Citations: Rendre à Mary ce qui est à Mary (Did John Lennon ever know he was ripping off his quote from Mary Worth ?)

16 décembre, 2012
next page mary worth, color.
Le christianisme disparaitra. Il s’évaporera, rétrécira. Je n’ai pas à discuter là-dessus. J’ai raison, il sera prouvé que j’ai raison. Nous sommes plus populaires que Jésus désormais. Je ne sais pas ce qui disparaitra en premier, le rock’n’roll ou la chrétienté. John Lennon (The Evening Standard, 1966)
Christ, tu sais que ce n’est pas facile! Tu sais comme ça peut être dur ! Vu comment ça se passe, ils vont finir par me crucifier ! John Lennon (The ballad of John and Yoko, 1969)
Life is what happens to us while we are making other plans. (La vie, c’est ce qui nous arrive pendant qu’on est en train de faire d’autre plans) Allen Saunders (Reader’s digest, 1957)
Life is what happens to you while you’re busy making other plans. "Beautiful Boy (Darling Boy)"; similar expressions were used by others prior to Lennon’s use of this line, and have been attributed to Betty Talmadge, Thomas La Mance, Margarate Millar, William Gaddis, and Lily Tomlin, but the earliest known published occurrence was the 1957 attribution of "Life is what happens to us while we are making other plans." to Allen Saunders in Reader’s Digest, according to The Quote Verifier : Who Said What, Where, and When (2006) by Ralph Keyes. Wikipedia
I can’t even read it, let alone write it. (…) Laboring over the continuity, I chanced upon a happy idea one day. Instead of treacly melodrama, why not do stories of the sort that were used in popular magazines for women? No current story strip dealt with romance and psychological drama instead of action. … To test the idea of a story with which women readers could better identify, I wrote a sequence in which a passenger plane made a forced landing in a meadow. Conveniently, [Apple] Mary Worth lived nearby. One of the passengers to whom kindly Mary gave shelter was Leona Stockpool, the daughter, naturally, of a Wall Street stockbroker. The father hires Mary to help him cope with the headstrong Leona. (…) Soon after our team took over, we changed the name of the strip to Mary Worth’s Family. Later, it took on its present title, Mary Worth. In her new role, the old street merchant [Apple Mary] obviously was not usable. So Ken Ernst gave her a beauty treatment, some weight loss and a more appropriate wardrobe…. We put her applecart in storage, where it will remain, even in the event of another economic slump. Our Mary has more timely things to do than peddle pippins. Allen Saunders
I [always] thought Apple Mary was some standard-issue Depression bag lady who subsequently came into a little money and improved herself. Turns out she was a woman of refinement and breeding the whole time, a once-wealthy individual who had been cheated out of her properties and reduced to apple-selling to keep together body and soul. Apparently, at least early on, her efforts to restore herself to her accustomed station in life provided much of the heart-tugging drama of the thing. You live, you learn. Jay Maeder
She’s always been a force of compassion and wisdom, someone you can rely on. She does show human traits, like jealousy, self-doubt, fear and remorse. But she always handles herself with dignity. (…)  it’s easy to poke fun at a character who promotes ideals like compassion. This isn’t a very idealistic world, and some people gravitate toward characters that are sarcastic or bitter. Karen Moy
Who reads Mary Worth? The Simpsons

Attention: une citation peut en cacher une autre !

Qui sait (et probablement pas John Lennon lui-même lorsqu’il la reprit dans l’une de ses chansons) que l’une des plus célèbres et profondes citations du"working class hero" autoproclamé qui se prenait pour le Christ avant de se faire "crucifier" par le premier fan venu (lecteur un peu trop assidu lui-même du "Catcher in the rye") …

Venait en fait du père du genre, méprisé parmi les méprisés, de la "bande dessinée soap opera"?

Un certain Allen Saunders qui, victime lui aussi de la crise, se vit contraint de reprendre la bande dessinée "Apple Mary", qui tirait son surnom de l’emploi de vendeuse de pommes que l’héroïne et véritable chroniqueuse du coeur ambulante s’était vue contrainte de prendre par la Grande Dépression.

Et eut l’idée de remplacer le "mélodrame sirupeux" par des histoires tirées des magazines féminins, donnant naissance ainsi, sous le nom de "Mary Worth’s family" puis de "Mary Worth" (repris aujourd’hui par Karen Moy) …

A ce qui reste, près de 80 ans plus tard et dans quelque 350 quotidiens, à la fois la plus moquée et la plus appréciée des bandes dessinées américaines ?

One Good Apple Proves a Barrel’s Worth

R.C. Harvey
Jan 30, 2012

One of the commonly accepted tatters of cartooning lore is that Mary Worth began syndicated life as Apple Mary. At first blush, this seems an unlikely evolution. Mary Worth is a fashionably-attired little old gray-haired lady who is forever becoming involved in the romances of young men and women she meets as she rambles on through life. Apple Mary is a somewhat raggedy little old gray-haired lady who sells apples from a cart on a Chicago street corner during the early days of the Depression in the 1930s. She fusses around in other people’s lives, too, but is mostly absorbed with mere survival for her grandson Denny, who is crippled, and a cantankerous middle-aged hanger-on named Bill Biff.

The version of history that inspires this diatribe claims that Martha Orr, a niece of Chicago Tribune editorial cartoonist Carey Orr, started the comic strip that has always been dubbed the first soap opera strip. But she didn’t start it as a soaper; and it isn’t the first anyhow. Orr’s strip is the aforementioned Apple Mary, and it was launched in October 1934 and owed its being, doubtless, to a 1933 Frank Capra movie, Lady for a Day, which also starred a little old gray-haired lady who eked out a living during those hard times by selling apples from a cart she wheeled down the streets, broad and narrow. In her spare time, she helped everyone who stumbled into her path.

Orr had been born and raised, the third of six children, in Hillyard, Washington, where her father was a broker in lumber. Her uncle, recognizing her talent, brought her to Chicago and paid her way through the Art Institute. Soon thereafter, the Depression descended upon the nation, and Orr, after a decent interval, launched the apple-cart lady.

Martha Orr was not the first woman to draw a syndicated comic strip, but Apple Mary may have been the first comic strip with an all-girl orchestra. It was written and inked by Orr, pencilled by Dale Conner, and lettered by Ruth Belew, a retired ballet dancer. Orr eventually married a man named Hassel, and in 1939, she decided to give up the strip to devote her energies full-time to raising her family. Conner took over the drawing chores, and the syndicate recruited a new writer for the strip, a columnist on Ohio’s Toledo News-Bee named Allen Saunders, who, in his off-hours, was writing Big Chief Wahoo (eventually re-titled Steve Roper), and Saunders turned the strip into Mary Worth. In the fall of 1942, Conner left and Ken Ernst came on board to do the drawing, which he continued to do until he died in August 1985.

That’s the way the history books have it, but when Martha Orr died at the age of 92 on July 27, 2001, she unintentionally launched a minor ripple of controversy in the backwater of investigative comics research. In preparing Orr’s obituary, the Chicago Tribune reporter who wrote it had the presence of mind to phone King Features, the syndicate currently distributing the strip, where he talked to an unnamed official who denied, oddly, that the two strips were at all related. Mary Worth, so this personage claimed, was a replacement strip that was offered to client newspapers when Mrs. Hassel retired in 1939. This bland denial immediately got comics scholars’ wattles into an uproar: Apple Mary not Mary Worth? Who sez?

Well, we don’t know who said. Rick Hepp, the Tribune reporter, was somewhat puzzled by the syndicate assertion: he took pains to point out in his Orr obit that “several sources, including The Encyclopedia of American Comics” by Ron Goulart, record that Orr’s strip was Mary Worth’s precursor. Later, in the tiny flurry that resulted from the King Features’ claim, the truth, in all its various guises, emerged. And it is with the object of nailing that truth firmly to the wall for all to see that I take up the issue, again, here.

Allen Saunders never had any doubts about the matter: the two Marys are the same person. And he, if anyone, should know. His autobiography was published serially in Nemo magazine several years ago, and in No. 9 of that periodical, Saunders rehearses the details of his inheriting Apple Mary. When the syndicate (then Publishers, which distributed Big Chief Wahoo) asked Saunders to take on the writing task, he was nonplussed. “I can’t even read it,” Saunders responded, “let alone write it.” But since the Toledo News-Bee had recently sunk, taking Saunders’ writing berth with it, he had no regular newspaper gig anymore, so he agreed to take on the scripting.

“Laboring over the continuity,” he wrote, “I chanced upon a happy idea one day. Instead of treacly melodrama, why not do stories of the sort that were used in popular magazines for women? No current story strip dealt with romance and psychological drama instead of action. … To test the idea of a story with which women readers could better identify, I wrote a sequence in which a passenger plane made a forced landing in a meadow. Conveniently, [Apple] Mary Worth lived nearby. One of the passengers to whom kindly Mary gave shelter was Leona Stockpool, the daughter, naturally, of a Wall Street stockbroker.” The father hires Mary to help him cope with the headstrong Leona.

After some weeks of this sort of thing, the syndicate urged Saunders to keep on with it, and Leona marries a candidate for governor named John Blackston, which permitted Saunders to dabble in politics. The rest, as they say, is history (whether the unnamed King official likes it or not). But here’s the crucial passage from Saunders’ autobiography:

Soon after our team took over, we changed the name of the strip to Mary Worth’s Family. Later, it took on its present title, Mary Worth. In her new role, the old street merchant [Apple Mary] obviously was not usable. So Ken Ernst gave her a beauty treatment, some weight loss and a more appropriate wardrobe…. We put her applecart in storage, where it will remain, even in the event of another economic slump. Our Mary has more timely things to do than peddle pippins.

No one ever expects to get any closer to the horse’s mouth than this. Apple Mary is Mary Worth. And when I phoned the late Jay Kennedy, then King’s editor-in-chief, he was as dumbfounded by the obit’s claim to the contrary as I and all the rest of us dusty-shouldered delvers into comics history had been. Every history he’s ever read, he said, has Mary Worth morphing out of Apple Mary. So somebody in the King shop just goofed. It happens. And now that everything is sorted out satisfactorily, all is forgiven.

Still, a few doubters lingered at the fringes of this archival expedition. And then, happily, we got inside the horse’s mouth, right there amongst the molars and bicuspidors. At the New York Daily News, Jay Maeder, writer of Annie in her last days, was rummaging in his personal stash of old comic strip clippings and found some Apple Marys from 1935 and sent me copies, which are on display in this vicinity. From these strips, dated February, it is clear beyond quibble that Apple Mary is Mary Worth—and was from the very beginning. These February strips, appearing within four months of the strip’s debut, set the conditions of Mary Worth’s apple-peddling occupation before us. Maeder wrote me: “I [always] thought Apple Mary was some standard-issue Depression bag lady who subsequently came into a little money and improved herself. Turns out she was a woman of refinement and breeding the whole time, a once-wealthy individual who had been cheated out of her properties and reduced to apple-selling to keep together body and soul. Apparently, at least early on, her efforts to restore herself to her accustomed station in life provided much of the heart-tugging drama of the thing. You live, you learn.”

As have we all.

You may have noticed that the “team” Saunders refers to when they changed the strip’s name the first time evidently didn’t include Dale Conner. In the history of the feature, it did; but in Saunders recollection, she wasn’t there. Probably he knew that she didn’t want to be there.

Everyone seemed happy with Saunders’ transformation of Apple Mary into Mary Worth—with the restoration of the protagonist to her former station in life, that is—except Conner, who was then drawing the strip with a liquid line that sharply defined the milieu and the characters. She didn’t like Saunders’ changes to the strip. Writing to Milton Caniff, she said: “I’m so heart-sick over what Apple Mary has turned out to be. Working on it has become a chore. There’s no action to draw, only dull and childish conversation, and the plot is so inane that I gag as I try to make something of it. I dread seeing the proofs each week for my feeling shows in them.”

Conner preferred adventure stories—like Caniff’s Terry and the Pirates. By 1942 she was married and had endured Saunders’ scripts enough: her husband, Herb Ulrey, teamed with her to write a new strip that she drew, Hugh Striver, a epic about a high school athlete. It lasted until February 1945 whereupon the team concocted an airplane strip, Ayer Lane, which lasted only a little longer than their other effort.

Meanwhile, back for another Saunders’ Worth, we can report that the strip is still lunging along. It is so often published adjacent to Judge Parker and Rex Morgan on the funnies page that I am tempted to think the three come as a matched set. I half expect to open the paper someday and find Mary leaning over the windowsill panel border of her strip to give Rex or the Judge down below the benefit of her advice.

Mary, by the way, never married during the run of the strip. She came close once, though. In 1949 she meets a charming old coot named Drum Greenwood, who has piled up a fortune with his successful bubble-gum business. When he promises to endow in her name a slum clearance project, she agrees to the nuptials. But on her way to the church, the taxi gets in an accident, and Mary suffers amnesia. She is still, apparently, under its influence because she has never married old Greenwood.

Her grandson Denny, on the other hand, advanced in life. He lost his crutches along the way and earned himself a respected slot in a Neiman-Marcus sort of establishment, where he eventually married the fashion designer named September Smith. Lovely name.

Oh—when I said Mary Worth wasn’t, actually, the first soap opera, I was thinking of an earlier strip that oozed heartthrob and psychic agony: Sidney Smith’s The Gumps, which began its sudsy strain in the early 1920s. The strip started February 12, 1917, but it didn’t get genuinely soapy until four years later when Andy Gump’s rich Uncle Bim almost falls into the matrimonial clutches of the avaricious Widow Zander. But that’s another story for another day.

Voir aussi:

The Next Page: Every little thing she does

Barry Alfonso

The Pittsburgh Post-Gazette

March 4, 2007

Mary Worth seems to have always been with us. Generations have followed her activities ("adventures" seems too strong a word) in the pages of U.S. newspapers. She’s dispensed advice to her friends and neighbors since FDR was in the White House, remaining in the same 60-ish age range as wars and recessions have come and gone outside the confines of her two-panels-a-day world. Somehow, she’s survived the Darwinian laws of American entertainment that usually kill off the old, lame and slow. Lately, I’ve been wondering why.

The Post-Gazette readers’ poll conducted last fall helped crystallize my thinking about "Mary Worth." It seems that her strip came in dead last in popularity — an achievement of sorts, considering how innocuous most comic strips are. As I’ve subsequently learned, other newspapers have discovered how Mary polarizes their readerships.

Last year, for instance, the Akron Beacon Journal received a flurry of angry letters after they dropped the strip. It’s clear that, despite her sweetness, the lady has both advocates and enemies. (About 350 papers carry the strip at present, incidentally.) Ever since I was a youngster, "Mary Worth" has been the butt of jokes. Forty years ago, Carol Burnett used to do skits on her TV program about "Mary Worthless"; more recently, "The Simpsons" has invoked her name as a symbol of stodginess. This sort of mockery only proves that she is a symbol — or more properly, an archetype.

The slightly doughy but innately elegant Mary embodies a civility that is fading out of real life. Moreover, the very pace of the strip conveys something profound: that time is a variable concept, regulated by perception. In this sense, the comic strip "Mary Worth" is more interactive and transformative than the most cutting-edge IT entertainment. Stories take months or entire seasons to unfold; a single afternoon inside Mary’s condo complex can translate to a week’s worth of strips. The reader must slow down — almost on a metabolic level — to get in sync with the proceedings.

Even by comic strip standards, "Mary Worth" moves at a leisurely pace — by comparison, the likes of "Rex Morgan, M.D." hit the eyeballs with the velocity of a Jerry Bruckheimer action film. Like a Kabuki play, Mary Worth’s stories unfold rather formally, marked by ritualized speech and poses.

The strip’s characters are almost always shown from the waist up, contributing to the still-life portrait look of each panel. Plots advance by a sort of peristaltic motion toward crisis points — the strip is, after all, a soap opera. Emotional gales buffet the pale walls of the Charterstone Condominium Complex and swirl around Mary, sometimes nearly engulfing her. Last fall, the drama level picked up a bit — a confrontation with a Captain Kangaroo-lookalike stalker named Aldo Kelrast led to his death in a drunken driving accident.

But it’s hard to imagine many people reading the strip for excitement. The effects of following "Mary Worth" are more subtle, more cumulative, like those of a time-released pill or a blow to the head that takes days to register.

As the decades have passed, Mary Worth has truly become sui generis. There is nothing else in American entertainment quite like it. In this era of quick spurts of hype and flash, when an "interactive Web-based serial" like "lonelygirl15" can become the Flavor of the Nanosecond, Mary Worth stands apart as a true exotic. More than anything, it impresses by just continuing to continue.

Change doesn’t come easily to this hermetically sealed world — when it does, it’s definitely noticed. Joe Giella recalls what happened when he started drawing the strip in 1991: "My editor said, ‘Take out some of the lines in Mary Worth’s face.’ So I streamlined her. A lot of fans got upset — the L.A. Times ran a headline asking, ‘Who gave Mary Worth a face-tuck?’ I thought it was the end of my job." Giella restored some of Mary’s wrinkles and weathered the firestorm.

"It was hard for me to get used to doing this strip," he continues. "I’d been drawing super-heroes for a long time, and I don’t think anyone has thrown a punch in Mary Worth in 30 years. I said, ‘There’s nothing going on here.’ But now I’m into it."

Giella follows a template that was largely established some 70 years ago. That’s the secret of the strip’s longevity, he feels: "It’s consistent — Mary doesn’t change. She’s just a good-hearted, helpful person. People are just used to seeing the strip and they stay loyal to it."

It might surprise some to know that the recent stories in "Mary Worth" are fast-paced compared with those featured in past strips. John Saunders, son of the strip’s co-creator, would sometimes take up to 18 months to resolve a plot. After his death in 2004, Karen Moy took over the writing duties and began to pick up the tempo — about three stories are now completed each year, she says.

With Moy at the helm, "Mary Worth" has gingerly ventured into new territory. Traditionally, the focus of the strip has been on Mary’s friends, not Worth herself. Lately, though, her shadowy inner world has been explored — besides fending off a stalker, she’s dealt with feelings of resentments toward a new neighbor (nonagenarian psychic Ella Byrd) and proven her long-simmering affection for widowed doctor Jeff Corey by standing by him during a life-threatening illness at a clinic in Vietnam. Moy promises further plot twists and unexpected revelations in the future.

Whatever spice is added to the stories, the essential "Mary Worth" formula will continue to be adhered to. In my opinion, the plots are almost beside the point — the strip is read because of who Mary is, not for what she does. Moy doubtlessly speaks for longtime readers when she describes Mary’s appeal as a person: "She’s always been a force of compassion and wisdom, someone you can rely on. She does show human traits, like jealousy, self-doubt, fear and remorse. But she always handles herself with dignity."

There’s a glow to Moy’s words that suggests she’s describing a saint, not a matronly condo-dweller. As is often true of revered personages, Mary has attracted loyalists who remain devoted over a lifetime. "It’s like a cult," says Giella. "They watch everything I do — I get over 12-15 letters a month and they aren’t always complimentary."

Conversely, Mary’s saint-like qualities are what make her a punch line: "Maybe it’s because it’s easy to poke fun at a character who promotes ideals like compassion," says Moy. "This isn’t a very idealistic world, and some people gravitate toward characters that are sarcastic or bitter."

I suspect that Mary’s selflessly giving nature is directly related to the pacing of her strip. In her world, there is time for long pauses between thoughts and actions, to carefully consider the needs of others before offering the right words of advice or solace. There is time to linger at your front door if a neighbor is in trouble — who cares if the conversation drags on for a week or two?

ll this goes against the grain of our age, of course. But I would suggest that reading "Mary Worth" can be a wake-up call as well as an act of daily meditation. We dismiss her at our peril.

Just as the glacial ice of the polar regions is melting under the effects of human-induced global warming, so the glacial pace of "Mary Worth" may be doomed in today’s overheated entertainment climate. And, as the great ice shelves are assets we cannot afford to lose, so the anachronistic tempo and quaint sense of decency in "Mary Worth" are something not lightly thrown away.

Here’s at least one reader who wishes Mary to remain right where she is, a little window into a lost world of torpid motion and gentle spirits.

"In every situation, I always try to do the kindest thing possible"

– Mary Worth

Like an angel, she exists on a higher plane, hovering on the edges of private thought and collective memory. She is a Presence in mass American culture, more enduring than typical three-dimensional celebrities and more familiar than most of our presidents. Millions have encountered her repeatedly and many would recognize her on sight. Some think she’s ridiculous; quite a few others consider her a comforter, a friend.

Barry Alfonso is a journalist and author living in Swissvale. (louminatti@earthlink.net)The Next Page is different every week.


Diplomatie: C’est avec les beaux sentiments qu’on fait de la mauvaise diplomatie (If you treat him like a statesman, he’ll be one)

12 décembre, 2012
C’est avec les beaux sentiments qu’on fait de la mauvaise littérature. André Gide
Dans l’expression ‘gouvernement islamique’, pourquoi jeter d’emblée la suspicion sur l’adjectif ‘islamique’ ? Le mot ‘gouvernement’ suffit, à lui seul, à éveiller la vigilance. Foucault (dec. 1978)
Khomeini est une sorte de figure à la Gandhi. William Sullivan (ambassadeur américain à Téhéran)
Khomeini (…) n’est pas un ‘mujahid fou", mais un homme d’une intégrité et d’une honnêteté impeccables. James Bill (conseiller de Carter, Newsweek, February 12, 1979)
Supposer que l’Ayatollah Khomeiny est un dissimulateur est presque iconcevable. Son style politique est d’exprimer son point de vue réel d’une manière provocante  et sans concession. Peu importe les conséquences. Il a peu d’incitations pour devenir brusquement sournois pour flatter l’opinion publique américaine. Ainsi, le dépeindre comme fanatique, réactionnaire et porteur de préjugés bruts apparait heureusement et certainement faux. Aussi, ce qui est encourageant, c’est que son entourage de proches conseillers est uniformément composé d’individus modérés et progressistes. (…) En dépit de ces turbulences, beaucoup d’Iraniens non religieux parlent de cette période comme l’heure de gloire de l’Islam. Après avoir créé un nouveau modèle de révolution populaire fondée, pour l’essentiel, sur les tactiques nonviolentes, l’Iran pourrait bien finalement nous fournir le modèle de gouvernance humaine dont ont désespérément besoin  les pays du tiers-monde. Richard Falk (universitaire de Princeton et conseiller de Carter, « Trusting Khomeini », NYT, February 16, 1979)
Nombre des déclarations [de l'Iran] sont certes répréhensibles, mais elles ne constituent pas une incitation au génocide. Personne ne les a mises en oeuvre. Kenneth Roth (président de Human Rights Watch)
L’ex-otage britannique au Liban, Terry Waite, a effectué une visite à Beyrouth la semaine dernière, 25 ans après son enlèvement par le Jihad islamique, un groupe pro-iranien proche du Hezbollah, rapportait dimanche un journaliste du Sunday Telegraph qui l’a accompagné durant son voyage. (…) Au cours de sa visite, M. Waite, 73 ans, s’est réuni lundi dernier avec le responsable des relations internationales au sein du Hezbollah, Ammar Moussawi, pour des "discussions de réconciliation". La réunion a duré près de deux heures. Il a affirmé au journal britannique avoir demandé au parti islamiste libanais d’aider les réfugiés chrétiens syriens qui ont fui les violences dans leur pays. Terry Waite est un ancien émissaire du chef de l’Église anglicane de l’époque, Robert Runcie. Il a été enlevé au Liban en 1987 alors qu’il tentait de négocier la libération de quatre otages occidentaux. Accusé d’être un espion, il a été détenu par le Jihad islamique pendant 1 760 jours avant d’être libéré en 1991. (…) Au cours de sa réunion avec M. Moussawi, le Britannique s’est montré très critique vis-à-vis des soulèvements en cours dans le monde arabe, dénonçant l’islamisation des révolutions. "Le Printemps arabe s’est transformé en un pouvoir d’oppression et non de liberté", a-t-il dit au responsable du Hezbollah qui l’a en retour qualifié de "grand homme". L’Orient du jour
Lors de la crise des missiles de Cuba, les États-Unis n’ont pas été confrontés à Cuba, mais à l’Union Soviétique. Israël n’a pas été confronté à Gaza, mais à l’Iran. Michael B. Oren (ambassadeur israélien aux États-Unis et historien militaire)
Même pour les normes de l’Afrique des années 1990, le RUF avait mis la barre très haut pour la brutalité. Ses soldats étaient principalement des enfants enlevés à leurs parents, nourris à la cocaïne et aux amphétamines. Son financement provenait des diamants du sang. Il s’était fait une véritable réputation pour l’amputations des membres de ses victimes. Ses campagnes militaires portaient des noms comme "tout doit disparaitre". En janvier 1999, six mois avant le témoignage de Mme Rice du Sénat, le RUF fit le siège de la capitale, Freetown. "Le RUF a incendié des maisons avec leurs occupants toujours à l’intérieur, découpé à la machette les membres ou arraché les yeux au couteau de ses victimes, violé les enfants et abattu de nombreuses personnes dans la rue, » a écrit Ryan Lizza dans The New Republic. "En trois semaines, le RUF tué quelques 6 000 personnes, principalement des civils." Que faire avec un tel groupe? L’Administration Clinton a eu une idée. Amorcer un processus de paix. Il n’a pas semblé  faire problème que Sankoh était manifestement irrécupérable et probablement psychotique. Ni qu’il avait violé les accords antérieurs pour mettre fin à la guerre. « Si vous traitez Sankoh comme un homme d’État, il le deviendra", telle était la théorie opératoire au Département d’Etat, selon un membre du personnel du Congrès cité par M. Lizza. Au lieu de traiter Sankoh comme une partie du problème, sinon le problème lui-même, le Département allait le traiter comme faisant partie de la solution. Un représentant du RUF fut donc invité à Washington pour des entretiens. Jesse Jackson fut nommé au poste d’envoyé spécial du président Clinton. (…) Un mois plus tard, les voeux de Mme Ricefurent exaucés avec la signature de l’Accord de paix de Lomé. C’était un incroyable Il s’agissait d’un document. Au nom de la réconciliation, les combattants du RUF furent amnistiés. Sankoh devint vice-président de la Sierra Leone. Pour adoucir l’affaire, il était également chargé de la commission chargée de surveiller le commerce des diamants du pays. Tout cela fut imposé au Président Kabbah. En septembre 1999, Mme Rice salua les efforts de"pratiques" du pasteur Jackson, de l’ambassadeur américain Joe Melrose "et de beaucoup d’autres" pour avoir contribué à la signature de l’accord de Lomé. Pendant des mois par la suite, Mme Rice célèbra les accords à chaque occasion. le pasteur Jackson, dit-elle, avait « joué un rôle particulièrement important, » comme l’avait fait Howard Jeter, son adjoint au Département. Lors d’une séance de questions-réponses avec des journalistes africains le 16 février 2000, elle défendit la participation de Sankoh au gouvernement, notant que "il y a plusieurs cas où des accords de paix dans le monde ont envisagé la conversion de mouvements rebelles en partis politiques". Qui plus est, les États-Unis étaient même prêts à donner un coup de main à Sankoh, pourvu qu’il se tienne bien. "Parmi les institutions de gouvernement que nous sommes prêts à aider," dit-elle, "il y a bien sûr la Commission des ressources quel dirige M. Sankoh." Bien entendu. Trois mois plus tard, le RUF prenait 500 casques bleus des Nations Unies en otage et menaçait à nouveau Freetown. L’Accord de Lomé était devenu lettre morte. Bret Stephens
La croissance économique qui a suivi la révolution était agitée et insoutenable, note Gaidar, reprenant un thème de son ouvrage précédent, "L’effondrement d’un Empire". Dans "Russie: une vision à long terme," il se tourne rapidement vers les mois qui ont suivi l’effondrement soviétique, citant les notes de service catastrophiques sur la famine imminente et la désintégration sociale qui s’entassaient sur son bureau en novembre 1991. Il réfute plusieurs idées sur ce qui s’est passé à cette époque, y compris l’affirmation fausse que la réforme économique avait provoqué la crise – i.e., que la stabilisation monétaire, la privatisation et la libéralisation des prix avaient entraîné une chute catastrophique de production. Une telle revendication, pour Gaidar, vient du fait de regarder le problème du mauvaise côté. L’argent soviétique n’était pas de l’argent réel, tout comme la production soviétique n’était pas de la vraie production. L’économie avait créé des produits et services dont personne ne voulait, par l’intermédiaire de processus qui détruisaient la valeur au lieu de le créer. L’arrêt des fausses incitations à produire ne pouvait que provoquerque l’effondrement de la production enregistrée. La réforme était nécessaire parce que les dirigeants soviétiques avaient hérité d’une crise qui menaçait l’existence même du pays. Gaidar conclut en évaluant les dirigeants actuels de la Russie. "Il n’est pas difficile d’être populaire et avoir un soutien politique", écrit-il, "lorsque vous disposez de dix années de croissance du revenu réel à 10 pour cent par an". Mais cette époque est révolue. Le régime doit maintenant choisir entre répression ("tentant mais suicidaire") et ce qu’il appelle "la libéralisation réglementée". En particulier, il soutient que la Russie doit rétablir la liberté d’expression, ouvrir son processus de prise de décision, instituer un système judiciaire indépendant et mener une "guerre contre la corruption". Taiwan, l’Espagne et le Chili sont pour lui des exemples à suivre. Edward Lucas
Reuel Marc Gerecht, de la Fondation pour la défense des démocraties et Brian Katulis du Center for American Progress soutenaient "Plutôt des islamistes élus que des dictateurs » (…) Katulis a accusé les dictatures d’encourager « les sortes d’idéologies » qui ont conduit au 9/11 et Gerecht a insisté que ce sont les juntes militaires, pas les islamistes, qui sont généralement « le véritable danger. … Le seul moyen d’obtenir un ordre plus libéral au Moyen-Orient, c’est par l’intermédiaire des électeurs croyants" qui portent les islamistes au pouvoir. Katulis a soutenu que les islamistes élus changent et deviennent moins idéologiques et plus pragmatiques ; que pris dans la mélée de la politique au jour le jour ils évoluent pour se concentrer sur les « besoins fondamentaux », tels que la sécurité et l’emploi.(…) En seulement trois mois, Morsi a montré qu’il aspire à des pouvoirs dictatoriaux supérieurs à ceux de Moubarak et que son règne laisse présager une encore plus grande calamité pour l’Égypte que Moubarak. Il a parfaitement justifié notre point de vue à Jasser et à moi qu’il vaut mieux des dictateurs que des islamistes élus. Comme je l’ai indiqué au cours du débat, les Occidentaux doivent fermer avec détermination la porte aux dictateurs idéologiques comme les islamistes tout en faisant pression sur les dictateurs avides pour qu’ils fassent place à la société civile. Telle est la la seule porte de sortie de ce faux choix entre deux formes de tyrannie. Daniel Pipes

A l’heure où, avec les missiles de Gaza, la révolution iranienne vient pour la énième fois de confirmer tout le potentiel qu’avait laissé escomter il y a plus de 40 ans son lancement franco-américain sur les fronts baptismaux  …

Et où, de l’ONU à l’ex-otage du Hezbollah Terry Waite, la même bien-pensance occidentale est repartie pour un tour avec l’adoubement d’organisations qui continuent à appeler à l’annihilation d’un de leurs voisins …

Comment ne pas être attendri avec l’islamologue Daniel Pipes commentant la nouvelle expérience en cours et en direct de l’Egypte

Par la confondante et indéfectible constance avec laquelle les belles âmes qui nous gouvernent …

Continuent à ignorer pour la diplomatie la leçon de Gide sur la littérature ?

Better Dictators than Elected Islamists

Daniel Pipes

The Washington Times

December 11, 2012

Washington Times title: "Islamists are worse than dictators"

Who is worse, President Mohamed Morsi, the elected Islamist seeking to apply Islamic law in Egypt, or President Husni Mubarak, the former dictator ousted for trying to start a dynasty? More broadly will a liberal, democratic order more likely emerge under Islamist ideologues who prevail through the ballot box or from greedy dictators with no particular agenda beyond their own survival and power?

Morsi’s recent actions provide an answer, establishing that Islamists are yet worse than dictators.

This issue came up in an interesting debate for Intelligence Squared U.S. in early October when Reuel Marc Gerecht of the Foundation for the Defense of Democracies and Brian Katulis of the Center for American Progress argued "Better elected Islamists than dictators," while Zuhdi Jasser of the American Islamic Forum for Democracy and I argued the counter-argument. Well, no one really argued "for" anyone. The other team did not endorse Islamists, we certainly did not celebrate dictators. The issue, rather, was which sort of ruler is the lesser of two evils, and can be cudgeled to democracy.

Katulis blamed dictatorships for fostering "the sorts of ideologies" that led to 9/11 and Gerecht insisted that military juntas, not Islamists, generally are "the real danger. … The only way you’re going to get a more liberal order in the Middle East is through people of faith" who vote Islamists into office. Katulis argued that elected Islamists change and morph, becoming less ideological and more practical; they evolve in response to the rough and tumble of politics to focus on "basic needs" such as security and jobs.

President Mohamed Morsi meeting with Australia’s Prime Minister Julie Gillard in Sept. 2012.

In Iraq, Gerecht professed to find that "a tidal wave of people who were once hard core Islamists who … have become pretty profound democrats, if not liberals." As for Egypt, he noted approvingly but inaccurately that "The Muslim Brotherhood is having serious internal debates because they haven’t figured out how to handle [their success]. That’s what we want. We want them to fight it out."

Jasser and I replied to this catalogue of inaccuracies (military juntas led to 9/11?) and wishful thinking (true believers will compromise on their goals? a tidal wave of Iraqi Islamists became liberals?) by stating first that ideologues are "dictators on steroids" who don’t moderate upon reaching power but dig themselves in, building foundations to remain indefinitely in office. Second, ideologues neglect the very issues that our opponents stressed – security and jobs – in favor of implementing Islamic laws. Greedy dictators, in contrast, short on ideology and vision, do not have a vision of society and so can be convinced to move toward economic development, personal freedoms, an open political process, and rule of law (for example, South Korea).

Lo and behold, Morsi and the Muslim Brotherhood have followed exactly our script. Since taking power in August, Morsi (1) sidelined the military, then focused on entrenching and expanding their supremacy, most notably by issuing a series of orders on Nov. 22 that arrogated autocratic powers to him and spreading Zionist conspiracy theories about his opponents. He then (2) rammed through an Islamist-oriented constitution on Nov. 30 and called a snap referendum on it Dec. 15. Consumed with these two tasks, he virtually ignored the myriad issues afflicting Egypt, especially the looming economic crisis and the lack of funds to pay for imported food.

Morsi’s power grab stimulated anti-Islamist Egyptians to join forces as the "National Salvation Front" and confront Islamists in the most violent street clashes in six decades, forcing him partially to retreat from his Nov.22 orders. Ironically, after deftly sidelining the military in August, Morsi’s overreach created circumstances that returned ultimate authority to the generals, who can intervene for or against him. By choosing Islamist sympathizers as top officers and offering the military enhanced privileges in the proposed constitution, he has in all likelihood won their support. Martial law appears likely next.

In just three months, Morsi has shown that he aspires to dictatorial powers greater than Mubarak’s and that his rule portends to be an even greater calamity for Egypt than was Mubarak’s. He has neatly vindicated Jasser’s and my point: better dictators than elected Islamists. As I noted in the debate, Westerners should slam the door hard on ideological dictators like Islamists while pressuring greedy dictators to allow civil society. That offers the only exit from the false choice of two forms of tyranny.

Mr. Pipes (www.DanielPipes.org) is president of the Middle East Forum.

Voir aussi:

The Other Susan Rice File

How to embrace psychotic murderers and alienate a continent.

Bret Stephens

The WSJ

December 11, 2012

The trouble with a newspaper column lies in the word limit. Last week, I wrote about some of Susan Rice’s diplomatic misadventures in Africa during her years in the Clinton administration: Rwanda, Ethiopia, the Democratic Republic of Congo. But there wasn’t enough space to get to them all.

And Sierra Leone deserves a column of its own.

On June 8, 1999, before the Senate Foreign Relations Committee, Ms. Rice, then the assistant secretary of state for African affairs, delivered testimony on a range of issues, and little Sierra Leone was high on the list. An elected civilian government led by a former British barrister named Ahmad Kabbah had been under siege for years by a rebel group known as the Revolutionary United Front, led by a Libyan-trained guerrilla named Foday Sankoh. Events were coming to a head.

Even by the standards of Africa in the 1990s, the RUF set a high bar for brutality. Its soldiers were mostly children, abducted from their parents, fed on a diet of cocaine and speed. Its funding came from blood diamonds. It was internationally famous for chopping off the limbs of its victims. Its military campaigns bore such names as "Operation No Living Thing."

In January 1999, six months before Ms. Rice’s Senate testimony, the RUF laid siege to the capital city of Freetown. "The RUF burned down houses with their occupants still inside, hacked off limbs, gouged out eyes with knives, raped children, and gunned down scores of people in the street," wrote Ryan Lizza in the New Republic. "In three weeks, the RUF killed some 6,000 people, mostly civilians."

What to do with a group like this? The Clinton administration had an idea. Initiate a peace process.

It didn’t seem to matter that Sankoh was demonstrably evil and probably psychotic. It didn’t seem to matter, either, that he had violated previous agreements to end the war. "If you treat Sankoh like a statesman, he’ll be one," was the operative theory at the State Department, according to one congressional staffer cited by Mr. Lizza. Instead of treating Sankoh as part of the problem, if not the problem itself, State would treat him as part of the solution. An RUF representative was invited to Washington for talks. Jesse Jackson was appointed to the position of President Clinton’s special envoy.

It would be tempting to blame Rev. Jackson for the debacle that would soon follow. But as Ms. Rice was keen to insist in her Senate testimony that June, it was the Africa hands at the State Department who were doing most of the heavy lifting.

"It’s been through active U.S. diplomacy behind the scenes," she explained. "It hasn’t gotten a great deal of press coverage, that we and others saw the rebels and the government of Sierra Leone come to the negotiating table just a couple of weeks ago, in the context of a negotiated cease-fire, in which the United States played an important role."

A month later, Ms. Rice got her wish with the signing of the Lomé Peace Accord. It was an extraordinary document. In the name of reconciliation, RUF fighters were given amnesty. Sankoh was made Sierra Leone’s vice president. To sweeten the deal, he was also put in charge of the commission overseeing the country’s diamond trade. All this was foisted on President Kabbah.

In September 1999, Ms. Rice praised the "hands-on efforts" of Rev. Jackson, U.S. Ambassador Joe Melrose "and many others" for helping bring about the Lomé agreement.

For months thereafter, Ms. Rice cheered the accords at every opportunity. Rev. Jackson, she said, had "played a particularly valuable role," as had Howard Jeter, her deputy at State. In a Feb. 16, 2000, Q&A session with African journalists, she defended Sankoh’s participation in the government, noting that "there are many instances where peace agreements around the world have contemplated rebel movements converting themselves into political parties."

What was more, the U.S. was even prepared to lend Sankoh a helping hand, provided he behaved himself. "Among the institutions of government that we are prepared to assist," she said, "is of course the Commission on Resources which Mr. Sankoh heads."

Of course.

Three months later, the RUF took 500 U.N. peacekeepers as hostages and was again threatening Freetown. Lomé had become a dead letter. The State Department sought to send Rev. Jackson again to the region, but he was so detested that his trip had to be canceled. The U.N.’s Kofi Annan begged for Britain’s help. Tony Blair obliged him.

"Over a number of weeks," Mr. Blair recalls in his memoirs, British troops "did indeed sort out the RUF. . . . The RUF leader Foday Sankoh was arrested, and during the following months there was a buildup of the international presence, a collapse of the rebels and over time a program of comprehensive disarmament. . . . The country’s democracy was saved."

Today Mr. Blair is a national hero in Sierra Leone. As for Ms. Rice and the administration she represented, history will deliver its own verdict.

Voir également:

Dancing Around Genocide

David Feith

The WSJ

December 5, 2012

Is promoting genocide a human-rights violation? You might think that’s an easy question. But it isn’t at Human Rights Watch, where a bitter debate is raging over how to describe Iran’s calls for the destruction of Israel. The infighting reveals a peculiar standard regarding dictatorships and human rights and especially the Jewish state.

Human Rights Watch is the George Soros-funded operation that has outsize influence in governments, newsrooms and classrooms world-wide. Some at the nonprofit want to denounce Iran’s regime for inciting genocide. "Sitting still while Iran claims a ‘justification to kill all Jews and annihilate Israel’ . . . is a position unworthy of our great organization," Sid Sheinberg, the group’s vice chairman, wrote to colleagues in a recent email.

But Executive Director Kenneth Roth, who runs the nonprofit, strenuously disagrees.

Asked in 2010 about Iranian President Mahmoud Ahmadinejad’s statement that Israel "must be wiped off the map," Mr. Roth suggested that the Iranian president has been misunderstood. "There was a real question as to whether he actually said that," Mr. Roth told The New Republic, because the Persian language lacks an idiom for wiping off the map. Then again, Mr. Ahmadinejad’s own English-language website translated his words that way, and the main alternative translation— "eliminated from the pages of history"—is no more benign. Nor is Mr. Ahmadinejad an outlier in the regime. Iran’s top military officer declared earlier this year that "the Iranian nation is standing for its cause that is the full annihilation of Israel."

Mr. Roth’s main claim is legalistic: Iran’s rhetoric doesn’t qualify as "incitement"—which is illegal under the United Nations Genocide Convention of 1948—but amounts merely to "advocacy," which is legal.

"The theory" to which Human Rights Watch subscribes, he has written in internal emails, "is that in the case of advocacy, however hateful, there is time to dissuade—to rebut speech with speech— whereas in the case of incitement, the action being urged is so imminently connected to the speech in question that there is no time to dissuade. Incitement must be suppressed because it is tantamount to action."

Mr. Roth added in another email: "Many of [Iran's] statements are certainly reprehensible, but they are not incitement to genocide. No one has acted on them."

Really? What about the officials, soldiers and scientists behind Iran’s nuclear program? Mostafa Ahmadi Roshan was a senior nuclear scientist until his death in a car explosion this year. His widow afterward boasted: "Mostafa’s ultimate goal was the annihilation of Israel."

Hezbollah, the Lebanese terror group founded by the Tehran regime, is also unabashed about its motivations. Then there’s Hamas, the Tehran-backed Palestinian terror group whose founding charter declares that "Israel will exist and will continue to exist until Islam will obliterate it, just as it obliterated others before it."

If building nuclear weapons and deploying Hezbollah and Hamas aren’t "action" in Mr. Roth’s view, what is? "Incitement to genocide did occur in Rwanda," he has written to colleagues. "Radio Milles Collines identified the locations of Tutsis and directed organized gangs to hunt them down, which they promptly did, in real time."

So if genocidal talk isn’t causing genocidal action in "real time," Human Rights Watch must sit on its hands. That approach seems to miss the purpose of both the Genocide Convention—to stop genocide before it happens, not simply litigate it afterward—and of human-rights activism generally.

For decades Human Rights Watch has done brave reporting behind the Iron Curtain, in Saddam Hussein’s Iraq, communist China and other dark corners. Yet its silence on Iran’s genocidal rhetoric fits a pattern toward Israel.

Mr. Roth, when asked to comment for this article, said that a Human Rights Watch committee may review Iran’s rhetoric, but in his view Tehran isn’t inciting genocide and claims to the contrary are "part of an effort to beat the war drums against Iran." In other words, Tehran will continue to call for Israel’s obliteration—and Human Rights Watch will continue to sit back and watch.

Mr. Feith is an assistant editorial features editor at the Journal

Voir de plus:

Democracy Promotion or Islamist Promotion?
Bruce Thornton
Frontpage Magazine

December 12, 2012

The hope that democracy would bloom in Egypt following our collusion in removing Hosni Mubarak looks more and more delusional every day. Even our foreign policy wishful thinkers are no longer peddling the canard that the Islamist Muslim Brotherhood is “secular” and “moderate,” thus proving that Muslims devoted to the global expansion of Islam and illiberal Sharia law can be liberal democrats friendly to our interests. But despite being mugged by the Islamist reality, too many democracy promoters in the West still refuse to acknowledge that the Iranian Revolution, not the American Revolution, is the likely model for the so-called “Arab Spring.”

The latest moves by president Mohammed Morsi to aggrandize Muslim Brotherhood power in Egypt would not surprise anyone even casually familiar with that organization’s aims and ideology. But even those presumably in the know still cling to the Western narrative predicated on Western assumptions. For example, New York Times Cairo bureau chief David Kirkpatrick recently said, “The Brotherhood, they’re politicians. They are not violent by nature, and they have over the last couple of decades evolved more and more into a moderate — conservative but religious, but moderate — regular old political force.” It takes just such a massive failure of imagination to ignore the illiberal and Islamist implications of Morsi’s recent autocratic behavior, which is consistent with nearly 90 years of Muslim Brotherhood jihadist goals like “the Koran is our law” and “death for the sake of Allah is the highest of our aspirations.” Is that not an aim “violent by nature”? What other global “regular old political force” endorses such illiberal aspirations? Like many Westerners, Kirkpatrick confuses pragmatism for moderation.

And don’t be fooled by the fact that Morsi’s November 22 decree insulating his actions from judicial review has been partially rescinded. The decree already has served its purpose. The Islamist-dominated assembly has finished writing the new constitution that enshrines Sharia law, and a referendum on it will be held on Saturday. Ominously, Morsi has deployed the army as “security,” giving it the right to arrest civilians. As the Wall Street Journal reports, “If voters pass the constitution on Saturday, it could give Islamists a nearly free hand to redraft the architecture of Egypt’s nascent democracy.” Andrew McCarthy last week quoted Morsi adviser Khairat al-Shater to give us a hint at what purpose that new constitutional structure would serve: “to subjugate people to God on earth” and “to organize our life and the lives of the people on the basis of Islam,” which is “our main and overall mission as Muslim Brothers.” As for Kirkpatrick’s old-fashioned pol Morsi, Freedom Center Shillman Fellow Raymond Ibrahim recently reported that a Muslim Brotherhood official said on Egyptian television that “Supreme Guide” Muhammed Badie “rules Morsi.” If true, this means an Egyptian government hostile to Israel and supportive of the terrorist gang Hamas, which like Badie explicitly endorses genocide, and committed to the “Grand Jihad” of subverting Western civilization from within.

But what about the protesters in Tahrir Square? Don’t they represent a significant liberal opposition to an Iran-like state arising in Egypt? We will know after Saturday, when a postponement of the referendum, or a result rejecting the constitution, will demonstrate that the thousands protesting in Cairo we see on the news represent the preferences of 83 million Egyptians we don’t see. But as Andrew Bostom reports, research by Vote Compass Egypt suggests that 70% of Egyptians will vote for a constitution that legalizes religious intolerance and ignores fundamental human rights, an outcome consistent with several years of polling in Egypt that consistently has found widespread support for Sharia law. Perhaps that’s why the liberals are trying to postpone the vote and are calling for a boycott. They understand that “democracy” understood only as popular sovereignty will lead to illiberal and tyrannical results. If you don’t believe them, listen to influential cleric Sheik Yasser Borhami, who said of the new constitution, “This constitution has more complete restraints on rights than ever existed before in any Egyptian constitution. This will not be a democracy that can allow what God forbids, or forbid what God allows.”

Meanwhile, another venue of revolution against a brutal dictator, Syria, also looks more and more likely to result in chaos favorable not to liberal democracy, but to the Muslim Brotherhood and the more explicitly jihadist gangs fighting against Assad. According to the New York Times, the al-Qaeda franchise Al-Nusra Front “has become one of the uprising’s most effective fighting forces” since “its fighters, a small minority of the rebels, have the boldness and skill to storm fortified positions and lead other battalions to capture military bases and oil fields. As their successes mount, they gather more weapons and attract more fighters.” Other Islamist groups were recently seen in a video leading a sing-along extolling terrorism, the destruction of the World Trade Center, and the Taliban. More frightening still, another video has surfaced that — assuming it’s authentic — shows the Free Syrian Army killing rabbits with some sort of poison gas.

But don’t worry, the new “opposition alliance” endorsed by France and the US is lead by Moaz al–Khatib. As J.E. Dyer reports, Khatib is “a Muslim Brotherhood member with a history of anti-Semitic, anti-Western statements, who has castigated as ‘revisionists’ fellow Muslims (like Alawites) whose beliefs differ on the margins, and who believes that the bombing of Israelis is ‘evidence of God’s justice.’” Yet despite all the signs that, as Frontpage’s Daniel Greenfield wrote recently, “Syria is coming down to a race between the Iranian allied Syrian government, the Muslim Brotherhood and Al Qaeda,” according to the London Sunday Times, “The United States is launching a covert operation to send weapons to Syrian rebels for the first time,” including “mortars, rocket-propelled grenades and anti-tank missiles.” Some of the weapons come from “the stockpiles of Muammar Gaddafi” and “include SA-7 missiles, which can be used to shoot down aircraft.” It’s looking more and more like a reprise of the debacle in Libya, where US military power was used to arm and empower jihadist gangs like the one that assassinated 4 Americans in Benghazi.

So this is what ten years of democracy promotion in the Middle East have brought us: illiberal states increasingly dominated by unstable mixtures of jihadist terrorists and more tactically savvy Islamists like the Muslim Brotherhood who both share the goal of creating some version of Iran’s Islamic government. In short, we will have colluded in creating states hostile to our interests and security, and those of our closest ally in the region, Israel. Such are the fruits of foreign policy wishful thinking.

 

Voir enfin:

Shock Therapy’s Unsung Hero

Edward Lucas

The WSJ

December 11, 2012

The causes of modern economic growth are one great mystery, the sources of Russia’s plight another. Only someone with the intellectual ambition of Yegor Gaidar would try to penetrate both mysteries in a single volume.

Gaidar was for two decades one of the most important intellectual forces in Russia. As deputy prime minister he launched the country’s sprint to a market economy in November 1991, amid the ruins of the Soviet system. Personally austere and intellectually rigorous, he despised the corruption and cronyism that took root in Russia in the 1990s. But he was still more disillusioned by the authoritarian course plotted by Vladimir Putin after he became president in 2000. Gaidar died in 2009, at age 53.

"Russia: A Long View" synthesizes this remarkable man’s thinking about economics, history and politics. It ranges from the puzzles of slowing GDP per capita in the agrarian societies of the Neolithic Age to the quirks of alcohol consumption in 19th-century Germany. It is an uncompromising tombstone of a book, first published in Russia in 2005 but only posthumously in English, in an exemplary translation by Antonina W. Bouis.

Despite its Russo-centric title, Anders Åslund, the Swedish economist, describes "Russia: A Long View," in the book’s foreword, as one of the best single-volume economic histories of the world ever written.

It opens with a survey of Marxist analysis of economic growth. Gaidar has some sympathy for Karl Marx himself, who in Gaidar’s view saw the weaknesses in his own theories more clearly than his followers did. But he blasts the Marxist simplicities that surrounded much Soviet-era thinking about economic development—in particular the Marxian assumption that economies conform to "the iron laws of history." Far from obeying iron laws, Gaidar says, modern economies find themselves subject to "an incomplete, continuing process of dynamic transformations without precedent in world history."

Having established his theoretical framework, Gaidar turns to the root causes of Russia’s backwardness. He places special emphasis on the eclipse of the self-governing medieval republic of Novgorod in northern Russia, a polity akin, he says, to Italy’s then-thriving city-states.

When Novgorod was subjugated by Moscow in the 15th century, becoming part of Russia’s vast feudal apparatus, Russia became separated "culturally, religiously, politically and ideologically from the center of innovation that Western Europe was rapidly becoming." Whereas elements of a "taxpayers’ based democracy" were becoming entrenched in Europe, Russia’s system was of the "Eastern despotic type," based on maximizing the resources that the state could extract from the peasant population.

In the years before the Russian Revolution, Gaidar argues, the country was beginning to shed the burden of its past, with urbanization and fast economic growth narrowing the gap with Europe. But communist economics brought a sharply different course, marked by the state ownership of property, the bureaucratic allocation of resources, forced industrialization, militarism and ruthless political repression.

The economic growth that followed the revolution was fitful and unsustainable, Gaidar notes, recapitulating a theme of his earlier book, "Collapse of an Empire." In "Russia: A Long View," he turns quickly to the months after the Soviet collapse, citing the graphic memorandums about impending famine and social breakdown that piled up on his desk in November 1991. He rebuts several ideas about what happened at that time, including the bogus claim that economic reform caused the crisis—i.e., that price liberalization, monetary stabilization and privatization resulted in a catastrophic fall in output.

Such a claim, Gaidar says, comes from viewing the problem the wrong way round. Soviet money wasn’t real money, just as Soviet output wasn’t real production. The economy created goods and services that nobody wanted via processes that destroyed value rather than creating it. Ending phony incentives to produce was bound to send recorded output crashing down. Reform was necessary because the Soviet leadership had bequeathed a crisis that threatened the country’s very existence.

Gaidar concludes by assessing Russia’s current leadership. "It is not hard to be popular and have political support," he writes, "when you have ten years of growth of real income at 10 percent a year." But that era is over. The regime must now choose between repression ("tempting but suicidal") and what he calls "regulated liberalization."

In particular, he argues that Russia needs to restore freedom of speech, open up its process of decision- making, institute an independent judiciary and wage a "war on corruption." Taiwan, Spain and Chile, he says, offer examples of how to do it. It would be a task worthy of Gaidar’s own talents, if only he were around to offer them.

Mr. Lucas is the author of "Deception," a new book on Russian espionage, and "The New Cold War: Putin’s Russia and the Threat to the West."

Voir enfin:


Palestine/ONU: Ils ont enlevé l’étoile du drapeau jordanien et d’un seul coup nous étions palestiniens (It’s the continuation of war on zionism by other means, stupid !)

5 décembre, 2012

Toutes personnes qui, nées en pays étranger, descendant, en quelque degré que ce soit, d’un Français ou d’une Française expatriés pour cause de religion, sont déclarés naturels français et jouiront des droits attachés à cette qualité s’ils reviennent en France, y fixent leur domicile, et prêtent le serment civique. (…) Les religionnaires fugitifs et autres dont les biens ont été confisqués pour cause de religion, et leurs héritiers sont appelés à recueillir (…) les biens qui se trouvent actuellement dans les mains des fermiers préposés à leur régie. Loi du 15 décembre 1790
Les descendants des familles proscrites, lors de la révocation de l’Edit de Nantes, continueront à bénéficier des dispositions de la loi du 15 décembre 1790, mais à la condition d’un décret spécial pour chaque demandeur. Ce décret ne produira d’effet que pour l’avenir. Loi du 26 juin 1889
Voulons et entendons que l’Edit du feu Roi de glorieuse mémoire, notre très honoré seigneur et père, du 23 avril 1615, soit exécuté dans nos îles, ce faisant, ordonnons à tous nos officiers de chasser hors de nos îles tous les juifs qui y ont établi leur résidence, auxquels, comme aux ennemis déclarés du nom chrétien, nous commandons d’en sortir dans trois mois, à compter du jour de la publication des présentes, à peine de confiscation de corps et de biens. Code noir (article 1, mars 1685)
Une Allemagne de l’Ouest tronquée après la seconde guerre mondiale a absorbé et réhabilité pas moins de 9,7 millions de personnes déplacées. La petite Autriche a reçu 178 000 réfugiés hongrois à la suite de la Révolution hongroise de 1956. L’Italie a recueilli 585 000 Italiens déplacés issus des territoire cédés à la Yougoslavie et de diverses régions d’Afrique. La France a donné l’asile permanent à 1,4 millions de réfugiés (y compris des musulmans algériens) déplacés par l’émergence de nouveaux États souverains en Afrique du Nord et en Indochine. Les Pays-Bas, petits et bondés, ont accueilli et intégré 230 000 réfugiés d’Indonésie. La Turquie a réinstallé 150 000 Turcs expulsés par le régime communiste de Bulgarie. Julius Stone (Self-determination and the Palestinian Arabs", in I. Howe and C. Gershman eds., Israel, the Arabs and the Middle East, 1972)
Ce qui m’étonne le plus, c’est qu’après 50 ans le droit au retour soit toujours un problème entretenu par le grand nombre de Palestiniens encore dans les camps de réfugiés. Pourquoi sont-ils toujours là après 50 ans ? Sur le plan personnel, ma famille et moi, avec des millions d’autres, ont perdu leurs terres et leurs biens à la suite de la partition de l’Inde en 1947. Nous étions réfugiés. Les gouvernements Indiens et pakistanais ont fourni peu d’aide, mais surtout les réfugiés eux-mêmes, après un certain temps, se sont recréés une nouvelle vie. Il n’y a pas de camps de réfugiés sur aucun des deux côtés de la frontière indo-pakistanaise remplis de millions de gens faisant valoir leur droit au retour. Deepak Lal ("In Praise of Empires, Globalization and Order", 2004)
Les conversions massives à l’époque grecque et romaine enlèvent au judaïsme toute signification ethnologique, et coupent tout lien physique (mais non pas spirituel) avec la Palestine […] La plupart des Juifs de Gaule ou d’Italie, sont le produit de ces conversions. Quant aux Juifs du bassin du Danube, ou du Sud de la Russie, ils descendent sans doute des Khazars. Ces régions contiennent de nombreuses populations juives qui probablement n’ont rien à voir, du point de vue ethnologique, avec les Juifs d’origine. Ernest Renan (« Le Judaïsme comme race et religion », 1883)
La grande majorité des fellahs ne tirent pas leur origine des envahisseurs arabes, mais d’avant cela, des fellahs juifs qui étaient la majorité constitutive du pays. Yitzhak Ben Zvi (second président de l’Etat d’Israël, 1929)
Pourquoi le soir du 4 juin 1967 j’étais Jordanien et le lendemain matin j’étais Palestinien ? (…) Nous n’étions pas trop gênés par le royaume jordanien. L’enseignement de la destruction de l’Israël était une partie intégrale du programme d’études. Nous nous sommes considérés "Jordaniens" jusqu’à ce que les Juifs soient revenus à Jérusalem. Alors soudainement nous étions des "Palestiniens"… ils ont enlevé l’étoile du drapeau jordanien et d’un coup nous avons eu un "drapeau palestinien". (…) Le fait est que les "Palestiniens" sont des immigrés des nations environnantes ! Mon grand-père avait l’habitude de nous dire que son village était vide avant que son père ne s’y installe. Walid Shoebat, ancien terroriste islamiste de l’OLP, repenti et devenu sioniste chrétien)
Il n’y a aucune différence entre les Jordaniens, les “Palestiniens”, les Syriens et les Libanais. Nous faisons tous partie de la même nation. C’est seulement pour des raisons politiques que nous soulignons soigneusement notre identité “palestinienne”. L’existence d’une identité “palestinienne” distincte sert seulement un objectif tactique. La création d’un état “palestinien” est un nouvel outil dans la bataille continue contre Israël et pour l’unité arabe. Zuheir Muhsin (chef des Opérations militaires de l’OLP et membre du Conseil exécutif de l’OLP, Trouw, le 3 mars 1977)
Le peuple “palestinien” n’existe pas. La création d’un État “palestinien” est seulement un moyen de continuer notre lutte contre l’État d’Israël pour l’unité arabe. En réalité aujourd’hui il n’y a aucune différence entre les Jordaniens, les “Palestiniens”, les Syriens et les Libanais. Seulement, pour des raisons politiques et tactiques, nous parlons aujourd’hui de l’existence des “Palestiniens” pour des intérêts arabes exigeant la création d’un peuple “palestinien” pour nous opposer au sionisme. Zuheir Muhsin (interview au Pakistan, 2006?)
L’objectif du peuple palestinien est la réalisation de ses droits nationaux inaliénables dans son État indépendant de Palestine, avec Jérusalem-Est comme capitale, sur tout le territoire de la Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est, et la bande de Gaza, occupée par Israël pendant la guerre de juin 1967, en conformité avec les résolutions de la légitimité internationale ainsi que la réalisation d’une solution juste et convenue à la question des réfugiés palestiniens conformément à la résolution 194, tel que stipulé dans l’Initiative de paix arabe, qui a présenté la vision consensuelle arabe pour résoudre le cœur du conflit israélo-arabe et de parvenir à une paix juste et globale. Mahmoud Abbas (ONU, 29.11.12)
Israël est un paradoxe intéressant: c’est une création artificielle récente et en même temps l’aboutissement d’une longue histoire, celle d’une communauté qui s’est pensée en exil. La langue illustre cette double dimension: on a repris une langue ancienne, uniquement consacrée à l’étude pendant deux mille ans, pour en faire une langue vernaculaire. Pour moi, comme pour mes collègues spécialistes d’autres domaines d’ailleurs, les nations sont toutes des constructions modernes. Ce n’est pas pour autant qu’elles doivent disparaître mais c’est pourtant cela qu’on sous-entend souvent avec Israël. Jacques Ehrenfreund
The myth of the 1966 Palestinian Convent that the "Palestinian people" was unjustly displaced by the Jewish invasion of Palestine in 1917 is widely disseminated and unquestioningly and dogmatically espoused in "studies" from the United Nations Secretariat. However, it is necessary to recall, not only the Kingdom of David and the succession of Jewish polities in Palestine down to Roman conquest and dispersion at the turn of the present era, but also that the Jews continued to live in Palestine even after that conquest, and were in 1914 a well-knit population there. Hundreds of thousands of other Jews, driven from the Palestine homeland by successive waves of Roman, Arab, and other conquerors, continued to live on for centuries throughout the Middle East, often under great hardship and oppression. And, of course, millions of others were compelled to move to other parts of the world where too often, as in pogrom-ridden Russia and Poland, they live in conditions of tyrannous and humiliating subjection and under daily threat to their lives… That the provision for a Jewish national home in Palestine was an application of the principle of self determination is manifest from the earliest seminal beginning of the principle. The Enquiry Commission, established by President Wilson in order to draft a map of the world based on the Fourteen Points, affirmed the right of the Jewish people that “Palestine should become a Jewish State” clearly on this ground. Palestine, the Commission said, was “the cradle and home of their vital race”, the basis of the Jewish spiritual contribution, and the Jews were the only people whose only home was in Palestine. It would be difficult to provide a more succinct statement of the essence of the self determination principle. (…) In fact the name Palestine had not for centuries (perhaps millennia) before 1917 referred to a defined political, demographic, cultural, or territorial entity. In the immediately preceding centuries it was a part of the Ottoman Empire designated as Southern Syria and governed from Damascus. In 1917, its northern part, from Safed almost to Jerusalem, was part of the Vilayet of Beirut and the whole of it was claimed to be part of Syria. The Arabs living there were not regarded by themselves or others as “Palestinians” or in any major respect as different from their brethren in Syria and Lebanon. This “Syrian” rather than “Palestinian” identification of Arabs living in Palestine underlay the request of the General Syrian Congress on July 2, 1919, that there should be no separation of the southern part of Lebanon, from Syrian country. A main argument thus made by Arabs in post-World War I negotiations was not that “Palestinians” would resent the loss of Palestinian identity by the establishment of the Jewish national home in Palestine, but rather that they would resent severance of their connection with their fellow Syrians… In the light of these facts, the notion that the Arabs living in Palestine regarded themselves in 1917, at the time when Woodrow Wilson’s seminal self-determination principle emerged, as a Palestinian Arab people in the sense required by the self-determination principle (or, as I may sometimes here call it, “the liberation of peoples principle” or “liberation principle”) is thus a figment of unhistorical imagination. To respect the historical facts is, therefore, not to impugn the liberation principle; it merely points out that the principle must be applied at the appropriate time to the facts of group life as they truly exist. These historical facts continue to reverberate today in Arab state circles. President Assad of Syria in 1974 stated that Palestine is a basic part of Southern Syria (New York Times, March 9 1974). On this on November 17, 1978, Yasser Arafat commented that Palestine is southern Syria and Syria is northern Palestine (Voice of Palestine, November 18, 1978 … (…) The distribution between Arabs and Jews after World War I was certainly implemented in succeeding decades as far as Arab entitlements were concerned. Arabs claims to sovereignty received extensive fulfillment in the creation of more than twenty sovereign states following World War I, not only in the Middle East but in Africa as well. Altogether this historical process included the following features: First, despite all the extraneous Great Power maneuverings, Jewish and Arab claims in the vast area of the former Ottoman Empire came to the forum of liberation together, and not (as is usually implied) by way of Jewish encroachment on an already vested and exclusive Arab domain. Second, the territorial allocation made to the Arabs, as now seen in about a dozen sovereignties in the Middle East (not to speak of many Arab sovereignties elsewhere) was more than a hundred times greater in area, and hundreds of times richer in resources than the Palestine designated in 1917 for the Jewish national home. Third, by successive steps thereafter, this already tiny allocation to Jewish claims was further encroached upon. Thus, already in 1922, a major part of it (namely 35,468 out of 46,339 square miles, including the more sparsely populated regions) was cut away to establish the kingdom of Transjordan (now known as the Hashemite Kingdom of Jordan). With so preponderant an Arab allocation capable, as events since 1973 now show, of threatening the economic existence of most of the rest of the world, it seemed reasonable to expect Arab acquiescence in the minute allotment to the Jews of Israel as their only national home. The extraordinary campaign against the State Of Israel in the General Assembly since the oil weapon was drawn from its scabbard in 1973 involves subversion both of basic international law principles, and of rights and obligations vested in states under them. It has also entailed rather grotesque reversals of the United Nations own position of the preceding quarter-century, as part of a wide and illicit rewriting of history. Considered in the context above sketched, this campaign is a kind of pilot operation in a remarkable venture in the detournement de pouvoir an assault with covert as well as overt elements, on the international legal order. It would follow that what is at stake are not only the range of state interests that lie within the lawful concern of the organs of the United Nations, but all interests of states that the General Assembly can by the ipse dixit of automatic majorities reach out to control, truncate or destroy. Julius Stone

Attention: une invention peut en cacher une autre !

Où l’on (re)découvre comment par un beau matin de juin 1967 et au prix d’une étoile en moins sur leur drapeau, une partie des Jordaniens se sont brusquement réveillés "palestiniens" …

Au lendemain d’un énième épisode de réécriture de l’histoire par le Machin

Avec le honteux soutien du Pays autoproclamé des droits de l’homme

Et alors que le Monde dit civilisé ne trouve pas de mots assez durs pour dénoncer l’annonce de la reprise de constructions israéliennes autour de Jérusalem …

Pendant qu’à Gaza comme à Ramallah, on appelle à une "troisième Intifada contre l’ennemi sioniste" ou "la prochaine fois bombarder Haïfa"

Petite remise des pendules à l’heure, sans parler de ceux qui ont probablement des racines juives, sur l’invention du peuple palestinien

Le mythe "palestinien"

JSS News
27 mai 2011

Le mois de septembre approchant à grands pas, l’article que vous allez lire, rédigé par « Durandal » le 10 avril 2006 pour le défunt blog « enpleindanslmille.blogspot.com », m’a semblé suffisamment complet et documenté pour ne pas prendre le risque de le voir disparaitre définitivement. Il est une réponse cinglante et parfaitement argumentée à la propagande éhontée qui est devenu la nouvelle histoire de notre monde à la 1984. Bonne lecture, et shabbat shalom à tous. – Gally

Les fausses « racines anciennes »

Les supporteurs de la « cause palestinienne » scandent à tour de bras que les Arabes « palestiniens » vivent depuis « des milliers d’années » en « Palestine ».

Des Arabes côtoient des Juifs dans cette région depuis des milliers d’années, ceci est vrai. Toutefois, ils n’ont jamais vécu en Terre d’Israël elle-même, ils étaient établis au sud et à l’est. Les Arabes en question sont les Nabatéens, une ancienne nation de chameliers-marchands.

Ces Arabes sont originaires de l’Arabie du Nord. Ils émigrèrent vers le territoire d’Édom (l’actuel désert du Néguev) 350 ans notre ère. Leur métropole fut Pétra, l’ancienne capitale des Édomites située à égale distance entre la Mer Morte et le Golfe d’Aqaba.

Peu à peu le Néguev fut connu sous le nom de Nabatène. Grâce à leurs caravanes allant d’un oasis à l’autre, ses habitants étendirent rapidement leur influence économique dans le Sinaï, l’est de la Jordanie actuelle, le sud de la Syrie actuelle et le nord-ouest de l’Arabie.

Voici une carte de la civilisation nabatéenne (prenez en compte que la partie en rouge ne correspond pas nécessairement à la région habitée par les Nabatéens, mais plutôt au centre de leurs activités commerciales).

La prochaine carte représente les routes commerciales terrestres des Nabatéens. Bien que leurs caravanes traversaient fréquemment la Terre d’Israël, celle-ci était habitée par les Juifs et les Samaritains.

Au cours de la guerre des Juifs contre les Helléniques en 166-142 av. J.-C., Juifs et Nabatéens furent alliés.

Le royaume nabatéen pris fin en l’an 106 lorsque la Nabatène est conquise par les Romains qui en font une province de leur empire.

Pendant les 2e, 3e et 4e siècles, les Nabatéens se convertirent au christianisme.

Au cours de leur histoire, les Nabatéens ne remplacèrent jamais les Juifs en tant qu’habitants de la Terre d’Israël, mais ils coexistèrent à côté d’eux sur un territoire distinct. Voici d’autres cartes de la province romaine d’Arabie :

Comme visible sur les cartes, les Nabatéens ne s’établirent pas à l’ouest du Jourdain. Ils s’installèrent toutefois à l’est du Jourdain et de la Mer Morte. Les Juifs attaquèrent les Nabatéens vivant en Pérée et en Moab en 90 av. J.-C. et en convertirent (de force) beaucoup au Judaïsme. En 32-31 av. J.-C., les Juifs attaquèrent encore les Nabatéens, cette fois en Décapole et en Ammon.

Les Arabes « palestiniens » ne sont donc pas des habitants millénaires de la « Palestine ».

La conquête arabo-musulmane

Les Arabes, dans le contexte des conquêtes islamiques, s’emparèrent de la Terre d’Israël en 638, la spoliant de leurs habitants Juifs et chrétiens.

Beaucoup de sources (dont plusieurs arabes) confirment le fait que la Terre d’Israël était encore judéo-chrétienne par la population et la culture malgré la diaspora juive et la domination islamique :

- L’historien James Parker a écrit : « Pendant le premier siècle après la conquête arabe [640-740], le Calife et les gouverneurs de la Syrie et de la Terre [Sainte] ont régné entièrement sur des sujets chrétiens et juifs. Mis à part des Bédouins lors des premiers jours [du règne arabe], les seuls Arabes à l’ouest du Jourdain étaient les garnisons. »
– En 985 l’auteur arabe Muqaddasi s’est plaint qu’« à Jérusalem la grande majorité de la population est juive », et dit que « la mosquée est vide des adorateurs… ».

Quoique les Arabes aient régné sur la Terre d’Israël de 638 à 1099, ils ne sont jamais devenus la majorité de la population. La plupart des habitants étaient des chrétiens (assyriens et arméniens) et des Juifs.

Tout le monde conviendra que les Arabes ne prospérèrent pas plus pendant la période des croisades allant de 1099 à 1289.

L’ère ottomane

La seconde période de règne islamique est la seule qui reste aux Musulmans qui veulent affirmer qu’une grande nation arabo-musulmane existait en Terre Sainte avant que les Juifs viennent recréer leur État.

Voyons voir si les Juifs s’emparèrent d’une « contrée bien établie, peuplée et verdoyante » en retournant en Terre d’Israël comme les Arabes l’affirment de nos jours. Tous les récits de voyage et rapports sur la Terre d’Israël de cette époque attestent au contraire d’une région vide de l’Empire ottoman. Voici ce que plusieurs personnes ayant voyagé dans cette région on constaté :

- Ibn Khaldun, un des historiens arabes les plus crédibles, a écrit en 1377 : « La souveraineté juive sur cette terre s’est prolongée sur 1 400 ans… C’est les Juifs qui ont implanté la culture et les coutumes en s’y étant installé de manière permanente ». Après 519 ans (non consécutifs) de domination musulmane sur la Terre d’Israël, Ibn Khaldun a certifié que la culture et les traditions juives étaient encore dominantes.

- Edouard Webbe en 1590 : « Il n’y a rien à Jérusalem mis à part des vieux murs ».

- Henry Maundrell en 1697 : Nazareth, « un village minuscule et sans importance », Jéricho, « une bourgade minable et sale », Acre, « une désolation ».

- L’archéologue britannique Thomas Shaw en 1738 : la Terre Sainte « VIDE, désolée et manquant de tout, qui manque d’habitants ».

- Le comte François Volney en 1785 : « Nous avons du mal à reconnaître Jérusalem, on y compte environ 12 000 habitants. Le pays est désolé et ruiné. »

- Commentaires par des Chrétiens dans les années 1800 : « Les Arabes ne peuvent pas être considérés comme autre chose que des résidents temporaires. Ils ont placés leurs tentes dans un pays ruiné. Ils n’ont rien créé en Terre Sainte. Puisqu’ils sont des étrangers sur cette terre, ils ne sont jamais devenus ses maîtres. »

- Alphonse de Lamartine en 1832 : Mis à part à Jérusalem, il ne rencontra pas âme qui vive et que la Terre d’Israël était « le tombeau de tout un peuple [les Hébreux] ».

- William Thackeray en 1844 : « La région est abandonnée. Nous n’avons vu aucun animal se déplacer parmi les pierres. »

- Alexandre Keith en 1844 : « La Terre Sainte est arrivée à l’état de désolation total décrit par les prophètes. »

- Le consul britannique en Terre d’Israël, James Pinn en 1857 : « Le pays est presque inhabité, il a grand besoin d’habitants. »

- Le cartographe britannique Arthur Penrhyn Stanley en 1862 : « Ni signes de vie ni habitations en Judée, sur des distances entières. »

- Mark Twain en 1867 : « Pas un seul village dans la Vallée de Jezréel, rien sur 30 miles dans les 2 sens. 2 ou 3 petits groupes de tentes bédouines, mais pas une seule habitation permanente. On peut voyager pendant 10 miles sans rencontrer 10 êtres humains. Déserts sans âme qui vive, collines VIDES, ruine mélancolique de Capharnaüm, stupide village de Tibériade, enterré sous six palmiers. Nous arrivâmes à Tabor sans rencontrer âme qui vive tout au long du chemin. Nazareth est désolée, Jéricho est en ruine, Bethléem et Béthanie, dans leur pauvreté et leur humiliation, ces endroits n’abritent pas une créature vivante. Un pays désolé, dont la terre serait peut-être assez riche si elle n’était abandonnée aux mauvaises herbes. Une étendue silencieuse, triste. À peine y a-t-il un arbre ou un arbuste, çà et là. Même les oliviers et les cactus, ces fidèles amis d’un sol sans valeur, ont quasiment déserté le pays. »

– Le consul américain à Jérusalem en 1880 rapporte que la région continuait son déclin : « La population et la richesse de la « Palestine » n’a pas augmenté pendant les 40 dernières années. »

- B. W. Johnson en 1892 : « Dans la partie de la plaine entre le mont Carmel et Jaffa on voit à peine quelques villages ou autres formes de vie humaine. Caesarea est maintenant entièrement abandonné. La désolation est partout autour de nous. »

- Compte-rendu de la commission royale Britannique de 1913 : « La région est sous-peuplée et est restée économiquement stagnante jusqu’à l’arrivée des premiers pionniers sionistes dans vers la fin des années 1880, qui sont venus pour reconstruire la terre juive. La route qui va de Gaza vers le nord n’est qu’une piste estivale tout juste bonne pour les chameaux et les charrettes. On ne voit ni bosquet d’orangers, ni verger, ni vigne, jusqu’à ce que l’on arrive en vue du village de Yavné. Les maisons sont des torchis. Il n’existe pas d’écoles. La partie orientale en direction de la mer est quasiment désertique. Les villages, dans cette région, sont rares et chichement peuplés. Beaucoup de villages sont désertés par leurs habitants. »

- Dawood Barakat, éditeur du journal égyptien Al-Ahram en 1914 : « Les Sionistes sont nécessaires pour le pays : l’argent qu’ils apporteront, leur connaissances, leur intelligence et l’industrialisation qui les caractérise contribueront sans aucun doute à la régénération du pays. »

Voilà pour le pays verdoyant et habité « envahi » par les Juifs. Fait historique : sous la domination turque, la terre était à l’abandon et dépeuplée. La terre s’est peuplée à la fois de Juifs et d’Arabes car les Juifs sont revenus et ont commencé à la réhabiliter.

Une seule ville arabe fut construite en Terre d’Israël : Ramleh. Toutes les autres sont des villes juives rebaptisées par eux. L’historien suisse Félix Bovet notait en 1858 : « C’est parce que les Arabes ne sont pas des autochtones qu’ils n’y construisent rien. »

Le mandat britannique

Après la Grande Guerre, les Britanniques héritèrent de ce morceau de l’Empire ottoman défait. Beaucoup de citations de l’époque attestent que le pays était désolé et qu’il n’existait pas d’entité dite « palestinienne ».

- Hussein Al-Qibla, gardien des lieux saints en Arabie Saoudite en 1918 : « Les ressources du pays et le sol vierge seront développés par les immigrés juifs. [...] Nous avons vu les Juifs des pays étrangers venir en « Palestine » de Russie, d’Allemagne, d’Autriche, d’Espagne, d’Amérique. [...] Ils ont su que le pays était pour ses fils d’origine, [...] une patrie sacrée et aimée. Le retour de ces exilés à leur patrie s’avérera matériellement et religieusement [être] une expérimentation pour leurs frères [autres Juifs]. »

- Lewis French, le directeur britannique du développement de la « Palestine » en 1931 : « Nous l’avons trouvée [la "Palestine"] habitée par des Fellahs [agriculteurs arabes] qui vivent dans des taudis de boue et souffrent sévèrement de la malaria très répandue. De grands secteurs étaient non cultivés. [...] Il n’y avait presque aucune sécurité publique, Les fellahs sont sans cesse soumis au pillage de leurs voisins nomades, les bédouins. »

Voici une carte des divisions administratives de la région sous domination ottomane. La mention de « Palestine » n’apparait nulle-part. La Terre d’Israël est divisée en trois secteurs, la Syrie à l’est, Beyrouth au nord-ouest et Jérusalem au sud-ouest.

Le représentant arabe en « Palestine » déclara en 1919 : « Nous considérons la « Palestine » comme faisant partie de la Syrie. »

Le dirigeant arabe en Terre d’Israël Awni Bey Abdul Haadi déclara en 1937 : « Il n’y a pas de pays tel que la « Palestine ». « Palestine » est un terme que les Sionistes ont inventé. Il n’y a pas de « Palestine » dans la Bible. Notre pays a fait partie de la Syrie pendant des siècles. « Palestine » nous est aliène, c’est les Sionistes qui l’ont introduits. »

Le professeur Philip Hitti, historien arabe, déclara en 1946 « Il n’y a pas de chose telle que la « Palestine » dans l’histoire, absolument pas. »

Le représentant du Haut Comité arabe aux Nations Unies déclara en 1947 : « La « Palestine » fait partie de la province de Syrie. Les Arabes vivant en Palestine ne sont pas indépendants dans le sens qu’ils ne constituaient pas une entité distincte. »

Le représentant de l’Arabie Saoudite aux Nations Unies déclara en 1956 : « C’est une connaissance générale que la « Palestine » n’est rien d’autre que la Syrie du sud. »

Le roi Hussein de Jordanie répéta plus d’une fois : « Il n’y a aucune distinction entre la Jordanie est la « Palestine ». »

Hafez Assad (ex-Président syrien) déclara : « Il n’y a pas de peuple « palestinien », il n’y a pas d’entité « palestienne ». »

Ahmed Shuqeiri (ex-président de l’OLP) déclara : « La « Palestine » ne fut jamais rien d’autre que la Syrie du sud. »

À cette époque, les Arabes (ainsi que tout le monde) n’ont jamais soulevé la question d’un État « palestinien » car les Arabes eux-mêmes n’exigeaient pas d’État pour un peuple qui n’existait PAS !

La « Palestine » n’a jamais constitué un pays et le concept même de « Palestine » n’existait pas dans l’Empire ottoman !

Le mot même de « Palestine » (ou mot équivalent désignant cette région) n’était quasiment pas utilisé chez les Turcs et les Arabes. Il n’y avait ni État ni peuple « palestinien ». Les Arabes vivant en Terre d’Israël se considéraient comme Syriens ou Égyptiens.

Une pseudo-nation créée le lendemain de la Guerre des Six jours

« Pourquoi le soir du 4 juin 1967 j’étais Jordanien et le lendemain matin j’étais Palestinien ? »

« Nous ne nous sommes pas en particulier occupés du règne jordanien. L’enseignement de la destruction de l’Israel était une partie intégrale du programme d’études. Nous nous sommes considérés « Jordaniens » jusqu’à ce que les Juifs soient revenus à Jérusalem. Alors soudainement nous étions des « Palestiniens »… ils ont enlevé l’étoile du drapeau jordanien et d’un coup nous avons eu un « drapeau palestinien ». »

« Le fait est que les « Palestiniens » sont des immigrés des nations environnantes ! Mon grand-père avait l’habitude de nous dire que son village était vide avant que son père ne s’y installe. »

Walid Shoebat, ancien terroriste islamiste de l’OLP, repenti et devenu sioniste chrétien

Zahir Muhsin, un ancien membre du comité exécutif de l’OLP et l’ancien commandant militaire de la même organisation, déclara en mars 1977 au journal néerlandais Trouw :

« Il n’y a aucune différence entre les Jordaniens, les « Palestiniens », les Syriens et les Libanais. Nous faisons tous  partie de la même nation. C’est seulement pour des raisons politiques que nous soulignons soigneusement notre identité « palestinienne ». L’existence d’une identité « palestinienne » distincte sert seulement un objectif tactique. La création d’un état « palestinien » est un nouvel outil dans la bataille continue contre l’Israël. »

Et encore en s’adressant à un hebdomadaire pakistanais en 2006 :

« Le peuple « palestinien » n’existe pas. La création d’un État « palestinien » est seulement un moyen de continuer notre lutte contre l’État d’Israël pour l’unité arabe. En réalité aujourd’hui il n’y a aucune différence entre les Jordaniens, les « Palestiniens », les Syriens et les Libanais. Seulement, pour des raisons politiques et tactiques, nous parlons aujourd’hui de l’existence des « Palestiniens » pour des intérêts arabes exigeant la création d’un peuple « palestinien » pour nous opposer au sionisme. »

Vérité historique : le peuple « palestinien » et le pays « Palestine » n’existaient pas avant que les Arabes les inventent de toutes pièces pour éventuellement ANÉANTIR Israël.

Cette affirmation peut sembler radicale, mais je vous conseille de lire l’article suivant :

Palestinians – « Peoplehood » Based on a Big Lie [Myths and Facts]

Voici quelques passages sélectionnés :

« There is no age-old Palestinian people. Most so-called Palestinians are relative newcomers to the Land of Israel.

Like a mantra, Arabs repeatedly claim that the Palestinians are a native people. The concept of a ‘Stateless Palestinian people’ is not based on fact. It is a fabrication.

Palestinian Arabs cast themselves as a native people in « Palestine » – like the Aborigines in Australia or Native Americans in America. They portray the Jews as European imperialists and colonizers. This is simply untrue.

Aerial photographs taken by German aviators during World War I show an underdeveloped country composed mainly of primitive hamlets. Ashdod, for instance, was a cluster of mud dwellings, Haifa a fishing village. In 1934 alone, 30 000 Syrian Arabs from the Hauran moved across the northern frontier into Mandate Palestine, attracted by work in and around the newly built British port and the construction of other infrastructure projects. They even dubbed Haifa Um el-Amal (« the city of work »).

The fallacy of Arab claims that most Palestinians were indigenous to Palestine – not newcomers – is also bolstered by a 1909 vintage photograph of Nablus, today an Arab city on the West Bank with over 121 000 residents. Based on the number of buildings in the photo taken from the base of Mount Gerizim, the population in 1909 – Muslim Arabs and Jewish Samaritans – could not have been greater than 2 000 residents.

Family names of many Palestinians attest to their non-Palestinian origins. Just as Jews bear names like Berliner, Warsaw and Toledano, modern phone books in the Territories are filled with families named Elmisri (Egyptian), Chalabi (Syrian), Mugrabi (North Africa). Even George Habash – the arch-terrorist and head of Black September – bears a name with origins in Abyssinia or Ethiopia, Habash in both Arabic and Hebrew.

Palestinian nationality is an entity defined by its opposition to Zionism, and not its national aspirations. This point is admirably illustrated in the following historic incident :

« In 1926, Lord Plumer was appointed as the second High Commissioner of Palestine. The Arabs within the Mandate were infuriated when Plumer stood up for the Zionists’ national anthem Hatikva during ceremonies held in his honor when Plumer first visited Tel Aviv. When a delegation of Palestinian Arabs protested Plumer’s ‘Zionist bias’, the High Commissioner asked the Arabs if he remained seated when their national anthem was played, ‘wouldn’t you regard my behavior as most unmannerly ?’ Met by silence, Plumer asked : ‘By the way, have you got a national anthem ?’ When the delegation replied with chagrin that they did not, he snapped back, ‘I think you had better get one as soon as possible’. » But it took the Palestinians more than 60 years to heed Plumer’s advice, adopting Anthem of the Intifada two decades after Israel took over the West Bank and Gaza in 1967 – at the beginning of the 1987 Intifada. »

Six décennies après la déclaration d’indépendance d’Israël, nous pourrions nous attendre à ce que les Arabes arrêtent de jouer les victimes qui se font dérober leurs terres, mais non, le mythe perdure. On nous rappelle sans cesse dans les médias que les « colons » israéliens « occupent » la Judée-Samarie, qu’ils volent la propriété des « Palestiniens » et qu’ils y construisent incessamment des nouvelles « colonies ».

En fait, de 1950 à 1967, plus de 250 colonies arabes ont été fondés en Judée-Samarie et de 1967 à 2002, 261 autres colonies furent fondées par les Arabes (incluant Jérusalem et Gaza). Durand cette seconde période, seulement 144 « colonies » juives ont été fondées (incluant Jérusalem et Gaza).

À ce jour, les Arabes continuent toujours à faire immigrer des milliers de colons en Israël. En 1998, Yasser Arafat déclare « Dans 5 ans, nous aurons 6 millions d’Arabes vivant en « Cisjordanie » et à Jérusalem. Nous pouvons importer des Arabes. » Le gouvernement israélien avoue avoir permis à 240 000 (mais le nombre réel est probablement beaucoup plus élevé) « travailleurs » arabes d’entrer dans les territoires depuis 1993, ces « travailleurs » sont restés dans les territoires et sont devenus des colons.

Gaza ne comptait pas plus de 80 000 habitants « indigènes » en 1951. Comment est-il possible qu’en seulement 54 ans la population ait augmenté de 80 000 à plus de 1 300 000 habitants ? Ces Arabes de Gaza sont-ils capables de procréer d’une manière surnaturelle ? L’immigration massive est la SEULE explication plausible pour une augmentation démographique si forte. L’occupation arabe entre 1948 et 1967 était une occasion avantageuse pour les chefs arabes. Ils favorisèrent l’immigration massive de prétendus « Palestiniens » en Judée-Samarie/Gaza. Les immigrés venaient de chaque pays arabe, principalement l’Égypte, la Syrie, le Liban, l’Irak et la Jordanie.

Il est impossible de connaître le nombre de colons arabes ayant immigrés en Judée-Samarie/Gaza depuis 1952, mais une chose reste certaine : la majorité ÉCRASANTE des « Palestiniens » n’ont aucun héritage en « Palestine » avant la guerre d’indépendance d’Israël (et le reste ont, pour la grande majorité d’entre eux, aucune racine dans la région avant 1917, et la faible minorité restante n’en a aucune avant le 19e siècle).

La « Palestine » n’est qu’une région géographique ; elle n’est ni un peuple, ni une nation, on ne peut donc en faire un État.

Mis en ligne par Gally – JSSNews

> Sources

The True Identity of the So-called Palestinians [Im Nin'alu]
Occupation and Settlement : The Myth and Reality [Front Page Magazine]
Sionisme et vérité : Plaidoyer pour l’État juif [Objectif Information]
Politically Motivated Mythology of « Palestine » [Ertz Yisroel]
Ancient Nabatean Empire

Voir aussi:

SIONISME ET VÉRITÉ: PLAIDOYER POUR L’ETAT JUIF

14/06/2009

Je remets en ligne un texte mettant les points sur les i concernant Israël et la Palestine. Merci à Karlomann.

Le monde doit se sortir des mensonges arabes sur Israël.

Emmanuel Navon, professeur de relations internationales à l’Université de Tel-Aviv, directeur d’un cabinet de conseil

Document paru dans la revue Outre-Terre N°9- "Israël en Israël" – novembre 2004- Revue française de géopolitique.

Lors de la venue du président israélien en France en février 2004, le porte-parole de l’Elysée publia un communiqué pour confirmer l’attachement de la France à la légitimité de l’Etat d’Israël[1]. Quatre mois plus tard, Michel Rocard déclarait lors d’un discours prononcé à la Bibliothèque d’Alexandrie : « L’origine du problème palestinien est la promesse donnée par les Anglais aux Juifs de fonder un Etat-nation . Ce fut une erreur historique »[2].

Ces deux déclarations prouvent que la légitimité même de l’Etat d’Israël ne va pas de soi pour les dirigeants français. Quelle eût été la réaction de la France si le porte-parole de la présidence israélienne avait publié un communiqué confirmant l’attachement d’Israël à la « légitimité » de la République française ? Et comment la France aurait-elle réagi si un ancien Premier ministre israélien avait situé l’origine des guerres franco-allemandes dans l’établissement de l’Etat-nation français ?

Pourquoi Israël est-il le seul Etat-nation dont la légitimité continue d’être mise en cause ?

Après tout, il existe aujourd’hui dans le monde des Etats à la fois récents, artificiels et instables dont la seule « contribution » à l’humanité consiste dans une série interminable de guerres et de massacres ethniques. Mais personne ne s’interroge sur la légitimité du Soudan, de la République démocratique du Congo ou du Rwanda. Ce qui ne signifie bien entendu pas que ces Etats soient illégitimes ou qu’il faille démanteler tous les Etats militairement violents, historiquement incohérents et culturellement muets. Mais on constate simplement que les Etats ratés, les Etats voyous et les Etats fantoches, eux, ne font pas l’objet d’une remise en question. Au contraire, la communauté internationale a récemment élu le Soudan à la commission des droits de l’homme des Nations unies, alors même que le gouvernement de Khartoum est en train de perpétrer un génocide à l’encontre des chrétiens soudanais. De même que la Syrie qui soutient le terrorisme chiite et occupe le Liban depuis trente ans est actuellement membre du Conseil de sécurité…

De l’autre côté, vous avez le plus ancien peuple du monde, un peuple persécuté, humilié et massacré pendant deux mille ans d’exil, auquel son pays sert d’unique refuge ; un peuple sans égal par son apport culturel à l’histoire de l’humanité ; le seul Etat fondé sur une tradition de plus de trois mille ans ; le seul pays où des réfugiés faibles et démunis ont fait fleurir le désert, fondé une démocratie dans une région totalitaire, gagné toutes les guerres provoquées par des coalitions de six pays arabes, développé des industries, des technologies et une recherche scientifique améliorant chaque jour la vie de millions d’individus dans le monde ; le seul Etat garant d’une culture, d’une religion et d’un message qui sont au fondement de la civilisation occidentale et de la foi partagée par deux milliards d’être humains; le seul Etat au monde à avoir renoncé à des gains territoriaux acquis dans des guerres d’autodéfense au nom de la paix avec ses voisins.

Cet Etat, c’est l’Etat d’Israël, mais lui, et il est seul dans ce cas, doit en permanence justifier de son existence.

Nationalisme et démocratie : il n’y a pas d’exception sioniste

Les Juifs eux-mêmes critiquent le sionisme, qui est le nationalisme juif. Certains courants du judaïsme ultra-orthodoxe s’opposent pour des raisons théologiques à l‘existence d’un Etat juif, mais cette position ne se cantonne pas aux mouvements ultra-orthodoxes. De nombreux intellectuels juifs estiment que le nationalisme juif est incompatible avec l’éthique juive : le peuple juif, tel est l’argument, ne peut pas être la « lumière des nations » et disposer à la fois de pouvoir, car le pouvoir corrompt. L’absence d’un Etat et d’une armée seraient l’ultime garant de la spiritualité et de la moralité juives. L’une des figures de proue de cet antisionisme juif est George Steiner, professeur de littérature comparée aux universités d’Oxford et de Cambridge et penseur de renommée internationale. Ni Juif honteux, ni « Juif antisémite », Steiner est fier de son identité juive, mais il considère que le peuple juif ne peut avoir pour rôle de témoigner de la moralité et de la justice universelles qu’en situation d’exil et d’éloignement du pouvoir. Le sionisme, en conférant aux Juifs du pouvoir, aurait liquidé ce statut de pureté morale et le destin historiquement assigné au peuple juif. Comme beaucoup d’autres intellectuels, Steiner abhorre le nationalisme, mais son opposition au sionisme ne découle pas d’un refus général du nationalisme. Que le nationalisme soit une maladie incurable de tous les peuples ou pas, le peuple juif est le seul peuple qui ne puisse se permettre d’y succomber. Steiner n’est bien entendu pas le seul penseur juif à décrier l’idée d’un pouvoir juif temporel. Dès le début du XXe siècle, les philosophes juifs allemands Hermann Cohen et Franz Rosenzweig avaient développé des théories hégéliennes du « destin » du peuple juif avant la Shoah. Ils pensaient sincèrement que cette même Allemagne qui allait décimer un tiers du peuple juif incarnait le sommet de la culture et qu’elle était, pour les Juifs, la Terre promise. Or, nous ne vivons pas dans un monde idéal, mais dans le monde où six millions de Juifs ont été massacrés : au cœur coeur de l’Europe et en plein cœur coeur du vingtième siècle. La question qui se pose aux Juifs est alors de savoir s’ils préfèrent être parfaitement moraux et morts ou imparfaitement moraux et vivants. Une recherche du délicat équilibre entre idéal et réalité qui est d’ailleurs au centre de la pensée juive : le rôle de l’homme est d’améliorer le monde, pas de s’en détacher. La halakha, la loi juive, vise à introduire un élément de sainteté et de moralité dans le monde réel.

On affirme dans certains milieux intellectuels israéliens que Theodor Herzl, le père fondateur, ne voulait pas d’un Etat juif, mais qu’il préconisait un Etat des Juifs. C’est pourquoi son ouvrage majeur se serait intitulé en allemand Der Judenstaat, l’ « Etat des Juifs ». Or, les traductions anglaise et française de 1896 portent les titres explicites The Jewish State et L’Etat juif, un choix qui n’avait rien de fortuit puisque l’auteur connaissait les deux langues[3]. Par ailleurs, Herzl utilisait dans ses écrits de façon interchangeable les préfixes Juden- (« des Juifs ») et jüdisch (« juif »). Mais que voulait en réalité Herzl au-delà de la sémantique : un Etat à caractère juif ou un Etat neutre où les Juifs seraient majoritaires ?

Herzl était un Juif assimilé qui revint progressivement à ses origines après l’affaire Dreyfus. Sa correspondance et ses mémoires révèlent son attachement au judaïsme : « Dieu n’aurait pas préservé notre peuple aussi longtemps si nous n’avions pas une destin dans l’histoire de l’humanité »[4].

Ce qui ne signifie pas qu’il prônait une théocratie : « Nous saurons confiner les [rabbins] dans les temples, de même que nous saurons confiner les soldats dans les casernes », note-t-il dans l’Etat juif. Parce que ce qui unit les Juifs, ce qui les caractérise en tant que nation, de même que les Allemands ont la langue et les Suisses un territoire, c’est leur foi : « Nous nous reconnaissons comme nation à travers notre foi »[5] ; « notre foi est la seule chose qui nous ait préservés ». C’est pourquoi la tradition juive est « sacrée »[6]. Et donc : « Les rabbins seront les piliers de mon organisation, et je les honorerai. Ils élèveront, instruiront et éclaireront le peuple »[7]. Où encore au troisième congrès sioniste de Bâle : les Juifs pauvres de Russie seront « les meilleurs sionistes, parce qu’il n’ont pas oublié nos traditions et parce que leurs sentiments religieux sont profondément ancrés »[8] .

Herzl ne voulait donc en aucun cas dissocier l’Etat juif du judaïsme. La Déclaration d’indépendance de l’Etat d’Israël qu’il a contribué à fonder fait référence à la Bible et proclame que l’Etat réalisera la prophétie biblique du rassemblement des exilés. Le symbole de l’Etat d’Israël est le Chandelier du Temple de Jérusalem ; les fêtes nationales sont les fêtes juives ; l’hébreu la langue du pays ; il y a sur le drapeau national et les avions de l’armée de l’air l’étoile de David ; l’hymne national chante le « peuple libre sur notre terre ».

Certains prétendent qu’un Etat ne peut être à la fois juif et démocratique. C’est faux. Un Etat peut être démocratique sans qu’il y ait complète neutralité quant à son identité culturelle, ethnique et religieuse. L’Etat juif est le seul Etat du Moyen-Orient où des députés arabes siègent dans un parlement démocratiquement élu et où des juges arabes siègent dans des tribunaux (dont la Cour suprême ) indépendants du pouvoir exécutif. Israël promeut, comme beaucoup d’autres Etats, une identité nationale spécifique sans qu’il y ait pour autant discrimination entre ses citoyens, Juifs ou Arabes. Le fait que les Arabes israéliens ne se reconnaissent pas dans le drapeau et l’hymne du pays ne les empêche pas d’être des citoyens à part entière et de participer pleinement à la vie politique de leur pays. Qu’ils soient relativement désavantagés, idéologiquement et culturellement, handicapés par rapport à la majorité juive renvoie exactement au statut des minorités dans tous les autres Etats-nation démocratiques.

L’un des fondements de l’État juif est la Loi du retour. D’aucuns la qualifient de discriminatoire et raciste parce qu’elle confère aux seuls Juifs le droit automatique d’immigrer en Israël et de devenir citoyens israéliens. Mais il n’y a là nulle discrimination : la loi israélienne accorde automatiquement la citoyenneté à tout enfant né en Israël de parents israéliens, que ceux-ci soient juifs, arabes, druzes ou bédouins. Par ailleurs, tout non-Juif peut faire une demande d’immigration et de naturalisation. Israël a comme chaque pays souverain le droit d’accepter ou de rejeter pareille demande. Il n’y a aucun pays qui accorde automatiquement le doit d’immigration et de citoyenneté à quiconque le demande.

Le principe de rapatriement dans un Etat-nation est reconnu par le droit international. La résolution des Nations unies qui approuvait en 1947 l’établissement d’un Etat juif était destinée entre autres à permettre aux Juifs de contrôler l’immigration dans leur propre pays. Israël n’est par le seul Etat qui entretienne des relations privilégiées avec une importante diaspora et disposant d’une « loi du retour ». Pas moins de neuf pays européens : l’Autriche, la Belgique, la Grèce, la Hongrie, l’Italie, la Roumanie, la Russie, la Slovaquie et la Slovénie ont des lois qui octroient un statut privilégié aux membres de leur groupe ethnique vivant en dehors du pays avec une nationalité étrangère. Par exemple le droit grec attribue des droits privilégiés aux « Grecs ethniques » ( article 108 de la constitution ) ; la Grèce est également à l’origine d’une initiative visant à offrir la citoyenneté grecque aux quelque 300 000 Albanais d’origine grecque vivant en Albanie. La Russie a voté une « loi du retour » en 1999 : tout russe de souche devient automatiquement citoyen russe lors de l’immigration en Russie.

Le Conseil de l’Europe a adopté les recommandations de la « commission de Venise » (à propos du statut des hongrois d’outre-frontières) : les relations normées et préférentielles entre pays d’origine et diaspora sont compatibles avec le droit international tant qu’elles ne portent pas atteinte à la souveraineté des pays hôtes. Autrement dit, l’Europe elle-même a récemment légitimé les principes d’appartenance nationale et ethnique.

Les Etats-nation démocratiques – et Israël parmi eux – favorisent donc les intérêts de leur majorité sans pour autant nier les droits de leur(s) minorité(s). Quiconque appelle au démantèlement de l’Etat juif parce que les Arabes y sont en position de relatif désavantage handicap se doit, au nom de la logique, de l’honnêteté et du bon sens, d’exiger celui de tous les Etats-nation où vivent des minorités et le remplacement de celles-ci par des fédérations bi- ou multinationales, voire par des Etats strictement indifférents à cet égard, tant au plan idéologique qu’au plan culturel.

Ceux d’entre les Européens qui affirment que le concept d’Etat juif est dépassé, mais appliquent le même raisonnement à leur propre pays, sont au moins logiques. Pour eux, c’est le concept même d’Etat-nation qui est périmé et qui doit faire place à celui de fédération européenne post- et supranationale. L’Europe aurait déjà atteint cette phase postnationale où la nation, tout comme l’Etat-nation, appartient déjà à l’histoire. Ce qui n’est à l’évidence pas l’opinion des Basques, des Catalans, des Corses, des Ecossais, des Wallons et des Flamands.

D’autres préfèrent s’inscrire dans la contradiction. C’est le cas député arabe à la Knesset Azmi Bishara lequel suit les « théories critiques » du modèle national d’un Benedict Anderson : la nation ne serait pas une « donnée naturelle » [9]. Et-ce à dire que tous les nationalismes seraient artificiels et illégitimes ? : « Non, l’idéologie et l’identité nationale font partie intégrante de la modernisation sociale. Je suis moi-même un nationaliste arabe »[10]. La critique ne vaut donc que pour le nationalisme juif ; tous les nationalismes sont égaux, mais certains le sont plus que d’autres.

Les fondements de l’Etat juif

Contrairement aux Anglais en Amérique ou aux Français en Algérie, les Juifs ne furent pas des colons. Ils n’avaient pas de métropole, vivaient comme des étrangers minoritaires dans tous les pays du monde, ne représentaient les intérêts d’aucune puissance coloniale, n’avaient jamais été souverains qu’en terre d’Israël et n’avaient jamais cessé de considérer cette terre comme la leur. Les puissances coloniales, par ailleurs, étaient opposées au projet sioniste et si les Britanniques publièrent la Déclaration Balfour en 1917, ce fut pour trahir leurs engagements dès 1922.

La vraie question est de savoir si l’émergence d’une nouvelle idéologie ou d’une nation nouvelle justifie la fondation d’un Etat lorque l’Etat à venir porte atteinte aux droits d’une autre nation. L’opinion la plus répandue à cet égard est à l’évidence que oui : personne n’irait remettre en cause l’existence des Etats-Unis parce que leurs fondateurs ont expulsé ou tué les Indiens autochtones. Et quant à la nouveauté des Etats, il n’est pas de pays qui ne soutienne aujourd’hui l’établissement d’un Etat palestinien alors que le concept même de peuple palestinien est récent. D’autant que le penseur et célèbre historien de l’orientalisme palestinien, Edward Saïd, le reconnaît lui-même : « Le nationalisme palestinien est fondé sur l’expulsion des Israéliens »[11].

Pourquoi donc remettre en question la légitimité du seul Etat juif ? La réponse la plus courante est que les Juifs ne peuvent se permettre de faire un « comeback » historique sur le dos des Arabes. Veulent-ils un Etat ? Qu’ils aillent s’installer sur un lopin de terre australien ou canadien , cela nous épargnera un conflit sans issue au Moyen-Orient. Il est compréhensible, tel est l’argument, que les Juifs, après la Shoah, aient besoin d’un pied-à-terre quelque part dans le monde, mais ils doivent aussi comprendre qu’on ne peut réclamer la propriété d’un bien abandonné depuis si longtemps et occupé entre-temps par de nouveaux locataires. Quitte à tolérer ce « fossile », comme le suggérait « plaisamment » l’historien Toynbee, que ce soit dans un musée d’histoire naturelle !

Une argumentation curieusement avancée par ceux qui se font en même temps les avocats zélés de « droit au retour » des Palestiniens et veulent que quiconque a été expulsé de sa maison doit pouvoir rentrer chez lui, quelle qu’ait été la durée de l’exil. Un raisonnement qui tiendrait donc pour les Palestiniens, mais pas pour les Juifs. Sans compter que ceux qui déclarent les Juifs étrangers en Terre Sainte ne les considèrent pas non plus comme de « vrais Français » ou de « vrais Russes ». Or, si les Juifs sont étrangers aussi bien en « Palestine » qu’en diaspora, on se demande où ils seront chez eux !

Certains français illustres comprirent que le retour des Juifs sur leur terre n’était que justice. Jean Racine « Réjouis-toi, Sion, et sors de la poussière. Quitte les vêtements de ta captivité. Et reprends ta splendeur première. Les chemins de Sion à la fin sont ouverts. Rompez vos fers, Tribus captives ; Troupes fugitives, Repassez les monts et les mers : Rassemblez-vous des bouts de l’univers » (Esther, Acte III, scène IX).

Jean-Jacques Rousseau « Je ne croirai jamais avoir bien entendu les raisons des Juifs, qu’ils n’aient un Etat libre, des écoles, des universités, où il puissent parler et disputer sans risque. Alors seulement nous pourrons savoir ce qu’il ont à dire » (La Profession de Foi du vicaire savoyard).

Napoléon Bonaparte en 1799 à quarante kilomètres de Jérusalem : « Réveillez-vous Israélites ! L’heure est venue de réaliser votre indépendance politique comme nation parmi les nations ! ».

Ces grands Français connaissaient leur histoire d’Israël. Ils savaient que le nom « Palestine » vient de Philistins, un peuple de la mer Egée qui s’était installé au douzième siècle avant l’ère chrétienne sur la côte orientale de la Méditerranée. Lorsque les Romains écrasèrent la révolte des Juifs au deuxième siècle de l’ère chrétienne, ils tentèrent d’effacer toute mémoire juive en rebaptisant justement la Judée Palestina, du nom de leurs ennemis. D’où le mot arabe Filastin..

Or, les Hébreux avaient conquis la terre de Canaan qu’ils rebaptisèrent Eretz Israel mille trois cents ans avant l’ère chrétienne. Ils y vécurent en confédération tribale jusqu’à l’unification sous la première royauté de Saül. David, établit la capitale d’Israël à Jérusalem mille ans avant l’ère chrétienne. Son successeur, Salomon, fils de David, construisit le Temple de Jérusalem ; il laissa un royaume centralisé et fermement établi.

Après la mort de Salomon, le pays était divisé entre le royaume du Nord (Israël) et celui du Sud (Judée). Le royaume d’Israël fut détruit par les Assyriens en l’an 722 et celui de Judée par les Babyloniens en 587 avant l’ère chrétienne. Un demi-siècle plus tard, le roi de Perse Cyrus permit aux Juifs de revenir en Israël et d’y rebâtir le temple de Jérusalem. Alexandre le Grand repoussa les Perses et conquit la Judée en 332 av. J.C. Les Juifs se révoltèrent en 167 contre la dynastie hellénistique et ils rétablirent un Etat autonome en 142. Rome conquit la Judée en 63 av. J.C. et y instaura un régime juif vassal. Le royaume d’Hérode était directement soumis à Rome et les Juifs se soulevèrent en l’an 66 de notre ère. La « Guerre des Juifs » relatée par Flavius Josèphe s’acheva avec la destruction du Second Temple par les Romains en 70. Bar Kokhba organisa une seconde révolte en 132 et celle-ci fut écrasée par les Romains en 135. Après la division de l’Empire romain deux siècles plus tard, Byzance règna sur les Juifs soumis jusqu’à l’invasion arabe de 634-640. Les croisés s’emparèrent de la Terre Sainte en 1099 pour la « libérer » des musulmans , mais le royaume franc s’effondra avec la victoire des Mamelouks en 1291.Les Ottomans prirent la région en 1517 et la dominèrent jusqu’à l’installation des Britanniques en 1917. Les Britanniques quittèrent eux-mêmes la Palestine en 1947 et les Juifs y établirent leur Etat la même année.

De tous les peuples qui se sont succédés en Judée depuis la destruction du Second Temple par les Romains, seuls les Juifs sont encore là. Après la conquête de Canaan, ils ont souvent été privés de leur indépendance, mais leur présence n’a jamais été effacée et ils ne se sont jamais départis d’un attachement viscéral, évoqués plusieurs fois par jour dans les prières, à ce pays. Même au lendemain de la révolte de Bar Kokhba et de la répression violente qui suivit, les Juifs continuèrent de constituer une majorité dans leur pays et ils y jouissaient encore d’une certaine autonomie. A preuve que lorsque l’empereur Caracalla décida en 212 d’octroyer la citoyenneté romaine à ceux de ses sujets qui avaient un pays, les Juifs l’obtinrent. Pas de doute à Rome, à l’époque, que la Palestine était le pays des Juifs. C’est à l’époque des Romains, puis de Byzance, que furent composés en Judée la Mishna et le Talmud de Jérusalem. Les Juifs ne cessèrent d’ailleurs pas de combattre pour leur indépendance puisqu’une force juive de Judée fut constituée en 614 pour lutter aux côtés des Perses contre les Byzantins[12].

C’est l’invasion arabe qui déracina vraiment les Juifs. Contrairement à leurs prédécesseurs, les Arabes pratiquèrent une politique de colonisation intensive, de confiscation des terres et de démolition des maisons. C’est ce nettoyage ethnique qui fit des Juifs, pour la première fois dans l’Histoire, une minorité en Judée. L’idée reçue, de nos jours, est que les Juifs ont chassé les Arabes de leur terre. Mais historiquement et chronologiquement, ce sont les Arabes qui les chassèrent. Ces derniers devinrent majoritaires au septième siècle, et ce jusqu’au processus de reconquête par les premiers au dix-neuvième siècle. La Reconquista de l’Espagne par les chrétiens mit huit cents ans à se produire. En quoi la reconquête de la Judée par les Juifs, parce qu’elle a pris quatre siècles de plus, aurait moins de légitimité ? Ce serait par ailleurs donner raison à Ben Laden qui attribue l’Espagne aux Arabes. Non que le droit civil de certains pays, entre autres le droit juif, ne reconnaisse pas l’idée de propriété par défaut. Le voleur peut devenir propriétaire du bien volé si la victime a perdu tout espoir de retrouver son bien. Or, les Juifs, précisément, ne cessèrent jamais d’espérer retourner dans leur pays. C’est pourquoi ils refusèrent au demeurant un Etat en Argentine, en Ouganda, au Birobidjan et en Mandchourie.

Cependant, en dépit des efforts déployés par les Romains, puis par les Arabes et les croisés, les Juifs se maintinrent en Judée/Palestine. Leurs principales communautés du premier au dix-neuvième siècle furent : Safed, Tibériade, Hébron, Gaza, Rafah, Ashkelon, Césarée, Jaffa, Acre et Jéricho. Parmi les habitants juifs de Jéricho au septième siècle, il y avait les rescapés des massacres perpétrés par Mahomet contre les tribus juives d’Arabie. Au onzième siècle, les croisés massacrèrent des milliers de gens et de nombreux Juifs de France, d’Angleterre, plus tard d’Espagne, de Lituanie, du Portugal, de Sicile, de Sardaigne, de Rhodes et de Naples s’installèrent en Judée. Dès le douzième siècle, la population juive allait croissant. Au moment de la conquête ottomane, à peu près 10 000 Juifs vivaient à Safed, le communauté de cette ville comptant 15 000 âmes et une académie rabbinique au seizième siècle[13]. D’importantes communautés vivaient à la même époque à Jérusalem, à Hébron et à Acre. Quand on procéda au premier recensement à Jérusalem à l’époque des Ottomans en 1858, il s’avéra que les Juifs y constituaient la majeure partie de la population, les musulmans en représentant moins du quart. Bien avant la première vague d’immigration (aliyah) des Juifs européens en 1882, Jérusalem, Safed et Tibériade étaient des villes (ou plutôt des villages) à majorité juive.

Durant l’occupation ottomane, la vie des Juifs en Judée était intolérable. William Tanner Young, consul britannique à Jérusalem, rapporte le 25 mai 1839 au Foreign Office qu’ils étaient massacrés à Hébron, battus, expropriés à Jérusalem et interdits de prière dans les Lieux saints. Si leurs coreligionnaires d’Europe, du Yémen, d’Irak, de Turquie et d’Afrique du Nord les rejoignirent à la fin du dix-neuvième siècle, c’est que les conditions de vie en diaspora étaient plus terribles encore et parce que ces mêmes Juifs n’avaient jamais perdu l’espoir de revenir dans leur pays.

Les Arabes affirment de nos jours que les Juifs s’emparèrent d’une contrée bien établie, peuplée et verdoyante. Tous les récits de voyage et rapports sur la Palestine du XVIIe au XIXe siècle attestent au contraire d’une région vide de l’Empire ottoman. Henry Maundrell en 1697 : Nazareth, « un village minuscule et sans importance » ; Jéricho, « une bourgade minable et sale » ; Acre, « une désolation »[14]. L’archéologue britannique Thomas Shaw en 1738 : la Terre Sainte «vide, désolée et manquant de tout »[15]. Le comte Volney en 1785 : Nous avons du mal à reconnaître Jérusalem…on y compte environ douze mille habitants »[16]. Alphonse de Lamartine qui visita la région en 1832 écrit dans le Voyage en Orient (1835) qu’à part Jérusalem, il ne rencontra pas âme qui vive et que la Palestine était « le tombeau de tout un peuple ». Ou encore Alexandre Keith en 1844 : « A l’époque de Volney, la Terre Sainte n’en était pas encore arrivée à l’état de désolation totale décrit par les prophètes »[17]. Et puis le consul britannique en Palestine ottomane, James Pinn en 1857 dans un rapport à Londres : « Le pays est à peu près inhabité »[18]. Le compte rendu le plus célèbre de l’état des lieux de la Palestine ottomane à la fin du XIXe siècle et à la veille de la première aliyah est le journal de Mark Twain, témoin oculaire en 1867 :

« Pas un seul village [dans la Vallée de Jezréel] –rien sur trente miles dans les deux sens. Deux ou trois petits groupes de tentes bédouines, mais pas une seule habitation permanente. On peut voyager pendant dix miles sans rencontrer dix êtres humains (…) Déserts sans âme qui vive, collines vides (…) ruine mélancolique de Capharnaüm, stupide village de Tibériade, enterré sous six palmiers (…). Nous arrivâmes à Tabor sans encombre et sans rencontrer âme qui vive tout au long du chemin. Nazareth est désolée (…) Jéricho est en ruine, comme inchangée depuis le miracle de Josué il y a plus de trois mille ans; Bethléem et Béthanie, dans leur pauvreté et leur humiliation, n’ont plus rien pour rappeler qu’elles furent honorées par la présence du Sauveur, ces endroits où les bergers chantaient « paix sur terre, grâce à l’homme » n’abritent pas une créature vivante (…) Bethesda et Horzine ont disparu et les déserts autour d’elles où des milliers d’hommes écoutèrent la voix du Sauveur et mangèrent le pain miraculeux, elles se sont endormies dans une solitude qui n’est plus habitée que par des oiseaux de proie et des renards qui rôdent[19]."

On peut également citer le cartographe britannique Arthur Penrhyn Stanley : « ni signes de vie ni habitations en Judée, sur des distances entières » dans une oeuvre parue en 1862[20].

Voilà pour le pays verdoyant « envahi » par les Juifs en 1882. Au moment où passe Mark Twain, la population de la Palestine ottomane est de quelque 400 000 âmes – Juifs et Arabes confondus. La première vague d’immigration, en 1882, entraîna celle des Arabes de l’Empire ottoman qu’attiraient les perspectives d’emploi fournies par l’infrastructure juive en Palestine. Un fait attesté et durable : « L’immigration arabe en Palestine, depuis 1921, est nettement plus nombreuse que l’immigration juive », déclare par exemple le Président Roosevelt en 1939[21]. C’est que la « communauté juive palestinienne » a lancé une économie dynamique. En 1947, le salaire d’un ouvrier arabe de Jaffa multiplie par deux celui de son collègue de Naplouse. De 1922 à 1947, la population arabe croît dans les villes et régions où les Juifs sont majoritaires : de 290% à Haïfa, de 158% à Jaffa et de 131% à Jérusalem – pour une croissance de 50% en moyenne dans les régions où les Juifs ne sont pas installés[22]. Selon l’historien Ernst Frankenstein, au moins 25% des Arabes qui vivaient en Palestine en 1882 étaient des nouveaux venus ou les descendants des Egyptiens ayant conquis la région en 1831[23].

A la date où les Britanniques reçoivent de la Société des Nations en 1920 un mandat sur l’ensemble du territoire correspondant aujourd’hui à ceux d’Israël, de l’Autorité palestinienne et de la Jordanie, 900 000 personnes s’y trouvaient (dont 600 000 en Palestine occidentale, à l’ouest du Jourdain). Dès le début du XVIIIe siècle, les villages, en particulier le port de Jaffa, étaient peuplés non seulement de Juifs et d’Arabes, mais de Turcs, de Grecs, d’Arméniens, de Bosniaques, de Druzes, de Kurdes, de Perses, d’Egyptiens, de Templiers allemands…Les Arabes étaient pour l’essentiel nomades et ne constituaient qu’un groupe ethnique parmi d’autres. A l’époque de la partition par les Nations unies en 1947, les Juifs étaient majoritaires à l’Ouest : 538 000 contre 397 000 Arabes.

La Palestine n’a jamais constitué un pays et le concept même de Palestine n’existait pas dans l’Empire ottoman. Comme l’explique Bernard Lewis, le spécialiste du Proche-Orient : « Depuis la destruction de l’Etat juif dans l’Antiquité et jusqu’au Mandat britannique, le territoire connu sous le nom de « Palestine » n’avait pas de frontières…Cette région englobait des subdivisions administratives changeantes »[24]. La Syrie fut en 1887 divisée en deux vilayets : Beyrouth et Damas, et les sandjaks d’Acre et Naplouse rattachés à Beyrouth, celui de Jérusalem étant indépendant. Point de Palestine, donc, dans l’Empire ottoman, que ce soit au plan physique, administratif ou linguistique. Le mot même de Palestine n’était pas usité chez les Turcs et les Arabes. Ce furent les Britanniques qui « ressuscitèrent » la Palestina romaine. Il n’y avait ni Etat ni peuple palestinien. Comme le reconnut d’ailleurs le rapport Peel de 1937, qui n’était pourtant en rien favorable aux Juifs : « Durant les douze siècles qui se sont écoulés depuis l’invasion arabe, la pays a quasiment disparu de la scène historique (…) Il est resté en dehors de l’Histoire tant sur le plan économique que politique. Même sur le plan culturel et scientifique, sa contribution à la civilisation est nulle.»[25]. C’est, comme le notait déjà en 1858 l’historien suisse Félix Bovet, parce que les Arabes ne sont pas des autochtones, qu’ils n’y construisent rien[26]. Une seule ville arabe fut construite en terre d’Israël: Ramleh. Toutes les autres sont des villes juives rebaptisées par eux. La résolution du premier congrès islamo-chrétien de janvier-février 1919 à Jérusalem réuni afin de désigner les représentants locaux pour la Conférence de la paix est révélatrice: « Nous considérons la Palestine comme faisant partie de la Syrie arabe dont elle ne fut jamais séparée. Nous sommes liés à la Syrie par des liens nationaux, religieux, linguistiques, naturels, économiques et géographiques »[27]. Le dirigeant arabe palestinien Awni Abdul Haadi déclarait quant à lui déclarant à la Commission Peel en 1937 : « Il n’y a pas de Palestine. C’est un terme inventé par les sionistes. Notre pays a fait partie pendant des siècles de la Syrie »[28].

Les Arabes connaissaient ces faits et tous ne considéraient pas le retour des Juifs, contrairement à une opinion aujourd’hui répandue, comme une « invasion ». Personne n’allait à l’époque de la Conférence de la paix soulever la question d’un Etat palestinien, car les Arabes eux-mêmes n’exigaient pas d’Etat pour un peuple qui n’existait pas. L’émir Faysal, leader de la délégation arabe à Versailles, voulait un royaume arabe incluant la Syrie, le Liban, la Transjordanie, la Palestine, voire même l’Irak. Mieux : il existe toute une série de déclarations, évidemment conjoncturelles, de celui-ci allant dans le sens des sionistes. Par exemple l’accord officiel de coopération passé le 3 janvier 1919 avec Haïm Weizmann : les sionistes appuieraient l’émir dans son effort de construction nationale ; ce dernier, en revanche, encouragerait « les mesures adéquates » pour une « immigration massive des Juifs vers la Palestine ». Ou encore la lettre de Faysal datant de mars 1919 au juriste Felix Frankfurter : « Notre délégation d’ici à Paris est parfaitement au courant de la proposition soumise hier par l’organisation sioniste à la Conférence de la Paix et nous la considérons comme modérée et convenable. Nous ferons de notre mieux, en ce qui nous concerne, pour l’aider à réussir. Nous souhaiterons la plus cordiale bienvenue aux Juifs chez eux…Il (le docteur Weizmann) a été un grand soutien de notre cause et j’espère que les Arabes pourront bientôt être en mesure de rendre aux Juifs une partie de leur bonté ».

De fait, ce n’est pas avec le partage de l’ONU, approuvé par l’Assemblée générale en novembre 1947, que la communauté internationale reconnut aux Juifs le droit de disposer d’eux-mêmes dans leur patrie historique, c’est à la conférence de San Remo, en avril 1920, puisque la Puissance mandataire, la Grande-Bretagne, avait désormais pour mission explicite d’œuvrer d’oeuvrer à l’établissement en Palestine d’un foyer national juif. Les Juifs obtenaient leur droit à l’autodétermination à la sueur de leur front et après avoir asséché les marais, planté des arbres et construit des routes, des hôpitaux, et des écoles.

En juin 1922, le Livre blanc de Churchill séparait officiellement la Transjordanie de la Palestine et l’excluait du territoire ouvert à l’immigration juive. Les Arabes dont beaucoup s’étaient battus, contrairement à la Légion juive (unités britanniques ), du côté turc, se voyaient donc attribuer 80% de la Palestine originelle.

Quant aux Arabes de Palestine occidentale qui souhaitaient le rattachement à la Syrie, ils n’admirent jamais l’établissement d’un quelconque Etat juif.

D’où la vague de violences des années 20. Les Britanniques tentèrent d’apaiser la colère arabe en faisant désigner Hadj Amin al-Husseini comme mufti de Jérusalem à la mi-mai 1921. Cette erreur fut fatale : le personnage fit du rejet de l’autodétermination juive un devoir religieux et de l’assassinat de Juifs un acte légitime et louable. Avant al-Husseini, le partage de la Palestine occidentale entre un Etat juif et un Etat arabe était encore envisageable. Après lui, elle devint impossible. Ses incitations au meurtre trouveront une application extrême dans le massacre de Hébron en 1929 : soixante Juifs assassinés par les Arabes le 23 août sur encouragement et instructions, alors que la communauté sépharade vivait là depuis des générations ; c’était la première fois que la ville se vida de ses Juifs. 133 personnes massacrées dans une tuerie qui s’était étendue en particulier à Safed. Le mufti accusa d’ailleurs ses victimes d’avoir provoqué ces meurtres pour s’attirer la sympathie des Britanniques. Ceux-ci, au lieu de combattre le terrorisme racial, accédèrent néanmoins à la demande d’al-Husseini et baissèrent le quota de l’immigration juive en Palestine fin 1936. Un scénario qui allait faire ses preuves par la suite.

Hadj Amin al-Husseini rejeta vigoureusement les propositions de partition de la Commissioin Peel, en juillet 1937, qui recommandait d’accorder seulement un cinquième du territoire aux Juifs. Le rejet d’al-Husseini enterra le plan de partage et donc la création d’un refuge pour les Juifs alors même qu’Hitler était au pouvoir en Allemagne depuis quatre ans.

Peu après l’accession d’Hitler au pouvoir, le mufti avait écrit au consul d’Allemagne à Jérusalem : « Les musulmans de Palestine et d’ailleurs accueillent favorablement le nouveau régime en Allemagne et ils espèrent que le système fasciste et antidémocratique s’étendra aux autres pays »[29]. Il avait organisé des « scouts nazis » sur le modèle des Hitlerjungen. La swastika était devenu un symbole populaire parmi les Palestiniens, tout comme la chanson : « Plus de Monsieur, plus de Mister ! Au ciel Allah et sur terre Hitler ! ». Le terrorisme arabe, soutenu par l’Allemagne, s’en prenait systématiquement aux civils juifs, dans les hôpitaux, les théâtres, les magasins et les maisons. Al-Husseini, qui rencontra Hitler en 1941, a coopéré avec le régime nazi : il promit de fomenter une nouvelle révolte panarabe en échange de l’indépendance après la guerre et de l’abrogation du foyer national juif ; il suggéra par exemple l’envoi des enfants juifs de Hongrie en Pologne[30]. Le mufti visita Auschwitz et relate dans ses mémoires : « Notre condition sine qua non à une coopération avec l’Allemagne était d’obtenir une liberté d’action totale pour éliminer tout Juif de Palestine et du monde arabe. Je demandai à Hitler un engagement explicite nous permettant de résoudre le problème juif suivant nos aspirations nationales et raciales, et conformément aux méthodes scientifiques modernes des Allemands. Sa réponse fut : ils sont à vous ! »[31]. C’est al-Husseini qui forgea les expressions « Itbah al Yahud » (Tuez les Juifs) et « Nashrab dam al Yahud » (Nous boirons le sang des Juifs).

Son étroite collaboration avec les nazis le grandit encore dans le monde arabe : l’Egypte lui accorda un statut de réfugié politique et le conseil national palestinien l’élut à sa tête en 1948. Il continue de figurer comme grand personnage des Arabes palestiniens et Arafat ne cesse de faire référence à lui en tant que « héros » (interview à al-Quds du 2 août 2002).

Après la Seconde Guerre mondiale, les peuples ayant soutenu les Nazis furent punis pour leurs crimes: par exemple, les Sudètes furent expulsés de Tchécoslovaquie par les Alliés et envoyés en Allemagne. Les Arabes de Palestine, en revanche, eurent droit à un meilleur traitement. En dépit de leur combat commun avec les Nazis, l’ONU leur reconnu le droit à un État avec le Plan de partage de 1947, en plus de l’État établi sur 80% de la Palestine mandataire par la Grande-Bretagne en 1922. Après la Shoah, dans laquelle six millions de Juifs périrent, le droit des Juifs à un État allait de soi. Pas seulement pour les Juifs d’Europe rescapés des camps, mais également pour les Juifs des pays arabes qui étaient traités comme citoyens de deuxième classe (dhimmis) dans les régimes d’apartheid arabes.

On entend souvent dire que les victimes de la Shoah avaient droit à un État, mais que c’était aux Allemands de payer une réparation territoriale et pas aux Arabes palestiniens. Cet argument est spécieux pour deux raisons. D’abord, comme je l’ai montré plus haut, la Palestine n’était pas plus arabe que juive, le droit des Arabes à un État fut reconnu par le plan de partition (qu’ils rejetèrent), et il n’y eut jamais d’État arabe palestinien. Le dernier État souverain fut l’État juif détruit par les Romains en 70. Deuxièmement, dire que les Arabes palestiniens n’ont rien à voir avec la Shoah est complètement faux: leur dirigeant Al-Husseini fut un criminel de guerre nazi, les Arabes palestiniens soutinrent l’Allemagne nazie, et ils portent une responsabilité écrasante dans le génocide du peuple juif.

Les Arabes rejetèrent en 1947, tout comme dix ans auparavant, le plan de partage de l’ONU et se lancèrent dans une guerre d’extermination contre les Juifs. Ce conflit déclenchant une vague de réfugiés juifs et arabes. 850 000 Juifs furent expulsés du monde arabe et 700 000 Arabes s’enfuirent de Palestine en attendant la victoire, comme les y appelaient les pays frères. Certes, la Haganah encouragea dans certains cas le départ de la population ennemie, mais ce sont les hostilités provoquées par les Arabes qui furent la cause principale du processus[32].

Après leur défaite en 1949, les Arabes auraient pu établir un Etat en Cisjordanie et à Gaza, mais tel n’était pas leur but. Ils voulaient liquider l’Etat juif souverain : d’où les guerres déclenchées par eux en 1967 et en 1973. Après la Guerre des Six Jours, Israël accepta la Résolution 242 du Conseil de Sécurité et les pays arabes la rejetèrent sans appel (Conférence de Khartoum). Comme le dit très justement l’ancien ministre des Affaires étrangères Abba Eban, la guerre des Six Jours fut le premier conflit de l’Histoire où ce fut le vainqueur qui demanda la paix et les vaincus qui exigèrent une capitulation sans conditions.

Anouar al-Sadate, qui eut le courage de franchir le pas et d’accepter la Résolution 242 se vit d’ailleurs restituer tout le Sinaï, soit 90% des territoires dont les Israéliens s’étaient emparés en 1967.

Arafat, l’héritier d’al-Husseini, refuse, lui, de s’engager sur cette voie. La « reconnaissance » d’Israël à Genève en décembre 1988 et la ratification de l’accord d’Oslo par le biais d’une lettre, datée du 9 septembre 1993, ne sont chez le chef de l’OLP que stratagèmes. Abou Iyad, son bras droit, déclare dès le 11 février 1989 au journal koweïtien al-Watan qu’il n’y a pas eu reconnaissance à Genève. ? Le 13 septembre 1993, jour de la signature de l’accord d’Oslo, Arafat lui-même signifie à la télévision jordanienne que l’objectif reste d’exécuter le plan par étapes adopté par l’OLP en 1974, c’est-à-dire d’accepter un compromis provisoire pour détruire par la suite Israël. 10 mai 1994 : c’est toujours Arafat qui explique à Johannesburg qu’Oslo n’est qu’une version moderne de la convention d’al-Hudaybiya, conclue entre Mahomet et ses ennemis en 628, soit un stratagème en situation de faiblesse pour mieux se défaire ensuite de l’ennemi.

La guerre d’Arafat est une guerre injustifiée. Son but n’est pas de libérer un peuple, mais d’en détruire un autre. Médias et manuels scolaires de l’Autorité palestinienne promeuvent la mort comme valeur suprême et rejettent le droit des Juifs à un Etat. Exemple de sermon de Muhammad Ibrahim Madi diffusé sur la chaîne de télévision de l’Autorité palestinienne le 3 août 2001 :

« J’ai été ravi lorsqu’un enfant m’a dit : ‘Ô Cheikh, j’ai quatorze ans. Dans quatre ans je me ferai exploser parmi les ennemis d’Allah, je me ferai exploser parmi les Juifs.’ Je lui ai dit : ‘Ô, jeune enfant, puisse Allah te faire mériter la Shahâda [« martyr »] et me faire mériter la Shahâda (…) Toutes les armes doivent être tournées contre les Juifs, nation maudite dans le Coran, qu’Allah décrit comme des singes et des porcs, des adorateurs de veaux et d’idoles. Rien ne les arrêtera sinon la couleur du sang de leur sale nation, sinon notre volonté de nous faire exploser en leur sein. Puisse Allah faire en sorte que les Musulmans règnent sur les Juifs. Nous les ferons exploser à Hadera, à Tel-Aviv, à Netaniya, jusqu’à ce qu’à ce qu’Allah nous rende maîtres de ces ordures (…) Nous entrerons dans Jérusalem en conquérants, ainsi qu’à Jaffa, Haïfa et Ashkelon (…) Bénis soient ceux qui éduquent leurs fils dans la voie du Jihad et de la Shahâda ! [33].

Ce n’est pas un hasard si le nombre des attentats perpétrés par l’OLP et le Hamas a triplé après la signature d’Oslo II en septembre 1995 (retrait israélien de 98% de la population palestinienne et établissement d’un gouvernement palestinien sous la houlette de l’OLP). Les attentats-suicide ont commencé après le retrait israélien des territoires et le début de la propagande d’Arafat qui se situe dans la lignée directe de celle d’al-Huseini. La présence militaire israélienne dans les territoires contestés est la conséquence, pas la cause, du terrorisme palestinien. Ce terrorisme débuta dès les années 1920 sous l’impulsion d’al-Husseini bien avant l’existence même de l’Etat d’Israël.

La plus longue occupation de l’Histoire fut l’occupation de l’Inde par la Grande-Bretagne. Il n’y eut pas un seul attentat-suicide contre les Anglais durant toute cette période. L’occupation la plus cruelle et la plus injustifiée aujourd’hui est l’occupation du Tibet par la Chine. Les Tibétains ne se font pas exploser parmi les Chinois innocents et ne tirent pas à bout portant sur leurs enfants. Quant à la pauvreté, si elle est l’autre cause du terrorisme palestinien, comment se fait-il que des pays comme Haïti ou le Bangladesh ne soient pas des centres mondiaux du terrorisme ?

C’est précisément à l’apogée du processus d’Oslo qu’Arafat exposa sa stratégie à des diplomates arabes dans un hôtel de Stockholm le 30 janvier 1996 : « L’idée est d’éliminer l’Etat d’Israël et d’établir un Etat purement palestinien…Par une guerre psychologique et l’explosion populaire nous allons rendre la vie aux Juifs impossible. Dans cinq ans, nous aurons de six à sept millions d’Arabes en Cisjordanie et à Jérusalem et les Juifs ne voudront pas vivre parmi les Arabes… »[34].

Conclusion

Le but du sionisme était de faire des Juifs un peuple libre sur sa terre et de permettre à leur génie créateur et à leur culture se s’épanouir pleinement. Ce but a été atteint.

Mais le sionisme avait un autre but, lequel n’a pas été atteint. Herzl, qui mourut il y a exactement cent ans, conclut son livre l’État juif en termes suivants : « Je crois qu’une génération extraordinaire de Juifs va émerger. Les Maccabées se lèveront à nouveau. Je le répète : les Juifs qui veulent un État l’auront. Nous vivrons comme hommes libres sur notre propre terre, et mourrons en paix dans nos maisons. Le monde sera libéré par notre liberté, enrichi par notre richesse, grandi par notre grandeur. Et tout ce que nous essaierons d’accomplir pour notre propre bien aura des répercussions bénéfiques pour le reste de l’humanité. » Les Juifs qui le veulent peuvent vivre libres sur leur propre terre. Mais si certains meurent en paix dans leurs maisons, d’autres meurent dans leurs maisons assassinés de sang froid, ou meurent déchiquetés dans la rue. Et, bien que la haute-technologie israélienne enrichisse d’autres peuples et pays, le monde n’est pas libéré par notre liberté et n’est pas agrandi par notre grandeur.

L’État d’Israël est accusé d’être un État criminel, d’être le principal violateur des droits de l’homme dans le monde, d’être l’incarnation du nazisme, et d’être l’ultime obstacle à la paix au Proche Orient. Aux Nations-Unies et dans les universités américaines et européennes, Israël est plus condamné ou boycotté qu’aucun autre pays. Ses dirigeants sont menacés d’être poursuivis en justice pour crimes de guerre.

Il est effectivement lâche et absurde d’accuser d’antisémite toute critique d’Israël. Mais il est malhonnête et hypocrite d’appliquer deux poids-deux mesures à la critique d’Israël et des autres pays. Les Israéliens critiquent leur pays à longueur de journée et sans pitié. Mais il y a une différence entre critiquer et diaboliser. Entre dire que Sharon a tort sur telle ou telle décision et le comparer à Hitler. Entre dire que la présence militaire israélienne au-delà des lignes de cessez-le-feu de 1949 est illégale, et dire que l’existence même de l’État d’Israël est illégitime. Entre dire que le conflit israélo-arabe doit être résolu et dire qu’Israël est la cause de tous les maux. Entre dire que la politique des éliminations ciblées des leaders terroristes est contre-productive, et dire qu’elle est responsable de l’antisémitisme en France. Il est hypocrite de manifester son soutien pour les Arabes palestiniens sans jamais mentionner les Tibétains ou les Kurdes dont les droits nationaux sont autrement plus authentiques et anciens et qui, eux, ne jouent pas au football avec la tête décapitée de leurs victimes. Il est hypocrite d’accuser Israël de crimes de guerre lorsque son armée prend des mesures défensives ou punitives pour protéger sa population civile, et de fermer les yeux, les oreilles et la bouche sur le génocide du Soudan. Il est hypocrite de hurler d’indignation sur l’ « occupation israélienne » et de ne dire mot sur l’occupation du Liban par la Syrie, de Chypre par la Turquie, ou du Tibet par la Chine. Il est hypocrite de venir servir de bouclier humain pour Arafat lorsque Tsahal cherche à mettre la main sur ses protégés, et de ne jamais venir servir de bouclier humain devant les cafés et les cinémas israéliens pour empêcher l’entrée de bombes humaines.

Comme l’écrit Alan Dershowitz, immédiatement après qu’Arafat ait rejeté toutes les offres de paix de Camp David sans faire de contre-proposition, et après qu’il ait répondu à la paix par la guerre, l’opinion publique internationale était majoritairement derrière Israël. Dès l’instant où Arafat envoya des femmes et des enfants se faire filmer devant les tanks israéliens, l’opinion internationale tourna à nouveau (en particulier après la manipulation de « l’Affaire Al-Dura » diffusée par France 2). Mais cette même opinion internationale ne se contenta pas de tomber dans le piège d’Arafat. Elle devint littéralement folle. En essayant de comprendre les causes de ce retournement irrationnel et extrême, Dershowitz conclut que « Israël est l’État juif et le « Juif » parmi les États du monde. »[35] Ce ne sont plus « les Juifs » qui sont la cause de tous les maux et les vrais responsables de leurs propres malheurs, mais « Israël » et « Sharon. » Ce ne sont plus « les Juifs » qui contrôlent la finance mondiale, mais « Sharon et son entourage » qui contrôlent Bush et les néo-conservateurs.

Grâce à l’État juif, les Juifs ne sont plus à la merci des nations. Mais l’État juif n’a pas mis fin à la haine des nations envers les Juifs, au contraire. L’idée que les Juifs puissent être forts et se défendre fait horreur à ceux qui se sont habitués à les humilier pendant des siècles. Le sionisme ne peut pas et ne pourra pas mettre fin à la haine des Juifs, parce que cette haine n’a rien a voir avec les Juifs eux-mêmes mais avec idées qu’ils représentent depuis leur apparition sur la scène de l’Histoire.

Comme l’annonce le Prophète Isaïe, un jour viendra où tous les hommes seront frères, et l’agneau couchera près du loup (une plaisanterie israélienne ajoute que mieux vaudra être le loup que l’agneau). Mais nous en sommes loin. Et pour que cette prophétie se réalise, il faut que les Juifs soient libres et souverains. D’où la nécessité de l’État juif, tant pour les Juifs que pour l’humanité.

—————————————————

[1] Le Monde, 16 février 2004.

[2] http://www.proche-orient.info, 22 juin 2004.

[3] Cf. Yoram Hazony, « Did Herzl Want a ‘Jewish State ‘ ? », Azure, 9 ,printemps 2000, p-44-45 : Herzl utilisait souvent le substantif Juden pour l’adjectif juif ; par exemple Judenkongress pour congrès juif ; l’usage des deux tournures est chez lui, comme d’ailleurs en allemand indifférent.

[4] Briefe und Tagebücher, Vol. 2, p. 128-129.

[5] The Complete Diaries of Theodor Herzl, Raphael Patai, trad. Harry Zohn, New York, Herzl Press,1960, p. 56.

[6] Diaries, Ibid., p.72.

[7] Ibid. , p. 104.

[8] 15 août 1899.

[9] Cf. Azmi Bishara, « Entre nationalité et nation » (hébreu), Teoria ubikoret 6, 1995, p.41.

[10] Ha’aretz (supplément du week-end), 29 mai 1998, pp.24, 27.

[11] Atlantic Unbound, 22 septembre 1999, http://www.theatlantic.com/unbound/interviews/ba990922.htm

[12] Cf. Samuel Katz, Battleground : Fact and Fantasy in Palestine, New York, Bantam, 1973, p.88.

[13] Palestine Royal Commission Report Presented by the Secretary of State for the Colonies to Parliament by Command of his Majesty, July 1937, Cmd. 5479, p.11-12.

[14] The Journey of Henry Maundrell from Aleppo to Jerusalem, 1697, Londres, Henry Bohn, 1848, pp. 428, 450, 477.

[15] Cf. Thomas Shaw, Travels, or Observations Relating to Several Parts of Barbary and the Levant (1694-1751), Londres, 1754.

[16] Cf. Constantin Volney, Travels Through Syria and Egypt in the Years 1783,1784, 1785, Londres, Peter Noster & Row, 1788, Vol. 2, p.36.

[17] Cf. Alexandre Keith, The Land of Israel, Edimbourg, William Whyte, 1844, p.465.

[18] Lettre à Harel McLardon, 15 septembre 1857, British Foreign Office, doc. 78/1294, n°36.

[19] Cf. Mark Twain, The Innocents Abroad , or, The new Pilgrim’s progress, New York, Oxford University Press, 1996, pp. 349, 366, 375, 441-442.

[20] Cf. Arthur Penrhyn Stanley , Sinai and Palestine, in connection with their history, Londres, John Murray, 1881, p.118.

[21] Cf. Franklin Delano Roosevelt, communiqué au secrétaire d’Etat, 17 mai 1939, in Foreign Relations of the United States : Diplomatic Papers , Washington DC, United States Government Press Office, 1955, Vol. 4, p. 457.

[22] Cf. Arieh Avneri, Haityashvut Hayehudit Vetaanat Hanishol, Tel-Aviv, Hakibbutz Hameuhad, 1980, p.221.

[23] cf. Ernst Frankenstein, Justice for my People, Londres, Nicholson & Watson, 1943, p.127.

[24] Cf. Bernard Lewis, « The Palestinians and the PLO : A Historical Approach », Commentary, janvier 1975. Et du même auteur, « Palestine : On the History and Geography of a Name », in Bernard Lewis, Islam in History, Chicago, Open Court, 1993, p. 153-165.

[25] Palestine Royal Commission Report, op.cit., ch. 1, p.6.

[26] Cf. Félix Bovet, Egypt, Palestine and Phoenicia : A Visit to Sacred Lands, Londres, 1882, p.384-385.

[27] Cf. Yehoshua Porath, The Palestine-Arab National Movement, 1929-1939 : From Riots to Rebellion, Londres, Frank Cass, 1977, Vol. 2, p. 81-82.

[28] Cité par Alan Dershowitz, The Case for Israel, Wiley, 2003, p.7.

[29] Cf. Benny Morris, Victimes Histoire revisitée du conflit arabo-sioniste, Editions Complexe, 2003, p. 143 = Righteous Victims A history of the Zionist-Arab Conflict, 1881-1999, New York, Alfred A. Knopf, 1999.

[30]Ibid., p.186.

[31] Cf. Sarah Honig, « Friendish Hypocrisy II : The Man from Klopstock St. », Jerusalem Post, 6 avril 2001.

[32] Cf. Benny Morris, The Birth of the Palestinian Refugee Problem, 1947-1949, Cambridge University Press, 1988.

[33] http://www.pmw.org.il

[34] Cf. Ephraim Karsh, Arafat’s War, New York, Grove Press, 2003, p. 57-58.

[35] The Case for Israel, p. 11.

Voir également:

 "L’histoire des Juifs est un miroir tendu à l’histoire européenne"

Sarah Scholl

Pour le professeur Jacques Ehrenfreund, l’histoire est un élément essentiel de la définition de l’identité juive.

DR

01 décembre 2012

INTERVIEW • Le professeur Jacques Ehrenfreund analyse le rapport entre judaïsme et histoire et montre comment se déploie dans ce cadre les notions de «peuple» ou de «nation».

Il est rare qu’un débat sur la question israélo-palestinienne fasse abstraction de la question historique et il n’y a pas une découverte archéologique en Terre sainte qui échappe à la publicité. Que se joue-t-il dans la relation entre les Juifs et leur histoire? Entre l’histoire des Juifs et celle du reste du monde?

Constituée en domaine d’étude depuis le début du XIXe siècle, l’histoire juive a aujourd’hui pleinement sa place dans les universités. Jeudi dernier, une journée d’étude était organisée à l’université de Lausanne sur la question: comment écrit-on l’histoire des Juifs? Coorganisateur de l’événement, le professeur Jacques Ehrenfreund n’hésite pas à aborder les questions de front. Il est soucieux d’éviter les anachronismes et les simplifications. Engagé à Lausanne depuis 2005, il est spécialiste du XIXe siècle et s’intéresse à la construction des groupes et des identités sociales, en lien aux héritages religieux. Interview.

L’histoire des Juifs est-elle une discipline à part?

Jacques Ehrenfreund: Non, elle fait bien sûr pleinement partie de l’histoire générale ou de l’histoire des religions. Elle s’occupe d’un groupe humain spécifique, qui se définit comme un peuple soumis à un ensemble de textes, Bible et Talmud. Tout tient ensemble: on ne peut parler du livre sans parler des gens, et inversement.

Que répondez-vous à ceux qui disent que les Juifs ne constituent pas un peuple mais une religion?

C’est pourtant très clair, les Juifs, historiquement, forment un peuple, mais attention, pas un peuple au sens moderne du terme. Avant le XIXe siècle, on ne peut pas parler de peuple souverain et les Juifs ne se pensent pas comme tel mais comme un peuple soumis à Dieu. Plus précisément, on peut les décrire comme un groupe de gens dispersés qui se sentent solidaires les uns des autres et soumis à la même loi [celle des textes sacrés], une forme de communauté politique ancienne. A cela s’ajoute l’idée, portée par les textes, d’être en exil. Cette situation, avant le mouvement sioniste, est interprétée exclusivement dans le registre de la pensée religieuse.

L’identité juive se construit-elle par l’histoire?

Au plus profond de sa tradition, le judaïsme est fondé sur un rapport singulier à l’histoire. Celle-ci est d’abord considérée comme providentielle, finaliste, dépendante du plan divin. Au point de départ, il y a une alliance avec la divinité: un engagement à respecter, des règles auxquelles se soumettre. L’ensemble a une vocation universelle: rendre témoignage de l’unicité de Dieu. Ce qui arrive, l’histoire, est perçu comme une preuve du respect ou du non-respect de l’engagement de ce peuple envers son Dieu.

La modernité transforme cela en faisant émerger une autre conception de l’histoire, interprétable rationnellement. Ce cheminement est parallèle dans le christianisme, sauf que les chrétiens, tout en reprenant un grand nombre d’éléments du judaïsme, ont abandonné l’aspect proprement politique ou collectif, l’idée de peuple.

Que se passe-t-il alors?

En fait, dans le judaïsme, la question de l’identité ne se pose pas vraiment avant la modernité: est Juif celui qui de filiation juive se soumet à la loi. A partir du XVIIe siècle et des grands questionnements philosophiques, de Spinoza par exemple, puis avec les Lumières, on se demande ce que cela signifie d’être Juif et on va avoir recours à l’histoire pour y répondre. Au XIXe siècle, les Juifs trouvent dans l’histoire un référent commun et une force pour se construire un avenir, dans le sionisme notamment mais pas seulement. L’histoire racontée est alors une histoire que l’on peut décrire comme lacrymale et héroïque, histoire des persécutions et des résistances, qui se décline dans des sommes érudites comme dans des manuels pédagogiques distribués aux enfants. Une histoire singulièrement longue d’ailleurs, de plusieurs millénaires, au-delà des ruptures colossales qui la marquent.

Quelle est la place de l’histoire des Juifs dans l’histoire européenne en général?

C’est une question difficile. Il est indispensable de faire une place à l’histoire des Juifs dans les différents contextes européens. Cette histoire est celle d’une petite minorité mais elle révèle des choses sur les sociétés dans lesquelles elle prend place. Il s’agit en effet d’une minorité singulière, qui ramène à une origine commune. Ce serait dommage de se priver de ce prisme-là.

Un exemple?

L’histoire des Juifs est comme un miroir tendu à l’histoire européenne en général. Elle permet par exemple d’éclairer la question des rapports entre politique et religieux. La place faite aux Juifs dit aussi quelque chose de l’invention des Etats nations au XIXe siècle. En Allemagne, l’intégration des Juifs passait principalement par la culture, la langue. En France, par contre, l’intégration se faisait par le politique, par l’Etat. On voit ainsi apparaître des compréhensions différentes de ce qu’est la nation.

Qu’en est-il de l’histoire de l’antisémitisme?

L’histoire de l’antisémitisme ne relève pas vraiment de l’histoire des Juifs. Plus exactement, il ne faut en aucun cas résumer l’histoire des Juifs à celle de l’hostilité exercée contre eux, même si on est en présence d’un phénomène considérable et qui n’a pas disparu. La polémique entre christianisme et judaïsme par exemple n’est pas réglée et elle n’est peut-être par réglable. La fonction de l’historien est justement de cerner ces questions, de les saisir, mais en aucun cas de les cacher ou de les euphémiser.

Quel est l’apport des recherches sur la Shoah?

La Shoah est devenue ces dernières années un sujet d’extrême spécialisation, presque un domaine en soi. Maintenant que les connaissances ont été accumulées, je crois qu’on peut faire le mouvement inverse et replacer cette histoire dans l’histoire européenne: recoller les morceaux des différentes histoires, celles des victimes, des bourreaux. La Shoah a bien sûr constitué une rupture civilisationnelle, mais elle ne résume pas pour autant l’entier de l’histoire des Juifs.

Israël est au cœur de nombre de controverses entre historiens, comment abordez-vous cette question?

Israël est un paradoxe intéressant: c’est une création artificielle récente et en même temps l’aboutissement d’une longue histoire, celle d’une communauté qui s’est pensée en exil. La langue illustre cette double dimension: on a repris une langue ancienne, uniquement consacrée à l’étude pendant deux mille ans, pour en faire une langue vernaculaire.

J’ai la volonté de dépasser cette dichotomie. Pour moi, comme pour mes collègues spécialistes d’autres domaines d’ailleurs, les nations sont toutes des constructions modernes. Ce n’est pas pour autant qu’elles doivent disparaître mais c’est pourtant cela qu’on sous-entend souvent avec Israël. Pour autant, il ne s’agit pas non plus d’une nation organique. Ses frontières par exemple doivent être le fruit de négociations.

Voir encore:

L’imposture Mahmoud Abbas

Guy Millière

La Mena…

Voici quelques jours à peine, Israël recevait une pluie meurtrière de roquettes et de missiles lancés depuis Gaza. Qu’ils n’aient pas fait davantage de morts et de destructions relève des capacités de défense d’Israël et non de la volonté de ses ennemis. L’Etat hébreu a répliqué comme il le fallait, en détruisant les caches d’armes dont disposaient les tireurs.

Israël s’est, bien sûr, attiré la réprobation du reste du monde, et les diplomates européens et américains se sont rendus à Jérusalem et au Caire afin que cessent les hostilités.

Le Hamas a bénéficié d’un armistice dont il sort conforté, puisque, désormais, des négociations sont menées avec lui et qu’il a obtenu des aménagements quant aux contrôles stricts exercés par Israël sur Gaza.

Mohammed Morsi, qui a joué les entremetteurs entre diplomates occidentaux et dirigeants du Hamas, est lui aussi sorti renforcé de la situation. Il s’est, depuis, arrogé les pleins pouvoirs en Egypte, et les émeutes qui en ont résulté ne recevront aucun soutien des Occidentaux, cela va de soi.

Mahmoud Abbas et l’Autorité Palestinienne ont été décrits comme affaiblis, ici ou là. Et il est exact qu’ils incarnent une version de la lutte contre l’existence d’Israël qui n’a pas semblé prédominante ces derniers temps.

Mais il ne faut pas en rester aux apparences : on peut compter sur le président de l’AP pour jouer sa propre partition.

Et il faudrait se décider à en finir avec le discours ressassé à l’envi, selon lequel Abbas et l’Autorité Palestinienne seraient les gentils « modérés » avec lesquels il serait possible de s’entendre, alors que le Hamas incarnerait le méchant « radical ».

Le Hamas est une organisation djihadiste, islamiste, terroriste, génocidaire, prônant la destruction d’Israël et l’anéantissement du peuple juif, c’est entendu. Mais Mahmoud Abbas et l’Autorité Palestinienne valent-ils mieux ?

Ils ne sont pas djihadistes et islamistes, tout au moins pas officiellement.

Ils n’ont rien contre le terrorisme et n’ont cessé de le pratiquer jusqu’à ce que, grâce à la barrière de sécurité, que les gauchistes européens détestent tant puisqu’elle les empêche de jouir du spectacle quotidien d’enfants juifs assassinés, les attentats suicides deviennent quasiment impossibles.

Ils sont génocidaires et usent simplement d’une stratégie différente : celle de la diabolisation d’Israël. Ils utilisent pour cela tous les moyens de propagande dont ils peuvent se doter et recourent à tous les relais dont ils peuvent disposer. Et ils rencontrent, grâce à cette stratégie et ces relais, un succès certain.

La plus récente étape de ce succès a été l’obtention, jeudi 29 novembre dernier, à l’Assemblée générale des Nations Unies, du statut d’Etat observateur, statut depuis lequel ils peuvent espérer obtenir davantage.

Ils ont reçu l’assentiment des deux tiers des pays de la planète, dont celui de la plupart des Etats européens, y compris de la France, qui s’est placée en chef de file.

Ils peuvent s’appuyer sur une horde imbécile de journalistes pratiquant docilement l’aveuglement volontaire, mais aussi sur un ramassis d’intellectuels « antisionistes » ou adeptes hypocrites d’un « processus de paix », qui, au fil des ans, s’est soldé par une guerre redoublée contre Israël.

Ils n’ont, faut-il le rappeler, jamais reconnu l’existence d’Israël en tant qu’Etat du peuple juif et n’ont jamais renoncé au « droit au retour » de « réfugiés » partis cinq cent mille il a soixante-cinq ans et qui veulent revenir cinq millions, ce qui signifierait la fin d’Israël.

Ils n’ont jamais abandonné ce qu’ils appellent la « résistance » et la « lutte armée ». Et nombre de rues de Ramallah portent le nom de « martyrs ».

Ils ne sont pas djihadistes et islamistes, certes. Mais ils sont aussi laïques que je suis bonne sœur et comptent dans leurs rangs une organisation appelée, précisément, la Brigade des martyrs d’al Aqsa.

Leurs media, presse écrite, radio, télévision, ne cessent d’appeler à la haine antijuive et au meurtre.

Les discours de Mahmoud Abbas, comme ceux des autres dirigeants de l’Autorité Palestinienne, sont porteurs d’une falsification de l’histoire selon laquelle le « peuple palestinien », qui n’a existé et n’a été cité nulle part avant la fin des années 1960, aurait été chassé de sa terre lors de la renaissance d’Israël. Ils emploient, pour désigner la naissance d’Israël, le mot naqba, calqué délibérément sur le mot Shoah, aux fins d’établir un répugnant parallélisme entre le sort des Juifs à Auschwitz et le sort du « peuple palestinien ».

Ni Mahmoud Abbas ni l’Autorité Palestinienne ne veulent d’un Etat à côté d’Israël. Lorsqu’ils disent paix en anglais, ils emploient un autre mot en arabe, le plus souvent houdna, qui ne signifie pas paix, mais désigne une trêve avant que le combat ne reprenne.

Sur les cartes géographiques de l’Autorité Palestinienne, Israël n’existe pas, sur son emblème non plus.

Ce que veulent Mahmoud Abbas et l’Autorité Palestinienne n’est même pas, sans doute, un Etat à la place d’Israël. Ils mènent leur entreprise de démolition et entendent continuer sur cette voie. Ils sont grassement rémunérés et subventionnés pour cela.

Ils sont même reçus avec les honneurs à Paris, à Washington et ailleurs, ce qui n’est pas le cas, pour le moment, des dirigeants du Hamas.

Il existe entre eux et les dirigeants du Hamas une vieille hostilité. Mais il existe aussi une forme de complémentarité. Le Hamas a joué le rôle du méchant « radical », et on l’a apaisé ces derniers jours. Mahmoud Abbas et l’Autorité Palestinienne sont affublés du rôle de gentils « modérés », et on vient de les apaiser aussi. Mais ils ne sont ni gentils ni modérés.

Mahmoud Abbas et l’Autorité Palestinienne servent, à ceux qui sont emplis de la haine des Juifs et d’Israël, à se doter d’un artifice qu’ils s’efforcent de décrire comme présentable.

Mais Mahmoud Abbas et l’Autorité palestinienne s’avèrent, en réalité, loin d’être pas présentables. Ils sont aussi ignobles et aussi hideux que les dirigeants du Hamas.

Ils ont entretenu des relations conflictuelles avec le groupuscule terroriste, mais si l’islam radical continue à s’étendre au Proche-Orient, et il est très vraisemblable qu’il en soit ainsi, je ne serais pas surpris si les deux entités venaient à se rapprocher.

Voir enfin:

INTERNATIONAL LAW AND THE ARAB-ISRAEL CONFLICT

Extracts from "Israel and Palestine – Assault on the Law of Nations"

by Julius Stone

EDITOR: Ian Lacey BA LL.B.

TABLE OF CONTENTS

ABOUT THE NOVEMBER 2001 EDITION– 3

PROFESSOR JULIUS STONE (1907 – 1985)— 4

1. SOVEREIGNTY IN THE ADMINISTERED TERRITORIES———– 5

The Self-Defence Principle 5

The Status of Competing Claims to Title 6

2. THE LEGAL STATUS OF JERUSALEM 7

The Effect of the Partition Plan– 7

The "Corpus Separatum " Concept …………………………………………………………………………….8

Acquisition of Sovereignty ………………………………………………………………………………………..9

3. THE GENEVA CONVENTIONS AND THE LEGALITY OF THE SETTLEMENTS——— 9

Impairment of Racial Integrity of the Native Population of the Occupied Territory—– 10

Inhuman treatment of its own population—- 11

4.GENERAL PRINCIPLES——— 11

An Arab View- 11

A Jewish View- 11

The Doctrine of Self-determination 12

The Equity Principle—– 13

CONCLUSION——— 14

A SHORT CHRONOLOGY OF THE ADMINISTERED TERRITORIES——— 15

MAPS—- 18

The British Mandate 19

The UN partition Plan, 1947——— 20

The Armistice Agreement 1949— 21

Cease Fire Lines 1967——— 22

Israel and Members of the Arab League- 23

INDEX— 24

ABOUT THE NOVEMBER 2001 EDITION

The legality of Israel’s presence in Jerusalem, Judea, Samaria and Gaza has been the subject of heated argument since 1967. Some regard these areas as illegally occupied, others as disputed territories and there is an obvious need for clarity if the subject is to be discussed rationally in terms of facts rather than assumptions.

In searching for authoritative information on the subject, I came across a booklet entitled "International Law and the Arab Israel Conflict" by Australian lawyer, Ian Lacey, in which he brilliantly analyses a work by one of the twentieth century’s leading authorities on the Law of Nations, the late Professor Julius Stone,

Professor Stone’s book, "Israel and Palestine", which appeared in 1980 provides a detailed analysis of the central principles of international law relating to the Arab-Israel conflict and Mr. Lacey’s analysis provides a brief and very readable outline of the main points with extracts from the original work.

Mr. Lacey has expressed appreciation for the advice and assistance of David D. Knoll B.Com., LLB, LLM. in preparing his booklet. Mr. Knoll is the author of "The Impact of Security Concerns upon International Economic Law"

Ian Lacey is a practising lawyer and a former student of Professor Stone. He has given evidence before the Sub-Committee on the Middle East of the Australian Parliamentary Joint committee on Foreign Affairs and Defence. He is the author of "Zionism – A short Historical Introduction" and co-editor of a study guide on the Arab Israel conflict.

As Mr. Lacey’s booklet is out of print I wrote to him, asking for permission to distribute and to quote freely from it with acknowledgement. He has kindly agreed and I express my sincerest appreciation to him

I am grateful to Mr. Lacey, Patricia Carmel, Judy Hajag and Saville Kaufman for their assistance in producing this edition.

Maurice Ostroff

PROFESSOR JULIUS STONE (1907 – 1985)

The late Professor Julius Stone was recognised as one of the twentieth century’s leading authorities on the Law of Nations. His short work “Israel and Palestine”, which appeared in 1980, represents a detailed analysis of the central principles of international law governing the issues raised by the Arab-Israel conflict. This summary is intended to provide a short outline of the main points in the form of extracts from the original work. One of the rare scholars to gain outstanding recognition in more than one field, Professor Stone was one of the world’s best-known authorities in both Jurisprudence and International Law. His publications his activities and the many honours conferred on him are eloquent evidence of his high standing in these two fields.

Professor Stone was born in 1907 in Leeds, Yorkshire. He taught at Leeds Harvard, and the Fletcher School of Law and Diplomacy: he was a visiting professor of Colombia, Berkeley, Stanford and other universities in the United States, as well as the Indian School of International Affairs at Delhi, at Jerusalem and the Hague Academy of International Law. In 1963-64 he was a Fellow of the Center for Advanced Study in the Behavioral Sciences at Stanford University.

From 1942 until 1972 he was the Challis Professor of International Law and Jurisprudence at the University of Sydney. From 1972 until his death in 1985 Professor Stone held concurrently with his appointment as visiting Professor of Law at the University of New South Wales the position of Distinguished Professor of Jurisprudence and International Law at the Hastings College of Law, University of California. In 1956 he received the award of the American Society of International Law, and in 1962 he was made an honour life member of the society. In 1964 the Royal Society of Arts named him as a recipient of the Swiney Prize for Jurisprudence. In 1965 he received the World Research Award of the Washington Conference on the World Peace Through Law, the first award ever made.

His 26 major works include the authoritative texts "Legal Controls of International Conflict", "Aggression and World Order”, "The International Court and World Crisis"and "The Province and Function of Law".

1. SOVEREIGNTY IN THE ADMINISTERED TERRITORIES

The principle ex iniuria non oritur ius operates in international law to the effect that no legal claim to territory can rise out of an illegal aggression. Professor Stone examines the application of this rule to the competing claims of Israel and Jordan in the administered territories. In his conclusion, he draws upon the writings of Professor Stephen Schwebel, now an eminent judge of the International Court of Justice

The Self-Defence Principle

The basic precept of international law concerning the rights of a state victim of aggression, which has lawfully occupied the attacking state’s territory in the course of self-defence, is clear. And it is still international law after the Charter, which gave to the UN General Assembly no power to amend this law. This precept is that a lawful occupant such as Israel is entitled to remain in control of the territory involved pending negotiation of a treaty of peace.

Both Resolution 242 (1967) and Resolution 338 (1973), adopted by the Security Council after respective wars of those years, expressed this requirement for settlement by negotiations between the parties, the latter in those words. Conversely both the Security Council and the General Assembly in 1967 resisted heavy Soviet and Arab pressures demanding automatic Israeli withdrawal to the pre-1997 frontiers. Through the decade 1966-67, Egypt and her Arab allies compounded the illegality of their continued hostilities by proclaiming the slogan “No recognition! No Peace! No negotiation!” thus blocking the regular process of international law for post-war pacification and settlement…

Israel’s territorial rights after 1967 are best seen by contrasting them with Jordan’s lack of such rights in Jerusalem and the West Bank after the Arab invasion of Palestine in 1948. The presence of Jordan in Jerusalem and elsewhere in cis-Jordan[1] from 1948 to 1967 was only by virtue of her illegal entry in 1948. Under the international law principle ex iniuria non oritur ius she acquired no legal title there. Egypt itself denied Jordanian Sovereignty; and Egypt never tried to claim Gaza as Egyptian territory

By contrast, Israel’s presence in all these areas pending negotiation of new borders is entirely lawful, since Israel entered them lawfully in self-defence. International law forbids acquisition by unlawful force, but not where, as in the case of Israel’s self-defence in 1967, the entry on the territory was lawful. It does not so forbid it, in particular, when the force is used to stop an aggressor, for the effect of such prohibition would be to guarantee to all potential aggressors that, even if their aggression failed, all territory lost in the attempt would be automatically returned to them. Such a rule would be absurd to the point of lunacy. There is no such rule….

International law, therefore, gives a triple underpinning to Israel’s claim that she is under no obligation to hand back automatically the West Bank and Gaza to Jordan or anyone else. In the first place, these lands never legally belonged to Jordan. Second, even if they had, Israel’s own present control is lawful, and she is entitled to negotiate the extent and the terms of her withdrawal. Third, international law would not in such circumstances require the automatic handing back of territory even to an aggressor who was the former sovereign. It requires the extent and conditions of the handing back to be negotiated between the parties.

The Status of Competing Claims to Title

Because the Jordanian entry onto the West Bank and East Jerusalem in 1948 was an unlawful invasion and an aggression, the principle ex iniuria non oritur ius beclouded even Jordan’s limited status of belligerent occupant. Her purported annexation was invalid on that account, as well as because it violated the freezing provisions of the Armistice Agreement. Conversely Israel’s standing in East Jerusalem after her lawful entry in the course of self-defence certainly displaced Jordan’s unlawful possession.

Once this position is reached, and it is remembered that neither Jordan nor any other state is a sovereign reversioner entitled to re-enter the West Bank, the legal standing of Israel takes on new aspects. She becomes then a state in lawful control of territory in respect of which no other state can show better (or, indeed, any) legal title. The general principles of international law applicable to such a situation, moreover, are well-established. The International Court of Justice, when called upon to adjudicate in territorial disputes, for instance in the Minquires and Echrehos case between the United Kingdom and France, proceeded “to appraise the relative strength of the opposing claims to sovereignty”. Since title to territory is thus based on a claim not of absolute but only of relative validity, the result seems decisive in East Jerusalem. No other state having a legal claim even equal to that of Israel under the unconditional cease-fire agreement of 1967 and the rule of uti possidetis, [2] this relative superiority of title would seem to assimilate Israel’s possession under international law to an absolute title, valid erga omnes…

The most succinct statement of this position is in Professor Stephen Schwebel’s “What Weight to Conquest?” published in 1970, before he entered U.S. government service. He points out that the answer to that question in terms of international law, after the Charter’s prohibitions of the use of force, makes necessary a vital distinction “between aggressive conquest and defensive conquest, between the taking of territory legally held and the taking of territory illegally held”:

”Those distinctions may be summarized as follows:

a) A state acting in lawful exercise of its right of self-defence may seize and occupy foreign territory as long as such seizure and occupation are necessary to its self-defence.

b) As a condition of its withdrawal from such territory, that state may require the institution of security measures reasonably designed to ensure that that territory shall not again be used to mount a threat or use force against it of such a nature as to justify exercise of self-defence.

c) Where the prior holder of the territory had seized that territory unlawfully, the state which subsequently takes that territory in the lawful exercise of self-defense has, against that prior holder, better title.”

2. THE LEGAL STATUS OF JERUSALEM

The Partition Plan of 1947 envisaged an international Jerusalem, separated from both Israel and the then proposed Palestinian State. After the 1948 war, East Jerusalem (which includes the holy places of Judaism, Christianity and Islam in the old city) came into Jordanian hands; and Jordan claimed sovereignty. In 1967, after Jordan launched an attack on West Jerusalem, the whole of Jerusalem came under Israeli rule; and Israel claims sovereignty over a united Jerusalem. Professor Stone examines the legal principles which apply, and considers the analysis of Professor Elihu Lauterpacht, the distinguished editor of the authoritative “Oppenheim’s International Law”.

The Effect of the Partition Plan

Elihu Lauterpacht concludes, correctly that the 1947 partition resolution had no legislative character to vest territorial rights in either Jews or Arabs. Any binding force of it would have had to arise from the principle pacta sunt servanda, that is, from the agreement of the parties concerned to the proposed plan. Such an agreement, however, was frustrated ab initio by the Arab rejection, a rejection underlined by armed invasion of Palestine by the forces of Egypt, Iraq, Lebanon, Syria and Saudi Arabia, timed for the British withdrawal on May 14, 1948, and aimed at destroying Israel and at ending even the merely hortatory value of the plan…

The State of Israel is thus not legally derived from the partition plan, but rests (as do most other states in the world) on assertion of independence by its people and government, on the vindication of that independence by arms against assault by other states, and on the establishment of orderly government within territory under its stable control. At most, as Israel’s Declaration of Independence expressed it, the General Assembly resolution was a recognition of the natural and historic right of the Jewish people in Palestine. The immediate recognition of Israel by the United States and other states was in no way predicated on its creation by the partition resolution, nor was its admission in 1949 to membership in the United Nations…

As a mere resolution of the General Assembly, Resolution 181(11) lacked binding force ab initio. It would have acquired the force under the principle pacta sunt servanda if the parties at variance had accepted it. While the state of Israel did for her part express willingness to accept it, the other states concerned both rejected it and took up arms unlawfully against it. The Partition Resolution thus never became operative either in law or in fact, either as to the proposed Jerusalem corpus separatum or other territorial dispositions in Palestine.

The "Corpus Separatum " Concept

We venture to agree with the results of the careful examination of the corpus separatum proposal by E. Lauterpacht in his monograph “Jerusalem and the Holy Places”.

”(1) During the critical period of the changeover of power in Palestine from British to Israeli and Arab hands, the UN did nothing effectively to implement the idea of the internationalization of Jerusalem.

(2) In the five years 1948-1952 inclusive, the UN sought to develop the concept as a theoretical exercise in the face of a gradual realization that it was acceptable neither to Israel nor to Jordan and could never be enforced. Eventually the idea was allowed quietly to drop.

(3) In the meantime, both Israel and Jordan demonstrated that each was capable of ensuring the security of the Holy Places and maintaining access to and free worship at them-with the exception, on the part of Jordan, that the Jews were not allowed access to Jewish Holy places in the area of Jordanian control.

(4) The UN by its concern with the idea of territorial internationalization, as demonstrated from 1952 to the present date (1968) effectively acquiesced in the demise of the concept. The event of 1967 and 1968 have not led to its revival.

(5) Nonetheless there began to emerge, as long ago as 1950, the idea of functional internationalization of the Holy Places in contradistinction to the territorial internationalization of Jerusalem. This means that there should be an element of international government of the City, but only a measure of international interest in and concern with the Holy Places. This idea has been propounded by Israel and has been said to be acceptable to her. Jordan has not subscribed to it.”

Even if no notion of a corpus separatum had ever floated on the international seas, serious questions about the legal status of Jerusalem would have arisen after the 1967 War. Did it have the status of territory that came under belligerent occupation in the course of active hostilities, for which international law prescribes a detailed regime of powers granted to the occupying power or withheld it from in the interest of the ousted reversionary sovereign? Or was this status qualified in Israel’s favour by virtue of the fact that the ousted power, in this case, Jordan, itself had occupied the city in the course of an unlawful aggression and therefore could not, under principle of ex iniuria non oritur ius, be regarded as an ousted reversioner? Or was Jerusalem, as we will see that a distinguished authority thought at the time, in the legal status of res nullius modo juridico? That is, was it a territory to which by reason of the copies of international instruments, and their lacunae, together with the above vice in the Jordanian title, no other state than Israel could have sovereign title? The consequence of this could be to make the legal status of Jerusalem that of subjection to Israel sovereignty.

Acquisition of Sovereignty

This analysis, based on the sovereignty vacuum, affords a common legal frame for the legal positions of both West and East Jerusalem after both the 1948-49 and the 1967 wars. In 1967, Israel’s entry into Jerusalem was by way lawful self-defence, confirmed in the Security Council and General Assembly by the defeat of Soviet and Arab-sponsored resolutions demanding her withdrawal..

Lauterpacht has offered a cogent legal analysis leading to the conclusion that sovereignty over Jerusalem has already vested in Israel. His view is that when the partition proposals were immediately rejected and aborted by Arab armed aggression, those proposals could not, both because of their inherent nature and because of the terms in which they were framed, operate as an effective legal redisposition of the sovereign title. They might (he thinks) have been transformed by agreement of the parties concerned into a consensual root of title, but this never happened. And he points out that the idea that some kind of title remained in the United Nations is quite at odds, both with the absence of any evidence of vesting, and with complete United Nations silence on this aspect of the matter from 1950 to 1967?…

In these circumstances, that writer is led to the view that there was, following the British withdrawal and the abortion of the partition proposals, a lapse or vacancy or vacuum of sovereignty. In this situation of sovereignty vacuum, he thinks, sovereignty could be forthwith acquired by any state that was in a position to assert effective and stable control without resort to unlawful means. On the merely political and commonsense level, there is also ground for greater tolerance towards Israel’s position, not only because of the historic centrality of Jerusalem to Judaism for 3,000 years, but also because in modern times Jews have always exceeded Arabs in Jerusalem. In 1844 there were 7,000 Jews to 5,000 Moslems; in 1910, 47,000 Jews to 9,800 Moslems; in 1931, 51,222 Jews to 19,894 Moslems in 1948, 100,000 Jews to 40,00 Moslems; in 1967 200,000 Jews to 54,902 Moslems.

3. THE GENEVA CONVENTIONS AND THE LEGALITY OF THE SETTLEMENTS

It is often claimed that settlement by Jews in the administered territories, and the expulsion of individuals from those territories by Court order, is in breach of the Geneva Conventions. Professor Stone was the author of the treatise “Legal Controls of International Conflict”, which included an extensive commentary on the Geneva Conventions. Here he discusses their applicability in the administered territories.

Perhaps the central current criticism against the government of Israel in relation to its administration of the territories occupied after the 1967 War concerns its alleged infractions of the final paragraph (6) of Article 49, of the Fourth Geneva Convention Relative to the Protection of Civilian Persons in Time of War, of August 12, 1949. The preceding paragraphs deal with deportation or transfer of a population out of the occupied territory. The final paragraph (6) reads as follows. "The occupying Power shall not deport or transfer parts of its own civilian population into territory it occupies."

It has been shown that there are solid grounds in international law for denying any sovereign title to Jordan in the West Bank, and therefore any rights as reversioner state under the law of belligerent occupation… Not only does Jordan lack any legal title to the territories concerned, but the Convention itself does not by its terms apply to these territories. For, under Article 2, the Convention applies “to cases of…occupation of the territory of a High Contracting Party, by another such Party. Insofar as the West Bank at present held by Israel does not belong to any other State, the Convention would not seem to apply to it at all. This is a technical, though rather decisive, legal point.

It is also important to observe, however, that even if that point is set aside, the claim that Article 49 of the convention forbids the settlement of Jews in the West Bank is difficult to sustain.

It is clear that in the drafting history, Article 49 as a whole was directed against the heinous practice of the Nazi regime during the Nazi occupation of Europe in World War II, of forcibly transporting populations of which it wished to rid itself, into or out of occupied territories for the purpose of liquidating them with minimum disturbance of its metropolitan territory, or to provide slave labour or for other inhumane purposes. The genocidal objectives, of which Article 49 was concerned to prevent future repetitions against other peoples, were in part conceived by the Nazi authorities as a means of ridding their Nazi occupant’s metropolitan territory of Jews – of making it, in Nazi terms, judenrein. Such practices were, of course, prominent among the offenses tried by war crimes tribunals after World War II.

If and insofar, therefore, as Israel’s position in Judea and Samaria (the West Bank) is merely that of an occupying power, Article 49 would forbid deportation or transfer of its own population onto the West Bank whenever this action has consequence of serving as a means of either

(1) impairment of the economic situation or racial integrity of the native population of the occupied territory; or

(2) inhuman treatment of its own population

Impairment of Racial Integrity of the Native Population of the Occupied Territory

The prominence of the question of legality of Jewish settlements on the West Bank reflects the tension of the peace process, rather than the magnitude of any demographic movement. Despite vociferous political warfare pronouncements on both sides, it seems clear, therefore, that no serious dilution (much less extinction) of the separate racial existence of the native population has either taken place or is in prospect. Nor do well-known facts of dramatic improvement in the economic situation of the inhabitants since 1967 permit any suggestion that the situation has been worsened or impaired..

Inhuman treatment of its own population

On that issue, the terms of Article 49(6) however they are interpreted, are submitted to be totally irrelevant. To render them relevant, we would have to say that the effect of Article 49(6) is to impose an obligation on the state of Israel to ensure (by force if necessary) that these areas, despite their millennial association with Jewish life, shall be forever judenrein. Irony would thus be pushed to the absurdity of claiming that Article 49(6) designed to prevent repetition of Nazi-type genocidal policies of rendering Nazi metropolitan territories judenrein, has now come to mean that Judea and Samaria the West Bank must be made judenrein and must be so maintained, if necessary by the use of force by the government of Israel against its own inhabitants.

4.GENERAL PRINCIPLES

Professor Stone considers that the Arab view of the State of Israel as "a deformed entity occupying Arab territory" and Jewish claims based on historical and religious connection. He notes that both claims are based on the principle of "self-determination", and he examines both the validity of the principle and its applicability to the conflict. He also considers the competing claims on the basis of the "equity" of the settlement which followed the First World War.

An Arab View

A letter dated February 20, 1980 to the secretary-General, transmitted for UN circulation to the General Assembly and the Security Council in connection with item 26 of A/35/11000-S/13816 (Situation in the Middle East) declared a propos of inclusion in the Charter of a principle of non-use of force:

"The principle of non-use of force shall apply to the relations of the Arab Nation and Arab States with the nations and countries neighbouring the Arab Homeland. Naturally, as you know, the Zionist entity is not included, because the Zionist entity is not considered a State, but a deformed entity occupying an Arab territory. It is not covered by these principles."

A Jewish View

The myth of the 1966 Palestinian Convent that the "Palestinian people" was unjustly displaced by the Jewish invasion of Palestine in 1917 is widely disseminated and unquestioningly and dogmatically espoused in "studies" from the United Nations Secretariat. However, it is necessary to recall, not only the Kingdom of David and the succession of Jewish polities in Palestine down to Roman conquest and dispersion at the turn of the present era, but also that the Jews continued to live in Palestine even after that conquest, and were in 1914 a well-knit population there. Hundreds of thousands of other Jews, driven from the Palestine homeland by successive waves of Roman, Arab, and other conquerors, continued to live on for centuries throughout the Middle East, often under great hardship and oppression. And, of course, millions of others were compelled to move to other parts of the world where too often, as in pogrom-ridden Russia and Poland, they live in conditions of tyrannous and humiliating subjection and under daily threat to their lives…

That the provision for a Jewish national home in Palestine was an application of the principle of self determination is manifest from the earliest seminal beginning of the principle. The Enquiry Commission, established by President Wilson in order to draft a map of the world based on the Fourteen Points, affirmed the right of the Jewish people that “Palestine should become a Jewish State” clearly on this ground. Palestine, the Commission said, was “the cradle and home of their vital race”, the basis of the Jewish spiritual contribution, and the Jews were the only people whose only home was in Palestine. It would be difficult to provide a more succinct statement of the essence of the self determination principle.

The Doctrine of Self-determination

Whether the doctrine is already a doctrine of international law stricto sensu, or (as many international lawyers would still say) a precept of politics, or policy, or of justice, to be considered where appropriate, it is clear that its application is predicated on certain findings of fact. One of these is the finding that at the relevant time the claimant group constitutes a people of nation with a common endowment of distinctive language or ethnic origin or history and tradition, and the like, distinctive from others among whom it lives, associated with particular territory, and lacking an independent territorial home in which it may live according to its lights…

Palestine Liberation Organization (PLO) leaders have frankly disavowed distinct Palestinian identity. On March 3, 1977, for example, the head of the PLO Military Operations Department, Zuhair Muhsin, told the Netherlands paper Trouw that there are no differences between Jordanians, Palestinians, Syrians and Lebanese.

"We are one people. Only for political reasons do we carefully underline our Palestinian identity. For it is of national interest for the Arabs to encourage the existence of the Palestinians against Zionism. Yes, the existence of a separate Palestine identity is there only for tactical reasons. The establishment of a Palestinian State is a new expedient to continue the fight against Zionism and for Arab unity…"

In fact the name Palestine had not for centuries (perhaps millennia) before 1917 referred to a defined political, demographic, cultural, or territorial entity. In the immediately preceding centuries it was a part of the Ottoman Empire designated as Southern Syria and governed from Damascus. In 1917, its northern part, from Safed almost to Jerusalem, was part of the Vilayet of Beirut and the whole of it was claimed to be part of Syria. The Arabs living there were not regarded by themselves or others as “Palestinians” or in any major respect as different from their brethren in Syria and Lebanon. This “Syrian” rather than “Palestinian” identification of Arabs living in Palestine underlay the request of the General Syrian Congress on July 2, 1919, that there should be no separation of the southern part of Lebanon, from Syrian country. A main argument thus made by Arabs in post-World War I negotiations was not that “Palestinians” would resent the loss of Palestinian identity by the establishment of the Jewish national home in Palestine, but rather that they would resent severance of their connection with their fellow Syrians…

In the light of these facts, the notion that the Arabs living in Palestine regarded themselves in 1917, at the time when Woodrow Wilson’s seminal self-determination principle emerged, as a Palestinian Arab people in the sense required by the self-determination principle (or, as I may sometimes here call it, “the liberation of peoples principle” or “liberation principle”) is thus a figment of unhistorical imagination. To respect the historical facts is, therefore, not to impugn the liberation principle; it merely points out that the principle must be applied at the appropriate time to the facts of group life as they truly exist. These historical facts continue to reverberate today in Arab state circles. President Assad of Syria in 1974 stated that Palestine is a basic part of Southern Syria (New York Times, March 9 1974). On this on November 17, 1978, Yasser Arafat commented that Palestine is southern Syria and Syria is northern Palestine (Voice of Palestine, November 18, 1978 …

The problem of competing self-determination becomes, indeed, even more difficult, whether for purposes of determining aggression or for other purposes, where the competing claims and accompanying military activities, punctuated by actual wars, armistices, and cease-fire agreements, have been made over protracted historical periods. The test of priority of resort to armed force in Article 2 of the 1974 Definition presupposes a fixed point of time from which priority is to calculated. Does one fix the aggression in the Cyprus crisis of 1974 from the action of the Greek officers who led the coup d’etat, or the Turkish response by invasion, even assuming that the 1974 crisis can be severed from earlier struggles? Is the critical date of the Middle East crisis 1973 or 1967, or the first Arab states attack on Israel in 1948, or is it at the Balfour Declaration in 1917, or at the Arab invasions and conquest of the seventh century AD, or even perhaps at the initial Israelite conquest of the thirteenth century BC? The priority question, as well as the self-determination question, are difficult enough. They become quite baffling when, in the course of such a long span of time, a later developing claim of self-determination like that of the Palestinian people in the 1960s, arises, and claims to override retrospectively the sovereign statehood of another nation, here the Jewish people, already attained by right of self-determination.

The Equity Principle

The distribution between Arabs and Jews after World War I was certainly implemented in succeeding decades as far as Arab entitlements were concerned. Arabs claims to sovereignty received extensive fulfillment in the creation of more than twenty sovereign states following World War I, not only in the Middle East but in Africa as well. Altogether this historical process included the following features:

First, despite all the extraneous Great Power maneuverings, Jewish and Arab claims in the vast area of the former Ottoman Empire came to the forum of liberation together, and not (as is usually implied) by way of Jewish encroachment on an already vested and exclusive Arab domain.

Second, the territorial allocation made to the Arabs, as now seen in about a dozen sovereignties in the Middle East (not to speak of many Arab sovereignties elsewhere) was more than a hundred times greater in area, and hundreds of times richer in resources than the Palestine designated in 1917 for the Jewish national home.

Third, by successive steps thereafter, this already tiny allocation to Jewish claims was further encroached upon. Thus, already in 1922, a major part of it (namely 35,468 out of 46,339 square miles, including the more sparsely populated regions) was cut away to establish the kingdom of Transjordan (now known as the Hashemite Kingdom of Jordan).

With so preponderant an Arab allocation capable, as events since 1973 now show, of threatening the economic existence of most of the rest of the world, it seemed reasonable to expect Arab acquiescence in the minute allotment to the Jews of Israel as their only national home.

CONCLUSION

The extraordinary campaign against the State Of Israel in the General Assembly since the oil weapon was drawn from its scabbard in 1973 involves subversion both of basic international law principles, and of rights and obligations vested in states under them. It has also entailed rather grotesque reversals of the United Nations own position of the preceding quarter-century, as part of a wide and illicit rewriting of history. Considered in the context above sketched, this campaign is a kind of pilot operation in a remarkable venture in the detournement de pouvoir an assault with covert as well as overt elements, on the international legal order. It would follow that what is at stake are not only the range of state interests that lie within the lawful concern of the organs of the United Nations, but all interests of states that the General Assembly can by the ipse dixit of automatic majorities reach out to control, truncate or destroy.

A SHORT CHRONOLOGY OF THE ADMINISTERED TERRITORIES

1900 BCE – 135 CE The mountainous region known as Judea and Samaria (called the “West Bank” after 1950) is the centre of Jewish life for 2000 years. Gaza, on the other hand, is a Philistine city during the period of the Jewish kingdoms. After 200 years of intermittent warfare against the Romans, culminating in the defeat of the massive Jewish revolt of 135CE, the Jewish population is largely dispersed as slaves and refugees. However, a substantial Jewish population always remains.

638 – 1099 The Arabs capture Jerusalem in 638 and Palestine ceases to be part of the Byzantine Empire. Under the Arab Caliphate from 638 to 1099, the population adopts Arabic language and culture, and many are converted from Christianity to Islam.

1517 Palestine becomes part of the Turkish Empire in 1517, after its conquest by Suleiman the Magnificent. By the twentieth century the population is reduced to about 650,000.

1882 Organised Jewish settlement in Turkish Palestine begins, following the Russian pogroms and increasing European anti-Semitism.

1914-1918 Turkey is allied with Germany in the First World War and the Turkish Empire is distributed in the subsequent settlement.

1920 By the Treaty of San Remo, it is agreed that the League of Nations will give a Mandate to Britain over Palestine on the basis of the Balfour Declaration of 1917, under which Palestine is to be the “Jewish National Home”. The original mandated area of Palestine includes the territory now comprising Jordan, Israel, the West Bank, Gaza and the Golan Heights.

1947 – 1948 In the UN Partition Resolution of 1947, Judea and Samaria and Gaza are to be included in the proposed Arab State. The Arab State is to be in economic union with a Jewish State, with an internationalised Jerusalem. However the Arabs refuse to accept the resolution or to set up a provisional government of the proposed Arab Palestine. When Israel accepts the resolution and proclaims its independence in 1948, the forces of the Arab League invade.

1949 – 1950 After cease fire lines are established in 1949, The Kingdom of Transjordan purports to annex the “West Bank”, and changes its name to “Jordan”. The annexation is recognised only by Britain and Pakistan, but not be any Arab Government, or by the UN. Gaza comes under Egyptian control, but it is not annexed by Egypt, and its inhabitants are Stateless.

1967 Jordan places its forces under joint command with Syria and Egypt, with the declared aim of annihilating Israel. After Israeli warnings are conveyed to Jordan through UN representatives, Jordan attacks West Jerusalem. In the ensuing war Israel takes possession of East Jerusalem, the West Bank, Gaza, the Golan Heights and Sinai.

After the war, Israel offers to negotiate “territory for peace”. However in August 1967, the Arab League conference at Khartoum declares “No peace, no negotiation, no recognition, no compromise.”

In November 1967, Resolution 242 of the Security Council calls for Israel’s right to “live in peace within secure and recognised boundaries” and for Israeli withdrawal “from territories occupied in the recent conflict”.

1977 – 1982 Egypt recognises Israel in 1977 and Sadat visits Jerusalem. In 1979 the Camp David Accords provide for Israeli withdrawal from Sinai, and negotiations with Jordan to establish a self-governing authority in West Bank and Gaza. Israel offers Gaza to Egypt, but Egypt refuses. In 1982 Egypt and Israel sign a formal Peace Treaty, and Sinai is returned to Egypt.

1989 Shamir-Rabin Peace Initiative proposes elections in the administered territories, to be followed by self-government as envisaged by the Camp David Accords, and subsequent negotiation of a peace settlement.

1993 The Oslo Accords create a “Palestinian Interim Self-Governing Authority” with initial jurisdiction in Gaza and Jericho, to be extended by a phased re-deployment of Israeli forces from populated centers in the Territories. The Accords contemplate the eventual negotiation of a “final status agreement.”

1995 Oslo II agreement creates Areas A, B and C in the Territories, with Palestinian, shared and Israeli control respectively. The Palestinian Authority now has jurisdiction over more than 95% of the Palestinian population of the Territories. 1998 The Wye Memorandum contemplates further step-by-step withdrawals from the territorial area, in parallel with steps for security co-operation by the PA.

July 2000 Camp David II final status talks fail when the PA rejects offer of over 90% of the Territories and compensatory transfer of land from within Israel. Israel rejects PA demands for sovereignty over the Temple Mount in Jerusalem, and a right for all Arab refugees and their descendants to return to Israel.

September 2000 The “El Aqsa Intifada” begins with violent rioting and with calls for “an end to the occupation”, followed by random shootings, mortar attacks and suicide bombings. Cease-fire agreements are not implemented.

GLOSSARY

Ab Initio. From the beginning.

Corpus Separatum. An area excluded from a sovereign state. (lit. “a separated body.”)

Detournement de pouvoir. “Embezzlement” of power.

Erga Omnes. Against all.

Ex iniuria non oritur ius. A legal right cannot be created by an illegal wrong. (Lit. “Out of an injury arises no right”.)

Ipse dixit. Affecting rights by mere declaration. (Lit. “He says so himself”.)

Judenrein Empty of Jews. (Lit. “Jew-clean”.)

Lacunae. Gaps.

Pacta sunt servanda. “Treaties must be honoured” the first principle of international law.

Res Nullius Modo Juridico Territory under no recognised legal jurisdiction (Lit. “A nullity at law.”)

Stricto sensu. Strictly speaking.

Uti possidetis. Legal title arising from possession, where there is no competing title. (Lit. “By possessory use”)

Ian Lacey

MAPS

The British Mandate

The UN partition Plan, 1947

The Armistice Agreement 1949

Cease Fire Lines 1967

Israel and Members of the Arab League

INDEX

Arabs.. 7, 10, 13, 14, 16, 26

Arafat, Yasser….. 14, 26

Balfour Declaration 14, 16, 26

Corpus Separatum…….. 8, 9

Egypt 5, 7, 16, 26

Equity Principle. 2, 14, 26

Gaza 3, 5, 16, 26

General Assembly 5, 8, 9, 12, 15, 26

Geneva Convention….. 10, 26

Geneva Convention (Fourth) 10, 11, 14

Holy Places 8, 9, 26

International Court of Justice 5, 6, 26

International Law 3, 4, 7, 26

internationalization. 8, 9, 26

Jerusalem 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 13, 16, 26

Jewish Presence in Palestine 12

Jews 7, 8, 10, 12, 14, 15, 18, 26

Jordan 5, 6, 7, 8, 9, 10, 15, 16, 26

Lauterpacht, Professor Elihu 7, 8, 9, 26

Moslems.. 10, 26

Occupied territory 10, 11

Palestine Liberation Organization… 13, 26

Palestine, some background………. 13

Palestinian identity 13, 26

Palestinians 7, 12, 13, 17, 26

Partition Plan 2, 7, 8, 16, 26

PLO… 13, 26

Population of Jerusalem, (historical)………. 10

Resolution 242. 5, 17, 26

Resolution 338……. 5, 26

Schwebel, Prof. Stephen 5, 6, 26

Security Council 5, 9, 12, 17, 26

Syria… 7, 13, 17, 26

Transjordan 15, 16, 26

United Nations. 2, 5, 8, 9, 12, 15, 16, 21, 26

West Bank. 5, 6, 10, 11, 16, 26

Wilson, President 12, 13, 26

World War I 11, 14, 26

World War II….. 11, 26

[1] "On this side of " the Jordan (Latin). As in Cis-Alpine Gaul

[2] [Ed. note: Under the rule of uti possidetis, where there is no valid competing claim to title, then lawful possession gives absolute title.]


Conflit israélo-palestinien: Qui délivrera les conversos palestiniens de leurs religion et chefs mortifères? (Looking at the Middle East’s best-kept secret: the Jewish origin of many of its Palestinian residents)

2 décembre, 2012
http://img.timeinc.net/time/photoessays/2011/top10_family_feuds/cain_abel.jpghttp://www.journeywithjesus.net/Essays/BirthOfEsauAndJacob_sm.jpgQu’on ne se fie à aucun de ses frères; car tout frère cherche à tromper… Jérémie 9: 4
Les ennemis de Juda et de Benjamin apprirent que les fils de la captivité bâtissaient un temple à l’Éternel, le Dieu d’Israël. Ils vinrent auprès de Zorobabel et des chefs de familles, et leur dirent: Nous bâtirons avec vous; car, comme vous, nous invoquons votre Dieu, et nous lui offrons des sacrifices depuis le temps d’Ésar Haddon, roi d’Assyrie, qui nous a fait monter ici. Mais Zorobabel, Josué, et les autres chefs des familles d’Israël, leur répondirent: Ce n’est pas à vous et à nous de bâtir la maison de notre Dieu; nous la bâtirons nous seuls à l’Éternel, le Dieu d’Israël, comme nous l’a ordonné le roi Cyrus, roi de Perse. Alors les gens du pays découragèrent le peuple de Juda; ils l’intimidèrent pour l’empêcher de bâtir, et ils gagnèrent à prix d’argent des conseillers pour faire échouer son entreprise. Il en fut ainsi pendant toute la vie de Cyrus, roi de Perse, et jusqu’au règne de Darius, roi de Perse. Sous le règne d’Assuérus, au commencement de son règne, ils écrivirent une accusation contre les habitants de Juda et de Jérusalem. Et du temps d’Artaxerxès, Bischlam, Mithredath, Thabeel, et le reste de leurs collègues, écrivirent à Artaxerxès, roi de Perse. Esdras 4: 1-15
Nous avons tendance à penser naïvement les rapports fraternels comme une affectueuse complicité. Mais les exemples mythologiques, littéraires et historiques dessinent une autre réalité et donnent d’innombrables exemples de conflits violents. Nous citions Caïn et Abel ou Jacob et Esaü mais il y a aussi Romus et Romulus, Etéocle et Polynice, Richard Cœur de lion et Jean sans terre.…  Même quand ils ne sont pas des jumeaux, les frères ont de nombreux attributs en commun qui les confondent : ils ont le même père, la même mère, le même sexe, la même position relative dans la société. Cette proximité et cette parenté les rendent ennemis, concurrents. René Girard
Il est vrai que le mouvement national arabe n’a aucun contenu positif. Les dirigeants du mouvement sont tout à fait indifférents au bien-être de la population et à la fourniture de leurs besoins essentiels. Ils n’aident pas  le fellah ; au contraire, les dirigeants sucent son sang et l’exploitent la prise de conscience populaire pour en tirer un avantage. Mais nous faisons une erreur si nous mesurons les arabes [palestiniens] et leur mouvement à l’aune de nos normes. Chaque peuple est digne de son mouvement national. La caractéristique évidente d’un mouvement politique, c’est qu’il sait mobiliser les masses. Il n’y a aucun doute que nous sommes confrontés à un mouvement politique, et nous ne devrions pas sous-estimer ce potentiel. (…) Un mouvement national mobilise les masses, et c’est la chose principale. Les Arabes [palestiniens] n’est pas un parti de renouveau et sa valeur morale est douteuse. Mais dans un sens politique, c’est un mouvement national. David Ben Gourion (premier Premier ministre israélien)
La paix véritable, globale et durable viendra le jour où les voisins d’Israël reconnaîtront que le peuple juif se trouve sur cette terre de droit, et non de facto. (…) Tout lie Israël à cette région: la géographie, l’histoire, la culture mais aussi la religion et la langue. La religion juive est la référence théologique première et le fondement même de l’islam et de la chrétienté orientale. L’hébreu et l’arabe sont aussi proches que le sont en Europe deux langues d’origine latine. L’apport de la civilisation hébraïque sur les peuples de cette région est indéniable. Prétendre que ce pays est occidental équivaut à délégitimer son existence; le salut d’Israël ne peut venir de son déracinement. Le Moyen-Orient est le seul « club » régional auquel l’Etat hébreu est susceptible d’adhérer. Soutenir cette adhésion revient à se rapprocher des éléments les plus modérés parmi son voisinage arabe, et en premier lieu: des minorités. Rejeter cette option, c’est s’isoler et disparaître. Israël n’a pas le choix. Masri Feki
La grande majorité des fellahs ne tirent pas leur origine des envahisseurs arabes, mais d’avant cela, des fellahs juifs qui étaient la majorité constitutive du pays. Yitzhak Ben Zvi (second président de l’Etat d’Israël, 1929)
La grande majorité et les principales structures de la Falahin musulmane dans l’Ouest Eretz Israël nous présentent un brin racial et une unité d’ensemble ethnique, et il n’y a aucun doute que beaucoup de sang juif coule dans leurs veines, le sang de ces agriculteurs Juifs, "profanes",  qui pris dans la folie de l’époque ont choisi d’abandonner leur foi afin de rester sur leurs terres. David Ben Gourion et Ytzhak Ben Zvi
Une très vaste étude anthropologique, diverses études génétiques, une recherche démographique historique et une enquête historique et géographique (…) renforcent une œuvre antérieure de David Ben-Gurion (le premier premier ministre d’Israël) et d’autres, dans leurs conclusions très surprenantes : une vaste majorité de Palestiniens (80-90 %) sont les descendants du peuple d’Israël qui sont restés dans le pays après la destruction du Second Temple juif. Les ancêtres de la plupart des Palestiniens ont été contraints de convertir à l’Islam. L’Engagement
Oui, ils sont tous d’ascendance juive. Et comme ils n’avaient pas le choix, ils se sont convertis à l’Islam. Vous savez, cela date de plusieurs siècles; ce n’est pas récent, c’est rien de nouveau. Par exemple, nous n’allumerions pas de feu le jour du Sabbat. Ma mere et ma grand-mère, je me rappelle, quand j’étais enfant. Elles avaient un bain spécial (mikveh). Bédouin
Cela semple très certainement surréaliste, parce qu’extrêmement révolutionnaire de dire aux gens que leurs pires ennemis sont actuellement leurs frères. Donc, il n’y a pas le choix. Ce travail surréaliste doit être fait tout comme le sionisme qui paraissait à ses débuts surréaliste. Tsvi Misinai
Il devient clair qu’une part significative des Arabes en Israel sont actuellement descendants des juifs qui ont été forcés de se convertir a l’Islam au fil des siècles. Il y a des études qui indiquent que 85% de ce groupe sont d’origines juives. Certains prétendent que ce pourcentage est moins élevé. Rabbin Dov Stein (Secrétaire du nouveau Sanhédrin)
Quand un Empire conquiert un pays, il exile l’élite et laisse les classes populaires et c’est ce qui est arrivé après la destruction du Premier comme du Second Temple. Ben Gurion disait avec le zèle qu’on lui connait: beaucoup de sang juif coule dans les veines de ces fermiers. Ils aimaient tant Israel qu’ils ont abandonné leur religion mais seulement parce qu’il leur fallut choisir entre la religion et la terre et ils firent le choix de la terre. Elon Jarden (bibliste israélien)
Nous avons constaté que bien que les Juifs ont été dispersés partout dans le monde pendant deux mille ans, ils ont maintenu toujours continuité génétique au cours des âges. Et une autre chose qui nous a surpris aussi était la proximité élevée des arabes vivant dans les terres — les Palestiniens. (…) Le même chromosome peut apparaître dans les Juifs ashkénazes et les Palestiniens." (…) Il est clair que nous sommes tous de la même famille, mais malheureusement, les familles ont aussi leurs conflits; ce n’est pas rare que des frères et soeurs se battent entre eux. Professeur Ariella Oppenheim (Université hébraïque)

Qui délivrera les conversos palestiniens de leurs religion et chefs mortifères?

Au lendemain de l’infâme mascarade que l’on sait …

Le jour anniversaire même de l’acte de naissance d’Israël ..

Sous les auspices du Machin qui nous avait déjà valu la résolution dite "le sionisme est un racisme" de 1975 …

Et orchestrée, après la pantalonnade de l’autopsie d’Arafat (ressortie comme par magie du chapeau par celle qui l’avait refusée il y a huit ans), par le maitre-négationiste Mahmoud Abbas …

Avec,  à la suite comme d’habitude du Pays autoproclamé des droits de l’homme, l’abjecte "assistance" de tous les idiots utiles de la planète  …

Qui, pour ceux qui ont des yeux pour voir et des oreilles pour entendre, a eu au moins le mérite de confirmer, après celle de la barbarie de leurs chefs, l’évidence de l’insatiable rivalité identitaire qui motive les musulmans en général et les Palestiniens en particulier …

Comment ne pas être frappé, à la vue de ce reportage de l’association israélienne The Engagement, par cet apparemment incroyable bégaiement de l’histoire ?

Où, à l’instar du schisme du Ve siècle avant JC entre les 10 tribus du nord dites d’Israël et les deux tribus du sud dites de Juda suite à leurs exils respectifs (qui donnera notamment la longue inimitié entre Samaritains et Judéens, avec temples rivaux et à l’occasion conversions forcées, s’il vous plait!), on tombe sur le secret probablement le mieux gardé du Monde dit "arabe"

A savoir l’origine probablement largement juive, avant leur islamisation forcée (à l’instar d’ailleurs  des autres minorités, notamment chrétiennes, de la région), de la plupart des populations dites aujourd’hui palestiniennes ?

Ce qui, comme toutes les familles du monde le savent (mais comme semblent l’oublier les mieux intentionnées de nos belles âmes y compris du côté de The Engagement), n’excluent hélas pas mais rendent souvent au contraire encore plus insolubles, les querelles de frères ennemis

https://www.youtube.com/watch?v=MOolCRSf74I

https://www.youtube.com/watch?v=ZypN3TQwtSc

TRADUCTION FRANCAISE DE LA VIDEO (par Trucplus):

[''Mon père, qu'il repose en paix, était a l'hopital à la fin de ses derniers jours. Il m'a dit :'' Je veux te dire un secret mais ne le dis a personne. Je suis juif. C'est un secret uniquement entre toi et moi.''

Comment as-tu su que tu étais juif? J'ai su que j'étais juif par mon le grand-père de mon grand-père. On a parlait de cela a la maison tout le temps, en secret.

Mon père faisait cela et il nous appris à faire cela: quand quelqu'un était malade ou avait des problèmes nous devions attacher la tefilin.

Il y a beaucoup de Palestiniens qui sont au courant de leurs origines juives, mais peu sont prêts à le révéler. L'idée répandue est qu'apres la destruction du second temple et la defaite de Bar Kochva, la terre des juifs s'etait vidée des juifs.

Quand un Empire prend le dessus sur un pays, il exile l'élite et laisse les classes populaires et c'est ce qui est arrivé après la destruction du Premier comme du Second temple.

A la recherche des 10 tribus disparues en Inde et en Afghanistan, nous avons oublié de regarder dans notre propre cour. Il devient clair qu'une part significative des Arabes en Israel sont actuellement descendants des juifs qui ont été forcés de se convertir a l'Islam au fil des siècles. Il y a des études qui indiquent que 85% de ce groupe sont d'origines juives. Certains pretendent que ce pourcentage est moins élevé.

Dans un livre publie par David Ben Gurion et Yitzhak Ben Zvi au debut du 20eme siècle, ils écrivent: si nous regardons l'origine des fellahs, il n'y a aucun doute que beaucoup de sang juif coule dans leurs veines.

Quand un Empire conquiert un pays, il exile l'élite et laisse les classes populaires et c'est ce qui est arrivé après la destruction du Premier comme du Second Temple. Ben Gurion disait avec le zèle qu'on lui connait: beaucoup de sang juif coule dans les veines de ces fermiers. Ils aimaient tant Israel qu'ils ont abandonné leur religion mais seulement parce qu'il leur fallut choisir entre la religion et la terre et ils firent le choix de la terre.

Dans la region du sud du Mont Hebron, a peu pres la moitié des Palestiniens sont au courant de leurs origines juives. Dans le passé, ils en parlaient même ouvertement.

Tsvi Misinai, un pionnier de l'industrie High-Tech en Israel, insvestit beaucoup d'argent et de temps dans ce qu'il voit comme la mission de sa vie: diffuser l'idée que les Palestiniens sont des juifs.

''Bonjour, comment allez vous? Ainsi, vous saurez qui passe par la puisque vous les controlez.''

''-Salut! Il y a quelqu'un qui parle hébreu?

-Oui.

-Nous voulons vous donner ceci à lire comme cela vous saurez qui vous êtes en grande partie.

-Qui vous êtes? Le mouvement de la paix?

-Oui. La paix, vivre ensemble, comme une seule nation.

-C'est le même pays, n'est ce pas?

-Oui.

-Pourtant, ici vous passez à un poste de controle.

-Nous sommes ici pour arrêter cela. Nous sommes la pour arrêter cela. Je vous dis, ca n'aide pas ca. Nous vivrons et nous verrons. ''

Dans sa recherche obstinee de la moindre petite information, Tsvi Misinai va dans la plupart des endroits isoles du territoire sous autorites palestiniennes. Il s'est debrouille pour trouver les racines juives parmi les bedouins. La tribu Sawarka etait dispersee entre le desert Sinai et les prairies du Moab.

''-Il y a combien de personnes dans cette tribu?

-Beaucoup. 3 000, 4 000 et plus.

-Et ils sont tous juifs?

-Oui, ils sont tous d'ascendance juive. Et comme ils n'avaient pas le choix, ils se sont convertis a l'Islam. Vous savez, cela date de plusieurs siecles; ce n'est pas recent, c'est rien de nouveau. Par exemple, nous n'allumerions pas de feu le jour du Sabbah. Ma mere et ma grand-mere, je me rappelle, quand j'etais enfant. Elles avaient un bain special (mikveh).''

''-N'est-ce pas surrealiste toute cette mission que vous avez entamee?

-Cela semple tres certainement surréaliste, parce qu'extrement revolutionnaire de dire aux gens que leurs pires ennemis sont actuellement leurs freres. Donc, il n'y a pas le choix. Ce travail surréaliste doit etre fait tout comme le sionisme qui paraissait à ses débuts surréalistes.''

Ca aurait été surréaliste, si ça n'était pas si près de la réalité. Aux labroratoires de l'ecole de medecine Hadassah, une etude genetique internationale a été conduite par le Professeur Ariella Oppenheim de la faculte juive/hebraique. Avec des resultats surprenants. Nous avons trouve que, bien que les juifs aient ete disperses dans le monde entier pendant 2000 ans, ils ont toujours réussi à maintenir une continuite genetique à travers le temps. Une autre chose, qui nous a aussi surpris, est la forte proximite avec les Arabes des territoires palestiniens. L'etude, avec la participation du Professeur Marian Fiereman et le Docteur Dvora Filon prouve que les Palestiniens aussi bien que les juifs viennent des kurdes de Babylone, terre du patriarche Abraham (alayhi salam). Et, ce qui est quelque peu surprenant, c'est qu'il semble que les juifs ashkenazes sont génétiquement plus proches des Palestiniens que les juifs du Moyen-Orient.

''C'est vrai. C'est vrai. Je veux dire les mêmes chromosomes peuvent apparaitre aussi bien chez les Ashkinazes que chez les Palestiniens.''

Et comme si cela n'etait pas suffisant, on a trouve qu'il y a des Palestiniens qui portent les gènes des Cohens (les pretres).

''-Ce qui est intéressant est que ce chromosome que nous voyons ici au milieu, est appelé '' chromosome cohanique''. Mais comme nous le voyons ici, nous avons trouve que les Arabes portent également ce chromosome.

-Cela signifie que certains Palestiniens sont en fait des Cohens.

-Genetiquement.''

A l'est d'Hebron, dans un village sans nom de bedoins, il y a une femme agee de la tribu de Sawarka qui se souvient toujours de coutumes de nature juive.

''-Hee, mon ami, vous n'etes pas autorise a filmer. Cela est interdit. ''

''-Nous sommes la lumiere de DIEU. IL nous a crees. IL nous maintient. IL nous aime et IL nous protege.''

Comme cela est approprie au peuple elu, ils se souviennent des lumieres des bougies le jour du Sabbah, une coutume similaire au Challah et pour ce jour, la tribu Sawarka pratique la circoncision apres le septieme jour, contrairement a la coutume musulmane.

''-Apres une semaine?

-Oui, apres une semaine. Chaque garcon est circonci. Et ce jour la, nous avons une celebration. Et c'est ce que nous faisons. Nous nous rejouissons.

-Et vous avez une coutume apres la mort de quelqu'un...''

Ils peuvent aussi nous parler de la ceremonie de Khalitza.

''-Le frere du defaut a la priorite.

-Et si elle ne veut pas l'epouser?

-C'est ca!

-Mais en principe il a la priorite.

-Elle ne peut avoir quelqu'un d'autre mais le frere du defunt.

-Allumez-vous des bougies sur les tombes?

-On les allune uniquement les jeudis et les vendredis.''

''-Est-ce que le cimetiere est loin d'ici?

-Quoi?

-Le cimetiere.

-Bonjour. Que recherchez-vous dans le cimetiere, monsieur?

-Nous voulons regarder.

-D'ou venez-vous mes freres?

-Etes-vous familier avec les bougies que les gens d'ici allument sur les tombes?

-A la tombe Bayan, oui. Ils mettent une bougie dessus et l'allument.

-Merci.

-Au revoir.''

Il ressemble a un juif. Oui, les sawarka ressemblent a des juifs. Je veux dire vraiment un juif. Il ressemble a mon pere.

Sur le territoire de la tribu Ta'ramra, il y a un ancien cimetiere musulman. Les juifs qui ont ete forces a se convertir sont aussi enterres ici. Certaines tombes ont une petite niche noire ce qui temoigne de la coutume juive d'allumer les bougies pour l'ame des defunts. Elles pouvaient etre mises a travers cette petite ouverture. Donc, la tombe est un des exemples.

Vous savez, par exemple, jusqu'a il y a 200 ans, apparemment, le village de Sachnin etait un village juif, il avait une synagogue active et ensuite, le village a subi un processus d'islamisation sous la pression des dirigeants turcs et il est maintenant considere comme un village arabe meme si les villageois savent qu'ils sont descendants des juifs.

Au sud d'Hebron, dans la ville de Yata, il a des palestiniens qui veulent retourner au judaisme. Environ la moitie des habitants de Yata sont du clan Makhamra, ce qui signifie ''vignoble''. Le vin est absolument interdit en Islam.

Il y a des clans importants a Yata qui se sont convertis a l'Islam assez tard. Donc, beaucoup de coutumes ont ete preservees, beaucoup de connaissances ont ete preservees, beaucoup d'objets de l'artisanat juif ont ete preserves et il y a aussi beaucoup d'histoires.

''-Plus tard, ils vont brouiller les images. Laisse moi prendre une photo de l'etoile de David dehors. J'ai deja pris une photo de l'etoile de David sur mon portable parce que c'est dur d'y avoir acces

-Donc, t'as quoi sur ton telephone?

-Il y a des images de choses que faisaient avant les anciens. C'est une etoile de David mais ils l'ont cachee avec d'autres sortes de formes dont tu peux plus dire ce qu'ils sont''.

90% de la ville est d'origine juive. Nous parlons d'environ 60 000-70 000 habitants. Toute la ville le sait que les Makhamara sont originellement des juifs.

Dasn la maison, il y a un mezuzah cache sous les etageres. Et la tefilin est cachee parmi les chaussettes dans la commode.

Ceci est la protection de la maison. Chacun le transmet a un autre. C'est ainsi que je prie et chacun garde le secret chaque. C'est tres dur de garder ces coutumes et ces ceremonies.

''-Est-ce que ton petit garcon saura qu'il est juif?

-Il saura eventuellement.''

Miro est vu comme un colon extraordinaire dans les yeux de ses voisins palestiniens. Il parle arabe. Il aime et accepte tout le monde.

''-Shimon est ne dans le village de Kuzeiba et ils sont ses desccendants.

-Zaid, Mohammed, Abd al Aziz, Awad, Muhammed, Sliman, Kawazba. Je connais 8 generations de ma famille. ''

Miro voit les villageois de Kuzeiba comme les descendants de Bar Kochva.

''-Bar Kochva est un nom qu'on lui a donne plus tard mais son vrai nom est Ben Kuzeiba, Ibn Kuziba. Oui, oui, Ibn Kuziba.

-Kawaziba.

-Kawaziba.

-Ou es-tu ne?

-A Se'Ir.

-Sais-tu d'ou vient ton grand-pere?

-Mon grand-pere etait un Kawazba. C'est un juif qui s'est converti a l'Islam.

-Avez-vous entendu cela?''

''-Pourriez-vous dire que les Arabes (Palestiniens) sont plus juifs que les Falasha (juifs ethiopiens)?

-Ca pourrait etre le cas, genetiquement. En terme de mentalite egalement. Avez-vous approche le rabbinat pour vous convertir au judaisme?

-non, je ne veux pas me convertir. Je suis deja juif. Pourquoi comment puis-je me convertir? Jene peux me convertir. Je peux devenir un juif religieux.''

''Il est clair que nous sommes tous de la meme famille, mais malheureusement, les familles ont aussi leurs conflits; ce n'est pas rare que des freres et soeurs se battent entre eux. Donc, je ne pense pas que ce soit cela qui ramenera la Redemption malheureusement. J'aurais voulu que cela puisse ramaner la Redemption.''

Dans un pays ou les nouveaux deviennent vieux tres rapidement et ou les violents incidents suivent un autre d'un pas rapide, il est seulement naturel que les gens deviennent indifferents. Ca importe a qui que Mahmoud soit d'ascendance juive?

''-Combien d'argent avez-vous investi dans ce loisir?

-A peu pres la moitie d'un million de shekels, je dirais.''

Mais Tsvi Misinai est determiné à ne pas abandonner. Appelez Don Quichotte et il continuera encore et encore parce que quelqu'un doit faire ce travail surréaliste, parce que le sionisme aussi était surréaliste au début.

''-Avec la volonte de DIEU, vous y arriverez.

-Merci. Avec la volonte de DIEU'']

Voir aussi:

Are the Palestinians Also Jews?

Nathan Jones

The Christ in prophecy journal

July 9, 2009

"My father, may he rest in peace, was in the hospital during his last days. He said to me, ‘I want to tell you a secret, but don’t tell anyone. I’m Jewish. It’s a secret, just between you and me.'" – Palestinian Man

"My father was a Kawazba. He was a Jew that converted to Islam." – Second Palestinian Man

What is a Palestinian?

A Palestinian, as the book Isralestine (HighWay, 2008, p.89) by Bill Salus describes, is "the ethnic label tossed about loosely in modern times to identify three primary predominately Arab groups of people: the Palestinians of the Gaza Strip, the Palestinians of the West Bank, and the Palestinian Refugees… Their genealogies can be traced back to the Edomites [descendents of Esau, the twin brother of Jacob], Egyptians, Assyrians, Philistines, Sidonians, Ammonites, Moabites, Yemenites, Saudi Arabians, Moroccans, Christians from Greece, Muslim Sherkas from Russia, and Muslims from Bosnia." Palestinians are therefore a melting pot of people groups, politically viewed as Syrian by nationality and generally hailed as Arab in origin.

But, could the Palestinians also be Jewish in origin? The iReport for CNN report by Nissim Mossek titled "Palestinians of a Jewish Origin" contends that many Palestinians are indeed Jews.

Search For Jewish Origins

Though few Palestinians are willing to expose themselves so as not to be seen as the enemy, some have come public and identified their Jewish origins. It has led many Israelis, like Rabbi Dov Stein, Secretary of the New Sanhedrin, to conclude, "It becomes clear that a significant part of the Arabs in the land of Israel are actually descendents of Jews who were forced to convert to Islam over the centuries. There are studies that 85% of this group is of Jewish origin. Some claim the percentage is less."

The historically accepted assumption is that after the destruction of the Second Temple and the Bar Kochva (Kokhba) Rebellion the land of Israel was emptied of all the Jews. As Elon Jarden, a Holy Land scholar, explains, this was not entirely the case. "When an empire takes over a country, it exiles the elite and leaves the lower classes. And that’s what happened after the destruction of both the First Temple and the Second Temple." These lower class Jews, Jardon contends, remained in the land renamed by the Romans "Palestine," and like the Northern ten tribes of Israel who fled to such places as Afghanistan and India, integrated into the people groups of the region.

Over time, the Jews who remained in Palestine ceased to be practicing Jews as the Turks forced Jewish village after Jewish village to become Muslim. Some Jewish traditions remained, according to iReport, though hidden within the families.

Genetic research has also affirmed that many of the Palestinians today have Jewish origins. At the Hadassah Medical School laboratories, an international genetic research study was conducted headed by Professor Ariella Oppenheim from the Hebrew University. She states, "We found that although the Jews have been scattered all over the world for 2,000 years, they still maintained genetic continuity throughout the ages. And another thing that also surprised us was the high proximity to the Arabs living in the land — the Palestinians."

Even the Ashkenazi (European) Jews have been found to be genetically closer to the Palestinians than Middle-Eastern Jews, Professor Oppenheim has found. "It’s true. It’s true. The same chromosome can appear in both Ashkenazi Jews and Palestinians." Some Palestinians even have what’s called the "Cohanic Chromosome," meaning that they are descendents of the priestly line of Aaron, the brother of Moses.

Responding to the Discovery

In response to this revelation, Israeli Jews like Tsvi Misinai, a pioneer of hi-tech industry in Israel, has made it his life’s mission to spread the word that the Palestinians are of Jewish origin. He wishes to build a bridge of peace between the two now divergent peoples in hopes that they’ll live together as one nation.

As modern-day Israel welcomes Jews making aliya from all over the world as foretold in Bible prophecy (Isa. 11:11-12), today’s Jews are far less hostile towards those intermarried with the Gentile races than it was during Jesus’ time, like with the Samaritans. But, should the Palestinian Jews come forward and their claim to Jewish roots be accepted, would Israel welcome their once hostile neighbors with open arms? Would Israel grant citizenship to Palestinians who can prove their claim of being Jews? And, should they become citizens, will the Palestinian Jews fight for or against Israel when that nation subdues its hostile neighbor countries as Psalm 83 indicates and Ezekiel 38-39 requires for Israel’s peace and safety?

The answers to these questions will not be long in coming.

iReport Mini-documentary (13:36)

Voir encore:

THE ENGAGEMENT

In the 20th Century western culture (Judeo-Christian) – represented by Jews who had been refugees for close to two thousand years and returned to their homeland, and Middle Eastern culture (Arab-Muslim) that had ruled the Middle East for an extended period – represented by Palestinians, came face-to-face. This was a very deep and intensive encounter between the two cultures, which unfortunately has taken a very violent path that today presents serious perils to humanity as a whole. Most of the energies of those involved emotionally or practically in the conflict, are invested in hostile clashes, mutual recriminations, self protection and self justifications.

After about 70 years of violence in the course of the Israeli-Palestinian national conflict (1920-1991), a conflict that sits at the heart of the problems facing the Middle East, the two sides have experienced about 20 years of negotiations, parallel to ongoing violence. The only thing that this extended period of negotiations has achieved is an intensification of the violence and the suffering of both sides. In light of this reality, all those who believe in continuing with the direction set forth by negotiations – a Two-State Solution, must answer the question – How many additional casualties, what higher level of suffering and how many new refugees are necessary, in order to understand that this path should be abandoned? On the other hand, those who are objecting to the above solution need to suggest an alternative that will provide the sides with a better future.

The only way to arrive at a solution to the Israeli-Palestinian conflict, a solution that will make it possible to channel all the energy and resources invested today in the conflict and re-direct them towards rehabilitation, development and prosperity, is to get high enough above the conflicting narratives, to view the conflict in a better perspective that is afforded by examining the long-term history of the Holy Land. Only from this perspective can one see the real roots of the conflict. Only on the basis of the genuine roots of conflict, can one build a creative, just and lasting peace in the Holy Land. Moreover, from such a better-informed perspective, it is possible to create common ground for a Jewish-Christian-Moslem Culture that can move humankind forward towards unprecedented prosperity.

The Alternative solution – The Engagement:

As the idea of a bi-national state, that is suggested as the alternative for the two-state solution, proved itself as problematic in other places, the remaining solution is a very surprising one that initially may appear as a fantasy – the engagement of the parties to the conflict to a single nation. This amazing idea, that is presumably very naive and chance-less, is supported by a series of studies about the identity of the Palestinians as detailed further on.

The sharp deterioration that the Palestinian leadership brought upon the Palestinian public, including the situation of many of its most dedicated people, combined with the high level of corruption that is attributed to this leadership and with the phenomena of the Arab spring, all contrasted by the background of Israel being a regional island of freedom, prosperity and stability, prepare the ground for the Palestinian public to the realization of the proposed solution. However, these are insufficient enabler for the proposed solution, definitely for the Jewish side.

Here is where the said series of studies get into the picture. A very large anthropological study, various genetic studies, a demographic-historical research and a historical-geographical one were published in the 21st century and are detailed in the book "Brother shall not Lift Sword Against Brother" as well as in brief in The Engagement booklet. All these studies reinforce an earlier work of David Ben-Gurion (the first prime minister of Israel) and others, in their very surprising finding:

a solid majority of the Palestinians (80%-90%) are descendants of People of Israel who remained in the country following the destruction of the Second Jewish Temple. The ancestors of most of the Palestinians were forced to convert, mainly to Islam.

When it becomes clear that the parties to the conflict are really blood-brothers, that usually are not aware of this situation, it makes self-evident that the continuation of the conflict is a hopeless stupidity and is an outrageous unjust, that the only reason for its existence is the ignorance about the real identity of the Palestinians. All the above lead to one clear conclusion:

To break the deadlock in the Holy Land, a just and lasting solution is required – by the return of the majority of the Palestinians to the people of Israel – an extremely challenging process of an engagement of peace between the Palestinians and the Jews west of the Jordan River. This process will form a one state for one people – The People of Israel, without forcing any religious conversion (as detailed in The Engagement Pamphlet which is referred to later on).

The above will not, however, complete the required change in the Middle East. The stormy present in the Arab world, even after it will settle down to some extent, is incapable of solving the problems existing there. These problems are much deeper than a change of regime or a change of a ruler, which may even worsen the situation. The important use of Facebook will not guaranty, by itself alone, that the contemporary Arab world will desert its negative contribution to humanity on the path to terror, destruction, violence and threat to world freedom, done in the pretense of the will to renew the glory of the Muslim Caliphate. The use of Facebook will not enable, by itself, the Arab world to bring a positive contribution to humanity, like the Muslim Caliphate brought in the period of its glory following its beginning, a contribution that shined above the rest of humanity. The removal of the Israeli-Palestinian conflict form the regional and world agenda, followed by shutting down the flames of hatred against Israel, will enable the united people of Israel to resume its historical role as a light to the nations, and collaborate with the rest of the nations of the region in moving the Middle East to the future they aspire to. In particular, in the current situation created in Iran as a result of the sanctions, its leadership will look for any respectable ladder it may use, to get down from the high tree of nuclear weapon they climbed upon. A respectable and just solution for the Israeli-Palestinian conflict, based on a concept used in Iran, where a Muslim must not be Arab, can provide the Iranian leadership, the required excuse.

Voir enfin:

History disproves myth that founding Zionists were naive

Judea Pearl

JewishJournal.com

May 15, 2008

We are often told, mostly by anti-Israel propagandists, that the early Zionists’ attitude toward the indigenous Arab population in Palestine was laden with ignorance, naivete, denial, contempt, abuse and outright oppression. Afif Safieh, the PLO representative to the United States, tells audiences on campus after campus: "[Palestinians] have suffered three successive denials — a denial of their mere physical existence, a denial of their national rights and, the most morally disturbing, a denied recognition of their pain and suffering."

The slogans "Land without a people to a people without land" and "Palestinians? Who?" continue to be quoted today by enemies of coexistence as a proof of those alleged denials and of Zionism’s ingrained and irredeemable disrespect for Arabs, both as people and as a nation.

This is sheer nonsense.

On Israel’s 60th birthday, it is time we set the record straight: The Zionist movement may have erred in many ways, but contempt, naivete and denial were not among its errors.

I’m looking at my "History of Zionism" bookshelf, and I find it loaded with books and pamphlets, apparently unavailable in English, which record a history of understanding, respect and persistent attempts at reaching mutual recognition with the Arabs of Palestine since the beginning of the 20th century.

Here are a few shiny gems from this dusty bookshelf:

Ben-Gurion and Our Arab Brethren

During World War I, David Ben-Gurion, who would become the first prime minister of Israel, spent three years in New York, from 1915 to 1918, having been exiled from Palestine "for conspiring against Ottoman rule."

He spent most of this time organizing (with Y. Ben Zvi) the He-Halutz youth movement, but, as he was also an ardent scholar and historian, he also found time to conduct research at the public library and published an interesting treatise "on the origin of the Falahin," in the summer of 1917, a few months before the Balfour Declaration.

In this treatise, Ben-Gurion advances an elaborate cultural-demographic theory that the Falahin (the Arab peasants in Eretz Israel), are none others than our lost brethren — descendants of Jews who remained in Eretz Israel after the Roman expulsion and were forcibly converted to Islam after the Muslim conquest (638 AD). In Ben-Gurion’s words:

The greater majority and main structures of the Muslim Falahin in Western Erez Israel present to us one racial strand and a whole ethnic unit, and there is no doubt that much Jewish blood flows in their veins — the blood of those Jewish farmers, "lay persons," who chose in the travesty of times to abandon their faith in order to remain on their land.

To the best of my knowledge, Ben-Gurion’s theory was proven wrong. DNA analysis shows indigenous Palestinians to be the likely descendants of Arab tribesmen that migrated north from the Arabian (now Saudi) Peninsula in the wake of the conquering Muslim armies. Ben-Gurion’s theory, nevertheless, shows a genuine attempt to hypothesize an ancestral kinship with the Arab population in order to bridge cultural and religious gaps, and thus prepare an atmosphere of trust.

If this is not respect, what is?

If this is not an outreach, nothing is.

Ben-Gurion and Palestinian Rights

In 1918, Israel Zangwill, author of the influential novel "Children of the Ghetto" (1892) and an on-off Zionist, wrote an article suggesting that the Arabs should be persuaded to "trek" (i.e., to be "transferred") from Palestine. Ben-Gurion was quick to react and distance the Zionist movement from any such notion. In an article published that year in the Yiddish newspaper Yiddishe Kemper (titled "The Rights of the Jews and Others in Eretz Israel") Ben-Gurion ridicules Zangwill and makes his position unequivocal:

Eretz Israel is not an empty country … west of Jordan alone houses three quarter of a million people. On no account must we injure the rights of the inhabitants. Only "Ghetto Dreamers" like Zangwill can imagine that Eretz Israel will be given to the Jews with the added right of dispossessing the current inhabitants of the country. This is not the mission of Zionism. Had Zionism to aspire to inherit the place of these inhabitants — it would be nothing but a dangerous utopia and an empty, damaging and reactionary dream….

"Not to take from others — but to build the ruins. No rights on our past — but on our future. Not the preservation of historic inheritance — but the creation of new national assets — this is the core claim and right of the Hebrew nation in its country.

(Reprinted in "Anachnu U’Shcheneinu," 1931, p. 31.)

Our next gem belongs to Chaim Weizmann (1874-1952), the first president of Israel and the man who played a key role in influencing the British government to issue the Balfour Declaration on Nov. 2, 1917. In 1918, Weizmann was sent to Palestine by the British government to advise on the future development of the country. There, he met Arab and Armenian representatives and delivered the following speech in the house of the High Commissioner in Jerusalem:

With heartfelt admiration and great interest, we are viewing today the current war of liberation conducted by the ancient Arabic nation.

We see how the scattered Arab forces are being united under the good will of Western governments and other peace-loving nations, and how, from the mist of war there emerge new and immense political possibilities. We see again the formation of a strong and united Arab political body, freshly renovated and aiming to renovate the great tradition of Arab science and literature that are so close to our heart.

This kinship found its glorious expression particularly in the Spanish period of the Hebrew-Arabic development, when our greatest authors wrote and thought in the Arabic language, as well as in Hebrew.

(Translated from Weizmann’s book "Dvarim," vol. 1 Tel Aviv, 1936, p. 99.)

And, as if contemplating postmodern complaints that Zionism, while promising Palestinians human and civil rights, denied them national rights, Weizmann wastes no time dispelling this allegation and writes:

If indeed there is among the Arabs a national movement, we must relate to it with the utmost seriousness…. The Arabs are concerned about two issues:

1. The Jews will soon come in their millions and conquer the country and chase out the Arabs… Responsible Zionists never said and never wished such things.

2. There is no place in Eretz Israel for a large number of inhabitants. This is total ignorance. It is enough to notice what is happening now in Tunis, Tangier and California to realize that there is a vast space here for a great work of many Jews, without touching even one Arab.

(Haaretz, Dec. 15, 1919, Reprinted in Dvarim, vol 1 1936, p. 129.)

Ben-Gurion and Palestinian Self-Determination

In November, 1930, about a year after the Arab riots that led to the Hebron massacre, Ben-Gurion delivered a keynote lecture entitled "The Foreign Policy of the Hebrew Nation" at the First Congress of Hebrew Workers. In this lecture, later published in Ben-Gurion’s first book, "We and Our Neighbors" ("Anachnu U’Shcheneinu, Tel Aviv, 1931. p. 257), he makes statements that would have toppled Rabin’s government ten times over.

There is in the world a principle called "the right for self-determination." We have always and everywhere been its worshipers and champions. We have defended that right for every nation, every part of a nation, and every collective of people.

There is no doubt whatsoever that the Arab people in Eretz Israel have this right. And this right is not limited by or conditional upon the result of its influence on us and our interests. We ought not to diminish the Arabs’ freedom for self-determination for fear that it would present difficulties to our own mission.

The entire moral core encapsulated in the Zionist idea is the notion that a nation — every nation — is its own purpose and not a tool for the purposes of other nations. And in the same way that we want the Jewish people to be master of its own affairs, capable of determining its historical destiny without being dependent on the will — even good will — of other nations, so too we must seek for the Arabs.

Naivete? Denial? Disrespect? Hardly.

I don’t believe Ben-Gurion would be prepared to make such bold statements today, given what we know about Hamas’ charter and rocket terror. I am sure, however, that the Middle East would look substantially different today had one Arab leader, any time in the past 75 years, had the courage to reciprocate Ben-Gurion’s offer with as generous a recognition of Jewish self-determination.

Jabotinsky and the Sobering Days Before the Holocaust

The next pearl belongs to Zev Jabotinsky, Ben-Gurion’s main rival, and by far the most militant Zionist leader of that time.

Jabotinsky garnered a reputation as an advocate of a tough, "iron-wall" approach toward the Arabs. Yet even he expressed respect for Arab nationalism, and explained, even identified with, Arabs’ fears of reciprocating Ben-Gurion’s offer.

I chose to translate several excerpts from this article because they dispel not only the myth of Zionist denial and naivete, but also the myth of Arabs’ fear of dispossession by Jewish immigrants. Here is what Jabotinsky says in his book "A Hebrew State" ("Medina Ivrit," Tel Aviv, 1937, pps. 71-79), published a few months after the break-out of the Arab Riots of 1936-1939 (which one UCLA historian glorifies as "The Great Arab Revolt").

There is no point talking about the possibility that the Arabs in Eretz Israel would consent to the Zionist plan while we are a minority here. I express it with such confidence not because I enjoy disappointing decent people but, simply, to save them disappointments: All these decent people, except those blind from birth, have understood already that this is something that is utterly illogical — to obtain the Arabs’ consent and goodwill to turn Eretz Israel from an Arabic country to a country with Jewish minority.

Every indigenous people, regardless of whether it is primitive or advanced, views its country as a national home and aspires to be and remain its sole and eternal landlord; it does not voluntarily agree to accommodate, not only new landlords, but even new partners or new participants. And our most misleading argument would be to rely on the fact that our agricultural settlements bring them economical advantages. Though this is an undisputed truth, there is no nation in the world that sold its national aspirations for bread and butter

(pps. 73-74)

So much for Zionists’ naivete, denial and disrespect. Now to the core of the Arab objection to the Zionist plan.

Many of us still think in full honesty that a terrible misunderstanding has occurred, that the Arabs did not understand us, and that this is the reason why they oppose us; but if only we could explain to them how benevolent our intentions, they would stretch their hands back to us. This is a mistake that has been proven so again and again. I will bring one such incident.

Several years ago, when the late N. Sokolov visited Eretz Israel, and he was one of the most moderate and diplomatic Zionists at that time, he delivered an elaborate speech on this misunderstanding. He explained clearly how mistaken Arabs are in thinking that we wish to steal their property or dispossess them or oppress them.

"We do not even want to have a Jewish government, we want merely a government representing the League of Nations." Sokolov’s speech received an immediate response in the main editorial of the Arab newspaper, Carmel, the content of which I convey here from memory:

"The Zionists" — so wrote the Arab editor — "are tormenting their nerves unnecessarily."

There is no misunderstanding here whatsoever.

The Arabs never doubted that the potential absorption capacity of Eretz Israel is enormous and, therefore, that it is possible to settle here enough Jews without dispossessing or constraining even a single Arab. It is obvious that "this is all" the Zionists want. But it is also obvious that this is precisely what the Arabs do not want; for, then, the Jews will turn into a majority and, from the nature of things, a Jewish government will be established, and the fate of the Arab minority will depend on Jewish good will; Jews know perfectly well what minority existence is like.

There is no misunderstanding here whatsoever.

The Arab’s argument is rather compelling, but Jabotinsky confronts them with an equally compelling moral dilemma:

Whoever thinks that our arguments [for Jewish immigration] are immoral, I would beg him to address the following question: If this [Jewish immigration] is immoral, what should the Jewish people do?…. Our planet is no longer blessed with uninhabited islands. Take any oasis in any desert, it is already taken by the native who inhabits that place from time immemorial and rejects the coming of new settlers that will become a majority, or just come in great numbers.

In short — if there is a homeless nation in the world, its very yearning for a homeland is immoral.

The homeless must forever remain homeless; all the land in the universe has already been dividedâ??that’s it. These are the conclusions of ‘morality’…. This sort of morality has a place among cannibals, not in the civilized world. The land belongs not to those who have too much land, but to those who have none. If we appropriate one parcel of land from the owners of mega-estates and give it to an exiled nation — it is a just deed.

In this historical week of Israel’s 60th birthday, it is most fitting that we remind ourselves of the principles of reciprocity and mutual respect on which the state of Israel was founded.

May those principles light our path today, and may Israel’s adversaries be blessed with a faint semblance of these principles.

Judea Pearl is a professor at UCLA and president of the Daniel Pearl Foundation (www.danielpearl.org) named after his son. He and his wife, Ruth, are editors of "I am Jewish: Personal Reflections Inspired by the Last Words of Daniel Pearl" (Jewish Light, 2004), winner of the National Jewish Book Award. This week, Pearl is debating the Israel-Arab issue with Palestinian-born George Bisharat, on LA Times Dustup.

Judea Pearl is the 2008 winner of Benjamin Franklin Medal in Computers and Cognitive Science, a special award of Philadelphia’s Franklin Institute


Vote ONU/Palestine: A quand un Yad Vashem palestinien ? (It’s monkey see monkey do, stupid!)

1 décembre, 2012
61463_468177469892194_1364727104_nEt je leur donnerai dans ma maison et dans mes murs une place et un nom (…) qui ne seront pas effacés. Esaïe 56: 5
Imaginons deux enfants dans une pièce pleine de jouets identiques. Le premier prend un jouet, mais il ne semble pas fort intéressé par l’objet. Le second l’observe et essaie d’arracher le jouet à son petit camarade. Celui-là n’était pas fort captivé par la babiole, mais – soudain – parce que l’autre est intéressé cela change et il ne veut plus le lâcher. Des larmes, des frustrations et de la violence s’ensuivent. Dans un laps de temps très court un objet pour lequel aucun des deux n’avait un intérêt particulier est devenu l’enjeu d’une rivalité obstinée. René Girard
C’était une cité fortement convoitée par les ennemis de la foi et c’est pourquoi, par une sorte de syndrome mimétique, elle devint chère également au cœur des Musulmans. Emmanuel Sivan
Il n’y a jamais eu de temple ici. (…) C’est tous des menteurs. Gardien musulman de l’Esplanade du Temple (pardon: "des mosquée" , discussion avec l’auteur, Jérusalem, juillet 2011)
Il n’y a pas de preuve tangible qu’il y ait la moindre trace ou le moindre vestige juif que ce soit dans la vieille ville de Jérusalem ou dans le voisinage immédiat. Communiqué du ministère palestinien de l’Information (10 décembre 1997)
Le mur d’Al-Buraq [Mur des Lamentations] et sa place sont une propriété religieuse musulmane…[Il fait] partie de la mosquée Al Aqsa. Les Juifs n’ont aucun lien avec cet endroit. Mufti de Jérusalem (nommé par Yasser Arafat, Al Ayyam [journal de l'Autorité palestinienne], 22 novembre 1997)
Le mur d’Al-Buraq est une propriété musulmane et fait partie de la mosquée Al Aqsa. Hassan Tahboob (Ministre des Affaires religieuses de Yasser Arafat, dans interview accordée à l’agence de presse, IMRA, le 22 novembre 1997)
Ce n’est pas du tout le mur des Lamentations, mais un sanctuaire musulman. Yasser Arafat (Maariv, 11 octobre 1996)
Tous les événements liés au roi Saul, au roi David et au roi Rehoboam se sont déroulés au Yémen, et aucun vestige hébreu n’a été trouvé en Israël pour la bonne et simple raison qu’ils n’y ont jamais vécu. Jarid al-Kidwa (historien arabe, au cours d’un programme éducatif de l’OLP, juin 1997, cité dans Haaretz le 6 juillet 1997)
Jérusalem n’est pas une ville juive, en dépit du mythe biblique qui a été semé dans certains esprits…Il n’y a pas d’évidence tangible de l’existence juive d’un soi-disant « Temple du mont Era »…on doute de l’emplacement du mont du Temple…il se peut qu’il ait été situé à Jéricho ou ailleurs. Walid Awad (directeur des publications pour l’étranger du ministère de l’Information de l’OLP, interviewé par l’agence de presse IMRA, le 25 décembre 1996)
Abraham n’était pas juif, pas plus que c’était un Hébreu, mais il était tout simplement irakien. Les Juifs n’ont aucun droit de prétendre disposer d’une synagogue dans la tombe des patriarches à Hébron, lieu où est inhumé Abraham. Le bâtiment tout entier devrait être une mosquée. Yasser Arafat (Jerusalem Report, 26 décembre 1996)
[La Shoah] est un mensonge des Sionistes concernant de soi-disant massacres perpétrés contre les Juifs. Al Hayat Al Jadeeda ( journal de l’Autorité palestinienne, 3 septembre 1997)
[Notre but est] d’éliminer l’Etat d’Israël et d’établir un Etat qui soit entièrement palestinien. Yasser Arafat (session privée avec des diplomates arabes en Europe, 30 janvier 1996)
La lutte contre l’ennemi sioniste n’est pas une question de frontières, mais touche à l’existence même de l’entité sioniste. Bassam-abou-Sharif (porte-parole de l’OLP, Kuwait News Agency – Agence de presse koweïtienne, 31 mai 1996)
A document found in the Cairo Geniza describes the way in which Umar I brought a group of Jews to the site of the Temple in order to clean it. The Jewish elders were asked to identify the stone known as the Foundation Stone. When it was found and identified, Umar ordered « a sanctuary to be built and a dome to be erected over the stone and overlaid with gold. » As a reward, Umar permitted the Jews to return to Jerusalem and establish the Jewish Quarter. Reuven Hammer
Le choix du lieu lui-même est extrêmement symbolique : lieu sacré juif, où restent encore des ruines des temples hérodiens, laissé à l’abandon par les chrétiens pour marquer leur triomphe sur cette religion, il est à nouveau utilisé sous l’Islam, marquant alors la victoire sur les Chrétiens et, éventuellement, une continuité avec le judaïsme. (…) Enfin, l’historien Al-Maqdisi, au Xe siècle, écrit que le dôme a été réalisé dans la but de dépasser le Saint-Sépulcre, d’où un plan similaire, mais magnifié. De cette analyse on a pu conclure que le dôme du Rocher peut être considéré comme un message de l’Islam et des Umayyades en direction des chrétiens, des Juifs, mais également des musulmans récemment convertis (attirés par les déploiements de luxe des églises chrétiennes) pour marquer le triomphe de l’Islam. Wikipedia 
La mort de Mohammed annule, efface celle de l’enfant juif, les mains en l’air devant les SS, dans le Ghetto de Varsovie. Catherine Nay (Europe 1)
Un nouveau type de guerre s’est en effet installé, dite « asymétrique », une guérilla disposant d’armes importantes qui utilise les civils comme bouclier et vise sauvagement les civils ennemis. Ce type de guerre n’engage pas des armées des deux côtés. (…) L’indécision, l’atermoiement du gouvernement Olmert dans la conduite de ces opérations dont l’ambition se voulait limitée s’accompagna de pressions occidentales pour empêcher Israël de gagner la bataille. C’est là une récurrence dans ce conflit : l’Occident vient toujours au dernier moment pour sauver les ennemis d’Israël d’une défaite annoncée, ce qui fait de lui le principal et démoniaque artisan de ce conflit qui n’en finit pas. (…) Deux faits peuvent l’illustrer. Le plus manifeste est l’œuvre des Etats européens qui veulent interdire à Israël le droit à la légitime défense tout en se recommandant de la mémoire de la Shoah. La déclaration du ministre britannique des Affaires étrangères lors de la récente crise est significative : tant qu’Israël ne pénètre pas à Gaza, il est légitime, mais il ne l’est plus si il y entre. Un fait stupéfiant illustre cette état d’esprit : pendant que le Hamas tirait 1500 roquettes sur Israël, Israël continuait de lui fournir, eau, électricité, nourriture et médicaments. On n’a vu une telle chose nulle part au monde. En somme, l’Europe lui demande de se laisser passivement trucider tandis que lui nourrit et renforce son ennemi. L’humanité d’Israël (sous le jour de la Shoah) n’est « reconnue » qu’à la condition de son statut victimaire. Les trésors d’ingéniosité déployés par Israël pour toucher le moins de civils possibles ont quelque chose de fascinant quand on les compare avec la brutalité du Hamas. C’est tout à son honneur quoique cela n’influe aucunement sur une quelconque « reconnaissance » d’Israël par les grands moralistes d’Occident qui exaltent toujours l’humanité souffrante d’organisations terroristes et réduisent Israël à une soldatesque anonyme. La « guerre chirurgicale », technocratique, technique, à distance ne réussira jamais à obtenir une victoire. « Messieurs les Anglais, tirez les premiers » ? Bien au contraire, c’est sa cruauté qui est fustigée, renforcée par la disparité des moyens. La débilitation morale induite par ce scénario est immense et il envoie un signe mortifère à la nation israélienne et plus largement à l’esprit du peuple juif.  Shmuel Trigano
Avec un ennemi il est parfois possible de discuter et faire la paix, avec un rival, c’est impossible car ce qu’il veut, c’est être à votre place, être vous-même, se parer de vos habits et endosser votre rôle. L’ennemi agit de manière rationnelle et peut décider à un moment ou à un autre de cesser les hostilités et passer à autre chose. Le rival, quant à lui, livre un combat radical et irrationnel car pour lui il n’y a pas de place pour deux. Il n’aura donc de cesse que l’Autre disparaisse totalement. (…) Le conflit qui oppose le mouvement national juif à son miroir arabe palestinien est du même ordre. Il tire ses sources du plus profond de la religion musulmane qui pensait avoir définitivement remplacé le Judaïsme tout comme l’Eglise catholique le pensait durant des siècles. La date symbolique du 29 novembre choisie par Abou Mazen pour demander un vote de l’ONU sur la création d’un Etat virtuel de Palestine résume à elle seule la nature du conflit qui nous oppose aux Arabes palestiniens. Le 29 novembre 2012 doit remplacer le 29 novembre 1947, date du fameux vote de partage de la Palestine occidentale en deux Etats, rejeté par le monde arabe.(…) Dans cette tentative de substitution, l’Occident jour un rôle extrêmement pervers, laissant s’installer depuis longtemps le discours palestinien comme étant celui du Droit, de la Justice et de la Vérité, et ne concédant à Israël que l’exigence de sécurité. Si l’ONU vote jeudi la création d’un Etat de Palestine, cela ne changera pas grande chose sur le terrain dans l’immédiat. Mais il s’agira d’une nouvelle victoire sur les consciences collectives à partir de laquelle les terroristes de l’AP vont construire leur stratégie future. Shraga Blum

A quand un Yad Vashem palestinien ?

 "Palestine", diaspora", sionisme, "exode", "exil", "droit du retour", "peuple palestinien", "nationalité" palestinienne aux personnages bibliques,  Jésus "premier résistant palestinien qui voulait chasser l’occupant ", Jérusalem perle du monde arabe et "sommet de toutes ses joies", assimilation du martyrologue juif,  discours victimaire transformant les Israéliens en nazis modernes et les Palestiniens en "juifs des juifs", "camps de concentration", étoile du drapeau d’Israël remplacée par une croix gammée, "victimes d’hier devenues bourreaux d’aujourd’hui", Tsahal armée de "barbares nazis qui assassinent femmes et enfants", "génocide",  "résistants", "Jour de la Nakba" avec minute de silence et sirènes, théâtre de rue

Au lendemain de l’infamie et de la forfaiture que l’on sait, le jour anniversaire même de l’acte de naissance d’Israël, du Pays autoproclamé des droits de l’homme …

Comment ne pas voir, avec le journaliste israélien Shraga Blum sur le blog de notre consoeur Aschkel, l’évidence de l’insatiable rivalité identitaire qui motive les musulmans en général et les Palestiniens en particulier …

Et une tentative de captation d’héritage qui, comme René Girard nous l’a appris, ne se satisfera jamais que de la totale disparition de l’Etat dont il a fait son double identitaire, à savoir Israël?

Mais aussi partant l’invraisemblable naïveté (ou perversité?) de nos gouvernants occidentaux et de l’incroyable jeu dangereux que depuis des décennies ils sont en train de nous faire jouer?

Proche-orient : 29 novembre 2012, symbole d’une rivalité identitaire

Depuis l’apparition d’un mouvement national palestinien sous l’impulsion des pays arabes, ses dirigeants n’ont jamais caché qu’il s’agissait de supprimer totalement l’entité sioniste, considérée comme une « anomalie de l’Histoire » ainsi qu’une insulte à l’Islam et à la « Oumma »

Shraga Blum

 Aschkel

novembre 27th, 2012

Mon maître Rav Léon Ashkenazy (Manitou) zatzal avait une prédilection pour les personnages de la Genèse, archétypes caractérologiques qui devaient nous apprendre quelles seraient les identités qui réapparaîtraient à différents carrefours de l’Histoire d’Israël. Il enseignait notamment que chacun de nos patriarches se heurtait à deux types bien distincts d’antagonistes : l’ennemi et le rival. Chacun d’eux a une stratégie bien distincte : l’ennemi combat au nom d’une revendication bien précise qui peut être d’ordre politique, économique, territorial ou religieux alors que le rival ne vise qu’une seule chose : vous remplacer totalement et par tous les moyens.

Avec un ennemi il est parfois possible de discuter et faire la paix, avec un rival, c’est impossible car ce qu’il veut, c’est être à votre place, être vous-même, se parer de vos habits et endosser votre rôle. L’ennemi agit de manière rationnelle et peut décider à un moment ou à un autre de cesser les hostilités et passer à autre chose. Le rival, quant à lui, livre un combat radical et irrationnel car pour lui il n’y a pas de place pour deux. Il n’aura donc de cesse que l’Autre disparaisse totalement.

Tout au long de l’Histoire, des pays et des peuples se sont livrés des guerres terribles mais ont su également tourner la page : l’Allemagne et la France étaient ennemies mais non rivales, car ni la France ne voulait remplacer l’Allemagne ni l’inverse. Leur contentieux était de nature patriotique et territoriale mais il a finalement pris fin à l’issue de trois guerres dévastatrices et au prix de millions de morts. Et aujourd’hui, 67 ans après la fin des hostilités, ces deux pays forment le duo le plus solide de l’Union Européenne. Il n’est pas faux par contre de penser que l’antisémitisme nazi était d’un autre ordre, celui de la rivalité et non de l’adversité. La haine irrationnelle d’Hitler, telle qu’elle émane de « Mein Kampf » reconnaissait implicitement au peuple juif un rôle dans ce monde qui ne pouvait de ce fait subsister aux côtés du messianisme nazi. Il fallait donc que le peuple juif disparaisse pour que le « Reich de mille ans » puisse régner.

Le conflit qui oppose le mouvement national juif à son miroir arabe palestinien est du même ordre. Il tire ses sources du plus profond de la religion musulmane qui pensait avoir définitivement remplacé le Judaïsme tout comme l’Eglise catholique le pensait durant des siècles. La date symbolique du 29 novembre choisie par Abou Mazen pour demander un vote de l’ONU sur la création d’un Etat virtuel de Palestine résume à elle seule la nature du conflit qui nous oppose aux Arabes palestiniens. Le 29 novembre 2012 doit remplacer le 29 novembre 1947, date du fameux vote de partage de la Palestine occidentale en deux Etats, rejeté par le monde arabe.

Depuis l’apparition d’un mouvement national palestinien sous l’impulsion des pays arabes, ses dirigeants n’ont jamais caché qu’il s’agissait de supprimer totalement l’entité sioniste, considérée comme une « anomalie de l’Histoire » ainsi qu’une insulte à l’Islam et à la « Oumma ». Selon une méthode très vicieuse, le narratif palestinien s’est construit dès ses origines sur une image en miroir de l’Histoire juive. Dans le dictionnaire arabe palestinien, on trouve ainsi des termes tels que « diaspora », « exode », « exil » ou « droit du retour ». Le narratif arabe palestinien fait remonter la présence d’un « peuple palestinien » en Erets Israël à neuf millénaires, accorde la « nationalité » palestinienne à tous les personnages bibliques et pousse le bouchon jusqu’à dire que Jésus « était le premier résistant palestinien qui voulait chasser l’occupant » ! Et Jérusalem, qui n’est jamais citée dans le Coran est subitement devenue la perle du monde arabe et le « sommet de toutes ses joies » !

Mais cette identification va plus loin encore et atteint des sommets d’abjection : le narratif palestinien s’est collé au martyrologue juif et a intégré un discours victimaire transformant les Israéliens en nazis modernes et les Palestiniens en « juifs des juifs » : les camps de réfugiés sont des « camps de concentration », Tsahal est une armée de « barbares nazis qui assassinent femmes et enfants », qui pratique un « génocide », et les terroristes palestiniens sont des « résistants ». Lors du « Jour de la Nakba », les Arabes palestiniens mais aussi les Arabes israéliens observent une minute de silence sous les sirènes en imitant les Israéliens le Jour du Souvenir et il n’est pas incongru de penser que les responsables terroristes rêvent d’un « Yad Vashem » inversé qui serait une station obligée de chaque invité officiel.

Malgré la grossièreté et l’indécence de la comparaison, elle est entrée dans les consciences collectives puisque les slogans scandés et les bannières brandies lors des manifestations anti-israéliennes à travers le monde suivent ce schéma : l’étoile du drapeau d’Israël est remplacée par une croix gammée et on peut lire « que les victimes d’hier sont devenues les bourreaux d’aujourd’hui ».

Cette tentative d’usurpation identitaire effectuée par les Arabes palestiniens a également des conséquences en Israël entre ceux qui avec lucidité décèlent ce phénomène et veulent agir en conséquence et ceux qui ne le voient pas ou font semblant de ne pas le voir. Elle est la ligne de partage des eaux entre ceux qui considèrent le conflit israélo-palestinien comme uniquement politique et territorial, donc résoluble au moyens de concessions territoriales israéliennes, et ceux qui ont compris qu’il s’agissait d’une rivalité qui impliquait la victoire nette et sans appel d’Israël.

Dans cette tentative de substitution, l’Occident jour un rôle extrêmement pervers, laissant s’installer depuis longtemps le discours palestinien comme étant celui du Droit, de la Justice et de la Vérité, et ne concédant à Israël que l’exigence de sécurité.

Si l’ONU vote jeudi la création d’un Etat de Palestine, cela ne changera pas grande chose sur le terrain dans l’immédiat. Mais il s’agira d’une nouvelle victoire sur les consciences collectives à partir de laquelle les terroristes de l’AP vont construire leur stratégie future.

Mais aussi questionnement pour nous…

Voir aussi:

Israël : « Colonne de Nuée » : un écran de fumée ?

L’Occident vient toujours au dernier moment pour sauver les ennemis d’Israël d’une défaite annoncée, ce qui fait de lui le principal et démoniaque artisan de ce conflit qui n’en finit pas.

 Shmuel Trigano

chronique sur Radio J le vendredi 23 novembre 2012

Aschkel

novembre 28th, 2012

L’opération israélienne « Pilier de défense » est profondément perturbante à de nombreux points de vue et à différents étages de la réalité. La déception d’une grande partie de la société israélienne est manifeste. L’opinion en ressort déconcertée du fait de la dissymétrie entre l’importante mobilisation en hommes et en esprit et les résultats obtenus. Le mythe de Netanyahou en ressort profondément ébranlé et sa position politique s’en ressentira. Le sentiment d’une opération brisée dans son élan est prégnant. Il faut faire le point.

Réussites et défaillances

Il y a bien sûr des succès. Avant tout, la guerre a été écartée avec son cortège de victimes probables. Peut-être aussi, en cette conjoncture précise (menaces israéliennes sur l’Iran, deuxième cadence d’Obama), Israël a-t-il évité un piège tendu par l’Iran très intéressé à l’enferrer dans une intrusion militaire à Gaza ?

Il est sûr que le Hamas a été militairement affaibli, en tout cas pour un certain temps (c’est là le problème en fait). De même, le dispositif du « Dôme de fer » a fait une entrée fracassante dans l’arène des techniques de la défense : il minorise, sans l’éliminer totalement, la menace des missiles, au sud et au nord. Pour l’instant le cessez-le feu semble observé mais les négociations prévues entre le Hamas et Israël n’ont pas encore abouti au Caire. Nous verrons bien. Incertitude donc.

Le succès politique le plus important tient sans doute à la relative marginalisation de l’Iran et de l’axe shiite à Gaza au profit de l’axe sunnite (Egypte et Turquie, quoique uniquement sous pression américaine, malgré leur hostilité) et l’apparence d’une coopération Netanyahou-Obama, alors que l’on pouvait craindre le pire.

Les défaillances dans la gestion de la crise sont, cependant, multiples.

1) La sécurité d’Israël a été confiée à l’Egypte des frères Musulmans, en charge du contrôle du cessez-le-feu, ce qui peut lui fournir un moyen de pression politique et de chantage. Morsi, qui s’est transformé aussitôt en dictateur après avoir donné ce gage à Obama, est le grand vainqueur de l’opération Pilier de défense.

Que le cessez le feu ait été obtenu via l’Egypte et la Turquie représente certes une prouesse diplomatique, dont tout le mérite revient à Obama, mais c’est aussi une réalité à double tranchant pour Israël, non seulement vis à vis de ces deux puissances mais aussi d’Obama. Les Américains réussiront-ils, par ailleurs, à éliminer les transferts d’armes dans le Sinaï ? C’est à voir, car ce type de dispositions n’a jamais marché dans le passé (à preuve l’échec de la force de l’ONU dans les terres du Hezbollah après la deuxième guerre du Liban).

2) Le Hamas sort politiquement renforcé de l’opération. Il a reçu le soutien de nombre de délégations arabes venues l’encourager sur son territoire, il a tenu 8 jours face à Israël en le bombardant de 1500 roquettes, atteint (symboliquement) Tel Aviv et Jérusalem et surtout obtenu la reconnaissance de facto d’Israël puisqu’Israël négocie avec lui. On peut ajouter que sur le plan de la symbolique arabe, le Hamas sort militairement vainqueur.

Cette réussite signe peut-être le déclin de l’Autorité palestinienne. Le Hamas peut en effet prétendre auprès des Palestiniens avoir obtenu quelque chose d’Israël d’égal à égal. Mais peut-être aussi Israël veut-il qu’un Etat-Hamas séparé se crée effectivement à Gaza pour consacrer la rupture avec la Judée-Samarie et l’Autorité palestinienne et éviter une situation impossible dans laquelle l’Autorité Palestinienne pourrait couper Israël en deux pour établir un lien avec Gaza ?

3) Il est clair enfin que c’est du fait de la pression très « ferme » des Etats Unis que le gouvernement n’a pas donné l’ordre d’entrer à Gaza alors que 70 000 réservistes étaient sur le pied de guerre. Cette pression augure d’autres pressions. La couleur a été annoncée dès l’annonce du cessez le feu avec la nécessité maintenant d’une solution du conflit du Proche Orient. Israël pourra-t-il résister ultérieurement à l’imposition d’une « solution » américaine ?

Le vrai problème : le renoncement à une victoire

Tout cela contribue à planter le paysage de la réalité, néanmoins le cœur du problème que pose cette opération militaire est ailleurs : dans les symboles et l’esprit. « Pilier de défense » est la troisième opération de Tsahal qui finit en queue de poisson : obtention d’un calme limité mais suspension de la marche à une défaite claire de l’ennemi, ce qui occasionne une nouvelle opération.

La guerre contre le Hezbollah au Liban inaugura ce modèle, puis Plomb Durci à Gaza et Pilier de défense. Cette dernière opération illustre rétroactivement l’échec à long terme de Plomb durci qui laisse aussi augurer d’une deuxième confrontation avec le Hezbollah et sans doute une troisième à Gaza. Entre temps, Israël a laissé s’installer à ses portes deux terribles ennemis en leur offrant une pré-emption sur la population civile israélienne. Jamais avant Oslo cela n’aurait été toléré par le gouvernement israélien.

On peut penser très clairement qu’Israël n’a pas voulu vaincre son ennemi dans ces 3 opérations, ce qui tranche en effet sur ce que fut sa doctrine stratégique jusqu’alors. D’où le malaise. Pouvait-il l’éliminer ? C’est là la question. Un nouveau type de guerre s’est en effet installé, dite « asymétrique », une guérilla disposant d’armes importantes qui utilise les civils comme bouclier et vise sauvagement les civils ennemis. Ce type de guerre n’engage pas des armées des deux côtés.

Du temps d’Olmert, l’opération contre le Hezbollah fut la première du genre. Pour l’observateur, ce fut un cauchemar désespérant car on eut l’impression d’une improvisation totale, d’absence d’objectifs clairs, allant jusqu’à la débandade : on découvrit avec stupéfaction que l’intendance ne suivait pas, abandonnant les soldats engagés à leur triste sort, tandis que les villes israéliennes se retrouvaient sous les missiles iraniens.

L’indécision, l’atermoiement du gouvernement Olmert dans la conduite de ces opérations dont l’ambition se voulait limitée s’accompagna de pressions occidentales pour empêcher Israël de gagner la bataille. C’est là une récurrence dans ce conflit : l’Occident vient toujours au dernier moment pour sauver les ennemis d’Israël d’une défaite annoncée, ce qui fait de lui le principal et démoniaque artisan de ce conflit qui n’en finit pas. C’est bien ce qui s’est passé dans ces 3 opérations.

Je mets aussi en rapport ces 3 opérations avec la doctrine stratégique de Ehud Barak. Elle est sans doute liée aussi à son credo politique dans le sillage des « Accords d’Oslo », un tournant qui a changé la donne stratégique pour Israël, notamment sur le plan de la vision des choses israélienne et des illusions tenaces envers un pseudo « partenaire de paix »… Les Israéliens jouent naïvement, ou formellement, ce jeu, sans doute poussés par les Occidentaux, mais il y a aussi de graves illusions qui l’obèrent.

Toute une mentalité accompagne cet état de faits et c’est ce qui est le plus inquiétant quand nous le percevons à partir de l’Europe, car nous avons vu, depuis 12 ans, quelle était l’évolution inquiétante de l’Europe en regard des Juifs et avant tout d’Israël. Il a fallu des années aux Israéliens pour commencer seulement à y comprendre quelque chose. Le problème c’est que beaucoup d’entre eux ont oublié qu’ils étaient plus que des Israéliens et qu’ils restaient des Juifs, au regard de l’imaginaire séculaire des autres.

Le plus grave

Pour qui a suivi pendant des heures les débats organisés par la télévision israélienne, tout au long de l’opération, un fait est frappant. Dans une partie de l’opinion israélienne et en tout cas de la majeure partie des journalistes, le souci de la reconnaissance internationale, de la légitimité, de la justification de l’opération militaire auprès du tribunal occidental et de la pseudo « communauté internationale » est central.

J’ai même entendu évoquer le Rapport Goldstone comme une menace juridique et morale très sérieuse sur laquelle Israël devrait se régler. C’est une donnée accablante quand on connaît la falsification qui inspire ce document et la très petite moralité des puissances occidentales et des organismes internationaux dont aucune n’est en position de faire la morale à qui que ce soit, surtout sur de semblables faits de guerre (la Libye, l’Irak, l’Afghanistan, l’Afrique noire, le Rwanda, pour les puissance occidentales, sans compter la corruption des pétrodollars arabes ; le Kurdistan pour les Turcs, les Coptes pour l’Egypte, etc).

Le plus grave est ailleurs car ces Israéliens croient profondément dans la validité normative d’un jugement qui n’est pas seulement l’expression d’acteurs, eux mêmes immoraux, mais d’acteurs qui ne leur veulent pas du bien, qui sont les porteurs de valise des Palestiniens et des Arabes et dont les entreprises visent uniquement et systématiquement à ce qu’il n’y ait jamais de victoire israélienne qui mette un terme à la guerre contre lui et permette d’installer un système international durable dans la région. On sait très bien, on l’a vu, qu’une telle victoire serait limitée du fait de la petitesse de la nation israélienne et de son caractère démocratique, alors qu’une victoire arabe verrait la destruction d’Israël.

Que les Israéliens se sentent dépendant dans leur sentiment de légitimité d’un tel aréopage est moralement et même « métaphysiquement » accablant. C’est un manque de réalisme qui entraîne nécessairement une analyse stratégique défaillante. Cela montre une aliénation fondamentale dans la conception de soi, une régression dans l’idée et le sentiment de souveraineté. C’est le signe qu’Israël n’est pas conscient de la perversité morale de cet environnement qui sous prétexte de compassion veut l’enferrer dans une impasse mortelle. J’ai eu l’occasion de l’étudier en profondeur dans Les frontières d’Auschwitz, le dérapage du devoir de mémoire » (LP-Hachette).

Deux faits peuvent l’illustrer. Le plus manifeste est l’œuvre des Etats européens qui veulent interdire à Israël le droit à la légitime défense tout en se recommandant de la mémoire de la Shoah. La déclaration du ministre britannique des Affaires étrangères lors de la récente crise est significative : tant qu’Israël ne pénètre pas à Gaza, il est légitime, mais il ne l’est plus si il y entre.

Un fait stupéfiant illustre cette état d’esprit : pendant que le Hamas tirait 1500 roquettes sur Israël, Israël continuait de lui fournir, eau, électricité, nourriture et médicaments. On n’a vu une telle chose nulle part au monde. En somme, l’Europe lui demande de se laisser passivement trucider tandis que lui nourrit et renforce son ennemi. L’humanité d’Israël (sous le jour de la Shoah) n’est « reconnue » qu’à la condition de son statut victimaire.

Les trésors d’ingéniosité déployés par Israël pour toucher le moins de civils possibles ont quelque chose de fascinant quand on les compare avec la brutalité du Hamas. C’est tout à son honneur quoique cela n’influe aucunement sur une quelconque « reconnaissance » d’Israël par les grands moralistes d’Occident qui exaltent toujours l’humanité souffrante d’organisations terroristes et réduisent Israël à une soldatesque anonyme. La « guerre chirurgicale », technocratique, technique, à distance ne réussira jamais à obtenir une victoire. « Messieurs les Anglais, tirez les premiers » ? Bien au contraire, c’est sa cruauté qui est fustigée, renforcée par la disparité des moyens.

La débilitation morale induite par ce scénario est immense et il envoie un signe mortifère à la nation israélienne et plus largement à l’esprit du peuple juif. Il y a quelque chose que les Juifs n’ont pas compris en politique : la légitimité d’un sujet ne vient pas de la reconnaissance des autres mais de l’affirmation de sa propre souveraineté. C’est ce qui a donné naissance à un Etat d’Israël !

Schmuel Trigano vient de publier, en rapport avec cette analyse, La Nouvelle Idéologie Dominante, le Post-modernisme (Ed. Hermann) et annonce, pour janvier, Politique du Peuple Juif, les Juifs, lePeuple d’Israël et le Monde (ed. François Bourin).

Voir également:

Analyse du discours de Mahmoud Abbas

Victor Perez

30 novembre 2012

Il y aurait trop à redire sur le discours du 29 novembre à l’Assemblée générale de l’Onu du Président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas pour perdre son temps ici à le décortiquer. Mensonges, omissions et mauvaise foi y paradent librement. Il est en revanche intéressant de s’arrêter sur sa profession de foi quant aux négociations et à la paix qu’il propose.
« Nous adhérons à la possibilité de négocier une solution durable au conflit, conformément aux résolutions de la légitimité internationale. Ici, je déclare que l’OLP est prête à retourner immédiatement à la table des négociations sur la base des termes de référence adoptés basés sur la légitimité internationale et une cessation complète des activités de colonisation ».
En clair, les pourparlers devront tourner autour d’un retrait aux lignes d’armistice de 1949 dénommée abusivement « frontières de 1967 » et d’un arrêt total du développement des implantions existantes qui, au final, deviendront israéliennes sur le papier. Ceci sans oublier l’exigence d’un abandon de la ville sainte de Jérusalem, renoncement inimaginable aux yeux du peuple juif dans sa quasi totalité.
Seuls les plus naïfs attendront donc la reprise de ces négociations !
Le plus grotesque n’est pourtant pas sur ce point.
« L’objectif du peuple palestinien est la réalisation de ses droits nationaux inaliénables dans son État indépendant de Palestine, avec Jérusalem-Est comme capitale, sur tout le territoire de la Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est, et la bande de Gaza, occupée par Israël pendant la guerre de juin 1967, en conformité avec les résolutions de la légitimité internationale ainsi que la réalisation d’une solution juste et convenue à la question des réfugiés palestiniens conformément à la résolution 194, tel que stipulé dans l’Initiative de paix arabe, qui a présenté la vision consensuelle arabe pour résoudre le cœur du conflit israélo-arabe et de parvenir à une paix juste et globale ».
Non content de réclamer « la réalisation des droits nationaux inaliénables dans l’état de Palestine », il lui faut également une « solution juste sur la question des réfugiés » basée sur une résolution onusienne non contraignante et, de surcroît, ne mentionnant nullement le terme ‘’palestinien’’. Chacun comprendra, par cette exigence, que l’Etat du peuple juif devra, au nom de cette ‘’Paix’’, solutionner ce ‘’problème’’ à ses dépens. Un problème qui n’en serait pas un s’il ne s’agissait pas d’incorporer, non pas les véritables réfugiés de 1948 maintenant quasiment disparus, mais des centaines de milliers de leurs descendants. Un problème consciencieusement entretenu par le monde musulman (et la communauté internationale) dans l’objectif unique de submerger l’état juif par la démographie et, ainsi, obtenir ce qu’il n’a pu obtenir par les moyens de la guerre.
A savoir la fin d’Israël transformé en un énième état musulman.
Quel être censé peut croire un seul instant que le peuple israélien va accepter l’oukase des frontières d’Auschwitz, l’abandon du premier lieu saint de leur foi et l’immigration de centaines de milliers de musulmans revanchards et haineux ? Quel être censé peut croire que les Israéliens abandonneront « leurs droits nationaux et inaliénables » et qu’ainsi la paix adviendra ?
Le conflit va donc encore perdurer des années jusqu’à ce que les pays occidentaux, la France en tête, par manque de courage et intérêts mercantiles cèdent à nouveau aux exigences de l’Ouma et fassent plier l’état juif.
A l’état d’Israël de prendre les devants et de poser ses propres conditions afin de contraindre les puissances occidentales, censées défendre les droits de l’homme, à s’élever contre l’éradication de l’état du peuple juif.
Ne pas s’atteler à cette tâche sera prendre un risque pour la pérennité du pays.
Voir enfin:

 Discours de Mahmoud Abbas à l’ONU

29.11.12

Monsieur le Président de l’Assemblée générale,

Excellences, Mesdames et Messieurs,

La Palestine vient aujourd’hui à l’Assemblée générale des Nations Unies à une époque où elle panse encore ses blessures et enterre encore ses martyrs bien-aimés, enfants, femmes et hommes, victimes de la récente agression israélienne, toujours à la recherche des traces de vie au milieu des ruines de maisons détruites par les bombes israéliennes sur la bande de Gaza, détruisant des familles entières, leurs hommes, femmes et enfants assassinés avec leurs rêves, leurs espoirs, leur avenir et leur désir de vivre une vie ordinaire et de vivre dans la liberté et la paix.

La Palestine vient aujourd’hui à l’Assemblée générale, car elle croit à la paix, parce que son peuple, comme prouvé ces derniers jours, a désespérément besoin d’elle.

La Palestine vient aujourd’hui devant cette prestigieuse tribune internationale, représentante et protectrice de la légitimité internationale, réaffirmer sa conviction que la communauté internationale se trouve maintenant devant la dernière chance de sauver la solution de deux États.

La Palestine vient vers vous aujourd’hui à un moment décisif régional et international, en vue de réaffirmer sa présence et d’essayer de protéger les possibilités et les fondations d’une paix juste, profondément espérée dans notre région.

Monsieur le Président,

Mesdames et Messieurs,

L’agression israélienne contre notre peuple dans la bande de Gaza a confirmé une fois de plus la nécessité urgente et impérieuse de mettre fin à l’occupation israélienne et pour notre peuple de gagner sa liberté et son indépendance. Cette agression confirme également la continuité voulue du gouvernement israélien de sa politique d’occupation, de sa force brutale et de la guerre, qui oblige en retour la communauté internationale à assumer ses responsabilités envers le peuple palestinien et pour la paix.

C’est pourquoi nous sommes ici aujourd’hui.

Je le dis avec une grande douleur et du chagrin … il n’y a certainement pas un individu au monde qui aurait exigé que des dizaines d’enfants palestiniens perdent la vie dans le but de réaffirmer les faits mentionnés ci-dessus. Il n’y avait pas besoin de milliers de raids meurtriers et de tonnes d’explosifs pour rappeler au monde qu’il y a une occupation qui doit toucher à sa fin et qu’il ya un peuple qui doit être libéré. Et, il n’y avait pas besoin d’une nouvelle guerre dévastatrice pour que nous soyons conscients de l’absence de paix.

C’est pourquoi nous sommes ici aujourd’hui.

Monsieur le Président,

Mesdames et Messieurs,

Le peuple palestinien, est miraculeusement ressorti des cendres de la Nakba de 1948, qui visait à le faire disparaître et à l’ expulser dans le but de le déraciner et d’effacer sa présence, alors qu’il était enraciné dans les profondeurs de sa terre et les profondeurs de l’histoire . En ces jours sombres, durant lesquels des centaines de milliers de Palestiniens ont été arrachés à leurs foyers et déplacés à l’intérieur et à l’extérieur de leur patrie, jetés hors de leur beau, accueillant et prospère pays dans des camps de réfugiés dans l’une des pires campagnes de nettoyage ethnique et de dépossession que l’histoire moderne ait connu. En ces jours sombres, notre peuple s’était tourné vers l’Organisation des Nations Unies comme un phare d’espoir et un appel pour mettre fin à l’injustice et à la réalisation de la justice et de la paix, de la réalisation de nos droits et notre peuple y croit toujours et continue d’ attendre.

C’est pourquoi nous sommes ici aujourd’hui.

Mesdames et Messieurs,

Dans le cadre de notre longue lutte nationale, notre peuple a toujours cherché à assurer l’harmonie et la conformité entre les objectifs et les moyens de combattre le droit international, l’esprit de l’époque en fonction des réalités qui prévalent et des changements. Et, notre peuple s’est toujours efforcé de ne pas perdre son humanisme et au plus haut niveau, ses valeurs morales profondément ancrées et ses capacités innovantes pour survivre tels que la fermeté, la créativité et l’espoir, malgré les horreurs qui l’ont frappé et continuent encore aujourd’hui, comme une conséquence de la Nakba et de ses horreurs.

Malgré l’énormité et le poids de cette tâche, l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP), seul représentant légitime du peuple palestinien et chef fidèle de de leur révolution et de leur lutte, s’est toujours battu pour atteindre cette harmonie et cette conformité.

Lorsque le Conseil national palestinien décidait en 1988 de poursuivre l’initiative de paix palestinienne et adoptait la Déclaration d’Indépendance basée sur la résolution 181 (II) (29 Novembre 1947), adoptée par votre auguste institution, elle avait en fait entrepris, sous le leadership du défunt Président Yasser Arafat, une décision historique difficile et courageuse, qui définissait les exigences pour une réconciliation historique qui tournerait la page de la guerre, de l’agression et de l’occupation.

Ce n’était pas une mince affaire. Pourtant, nous avons eu le courage et un sens élevé des responsabilités pour prendre la bonne décision afin de protéger les intérêts supérieurs nationaux de notre peuple et de confirmer notre attachement à la loi internationale, et ce fut une décision qui, au cours de la même année, avait été accueillie, soutenue et bénie par cette importante Assemblée qui se réunit aujourd’hui.

Mesdames et Messieurs,

Nous avons entendu et vous aussi avez entendu parler, spécifiquement au cours des derniers mois, du flot incessant de menaces israéliennes en réponse à notre effort politique et diplomatique pour que la Palestine puisse acquérir le statut d’Etat observateur non-membre de l’Organisation des Nations-Unies. Et, vous avez sûrement été le témoin de quelques-unes de ces menaces qui ont été lancées de manière barbare et atroce il y a quelques jours, dans la bande de Gaza.

Nous n’avons pas entendu un seul mot de la part d’un quelconque officiel israélien exprimant une préoccupation sincère pour sauver le processus de paix. Au contraire, notre peuple a été témoin et continue de subir une intensification sans précédent des attaques militaires, de blocus, d’activités de colonisation et de nettoyage ethnique, en particulier dans la Jérusalem-Est occupée, ainsi que des arrestations massives, des attaques par les colons et d’autres pratiques par lesquelles cette occupation israélienne devient synonyme d’un système d’apartheid régi par l’occupation coloniale, qui institutionnalise le racisme et amène la plaie que représente l’incitation à la haine.

Ce qui permet au gouvernement israélien de manière flagrante de poursuivre sa politique agressive, et la perpétration de crimes de guerre provient de sa conviction qu’il est au-dessus des lois et qu’il bénéficie d’une immunité quant à ses responsabilités et les conséquences de ces actes. Cette conviction est renforcée par l’échec de ceux qui tentent de le condamner et le manque d’exigence de la cessation de ses violations et ses crimes et par un positionnement qui assimilerait victime et bourreau.

Le moment est venu pour le monde de dire clairement : assez d’agression, de colonies et d’occupation.

C’est pourquoi nous sommes ici aujourd’hui.

Mesdames et Messieurs,

Nous ne venons pas ici chercher à délégitimer un État établi il y a des années, et c’est Israël ; mais nous sommes plutôt venus affirmer la légitimité de l’Etat qui doit maintenant réaliser son indépendance, et c’est la Palestine. Nous ne sommes pas venus ici pour ajouter des complications supplémentaires au processus de paix que la politique d’Israël a renvoyé à l’unité des soins intensifs. Nous sommes plutôt venus pour lancer une dernière tentative sérieuse pour parvenir à la paix. Notre démarche ne vise pas à mettre fin à ce qui reste du processus de négociations, qui a perdu toute finalité et crédibilité, mais plutôt pour essayer de donner un nouveau souffle aux négociations et fixer une nouvelle base solide fondée sur les termes de référence des résolutions internationales pertinentes, en vue de mener ces négociations à la réussite.

Mesdames et Messieurs,

Au nom de l’Organisation de Libération de la Palestine, je dis : nous n’abandonnerons pas, nous ne nous lasserons pas, et notre détermination ne faiblira pas et nous continuerons à nous efforcer de parvenir à une paix juste.

Mais, avant tout et après tout, j’affirme que notre peuple ne renoncera pas à ses droits nationaux inaliénables, tels que définis par les résolutions des Nations-Unies. Et notre peuple s’accroche au droit de se défendre contre l’agression et l’occupation, et il continuera sa résistance populaire pacifique et sa fermeté épique et il continuera de construire sur ses terres. Et, il mettra fin à la division et renforcera son unité nationale. Nous n’accepterons rien de moins que l’indépendance de l’Etat de Palestine, avec Jérusalem-Est comme capitale, sur tout le territoire palestinien occupé, en 1967, de vivre en paix et en sécurité aux côtés de l’État d’Israël, et une solution au problème des réfugiés sur la base de la résolution 194 (III), conformément au dispositif opératoire de l’Initiative de paix arabe.

Pourtant, nous devons répéter ici une fois de plus notre avertissement : la fenêtre d’opportunités se rétrécit et le temps s’écoule rapidement. La corde de la patience diminue et l’espoir se dessèche. Les vies innocentes qui ont été prises par les bombes israéliennes – plus de 168 martyrs, principalement des enfants et des femmes, dont 12 membres d’une même famille, la famille Dalou, dans la bande de Gaza – sont un rappel douloureux au monde que cette occupation coloniale raciste fait de la solution de deux États et de la perspective de la réalisation de la paix, un choix très difficile, voire impossible.

Il est temps d’agir et c’est le moment d’avancer.

C’est pourquoi nous sommes ici aujourd’hui.

Monsieur le Président,

Mesdames et Messieurs,

Il est demandé au monde aujourd’hui de procéder à une étape importante dans le processus de rectification de l’injustice historique sans précédent qui a été infligée au peuple palestinien depuis la Nakba en 1948.

Chaque voix soutenant notre démarche aujourd’hui est la voix de courage la plus précieuse, et tout État qui accordera son soutien aujourd’hui à la demande de la Palestine pour le statut d’Etat observateur non-membre affirme son soutien moral pour la liberté et pour le droit des peuples, du droit international et de la paix .

Votre appui à notre démarche d’aujourd’hui enverra un message prometteur – pour des millions de Palestiniens sur la terre de Palestine, dans les camps de réfugiés, tant dans la patrie que dans la Diaspora, pour les prisonniers qui luttent pour leur liberté dans les prisons israéliennes – celui que la justice est possible et qu’il y a une raison d’espérer et que les peuples du monde n’acceptent pas la poursuite de l’occupation.

C’est pourquoi nous sommes ici aujourd’hui.

Votre appui à notre démarche d’aujourd’hui donnera une raison d’espérer à un peuple assiégé par une occupation raciste, coloniale. Votre soutien permettra de confirmer à notre peuple qu’il n’est pas seul et que le respect du droit international ne sera jamais une proposition perdue.

Dans notre effort aujourd’hui d’obtenir le statut d’État non-membre de la Palestine aux Nations -Unies, nous réaffirmons que la Palestine adhérera et respectera toujours la Charte et les résolutions de l’Organisation des Nations-Unies et le droit international humanitaire, faire respecter l’égalité, garantir les libertés civiles, soutenir la règle du droit, promouvoir la démocratie et le pluralisme, et défendre et protéger les droits des femmes.

Comme nous l’avons promis à nos amis et à nos frères et sœurs, nous continuerons à les consulter en vue de l’approbation par votre organe estimé, de notre requête qui est d’élever le niveau du statut de la Palestine. Nous agirons de façon responsable et positive dans nos prochaines étapes, et nous travaillerons au renforcement de la coopération avec les pays et les peuples du monde pour la sauvegarde d’une paix juste.

Mesdames et Messieurs,

Il y a soixante-cinq ans, ce même jour, l’Assemblée générale des Nations- Unies adoptait la résolution 181 (II), qui partageait la terre historique de la Palestine en deux États, et donnait aussi à Israël son certificat de naissance.

Soixante-cinq ans plus tard, ce même jour que votre organisation a choisi de désigner comme étant la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien, l’Assemblée générale a un devoir moral, qu’elle ne doit pas hésiter à entreprendre, et se trouve devant un devoir historique, qui ne peut plus prendre de retard, et devant une charge qui permettra de récupérer les chances de paix, ce qui est urgent et ne peut être reporté.

Monsieur le Président,

Mesdames et Messieurs,

L’Assemblée générale est appelée aujourd’hui à émettre un certificat de naissance sur la réalité de l’Etat de Palestine.

C’est pourquoi, en particulier, nous sommes ici aujourd’hui.

Merci


Gaza: Lequel te semble avoir été le prochain de celui qui était tombé au milieu des brigands ? (Gaza’s latest war shows off French exception in all its misery)

24 novembre, 2012
http://f1.movinstream.com/uploads/videos/GwcSnmYithf.jpgEt qui est mon prochain ? Jésus reprit la parole, et dit : Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho. Il tomba au milieu des brigands, qui le dépouillèrent, le chargèrent de coups, et s’en allèrent, le laissant à demi mort. Un sacrificateur, qui par hasard descendait par le même chemin, ayant vu cet homme, passa outre. Un Lévite, qui arriva aussi dans ce lieu, l’ayant vu, passa outre. Mais un Samaritain, qui voyageait, étant venu là, fut ému de compassion lorsqu’il le vit. Il s’approcha, et banda ses plaies, en y versant de l’huile et du vin ; puis il le mit sur sa propre monture, le conduisit à une hôtellerie, et prit soin de lui. Le lendemain, il tira deux deniers, les donna à l’hôte, et dit : Aie soin de lui, et ce que tu dépenseras de plus, je te le rendrai à mon retour. Lequel de ces trois te semble avoir été le prochain de celui qui était tombé au milieu des brigands ? C’est celui qui a exercé la miséricorde envers lui, répondit le docteur de la loi. Et Jésus lui dit : Va, et toi, fais de même. Jésus (Luc 10 : 25-37)
Car j’ai eu faim, et vous m’avez donné à manger; j’ai eu soif, et vous m’avez donné à boire; j’étais étranger, et vous m’avez recueilli;j’étais nu, et vous m’avez vêtu; j’étais malade, et vous m’avez visité; j’étais en prison, et vous êtes venus vers moi.Les justes lui répondront: Seigneur, quand t’avons-nous vu avoir faim, et t’avons-nous donné à manger; ou avoir soif, et t’avons-nous donné à boire?Quand t’avons-nous vu étranger, et t’avons-nous recueilli; ou nu, et t’avons-nous vêtu?Quand t’avons-nous vu malade, ou en prison, et sommes-nous allés vers toi?Et le roi leur répondra: Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous avez fait ces choses à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous les avez faites.Ensuite il dira à ceux qui seront à sa gauche: Retirez-vous de moi, maudits; allez dans le feu éternel qui a été préparé pour le diable et pour ses anges. Car j’ai eu faim, et vous ne m’avez pas donné à manger; j’ai eu soif, et vous ne m’avez pas donné à boire; j’étais étranger, et vous ne m’avez pas recueilli; j’étais nu, et vous ne m’avez pas vêtu; j’étais malade et en prison, et vous ne m’avez pas visité.Ils répondront aussi: Seigneur, quand t’avons-nous vu ayant faim, ou ayant soif, ou étranger, ou nu, ou malade, ou en prison, et ne t’avons-nous pas assisté?Et il leur répondra: Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous n’avez pas fait ces choses à l’un de ces plus petits, c’est à moi que vous ne les avez pas faites. Jésus (Matthieu 25: 35-45)
Ce qui m’a motivé, c’était la parole de Jésus « vous êtes le sel de la terre » qui signifie que vous devez nous engager; vous ne pouvez pas rester dans votre église. Vous devez vous engager dans cette situation; le sel doit être inséré dans la blessure, dans l’endroit qui n’est pas en règle, qui est en difficulté. C’est là où vous devez aller. Cette idée d’engagement dans la politique est une pensée que Jésus a déjà exprimée dans la parabole du bon Samaritain. Quelqu’un a été battu et git là sur le chemin, ceux qui l’ont battu sont partis, et maintenant deux hommes venant du temple s’approchent, détournent la tête et s’en vont. Jésus dit qu’ils sont coupables non parce qu’ils [ont fait quelque chose] – ils n’ont rien fait, ce n’est pas eux qui l’ont battu – mais parce qu’ils ne l’ont pas aidé. Si nous nous contentons de laisser le monde tranquille et ne nous engageons, nous sommes tout aussi coupables que ces deux hommes qui, comme l’a dit Jésus dans cette parabole, se ont détourné les yeux et n’ont pas voulu en entendre parler. Vous devez vous engager parce que vous êtes le sel de la terre. Christian Führer
La charge, ou le poids ou le fardeau de la gloire de mon voisin devrait être portée tous les jours sur mon dos, une charge si lourde que l’humilité seule peut la porter et que le dos des orgueilleux en est rompu. C’est une chose sérieuse de vivre dans une société de possibles dieux et déesses, se rappeler que la personne la plus ennuyeuse et la plus inintéressante à qui vous parlez pourrait un jour être une créature qui, si vous pouviez la voir maintenant, vous seriez fortement tentés de l’adorer, ou bien une horreur et une corruption telle que vous ne pourriez à présent rencontrer, si cela était possible, que dans un cauchemar. Tout au long de la journée nous nous aidons, dans une certaine mesure, à atteindre l’une ou l’autre de ces destinations. C’est à la lumière de ces écrasantes possibilités, c’est avec la crainte et la circonspection propres à celles-ci, que nous devrions considérer tous nos rapports avec l’autre… Il n’y a pas de gens ordinaires. Vous n’avez jamais parlé à un simple mortel. Les nations, les arts, les civilisations sont mortelles, et leurs existences sont par rapport à la notre comme la vie d’un moustique. Mais ce sont avec les immortels que nous jouons, travaillons, que nous épousons, méprisons et exploitons – horreurs immortelles ou splendeurs éternelles…. Cela ne signifie pas qu’il nous faut être perpétuellement solennels. Il nous faut jouer. Mais notre joie doit être de ce genre (et c’est, en fait, le genre le plus joyeux) qui existe entre ceux qui se sont, dès le départ, pris mutuellement au sérieux  — aucune désinvolture, aucune supériorité, aucune présomption. CS Lewis
Je suis né dans un pays qui n’existe pas, Je suis né sur une terre qui n’est plus à moi, Une terre occupée, une terre piétinée, Une terre autonome sur le papier, Je suis né sous les You-Yous et les cris de joie, Je suis né après bien d’autres dans le camp trop étroit, La mer était ma frontière, mon sanctuaire, Pour oublier les colons et le blocus et la misère, J’ai grandi bercé au son des récits de l’exil, J’ai grandi au creux des vies suspendues à un fil, Le fil d’un espoir tenace dans l’impasse, Un jour oui la tête haute nous aurons notre place, Nous aurons notre place, nous aurons notre place. J’ai grandi trop, trop, vite entre deuil et oubli, J’ai grandi en tutoyant l’horizon infini, Le sable chaud sous mes pas me portait vers l’au delà, Je serai si grand si fort, on ne verra que moi, J’ai vécu à Gaza sans jamais en sortir, J’ai vécu de jours en jours sans remords ni soupir, Malgré les barbelés le couvre feu les blindés, J’ai chéri au fond de moi le rêve d’en échapper, Le rêve d’en échapper, le rêve d’en échapper. J’ai vécu les vagues humaines de l’intifada, J’ai vécu cortèges et grèves drapeaux à bout de bras, Nous chantions à pleins poumons notre passion, Tandis qu’au dessus de nous paradaient leurs avions, Je suis mort, a-t-on menti, d’une balle perdue, Je suis mort assassiné par un homme inconnu, Qui croyait faire son devoir en tirant dans le brouillard, Sur des ombres ennemies aux armes dérisoires, Je suis mort comme milles autres, mille après mille avant, Je suis mort un soir d’automne, un soir de ramadan, Mais je ne voulais que vivre, vivre libre, Je ne voulais qu’être libre, je ne voulais qu’être libre, Je ne voulais qu’être libre !! Jean-Pierre Filiu (Une vie de moins)
J’étais diplomate, premier conseiller à Damas, et ils avaient fait une tournée régionale avec des dates à Damas et Alep. Nous sommes restés proches depuis cette époque et je leur ai proposé ce texte, qu’ils ont choisi de mettre en musique et en images. C’est une chanson qui raconte l’histoire touchante d’un être humain qui a grandi à Gaza. Chacun y mettra ce qu’il veut. Le seul message, c’est qu’on n’oublie pas Gaza. Pour le reste, il n’y a pas de mode d’emploi. Jean-Pierre Filiu
Le premier symbole auquel s’attaque la chanson est la valeur supérieure de la vie dans le judaïsme avec le titre, « Une vie de moins », qui suggère le peu de cas que les Israéliens feraient de la vie des Palestiniens (comme si une vie de plus ou de moins ne changeait pas véritablement la donne). Ce titre désacralise ainsi l’un des principes fondamentaux du judaïsme en vertu duquel "Celui qui tue un homme tue toute l’humanité". Richard Pasquier (Crif)
La bande de Gaza accueille aujourd’hui sur 360 km2 un million six cent mille êtres humains. Plus de la moitié des habitants de Gaza ont moins de 18 ans et, dans leur écrasante majorité, ils n’ont jamais pu sortir, même une seule fois, de leur territoire de naissance. Pas une famille n’a été épargnée par la violence : dans chaque foyer de Gaza, au moins un membre a été tué, mutilé, blessé, ou emprisonné en Israël. Malgré cette succession de souffrances, les habitants de Gaza sont d’une hospitalité émouvante et d’une générosité insigne. La seule richesse de Gaza, ce sont ces femmes et ces hommes, attachants et touchants, et cette richesse se livre sans compter.   Les jeunes de Gaza et de Palestine ne veulent au fond rien d’autre que les jeunes de partout ailleurs. Une vie normale, libérée de l’angoisse permanente. Une existence délivrée de l’ombre des milices et de la menace d’Israël. Une vie digne, en sécurité et en paix. Il est temps d’entendre cette génération Palestine et de la comprendre. « Une vie de moins » lui est dédiée. Mediapart
La liberté d’expression a des limites, tout le monde vous le dira. Il est bien sûr légitime de publier des caricatures du Prophète de l’islam, de conspuer l’islam à longueur de colonnes, de considérer les musulmans comme des « ennemis de l’intérieur » qu’il nous faut dénoncer, en revanche, critiquer Israël devient de plus en plus risqué. Dans un article publié le 15 octobre sur le site du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) intitulé « Une chanson qui risque de promouvoir la haine d’Israël chez les jeunes », l’auteur prend à partie la chanson « Une vie en moins », du groupe Zebda, dont les paroles ont été écrites par Jean-Pierre Filiu. Il écrit : « Le premier symbole auquel s’attaque la chanson est la valeur supérieure de la vie dans le judaïsme avec le titre, “Une vie de moins”, qui suggère le peu de cas que les Israéliens feraient de la vie des Palestiniens (comme si une vie de plus ou de moins ne changeait pas véritablement la donne). Ce titre désacralise ainsi l’un des principes fondamentaux du judaïsme en vertu duquel “Celui qui tue un homme tue toute l’humanité”. » Ainsi donc, les auteurs de la chanson ne sont pas seulement des anti-israéliens, mais des antijuifs, soit des antisémites. Accusation qui devient habituelle contre tous ceux qui critiquent la politique de l’Etat d’Israël. L’auteur de ce texte ne réalise pas (ou peut-être, au contraire, le fait-il délibérément) le danger qu’il y a à assimiler Israël aux principes du judaïsme. L’armée israélienne, qui envahit le Liban en juin 1982, qui réprime par la force les Intifadas, qui attaque encore le Liban en 2006, défend-elle les valeurs du judaïsme ? L’Etat qui a utilisé la torture à grande échelle défend-il la valeur supérieure de la vie humaine ? En le prétendant, l’auteur favorise tous les amalgames entre Israël, le judaïsme et les juifs du monde, pris en otage par une politique dont ils ne portent pas la responsabilité. Alain Gresh
C’est le cri d’un enfant de Gaza mort sous les balles d’un soldat israélien. Qui raconte sa vie dans un clip, sous un emballage graphique ciselé. « Je suis né sur une terre qui n’est plus à moi, une terre piétinée, une terre occupée…pour oublier le blocus et la misère, j’ai grandi bercé au son des récits de l’exil. » Et pour finir. « Je suis mort à ce qu’on m’a dit d’une balle perdue, je suis mort assassiné par un homme inconnu qui croyait faire son devoir en tirant dans le brouillard sur des ombres d’ennemis aux armes dérisoires…" Traduisons: Israël, l’occupant qui prend plaisir à piétiner le peuple arabe de Gaza, est un tueur d’enfants. L’accusation des Juifs d’assassiner les enfants trouve ses racines pluriséculaires dans le vieux discours antisémite chrétien, avant de faire les beaux jours du nazisme et d’imprégner aujourd’hui l’islamisme radical. Le martyr Merah, saisissant par les cheveux la petite Myriam Monsonégo, 8 ans, et lui collant le canon de son arme sur le front, rétablit enfin l’injustice faite aux enfants palestiniens. Sylvie Bensaid

Au terme de deux semaines de souffrance du peuple israélien …

Mais aussi, pour le peuple de Gaza, de la part de leurs tortionnaires de dirigeants …

Où, triste exception française, la Patrie autoproclamée des droits de l’homme et sa claque médiatique se sont à nouveau trouvés aux abonnés absents

Quand, intellectuels et artistes en tête, elle ne prend pas part, dans la ville même qui nous donné le tueurs d’enfants juifs Merah, aux pires détournements

Retour, en guise de réponse à la célèbre question du docteur de la loi à Jésus concernant qui était son prochain, sur le fameux sermon du grand apologue du christianisme et disciple de Chesterton CS Lewis

Si vite oublié parce qu’ayant eu la malchance de mourir le même jour que Kennedy et Huxley …

Et dont, surtout du côté français, on ne connait plus que l’oeuvre de fiction pour enfants

The Weight of Glory

C.S. Lewis

Preached originally as a sermon in the Church of St Mary the Virgin, Oxford, on June 8, 1942: published in THEOLOGY, November, 1941, and by the S.P.C.K,

1942

If you asked twenty good men to-day what they thought the highest of the virtues, nineteen of them would reply, Unselfishness. But if you asked almost any of the great Christians of old he would have replied, Love. You see what has happened? A negative term has been substituted for a positive, and this is of more than philological importance. The negative ideal of Unselfishness carries with it the suggestion not primarily of securing good things for others, but of going without them ourselves, as if our abstinence and not their happiness was the important point. I do not think this is the Christian virtue of Love. The New Testament has lots to say about self-denial, but not about self-denial as an end in itself. We are told to deny ourselves and to take up our crosses in order that we may follow Christ; and nearly every description of what we shall ultimately find if we do so contains an appeal to desire. If there lurks in most modern minds the notion that to desire our own good and earnestly to hope for the enjoyment of it is a bad thing, I submit that this notion has crept in from Kant and the Stoics and is no part of the Christian faith. Indeed, if we consider the unblushing promises of reward and the staggering nature of the rewards promised in the Gospels, it would seem that Our Lord finds our desires, not too strong, but too weak. We are half-hearted creatures, fooling about with drink and sex and ambition when infinite joy is offered us, like an ignorant child who wants to go on making mud pies in a slum because he cannot imagine what is meant by the offer of a holiday at the sea. We are far too easily pleased.

We must not be troubled by unbelievers when they say that this promise of reward makes the Christian life a mercenary affair. There are different kinds of reward. There is the reward which has no natural connexion with the things you do to earn it, and is quite foreign to the desires that ought to accompany those things. Money is not the natural reward of love; that is why we call a man mercenary if he marries a woman for the sake of her money. But marriage is the proper reward for a real lover, and he is not mercenary for desiring it. A general who fights well in order to get a peerage is mercenary; a general who fights for victory is not, victory being the proper reward of battle as marriage is the proper reward of love. The proper rewards are not simply tacked on to the activity for which they are given, but are the activity itself in consummation. There is also a third case, which is more complicated. An enjoyment of Greek poetry is certainly a proper, and not a mercenary, reward for learning Greek; but only those who have reached the stage of enjoying Greek poetry can tell from their own experience that this is so. The schoolboy beginning Greek grammar cannot look forward to his adult enjoyment of Sophocles as a lover looks forward to marriage or a general to victory. He has to begin by working for marks, or to escape punishment, or to please his parents, or, at best, in the hope of a future good which he cannot at present imagine or desire. His position, therefore, bears a certain resemblance to that of the mercenary; the reward he is going to get will, in actual fact, be a natural or proper reward, but he will not know that till he has got it. Of course, he gets it gradually; enjoyment creeps in upon the mere drudgery, and nobody could point to a day or an hour when the one ceased and the other began. But it is just in so far as he approaches the reward that be becomes able to desire it for its own sake; indeed, the power of so desiring it is itself a preliminary reward.

The Christian, in relation to heaven, is in much the same position as this schoolboy. Those who have attained everlasting life in the vision of God doubtless know very well that it is no mere bribe, but the very consummation of their earthly discipleship; but we who have not yet attained it cannot know this in the same way, and cannot even begin to know it at all except by continuing to obey and finding the first reward of our obedience in our increasing power to desire the ultimate reward. Just in proportion as the desire grows, our fear lest it should be a mercenary desire will die away and finally be recognized as an absurdity. But probably this will not, for most of us, happen in a day; poetry replaces grammar, gospel replaces law, longing transforms obedience, as gradually as the tide lifts a grounded ship.

But there is one other important similarity between the schoolboy and ourselves. If he is an imaginative boy he will, quite probably, be revelling in the English poets and romancers suitable to his age some time before he begins to suspect that Greek grammar is going to lead him to more and more enjoyments of this same sort. He may even be neglecting his Greek to read Shelley and Swinburne in secret. In other words, the desire which Greek is really going to gratify already exists in him and is attached to objects which seem to him quite unconnected with Xenophon and the verbs in μι. Now, if we are made for heaven, the desire for our proper place will be already in us, but not yet attached to the true object, and will even appear as the rival of that object. And this, I think, is just what we find. No doubt there is one point in which my analogy of the schoolboy breaks down. The English poetry which he reads when he ought to be doing Greek exercises may be just as good as the Greek poetry to which the exercises are leading him, so that in fixing on Milton instead of journeying on to Aeschylus his desire is not embracing a false object. But our case is very different. If a transtemporal, transfinite good is our real destiny, then any other good on which our desire fixes must be in some degree fallacious, must bear at best only a symbolical relation to what will truly satisfy.

In speaking of this desire for our own far- off country, which we find in ourselves even now, I feel a certain shyness. I am almost committing an indecency. I am trying to rip open the inconsolable secret in each one of you—the secret which hurts so much that you take your revenge on it by calling it names like Nostalgia and Romanticism and Adolescence; the secret also which pierces with such sweetness that when, in very intimate conversation, the mention of it becomes imminent, we grow awkward and affect to laugh at ourselves; the secret we cannot hide and cannot tell, though we desire to do both. We cannot tell it because it is a desire for something that has never actually appeared in our experience. We cannot hide it because our experience is constantly suggesting it, and we betray ourselves like lovers at the mention of a name. Our commonest expedient is to call it beauty and behave as if that had settled the matter. Wordsworth’s expedient was to identify it with certain moments in his own past. But all this is a cheat. If Wordsworth had gone back to those moments in the past, he would not have found the thing itself, but only the reminder of it; what he remembered would turn out to be itself a remembering. The books or the music in which we thought the beauty was located will betray us if we trust to them; it was not in them, it only came through them, and what came through them was longing. These things—the beauty, the memory of our own past—are good images of what we really desire; but if they are mistaken for the thing itself they turn into dumb idols, breaking the hearts of their worshippers. For they are not the thing itself; they are only the scent of a flower we have not found, the echo of a tune we have not heard, news from a country we have never yet visited. Do you think I am trying to weave a spell? Perhaps I am; but remember your fairy tales. Spells are used for breaking enchantments as well as for inducing them. And you and I have need of the strongest spell that can be found to wake us from the evil enchantment of worldliness which has been laid upon us for nearly a hundred years. Almost our whole education has been directed to silencing this shy, persistent, inner voice; almost all our modem philosophies have been devised to convince us that the good of man is to be found on this earth. And yet it is a remarkable thing that such philosophies of Progress or Creative Evolution themselves bear reluctant witness to the truth that our real goal is elsewhere. When they want to convince you that earth is your home, notice how they set about it. They begin by trying to persuade you that earth can be made into heaven, thus giving a sop to your sense of exile in earth as it is. Next, they tell you that this fortunate event is still a good way off in the future, thus giving a sop to your knowledge that the fatherland is not here and now. Finally, lest your longing for the transtemporal should awake and spoil the whole affair, they use any rhetoric that comes to hand to keep out of your mind the recollection that even if all the happiness they promised could come to man on earth, yet still each generation would lose it by death, including the last generation of all, and the whole story would be nothing, not even a story, for ever and ever. Hence all the nonsense that Mr. Shaw puts into the final speech of Lilith, and Bergson’s remark that the élan vital is capable of surmounting all obstacles, perhaps even death—as if we could believe that any social or biological development on this planet will delay the senility of the sun or reverse the second law of thermodynamics.

Do what they will, then, we remain conscious of a desire which no natural happiness will satisfy. But is there any reason to suppose that reality offers any satisfaction to it? “Nor does the being hungry prove that we have bread.” But I think it may be urged that this misses the point. A man’s physical hunger does not prove that that man will get any bread; he may die of starvation on a raft in the Atlantic. But surely a man’s hunger does prove that he comes of a race which repairs its body by eating and inhabits a world where eatable substances exist. In the same way, though I do not believe (I wish I did) that my desire for Paradise proves that I shall enjoy it, I think it a pretty good indication that such a thing exists and that some men will. A man may love a woman and not win her; but it would be very odd if the phenomenon called “falling in love” occurred in a sexless world.

Here, then, is the desire, still wandering and uncertain of its object and still largely unable to see that object in the direction where it really lies. Our sacred books give us some account of the object. It is, of course, a symbolical account. Heaven is, by definition, outside our experience, but all intelligible descriptions must be of things within our experience. The scriptural picture of heaven is therefore just as symbolical as the picture which our desire, unaided, invents for itself; heaven is not really full of jewelry any more than it is really the beauty of Nature, or a fine piece of music. The difference is that the scriptural imagery has authority. It comes to us from writers who were closer to God than we, and it has stood the test of Christian experience down the centuries. The natural appeal of this authoritative imagery is to me, at first, very small. At first sight it chills, rather than awakes, my desire. And that is just what I ought to expect. If Christianity could tell me no more of the far-off land than my own temperament led me to surmise already, then Christianity would be no higher than myself. If it has more to give me, I must expect it to be less immediately attractive than “my own stuff.” Sophocles at first seems dull and cold to the boy who has only reached Shelley. If our religion is something objective, then we must never avert our eyes from those elements in it which seem puzzling or repellent; for it will be precisely the puzzling or the repellent which conceals what we do not yet know and need to know.

The promises of Scripture may very roughly be reduced to five heads. It is promised, firstly, that we shall be with Christ; secondly, that we shall be like Him; thirdly, with an enormous wealth of imagery, that we shall have “glory”; fourthly, that we shall, in some sense, be fed or feasted or entertained; and, finally, that we shall have some sort of official position in the universe—ruling cities, judging angels, being pillars of God’s temple. The first question I ask about these promises is: “Why any of them except the first?” Can anything be added to the conception of being with Christ? For it must be true, as an old writer says, that he who has God and everything else has no more than he who has God only. I think the answer turns again on the nature of symbols. For though it may escape our notice at first glance, yet it is true that any conception of being with Christ which most of us can now form will be not very much less symbolical than the other promises; for it will smuggle in ideas of proximity in space and loving conversation as we now understand conversation, and it will probably concentrate on the humanity of Christ to the exclusion of His deity. And, in fact, we find that those Christians who attend solely to this first promise always do fill it up with very earthly imagery indeed—in fact, with hymeneal or erotic imagery. I am not for a moment condemning such imagery. I heartily wish I could enter into it more deeply than I do, and pray that I yet shall. But my point is that this also is only a symbol, like the reality in some respects, but unlike it in others, and therefore needs correction from the different symbols in the other promises. The variation of the promises does not mean that anything other than God will be our ultimate bliss; but because God is more than a Person, and lest we should imagine the joy of His presence too exclusively in terms of our present poor experience of personal love, with all its narrowness and strain and monotony, a dozen changing images, correcting and relieving each other, are supplied.

I turn next to the idea of glory. There is no getting away from the fact that this idea is very prominent in the New Testament and in early Christian writings. Salvation is constantly associated with palms, crowns, white robes, thrones, and splendour like the sun and stars. All this makes no immediate appeal to me at all, and in that respect I fancy I am a typical modern. Glory suggests two ideas to me, of which one seems wicked and the other ridiculous. Either glory means to me fame, or it means luminosity. As for the first, since to be famous means to be better known than other people, the desire for fame appears to me as a competitive passion and therefore of hell rather than heaven. As for the second, who wishes to become a kind of living electric light bulb?

When I began to look into this matter I was stocked to find such different Christians as Milton, Johnson and Thomas Aquinas taking heavenly glory quite frankly in the sense of fame or good report. But not fame conferred by our fellow creatures—fame with God, approval or (I might say) “appreciation’ by God. And then, when I had thought it over, I saw that this view was scriptural; nothing can eliminate from the parable the divine accolade, “Well done, thou good and faithful servant.” With that, a good deal of what I had been thinking all my life fell down like a house of cards. I suddenly remembered that no one can enter heaven except as a child; and nothing is so obvious in a child—not in a conceited child, but in a good child—as its great and undisguised pleasure in being praised. Not only in a child, either, but even in a dog or a horse. Apparently what I had mistaken for humility had, all these years. prevented me from understanding what is in fact the humblest, the most childlike, the most creaturely of pleasures—nay, the specific pleasure of the inferior: the pleasure a beast before men, a child before its father, a pupil before his teacher, a creature before its Creator. I am not forgetting how horribly this most innocent desire is parodied in our human ambitions, or how very quickly, in my own experience, the lawful pleasure of praise from those whom it was my duty to please turns into the deadly poison of self-admiration. But I thought I could detect a moment—a very, very short moment—before this happened, during which the satisfaction of having pleased those whom I rightly loved and rightly feared was pure. And that is enough to raise our thoughts to what may happen when the redeemed soul, beyond all hope and nearly beyond belief, learns at last that she has pleased Him whom she was created to please. There will be no room for vanity then. She will be free from the miserable illusion that it is her doing. With no taint of what we should now call self-approval she will most innocently rejoice in the thing that God has made her to be, and the moment which heals her old inferiority complex for ever will also drown her pride deeper than Prospero’s book. Perfect humility dispenses with modesty. If God is satisfied with the work, the work may be satisfied with itself; “it is not for her to bandy compliments with her Sovereign.” I can imagine someone saying that he dislikes my idea of heaven as a place where we are patted on the back. But proud misunderstanding is behind that dislike. In the end that Face which is the delight or the terror of the universe must be turned upon each of us either with one expression or with the other, either conferring glory inexpressible or inflicting shame that can never be cured or disguised. I read in a periodical the other day that the fundamental thing is how we think of God. By God Himself, it is not! How God thinks of us is not only more important, but infinitely more important. Indeed, how we think of Him is of no importance except in so far as it is related to how He thinks of us. It is written that we shall “stand before” Him, shall appear, shall be inspected. The promise of glory is the promise, almost incredible and only possible by the work of Christ, that some of us, that any of us who really chooses, shall actually survive that examination, shall find approval, shall please God. To please God…to be a real ingredient in the divine happiness…to be loved by God, not merely pitied, but delighted in as an artist delights in his work or a father in a son—it seems impossible, a weight or burden of glory which our thoughts can hardly sustain. But so it is.

And now notice what is happening. If I had rejected the authoritative and scriptural image of glory and stuck obstinately to the vague desire which was, at the outset, my only pointer to heaven, I could have seen no connexion at all between that desire and the Christian promise. But now, having followed up what seemed puzzling and repellent in the sacred books, I find, to my great surprise, looking back, that the connexion is perfectly clear. Glory, as Christianity teaches me to hope for it, turns out to satisfy my original desire and indeed to reveal an element in that desire which I had not noticed. By ceasing for a moment to consider my own wants I have begun to learn better what I really wanted. When I attempted, a few minutes ago, to describe our spiritual longings, I was omitting one of their most curious characteristics. We usually notice it just as the moment of vision dies away, as the music ends or as the landscape loses the celestial light. What we feel then has been well described by Keats as “the journey homeward to habitual self.” You know what I mean. For a few minutes we have had the illusion of belonging to that world. Now we wake to find that it is no such thing. We have been mere spectators. Beauty has smiled, but not to welcome us; her face was turned in our direction, but not to see us. We have not been accepted, welcomed, or taken into the dance. We may go when we please, we may stay if we can: “Nobody marks us.” A scientist may reply that since most of the things we call beautiful are inanimate, it is not very surprising that they take no notice of us. That, of course, is true. It is not the physical objects that I am speaking of, but that indescribable something of which they become for a moment the messengers. And part of the bitterness which mixes with the sweetness of that message is due to the fact that it so seldom seems to be a message intended for us but rather something we have overheard. By bitterness I mean pain, not resentment. We should hardly dare to ask that any notice be taken of ourselves. But we pine. The sense that in this universe we are treated as strangers, the longing to be acknowledged, to meet with some response, to bridge some chasm that yawns between us and reality, is part of our inconsolable secret. And surely, from this point of view, the promise of glory, in the sense described, becomes highly relevant to our deep desire. For glory meant good report with God, acceptance by God, response, acknowledgment, and welcome into the heart of things. The door on which we have been knocking all our lives will open at last.

Perhaps it seems rather crude to describe glory as the fact of being “noticed” by God. But this is almost the language of the New Testament. St. Paul promises to those who love God not, as we should expect, that they will know Him, but that they will be known by Him (I Cor. viii. 3). It is a strange promise. Does not God know all things at all times? But it is dreadfully re- echoed in another passage of the New Testament. There we are warned that it may happen to any one of us to appear at last before the face of God and hear only the appalling words: “I never knew you. Depart from Me.” In some sense, as dark to the intellect as it is unendurable to the feelings, we can be both banished from the presence of Him who is present everywhere and erased from the knowledge of Him who knows all. We can be left utterly and absolutely outside—repelled, exiled, estranged, finally and unspeakably ignored. On the other hand, we can be called in, welcomed, received, acknowledged. We walk every day on the razor edge between these two incredible possibilities. Apparently, then, our lifelong nostalgia, our longing to be reunited with something in the universe from which we now feel cut off, to be on the inside of some door which we have always seen from the outside, is no mere neurotic fancy, but the truest index of our real situation. And to be at last summoned inside would be both glory and honour beyond all our merits and also the healing of that old ache.

And this brings me to the other sense of glory—glory as brightness, splendour, luminosity. We are to shine as the sun, we are to be given the Morning Star. I think I begin to see what it means. In one way, of course, God has given us the Morning Star already: you can go and enjoy the gift on many fine mornings if you get up early enough. What more, you may ask, do we want? Ah, but we want so much more— something the books on aesthetics take little notice of. But the poets and the mythologies know all about it. We do not want merely to see beauty, though, God knows, even that is bounty enough. We want something else which can hardly be put into words—to be united with the beauty we see, to pass into it, to receive it into ourselves, to bathe in it, to become part of it. That is why we have peopled air and earth and water with gods and goddesses and nymphs and elves—that, though we cannot, yet these projections can, enjoy in themselves that beauty grace, and power of which Nature is the image. That is why the poets tell us such lovely falsehoods. They talk as if the west wind could really sweep into a human soul; but it can’t. They tell us that “beauty born of murmuring sound” will pass into a human face; but it won’t. Or not yet. For if we take the imagery of Scripture seriously, if we believe that God will one day give us the Morning Star and cause us to put on the splendour of the sun, then we may surmise that both the ancient myths and the modern poetry, so false as history, may be very near the truth as prophecy. At present we are on the outside of the world, the wrong side of the door. We discern the freshness and purity of morning, but they do not make us fresh and pure. We cannot mingle with the splendours we see. But all the leaves of the New Testament are rustling with the rumour that it will not always be so. Some day, God willing, we shall get in. When human souls have become as perfect in voluntary obedience as the inanimate creation is in its lifeless obedience, then they will put on its glory, or rather that greater glory of which Nature is only the first sketch. For you must not think that I am putting forward any heathen fancy of being absorbed into Nature. Nature is mortal; we shall outlive her. When all the suns and nebulae have passed away, each one of you will still be alive. Nature is only the image, the symbol; but it is the symbol Scripture invites me to use. We are summoned to pass in through Nature, beyond her, into that splendour which she fitfully reflects.

And in there, in beyond Nature, we shall eat of the tree of life. At present, if we are reborn in Christ, the spirit in us lives directly on God; but the mind, and still more the body, receives life from Him at a thousand removes—through our ancestors, through our food, through the elements. The faint, far-off results of those energies which God’s creative rapture implanted in matter when He made the worlds are what we now call physical pleasures; and even thus filtered, they are too much for our present management. What would it be to taste at the fountain-head that stream of which even these lower reaches prove so intoxicating? Yet that, I believe, is what lies before us. The whole man is to drink joy from the fountain of joy. As St. Augustine said, the rapture of the saved soul will “flow over” into the glorified body. In the light of our present specialized and depraved appetites we cannot imagine this torrens voluptatis, and I warn everyone seriously not to try. But it must be mentioned, to drive out thoughts even more misleading—thoughts that what is saved is a mere ghost, or that the risen body lives in numb insensibility. The body was made for the Lord, and these dismal fancies are wide of the mark.

Meanwhile the cross comes before the crown and tomorrow is a Monday morning. A cleft has opened in the pitiless walls of the world, and we are invited to follow our great Captain inside. The following Him is, of course, the essential point. That being so, it may be asked what practical use there is in the speculations which I have been indulging. I can think of at least one such use. It may be possible for each to think too much of his own potential glory hereafter; it is hardly possible for him to think too often or too deeply about that of his neighbour. The load, or weight, or burden of my neighbour’s glory should be laid daily on my back, a load so heavy that only humility can carry it, and the backs of the proud will be broken. It is a serious thing to live in a society of possible gods and goddesses, to remember that the dullest and most uninteresting person you talk to may one day be a creature which, if you saw it now, you would be strongly tempted to worship, or else a horror and a corruption such as you now meet, if at all, only in a nightmare. All day long we are, in some degree, helping each other to one or other of these destinations. It is in the light of these overwhelming possibilities, it is with the awe and the circumspection proper to them, that we should conduct all our dealings with one another, all friendships, all loves, all play, all politics. There are no ordinary people. You have never talked to a mere mortal. Nations, cultures, arts, civilization—these are mortal, and their life is to ours as the life of a gnat. But it is immortals whom we joke with, work with, marry, snub, and exploit—immortal horrors or everlasting splendours. This does not mean that we are to be perpetually solemn. We must play. But our merriment must be of that kind (and it is, in fact, the merriest kind) which exists between people who have, from the outset, taken each other seriously—no flippancy, no superiority, no presumption. And our charity must be a real and costly love, with deep feeling for the sins in spite of which we love the sinner—no mere tolerance or indulgence which parodies love as flippancy parodies merriment. Next to the Blessed Sacrament itself, your neighbour is the holiest object presented to your senses. If he is your Christian neighbour he is holy in almost the same way, for in him also Christ vere latitat—the glorifier and the glorified, Glory Himself, is truly hidden.

Voir aussi:

Une vie de moins, une chanson pour Gaza
Sylvie Bensaid
Tribune juive
24 octobre 2012

Jean-Pierre Filiu professeur d’histoire à Sciences Po, spécialiste de l’islam et auteur d’une Histoire de Gaza (Fayard, 2012), vient d’écrire une chanson assassine, « Une vie de moins » interprétée par le groupe Zebda, que Mediapart a présenté en avant-première.

C’est le cri d’un enfant de Gaza mort sous les balles d’un soldat israélien. Qui raconte sa vie dans un clip, sous un emballage graphique ciselé. « Je suis né sur une terre qui n’est plus à moi, une terre piétinée, une terre occupée…pour oublier le blocus et la misère, j’ai grandi bercé au son des récits de l’exil. » Et pour finir. « Je suis mort à ce qu’on m’a dit d’une balle perdue, je suis mort assassiné par un homme inconnu qui croyait faire son devoir en tirant dans le brouillard sur des ombres d’ennemis aux armes dérisoires… »

Traduisons: Israël, l’occupant qui prend plaisir à piétiner le peuple arabe de Gaza, est un tueur d’enfants. L’accusation des Juifs d’assassiner les enfants trouve ses racines pluriséculaires dans le vieux discours antisémite chrétien, avant de faire les beaux jours du nazisme et d’imprégner aujourd’hui l’islamisme radical. Le martyr Merah, saisissant par les cheveux la petite Myriam Monsonégo, 8 ans, et lui collant le canon de son arme sur le front, rétablit enfin l’injustice faite aux enfants palestiniens.

Jean-Pierre Filiu

Qui est M. Filiu? C’est un ancien fonctionnaire, un diplomate, un universitaire polyglotte. Il croule sous les diplômes, les reconnaissances universitaires, les publications scientifiques et grand public. Il fait par-tie de l’aristocratie nationale bureaucratique et universitaire. Sa chanson porte à l’incandescence les secteurs les plus sensibles et les plus pathologiques de la nation.. Combien de nouveaux tueurs va-t-on devoir à M. Filiu, à sa chanson et à son clip ?


Gaza/Bilan: Le Fatah ou la continuation du terrorisme par d’autres moyens (Our aim is the elimination of Zionism in Palestine)

22 novembre, 2012
Israël existe et continuera à exister jusqu’à ce que l’islam l’abroge comme il a abrogé ce qui l’a précédé. Hasan al-Bannâ (préambule de la charte du Hamas, 1988)
Le Mouvement de la Résistance Islamique est un mouvement palestinien spécifique qui fait allégeance à Allah et à sa voie, l’islam. Il lutte pour hisser la bannière de l’islam sur chaque pouce de la Palestine. Charte du Hamas (Article six)
Les enfants de la nation du Hezbollah au Liban sont en confrontation avec [leurs ennemis] afin d’atteindre les objectifs suivants : un retrait israélien définitif du Liban comme premier pas vers la destruction totale d’Israël et la libération de la Sainte Jérusalem de la souillure de l’occupation … Charte du Hezbollah (1985)
La libération de la Palestine a pour but de “purifier” le pays de toute présence sioniste. (…) Le partage de la Palestine en 1947 et la création de l’État d’Israël sont des événements nuls et non avenus. (…) La Charte ne peut être amendée que par une majorité des deux tiers de tous les membres du Conseil national de l’Organisation de libération de la Palestine réunis en session extraordinaire convoquée à cet effet. Charte de l’OLP (articles 15, 19 et 33)
Je mentirais si je vous disais que je vais l’abroger. Personne ne peut le faire. Yasser Arafat (Harvard, octobre 1995)
Tuez les Juifs partout où vous les trouverez. Cela plaît à Dieu, à l’histoire et à la religion. Cela sauve votre honneur. Dieu est avec vous. (…) [L]es Allemands n’ont jamais causé de tort à aucun musulman, et ils combattent à nouveau contre notre ennemi commun […]. Mais surtout, ils ont définitivement résolu le problème juif. Ces liens, notamment ce dernier point [la « solution finale »], font que notre amitié avec l’Allemagne n’a rien de provisoire ou de conditionnel, mais est permanente et durable, fondée sur un intérêt commun (…) Haj Amin al-Husseini (mufti de Jérusalem, discours sur Radio Berlin, le 1er mars 1944)
J’annonce au monde entier, sans la moindre hésitation, que si les dévoreurs du monde se dressent contre notre religion, nous nous dresserons contre leur monde entier et n’auront de cesse avant d’avoir annihilé la totalité d’entre eux. Ou nous tous obtiendrons la liberté, ou nous opterons pour la liberté plus grande encore du martyre. Ou nous applaudirons la victoire de l’Islam dans le monde, ou nous tous irons vers la vie éternelle et le martyre. Dans les deux cas, la victoire et le succès nous sont assurés. Ayatollah Khomeiny
Les nazis ont probablement tué moins d’un million de Juifs et le mouvement sioniste a participé au massacre. Abou Mazen (alias Mahmoud Abbas, thèse, sous la direction de Ievgueni Primakov, 1982 )
La bataille ne se terminera pas avant que la totalité de la Palestine ne soit libérée. Yasser Arafat (Voice of Palestine, novembre 1995).
Notre but est d’éliminer l’Etat d’Israël et d’établir un Etat qui soit entièrement palestinien. Yasser Arafat (session privée avec des diplomates arabes en Europe, 30 janvier 1996)
La lutte contre l’ennemi sioniste n’est pas une question de frontières, mais touche à l’existence même de l’entité sioniste. Bassam-abou-Sharif (porte-parole de l’OLP, Kuwait News Agency, 31 mai 1996)
Ce n’est pas du tout le mur des Lamentations, mais un sanctuaire musulman. Yasser Arafat (Maariv, 11 octobre 1996)
Abraham n’était pas juif, pas plus que c’était un Hébreu, mais il était tout simplement irakien. Les Juifs n’ont aucun droit de prétendre disposer d’une synagogue dans la tombe des patriarches à Hébron, lieu où est inhumé Abraham. Le bâtiment tout entier devrait être une mosquée. Yasser Arafat, cité dans le Jerusalem Report, 26 décembre 1996)
Tous les événements liés au roi Saul, au roi David et au roi Rehoboam se sont déroulés au Yémen, et aucun vestige hébreu n’a été trouvé en Israël pour la bonne et simple raison qu’ils n’y ont jamais vécu. Jarid al-Kidwa (historien arabe, au cours d’un programme éducatif de l’OLP, en juin 1997)
Il n’y a pas de preuve tangible qu’il y ait la moindre trace ou le moindre vestige juif que ce soit dans la vieille ville de Jérusalem ou dans le voisinage immédiat. Communiqué du ministère palestinien de l’Information (10 décembre 1997)
Il est bien connu que tous les ans les Juifs exagèrent de plus en plus la portée de ce que les nazis leur ont fait. Ils prétendent qu’il y a eu six millions de victimes, mais des recherches précises scientifiques démontrent qu’il n’y en a pas eu plus de 400 000. Télévision palestinienne (25 août 1997)
La Shoah est un mensonge des Sionistes concernant de prétendus massacres perpétrés contre les Juifs. Al Hayat Al Jadeeda (journal de l’Autorité palestinienne, 3 septembre 1997)
Le mur d’Al-Buraq [Mur des Lamentations] et sa place sont une propriété religieuse musulmane…Il fait partie de la mosquée Al Aqsa. Les Juifs n’ont aucun lien avec cet endroit. Mufti de Jérusalem (nommé par Yasser Arafat, Al Ayyam [journal de l'Autorité palestinienne], 22 novembre 1997)
La persécution des Juifs est un mythe mensonger que les Juifs ont qualifié d’Holocauste et ont exploité pour se faire plaindre. Al Hayat Al Jadeeda (journal de l’Autorité palestinienne, 2 juillet 1998)
Le but stratégique est la libération de la Palestine, du Jourdain à la Méditerranée, même si cela signifie que le conflit doive durer encore mille ans ou pendant de nombreuses générations à venir. Faisal Husseini (Al-Arabi [Egypte], 24 juin 2001).
Nous perdrons ou nous gagnerons, mais notre regard restera fixé sur notre but stratégique, à savoir la Palestine du Jourdain à la mer. Marwan Barghouti (chef du Fatah de Cisjordanie, New Yorker, 2 juillet 2001)
J’ai toujours pensé que le Fatah était encore plus dangereux que le Hamas. Ce dernier tient le même discours en arabe et en anglais, il est clair et sincère quant à ses intentions, il est encore catalogué comme organisation terroriste et dès lors, il est plus facile à combattre tant sur le plan militaire qu’idéologique. Tout autre est le Fatah qui a entrepris d’avancer masqué et utilise à merveille l’arme de la takiya, concept islamique qui autorise à mentir dans le but de tromper l’ennemi. On en a vu une illustration magistrale avec l’interview récente d’Abou Mazen à la 2 chaîne de TV israélienne lors de laquelle il faisait en anglais des déclarations agréables à entendre aux oreilles occidentales et aux oreilles gauches israéliennes, pour démentir et dire le contraire le lendemain dans les médias en langue arabe. Il n’est pas facile à deviner quelle était la version authentique ! Inventeur du chantage et du terrorisme à grande échelle contre les populations civiles, le Fatah a quelque peu mis en sourdine le terrorisme physique – provisoirement selon ses propres dires – pour livrer à Israël une lutte plus dangereuse encore que ne le sont les roquettes, les bombes et les missiles : la délégitimation progressive de l’Etat d’Israël dans le monde. Prenant exemple sur les techniques de la propagande nazie, l’Autorité Palestinienne a compris qu’avant de se débarrasser physiquement d’un ennemi, il faut d’abord le mettre au ban de la société et le rendre exécrable et détestable aux yeux du monde. Le terrorisme vise à tuer des personnes, la délégitimation vise à faire disparaître à terme l’Etat d’Israël. Deux tactiques pour un même objectif. Le Fatah est tout simplement plus patient et rusé que le Hamas. Si la communauté internationale « comprend » encore le besoin d’Israël de se défendre contre le terrorisme du Hamas elle se montre par contre complètement autiste face au « terrorisme de velours » que livre le Fatah à Israël depuis l’entrée en fonction d’Abou Mazen. Non seulement elle ferme les yeux sur les procédés pervers utilisés par le successeur d’Arafat et ses sbires, mais elle a pris fait et cause pour le narratif palestinien et met Israël en demeure de généreusement céder sur tous les points en litige. Ainsi lorsque l’Union Européenne exige que la résolution du conflit passe par la négociation, elle indique en même temps quel doit en être le résultat : un Etat palestinien en Judée-Samarie avec Jérusalem comme capitale, soit l’application de la première étape du plan du Fatah pour la « libération de toute la Palestine ». (…) Yasser Arafat et ses successeurs ont réussi le tour de passe-passe d’obtenir un label de respectabilité internationale, avec hélas la collaboration active de dirigeants israéliens irresponsables à l’image des Pérès, Rabin, Beilin, Olmert et autres Livni, ce qui leur permet de poursuivre leur combat sous couvert d’un « processus politique » qu’ils n’ont jamais eu la moindre intention de respecter. Si pour Clausewitz « la guerre était la continuation de la politique par d’autres moyens », pour les terroristes en complet-veston du Fatah, « le processus de paix est la continuation de la guerre par d’autres moyens ». D’où son aspect particulièrement dangereux sur le plan stratégique. Le Hamas, que combat à juste titre Tsahal, exprime sans détours les réelles intentions du mouvement national arabe palestinien et sans doute du monde arabe dans son ensemble : faire disparaître un jour l’Etat d’Israël de la sphère géographique musulmane appelé « Dar El-Islam ». Il faut comprendre que toute souveraineté non-musulmane dans un territoire ayant un jour été sous l’administration des plus grands conquérants de l’Histoire est considérée par eux comme une insulte et une infamie qu’il faut réparer. Sur ce point, le Hamas est en accord avec l’idéologie impérialiste issue du Coran. Mais en affirmant « se contenter » uniquement d’un Etat en Judée-Samarie, le Fatah et l’Autorité Palestinienne trompent le monde en présentant le conflit comme étant de nature exclusivement territoriale ayant pour point de départ la Guerre des Six Jours en 1967. Or, le Fatah a été fondé en…1959 et l’OLP en…1964, donc bien avant que la question des « territoires » ne vienne s’inviter dans les conversations quotidiennes des chancelleries. Et il suffit de se pencher sur les différentes déclarations en langue arabe ou sur les ouvrages scolaires pour voir que l’Autorité Palestinienne fait remonter le conflit aux débuts du sionisme politique et non à la Guerre des Six Jours. Les initiatives de l’AP devant l’ONU, les campagnes de boycott, la propagande effrénée dans les médias et les écoles sont plus dommageables pour Israël que les projectiles du Hamas, car si Tsahal sait comment s’occuper des assassins de Gaza, Israël est largement désavantagé sur le plan international face aux actions de l’Autorité Palestinienne et de la popularité dont elle jouit à travers le monde. De nombreux facteurs convergents, tous plus fallacieux et suspects les uns que les autres, ont porté aux nues la cause palestinienne, devenue le « nouveau Vietnam » des idiots utiles et des chercheurs de causes humanitaires à travers le monde. Le keffieh à carreaux est devenu le point de ralliement romantique de toute une constellation de groupes de populations que tout opposerait par ailleurs. Seuls des naïfs – et ils sont hélas nombreux, même parmi nous – établissent encore la distinction factice entre « modérés » du Fatah et « extrémistes » du Hamas. Un homme politique français s’était un jour indigné de cette différenciation au sein des mouvances terroristes, martelant « qu’il n’y avait pas de terroristes extrémistes d’un côté et de terroristes modérés de l’autre ». Mais il est vrai qu’il s’exprimait après une vague de terrorisme musulman…en France ! Les terroristes musulmans sévissent dans de nombreux points du monde, mais il n’y a que ceux qui s’attaquent à Israël qu’ils sont soudain affublés de titres honorifiques de « militants », « activistes » ou « combattants » quand ils ne sont pas étiquetés comme faisant partie des notables de la « branche politique » de leur organisation. Il est faux, dangereux voire criminel d’affirmer comme le font parfois des hommes politiques et des journalistes israéliens, que la propagande diffusée par l’AP « ne sont que des paroles destinées aux masses ». C’est cette propagande martelée qui forme les esprits et l’opinion, qui crée des illusions, se fixe dans la conscience collective et aboutit à des actes de violences. Parallèlement à son combat contre le Hamas, Israël devra livrer une lutte sans merci concession contre l’Autorité Palestinienne, la démasquer et révéler à la face du monde ses intentions réelles qui sont exactement les mêmes que celles du Hamas et du Jihad.  Shraga Blum
Comme à l’accoutumée, dès lors qu’Israël a enfin entrepris de réagir sérieusement aux longs mois de harcèlement terroriste contre les civils israéliens, les navettes diplomatiques se sont subitement mises en branle avec une rare effervescence. Silencieux depuis des années face au pilonnage du sud d’Israël, Egyptiens, Turcs, Russes, Jordaniens, Qataris, Français, Britanniques, Américains et autres multiplient aujourd’hui leurs efforts pour retenir le bras puissant de Tsahal. Avec un aplomb sans nom, le ministre britannique des Affaires étrangères, William Hague a exprimé dimanche tout haut la position de beaucoup de chancelleries : « Dès que vous déclencherez une opération terrestre, vous ne bénéficierez plus du soutien international ». Autrement dit, c’est nous, la communauté internationale qui décidons quelle doit être la tournure que doit prendre votre campagne militaire, et nous qui voulons en fixer la durée et l’issue! Nous les Américains, qui bombardons l’Afghanistan depuis des années loin des caméras, sans nous soucier des civils, nous les Britanniques, qui avons fait la guerre à l’Argentine jusqu’à la victoire à 15.000 km de notre sol pour une petite ile, nous les Russes, qui trucidons sans pitié les Tchetchènes et quiconque est considéré comme une menace pour notre patrie, nous les Turcs, massacreurs d’Arméniens et de Kurdes, nous pays arabes qui nous entretuons allègrement et pour qui la vie humaine de nos propres fils vaut moins qu’un baril de pétrole ! Au-delà des motifs géopolitiques ou diplomatiques, il y a dans cette attitude une expression d’un antisémitisme pur tel qu’il subsiste encore en occident chrétien et tel qu’il sévit de plus en plus dans le monde musulman : le juif est voué à être une victime, à la limite un protégé, mais en aucun cas un vainqueur. Comme le résume avec justesse Guy Konopnicki dans l’un de ses livres : « On préfère le juif en pyjama rayé qu’en uniforme de Tsahal ». Cette persistance de l’antisémitisme dans l’attitude de pays dont certains se disent pourtant nos amis s’était déjà traduite lors de la Guerre des Six Jours, où la communauté internationale s’était rangée aux côtés de l’Etat d’Israël menacé de toutes parts par les hordes musulmanes, mais qui n’a pas pardonné jusqu’à ce jour la victoire éclair du David juif contre le Goliath arabe. Il y a une constante dans le comportement de la communauté internationale face à Israël avec cette répugnance à voir Tsahal à vaincre de manière décisive, et si c’est tout de même le cas, d’exiger ensuite d’Israël qu’il « paie » cette outrecuidante trangression par des concessions à ses ennemis. Dans les lois de la guerre admises officiellement et officieusement, un pays agressé qui repousse ses agresseurs est en droit de dicter les conditions de la paix. Ceci a été valable en tous lieux et en tout temps, sauf pour un seul cas : Israël. L’exigence de payer sur le plan politique le fait d’avoir vaincu sur le champ de bataille équivaudrait au cas de figure absurde d’une Allemagne nazie vaincue qui aurait posé ses conditions et émis des exigences au lendemain de la fin de la Seconde Guerre mondiale ! Malheureusement, cette pathologie antisémite a également été bien intégrée dans la gauche israélienne. Depuis la création de l’Etat d’Israël et la victoire de la Guerre d’Indépendance, cette gauche non débarrassée de ses scories dhimmiques ressent une culpabilité qu’elle exprime par un soutien à la cause palestinienne, comme si le retour de l’indépendance juive après 19 siècles n’était pas un droit mais une faveur, voire une erreur historique pour laquelle il faudrait payer par une indulgence irrationnelle envers nos ennemis. Et depuis le début de l’opération antiterroriste, des responsables de gauche et d’extrême-gauche qui sont invités sur les plateaux de télévision tiennent ce même raisonnement : s’ils soutiennent du bout des lèvres l’action aérienne de Tsahal (uniquement) ils précisent dans la foulée qu’après la cessation des combats, Israël devra impérativement faire des gestes envers Abou Mazen (le modéré… !) et entamer des pourparlers afin de créer un Etat palestinien en Judée-Samarie. Autrement dit, contrebalancer la victoire militaire par des concessions envers ceux qui poursuivent le même but que le Hamas mais avec d’autres moyens. Ceux que Tsipi Livni appelle les « modérés »… Shraga Blum

Attention: un terrorisme peut en cacher un autre !

Antisémitisme médiéval, révisionnisme historique, négationnisme de la Shoah, incitation à la haine et à la violence mais aussi initiatives devant l’ONU, campagnes de boycott, propagande effrénée dans les médias et les écoles …

Au lendemain, pour ceux qui ont des yeux pour voir et des oreilles pour entendre et malgré la déception de ceux qui auraient espéré que la démonstration dure un peu plus longtemps , de l’éclatante confirmation du statut de culte de la mort du Hamas …

Importante remise des pendules à l’heure du journaliste israélien  Shraga Blum, sur l’autre face, "terrorisme de velours" ou "en complet veston" comme il l’appelle, du terrorisme palestinien …

A savoir, celui encore bien plus dangereux parce que plus facilement légitimable aux yeux des belles âmes occidentales, du mouvement de Mahmoud Abbas de l’Autorité palestinienne ou Fatah

Dont la Charte, on l’oublie souvent, n’a toujours pas abrogé son objectif historique d’annihilation d’Israël …

Fatah : Le terrorisme de “velours”

En ces jours où Tsahal lutte admirablement contre les terroristes du Hamas, il ne faut pas oublier que cette organisation n’est que l’une des deux composantes principales de cet ennemi qui vise à nous faire disparaître, et peut-être pas la plus difficile à vaincre.

Shraga Blum

Aschkel

novembre 21st, 2012

J’ai toujours pensé que le Fatah était encore plus dangereux que le Hamas. Ce dernier tient le même discours en arabe et en anglais, il est clair et sincère quant à ses intentions, il est encore catalogué comme organisation terroriste et dès lors, il est plus facile à combattre tant sur le plan militaire qu’idéologique.

Tout autre est le Fatah qui a entrepris d’avancer masqué et utilise à merveille l’arme de la takiya, concept islamique qui autorise à mentir dans le but de tromper l’ennemi. On en a vu une illustration magistrale avec l’interview récente d’Abou Mazen à la 2 chaîne de TV israélienne lors de laquelle il faisait en anglais des déclarations agréables à entendre aux oreilles occidentales et aux oreilles gauches israéliennes, pour démentir et dire le contraire le lendemain dans les médias en langue arabe. Il n’est pas facile à deviner quelle était la version authentique !

Inventeur du chantage et du terrorisme à grande échelle contre les populations civiles, le Fatah a quelque peu mis en sourdine le terrorisme physique – provisoirement selon ses propres dires – pour livrer à Israël une lutte plus dangereuse encore que ne le sont les roquettes, les bombes et les missiles : la délégitimation progressive de l’Etat d’Israël dans le monde. Prenant exemple sur les techniques de la propagande nazie, l’Autorité Palestinienne a compris qu’avant de se débarrasser physiquement d’un ennemi, il faut d’abord le mettre au ban de la société et le rendre exécrable et détestable aux yeux du monde. Le terrorisme vise à tuer des personnes, la délégitimation vise à faire disparaître à terme l’Etat d’Israël. Deux tactiques pour un même objectif. Le Fatah est tout simplement plus patient et rusé que le Hamas.

Si la communauté internationale « comprend » encore le besoin d’Israël de se défendre contre le terrorisme du Hamas elle se montre par contre complètement autiste face au « terrorisme de velours » que livre le Fatah à Israël depuis l’entrée en fonction d’Abou Mazen. Non seulement elle ferme les yeux sur les procédés pervers utilisés par le successeur d’Arafat et ses sbires, mais elle a pris fait et cause pour le narratif palestinien et met Israël en demeure de généreusement céder sur tous les points en litige. Ainsi lorsque l’Union Européenne exige que la résolution du conflit passe par la négociation, elle indique en même temps quel doit en être le résultat : un Etat palestinien en Judée-Samarie avec Jérusalem comme capitale, soit l’application de la première étape du plan du Fatah pour la « libération de toute la Palestine ».

Il y a 20 ans, une telle faute morale de la part des faiseurs d’opinion et des décideurs aurait encore trouvé des excuses du fait de la difficulté de trouver des sources d’informations fiables. Mais aujourd’hui, avec la globalisation de l’information et l’accès libre et instantané à tous les médias du monde, il est criminel de faire semblant d’ignorer les horreurs qui se disent, s’écrivent, se diffusent et s’enseignent dans la sphère contrôlée par les « modérés » de l’Autorité Palestinienne. Des sites professionnels et fiables tels que http://www.palwatch.org ou http://www.memri.org, relayés par une quantité de sites-transmetteurs, révèlent que l’antisémitisme médiéval, le révisionnisme historique, le négationnisme de la Shoah, l’incitation à la haine et à la violence ne sont pas l’apanage exclusif du Hamas, loin de là.

Yasser Arafat et ses successeurs ont réussi le tour de passe-passe d’obtenir un label de respectabilité internationale, avec hélas la collaboration active de dirigeants israéliens irresponsables à l’image des Pérès, Rabin, Beilin, Olmert et autres Livni, ce qui leur permet de poursuivre leur combat sous couvert d’un « processus politique » qu’ils n’ont jamais eu la moindre intention de respecter. Si pour Clausewitz « la guerre était la continuation de la politique par d’autres moyens », pour les terroristes en complet-veston du Fatah, « le processus de paix est la continuation de la guerre par d’autres moyens ». D’où son aspect particulièrement dangereux sur le plan stratégique. Le Hamas, que combat à juste titre Tsahal, exprime sans détours les réelles intentions du mouvement national arabe palestinien et sans doute du monde arabe dans son ensemble : faire disparaître un jour l’Etat d’Israël de la sphère géographique musulmane appelé « Dar El-Islam ». Il faut comprendre que toute souveraineté non-musulmane dans un territoire ayant un jour été sous l’administration des plus grands conquérants de l’Histoire est considérée par eux comme une insulte et une infamie qu’il faut réparer. Sur ce point, le Hamas est en accord avec l’idéologie impérialiste issue du Coran. Mais en affirmant « se contenter » uniquement d’un Etat en Judée-Samarie, le Fatah et l’Autorité Palestinienne trompent le monde en présentant le conflit comme étant de nature exclusivement territoriale ayant pour point de départ la Guerre des Six Jours en 1967. Or, le Fatah a été fondé en…1959 et l’OLP en…1964, donc bien avant que la question des « territoires » ne vienne s’inviter dans les conversations quotidiennes des chancelleries. Et il suffit de se pencher sur les différentes déclarations en langue arabe ou sur les ouvrages scolaires pour voir que l’Autorité Palestinienne fait remonter le conflit aux débuts du sionisme politique et non à la Guerre des Six Jours.

Les initiatives de l’AP devant l’ONU, les campagnes de boycott, la propagande effrénée dans les médias et les écoles sont plus dommageables pour Israël que les projectiles du Hamas, car si Tsahal sait comment s’occuper des assassins de Gaza, Israël est largement désavantagé sur le plan international face aux actions de l’Autorité Palestinienne et de la popularité dont elle jouit à travers le monde. De nombreux facteurs convergents, tous plus fallacieux et suspects les uns que les autres, ont porté aux nues la cause palestinienne, devenue le « nouveau Vietnam » des idiots utiles et des chercheurs de causes humanitaires à travers le monde. Le keffieh à carreaux est devenu le point de ralliement romantique de toute une constellation de groupes de populations que tout opposerait par ailleurs.

Seuls des naïfs – et ils sont hélas nombreux, même parmi nous – établissent encore la distinction factice entre « modérés » du Fatah et « extrémistes » du Hamas. Un homme politique français s’était un jour indigné de cette différenciation au sein des mouvances terroristes, martelant « qu’il n’y avait pas de terroristes extrémistes d’un côté et de terroristes modérés de l’autre ». Mais il est vrai qu’il s’exprimait après une vague de terrorisme musulman…en France ! Les terroristes musulmans sévissent dans de nombreux points du monde, mais il n’y a que ceux qui s’attaquent à Israël qu’ils sont soudain affublés de titres honorifiques de « militants », « activistes » ou « combattants » quand ils ne sont pas étiquetés comme faisant partie des notables de la « branche politique » de leur organisation.

Il est faux, dangereux voire criminel d’affirmer comme le font parfois des hommes politiques et des journalistes israéliens, que la propagande diffusée par l’AP « ne sont que des paroles destinées aux masses ». C’est cette propagande martelée qui forme les esprits et l’opinion, qui crée des illusions, se fixe dans la conscience collective et aboutit à des actes de violences.

Parallèlement à son combat contre le Hamas, Israël devra livrer une lutte sans merci concession contre l’Autorité Palestinienne, la démasquer et révéler à la face du monde ses intentions réelles qui sont exactement les mêmes que celles du Hamas et du Jihad.

Shraga Blum (hournaliste) Israël pour israel-flash- europe-israel

Voir aussi:

Le peuple qui n’avait pas le droit de vaincre

Shraga Blum

JSSNews

18 novembre 2012

Lors de ses multiples conférences sur le confit israélo-arabe, l’économiste et géopolitologue Guy Millière, ami inconditionnel d’Israël, martèle invariablement cette idée : pour que ce conflit prenne un jour fin, il faut qu’il y ait un vainqueur, et ce vainqueur doit impérativement être Israël car l’inverse aurait des conséquences tragiques. Il est parfois utile de s’entendre dire quelques vérités par quelqu’un de « l’extérieur », même s’il est bien plus à l’intérieur que beaucoup de juifs !

Pour ceux qui se souviennent de la Guerre de Kippour, hormis la terreur existentielle qui a saisi le pays durant les heures qui ont suivi l’attaque « surprise » des armées égyptiennes et syriennes, il y aussi eu cette incompréhension face à la victoire volée deux semaines plus tard par l’intervention conjointe des USA et de l’URSS. Il fallait qu’Israël soit sauvé de la disparition, certes, mais il ne fallait pas que l’Etat d’Israël gagne. Honneur arabe et autre intérêts occidentaux obligent.

Comme à l’accoutumée, dès lors qu’Israël a enfin entrepris de réagir sérieusement aux longs mois de harcèlement terroriste contre les civils israéliens, les navettes diplomatiques se sont subitement mises en branle avec une rare effervescence. Silencieux depuis des années face au pilonnage du sud d’Israël, Egyptiens, Turcs, Russes, Jordaniens, Qataris, Français, Britanniques, Américains et autres multiplient aujourd’hui leurs efforts pour retenir le bras puissant de Tsahal. Avec un aplomb sans nom, le ministre britannique des Affaires étrangères, William Hague a exprimé dimanche tout haut la position de beaucoup de chancelleries : « Dès que vous déclencherez une opération terrestre, vous ne bénéficierez plus du soutien international ». Autrement dit, c’est nous, la communauté internationale qui décidons quelle doit être la tournure que doit prendre votre campagne militaire, et nous qui voulons en fixer la durée et l’issue! Nous les Américains, qui bombardons l’Afghanistan depuis des années loin des caméras, sans nous soucier des civils, nous les Britanniques, qui avons fait la guerre à l’Argentine jusqu’à la victoire à 15.000 km de notre sol pour une petite ile, nous les Russes, qui trucidons sans pitié les Tchetchènes et quiconque est considéré comme une menace pour notre patrie, nous les Turcs, massacreurs d’Arméniens et de Kurdes, nous pays arabes qui nous entretuons allègrement et pour qui la vie humaine de nos propres fils vaut moins qu’un baril de pétrole !

Au-delà des motifs géopolitiques ou diplomatiques, il y a dans cette attitude une expression d’un antisémitisme pur tel qu’il subsiste encore en occident chrétien et tel qu’il sévit de plus en plus dans le monde musulman : le juif est voué à être une victime, à la limite un protégé, mais en aucun cas un vainqueur. Comme le résume avec justesse Guy Konopnicki dans l’un de ses livres : « On préfère le juif en pyjama rayé qu’en uniforme de Tsahal ». Cette persistance de l’antisémitisme dans l’attitude de pays dont certains se disent pourtant nos amis s’était déjà traduite lors de la Guerre des Six Jours, où la communauté internationale s’était rangée aux côtés de l’Etat d’Israël menacé de toutes parts par les hordes musulmanes, mais qui n’a pas pardonné jusqu’à ce jour la victoire éclair du David juif contre le Goliath arabe.

Il y a une constante dans le comportement de la communauté internationale face à Israël avec cette répugnance à voir Tsahal à vaincre de manière décisive, et si c’est tout de même le cas, d’exiger ensuite d’Israël qu’il « paie » cette outrecuidante trangression par des concessions à ses ennemis. Dans les lois de la guerre admises officiellement et officieusement, un pays agressé qui repousse ses agresseurs est en droit de dicter les conditions de la paix. Ceci a été valable en tous lieux et en tout temps, sauf pour un seul cas : Israël. L’exigence de payer sur le plan politique le fait d’avoir vaincu sur le champ de bataille équivaudrait au cas de figure absurde d’une Allemagne nazie vaincue qui aurait posé ses conditions et émis des exigences au lendemain de la fin de la Seconde Guerre mondiale !

Malheureusement, cette pathologie antisémite a également été bien intégrée dans la gauche israélienne. Depuis la création de l’Etat d’Israël et la victoire de la Guerre d’Indépendance, cette gauche non débarrassée de ses scories dhimmiques ressent une culpabilité qu’elle exprime par un soutien à la cause palestinienne, comme si le retour de l’indépendance juive après 19 siècles n’était pas un droit mais une faveur, voire une erreur historique pour laquelle il faudrait payer par une indulgence irrationnelle envers nos ennemis. Et depuis le début de l’opération antiterroriste, des responsables de gauche et d’extrême-gauche qui sont invités sur les plateaux de télévision tiennent ce même raisonnement : s’ils soutiennent du bout des lèvres l’action aérienne de Tsahal (uniquement) ils précisent dans la foulée qu’après la cessation des combats, Israël devra impérativement faire des gestes envers Abou Mazen (le modéré… !) et entamer des pourparlers afin de créer un Etat palestinien en Judée-Samarie. Autrement dit, contrebalancer la victoire militaire par des concessions envers ceux qui poursuivent le même but que le Hamas mais avec d’autres moyens. Ceux que Tsipi Livni appelle les « modérés »…

Sans parler de l’absurdité du linkage entre les deux sujets, il y a dans ces propos l’acceptation inconsciente (dans les deux sens du terme !) de l’attitude des nations envers Israël : si vous gagnez sur le terrain militaire, vous devrez le payer sur un autre plan.

Il est temps de dire haut et fort aux grands de ce monde qu’Israël a la droit de tout faire pour assurer sa défense, après des mois et des années de patience, surtout lorsqu’il le fait avec une précision et une prudence qu’aucun de tous ces pays n’adopteraient en pareil cas ou pour bien moins.

Israël est le seul pays au monde qui a réuni le corps diplomatique pour le prévenir gentiment qu’il allait entamer une opération contre les nids terroristes.

Israël est le seul pays à tenir au courant les pays « amis » du déroulement des opérations.

Israël est le seul pays à rassurer quotidiennement les chancelleries qu’il fait tout pour éviter des pertes civiles chez un ennemi qui utilise quant à lui machiavéliquement sa propre population pour se protéger.

Israël est le seul pays qui poursuit l’acheminement de marchandises humanitaire vers un territoire qui le lui rend en roquettes et missiles.

Israël est le seul aussi à s’être introduit dans les médias des terroristes pour lancer un message en langue arabe à destination des populations civiles : « Eloignez-vous des infrastructures et des terroristes du Hamas afin de ne pas être touchés par nos attaques ».

Israël n’a donc aucune leçon à recevoir de quiconque.

Israël n’a pas seulement le droit de vaincre, il en a le devoir.

Voir enfin:

Charte de l’OLP (extraits):

Article 1 : La Palestine est la patrie du peuple arabe palestinien: elle constitue une partie inséparable de la patrie arabe, et le peuple palestinien fait partie intégrante de la nation arabe.

Article 2 : La Palestine, dans les frontières du mandat britannique, constitue une unité territoriale indivisible.

Article 7 : (…) Tous les moyens d’information et d’éducation doivent être employés pour faire connaître à chaque Palestinien son pays de la manière la plus approfondie, tant matériellement que spirituellement. Il doit être préparé à la lutte armée et au sacrifice de ses biens et de sa vie afin de recouvrer sa patrie et d’œuvrer à sa libération.

Article 9 : La lutte armée est la seule voie menant à la libération de la Palestine. Il s’agit donc d’une stratégie d’ensemble et non d’une simple phase tactique. Le peuple arabe palestinien affirme sa détermination absolue et sa ferme résolution de poursuivre la lutte armée et de préparer une révolution populaire afin de libérer son pays et d’y revenir. (…)

Article 10 : L’action des commandos constitue le centre de la guerre de libération populaire palestinienne, ce qui exige d’en élever le degré, d’en élargir l’action et de mobiliser tout le potentiel palestinien en hommes et en connaissances, en l’organisant et en l’entraînant dans la révolution palestinienne armée. (…)

Article 15 : La libération de la Palestine est, du point de vue arabe, un devoir national ayant pour objet de repousser l’agression sioniste et impérialiste contre la patrie arabe et visant à éliminer le sionisme de la Palestine. (…). Il s’ensuit que la nation arabe doit mobiliser tout son potentiel militaire, humain, moral et spirituel afin de participer activement avec le peuple palestinien à la libération de la Palestine. (…)

Article 16 : La libération de la Palestine, d’un point de vue spirituel, fera bénéficier la Terre Sainte d’une atmosphère de sécurité et de quiétude, ce qui assurera la sauvegarde des lieux saints et garantira la liberté du culte en permettant à chacun de s’y rendre, sans distinction de race, de couleur, de langue ou de religion. (…).

Article 19 : Le partage de la Palestine en 1947 et l’établissement de l’État d’Israël sont entièrement illégaux, quel que soit le temps écoulé depuis lors (…).

Article 20 : La déclaration Balfour, le mandat sur la Palestine et tout ce qui en découle sont nuls et non avenus. Les prétentions fondées sur les liens historiques et religieux des Juifs avec la Palestine sont incompatibles avec les faits historiques et avec une juste conception des éléments constitutifs d’un État. Le judaïsme, étant une religion, ne saurait constituer une nationalité indépendante. De même, les Juifs ne forment pas une nation unique dotée d’une identité propre, mais ils sont citoyens des États auxquels ils appartiennent.

Article 21 : S’exprimant par révolution armée palestinienne, le peuple arabe palestinien rejette toute solution de remplacement à la libération intégrale de la Palestine (…).

Article 22 : Le sionisme est un mouvement politique organiquement lié à l’impérialisme international et opposé à toute action de libération et à tout mouvement progressiste dans le monde. Il est raciste et fanatique par nature, agressif, expansionniste et colonial dans ses buts, et fasciste par ses méthodes, Israël est l’instrument du mouvement sioniste et la base géographique de l’impérialisme mondial, stratégiquement placé au cœur même de la patrie arabe afin de combattre les espoirs de la nation arabe pour sa libération, son union et son progrès. Israël est une source constante de menaces vis-à-vis de la paix au Proche-Orient et dans le monde entier. Étant donné que la libération de la Palestine éliminera la présence sioniste et impérialiste et contribuera à l’instauration de la paix au Proche-Orient, le peuple palestinien recherche l’appui de toutes les forces progressistes et pacifiques du monde et les invite toutes instamment, quelles que soient leurs affiliations et leurs croyances, à offrir aide et appui au peuple palestinien dans sa juste lutte pour la libération de sa patrie.

Article 23 : Les exigences de la sécurité et de la paix, autant que celles du droit et de la justice, requièrent (…) de considérer le sionisme comme un mouvement illégal, d’en interdire l’existence et d’en proscrire les activités.

Article 33 : La présente Charte ne peut être amendée que par une majorité des deux tiers de tous les membres du Conseil national de l’Organisation de libération de la Palestine réunis en session extraordinaire convoquée à cet effet.


Gaza: Le Hamas n’a fait que confirmer qu’il est bien un culte de la mort (We desire death more than you desire life)

22 novembre, 2012
Israël existe et continuera à exister jusqu’à ce que l’islam l’abroge comme il a abrogé ce qui l’a précédé. Hasan al-Bannâ (préambule de la charte du Hamas, 1988)
Le Mouvement de la Résistance Islamique est un mouvement palestinien spécifique qui fait allégeance à Allah et à sa voie, l’islam. Il lutte pour hisser la bannière de l’islam sur chaque pouce de la Palestine. Charte du Hamas (Article six)
Les Israéliens ne savent pas que le peuple palestinien a progressé dans ses recherches sur la mort. Il a développé une industrie de la mort qu’affectionnent toutes nos femmes, tous nos enfants, tous nos vieillards et tous nos combattants. Ainsi, nous avons formé un bouclier humain grâce aux femmes et aux enfants pour dire à l’ennemi sioniste que nous tenons à la mort autant qu’il tient à la vie. Fathi Hammad (responsable du Hamas, mars 2008)
We desire death more than you desire life. Fathi Hamed (Hamas MP)
We are going to win, because they love life and we love death. Hassan Nasrallah (Hizbullah leader)
We love death. The U.S. loves life. That is the big difference between us. Osama bin Laden
The Americans love Pepsi-Cola, we love death. Maulana Inyadullah (al Qaeda operative)
It is the zenith of honor for a man to be prepared to sacrifice his life in order to serve the interests of his nation and his religion. Ayatollah Ali Khamenei
I believe in death, I wanted to kill fifty Jews. Wafa Biss
I swear by Allah that I will turn my body parts into a fire that will burn the occupation soldiers. Umm Suheib (Hamas operative)
This is the story of the Middle East conflict: Islamists’ death cult vs. Israel’s right to life, epitomized by Professor Reuven Feuerstein, the Israeli pioneer who has dedicated his life to advancing Down’s Syndrome people beyond their supposed limits. He has said that “chromosomes will never have the last word”. On the other side you have those who savor "the vivid and delightfully perverse feeling of the spilled blood", as wrote Varlam Salamov, who spent twenty years in the Gulag. No Western society lives in greater intimacy with death than Israel, where too many parents buried their children, where too many victims are still in a coma, where too much blood has spilled, where innocent people live their lives wheelchair-bound Five major wars and terror attacks since Israel’s founding in 1948 have resulted in thousands of disabled veterans and civilian survivors of suicide attacks. Each morning, these people wake up to the worst nightmares epitomizing Israel’s joy de vivre. They are a microcosm of the unfailing spirit so many of us in the West associate with being Israeli. I remember a security guard at the Kiryat Hayovel supermarket who lost his legs; an Australian-born policeman who lost a leg in Neveh Ya’acov; a girl with shrapnel lodged in her brain from the double bombing at the Ben-Yehuda pedestrian mall; a boy who lost his eyesight at Haifa’s Maxim restaurant, or the pregnant policewoman, Shoshi Attiya, who chased down the terrorist in Netanya. I think of them when I read the Western press saying that Israel is the stronger side in the conflict, with the military, the technology, the money, the knowledge base, the capacity to use force, the alliance with the United States— and that before it stands a pitifully weak people, claiming its "rights" and ready for martyrdom in order to obtain them. This is the greatest lie ever sold to public opinion. Israel is fighting the same evil which in Kigali slaughtered those who wear glasses, which in Algeria cut the throats of monks and intellectuals and which in Tokyo used the Nervin gas in the subway. The line of Israeli mothers and children running for a shelter under the "tzeva adom" alarm remind me of that boy with a hat too big for him, the yellow star on his chest and his hands up in the Warsaw ghetto – and the little human dots who jumped from the Twin Towers. We must not try to escape these pictures. Richard Wagner offered us the terrorists’ final scenario: the twilight of the gods and the burning of the planet. It’s our responsibility that those who, from Gaza to Beslan, hang bombs like garlands above their children, who threaten them with death if they cry, who reduce them to drinking their own secretions, will fail in their attempts to accomplish their apocalypse. Giulio Meotti
A chaque nouvel épisode sanglant dans un pays arabe, le culte de la mort de l’islam que les foules expriment devant les caméras ne peut manquer de nous interpeller. (…) D’un point de vue ethnologique, nous pourrions nous contenter d’observer ces différences sans les juger. Mais cela n’est pas possible, car de ces comportements envers les morts naissent des comportements envers les vivants qu’il n’est pas possible d’ignorer et de ne pas condamner. Le sang appelle la vengeance du sang. La vengeance, ce n’est pas l’action que l’on entreprend pour se débarrasser d’une menace ou d’un ennemi. La vengeance ne trouve pas sa récompense dans l’élimination de l’ennemi, mais dans le sang qu’on lui fait verser. Cette différence est importante, elle explique pourquoi les groupes terroristes n’ont pas d’état d’âme quant à leurs cibles. Leur but n’est pas d’affaiblir la force armée qui les opprimerait, mais de faire couler le sang de l’ennemi. L’armée d’Israël ne cherche pas à tuer des civils innocents, mais à éliminer les donneurs d’ordre des factions terroristes. Le seul but de ses interventions, c’est l’élimination d’une menace. Ceux qui prétendent que les groupes terroristes utilisent les moyens qui sont à leur disposition face à une armée sur-puissante font l’impasse sur l’aspect strictement culturel du mode de fonctionnement de ces assassins. C’est leur rapport à la mort qui dicte leur stratégie, et non pas le contexte du rapport de force. Tirer sur des civils est un acte délibéré qui est directement inspiré par leur psyché. Ceci mis au point, il devient légitime de se demander si ce rapport à la mort est lié à leur religion. Le christianisme envisage la mort des martyrs comme une béatification. En aucune façon le martyr doit entraîner ses persécuteurs dans la mort. Ce qui l’attend est de l’ordre du spirituel, une félicité éternelle qui n’est pas de ce monde. Le judaïsme parle d’un monde futur où règne une paix éternelle où sensualité et contingence terrestre auront disparu au profit d’un rapprochement de Dieu. L’islam, en tout cas celui des foules analphabètes et d’un certain nombre de meneurs psychopathes, imagine un au-delà de stupre et de plaisirs on ne peut plus sensuels. Pour le judaïsme et le christianisme, la mort est le passage vers un état spirituel qui n’a plus rien à voir avec la vie d’ici-bas. Pour cet islam, la mort est le passage vers une vie « idéale » où tous les sens du monde réel seront satisfaits, y compris les plaisirs sexuels qui nous sont interdit dans notre vie terrestre. Comment ne pas comprendre que cette mort fantasmée, cette vision obscène et perverse de l’au-delà a des conséquences directes sur la perception de la mort, de la sienne et de celle qu’on inflige à autrui. Adam Harishon
L’erreur la plus répandue lorsque l’on parle des mouvements islamistes contemporains, et notamment du Hamas, consiste à les envisager à l’aide des concepts et des manières de penser propres à l’Occident. La plupart des analyses occidentales du phénomène islamiste ont souvent tendance à sous-estimer, voire à occulter un aspect fondamental, que l’on retrouve dans toutes les différentes mouvances et organisations islamistes : celui des croyances religieuses musulmanes, et plus précisément de l’eschatologie musulmane. C’est ainsi qu’un islamologue français réputé, auteur d’ouvrages importants sur l’islamisme contemporain, peut expliquer la révolution islamique iranienne de 1979 par « l’alliance de la bourgeoisie pieuse et de la jeunesse urbaine pauvre », et que de nombreux journalistes continuent à décrire les auteurs – palestiniens et autres – des attentats-suicide comme des "désespérés" et des laissés pour compte, alors même que toutes les recherches entreprises sur le sujet démontrent que cette grille de lecture sociologique ou marxisante ne correspond pas à la réalité. Il est impossible de comprendre les succès remportés par le Hamas, depuis les élections palestiniennes il y a presque deux ans, et la persistance de l’islamisme – dont de nombreux observateurs occidentaux annoncent régulièrement l’essoufflement ou même la prochaine disparition – si l’on fait abstraction des croyances des acteurs des mouvements islamistes ou si l’on en diminue l’importance, en les considérant comme des balivernes moyenâgeuses dénuées de signification concrète. Il faut écouter ce que disent les islamistes et accorder du poids à leur discours, si l’on veut tenter de comprendre leurs motivations et leurs stratégies. Il est significatif à cet égard de constater que les médias occidentaux, qui parlent régulièrement des événements du Proche-Orient et de la rivalité entre le Hamas et le Fatah, ne mentionnent presque jamais la Charte du mouvement islamiste. Une analyse courante du mouvement islamiste palestinien consiste à en faire un clone du Fatah, dont il ne différerait que par l’habillage religieux donné à son combat contre Israël. Selon cette conception, répandue dans les chancelleries occidentales, il suffirait d’attendre patiemment pour que le Hamas modère ses ambitions et accepte d’entrer dans le jeu des négociations afin de parvenir à une coexistence avec Israël. Le préambule de la Charte du Hamas affirme pourtant de manière claire la centralité du « combat contre les Juifs », qui doit être mené « jusqu’à ce que [les] ennemis soient vaincus et que la victoire d’Allah soit établie ». Pour saisir la conception de l’islam qui est celle du Hamas, il faut accepter de mettre de côté l’idée occidentale de la religion, conçue comme une sphère bien délimitée de l’existence. L’histoire de l’Occident chrétien est en effet celle d’une relégation toujours plus poussée de la part du religieux dans l’existence. C’est pourquoi il est difficile pour un Occidental de se représenter la manière dont un Musulman non occidentalisé peut concevoir l’islam. Un des aspects essentiels – et méconnus – de l’islamisme contemporain est celui des croyances eschatologiques. La dimension eschatologique de l’islam a souvent été minimisée, parfois pour des raisons polémiques, le christianisme se présentant comme la seule religion tournée vers l’au-delà, en rejetant l’islam dans le domaine des seules préoccupations terrestres. Cette dimension oubliée est fondamentale dans la résurgence actuelle d’un islam conquérant, car elle traverse tous les clivages du monde musulman – entre sunnisme et chiisme, entre islam traditionnel et islamisme contemporain – et permet de comprendre de très nombreux aspects du réveil de l’islam. Comme l’explique un historien français (2), « l’eschatologie représente un des traits fondamentaux de la religion musulmane. L’imminence de la fin des temps et du Jugement dernier est l’un des thèmes coraniques les plus anciens et les plus constants, qui parcourt l’ensemble du texte sacré de l’islam ». Mohammed étant le dernier prophète (le "sceau de la prophétie"), sa venue inaugure la dernière période de l’histoire universelle, c’est-à-dire la période eschatologique. Dans son recueil de Hadiths intitulé « Les grands signes de la fin du monde depuis la mission du prophète jusqu’au retour de Jésus », Abdallah al-Hajjaj cite une parole du prophète, affirmant en levant sa main que sa mission et l’Heure dernière étaient rapprochées comme son majeur de son index. Cette croyance à l’imminence de la fin des temps est un aspect fondamental du réveil de l’islam dans le monde actuel, sous ses formes pacifiques et guerrières. L’islam chiite est parfois présenté comme étant le seul à accorder une importance aux considérations eschatologiques. Il est vrai que le thème du retour de l’Imam caché, élément central des croyances de l’islam chiite, se prête facilement aux interprétations eschatologiques. Depuis la révolution islamique iranienne, en 1979, les aspirations eschatologiques occupent le devant de la scène au sein du monde musulman chiite. La croyance en l’imminence du Jugement dernier permet d’expliquer tant les comportements suicidaires, qui se sont multipliés depuis les années 1980, lors de la guerre Iran-Irak, que l’attitude actuelle du dirigeant iranien Ahmadinejad. Mais l’eschatologie est tout autant présente dans l’islam sunnite, et elle joue un rôle central dans le développement des mouvements islamistes sunnites. Toutes les composantes de la mouvance islamiste contemporaine, depuis les Frères musulmans jusqu’au Hamas et à la nébuleuse Al-Qaida, partagent en effet l’espoir de voir le Califat islamique reconstitué et considèrent le "renouveau de l’islam" comme le signe manifeste de la véracité des prophéties concernant la victoire finale de l’islam et sa propagation dans le monde entier… Paul Landau
Quel est l’objectif véritable de la France quand elle prétend parvenir à un « cessez-le-feu immédiat », qui permettra très probablement au Hamas de se réarmer avec l’aide de l’Iran, jusqu’au prochain et inévitable round de l’affrontement contre Israël ? Israël n’est pas prêt d’oublier les récents propos de M. Fabius, au lendemain de l’élimination du chef terroriste Ahmad Jabari, responsable de l’enlèvement de Guilad Shalit et de centaines d’opérations dirigées contre des civils israéliens, affirmant qu’on « n’arrive à rien en pratiquant un regain de violence ». Ces propos s’inscrivent dans le droit fil des déclarations indignes de plusieurs dirigeants français, depuis le « peuple sûr de lui et dominateur » gaullien et jusqu’à la « parenthèse de l’histoire » de Dominique de Villepin, en passant par le « est-ce une agression que de vouloir rentrer chez soi ? » de Michel Jobert… Ils montrent que la diplomatie française n’a pas changé et qu’elle reste fidèle à sa ligne traditionnelle de soutien aux pires régimes arabes, de Saddam Hussein à Yasser Arafat. En renvoyant dos-à-dos un pays démocratique en lutte pour sa survie et une organisation terroriste, M. Fabius vient de montrer une nouvelle fois le visage hideux d’une diplomatie française qui refuse à Israël le droit élémentaire à se défendre contre ses ennemis. La France ne s’honore pas en venant au secours du régime islamiste fanatique de Gaza, au moment même où Israël tente de constituer une coalition internationale contre le Hamas et le Djihad islamique, bras avancé de l’Iran. Au lieu de soutenir, comme l’ont fait les États-Unis, le Canada et l’Allemagne, la juste riposte israélienne face aux attaques incessantes du Hamas, la diplomatie française s’illustre une fois de plus dans l’ignominie et le mensonge. Bureau de l’UPJF

Roquettes et obus de mortier par centaines, missiles anti-tank (10 novembre) et anti-aériens (16 novembre), nouveaux missiles iraniens à longue portée (jusqu’à Tel Aviv et Jérusalem), percement de tunnels massifs sous la frontière, systématisation des boucliers humains et des manipulations médiatiques, lynchages de rue, rhétorique mortifère …

Alors qu’avec le cessez-le-feu à Gaza, les pompom girls occidentales du culte de la mort islamique ont repris leurs imprécations antisémites (pardon: antisionistes) et leurs appels à la levée d’un blocus imaginaire (le blcus actuel ne concerne que les armes) sur l’un des seuls territoires au monde, entre l’Iran et la Corée du nord, contrôlé par un mouvement explicitement terroriste …

Et que, fidèle à elle-même, la France a à nouveau brillé par son refus d’appeler un chat …

Pendant qu’outre la remarquable efficacité du système anti-missile israélien et la mise hors d’état de nuire d’une trentaine de chefs terroristes dont son commandant militaire et de caches de missiles par les forces israéliennes, ceux qui ont des yeux pour voir et des oreilles pour entendre ont pu largement vérifier sur le terrain l’évidence du fonctionnement d’un mouvement qui n’utilise les trêves (tout est dit dans le mot lui-même) que pour mieux réarmer …

Comment ne pas voir, avec le journaliste italien Giulio Meotti, la véritable inversion qu’ont fait subir à nos valeurs de vie (mais l’islam dont ils se réclament est-il autre chose qu’une grossière contrefaçon du message judéo-chrétien?), le véritable culte de la mort servant actuellement de motivation aux fanatiques (pardon: "apocalyptiques") qui dirigent non seulement le Hamas et sa Charte appelant à l’annihilation d’Israël mais la plupart des mouvements censés représenter, au Moyen-Orient, le prétendu "printemps arabe" ?

Gaza is Beslan: "They Love Death, We Love Life"

There is a gap wider than the ocean between the way Israelis look at life and the way the Hamas – and not only the Hamas – do.

Giulio Meotti

Arutz Sheva

November 21, 2012

The writer, an Italian journalist with Il Foglio, writes a twice-weekly column for Arutz Sheva. He is the author of the book "A New Shoah", that researched the personal stories of Israel’s terror victims, published by Encounter. His writing has appeared in publications, such as the Wall Street Journal, Frontpage and Commentary. He is at work on a book about the Vatican and Israel.

Hamas MP Fathi Hamed, addressing Israel, said, “We desire death more than you desire life".

That SS Death Heads’ cry is the root of the conflict in Gaza and in the Middle East.

"We are going to win, because they love life and we love death," said Hizbullah leader Hassan Nasrallah in the same vein.

Osama bin Laden declared: "We love death. The U.S. loves life. That is the big difference between us."

"The Americans love Pepsi-Cola, we love death," explained al Qaeda operative Maulana Inyadullah.

Ayatollah Ali Khamenei declared: "It is the zenith of honor for a man to be prepared to sacrifice his life in order to serve the interests of his nation and his religion."

Hamas’s armed wing reported that it has prepared its forces in Gaza to engage the Israeli army by deploying “suicide units", read women. In Arabic it’s the "istishhadiyah", the female version of martyrdom.

When a journalist asked her if she was ready to kill Jewish children too, the [Arab]woman replied: "Yes, all, infants and children".

My fellow journalists prefer not seeing the dormitories, the schools, the streets, the sports arenas and the events named for these messengers of death by the Palestinian Authority and Hamas.

There are 88 cases of Palestinian women who have so far chosen to die in order to bring death to the Israelis, civilian and military. The Shin Bet, Israel’s internal intelligence service, found that 33 percent of them were college graduates. They are called "the purest of bees". Hamas founder Ahmad Yassin issued a fatwa justifying the suicide operations for women.

Kahira Saadi, a mother of four, never expressed regret for the role she played in the attack that killed four Israelis, including Zipi Shemesh, a Jewish mother pregnant with twins, and her husband Gad.

Wafa Biss wanted to become a martyr from childhood: "I believe in death, I wanted to kill fifty Jews". Wafa tried to blow herself up in a hospital with nine kilos of explosives between her legs. When a journalist asked her if she was ready to kill Jewish children too, the woman replied: "Yes, all, infants and children".

Ayat al Akhras was eighteen years old when she blew herself up in a supermarket in Jerusalem.

Female suicide bombers provided Hamas with an element of surprise and an easier way to pass through Israeli checkpoints. In a video recorded in December 2008, Hamas operative Umm Suheib proclaims: "I swear by Allah that I will turn my body parts into a fire that will burn the occupation soldiers".

A 57 years Palestinian grandmother blew herself up in Jabaliya, among a group of Israeli soldiers.

In Gaza today there are women who promote a campaign of immolation as human shields. They are the "matriarchs of Hamas," and some of them even got a seat in Gaza’s Parliament. Their leader is Jamila Shanti, the widow of former Hamas leader, Dottor Rantisi.

Gaza is like Chechnya, where women took part in suicide missions against the Russians. On the passenger list of planes blown up in 2004 there were the names of two Chechen women. They are known as "black widows". Another two detonated themselves a few meters from the Kremlin. In the siege of the Dubrovka theater in Moscow, half of the terrorists were women. In Chechnya, women led 43 percent of the suicide attacks since 2000. Female terrorists took part in the Beslan’s Apocalypse.

This is also what’s at stake today in Gaza: the Jews’ enemies are willing to die in order to bring death to as many people as possible, while Israeli soldiers are willing to die so as to guarantee life for others.

In Palestinian society, the most famous disabled person was Hamas founder Ahmed Yassin. In Iraq, terrorists used disabled women for suicide attacks. In Israel, Down syndrome youth can ask to be inducted into the army for that purpose.

This is the story of the Middle East conflict: Islamists’ death cult vs. Israel’s right to life, epitomized by Professor Reuven Feuerstein, the Israeli pioneer who has dedicated his life to advancing Down’s Syndrome people beyond their supposed limits. He has said that “chromosomes will never have the last word”.

On the other side you have those who savor "the vivid and delightfully perverse feeling of the spilled blood", as wrote Varlam Salamov, who spent twenty years in the Gulag.

No Western society lives in greater intimacy with death than Israel, where too many parents buried their children, where too many victims are still in a coma, where too much blood has spilled, where innocent people live their lives wheelchair-bound

Five major wars and terror attacks since Israel’s founding in 1948 have resulted in thousands of disabled veterans and civilian survivors of suicide attacks. Each morning, these people wake up to the worst nightmares epitomizing Israel’s joy de vivre. They are a microcosm of the unfailing spirit so many of us in the West associate with being Israeli.

I remember a security guard at the Kiryat Hayovel supermarket who lost his legs; an Australian-born policeman who lost a leg in Neveh Ya’acov; a girl with shrapnel lodged in her brain from the double bombing at the Ben-Yehuda pedestrian mall; a boy who lost his eyesight at Haifa’s Maxim restaurant, or the pregnant policewoman, Shoshi Attiya, who chased down the terrorist in Netanya.

I think of them when I read the Western press saying that Israel is the stronger side in the conflict, with the military, the technology, the money, the knowledge base, the capacity to use force, the alliance with the United States— and that before it stands a pitifully weak people, claiming its "rights" and ready for martyrdom in order to obtain them. This is the greatest lie ever sold to public opinion.

Israel is fighting the same evil which in Kigali slaughtered those who wear glasses, which in Algeris cut the throats of monks and intellectuals and which in Tokyo used the Nervin gas in the subway.

The line of Israeli mothers and children running for a shelter under the "tzeva adom" alarm remind me of that boy with a hat too big for him, the yellow star on his chest and his hands up in the Warsaw ghetto – and the little human dots who jumped from the Twin Towers. We must not try to escape these pictures.

Richard Wagner offered us the terrorists’ final scenario: the twilight of the gods and the burning of the planet. It’s our responsibility that those who, from Gaza to Beslan, hang bombs like garlands above their children, who threaten them with death if they cry, who reduce them to drinking their own secretions , will fail in their attempts to accomplish their apocalypse.

Voir aussi:

La diplomatie française au secours du Hamas

Le Bureau de l’UPJF

18 novembre 2012

Au quatrième jour de l’Opération « Pilier de Défense », lancée par Israël pour protéger ses citoyens exposés aux tirs incessants des missiles du Hamas, la diplomatie française tente d’obtenir un « cessez-le-feu immédiat », qui risque de faire perdre à Israël tout le bénéfice de la guerre défensive déclenchée il y a moins d’une semaine. Cette initiative française soulève de nombreuses questions quant aux motivations profondes du quai d’Orsay et de son actuel occupant : – Où était M. Laurent Fabius ces dernières semaines, quand Israël subissait sans réagir les tirs incessants de roquettes sur les villes du Sud et qu’un million de ses citoyens vivaient quotidiennement dans la peur et l’angoisse pour leur vie et celle de leurs enfants ?

- Pourquoi la diplomatie française ne se réveille que lorsque l’État juif met fin à sa retenue pour frapper sans merci le Hamas, organisation terroriste fanatique qui gouverne la bande de Gaza depuis le retrait israélien en 2005 ?

- Quel est l’objectif véritable de la France quand elle prétend parvenir à un « cessez-le-feu immédiat », qui permettra très probablement au Hamas de se réarmer avec l’aide de l’Iran, jusqu’au prochain et inévitable round de l’affrontement contre Israël ?

Israël n’est pas prêt d’oublier les récents propos de M. Fabius, au lendemain de l’élimination du chef terroriste Ahmad Jabari, responsable de l’enlèvement de Guilad Shalit et de centaines d’opérations dirigées contre des civils israéliens, affirmant qu’on « n’arrive à rien en pratiquant un regain de violence ».

Ces propos s’inscrivent dans le droit fil des déclarations indignes de plusieurs dirigeants français, depuis le « peuple sûr de lui et dominateur » gaullien et jusqu’à la « parenthèse de l’histoire » de Dominique de Villepin, en passant par le « est-ce une agression que de vouloir rentrer chez soi ? » de Michel Jobert…

Ils montrent que la diplomatie française n’a pas changé et qu’elle reste fidèle à sa ligne traditionnelle de soutien aux pires régimes arabes, de Saddam Hussein à Yasser Arafat. En renvoyant dos-à-dos un pays démocratique en lutte pour sa survie et une organisation terroriste, M. Fabius vient de montrer une nouvelle fois le visage hideux d’une diplomatie française qui refuse à Israël le droit élémentaire à se défendre contre ses ennemis.

La France ne s’honore pas en venant au secours du régime islamiste fanatique de Gaza, au moment même où Israël tente de constituer une coalition internationale contre le Hamas et le Djihad islamique, bras avancé de l’Iran. Au lieu de soutenir, comme l’ont fait les États-Unis, le Canada et l’Allemagne, la juste riposte israélienne face aux attaques incessantes du Hamas, la diplomatie française s’illustre une fois de plus dans l’ignominie et le mensonge.

Voir également:

Palestiniens/vidéos : Une insatiable jouissance du sang

Shraga Blum

Israel-flash- europe-israel

Aschkel

novembre 22nd, 2012

Les images insoutenables des corps mutilés des six Palestiniens accusés d’avoir collaboré avec Israël ont déjà fait le tout du monde…Et

Shraga Blum

Le Hamas ne s’est pas contenté de faire exécuter ces six individus sans autre forme de procès, mais leurs corps ont été exposés dans la rue, avant d’être piétinés, mutilés par une foule en liesse hystérique qui pataugeait et crachait dans leur sang.

L’un des cadavres à même été attaché par une corde à une motocyclette qui l’a traînée dans les rues de Gaza, accompagnée de Palestiniens en délire qui tiraient en l’air en signe de joie et de victoire.

Malheureusement pour la propagande du Hamas, généralement plus avisée, les exécutants de ce massacre ont librement laissé les spectateurs comblés – dont de nombreux enfants – filmer et photographier ces scènes avant de les diffuser sur les réseaux sociaux.

Ainsi se retournait contre le Hamas l’arme favorite dont il use et abuse depuis une semaine : la diffusion de clichés de blessés ou morts arabes, de préférence ensanglantés – la plupart pris d’ailleurs en Syrie – destinés à présenter Israël comme étant un pays barbare.

Interrogés par les médias occidentaux, les responsables du Hamas à Gaza et à l’étranger, mis au pied du mur, ont redoublé de ruse et ont une fois de plus menti effrontément en disant « regretter ces scènes » et affirmant « que ces collaborateurs auraient dû bénéficier d’un procès ». Comme c’est le cas en général…

Ces scènes tournées dans la sphère du Hamas sont à relier directement à celles qui avaient choqué le pays lors du terrible lynch de Ramallah, fief du Fatah, le 12 octobre 2000, où une foule en liesse avait massacré et mutilé deux malheureux réservistes israéliens dont le seul tort avait été d’entrer par erreur dans la ville.

Là aussi, des scènes terribles avaient été immortalisées, notamment celle d’un Arabe palestinien faisant le « V » de la victoire depuis les fenêtres du commissariat devant une foule exaltée à la vue du sang sur ses mains. A l’époque, Arafat avait usé de menaces sur les reporters étrangers afin qu’ils renoncent à diffuser ces images, mais aujourd’hui ce genre de procédé n’est plus possible n’importe quel enfant peut désormais diffuser des photos dans le monde entier depuis son téléphone portable.

Les exemples sont encore nombreux de cette fascination morbide et meurtrière pour le sang qui règne dans la culture arabo-musulmane.

Il faut le dire même si cela sort du cadre du politiquement correct : il y a un abîme culturel et civilisationnel entre le Judaïsme et l’Islam notamment sur cette question. Sauf très rares exceptions, jamais les médias israéliens, ni Tsahal ni même les citoyens n’ont diffusé des images choquantes après des attentats, et les scènes d’horreur étaient toujours rapidement nettoyées afin « que la vie reprenne ». Personne au monde n’a vu par exemple sur ses écrans les images des corps des trois victimes de Kiryat Malakhi, car la pudeur juive n’a d’égale que le goût du sang chez nos ennemis.

Israël en paie paradoxalement le prix fort en termes d’image, puisque les foyers de la planète sont inondés d’images à charge contre l’Etat juif, même si elles sont la plupart du temps tronquées, alors qu’Israël enterre ses morts dans la discrétion et le respect qui leur est dû ainsi qu’à leurs familles.

Il suffit de voir les scènes de liesse à Gaza lorsqu’un attentat touche des civils israéliens pour comprendre qu’il s’agit de deux mondes antagonistes, l’un sanctifiant la vie et la morale, l’autre vénérant la violence et la mort.

Une ligne bien rouge relie ceux qui sèment la mort à travers le monde au nom du Coran : un goût ancestral pour la violence, le mensonge, le chantage et le sang.

Voir encore:

Un culte de la mort obscène

Adam Harishon

Adam’s chronicles

novembre 20th, 2012

A chaque nouvel épisode sanglant dans un pays arabe, le culte de la mort de l’islam que les foules expriment devant les caméras ne peut manquer de nous interpeller:

1/ Dans son étalage public, sang, blessés, cadavres : la mort s’exhibe. Elle s’accompagne de l’hystérie collective, des cris, des pleurs, des menaces, de portraits géants comme si la douleur de ceux qui sont touchés par la perte d’un des leurs n’avaient de sens que si chacun pouvait voir, toucher le cadavre. Ce rapport sensuel, voyeur et sans pudeur à la mort est tellement éloigné de notre propre sensibilité à nous qui couvrons nos morts, qui pleurons en silence, qui évitons toutes photos, qu’il est impossible de ne pas s’interroger sur les conséquences de ces différences.

D’un point de vue ethnologique, nous pourrions nous contenter d’observer ces différences sans les juger. Mais cela n’est pas possible, car de ces comportements envers les morts naissent des comportements envers les vivants qu’il n’est pas possible d’ignorer et de ne pas condamner.

2/ Le sang appelle la vengeance du sang. La vengeance, ce n’est pas l’action que l’on entreprend pour se débarrasser d’une menace ou d’un ennemi. La vengeance ne trouve pas sa récompense dans l’élimination de l’ennemi, mais dans le sang qu’on lui fait verser. Cette différence est importante, elle explique pourquoi les groupes terroristes n’ont pas d’état d’âme quant à leurs cibles. Leur but n’est pas d’affaiblir la force armée qui les opprimerait, mais de faire couler le sang de l’ennemi.

L’armée d’Israël ne cherche pas à tuer des civils innocents, mais à éliminer les donneurs d’ordre des factions terroristes. Le seul but de ses interventions, c’est l’élimination d’une menace. Ceux qui prétendent que les groupes terroristes utilisent les moyens qui sont à leur disposition face à une armée sur-puissante font l’impasse sur l’aspect strictement culturel du mode de fonctionnement de ces assassins. C’est leur rapport à la mort qui dicte leur stratégie, et non pas le contexte du rapport de force. Tirer sur des civils est un acte délibéré qui est directement inspiré par leur psyché.

Ceci mis au point, il devient légitime de se demander si ce rapport à la mort est lié à leur religion.

3/ Le christianisme envisage la mort des martyrs comme une béatification. En aucune façon le martyr doit entraîner ses persécuteurs dans la mort. Ce qui l’attend est de l’ordre du spirituel, une félicité éternelle qui n’est pas de ce monde. Le judaïsme parle d’un monde futur où règne une paix éternelle où sensualité et contingence terrestre auront disparu au profit d’un rapprochement de Dieu.

L’islam, en tout cas celui des foules analphabètes et d’un certain nombre de meneurs psychopathes, imagine un au-delà de stupre et de plaisirs on ne peut plus sensuels. Pour le judaïsme et le christianisme, la mort est le passage vers un état spirituel qui n’a plus rien à voir avec la vie d’ici-bas. Pour cet islam, la mort est le passage vers une vie « idéale » où tous les sens du monde réel seront satisfaits, y compris les plaisirs sexuels qui nous sont interdit dans notre vie terrestre.

Comment ne pas comprendre que cette mort fantasmée, cette vision obscène et perverse de l’au-delà a des conséquences directes sur la perception de la mort, de la sienne et de celle qu’on inflige à autrui.

C’est cette vision de la mort qui est responsable de la vision de la vie de ces nazislamistes.

Dans l’univers mental de ces fous, la vie de leurs compatriotes n’a pas plus de valeur que celle de leurs ennemis.

Ces scories de l’islam populaire polluent le monde musulman dans sa totalité.

Ces foules en délire, hystériques dans la douleur quand elles accompagnent leurs morts et hystériques dans la joie quand elles font couler le sang de l’ennemi ne seront pas éduquées avant plusieurs générations tant que de tels leaders les manipuleront.

Nous n’avons pas à hésiter à éliminer les uns après les autres de tels pervers.

Voir de même:

Le Hamas : un mouvement islamiste apocalyptique

Paul Landau

19/11/2012

(Alors que les médias israéliens évoquent l’éventualité d’un "cessez-le-feu" entre Israël et le Hamas, il est essentiel de comprendre la nature profonde du mouvement islamiste palestinien, pour être en mesure d’apprécier ses motivations et ses aspirations. C’est l’objet de l’analyse ci-dessous. Paul Landau.)

L’erreur la plus répandue lorsque l’on parle des mouvements islamistes contemporains, et notamment du Hamas, consiste à les envisager à l’aide des concepts et des manières de penser propres à l’Occident. La plupart des analyses occidentales du phénomène islamiste ont souvent tendance à sous-estimer, voire à occulter un aspect fondamental, que l’on retrouve dans toutes les différentes mouvances et organisations islamistes : celui des croyances religieuses musulmanes, et plus précisément de l’eschatologie musulmane.

C’est ainsi qu’un islamologue français réputé, auteur d’ouvrages importants sur l’islamisme contemporain, peut expliquer la révolution islamique iranienne de 1979 par « l’alliance de la bourgeoisie pieuse et de la jeunesse urbaine pauvre » (1), et que de nombreux journalistes continuent à décrire les auteurs – palestiniens et autres – des attentats-suicide comme des "désespérés" et des laissés pour compte, alors même que toutes les recherches entreprises sur le sujet démontrent que cette grille de lecture sociologique ou marxisante ne correspond pas à la réalité.

Il est impossible de comprendre les succès remportés par le Hamas, depuis les élections palestiniennes il y a presque deux ans, et la persistance de l’islamisme – dont de nombreux observateurs occidentaux annoncent régulièrement l’essoufflement ou même la prochaine disparition – si l’on fait abstraction des croyances des acteurs des mouvements islamistes ou si l’on en diminue l’importance, en les considérant comme des balivernes moyenâgeuses dénuées de signification concrète.

Il faut écouter ce que disent les islamistes et accorder du poids à leur discours, si l’on veut tenter de comprendre leurs motivations et leurs stratégies. Il est significatif à cet égard de constater que les médias occidentaux, qui parlent régulièrement des événements du Proche-Orient et de la rivalité entre le Hamas et le Fatah, ne mentionnent presque jamais la Charte du mouvement islamiste.

Que veut le Hamas?

Une analyse courante du mouvement islamiste palestinien consiste à en faire un clone du Fatah, dont il ne différerait que par l’habillage religieux donné à son combat contre Israël. Selon cette conception, répandue dans les chancelleries occidentales, il suffirait d’attendre patiemment pour que le Hamas modère ses ambitions et accepte d’entrer dans le jeu des négociations afin de parvenir à une coexistence avec Israël.

Le préambule de la Charte du Hamas affirme pourtant de manière claire la centralité du « combat contre les Juifs », qui doit être mené « jusqu’à ce que [les] ennemis soient vaincus et que la victoire d’Allah soit établie ». Pour saisir la conception de l’islam qui est celle du Hamas, il faut accepter de mettre de côté l’idée occidentale de la religion, conçue comme une sphère bien délimitée de l’existence. L’histoire de l’Occident chrétien est en effet celle d’une relégation toujours plus poussée de la part du religieux dans l’existence. C’est pourquoi il est difficile pour un Occidental de se représenter la manière dont un Musulman non occidentalisé peut concevoir l’islam.

L’eschatologie, au cœur du conflit entre l’islam et l’Occident

Un des aspects essentiels – et méconnus – de l’islamisme contemporain est celui des croyances eschatologiques. La dimension eschatologique de l’islam a souvent été minimisée, parfois pour des raisons polémiques, le christianisme se présentant comme la seule religion tournée vers l’au-delà, en rejetant l’islam dans le domaine des seules préoccupations terrestres.

Cette dimension oubliée est fondamentale dans la résurgence actuelle d’un islam conquérant, car elle traverse tous les clivages du monde musulman – entre sunnisme et chiisme, entre islam traditionnel et islamisme contemporain – et permet de comprendre de très nombreux aspects du réveil de l’islam.

Comme l’explique un historien français (2), « l’eschatologie représente un des traits fondamentaux de la religion musulmane. L’imminence de la fin des temps et du Jugement dernier est l’un des thèmes coraniques les plus anciens et les plus constants, qui parcourt l’ensemble du texte sacré de l’islam ». Mohammed étant le dernier prophète (le "sceau de la prophétie"), sa venue inaugure la dernière période de l’histoire universelle, c’est-à-dire la période eschatologique.

Dans son recueil de Hadiths intitulé « Les grands signes de la fin du monde depuis la mission du prophète jusqu’au retour de Jésus », Abdallah al-Hajjaj cite une parole du prophète, affirmant en levant sa main que sa mission et l’Heure dernière étaient rapprochées comme son majeur de son index. Cette croyance à l’imminence de la fin des temps est un aspect fondamental du réveil de l’islam dans le monde actuel, sous ses formes pacifiques et guerrières.

L’islam chiite est parfois présenté comme étant le seul à accorder une importance aux considérations eschatologiques. Il est vrai que le thème du retour de l’Imam caché, élément central des croyances de l’islam chiite, se prête facilement aux interprétations eschatologiques. Depuis la révolution islamique iranienne, en 1979, les aspirations eschatologiques occupent le devant de la scène au sein du monde musulman chiite. La croyance en l’imminence du Jugement dernier permet d’expliquer tant les comportements suicidaires, qui se sont multipliés depuis les années 1980, lors de la guerre Iran-Irak, que l’attitude actuelle du dirigeant iranien Ahmadinejad.

La dimension eschatologique du mouvement islamiste sunnite

Mais l’eschatologie est tout autant présente dans l’islam sunnite, et elle joue un rôle central dans le développement des mouvements islamistes sunnites. Toutes les composantes de la mouvance islamiste contemporaine, depuis les Frères musulmans jusqu’au Hamas et à la nébuleuse Al-Qaida, partagent en effet l’espoir de voir le Califat islamique reconstitué et considèrent le "renouveau de l’islam" comme le signe manifeste de la véracité des prophéties concernant la victoire finale de l’islam et sa propagation dans le monde entier…

A SUIVRE…

http://paullandau.20minutes-blogs.fr/

Note de Menahem Macina

[Pour mémoire, Paul Landau est l'auteur de deux livres sur le sujet :

1. « Le sabre et le Coran : Tariq Ramadan et les Frères musulmans à la conquête de l'Europe »

2. « Pour Allah jusqu'à la mort : Enquête sur les convertis à l'islam radical ».]

 Voir enfin:

Ceasefire Agreement Comes Into Effect

IDF

November 21, 2012

A short while ago, a ceasefire agreement regarding the fighting in the south, came into effect. Following eight days of operations, the IDF has accomplished its pre-determined objectives for Operation Pillar of Defense, and has inflicted severe damage to Hamas and its military capabilities.

As a result of IDF operations, the command and control apparatus of Hamas was significantly struck, beginning with the targeting of the commander of the military wing of Hamas, Ahmed Jabri, continuing with the targeting of broad terrorist infrastructure, facilities and military bases, as well as the destruction of dozens of smuggling and explosive tunnels.

During the operation, the IDF damaged and destroyed significant elements of Hamas’ strategic capabilities, among them. Amongst those capabilities were long-range (over 40 km) and hundreds of short- and medium-range rocket launchers. These actions have severely impaired Hamas’ launching capabilities, resulting in a decreasing number of rockets being fired from the Gaza Strip. The ‘Iron Dome’ defense system has accomplished high rate of successful interceptions (84%) and Hamas’ accuracy with regards to hitting populated areas within Israel remained below 7%.

IDF soldiers, in regular and reserve military service, gathered in assembly areas and prepared for the ground operation. Their time was used for training and improving their operational capabilities.

These operational achievements provided the underlying framework for this evening’s ceasefire agreement.

At this time, Israeli residents are requested to continue to pay attention to Home Front Command’s instructions.

Over the course of Operation Pillar of Defense, the IDF targeted over 1,500 terror sites including 19 senior command centers, operational control centers and Hamas’ senior-rank headquarters, 30senior operatives, damaging Hamas’ command and control, hundreds of underground rocket launchers, 140 smuggling tunnels, 66 terror tunnels, dozens of Hamas operation rooms and bases,26 weapon manufacturing and storage facilities and dozens of long-range rocket launchers and launch sites.

Senior Operatives Targeted:

Ahmed Jabari, head of Hamas’ military wing – targeted on November 14

Hab’s Hassan Us Msamch, senior operative in Hamas’ police – targeted on November 15

Ahmed Abu Jalal, Commander of the military wing in Al-Muazi – targeted on November 16

Khaled Shaer, senior operative in the anti-tank operations – targeted on November 16

Osama Kadi, senior operative in the smuggling operations in the southern Gaza Strip – targeted on November 17

Muhammad Kalb, senior operative in the aerial defense operations – targated on November 17

Ramz Harb, Islamic Jihad senior operative in propaganda in Gaza city – targeted on November 19

Number of Rocket Launches Toward Israel During the Operation:

November 14: 75 rockets

November 15: 316 rockets

November 16: 228 rockets

November 17: 237 rockets

November 18: 156 rockets

November 19: 143 rockets

November 20: 221 rockets

November 21 (Until 21:00): 130 rockets

Rocket Launched Towards Israel:

Total number of rockets launched from the Gaza Strip: 1,506 rockets

Number of rockets hit open areas: 875 rockets

Number of rockets hit urban areas: 58 rockets

“Iron Dome” interceptions: 421 rockets

Failed launching attempts: 152 rockets

Israeli Casualties:

Fatalities: 5

Injuries: 240

Voir encore:

IDF Tracked Rockets From Iran to Hamas

Akhikam Moshe David. Translated from Maariv (Israel).

The smuggling operation was highly complex. The Fajr-5 rockets made in Iran, each six meters long, were transported all the way from their country of origin — dismantled and re-assembled along the way, smuggled via the Gaza Strip tunnels and then hoisted out using cranes — until they were positioned at their launching sites in Gaza.

Summary:

The Israel Defense Forces had been tracking the shipment of Fajr-5 missiles from Iran for over a year before the Israeli strike, reports Akhikam Moshe David.

However, the smugglers were unaware that all that time, for over a year, IDF intelligence, headed by Maj. Gen. Aviv Kochavi, was after them, tracking them down from the moment they left Iran, targeting and destroying the rockets in a matter of minutes.

While Operation Pillar of Defense started with the targeting and killing of Hamas’ military chief in Gaza Ahmed Jabari, the terror organizations in the Gaza Strip were in for an even bigger shock when they realized that virtually the entire lineup of Fajr-5 rockets was eliminated in the space of a few minutes. The Fajr-5 rockets were the most potent weapons in the arsenal of Hamas and the Islamic Jihad. The rockets have a potential range of up to 75 km (47 miles), and they thus may threaten Israel’s central Dan district.

The terror organizations had been stockpiling the Fajr-5 rockets in hidden storage sites over a long period of time, intending to use them on the "day of judgment” as a “tie-breaker” weapon

The smuggling of rockets into the Gaza Strip was foiled, in part, far away from Gaza. According to reports by foreign sources, it was Israel that bombed the weapon-carrying convoys that left Iran on their way to Gaza.

The long rockets were dismantled into several parts by the smugglers before moving them through the tunnels, while storage sites were prepared for them in Gaza. Israeli intelligence operatives detected excavations in various places across the Gaza Strip, mainly near civilian population centers. These column-like holes were dug out, and the rockets transferred through the tunnels and hoisted out by cranes, which then hid the rockets deep down in the holes, ready for launching in their pre-planned directions. To each launching site, a special operator was assigned so that each knew where “his" rocket, the one he was to fire when the day came, was located.

All through that time, IDF intelligence analyzed the data collected and charted the map of rocket deployment, detailing the exact location of each one, its type, where it was pointed and the nature of its immediate surroundings. Once the intelligence elements identified each rocket and its surrounding area, the information was passed on to the Israel air force.

In this way, an accurate bank of targets was prepared in the course of over a year. The innocent-looking launching sites, covered by soil, were supposed to go into action when the time came. However, the IDF was ahead of them: Just a few minutes following the targeting and killing of Jabari, the second wave of air strikes was already underway and within a quarter of an hour, virtually the entire lineup of Fajr-5 rockets was eliminated.


Société: Cachez cette différence que je ne saurai voir (When in doubt, sexualize or butcher the quote!)

21 novembre, 2012
http://vulpeslibris.files.wordpress.com/2009/01/victorians.jpg?w=280&h=443Il n’y a plus ni Juif ni Grec, il n’y a plus ni esclave ni homme libre, il n’y a plus ni homme ni femme; car tous vous êtes un en Jésus-Christ. Paul
C’est dingue ! Si on n’est pas branchée sex-toys, si on n’aime pas parler de masturbation en gloussant autour d’un mojito, et qu’on ne cumule pas les amants, on est… nulle. Anonyme
It’s easier to mangle an analogy and ridicule it than grapple with its reality. Volkoh
"Hooking up" is a common phrase among young people today, but as journalist Stepp (author of Our Last Best Shot, 2000) discovered, the term is nebulous in meaning. Covering a range of sexual behavior, hooking up can mean anything from kissing to intercourse, as well as everything in between. Stepp conducted extensive interviews with young women in high school and college to find out how this casual approach to sexual encounters is affecting a generation. What she learned is that in large part hooking up had supplanted dating, with both young men and women eschewing deeper relationships for casual encounters with little or no commitment involved. Stepp looks at how the culture of today fosters these attitudes, noting that when young women are expected to excel at school and have numerous outside activities, many feel they don’t have time to form a deeper bond with a significant other. Eye-opening and powerful, Stepp’s book also offers empowering advice for women as they navigate today’s sexual landscape. Kristine Huntley
What makes hooking up unique is that its practitioners agree that there will be no commitment, no exclusivity, no feelings. The girls adopt the crude talk of crude boys: They speak of hitting it, of boy toys and filler boys, "my plaything" and "my bitch." Why hook up? According to Stepp, college women, obsessed with academic and career success, say they don’t have time for a real relationship; high school girls say lovey-dovey relationships give them the "yucks". Stepp is troubled: How will these girls learn how to be loving couples in this hook-up culture? Where will they practice the behavior needed to sustain deep and long-term relationships? If they commit to a lack of commitment, how will they ever learn to be intimate? These questions sound reasonable at first, until one remembers that life just doesn’t work that way (…) In fact, Unhooked can be downright painful to read. The author resurrects the ugly, old notion of sex as something a female gives in return for a male’s good behavior, and she imagines the female body as a thing that can be tarnished by too much use. She advises the girls, « He will seek to win you over only if he thinks you’re a prize." And goes on to tell them, "In a smorgasbord of booty, all the hot dishes start looking like they’ve been on the warming table too long." It seems strange to have to state the obvious all over again: Both males and females should work hard to gain another’s affection and trust. And one’s sexuality is not a commodity that, given away too readily and too often, will exhaust or devalue itself. Tell girls that it is such a commodity (as they were told for a number of decades), and they will rebel. The author is conflating what the girls refuse to conflate: love and sexuality. Sometimes they coexist, sometimes not. Loving, faithful marriages in which the sex life has cooled are as much a testament to that fact as a lustful tryst that leads nowhere. In the final chapter, Stepp writes a letter to mothers and daughters, in which she warns the girls: « Your body is your property. . . . Think about the first home you hope to own. You wouldn’t want someone to throw a rock through the front window, would you? » And: « Pornographic is grinding on the dance floor like a dog in heat. It leaves nothing to the imagination. » The ugliness of these images seems meant to instill sexual shame. Stepp is most thought-provoking when she considers the culture at large: All the females she interviews come from reasonably well-off families, we’re told, and all are ambitious. "Hooking up enables a young woman to practice a piece of a relationship, the physical, while devoting most of her energy to staying on the honor roll . . . playing lacrosse . . . and applying to graduate programs in engineering." In a culture that values money and fame above all, that eschews failure, bad luck, trouble and pain, none of us speaks the language of love and forbearance. But it is not hooking up that has created this atmosphere. Hooking up is either a faithful reflection of the culture, a Darwinian response to a world where half the marriages end in divorce, or it is an attempt at something new. Perhaps, this generation, by making sex less precious, less a commodity, will succeed in putting simple humanity back into sex. Why bring someone into your bed? Maybe because she is brilliant and has a whimsical sense of humor, or he is both sarcastic and vulnerable, and has beautiful eyes. And perhaps as this generation grows up, they will come to relish other sides of an intimate relationship more than we have: the friendship, the shared humor, the familiar and loved body next to you in bed at night. This is the most hopeful outcome of the culture Stepp describes, but no less possible than the outcome she fears — a generation unable to commit, unable to weather storms or to stomach second place or really to love at all. Kathy Dobie
Suppose that everything we think we know about ‘The Victorians’ is wrong? That we have persistently misrepresented their culture, perhaps to make ourselves feel more satisfyingly liberal and sophisticated? What if they were much more fun than we ever suspected? As Matthew Sweet shows us in this brilliant study, many of the concepts that strike us as terrifically new – political spin-doctoring, extravagant publicity stunts, hardcore pornography, anxieties about the impact of popular culture upon children – are Victorian inventions. Most of the pleasures that we imagine to be our own, the Victorians enjoyed first: the theme park, the shopping mall, the movies, the amusement arcade, the crime novel and the sensational newspaper report. They were engaged in a well-nigh continuous search for bigger and better thrills. If Queen Victoria wasn’t amused, then she was in a very small minority . . . Matthew Sweet’s book is an attempt to re-imagine the Victorians; to suggest new ways of looking at received ideas about their culture; to distinguish myth from reality; to generate the possibility of a new relationship between the lives of 19th-century people and our own. Inventing the Victorians (Book presentation)
Butchering quotations or taking things out of context quotes is unfair, but when the butchered text is then ridiculed further, the unfairness tends to be compounded. So it was with great interest that I followed Glenn Reynolds’ "ridicule and ellipsis" link to Eugene Volokh’s take on a WaPo book review which butchered the author’s words until they looked ridiculous enough to ridicule, then ridiculed them for looking ridiculous! (…) Although times have changed (along with, fortunately, the consequences of lost virginity), this is not complicated stuff. To understand it does not involve social conservatism, nor is it necessarily about morality. (I think it’s more about mechanics, laws of physics, coupled with basic self awareness.) It’s just that on this one key point, there is a huge difference between men and women. A Basic. Biological. Difference. (Sorry if I plagiarized your technique, Rachel Lucas, wherever you are.) Mechanically and from a mental perspective, sex is just very different for the two sexes. It’s inherently more special for women than for men, and that’s reflected in the nature of the way the gametes are both presented and delivered. One egg released per month versus hundreds of millions of sperm cells released for every male ejaculation. The rare and precious versus the common; the internal versus the external. Because of the mechanics involved in sexual penetration, the loss of virginity in women is accomplished by the breaking of something which can never be restored as it once was. The "loss" of virginity in men, on the other hand, is not a loss, but a gain. A man’s first sexual experience involves a physical venturing out and a penetration into a hitherto unknown area, into which an invading army of tiny millions is released. The accomplishment of this act for the first time is a demonstration to the man that his reproductive system is functional and working properly. In this regard, it makes no sense to speak in terms of a "loss" of male "virginity"; it is actually a gain of a new skill, one which is required if he is to do it again. Thus, what has been "broken" for the woman has, for the man, been "fixed." I don’t think it’s complicated at all. I just don’t think most people are comfortable recognizing any reality which goes to the difference between the sexes.(…) It strikes me that shaming virginity is just as bad as shaming the loss of it. And why the refusal to acknowledge that it’s a different thing for men and women? I can’t help but wonder whether the deliberate disregard of the differences between the sexes might be another form of sexual shame. Classical values
In a 2000 lecture dealing with (among other things) the mutation of "virtues" into "values," Gertrude Himmelfarb asked whether the covering of piano legs by Victorians really involved sexuality: This mutation in the word "virtue" has the effect first of narrowing the meaning of the word, reducing it to a matter of sexuality alone; and then of belittling and disparaging the sexual virtues themselves. These virtues, chastity and fidelity, have been further trivialized by the popular conception of Victorians as pathologically inhibited and repressed. Thus "Victorian values" have been associated with piano legs modestly sheathed in pantaloons, human as well as table legs referred to as "limbs," and books by men and women authors dwelling chastely on separate shelves in country-house libraries. In fact, these were not the normal (or even abnormal) practices of real Victorians. They were often the inventions of contemporary satirists (writers in Punch, for example), which have been perpetuated by gullible historians. "The woman who draped the legs of her piano", one historian solemnly informs us, "so far from concealing her conscious and unconscious exhibitionism, ended by sexualising the piano; no mean feat". In fact, it is this historian who has sexualized the piano and has imposed his own sexual fantasies upon the Victorians. Classical values

Refus de la différence, quand tu nous tiens!

Découvert sur le net …

En ces temps étranges de parent 1 (ou A) et de parent 2 (ou B) …

Et en ce bientôt meilleur des mondes de mamans (porteuses) ou de putains remboursées par la sécu

Cet intéressant site de réinformation culturelle (Classical values) qui prétend, ô périlleuse mais louable ambition, "mettre un terme à la guerre culturelle en restaurant les valeurs culturelles" …

Où l’on apprend par exemple comment pour mieux enfoncer un livre déplorant la véritable mise au ban de la virginité dans certains milieux, un critique du Washington post n’hésite pas, au point de la dénaturer complètement voire de lui faire dire le contraire de ce qu’elle disait vraiment, à charcuter une citation …

Ou, alternativement, comment,  pour ridiculiser la prétendue obsession de la même virginité de nos arrières-parents victoriens, certains de nos historiens trop crédules ont pu prendre pour argent comptant les plaisanteries des Victoriens eux-mêmes (sur leurs cousins… américains!) et ainsi, pour des générations après eux, sexualiser malgré eux les pieds de leurs pianos …

Shaming the unshattered?

Classical values

March 03, 2007

Butchering quotations or taking things out of context quotes is unfair, but when the the butchered text is then ridiculed further, the unfairness tends to be compounded. So it was with great interest that I followed Glenn Reynolds’ "ridicule and ellipsis" link to Eugene Volokh’s take on a WaPo book review which butchered the author’s words until they looked ridiculous enough to ridicule, then ridiculed them for looking ridiculous!

The book in question is Laura Sessions Stepp’s Unhooked, and as Volokh makes clear, the butchery of the quote renders her thought almost incoherent.

Here’s the mangled (and subsequently ridiculed) WaPo quote:

Your body is your property…. Think about the first home you hope to own. You wouldn’t want someone to throw a rock through the front window, would you?

Yeah, that makes very little sense. But here’s what’s omitted:

Your body is your property. No one has a right to enter unless you welcome them in. Think about the first home you hope to own. You wouldn’t want someone to throw a rock through the front window, would you? Is your body worth less than a house?

And here’s Eugene Volokh:

The second sentence (the omission of which the Post noted with the ellipses) explains why we’re talking about nonconsensual rock-throwing. In this paragraph, the author seems not to be faulting fully consensual, enthusiastic casual sex, but rather casual sex of the sort that is at least not entirely welcome (a characteristic that I take it the author thinks is not uncommon in casual sex). Many young women, the author is suggesting, let men have sex with them even though they do not fully "welcome them in," perhaps because they feel pressured by the man or by social expectations. Not-fully-welcome sex is not the same as rock-throwing, but at least the analogy is closer than it is between presumably enthusiastic "hooking up" and rock-throwing.

The fourth sentence (which is also omitted in the Post review, though conventions of quotation allow the omission not to be marked with ellipses) then tries to tie the body with the house: They aren’t the same (for instance, in the sense that they’re both great places to have a party), but rather they’re both valuable, and your body is if anything even more valuable. Again, not a terribly convincing metaphor, but not as zany or worthy of derision as some might think. Among other things, try the lampoon quoted above on the whole paragraph:

I don’t think Stepp’s broken window analogy is either zany or worthy of derision, although I understand why others would. I suspect that those who derided the analogy are only pretending not to understand it, and I think they wouldn’t want to get it (and would claim not to get it if someone explained it). That’s because the broken window analogy goes to the center of the difference between the sexes that people imagine can be dismissed. Therefore, it’s easier to mangle an analogy and ridicule it than grapple with its reality.

The broken window analogy (to a woman’s loss of virginity) is hardly new. Ask anyone who studied art history.

There’s Bouguereau’s Broken Pitcher, Greuze’s Broken Pitcher, and I even found a cute little narrative about the subject coming up in an art history class:

She is actually relieved to be in Art History discussing Greuze’s Broken Pitcher, even if there are idiots in her class. The girl with the jewel-encrusted crucifix obscuring all her other features insistently claims the girl in the painting signifies the masses, and the broken pitcher is their broken relationship with Christ. The cocky guy who has missed half the classes since joining his frat, is spinning the class all off on a tangent somehow connecting the broken pitcher to unemployment rates during the Great Depression. Stupid.

Sighing, she is patient, sighing again and again as she digests her so-called peers’ comments and systematically discards their worth. The class wallows in a pit of circular reasoning. Just as she is about to reach her limit and set them all straight, the teacher says, "What if it’s about sex? What if the pitcher is her virginity?"

Silence blooms. Her classmates look at each other, some giggling.

I don’t know whether the teacher planned on show-and-tell, so I’ll complement her lecture by adding Bouguereau’s Broken Pitcher:

It’s tough to unwrite Art History, but I’m sure they’re working on it.

Although times have changed (along with, fortunately, the consequences of lost virginity), this is not complicated stuff. To understand it does not involve social conservatism, nor is it necessarily about morality. (I think it’s more about mechanics, laws of physics, coupled with basic self awareness.) It’s just that on this one key point, there is a huge difference between men and women. A Basic. Biological. Difference. (Sorry if I plagiarized your technique, Rachel Lucas, wherever you are.) Mechanically and from a mental perspective, sex is just very different for the two sexes. It’s inherently more special for women than for men, and that’s reflected in the nature of the way the gametes are both presented and delivered. One egg released per month versus hundreds of millions of sperm cells released for every male ejaculation. The rare and precious versus the common; the internal versus the external.

Because of the mechanics involved in sexual penetration, the loss of virginity in women is accomplished by the breaking of something which can never be restored as it once was. The "loss" of virginity in men, on the other hand, is not a loss, but a gain. A man’s first sexual experience involves a physical venturing out and a penetration into a hitherto unknown area, into which an invading army of tiny millions is released. The accomplishment of this act for the first time is a demonstration to the man that his reproductive system is functional and working properly. In this regard, it makes no sense to speak in terms of a "loss" of male "virginity"; it is actually a gain of a new skill, one which is required if he is to do it again. Thus, what has been "broken" for the woman has, for the man, been "fixed."

I don’t think it’s complicated at all. I just don’t think most people are comfortable recognizing any reality which goes to the difference between the sexes.

As to what is going on in the mind in the mental or moral sense, that’s more complicated. The WaPo reviewer touches on a favorite subject of Classical Values, and that is sexual shame:

In the final chapter, Stepp writes a letter to mothers and daughters, in which she warns the girls: "Your body is your property. . . . Think about the first home you hope to own. You wouldn’t want someone to throw a rock through the front window, would you?" And: "Pornographic is grinding on the dance floor like a dog in heat. It leaves nothing to the imagination." The ugliness of these images seems meant to instill sexual shame.

Look, I’m more against sexual shame than anyone I know. Seriously, I am not kidding; just poke around the blog.

But I have one question for the WaPo writer. Since when is a dog in heat (actually, it should be "bitch in heat") an ugly image? The reason I’m asking is because I’m harboring a bitch in heat right now, and Coco does not take kindly to being called ugly by the MSM! She’s not ugly, and she leaves plenty to the imagination. Well, maybe not when she’s waving her little vagina around and her tail curls and the coat of hair on her butt gets all wrinkly and slitherers forward in anticipation of a tie-up. But even that is not without it’s charm, at least for a shameless relativist like me. The bottom line is that Coco is not ugly, and I don’t consider any of this shameful. (Although I suspect the WaPo might be trying to shame Ms. Stepp.)

I keep saying that what we call the Culture War is really a war over sex, because I think it is. At the heart of that, though, is a war over sexual shame. While I don’t know whether Ms. Stepp is trying to instill feelings of sexual shame as the Post says, I do know that plenty of people are very frustrated by the absence of sexual shame in others.

The problem is, as I keep saying, you can’t feel what you don’t have, nor can you expect that if you’re disgusted with something, that others will share your disgust. Sometimes, I think there’s on one "side" a demand that others not be disgusted by things which disgust them, while on the other "side" there’s an equally shrill demand that they be disgusted by things that don’t disgust them.

Right now though, I’m feeling a little disgusted by the lack of honesty in the way this argument is being addressed, because it just isn’t being addressed. People yell at each other’s tastes or what they perceive as a lack thereof, and they don’t even seem to realize that what they’re doing is demanding not accommodation or tolerance of their tastes or disgusts, but a sharing of them. While this strikes me as an unreasonable argument, there’s no way to discuss whether it’s a reasonable argument if people aren’t even aware that it is in fact an argument.

Take Leon Kass’s wisdom of repugnance. Please!

No seriously, let’s take it, because I’ve devoted time to it and gotten not very far. There is no question that sexual shame varies from person to person, as do sexual tastes. From a previous post, here’s Martha Nussbaum, interviewed by Reason’s Julian Sanchez:

Unlike anger, disgust does not provide the disgusted person with a set of reasons that can be used for the purposes of public argument and public persuasion. If my child has been murdered and I am angry at that, I can persuade you that you should share those reasons; if you do, you will come to share my outrage. But if someone happens to feel that gay men are disgusting, that person cannot offer any reasoning that will persuade someone to share that emotion; there is nothing that would make the dialogue a real piece of persuasion.

Reason: As a follow up, can you say something about how that cashes out into a critique of communitarian ideals?

Nussbaum: The prominent defenders of the appeal to disgust and shame in law have all been communitarians of one or another stripe ([Lord] Devlin, [Amitai] Etzioni, Kass), and this, I claim, is no accident. What their thought shares is the idea that society ought to have at its core a homogeneous group of people whose ways of living, of having sex, of looking and being, are defined as "normal." People who deviate from that norm may then be stigmatized, and penalized by law, even if their conduct causes no harm. That was the core of Lord Devlin’s idea, and it is endorsed straightforwardly by Etzioni, and, in a rather different way, and in a narrower set of contexts, by Kass. My study of disgust and shame shows that these emotions threaten key values of a liberal society, especially equal respect for people and for their liberty. Disgust and shame are inherently hierarchical; they set up ranks and orders of human beings. They are also inherently connected with restrictions on liberty in areas of non-harmful conduct. For both of these reasons, I believe, anyone who cherishes the key democratic values of equality and liberty should be deeply suspicious of the appeal to those emotions in the context of law and public policy.

While I think trying to make someone feel shame who does not feel it is a waste of time, my point is that even if you put sexual shame aside, in logic something is being given up by a woman that is not being given up by a man. To deny this denies reality.

Denial of reality has a way of annoying me, but it’s even more annoying when it’s done in the name of reality.

But I think there’s something more going on than denial. I think the attempt to tar Ms. Stepp with the accusation that she’s fostering sexual shame obscures something else which Eugene Volokh mentioned, and that is the pressure of what he calls "social expectations."

From the Amazon book description:

In Unhooked, Stepp follows three groups of young women (one in high school, one each at Duke and George Washington universities). She sat with them in class, socialized with them, listened to them talk, and came away with some disturbing insights, including that hooking up carries with it no obligation on either side. Relationships and romance are seen as messy and time-consuming, and love is postponed-or worse, seen as impossible. Some young women can handle this, but many can’t, and they’re being battered-physically and emotionally-by the new dating landscape. The result is a generation of young people stymied by relationships and unsure where to turn for help.

If it is true that some of the young women doing this cannot handle it, then I wonder why. I haven’t read the book, but might another form of shame be going on?

Is it possible that not wanting to have sex might be considered shameful in some circles? Might there be a stigma attached to virginity?

Apparently, there is. And it didn’t take me long to find it. Here’s the (U Va) Cavalier Daily’s Kate Durbin:

Having or abstaining from sex is a personal decision. Like drinking alcohol or eating meat, it is a choice that each person must make for him or herself, free from the pressures of peers and society in general. No reason need be given as to why someone chooses to abstain from sex, just as no reason need be given when someone chooses not to consume alcohol. Personal decisions are just that — personal. They should be respected as such. Virgins, angered by the negativity surrounding their choices, should seek to change societal attitudes instead of spending time enumerating the reasons they chose to be a virgin.

[...]

….if society is really so open when it comes to sex, why is it that virginity remains such a curse for those college students choosing it? For whatever reason, abstaining from sex has somehow come to be a socially isolating factor, making virgins feel like their choices are somehow viewed as wrong.

As long as current attitudes about sexual choices persist, refraining from sex will continue to be seen as some kind of problem. Having sex or not having sex is a personal choice. This fact must be accepted and respected by our generation.

Hmmm….Virginity a curse? At the University of Virginia at that!

Oh the irony!

I don’t know how typical the above complaint is (there’s more, of course, and it seems to be a response to another column poking fun at virgins), but as someone who is against sexual shame, I try to at least be consistent about it, and it strikes me that shaming virginity is just as bad as shaming the loss of it. And why the refusal to acknowledge that it’s a different thing for men and women?

I can’t help but wonder whether the deliberate disregard of the differences between the sexes might be another form of sexual shame.

Voir aussi:

Without Victorian modesty, even pianos can get carried away!

Classical values

March 13, 2007

In a 2000 lecture dealing with (among other things) the mutation of "virtues" into "values," Gertrude Himmelfarb asked whether the covering of piano legs by Victorians really involved sexuality:

This mutation in the word "virtue" has the effect first of narrowing the meaning of the word, reducing it to a matter of sexuality alone; and then of belittling and disparaging the sexual virtues themselves. These virtues, chastity and fidelity, have been further trivialized by the popular conception of Victorians as pathologically inhibited and repressed. Thus "Victorian values" have been associated with piano legs modestly sheathed in pantaloons, human as well as table legs referred to as "limbs," and books by men and women authors dwelling chastely on separate shelves in country-house libraries.

In fact, these were not the normal (or even abnormal) practices of real Victorians. They were often the inventions of contemporary satirists (writers in Punch, for example), which have been perpetuated by gullible historians. "The woman who draped the legs of her piano," one historian solemnly informs us, "so far from concealing her conscious and unconscious exhibitionism, ended by sexualising the piano; no mean feat." In fact, it is this historian who has sexualized the piano and has imposed his own sexual fantasies upon the Victorians.

I have a minor correction. While I must necessarily take no position on the perpetuation of satire by gullible historians (lest I get into a conflict of interest), and I cannot claim to know who is right about sexualizing the Victorian penchant for covering piano legs, I can state with some confidence that the historian Himmelfarb criticized was not the first to sexualize the piano.

Unless the Victorian satirists were first, I’m afraid the credit must go to Salvador Dali, who did a pretty good job of it back in the 1930s:

Once again, here’s "Atmospheric Skull Sodomizing a Grand Piano" (1934):

atmospheric_skull_sodomizing_a_grand_piano.JPG

And from the same year, here’s "Skull with its Lyric Appendage Leaning on a Bedside Table which Should Have the Exact Temperature of a Cardinal’s Nest":

SkullWithLyricAppendage.jpg

I don’t know whether this means the couple had a child or just merged with each other, but the presence of the bedside table indicates some that some sort of ongoing intimacy occurred.

I scrupulously take no position on whether any of this could have been avoided had the piano been appropriately covered.

And at the risk of being anthropopianomorphic, I have to venture that Dali might have been using the pianos as some sort of substitute for his own libido, or maybe his sex life. Because in the same year he painted the indisputably sexualized pianos, he also painted "Cardinal, Cardinal!":

cardinal.jpg

Note the same bedside table. The man (IMO) is clearly Dali, and he’s leaning towards the bedside table at the same angle as the skull does. His shirt even looks like a skull! Not only that, he’s holding a pitcher (the breaking of which artistically symbolizes lost virginity), and seems unable to put it back where it belongs. The uncovered woman is of course his wife Gala. (A divorcee who could not be considered virginal by any definition.)

As to what the reference to the "exact temperature of a cardinal’s nest" might mean, I’m tempted to speculate that it might involve a failure of the human fertility cycle, and I’d note that by 1934 Gala seems to have left her fertility cycles behind her.

Whether Dali was making any judgment about virtues or values (or what that judgment might have been) I’ll leave to others.

Politics is surreal enough as it is.

(I’ve tried not to politicize art, but the piano meme seems to have legs.)

MORE: While I wasn’t thinking about her when I wrote the post, a Hot Air commenter named OBX Pete says that Hillary Clinton looks like a piano:

I’ve seen her legs and believe me you don’t want to see them. If you take a picture of her and crop everything above the waist she could be mistaken for a grand piano. Actually she is doing us all a favor by wearing those pantsuits.

On the other hand, she has to work with what she was born with (as we all do) so she can’t help it if she has piano legs. I’m more concerned with that ultra-liberal mind.

I looked into this and discovered that it’s worse than I imagined — to the point where the Urban Dictionary includes Hillary in the very definition of "Piano Legs":

1. piano legs

Disproportionately thick calves and/or ankles on a woman with otherwise normal body weight.

No wonder Hillary Clinton always wears pant suits. She’s got a humongous set of piano legs.

Voir également:

Unhooked: How Young Women Pursue Sex, Delay Love, and Lose at Both (by Laura Sessions Stepp)

Going All the Way

 By Reviewed by Kathy Dobie

The Washington Post

February 11, 2007

UNHOOKED

How Young Women Pursue Sex, Delay Love, and Lose at Both

By Laura Sessions Stepp

Riverhead. 288 pp. $24.95

Reviewed by Kathy Dobie

Articles, op-ed pieces and radio shows have been devoted to the sexual practice of "hooking up," but Washington Post reporter Laura Session Stepp’s Unhooked is the first book on the phenomenon and, one hopes, not the last. For when someone takes such a volatile aspect of young people’s lives and puts it under a microscope — or in this case, a concerned, disapproving gaze — you want the large, well-lit view.

Stepp follows three high school girls and six college women through a year in their lives, chronicling their sexual behavior. These girls and women don’t date, don’t develop long-term relationships or even short, serious ones — instead, they "hook up." Hooking up, Stepp writes, "isn’t exactly anything." It can "consist entirely of one kiss, or it can involve fondling, oral sex, anal sex, intercourse or any combination of those things. It can happen only once with a partner, several times during a week or over many months . . . . It can mean the start of something, the end of something or the whole something." If that sounds as if hooking up can mean almost anything but "fried fish for dinner," Stepp goes on to offer something more definite: What makes hooking up unique is that its practitioners agree that there will be no commitment, no exclusivity, no feelings. The girls adopt the crude talk of crude boys: They speak of hitting it, of boy toys and filler boys, "my plaything" and "my bitch."

Why hook up? According to Stepp, college women, obsessed with academic and career success, say they don’t have time for a real relationship; high school girls say lovey-dovey relationships give them the "yucks."

Stepp is troubled: How will these girls learn how to be loving couples in this hook-up culture? Where will they practice the behavior needed to sustain deep and long-term relationships? If they commit to a lack of commitment, how will they ever learn to be intimate? These questions sound reasonable at first, until one remembers that life just doesn’t work that way: In our teens and early twenties, sexual relationships are less about intimacy than about expanding our intimate knowledge of people — a very different thing. Through sex, we discover irrefutable otherness (he dreams of being madly in love; she hates going to sleep alone ), and we are scared and enraptured, frustrated and inspired. We learn less about intimacy in our youthful sex lives than we do about humanity. And of course, there is also lust, something this very unsexy book about sex doesn’t take into account. In fact, Unhooked can be downright painful to read. The author resurrects the ugly, old notion of sex as something a female gives in return for a male’s good behavior, and she imagines the female body as a thing that can be tarnished by too much use. She advises the girls, "He will seek to win you over only if he thinks you’re a prize."And goes on to tell them, "In a smorgasbord of booty, all the hot dishes start looking like they’ve been on the warming table too long."

It seems strange to have to state the obvious all over again: Both males and females should work hard to gain another’s affection and trust. And one’s sexuality is not a commodity that, given away too readily and too often, will exhaust or devalue itself. Tell girls that it is such a commodity (as they were told for a number of decades), and they will rebel. The author is conflating what the girls refuse to conflate: love and sexuality. Sometimes they coexist, sometimes not. Loving, faithful marriages in which the sex life has cooled are as much a testament to that fact as a lustful tryst that leads nowhere.

In the final chapter, Stepp writes a letter to mothers and daughters, in which she warns the girls: "Your body is your property. . . . Think about the first home you hope to own. You wouldn’t want someone to throw a rock through the front window, would you?" And: "Pornographic is grinding on the dance floor like a dog in heat. It leaves nothing to the imagination." The ugliness of these images seems meant to instill sexual shame.

Stepp is most thought-provoking when she considers the culture at large: All the females she interviews come from reasonably well-off families, we’re told, and all are ambitious. "Hooking up enables a young woman to practice a piece of a relationship, the physical, while devoting most of her energy to staying on the honor roll . . . playing lacrosse . . . and applying to graduate programs in engineering."

In a culture that values money and fame above all, that eschews failure, bad luck, trouble and pain, none of us speaks the language of love and forbearance. But it is not hooking up that has created this atmosphere. Hooking up is either a faithful reflection of the culture, a Darwinian response to a world where half the marriages end in divorce, or it is an attempt at something new. Perhaps, this generation, by making sex less precious, less a commodity, will succeed in putting simple humanity back into sex. Why bring someone into your bed? Maybe because she is brilliant and has a whimsical sense of humor, or he is both sarcastic and vulnerable, and has beautiful eyes.

And perhaps as this generation grows up, they will come to relish other sides of an intimate relationship more than we have: the friendship, the shared humor, the familiar and loved body next to you in bed at night. This is the most hopeful outcome of the culture Stepp describes, but no less possible than the outcome she fears — a generation unable to commit, unable to weather storms or to stomach second place or really to love at all.


Gaza: France-Qatar, même combat! (In modern warfare, one picture can be worth a thousand weapons)

20 novembre, 2012

Dans la guerre moderne, une image vaut mille armes. Bob Simon
Al-Jazira a mis le feu en Tunisie, au Liban et dans divers pays arabes. Saëb Erakat (principal négociateur palestinien, 2011)
Without TV coverage, the revolutions would never have assumed such proportions. When people followed the revolutions, to what extent did they use the Internet, versus the extent to which they watched them on the TV channels, which gave them continuous coverage? Clearly, there is no comparison…The best proof [of the impact of] the TV channels is that any popular activity that they do not cover, in any country, will die before it can get off the ground. Some Arab countries are currently seeing… protests and the beginnings of a revolution, but these [events] are not getting the necessary TV coverage, because of the focus on the escalating revolution in Libya. As a result, [these protests] will not gain much momentum… but will fade away and be forgotten. Some might argue that the images broadcast on the satellite channels were often taken from the Internet. That is true, but had the [channels] not repeatedly aired these images, their impact would have remained limited. I have yet to hear any [protesters]… complain of insufficient coverage of their activity on the Internet or on Facebook. But [some protesters are] very angry at the satellite channels, which, they claim, are not giving their activity the necessary media coverage… It is [the satellite channels] that truly fuel the revolutions – with image and sound, which remain more powerful than any other weapon… It is no exaggeration to say that one TV report on a certain country has an impact equal to that of all the websites visited by all the Arabs put together – so much so that [activists] have sometimes said, ‘Let’s postpone our protest, because some satellite channel is busy covering another revolution’… Al-Sharq (Qatar,  March 13, 2011)
Lorsque les médias se prêtent au jeu des manipulations plutôt que de les dénoncer, non seulement ils sacrifient les Libanais innocents qui ne veulent pas que cette mafia religieuse prenne le pouvoir et les utilise comme boucliers, mais ils nuisent aussi à la société civile de par le monde. D’un côté ils nous dissimulent les actes et les motivations d’organisations comme le Hamas ou le Hezbollah, ce qui permet aux musulmans ennemis de la démocratie, en Occident, de nous (leurs alliés progressistes présumés) inviter à manifester avec eux sous des banderoles à la gloire du Hezbollah. De l’autre, ils encouragent les haines et les sentiments revanchards qui nourrissent l’appel au Jihad mondial. La température est montée de cinq degrés sur l’échelle du Jihad mondial quand les musulmans du monde entier ont vu avec horreur et indignation le spectacle de ces enfants morts que des médias avides et mal inspirés ont transmis et exploité. Richard Landes
Il est maintenant clair que les assurances données par Chirac ont joué un rôle crucial, persuadant Saddam Hussein de ne pas offrir les concessions qui auraient pu éviter une guerre et le changement de régime. Selon l’ex-vice président Tareq Aziz, s’exprimant depuis sa cellule devant des enquêteurs américains et irakiens, Saddam était convaincu que les Français, et dans une moindre mesure, les Russes allaient sauver son régime à la dernière minute. Amir Taheri
J’appelle à la retenue parce que dans une région qui est déjà très troublée, ce serait une catastrophe qu’il y ait encore une escalade. Israël, bien sûr, a le droit à se défendre, mais on n’arrive à rien en pratiquant un regain de violence. Les Palestiniens ont droit à un Etat, il faut répéter cela, Israël a droit à la sécurité, mais ce n’est pas par la violence qu’on peut régler les problèmes. Laurent Fabius (ministre français des Affaires étrangères)
Nous avons commis une terrible erreur, un texte malencontreux sur l’une de nos photos du jour du 18 avril dernier (à gauche), mal traduit de la légende, tout ce qu’il y a de plus circonstanciée, elle, que nous avait fournie l’AFP*: sur la « reconstitution », dans un camp de réfugiés au Liban, de l’arrestation par de faux militaires israéliens d’un Palestinien, nous avons omis d’indiquer qu’il s’agissait d’une mise en scène, que ces « soldats » jouaient un rôle et que tout ça relevait de la pure et simple propagande. C’est une faute – qu’atténuent à peine la précipitation et la mauvaise relecture qui l’ont provoquée. C’en serait une dans tous les cas, ça l’est plus encore dans celui-là: laisser planer la moindre ambiguïté sur un sujet aussi sensible, quand on sait que les images peuvent être utilisées comme des armes de guerre, donner du crédit à un stratagème aussi grossier, qui peut contribuer à alimenter l’exaspération antisioniste là où elle s’enflamme sans besoin de combustible, n’appelle aucun excuse. Nous avons déconné, gravement. J’ai déconné, gravement: je suis responsable du site de L’Express, et donc du dérapage. A ce titre, je fais amende honorable, la queue basse, auprès des internautes qui ont été abusés, de tous ceux que cette supercherie a pu blesser et de l’AFP, qui n’est EN AUCUN CAS comptable de nos propres bêtises. Eric Mettout (L’Express)
Comment expliquer qu’une légende en anglais qui dit clairement qu’il s’agit d’une mise en scène (la légende, en anglais, de la photo fournie par l’AFP: « LEBANON, AIN EL-HELWEH: Palestinian refugees pose as Israeli soldiers arresting and beating a Palestinian activist during celebrations of Prisoners’ Day at the refugee camp of Ain el-Helweh near the coastal Lebanese city of Sidon on April 17, 2012 in solidarity with the 4,700 Palestinian inmates of Israeli jails. Some 1,200 Palestinian prisoners held in Israeli jails have begun a hunger strike and another 2,300 are refusing food for one day, a spokeswoman for the Israel Prisons Service (IPS) said. »), soit devenue chez vous « Prisonnier palestinien 18/04/2012. Mardi, lors de la Journée des prisonniers, des centaines de détenus palestiniens ont entamé une grève de la faim pour protester contre leurs conditions de détention », étonnant non ? David Goldstein
Primo s’en voudrait de noircir le tableau à propos de la visite de l’Emir du Qatar à Gaza. Cette volonté de financer les banlieues françaises, de racheter le PSG, de soudoyer les narco-islamistes du Mali témoigne à la fois d’un sens aigu des affaires et d’une interprétation très particulière de l’intérêt général.
Depuis quelques jours, l’opération « pilier de défense » a été qualifiée par la plupart de nos commentateurs de manœuvre politicienne en vue des élections anticipées en Israël. Du Nouvel Obs à France Inter en passant par LCI et Libé, tous ces bons esprits dénoncent la fuite en avant de Netanayu, coupable uniquement, selon eux, de vouloir préparer sa nouvelle majorité. Ces pauvres hères apportent ainsi la preuve de leur profonde méconnaissance du dossier israélo-palestinien. Car premièrement, la gauche israélienne ne pourrait, pas plus que la droite, supporter de telles atteintes à sa population civile sans réagir. Elle a d’ailleurs montré, dans un passé récent, qu’elle pouvait, elle aussi, entamer des guerres et réagir à toutes les agressions extérieures, comme celle du Hezbollah à l’été 2006. Elle n’est du reste pas la seule dans ce cas. Si une enclave ou une principauté bombardait quotidiennement l’Île-de-France ou la Vallée du Rhône, n’importe quel gouvernement français prendrait des mesures appropriées. Et, tout en regrettant les dégâts collatéraux, la population approuverait massivement. Si nos syndicalistes et membres d’EELC, PCF et consorts qui foulent le pavé aux cris de « Halte à l’agression » voyaient leurs maisons menacées par des tirs de roquettes, leurs enfants obligés de se coucher sous leur table à l’école en hurlant de terreur, nul doute qu’ils exigeraient que l’on élimine ces lanceurs de missiles. Ensuite, selon les derniers sondages, Netanyaou dispose, avec les accords entre partis, d’une majorité confortable pour gouverner à nouveau le pays. Il n’a donc pas besoin d’une intervention armée pour emporter les élections. Pierre Lefebvre

Oui, le PSG, ça sert aussi à faire la guerre!

A l’heure où, nouvelle exception bien française et contrairement à leurs homologues américains ou britanniques qu’ils devraient d’ailleurs abandonner aujourd’hui même sur le théâtre afghan, tant l’Elysée que le Quai d’Orsay ne se sont toujours pas résolus à appeler un chat un chat

Et où, pour expliquer l’actuelle situation dans l’enclave que maintient sous sa coupe de fer depuis des années le mouvement terroriste Hamas et sans compter l’habituelle désinformation des images, les médias français et leurs experts demi-habiles rivalisent à nouveau de subtilités pour présenter la même prétendue analyse éculée de "manœuvre électorale" israélienne …

Comment ne pas voir, avec le site Primo Europe, l’étrange collusion qui se dessine …

Entre un Qatar armé de ses pétrodollars et sa chaine satellitaire (et il est vrai, de Washington à Tel Aviv, ses entrées partout) qui, de Tunis à Tombouctou et en passant par Paris (mais aussi, ce que se gardent bien de rappeler nos médias affabulateurs, juste avant le début des premières roquettes à Gaza!), n’en finit pas de mettre de l’huile sur le feu jihadiste …

Et une France coincée dans sa sempiternelle "politique arabe" qui, comme avec l’Irak, n’a toujours pas compris qu’ainsi que l’avait bien expliqué Richard Landes, "lorsqu’on se  se prête au jeu des manipulations plutôt que de les dénoncer, non seulement on sacrifie les (…) innocents qui ne veulent pas que cette mafia religieuse prenne le pouvoir et les utilise comme boucliers, mais on nuit aussi à la société civile de par le monde"?

Et qu’en "nous dissimulant d’un côté les actes et les motivations d’organisations comme le Hamas ou le Hezbollah", on "permet aux musulmans ennemis de la démocratie, en Occident, de nous (leurs alliés progressistes présumés) inviter à manifester avec eux sous des banderoles à la gloire du Hezbollah, on "encourage de l’autre les haines et les sentiments revanchards qui nourrissent l’appel au Jihad mondial" ?

Gaza et la virginité du Hamas

Pierre Lefebvre

Primo

18-11-2012

Ce samedi, une cinquantaine d’associations pro-Hamas ont défilé dans les rues de France pour soutenir leurs amis dans le besoin.

Il faut noter cependant que le Hamas en particulier et que Gaza en général ne sont pas si sans défense que cela. Cela fait des années qu’ils entreposent des armes perfectionnées reçues d’Iran par la frontière avec l’Égypte.

Ces armes passent par les souterrains, tunnels de contrebande utilisés également pour importer des voitures de luxe, au grand dam des concessionnaires légaux qui voient leurs chiffres d’affaires s’effondrer.

L’internationale n’est pas le genre humain

Il est piquant de constater que les organisations qui ont appelé à manifester ce samedi sont également celles qui prétendent militer contre le grand patronat, le capitalisme effréné, les milieux d’affaires.

Or, le Hamas présente toutes les caractéristiques d’une oligarchie richissime qui exploite sans vergogne la misère de ses concitoyens.

Les dirigeants du Hamas vivent dans un luxe ostentatoire et composent la totalité des nouveaux riches de Gaza. Leurs enfants sont envoyés dans les meilleures universités à l’étranger.

Lorsqu’ils étudient le Coran à l’université islamique, ils ont à leur disposition piscines et clubs hippiques.

Leurs épouses hantent les centres commerciaux dont celui d’Al Andalousia sur la place Haidar Abdel Shafi.

Dans ses 3 000 mètres carrés et sur trois niveaux, il bénéficie d’escaliers mécaniques, d’atrium, de jets d’eaux et de l’air conditionné. On y trouve des vêtements de marque, des cosmétiques, des fournitures de bureau, des jouets, des chaussures, des restaurants, des jeux d’arcades et même un cinéma.

Dans le même temps, selon le Programme alimentaire mondial (PAM), le nombre de familles gagnant moins de 1,2 dollar par jour est passé de 55 % à 70 %.

Les enfants issus de cette population sont envoyés creuser les tunnels pour le compte des familles régnantes du Hamas et, pour le cas présent, utilisés comme boucliers humains par les islamistes.

Le Hamas n’a aucun intérêt à favoriser l’ouverture de sa frontière avec l’Égypte car un commerce légal avec le pays voisin, dirigé maintenant par la même mouvance idéologique, ruinerait la plupart de ses cadres dirigeants.

Sharia mal tempérée

Ces organisations françaises qui militent aujourd’hui contre l’intervention israélienne agissent en France contre l’homophobie et ont pris des positions radicales en faveur du mariage pour tous.

Curieusement, ils se soucient peu du sort des homosexuels dans la bande de Gaza, où ceux-ci sont exécutés sommairement. Et en public, c’est plus drôle.

Ils sont souvent, et préalablement, torturés dans les geôles du mouvement islamiste avant leur mise à mort.

Selon Human Rights Watch, le gouvernement du Hamas de Gaza a « intensifié ses efforts pour islamiser Gaza» qui ont été qualifiés par cette organisation de « répression de la société civile » et « de graves violations de la liberté individuelle ».

Le Hamas a imposé des règles strictes aux femmes, opprimé les minorités, imposé la sharia et déployé la police religieuse pour faire respecter ces lois.

Les femmes ne peuvent se baigner, ni découvrir leurs cheveux sous peine d’amende et parfois de brutalité.

Dans un rapport de 2009, le Centre palestinien pour les droits de l’Homme dénonce les violations permanentes des droits de l’Homme dans la bande de Gaza et parle ces « violations criminelles quotidiennes » dont la liberté de la presse.

C’est ainsi qu’il peut retenir en toute illégalité 22 journalistes et les utiliser comme boublier humain sans s’attirer les foudres de la presse bien-pensante. Il a muselé la presse locale, persécutant les journalistes du cru, et n’a jamais reçu la moindre observation à ce sujet. Persevere diabolicum, il est vrai, mais ça paye parfois.

C’est ce mouvement qui est défendu par les manifestants français, lesquels n’ont pas trouvé le temps de manifester contre le régime syrien depuis que celui-ci massacre son peuple.

Les analyses crapuleuses

Depuis quelques jours, l’opération « pilier de défense » a été qualifiée par la plupart de nos commentateurs de manœuvre politicienne en vue des élections anticipées en Israël.

Du Nouvel Obs à France Inter en passant par LCI et Libé, tous ces bons esprits dénoncent la fuite en avant de Netanayu, coupable uniquement, selon eux, de vouloir préparer sa nouvelle majorité.

Ces pauvres hères apportent ainsi la preuve de leur profonde méconnaissance du dossier israélo-palestinien.

Car premièrement, la gauche israélienne ne pourrait, pas plus que la droite, supporter de telles atteintes à sa population civile sans réagir.

Elle a d’ailleurs montré, dans un passé récent, qu’elle pouvait, elle aussi, entamer des guerres et réagir à toutes les agressions extérieures, comme celle du Hezbollah à l’été 2006.

Elle n’est du reste pas la seule dans ce cas.

Si une enclave ou une principauté bombardait quotidiennement l’Île-de-France ou la Vallée du Rhône, n’importe quel gouvernement français prendrait des mesures appropriées.

Et, tout en regrettant les dégâts collatéraux, la population approuverait massivement.

Si nos syndicalistes et membres d’EELC, PCF et consorts qui foulent le pavé aux cris de « Halte à l’agression » voyaient leurs maisons menacées par des tirs de roquettes, leurs enfants obligés de se coucher sous leur table à l’école en hurlant de terreur, nul doute qu’ils exigeraient que l’on élimine ces lanceurs de missiles.

Ensuite, selon les derniers sondages, Netanyaou dispose, avec les accords entre partis, d’une majorité confortable pour gouverner à nouveau le pays.

Il n’a donc pas besoin d’une intervention armée pour emporter les élections.

IGV ou Indignation à Géométrie Variable

Parmi les organisations signataires de l’appel à manifester contre ce qu’ils appellent l’agression israélienne, se trouvent les travailleurs tunisiens, marocains, algériens, les mêmes qui militaient contre les dictatures violentes et qui voyaient d’un bon œil une intervention armée contre leurs régimes sanguinaires lors des « printemps » arabes.

Avec ces manifestations françaises, le PCF, EELV, NPA, MRAP et consorts redonnent une légitimité au Hamas, ce mouvement qui se situe aux antipodes des aspirations des populations arabes, celles qui ont renversé leurs régimes respectifs avant d’être noyées dans l’islamisme le plus rétrograde.

Mais le Hamas a deux autres raisons pour provoquer l’affrontement.

Les observateurs les plus obtus n’ont pu manquer de remarquer que la fréquence des tirs de missiles contre les civils israéliens a considérablement augmenté dès le lendemain de la visite du Qatar et ses fastueuses prodigalités.

(Petite incise : le chèque du Qatar au Hamas en octobre dernier est moins important que ce qu’il a investi dans le football européen, notamment le PSG. Il serait bon de s’en souvenir).

C’est que le Hamas a besoin de se refaire une virginité à propos du conflit syrien.

Car celui-ci a profondément divisé le mouvement islamiste. Des combattants palestiniens s’affrontent également en Syrie, certains étant pro-Assad, d’autres ayant résolument pris le parti des rebelles.

Khaled Meechal, chef du Hamas et hôte du régime Assad durant de longues années, est parti, la queue entre les jambes après avoir volontiers profité des largesses de la dictature alaouite.

Cette profonde division entre Palestiniens commençait à fissurer l’unanimité de facade de ce peuple, qui vient de prouver, une fois de plus, qu’il n’en est pas un.

La deuxième raison, non relevée par les grands experts de nos médias, est la suivante.

Les régimes autoritaires arabes ont besoin d’un peuple palestinien "souffrant" pour détourner l’attention sur leurs propres manquements à la démocratie. Vieille technique utilisée depuis des décennies.

Peinant à recoller les morceaux, le Hamas, avec cynisme et en totale collusion avec les dirigeants arabes, a donc décidé de ressouder les Palestiniens en sacrifiant sa population en déclenchant un conflit avec l’ennemi de toujours, Israël.

Le Hezbollah et son allié indéfectible, le régime syrien, à la veille d’être mis en cause par la justice internationale dans le procès Hariri, avaient usé du même stratagème en déclenchant les combats de l’été 2006.

Ce sont ces gens-là, ces régimes sanguinaires qu’EELV, le PCF et autres nostalgiques des dictatures ont choisi de soutenir en manifestant ce samedi.

Les marches françaises de protestation n’ont pas mobilisé beaucoup de militants.

Le gros de leurs troupes défilaient contre l’aéroport de Nantes. Quand on ne représente que 2 % du corps électoral, il faut savoir choisir ses priorités.

Mais elles n’en restent pas moins inquiétantes pour l’avenir du débat démocratique en France.

Voir aussi:

Euphorie à Gaza

Pierre Lefebvre

Primo

24-10-2012

Le Qatar vient d’offrir gracieusement 500 millions d’euros au gouvernement islamiste de Gaza.

À peine la nouvelle connue des habitants de cette enclave, ils ont bombardé les civils israéliens de roquettes, manière de fêter l’événement. Les islamistes sont espiègles.

Le système « dôme de fer » a intercepté plusieurs fusées, mais pas toutes. Résultat, des blessés graves dans une ferme proche de la frontière.

On aurait bien écrit ‘des victimes sont à déplorer’, mais les médias français auraient plutôt tendance à s’en réjouir pour les plus militants, ou à craindre les représailles et à s’insurger à l’avance devant la future ‘réponse disproportionnée’ d’Israël.

Alors déplorer les victimes ne fait pas partie de l’équation. Surtout si elles sont juives, tout le monde aura compris.

Il faut noter que ces 500 millions représentent à peine ce que dépense Israël chaque mois pour les vivres et les denrées qu’il leur fait parvenir. Les denrées, pas les millions.

Le bateau « Estelle », intercepté au large de Gaza par la marine israélienne, ne transportait, lui, que quelques centaines de kilos de denrées périssables et de produits médicaux. C’est un investissement en communication bien suffisant.

La propagande, relayée en France par le PCF et son organe l’Humanité affirme qu’il transportait « des tonnes de médicaments, des produits alimentaires, des jouets, des poches de sang… ».

Il est vrai que traverser la Méditerranée avec des poches de sang dans les soutes en tablant sur une interception par la marine israélienne et donc, à supposer qu’on espère y parvenir, une arrivée dans les hôpitaux de Gaza au bout de plusieurs semaines, est un geste humanitaire témoignant de peu d’intérêt pour les précautions sanitaires élémentaires…

Et donc pour les futurs usagers de ces prétendues poches de sang.

Heureusement, les ‘activistes’ de l’Estelle n’ont pas la moindre intention de fournir ces dons à des gens qui n’en ont pas besoin.

L’espérance de vie de Gaza fait pâlir d’envie tous les pays arabes alentours et les hôpitaux israéliens soignent les Palestiniens sans discrimination quand leurs chirurgiens n’ont pas la technique ou les moyens nécessaires. Le seul objectif de ces militants navigateurs est de faire du buzz. Et ça marche !

Plutôt que d’accuser les journalistes de l’Humanité de complaisance, faisons semblant de croire que leur reprise in extenso et sans vérification – et a fortiori sans recoupement – des tracts de Solidarité-Palestine et consorts provient de leur seule ignorance.

Après tout, ils sont journalistes, pas gestionnaires, ni spécialistes en action sanitaire, ni diplômés en logistique.

Ah, oui, ils auraient pu se renseigner ? Réveillez-vous, on parle de l’Huma ! Le seul quotidien que feue la Pravda du petit père des peuples aurait pu encore nous envier!

En fait, la cargaison du bateau finlandais représentait un peu moins que l’ensemble des denrées envoyées à Gaza par Israël en une seule journée.

Peu importe, car jamais un journaliste français ne dit un mot de ces expéditions, puisque le mot d’ordre est ‘prison à ciel ouvert et blocus’. Que le blocus ne concerne que les armes ou ce qui peut servir à en fabriquer ne concerne pas les journalistes.

Surtout pas ceux de l’Huma. En plus, ils sont fâchés avec les chiffres.

Depuis des années, ses commissaires aux comptes successifs sont « accro » aux anxiolytiques, tant la trésorerie de ce quotidien est plombée par un déficit abyssal.

On ne va pas leur demander, en plus, de faire l’impasse sur le seul sujet qui fait consensus aussi bien chez leurs lecteurs que chez ceux de http://www.frontnational.com.

Primo s’en voudrait de noircir le tableau à propos de la visite de l’Emir du Qatar à Gaza.

Cette volonté de financer les banlieues françaises, de racheter le PSG, de soudoyer les narco-islamistes du Mali témoigne à la fois d’un sens aigu des affaires et d’une interprétation très particulière de l’intérêt général.

Ces deux notions coïncident difficilement, mais il est de bon ton, chez les intellodegauche (il n’y en a pas ailleurs, on le sait depuis 1981) d’assumer ses contradictions.

L’Huma a, de ce point de vue, des pudeurs qu’aucun de ses confrères ne peut lui envier.

D’ailleurs la presse française est d’une discrétion de bluette sur la froideur de l’accueil fait par la population de Gaza à ses sauveteurs, pourtant porteurs d’un petit pourcent de ce que l’ennemi honni lui fournit chaque jour dans l’indifférence des médias.

Certes le Hamas a déroulé le tapis rouge. Les plus beaux restaurants, les centres commerciaux ont été pavoisés aux couleurs du Qatar (voir quelques photos de Gaza ici). Une grande cérémonie populaire était prévue dans un des grands stades, afin de fêter l’événement.

Mais les Gazaouis savent compter, eux.

Ils savent que ces 500 millions ne sont qu’une poignée de dollars de plus dans la poche de leurs dirigeants. Qu’ils ne leur auraient, de toute façon, pas permis de vivre décemment. Ils savent que cela n’empêchera nullement les trafics souterrains de prospérer au bénéfice d’une poignée de chefaillons sans scrupules.

Ils savent que leur situation personnelle ne risque pas de s’améliorer puisque le seul pays de la région qui a une croissance positive est Israël et qu’ils n’y exportent que des bombes et des roquettes.

Aussi ont-ils préféré décliner l’invitation et la cérémonie a dû être annulée à la dernière minute, faute de spectateurs enthousiastes.

Au-delà de l’aspect purement anecdotique de ce don Qatari au gouvernement islamiste, il importe de souligner que le Hamas a de moins en moins d’emprise sur les habitants de Gaza.

Le peuple, le vrai, pas celui qui est laborieusement défendu par l’Humanité, ne se laisse plus prendre aux mirages de la propagande.

Règner sur les esprits

La gouvernance basée sur l’Islam et sa charia est une forfaiture intellectuelle et les peuples arabes commencent à s’en apercevoir.

Dans la région, les Égyptiens peinent à cacher leur impatience devant les promesses non tenues du gouvernement Morsi.

En Libye, les combats renaissent avec vigueur dans la plupart des grandes villes.

Un peu plus loin, les Tunisiens commencent à s’apercevoir que leurs libertés les plus fondamentales diminuent comme peau de chagrin.

Il y a quelques années, les manifestations « spontanées » faisaient le bonheur des dirigeants autoproclamés et celui des télévisions arabes. Et des nôtres quand lesdites manifestations avaient un rapport même lointain avec Israël.

Aujourd’hui, les grandes soirées publiques à la gloire des dirigeants ne font plus recette.

Le monde arabe prendrait-il conscience qu’il s’est laissé aller à adorer des idoles préfabriquées ?

Ce n’est donc pas pour manifester leur joie de voir le compte offshore de leurs dirigeants crédités de 500 millions supplémentaires, que le peuple a tiré des missiles sur Israël.

C’est par frustration de n’avoir pu organiser leur grande soirée triomphale au stade de Gaza, que quelques islamistes ont succombé à cette tentation.

Le Qatar finance, le Hamas récupère et quels que soient les tireurs, ce sont les civils israéliens qui payent la note.

Simple question d’habitude ! On a les feux d’artifice que l’on peut.


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 310 autres abonnés

%d bloggers like this: