du jeu politique et auxcontraintes des appareils peuvent se faire entendre, tandis que les apparatchiks sont momentanément réduits au silence. Et peut-être les conditions sont-elles en train de se créer pour que s’instaurent durablement des règles écrites ou non écrites, et, mieux encore, des mécanismes objectifs capables d’imposer pratiquement aux hommes politiques les disciplines de la vertu civile. Il dépend de tous les citoyens, et notamment de ceux qui, comme les intellectuels, ont le loisir et les moyens d’exercer leur droit de regard sur le monde politique, qu’un mode d’exercice du pouvoir qui est parfois dénoncé comme une forme de moralisme naif (c’est bien ce que l’on veut dire lorsque l’on parle de  » boyscoutisme « ) soit en réalité une anticipation créatrice d’un état du monde politique où les responsables politiques, sans cesse placés sous le regard de tous, à découvert, seraient contraints d’instaurer cette forme de démocratie directe que rendent possible, paradoxalement, la transparence et l’ouverture du champ politique assurées par un usage démocratique de la télévision.

Prendre la parole

On a beaucoup parlé du silence des intellectuels en des temps où il leur fallait beaucoup de vertu pour ne pas dénoncer à chaque instant, au risque de servir des desseins plus cyniques, les manquements à la vertu civile. Peut-être le moment est-il venu pour eux de prendre la parole, non pour célébrer les pouvoirs, comme on le leur demande d’ordinaire, mais pour participer, avec d’autres, et en particulier les journalistes, à l’exercice de la vigilance civique qui, par la critique et la révélation autant que par l’éloge ou la complicité tacite, contribuerait à instaurer un monde politique où les responsables politiques auraient intérêt à la vertu.

Voir enfin:

L’opinion publique n’existe pas

Pierre Bourdieu

Exposé fait à Noroit (Arras) en janvier 1972 et paru dans Les temps modernes, 318, janvier 1973, pp. 1292-1309. Repris in Questions de sociologie, Paris, Les Éditions de Minuit, 1984, pp. 222-235.

Je voudrais préciser d’abord que mon propos n’est pas de dénoncer de façon mécanique et facile les sondages d’opinion, mais de procéder à une analyse rigoureuse de leur fonctionnement et de leurs fonctions. Ce qui suppose que l’on mette en question les trois postulats qu’ils engagent implicitement. Toute enquête d’opinion suppose que tout le monde peut avoir une opinion ; ou, autrement dit, que la production d’une opinion est à la portée de tous. Quitte à heurter un sentiment naïvement démocratique, je contesterai ce premier postulat. Deuxième postulat : on suppose que toutes les opinions se valent. Je pense que l’on peut démontrer qu’il n’en est rien et que le fait de cumuler des opinions qui n’ont pas du tout la même force réelle conduit à produire des artefacts dépourvus de sens. Troisième postulat implicite : dans le simple fait de poser la même question à tout le monde se trouve impliquée l’hypothèse qu’il y a un consensus sur les problèmes, autrement dit qu’il y a un accord sur les questions qui méritent d’être posées. Ces trois postulats impliquent, me semble-t-il, toute une série de distorsions qui s’observent lors même que toutes les conditions de la rigueur méthodologique sont remplies dans la recollection et l’analyse des données.

On fait très souvent aux sondages d’opinion des reproches techniques. Par exemple, on met en question la représentativité des échantillons. Je pense que dans l’état actuel des moyens utilisés par les offices de production de sondages, l’objection n’est guère fondée. On leur reproche aussi de poser des questions biaisées ou plutôt de biaiser les questions dans leur formulation : cela est déjà plus vrai et il arrive souvent que l’on induise la réponse à travers la façon de poser la question. Ainsi, par exemple, transgressant le précepte élémentaire de la construction d’un questionnaire qui exige qu’on « laisse leurs chances » à toutes les réponses possibles, on omet fréquemment dans les questions ou dans les réponses proposées une des options possibles, ou encore on propose plusieurs fois la même option sous des formulations différentes. Il y a toutes sortes de biais de ce type et il serait intéressant de s’interroger sur les conditions sociales d’apparition de ces biais. La plupart du temps ils tiennent aux conditions dans lesquelles travaillent les gens qui produisent les questionnaires. Mais ils tiennent surtout au fait que les problématiques que fabriquent les instituts de sondages d’opinion sont subordonnées à une demande d’un type particulier. Ainsi, ayant entrepris l’analyse d’une grande enquête nationale sur l’opinion des Français concernant le système d’enseignement, nous avons relevé, dans les archives d’un certain nombre de bureaux d’études, toutes les questions concernant l’enseignement. Ceci nous a fait voir que plus de deux cents questions sur le système d’enseignement ont été posées depuis Mai 1968, contre moins d’une vingtaine entre 1960 et 1968. Cela signifie que les problématiques qui s’imposent à ce type d’organisme sont profondément liées à la conjoncture et dominées par un certain type de demande sociale. La question de l’enseignement par exemple ne peut être posée par un institut d’opinion publique que lorsqu’elle devient un problème politique. On voit tout de suite la différence qui sépare ces institutions des centres de recherches qui engendrent leurs problématiques, sinon dans un ciel pur, en tout cas avec une distance beaucoup plus grande à l’égard de la demande sociale sous sa forme directe et immédiate.

Une analyse statistique sommaire des questions posées nous a fait voir que la grande majorité d’entre elles étaient directement liées aux préoccupations politiques du « personnel politique ». Si nous nous amusions ce soir à jouer aux petits papiers et si je vous disais d’écrire les cinq questions qui vous paraissent les plus importantes en matière d’enseignement, nous obtiendrions sûrement une liste très différente de celle que nous obtenons en relevant les questions qui ont été effectivement posées par les enquêtes d’opinion. La question : « Faut-il introduire la politique dans les lycées ? » (ou des variantes) a été posée très souvent, tandis que la question : « Faut-il modifier les programmes ? » ou « Faut-il modifier le mode de transmission des contenus ? » n’a que très rarement été posée. De même : « Faut-il recycler les enseignants ? ». Autant de questions qui sont très importantes, du moins dans une autre perspective.

Les problématiques qui sont proposées par les sondages d’opinion sont subordonnées à des intérêts politiques, et cela commande très fortement à la fois la signification des réponses et la signification qui est donnée à la publication des résultats. Le sondage d’opinion est, dans l’état actuel, un instrument d’action politique ; sa fonction la plus importante consiste peut-être à imposer l’illusion qu’il existe une opinion publique comme sommation purement additive d’opinions individuelles ; à imposer l’idée qu’il existe quelque chose qui serait comme la moyenne des opinions ou l’opinion moyenne. L’« opinion publique » qui est manifestée dans les premières pages de journaux sous la forme de pourcentages (60 % des Français sont favorables à…), cette opinion publique est un artefact pur et simple dont la fonction est de dissimuler que l’état de l’opinion à un moment donné du temps est un système de forces, de tensions et qu’il n’est rien de plus inadéquat pour représenter l’état de l’opinion qu’un pourcentage.

On sait que tout exercice de la force s’accompagne d’un discours visant à légitimer la force de celui qui l’exerce ; on peut même dire que le propre de tout rapport de force, c’est de n’avoir toute sa force que dans la mesure où il se dissimule comme tel. Bref, pour parler simplement, l’homme politique est celui qui dit : « Dieu est avec nous ». L’équivalent de « Dieu est avec nous », c’est aujourd’hui « l’opinion publique est avec nous ». Tel est l’effet fondamental de l’enquête d’opinion : constituer l’idée qu’il existe une opinion publique unanime, donc légitimer une politique et renforcer les rapports de force qui la fondent ou la rendent possible.

Ayant dit au commencement ce que je voulais dire à la fin, je vais essayer d’indiquer très rapidement quelles sont les opérations par lesquelles on produit cet effet de consensus. La première opération, qui a pour point de départ le postulat selon lequel tout le monde doit avoir une opinion, consiste à ignorer les non-réponses. Par exemple vous demandez aux gens : « Êtes-vous favorable au gouvernement Pompidou ? » Vous enregistrez 30 % de non-réponses, 20 % de oui, 50 % de non. Vous pouvez dire : la part des gens défavorables est supérieure à la part des gens favorables et puis il y a ce résidu de 30 %. Vous pouvez aussi recalculer les pourcentages favorables et défavorables en excluant les non-réponses. Ce simple choix est une opération théorique d’une importance fantastique sur laquelle je voudrais réfléchir avec vous.

Éliminer les non-réponses, c’est faire ce qu’on fait dans une consultation électorale où il y a des bulletins blancs ou nuls ; c’est imposer à l’enquête d’opinion la philosophie implicite de l’enquête électorale. Si l’on regarde de plus près, on observe que le taux des non-réponses est plus élevé d’une façon générale chez les femmes que chez les hommes, que l’écart entre les femmes et les hommes est d’autant plus élevé que les problèmes posés sont d’ordre plus proprement politique. Autre observation : plus une question porte sur des problèmes de savoir, de connaissance, plus l’écart est grand entre les taux de non-réponses des plus instruits et des moins instruits. À l’inverse, quand les questions portent sur les problèmes éthiques, les variations des non-réponses selon le niveau d’instruction sont faibles (exemple : « Faut-il être sévère avec les enfants ? »). Autre observation : plus une question pose des problèmes conflictuels, porte sur un nœud de contradictions (soit une question sur la situation en Tchécoslovaquie pour les gens qui votent communiste), plus une question est génératrice de tensions pour une catégorie déterminée, plus les non-réponses sont fréquentes dans cette catégorie. En conséquence, la simple analyse statistique des non-réponses apporte une information sur ce que signifie la question et aussi sur la catégorie considérée, celle-ci étant définie autant par la probabilité qui lui est attachée d’avoir une opinion que par la probabilité conditionnelle d’avoir une opinion favorable ou défavorable.

L’analyse scientifique des sondages d’opinion montre qu’il n’existe pratiquement pas de problème omnibus ; pas de question qui ne soit réinterprétée en fonction des intérêts des gens à qui elle est posée, le premier impératif étant de se demander à quelle question les différentes catégories de répondants ont cru répondre. Un des effets les plus pernicieux de l’enquête d’opinion consiste précisément à mettre les gens en demeure de répondre à des questions qu’ils ne se sont pas posées. Soit par exemple les questions qui tournent autour des problèmes de morale, qu’il s’agisse des questions sur la sévérité des parents, les rapports entre les maîtres et les élèves, la pédagogie directive ou non directive, etc., problèmes qui sont d’autant plus perçus comme des problèmes éthiques qu’on descend davantage dans la hiérarchie sociale, mais qui peuvent être des problèmes politiques pour les classes supérieures : un des effets de l’enquête consiste à transformer des réponses éthiques en réponses politiques par le simple effet d’imposition de problématique.

En fait, il y a plusieurs principes à partir desquels on peut engendrer une réponse. Il y a d’abord ce qu’on peut appeler la compétence politique par référence à une définition à la fois arbitraire et légitime, c’est-à-dire dominante et dissimulée comme telle, de la politique. Cette compétence politique n’est pas universellement répandue. Elle varie grosso modo comme le niveau d’instruction. Autrement dit, la probabilité d’avoir une opinion sur toutes les questions supposant un savoir politique est assez comparable à la probabilité d’aller au musée. On observe des écarts fantastiques : là où tel étudiant engagé dans un mouvement gauchiste perçoit quinze divisions à gauche du PSU, pour un cadre moyen il n’y a rien. Dans l’échelle politique (extrême-gauche, gauche, centre-gauche, centre, centre-droit, droite, extrême-droite, etc.) que les enquêtes de « science politique » emploient comme allant de soi, certaines catégories sociales utilisent intensément un petit coin de l’extrême-gauche ; d’autres utilisent uniquement le centre, d’autres utilisent toute l’échelle. Finalement une élection est l’agrégation d’espaces tout à fait différents ; on additionne des gens qui mesurent en centimètres avec des gens qui mesurent en kilomètres, ou, mieux, des gens qui notent de 0 à 20 et des gens qui notent entre 9 et 11. La compétence se mesure entre autres choses au degré de finesse de perception (c’est la même chose en esthétique, certains pouvant distinguer les cinq ou six manières successives d’un seul peintre).

Cette comparaison peut être poussée plus loin. En matière de perception esthétique, il y a d’abord une condition permissive : il faut que les gens pensent l’œuvre d’art comme une œuvre d’art ; ensuite, l’ayant perçue comme œuvre d’art, il faut qu’ils aient des catégories de perception pour la construire, la structurer, etc. Supposons une question formulée ainsi : « Êtes-vous pour une éducation directive ou une éducation non directive ? » Pour certains, elle peut être constituée comme politique, la représentation des rapports parents-enfants s’intégrant dans une vision systématique de la société ; pour d’autres, c’est une pure question de morale. Ainsi le questionnaire que nous avons élaboré et dans lequel nous demandons aux gens si, pour eux, c’est de la politique ou non de faire la grève, d’avoir les cheveux longs, de participer à un festival pop, etc., fait apparaître des variations très grandes selon les classes sociales. La première condition pour répondre adéquatement à une question politique est donc d’être capable de la constituer comme politique ; la deuxième, l’ayant constituée comme politique, est d’être capable de lui appliquer des catégories proprement politiques qui peuvent être plus ou moins adéquates, plus ou moins raffinées, etc. Telles sont les conditions spécifiques de production des opinions, celles que l’enquête d’opinion suppose universellement et uniformément remplies avec le premier postulat selon lequel tout le monde peut produire une opinion.

Deuxième principe à partir duquel les gens peuvent produire une opinion, ce que j’appelle l’« ethos de classe » (pour ne pas dire « éthique de classe »), c’est-à-dire un système de valeurs implicites que les gens ont intériorisées depuis l’enfance et à partir duquel ils engendrent des réponses à des problèmes extrêmement différents. Les opinions que les gens peuvent échanger à la sortie d’un match de football entre Roubaix et Valenciennes doivent une grande partie de leur cohérence, de leur logique, à l’ethos de classe. Une foule de réponses qui sont considérées comme des réponses politiques, sont en réalité produites à partir de l’ethos de classe et du même coup peuvent revêtir une signification tout à fait différente quand elles sont interprétées sur le terrain politique. Là, je dois faire référence à une tradition sociologique, répandue surtout parmi certains sociologues de la politique aux États-Unis, qui parlent très communément d’un conservatisme et d’un autoritarisme des classes populaires. Ces thèses sont fondées sur la comparaison internationale d’enquêtes ou d’élections qui tendent à montrer que chaque fois que l’on interroge les classes populaires, dans quelque pays que ce soit, sur des problèmes concernant les rapports d’autorité, la liberté individuelle, la liberté de la presse, etc., elles font des réponses plus « autoritaires » que les autres classes ; et on en conclut globalement qu’il y a un conflit entre les valeurs démocratiques (chez l’auteur auquel je pense, Lipset, il s’agit des valeurs démocratiques américaines) et les valeurs qu’ont intériorisées les classes populaires, valeurs de type autoritaire et répressif. De là, on tire une sorte de vision eschatologique : élevons le niveau de vie, élevons le niveau d’instruction et, puisque la propension à la répression, à l’autoritarisme, etc., est liée aux bas revenus, aux bas niveaux d’instruction, etc., nous produirons ainsi de bons citoyens de la démocratie américaine. À mon sens ce qui est en question, c’est la signification des réponses à certaines questions. Supposons un ensemble de questions du type suivant : Êtes-vous favorable à l’égalité entre les sexes ? Êtes-vous favorable à la liberté sexuelle des conjoints ? Êtes-vous favorable à une éducation non répressive ? Êtes-vous favorable à la nouvelle société ? etc. Supposons un autre ensemble de questions du type : Est-ce que les professeurs doivent faire la grève lorsque leur situation est menacée? Les enseignants doivent-ils être solidaires avec les autres fonctionnaires dans les périodes de conflit social ? etc. Ces deux ensembles de questions donnent des réponses de structure strictement inverse sous le rapport de la classe sociale : le premier ensemble de questions, qui concerne un certain type de novation dans les rapports sociaux, dans la forme symbolique des relations sociales, suscite des réponses d’autant plus favorables que l’on s’élève dans la hiérarchie sociale et dans la hiérarchie selon le niveau d’instruction ; inversement, les questions qui portent sur les transformations réelles des rapports de force entre les classes suscitent des réponses de plus en plus défavorables à mesure qu’on s’élève dans la hiérarchie sociale.

Bref, la proposition « Les classes populaires sont répressives » n’est ni vraie ni fausse. Elle est vraie dans la mesure où, devant tout un ensemble de problèmes comme ceux qui touchent à la morale domestique, aux relations entre les générations ou entre les sexes, les classes populaires ont tendance à se montrer beaucoup plus rigoristes que les autres classes sociales. Au contraire, sur les questions de structure politique, qui mettent en jeu la conservation ou la transformation de l’ordre social, et non plus seulement la conservation ou la transformation des modes de relation entre les individus, les classes populaires sont beaucoup plus favorables à la novation, c’est-à-dire à une transformation des structures sociales. Vous voyez comment certains des problèmes posés en Mai 1968, et souvent mal posés, dans le conflit entre le parti communiste et les gauchistes, se rattachent très directement au problème central que j’ai essayé de poser ce soir, celui de la nature des réponses, c’est-à-dire du principe à partir duquel elles sont produites. L’opposition que j’ai faite entre ces deux groupes de questions se ramène en effet à l’opposition entre deux principes de production des opinions : un principe proprement politique et un principe éthique, le problème du conservatisme des classes populaires étant le produit de l’ignorance de cette distinction.

L’effet d’imposition de problématique, effet exercé par toute enquête d’opinion et par toute interrogation politique (à commencer par l’électorale), résulte du fait que les questions posées dans une enquête d’opinion ne sont pas des questions qui se posent réellement à toutes les personnes interrogées et que les réponses ne sont pas interprétées en fonction de la problématique par rapport à laquelle les différentes catégories de répondants ont effectivement répondu. Ainsi la problématique dominante, dont la liste des questions posées depuis deux ans par les instituts de sondage fournit une image, c’est-à-dire la problématique qui intéresse essentiellement les gens qui détiennent le pouvoir et qui entendent être informés sur les moyens d’organiser leur action politique, est très inégalement maîtrisée par les différentes classes sociales. Et, chose importante, celles-ci sont plus ou moins aptes à produire une contre-problématique. À propos du débat télévisé entre Servan-Schreiber et Giscard d’Estaing, un institut de sondages d’opinion avait posé des questions du type : « Est-ce que la réussite scolaire est fonction des dons, de l’intelligence, du travail, du mérite ? » Les réponses recueillies livrent en fait une information (ignorée de ceux qui les produisaient) sur le degré auquel les différentes classes sociales ont conscience des lois de la transmission héréditaire du capital culturel : l’adhésion au mythe du don et de l’ascension par l’école, de la justice scolaire, de l’équité de la distribution des postes en fonction des titres, etc., est très forte dans les classes populaires. La contre-problématique peut exister pour quelques intellectuels mais elle n’a pas de force sociale bien qu’elle ait été reprise par un certain nombre de partis, de groupes. La vérité scientifique est soumise aux mêmes lois de diffusion que l’idéologie. Une proposition scientifique, c’est comme une bulle du pape sur la régulation des naissances, ça ne prêche que les convertis.

On associe l’idée d’objectivité dans une enquête d’opinion au fait de poser la question dans les termes les plus neutres afin de donner toutes les chances à toutes les réponses. En réalité, l’enquête d’opinion serait sans doute plus proche de ce qui se passe dans la réalité si, transgressant complètement les règles de l’« objectivité », on donnait aux gens les moyens de se situer comme ils se situent réellement dans la pratique réelle, c’est-à-dire par rapport à des opinions déjà formulées ; si, au lieu de dire par exemple « II y a des gens favorables à la régulation des naissances, d’autres qui sont défavorables ; et vous ?… », on énonçait une série de prises de positions explicites de groupes mandatés pour constituer les opinions et les diffuser, de façon que les gens puissent se situer par rapport à des réponses déjà constituées. On parle communément de « prises de position » ; il y a des positions qui sont déjà prévues et on les prend. Mais on ne les prend pas au hasard. On prend les positions que l’on est prédisposé à prendre en fonction de la position que l’on occupe dans un certain champ. Une analyse rigoureuse vise à expliquer les relations entre la structure des positions à prendre et la structure du champ des positions objectivement occupées.

Si les enquêtes d’opinion saisissent très mal les états virtuels de l’opinion et plus exactement les mouvements d’opinion, c’est, entre autres raisons, que la situation dans laquelle elles appréhendent les opinions est tout à fait artificielle. Dans les situations où se constitue l’opinion, en particulier les situations de crise, les gens sont devant des opinions constituées, des opinions soutenues par des groupes, en sorte que choisir entre des opinions, c’est très évidemment choisir entre des groupes. Tel est le principe de l’effet de politisation que produit la crise : il faut choisir entre des groupes qui se définissent politiquement et définir de plus en plus de prises de position en fonction de principes explicitement politiques. En fait, ce qui me paraît important, c’est que l’enquête d’opinion traite l’opinion publique comme une simple somme d’opinions individuelles, recueillies dans une situation qui est au fond celle de l’isoloir, où l’individu va furtivement exprimer dans l’isolement une opinion isolée. Dans les situations réelles, les opinions sont des forces et les rapports d’opinions sont des conflits de force entre des groupes.

Une autre loi se dégage de ces analyses : on a d’autant plus d’opinions sur un problème que l’on est plus intéressé par ce problème, c’est-à-dire que l’on a plus intérêt à ce problème. Par exemple sur le système d’enseignement, le taux de réponses est très intimement lié au degré de proximité par rapport au système d’enseignement, et la probabilité d’avoir une opinion varie en fonction de la probabilité d’avoir du pouvoir sur ce à propos de quoi on opine. L’opinion qui s’affirme comme telle, spontanément, c’est l’opinion des gens dont l’opinion a du poids, comme on dit. Si un ministre de l’Éducation nationale agissait en fonction d’un sondage d’opinion (ou au moins à partir d’une lecture superficielle du sondage), il ne ferait pas ce qu’il fait lorsqu’il agit réellement comme un homme politique, c’est-à-dire à partir des coups de téléphone qu’il reçoit, de la visite de tel responsable syndical, de tel doyen, etc. En fait, il agit en fonction de ces forces d’opinion réellement constituées qui n’affleurent à sa perception que dans la mesure où elles ont de la force et où elles ont de la force parce qu’elles sont mobilisées.

S’agissant de prévoir ce que va devenir l’Université dans les dix années prochaines, je pense que l’opinion mobilisée constitue la meilleure base. Toutefois, le fait, attesté par les non-réponses, que les dispositions de certaines catégories n’accèdent pas au statut d’opinion, c’est-à-dire de discours constitué prétendant à la cohérence, prétendant à être entendu, à s’imposer, etc., ne doit pas faire conclure que, dans des situations de crise, les gens qui n’avaient aucune opinion choisiront au hasard : si le problème est politiquement constitué pour eux (problèmes de salaire, de cadence de travail pour les ouvriers), ils choisiront en termes de compétence politique ; s’il s’agit d’un problème qui n’est pas constitué politiquement pour eux (répressivité dans les rapports à l’intérieur de l’entreprise) ou s’il est en voie de constitution, ils seront guidés par le système de dispositions profondément inconscient qui oriente leurs choix dans les domaines les plus différents, depuis l’esthétique ou le sport jusqu’aux préférences économiques. L’enquête d’opinion traditionnelle ignore à la fois les groupes de pression et les dispositions virtuelles qui peuvent ne pas s’exprimer sous forme de discours explicite. C’est pourquoi elle est incapable d’engendrer la moindre prévision raisonnable sur ce qui se passerait en situation de crise.

Supposons un problème comme celui du système d’enseignement. On peut demander : « Que pensez-vous de la politique d’Edgar Faure ? » C’est une question très voisine d’une enquête électorale, en ce sens que c’est la nuit où toutes les vaches sont noires : tout le monde est d’accord grosso modo sans savoir sur quoi ; on sait ce que signifiait le vote à l’unanimité de la loi Faure à l’Assemblée nationale. On demande ensuite : « Êtes-vous favorable à l’introduction de la politique dans les lycées ? » Là, on observe un clivage très net. Il en va de même lorsqu’on demande : « Les professeurs peuvent-ils faire grève ? » Dans ce cas, les membres des classes populaires, par un transfert de leur compétence politique spécifique, savent quoi répondre. On peut encore demander : « Faut-il transformer les programmes ? Êtes-vous favorable au contrôle continu ? Êtes-vous favorable à l’introduction des parents d’élèves dans les conseils des professeurs ? Êtes-vous favorable à la suppression de l’agrégation ? etc. » Sous la question « êtes-vous favorable à Edgar Faure ? », il y avait toutes ces questions et les gens ont pris position d’un coup sur un ensemble de problèmes qu’un bon questionnaire ne pourrait poser qu’au moyen d’au moins soixante questions à propos desquelles on observerait des variations dans tous les sens. Dans un cas les opinions seraient positivement liées à la position dans la hiérarchie sociale, dans l’autre, négativement, dans certains cas très fortement, dans d’autres cas faiblement, ou même pas du tout. Il suffit de penser qu’une consultation électorale représente la limite d’une question comme « êtes-vous favorable à Edgar Faure ? » pour comprendre que les spécialistes de sociologie politique puissent noter que la relation qui s’observe habituellement, dans presque tous les domaines de la pratique sociale, entre la classe sociale et les pratiques ou les opinions, est très faible quand il s’agit de phénomènes électoraux, à tel point que certains n’hésitent pas à conclure qu’il n’y a aucune relation entre la classe sociale et le fait de voter pour la droite ou pour la gauche. Si vous avez à l’esprit qu’une consultation électorale pose en une seule question syncrétique ce qu’on ne pourrait raisonnablement saisir qu’en deux cents questions, que les uns mesurent en centimètres, les autres en kilomètres, que la stratégie des candidats consiste à mal poser les questions et à jouer au maximum sur la dissimulation des clivages pour gagner les voix qui flottent, et tant d’autres effets, vous concluerez qu’il faut peut-être poser à l’envers la question traditionnelle de la relation entre le vote et la classe sociale et se demander comment il se fait que l’on constate malgré tout une relation, même faible ; et s’interroger sur la fonction du système électoral, instrument qui, par sa logique même, tend à atténuer les conflits et les clivages. Ce qui est certain, c’est qu’en étudiant le fonctionnement du sondage d’opinion, on peut se faire une idée de la manière dont fonctionne ce type particulier d’enquête d’opinion qu’est la consultation électorale et de l’effet qu’elle produit.

Bref, j’ai bien voulu dire que l’opinion publique n’existe pas, sous la forme en tout cas que lui prêtent ceux qui ont intérêt à affirmer son existence. J’ai dit qu’il y avait d’une part des opinions constituées, mobilisées, des groupes de pression mobilisés autour d’un système d’intérêts explicitement formulés ; et d’autre part, des dispositions qui, par définition, ne sont pas opinion si l’on entend par là, comme je l’ai fait tout au long de cette analyse, quelque chose qui peut se formuler en discours avec une certaine prétention à la cohérence. Cette définition de l’opinion n’est pas mon opinion sur l’opinion. C’est simplement l’explicitation de la définition que mettent en œuvre les sondages d’opinion en demandant aux gens de prendre position sur des opinions formulées et en produisant, par simple agrégation statistique d’opinions ainsi produites, cet artefact qu’est l’opinion publique. Je dis simplement que l’opinion publique dans l’acception implicitement admise par ceux qui font des sondages d’opinion ou ceux qui en utilisent les résultats, je dis simplement que cette opinion-là n’existe pas.


Immigration: Quelle alternative à l’assimilation? (From ‘melting pot’ back to ‘separate but equal’?)

25 janvier, 2012
D’où sont venues toutes ces personnes ? Ils sont un mélange d’anglais, d’écossais, d’irlandais, de français, de hollandais, des Allemands, et des Suédois… Quel, alors, est l’Américain, ce nouvel homme ? Il n’est ni un Européen ni le descendant d’un Européen ; par conséquent qui mélange étrange de sang, que vous trouverez dans aucun autre pays. Je pourrais préciser à toi une famille dont le père était un Anglais, dont l’épouse était hollandaise, dont le fils ai épousé une femme française, et dont les fils du présent quatre ont maintenant quatre épouses de différentes nations. Il est un Américain, qui, laissant lui tous ses préjudices et façons antiques, reçoit des neufs du nouveau mode de la vie où il a embrassé, du nouveau gouvernement il obéit, et du nouveau rang il se tient. . . . Les Américains étaient par le passé partout l’Europe dispersée ; les voici qui sont incorporés à un des systèmes les plus fins de la population qui est jamais apparue.  Hector John de Crevecoeur (« Lettres d’un fermier américain », Londres, 1782)
Comprenez que l’Amérique est le creuset de Dieu, le grand Melting pot  dans lequel tous les peuples d’Europe se fondent, se transforment (…) Ce sont les feux de Dieu. Au diable  vos querelles et vos vendettas! Allemands et Français, Irlandais et Anglais, Juifs et Russes. Au fond du creuset avec vous tous, Dieu fabrique l’Américain. Israël Zangwill (« The Melting pot« , Londres, 1908)
Ce ne sont pas les différences qui provoquent les conflits mais leur effacement. René Girard
Selon un recensement de 1990, un Américain sur sept, quel que soit son âge, ne maîtrise pas l’anglais, Aussi, le fameux melting-pot dont les Etats-Unis étaient si fiers se revèle être un mythe de moins en moins agréable. Le cas de Los Angeles est à cet égard exemplaire. Rassemblant 140 nationalités, la plus grande ville des Etats-Unis n’est plus qu’une succession d’îlots ethniques (…) où chaque groupe vit en vase clos et préserve son identité d’origine. Chaque communauté y dispose de sa chaîne de télévision, de ses journaux, de ses restaurants et de ses épiceries regorgeant de produits étiquetés en espagnol, en coréen, en arabe ou en vietnamien. G. Olivier (1997)
Robert Putnam a découvert que plus la diversité dans une communauté est grande, moins les gens votent et moins ils donnent à des associations caritatives et travaillent à des projets communautaires. (…) Dans une étude récente, Glaeser et son collègue Alberto Alesina ont démontré qu’à peu près la moitié de la différence dans les dépenses sociales entre les Etats-Unis et l’Europe — l’Europe dépense bien plus — peut être attribuée à la diversité ethnique plus grande de la population américaine. Michael Jonas
En ceci Putnam remet en cause les deux écoles dominantes de la pensée sur la diversité ethnique et raciale, la théorie du “contact” et la théorie du “conflit”. Selon la théorie du contact, plus de temps passé avec des gens issus d’autres milieux mène à plus de compréhension et d’harmonie entre les groupes. Selon la théorie du conflit, cette proximité produit la tension et la discorde. (…) Les résultats de Putnam rejettent les deux théories. Dans les communautés plus diverses, il n’y avait pour lui ni de grandes obligations formées à travers des lignes de groupe ni des tensions ethniques intensifiées, mais un malaise civique général. Et dans peut-être le résultat le plus étonnant de tous, les niveaux de la confiance étaient non seulement plus bas entre les groupes dans des arrangements plus divers, mais même parmi les membres du même groupe. (…) Alors, comment expliquer New York, Londres, Rio de Janiero, Los Angeles — les grandes villes du creuset qui tirent les économies créatrices et financières du monde ? L’image de la lassitude civique entrainant vers le bas des communautés plus diverses contredit la vigueur souvent liée aux centres urbains, où la diversité ethnique est la plus grande. (…) Pour le chercheur en sciences politiques de l’Université du Michigan, Scoot Page, dans les lieux de travail de haut niveau, les différentes manières de penser parmi des personnes de différentes cultures peuvent être un avantage. “puisqu’elles voient et appréhendent le monde différemment que vous, c’est provocant. Mais la fréquentation de personnes différentes peut stimuler la créativité de tous. Les équipes diverses tendent à être plus productives.” (…) Autrement dit, les membres de communautés plus diverses peuvent faire plus de bowling seuls, mais les tensions créatrices lâchées par ces différences dans le lieu de travail peuvent propulser ces mêmes endroits à la pointe de l’économie et de la culture créatrice. (…) Page appelle ça le “paradoxe de diversité.” Il pense que les effets à la fois positifs et négatifs de la diversité peuvent coexister dans les communautés, mais qu’il doit y avoir une limite. Si l’investissement civique tombe trop bas, il est facile d’imaginer que les effets positifs de la diversité puissent tout aussi bien commencer à s’affaiblir. Michael Jonas
Peut-être tous ceux qui sont arrivés dans le gratte-ciel des possibles ne vont-ils pas arriver jusqu’au sommet; le sommet est aujourd’hui très loin pour la majorité… Mais même si certains ascenseurs ne montent qu’au dixième étage et que d’autres commencent seulement au 50ème, il y a pour tout le monde un voyage vers le haut. Et puis il y a ceux qui n’atteignent même pas le rez-de-chaussée de l’immeuble des possibles. Ralf Dahrendorf
Quelle est alors l’alternative à l’assimilation ? Le  » panier à salade  » du soi-disant multiculturalisme ne présente pas une alternative sérieuse parce qu’il ne propose pas le ciment nécessaire à l’union des communautés. Tous les ingrédients restent dès le départ séparés. La seule alternative viable pour laquelle nous avons des exemples est probablement celle de Londres ou New York. La principale caractéristique de cette alternative est la coexistence d’une sphère publique commune partagée par tous et un degré considérable de séparation culturelle de la sphère  » privée « , notamment dans les zones résidentielles. L’espace public est multiculturel du fait de l’origine des gens qui le forme mais reste gouverné par des valeurs consenties et même une langue commune, tandis que la vie privée des gens reste ghettoisée, pour employer un vocable désagréable. (…) Personne n’a encore trouvé de nom pour cette nouvelle version de la doctrine  » séparés mais égaux  » que certains d’entre nous ont si ardemment combattue dans les années 1960 : des vies privées séparées dans un espace public qui est égalitaire pour tous. Cela est clairement plus simple à Londres et à New York que ça ne l’est dans des villes plus petites ou même dans les capitales de pays où la langue mondiale qu’est l’anglais n’est pas parlée. La communauté turque de Berlin et les communautés nord-africaines autour de Paris semblent toujours plus dissociées, avec leurs propres sphère publique et souvent leur propre langue. Là où cela se produit se créent des situations explosives, une sorte de séparatisme interne qui n’est pas le résultat de groupes historiquement séparés mais celui des nouveaux arrivants opposés aux natifs du lieu. Ralf Dahrendorf

A l’heure où, face à l’implosion et à la fragmentation de nos Etats-providence sous leur propre poids de dettes et de la simple masse des problèmes d’intégration qu’on leur demande de résoudre …

Nos belles âmes appellent à toujours plus  de renoncement sur ce qui nous reste de dimension nationale (à quand, derrière l’appel à la reconnaissance du Kippour et de l’Aïd,  la suppression de Noël et de Pâques?) …

Et où, nouvelle tyrannie du politiquement correct oblige, nos concitoyens ne jurent plus, du chauffeur de salle socialiste et évadé fiscal Noah aux ex-footballeur  Zidane et comédien Omar Sy, que par les plus multiculturels des héros …

Pendant que près de Versailles on se bat contre l’implantation du premier temple mormon de France …

Retour sur une particulièrement éclairante tribune de 2004 du modèle de cette nouvelle classe globale de penseurs que le spécialiste du conflit social décédé il y a deux ans, le feu Lord Dahrendorf.

Britannique d’origine allemande, sociologue et philosophe de renommée mondiale, homme politique (député libéral au parlement allemand puis du Lib Dem britannique annobli par la Reine et siégeant à la Chambre des Lords), universitaire ayant dirigé les plus grandes institutions (LSE, Oxford),  ex-commissaire européen …

Dahrendorf a effectivement le mérite de pointer l’impasse, pour cause de dissolution de tout ciment social, du multiculturalisme ou « salad bowl » (retraduit par « mosaïque » au Canada des « accommodements raisonnables » et dénoncé en France sous le terme de « communautarisme », lui faisant de fait perdre toute la connatation positive qu’il conserve en anglais et le réduisant en fait à sa seule dimension de « ethnic separatism »)   …

Mais aussi, pour les villes ne disposant ni de la taille ni d’une langue à vocation planétaire comme New York ou son Londres d’adoption, les formidables obstacles à la troisième voie qu’il propose comme remplacement à la désormais défunte assimilation (le fameux creuset du franco-américain Crèvecoeur ou « melting pot » du juif britannique Zangvill) sous la forme d’une sorte de modèle hybride fait de développement séparé au niveau privé et de mise en commun de la sphère publique autour de la langue et des valeurs démocratiques ….

Même s’il reste étrangement silencieux, dans le cas des Etats-Unis, tant sur la part de la religion que de la délinquance ou du terrorisme post 11/9 dans l’équation générale de l’intégration …

Ou la menace que pourrait présenter, dans les régions frontalières  et les grandes métropoles telles que Los Angeles ou Miami, la part toujours plus grande (14% de la population mais 22% des naissances en 2003) et plus concentrée mais aussi, notamment pour des questions de non-connaissance de la langue commune, plus pauvre et sous-éduquée d’une minorité comme celle des Hispaniques

Après l’assimilation

Ralf Dahrendorf

Project Syndicate

 10.09.04

English

La migration des personnes est aussi vieille que l’histoire de l’humanité. Même la migration vers des lieux éloignés et des cultures retirées n’est pas nouvelle. Au dix-neuvième siècle, des millions d’Européens ont cherché la liberté et la prospérité aux Amériques, notamment aux Etats-Unis. Ce qui est nouveau aujourd’hui, c’est l’échelle à laquelle se produit cette migration, souvent par delà d’importantes divisions culturelles et bien souvent sans but défini.

Les boat people africains de la Méditerranée sont rarement décidés quant au pays où ils veulent aller : l’Italie, l’Allemagne ou la Grande-Bretagne. Même ceux qui sont décidés, comme les Nord-Afridains en France ou en Espagne ou les Turcs en Allemagne, avaient comme priorité d’échapper au désespoir de leur pays d’origine plutôt que de se rendre dans un pays précis.

Cette forme moderne de migration soulève d’importantes questions pour les pays d’accueil. En Europe, c’est probablement la question sociale la plus sérieuse aujourd’hui parce que personne n’a une vision claire de la gestion possible du clash des cultures qui en résulte.

Autrefois, l’Amérique du Nord et plus particulièrement les Etats-Unis semblaient à même de proposer une solution. Celle du melting pot : différents peuples apportaient leur propre contribution à la culture américaine mais, par dessus tout, déployaient tous les efforts nécessaires pour accepter ce qu’ils trouvaient sur place pour s’y intégrer.  » Non  » répondit la femme russe arrivée aux Etats-Unis au début du vingtième siècle à son petit-fils qui lui demandait si ses ancêtres étaient arrivés avec les pèlerins du Mayflower.  » Notre bateau portait un nom différent mais aujourd’hui, nous sommes tous Américains. « 

Plus récemment, cela a changé pour donner naissance à un processus décrit par Arthur Schlessinger, historien et ancien secrétaire du Président John F. Kennedy, dans son livre The Disuniting of America (la désunion de l’Amérique). Les citoyens américains ne sont plus tous des Américains. Ils sont devenus des Américains à trait d’union. Italo-Américains, Afro-Américains, Hispano-Américains, etc. Les ingrédients du melting pot se dissocient.

Même en Israël, dernier véritable pays d’immigration, du moins pour les Juifs, l’assimilation ne se fait plus aussi facilement. Les nouveaux migrants de Russie ont formé leur propre parti politique et ceux de la vieille Europe sont devenus une minorité distincte.

Israël et les Etats-Unis continuent d’avoir des mécanismes pour intégrer les nouveaux migrants. La langue est un important facteur prioritaire. En Israël, c’est l’armée, tandis qu’en Amérique, les valeurs incarnées par la Constitution représentent encore un principe laïque largement partagé.

Mais ces mécanismes s’affaiblissent partout et sont quasi inexistants dans les pays européens. Les sociétés modernes se caractérisent par des problèmes aigus d’appartenance. Elles n’offrent pas les liens implicites et inconscients d’une communauté dont les citoyens faisaient l’expérience par le passé. Ainsi, les gens ont commencé à s’accrocher à d’autres identités de groupes, plus primordiales. Ils résistent à l’assimilation, de crainte que cela ne leur enlève leur identité sans rien leur offrir en échange.

Quelle est alors l’alternative à l’assimilation ? Le  » panier à salade  » du soi-disant multiculturalisme ne présente pas une alternative sérieuse parce qu’il ne propose pas le ciment nécessaire à l’union des communautés. Tous les ingrédients restent dès le départ séparés.

La seule alternative viable pour laquelle nous avons des exemples est probablement celle de Londres ou New York. La principale caractéristique de cette alternative est la coexistence d’une sphère publique commune partagée par tous et un degré considérable de séparation culturelle de la sphère  » privée « , notamment dans les zones résidentielles. L’espace public est multiculturel du fait de l’origine des gens qui le forme mais reste gouverné par des valeurs consenties et même une langue commune, tandis que la vie privée des gens reste ghettoisée, pour employer un vocable désagréable.

Théoriquement, c’est là la deuxième meilleure solution aux conséquences culturelles de la migration et en pratique, c’est la meilleure réponse dont nous disposions. Mais on ne peut y accéder sans sacrifice. Même le strict nécessaire de la langue commune requiert un effort délibéré sans parler de certaines règles de bonne conduite.

Vivant à Londres, je m’émerveille de la façon dont nous, les londoniens, avons fini par accepter les petites boutiques indiennes familiales et les transports publics aux mains des Antillais, sans se poser trop de questions sur des quartiers entiers devenus chinois ou bangladais. Personne n’a encore trouvé de nom pour cette nouvelle version de la doctrine  » séparés mais égaux  » que certains d’entre nous ont si ardemment combattue dans les années 1960 : des vies privées séparées dans un espace public qui est égalitaire pour tous.

Cela est clairement plus simple à Londres et à New York que ça ne l’est dans des villes plus petites ou même dans les capitales de pays où la langue mondiale qu’est l’anglais n’est pas parlée. La communauté turque de Berlin et les communautés nord-africaines autour de Paris semblent toujours plus dissociées, avec leurs propres sphère publique et souvent leur propre langue. Là où cela se produit se créent des situations explosives, une sorte de séparatisme interne qui n’est pas le résultat de groupes historiquement séparés mais celui des nouveaux arrivants opposés aux natifs du lieu.

Si nous sommes forcés à abandonner l’espoir de l’assimilation, nos efforts devraient se concentrer sur la création d’un espace public auquel nous devrons tous contribuer pour tous l’apprécier. L’idéal serait que ce soit un espace public en expansion puisque finalement, l’élément de l’unité d’une société moderne reste la garantie de la liberté de ses citoyens.

Ralf Dahrendorf, auteur de nombreux ouvrages reconnus, ancien Commissaire européen pour l’Allemagne, ancien directeur de la London School of Economics, et ancien directeur du St. Antony’s College d’Oxford, est membre de la Chambre des Lords britannique.

Copyright : Project Syndicate/Institute for Human Sciences, septembre 2004.

Traduit de l’anglais par Catherine Merlen.

Voir aussi:

How to Integrate Europe’s Muslims

Jonathan Laurence

The NYT

January 23, 2012

Chestnut Hill, Mass.

TWO weeks ago, dozens of cars were set alight in the French city of Clermont-Ferrand after a 30-year-old truck driver, Wissam El-Yamni, was roughed up and then died while in police custody. The uproar underscored the hostility of young minority men toward authority across communities in Europe, an antipathy that has at times led to deadly violence.

The failure of Islamic integration in Europe is often attributed — especially by right-wing parties — to an excess of tolerance toward the large-scale Muslim immigration that began in the mid-1970s. By recognizing Muslim religious requirements, the argument goes, countries like France, Britain and the Netherlands have unwittingly hindered assimilation and even, in some cases, fostered radicalism. But the unrest in gritty European suburbs stems not from religious difference, but from anomie.

Europeans should not be afraid to allow Muslim students to take classes on Islam in state-financed schools and universities. The recognition and accommodation of Islamic religious practices, from clothing to language to education, does not mean capitulation to fundamentalism. On the contrary, only by strengthening the democratic rights of Muslim citizens to form associations, join political parties and engage in other aspects of civic life can Europe integrate immigrants and give full meaning to the abstract promise of religious liberty.

The rise of right-wing, anti-immigrant parties has led several European countries to impose restrictions on Islamic dress, mosque-building and reunification of families through immigration law. These policies are counterproductive. Paradoxically, people for whom religion is otherwise not all that important become more attached to their faith’s clothing, symbols and traditions when they feel they are being singled out and denied basic rights.

Take, for example, the French debate over whether to recognize the Jewish Day of Atonement, Yom Kippur, and the Muslim festival of Eid al-Adha as official holidays. Yes, the French state clings to the principle of “laïcité,” or secularism — but the state’s recognition of Easter and Christmas as official holidays feels, to some Jews and Muslims, like hypocrisy. It is Islam’s absence in the institutions young European Muslims encounter, starting with the school’s calendar, classroom and canteen, that contributes to anger and alienation.

In the last few months, there have been some signs that the right-wing momentum has slowed. A French bill to ban headscarves from day care centers was killed in committee. The Dutch Parliament voted down a bill to outlaw Islamic animal slaughter. And Germany’s most populous state helped offset a judicial ban on school prayer by announcing equal access to religion courses for Muslim students.

European countries could use a period of benign neglect of the Islam issue — but only after they finish incorporating religion into the national fabric. For too long, they have instead masked an absence of coherent integration policy under the cloak of “multiculturalism.” The state outsourced the hard work of integration to foreign diplomats and Islamist institutions — for example, some students in Germany read Saudi-supplied textbooks in Saudi-run institutions.

This neglect of integration helped an unregulated “underground Islam” to take hold in storefronts, basements and courtyards. It reflected wishful thinking about how long guest workers would stay and perpetuated a myth of eventual departure and repatriation.

In Britain, for example, race-based equality laws protected Sikhs and Jews as minorities, but not Hindus and Muslims, since they were still considered “foreign.”

Institutional exclusion fueled a demand for religious recognition, and did much to unite and segregate Muslims. Islamist organizations became the most visible defenders of the faith. It is crucial now to provide the right mix of institutional incentives for religious and political moderation, and the most promising strategy for doing that is for governments to consult with the full range of law-abiding religious institutions that Muslims have themselves established.

The French Council for the Muslim Faith, the German Islam Conference, the Committee for Italian Islam and the Mosques and Imams National Advisory Board in Britain — all state-sanctioned Islamic organizations set up in the past decade — represent a broad cross-section of mosque administrators in every country. They have quietly begun reconciling many practical issues, from issuing mosque permits to establishing Islamic theology departments at public universities to appointing chaplains in the military and in prisons.

Ultimately, however, elected democratic institutions are the place where the desires of individual Muslims should be expressed. Ever since 1789, when a French legislator argued that “the Jews should be denied everything as a nation, but granted everything as individuals,” Europeans have struggled to resolve the tension between rights derived from universal citizenship versus group membership.

Over the next 20 years, Europe’s Muslim population is projected to grow to nearly 30 million — 7 to 8 percent of all Europeans — from around 17 million. Granting Muslims full religious freedom wouldn’t remove obstacles to political participation or create jobs. But it would at least allow tensions over Muslims’ religious practices to fade. This would avoid needless sectarian strife and clear the way for politicians to address the more vexing and urgent challenges of socioeconomic integration.

Jonathan Laurence, an associate professor of political science at Boston College, is the author of “The Emancipation of Europe’s Muslims: The State’s Role in Minority Integration.”


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 317 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :