Affaire DSK: Attention, une culture de l’assistanat peut en cacher une autre (Who will save our Gores and Strauss-Kahns from their desperate wealth traps?)

29 mai, 2011
 Trappe à  richesse désigne  tout mécanisme auto-renforçant qui conduit l’individu à s’installer durablement dans la richesse.  S’il persiste de génération en génération, le piège commence à se refermer si des mesures ne sont pas prises pour briser le cycle. Wikipedia (proposition de définition)
Est-ce le développement d’une culture de l’assistanat qui nous aurait fait oublier les devoirs qui sont la contrepartie des droits que la société accorde à tout individu ? Journaliste de la Tribune de Genève
Je craignais que tout cela (…) ruine ma réputation. Je ne savais pas trop quoi leur dire et craignait qu’ils ne croient pas mon histoire puisqu’il n’y avait aucune preuve d’ADN à partir d’un acte accompli de viol. Je ne savais pas en fait comment appeler ce qui s’est passé (…) J’ai été choquée, relate-t-elle. Je ne masse que les zones non-érogènes (…). Il a insisté pour que je descende, s’est mis en colère, et est devenu verbalement violent et parlait fort. J’ai été profondément choquée quand j’ai réalisé qu’il me demandait des faveurs sexuelles. Masseuse (ayant porté plainte contre Al Gore)
Si vous réduisiez le budget de la défense de 10%, ce qui serait catastrophique en termes de structure des forces, cela ferait 55 milliards de dollars sur 1400 milliards de dollars de déficit. Le problème n’est manifestement pas de notre côté. Robert Gates
Plus peut-être que n’importe quel autre Secrétaire à la Défense, j’ai été un avocat fort du soft power – de l’importance critique de la diplomatie et du développement en tant que composantes fondamentales de notre politique extérieure et de notre sécurité nationale. Mais que personne ne s’y trompe : la garantie ultime contre les agresseurs, dictateurs et terroristes, au 21ème siècle comme au 20ème, est le hard power – la taille, la force et la portée mondiale de l’Armée américaine. Robert Gates
On n’a pas vu de rubans bleus pour DSK dans les couloirs du FMI. Il est vrai aussi que Wolfowitz avait décidé de combattre avec virulence la corruption dans les projets financés par la banque. Et que cette aggressivité rendaient beaucoup de gens mal à l’aise. Pierre-Yves Dugua
So far what confuses Americans the most, superficially at least, is that a man of the Left like socialist Strauss-Kahn should seem so comfortable with the elite tastes of the damnable aristocracy — the astronomically priced suits, the $3,000-a-night suite, the Air France privileges, and the medieval Norman baron’s sense of entitlement regarding an immigrant housecleaner — while the supposedly neanderthal, right-wing Americans and their primitive “accusatory” legal system (read the French press on all that) so far are treating the rights of a maid as equal to a Eurocrat’s. (…) A book also needs to be written about the psychology that drives elites to push for socialism or statism for others even though it would eventually end the easy affluence that they assume as near birthrights for themselves. A Strauss-Kahn suit, a jaunt to Vail, Martha’s Vineyard, or Costa del Sol — these are not only at odds with the notion of a state-mandated equality of result, they are themselves just dessert fruits of capitalism that would wither on the vine if socialism were fully enacted. Victor Davis Hanson
Ce qui doit être clair, c’est que la raison pour laquelle M. Strauss-Kahn était si populaire au sein du FMI (femmes exceptées) était que son propre comportement était tellement en accord avec l’éthos de l’établissement. Voici un endroit où l’on peut exercer le pouvoir sans la plus petite sanction électorale, profiter de ses privilèges sans le moindre contrôle, encaisser son salaire sans aucune fiscalisation  et dépenser l’argent des autres avec la plus grande désinvolture. Le WSJ

Qui délivrera nos DSK et nos Gore de la culture de l’assistanat et des véritables « trappes à richesse »  dont ils semblent irrémédiablement prisonniers?

Six-pièces dans le XVIe, 240 m2 place des Vosges, maison de 380 m² à Washington, riad de Marrakech, costumes à 35 000 $, Porsche, salaire annuel – sans compter la petite famille - à 495 000 dollars net d’impôts, retraite à 80 000 dollars, 40 milliards pour les « printemps arabes », régime sec pour la Grèce …

A l’heure où, pour le prétendu « printemps arabe« , nos dirigeants ont ressorti la « machine à promesses » pour faire ce qu’ils savent le mieux faire, dépenser notre argent …

Où, du fond de sa prison dorée payée comme le reste par les millions de sa femme, l’ancien patron déchu du FMI se prépare à se racheter une conduite …

Et où, au plus anti-américain des présidents américains engagé dans l’européisation forcée de son pays, un secrétaire à la défense sur le départ rappelle la véritable source de la puissance,  héritée de son successeur, qui lui a permis tout récemment d’éliminer l’un des cerveaux du jihadisme mondial …

Remise des pendules à l’heure avec le WSJ et Victor Davis Hanson.

Qui rappellent à leur tour la véritable raison de la popularité, juste avant la chute que l’on sait de l’ancien fonctionnaire le mieux rémunéré de Washington et grand ordonnateur de régime sec pour les autres.

A savoir, contrairement à un certain néoconservateur qui en son temps paya le prix pour son obsession de la lutte anti-corruption, sa parfaite et apparemment fatale adéquation avec l’éthos de l‘un de ces rares endroits du monde où l’on peut  à la Gore c’est-à-dire dans la plus grande impunité et avec le plus parfait abandon…

 « exercer le pouvoir », « profiter de ses privilèges » et « dépenser l’argent des autres » !

 The Strauss-Kahn Standard

Why the IMF overlooked DSK’s sexual marauding, and the vindication of Paul Wolfowitz

The WSJ

May 27, 2011

So now we know what a real scandal atop a leading international organization looks like.

Whatever becomes of the sexual assault charges against Dominique Strauss-Kahn, DNA evidence and all, it is now clear that the former head of the International Monetary Fund treated the organization as his sexual fiefdom. « Despite my long professional life, I was unprepared for the advances of the managing director of the IMF, » wrote Piroska Nagy, an IMF staff economist whom Mr. Strauss-Kahn pursued until she agreed to a brief affair in 2008. « I did not know how to handle this, » she added in a letter to a law firm investigating the affair. « I felt, ‘I was damned if I did and damned if I didn’t.’ »

Ms. Nagy’s letter—which added that Mr. Strauss-Kahn was « a man with a problem that may make him ill-equipped to lead an institution where women work under his command »—has received considerable media attention in recent weeks, and rightly so. But perhaps its real interest lies in the way none of Ms. Nagy’s points seem to have found their way into the firm’s October 2008 report to the IMF Executive Board.

On the contrary, the report, conducted by three lawyers at the firm of Morgan, Lewis & Bockius, concluded that « there is no evidence that the MD [managing director], either expressly or implicitly, threatened the female staff member in any way to induce her to engage in the affair or to keep it confidential. » The IMF board gave Mr. Strauss-Kahn merely a wrist slap for a « serious error of judgment, » along with board assurances that the episode would « in no way affect the effectiveness of the Managing Director in the very challenging and difficult period ahead. »

All this was dutifully reported by the press at the time as one of those nothing-to-see-here stories. It also made for a striking contrast to the media’s overdrive when it came to trumpeting the unreal (in every sense) « scandal » that had brought down World Bank President Paul Wolfowitz the previous year. And one has to wonder why.

Remember that Mr. Wolfowitz’s alleged sin was that he had arranged a job transfer, along with a substantial raise, for his companion Shaha Riza, a bank employee at the time Mr. Wolfowitz took the helm in 2005.

But any suggestion that favoritism had been involved quickly fell apart when it came to light that Mr. Wolfowitz had disclosed the relationship with the bank’s board before taking the job; that he had sought to recuse himself from the matter; that the bank’s ethics committee had forbidden him from recusing himself; and that the committee had also directed him to arrange a promotion and pay raise for Ms. Riza « on the basis of her qualifying record » and out of concern for the « potential disruption » to her career for a conflict of interest that was not of her own making.

That was it. Yet outside of these columns, few other news outlets could be bothered to report the facts. Was it because Mr. Wolfowitz, as one of the most prominent advocates for deposing Saddam Hussein, was such a convenient media villain? Or because the board and management of the bank were so resistant to Mr. Wolfowitz’s aggressive anti-corruption agenda, and all too happy to leak selective and bogus information to suggestible journalists?

The answer was both. In the end, the bank board formally acquitted Mr. Wolfowitz of all charges of ethical misconduct, though it got what it most wanted, which was his resignation. Under successor Robert Zoellick the bank is out of the news and back to the business-as-usual of shoveling money out the door. How wonderful: Its annual claims on the American taxpayer now exceed $2 billion.

As for the IMF, his sexual pursuit of underlings forgiven, Mr. Strauss-Kahn was treated in the media as a hero for pushing vast sums on bankrupt economies like Greece. Even now, with the bailouts failing and their mastermind on bail, he is seen as a visionary brought low by his fatal flaw.

Yet what ought to be clear is that the reason Mr. Strauss-Kahn was so popular within the IMF (female company excepted) was that his own behavior was so in tune with the ethos of the institution. Here is a place where power can be exercised without electoral accountability, privileges can be enjoyed without scrutiny, salaries can be claimed without taxes, and other people’s money can be spent with abandon.

He thrived because he enhanced the power of the IMF and did the political bidding of the same European countries that loathed Mr. Wolfowitz’s independent streak. And—if the allegations against him prove to be true—no wonder DSK felt he could behave with impunity in the comfort of his $3,000-a-night New York City suite.

Mr. Strauss-Kahn will soon face his own reckoning, though we won’t hold our breath for any changes in the culture or the mindset of the IMF he once led. As for Mr. Wolfowitz, he long ago proved his innocence. What he has won now—and what his erstwhile detractors should concede—is an additional measure of vindication.

Voir aussi :

DSK’s Technocratic Socialism

Victor Davis Hanson

NRO

May 22, 2011

The bizarre story of socialist IMF head Dominique Strauss-Kahn was almost storybook: The socialist guardian, now facing sordid sexual-battery charges, we are told, was slumming in a $3,000 per night hotel, with an understanding that he can show up at any time at an Air France flight and hop on a first-class seat. His sense of entitlement — from violating the law to living like 18th-century French royalty to purportedly having his way with a worker of the lower classes — was the logical bookend to the IMF’s harsh lectures to Greeks and others to suck it up, cut back, and live according to their means in these times of global recession. (Not to mention the prior exemptions granted by the IMF to the suspect’s past sexual peccadillos.) It is almost as if the more our global experts assure us that equality-of-result central planning works, the more such an egalitarian veneer seems to mask a self-indulgent core.

As we saw with allegations of Al Gore’s having groped hotel masseuses, there seems to be some sort of synergy with global humanitarian elites toiling on our behalf, fancy hotels, exclusive travel — and sexual aggression against those toiling in the service sector. In some sick way, just as Gore’s mounting hypocrisies came to symbolize the decline in global-warming religious observance, so too Strauss-Kahn’s “indulgences” may be emblematic of the mounting hypocrisies of the IMF.

In any case, Greeks who were thinking of defaulting (and they were legion) were looking for the slightest excuse of any sort, and now they may well have found one, however unlikely: If the head of the IMF overseers cannot follow the law, symbolically reflect in his own life the tough sacrifices asked by others, and abide by protocols of common decency, why then should his indebted subjects?

Voir également:

A Teachable Moment on American-European Faultlines

Victor Davis Hanson

NRO

May 18, 2011

The full story is not out on Dominique Strauss-Kahn and he is innocent of forcible sexual battery until proven guilty, but already the case has exposed an ancient abyss between European elite and American popular cultures — accentuated by the differences between New York’s rough-and-tumble media and legal worlds on the one hand and IMF technocracy and French privilege on the other. There are also questions of race and asymmetrical power in play, as well as the notion that an IMF head should adopt at least a façade of probity and sacrifice, given that his organization lectures tens of millions on fiscal sobriety and belt-tightening.

So far what confuses Americans the most, superficially at least, is that a man of the Left like socialist Strauss-Kahn should seem so comfortable with the elite tastes of the damnable aristocracy — the astronomically priced suits, the $3,000-a-night suite, the Air France privileges, and the medieval Norman baron’s sense of entitlement regarding an immigrant housecleaner — while the supposedly neanderthal, right-wing Americans and their primitive “accusatory” legal system (read the French press on all that) so far are treating the rights of a maid as equal to a Eurocrat’s.

The wonder about the French cultural furor over the incident is not that they consider us parochial and “hung up” on sex, but that the press and its op-ed writers are so blatant in their expressions of class snobbery and national chauvinism. For all the Euro-lectures about Western imperialist colonialism, this story (fairly or unfairly) casts the Americans as the everyman and the French as the haughty technocrat furious that rules of equality under the law apply to him — not to mention modern notions of feminism, about which one would have expected a sophisticated Frenchman to be sensitive.

One also might have thought the French press would have taken more note of the angle that a foreign national accused of committing several felonies is drawing on considerable power, influence, and money in his legal contest with an immigrant maid from Africa. Instead, in French press accounts, one distills a veritable caricature: “How dare those backward Americans do this? Do they have any idea of who Strauss-Kahn is and what he represents, or how we civilized and sophisticated Europeans deal with these dime-a-dozen sort of low-rent sexual accusations against men of culture from mere chambermaids?”

A book also needs to be written about the psychology that drives elites to push for socialism or statism for others even though it would eventually end the easy affluence that they assume as near birthrights for themselves. A Strauss-Kahn suit, a jaunt to Vail, Martha’s Vineyard, or Costa del Sol — these are not only at odds with the notion of a state-mandated equality of result, they are themselves just dessert fruits of capitalism that would wither on the vine if socialism were fully enacted.

Voir enfin:

The Gates Farewell Warning

America can be a superpower or a welfare state, but not both

The WSJ

May 28, 2011

Robert Gates, who steps down next month after four-plus years at the Pentagon, is making his retirement lap a tutorial on America’s defense spending and security needs. His message is welcome, especially on Memorial Day, and even if he couldn’t always heed it in his time as Secretary of Defense.

In a series of farewell speeches, Mr. Gates has warned against cuts to weapon programs and troop levels that would make America vulnerable in « a complex and unpredictable security environment, » as he said Sunday at Notre Dame. On Tuesday at the American Enterprise Institute, Mr. Gates noted that the U.S. went on « a procurement holiday » in the 1990s, when the Clinton Administration decided to cash in the Cold War peace dividend. The past decade showed that history (and war) didn’t end in 1989.

« It is vitally important to protect the military modernization accounts, » he said, and push ahead with new capabilities, from an air refueling tanker fleet to ballistic missile submarines.

***

America’s role as a global leader depends on its ability to project power. In historical terms, the U.S. spends relatively little on defense today, even after the post-9/11 buildup. This year’s $530 billion budget accounts for 3.5% of GDP, 4.5% when the costs of the Afghan and Iraq wars are included. The U.S. spent, on average, 7.5% of GDP on defense throughout the Cold War, and 6.2% at the height of the Reagan buildup in 1986.

But on coming into office, the Obama Administration put the Pentagon on a fiscal diet—even as it foisted new European-sized entitlements on America, starting with $2.6 trillion for ObamaCare. The White House proposed a $553 billion defense budget for 2012, $13 billion below what it projected last year. Through 2016, the Pentagon will see virtually zero growth in spending and will have to whittle down the Army and Marine Corps by 47,000 troops. The White House originally wanted deeper savings of up to $150 billion.

Mr. Gates deserves credit for fighting off the worst White House instincts, but his biggest defeat was not getting a share of the stimulus. Instead he has cut or killed some $350 billion worth of weapon programs. He told his four service chiefs last August to find $100 billion in savings. The White House pocketed that and asked for another $78 billion. Last year, Mr. Gates said that the Pentagon needs 2%-3% real budget growth merely to sustain what it’s doing now, but it could make do with 1%. The White House gave him 0%.

In the Gates term, resources were focused on the demands of today’s wars over hypothetical conflicts of tomorrow. This approach made sense at the start of his tenure in 2007, when the U.S. was in a hard fight in Iraq. Yet this has distracted from budgeting to address the rise of China and perhaps of regional powers like a nuclear Iran that will shape the security future. The decision to stop producing the F-22 fighter and to kill several promising missile defense programs may come back to haunt the U.S.

Mr. Gates knows well that America won’t balance its budget by squeezing the Pentagon. « If you cut the defense budget by 10%, which would be catastrophic in terms of force structure, that’s $55 billion out of a $1.4 trillion deficit, » he told the Journal’s CEO Council conference last November. « We are not the problem. »

…So what is? Mr. Gates acknowledged it only in passing this week, but the reality is that the entitlement state is crowding out national defense. Over two decades ago, liberal historian Paul Kennedy claimed that « imperial overstretch » had brought first the Romans, then the British and now Americans down to size. He was wrong then, but what’s really happening now is « entitlement overstretch, » to quote military analyst Andrew Krepinevich.

The American entitlement state was born with the New Deal, got fat with the Great Society of the 1960s and hit another growth spurt in the first two years of the Obama era. The big three entitlements—Social Security, Medicaid and Medicare, plus other retirement and disability expenses—accounted for 4.9% of GDP by 1970, eclipsed defense spending in 1976 and stood at 9.8% as of last year. Under current projections, entitlements will eat up 10.8% of GDP by 2020, while defense spending goes down to 2.7%. On current trends, those entitlements will consume all tax revenues by 2052, estimates Mackenzie Eaglen of the Heritage Foundation.

Europe went down this yellow brick road decades ago and today spends just 1.7% of GDP on defense. The Europeans get a free security ride from America, but who will the U.S. turn to for protection—China?

As Reagan knew, America’s global power begins at home, with a strong economy able to generate wealth. The push for defense cuts reflects the reality of a weak recovery and a national debt that has doubled in the last two years. But the Obama Administration made a conscious decision to squeeze defense while pouring money on everything else.

***

« More perhaps than any other Secretary of Defense, I have been a strong advocate of soft power—of the critical importance of diplomacy and development as fundamental components of our foreign policy and national security, » Mr. Gates said at Notre Dame. « But make no mistake, the ultimate guarantee against the success of aggressors, dictators and terrorists in the 21st century, as in the 20th, is hard power—the size, strength and global reach of the United States military. »

That’s a crucial message for Republican deficit hawks, and especially for a Commander in Chief who inherited the capability to capture Osama bin Laden half way around the world but is on track to leave America militarily weaker than he found it.


Affaire DSK: Vous avez dit puritanisme? (It’s an extraordinary moment when a NYT reporter publicly abdicates his responsibilities)

27 mai, 2011
 C’est comme ça qu’a commencé l’affaire Dreyfus, je vous le rappelle! Au départ, presque tout le monde le condamnait et il a fallu de longues années pour qu’il soit innocenté. Jean-Pierre Chevènement
It’s almost mindboggling that information like this did not become public over his political career If this had come out when he was running for governor, he wouldn’t have gotten elected.   Dan Schnur (veteran California GOP strategist, University of Southern California)
 I just don’t really care about candidates’ sex lives and personal lives and marriages. And I think voters care less and less. You can go to, like, a million blogs, and they’ll talk all about his past transgressions and his personal life and whether it matters to voters and all that. You’re just not really gonna find it in my work. Matt Bai (NY Times)
It’s an extraordinary moment, when a New York Times reporter, charged with covering a candidate for the highest office that we elect people to, publicly abdicates his responsibilities, and in the smuggest possible way. (…) Bai seems not to be able to tell the difference between a gratuitous invasion of privacy for indecent or prurient tabloid purposes, and the justified examination of the soundness and steadiness of a candidate’s conduct over time. And yes, that includes considering the totality of a person’s life, as (note to Bai) life is lived holistically, not this part discrete and separate from that part. And yes, to determine what is fair to cover requires judgment. Bai has used his rather questionable judgment to a) arbitrarily draw a bright line between what he will and won’t cover, and reflexively close off an entire area of inquiry in what amounts to a suspension of thought, and b) smugly insult anyone who thinks differently. (…) Imagine if the great Lyndon Johnson biographer Robert Caro were to say that he didn’t care that just as the United States was dramatically escalating the war in Vietnam, President Johnson was drinking at least a fifth of Cutty Sark a day, and was harboring dark, secret fears that he wasn’t capable of the job of President. There is more than a little Richard Nixon in Gingrich — the same lack of place, the same keen intellect, the same petty fights and imaginary enemies, the same hallucinatory grievances, the same willingness to lie, exaggerate and smear. On a given day, Newt Gingrich could be a brilliant president. On any night, he could be a monster. Richard Cohen There’s no question at times of my life, partially driven by how passionately I felt about this country, that I worked far too hard and things happened in my life that were not appropriate, » said Gingrich during an interview with CBN’s David Brody. « What I can tell you is that when I did things that were wrong, I wasn’t trapped in situation ethics, I was doing things that were wrong, and yet, I was doing them, » he continued, going on to say that he had sought « God’s forgiveness. Not God’s understanding, but God’s forgiveness. » In a sense, our Judeo-Christian civilization is under attack from two fronts. On one front, you have a secular, atheist, elitism. And on the other front, you have radical Islamists. And both groups would like to eliminate our civilization if they could. For different reasons, but with equal passion. Mark Warren (Esquire)
It’s not how much you are going to have to reveal, it’s what are you going to have to answer for? It’s like a decision tree: Is it current or past? Do you have an aggrieved spouse or a spouse who is saying, ‘This is private, and we’re getting our lives together?’ Does this have a public implication or not — will it affect your ability to govern? I’m not sure there is one formula. Celinda Lake (Democratic pollster)
In decades past, there was kind of an unwritten rule in politics: a candidate’s private life mattered only to the extent that it reflected on his or her ability to serve. That rule became extinct with the 1988 presidential campaign of Gary Hart, the Colorado Democrat caught on a yacht named “Monkey Business” snuggling with a woman other than his wife. In today’s celebrity-obsessed, Internet-driven world, voters are hungry for details, especially when the presidency is at stake. David Axelrod, President Obama’s longtime adviser, likens running for the White House to an “all-body psychological scan,” in which the spouse is a kind of Rorschach test for character.. Character matters. We think about that now in choosing somebody for office. Their relationships with their wives, their families, the choices they’ve made are all a clue to the kind of person they are — and are probably fair game. Doris Kearns Goodwin (presidential historian)
The spouse relationship grows as the campaign goes forward. In the early phase, there is very little interest. In the nominating phase there is big interest, and in the fall sprint to Election Day there is huge interest. Scott Reed (Republican strategist)
After so many years of exposes, apologies and rehabilitation campaigns, we have may have reached the point where scandals about a politician’s personal misbehavior have simply become a new form of reality TV, with the miscreants temporarily expelled from the tribe and sent to Redemption Island to compete for who gets to make the first comeback. Today even Newt Gingrich, now on his third marriage and having been involved in an extramarital affair while lambasting President Clinton for the same behavior, thinks he has a shot at the presidency. When Americans vote for a member of Congress or a state or local official, we’re essentially electing a stack of policy positions. But when we select a president, we’re investing our trust in a man or woman we want to lead us. We’re looking not only for agreement on the issues but for an emotional connection that allows us to place our trust in another human being. That’s why the personal biography – and personal transgressions – of presidential candidates are so much more important to us than those of other politicians. Former House Speaker Newt Gingrich has made his renewed commitment to religious values and social conservatism a tenet of his campaign. He has chosen to hold himself to a higher standard, just as a defender of racial justice would be judged more harshly for belonging to an all-white country club or a congressman who has advocated on behalf of anti-poverty measures would receive more condemnation for violating tax law to shield personal wealth. Because Gingrich’s divorces have been driven by his infidelity, he is engaging in personal behavior that most voters find to be much less acceptable. He has not yet found a satisfactory way to address his past behavior. Dan Schnur
 I can’t handle a Jaguar right now. All I want is a Chevrolet. (…) It doesn’t matter what I do. People need to hear what I have to say. There’s no one else who can say what I can say. It doesn’t matter what I live. Newt Gingrich
The bottom line is that « there’s no way » he’ll be president. He could have been president. But when you try and change your history too much, and try and recolor it because you don’t like the way it was or you want it to be different to prove something new . . . you lose touch with who you really are. You lose your way. (…) He believes that what he says in public and how he lives don’t have to be connected. If you believe that, then yeah, you can run for president. … He always told me that he’s always going to pull the rabbit out of the hat. (…) He was impressed easily by position, status, money. He grew up poor and always wanted to be somebody, to make a difference, to prove himself. Marianne Gingrich (Newt Gingrich’s ex-wife)
Arnold Schwarzenegger was also guilty of the raw assertion of male power. More than mere infidelity, The Sperminator was caught on lying and piggishness, having a son with a staffer around the same time Maria had their youngest son, who is now 13. He kept the staffer on the payroll and even may have brought the son Maria didn’t know about into the house. No wonder Maria fled to a Beverly Hills hotel. We’re always fascinated with the contradiction that cosmopolitan, high-powered, multilingual people can behave in such primitive ways. But civilization and morality have nothing to do with sophistication and social status. The lesson of these two fallen grandees, as Bill Maher told Chris Matthews, is: “If you’re going to go after the household help, get a ‘Yes,’ first.” Maureen Dowd
DSK courait les jupons et les boîtes échangistes. La belle affaire! C’est sa vie privée et elle n’en fait pas un violeur en puissance. Pour Le Canard, l’information s’arrête toujours à la porte de la chambre à coucher. Le Canard enchainé
Inseminator vs. Sperminator L’ex-gouverneur de Californie a profité du vacarme DSK pour aouer qu’il avait engrossé la bonne. La presse US avait oublié d’enquêter sur l’époux d’une Kennedy. Le Canard enchainé (25.05.11)
La vérité, et tout le monde le sait, c’est que Paris bruisse depuis des mois sinon des années dans les milieux politiques ou journalistiques de relations assez pathologiques de M. Strauss-Kahn à l’égard des femmes… C’est un peu le système en France, on ne parle pas sous prétexte que c’est la vie privée… Marine Le Pen
L’enquête n’a peut-être pas la même histoire ici et là-bas. Le « fouille-merde » cher à nos politiques quand ils manifestent leur bonheur à lire, écouter ou voir de plaisantes révélations, est une invention américaine. Ida Tarbell fut à l’origine de cette appellation présidentiellement contrôlée par Théodore Roosvelt. Au début du XXe siècle, la journaliste fut qualifiée de muckraker parce qu’elle dénonçait les méfaits d’un certain John D. Rockeffeler dans l’exploitation des femmes et des enfants, nouveaux employés de l’industrie pétrolière. L’investigative journalism s’enracine dans une tradition sociale bâtie sur la défense du faible. Rapidement, il fera l’objet d’une théorisation, d’un enseignement spécifique. L’enquête est considérée comme un pilier de la production de l’information américaine. Un art de faire indissociable du système judiciaire accusatoire. Le journaliste met en lumière dans le cadre d’une démocratie légale qui l’accompagne, à l’instar des parties au procès qui produisent leurs preuves. L’exigence de transparence englobe tous les secteurs de la vie publique ou privée, de la chasse à la corruption comme à celle du mensonge, et cela dans cette même recherche de l’élément qui démontre. Le puritanisme ambiant veut une exemplarité à tous crins ; y contrevenir, c’est s’engager à être exposé au plus grand nombre qui vous juge à la façon du magistrat dans son tribunal. A moins que vous ne soyez en mesure de contredire, arguments à l’appui, la plainte qui vous vise. Dans ce rapport à la vérité, le sexe fait partie du spectre que l’on explore. Il touche les plus puissants, entrepreneurs et même policiers. (…) La France des années 1900 a connu cette même indignation journalistique devant l’injustice sociale. Bagne ou Tour de France, les écrits d’Albert Londres et de ses confrères pointent un même doigt de justicier. Avec l’avènement du journalisme, le commentaire politique règne d’abord en maître. L’importation des techniques américaines du reportage ont permis que soient ensuite publiées les premières affaires politico-judiciaires et bien après jusque sur le petit écran. Mais (…) l’enquête française est toujours en relation avec un événement déclencheur. De plus, elle s’est aussi fixé des limites déontologiques, comme le respect de la vie privée. Depuis peu, ce principe s’amende. Cette vie privée oblige maintenant à une indéfectible transparence, quelle que soit l’importance du ministre. Fin de l’omerta, de la connivence ou des avantages en nature. Ce n’était pas le cas il y a peu. Le sexe est souvent resté sujet de gaudriole et de sous-entendus pour machistes. Certes, on le publie, on le commente mais sans lui conférer le statut d’information. De quoi nous préserver tous d’une forme d’horreur médiatique. Soit, mais si la chambre est payée aux frais de la République ? Quand, derrière la porte, les pratiques se font intolérables ? Faut-il que nos légitimes préventions évoluent ? « L’affaire DSK » repose la question d’une valeur vérité dont les démocraties souffrent davantage chaque jour. Hervé Brusini (directeur de la rédaction nationale Web à France Télévisions) 
La « justice spectacle » américaine, qui tient assurément des superproductions hollywoodiennes, est proprement abominable. Les images de Dominique Strauss-Kahn sortant, sous le crépitement des flashs, du commissariat d’Harlem, menotté dans le dos, encadré par des policiers à la mine patibulaire – qui ne sont d’ailleurs pas sans rappeler celles de Lee Harvey Oswald, l’assassin présumé de John Fitzgerald Kennedy, sortant d’un bâtiment de police de Dallas en novembre 1963, pareillement escorté (il sera, lui, abattu en direct par Jack Ruby – DSK l’a peut-être échappé belle !), ces images sont donc insoutenables et surtout indignes d’une nation qui se veut une grande démocratie : on en viendrait presque à aimer le système judiciaire français qui, lui, au moins, depuis 2000, n’autorise pas la diffusion de telles images. (…) Que Dominique Strauss-Kahn soit coupable ou non, il est inadmissible de traiter un homme de la sorte, d’abord parce que c’est un être humain, ensuite parce qu’il était tout de même, encore, directeur général du Fonds monétaire international (FMI). Entendons-nous bien : comme tout le monde, je crois – et suis donc attaché – au principe de l’égalité de tous les citoyens devant la loi. Je pense néanmoins qu’il y a des personnes qui, en raison de leurs responsabilités éminentes, ou des services rendus à leur nation ou au monde – et c’est le cas de Strauss-Kahn -, ont droit, au moins, à certains égards, à une certaine considération, ce qui ne signifie ni l’impunité de leurs actes ni des atténuations particulières de sanctions. Or, il apparaît que, dans cette affaire, M. Strauss-Kahn n’a pas été traité, et n’est pas traité, respectueusement, qu’il est même plus mal traité qu’un justiciable « ordinaire » : ce n’est pas, de mon point de vue, admissible. Michel Fize (sociologue)
 Ce concert d’indignations (…) renvoie aux archaïsmes de notre société et à la place de la justice dans notre démocratie si pauvre en culture de contre-pouvoir. Une fois de plus, les élites françaises se scandalisent du fonctionnement de la justice quand elle s’applique à l’un d’eux. (…) Cette fois-ci, une justice étrangère réserve à un membre éminent de l’univers politique français, proche des cercles de pouvoir économiques et intellectuels et accusé de faits criminels, un traitement égal à celui de tout justiciable. Selon de nombreux commentaires émanant de responsables français, la justice américaine aurait commis une forme d’abus de pouvoir et se serait fait de la publicité sur le dos de M. Strauss-Kahn en l’exhibant ainsi devant les caméras. (…) Ce qui paraît brutal, vu de France, n’est que l’absence de prise en compte, dans ce pays étranger, de considération sociale dans la façon de traiter le suspect. Ce qui paraît violent au public français n’est que l’absence d’égards dus, pense-t-on, à la « caste sociale » de l’intéressé. (…)Il existe, certes, une mise en scène de la part des chefs de la police et du parquet, mais c’est celle d’une justice élue qui rend des comptes à ses électeurs sur le terrain de son indépendance. Enfin, nous ne sommes pas confrontés dans cette affaire à un accès de puritanisme anglo-saxon, comme celui dont les Américains ont pu faire preuve notamment dans le cas de Bill Clinton pour l’affaire Lewinsky. C’est un dossier criminel qui repose sur des chefs de poursuite graves. Ce qui choque, en France, finalement, c’est cette culture de contre-pouvoir américain. Chez nous, historiquement, la justice a été construite pour protéger les biens et les personnes, et non pour s’ériger en véritable pilier de la démocratie, à hauteur des pouvoirs politique et économique (…) L’ »Angolagate », les affaires Chirac ou Bettencourt, et tant d’autres, n’ont fait que démontrer à quel point le pouvoir politique, en France, entend contrôler étroitement le cours de la justice au gré de considérations douteuses, voire partisanes, et souvent liées à la puissance des personnes et des intérêts potentiellement visés par des poursuites judiciaires. (…) L’indignation française dans l’affaire DSK agit comme un miroir d’une démocratie bancale. La rencontre entre l’un des membres les plus éminents de l’élite, et la justice américaine n’est pas brutale en soi : elle montre surtout le chemin qui reste à parcourir en termes de séparation des pouvoirs dans notre pays. Jacques Follorou  

Vous avez dit puritanisme?

Gouverneur élu et réélu  en dépit de multiples témoignages de harcèlement sexuel qui cache pendant plus de dix ans un enfant illégitime fait à son employée de maison, candidats à la présidentielle au lourd passif d’infidélités, mariages et divorces (y compris à la même femme!) dont l’un  se présentant au nom des valeurs morales et de la famille au nom desquelles il avait dirigé la campagne de destitution contre un président en exercice, chroniqueur-vedette du premier journal du pays reconnaissant ouvertement ne plus s’intéresser comme ses lecteurs au passif moral de tels candidats et se voyant rappeler à ses obligations par un magazine de « photos de charme », policiers acquittés  du viol manifeste d’une jeune cadre de la mode de New York ivre à qui ils étaient censés porter secours …

A l’heure où, contre la prude Amérique qui fustige tant la confusion mentale d’un DSK  apparemment incapable de faire la différence entre  les chambres du Sofitel et  les alcoves de ses clubs échangistes que la complaisance de nos médias qui la rend possible, un jubilant Canard enchainé pointe l’enfant que l’ex-gouverneur de Californie vient de lui « faire dans le dos » …

Et où, au-delà des inévitables théories du complot (57 % des Français quand même!) le contrechoc en France même des sommets de machisme tranquille atteints par certains des défenseurs de l’ex- patron du FMI et jusqu’à tout récemment meilleur espoir de retour au pouvoir de la gauche française, montre que rien ne sera probablement plus comme avant au pays de l’impunité et de l’omerta sexuelles …

Retour sur l’intéressante mise des pendules à l’heure dans Le Monde avec l’historien Eric Fassin.

Qui, mis à part une contre-vérité bien française sur les prétendus mensonges de Bush, rappelle que, loin de « l’expression toujours répétée d’un puritanisme intemporel » à laquelle la réduisent systématiquement tant et tant de nos analystes hexagonaux, la culture politique américaine « a une histoire » et une histoire aussi longue que complexe.

Que les scandales sexuels ne font dans cette histoire qu’une rentrée médiatique relativement tardive (pas plus de 30 ans après des décennies de silence radio comme notamment sur les frasques d’un Kennedy), les motifs s’étendant, sous la pression féministe, du simple adultère au harcèlement et aux violences sexuelles.

Et que, comme le montre bien justement le cas Schwarzenegger élu (comme le reconnait à nouveau Le Canard) malgré les pires accusations de harcèlement sexuel déterrées par les médias contre lui, lesdits médias ne sont pas toujours suivis par les électeurs et le reste de la société américaine.

Mais surtout, ce que l’on peine apparemment toujours à comprendre de ce côté-ci de l’Atlantique, que ce qui motive ces dénonciations qui font tomber ou reculer les grands n’a pas tant à voir avec la morale sexuelle qu’avec l’exigence de vérité.

Autrement dit, ce n’est pas leurs transgressions sexuelles que l’on reproche à un Clinton en 1998 ou un Schwarzenegger aujourd’hui comme un Gingrich ou un Sptizner « verrouillant leur placard » ou enfreignant la loi tout en prônant la moralisation de la vie publique.

Mais, derrière leurs mensonges sous serment ou leur hypocrisie, leur rapport douteux à la vérité potentiellement lourd de conséquences pour leur pratique politique …

Le scandale sexuel fait moins la politique aux Etats-Unis

Eric Fassin

Le Monde

 17.05.11

Un « DSKgate » ne serait plus aussi improbable en France

En 2003, c’était la « une » du Los Angeles Times : quelques jours avant d’être élu gouverneur de Californie, Arnold Schwarzenegger se voyait accusé par de nombreuses femmes d’être un brutal « peloteur » (groper), pire, un harceleur. Outre-Atlantique, un tel scandale semblait étrangement familier ; de même, en France, on y voyait une caractéristique de la culture politique états-unienne, renvoyée à son héritage puritain.

De fait, la décennie précédente avait été ponctuée d’affaires sexuelles retentissantes, depuis les accusations de harcèlement portées en 1991 contre le juge Clarence Thomas avant sa confirmation à la Cour suprême, en passant par les procès pour viol d’un rejeton de la famille Kennedy et du champion de boxe Mike Tyson, jusqu’à l’affaire Lewinsky. Toutefois, le Gropergate n’avait rien d’un Monicagate. Tandis qu’en 1998, le président subissait une procédure d’impeachment, Arnold Schwarzenegger n’allait nullement être poussé à la démission. En 2003, au grand dam des féministes, les accusatrices rencontraient l’indifférence générale. Autrement dit, l’Amérique n’était plus l’Amérique : loin de se réduire à l’expression toujours répétée d’un puritanisme intemporel, cette culture politique avait une histoire, qui venait de basculer au tournant des années 2000.

Pour interpréter historiquement l’importance des scandales sexuels outre-Atlantique, il faut revenir en arrière. Il n’en a pas toujours été ainsi : sur les aventures de John Kennedy, les journalistes gardaient encore un silence discret. Ce qui rend possible la nouvelle transparence, dans un premier temps, ne doit rien à la morale sexuelle. C’est le Watergate, dont tous les scandales à venir reprendront le suffixe : en 1974, des journalistes ont réussi à faire tomber Richard Nixon, victime de ses mensonges. La vérité devient l’arme des médias, qui ont barre sur les hommes politiques. C’est seulement au cours des années 1980 que cette vérité devient sexuelle. C’est la montée en puissance de la droite religieuse : Ronald Reagan vient d’être porté au pouvoir par la Majorité morale. C’est alors qu’on assiste à la conjonction de deux logiques bien distinctes : les médias convergent paradoxalement avec les conservateurs. L’exemple, en 1987, de Gary Hart, sénateur du Colorado, est emblématique. Dès qu’il a mis au défi les médias de prouver le bien-fondé des rumeurs, la révélation de sa liaison adultère se confond avec le flagrant délit de mensonge : c’est comme une même tromperie. Si le candidat à l’investiture démocrate renonce alors, c’est sous la pression, non pas de l’opinion (qui, aux deux tiers, trouve ce traitement injuste) mais des médias ; et lorsque, en retour, l’homme politique déchu s’en prend à eux, les chroniqueurs le comparent… à Richard Nixon ! Dans les années 1990, sous la présidence de Bill Clinton, le climat politique a changé. Après le tremblement de terre de l’affaire Clarence Thomas, les médias reprennent à leur compte les préoccupations féministes pour lesquelles ils n’avaient guère manifesté d’intérêt jusqu’alors. Aussi est-il moins question d’adultère, comme pendant la décennie précédente, que de harcèlement sexuel (dans le monde politique), ou de viol (parmi les people). Depuis le Watergate, véritable consécration de leur métier, les journalistes ne se contentent donc pas aux Etats-Unis de refléter l’actualité, ni même de la mettre en forme en fonction des langages disponibles dans la société : leur ambition, avouée ou non, est de contribuer à la produire. En imposant leur loi aux politiques, ils font l’événement, de scandale en scandale. A la fin des années 1990, c’est l’affaire Lewinsky qui le manifestera de manière éclatante. En effet, la presse unanime s’acharne contre le président, non moins que les républicains au Congrès. Certes, ce bras de fer médiatique ne se veut pas politique : les journalistes font la morale au nom des Américains qui, à la différence des Européens, exigeraient de leurs hommes publics des vertus privées. Or, tous les sondages le montrent alors, aux Etats-Unis, l’opinion s’entête à distinguer l’homme du président – condamnant le premier, et non le second. L’élection de mi-mandat viendra le confirmer, en novembre 1998. En effet, contrairement aux attentes des chroniqueurs, ce sont non pas les démocrates, mais les républicains, compromis dans la bataille de l’impeachment, qui en font les frais. Bref, la « stratégie Monica » a échoué. Les conservateurs s’indignent de la « fin de l’indignation morale », voire d’une « européanisation » des moeurs aux Etats-Unis – comme bientôt, avec l’élection de Schwarzenegger, des féministes allaient s’inquiéter du retour d’un machisme invétéré. En tout cas, c’en est alors fini de l’emprise exercée par les médias sur les politiques au nom de la vérité : à la faveur d’une actualité guerrière, après le 11-Septembre, George Bush allait bénéficier de ce nouveau rapport de forces. Face à une presse dont la crédibilité sortait affaiblie de l’affaire Lewinsky, le successeur de Bill Clinton pourrait mentir impunément sur des sujets d’une tout autre gravité… Peut-on dire pour autant que c’en est fini, depuis lors, des scandales sexuels ? En fait, on peut distinguer deux logiques principales qui vont continuer d’opérer dans les années 2000. D’une part, le registre des moeurs n’a pas disparu – mais dorénavant, il s’agit surtout d’homosexualité. Alors qu’une liaison pour le moins imprudente n’avait pas coûté sa carrière politique à Barney Frank en 1989, ce sera le cas, dans une affaire comparable, pour Jim McGreevey en 2004. Il est vrai que des élus républicains qui connaîtront le même sort, comme Mark Foley ou Larry Craig, sont surtout taxés d’hypocrisie : à l’instar de certains leaders évangéliques, comme Ted Haggard, ils « verrouillaient leur placard » en prônant une politique homophobe… D’autre part, les scandales hétérosexuels récents sont plus judiciaires que moraux – sauf pour John Edwards : sa liaison adultère pourrait lui avoir coûté la vice-présidence en 2008 ; mais c’est qu’elle coïncidait avec le cancer de son épouse. Quant à Mark Sanford en 2009, c’est moins sa maîtresse qui lui a valu la réprobation que sa disparition pendant près d’une semaine, au mépris de ses fonctions officielles. En revanche, songeons à Eliot Spitzer : si le brillant gouverneur de l’Etat de New York connaît une chute spectaculaire en 2008, c’est pour avoir enfreint la loi, en recourant aux services d’un réseau de prostitution – en contradiction avec les combats qui l’ont fait connaître en tant que procureur général. Aux Etats-Unis, les scandales sexuels n’ont donc pas disparu avec les années 2000 ; mais ils ne font plus la politique, ni ne définissent la culture. Le sexe n’est plus la loi de vérité qu’imposent les médias au débat public. Il a cessé d’être le langage public par excellence. Aujourd’hui, le fait divers est moins qu’hier un fait de société. Pour autant, il ne bénéficie pas d’une immunité politique, comme jusqu’à présent en France. Outre-Atlantique, le DSKgate devrait le confirmer, il s’agit simplement de justice : le sexe est désormais soumis à la loi ordinaire, et donc au droit commun.

Voir aussi: 

The Cinema of Sex in U.S. Politics

 Albert R. Hunt

Bloomberg news

The NYT

May 22, 2011

 To death and taxes can be added another certainty: the nexus of power, politics and sex. Over the last week, the head of the International Monetary Fund, Dominique Strauss-Kahn, sat in jail on allegations of sexually assaulting a maid in a New York hotel; the former governor of California, Arnold Schwarzenegger, acknowledged fathering a child with a former member of his household staff. It seems there never is a time in the United States when politicians’ sexual trespasses are not in focus. Mr. Strauss-Kahn — who is charged with attempted rape — may be in a class of his own, and his case is illustrative of nothing. If the charges are true, he either is a criminal or a thug. Still, the transgressions of people in public life offer a fascinating and evolving saga. Many more examples come to light today, with a more aggressive and diffuse media. Over the last five years, sexual scandals have forced the resignation of four members of the House of Representatives and ruined the careers of a former vice-presidential nominee and presidential candidate, two governors of New York and two U.S. senators, and made a joke of a third. Other examples abound on the state and local levels. No reliable data exist on whether political figures are more prone to sexual indiscretions, though there seems to be a high probability that those in powerful positions, political or otherwise, are. Frank Farley, a psychologist at Temple University in Philadelphia, has a label for this trait, saying many politicos suffer from “Type T personalities,” as in “thrill-seeking.” He notes a common feature of many public and political figures is “risk-taking” that lends itself to personal carelessness. Even a cursory look at the record suggests that while Americans are not nearly as permissive as Europeans, they are more tolerant than they were a generation or two ago. Divorce used to be a near disqualifier for higher office; in 1968, it proved fatal to Nelson Rockefeller’s attempt to win the Republican presidential nomination. By 1980, with Ronald Reagan’s election, it became irrelevant. Outside of San Francisco, few gays or lesbians dared come out of the closet. Barney Frank, the Democratic congressman from Massachusetts, had been in public life for almost two decades before he revealed his sexual orientation in 1987. Today, there are four openly gay or lesbian members of the U.S. Congress and many more in offices across the country. Despite the greater media spotlight on personal matters and indiscretions, the issue seems to really burn only when it’s flagrant and contemporary, or involves hypocrisy or a criminal act. “People recognize politicians are flawed, and voters often like nothing better than to forgive you for your trespasses,” said Tom Fiedler, dean of the School of Communications at Boston University and a former reporter who uncovered the infidelities of Gary Hart, the former senator from Colorado, almost a quarter-century ago, one of the first major national stories about a politician’s personal life. “What voters will not forgive is hypocrisy.” Thus, Governor Eliot Spitzer of New York had to resign in disgrace after his dealings with prostitutes were exposed. In his earlier career as a prosecutor, Mr. Spitzer had crusaded against illicit activities. Today, the presidential campaign of Newt Gingrich, the former speaker of the House, is weighed down by his divorces and adulterous affairs, not just because of the seamy circumstances but because he is a self-styled values warrior. By contrast, in the 2000 Republican presidential primary and 2008 general election, voters were unfazed by the acknowledgement by Senator John McCain, Republican of Arizona, that he had been unfaithful during his first marriage. In 1992, few if any Americans thought Bill Clinton was a puritan when they elected him president. There were more important issues. When the first revelations of Mr. Clinton’s dalliances with a White House intern were disclosed, most Americans were turned off by the particulars. When Republicans tried to make this lapse an impeachable offense, the tide shifted dramatically. Mr. Clinton left office a popular president. For much of contemporary U.S. politics, the media practiced a “west of the Potomac” standard, meaning a politician’s private life was off limits. That changed with the Hart case and the initial Clinton revelations. This trend accelerated with the proliferation of cable news, blogs and other sources of news. Even mere rumors of personal transgressions are circulated now. That echo chamber turns lethal in cases like that of the disgraced former Republican senator from Nevada, John Ensign, a self-styled moralistic religious conservative who had an affair with a staff member and then tried to buy the silence of the woman and her husband, who happened to be the senator’s deputy chief of staff. If Mr. Ensign had not resigned from the Senate this month he probably would have been expelled; he potentially still faces criminal charges. Secular politicians also get caught in acts of blatant duplicity. John Edwards, the 2004 Democratic vice-presidential candidate, posed as a sympathetic and supportive husband to his cancer-stricken wife, even as he was having an affair with a campaign worker that resulted in a child. The hypocrisy trap, however, most affects politicians of the religious right. They often condemn the morals of others, wrapping themselves in righteousness. When caught, the public reaction usually is harsh. (An inexplicable exception was Senator David Vitter, a Louisiana Republican, who after being caught frequenting a house of prostitution was re-elected easily last year.) Nevertheless, some self-styled religious leaders of this movement pay more attention to politics than to faith. A glaring recent example: the Rev. Franklin Graham, son of the fabled evangelist Billy Graham, who in an interview on the ABC television program “This Week” praised Donald Trump while questioning whether President Barack Obama is a Christian. Never mind that Mr. Trump is a thrice-married casino kingpin, usually the kind of stuff that draws the opprobrium of conservative clergy; Mr. Obama, whatever his politics, is a devoted father and husband. Isn’t that the kind of behavior the Franklin Grahams are supposed to admire?

Voir également:

Powerful and Primitive

Maureen Dowd

Washington

Oh, she wanted it. She wanted it bad. That’s what every hard-working, God-fearing, young widow who breaks her back doing menial labor at a Times Square hotel to support her teenage daughter, justify her immigration status and take advantage of the opportunities in America wants — a crazed, rutting, wrinkly old satyr charging naked out of a bathroom, lunging at her and dragging her around the room, caveman-style. Dominique Strauss-Kahn’s reputation as a thrice-married French seducer loses something in the translation. According to the claims of the 32-year-old West African maid, what took place in the $3,000-a-day Sofitel suite had nothing to do with seduction. If the allegation is true, Strauss-Kahn’s behavior, boorish and primitive, is rape. Was the chief of the International Monetary Fund telling other countries to tighten their belts while he was dropping his trousers? Lawyers for the 62-year-old Frenchman, who had been a leading Socialist prospect to run against Nicolas Sarkozy next year, seem ready to rebut any DNA evidence by arguing that sex with the maid who came in to clean his room was consensual. Will they argue that she wilted with desire once she realized Strauss-Kahn had been at Davos? Jeffrey Shapiro, the maid’s lawyer, angrily rebutted that there was “nothing, nothing” consensual about the droit du monsieur. (It was not a “come in and see my monetary fund” kind of thing.) “She is a simple housekeeper who was going into a room to clean a room,” Shapiro told The Times. He called the devout Muslim woman from the Bronx “a very proper, dignified young woman” and said “she did not even know who this guy was” until she saw the news accounts. Strauss-Kahn’s French defenders are throwing around nutty conspiracy theories, sounding like the Pakistanis about Osama. Some have suggested that he was the victim of a honey-pot arranged by the Sarkozy forces. Bernard-Henri Lévy, a friend of the accused, says he is outraged at the portrayal of Strauss-Kahn as an “insatiable and malevolent beast.” He wrote on The Daily Beast: “It would be nice to know — and without delay — how a chambermaid could have walked in alone, contrary to the habitual practice of most of New York’s grand hotels of sending a ‘cleaning brigade’ of two people, into the room of one of the most closely watched figures on the planet.” At least he didn’t mention Dreyfus. For years, I’ve stayed at the Sofitel and other hotels in New York City, and I’ve never seen a “brigade,” simply single maids coming in to clean. In Washington, they have now nicknamed the street that separates the I.M.F. and the World Bank, where Paul Wolfowitz lost his job over financial hanky-panky with his girlfriend, the Boulevard of Bad Behavior. These are the two institutions that are globally renowned for lecturing the rest of the world on discipline and freedom, when it’s the West that’s guilty of recklessness and improvident behavior. First in finance, then in sex. People who can’t keep their flies zipped lecturing other people. While the French excoriated the American system of justice — discouraging pictures of Strauss-Kahn handcuffed, which are illegal in France — Americans could pride themselves on the sound of the “bum-bum” “Law & Order: SVU” gong sounding, the noise that heralds that justice will be done without regard to wealth, class or privilege. It’s an inspiring story about America, where even a maid can have dignity and be listened to when she accuses one of the most powerful men in the world of being a predator. (A charge that has been made against him before, with a similar pattern of brutal behavior.) The young woman escaped horrors in her native Guinea, a patriarchal society where rape is widespread and used as a device of war, a place where she would have been kicked to the curb if she tried to take on a powerful man. When she faced the horror here, she had a recourse. Another famous European with a disturbing pattern of sexual aggression got in trouble over the help this week: The ex-governor of California, who got elected after his wife, Maria Shriver, defended him so eloquently against groping charges. Arnold Schwarzenegger was also guilty of the raw assertion of male power. More than mere infidelity, The Sperminator was caught on lying and piggishness, having a son with a staffer around the same time Maria had their youngest son, who is now 13. He kept the staffer on the payroll and even may have brought the son Maria didn’t know about into the house. No wonder Maria fled to a Beverly Hills hotel. We’re always fascinated with the contradiction that cosmopolitan, high-powered, multilingual people can behave in such primitive ways. But civilization and morality have nothing to do with sophistication and social status. The lesson of these two fallen grandees, as Bill Maher told Chris Matthews, is: “If you’re going to go after the household help, get a ‘Yes,’ first.”

Voir de même:

Marital Matters and the 2012

Sheryl Gay Stolberg

The NYT

May 14, 2011

WASHINGTON — Cheri Daniels, whose aversion to politics appears to be the reason her husband, Gov. Mitch Daniels of Indiana, is dithering about running for president, had no shortage of stories during her much-hyped speech in Indianapolis last week. There was the one about her driving a dump truck, the one about how she attended a senior citizen’s prom, about how she took a prize for cow milking at the state fair. But the story Mrs. Daniels did not share is the one that politicos and pundits are dying to hear: the one about how she married her husband — twice. Mrs. Daniels is the subject of intrigue over an episode nearly two decades old: In 1993, she left her husband and four daughters and moved to California to marry another man — only to remarry Mr. Daniels in 1997. And so she is the latest example of a political wife dealing with delicate marital matters, and whether it is possible to keep them private. Her story is already being twinned with that of Callista Gingrich, third wife of Newt Gingrich, whose admissions of infidelity are well-known. And if either woman needs a kindred soul, she might look to Maria Shriver, California’s former first lady. Last week, four months after her husband, Arnold Schwarzenegger, left office, the couple announced they were separating — a move perhaps unthinkable had he still been governor. Conventional political wisdom dictates that politicians do not win or lose elections because of their spouses. But political couples with iffy marital histories face especially difficult questions: How much do they have to reveal to voters? And how much, in the end, do voters really want to know? “It’s not how much you are going to have to reveal, it’s what are you going to have to answer for?” said Celinda Lake, a Democratic pollster. “It’s like a decision tree: Is it current or past? Do you have an aggrieved spouse or a spouse who is saying, ‘This is private, and we’re getting our lives together?’ Does this have a public implication or not — will it affect your ability to govern? I’m not sure there is one formula.” In decades past, there was kind of an unwritten rule in politics: a candidate’s private life mattered only to the extent that it reflected on his or her ability to serve. That rule became extinct with the 1988 presidential campaign of Gary Hart, the Colorado Democrat caught on a yacht named “Monkey Business” snuggling with a woman other than his wife. In today’s celebrity-obsessed, Internet-driven world, voters are hungry for details, especially when the presidency is at stake. David Axelrod, President Obama’s longtime adviser, likens running for the White House to an “all-body psychological scan,” in which the spouse is a kind of Rorschach test for character. Doris Kearns Goodwin, the presidential historian, agrees. “Character matters,” she said. “We think about that now in choosing somebody for office. Their relationships with their wives, their families, the choices they’ve made are all a clue to the kind of person they are — and are probably fair game.” While Americans long ago moved past divorce as a political non-starter — Ronald Reagan and his second wife, Nancy, put an end to that — polls suggest voters do pay attention to marriage. In 2007, a Pew Research Center poll found that 39 percent of respondents would be less likely to vote for a candidate who had been unfaithful. An NBC News/Wall Street Journal survey last month found half of all voters would have doubts about a candidate who had multiple marriages. A marital crisis in the thick of a campaign always requires an explanation. Thus did Hillary Rodham Clinton sit by her husband, Bill, for what seemed like an excruciating “60 Minutes” interview about his alleged infidelity — an appearance that, in the eyes of many, helped save his 1992 presidential campaign (and foreshadowed unseemly aspects of his presidency). But old infidelities may require explaining as well. That is surely the case for Mr. Gingrich, facing a Republican base deeply concerned with family and faith. He presents Mrs. Gingrich as evidence that, after two divorces, he is a happily married man. But she has yet to answer questions about the affair they had while he was still married to his second wife. If his campaign progresses, analysts say, she may have to respond. “The spouse relationship grows as the campaign goes forward,” said Scott Reed, a Republican strategist. “In the early phase, there is very little interest. In the nominating phase there is big interest, and in the fall sprint to Election Day there is huge interest.” Mr. Reed says Mr. Daniels has effectively moved up that timetable, intensifying national interest in his wife by suggesting that she controls whether he will run. Indiana voters have long known about the Daniels’ divorce and remarriage, and seem satisfied with his standard explanation: “If you like happy endings, you’ll love our story.” Mrs. Daniels avoided questions by not campaigning for her husband when he ran for governor. But opting out won’t be easy during a presidential bid, as Howard Dean learned in 2004. He and his wife, Dr. Judith Steinberg, decided she would stick to practicing medicine while he ran for the Democratic nomination. Then he found himself losing in Iowa; soon, Dr. Steinberg was on the trail. “Tom and Ruth Harkin just looked at me, and they said, ‘You’ve got to bring Judy out,’ ” Mr. Dean said, referring to the Iowa senator and his wife. “’And I knew they were right.” The idea that a political wife has to do anything, of course, infuriates one group of people: political wives. Connie Schultz, a columnist for The Plain Dealer in Cleveland who is married to Senator Sherrod Brown, the Ohio Democrat, says she often hears from wives who are sick of campaign consultants telling them what to do. She thinks Mrs. Daniels’ past is nobody’s business but her own — and that she should talk about it only if it suits her. “I don’t think it’s any consultant’s decision, and quite frankly I don’t think it’s her husband’s decision,” Ms. Schultz said. “His ambition doesn’t trump her sanity or her privacy.”

Voir également:

 A Form of Reality TV

 Stephanie Coontz

The NYT

May 15, 2011

Stephanie Coontz teaches history and family studies at the Evergreen State College in Olympia, Wash. Her most recent book is « A Strange Stirring: The Feminine Mystique and American Women at the Dawn of the 1960s. »

In 1963, Gov . Nelson Rockefeller of New York married “Happy” Murphy, after his first wife had traveled to Nevada to get a divorce that was then unavailable in his own state. Although Rockefeller had been having an affair with Happy for five years, the press never exposed this fact, just as reporters turned a blind eye to the even more flagrant and numerous liaisons of President John Kennedy. But Rockefeller’s remarriage elicited outrage among large sections of the public and doomed his presidential ambitions. As a Republican Party official explained at the time, “Our country doesn’t like broken homes.” Today, the public is tolerant of deviations from the standard family script, but more insistent on the right to know about a candidate’s personal life. . In those days the image you presented in public was what counted, not how you behaved in private. Since then the public has become more tolerant of politicians’ departures from the standard family script, but also more insistent on the right to know about a candidate’s personal life and family dynamics. Feminists and social conservatives have argued, from very different perspectives, that the personal is political – that how people treat their friends and family speaks to their core values. And for a time, open discussion of previously hushed-up transgressions, including public mea culpas about them, helped Americans develop new standards of gender equity and personal accountability, as well as more tolerance for the complexity of family life. For most people today, a politician’s divorce is no longer a deal breaker. Infidelity is trickier, especially when accompanied by hypocrisy, since Americans are actually more disapproving of male infidelity than they used to be. Still, most of the public seems willing to live with that as well, if the offender asks for forgiveness and the spouse extends it. But after so many years of exposes, apologies and rehabilitation campaigns, we have may have reached the point where scandals about a politician’s personal misbehavior have simply become a new form of reality TV, with the miscreants temporarily expelled from the tribe and sent to Redemption Island to compete for who gets to make the first comeback. Today even Newt Gingrich, now on his third marriage and having been involved in an extramarital affair while lambasting President Clinton for the same behavior, thinks he has a shot at the presidency. Maybe it’s time to pay a little more attention to judging the political by the political – like who fudges statistics, misrepresents data, lies about opponents, and caters to special interests and lobbyists.

 Voir par ailleurs:

 Présidentielle 2012: Newt Gingrich, l’anti-Clinton aujourd’hui fier d’être l’anti-Obama d’Obama

AmericaPolyphony

Blog journalistique sur les Etats-Unis

18 mai 2011

Il a annoncé sa candidature il y a deux semaines. Vétéran de la politique, figure des années 90 mais resté en marge ces dernières années, l’ancien président (« Speaker ») turbulent de la Chambre des représentants sous les années Clinton pourrait se faire traiter de « vieux de la vieille » ou de « ringard ». Au contraire, lui se veut parfaitement à la page et très moderne. Toujours aussi bouillonnant d’idées par ailleurs. Newt Gingrich s’est officiellement lancé dans la course à la Maison Blanche, version 2012, par un message sur Twitter et Facebook. Il revient au premier plan en étant – en plus – le premier grand nom du Parti républicain (GOP) à se lancer pour l’élection présidentielle contre Barack Obama. A 18 mois de ce scrutin, Newt Gingrich a donc dégainé le premier. Avant les favoris: Mitt Romney, Sarah Palin, Tim Pawlenty. Mais dans ce champ républicain hésitant, y a-t-il vraiment encore de grands favoris…? Certainement pas Ron Paul, le parlementaire représentant le Texas au Congrès américain, républicain atypique aux idées libertaires, qui s’est aussi entre temps officiellement déclaré partant. Deux jours après Gingrich. Un champ qui s’éclaircit – surtout après les renoncements notables de Mike Huckabee, ex-gouverneur de l’Arkansas, et de Haley Barbour, gouverneur du Mississippi – mais qui ne convainc pas encore tout à fait, même du côté de la droite et des conservateurs. Dans son message d’annonce, Newt Gingrich s’est bien appliqué à rappeler qu’il avait travaillé avec le président Reagan, à une époque où le chômage avait reculé. On se souvient surtout de lui comme ardent et provocateur opposant du président démocrate Bill Clinton, de son administration et de tout ce qui ressemble de près ou de loin à un élu ou proche du Parti démocrate. Parlementaire à la Chambre des représentants durant 20 ans pour l’Etat de Géorgie, il a ensuite donc été le très médiatisé « Speaker » de cette chambre du peuple de 1995 à 1999. On lui colle notamment l’étiquette de responsable de la « révolution républicaine » qui a mis un terme à 40 ans de domination du Parti démocrate dans cette chambre basse. Il a d’ailleurs été nommé l’homme de l’année en 1995 par le « Time Magazine ». C’est vraiment peu dire qu’il a représenté et incarné pendant plusieurs années, parfois de manière très redoutable et acharnée, arrogante aussi, l’opposition conservatrice sans répit des Républicains au président Clinton. Politicien frontal et pugnace, il dérape parfois aussi. En 1997, il fait l’objet de sanctions de la part de ses pairs pour avoir fait des déclarations inexactes devant le Congrès à Washington DC. Son nom est resté également associé à la fermeture des services de l’administration (le fameux « shutdown ») en 1995 et 1996 en raison de désaccords avec la présidence sur le budget fédéral. Opposition têtue, très mauvais coup tactique, politique et médiatique: l’opinion publique avait rejeté la faute de ce « shutdown » sur les Républicains et, en gros, le président Clinton avait été réélu dans la foulée. Newt Gingrich fricote aujourd’hui volontiers avec le mouvement ultra-conservateur des « Tea Parties ». Analyste politique et consultant, il est l’auteur d’une vingtaine de livres, surtout des essais politiques, mais aussi quelques fictions historiques. Son dernier livre: « Pour sauver l’Amérique: il faut stopper la machine séculaire socialiste d’Obama »… D’un anti-Clinton, il est fièrement passé à un anti-Obama survolté. Toujours avec la même férocité. Gingrich l’aboyeur. Il devra réajuster son style, à mon avis. Pour le reste, c’est un sacré agitateur d’idées, moteur idéologique capable à lui seul de bousculer voire de transformer les lignes politiques de son parti. Sa vie personnelle, avec ses trois mariages (deux enfants avec sa première épouse) et quelques « affairs », a souvent attiré l’attention de la presse à sensation. Talon d’achille possible. Celui qui se gaussait de la morale et des moeurs douteuses d’un Bill Clinton hyper séducteur, n’a jamais rien eu d’un homme au-dessus de tout soupçon. Il s’agira pour lui et sa candidature de redorer quelques blasons. La bataille s’annonce compliquée. Historien et professeur de collège de profession, Newt Gingrich a 67 ans. Baptise, il s’est converti au catholicisme romain. Il habite à McLean (VA). Quand l’on s’intéresse au Parti républicain ces trente dernières années, Newt Gingrich apparaît comme un personnage politique incontournable. Nous avions le désir et l’envie d’étudier le mouvement républicain contemporain. Newt Gingrich a été un sujet d’étude possible à part entière dès nos premières réflexions. Evidemment, c’est la prise de contrôle de la Chambre des représentants et du Congrès par les républicains, en 1994, qui a influencée notre décision. Dès le départ, il y avait des risques de tomber dans une histoire qui obéit à une finalité, une histoire téléologique : un récit qui se tournerait tout entier vers un but précis, qui serait orienté vers un objectif défini. Nous avons donc dû nous arrêter sur cette éventualité et la considérer avec attention. Il est ressorti des premières sources que nous avons collectées (des articles de journaux et des témoignages) que durant toute sa carrière politique le représentant Gingrich avait été mu par une idée fixe : renverser les démocrates à la Chambre des représentants. La problématique semblait intéressante et toute tracée. Mais, on se méfie de l’évidence : la simplicité est très souvent synonyme de simplification dans notre discipline. Pourquoi choisirait-on cette problématique ? Elle a des avantages indéniables. D’abord, l’écriture du récit de la carrière de Newt Gingrich de 1974 à fin 1998 s’annonçait chronologiquement cadrée et graduelle. Ensuite, une telle problématique permettait d’envisager des recherches en histoire politique : c’était notre voeu dès le départ. Enfin, on parviendrait à étudier, à travers l’homme politique Newt Gingrich, la place des Hommes dans l’Histoire. Encore fallait-il trouver un angle d’attaque ; encore fallait-il cibler notre recherche ; encore fallait-il préciser davantage notre objectif. C’est pourquoi nous avons décidé de nous intéresser pas à pas à la stratégie politique déployée par Newt Gingrich pour parvenir à son but : renverser les démocrates au Congrès et bâtir une majorité républicaine durable. Voici donc ce que l’on se propose d’étudier. On peut contacter l’auteur de ce site en envoyant un message à la boîte mail suivante : Message pour Romain MASSON Newt Gingrich ne sera pas candidat à l’investiture présidentielle Lemonde.fr Newt Gingrich exclut de briguer l’investiture républicaine Reuters 29.09.07 | 21h03 WASHINGTON (Reuters) – Newt Gingrich, ancien président de la chambre des Représentants, a annoncé qu’il ne briguerait pas l’investiture du Parti républicain pour la course à la Maison blanche de novembre 2008. Gingrich, l’un des architectes du triomphe du « Grand Old Party » aux élections pour le Congrès de 1994, n’avait jusqu’ici pas exclu de se présenter. Son porte-parole, Rick Tyser, a précisé que l’élu d’Atlanta (Georgie) depuis 20 ans au Capitole se contenterait de présider « American Solutions », une ONG bipartisane. Gingrich avait été contraint à la démission après quatre ans au « perchoir » à la suite d’accusations d’ordre moral et des pertes subies par les républicains lors des élections à mi-mandat de 1998. Le principal candidat à l’investiture républicaine pour le scrutin présidentiel de 2008 est l’ancien maire de New York, Rudy Giuliani

Voir enfin:

Why Newt’s Personal Life Matters to You (but Not Matt Bai)

Mark Warren

Esquire

May 13, 2011

So Newt Gingrich, the man who invented the politics of personal destruction, is running for president of the United States. In spite of his many problems as a candidate, such is the weakness of the Republican field that his candidacy should not be taken lightly. What are those potentially disqualifying problems? Well, chiefly, Gingrich has the most untidy personal life of any serious candidate for the presidency in the modern era. It is now legend that he served his first wife, Jackie (his high-school math teacher) her divorce papers while she recuperated from cancer surgery (Gingrich’s daughter contests that account here). Thanks to John H. Richardson’s definitive profile of Newt in last September’s Esquire, we now know that Gingrich had asked his second wife, Marianne, to marry him before his divorce from Jackie had been initiated. Further, we also know that he carried on a six-year affair with a congressional staffer, Callista Bisek, who would become his third wife, while he was married to Marianne. Interestingly, Gingrich also asked Callista to marry him before seeking a divorce from Marianne. Also of note: He asked Marianne for a divorce shortly after she was diagnosed with multiple sclerosis. All of this is known. Correctly, Gingrich has said that, « If the primary concern of the American people is my past, my candidacy would be irrelevant. » On the other hand, he goes on to say, if you’re looking for a conservative visionary, I’m your man. This is the right-wing media narrative that is coalescing around the Gingrich candidacy: The strong intimation that given all the problems that America now faces, an unseemly fascination with Gingrich’s personal affairs is out of bounds, and must not deprive the country and the world of Gingrich’s leadership at a critical time. Of course, the right-wing meme goes, this unseemly fascination with a man’s personal life is driven by the liberal media. Allow me to sympathize for a moment with the impulse to wall off one’s personal life from consideration of a candidate’s qualifications for office. And I’ll even be so generous as to leave aside pointing out the stupid irony that it is Newt Gingrich’s own conservative cohort that has been most expert at savaging opponents for the moral failings that we all possess, all while presuming to tinker righteously with the moral lives of the American people. I’ll leave aside, too, the entire Clinton presidency and the Arkansas Project, the well-financed right-wing conspiracy to destroy the 42nd president by ransacking his personal life — not to mention creating disgusting fictions about rape and even murder supposed to have been committed by Clinton. I’ll also leave aside the impeachment of the president foisted on the country by Newt Gingrich’s own House of Representatives. I’ll even go so far as to say that in the curious candidacy of Newton Leroy Gingrich, I don’t care about any of those things. What I do care about, deeply — aside from Gingrich’s somewhat incoherent career as a policymaker and thinker, and his habit for more than thirty years of slinging the nastiest slander at anyone who’d presume to get in his way — is Gingrich’s state of mind and his fitness to serve in office. And so should you. When a man presumes to ask the American people to confer on him the greatest power in the world, these are essential matters. Illuminating these issues is perhaps the most important job of a journalist working these precincts. And so America cares about Newt Gingrich’s personal life not because of a gratuitous or prurient interest in his untidy marital history — that’s between him and his wives — but because of what an examination of those aspects of his life reveals about his reliability, his state of mind, and his fitness to serve in high office. But if you think it is just Gingrich acolytes or right-wing activists who are primly declaring any consideration of Gingrich’s personal conduct out of bounds, you would be mistaken. For this week, those people got a big assist from none other than The New York Times, in the person of political correspondent Matt Bai. Bai has written fairly extensively on Gingrich in the past and earlier this week wrote a post on The Times’s Caucus blog about the impending announcement of Newt’s candidacy. Then, on Wednesday, Bai took to The Times’s site with a video answering some of the many emails he had received in response to his post. By far the most interesting segment of this video had to do with this note from a reader: How can a serial adulterer and a lapsed evangelical run on a ‘family values platform’? Bai read the question, and then answered it this way: « The reason I’ve chosen this one is because it’s in so many of the comments — I would say a dominant theme of the mail I got is about Newt Gingrich’s adultery and his past marriages and his personal transgressions. Now, I get that there’s an issue here of hypocrisy, because of course Speaker Gingrich was one of the people who led the impeachment process against Bill Clinton. But here’s the thing: I just don’t really care about candidates’ sex lives and personal lives and marriages. And I think voters care less and less. You can go to, like, a million blogs, and they’ll talk all about his past transgressions and his personal life and whether it matters to voters and all that. You’re just not really gonna find it in my work. » It’s an extraordinary moment, when a New York Times reporter, charged with covering a candidate for the highest office that we elect people to, publicly abdicates his responsibilities, and in the smuggest possible way. « I don’t care… » Bai says. Oh, really. Well, that settles that. In the video, Bai absolves himself of the necessary hard work of truly covering Newt Gingrich’s fitness for office, and will presumably busy himself with poring over Gingrich’s stated objectives (to be found on Newt’s Web site and in his policy speeches) to get at the real story. Bai seems not to be able to tell the difference between a gratuitous invasion of privacy for indecent or prurient tabloid purposes, and the justified examination of the soundness and steadiness of a candidate’s conduct over time. And yes, that includes considering the totality of a person’s life, as (note to Bai) life is lived holistically, not this part discrete and separate from that part. And yes, to determine what is fair to cover requires judgment. Bai has used his rather questionable judgment to a) arbitrarily draw a bright line between what he will and won’t cover, and reflexively close off an entire area of inquiry in what amounts to a suspension of thought, and b) smugly insult anyone who thinks differently. (And further, incomprehensibly, while Bai explains that questions of Gingrich’s personal life constituted « a dominant theme of the mail » he had received about his column this week, nobody cares about these issues. And this man writes for the greatest newspaper in the world.) Imagine if the great Lyndon Johnson biographer Robert Caro were to say that he didn’t care that just as the United States was dramatically escalating the war in Vietnam, President Johnson was drinking at least a fifth of Cutty Sark a day, and was harboring dark, secret fears that he wasn’t capable of the job of President. What if Caro were to say, « I don’t really care about that stuff, because to know it and understand it would require me to cross a line and delve into the deepest, most personal parts of Lyndon Johnson’s life? Well, Caro wouldn’t say that, but if he were to lose his mind one day and publicly pronounce such a thing, the only reasonable response would be: What good are you? And: Why should I read anything you have to write on the subject? And, ladies and gentlemen, when Matt Bai of The New York Times says, « You’re just not really gonna find it in my work… » the only reasonable response is Thank you, Matt. You’ve just saved us a lot of time that we would have wasted reading your work. And, oh: You might want to leave the journalism to someone who is more enterprising and discerning. Because by simply declaring an entire constellation of subjects off-limits, you have missed an incredibly important feature of Newt Gingrich’s character, and you would have missed the fact that when he was Speaker of the House, Gingrich essentially suffered a mental collapse — nervous breakdowns, they used to call them back in the day. But we won’t find that in your work. For that, we will need to read John H. Richardson’s definitive profile of Gingrich, « The Indispensable Republican, » right here….

Voir enfin:

Newt Gingrich: The Indispensable Republican

In the twelve years since he resigned in defeat and disgrace, he has been carefully plotting his return to power. As 2012 approaches, he has raised as much money as all of his potential rivals combined and sits atop the polls for the Republican presidential nomination. But just who is Newton Leroy Gingrich, really? An epic and bizarre story of American power in an unsettled age. John H. Richardson Esquire September 2010 She was married to Newt Gingrich for eighteen years, all through his spectacular rise and fall, and here she is in a pair of blue jeans and a paisley shirt, with warm eyes and a big laugh and the kind of chain-smoking habit where the cigarettes burn right down to the filter — but she’s quitting, she swears, any day now. We’re having breakfast in a seaside restaurant in a Florida beach town, a place where people line up in sandals and shorts. This is the first time she’s talked about what happened, and she has a case of the nerves but also an air of liberation about her. Since he was a teenager, Newt Gingrich has never been without a wife, and his bond with Marianne Gingrich during the most pivotal part of his career made her the most important advisor to one of the most important figures of the late twentieth century. Of their relationship, she says, « We started talking and we never quit until he asked me for a divorce. » She sounds proud, defiant, maybe a little wistful. You might be inclined to think of what she says as the lament of an abandoned wife, but that would be a mistake. There is shockingly little bitterness in her, and she often speaks with great kindness of her former husband. She still believes in his politics. She supports the Tea Parties. She still uses the name Marianne Gingrich instead of going back to Ginther, her maiden name. But there was something strange and needy about him. « He was impressed easily by position, status, money, » she says. « He grew up poor and always wanted to be somebody, to make a difference, to prove himself, you know. He has to be historic to justify his life. » She says she should have seen the red flags. « He asked me to marry him way too early. And he wasn’t divorced yet. I should have known there was a problem. » Within weeks or months? « Within weeks. » That’s flattering. She looks skeptical. « It’s not so much a compliment to me. It tells you a little bit about him. » And he did the same thing to her eighteen years later, with Callista Bisek, the young congressional aide who became his third wife. « I know. I asked him. He’d already asked her to marry him before he asked me for a divorce. Before he even asked. » He told you that? « Yeah, he wanted to —  » But she stops. « Hey, turn off the tape recorder for a second. This is going to go places … » Back in the 1990s, she told a reporter she could end her husband’s career with a single interview. She held her tongue all through the affair and the divorce and even through the annulment Gingrich requested from the Catholic Church two years later, trying to erase their shared past. Now she sits quietly for a moment, ignoring her eggs, trying to decide how far she wants to go. (ON THE POLITICS BLOG: Why Marianne Gingrich Finally Spoke Out) It’s been twelve years since his extraordinary political career — the one in which he went from being a bomb-throwing backbencher in the seemingly permanent Republican minority to overthrowing the established order of both parties — collapsed around him. And yet, stunningly, in all that time Newt Gingrich hasn’t been replaced as the philosopher king of the conservative movement. And as the summer rolled on, a revivified Gingrich sat atop the early polls of Republican presidential contenders, leading the field in California, Louisiana, South Carolina, and Texas and polling strongly in Illinois and Pennsylvania. This year he has raised as much money as Mitt Romney, Tim Pawlenty, Sarah Palin, and Mike Huckabee combined. He is in constant motion, traveling all over the country attending rallies and meetings. He writes best sellers, makes movies, appears regularly on Fox News. And Marianne Gingrich, his closest advisor during his last fit of empire building, sits on the boardwalk chain-smoking her breakfast. He thinks of himself as president, you tell her. He wants to run for president. She gives a jaundiced look. « There’s no way, » she says. She thinks he made a choice long ago between doing the right thing and getting rich, and when you make those choices, you foreclose other ones. « He could have been president. But when you try and change your history too much, and try and recolor it because you don’t like the way it was or you want it to be different to prove something new … you lose touch with who you really are. You lose your way. » She stops, ashes her cigarette, exhales, searching for the right way to express what she’s about to say. « He believes that what he says in public and how he lives don’t have to be connected, » she says. « If you believe that, then yeah, you can run for president. » Sitting on a bench, she squints against the light. « He always told me that he’s always going to pull the rabbit out of the hat, » she says. newt gingrich office Congressional Quarterly/Getty Images To visit him, you start in a marble lobby of a building on K Street, Washington’s Lobbyists’ Row. The guard checks your ID, you go up the elevator. At Gingrich Group, he has two floors and dozens of employees. You sit on the sofa by the reception desk manned by a neat young man, and you study the magazine covers with Gingrich’s face on them and the copies of his books lined up on a row of mahogany shelves: Winning the Future, Real Change, Gettysburg, Rediscovering God in America, Paper Kills. Then another neat young man comes and leads you down a series of halls, telling you that Gingrich is the kind of guy who loves McDonald’s and never stands on ceremony, has five ideas before breakfast, and tweets « because he understands it’s the future. » And there’s Newt Gingrich with his big square head. His features are surprisingly small and precise, and his deep-set eyes have a cool distance that feels vaguely scientific. You ask him if he feels vindicated by the Tea Parties, if he thinks that his third act has come around. No, he says. « I see myself as a citizen leader trying to understand three things: • What the country has to do to be successful. • How you would communicate that to the American people so they would let you do it. • And then how you’d actually implement it if they gave you permission to do it. » He’s the first person you’ve ever met who speaks in bullet points. In fact, he sometimes more resembles a collection of studied gestures than a mere mortal, so much so that he gives the impression that everything about him is calculated, including the impression that everything about him is calculated. Which can make him seem like a Big Thinker but also like a complete phony — an unsettling combination. The failure of the Republican leadership under George W. Bush created an opening for him, he says. Obama’s « radicalism » made that opening wider. Now a lot of Republicans are starting to ask, What Would Newt Do? Or, he puts it another way: « The underlying thematics are beginning to be universalizable in a way that has taken years of work. » At minimum, he expects to be a « sort of a teacher/coach/mentor. » At maximum, a leader who may yet assume the role he has prepared a lifetime for — But let’s not get ahead of ourselves, he says. The next couple of years will answer that question. (ON THE POLITICS BLOG: More of Newt on Newt in 2012) Still, isn’t there one major problem with all this? The Tea Parties only embrace half of the Gingrich vision, the one that ties bureaucracy and corruption around the neck of the Democratic party like a dead cat. But some of the policy proposals he’s thrown out over the years suggest that Gingrich also supports massive government spending on education, technology, high-speed trains, national parks, health care, Social Security, and a host of odd pet projects: compulsory gym class for every public-school student in America, forcing teachers to take attendance every hour, paying kids to read, even compulsory health insurance — isn’t that exactly like the « Obamacare » that drives the Tea Parties mad? « I’ve always said you should have a choice between either having insurance or posting a bond, but that every American should provide for their medical future, » Gingrich answers. He seems a bit annoyed by the question — his tone is somehow both unruffled and peremptory at the same time. And didn’t he support the bank bailout, too? « Reluctantly. » Gingrich bats these questions away like pesky little flies. He gets brittle if you try to pin him down. You call Obama’s Iran policy appeasement. But what’s the alternative? « Replace the government. » You’re advocating war with Iran? « Not necessarily. There’s every reason to believe that if you simply targeted gasoline, and you maximized your support for dissidents in Iran, that within a year you’d replace the regime without a war. » That’s it? After such an incendiary charge, your only solution is sanctions and speeches? « The only thing you have to stop is gasoline, » he repeats. But that just seems like nuance, and only a minor difference with Obama’s position. « The difference between replacing a regime and appeasing a regime is pretty radical. » But you won’t replace the regime that way. You’re just tinkering with sanctions, which have never worked. « I would cut off gasoline, and I would fund the dissidents, » he repeats. He wears the tight smile of a man who has very little room to move. He is known for his rhetorical napalm and is not accustomed to acknowledging that he often deploys it for its own sake, facts and gross exaggeration be damned. You don’t build a movement by playing fair. He didn’t single-handedly topple forty years of Democratic rule in the House by strictly keeping Marquess of Queensberry rules. And so in Newt’s world, putting Barack Obama in the company of Neville Chamberlain to win a news cycle is just the way it’s done. The grimace on his face says, What part of this game don’t you understand? His assistant looks at his watch. « We have three minutes. » He will not relax, will not let down his guard, not this time around. He did that once when he was younger, spent three days with a reporter who got his staff to complain of his sexual adventurism and saw him yelling at an assistant. Afterward, he mentioned the episode to Robert Novak, who said, « What the fuck were you thinking? » « It was terrible, » Gingrich says, « because I relaxed. » But this is his last chance, and if Newt Gingrich is going to fulfill his destiny, he will not relax. newt gingrich rally AP It is a stunning return to relevance for someone who quit his job as Speaker of the House of Representatives and resigned from Congress while having an affair with Bisek — twenty-three years his junior — followed by an ugly divorce and their subsequent May — December marriage. But now Gingrich is trapped in a tricky balancing act. Here he is meeting with a group of small-business owners at the waterfront Hilton in New Orleans. They’re seated around a long brown conference table, a couple of women and a couple dozen middle-aged men. Gingrich sits at midpoint with two assistants and a reporter behind him. « I’m here to listen, » he begins, his tone respectful. « This is your meeting. » The business owners seem like ordinary folks — a builder, a man with a small boat shop, a woman who plans parties, a real estate investor or two. They seem cheerful enough and take their turns politely, but they’re fired up with the Tea Party’s sense of impending apocalypse: Obama is a socialist who’s trying to « equalize us with the rest of the world, » our tax system penalizes « doers, » 49 percent of the people in the country pay no taxes at all, we’re like Germany in the 1930s, all they teach you at college is « self-loathing 101, » and 60 percent of Americans are on some kind of government program. « Katrina gave a lot of these folks the largest check in their lives, » says the woman who plans parties. « They live on unemployment because they can. » When they finish, Gingrich speaks in a voice that is thoughtful and measured. « At historic crossroads there is seldom unanimity, » he reminds them. « We have 90 percent employment in this country. An amazing number of people get up and go to work. » It is a startling trait that you witness over and over again as he meets with different groups of conservative activists: When Gingrich — the godfather of the leveling attack and the politics of apocalypse — is surrounded by doomsayers and radicals, he takes the long view and becomes the very soul of probity. But a reasonable and sober Newt Gingrich would never have gotten anywhere. Hence his ability to be scandalously extreme with great ease. This incoherence is at the heart of today’s conservative movement, and no one embodies it more than Gingrich. He is both sides of the divided Republican soul in a single man. (ON THE POLITICS BLOG: Gingrich Blasts the Obama ‘Machine’) But today, among this group of conservatives, Gingrich the statesman presides, calming the troubled waters. Liberals with unhappy memories of his slash-and-burn approach may never believe it, but this is a consistent theme in his life: Civil rights inspired his first work on a political campaign, he sent one of his daughters to a mostly black Head Start program, pushed « compassionate conservatism » long before the term existed, tamped down the hard-liners during the Republican revolution, and made a secret pact with Bill Clinton to salvage Social Security. Next comes a delegation from the Tea Party. « Obama poses an existential threat to the Constitution, » one man says. « I seem to remember that I swore an oath to protect America against ‘all enemies foreign and domestic,’  » says another. But when one of the Tea Partiers makes an ugly comment about immigration, Gingrich walks him back. « People who come here overwhelmingly come to work. They come from a culture where work is important. » Like the business owners before them, the Tea Partiers seem puzzled. « Don’t you think that when they get here, they’ll learn to be lazy? » « No, I worry about them learning to be Americans. » His behavior is bracing and principled. But with both groups, in the same placid and sensible voice, he moves quickly into darker themes: The work ethic is fraying, the feds are piling up debt, there are pizza parlors passing themselves off as HIV-treatment facilities and teachers who can’t be fired and the Democrats passed a $787 billion stimulus bill without reading it, which proves they are the most radical « secular socialist machine » in American history. « The more angry we get, the worse it is for Obama, » he tells his audiences. « I don’t care how many three-point jump shots he makes. » Newt Gingrich Portrait Thomas Nash/House of Representatives « There’s a large part of me that’s four years old, » he tells you. « I wake up in the morning and I know that somewhere there’s a cookie. I don’t know where it is but I know it’s mine and I have to go find it. That’s how I live my life. My life is amazingly filled with fun. » He says this in the same office, with the same assistant at his side and a digital recorder on the table. Last year, at sixty-five, he converted to Catholicism. He credits this to Bisek, a willowy blond who sings in a church choir. « Callista and I kid that I’m four and she’s five and therefore she gets to be in charge, because the difference between four and five is a lot. » Speaking of childhood, he makes his sound ideal. His family were the kind of people that « Norman Rockwell captures in his pictures, » he says, stiff-necked individualists who « came out of the mountains from small farms » and served in World War II, people who had « an old-fashioned deep belief in citizenship » that was « like living at Mount Vernon kind of stuff. » He speaks fondly of the « lovely older lady » who used to listen to his stories, the newspaper editor who first published him, the aunt who made sugar pies, the grandmother who had an « old-fashioned belief in citizenship, » even the crusty old bureaucrat who spent an afternoon telling a ten-year-old why the town couldn’t afford to build a zoo. And no, he never felt like an oddball. « I felt unique in a way that I think every American should feel unique — if I wanted to open up a lemonade stand, I opened up a lemonade stand. » Actually, he grew up on a series of Army bases in Kansas, Georgia, France, and Germany. His father was raised by a grandmother who passed off his real mother (Gingrich’s grandmother) as his sister. His mother married his father when she was sixteen, left him a few days later, and struggled with manic depression most of her life. His stepfather was an infantry officer who viewed his plump, nearsighted, flat-footed son as unfit for the Army. By the time he was fifteen, Gingrich dedicated his life, he says, « to understanding what it takes for a free people to survive. » By the time he was eighteen, he was dating his high school geometry teacher. He married her a year later, when he was nineteen and she was twenty-six. It sounds like a complicated childhood, I say. « It was fabulous. » Fabulous? « Lots of relatives, lots of complexity, lots of sugar pies, when I could talk my aunt and grandmother into making them. They had an old-fashioned cast-iron stove where you cut wood… » Just as Ronald Reagan created an idealized version of an America that never quite existed, so has Newt. And just as Reagan curated a fantasy version of his own life, so, too, has Newt. Aren’t you sugarcoating it a little bit? « What do you mean? » It sounds like a troubled domestic situation. « It’s troubled if you decide that’s what it is. » True, you can choose to look at the bright things. But there are also less bright things. « There are for everybody. » Yeah, but I’m asking you. He doesn’t respond. Both your fathers, the stepfather and the biological one, were angry men. His expression is flat, and he answers in his scholarly voice, like a professor telling a legend from distant history. « I think by the time I knew Newt, my biological father, he was no longer particularly angry. I think Bob was very tough. But I look back now and I realize that Bob imprinted me in a thousand ways. He taught me discipline, he taught me endurance, he taught me to take the long view, he taught me the notion of teams, he taught me a depth of patriotism, he taught me to be prepared for things not to work — you sleep as often as you can because you don’t know when you’ll be able to sleep again, you drink water when you can because you don’t know when you’ll be able to drink again, you rest as much as you can because you don’t know when you’re going to rest again. If you come out of an infantry, World War II, Korea background, that is how the infantry functions. Well, it turns out that’s pretty good if you’re going to be a politician. » (Follow @ESQPolitics for the latest on Gingrich, Obama, and more) Sitting in the Florida sun while she annihilates a long series of Benson & Hedges, Marianne Gingrich paints a very different picture. « He didn’t talk to his mother much. He just didn’t have patience with her. And she was pretty drugged up for a long time. » But he said his childhood was like Norman Rockwell. She laughs. « You’re kidding. That’s funny. Well, I liked his dad. He was outspoken. He was a down-home, practical kind of guy. But you know, he was a drinker. » Marianne loves long stories, straight talk, and rueful laughter at the infinity of human foibles. Her eyes go wide when she hears his line about being four to Callista’s five. « You know where that line came from? Me. That’s my line. That’s what I told him. » She pauses for a moment, turning it over in her mind. Then she shakes her head in wonder. « I’m sorry, that’s so freaky. » But she’s happy to say nice things about him, too. As a husband, she says, he was affectionate, fun, awkward, eager, endlessly inquisitive. Once, she asked him why he was always so full of questions, and he said, « I found that if I listen, I’ll learn more. And people like to talk to me. » That’s completely Newt, she says. There was something missing inside, so he had to think his way into doing the right thing. « Newt trained himself. He wasn’t a natural. He doesn’t have natural instincts and insights. Everything has to be a thought process first. It took years and years. It wasn’t, ‘I have this insight, I am compelled, I can do no other.’ It was step by step by step by step, and it was all mental, all learned behavior. » It’s kind of touching, really. « He was a shy boy underneath it all, » she says. newt and marianne gingrich church AFP/Getty Images She met him in 1980, at a political fundraiser in Ohio. She was twenty-eight, the daughter of a small-town Republican mayor. He was thirty-six, a brand-new congressman from Georgia just emerging from an emotional crisis so severe that he drank heavily and contemplated suicide. She told him about the local economic decline, he said somebody needed to save the country. She said that he couldn’t do it alone, he asked about her plans for the future. Even then, he was making rash pronouncements that reasonable people made fun of, such as that he would be the next Republican Speaker of the House. They kept the conversation going on the phone, often talking late into the night. Although he was still married to his first wife, Jackie Battley, Gingrich told Marianne they were in counseling and talking about divorce. That summer, she went to Washington to visit him, and soon afterward he introduced her to his mother and stepfather. « They were thrilled because they hadn’t wanted Newt to marry [Jackie]. I think his stepdad wanted to be able to say, ‘Look, we always knew this wasn’t going to work.’  » At first, she had no idea that the wife he was divorcing was actually his high school geometry teacher, or that he went to the hospital to present her with divorce terms while she was recovering from uterine cancer and then fought the case so hard, Jackie had to get a court order just to pay her utility bills. Gingrich told her the story a little at a time, trusting her with things that nobody else knew — to this day, for example, the official story is that he started dating Jackie when he was eighteen and she was twenty-five. But he was really just sixteen, she says. The divorce came through in February. They got married six months later, in August of 1981. There were immediate stresses. They had no money at all. Marianne had to take over the budget because it was too stressful for Newt. On a congressman’s salary, which was then about $70,000, Gingrich had to maintain households in Georgia and Washington, plus alimony and personal debts and child support. She remembers one reception when a woman asked Newt to buy a charity ticket for ten dollars. Between them, they didn’t have a dime and didn’t know how they were going to eat for the rest of the month. « Ask Marianne, » he said, so the woman came up to her and she had to say, « No, I’m sorry, I don’t have ten dollars. » When she looked over at Gingrich, he was smiling. But they shared a thrilling sense of commitment, talking endlessly about the future and how to make things better. « The choice to try and change things consumed both of us, » she says. The challenge was huge. People in Washington called Gingrich « Newt Skywalker » and snickered at his pretensions. « He’d walk into every meeting clutching books, trying to send a signal of intellectual gravitas, » says Mickey Edwards, then a prominent Republican congressman from Oklahoma. His own administrative assistant called him « bold but careless, imaginative but undisciplined, creative but sloppy. » He would rattle around his office in the Rayburn House Office Building until well past midnight, restless and pacing, brainstorming with his staff or talking on the phone to Marianne. His mantra was that the Democrats were a corrupt permanent majority. And the Republican establishment was the biggest impediment to changing that. « How do we move the politics so that conservative is acceptable? » he would ask. That was the main question. The answers he came up with made him so powerful that he would humble the president of the United States. newt gingrich conference AP The first answer? Well, of course, Newt Gingrich would become Speaker of the House. That was essential. The second came from Richard Nixon, who told Newt to build up a cadre of young Turks to take on the Republican moderates. Gingrich had been thinking about this kind of thing since he visited Verdun at fifteen, followed by an obsession with a character in Isaac Asimov’s Foundation who « plotted the social and economic trends » of his world and figured out how to manipulate mass psychology by inventing a fake religion. Political change was also the theme of his Ph.D. thesis. A big reader in management theory and military history, he loved graphs and charts and maxims like LISTEN, LEARN, HELP, LEAD. After the election of 1982, he recruited twelve disciples and named them the Conservative Opportunity Society. Then he took control of a much larger group called GOPAC and turned it into a giant recruitment-and-training operation, sending out a stream of audiotapes and videotapes to promote his slogans and strategies. He began comparing himself to Churchill, FDR, and Benjamin Franklin. He became a master of wedge issues, calling Democrats unpatriotic, accusing them of sympathizing with communists, even blaming them for Woody Allen’s affair with Soon-Yi and Susan Smith’s murder of her children in South Carolina. To badger the moderates in his own party, he called Bob Dole the « tax collector for the welfare state » and threatened House Minority Leader Bob Michel of Illinois with extinction. But it was the nakedness of his attack on Speaker Jim Wright of Texas that shocked traditionalists of both parties. Working the press relentlessly all over the country, Gingrich began calling Wright the « least-ethical Speaker of the twentieth century » and leaking vague but ominous charges: Was he involved in the teenage-page scandal? Did he scam a pension out of the Air Force Reserve? Did he lobby a foreign president on behalf of a Texas oil family? Eventually a few stories got printed and Gingrich passed them out, sparking more stories. A couple of senior Republicans looked into his evidence and told him he didn’t have anything, others looked a second time and told him the same. But Gingrich would not relent. One charge finally stuck — that Wright failed to report income from a vanity book he sold in bulk to supporters, earning about $60,000. The charge seems especially brazen given Gingrich’s own adventures in creative financing: A few years before, he had taken $13,000 from a group of wealthy friends to write a novel; he took $105,000 to promote another book, and would later use at least $1 million of GOPAC’s money to underwrite a satellite-TV college class that fed the staff that produced his books and strategy memos. But it was enough to humiliate and destroy Wright. « He was just full of hate and venom, » says Beryl Anthony Jr., a Democratic congressman in those years. « He was driven mainly by trying to tear down the leadership and gain political power. » « I’ve known Newt now for thirty years almost, » says former congressman Mickey Edwards. « But I wouldn’t be able to describe what his real principles are. I never felt that he had any sort of a real compass about what he believed except for the pursuit of power. » From that pursuit he would not be deterred. And so by the morning in the fall of 1994 that he gathered three hundred Republican candidates on the Capitol steps to announce his ingenious Contract with America, his transformation from fool to conqueror was complete. Newt Gingrich’s ridiculous prophesies that he would change the world had come to pass. At this point, the sun is getting low in the sky. Marianne is sitting at an outdoor table at an Irish pub eating Chinese chicken salad, laughing and talking with the easy flow of the South. She veers from one subject to another, drawing lessons and breaking off into stories that break off into other stories. She’s so spontaneous and good-natured, it’s hard to picture her in Washington — and no surprise that when she decamped to Georgia in the late eighties, she spent her time finishing her college degree and doing makeovers and selling beauty supplies. It gives her an unusual perspective on the seductions of power. « Newt always wanted to be somebody, » she says. « That was his vulnerability, do you understand? Being treated important. Which means he was gonna associate with people who would stroke him, and were important themselves. And in that vulnerability, once you go down that path and it goes unchecked, you add to it. Like, ‘Oh, I’m drinking, who cares?’ Then you start being a little whore, ’cause that comes with drinking. That’s what corruption is — when you’re too exhausted, you’re gonna go with your weakness. So when we see corruption, we shouldn’t say, ‘They’re all corrupt.’ Rather, we should say, ‘At what point did you decide that? And why? Why were you vulnerable?’  » For a man operating at his level, Gingrich was keenly vulnerable. His welcome as Speaker was a furious controversy over yet another book deal, this time a $4.5 million advance from Rupert Murdoch he had been offered before he was even sworn in. Though Gingrich had made history and achieved extraordinary power, he still felt like an outsider, and the hatred touched something primal inside him. « All he wanted was to be accepted into the country club, » Marianne says. « And he arrives at the country club and he’s just not welcome. ‘Yeah, but I belong here,’ he said. ‘I earned my way to this. I earned it.’  » Next came the government shutdown of late 1995, which so alarmed the country that the poll numbers for Republicans went into a steep overnight decline. « Newt’s shocked, doesn’t know what to do, » Marianne says. « He’s like, ‘Whoa, wait, wait! This isn’t just my fault! We need to work this out!’  » gingrich clinton Win McNamee/Reuters Behind the scenes, Gingrich began pushing the social conservatives and hard-liners to compromise, even abandoning his own cherished school-prayer amendment and enraging antiabortion activists by telling them to back off. But he would make the same mistake over and over again — no matter how hard he tried to be the cool, analytical leader, no matter how harsh his assaults on others, Gingrich couldn’t help taking the retaliation personally. « You know what he hated most? » Marianne says. « When they talked about him being fat. That weight thing was personal. » His bitterness only deepened when the House Ethics Committee started investigating GOPAC’s donations to his college class and caught him trying to hide his tracks by raising money through a charity for inner-city kids called the Abraham Lincoln Opportunity Foundation. Another charity of his called Earning by Learning actually spent half its money supporting a former Gingrich staffer who was writing his biography. Gingrich even gave out the 800 number for videotapes on the House floor. The Ethics Committee found him guilty of laundering donations through charities, submitting « inaccurate, incomplete, and unreliable » testimony, and making « an effort to have the material appear to be nonpartisan on its face, yet serve as a partisan, political message for the purpose of building the Republican party. » Seven years after he had destroyed Jim Wright for a lesser offense, the committee punished Gingrich with the highest fine ever imposed on a Speaker of the House, $300,000. He had no way to pay it. « We didn’t have anything, » Marianne says. « Just a house that was fully mortgaged. » Down in Georgia, the press piled up outside their door. The irony was downright painful: At the same time he was facing that huge fine with no way to pay it, not so long after fate snatched $4.5 million out of his grasp, Gingrich’s success at raising money turned his party around. In the year after he became Speaker, the GOP raised $60 million, twice as much as the Democrats. Other conservative leaders saw what he was doing and started their own PACs. He had the golden touch, but he couldn’t touch the gold. That left just one way to pay the fine — he had to write another book. So the staff set aside blocks of time and he began sitting alone for hours, typing with one finger and piling up the pages. The book taking shape amounted to a dramatic apology. When his inner circle saw what he was writing, they were shocked. « He beat the crap out of himself, » Marianne says. « I mean, it was weird. It was the most self-blaming — we were all just like, ‘Newt, what are you doing?’  » They all gathered at a long table in Gingrich’s office and took out their red pens, cutting one page after another. Newt’s mea culpa would remain unpublished, a secret. After that, Gingrich started to deteriorate. There were times, Marianne says, when he wasn’t functioning. He started yelling at people, which he’d never done before, and he’d get weirdly « overfocused » on getting things done — manic, as if he was running out of time. He took to taking meetings while eating, slurping his food, as if he wasn’t aware or didn’t care how strange it looked. The staff responded with gallows humor: « He’s a sociopath, but he’s our sociopath. » One day during the summer of ’97, senior members of the Republican leadership tried to stage an intervention on the Speaker’s balcony. Newt was late arriving, and his leadership met first with Marianne, pleading their case, asking that she help them reason with her husband. His temper was by then volcanic. Would she stay for the meeting? And then they opened the door and Gingrich was standing there. They told him a softer version of what they’d told her — that the dysfunction was causing a dangerous level of anger in the Congress and the country. The members actually left in a more cheerful mood — Gingrich was always good at letting people think he agreed with them, Marianne says. But from then on his behavior only got more erratic. But that was also the period of his greatest political achievement. After getting rolled by Clinton on the government shutdown, Gingrich was convinced that Republican fortunes were dependent on his ability to at last deal with the White House. He worked hard to persuade reluctant hard-liners and eventually hammered out a compromise in exchange for tax cuts — for example, he gave Clinton $24 billion to pay for health care to uninsured children. And the budget was balanced, driving the economic boom of the next three years. These days, Gingrich takes all the credit. Liberals prefer to focus on the effect of Clinton’s 1993 budget. Others point to booming revenue from a growing economy. But the truth is, it never would have happened without Gingrich. His relentless pressure forced Democrats to make painful cuts. But it wouldn’t have happened without Clinton, either, who had done things that had been thought impossible for a Democratic president. That’s why Newt’s next move was the secret negotiations to put Social Security and Medicare on the path to long-term sustainability. For years, the two parties had refused to agree on the necessary taxes and cuts, but Gingrich and Clinton hashed out a rough draft in a few intense weeks. Gingrich remembers their peculiar bond to this day. « Clinton and I used to talk like it was a graduate-school session, » he says. « We both like books, we both like ideas, we both like exploring language and exploring concepts and trying to find solutions. » But then in 1998, Monica Lewinsky exploded and war broke out between the parties. Of all the ironies in Gingrich’s paradoxical career, this was certainly the most bitter — at the very moment when he tried to rise above the ugly partisanship he had done so much to foster, it dragged him back down. In all his years of partisan warfare, Gingrich’s talent had been in never overplaying his hand. But now his party was doing just that in spectacular fashion. Tom DeLay took charge of the impeachment, as the rest of the Republican leadership was concerned that Gingrich was « too close » to Clinton and too vulnerable to the girlfriend charge himself. And suddenly, even though Clinton was the one being impeached, it was the Republicans who were in danger of losing Congress. One night, Marianne says, Bill Clinton called from the White House. She answered the phone and the president asked if he could please speak to her husband. Could the Speaker come over immediately? After he hung up, Newt summoned his driver and went in the back door to the Oval Office. During that meeting, he would tell her later, Clinton laid it out for him: « You’re a lot like me, » he told him. Whatever else happened at that meeting, Newt Gingrich was muzzled in the critical run-up to the ’98 midterms. Three weeks before the election, Gingrich got a visit from Kenneth Duberstein, a senior Republican who had served as chief of staff to Ronald Reagan. « He says, ‘What’s going on? We’re gonna lose seats if something doesn’t change.’  » Marianne jumped in, too. « I asked Newt, ‘What are you doing? Why aren’t we out there blasting them?’  » This was his true turning point, she believes. As his personal failures and his political contradictions closed in on him, she began to entertain fears about his fundamental decency. « I used to tell him I don’t care if you lose Congress as long as you’re standing for what you believe in and what we’ve worked for — as long as you don’t sell out, » she says. « But he wanted the life he wanted. You can call it opulent. You can call it self-indulgent. You can call it anything you want to. But that’s not me. » newt and marianne gingrich Jesse Frohman/Corbis Outline Marianne remembers watching the election results with Gingrich in their war room down in Georgia, the dismal feeling as one Republican after another went down. The Republicans held on to the House majority, but not by much. The next morning, Appropriations Committee chairman Bob Livingston of Louisiana threatened to run against Gingrich if he didn’t resign as Speaker. His unpopularity was dragging the party down. He faxed a list of demands to their house in Georgia, Marianne remembers, insisting that Newt cede him complete power over the appropriations process. The next day, Gingrich called Marianne into his office and told her he had come to a decision. He was going to step down as Speaker. And resign from Congress, too, though he had just won another term. Later that week, on a conference call with a few party confidants, Gingrich said, « I’m willing to lead but I’m not willing to preside over people who are cannibals… . Frankly, Marianne and I could use a break. » His political career was over. In the history books Gingrich loves, exile is a defining moment when a leader’s true strength of character is revealed. But his own behavior just became more erratic in the months after his fall. Some days he was full of bravado, conspiring with Duberstein and Marianne on a five-year plan to restore his reputation and rebuild his power base so he could run for president someday. He even turned down an American Express commercial that would have paid $500,000, Marianne says, because acting in a commercial didn’t have sufficient gravitas for a man of his once and future stature. And he got some good news from the IRS, which said his college course didn’t violate the tax laws after all. But other days, Gingrich was bleak and hopeless. He was like a « dead weight » at times like that, Marianne says. You just couldn’t get him to move. The contrast reminded her of his mother and her manic depression, and she told him he needed help. But Marianne was having problems of her own. After going to the doctor for a mysterious tingling in her hand, she was diagnosed with multiple sclerosis. Early in May, she went out to Ohio for her mother’s birthday. A day and a half went by and Newt didn’t return her calls, which was strange. They always talked every day, often ten times a day, so she was frantic by the time he called to say he needed to talk to her. « About what? » He wanted to talk in person, he said. « I said, ‘No, we need to talk now.’  » He went quiet. « There’s somebody else, isn’t there? » She kind of guessed it, of course. Women usually do. But did she know the woman was in her apartment, eating off her plates, sleeping in her bed? She called a minister they both trusted. He came over to the house the next day and worked with them the whole weekend, but Gingrich just kept saying she was a Jaguar and all he wanted was a Chevrolet.  » ‘I can’t handle a Jaguar right now.’ He said that many times. ‘All I want is a Chevrolet.’  » He asked her to just tolerate the affair, an offer she refused. He’d just returned from Erie, Pennsylvania, where he’d given a speech full of high sentiments about compassion and family values. The next night, they sat talking out on their back patio in Georgia. She said, « How do you give that speech and do what you’re doing? » « It doesn’t matter what I do, » he answered. « People need to hear what I have to say. There’s no one else who can say what I can say. It doesn’t matter what I live. » When they got to court, Gingrich refused to cooperate with basic discovery. Marianne and her lawyer knew from a Washington Post gossip column that Gingrich had bought Bisek a $450 bottle of wine, for example, but he refused to provide receipts or answer any other questions about their relationship. Then Gingrich made a baffling move. Because Bisek had refused to be deposed by Marianne’s attorney, Newt had his own attorney depose her, after which the attorney held a press conference and announced that she had confessed to a six-year affair with Gingrich. He had also told the press that he and Marianne had an understanding. « Right, » Marianne says now. That was not true? « Of course not. It’s silly. » During that period, people would come up to Marianne and tell her to settle, that she was hurting the cause. Ten years later, Gingrich has built an empire of wealth and influence by turning the fundraising scandals of his past inside out. His American Solutions for Winning the Future is a political-advocacy group similar to GOPAC or the PACs that support regular candidates like Sarah Palin or Mitt Romney, but with a twist: Regular PACs can’t take corporate money or personal donations larger than $5,000. Instead, American Solutions is a « 527″ group, which can accept unlimited contributions as long as it doesn’t promote the interests of a specific candidate. So Gingrich takes hundreds of thousands of dollars from coal and oil companies and spends it to fight energy regulations and promote conservative leaders at critical moments — as the archconservative Townhall.com observed, the « Drill Here, Drill Now, Pay Less » campaign he launched in the spring of 2008 was « likely the source of John McCain’s miraculous rebound in the polls. » And American Solutions is not just another advocacy group. Its reach is enormous. The $17 million it raised in the first five months of 2010 is more than double the money raised by the second-biggest 527 group, the Service Employees International Union — one of America’s largest unions. That makes American Solutions the biggest political-advocacy group in America today, with an expansive issues agenda that just happens to advance the political fortunes of Newt Gingrich. Then there’s the Center for Health Transformation, another group Gingrich runs. On its Web site, it describes its work in Georgia as a model for all its efforts and says the « cornerstone » of its work is a group called Bridges to Excellence. But CHT « had zero role in creating Bridges to Excellence, » says François de Brantes, the group’s CEO. CHT helped with organization for one year and hasn’t been associated with them since 2008. The CHT Web site also singles out the « Healthy Georgia Diabetes and Obesity Project » as its major diabetes effort, but that was news to the American Diabetes Association. « We were not able to find any information about this, » says the ADA’s communications director, Colleen Fogarty. « The person that was in contact with them is no longer here. » It turns out that the CHT is a for-profit outfit that charges big health insurers like Blue Cross and Blue Shield up to $200,000 a year for access to the mind of Newt Gingrich. But it is not a registered lobby. Neither is American Solutions. So if Gingrich talks to a politician about energy policy while energy legislation is pending, he’s just an intellectual exploring ideas. And he can go on TV and/or write articles without declaring his financial interest in pending legislation. One of Gingrich’s former advisors told The Washington Post that he’s « making more money than he ever thought possible, and doesn’t have to tell everybody where it’s coming from. » Gingrich also is a central figure in Citizens United, the fourth-largest political-advocacy organization in America, the group that tested the limits of corporate power in politics by taking Hillary: The Movie to the Supreme Court. Was it legal for a corporation to pay to show the movie — a shameless piece of campaign propaganda masquerading as a documentary — just before an election? As it happens, Gingrich has released five of his movies through Citizens United. Most are faux documentaries just like Hillary: The Movie. The great conservative scholar James Q. Wilson captured their spirit perfectly with comments that were included in the Congressional Ethics Committee special counsel’s report about Gingrich’s history course: « It is bland, vague, hortatory, and lacking in substance… Philosophically, it is a mishmash of undefined terms… Scientifically, it is filled with questionable or unsupported generalizations… I could go on, but I dare not for fear I have misunderstood what this enterprise is all about… If this is not to be a course but instead a sermon, then you should get a preacher to comment on it. » Throughout, Gingrich’s modus operandi has been startlingly similar to the way he shifted money from GOPAC to the charities that were secretly supporting his college course. And here’s a mystery: According to Bruce Nash of Nash Information Services, a company that tracks movie sales, these films — some directed by a man best known for a TV show called Bikes from Hell — are spectacular failures. « The most popular appears to be Ronald Reagan: Rendezvous with Destiny, which is most likely selling a couple thousand copies a year through major retailers. Rediscovering God in America sells perhaps two thousand units. » But the lavish productions do afford Gingrich and his wife luxurious world travel. At the premiere of the latest, Nine Days that Changed the World, a film about how Pope John Paul II toppled communism, the producer joked from the podium about Gingrich’s champagne tastes. « We didn’t travel steerage, that’s for sure. » Most of all, the religious emphasis of his documentaries underscores his recent conversion to Catholicism, and perhaps helps to dim the memory of his ugly divorces. When asked about his conversion, Marianne laughs. Why is that funny? « It has no meaning. » It has no meaning? « It’s hysterical. I got a notice that they wanted to nullify my marriage. They’re making jokes about it on local radio. The minute he got married, divorced, married, divorced — what does the Catholic Church say about this? » She’s not angry at all. She just thinks it’s the only path Gingrich could take after his idealism died, threatening the self he had invented out of the biographies of great men. « When you try and change your history too much, » she says, « you lose touch with who you really are. You lose your way. » In New Orleans, Gingrich strides onto the stage at the Southern Republican Leadership Conference to the tune of « Eye of the Tiger. » Thousands of activists in a party looking for deliverance rise to their feet. Gingrich stands there grinning, soaking up the applause. When he begins, his voice is strong and confident. « When you speak from the heart, you don’t need a teleprompter, » he says, launching into his slashing and scholarly indictment of the Obama secular socialist machine that wants to take away their rights. And once again, when a man from the audience says we should just end the goddamn income tax already, Gingrich walks him back. « We’ve got to pay for national security. » He even defends spreading the wealth. « None of the Founding Fathers would have said that George Washington, owning Mount Vernon as the largest landowner, should pay the same tax as somebody who was a cobbler. » At a moment of doctrinal crisis in the Republican party, Newt Gingrich is the only major figure in his party who is both insurgent and gray eminence. That is why twelve years after his career ended — twelve years after any other man in his position would have disappeared from view — he is ascendant. « Will he run? » Marianne asks. « Possibly. Because he doesn’t connect things like normal people. There’s a vacancy — kind of scary, isn’t it? » One thing is certain — Newt Gingrich loves the question. « That’s up to God and the American people, » he tells you, in the serene tone of a man who already knows what God thinks.


Affaire DSK: Séduction en-deçà de l’Atlantique, viol au-delà (From Antioch to Sofitel: Blame it all on date rape!)

24 mai, 2011
Oui, j’aime les femmes… Et alors ? (…) Depuis des années on parle de photos de partouzes géantes, mais je n’ai jamais rien vu sortir… Alors qu’ils les montrent ! Dominique Strauss-Kahn
Qu’est-ce qu’ils vont sortir ? Une photo de moi en train de tirer une gonzesse ? Qui voudra publier ça ? DSK
J’en suis plutôt fière ! C’est important de séduire pour un homme politique. Anne Sinclair (2006)
Je ne voulais pas être jusqu’à la fin de mes jours la fille qui a eu un problème avec un homme politique. Tristane Banon (journaliste, fille d’élue socialiste)
Je pense que M. Strauss-Kahn a abusé de sa position dans sa façon de parvenir jusqu’à moi. Je vous ai expliqué en détail comment il m’a convoquée plusieurs fois pour en venir à me faire des suggestions inappropriées. Malgré ma longue vie professionnelle, je n’étais pas préparée à des avances du directeur général du FMI. (…) Je crains que cet homme n’ait un problème qui, peut-être, le rend peu apte à diriger une organisation où travailleraient des femmes. Piroska Nagy (ancienne économiste du FMI)
Qui n’a pas été coincé par DSK ? C’est un homme qui aime la chose! Danièle Evenou (comédienne et épouse de l’ancien ministre socialiste Georges Fillioud, Europe 1)
Dominique a fait beaucoup pour l’Afrique. Qui s’occupera des pays pauvres maintenant ? (…) Je pense que Dominique devrait lui demander pardon. Nafissatou l’acceptera, j’en suis sûr. Baba Sylla (président de la communauté guinéenne (Guinée-Conakry) de New York, se présentant comme le « frère » de la femme de chambre du Sofitel)
Quand un homme agresse une femme, je ne protège plus son anonymat(…) Il voulait des filles américaines.(…) En janvier 2006, une des filles l’avait trouvé brusque et en colère, et avait refusé de le revoir. » En septembre de la même année, une autre prostituée d’origine brésilienne se serait aussi plainte d’avoir été malmenée, selon « Manhattan Madam ». Kristin Davis (surnommée « Manhattan Madam »)
Quand on connaît un tout petit peu le système américain (…) alors qu’il n’y a pas mort d’homme, ne pas libérer quelqu’un qui verse une caution importante, ça ne se fait pratiquement jamais. Jack Lang (France 2.)
Je suis certain, enfin pratiquement certain, qu’il n’y a pas eu une tentative violente de viol, je ne crois pas, ça, je connais le personnage, je ne le pense pas. Qu’il y ait eu une imprudence (…), je sais pas comment dire, un troussage … un troussage, de domestique. Jean François Kahn
Ainsi, pour Jean-François Kahn, il existe plusieurs sortes de viols. Les «viols violents», tout d’abord. On en déduit par nécessité qu’il existe des viols moins violents, des viols doux et aimables, frais et légers comme un mot désuet évoquant des pastorales où bergers et bergères copulent en adultes consentants ou presque (le berger, au moins, est d’accord) pendant que broutent les moutons et que pépient les moineaux : les fameux troussages. » « Un troussage donc, dans un monde qui, en langage juridique, connaît quelque chose d’un peu plus binaire, l’agression sexuelle d’une part et le viol de l’autre. Bref, un troussage: le bel euphémisme que voilà. Un peu comme «grand séducteur» pour «obsédé sexuel qui n’arrive plus à mettre la main sur ses cachets de bromureLe Grand Barnum
J’en veux, ce matin, au juge américain qui, en le livrant à la foule des chasseurs d’images qui attendaient devant le commissariat de Harlem, a fait semblant de penser qu’il était un justiciable comme un autre. J’en veux à un système judiciaire que l’on appelle pudiquement « accusatoire » pour dire que n’importe quel quidam peut venir accuser n’importe quel autre de n’importe quel crime – ce sera à l’accusé de démontrer que l’accusation était mensongère, sans fondement. (…) J’en veux, en France, à tous ceux qui se sont jetés sur l’occasion pour régler leurs comptes ou faire avancer leurs petites affaires. BHL
La conception du viol est emblématique de cet extrémisme.  On lui donne aux États-Unis une définition assez élastique pour ne plus comporter l’usage de la force ou de la menace et pour englober toute tentative de séduction, fût-elle réduite à l’insistance verbale. Mona Ozouf
Je suis fier de vivre dans un pays dans lequel une femme de ménage peut faire débarquer un dirigeant international d’un avion en partance pour Paris. Si ce genre de chose est impossible en France, eh bien honte à la France et honte à Lévy pour penser différemment. Jonah Goldberg (National Review)
Nous sommes toutes des femmes de chambre. Slogan féministe
On a oublié qu’il y avait une présomption de véracité sur les propos de la présumée victime, comme s’il pesait toujours sur les femmes victimes de viol une suspicion. Colette Coffin (militante féministe)
Ce sera un déclic qui nous permettra de ne plus accepter les violences faites aux femmes.  Stéphane, (48 ans)
C’est un miroir grossissant de ce qui existe. D’habitude, c’est plus latent. Désormais c’est impossible de dire que ça n’existe pas. Anne-Cécile (27 ans)
Chez les islamo-Africains, le machisme domine. Si une femme est victime d’un viol, la tendance est de penser qu’elle l’a cherché. La femme n’est pas écoutée. Il y a bien sûr des différences selon les ethnies, le niveau d’éducation, les traditions urbaine ou rurale. Les Peuls sont généralement plus conservateurs, islamisés selon les vieilles traditions. L’excision y est souvent pratiquée. Les rapports sexuels en dehors du mariage sont stigmatisés. Ceux de la diaspora n’échappent pas à ces pesanteurs socioculturelles. Moussa Sow (spécialiste sénégalais de la culture africaine et de la diaspora, The College of New Jersey)
Pour la première fois depuis très longtemps, on a parlé d’égalité femme-homme à des heures de grande écoute sur les télés, les radios, ainsi que dans les journaux. Je suis attristée qu’il faille un événement comme celui-ci pour que les éditorialistes et les personnalités publiques prennent conscience que l’égalité femme-homme est un sujet fondamental et fondamentalement politique. (…) Je crois que nous avons deux situations différentes : un pays où le puritanisme est très présent, les Etats-Unis, et un pays, la France, où on sous-estime l’ampleur des inégalités femmes-hommes. Aucune de ces deux situations n’est satisfaisante, et si j’étais militante féministe aux Etats-Unis, je dénoncerais, comme je l’ai fait ici, l’amalgame dangereux qui est fait entre libération sexuelle et violences. Les violences sont une marque de domination, la libération sexuelle, un signe d’émancipation. (…) Très rapidement, en début de semaine, on a fait le lien entre libertinage et violences, comme si le viol correspondait, en gros, à un comportement sexuel libéré. (…) Ce qui est fascinant en France, c’est qu’il existe une illusion de l’égalité entre les femmes et les hommes. Quand on est féministe, avant même d’entrer dans le débat politique, on doit d’abord se justifier sur la pertinence de son engagement. Il y a chaque année en France au moins 75 000 femmes victimes de viol, et dans tous les domaines, les inégalités sont encore très fortes : 27 % de différence de salaire, 80 % des tâches ménagères assumées par les femmes, 18,5 % de femmes à l’Assemblée nationale. Caroline Haas (militante féministe et assistante politique de Benoit Hamon)
Le propre des agressions sexuelles, on le sait, est qu’à la différence des blessures ou des meurtres, leur réalité  » objective  » ne s’impose pas d’elle-même aux yeux des tiers. Ont-elles seulement existé ? Avant même qu’un procès n’aborde les terribles problèmes de la preuve et de la crédibilité des parties en présence, la question spécifique que posent ces affaires judiciaires s’enracine très exactement là : ce qui est en jeu au départ n’est jamais seulement la présomption d’innocence du mis en cause, mais la possibilité même qu’une infraction sexuelle  alléguée prenne assez de réalité aux yeux de tiers qualifiés pour ouvrir la procédure. Cette possibilité passe en tout premier lieu par la possibilité donnée à une victime présumée d’être vraiment écoutée. On accueille de mieux en mieux, dans nos commissariats, les victimes sexuelles qui déposent plainte. Mais sommes-nous prêts, dans la culture politique française, à considérer la présomption de véracité  comme un véritable droit ? Rien n’est moins sûr.
(…) il est vain de croire que nous échapperons aux questions de plus en plus fortes que nous posera dans l’avenir la lutte sans merci du coupable allégué et de la victime présumée du Sofitel de New-York, en faisant le procès de la procédure accusatoire américaine. Au moment le plus dramatique de l’affaire d’Outreau on avait, face aux mêmes dilemmes, fait le procès symétrique : celui de la procédure inquisitoire à la française. L’aurait-on déjà oublié ? Pour construire un jour une façon de tenir ensemble les deux présomptions opposées, le premier pas est d’accepter de penser la spécificité des questions sexuelles, et d’élargir le champ de nos réflexions pour reconnaître les responsabilités collectives nouvelles que nous confère, à nous citoyens des démocraties occidentales, les mutations profondes qui ont lieu aujourd’hui.
(…) Considérer le viol comme un crime, prendre au sérieux les atteintes sexuelles, participe directement du refus contemporain de l’ordre sexuel matrimonial traditionnel, construit sur la condamnation de la sexualité hors mariage, la diabolisation de l’homosexualité, la double morale sexuelle et la division des femmes en deux catégories : épouses honorables et filles perdues, mères de famille légitimes et filles-mères parias, maîtresses de maison respectées et domestiques qu’on  » trousse « .
(…) Mais les procès pour viol d’aujourd’hui sont aussi symptomatiques des ambiguïtés du changement, tant ils donnent à voir le vide sidéral que nous avons laissé se développer en lieu et place d’une civilité sexuelle renouvelée, capable d’irriguer la vie ordinaire de nos sociétés et d’inscrire la sexualité au sein d’un monde humain certes pluraliste, mais qui demeurerait un monde commun. C’est la rançon de l’idéologie individualiste et mercantile, qui transforme ce monde en une collection insignifiante d’individus autarciques bons à consommer. Le consentement, coeur de la nouvelle normalité sexuelle, est ainsi à la fois la solution et le problème. Consentir, oui, mais à quoi ? Pourquoi ? Et quand le refus de tout consentement s’est exprimé loin des regards, comment passer à sa dimension publique, sociale, juridique ? Concentrant toutes ces questions, nous interrogeant directement sur la solidité de nos valeurs communes, le procès de New-York incarne à sa manière le changement démocratique. Mais il peut devenir aussi un de ces moments périlleux où, pour reprendre l’expression de Marcel Gauchet,  la démocratie se retourne  » contre elle-même  » .
(…) C’était le choc de deux figures, deux symboles, deux incarnations si extrêmes des inégalités du monde contemporain, que la réalité semblait dépasser la fiction. Elle, une femme de chambre immigrée d’origine guinéenne, pauvre, vivant dans un logement social du Bronx, veuve, mère de famille monoparentale. Lui : un des représentants les plus connus du monde très fermé de la haute finance internationale, une figure de la politique française, de l’intelligentsia de gauche, une incarnation aussi, de la réussite sociale, de l’entre-soi des riches et de la jouissance facile. La femme de chambre et le financier, ou le choc de celui qui avait tout et de celle qui n’était rien.
(…) En prenant en considération la parole d’une simple femme de chambre et en lui accordant la présomption de véracité, la police new-yorkaise n’a pas seulement démontré qu’elle pouvait en quatre heures renverser l’ordre du pouvoir et saisir au collet le puissant financier. Elle a aussi mis en scène une sorte de condensé inouï des incertitudes, des injustices et des espoirs de notre temps, et engagé un processus où vont venir s’engouffrer toutes les passions qui meuvent les sociétés démocratiques. Au risque de transformer tragiquement deux individus, inégaux à l’extrême, en boucs émissaires de nos désirs frustrés, de nos peurs ancestrales, de nos haines inassouvies. Irène Thiéry
We now live in a world in which men like former New York Governor Eliot Spitzer, who was investigating financial wrongdoing by the insurance giant AIG, WikiLeaks founder Julian Assange and Strauss-Kahn — whose efforts to reform the IMF gained him powerful opponents — can be, and are, kept under constant surveillance. Indeed, Strauss-Kahn, who had been the odds-on favorite to defeat Nicolas Sarkozy in next year’s French presidential election, probably interested more than one intelligence service. This does not mean that Strauss-Kahn is innocent or that he is guilty. It means that policy outcomes can be advanced nowadays, in a surveillance society, by exploiting or manipulating sex-crime charges, whether real or inflated. In other words, ours is increasingly an age of geopolitics by blackmail. Why, after all, were U.S. operatives asked to secure the “biometrics” and DNA of subjects abroad, as some of the U.S. diplomatic cables released by WikiLeaks were revealed? Naomi Wolf
Aux Etats-Unis, particulièrement à New York et plus encore quand la victime présumée est une femme noire, les droits de cette victime présumée et sa parole, l’emportent sur la présomption d’innocence du coupable accusé. Ceci étonne ou choque des Français, mais pas les Américains : c’est la victime possible que l’on écoute d’abord et qui est, a priori, la plus légitime. Les Américains vivent dans la crainte d’ignorer une victime ce qui est clairement, l’héritage d’un long passé de brutalisation des faibles, en particulier des Noirs. Les Etats-Unis sur ce terrain, sont en permanente session de rattrapage : sans doute, une femme blanche dans des circonstances comparables, n’aurait-elle pas suscité la même compassion ni la même attention judiciaire. Autre différence essentielle entre la France et les Etats-Unis (…) : les Américains sont spontanément démocrates tandis que les Francais conservent des réflexes plutôt aristocratiques. Il ne s’agit pas ici des institutions mais des mœurs, des comportements sociaux. La police et la justice aux Etats-Unis, viellent à traiter équitablement c’est à dire avec une même brutalité, les grands et les humbles de ce monde : DSK aura été traité avec une sévérité singulière parce qu’il est un aristocrate par l’argent et le pouvoir. Témoigner envers lui de quelques égard particulier, c’est inconcevable dans une société qui s’affiche comme égalitariste. En France, c’est évidemment l’inverse qui s’imposerait : nos aristocrates, soit parce que très honnêtes, soit parce qu’au dessus des lois, se retrouvent rarement en prison préventive. Aux Etats-Unis, la fortune et l’influence confèrent donc plus d’obligations sociales que de droits : DSK est malmené pour abus de pouvoir, implicitement, autant que pour le crime qu’il a peut-être commis. Guy Sorman
Ce qui distingue ici la France, c’est donc moins l’harmonie que l’occultation des tensions.  C’est bien pourquoi le modèle américain fait l’objet d’un rejet si virulent en France : introduire avec les féministes la question du genre dans la sexualité, ce serait faire entrer le loup des relations de pouvoir dans la bergerie de la séduction hétérosexuelle.  Mais la brebis de la farce, ce pourraient dans la sexualité, ce serait faire entrer le loup des relations de pouvoir dans la bergerie de la séduction hétérosexuelle.  Mais la brebis de la farce, ce pourraient être ces victimes sans voix, dès lors qu’on s’interdit de crier au loup. L’intérêt de la polémique américaine, c’est aussi de faire ressortir l’étrange absence de politisation de la violence sexuelle en France. Éric Fassin

Vous avez dit puritanisme anglo-saxon?

A l’heure où, pour sauver leur client, les avocats de DSK ont commencé leur dénigrement systématique de la plaignante …

Jusqu’à prétendre qu’elle ne serait même pas belle (ce qui entre parenthèses en dirait long sur les goûts de leur dit client, alors qu’en tant que peule – ces sortes de toutsis de l’Afrique de l’ouest-, il n’est pas impossible au contraire qu’elle soit grande et fine à l’image peut-être de la fameuse égérie récemment retrouvée noyée d’Yves Saint Laurent, la célèbre Katoucha Niane?) ou mettant en doute sa parole (elle aurait été consentante) …

Et où, face à l’égalitarisme américain et sans compter des années de complaisance et d’omerta, les réactions françaises ont à nouveau brillé tant par leur machisme (« pas mort d’homme », « troussage de domestique »)… que par leur aristocratisme …

Pendant qu’aux Etats-Unis et dans la même ville où l’on juge actuellement, trois ans après les faits,  le cas de policiers accusés d’avoir profité de l’état d’ivresse d’une jeune patronne de mode de Manhattan, une féministe de la troisième génération  (dénonçant, dans un magazine 20 après,  le harcèlement sexuel jusque dans les bureaux feutrés des plus prestigieux de ses professeurs de Yale tout en célébrant le voile islamique pour la vibrante sexualité qu’il permet) peut, oubliant le précédent Polanski (ayant échappé à la justice américaine pour agression sexuelle de mineure droguée pendant plus de 30 ans grâce au refus français d’extradition), se retrouver du côté des Français apparemment nombreux à soutenir la thèse du complot contre DSK .. .

Retour, avec les historiens André Laramé du site Hérodote et Eric Fassin de l’ENS, sur l’inévitable cliché ressorti par la quasi-totalité desdits commentateurs et opposé à la frivolité gauloise, du prétendu puritanisme anglo-saxon

Pour y découvrir, à travers l’histoire du dernier millénaire et surtout le relativement récent concept de « date rape » et le « code de comportement sexuel correct » de la petite université chrétienne Antioch  de l’Ohio auquel il a donné lieu…

Tant l’effet de la prégnance du féminisme outre-Atlantique que celui de la contestation qu’il soulève en France comme aux Etats-Unis mêmes contre la politisation jugée abusive de la question de  la violence contre les femmes jusqu’au coeur des rapports amoureux

Sexe et pouvoir

Galanterie et puritanisme

Au XVIIe siècle, dans des sociétés profondément inégalitaires, la plupart des souverains et des membres de la haute noblesse pratiquent à leur aise la galanterie, comme dans les siècles précédents, avec parfois des raffinements de violence.

Mais un revirement s’amorce peu à peu dans les mœurs et les idées, sous l’influence de la bourgeoisie montante. Il va s’exprimer pleinement dans le puritanisme du XIXe siècle…

André Larané

Frivolité des mœurs

Suite aux guerres de religion et à l’émergence d’une philosophie agnostique, on voit apparaître dans les campagnes comme dans l’aristocratie des formes d’indifférence religieuse.

 Elles coïncident avec un relâchement des mœurs dans les cours européennes, chez les Bourbons bien sûr mais aussi chez les Habsbourg de Madrid et les Stuart de Londres. Même la luthérienne Suède fait parler d’elle avec les frasques de la reine Christine.

En Angleterre, le roi Charles 1er paie de sa tête les écarts de conduite de ses favoris et en particulier du duc de Buckingham.

À Versailles, le vieux roi Louis XIV s’émeut des frasques et, parlons clair, des crimes des jeunes libertins de la cour : «tortures sadiques infligées à des prostituées, assassinat d’un jeune marchand de gaufres qui résistait à l’odieuse bande d’aristocrates pédérastes en chaleur. Tous sont au-dessus des lois : fils du roi, fils de Colbert, neveu de Condé, duc de La Ferté, marquis de Biran, et quelques autres…» (Georges Minois, Bossuet). À quoi s’ajoutent messes noires et sorcellerie, illustrées par l’affaire des Poisons.

Au «Siècle des Lumières» (le XVIIIe), les paysans voient en Europe occidentale leurs conditions de vie s’améliorer. Dans les villes s’affirme une bourgeoisie prospère, tant dans le commerce et l’industrie que dans l’administration. Mais dans les cercles aristocratiques, qui accumulent privilèges et richesses, le libertinage et la galanterie ne rencontrent plus guère d’obstacle.

Cela se vérifie en France comme en Angleterre et dans la plupart des autres pays européens. Montesquieu écrit en 1729 : «Point de religion en Angleterre. Un homme ayant dit, à la Chambre des Communes :  »Je crois cela comme article de foi », tout le monde se mit à rire» (cité par André Maurois, Histoire de l’Angleterre).

Les Anglais se souviennent de cette époque avec nostalgie sous le nom de «Merry England». C’est l’Angleterre joyeuse, rurale, décomplexée et débridée, qu’évoque le cinéaste Stanley Kubrick dans le film Barry Lyndon (1975).

En France, le roi Louis XV, las de son épouse polonaise, se jette dans les plaisirs avec une démesure inconnue de son aïeul Louis XIV. La marquise de Pompadour aménage l’hôtel du Parc-aux-Cerfs, à Versailles, pour les rencontres clandestines du vieux roi avec de très jeunes filles (façon Silvio Berlusconi).

Louis XVI, petit-fils et successeur du précédent, est un jeune homme timide et sans appétit sexuel. Il n’est pas plus populaire pour autant et les médisances pleuvent sur son épouse, Marie-Antoinette, «l’Autrichienne». Pierre Choderlos de Laclos illustre dans Les liaisons dangereuses (1782) les mœurs délétères de l’aristocratie.

Les jeunes États-Unis eux-mêmes n’y échappent pas. La nouvelle République est dirigée par de riches planteurs virginiens qui vivent selon les mœurs de la vieille Europe. Parmi eux, le futur président Thomas Jefferson suscite des commérages lors de son ambassade en Europe du fait d’une liaison avec une esclave noire dont il aura des enfants.

À Saint-Pétersbourg, Catherine II fait assassiner son mari par l’un de ses amants puis gouverne la Russie avec une poigne de fer tout en distribuant ses faveurs aux jeunes hommes de son entourage.

Chez les Habsbourg, le scandale n’est pas moindre. À Madrid, en 1788, Godoy, un parvenu de petite noblesse, devient l’amant de la reine Marie-Louise et le conseiller du roi Charles IV.

À Londres, le roi George III affiche une conduite décente jusqu’à ce qu’il soit frappé par une douce folie en 1810. Son fils, qui devient Régent puis roi sous le nom de George IV, en 1820, se montre quant à lui plus débauché que quiconque. Cela lui vaut le surnom de «Prinny» (scandaleux).

Marié secrètement à une catholique, il est contraint de se marier une deuxième fois avec une princesse plus présentable. Bigame de fait, il multiplie par ailleurs les liaisons adultérines. Il a de nombreux bâtards mais aucun enfant légitime pour lui succéder quand il meurt en 1830, victime de l’obésité, de la goutte et de l’alcool.

Son frère Guillaume IV lui succède brièvement avant de laisser le trône à une jeune nièce Victoria, une pure jeune fille de 18 ans. Il n’était que temps car, en Angleterre comme sur le Continent, les frasques de la royauté et de la haute aristocratie commençaient à lasser l’opinion.

Amours romantiques, ménages puritains

Dès avant la Révolution française, une nouvelle sensibilité s’est fait jour dans la bourgeoisie montante, en France et en Europe. Elle est illustrée par l’œuvre de Jean-Jacques Rousseau (même si l’auteur de L’Émile a lui-même une conduite qui laisse à désirer). On encense l’amour conjugal, grande nouveauté, et aussi l’amour maternel. Les enfants ne sont plus seulement des faire-valoir et des bâtons de vieillesse. Ils deviennent des objets d’affection.

La Révolution amène au pouvoir des notables de province qui, pour la plupart, vivent sagement, voire de façon monastique comme Robespierre. L’exception la plus notable est Mirabeau, député issu de la noblesse provençale.

La fin de la Terreur entraîne une brève période d’euphorie sous le Directoire. Les gouvernants et les grands bourgeois étalent avec vulgarité leur fortune mal acquise (on pense ici à l’oligarchie russe du temps de Boris Eltsine). Malgré les toilettes vaporeuses des élégantes, cela ne vaut pas toutefois l’Ancien Régime. «Qui n’a pas vécu dans les années voisines de 1789 n’a pas connu le plaisir de vivre», confiera Talleyrand – fin connaisseur – à Guizot.

Le maître de l’Europe, Napoléon 1er, aurait bien aimé restaurer ce plaisir de vivre mais l’humeur n’y est plus. Lui-même est plus à l’aise dans les bivouacs que dans les alcôves. Ce n’est pas un grand séducteur mais plutôt un amant à la hussarde, comme le montrent les récits que font ses maîtresses de leurs relations.

Ses successeurs Louis XVIII et Charles X ne modifient pas la donne, non plus le «roi-bourgeois» Louis-Philippe 1er, époux modèle de Marie-Amélie. C’est que l’Europe fait sa révolution industrielle et les bourgeois mettent toute leur énergie dans cette entreprise. «S’enrichir par le travail et l’épargne», selon l’exhortation de Guizot, est incompatible avec la prodigalité de l’ancienne aristocratie.

Adolphe Thiers, bourgeois typiquement balzacien, épouse à 35 ans Élise Dosne (15 ans), la fille de sa maîtresse Sophie Dosne, épouse du receveur général de Brest. Il encaisse pour l’occasion une copieuse dot de 300.000 francs. Le mariage demeurera stérile et la mariée très distante à l’égard du grand homme, dont l’intérêt continue à se porter plutôt sur sa mère.

Les changements de mœurs sont pleinement illustrés par le mariage d’amour de la reine Victoria avec son cousin allemand, le prince Albert de Saxe-Cobourg-Gotha. Celui-ci a souffert dans son enfance d’une famille éclatée. Par réaction, il impose à sa jeune épouse et à la cour anglaise une extrême rigueur de comportement que l’on qualifiera plus tard de «victorienne» («albertienne» eut mieux convenu).

On stigmatise les relations hors mariage et le plaisir solitaire cependant que l’on encense l’amour chaste et son exutoire naturel, le mariage. La bourgeoisie accueille avec transport cette nouvelle éthique. Victor Hugo, qui n’est pas lui-même un parangon de vertu conjugale, fait pleurer ses lecteurs avec le pur amour de Cosette et Marius dans Les Misérables (1862).

Les Églises chrétiennes s’y rallient également. Rien de surprenant en ce qui concerne les luthériens et les calvinistes, de tous temps alignés sur les valeurs bourgeoises et démocratiques. Plus inattendu est le revirement de l’Église catholique qui, sous l’Ancien Régime, par la voix des jésuites, savait se montrer compréhensive à l’égard des pécheurs. Que l’on se souvienne des dialogues savoureux mis en scène par Pascal dans Les Provinciales…

La discrétion est la règle

Dans la pudibonderie ambiante, Louis-Napoléon Bonaparte fait tache. Il accède au pouvoir grâce au soutien financier d’une riche maîtresse anglaise, Miss Howard. Devenu empereur des Français sous le nom de Napoléon III, il se montre plus attiré par le beau sexe que son oncle et fait de son règne une fête perpétuelle.

Les bourgeois prônent la fidélité conjugale mais celle-ci s’arrête à la porte des maisons closes. On peut se dire bon mari et bon père tout en fréquentant les luxueux établissements de plaisir qui font le charme de la «Belle Époque».

Pour ne pas compliquer les choses, une loi interdit les recherches en paternité. Il ne faudrait pas que des soubrettes réclament une aide au bourgeois qui leur a fait un enfant et salissent son honneu

En pratique, il n’y a que les épouses qui soient menacées par le délit d’adultère. Georges Clemenceau, comme tous les hommes de son rang, prend du bon temps au bordel et s’offre quelques liaisons clandestines. Mais quand il découvre que sa femme, une Américaine qui lui a donné trois enfants, a eu une faiblesse pour un ami de passage, il la met illico sur un paquebot et la renvoie chez elle.

Les femmes se rapprochent du pouvoir Les mœurs s’adoucissent au tournant du XXe siècle. L’hypocrisie n’est plus de mise. Français et Anglais se régalent des frasques du Prince de Galles, fils indigne d’Albert, qui succède à Victoria en 1901 sous le nom d’Édouard VII. Ce bon vivant ne se cache pas d’aimer les plaisirs, tout comme d’ailleurs feu le président Félix Faure, mort d’avoir trop aimé une demi-mondaine.

Plus sérieusement, les femmes supportent de moins en moins leur vocation de potiche et revendiquent même le droit de vote. Après la tragédie de la Grande Guerre, elles sont appelées à remplacer les défunts dans les usines, les bureaux et les champs. Il n’est plus permis de les mépriser. Le roman La Garçonne, de Victor Margueritte (1922), montre comment une jeune femme se venge d’avoir été trompée par son fiancé.

Parallèlement, la deuxième révolution industrielle (production à la chaîne et grande série) conduit à un resserrement des revenus, à l’émergence d’une classe moyenne majoritaire ainsi qu’au renforcement des institutions représentatives et à l’apparition d’une presse populaire à grand tirage. Même dans les régimes dictatoriaux de l’entre-deux-guerres, l’oligarchie ne peut plus comme par le passé assouvir ses pulsions en toute impunité.

- Les hommes ne se refont pas

L’un des plus illustres séducteurs de l’époque est le général Philippe Pétain. Les femmes sont folles de lui et le poursuivent jusque sur le front, pendant la Grande Guerre. Jusqu’à un âge très avancé, il continuera de leur rendre hommage. Cela permet de mieux comprendre l’idolâtrie dont a bénéficié le Maréchal pendant le deuxième conflit mondial.

Autre grand séducteur, Benito Mussolini. De riches maîtresses se sont ruinées pour l’aider à accéder au pouvoir, sans qu’il leur en ai gardé beaucoup de reconnaissance (voir le film Vincere de Marco Bellocchio, 2009, sur le triste sort d’Ida Dalser). Le Duce sera exécuté et pendu à la fin de la partie avec l’une de ses dernières maîtresses, Clara Petacci.

Tout cela n’a rien à voir avec les autres «monstres» de l’époque : Hitler est populaire auprès des femmes mais a une relation pathologique avec le sexe. Sa nièce Geli se suicide dans des conditions mystérieuses dans leur appartement de Munich en 1931. Et on ne connaît au Führer aucune maîtresse certaine, hormis Eva Braun avec qui il cultive une relation tout sauf romantique jusqu’à leur suicide apocalyptique. Lénine, entre sa femme et sa maîtresse, fait figure de bourgeois rassis. Quant à Staline, homme à femmes, il conduit assez normalement celles-ci dans la folie ou la mort.

Plus rafraîchissant est le cas de Franklin Delano Roosevelt. Il a épousé une nièce de Théodore Roosevelt, un lointain cousin qui fut aussi président des États-Unis. Eleanor lui a donné cinq enfants et prend à cœur son rôle de «First Lady» en s’investissant dans des actions caritatives et des associations féminines.

Mais, révulsée par les infidélités de son mari, elle se console avec Lesbos. L’amitié et le soutien de la journaliste et romancière Lorena Hickok lui valent d’acquérir une grande popularité.

Les médias idéalisent le couple Roosevelt, occultant au passage la maladie du président qui l’empêche de marcher (films et photos le montrent toujours assis ou soutenu par deux colosses).

Les journalistes font mine de rien quand ils interviewent le président tandis que sa secrétaire «Missy» (Marguerite LeHand) se prélasse sur un sofa. Il ne s’agit pas de troubler l’image du président qui a la charge écrasante de guider les Américains à travers la Grande Dépression et la Seconde Guerre mondiale.

L’autre héros de l’heure, Winston Churchill, a une vie sentimentale des plus tranquilles. Son énergie phénoménale est toute entière dissipée dans l’action, sur les champs de bataille, dans les salles de rédaction, sur les bancs des Communes et bien sûr à son bureau de Premier ministre. Son épouse Clementine lui a donné cinq enfants. On ne lui connaît aucune infidélité mais il a pardonné à sa femme une fugue avec un amant occasionnel.

Côté français, Charles de Gaulle a connu, avant la Grande Guerre, une vie de garnison «agitée». Il était à bonne école sous les ordres du colonel Philippe Pétain ! Mais il s’est ensuite rangé en épousant la très sage Yvonne Vendroux et n’a jamais offert la moindre prise aux rumeurs, tout occupé qu’il était de la seule maîtresse qui lui importait, la France.

- «American lovers»

Le monde politique connaît sa première grande affaire de mœurs en 1963 avec la mise hors course en 1963 de John Profumo. Ce dirigeant anglais talentueux et honnête est contraint à la démission pour avoir noué une relation avec une prostituée de luxe liée aux services secrets soviétiques.

La même année, l’assassinat de John Kennedy libère la parole des journalistes. Ceux-ci révèlent par petites touches l’extraordinaire appétit sexuel du président américain et par exemple ses liens avec Marilyn Monroe. L’actrice partageait ses faveurs entre le président et son frère Bob.

Du vivant du président, les médias avaient eu soin d’entretenir l’image d’un couple présidentiel idyllique. Cette image rassérénait les classes moyennes qui, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, s’étaient ralliées à un modèle familial inédit : papa, maman, trois enfants et un bon salaire. De ce modèle, nous conservons la nostalgie en oubliant qu’il n’a jamais existé en aucune autre époque de l’Histoire…

Lyndon Baines Johnson, qui succède à Kennedy, s’irrite de la réputation de celui-ci. Plus âgé et moins photogénique, il n’en est pas moins un redoutable séducteur. «Kennedy courait après les femmes ; moi, je les tombe sans même m’en rendre compte», confiait-il à qui voulait l’entendre. Johnson va accélérer l’engagement américain au Vietnam mais il va aussi poursuivre et amplifier les grandes réformes sociales engagées par son prédécesseur.

Sexe et réforme

Lesquels, des séducteurs ou des puritains, sont les plus qualifiés pour diriger un grand pays ? L’Histoire n’offre heureusement pas de réponse catégorique mais quelques précieuses indications.

Parmi les grands hommes du passé à la sexualité sage ou modeste, nous relevons : Robespierre, Lincoln, Thiers, Gladstone, Lénine, Hitler, Churchill, de Gaulle et dans une certaine mesure Napoléon 1er… À part Gladstone, tous ont attaché leur nom à une entreprise guerrière, voire criminelle (la Terreur avec Robespierre, la Commune avec Thiers…).

Rappelons maintenant quelques personnalités à la sexualité débordante : Napoléon III, Mussolini, Atatürk, Pétain, Roosevelt, Kennedy, Johnson… Plus près de nous, évoquons Giscard d’Estaing, Mitterrand, Clinton ou encore Chirac. Plusieurs ont laissé avant tout le souvenir de grandes réformes sociales, tout en attachant là aussi leur nom à une entreprise guerrière.

Bien entendu, ces listes n’ont rien d’exhaustif ni d’objectif. Elles constituent une base modeste pour notre réflexion.

Les féministes et le sexe

L’élection en 1980 d’un ancien acteur d’Hollywood, Ronald Reagan, divorcé et remarié, atteste de l’ouverture d’esprit des Américains. Comme les Français, ils se montrent indifférents à la vie sentimentale de leur président pourvu que celui-ci fasse son «job» et ne transgresse pas la loi.

Les choses changent subrepticement dans la décennie suivante. Le président Bill Clinton est mis sur la sellette et échappe de peu à la démission pour avoir eu une relation consentante avec une stagiaire à la Maison Blanche.

C’est qu’entre temps, le courant féministe a progressé dans les mentalités, en stigmatisant les comportements machistes de la classe dominante et les relations sexuelles obtenues par abus de pouvoir. Le harcèlement sexuel de la part d’un supérieur hiérarchique ne fait plus sourire personne.

Ce courant féministe est limité pour l’heure à l’Europe et au Nouveau Monde européen (Amériques et Australasie). Il commence à imprégner les mentalités orientales (Afrique du nord et Moyen-Orient), plus sensibles qu’on ne le croit à la modernité occidentale.

Voir aussi:

Le date rape aux États-Unis

Figures d’une polémique

Éric Fassin, Département de Sciences Sociales, École normale supérieure

Une culture polémique

      L’harmonie des sexes, qui définirait la singularité française, ressort toujours par contraste : elle renvoie au négatif d’une autre exception, l’Amérique de la guerre des sexes.  Un même geste fonde ensemble, dans l’imaginaire intellectuel français contemporain, les deux cultures érotiques, modèle et contre-modèle.  C’est ainsi par exemple que la réflexion qu’offre aujourd’hui Mona Ozouf sur féminisme et féminité est tout entière prisonnière de ce jeu de miroirs.  En matière de violence sexuelle, à la juste mesure bien française répondrait le radicalisme américain le plus outrancier : aux États-Unis, selon l’auteur, tout est viol, ou plutôt tenu pour tel.   “La conception du viol est emblématique de cet extrémisme.  On lui donne aux États-Unis une définition assez élastique pour ne plus comporter l’usage de la force ou de la menace et pour englober toute tentative de séduction, fût-elle réduite à l’insistance verbale.”  Séduction en-deçà de l’Atlantique, viol au-delà.  Dans le domaine de la sexualité,  l’égalitarisme américain se paierait donc d’un refus de l’amour, la violence du rapt n’épargnant pas même le consentement au plaisir.  En effet, “derrière pareille extension se cache l’idée qu’il n’y a pas de relation sexuelle consensuelle.  Même l’acquiescement explicite ne saurait la garantir, si on suppose qu’il a été précédé et préparé par la séculaire, l’insidieuse subordination des femmes.”1  Voici les femmes, au nom du féminisme, privées du bonheur de dire “oui” aux hommes, et l’Amérique tout entière définie comme la culture de la guerre des sexes.

      Le paradoxe, c’est que ce discours emprunte, à usage français, les arguments d’une polémique anti-féministe qui fait rage, précisément, aux États-Unis — au risque de prendre une construction polémique pour la réalité d’une culture.  Mona Ozouf procède en effet à une double opération de généralisation, supposant d’une part une culture féministe unifiée, et d’autre part une totalité homogène, la culture américaine2.  En outre, elle pose la première au principe de la seconde :  “le discours féministe ordinaire” devient la vulgate nationale.  Ce culturalisme à double détente bute sur une double difficulté.  D’une part, il ignore la controverse qui agite sur ce point le féminisme américain depuis une vingtaine d’années : comment définir le viol ? où commence, et où s’arrête la liberté de consentir ?  Tout le débat féministe, loin de s’accorder pour nier le plaisir au nom de la contrainte, porte précisément sur l’articulation de la sexualité et de la violence.  D’autre part, il occulte, au moment de lui emprunter ses arguments, la polémique dirigée, aux États-Unis même, contre le féminisme, et tout particulièrement dans les années 1990 — des attaques contre le “politiquement correct” à la dénonciation du “sexuellement correct”. Bref, on prend un différend qui divise pour une culture commune, une controverse pour un consensus.

      La polémique contre la culture américaine passe ainsi à côté de la polémique dans la culture américaine.  Or, si les sociétés nationales ont en partage ce qu’on peut légitimement appeler des cultures (ici, celle des États-Unis), il est plus commode d’en aborder l’analyse à partir de représentations qui départagent, plutôt que parmi des croyances partagées.  Le dissensus est sans doute une meilleure entrée, pour l’étude des cultures, que le consensus.  C’est du moins ainsi qu’on suggère de lire “l’invite”, proposée par Jean-Claude Passeron dans sa glose du “fait social total”, “à rechercher dans une société le (ou les) symbolisateurs nodaux qui se distribuent différemment dans les différentes cultures” : ces nœuds sont par définition le point de rencontre des nombreux fils qui tissent une culture, mais en même temps, et pour la même raison, c’est là que se concentrent les tensions les plus fortes3.

      Faire de ces nœuds l’objet de la recherche, c’est repérer, dans des enchevêtrements de significations, qui sont au principe de conflits d’interprétation, où se passe, et se joue, quelque chose.  C’est définir la culture, ou plutôt se proposer de l’appréhender, à partir des différends qui la traversent, la déchirent et la rassemblent d’un même mouvement.  On voit ainsi se dessiner le renversement de perspective proposé : pour traiter de la violence sexuelle aux États-Unis, il ne s’agit pas d’analyser un point de vue réputé dominant, l’ordre sexuel qui s’imposerait comme une orthodoxie “culturellement correcte”, mais de restituer les termes et l’ensemble des positions d’une discorde qui organise l’espace social.  L’objet n’est pas pour autant la “guerre des sexes” américaine, envers d’une harmonie française, mais la construction du rapport entre les sexes comme lieu politique par excellence, aujourd’hui aux États-Unis — à la différence de la France.  Ce qui se joue dans cette politisation, c’est moins en effet un affrontement entre les sexes, dernier avatar d’une lutte éternelle, qu’un débat nouveau à propos des sexes, c’est-à-dire de l’articulation entre genre et sexualité.

      C’est la controverse elle-même qu’il importe d’étudier, avec la double querelle, au sein du féminisme et autour du féminisme, qui, aux États-Unis, constitue le viol en enjeu idéologique national.  Plus précisément, il s’agit depuis une quinzaine d’années du viol par un familier (acquaintance rape), voire même, plus précisément, de la violence au cœur des jeux de la séduction : quand le viol vient bousculer les figures imposées du rendez-vous amoureux (date), on parle, depuis les années 1980, de date rape.  L’expression se traduit malaisément, et son exotisme se prête volontiers à l’ironie.  L’incompréhension est double, face au date autant qu’au date rape : d’une part, faute de connaître les règles du jeu amoureux dans la culture américaine, on en méconnaît les dérèglements ; d’autre part, en ignorant  la configuration de la polémique, on s’aveugle à ses enjeux politiques.  Bref, on rabat le politique sur la culture, renvoyant la querelle à quelque “américanité”, vague et intemporelle.  Il faudrait au contraire en préciser l’inscription au croisement de deux histoires, inséparablement culturelles et politiques — l’histoire d’une érotique, et l’histoire d’un différend.  Délaissant ici la première4, nous nous attacherons à la seconde en esquissant, avec l’invention du date rape dans les années 1980, et sa remise en cause dans les années 1990, la genèse d’une polémique.

I.  L’invention du date rape

      Le date rape est une invention féministe des années 1980.  Pourtant, les agressions masculines dans le contexte du date avaient déjà fait l’objet, dans les années 1950, d’une première découverte, avec les enquêtes surprenantes du sociologue Eugene Kanin5.  Mais le plus remarquable,  c’est qu’à la veille de la libération sexuelle, ces enquêtes restèrent sans écho, et sans suite.  Certes, dans les années 1970, le viol devenait un objet politique, avec le développement du féminisme, de Susan Griffin à Diana Russell, en passant par l’ouvrage classique de Susan Brownmiller, Le Viol6. Mais la lutte contre le patriarcat, si elle poursuivait le viol jusque dans le lit conjugal,  ne touchait guère aux charmes de la séduction.  Avec l’émancipation sexuelle nouvelle, alors que les règles anciennes du date semblaient vouées aux poubelles de l’histoire érotique, la dénonciation des abus de pouvoir masculins épargnait les jeux de l’amour, ou du moins de la cour.  La nouveauté des années 1980, qui caractérise l’invention du date rape, c’est la rencontre des deux discours, scientifique et politique, et des deux problématiques, les dérapages de la séduction s’expliquant par la domination masculine.  Le fait nouveau, expliquant la redéfinition des rapports du savant et du politique, c’est l’institutionnalisation du féminisme aux États-Unis, en particulier dans l’université, et dans les médias.

Le féminisme universitaire

      Dès 1980, Signs, revue féministe savante, engage un débat sur les statistiques du viol.  On savait certes déjà que les déclarations sous-estiment considérablement le phénomène, qu’il s’agisse des plaintes ou des enquêtes officielles : restait à trouver un coefficient de correction fiable.  Mais, au-delà de l’établissement des données, la réflexion féministe propose désormais moins de dénombrer l’occurrence annuelle de viols dans la population que de projeter ces chiffres sur l’ensemble d’une vie : pour une femme, quel est à terme le risque de viol ? En termes épidémiologiques,  l’accent est mis désormais sur la “prévalence”, plus que sur l’ “incidence”.   Pour aller plus loin, on se fondera désormais, non plus sur les statistiques du viol, mais sur des enquêtes auprès de femmes : c’est ainsi que Diana E.H. Russell estime bientôt à “26% le risque qu’une femme soit victime d’un viol abouti à un moment ou à un autre de sa vie”, et le taux s’élève à 46% si l’on inclut les tentatives qui ont échoué.  La conclusion essentielle est que le viol, loin d’apparaître marginal, devient central : “la violence sexuelle est tellement répandue que la violence contre les femmes se trouve au cœur même de ces interactions entre hommes et femmes que notre culture définit comme ‘normales’.”7

      Au même moment, une psychologue de l’université d’État de l’Ohio, Mary Koss, prolonge dans ses enquêtes la logique de l’argument en lui donnant, avec ses échantillons aléatoires, une légitimité scientifique supplémentaire. On retiendra dès lors, le plus souvent, les chiffres qu’elle précise dans l’enquête de 1985, à savoir 15% de jeunes femmes victimes de viol, auxquelles on peut ajouter 12%, victimes de tentatives — soit un total de plus d’un quart de l’échantillon : “une sur quatre”(“One in four”) deviendra bientôt un slogan mobilisateur sur les campus, au risque de confondre viols et tentatives.  Mais la nouveauté du propos, qui consacre aussi son influence, c’est surtout la redéfinition, qui donne corps à l’idée d’une “culture du viol”.  Cette nouveauté radicale prend deux formes.  D’abord, ce n’est plus seulement la fréquence du viol qui l’inscrit dans la norme culturelle ; il n’est en réalité que la forme extrême de pratiques ordinaires.  Selon Mary Koss, “le viol représente un comportement extrême, sans doute, mais qui s’inscrit dans la continuité des comportements masculins normaux dans la culture.  Ce continuum d’agression sexuelle s’étend depuis le rapport obtenu sous contrainte verbale et sous la menace du recours à la force jusqu’au rapport obtenu par l’exercice de la force physique, à savoir le viol.”8  Certes, tout n’est pas viol ; mais la différence qui sépare le viol de mainte séduction, moins brutale, mais jouant aussi d’un rapport de force, n’est pas de nature, mais de degré.

      Surtout, et c’est le second aspect radicalement novateur, il ne s’agit plus seulement de prendre en compte dans l’enquête les viols reconnus comme tels par les victimes : le questionnaire décrit tout un spectre de situations, dont certaines correspondent à la définition légale du viol.  Que la femme identifie son expérience comme viol, ou non, il y aurait viol, objectivement, quand le rapport sexuel est imposé à la femme, non seulement contre son gré, mais aussi par la menace ou par la force.  L’enjeu apparaît clairement dans les résultats : dans une même enquête, les chiffres sont multipliés par quatre — c’est-à-dire qu’un quart seulement des victimes qualifient leur expérience de viol (et près de la moitié n’y voient qu’un problème de communication)9.  Le travail de redéfinition suppose qu’on aille au-delà des représentations des femmes elles-mêmes, pour reconnaître comme viol ce que, le plus souvent, en dépit de la loi, elles n’appelleraient pas ainsi.   Pour mieux l’exprimer, la construction féministe dépasse donc l’expérience féminine — à proprement parler, elle la traduit.  On le voit, l’aboutissement de la logique en est également la radicalisation — tant dans la réalité décrite que dans la théorie qui en rend compte.  L’invention du date rape, c’est bien un effort féministe pour transformer les représentations partagées, implicites, admises, voire revendiquées.

Le féminisme médiatique

      Paradoxalement, la radicalisation de l’argument sur la violence au cœur de la culture hétérosexuelle coïncide avec sa diffusion sociale.  C’est que le féminisme médiatique vient relayer le féminisme scientifique.  Dès 1982, Gloria Steinem, féministe célèbre, contacte Mary Koss, universitaire de rang modeste, et met la visibilité considérable de son magazine Ms. au service de ses recherches.  C’est bien un choix, militant, de publicité, inscrivant la problématique dans le paysage social et non pas seulement scientifique.  Les articles seront suivis d’une grande enquête nationale conduite par Mary Koss auprès de 7000 étudiants sur 35 campus ; les résultats en sont publiés en 1988 dans un livre de vulgarisation à succès rédigé par Robin Warshaw10.  Dans la logique médiatique, l’essentiel est de nommer le phénomène. I Never Called It Rape — jamais on n’avait osé, ou même songé à nommer “cela” viol.  C’est bien pourquoi, d’ailleurs, le viol reste, plus que tout autre crime, occulté.  Les femmes craignent effectivement de le déclarer, au sondeur comme au policier.  Mais, en-deçà de la déclaration, elles ne peuvent, ni même ne savent le nommer : comment penser la violence dans la relation amoureuse ?

      Il s’agit d’abord, pour le féminisme du date rape, d’identifier le violeur.  Le viol est fréquent, et il ne représente que la version exacerbée d’un comportement ordinaire.  Le violeur n’est donc plus l’exception : le viol se rapproche.  Il n’est plus le fait d’un inconnu, malade ou déviant, présumé noir, jaillissant d’un buisson obscur.  Bien au contraire, le violeur apparaît maintenant comme un homme “normal”, qui même en rajoute dans la normalité par son adhésion forcenée à la culture de la masculinité.  Il est du même milieu, de même couleur — pire, il est le plus souvent connu, voire populaire comme les garçons des fraternités qui sévissent sur les campus.  L’enquête de Ms. le montre : “84% des victimes de viol connaissaient leur agresseur”.  On retrouve ici la découverte de Kanin dans les années 1950, que toutes les enquêtes confirment : le viol est massivement perpétré par un familier, dans des circonstances familières — par exemple, dans l’enclos des campus.

      Il s’agit ensuite d’identifier le viol.   Fréquenté, le violeur est peut-être désiré ou aimé, date d’un soir ou boyfriend d’une saison.  Et en effet, selon les étudiantes interrogées par Ms., “57% des viols interviennent au cours d’un date.”  Déjà en 1982, le magazine lançait le date rape  dans le titre de son article : le terme est sans doute plus frappant, donc plus efficace (même s’il est plus étroit) que l’original savant acquaintance rape (pour sa part, Koss évoquait simplement le viol “caché”).  Mais  ce choix publicitaire n’est pas sans conséquence sur la nature du débat, qu’il fait porter sur la relation amoureuse.  Sans doute, associant le plaisir du date à l’horreur du rape, “l’expression nouvelle est-elle presque impossible à comprendre pour la plupart des gens”; c’est pourquoi tout un travail pédagogique est nécessaire.  Il faut dissiper les nombreux mythes qui encombrent la culture érotique : traditionnellement, il n’y aurait pas viol si la femme accepte d’entrer dans la maison ou la voiture de son compagnon, s’il a payé pour le dîner ou la sortie, si elle a déjà accepté ses baisers ou ses caresses.  S’il est trop excité, ou si elle lui a déjà accordé ses faveurs, la femme perdrait le droit de dire non à l’homme.  Ce que proposent les féministes du date rape, c’est d’écarter le soupçon pesant sur la femme qui se risque à crier au viol, trop souvent présumée coupable (“elle l’avait bien cherché”) ou mensongère (“que va-t-elle chercher là ?”).  Bref, le féminisme veut accorder du crédit au point de vue des femmes.  Il entreprend donc de redéfinir ce crime.

Les ambiguïtés du succès

      Le succès social de la notion de date rape est remarquable.  Il est d’abord, on ne s’en étonnera pas, comme la campagne qui lui donne corps, tout à la fois médiatique et universitaire.  Grâce aux médias, le terme entre aisément dans l’usage, des émissions télévisées populaires aux magazines à grande diffusion. À l’université, ce ne sont pas seulement la recherche et l’éducation : en même temps se mettent en place, côté étudiants, les permanences téléphoniques de volontaires et les célèbres marches (Take Back the Night), et côté administration, des services de lutte contre le viol, avec des règlements intérieurs nouveaux et des structures d’accueil pour les victimes, sans oublier les lumières bleues qui ponctuent la nuit des campus.  Les universités répondent ainsi à la demande d’étudiantes, féministes ou non, et plus encore à la pression conjuguée des parents et des autorités, qui dès 1992 subordonnent leurs subventions à de telles mesures.  Car le plus frappant est sans doute le succès de la campagne auprès de la bureaucratie fédérale, qui modifie la même année les procédures d’enquêtes sur le viol dans le National Crime Survey, entraînant une révision à la hausse des estimations, et bientôt du Congrès, puisque le Violence Against Women Act qu’introduit le sénateur Joseph Biden en 1993 consacre une section (Title IV), et un budget important, à la lutte contre le viol sur les campus.

      Quelques procès particulièrement médiatisés sont pour beaucoup dans cette reconnaissance publique.  Fin 1991, William Smith, un rejeton de la dynastie Kennedy, est en procès pour viol, en même temps que le champion du monde de boxe, Mike Tyson : le premier est acquitté, le second est condamné à six ans de prison.  Ces deux affaires médiatico-juridiques, qui opposent chacune deux versions inconciliables du même événement, sont d’autant plus importantes que leur vertu pédagogique vient renforcer les leçons de l’automne 1991 : début octobre, le juge Clarence Thomas était accusé de harcèlement sexuel par une ancienne collaboratrice, Anita Hill.  L’extraordinaire retentissement des auditions devant le Sénat, et les caméras, fait entrer dans le langage commun, et la conscience publique, plus qu’un vocabulaire (pour l’expression sexual harassment, la chronologie de la diffusion correspond à peu près à celle du terme date rape), une problématique : les rapports de pouvoir se jouent aussi, bien souvent, sur le terrain des relations sexuelles.  La leçon des procès pour date rape vient donc compléter, symétriquement, la logique de cette problématique : les relations sexuelles ne sont pas moins des rapports de pouvoir.  Dans un cas comme dans l’autre, l’ordre sexuel est un ordre politique.  Qu’on parle de harcèlement ou de viol, il s’agit de pouvoirs sexuels.

      Ces grandes affaires viennent ainsi parachever dix années de construction sociale de la violence sexuelle, et singulièrement du date rape.  La pédagogie du fait divers consacre la reconnaissance de cette notion, les noms de Tyson et de Kennedy prêtant leur résonance symbolique à la cause, tout comme d’autres affaires, de violence ou d’abus, impliquant par exemple le cinéaste Woody Allen ou le chanteur Michael Jackson, viendront bientôt enrichir la mise en scène nationale d’une réflexion sur la violence sexuelle.  Il ne s’agit pourtant pas seulement de personnalités : dans leur sillage, les frères Menendez ou les époux Bobbitt ne deviendront pas moins célèbres.  Simplement, les procès à grand spectacle ne font que rendre visible ce qui restait caché jusqu’alors : les affaires se donnent comme la partie émergée d’un iceberg.  Les stars n’apparaissent donc pas dans une logique d’exception, mais d’illustration ou plutôt de révélation d’un phénomène national.

      Faut-il pourtant voir dans ce moment le triomphe ultime de la notion de date rape ? L’hégémonie féministe définirait-elle enfin la culture américaine ?   En fait, la publicité nationale de ces procès, au lendemain de l’affaire Thomas, marque moins la domination d’une problématique qu’elle n’en révèle les ambiguïtés.  Loin d’exprimer un consensus, la dramaturgie du procès offre le spectacle d’un différend social, et sexuel.  Il est vrai que les féministes du date rape sont parvenues à poser, au niveau national, la question de la violence sexuelle ; il serait pourtant trompeur de croire qu’elles ont réussi à en imposer la réponse.  L’ambiguïté est en effet constitutive du débat, les affaires l’ont bien montré : comme pour le harcèlement sexuel, avec le date rape, nous entrons dans un jeu, voire un double jeu d’interprétations.

      D’une part en effet, dans la grande majorité des cas, c’est la parole d’une femme contre la parole d’un homme : “dit-il”, “dit-elle”, voilà la rengaine des procès — non seulement faute de preuves, ou de témoins, mais parce qu’il s’agit moins d’opposer mensonge et vérité que de reconstituer deux vérités, ou plutôt deux interprétations.  Dans l’histoire de Rashomon, la multiplicité des points de vue cachait, puis révélait une vérité.  Ici, en revanche, l’un et l’autre peuvent être d’une égale bonne foi, chacun recélant sa vérité.  Les récits féminins de date rape sont d’autant plus pathétiques quand, pour leur agresseur, il ne s’est réellement rien passé — ou plutôt, quand tout s’est bien passé ; c’est bien pourquoi, en toute innocence, l’agresseur peut inviter sa victime derechef, pour un nouveau date.  D’autre part, on l’a vu, le date rape résulte bien d’une construction féministe : la réalité est donc difficilement séparable de sa nomination.  En lui donnant un nom, le féminisme a fait advenir une réalité nouvelle, au terme d’un véritable travail d’invention.  C’est bien pourquoi les victimes elles-mêmes ne pouvaient identifier leur propre expérience avant qu’un langage nouveau ne reconnaisse leur existence.  Le date rape, ce n’est donc pas simplement le point de vue des femmes, contre celui des hommes, mais aussi l’interprétation qu’en propose le féminisme.  Ce double niveau d’interprétation, qui fait toute l’ambiguïté du date rape,  définit un double conflit d’interprétations.  C’est dans l’espace de cette double ambiguïté que s’engouffre en effet, au moment même où la logique semblait devoir en prévaloir, la polémique contre le date rape.

II.  La polémique contre le date rape

      Jamais le date rape n’a fait l’unanimité aux États-Unis : loin de s’imposer comme une évidence, la notion s’est toujours définie contre le sens commun, non seulement masculin, mais aussi féminin.  Le fait nouveau, au début des années 1990, c’est que l’opposition s’organise, et engage une contre-attaque idéologique.  Pour apprécier son efficacité, il suffit de considérer l’évolution du magazine Time, entre 1987 et 1991 — de la forme affirmative à la forme interrogative.  Le premier article présente le date rape comme une réalité, et la prise de conscience sociale comme un progrès : “les temps sont peut-être en train de changer”.   Le dossier de couverture, quatre ans plus tard, met l’accent sur une incertitude, et un débat : “Quand y a-t-il viol ?” Comment départager l’accusatrice et l’accusé, “quel juge omniscient décidera s’il y avait bien un consentement mutuel authentique ?”11  L’incertitude laissera bientôt la place au soupçon : à l’automne 1993, Newsweek fera sa couverture en lançant l’expression “sexual correctness” : “Est-on allé trop loin ?” La réponse est clairement suggérée : “Attention à ce que vous dites, attention à ce que vous faites.  Les règles nouvelles de la politique féministe vont-elles libérer les femmes, ou les ramener en arrière ?”12  L’interrogation cache mal une forme négative.  Et la polémique sur le “sexuellement correct” vient relayer la bataille du “politiquement correct”, dont le potentiel médiatique semble épuisé après trois années13.

Les deux fronts de la contre-attaque

      Comment expliquer ce tournant ?  Il marque le succès polémique d’une contre-attaque qui s’ouvre simultanément sur deux fronts.  Les intellectuels conservateurs, et les magazines masculins, n’avaient bien entendu jamais accepté le discours nouveau.  La réaction n’intervient pourtant qu’au tournant des années 1990, avec une série d’articles.  C’est en particulier l’attaque de Neil Gilbert, professeur de politiques sociales à Berkeley, dans The Public Interest :  démontant les enquêtes féministes, les chiffres et les définitions, il parle d’une “épidémie fantôme”.  Les féministes gonfleraient les statistiques hors de proportion, dans un rapport de 1 à 500 (il est vrai aussi qu’on repasse avec lui de la prévalence à l’ incidence…).  C’est que, pour elles, tout serait viol — bien au-delà des définitions légales : c’est ainsi que les cas d’incapacité à consentir, par abus d’alcool ou de drogues, sont comptabilisés avec les viols, gonflant indûment les chiffres. Le viol s’étend bien au-delà même des perceptions des actrices, sans parler des acteurs : sont comprises des situations que ni l’homme, ni la femme, ne qualifieraient de viol.

      Les critiques de Neil Gilbert ne manquent certes pas de dénoncer son incompétence dans ce domaine : jamais il n’a conduit la moindre recherche sur le viol ; il n’empêche, il parle non seulement au nom du bon sens, mais aussi avec l’autorité du savant.  Il importe dans le débat idéologique la rhétorique d’une contre-expertise scientifique.  Aussi tous les auteurs le citeront-ils désormais pour dénoncer le date rape, et saper la fragile et récente légitimité scientifique de la construction féministe.   Mais il s’agit clairement d’une bataille idéologique.  C’est pourquoi, en second lieu, Norman Podhoretz, intellectuel (néo-) conservateur de grand renom,  reprend dans Commentary  qu’il dirige l’offensive contre “le viol d’un point de vue féministe”, en développant ses implications sociales : c’en est fini de la séduction.  “Les malheureux jeunes gens, garçons ou filles, trop impressionnables, trop faibles ou apeurés pour résister aux contraintes du nouvel ordre sexuel, devront à ses auteurs féministes une vie de solitude, de frustration, de ressentiment, et de stérilité.”  Les responsables sont clairement désignées, avec “l’influence dans le mouvement des lesbiennes.” 14

      En cette même année, un deuxième front s’ouvre dans les médias, à commencer par les journaux populaires : c’est dans New York Newsday que la nouvelle star médiatique post- (ou anti-) féministe, Camille Paglia, lance sa diatribe contre le féminisme du date rape : “Abandonner le sexe aux féministes, c’est confier son chien, pour les vacances, à l’empailleur.”  L’attaque trouve un écho dans un organe plus légitime : Katie Roiphe publie dans le New York Times le point de vue d’une jeune étudiante exaspérée par “l’hystérie féministe”, bientôt repris par Playboy (où Camille Paglia est aussi interviewée). La jeune inconnue y gagne la célébrité, et le contrat d’un livre — dont le magazine du New York Times , lui consacrant sa couverture en 1993, assurera d’ailleurs le succès : avec une ironie involontaire, elle s’en prend à l’engouement médiatique, qui, avec le date rape, consacrerait un mouvement qui “trahit le féminisme”15.  Sans doute, d’un auteur à l’autre, le point de vue n’est-il pas identique.  Pour Camille Paglia, la femme doit choisir avec prudence “où elle va, et avec qui”: “une fille qui se laisse enivrer au cours d’une soirée organisée par une fraternité est une imbécile.” Pour Katie Roiphe, en revanche, l’excès de prudence nous vient du féminisme du date rape : ses appels à la vigilance, contre l’abus d’alcool et de drogue qui “empêchent de penser clairement et de communiquer efficacement”, rappellent trop à son goût la tempérance victorienne.  Celle-ci reproche donc au féminisme d’être trop timoré, celle-là trop inconscient.  Mais dans un cas comme dans l’autre, les auteurs sont des femmes, qui, loin de se réclamer du conservatisme, revendiquent l’héritage d’émancipation des années 1960 — souvenirs de jeunesse pour la première, filiation par la mère pour la seconde.  Elles parlent au nom des femmes, et pour la libération sexuelle.  Leur dénonciation du féminisme se donne par conséquent comme une restauration du féminisme : on retrouvera cette rhétorique chez d’autres auteurs.

Idéologie et rhétoriques de l’anti-féminisme

      Les attaques post-féministes se confondent-elles avec les diatribes conservatrices ?  À certains égards, leurs arguments se recoupent bien.  Pour Camille Paglia, le viol est inscrit dans la nature.  En effet, “il y a des choses qu’on ne peut changer.  Il y a des différences sexuelles qui sont fondées dans la biologie.”  D’où sa querelle contre les féministes : “Le féminisme universitaire est perdu dans un brouillard où tout est construction sociale.”  Or, si la sexualité est une affaire de nature, “il n’y a jamais eu, et il n’y aura jamais d’harmonie sexuelle.”  Bref, “sexuellement, les femmes seront toujours en danger.”  Et qui plus est, c’est une bonne chose : le féminisme “manque entièrement le désir sanguinaire du viol, la joie de la violation, et de la destruction.”16  Ce qu’on ne peut changer, c’est donc en fait ce qu’on ne doit pas changer :  la fin du viol marquerait la mort du désir.  Norman Podhoretz ne dit pas autre chose : “Un adolescent est d’ordinaire une créature en état de perpétuelle anxiété sexuelle.  La vue de n’importe quelle fille, n’importe où, n’importe quand, peut le plonger dans une fièvre libidineuse.  Ce qui aggrave la furie de son état, c’est l’injustice des choses.”  En effet, par contraste, “il est de toute évidence aussi facile (pour la jeune fille) qu’impossible pour lui de dire ‘non’ au sexe.”  Tout s’explique à la fois : si “le désir sexuel masculin, dans son agitation continuelle, (paraît) si étrange et effrayant pour tant de femmes, jeunes ou moins jeunes”, c’est qu’elles sont “gouvernées par des pulsions érotiques bien plus paisibles.”  Comme pour Paglia, changer cette nature, ce serait tuer le désir.  Cette logique fondamentalement conservatrice, qui renvoie la sexualité à la nature, se retrouve chez Katie Roiphe ou Neil Gilbert.  Mais la belle unanimité laisse apparaître aussi une profonde divergence entre les discours conservateur et post-féministe.

      Pour Neil Gilbert en effet, avec le date rape, le féminisme veut donner le pouvoir sexuel aux femmes : “la prescription féministe redéfinit la moralité conventionnelle afin de donner aux femmes le contrôle complet de l’intimité physique entre les sexes.”  Pour Katie Roiphe en revanche, le coup de force se renverse en aveu de faiblesse : le féminisme “renforce les stéréotypes traditionnels sur la fragilité du corps et de la volonté des femmes.”  La femme doit cesser d’être passive, pour s’affirmer sexuellement. Bref, pour les conservateurs, le féminisme est coupable d’arracher les femmes au victorianisme, et pour les post-féministes, de les y enfermer17.  Les premiers mettent donc l’accent sur une prise de contrôle féminine, qui, selon Norman Podhoretz, transforme les hommes en “lavettes” (“wimps”) : c’est renverser la hiérarchie naturelle des genres.  Les secondes insistent sur l’indépendance, la responsabilité, et la force caractéristiques des femmes : pour Camille Paglia, “il est indigne d’une forte femme d’aller se plaindre auprès de Papa et Maman” (en l’occurrence, l’administration universitaire).  Une bonne gifle ferait l’affaire18.  Les post-féministes s’élèvent donc contre le culte de la victimisation qui définirait aujourd’hui le féminisme, réduisant les femmes en “femmelettes” du temps passé(“shrinking violets”) : c’est revenir à la traditionnelle hiérarchie des genres.

      La polémique anti-féministe s’appuie donc sur deux rhétoriques contradictoires.  Mais loin de l’affaiblir, ce dédoublement la renforce : comme Janus, l’anti-féminisme présente deux visages, qui peuvent séduire deux publics.  L’efficacité de la polémique vient en effet de ce que la dénonciation du féminisme ne touche pas seulement un public conservateur, a priori acquis. Sans doute l’autorité scientifique, médiatiquement déployée, y est-elle pour quelque chose : Neil Gilbert transporte dans les colonnes du Wall Street Journal et les studios de télévision sa légitimité professorale.  Mais il y a plus.  La polémique séduit un autre public avec les arguments post-féministes, jusque dans les rangs libéraux et même féministes.   Pour convaincre un public “progressiste”, on recourt volontiers à des arguments “de gauche”.  Voici les post-féministes soucieuses de classe : elles s’en prennent en effet à un féminisme d’enfants gâtées, l’enseignante Paglia et l’étudiante Roiphe s’accordant pour stigmatiser les privilégiées des campus.  De même, Christina Hoff Sommers s’indigne de l’iniquité du féminisme bourgeois.  Les femmes pauvres seraient plus exposées à la violence sexuelle ; pourtant, “l’attention et les fonds sont dirigés, de manière disproportionnée, vers celles qui courent le moins de risques.”19

      La rhétorique de classe, utilisée comme une arme contre le féminisme, rappelle étrangement les attaques, beaucoup plus à gauche, du marxisme spartakiste : à propos du date rape, le magazine Women and Revolution s’en prend aussi à “l’hystérie féministe”, véritable écran de fumée qui empêche de voir la “vraie violence” dirigée contre les femmes dans un système de classes20.  Aux “progressistes”, le post-féminisme peut d’ailleurs emprunter, sur le modèle de la classe, un autre argument, multiculturaliste cette fois : pour Katie Roiphe, si le date rape est bien un problème de mauvaise communication, c’est le résultat de la politique de diversité qui enrichit les campus.  Avec “l’introduction d’étudiants noirs, asiatiques, juifs”, et la “juxtaposition de cultures différentes”, mais aussi avec la “démocratie” nouvelle, qui fait sortir “la riche héritière sudiste” avec “le fils de plombier du Bronx”, bref, avec l’hétérogénéité culturelle et sociale, la communication n’est plus transparente.  “L’impulsion conservatrice du mouvement contre le date rape, en conclut Katie Roiphe, c’est que les femmes doivent être protégées des hommes qui ne viennent pas du même milieu.”21  Nulle donnée ne vient corroborer cette hypothèse.  Et de fait, on l’a vu, pour le féminisme du date rape, socialement, le violeur n’est pas l’autre, mais le même.  Il n’empêche : seule compte l’efficacité rhétorique parmi des lecteurs “progressistes” que les arguments conservateurs ne sauraient atteindre.

L’efficacité polémique

      De manière générale, à l’inverse des conservateurs, qui revendiquent un ordre sexuel traditionnel, Camille Paglia ou Katie Roiphe renvoient leur adversaire féministe dans l’archaïsme, pour incarner à sa place la modernité.   Qu’il s’agisse du genre, ou de la sexualité, on l’a vu, elles se veulent “modernes”, c’est-à-dire qu’elles revendiquent l’héritage d’émancipation féminine et de libération sexuelle des années 1960, bref, d’un féminisme plus souriant.  Pour mesurer l’efficacité de cette construction, il suffit d’en vérifier l’impact sur une figure de proue du féminisme médiatique.  L’essayiste Naomi Wolf se lance en 1991 avec un best-seller, The Beauty Myth, où elle dénonce les ravages d’une industrie, et surtout d’une idéologie de la beauté qui maintient les femmes captives d’une cage dorée.  L’argument résonne avec celui de la journaliste Susan Faludi, la même année, sur le “retour de manivelle” (“backlash”) dont les femmes auraient été victimes dans les années 1980.  On s’entiche alors dans les médias de la nouvelle génération féministe.  Mais le succès est de courte durée : à trop dénoncer la domination, ces féministes n’enfermeraient-elles pas les femmes dans la victimisation ?  C’est l’argument des post-féministes, qui s’imposent presque simultanément sur la scène médiatique.  Les jeunes féministes, vedettes d’un soir, ont beau protester : bien au contraire, elles veulent libérer les femmes en dévoilant leur oppression.  Mais le mal est fait.  Ainsi, Naomi Wolf est toujours citée dans la polémique pour sa reprise sans nuance de l’idée d’une “culture du viol” : le viol s’inscrit selon elle dans “le cours normal des événements.”  La voici donc contrainte de corriger son image : en réponse à l’ironie de Camille Paglia, elle s’affiche “pro-sexe”, jusqu’à raconter son premier orgasme dans les colonnes de la New Republic; dans le même temps, contre l’accusation de Katie Roiphe,  elle se réclame d’un “féminisme de la puissance”, jusqu’à consacrer tout un livre à répudier le “féminisme de la victimisation” — quitte à prendre ses distances avec les “excès” du féminisme du date rape, sans renier pour autant la notion…22  Bref, y compris chez les féministes, la rhétorique post-féministe montre son efficacité.

      Qu’on insiste sur l’unité idéologique ou sur la dualité rhétorique des attaques conservatrices et post-féministes, l’essentiel est dans leur cohérence polémique.  En effet, quelles que soient leurs options, pour tous ces auteurs, le date rape est moins une vérité révélée que dévoyée, moins une “invention” du féminisme qu’une dangereuse “fabrication”.  La cohérence entre les deux fronts se manifeste donc tout simplement dans leur convergence contre un ennemi commun.  Révélateur de cette convergence entre des argumentaires pourtant différents est le recours systématique à une même phrase : en matière de sexualité féminine, “considérer le ‘oui’ comme le signe d’un consentement véritable, c’est faire fausse route.”  La citation, empruntée à la juriste libérale Susan Estrich, est tronquée au point d’inverser son propos, puisqu’elle définit justement son analyse par contraste avec ce point de vue.  On n’en retrouve pas moins la phrase trompeuse de manière récurrente, depuis Neil Gilbert, chez Norman Podhoretz ou Katie Roiphe, et jusqu’au dictionnaire du “sexuellement correct”.  Bref, on ne lit plus la juriste qu’avec les lunettes de ses critiques.

      La circulation du contresens est symptomatique d’une volonté polémique commune de réduire la diversité des points de vue féministes sur le date rape à une seule position, la plus extrême, et la plus vulnérable.  L’enjeu est de montrer que le féminisme voit le viol partout : même la femme consentante serait une victime.   L’erreur n’est donc pas vaine : elle a son utilité polémique, puisqu’elle enferme l’adversaire dans une position indéfendable.  Parler de date rape, ce serait toujours condamner l’hétérosexualité dans son entier.  Le féminisme ne serait donc que la théorie d’une pratique, le lesbianisme. On le conçoit aisément : cette reductio ad absurdum permet ensuite, au nom de la possibilité d’un bonheur hétérosexuel, de récuser le féminisme dans son entier.

III.  Les figures du consentemen

      Si nous voulons échapper aux réductions polémiques, et au contraire déployer l’ensemble des positions dans la polémique, y compris celle de Susan Estrich, il nous faut revenir sur la question du consentement, qui nous renvoie aux représentations de la sexualité féminine.  En effet, le consentement masculin est supposé acquis d’avance — soit qu’on accorde à l’homme le privilège d’un désir toujours prêt, soit qu’on lui concède l’avantage systématique de l’initiative.  Chez l’homme, le “oui” ne serait donc jamais problématique, ni ambigu ni incertain — soit par un effet de sa nature, soit en raison de sa culture23.   Précisons encore : la question du consentement ne se pose, c’est-à-dire qu’elle n’est posée qu’en termes d’hétérosexualité.   C’est que la différence supposée de nature (ou de culture) sexuelle entre les sexes a précisément pour fonction de penser le rapport entre hommes et femmes.  Pour quiconque s’aventure à parler du viol hétérosexuel, c’est bien le consentement féminin qui est en question : des conservateurs aux féministes culturelles, en passant par leurs rivales libérales, le débat sur le date rape parcourt la gamme des réponses.

Quand “non”, c’est “oui” : l’érotique conservatrice

       La première figure du consentement, on la rencontre chez les conservateurs.  Pour eux, la femme semble souvent se refuser, alors que son désir acquiesce.  C’est d’ailleurs, on le voit avec Norman Podhoretz, ce qui fait le charme de la conquête.  De la froideur extérieure des jeunes filles, et de la chaleur intérieure qui le consume, l’adolescent “retire très tôt la leçon que son seul espoir de briser cette incompréhensible indifférence est de ne jamais, à aucune étape de la séduction, s’arrêter à un refus — et c’est là, il l’apprend aussi précocement, ce que certaines, sans doute la plupart, attendent de lui.”  La femme désirée se rend plus désirable encore en se dérobant au désir : “playing hard to get”, c’est à la fois protester qu’on n’est pas une fille facile,  et jouer de son esquive afin d’accroître son pouvoir de séduction.  La séduction, c’est donc l’art de transformer, fût-ce par la force, pour l’homme, et la manipulation, pour la femme, un “non” en un “oui” — tel Rhett Butler s’emparant de Scarlett O’ Hara, dans le Sud traditionnel d’Autant en emporte le vent, pour la conduire en dépit de ses protestations, mais non contre son gré, vers les délices du lit.

      L’érotique conservatrice du rapt a pour elle la sagesse des nations.  Les enquêtes semblent d’ailleurs donner raison à ceux qui protestent contre les rigueurs du féminisme du date rape : de fait, il n’est pas rare que la femme oppose un refus symbolique, et une résistance pour la forme, afin de mieux signifier son assentiment — les intéressées en conviennent elles-mêmes volontiers.  Sur un campus d’Alabama, parmi les jeunes femmes interviewées, un peu plus d’un tiers seulement ne pratiquent jamais ce double jeu, et autant y recourent souvent, voire toujours24.   Dans le Texas, 40% emploient parfois le “non” (et pour la très grande majorité, récemment), quand c’est “oui” qu’elles veulent dire — pour des raisons mêlées, il est vrai, où le jeu érotique n’entre pas pour une plus grande part que la gêne, ou la prudence.  De telles recherches, qui alimentent le scepticisme conservateur, ne laissent pas d’embarrasser les féministes qui les entreprennent : les voici condamnées à rappeler que, “si c’est bien ‘non’ que la femme veut dire, et que l’homme s’entête, il y a viol”; or, “quand une femme dit ‘non’, il y a des chances pour qu’elle veuille dire ‘non’.” 25  La position de Robin Warshaw n’est pas plus facile quand, dans son manuel de lutte contre le date rape, elle appelle les hommes à prendre un “non” pour un “non” : “Si une femme dit ‘non’, et en réalité veut dire ‘oui, mais il faudra me convaincre’, alors, de toutes façons, elle ne doit pas vous intéresser.   Elle joue un jeu, un jeu où personne ne gagne.  Oubliez cette ‘occasion ratée’.  Laissez tomber.”  À quoi le conservateur Norman Podhoretz, avec une familiarité ironique, peut facilement répondre : “Tu parles.” (“Fat chance.”)26  Le féminisme du date rape serait-il voué au silence par les ambiguïtés ou les contradictions de l’érotique féminine, legs de l’époque victorienne ?

Quand “oui”, c’est “non”: le féminisme culturel

    Nullement.  La première réponse au problème posé par les conservateurs est proposée par les féministes dites “culturelles”.   Contre les féministes radicales, pour qui la politisation de la sexualité suppose d’en penser à la fois “le plaisir et le danger”27, les féministes culturelles, opposant la culture des femmes à la culture dominante, font porter leur réflexion sur la seule violence — de la pornographie au harcèlement sexuel, en passant par le date rape.  Au terme d’un véritable Yalta féministe, au début des années 1980, tandis que les radicales appliquent leurs analyses au seul lesbianisme, les féministes culturelles se concentrent exclusivement sur l’hétérosexualité.

      Pourquoi la femme dit-elle parfois “non”, quand elle voudrait dire “oui”?  Selon Andrea Dworkin ou Catharine MacKinnon, figures emblématiques du féminisme culturel, pour la même raison que son “oui” peut signifier un “non”.   Nous sommes loin de la jeune fille modeste, prude ou coquette, invoquée par les conservateurs : c’est que la domination masculine prive les femmes de la liberté de consentir.  Parce que l’inégalité des sexes l’empêche de rester maîtresse de son désir, la femme n’est véritablement libre ni de se donner, ni de se refuser.  C’est bien ainsi, comme l’envers et l’endroit d’une même logique, qu’il faut comprendre cet argument sur le viol.  Si le rapport sexuel doit être compris, pour le féminisme culturel, comme un viol, si l’homme devient avec la pénétration comme une armée d’occupation, la femme de par là même entre dans un jeu de collaboration.  Pour Andrea Dworkin, la femme n’est plus la complice d’un jeu, mais la collaboratrice d’une invasion28.  La femme dit “oui” à l’homme, ou bien “non”, sans jamais rien dire que sa domination : sa parole sexuelle ne lui appartient pas en propre.   Voici l’érotisme, non pas annulé, mais traversé par la domination : l’homme jouit de dominer, la femme d’être dominée.

      Ainsi, pour le féminisme culturel, l’inégalité de genre transperce, de part en part, la sexualité.  Selon Catharine MacKinnon, “pour les femmes, dans des conditions de domination masculine, il est difficile de distinguer” le viol du coït.  L’affirmation d’un lien nécessaire entre le rapport sexuel et la domination, c’est le brouillage des limites.   Il ne s’agit plus de rabattre le viol sur la violence, comme le proposait dans les années 1970 la féministe radicale Susan Brownmiller, mais de faire entrer le viol dans notre compréhension de la sexualité : ce n’est pas la violence qui définit le viol, mais la domination.  “La question est moins de savoir s’il y a usage de la force”, poursuit Catharine MacKinnon, “que si le consentement est un concept qui a du sens.”  Car “le consentement est une communication sous condition d’inégalité.  Il se situe quelque part entre ce que la femme voulait réellement, ce qu’elle a pu exprimer de ce qu’elle voulait, et ce que l’homme a compris de ce qu’elle voulait.”29 On conçoit dans ces conditions que la juriste ait dû se défendre de l’accusation d’être “anti-sexe”.  Il faut pourtant voir la logique de son analyse.  Ce n’est pas, comme le prétendent ses adversaires : tout est viol ; mais plutôt : dans un rapport dominé, le consentement n’est qu’une illusion.

Quand “non”, c’est “non”: le féminisme libéral

      Les féministes libérales proposent une réponse alternative au problème soulevé par les conservateurs.   Loin de mettre en doute la transparence de la parole féminine, elles s’en font les championnes : pour elles, “non”, c’est “non”.  Non pas, bien sûr, qu’elles s’aveuglent à l’ambiguïté des comportements.  Mais c’est ici qu’on comprend le fossé qui sépare Catharine MacKinnon de Susan Estrich, dont le libéralisme juridique se définit du reste par contraste avec le féminisme culturel.   Que dit la loi en effet ?  La résistance de la femme violée n’est plus aujourd’hui légalement requise pour définir le viol, du moins en théorie.  Mais il ne suffit pas pour autant de prouver que la victime a refusé son consentement, ni même que l’agresseur a pu avoir recours à la force, ou à la menace.  Dans les cas de date rape,  en particulier, la loi pose la question de savoir s’il était raisonnable pour l’accusé de croire que la plaignante consentait.  Cette “croyance raisonnable au consentement” devient bien sûr problématique dès lors que le “non” de la femme peut raisonnablement être interprété, parfois ou souvent, comme un “oui”.   Féministes culturelles et libérales proposent ici deux solutions, c’est-à-dire deux infléchissements du droit diamétralement opposés.

    Pour Catharine MacKinnon, le seul moyen de contrecarrer dans la loi la domination masculine, c’est de renverser sa logique.  Loin de rechercher l’objectivité, qui toujours bénéficierait à l’homme, Catharine MacKinnon veut incarner “le point de vue des femmes”: aussi ne veut-elle pas retenir la signification de l’acte pour l’agresseur, mais pour la victime.  “Le problème en profondeur est que la loi suppose en matière de viol l’existence d’une situation unique, objective, qu’il convient simplement de déterminer avec des éléments de preuve, alors qu’en fait tant de viols impliquent des hommes honnêtes, et des femmes violées.  Lorsque la réalité est coupée en deux, serait-ce que la femme est violée, mais non par un violeur ?”30  Pour le féminisme culturel, loin de s’appuyer sur la “croyance au consentement”, chez l’agresseur, la loi doit donc se fonder sur la perception du viol, chez la victime.

      Tout au contraire, la juriste libérale Susan Estrich veut sauvegarder ce principe légal, et donc le réformer.  Elle conjure ainsi le péril subjectiviste que le féminisme culturel fait courir au droit.  La solution est simple : si l’on veut conserver l’idée d’une “croyance raisonnable au consentement”, il convient de lui conférer plus d’objectivité.    Il faut et il suffit qu’au regard de la loi, le refus soit sans équivoque : “non”, c’est “non”.  L’homme raisonnable devient alors celui qui l’entend ainsi.  Sans doute n’est-ce pas (encore) vrai dans la société.  Susan Estrich reconnaît volontiers que “le droit n’a pas inventé la philosophie du ‘non veut dire oui’, même s’il lui a donné force de loi depuis bien longtemps.”  Inversement, si le “non” peut cacher un “oui”, et nous retrouvons ici une citation trop (mal) connue, “bien des féministes diraient que, aussi longtemps que les femmes sont impuissantes face aux hommes, considérer le ‘oui’ comme le signe d’un consentement véritable, c’est faire fausse route.  Pour ma part, je suis bien certaine que beaucoup de femmes qui disent ‘oui’ à des hommes qu’elles connaissent, lors de dates ou bien au travail, diraient ‘non’ si elles le pouvaient.  Je ne doute aucunement que le silence des femmes soit parfois le produit, non de la passion et du désir, mais de la pression et de la peur.  Pourtant, si ‘oui’ peut souvent vouloir dire ‘non’, du moins d’un point de vue féminin, ce n’est pas trop demander, me semble-t-il, aux hommes et à la loi, que de respecter le courage de la femme qui dit ‘non’, et de la prendre au mot.”

      À la femme qui ne peut pas dire “non”, la juriste libérale n’a donc rien à offrir.  À la femme qui n’ose dire “oui”, non plus.  Par contraste avec le féminisme culturel, le féminisme libéral pose de fait l’hypothèse d’une femme libre de consentir, ou plutôt, on verra l’importance de cette distinction, de refuser son consentement.  Quant à l’homme, il apprendra vite sa leçon : il en ira du viol, suggère Susan Estrich, comme du duel, prohibé par les tribunaux anglais au tournant du dix-neuvième siècle. “Il pourrait bien ne pas être nécessaire de poursuivre trop de ‘messieurs de qualité’ avant qu’il ne soit généralement entendu que l’honneur masculin n’est pas incompatible avec l’autonomie féminine.”  Sans doute le droit, loin de seulement l’enregistrer, redéfinit-il ainsi la norme sociale.  Mais il faut choisir : “la loi peut soit nous enchaîner au passé soit contribuer à nous pousser vers l’avenir.”31

Entre deux logiques, la pratique

 On le voit, la différence entre les féminismes libéral et culturel n’est pas simplement une variation de degré (l’un modéré, l’autre extrême).  Il s’agit en réalité d’une opposition entre deux logiques : le premier suppose une femme libre de refuser son consentement, tandis que pour le second elle est définie par la domination, jusque dans sa sexualité.  Le féminisme du date rape oscille pourtant entre les deux versions. La question de la transparence du sujet féminin, essentielle dans l’argument libéral, est par exemple clairement posée lors d’un procès retentissant.  C’est l’affaire de Glen Ridge, dans une banlieue aisée du New Jersey.  En 1992, quatre jeunes hommes sont condamnés pour des faits qui remontent à 1989 : un groupe d’adolescents avait abusé d’une jeune fille, dans un sous-sol — jouant même d’un manche à balai, et d’une batte de baseball.  Elle était consentante, assurent leurs avocats au procès.   Comment pouvait-elle l’être, répond l’accusation ?  Cette adolescente de 17 ans avait en effet un âge mental de 8 ans.  Elle n’était pas en possession des facultés lui permettant d’exercer son jugement : elle ne pouvait consentir librement à ce rôle.  Il y aura donc, pour le jury, viol collectif.  L’exception sert ici à confirmer la règle : l’enfant, qui ne sait dire que “oui”, est l’envers de la femme, qui a le pouvoir de dire “non”.   Une définition justifie l’autre.  Ce n’est donc pas “la” femme, mais certaines, pas encore femmes, qu’on déclare inaptes à consentir : nous restons bien dans la logique libérale.

      Le problème est que l’exception peut devenir la règle, et c’est alors qu’on voit le féminisme du date rape hésiter entre les deux logiques, voire basculer dans la logique du féminisme culturel.  L’incapacité à consentir peut en effet concerner non plus quelques femmes, mais la plupart, dès lors qu’elles sont sous l’empire de l’alcool, ou d’une drogue.  La question n’est pas théorique : dans l’enquête de Mary Koss, pour la majorité des victimes, un excès ou l’autre précède le viol.  L’hypothèse d’un lien entre l’alcool et le date rape est d’ailleurs étayée par la chronologie.  Des recherches menées dans le Massachusetts à douze ans d’intervalle, en 1977 puis en 1989, confirment ce que chacun pressent : l’abus d’alcool (que mesure l’ivresse répétée au moins trois fois dans le mois) ne cesse d’empirer dans la population étudiante.  Et les cas extrêmes, entraînant le coma, ou la mort, ne sont pas rares. C’est vrai des hommes : l’abus concerne aujourd’hui 41% d’entre eux, contre 25% hier.  Et c’est plus vrai encore des femmes : de 14%, on passe à 37%32.  Malgré l’accélération du phénomène, durant les années 1980, celles-ci ont donc presque rattrapé ceux-là — du moins en ce domaine.  On le constate, la chronologie du date rape est parallèle à cette évolution, l’aggravation des abus d’alcool, et sans doute en même temps de drogue, accompagnant peut-être une recrudescence d’abus sexuels.

      L’alcool est d’ailleurs un argument utilisé par les conservateurs, et plus encore par les post-féministes : elles l’ont bien cherché, suggèrent les premiers ; elles n’ont qu’à faire attention, ajoutent les secondes.  D’un côté : pourquoi tenir les hommes responsables ? et de l’autre : pourquoi les femmes ne se montreraient-elles pas responsables ?  Bref, les femmes ne se font pas enivrer ; elles se laissent enivrer, ou plutôt, elles s’enivrent.  En réponse, le féminisme du date rape tient deux langages, moins contradictoires que complémentaires.   Aux femmes, on prêche la prudence : le refus n’est possible qu’avec la sobriété.  Aux hommes, on prêche la vigilance : le consentement est impossible dans l’ivresse.  C’est d’ailleurs la logique, toute pratique, de cette double stratégie de lutte contre le date rape  qui explique l’hésitation entre les deux modèles féministes, libéral et culturel.  D’une part, on s’adresse à l’homme: “non c’est non”, selon une logique libérale.  L’homme se protège ainsi lui-même contre d’éventuelles poursuites, autant que sa partenaire contre une violence potentielle.  D’autre part, c’est à la femme qu’on répond : pour l’aider, il faut toujours croire la victime.  Cette règle d’or exige de se placer, comme le veut le féminisme culturel, du point de vue de la femme : c’est donc son intention qui guide l’interprétation.  Chacune des deux démarches a fait l’objet de critiques farouches, sans qu’on en perçoive d’ordinaire l’articulation : on bascule en fait du registre juridique, avec la précaution, au registre psychologique de l’encouragement.  C’est que les deux logiques se situent à deux moments chronologiques distincts : avant, et après.  La première est préventive, la seconde thérapeutique.  On comprend ainsi l’oscillation du féminisme du date rape, entre la logique libérale a priori et la logique culturelle a posteriori.

      On comprend aussi l’intérêt polémique des conservateurs et des post-féministes à réduire cette ambiguïté, pour ne voir dans le féminisme que sa variante culturelle, et peindre aux couleurs du radicalisme même la modérée Susan Estrich (également connue pour avoir animé en 1988 la campagne du démocrate Michael Dukakis, candidat malheureux à l’élection présidentielle).  Il est vrai que la logique même de l’invention du date rape se prête à cette lecture : la victime ne peut, ni n’ose appeler l’agression par son nom.  Faute de pouvoir nommer leur expérience, les femmes sont condamnées à la fausse conscience.  La perspective libérale s’en trouve affaiblie d’autant.  Et l’attaque anti-féministe s’en trouve renforcée d’autant : pour Norman Podhoretz, “ni les ‘violeurs’ ni les ‘victimes’ ne s’accordent avec les ‘spécialistes’.”  Qu’est-ce qu’un viol qui n’existerait que dans sa fabrication féministe ?  La statistique la plus troublante sans doute dans les enquêtes de Ms. montre que “42% des femmes qui ont été violées déclarent avoir ensuite repris des relations sexuelles avec leur agresseur.”33

      Pour Robin Warshaw,  même après coup, au moment d’interpréter leur expérience, les victimes ne peuvent ni n’osent penser ce qu’elles pensent, non plus que vouloir ce qu’elles veulent.  Pour les sceptiques en revanche, quelle plus belle preuve de l’absurdité du date rape ? Seul le féminisme libéral reste entièrement démuni face à ces chiffres, pour le plus grand bénéfice de la polémique anti-féministe : sans prêter attention à celles qui, comme Susan Estrich, veulent faire du viol une affaire de violence, et non de sexualité, conservateurs et post-féministes identifient le féminisme du date rape à celles qui, comme Catharine MacKinnon, refusent de distinguer violence et sexualité.  Il n’y aurait que deux camps : c’est selon Neil Gilbert “la différence entre un point de vue selon lequel les relations entre hommes et femmes sont normalement plaisantes pour la plupart des gens, et le point de vue selon lequel elles sont, de manière inhérente, dangereusement antagonistes.”  Autant dire, pour reprendre un thème classique depuis deux siècles au moins, que l’érotisme (hétérosexuel) serait incompatible avec le féminisme.

Quand “oui”, c’est “oui”: un féminisme radical ?

      Avec Antioch, la polémique dirigée contre le date rape trouve sa cible de prédilection.  Ce petit college de l’Ohio serait la caricature parfaite du “sexuellement correct”.  La presse et la télévision s’emparent en effet durant l’été 1993, lors d’un creux médiatique, d’un règlement mis en place à la demande des étudiants, un an plus tôt, sur ce campus “progressiste”.  Il s’agit, en réponse aux menaces de violence sexuelle, d’un véritable code érotique, qui ne se contente pas de proscrire, mais s’enhardit à prescrire les comportements.  En effet, le règlement ne s’arrête pas, comme tant d’autres dans les universités, par exemple en matière de harcèlement sexuel, à marquer des limites.  Il dit bien plus qu’il n’interdit.  Le principe est simple : le consentement sexuel doit être explicite.  Ainsi, qui ne dit mot ne consent pas — “double entendre” (comme on dit en anglais) et sous-entendu ne suffisent plus.  Les conséquences sont plus complexes, en tout cas dans la pratique : le consentement doit être explicité à chaque étape du progrès amoureux (le baiser ne promet pas nécessairement une caresse, et la caresse n’entraîne pas inévitablement au lit), et à chaque fois, d’un date à l’autre (l’acquiescement d’un soir n’engage pas au-delà).  Bref, le consentement n’est jamais acquis d’avance ; et seule la parole peut le garantir.

      Cette règle du jeu nouvelle ne s’impose pas naturellement.  Non pas, bien sûr, qu’une police du campus se charge de surveiller la conformité des comportements érotiques au règlement (lorsqu’Antioch fait la une, nul d’ailleurs n’a encore été sanctionné).  C’est plutôt qu’il faut enseigner le code amoureux aux nouveaux étudiants.  Avec ces ateliers de rentrée universitaire, l’occasion est trop belle et, dans tous les États-Unis, les médias orchestrent un éclat de rire national.  La quasi-unanimité dans la dérision est d’autant plus remarquable qu’en matière de violence sexuelle, le consensus se fait depuis le début des années 1980 aussi rare que l’humour34.   La dénonciation conservatrice ou post-féministe était certes attendue : tous voient dans ce code l’expression caricaturale de la nouvelle orthodoxie féministe.  Même l’hostilité libérale n’est pas faite pour surprendre : en ce domaine comme en d’autres, on préfère le laissez-faire à la régulation des mœurs.  Pour tous les adversaires du code, l’amour est un fait de nature, ou une réalité individuelle, mais jamais une construction sociale : aussi échappe-t-il au langage.  Il est cependant plus remarquable que, si l’attaque ne rencontre (presque) aucune résistance, c’est que les féministes restent (presque) toutes silencieuses.  Comment expliquer ce mutisme ?

      À Antioch, “oui”, c’est “oui” — ou plus précisément : “oui” (et seulement oui), c’est (et c’est seulement) “oui”.  C’est une des logiques virtuelles du féminisme du date rape qui trouve ici son expression.  Elle nous entraîne presque aussi loin du féminisme libéral que de son rival culturel.  Il est clair que la transparence du sujet de la sexualité rompt avec le sujet dominé du féminisme culturel : ici, le consentement n’est plus masqué, ni trompeur.  Il sonne haut et fort.  La femme non moins que l’homme parle (le règlement ne fait pas la différence entre les sexes), et elle sait ce qu’elle dit, ce qu’elle pense et ce qu’elle veut.  Ce n’est pas pour autant la logique du féminisme libéral : la femme n’est plus seulement libre de refuser son contentement, mais aussi de le donner, de lui donner voix.  Antioch renverse la liberté négative du féminisme libéral en une liberté positive.   En effet, le féminisme libéral, non moins que culturel, est défini par rapport aux abus de la sexualité.  Pour le premier, du désir il n’y a jamais rien à dire : il est privé.   Pour le second, son désir échappe toujours à la femme : elle est dominée. Dans un cas comme dans l’autre, l’érotique féminine se devine en creux, mais sans jamais être dessinée.  Ce que le modèle d’Antioch suggère, c’est au contraire une sexualité définie pour elle-même, par la volonté et l’affirmation.  Le désir féminin est supposé de même nature que la sexualité masculine. Et c’est bien parce que cette équivalence remet en cause l’image convenue d’une sexualité féminine au consentement toujours problématique qu’elle soulève un pareil tollé.

      Plus encore que le féminisme libéral ou culturel, Antioch prétend donc redéfinir les règles du jeu amoureux. En esquissant sur le papier les contours d’une érotique dont le féminisme du date rape laissait la place vide, le code d’Antioch en offre peut-être la version radicale — occultée depuis les années 1980, on l’a vu, par la querelle des féminismes culturel et radical.  Radical, ce programme l’est moins en proposant des solutions extrêmes (dans le doute, et devant la confusion, exiger un consentement explicite pourrait relever du sens commun) qu’en ouvrant à la politique tout le champ de l’érotique (et non pas seulement de la violence sexuelle).  Refusant une fois de plus de s’embarrasser de ces distinctions, la polémique préfère voir dans Antioch l’expression exacerbée d’une même logique, déjà à l’œuvre dans le féminisme de Susan Estrich et de Catharine MacKinnon : tous les féminismes ne font qu’un.  C’est le cas par exemple de Charles Krauthammer, qui n’y voit que “le code sexuellement correct le plus strict, et le plus hilarant, dans toute l’Université américaine.”  Ne faudra-t-il pas bientôt, avant toute relation sexuelle, “un contrat devant notaire?”35

Le contrat érotique

      L’image du “contrat” érotique connaît une fortune étonnante — déjà Neil Gilbert, bien avant la version radicale d’Antioch, ironisait sur la “sexualité contractuelle”: “Vous le faites, oui ou non?  Signez S.V.P. sur la ligne inférieure.”  Dès lors, on retrouve partout le contrat, comme chez Allan Bloom déplorant le désenchantement d’Eros : “la raison abstraite au service d’hommes et de femmes radicalement libres ne peut placer à la base de l’amour que le contrat — le contrat social, le contrat de mariage, avec pour modèle le contrat d’affaires”.  Et de dénoncer cette juridisation de l’amour  : “Le légalisme prend la place du sentiment.”36  C’est aussi l’argument de son ami et collègue à Chicago, l’historien français François Furet, qui dénonce cette idéologie du droit : “il faudra bientôt que les deux partenaires amènent leurs avocats pour dresser l’acte officiel avant de coucher ensemble.”37

      L’image peut être éclairante : le contrat social souligne que le code érotique ne relève ni de la pure détermination naturelle, ni de la simple invention individuelle.   Et c’est à juste titre que François Furet trouve dans le féminisme le projet politique, proprement démocratique, “de faire de l’acte sexuel quelque chose comme un contrat conclu par des volontés libres qui y ont expressément consenti.”  Il est vrai que le féminisme du date rape, dans toutes ses variantes, libérale, culturelle, et bien sûr radicale, prétend réformer la sexualité.  L’image peut toutefois engendrer un malentendu : le féminisme d’Antioch propose un contrat, non pas juridique, mais érotique.  À preuve, l’absence de témoins : tout se passe entre les partenaires.  Aussi, légalement, le code nouveau ne change-t-il rien — sauf l’argumentaire qu’un accusé peut invoquer pour sa défense : plus question de plaider le malentendu.   Plutôt qu’un contrat, c’est donc un règlement, qui impose une règle de conduite — un code de bonnes manières, qui dicte une étiquette.  La différence n’est pas sans importance : en réalité, demander aux partenaires de parler, avant, c’est vouloir leur éviter de plaider, après.  Les différends sexuels, avec leurs plaintes et leurs procès, existent déjà : le tumulte de la juridisation ne s’accommode que trop bien du silence sexuel.  Il convient donc de voir dans le règlement d’Antioch, plutôt qu’un symptôme, un remède à la dérive chicanière.

      Ce premier malentendu, théorique, peut en cacher un autre, historique.  La régulation sexuelle n’est pas un phénomène nouveau, singulièrement aux États-Unis.  La séduction y a de longue date fait l’objet d’une codification stricte.  Ce n’est pas ici le lieu de retracer l’histoire du date, avec ses négociations sexuelles qui toujours ont supposé une règle du jeu partagée.  Notons simplement que l’idée d’un contrat érotique n’est pas une invention féministe : l’étiquette ancienne n’était pas moins contraignante, ni moins explicite, dans les années 1930 ou 1950.  Mais après les années 1960, sous l’influence croisée de la libération sexuelle et de l’émancipation féminine, nul ne connaît plus la règle du jeu : chacun joue à un jeu dont la règle n’est plus clairement donnée d’avance.  C’est dans cette incertitude et cette confusion que se développe, sinon une guerre des sexes, du moins une tension sexuelle généralisée. En réaction, Antioch, et plus généralement le féminisme du date rape, ne fait que rencontrer une volonté sociale floue, mais répandue depuis les années 1980, de réorganiser la sexualité, bref, de créer une nouvelle règle du jeu.  On le voit, le malentendu est au fond politique.  L’invention, ou la réinvention des règles, est bien une opération politique.  Mais c’est l’ensemble des courants politiques, avec principalement les conservateurs et les post-féministes d’un côté, les féministes libérales et culturelles de l’autre, sans oublier l’ébauche d’un radicalisme, qui va s’y essayer — chacun entreprenant, tant bien que mal, d’imposer la nouvelle règle du jeu.  Il serait donc absurde de n’imputer la politisation qu’aux unes (ou aux autres, d’ailleurs) : tous sont partie prenante dans une bataille dont la redéfinition du code érotique est l’enjeu.

Conclusion

      On comprend mieux ce qui fait en ce domaine l’exotisme américain, d’un point de vue français — c’est l’importance sociale moins du féminisme que des controverses autour du féminisme.  Avec la polémique que nous venons de démonter, nous voici donc loin de l’hégémonie féministe qu’on se plaît parfois à imaginer dans la culture américaine.  C’est la politisation, ou plus précisément la mise en scène publique des différends sexuels, qui fait la singularité américaine.  La différence transatlantique est donc plus politique que culturelle : après tout, les enquêtes sur la sexualité tendraient à rapprocher plutôt qu’à opposer les deux cultures sexuelles.   On découvre en effet en France, même si l’on n’y prête guère d’attention, une violence sexuelle comparable — à la fois par son ampleur (7% des femmes de 20 à 34 ans se déclarent victimes de viol) et dans sa nature (dans un cas sur deux, le violeur est une personne connue mais étrangère à la famille).   Sommes-nous si loin du date rape ?  Pour Michel Bozon, “les rapports sexuels contraints se produisent bien souvent dans des contextes relationnels ordinaires où la contrainte apparaît comme une forme socialement tolérée de la domination masculine et une forme extrême de l’infériorisation sociale des jeunes femmes.”38  Ce qui distingue ici la France, c’est donc moins l’harmonie que l’occultation des tensions.  C’est bien pourquoi le modèle américain fait l’objet d’un rejet si virulent en France : introduire avec les féministes la question du genre dans la sexualité, ce serait faire entrer le loup des relations de pouvoir dans la bergerie de la séduction hétérosexuelle.  Mais la brebis de la farce, ce pourraient être ces victimes sans voix, dès lors qu’on s’interdit de crier au loup.  L’intérêt de la polémique américaine, c’est aussi de faire ressortir l’étrange absence de politisation de la violence sexuelle en France.  Voilà qui nous suggère en effet un programme de recherches sur les conditions sociales, politiques et scientifiques, d’une non-politisation — qui pourrait dissiper en retour les facilités d’un exotisme français, vu des États-Unis.

      On le voit, la critique du culturalisme esquissée en ouverture ne conduit nullement à renoncer à penser la spécificité des cultures.  Bien au contraire, ce travail s’inscrit dans une recherche plus vaste sur les multiples différends sexuels qui font et défont la société américaine contemporaine, avec non seulement, à côté du date rape, le harcèlement sexuel, mais aussi l’avortement et l’homosexualité, c’est-à-dire l’articulation sur des objets et des enjeux différents d’un langage sexuel polémique, qui articule ensemble la sexualité et le genre.américaine, c’est aussi de faire ressortir l’étrange absence de politisation de la violence sexuelle en France.

Voir également :

La femme de chambre et le financier

Irène Théry

Le Monde

23.05.11

Ce matin du dimanche 15 mai, la surprise, l’incrédulité et la consternation nous ont littéralement saisis. Face à une forme inédite d’adversité politique et morale, on a senti partout le besoin de se hausser à la dimension de l’événement comme pour conjurer, dans l’union sacrée d’un silence suspendu, l’image salie de notre pays. Passé ce moment d’étrange stupeur, le débat a repris ses droits pour explorer ce qu’on nomme désormais  » l’affaire DSK « . Dans le maelstrom des commentaires, comment s’y retrouver ? Si l’on se souvient que l’enjeu de tout cela n’est pas de jeter aux chiens la vie privée ou la personnalité d’un homme à terre, mais une inculpation sexuelle précise dans le cadre d’une procédure criminelle définie, on aperçoit qu’un clivage nouveau est apparu dans le débat français. Evident d’une certaine façon, tant on s’accuse mutuellement aujourd’hui de n’avoir de considération que pour un maître de la finance mondiale ou de compassion que pour une pauvre femme de chambre immigrée, il n’est pourtant pas si simple à comprendre.

D’un côté, il y a ceux qui soulignent avant tout la valeur fondamentale de la présomption d’innocence à laquelle a droit l’auteur allégué des faits. Ils ont semblé, dans les premiers jours, si majoritaires parmi les ténors qui font l’opinion en France et si indifférents au sort de la victime présumée qu’on n’a pas manqué de les traiter de défenseurs patentés de l’ordre patriarcal. Il est vrai que des réflexes machistes assez cognés ont fleuri ici et là pour défendre à leur manière l’innocence virile : « il n’y a pas mort d’homme », « un troussage de domestique »… Mais on aura peine à nous faire croire que ces insanités d’un autre âge soient le révélateur providentiel d’un complot masculin caché sous la défense intransigeante des droits des justiciables. Ce n’est pas la défense des mâles dominants qui est préoccupante chez ceux qui croient trouver dans la présomption d’innocence la boussole unique guidant leurs réactions; c’est plutôt un certain aveuglement mental aux défis nouveaux surgis du lien social contemporain.

Car de l’autre côté, il y a ceux – au départ plus souvent des femmes, féministes et engagées – qui s’efforcent de porter au plus haut des valeurs démocratiques une forme nouvelle de respect de la personne, qui n’a pas encore vraiment de nom dans le vocabulaire juridique, et qu’on pourrait appeler son droit à la présomption de véracité. C’est la présomption selon laquelle la personne qui se déclare victime d’un viol ou d’une atteinte sexuelle est supposée ne pas mentir jusqu’à preuve du contraire. Le propre des agressions sexuelles, on le sait, est qu’à la différence des blessures ou des meurtres, leur réalité  » objective  » ne s’impose pas d’elle-même aux yeux des tiers. Ont-elles seulement existé ? Avant même qu’un procès n’aborde les terribles problèmes de la preuve et de la crédibilité des parties en présence, la question spécifique que posent ces affaires judiciaires s’enracine très exactement là : ce qui est en jeu au départ n’est jamais seulement la présomption d’innocence du mis en cause, mais la possibilité même qu’une infraction sexuelle  alléguée prenne assez de réalité aux yeux de tiers qualifiés pour ouvrir la procédure. Cette possibilité passe en tout premier lieu par la possibilité donnée à une victime présumée d’être vraiment écoutée. On accueille de mieux en mieux, dans nos commissariats, les victimes sexuelles qui déposent plainte. Mais sommes-nous prêts, dans la culture politique française, à considérer la présomption de véracité  comme un véritable droit ? Rien n’est moins sûr.

C’est pour cette raison que nombre de nos concitoyens ont eu le sentiment pénible qu’en France, on n’avait pas accordé à Madame Diallo un respect égal à celui qui fut témoigné à son agresseur présumé, Dominique Strauss-Kahn. Cette situation choquante n’est pas d’abord un problème de morale personnelle, mais de justice et d’institutions communes. On l’entrevoit bien : présomption d’innocence et présomption de véracité sont aussi cruciales l’une que l’autre pour bâtir une justice des crimes et délits sexuels marchant sur ses deux pieds. Mais pour le moment, nous ne les distinguons pas clairement et savons encore moins comment les faire tenir ensemble. Tout se passe alors comme si on ne pouvait choisir l’une que contre l’autre. En se targuant de respecter les grands principes pour DSK au moment où il était cloué au pilori, les partisans sincères de la présomption d’innocence n’ont pas vu qu’ils bafouaient au même instant la présomption de véracité à laquelle avait droit la jeune femme qui l’accuse de l’avoir violentée.

C’est pourquoi il est vain de croire que nous échapperons aux questions de plus en plus fortes que nous posera dans l’avenir la lutte sans merci du coupable allégué et de la victime présumée du Sofitel de New-York, en faisant le procès de la procédure accusatoire américaine. Au moment le plus dramatique de l’affaire d’Outreau on avait, face aux mêmes dilemmes, fait le procès symétrique : celui de la procédure inquisitoire à la française. L’aurait-on déjà oublié ? Pour construire un jour une façon de tenir ensemble les deux présomptions opposées, le premier pas est d’accepter de penser la spécificité des questions sexuelles, et d’élargir le champ de nos réflexions pour reconnaître les responsabilités collectives nouvelles que nous confère, à nous citoyens des démocraties occidentales, les mutations profondes qui ont lieu aujourd’hui.

La France donne souvent aux autres pays le sentiment d’être politiquement  » en retard  » sur les questions de sexe, de genre, de sexualité. Sans aborder ici cette vaste question, soulignons simplement que le procès de New-York ne doit pas nous enfermer dans une frilosité défensive au prétexte des clichés anti-français qui pleuvent sur nous depuis quelques jours. Au contraire, il devrait être l’occasion de nous emparer collectivement des grande questions sociales, historiques et anthropologiques qui sont l’horizon de sens commun à tous les procès pour crimes ou délits sexuels, en France comme ailleurs. En général, nous n’avons d’yeux que pour les ressorts psychologiques des transgressions sexuelles comme si nous ne voulions pas voir qu’elles ont lieu dans le contexte de mutations profondes des valeurs et des normes censées faire référence pour tous. Or, sous l’égide de l’égalité croissante des sexes, nous vivons aujourd’hui des bouleversements sans précédent du permis et de l’interdit sexuels. Les procès pour viol, qui se multiplient partout aujourd’hui, sont à la fois l’expression de ces mutations démocratiques et le symptôme de leur caractère inassumé.

Considérer le viol comme un crime, prendre au sérieux les atteintes sexuelles, participe directement du refus contemporain de l’ordre sexuel matrimonial traditionnel, construit sur la condamnation de la sexualité hors mariage, la diabolisation de l’homosexualité, la double morale sexuelle et la division des femmes en deux catégories : épouses honorables et filles perdues, mères de famille légitimes et filles-mères parias, maîtresses de maison respectées et domestiques qu’on  » trousse « . Comme l’a montré Georges Vigarello dans son Histoire du viol, celle-ci se déploie toujours à la croisée de l’appartenance sociale des individus et des statuts respectifs des hommes, des femmes et des enfants dans une société. Notre attachement à punir ce crime est la trace en creux de la valeur centrale que nous accordons non plus au mariage mais au consentement dans le grand partage entre le permis et l’interdit sexuels.

Mais les procès pour viol d’aujourd’hui sont aussi symptomatiques des ambiguïtés du changement, tant ils donnent à voir le vide sidéral que nous avons laissé se développer en lieu et place d’une civilité sexuelle renouvelée, capable d’irriguer la vie ordinaire de nos sociétés et d’inscrire la sexualité au sein d’un monde humain certes pluraliste, mais qui demeurerait un monde commun. C’est la rançon de l’idéologie individualiste et mercantile, qui transforme ce monde en une collection insignifiante d’individus autarciques bons à consommer. Le consentement, coeur de la nouvelle normalité sexuelle, est ainsi à la fois la solution et le problème. Consentir, oui, mais à quoi ? Pourquoi ? Et quand le refus de tout consentement s’est exprimé loin des regards, comment passer à sa dimension publique, sociale, juridique ? Concentrant toutes ces questions, nous interrogeant directement sur la solidité de nos valeurs communes, le procès de New-York incarne à sa manière le changement démocratique. Mais il peut devenir aussi un de ces moments périlleux où, pour reprendre l’expression de Marcel Gauchet,  la démocratie se retourne  » contre elle-même  » .

Pour prendre la mesure du ressort proprement sociologique de ce risque, il faut revenir à la sidération initiale qui fut la nôtre, et qu’une semaine de débat a déjà recouverte. L’image première qui nous a saisis ne s’arrêtait pas au seul DSK. C’était le choc de deux figures, deux symboles, deux incarnations si extrêmes des inégalités du monde contemporain, que la réalité semblait dépasser la fiction. Elle, une femme de chambre immigrée d’origine guinéenne, pauvre, vivant dans un logement social du Bronx, veuve, mère de famille monoparentale. Lui : un des représentants les plus connus du monde très fermé de la haute finance internationale, une figure de la politique française, de l’intelligentsia de gauche, une incarnation aussi, de la réussite sociale, de l’entre-soi des riches et de la jouissance facile. La femme de chambre et le financier, ou le choc de celui qui avait tout et de celle qui n’était rien.

Dans ce face à face presque mythique, les individus singuliers disparaissent, absorbés par tout ce qu’incarnent les personnages. C’est pourquoi il y a quelque chose d’épique dans ce qui s’est passé. En prenant en considération la parole d’une simple femme de chambre et en lui accordant la présomption de véracité, la police new-yorkaise n’a pas seulement démontré qu’elle pouvait en quatre heures renverser l’ordre du pouvoir et saisir au collet le puissant financier. Elle a aussi mis en scène une sorte de condensé inouï des incertitudes, des injustices et des espoirs de notre temps, et engagé un processus où vont venir s’engouffrer toutes les passions qui meuvent les sociétés démocratiques. Au risque de transformer tragiquement deux individus, inégaux à l’extrême, en boucs émissaires de nos désirs frustrés, de nos peurs ancestrales, de nos haines inassouvies.

Irène Théry, directrice d’études à l’EHESS

Voir enfin:

Sexe et pouvoir

La naissance de la galanterie

Périodiquement, la presse remonte à la lumière des affaires de moeurs qui impliquent des gouvernants.

Il est vrai que le pouvoir attise les passions mais le survol de l’Histoire montre que ce phénomène a beaucoup évolué selon l’époque et le lieu, des temps préhistoriques à nos jours…

André Larané

Hérodote

Se battre pour des femmes

Sexualité et le pouvoir sont liés depuis la nuit des temps comme nous le rappellent Claude Lévi-Strauss et ses confrères anthropologues.

Dans les sociétés paléolithiques comme dans les dernières communautés de chasseurs-cueilleurs, en Amazonie et en Papouasie, les guerres étaient motivées avant toute chose par le souci de s’approvisionner en femmes.

Ces guerres étaient au demeurant bien moins meurtrières que celles de notre Néolithique finissant. Elles permettaient aux groupes nomades de se mélanger et, d’une certaine manière, de se rapprocher.

On en retrouve la trace dans les mythes qui s’attachent à la fondation de Rome, avec le rapt des Sabines par les compagnons de Romulus. Les jeunes filles ayant eu le loisir d’apprécier les charmes de leurs ravisseurs, elles vont négocier une alliance entre leurs pères et leurs amants. Ce sera le début de la prodigieuse expansion de Rome.

Épouses et mères

Un autre mythe témoigne du chemin accompli par les rudes Romains. C’est celui de Lucrèce, l’épouse vertueuse d’un jeune patricien. Elle est violée par le fils du roi Tarquin et se suicide après avoir révélé son déshonneur. D’indignation, son époux et ses amis se soulèvent contre le régime, chassent le roi et installent la République.

- Turpitudes romaines :

À la fin de la République et sous l’Empire, cette nostalgie d’un Âge d’Or fondé sur la vertu conjugale se confronte à la réalité d’une oligarchie richissime et toute-puissante. Le grand Jules César suscite l’ironie de son entourage et de ses soldats par ses mœurs bisexuelles dissolues.

Ses successeurs ne lui seront pas inférieurs en matière de luxure. La cour impériale est le lieu de scandales sans nombre au 1er siècle de notre ère.

C’est le vieux Tibère nageant avec ses mignons dans la grotte bleue de Capri ; c’est Messaline, épouse de l’empereur Claude, se prostituant dans les bouges de Rome ; c’est Néron tuant d’un coup de pied son épouse Poppée, enceinte…

Dans les derniers siècles de Rome, les chroniqueurs s’attardent moins sur les turpitudes des puissants ; ce n’est pas qu’elles soient moindres… Il n’est que de lire Le Satiricon, un roman sans doute écrit à la fin du IIe siècle.

Les classes moyennes romaines se montrent plus respectueuses de la tempérance prônée par les philosophes : les chroniques et les stèles funéraires attestent de l’amour conjugal.

Celui-ci n’exclut toutefois pas les amours ancillaires (relations sexuelles avec les servantes et les esclaves), jugées comme allant de soi.

- L’amour chevalier :Au tournant de l’An Mil, après les invasions barbares et les violences de la société féodale, l’Église prend les choses en main. Elle stigmatise les mariages forcés et la répudiation ainsi que le goût des seigneurs féodaux pour une polygamie de fait. Elle condamne aussi la consanguinité et l’inceste (cette notion est très large au Moyen Âge).

Deux rois capétiens, Robert II et son petit-fils Philippe 1er, font les frais de cette sévérité et sont excommuniés par le pape.

Aux XIIe et XIIIe siècles, les mœurs communes demeurent d’une grande brutalité (lire le roman de Ken Follett : Les Piliers de la Terre).

Beaucoup de seigneurs et maîtres ne se privent pas de forcer servantes et paysannes, mais en-dehors de toute légalité. Le «droit de cuissage» est une pure invention des historiens républicains du XIXe siècle

Un changement s’amorce en ce qui concerne le regard porté par les nobles et les bourgeois sur les femmes de leur classe.

Les troubadours inventent un sentiment nouveau, l’amour. Celui-ci, à leurs yeux, n’a pas grand-chose à voir avec le mariage. C’est ce qui fait son charme. Dans les légendes du roi Arthur, il rapproche une reine et un chevalier servant, Guenièvre et Lancelot, Iseut et Tristan.

Il n’empêche que les rois capétiens, sermonnés par l’Église, préfèrent cherchela félicité auprès de leur épouse unique et légitime.

En 1226, Louis VIII le Lion, fils de Philippe Auguste, rentre d’une expédition contre les gens du Midi. Il tombe malade de dysenterie sur le retour et les médecins lui suggèrent comme remède, à défaut de mieux, l’étreinte d’une vierge. Le roi refuse avec tout ce qui lui reste d’énergie et meurt l’âme en paix.

Son fils Louis IX (futur Saint Louis) est un souverain joyeux et plein de vie. Marié à 20 ans à Marguerite de Provence, il lui fait onze enfants et lui sera toujours fidèle, n’ayant de cesse de lui rendre hommage, malgré les remontrances de sa mère, la pieuse Blanche de Castille.

Tout aussi fidèles en mariage seront ses descendants, notamment Philippe IV le Bel, époux de Jeanne de Navarre et Charles V le Sage, époux de Jeanne de Bourbon.

L’Église et le sexe

À la faveur du concile Latran IV (1215), l’Église rappelle solennellement sa doctrine en matière de mariage :

- les époux doivent exprimer leur engagement en public, preuve que leur union est volontaire et non contrainte,

- le mariage est indissoluble sauf en cas d’inceste ou d’impuissance masculine ; c’est une façon d’affirmer le devoir d’assistance entre les époux et d’empêcher les répudiations de convenance.

Contrairement à une idée convenue et à l’exception de quelques théologiens obtus, l’Église se montre compréhensive à l’égard des relations sexuelles.

Elle condamne les relations hors mariage, pour protéger les filles contre la violence masculine et les grossesses non désirées. Elle condamne de même l’adultère. Les personnes concernées, en état de péché mortel, peuvent toutefois obtenir le pardon en confessant leur faute et en faisant pénitence.

L’adultère, en particulier, ne justifie en aucune façon la rupture du mariage et du projet familial qu’il sous-tend. Après le scandale de la tour de Nesle, les brus du roi Philippe le Bel, convaincues d’adultère, seront enfermées dans un couvent mais sans que leur époux puisse se remarier.

En France, il faudra attendre une loi républicaine de 1886 autorisant le divorce pour «faute» pour que soit sacralisé le lien entre mariage et fidélité.

Maîtresses et concubines

Les mœurs changent au XIVe siècle, chez les Français comme chez leurs cousins anglais, à l’époque de la guerre de Cent Ans.

Des femmes sont à l’origine des premiers scandales sexuels : les brus de Philippe le Bel, on l’a vu, mais aussi sa propre fille Isabelle, surnommée la «Louve de France». Mariée au roi anglais Édouard II qui la néglige au profit de ses mignons, elle le fait emprisonner et tuer en 1327 avec l’aide de son amant Mortimer. Son fils Édouard III vengera l’honneur familial.

Près d’un siècle plus tard, une autre reine fait jaser. Il s’agit d’Isabeau de Bavière, épouse du roi de France Charles VI le Fou. La rumeur lui prête – sans doute bien à tort – de nombreux amants dont son beau-frère Louis d’Orléans.

Accablé par les malheurs de sa famille et du royaume, son fils a triste mine quand il monte sur le trône sous le nom de Charles VII. Heureusement, il est soutenu par sa belle-mère Yolande d’Aragon et rencontre Jeanne d’Arc, qui va lui redonner courage et énergie.

Dans ses vieux jours, le roi retrouve enfin le sourire avec une jeune amante, Agnès Sorel. C’est la première d’une longue série de maîtresses officielles.

1492. L’année se signale par la découverte de l’Amérique mais aussi par l’accession à la papauté d’un certain Rodrigo Lançol y Borgia, sous le nom d’Alexandre VI Borgia.

À côté de ce pape tourné plus que quiconque vers le péché de chair, les rois font figure d’enfants de cœur, y compris François 1er, premier roi de France à collectionner les maîtresses officielles : Françoise de Châteaubriant et Anne de Pisseleu, duchesse d’Étampes, sans compter la Belle Ferronnière…

Son fils et successeur Henri II est plus sage et se satisfait de Diane de Poitiers, à côté de son épouse Catherine de Médicis.

Il n’empêche que «la magnificence et la galanterie n’ont jamais paru en France avec tant d’éclat que dans les dernières années du règne de Henri second», dixit Mme de Lafayette (La princesse de Clèves). Ce jugement est corroboré par Les vies des dames galantes, un recueil plaisant de Brantôme.

Les mœurs ne se dissipent pas seulement à la cour des Valois. À la cour des Habsbourg, une bourgeoise de Ratisbonne donne à Charles Quint un bâtard talentueux qui sera légitimé par l’empereur, Don Juan d’Autriche.

À la cour des Tudor, de l’autre côté de la Manche, les scandales s’enchaînent sous le règne du roi Henri VIII, six fois marié, comme sous celui de sa fille Elizabeth 1ère. La rumeur prête à la «reine-vierge» des liaisons clandestines mais rien de comparable à sa cousine Marie Stuart.

Veuve du roi de France François II, celle-ci se remarie avec un lord écossais sur un coup de tête, prend un amant italien que son mari exécute sous ses yeux, puis ordonne elle-même le meurtre de son mari avec l’aide d’un nouvel amant, écossais celui-là.

Au XVIIe siècle, Henri IV inaugure en beauté la dynastie des Bourbons, avec des maîtresses par dizaines. Il y gagne même le surnom de «Vert-Galant». Tout cela ne prête pas à conséquence, sauf la tentation du roi d’épouser l’intrigante Gabrielle d’Estrées. Celle-ci étant morte en couches, le roi devra se satisfaire d’un mariage plus politique avec Marie de Médicis.

Louis XIII, son fils et successeur, se montre à l’inverse d’un naturel timoré et très réservé à l’égard des femmes, y compris de la sienne, Anne d’Autriche. C’est à Louis XIV, leur fils, que reviendra l’honneur de restaurer la tradition galante.

On lui connaît de nombreuses favorites, de Mlle de la Vallière à Françoise de Montespan et Angélique de Scorraille, duchesse de Fontanges. Il a le bon goût de légitimer ses bâtards et envisage même un moment de laisser le trône à l’aîné de la Montespan, le duc du Maine.

Ramenons les écarts du Roi-Soleil à leur juste mesure : de sa vingtième année à son remariage avec Mme de Maintenon, en 1683, à l’âge de 45 ans, Louis XIV n’aura vécu qu’un tiers de sa vie «dans le stupre». Il a ensuite renoncé aux écarts et s’est satisfait des charmes mûrs de sa deuxième épouse.

Faut-il l’en féliciter ? Notons que les meilleurs moments du règne concernent la période où il a vécu dans les plaisirs, au milieu de ses maîtresses et favorites. Quand il y a renoncé, le royaume est entré dans une période sombre : révocation de l’Édit de Nantes, dévastation du Palatinat, guerres de la Ligue d’Augsbourg et de la Succession d’Espagne, famines et révolte des Camisards… N’y voyons qu’une coïncidence.

À la fin du XVIIe siècle, en Angleterre, un renouveau politique et religieux prépare un changement de cap en matière de moeurs. Celui-ci prendra toute son ampleur au XIXe siècle…

Les femmes sont l’avenir de l’Europe

Les guerriers qui ont bâti l’Europe au Moyen Âge et aux Temps modernes ont eu le souci de mélanger leur sang, comme les chasseurs du Paléolithique.

Sur les ruines de l’empire carolingien émergent les premiers États modernes. Leurs souverains, en guerre les uns contre les autres, prennent l’habitude de conclure ces guerres par des alliances matrimoniales, avec l’espoir de préserver ainsi la paix pendant quelque temps.

Très vite les dynasties européennes s’imbriquent les unes dans les autres de sorte que, sur le conflit perpétuel, se construit une identité commune.

Louis XIV est l’expression de ce paradoxe. Plus attaché que quiconque à la grandeur de son royaume, il a deux arrière-grands-parents français (ou navarrais), deux italiens, deux espagnols et deux allemands. Son lointain descendant Louis XVI compte quant à lui parmi ses ascendants les plus proches des Polonais, des Saxons, des Danois…

Ce phénomène est propre à l’Europe dynastique.

Dans l’empire ottoman voisin, construit par des Turcs nomades, rien de semblable : les sultans sont mis au monde par des concubines de toutes provenances comme la célèbre Roxelane. Ainsi les sujets ottomans sont-ils «esclaves de fils d’esclaves» ! Même chose dans la Chine des empereurs mandchous.

Dans le bassin méditerranéen, où est apparu le Néolithique, avec une agriculture fondée sur la possession du sol, les populations privilégient depuis plusieurs millénaires les mariages entre proches cousins. C’est tout le contraire des souverains européens. C’est qu’il leur importe avant tout de ne pas disperser les héritages. Ce phénomène, qui perdure dans les sociétés islamiques, a été analysé par Germaine Tillion (Le harem et les cousins, 1966).


Affaire DSK: Une cruauté insoutenable (No equalizer perp walk please, we’re French)

21 mai, 2011
Oswald (1963)Johnny Depp (1994)Timothy McVeighMichael Jackson (2003)Russell Crowe (2005)Bernard Madoff (2008)IMF chief (2011)
J’en veux, ce matin, au juge américain qui, en le livrant à la foule des chasseurs d’images qui attendaient devant le commissariat de Harlem, a fait semblant de penser qu’il était un justiciable comme un autre. J’en veux à un système judiciaire que l’on appelle pudiquement « accusatoire » pour dire que n’importe quel quidam peut venir accuser n’importe quel autre de n’importe quel crime – ce sera à l’accusé de démontrer que l’accusation était mensongère, sans fondement. (…) J’en veux, en France, à tous ceux qui se sont jetés sur l’occasion pour régler leurs comptes ou faire avancer leurs petites affaires. BHL
C’est comme ça qu’a commencé l’affaire Dreyfus, je vous le rappelle ! Au départ, presque tout le monde le condamnait et il a fallu de longues années pour qu’il soit innocenté. Jean-Pierre Chevènement
Le sort infligé à DSK par la justice américaine me fait penser que le peuple américain et nous n’appartenons pas à la même civilisation.  Jean Daniel
Cela fait près de trente ans que je fais de la politique. Je n’ai jamais vu cela et je n’ai jamais ressenti cela. Dominique Strauss-Kahn est un ami que je connais de puis longtemps, les images de ce matin sont d’une cruauté insoutenable. J’avais les larmes aux yeux. Manuel Valls (député et candidat à la primaire PS pour 2012)
J’ai trouvé cette image d’une brutalité, d’une violence, d’une cruauté inouïe. (…) je suis heureuse que nous n’ayons pas le même système judiciaire. Élisabeth Guigou (députée PS, ex-ministre de la Justice)
L’arrestation de DSK menotté est une belle leçon de démocratie. (…) Qui a eu une pensée pour la femme de chambre? Robert Ménard (i>Télé)
Aux Etats-Unis, particulièrement à New York et plus encore quand la victime présumée est une femme noire, les droits de cette victime présumée et sa parole, l’emportent sur la présomption d’innocence du coupable accusé. Ceci étonne ou choque des Français, mais pas les Américains : c’est la victime possible que l’on écoute d’abord et qui est, a priori, la plus légitime. Les Américains vivent dans la crainte d’ignorer une victime ce qui est clairement, l’héritage d’un long passé de brutalisation des faibles, en particulier des Noirs. Les Etats-Unis sur ce terrain, sont en permanente session de rattrapage : sans doute, une femme blanche dans des circonstances comparables, n’aurait-elle pas suscité la même compassion ni la même attention judiciaire. Autre différence essentielle entre la France et les Etats-Unis (…) : les Américains sont spontanément démocrates tandis que les Francais conservent des réflexes plutôt aristocratiques. Il ne s’agit pas ici des institutions mais des mœurs, des comportements sociaux. La police et la justice aux Etats-Unis, viellent à traiter équitablement c’est à dire avec une même brutalité, les grands et les humbles de ce monde : DSK aura été traité avec une sévérité singulière parce qu’il est un aristocrate par l’argent et le pouvoir. Témoigner envers lui de quelques égard particulier, c’est inconcevable dans une société qui s’affiche comme égalitariste. En France, c’est évidemment l’inverse qui s’imposerait : nos aristocrates, soit parce que très honnêtes, soit parce qu’au dessus des lois, se retrouvent rarement en prison préventive. Aux Etats-Unis, la fortune et l’influence confèrent donc plus d’obligations sociales que de droits : DSK est malmené pour abus de pouvoir, implicitement, autant que pour le crime qu’il a peut-être commis. Guy Sorman
Lorsqu’elle est réalisée sans l’accord de l’intéressé, la diffusion, par quelque moyen que ce soit et quel qu’en soit le support, de l’image d’une personne identifiée ou identifiable mise en cause à l’occasion d’une procédure pénale mais n’ayant pas fait l’objet d’un jugement de condamnation et faisant apparaître, soit que cette personne porte des menottes ou entraves, soit qu’elle est placée en détention provisoire, est punie de 15 000 euros d’amende. Loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse (art. 35 ter)
Mais, à l’heure de l’information mondialisée, alors que, grâce à Internet, le public peut se connecter à n’importe quel site étranger, n’y a-t-il pas une part d’hypocrisie à brandir cette loi inapplicable dans les faits ? Qui plus est régulièrement contournée par la presse française, qui fait mine de la respecter en floutant les menottes ou en cadrant la photo de l’intéressé au niveau des coudes, mais légende le visuel de façon explicite… Le Nouvel Observateur
Ces « perp walks » sont quasiment institutionnalisées aux Etats-Unis et révèlent un fonctionnement culturel où l’accusé est livré à l’opprobre public. Jocelyne Arquembourg (chercheur en sciences de l’information)
Filmé au ralenti, tout le monde a l’air coupable. Lisa Taylor (avocate canadienne)
C’est un peu comme si on faisait poser un chien de chasse, avec sa proie dans la gueule, pour une photo, c’est barbare! Daniel Horwitz (avocat spécialisé dans la défense pénale et ancien procureur du comté de New York
The “perp walk,” that is, when an accused wrongdoer is led away in handcuffs by the police to the courthouse, police station, or jail, has been featured in newspapers and newscasts for decades. The normally camera-shy arrestees often pull coats over their heads, place their hands in front of their faces, or otherwise attempt to obscure their identities. A recent surge in “executive perp walks” has featured accused white collar criminals in designer suits and handcuffs. Whether the accused wrongdoer is wearing a sweatshirt over his head or an Armani suit on his back, we suspect that perp walks are broadcast by networks and reprinted in newspapers at least in part for their entertainment value. Yet, perp walks also serve the more serious purpose of educating the public about law enforcement efforts. The image of the accused being led away to contend with the justice system powerfully communicates government efforts to thwart the criminal element, and it may deter others from attempting similar crimes. New York Criminal Procedure (2001)
The tradition does not violate a prisoner’s civil rights so long as it is not « an inherently fictional dramatization » staged solely to satisfy press curiosity. Panel of the 2nd U.S. Circuit Court of Appeals
Oui, je trouve que c’est humiliant, mais si vous ne voulez pas être soumis à une Perp Walk, il ne faut pas commettre de crime. Michael Bloomberg  maire de New York)
Outre celui d’humilier le prévenu, la perp walk peut présenter d’autres intérêts. Si la police soupçonne l’accusé d’avoir commis d’autres crimes, cela lui permet de diffuser son nom et son portrait pour inciter d’autres victimes à sortir de l’ombre. Un procureur peut également demander une perp walk s’il pense que la personne inculpée risque de s’enfuir.  (…) Parfois, les policiers font sortir les suspects par une porte arrière et les emmènent dans une salle d’audience, à huis clos. D’abord pour des raisons de sécurité. (Rappelons tout de même que Lee Harvey Oswald a été assassiné par Jack Ruby lors d’une présentation aux journalistes.) Par ailleurs, un suspect peut éviter une perp walk s’il promet de coopérer, auquel cas les policiers font bien attention à préserver son anonymat. Les bons avocats de la défense négocient parfois un accord pour épargner à leurs clients de haut rang de jouer les bêtes de foire. (…) Les Français auront beau condamner cette pratique, la perp walk n’est pas près de disparaître. La police l’adore. Les médias aussi. Si un suspect est finalement déclaré innocent, personne ne se remémore sa perp walk pour évoquer l’humiliation qu’il a dû subir. Tout le monde est passé à autre chose. Christopher Beam
Riches ou pauvres, célèbres ou inconnus, tous sont soumis au même traitement, et le maire de New York s’était attiré les foudres de la police, en 1987, quand il avait assoupli le régime pour les cols blancs se livrant d’eux-mêmes à la police en présence de leur avocat (ce qui n’est pas le cas de DSK). Philippe Boulet-Gercourt (Le Nouvel Observateur)
Recognize that private people have a greater right to control information about themselves than do public officials and others who seek power, influence or attention. Code of ethics (SPJ)
Watching executives climb the courthouse steps became a spectator sport in 2002. Business week
First, it gets used in slow motion. And “everyone looks guilty when they are slo-mo’ed (But “People who have been treated unfairly should have civil remedies, but to be that prescriptive to put a blanket on coverage, this freedom of expression proponent is nervous about a prohibition of photographing and publishing anything. Lisa Taylor
To show them ‘at their best’ would misrepresent to the public what is going on. In the case of the Strauss-Kahn arrest, the reports show he was on an airplane, 10 minutes from leaving the country when he was arrested. To NOT show his state of being after being arrested or to use merely file tape where he looked ‘his best’ would be misrepresentative and abdicating our role as truth-tellers for our viewers/readers. I would argue it is NOT the journalist’s job to ‘pretty someone up’ or NOT show someone because he/she does not look their best. (but) journalists should seek out other images to use in addition to the perp walk “to add fairness and balance. Stephen Stock (WFOR investigative reporter)
Most of these people arrested for high-profile crimes have been secretive. When they’re caught, there’s something telling about how they look and how they react in the spotlight. Lori Waldon
(WISN)
The perp walk is an equalizer, giving voice and power to a hotel maid to accuse and confront a powerful man,” Harris says. “It might give other victims (if there are any) courage to come forward if they see her being taken seriously. (…) This is not Napoleonic justice where the judge is the fact finder, prosecutor and jury. Here the people will decide ultimately. And no matter who you are, if you have been arrested for something, it is understood you are going to be subject to all the scrutiny the press is going to give you.  Art Harris (investigative reporter)

Trophée de chasse pour la police, moyen de pression pour intimider un prévenu ou influencer un jury, coup de pub bon marché pour les politiciens, pilori modernisé, lynchage ou mise à mort médiatique, barbarie d’un autre âge …

Vous avez dit barbare?

A l’heure où l’on découvre que le « district attorney » (traduit par procureur en français) chargé de prouver la culpabilité de notre DSK national est un ancien avocat (accessoirement fils d’un ancien secrétaire d’Etat et diplomé de Yale et de l’école de droit de Georgetown) « sensible à la cause féminine » comme à la lutte contre « la délinquance des cols blancs » et à la « justice de proximité » …

 

Que, censé jouer le « dossier de sa carrière » explicitement politique (élection – la dernière à 91 % en novembre 2009 avec l’unanimité des médias new-yorkais et le soutien de son prédecesseur -, tous les quatre ans sous l’étiquette démocrate), il supervise en fait le travail d’une équipe de 500 personnes et se trouve être le successeur d’un DA  qui a exercé pendant trente-quatre ans …

 

Et que, missionné dans un système judiciaire accusatoire pour trouver les preuves à charge, il est surtout censé négocier un « plea bargain » (minimisation des chefs d’accusation et de la peine encourue) pour éviter un procès (90% des cas) mais aussi présenter les éventuelles preuves à décharge rencontrées pendant l’enquête sous peine d’annulation du procès pour vice de procédure …

 

Retour sur cette fameuse « perp walk » ou « parade du suspect » (« exhbition judiciaire du prévenu » dans la loi française) qui, au pays des gardes à vue jusqu’à tout récemment massives et des photos aux menottes floutées ou cadrée au niveau des coudes avec légende explicite, a tant, sur fond d’images montrées en boucle ad nauseam, déchainé les passions.

 

Pour découvrir d’un Oswald à un Timothy Mc Veigh ou d’un Johnny Depp à un Michael Jackson ou d’un Russell Crowe à  un Tom De Lay ou un Bernard Madoff … 

 

Une pratique barbare d’un autre âge aux mains d’individus prêts à tous les abus et dérapages  (de la stigmatisation durable d’innocents à la mort d’un Oswald) pour leur réélection …

Mais qui, soutenue par la presse au nom du droit à  l’information du public et confirmée par la Cour suprême, se trouve assurer, outre le nécessaire transfert d’accusés vers le lieu de leur jugement, une certaine dissuasion voire la remontée d’informations sur d’éventuels autres délits commis par les suspects.

Et qui surtout, crime impardonnable,  semble affecter le plus durement dans une société littéralement obsédée par l’égalité (tout en protégeant jusqu’au ridicule l’anonymat du plaignant)… ceux qui vivent souvent le plus grassement de la « recherche du pouvoir, de l’influence ou de l’attention des autres »!

 

DSK menotté : le « perp walk » mode d’emploi

L’image du patron du FMI à sa sortie du commissariat a choqué. Une pratique courante aux Etats-Unis, devenue une arme de choix pour le procureur.

Philippe Boulet Gercourt

Le Nouvel observateur

18/05/11

 

De toutes les images, c’est celle qui a le plus choqué : Dominique Strauss-Kahn livré en pâture aux médias, les bras menottés dans le dos comme un criminel. Même pas inculpé, et donc présumé innocent, le directeur du FMI s’est retrouvé confronté à une tradition détestable mais généralisée : le perp walk.

 

« Perp » est une abréviation de perpetrator, c’est à dire d’auteur d’un crime, walk (« marche », en anglais) est le fait de montrer en public la personne arrêtée, dans une position humiliante.

 

Menottes

 

A New York, la police passe systématiquement les menottes à une personne arrêtée et conduite au commissariat, sauf s’il s’agit d’une infraction mineure justifiable d’une amende.

 

Riches ou pauvres, célèbres ou inconnus, tous sont soumis au même traitement, et le maire de New York s’était attiré les foudres de la police, en 1987, quand il avait assoupli le régime pour les cols blancs se livrant d’eux-mêmes à la police en présence de leur avocat (ce qui n’est pas le cas de DSK).

 

Aucun fondement juridique

 

La pratique du « perp walk », elle, n’a en revanche aucun fondement juridique ou réglementaire. Elle vise spécifiquement les personnes riches et/ou célèbres et remonte aux années 1980. Elle a été popularisée par Rudy Giuliani, alors procureur fédéral de Manhattan, quand il s’en est pris aux traders de Wall Street.

 

Le premier « Wall Street » d’Oliver Stone montre d’ailleurs Charlie Sheen menotté, perdant son pantalon faute de ceinture devant les caméras.

 

Arme

 

Le perp walk est depuis devenu une arme de choix, frappant sans discrimination politiciens (Ron Blagojevich, gouverneur de l’Illinois), hommes d’affaires (Ken Lay, PDG d’Enron) ou stars du show-biz (Michael Jackson).

 

Le mot est même entré dans le langage populaire : on dit par exemple du gouverneur du New Jersey qu’il a donné un perp walk aux syndicats qu’il combat, c’est-à-dire une sorte de bizutage public. Et la parade des responsables de BP devant le Congrès a été assimilée à un perp walk au figuré.

 

Coup de pub à bon marché

 

Mais cette pratique populaire et populiste n’est pas appréciée de tout le monde. Elle est souvent un coup de pub à bon marché, pour le procureur, qui ne préjuge pas de ce que sera la suite.

 

En 1987, Rudy Giuliani s’était acheté une réputation de dur envers Wall Street avec ces perp walks, mais trois mois plus tard les accusations contre trois des traders humiliés devant les médias avaient été abandonnées.

 

Surtout, le perp walk est en contradiction flagrante avec la présomption d’innocence, le perpetrator étant par définition un criminel.

 

Paul Summit, un avocat et ancien procureur fédéral, s’était indigné en 2004 de cette pratique : « Il s’agit, écrivait-il, d’une disgrâce, d’une tache sur la justice américaine ». Il n’est pas le seul à le penser.

 

De notre correspondant à New York Philippe Boulet-Gercourt – Le Nouvel Observateur

Voir aussi:

  

Fallait-il cacher les menottes de DSK

Valerie De Senneville

Les Echos

16/05/11

Les images ont fait le tour du monde : celles d’un homme fatigué, le visage sombre, l’imperméable glissant le long de l’épaule, les deux mains jointes dans le dos… Fallait-il montrer Dominique Strauss-Kahn sortant menotté du commissariat de Brooklyn ou comparaissant, en début de semaine, devant la juge américaine ?

 

Mardi, un des avocats français de l’ex-directeur du Fonds monétaire international (FMI) a annoncé son intention de poursuivre les médias qui diffuseraient des images de DSK menotté. Pour lui, ces clichés, pris pendant la « perp walk » (terme argotique utilisé par les médias américains pour désigner la « perpetrator walk », littéralement « marche de l’auteur » des faits), sont illégaux en France. L’article 35 ter de la loi de 1881 sur la liberté de la presse est, il est vrai, parfaitement clair : il est formellement interdit en France « de publier, sans l’accord de l’intéressé, l’image d’une personne, portant des menottes, mise en cause à l’occasion d’une procédure pénale mais n’ayant pas fait l’objet d’un jugement de condamnation ».

 

Mais, à l’heure de l’information mondialisée, alors que, grâce à Internet, le public peut se connecter à n’importe quel site étranger, n’y a-t-il pas une part d’hypocrisie à brandir cette loi inapplicable dans les faits ? Qui plus est régulièrement contournée par la presse française, qui fait mine de la respecter en floutant les menottes ou en cadrant la photo de l’intéressé au niveau des coudes, mais légende le visuel de façon explicite…

 

Dominique Strauss-Kahn a été arrêté aux Etats-Unis et est soumis à une procédure américaine. Outre-Atlantique, ces photos de l’accusé sortant du commissariat, menotté et encadré par les policiers, sont monnaie courante. « Ces « perp walks » sont quasiment institutionnalisées aux Etats-Unis et révèlent un fonctionnement culturel où l’accusé est livré à l’opprobre public », analyse Jocelyne Arquembourg, chercheur en sciences de l’information interrogée par l’AFP. En France, la présomption d’innocence est un principe fondamental.

 

La jurisprudence ne s’est jamais montrée tendre avec les médias qui ne respectaient pas l’article 35 ter. En 2004, « France-Soir », « VSD » et « Paris Match » s’étaient fait condamner pour avoir diffusé la photo de Bertrand Cantat, le chanteur de Noir Désir, menotté lors de son arrestation en Lituanie, après avoir été accusé du meurtre de sa compagne Marie Trintignant.

 

Peu importe que l’image cache pudiquement les menottes : un jugement du 13 juin 2006 du tribunal de grande instance de Paris a considéré comme illégale la diffusion d’une photo laissant apparaître le prévenu dans « une position peu naturelle, aux côtés d’un gendarme qui le tient au niveau des poignets »… une image qui pourrait être celle de Dominique Strauss-Kahn sortant du commissariat d’Harlem, entouré de deux policiers.

 

La problématique est la même pour les images d’audience. Une chaîne privée américaine est spécialisée dans la retransmission en direct ou en léger différé des procès en cours. En France, – et dans la plupart des pays européens d’ailleurs -c’est l’interdiction totale. Seules sont autorisées les images de la salle d’audience… vide, la veille du procès. Le rapport Linden publié en 2005 avait bien essayé d’entrouvrir la porte des prétoires aux micros et aux caméras… sans aucune suite. Il faut dire aussi que la procédure accusatoire à l’américaine, où l’instruction de l’affaire se fait à l’audience, se prête mieux à une « mise en scène » judiciaire. Il n’est pas certain que le long rappel des faits en début d’audience correctionnelle ou la litanie des experts aux assises passionnent les foules.

 

Le juge français préfère donc encore le poids des mots au choc des photos : l’article 35 ter de la loi sur la liberté de la presse est repris dans la loi Guigou de 2000 sur la présomption d’innocence. « C’est une loi de protection de la dignité humaine, elle empêche de revenir au Moyen Age où les accusés étaient cloués au pilori », analyse l’avocat spécialisé en droit de la presse, Richard Malka. « Mais, admet-il, il y aurait eu quelque chose de ridicule à ce que les journaux français ne diffusent pas des images qui ont inondé la Toile et ont été visibles dans le monde entier. »

 

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a d’ailleurs bien perçu le problème. Le timide communiqué publié le 17 mai à la suite de la diffusion par toutes les chaînes françaises d’images de l’accusé Strauss-Kahn se borne à appeler « les chaînes de télévision à la plus grande retenue dans la diffusion d’images relatives à des personnes mises en cause dans une procédure pénale ». Mais se garde bien de les interdire.

 

Le problème est bien là : comment empêcher la diffusion de ces images ? «  Peu importe que des sites Internet soient émis des Etats-Unis ou des îles Fidji, c’est le lieu de réception du site qui est générateur du délit », insiste Dominique de Leusse, l’avocat de Dominique Strauss-Kahn qui menace de déposer plainte contre les médias qui ne respecteraient pas la loi. Encore faut-il identifier et aller chercher le propriétaire du site. « Les télévisions, elles, peuvent maîtriser leurs contenus », précise-t-il cependant. A bon entendeur… Mais peut-on imaginer l’avocat poursuivant l’ensemble des médias français ?

 

Il serait inutile de nier que les images de DSK ont choqué, mais qui s’est ému de celles de Bernard Madoff, dans la même situation ? La loi sur la présomption d’innocence agit au sens propre comme un garde-fou. Le reste est le problème de la conscience de chacun.

 

Valérie de Senneville est journaliste au service Enquêtes des « Echos »

Voir également: 

  

 

Affaire DSK: «la perp walk», une danse pour les canards

Qu’est-ce qu’une Perp Walk? Et sur quels critères la police américaine décide-t-elle de faire parader un suspect pour le bonheur des médias?

Christopher Beam 

Slate

20 mai 2011

Les ennuis judiciaires de DSK pourraient durer plus d’un an  DSK, un justiciable comme un autre L’arrestation du directeur général du FMI, Dominique Strauss-Kahn, accusé d’avoir violé une femme de chambre dans un hôtel de New York, a soulevé un véritable tollé en France. Bon nombre de ses compatriotes sont furieux que la police de New York l’ait présenté aux caméras de télévision menottes aux poignets, en route pour la salle d’audience pour la lecture de l’acte d’accusation. Une tradition de la police new-yorkaise que l’on appelle «Perp Walk».

 

«J’ai trouvé cette image d’une brutalité, d’une violence, d’une cruauté inouïes», a déclaré l’ex-ministre de la Justice Élisabeth Guigou; «je suis heureuse que nous n’ayons pas le même système judiciaire».

 

Mardi, le journal Le Parisien titrait: Les images chocs de DSK arrêté et menotté. Interrogé sur ces images lors d’une conférence de presse, le maire de New York, Michael Bloomberg, a défendu cette pratique: «Oui, je trouve que c’est humiliant, mais si vous ne voulez pas être soumis à une Perp Walk, il ne faut pas commettre de crime».

 

Eh bien, c’est exactement ce que dénoncent les détracteurs de cette pratique: ces «perps» n’ont pas (encore) été déclarés coupables. Or, jeter ainsi en pâture un prévenu constitue une violation du droit à la vie privée et peut introduire des préjugés dans l’esprit des jurés, alors susceptibles de pencher pour une condamnation. Surtout lorsque ces images tournent en boucle sur les chaînes d’info, parfois diffusées au ralenti et accompagnées d’une musique accablante. Pour reprendre la formule d’un avocat qui s’est adressé au site Poynter: « filmé au ralenti, tout le monde a l’air coupable.»

 

Pourquoi cette pratique est-elle autorisée? C’est une tradition, explique Nicholas Casale, ancien inspecteur du NYPD, qui a assuré la sécurité de Bernie Madoff durant sa comparution. Il considère la Perp Walk comme une sorte de service rendu par la police: «cela permet de promouvoir l’arrestation, l’accusé a ainsi l’occasion de faire une déclaration à la presse, et puis c’est centralisé» (spécialement pensé pour que les médias obtiennent leurs photos au cours de ce seul événement).

 

Plus ou moins humiliant

 

Cependant, les différents degrés de Perp Walk montrent que les forces de l’ordre s’en servent comme un d’un outil pour faire respecter la loi. La police, ou dans de nombreux cas, le FBI, procède à l’interpellation d’un suspect dans un lieu public, comme son bureau, et le présente aux médias, qui ont été avertis de l’opération – une pratique extrêmement humiliante. Dans les années 80, Rudy Giuliani, alors procureur général des Etats-Unis, avait exploité cette pratique pour punir sévèrement les criminels en col blanc de Wall Street. Son message: ces types-là ne valent pas mieux que les petits délinquants.

 

Selon le ministère américain de la Justice, il pourtant est interdit de prévenir la presse avant d’appréhender un suspect: «dans les cas où un mandat de perquisition ou un mandat d’arrêt doit être établi, les médias ne recevront aucune information en amont sur les mesures qui seront prises par la police; en outre, les représentants des médias ne doivent pas être sollicités ou invités à assister [aux opérations d’arrestation]».

 

Un «perp» un peu moins extrême: la police présente un accusé aux caméras de télévision au cours du trajet entre le commissariat local et le lieu de lecture de l’acte d’accusation. Dans ce cas, il arrive que le prévenu mette sa veste par-dessus sa tête pour se cacher le visage. Les policiers, eux, ne se décarcassent pas pour aider le suspect à se préserver des photographes et autres caméramans. «Un flic ne va pas dire: “voyons voir si on a un chapeau ou quelque chose qui traîne dans le placard”», ironise Nicholas Casale.

 

Naturellement, la police n’est pas obligée de créer un show. La perp walk est à son entière discrétion. Mais à chaque fois qu’on assiste à une telle pratique, on peut être sûr que quelqu’un au sein des forces de l’ordre cherche à se faire de la pub. «C’est un peu comme si on faisait poser un chien de chasse, avec sa proie dans la gueule, pour une photo», s’indigne Daniel Horwitz, avocat spécialisé dans la défense pénale et ancien procureur du comté de New York, c’est barbare!»

 

Comment éviter une perp walk?

 

Il existe d’autres cas de figure. Parfois, les policiers font sortir les suspects par une porte arrière et les emmènent dans une salle d’audience, à huis clos. D’abord pour des raisons de sécurité. (Rappelons tout de même que Lee Harvey Oswald a été assassiné par Jack Ruby lors d’une présentation aux journalistes.) Par ailleurs, un suspect peut éviter une perp walk s’il promet de coopérer, auquel cas les policiers font bien attention à préserver son anonymat. Les bons avocats de la défense négocient parfois un accord pour épargner à leurs clients de haut rang de jouer les bêtes de foire.

 

Outre celui d’humilier le prévenu, la perp walk peut présenter d’autres intérêts. Si la police soupçonne l’accusé d’avoir commis d’autres crimes, cela lui permet de diffuser son nom et son portrait pour inciter d’autres victimes à sortir de l’ombre. Un procureur peut également demander une perp walk s’il pense que la personne inculpée risque de s’enfuir.

 

Au lieu de se contenter d’une citation à comparaître, les forces de l’ordre procèdent alors à une interpellation surprise, à laquelle la presse a été invitée. Par ailleurs, «cela influe sur les négociations concernant une libération sous caution», explique Ryan Blanch, avocat de défense pénale exerçant à New York. «Si [l'accusation] souhaite empêcher une libération conditionnelle sous caution, la police pourra dire qu’elle a dû arracher le suspect à son domicile.» Mais même en cas de libération sous caution, la perp walk diminue le risque d’une fuite du suspect.

 

Une tradition américaine vouée à perdurer

 

Qu’on le veuille ou non, cette pratique est devenue monnaie courante dans le système judiciaire américain, au même titre les droits Miranda – la lecture, au moment de l’arrestation d’un suspect, de ses droits: la fameuse réplique «Vous avez le droit de garder le silence! Tout ce que vous direz pourra être retenu contre vous! (…)» Cette pratique est par ailleurs jugée conforme à la Constitution américaine, pourvu qu’elle serve les intérêts de la justice.

 

Si les policiers emmènent un suspect du commissariat au tribunal et que des photographes parviennent à immortaliser la scène, c’est acceptable (même si on a prévenu la presse). Ce le serait moins si les policiers faisaient monter un suspect à bord d’un véhicule de police à des seules fins médiatiques. Il est toujours possible de contourner ce principe. Par exemple, s’il n’y a pas de place de parking directement devant le tribunal et que les policiers doivent accompagner le suspect à pied sur quelques mètres!

 

Les Français auront beau condamner cette pratique, la perp walk n’est pas près de disparaître. La police l’adore. Les médias aussi. Si un suspect est finalement déclaré innocent, personne ne se remémore sa perp walk pour évoquer l’humiliation qu’il a dû subir. Tout le monde est passé à autre chose.

  

Traduit par Micha Cziffra

 Voir de même:  

 

« La chute des puissants est plus dure aux Etats-Unis »

Le Monde

19.05.11

 

« C’est sûr que la justice américaine est beaucoup plus violente [qu'en France]« , déclarait l’ancienne juge Eva Joly, aujourd’hui députée européenne, lundi 16 mai, jour de la première audience de Dominique Strass-Kahn devant le tribunal pénal de New York. Justice accusatoire, rôle central du procureur, images de l’accusé menotté : l’affaire DSK révèle un fonctionnement judiciaire américain différent du système français. Pour Arthur Dethomas, avocat aux barreaux de Paris et de New York, « ce n’est pas la justice qui est violente mais les images » dans un système où « la chute des puissants est d’autant plus dure ».

 

Dominique Strauss-Kahn doit notamment répondre, devant la justice américaine, des charges d’agression sexuelle et de tentative de viol. Ces actes sont-ils jugés avec plus de sévérité aux Etats-Unis qu’en France ?

 

Me Arthur Dethomas : Une des grandes différences entre les justices des deux pays est qu’en France, il y a un système d’assimilation des peines. On poursuit un seul crime, en général, celui qui implique la peine la plus lourde. Aux Etats-Unis, au contraire, elles se cumulent. La peine de prison qui est potentiellement encourue se révèle donc beaucoup plus élevée. Or, les charges retenues contre DSK sont très sévères.

 

Aux Etats-Unis, le « sexual abuse » va très vite : c’est la règle du « no means no » ["non, c'est non"]. Même une plaisanterie sexuelle sur le lieu de travail, par exemple, est inadmissible dans ce pays. Ces faits sont poursuivis de façon extrêmement sérieuse par les autorités. Cela s’inscrit dans une différence qui relève plus de la culture que du droit.

 

Eva Joly évoquait, lundi, à propos de l’affaire DSK, la « violence » du système judiciaire américain. Peut-on parler d’un « choc des cultures » ?

 

Le choc des cultures repose sur une différence fondamentale entre les Etats-Unis et la France : outre-Atlantique, on voit ce qui se passe dans une affaire judiciaire. Le « perp walk », [cette "marche du suspect" où l'on voit l'auteur présumé des faits avancer menotté] est ancré dans la tradition américaine et a énormément choqué car dans l’Hexagone, on ne montre pas la personne arrêtée au moment du transférement chez le juge.

 

Mais en France, la justice pénale est tout aussi violente : l’incarcération, la privation de liberté et la garde à vue sont des mesures qui, par nature, marquent l’homme. Ce n’est donc pas exact de dire que la justice américaine est « violente ». C’est l’image qui l’est.

 

Cette façon de montrer la justice en action ne nuit-elle pas à la présomption d’innocence ? Existe-t-il les mêmes garanties du respect de ce principe aux Etats-Unis ?

 

Ce principe existe de la même façon qu’en France. Il est reconnu, bien que les Américains n’en fassent pas la même lecture : il n’y a pas de loi sur les images [que l'on peut montrer ou pas] et la vie privée est beaucoup moins protégée qu’en France. Mais couvrir un événement [comme l'arrestation de DSK] de façon plus discrète parce que l’accusé est une célébrité aurait été vécu comme un passe-droit. Cette idée est ancrée dans la tradition américaine.

 

Contrairement au système français, la justice américaine est accusatoire…

 

Il s’agit en effet d’une démarche à charge. Contrairement à la France, il n’existe pas de juge impartial qui instruit à charge et à décharge. Il y a l’équipe du procureur, d’un côté, qui instruit à charge, et l’équipe de la défense, de l’autre côté, qui cherche des preuves à décharge. C’est à chaque partie de fournir ses preuves. Mais l’accusation dispose des moyens illimités de l’Etat alors que l’accusé a l’air très seul face à un système qui, tout entier, est fait pour l’accuser.

 

En France, il s’agit, à l’inverse, d’un système inquisitoire : le juge d’instruction dispose des moyens illimités de l’Etat pour mener à bien une enquête, à la fois à charge et à décharge. C’est très rassurant pour quelqu’un qui ne dispose pas d’énormément d’argent ni d’une armée de détectives privés susceptibles d’apporter des preuves au dossier.

 

Quel est le rôle du procureur dans la procédure aux Etats-Unis ?

 

Absolument central, particulièrement à New York. C’est le procureur, le « district attorney », qui instruit, à charge. En outre, il occupe un poste d’élu, extrêmement politique, généralement tenu par un démocrate, comme c’est d’ailleurs le cas ici [avec Cyrus Vance Jr]. Comme le procureur a obligation de donner tous les éléments qui sont en sa possession, il ne va donc surtout pas chercher ceux à décharge. Car s’il les trouvait, il devrait les remettre à la défense.

 

La personne qui devra gérer le dossier contre l’ancien patron du FMI peut en tirer un gain politique phénoménal. On peut jurer que DSK aura face à lui quelqu’un de déterminé à mener cette affaire de telle sorte qu’il puisse en tirer tous les bénéfices politiques pour lui-même. Cela complique la tâche de DSK dans ce dossier.

 

Le rôle des avocats est également particulier…

 

La grande différence avec le système français, c’est qu’aux Etats-Unis, les avocats peuvent enquêter. Ainsi, le passé judiciaire, médical, affectif, sexuel de la victime va être observé au microscope par les équipes de la défense pour essayer de mettre en difficulté tout témoignage qu’elle pourrait apporter.

 

Les avocats de la plaignante, eux, ont un rôle de protection, car la partie civile n’existe pas aux Etats-Unis. La présumée victime pourra éventuellement déposer une plainte civile pour obtenir des réparations, mais dans le cadre d’un autre procès. Le rôle de ses avocats consiste à la protéger de la pression médiatique extrêmement forte qui, quand on n’est pas habitué à ce genre de maelström, se révèle d’une violence inouïe. Ils vont également la préparer pour sa déposition, parce que le témoignage a une valeur centrale dans la justice américaine : on témoigne à charge, mais la partie adverse peut ensuite poser des questions qui peuvent se révéler d’une extrême violence. Elle peut aller très loin pour montrer qu’on ne doit pas vous croire.

 

Ce système – où le fait de s’attacher les services des avocats les plus réputés et les plus expérimentés fait une vraie différence – ne favorise-t-il pas une justice à deux vitesses ?

 

Ce serait un raccourci facile, en France comme aux Etats Unis. Bien sûr, avoir davantage de moyens donne accès à une équipe de défense plus fournie, avec des avocats plus expérimentés. Il est vrai qu’aux Etats-Unis, le système accusatoire implique énormément de moyens pour apporter des preuves. C’est en ce sens-là que l’on peut parler d’une justice à deux vitesses.

 

Néanmoins, tout le monde est traité à la même enseigne. J’entendais Robert Badinter affirmer qu’il était choquant de traiter Dominique Strauss-Kahn comme un « minable dealer ». C’est donc en France qu’il y aurait une justice à deux vitesses : on a peut-être tendance à mieux protéger les puissants et à prendre moins d’égards avec les faibles. Aux Etats-Unis, le traitement des gens célèbres n’est pas différent : pas de quartiers VIP dans les prisons, pas de passe-droits. La chute n’en est que plus dure si vous êtes puissant.

Propos recueillis par Flora Genoux

Voir de plus:

DSK, LETTRES ECARLATES, LE « PERP WALK » ET SES RACINES PURITAINES

Le Post

18/05/2011

 

On voyait cette pratique dans les séries télévisées américaines sans trop s’en émouvoir ni en percevoir le sens. Une personne inculpée est présentée aux médias qui en profitent pour prendre des photos en vue d’alimenter leurs articles sur l’affaire en cours. Cela s’appelle le « Perp » ou « Perpetrator Walk » (« la marche ou la parade de l’accusé »). En voyant Dominique Strauss-Kahn soumis à cette épreuve, il m’est venu à l’esprit une scène du roman de Nathaniel  Hawthorne La lettre écarlate, paru en 1850. De quoi est-il question dans ce roman tragique, qui dénonce l’hypocrisie des colons puritains de la Nouvelle Angleterre ? Une jeune femme, Esther, commet un adultère avec un pasteur respecté de sa petite communauté. Esther est livrée à la vindicte populaire avec sa petite fille. Toutes les deux subissent l’épreuve du pilori afin que la mère révèle le nom de son complice.

 

Les esclaves noirs fugitifs (runaway slaves) subissaient des épreuves encore pires lorsqu’ils étaient capturés. Ces épreuves évoquaient parfois les châtiments infligés aux grands criminels français dans ce qui est devenu aujourd’hui le parvis de l’Hôtel de Ville de Paris. Montaigne en parle dans ces Essais, et surtout dans « Des cannibales ». Après l’écartèlement, le corps du supplicié était traîné d’un bout à l’autre de la ville pour susciter un sentiment d’horreur auprès de la population. De même, les esclaves noirs dans le Sud des Etats-Unis étaient tirés par les pieds ou les mains derrière un cheval ou un chariot avant l’épreuve du lynchage public. Ils étaient soient pendus à un arbre (cf. « Strange Fruit » de Billy Holiday) ou brûlés vif sur la place publique. Il s’agissait de dissuader l’esclave de toute tentative de fuite ou de toute tentative de sabotage de l’institution raciste de l’esclavage.

 

Il me semble que c’est cette tradition d’exposition du « présumé coupable » à l’opprobre, courante dans les mœurs puritaines de la Nouvelle Angleterre,  et du lynchage des esclaves noirs dans le Sud, qui se poursuit aujourd’hui avec la police américaine, telle que l’a illustré le cas Dominique Strauss-Kahn, devenu en l’espace de quelques heures un « damné de la terre ». 

 

Voir enfin :

 

The Crime Beat: Perp Walks

Dave Krajicek

 

« Perp walks » have been used for decades, although more frequently in some cities than others.

 

In New York, the police press information office frequently has placed a courtesy call to reporters when a high-interest suspect was to be « moved » from a precinct stationhouse to a central booking facility.

 

Photographers and videographers would gather outside the stationhouse to record the « walk. »

 

The courtesy calls set the NYPD apart from most police departments. In other big cities, including Los Angeles and Washington, no such photo appointments are set. Photographers who want a perp walk shot often must wait and hope.

 

Many police departments have made perp walks obsolete by freely passing out copies of mug shots to the media.

 

But old-school reporters argue that perp walks can be great theater.

 

For example, legendary robber Willie Sutton, who knocked over 100 banks from 1925 to 1952, uttered an immortal quote during a perp walk in New York.

 

A reporter shouted, « Hey, Willie, why do you rob banks? »

 

Sutton responded, « Because that’s where the money is. »

 

Federal authorities have been fond of perp walks since the early years of the FBI’s J. Edgar Hoover, who understood the priceless public relations value of an image that showed a cuffed bad guy in the grasp of a federal agent.

 

In conspiracy and racketeering cases, the feds frequently have offered the media – and the news-consuming public – a graphic of criminal collusion by tethering the alleged conspirators to a single heavy chain before the photo-op.

 

In 1997, Timothy McVeigh, later convicted and executed in the Oklahoma City bombing case, was subjected to a perp walk nearly three hours before he was officially arrested. McVeigh’s attorneys protested that the FBI timed the walk for maximum network TV exposure. McVeigh was surrounded by a dozen FBI agents. They were selected as a reward for collaring McVeigh, a tangential but important aspect of perp walks.

 

Defense attorneys and minority advocates have long complained about perp walks – lawyers because the photos make their clients look guilty, and blacks because an inordinate number of perp-walk shots show young black men in handcuffs with sweatshirt hoods pulled over their heads, like Grim Reapers.

 

Some compare perp walks to other forms of public humiliation, such as confinement to stocks or the practice of parading defeated opponents in war, an ancient custom that has regained popularity in the Mideast.

 

In 2002, federal authorities used perp walks in several white-collar crime cases, including the arrests of John Rigas, former chairman of Adelphia Communications, and two of his sons.

 

An attorney for the men said, « The Rigases had repeatedly offered to surrender, but were instead roused from their Manhattan apartments at 6 a.m. by federal agents. Later in the morning, they were escorted in handcuffs past news cameras. »

 

Another New York case may sound a death knell for contrived perp walks.

In 1995, a New York City doorman was arrested after a surveillance camera caught him rifling through the underwear drawer and cabinets of a vacationing tenant. The tenant sold the surveillance tape to the local Fox affiliate.

 

The news director wanted video of the suspect. He called the police press information office, which ordered detectives to walk the perp. The doorman, who was being questioned at a precinct stationhouse, was handcuffed, walked outside, placed in an unmarked police car, driven around the block and returned to the stationhouse.

 

Fox shot footage of the walk and broadcast it that night.

 

Charges against the doorman were soon dropped because nothing was missing from the apartment. He sued the city and police for violation of his Fourth Amendment right against unreasonable arrest.

 

A trial court and the U.S. Second Circuit Court of Appeals agreed the police had acted unreasonably and invaded the doorman’s privacy by staging a perp walk that was « an inherently fictional dramatization » with « no legitimate law enforcement justification. »

 

However, the court added, « Despite its adverse effects on (the doorman’s) dignity and privacy, the perp walk might nevertheless have been reasonable under the Fourth Amendment had it been sufficiently closely related to a legitimate governmental objective. »

 

New York police have been moving to the concept of « legitimate justification » for perp walks. The department says its policy was and is to neither impede nor promote photographs of suspects as they are being moved.

 

Most journalists oppose any official curtailing of perp walks. The Society of Professional Journalist’s Code of Ethics makes these points:

 

Journalists should « minimize harm » by balancing a criminal suspect’s fair trial rights with the public’s right to be informed.

« Show good taste. Avoid pandering to lurid curiosity. »

« Recognize that private people have a greater right to control information about themselves than do public officials and others who seek power, influence or attention. Only an overriding public need can justify intrusion into anyone’s privacy. »

 

Voir par ailleurs:

 

Cyrus Vance Jr joue le dossier de sa carrière

Flora Genoux

Le Monde

 20.05.11

 

C’est l’homme qui doit prouver la culpabilité de Dominique Strauss-Kahn. Celui qui dans un système judiciaire accusatoire est missionné pour trouver les preuves à charge : les Américains l’appellent le « DA » pour « District Attorney ». Que l’on traduit par « procureur » en français. Cet homme, Cyrus R. Vance Jr, 56 ans, va devoir gérer le dossier de sa carrière, estiment les observateurs qui, à l’instar de Me Pierre Hourcade, avocat aux barreaux de Paris, New York et Californie, promettent « une lutte à mort entre lui et les avocats de la défense ».

 

DSK formellement inculpé depuis jeudi 19 mai, le procureur va travailler étroitement avec les avocats de la plaignante et éventuellement négocier avec la défense pour parvenir à un « plea bargain »,  c’est-à-dire une minimisation des chefs d’accusation et de la peine encourue pour éviter un procès. Si le procureur et la défense n’aboutissent pas un « deal », l’ancien directeur du Fonds monétaire international (FMI) sera jugé en procès, devant des jurés. Ce sera alors Cyrus Vance Jr « qui expliquera les charges et passera plusieurs jours à démolir Dominique Strauss-Kahn devant un juré populaire », explique Me Hourcade.

 

UNE EXCELLENTE RÉPUTATION

 

« Cy », comme le surnomment la presse et ses proches collaborateurs est le fils de Cyrus Vance, ancien secrétaire d’Etat sous Jimmy Carter. Le poids de cette filiation l’écarte des affaires étrangères et le pousse vers le droit, développe le New York Times. Elément essentiel dans son appréhension de l’affaire DSK, le fils connaît bien les rouages de la défense : il a lui-même exercé comme avocat à Seattle avant de devenir procureur. « Il a donc aussi ce point de vue-là. Il n’a pas été un procureur toute sa vie », tient à souligner Richard Albert, avocat au cabinet Morvillo, Abramowitz, Grand, Isaon, Anello et Bohrer à New York, où Cyrus Vance Jr a lui-même exercé. « Cy » expliquait alors à Richard Albert ses ambitions de devenir procureur de New York et affichait son désir de « de rendre justice pour la communauté ».

 

Muni d’une réputation solide d’avocat déterminé, sérieux, honnête, Cyrus Vance Junior est décrit par Robert S. Bennett, juriste de renom et ancien avocat de Bill Clinton, commme un homme à « l’intégrité irréprochable ». Mêmes louanges d’un ancien collègue, Ronald Fischetti, avocat au barreau de New York qui évoque un homme « dévoué » à son travail.

 

COMBATTRE « LA DÉLINQUANCE DES COLS BLANCS »

 

Trop dévoué, « trop dur », critiquent des avocats de la défense cités anonymement dans un article du Daily News : davantage de cas iraient jusqu’au procès sans parvenir à une négociation depuis que Cyrus Vance Jr est procureur. « On peut peut-être dire qu’il est dur, mais ce n’est pas un jusqu’au-boutiste, » tempère Ronald Fischetti.

 

Sa légitimité, Cyrus Vance Jr la doit également à un poste obtenu par des élections : le procureur de New York est élu tous les quatre ans, sous une étiquette politique. Cyrus Vance Jr remporte largement les primaires démocrates avant d’être élu à 91 % au poste de procureur en novembre 2009. Il fait l’unanimité dans les médias new-yorkais et bénéficie du soutien de son prédecesseur, Robert Morgenthau, qui a exercé pendant trente-quatre ans. A son nouveau poste, Cyrus vance Jr entend combattre « la délinquance des cols blancs » et mettre en place une « justice de proximité », avec des unités spéciales travaillant étroitement avec la police et les organisations locales.

 

« C’est un pur produit de ce que les Etats-Unis font de mieux en termes de District Attorney », résume Me Hourcade : diplômé de la prestigieuse université américaine de Yale, puis de l’école de droit de Georgetown, il travaille d’abord au bureau du procureur Robert Morgenthau avant de quitter la côte est pour Seattle en 1988. Une décision dictée par la nécessité d’ »échapper à l’ombre du père », analyse le New York Times. Il ne reviendra qu’en 2004.

 

A Seattle, il défendra 29 000 employées de Boeing face à leur employeur pour discrimination contre les femmes. Sa victoire au procès ainsi que le cas d’une femme tuée par son ex-fiancé instruit pendant ses années au bureau du procureur de New York lui vaudront la réputation d’un avocat, « sensible à la cause féminine ».

 

LE DOSSIER DE SA CARRIÈRE

 

C’est donc « probablement le plus gros dossier » de sa carrière que va instruire Cyrus Vance Jr, estime Robert S. Bennett. C’est surtout, « l’opportunité unique de se faire un prénom », affirme Me Hourcade. Si le rôle du procureur est d’abord judiciaire, il occupe en effet un poste politique. Ce dossier aura donc des « conséquences pour les prochaines élections », analyse Me Stéphane Drai : « Ce serait se mentir que d’affirmer qu’il s’agit d’un cas comme les autres », explique l’avocat aux barreaux de Paris, Lyon, New York et à la Cour Suprême des Etats-Unis.

 

Dans une affaire où le « gain politique est phénoménal », cela complique la défense de Dominique Strauss-Kahn, juge de son côté Me Arthur Dethomas, avocat aux barreaux de Paris et de New York : le procureur « ne va donc surtout pas chercher [les éléments] à décharge. » L’importance du dossier pourrait également durcir les négociations avec la défense : « Le procureur a tout à gagner à ce qu’il n’y ait pas de négociations, qui montreraient une faiblesse de sa part. Toute sa logique est de poursuivre DSK vigoureusement et de le voir condamné en quelques mois », commente Me Hourcade.

 

Les méthodes orientées d’anciens procureurs avaient joué favorablement pour leur élection à des postes politiques, rappelle Me Dethomas : « Rudolph Giuliani a été élu maire de New York après s’être rendu célèbre en tant qu’Assistant District Attorney à New York dans des affaires de crimes organisés. »

 

PAS D’AGENDA POLITIQUE

 

Incomparable, estime Ronald Fischetti : « Guiliani faisait tout pour gagner en popularité. [Cyrus Vance Jr] n’a pas d’agenda politique, c’est pas ce genre de personne. » Le District Attorney est d’ailleurs décrit comme un homme plutôt discret : « Ce n’est pas quelqu’un qui cherche à être médiatique », analyse Robert S. Bennett. Son ancien collègue, Richard Albert martèle : « [Cyrus Vance Jr] est a-politique », insistant sur le « a ».

 

 

Face à la couverture médiatique massive de l’affaire, les avocats américains relativisent l’importance du dossier : une accusation de tentative de viol, « ce n’est pas si compliqué », estime Ronald Fischetti. Dans un bureau où environ 500 personnes travaillent pour le procureur, il est probable que ce ne soit pas lui qui poursuive le cas « personnellement », même s’il devrait le « superviser », prédit-il.

 

Si, pour Robert S. Bennett, Cyrus Vance Jr « ne veut pas perdre ce cas », il ne le poursuivra cependant pas si les preuves ne sont pas suffisantes. Le procureur est en effet tenu de présenter les éventuelles preuves à décharge rencontrées pendant l’enquête. Si Cyrus Vance Jr omet de mentionner des éléments qui pourraient disculper l’accusé, le procès pourrait être annulé pour vice de procédure. Jonathan O’Brien, avocat à Boston, prévient : « S’il poursuit l’affaire uniquement pour sa réputation, c’est dangereux pour lui. »

 

Voir enfin: 

  

Cynics might call the perp walk the crime reporters red carpet: How we justify images of accused IMF chief in handcuffs

Al Tompkins

Poynter

May 17, 2011

 

Some Europeans are upset over how American journalists have used “perp walk” photos and videos of International Monetary Fund chief Dominique Strauss-Kahn, who is accused of attempting to rape a hotel maid in New York City last weekend.

 

Former French Minister of Justice Elisabeth Guigou helped push through legislation that prohibits publication of handcuffed suspects, like Strauss-Kahn, unless they are convicted. Guigou objected to the perp walk photo on French radio, saying “I found that image to be incredibly brutal, violent and cruel.”

 

And France’s “broadcasting watchdog” has reminded media there that it remains illegal to show these images. Still, seven of the country’s eight national daily newspapers showed photos of Strauss-Kahn in the courtroom, where cameras are banned in France.

 

Strauss-Kahn’s legal team objected, according to The Wall Street Journal:

 

“We’ve been watching Strauss-Kahn on prime-time TV shows and on the front page of all newspapers handcuffed, being forcibly pushed into a car by policemen, and this is contrary to the spirit of the law,” said Dominique de Leusse, a lawyer for Mr. Strauss-Kahn. “Even if the handcuffs weren’t apparent, it was obvious that he was being coerced.”

 

In the United States, the images are viewed differently, though.

 

“Cynics might call the perp walk the crime reporter’s red carpet,” says Art Harris, an award-winning investigative reporter who has covered dozens of celebrity scandals and criminal trials for CNN, People Magazine, CBS, ABC, FOX and the Washington Post over the last 30 years.

 

International Monetary Fund leader Dominique Strauss-Kahn is escorted away from the special victims unit precinct, Sunday, May 15, 2011 in New York. Strauss-Kahn is accused of sexually assaulting a maid in his hotel room in New York City. (Julio Cortez/AP)“Police and prosecutors get to show off their trophy. Reporters lap it up because that’s all we know we’re going to get. After all, what better visual than an unshaven, shackled perp, sullen and shuffling?” Harris tells me.

 

“No one except defense lawyers on Nancy Grace, the ACLU or pointy-headed ethics profs even dare ask such questions. But, you’re right. They should be asked.”

 

WISN News Director Lori Waldon told me, “Perp walks are often the very first ‘money shots’ of a high-profile crime case. Those first images are important when the story breaks. But we also know that the perp walk often looks and feels like a circus. Unfortunately, those images often portray journalists at their worst.”

 

“Those 30 seconds of a perp walk are the lifeblood to the TV news,” Harris confirms. “Between that and the mug shot that is often all you got as visuals to tell a crime story. If you are writing for print you would not even mention that Joe Blow walked 50 steps between the police and the courthouse handcuffed face-down, unless it was some really high sensational story and you needed that tiny bit of description for color.”

 

Waldon says one of her biggest concerns about perp walks is that they are used over and over.

 

“The first couple of times are okay. After that, those pictures not only become wallpaper, they lose their effectiveness. Those images become caricatures,” Waldon says.

 

“The challenge is when we don’t have many ‘cover shots’ for a story, so the reporter and/or editor revert back to the same worn pictures. But that still doesn’t excuse using those same shots over and over. I would ask my reporters and photographers to find a more creative way to tell the story.”

 

Looks can be deceiving or revealing

 

There are a few other problems with perp walk video, according to Canadian lawyer and teacher Lisa Taylor.

 

First, it gets used in slow motion. And “everyone looks guilty when they are slo-mo’ed,” Taylor says.

 

The images can also damage a person’s reputation and his or her ability to get a fair trial.

 

“If I was arrested, I would be disheveled, distressed, probably not have my makeup on. When you are held in jail it is not a night at the Ritz. It is hard not to look exhausted/creepy/guilty when you just spent a night in jail,” says Taylor.

 

WFOR investigative reporter Stephen Stock agrees.

 

“I have witnessed many, many ‘perp walks’ and rarely is the person under arrest at their best,” Stock says. “I think you could make the argument that showing this ‘walk’ in such circumstances is exploitative and may even be viewed by some as ‘knocking someone down a peg’ especially if the person under arrest is of one who has a high profile in the community.”

 

But, Stock says, sometimes that unkempt appearance is part of the story. Think of how Saddam Hussein looked when soldiers plucked him from the underground box in which he was hiding.

 

“To show them ‘at their best’ would misrepresent to the public what is going on,” Stock says. “In the case of the Strauss-Kahn arrest, the reports show he was on an airplane, 10 minutes from leaving the country when he was arrested. To NOT show his state of being after being arrested or to use merely file tape where he looked ‘his best’ would be misrepresentative and abdicating our role as truth-tellers for our viewers/readers. I would argue it is NOT the journalist’s job to ‘pretty someone up’ or NOT show someone because he/she does not look their best.”

 

Journalists should seek out other images to use in addition to the perp walk “to add fairness and balance,” Stock says.

 

Actions speak as loud as words

 

WISN’s Waldon says sometimes the way a person acts when paraded in front of cameras can be telling.

 

“Most of these people arrested for high-profile crimes have been secretive. When they’re caught, there’s something telling about how they look and how they react in the spotlight,” Waldon says.

 

“A good reporter can literally detach themselves from the spectacle and provide smart, insightful observations, ” Walden said. “I cringe when I hear some reporter yell to a murder suspect something like, ‘Did you kill your wife?’ It’s those silly questions that elevate a perp walk to a circus. That’s the stuff of a ‘Saturday Night Live’ skit.  I think any question that’s insulting, presumptuous or bullying is totally off limits.”

 

Harris says he has almost never shouted and finds it ineffective, as well. “Usually you get no response. The journalists who shouts probably knows they are not going to get an answer but the reporter gets the voice on tape and his boss says, ‘Hey, hey he is out there doing his job.’ It is usually purely provocative and just for Hollywood sake.”

 

Law enforcement, media need each other

 

In the U.S., police and media often have a sort of “silent collaboration” in criminal cases, Harris says, where cops need the public’s support to solve a case or urge witnesses to come forward and journalists need pictures and information to tell stories.

 

“The perp walk is an equalizer, giving voice and power to a hotel maid to accuse and confront a powerful man,” Harris says. “It might give other victims (if there are any) courage to come forward if they see her being taken seriously.”

 

Harris doesn’t worry much about pre-trial publicity corrupting fair trials.

 

“This is not Napoleonic justice where the judge is the fact finder, prosecutor and jury. Here the people will decide ultimately. And no matter who you are, if you have been arrested for something, it is understood you are going to be subject to all the scrutiny the press is going to give you,” Harris says.

 

Legal precedent

 

Over the years, U.S. courts have been sensitive to pre-trial publicity, but reluctant to forbid journalists from capturing or using images of the accused. 

 

The Nevada Law Journal explains, “The perp walk has two potential effects: shaming the accused and generating publicity for law enforcement. The perp walk has been criticized,  but constitutional challenges to perp walks have met with very limited success.”

 

The American Bar Association’s Rules of Professional Conduct includes two sections that speak to the legality and ethics of perp walks. Section 3.6 lays out what prosecutors may say about a case. Generally it allows prosecutors to name a suspect and say things that are already in the public record. ABA rule 3.8 does not prohibit perp walks but advises:

 

“Except for statements that are necessary to inform the public of the nature and extent of the prosecutor’s action and that serve a legitimate law enforcement purpose, refrain from making extrajudicial comments that have a substantial likelihood of heightening public condemnation of the accused….”

 

Taylor explains how it’s handled in Canada. “We don’t have any laws that prohibit [us] from showing stills or video going in and out of jail or court, what we don’t have is the deliberate or circus atmosphere that so often surrounds high-profile arrests in the States.”

 

Taylor says, “While we can still use the pictures we get from a perp walk, it is usually because it is just the way they get a person from Point A to Point B, not a deliberate attempt by police to shame the person. If they did it to shame somebody, it could be a legal claim for abuse of legal process in Canada.”

 

Journalists should consider the journalistic purpose of using the perp walk images, says Taylor.

 

“Does the perp walk image show something newsworthy, such as how much security is around the suspect? If Strauss-Kahn was surrounded by 20 special agents, for example, the video might say something about the importance of the case. What if the image shows the person in handcuffs being pushed around or abused? There might be a good reason to use the video.”

 

Taylor disagrees with those, especially Europeans, who think it should be illegal to show suspects in handcuffs.

 

“People who have been treated unfairly should have civil remedies, but to be that prescriptive to put a blanket on coverage, this freedom of expression proponent is nervous about a prohibition of photographing and publishing anything,” she says.

 

The history of ‘perp walks’

 

New York Times columnist William Safire wrote that “perp walk” became a catch-phrase in 1986. But the practice has deep roots in American justice and journalism.

 

Poynter Chief Librarian David Shedden dug around journalism files to find us some examples of famous/infamous perp walks.

 

O.J. Simpson, Ken Lay, Bernie Madoff, Timothy McVeigh, Saddam Hussein all appeared for cameras after their capture. Maybe the most noteworthy perp walk was Lee Harvey Oswald’s walk to his death shown on live television.

 

Bank robber Willie Sutton was reported to have uttered a widely quoted line during a perp walk. It is often told that a reporter asked a cuffed Sutton why he robbed banks, to which Sutton was reported to have quipped “because that is where the money is.” Sutton later denied ever having said it.

 

A solution

 

There is a way to assure that perp walk video will not come to define a suspect: Allow cameras inside the courtroom. If journalists can capture video of the accused in court, there is no need to chase him down the sidewalk. The courtroom video is likely to show the accused in a better light, the same setting in which a jury would see them.


Nécro: Lori contre les birthers (In memoriam: Lori the accidental birther slayer)

15 mai, 2011
Buffy the vampire slayer (poster)BHO's birh announcement (Honolulu Enquirer, Aug. 13, 1961)Il y a des choses qu’on peut faire à Paris, mais pas à Washington…  Christophe Deloire
DSK, dont tous les médias connaissent le goût pour une sexualité débridée, risquait des ennuis dans un pays qui ne plaisante pas avec la morale, en général, et le harcèlement sexuel en particulier. (…) Le seul vrai problème de Strauss-Kahn est son rapport aux femmes. Trop pressant, il frôle souvent le harcèlement. Un travers connu des médias, mais dont personne ne parle (on est en France). (…) Or, à la différence de ce qui se passe en France, aux Etats-Unis -où se trouve le siège du FMI – le moindre « comportement inapproprié » peut coûter son poste au titulaire d’un mandat public. Les Américains ne plaisantent pas avec ce genre de chose même si cela nous fait ricaner. Si dans six mois, il y a un scandale (selon les normes US), les médias français vont-ils encore écrire: on le redoutait, mais on ne vous a rien dit ? Notre crédibilité n’en sortirait pas renforcée. (…) Pour bien connaître DSK, je sais qu’il est en séduction permanente, même s’il n’a jamais eu de gestes déplacés. Et que cela choque et a choqué, surtout hors des frontières hexagonales. Tous les journalistes qui ont couvert ses activités publiques –y compris à Marianne- le savent et les anecdotes sont nombreuses. Mais être «pressant» n’est pas un délit pénal, que cela soit clair. En revanche, aux Etats-Unis, c’est tout comme. C’est tout ce que je voulais dire : une fois à la tête du FMI, il faudra que DSK ravale son côté « French Lover » lourdingue. Jean Quatremer (correspondant de Libération à Bruxelles, juillet 2007)
This is not a paid announcement that his grandmother could arrange. This is information that comes from Vital Records…it isn’t a late registration birth certificate – we know that for certain. It’s filed at the Department of Vital Statistics the first week after his birth. Lori Starfelt

Quand un faire-part de naissance se transforme en nécro …

A l’heure où suite à une énième rechute de l’apparemment incorrigible impétrant (arrêté hier après-midi à New York dans son avion pour l’Europe, s’il vous plait!) …

Nos commentateurs politiques préparent leurs nécros politiques du très probable futur ex-candidat et ex-meilleur espoir de retour au pouvoir socialiste à la présidentielle française de l’an prochain …

Et où, non contents d’avoir contraint le plus anti-américain des présidents américains à finalement autoriser la publication du certificat de naissance complet qu’il s’obstinait étrangement à bloquer depuis plus de deux ans, certains potentiels candidats républicains pour la présidentielle de l’an prochain semblent hélas vouloir continuer à se fourvoyer à la Donald Trump dans l’impasse conspirationniste …

Retour, deux mois après son malheureux décès à la suite d’un cancer à l’âge de 56 ans, sur la femme qui, bien involontairement (ce qui accroit d’autant plus la valeur de sa découverte), a probablement définitivement tué le mythe préféré des « birthers » ou tenants du « complot nativiste » (du moins les plus raisonnables d’entre eux), à savoir qu’Obama ne serait pas né aux Etats-Unis, ce qui, selon la loi électorale américaine, invaliderait son  éligibilité et donc son élection.

Préparant un documentaire anti-Obama sur les primaires démocrates de 2008, la documentariste et activiste pro-Hillary Clinton Lorenda (Lori) Starfest semble en effet avoir été la première à se faire envoyer, par un journal local d’Hawaii, l’ultime preuve de vie d’un président dont certains allaient jusqu’à contester l’existence …

A savoir une copie du faire-part de naissance que ses grands-parents avaient fait publier dans le Honolulu Enquirer du 13 août 1961…

Hey, Barack Obama Exists After All

| July 23, 2008

The latest news from the Obama Conspiracyverse is the first third-party proof of Obama’s birth in Hawaii. It’s a birth announcement from a 1961 issue of the Honolulu Advertiser that was dug up, ironically enough, by Lori Starfelt, who’s working on an anti-Obama documentary for pro-Clinton PUMAs.

The crucial clip:
A
Well, that’s it. Game over: Obama was born in the States. Or… [cue Bernard Hermann sting] was he? This image actually comes from Obama conspiracist TexasDarlin, who appends it with 12 questions. Such as…

Although this announcement suggests his parents were married, that’s still an open question.

Have you noticed that there are no photos of Obama as an infant?

Barack Obama’s original birth certificate likely contains something that embarrasses him, or something that could be problematic for him legally, such as an indication of dual nationality. I STILL think he needs to produce a hard copy of the original Birth Certificate, or he looks like he’s hiding something.

In the comments, TexasDarlin talks with fellow skeptics.

Jackson, I’m not sure that any info on the COLB is fake, but perhaps the document was set up to appear to be fake, so that we would spend hundreds of hours studying it…

I’ve recovered footage from inside the Obama truther strategy meeting held before this blog post was published. Here it is:

(Seriously, if you like conspiracy theories, the comments at this site are a festival of chuckles. The idea of Obama’s family collaborating to create a false biography for him is, in itself, hilarious. How did those 1961 dinner table conversations go, do they think? « If we don’t create a false story, and fast, our half-African son of an 18-year old mother will have no chance at becoming president! »)

Voir aussi: 

Does this kill the Obama birth certificate myth?

posted at 5:45 pm on July 23, 2008 by Ed Morrissey
printer-friendly

Dave Weigel at Reason doesn’t think that a key piece of information discovered by a pro-Clinton documentarian will kill the cottage industry of Barack Obama birth certificate truthers, but it will convince everyone else that this rumor has wasted far too much time already.  Lori Starfelt, a member of the PUMA movement in the Democratic Party opposed to Obama’s nomination, nevertheless found a birth announcement in an August 1961 edition of the Honolulu Advertiser — and guess who the paper congratulates for their new addition?

Hey, he's really Hawaiian!

Unfortunately, as Weigel discovers at the site that found this, it doesn’t stop the madness:

Well, that’s it. Game over: Obama was born in the States. Or… [cue Bernard Hermann sting] was he? This image actually comes from Obama conspiracist TexasDarlin, who appends it with 12 questions. Such as…

Although this announcement suggests his parents were married, that’s still an open question.

Have you noticed that there are no photos of Obama as an infant?

Barack Obama’s original birth certificate likely contains something that embarrasses him, or something that could be problematic for him legally, such as an indication of dual nationality. I STILL think he needs to produce a hard copy of the original Birth Certificate, or he looks like he’s hiding something.

The only issue for which a birth certificate is germane is the question of Obama’s eligibility for office as a native-born citizen. Obama’s campaign already released a copy of their Certificate of Live Birth which shows his eligibility, and the blurb in the Honolulu Advertiser confirms the data on the COLB.   Obama has been confirmed as Constitutionally eligible for the office he seeks.

Undoubtedly, this will not stop the speculation among conspiracy theorists.  Taking a spin through the comments and the trackbacks at the site, one title actually says in part, “Mystery continues.”  Unless someone wants to argue that the Advertiser decided to participate in a conspiracy at Obama’s birth in 1961 to provide false citizenship on the off-chance that an infant from a union of a Kenyan father and a teenage mother would run for President, then I’d say the “mystery” is over.

 Voir enfin:

http://myveryownpointofview.wordpress.com/2010/05/28/extra-extra-announcing-obamas-birth/

Extra, Extra, Announcing obama’s Birth

I promise you that this piece has information not posted anywhere before. This work is exclusive to this blog.  Material published elsewhere after the date of this article, should probably  cite this work.

This blog post is about the research I have done into the history, microfilms and stories connected to the newspaper birth announcements of obama’s birth.

I realized quite some time ago that no one had done comparisons on copies from multiple libraries -personally collected- on a large scale.  I set off to do so.
My main goal originally was to look for any obvious anomalies.
Second, the frequency of the two papers posting the birth announcements in exact order within a day or two of publication.
Third, anything that jumped out as being out of place, or dissimilar between the copies from each location.

I will begin with a very abbreviated history on the discovery of the infamous obama newspaper birth announcements, followed by my own experiences and the materials that I’ve collected which are relevant to the research in this post.  So, basically this is written somewhat like a a journal.  There are a total of four different posts, and a “supporting” page of PDF’s titled “The Wheat and the Chaff”. (over in the right hand column).

The links to the other three posts are below:

http://myveryownpointofview.wordpress.com/2010/07/27/ya-cant-always-get-what-ya-want/ http://myveryownpointofview.wordpress.com/2010/06/06/graphs-and-stats/                                                                     http://myveryownpointofview.wordpress.com/2010/06/09/wheres-sherlock-holmes-when-you-need-him/

First, the back story.

The History:

Shortly after obama’s “COLB” appeared on his campaign website, many people claimed that it was fraudulent, and demanded that he produce his original long form BC.  That never happened.  Instead, an intrepid PUMA doing research made the discovery of the now famous obama birth announcement that apparently appeared in the Aug. 13,1961 Honolulu Advertiser.  This was “discovered” by Lori Starfelt, who made the claim that she was sent the copy by the Hawaii State Library.

This is what I was able to find on our friend Starfelt, written by a columnist  :


BREAKING UPDATE: “LORI STARFELT” IS SAID TO HAVE PASSED AWAY.   MARCH 16th 2011, FROM UTERINE CANCER.  THERE WERE CONDOLENCES WRITTEN ON “HER” BLOG, AND A MEMORIAL DATE SET FOR ONE MONTH AFTER SHE PASSED AWAY.  NO OBITUARIES, ETC. WERE FOUND.  THIS FILMMAKER DIED THE DAY BEFORE DONALD TRUMP BEGAN HIS SUPPORT OF THOSE WHO QUESTION OBAMA’S ELIGIBILITY.

“This announcement was not found by, as might be expected, the usual suspects (the “Obamania media” as they’re known by some), but by one researcher trying to prove that Obama wasn’t born in the U.S: Lori Starfelt, who’s part of a team creating an anti-Obama documentary for the pro-Clinton PUMAs.  It was posted by “TexasDarlin,” another person researching this issue.
I’ve got to hand it to these people.  Even if their effort is only to going to lead to the conclusion that he is a citizen (which, with this announcement, would seem to be closer and closer to the case), they’re pretty good researchers.  I think rooting out possible corruption and deception is not a bad thing.
So, the announcement was published.  To those who will question its authenticity, Lori (Starfelt), the researcher, explains:
“In 1961, the hospitals would take their new birth certificates to Vital Records. At the end of the week, Vital Records would post a sheet that for the news paper to pick up that contained births, deaths, marriages and divorces. The Advertiser routinely printed this information in their Sunday edition. This is not a paid announcement that his grandmother could arrange. This is information that comes from Vital Records – we know this because this particular section reflects those records. They didn’t have a provision for paid, one sentence announcement that would be included in the Vital Records. At the time, if a child was born outside a hospital, the family would have 30 days to apply for a birth certificate and Vital Records would expect to see prenatal care records, or pediatrician records of the first check up, etc. They’d also want the notarized statement from the mid-wife. Of course, they can apply later but that would noted as a different kind of birth certificate. I think TD has already addressed that. This information was received by Vital Records the first week of his birth = that suggests the hospital.”

Or does it?  One very notable thing going on in her “statement” is that she seems to have been able to effortlessly get answers that no one has been able to get since.  If you try to get this info from the newspapers, the hospitals or from the Department of Health in HI, you will not get a straight answer.  But Lori Starfelt got one.  And, she actually got an almost PRISTINE copy of the announcement.  Now,  we don’t REALLY know where she obtained it from, she claimed that it was given to her by the Librarian at the State Library in Honolulu.

Just a day or so after Lori’s discovery was published, along came the second birth announcement, this one was supposedly discovered by someone with the online nic- name Koa,  IN PERSON and also at the HI State Library.  Below was from a poster at the FreeRepublic blog who copied and pasted Koa’s account of the discovery:

“Source of announcement: In posting that announcement, the user stated as follows:”

“Here’s a copy I made today of the August 14th (could have been the 15th or 16th), 1961 Star Bulletin newspaper showing Obama’s birth announcement stored on microfilm at the Hawaii State Library in Honolulu. I had to enlarge it to the point of losing the top of the page with the date and day in order to make it readable. The microfilm is stored in the basement of the library and was in the box marked Star Bulletin Aug 1, 1961-Aug 16, 1961. …”

This was the Aug. 14,1961 Honolulu Star Bulletin announcement-the one on the right above.  Just click to enlarge.

Honolulu Advertiser, closeup of original announcement thats posted above left (I note the bottom of the letters in “Obama” are cut off):

Now, you will notice that in this example (from a pro-obama google webcache) is the “same” ad as above, only it looks a bit different: No dotted lines, letters have been restored and do not appear “chopped off”, heavy line under Asing announcement missing, periods added to the “A M  Hatchle” announcement”. Nice and shiny.

In a Jan. 7, 2010 article in WorldNetDaily I found the following:

“The Advertiser and Star-Bulletin began collaborating on reporting birth announcements in 1961. On June 1, 1962, they signed a Formal Letter of Agreement to create the Hawaiian News Agency to jointly publish both papers, an agreement that remains in place even today.

A comparison of the Obama birth announcement in the two newspapers shows they are identical in every detail, including the order of other announcements preceding and following the Obama listing.

Birth announcements from the Star-Bulletin (left) and Honolulu Advertiser (right), with Barack Obama’s announcement marked

WHY DID I HIGHLIGHT THE STATEMENT IN THE WND ARTICLE?

It has been advanced many, times that there is more weight to this “proof” because the announcements appeared in both papers one day apart, presumably because both papers are thought to have always published the same birth announcements.  So, if it is in one paper it is in the other.

That erroneous presumption was corrected early on by other researchers who found that identical listing of these announcements was not typically the case.

Now for some more news,

I own a set of paper copies of both of these newspapers (copied from microfilm) that were personally collected for me by a close friend.  The copies that I own are from both the Honolulu Advertiser and the Star Bulletin, and were collected from BOTH Hawaii libraries that have the micro films, the State Library and the University Library.  These were collected early March 2010. I also own a set of these paper copies from the Library of Congress in Washington DC, that I personally collected in 2010.  The dates for each set are from July 23,1961  through September 8, 1961.  I wish to make it clear that I am not claiming to have the microfilm rolls-I have the paper copies made while viewing the microfilms.  The viewer has a printer that allows you to print the image on the screen.

LET ME MAKE A STATEMENT HERE.  THE IMAGES OF THE ANNOUNCEMENTS FIRST POSTED (SHOWN ABOVE) DO NOT MATCH THE CONDITION OF THE COPIES THAT I OWN.   IN FACT, THE COPIES THAT I HAVE FROM HAWAII ARE CLEARER AND HAVE LESS SIGNS OF WEAR IN THE STAR BULLETIN OF THE SAME DATE, SUPPOSEDLY FROM THE EXACT SAME LOCATION.

But the Advertiser is definitely in much worse shape.  It has damage marks that run both diagonally and horizontally.  The diagonal marks are odd, the film only slides between two glass plates and is otherwise stationary.  I looked into the history of microfilms and found out that these are very tough films, meant to last “99 years”. Where you see the dotted line above obama’s announ. in the first ever online posted image, on my copy of the Advertiser from the same location there are significant lines obscuring that area. Additionally, the bottom of the letters in”obama” are not cut off as they appear to be in the original image.  The “a” at the end of obama appears slightly tilted and lower than the rest of that letters in that line.

Clearly, one would NOT expect these microfilms to morph in precisely this way.  I mean one gets better, one gets worse – by scratches appearing that cover an area that has repeatedly been pointedout as having a strange “dotted line” above the obama announ.  The copies from the University Honolulu Advertiser are in excellent condition.  Almost as clear as the Starfelt image.

I will say straight out that the stories from both “Lori Starfelt” and “Koa” are misleading and in the case of “Koa” a complete lie.  So, the stories of the first “discoveries” are actually complete fabrications.  I do not know if Starfelt intentionally lied, but that copy she emailed to TexasDarlin could absolutely not have come from the source she claimed to have been told it had.  And Koa outright made that story of his/her discovery up.  The images from the copies we collected prove this beyond doubt.  Additionally, Koa seemed to know nothing of the process of viewing the film on the reader-in fact had no idea about the dates on the film he/she supposedly handled in person.

Some other observations that I personally am in the unique position of being able to make:

The films are on reels dated from the first of the month to the 15th., then from the 16th. to the last day of the month.

The Honolulu Advertiser published both an am and pm edition each day.

The boxes in the Library of Congress were in very good condition.  The boxes of the Honolulu Adver. in both HI locations were quite worn, while the boxes for the Star Bulletin in both HI locations were in very good condition.

The box containing the Aug. 1-15, 1961 Honolulu Star Bulletin in the Library of Congress in Washington DC. has the original reference numbers scribbled out and rewritten in black ink. (Taken with my cell phone)  The Star Bulletin films were in boxes marked: Micro Photo Inc. 1700 Shaw Ave. Cleveland12, Ohio.  The Honolulu Advertiser films were in a box marked: Recordak Corp. 444 Madison Ave. New York, NY.

http://myveryownpointofview.files.wordpress.com/2010/05/photo1.jpg?w=497

The Aug. 1 -15 1961 Star Bulletin microfilm at the Library of Congress has a slice down the center of the film, it begins at the identifying “LC” punch outs on the end of the film.  Sorry, my photo of this is not very clear.  The slice down the center is actually very straight and deep.  I ran my fingernail across lightly and it caught up in the slice.  UPDATE: I neglected to mention before that when I examined this film on site I did unroll it over a yard to determine how long the slice was.  It was on the entire portion that I unrolled, and did appear to continue-I didn’t want to be too obvious, so I didn’t unroll it further than that off of the spool.

At the University Library in Honolulu the staff delivers the film and also replaces it.  You are not under any observation while handling the film. No library card needed.

At the State Library in Honolulu you collect the film and return the film yourself.  Other than some rude staff members making snide comments about my friend, and presumably to him, as he was able to hear said comments (having the leisure time to do so may be one reason that HI has the Library staff on furlough days) he was unsupervised while making copies.  Copies at that library require inserting COINS into the viewer copy machine.  No Library card needed.

At the Library of Congress you must pass through security upon entering the Library.  You must obtain a Library card.  You must fill out a request form and the films are delivered to a table which you indicate on the form.  You return the films to a special area yourself.  You are unsupervised while making copies.  You must have any purse or bag/backpack glanced into upon leaving at he main entrance, otherwise you do not go through “security” again.

My friend felt it would be a very simple matter to make a switch of films in either HI Library.  I can confirm the same would be the case even with the Library of Congress in spite of the “security” checks.

OK, so now that we have all of that out of the way I will put up the PDFs containing  images of the copies for Aug. 13, 1961 Honolulu Advertiser, and the Aug. 14, 1961 Star Bulletin that I have from the Library of Congress, both of the Hawaii Libraries.  You can do the math yourself.  These are kind of huge, so just adjust the size.  Some are copied in sections so that the top of the page including date, page number, ect. are included.

ADDITIONAL APOLOGIZES:  I DON’T HAVE THESE IN THE FORMAT I WANT,  I AM STILL WORKING THE BUGS OUT.  SORRY THAT YOU HAVE TO CLICK ON PDFs!

Library of Congress, DC, Honolulu Advertiser0001

Library Of Congress, DC, Honolulu Star Bulletin0001

Library Of Congress, DC, Honolulu Star Bulletin0002

University Library, Honolulu, Honolulu Star Bulletin0003

University Library, Honolulu, Honolulu Star Bulletin0001

University Library, Honolulu, Honolulu Advertiser0001

State Library, Honolulu, Honolulu Star Bulletin0001

State Library, Honolulu, Honolulu Star Bulletin0002

Honolulu State Library, Honolulu Advertiser -1 of 20001

Honolulu State Library, Honolulu Advertiser-2 of 20001

OBSERVATION:  The PDFs for the Library of Congress-Honolulu Advertiser shows no “periods” after the A M Hatchie announcement (two below obama’s).  At 400% blown-up there are no “periods”.  In the copy from the HI University Library they are crystal clear at the size the PDF opens in. In the HI State Library Honolulu Advertiser, the periods appears to be there as well, though harder to make out. Since that is the most “degraded” of the microfilms, if those are visible there, they should be on the Library of Congress copy also.  AND: in the first ever posting of the obama announcement-the last name is spelled Hatchle, NOW in every copy I’ve seen it appears as Hatchie.  So, again-clear differences between the copies at different locations.  All aspects of the text should be the same in all papers/microfilms.

Here’s where I throw a monkey wrench into the wheels turning in your mind.  I will post PDFs of these next images.  See how quickly you pick up what you are looking at.  This is page 23 from the Star Bulletin on Aug. 14, 1961.  Tip: obama’s birth announcement appears on page 24,  Aug. 14, 1961 in the Star Bulletin.

University Library, Honolulu, Honolulu Star Bulletin0002

University Library, Honolulu, Honolulu Star Bulletin 230001

Library Of Congress, DC Honolulu Star Bulletin-23-10001

Library OF Congress, DC, Honolulu Star Bulletin, 23-20001

YEP, you got it in one.  The film shows that page 23 was imaged twice.  What is most notable about this is that the same exact page was not imaged twice, but page 23 was laid out twice as you can clearly tell from the images in the copies.  It is this way on the Library of Congress copy and the University Library in HI, I do not know if the film in the other HI library has the same occurrence because my friend did flub that copy….not sure he was looking at the instruction page that day.  Sigh.  Now, remember that this is the page that appears immediately before the page obama’s birth announcement is published on.

Remember back when I highlighted this statement in the article from WND: A comparison of the Obama birth announcement in the two newspapers shows they are identical in every detail,including the order of other announcements preceding and following the Obama listing.“ ???

I will explain why I highlighted that snippet.

It has been advanced that both papers printed identical lists as the general rule.  As I mentioned before, this was pointed out to add more “weight” to the “proof ” these newspaper birth announcements lend to obama’s birth story.  As it turns out it was done more or less sporadically.  I pulled a sample size of ten days from each paper.  I began the splendidly tedious process of comparing the incidence of the same birth announcements being listed in both papers.  Mainly with an eye towards how often they matched in exact order.The only time this occurred in that particular way within the ten days that I researched, was on the dates that had obama’s birth announcements.

And I even took the extra steps of comparing editions to a three day range (edition before, same date, edition after) of the sister publication.  So, I tried to cover all the bases in a fair comparison.

So.  The ONE and ONLY time that the two papers published the birth list, beginning at the first announcement, in exact descending order, was the editions that obama’s birth announcement appeared in.  This was indeed the only time that these announcements were printed this way, as the closest the papers came to doing this again never had all the same names listed in the exact same order.  I figured the ten day sample would give conclusive data as to if this was uncommon.

This also shows that the story Starfelt gave about how these announcements got to the newspapers was false.

I eventually finished comparing the two month range of birth announcements that I have – nowhere did ALL of the announcements match the next days announcements in the sister paper as they did on the days where obama’s announcements are listed.    I also checked the copies for Jan. 15 1961 – all of Feb. ’61, and the phenomenon did not occur during that time frame either.

7/7/10  I added a new post with the images of the copies that were used in this comparison process, there is also a “Page” in the column on the right with these same PDFs which will open to a much larger, easier to read size:

http://myveryownpointofview.wordpress.com/2010/07/07/the-wheat-and-the-chaff/

And I must mention, I didn’t forget the Nordyke twins birth announcement.  Remember that it was given to this blog by a Citizen Investigator, and this is the first blog that published that image for public view. http://myveryownpointofview.wordpress.com/2010/01/07 While I was looking at my newest Library of Congress copy of the Aug. 16 1961 (the date the Nordyke twins announcement appears) I happened to notice that off to the side a few columns over was what looks to be a fingerprint.  It’s in scale with the newspaper, not the viewer.  It’s NOT in the copies from each location.  The theory is that these came from a master reel-all of the microfilms.  When a “fingerprint” is in one, it should be in all.  Yes?

Aug. 16 19610001

Ponder this over:  No one can access the Certification Of Live Birth (COLB) presented as proof of obama’s birth in HI.  But they cannot restrict the public’s access to these microfilms.

It is truly remarkable how these are morphing since first being discovered, allegedly, at the State Library in Honolulu HI, is it not?

11/22/2010 Quick Note: A short summary of this post, combinbed with info from the most recent trip into HI at this link: http://myveryownpointofview.wordpress.com/2010/09/18/round-pegs-in-square-holes/

I put up a You Tube vid showing a woman ordering her long form birth certificate in July 2010 ~ in Honolulu HI.  The Video Is At The Bottom Of That Post: http://myveryownpointofview.wordpress.com/2010/10/14/some-tropical-truth/

Special thanks to some  wonderful and dedicated  associates that have worked on this data as well.  Big thanks to Redpill for spreading the word.  The Network Of Knowledge.  Dig it.

Extra giant thank you to TsunamiGeno for his hard work on behalf of his old friend…me.  I know how difficult this had to have been, boy do I ever!

I WISH TO STATE THAT I AM NOT MAKING A CLAIM THAT I HAVE FACTUAL PROOF THESE MICROFILMS CONTAINING BIRTH ANNOUNCEMENTS FOR obama ARE TAMPERED WITH.   I HAVE DISPLAYED ON THIS BLOG, OVER FOUR SEPARATE POSTS, A PORTION – THAT MOST DIRECTLY RELATING TO obama’s BIRTH ANNOUNCEMENTS – OF THE MATERIAL THAT I HAVE COLLECTED.  I HAVE DIRECTLY SHARED COPIES AND PDF’S OF MY RESEARCH WITH OTHERS WHO ARE INTERESTED IN DOING THEIR OWN RESEARCH, THEIR CONCLUSIONS AND OR CLAIMS ARE HOWEVER, THEIR OWN.

I DO NOT ENDORSE ANY CLAIMS MADE BY ANY OTHER PERSON/PERSONS IF THOSE “CLAIMS” ARE NOT INCLUDED IN MY OWN RESEARCH WORK PRESENTED IN THIS BLOG.

Here is a link to a fairly recent article about the archives housed by the newspapers.

http://thinktech.honadvblogs.com/2010/03/09/where-will-all-the-archives-go/

~ by ladysforest on May 28, 2010.

Posted in Uncategorized
Tags: , , , , , , , , , , ,

Ce SiteTous les Sites


Elimination de Ben Laden: Le Figaro révèle l’incroyable faute de Bush (When all else fails, blame Bush !)

13 mai, 2011
All good things abroad are due to Obama himself; all bad things are still the blowback from George W. Bush. (…) The protocols for taking out Osama bin Laden were all established by President Bush and all opposed by Senator and then candidate Obama. (…) In sum, Senator Obama opposed tribunals, renditions, Guantanamo, preventive detention, Predator-drone attacks, the Iraq War, wiretaps, and intercepts — before President Obama either continued or expanded nearly all of them, in addition to embracing targeted assassinations, new body scanning and patdowns at airports, and a third preemptive war against an oil-exporting Arab Muslim nation — this one including NATO efforts to kill the Qaddafi family. The only thing more surreal than Barack Obama’s radical transformation is the sudden approval of it by the once hysterical Left. In Animal Farm and 1984 fashion, the world we knew in 2006 has simply been airbrushed away. Okay, the public perhaps understands all that hypocrisy as the stuff of presidential politics. But I think it will not quite accept the next step of taking full credit in hyperbolic first-person fashion for operations that would have been impossible had his own views prevailed. Victor Davis Hanson
C’est quand même un soi-disant assassinat de Ben Laden… « Soi disant » car on on ne la pas tué et ce n’est pas lui…. Véronique Sanson
In the intelligence business you work from a lot of sources of information, and that was true here. We had a multiple source — a multiple series of sources — that provided information with regards to this situation. Clearly, some of it came from detainees and the interrogation of detainees. But we also had information from other sources as well. So, it’s a little difficult to say it was due just to one source of information that we got. (…) they used these enhanced interrogation techniques against some of these detainees. But I’m also saying that, you know, the debate about whether we would have gotten the same information through other approaches I think is always going to be an open question. Leon Panetta
La CIA a cessé de recourir au « waterboarding » en 2004 après avoir utilisé cette pratique sur Khaled Cheikh Mohamed et deux autres détenus seulement. Le président démocrate Barack Obama l’a fait interdire dès son arrivée à la Maison-Blanche en 2009. Selon John McCain, aucun des trois détenus soumis au « waterboarding » n’a fourni l’identité réelle du messager d’al-Qaida qui jouait les intermédiaires avec le reclus d’Abbottabad et avait permis de remonter jusqu’à Oussama Ben Laden. L’ancien « attorney general » Michael Mukasey a toutefois affirmé que Khaled Cheikh Mohammed avait bien révélé à ses interrogateurs le surnom donné au messager de Ben Laden, « ainsi que de très nombreuses informations dont certaines ont permis de neutraliser des complots terroristes en cours ». Le Point
Après avoir volé la présidence des Etats-Unis, George W. Bush, le plus mauvais président depuis Herbert Hoover, Bush fils aimerait bien s’approprier l’élimination de Ben Laden. Il est resté silencieux, mais ses alliés et ses hagiographes voudraient faire croire que les Etats-Unis ont abattu l’ennemi public numéro 1 grâce à la torture et donc à une politique systématique de violation des conventions de Genève mise en place et validée par lui. Or rien ne pourrait être plus loin de la vérité. Et le plus réjouissant, dans cette histoire, c’est que John McCain, pas exactement un allié de Barack Obama, membre du même parti que W., vient de dénoncer le comportement de 43rd, devant le Sénat, avec une force inhabituelle. (…) Cette victoire de Barack Obama ne sera pas volée par celui qui a commis le plus grand vol de l’histoire politique américaine. C’est une consolation. Tardive, mais néanmoins une consolation. Jean-Sébastien Stehli

Plus incroyable que moi, tu meurs!

A l’heure où le plus rapide prix Nobel de la paix de l’histoire est salué par nos médias unanimes pour une élimination ciblée qui en d’autres temps auraient vu leurs auteurs républicains ou israéliens trainés dans la boue …

Et où, outre-Atlantique, le débat fait rage face à la rare élégance dont, tout en risquant de tout compromettre par son refus jusqu’ici d’en publier les photos, un président en poste depuis deux ans et demi à peine s’attribue le succès rendu possible par 10 années de traque

A lire d’urgence, après les divagations conspirationnistes de notre Véronique Sanson nationale , sur le blog des deux correspondants américains du Figaro…

Cette magistrale leçon de journalisme!

Où, après Le Point qui crédite un président qui avait non seulement repris mais renforcé la quasi-totalité des mesures antiterroristes si âprement condamnées chez son prédécesseur de l’interdiction dès son arrivée à la Maison-Blanche en 2009 d’une méthode d’interrogatoire à laquelle la CIA avait cessé de recourir…. depuis 2004 !

L’on voit, « après avoir volé la présidence des Etats-Unis, le plus mauvais président depuis Herbert Hoover » accusé (sur la base d’un point de vue du sénateur McCain qui ne mentionne pas une seule fois le nom dudit président comme de déclarations du nouveau chef de la CIA qui avoue ses doutes sur les causes exactes des confessions du terroriste ayant permis la localisation du protégé des services secrets pakistanais) de faire l’apologie de la torture… par son seul silence !

Et de vouloir s’approprier l’élimination de Ben Laden… par son simple refus d’assister au numéro si discrètement électoraliste de celui qui il y a quelques mois à peine prétendait imposer la construction d’un lieu de culte… aux propres victimes et sur le lieu même du plus grand forfait de la prétendue religion du Livre!

Ground Zero: l’incroyable faute de G. W. Bush

Véronique Saint-Geours

le 7 mai 2011

Avec l’élimination d’ Oussama Ben Laden, G.W. Bush aurait pu refermer de façon publique son dossier américain 9/11. Informé par 44th juste après l’opération, il a refusé de se tenir aux côtés de Barack Obama, pour la cérémonie de jeudi à Ground Zero où le président a rendu hommage aux victimes du chef d’Al Qaida tué par les Navy Seals. Derrière la prétendue courtoisie affichée pour ce refus faut-il voir une nouvelle bêtise ou une faute politique grave?

Si Barack Obama lui a proposé d’être à ses côtés à Ground Zero c’était pour en faire un moment fusionnel et intimiste favorable à l’image de la vie politique US. La vision des anciens présidents réunis est un symbole que les Américains aiment et qui célèbre la continuité de l’institution. Refuser et le faire savoir est donc une mauvaise façon et une manifestation réductrice à l’égard de la cérémonie organisée par la Maison Blanche.

Les raisons invoquées du refus sont plausibles et insuffisantes.

1- Il est dans sa thébaïde post mandat et s’est fixé une règle de ne pas intervenir dans la vie politique.

2- Il laisse le terrain à celui qui a réussi et bouclé l’opération d’élimination- alors que lui-même à partir de 2007- avait décidé de donner la priorité au combat global plutôt qu’à cet objectif singulier. Après la « Mission accomplie », funeste souvenir sans doute.

Le 9/11 occupe une place symbolique tellement hors norme dans la vie américaine que ces deux motifs sont faibles en regard de l’image qu’aurait produite ce moment fusionnel, intimiste et bipartisan. C’est raté. Le monde entier et les Américains retiendront la vision d’un Obama seul en prière devant Ground Zero alors qu’on est à l’aube du dixième anniversaire du 9/11.

Pourquoi est-ce une faute politique?

1- Ce n’est pas l’Amérique! On ne refuse pas l’invitation du président. L’Amérique se rassemble sur les grandes causes dans une prière collective toutes opinions confondues. C’est « petits bras » et sectaire. C’est aussi étriqué que sa victoire recomptée…en Floride.

2- Bush était le président du 9/11 et on ne peut oublier son passage, casque sur la tête avec les pompiers ni les mots qu’il a prononcés contre Oussama Ben Laden se jurant de l’exterminer. Etre là jeudi c’était refermer le livre. Son absence signale son vide. Cela ne crée aucune sympathie autour de lui et par extension envers les Républicains.

4- Certes, Obama est le président de tous les Américains- Démocrates et Républicains confondus- mais la présence de W. Bush aurait gravé la continuité de l’action présidentielle au delà de l’esprit partisan. Sont morts dans les Twin Towers autant de Républicains que de Démocrates. Et pareil pour les pompiers et les secours.

5- Son absence- qu’il le veuille ou non- laisse toute la place à Barack Obama avec les images qui restent. Le silence sidéral qui vient du GOP a laissé place à des récupérations indignes sur le sens et la valeur de la torture. Alors que la campagne 2012 est sur les rails c’est vraiment rater un coche que personne ne lui aurait reproché d’avoir emprunté.

Voir aussi:

Ben Laden: le mythe du succès de la torture

Jean-Sébastien Stehli

le 5 mai 2011

Alors que Barack Obama aurait dû traîner (sic) les responsables de l’utilisation de la torture contre les « ennemis combattants » et ceux qui ont concocté les justifications juridiques de son utilisation, il a préféré, selon ses propres mots, « regarder de l’avant que derrière ». Dommage. Cela aurait sans doute évité que cette pratique barbare, en violation de toutes les lois de la guerre et de la Convention de Genève relative aux prisonniers de guerre, ne se reproduise un jour.

Mais, ces derniers jours, le plus insupportable a été l’affirmation par les conservateurs que la torture avait permis d’attraper Ben Laden. C’est purement et simplement un mensonge gros comme ceux qui le profèrent.

Depuis l’annonce de la mort de Ben Laden, on entend de plus en plus fort le fait que ce serait la torture du lieutenant du chef d’Al Qaeda, Khalid Sheik Mohammed (KSM), qui aurait permis d’obtenir le nom du messager qui reliait Ben Laden au monde extérieur. C’est ce courrier que les agents de la CIA ont ensuite suivi pendant de longs mois pour arriver jusqu’au terroriste.

Pourtant, rien n’est plus absurde et faux. La torture n’a rien à voir dans le succès de l’opération. C’est presque le contraire.

D’abord, ce qui serait à mourir de rire, si ce n’était pas aussi déprimant, les Républicains essaient de s’emparer de cette victoire en faisant l’apologie de la torture. Ils n’ont rien d’autre à saisir pour pouvoir dire que c’est en partie grâce à eux que Barack Obama enregistre ce beau succès.

Pathétique.

Ensuite, ils peuvent le répéter des milliers de fois, comme John O’Reilly sur Fox, ou Rush Limbaugh, ça ne sera pas pour autant la vérité: rien n’est sorti de la torture.

Le New York Times affirme ainsi que ce n’est pas pendant les séances de torture, mais des mois plus tard que KSM a donné le nom du coursier, lors de séances classiques d’interrogatoire. Donc, le responsable d’Al Qaeda n’a rien révélé sous le torture de l’eau. Il a préféré donner un nom dans des conditions plus humaines. Mieux, La CIA a révélé que la torture avait souvent produit des mensonges. En 2007, le lieutenant de Ben Laden révèle qu’il y a peut-être un messager, mais il faut attendre quatre ans de plus pour que son nom soit livré.

Bref, ce n’est pas en s’abaissant au niveau de Ben Laden que les Américains ont retrouvé la piste du terroriste. C’est simplement en multipliant les agents sur le terrain que finalement, l’été dernier, une piste s’est révélée. C’est le travail traditionnel de recherche de l’information qui a conduit les militaires jusqu’aux rebelles. Une vérité sans doute difficile à avaler pour ceux qui ont fait du mensonge leur langue de prédilection.

 Voir également:

 John McCain se paie George W. Bush

Jean-Sébastien Stehli

le 12 mai 2011

Après avoir volé la présidence des Etats-Unis, George W. Bush, le plus mauvais président depuis Herbert Hoover, Bush fils aimerait bien s’approprier l’élimination de Ben Laden. Il est resté silencieux, mais ses alliés et ses hagiographes voudraient faire croire que les Etats-Unis ont abattu l’ennemi public numéro 1 grâce à la torture et donc à une politique systématique de violation des conventions de Genève mise en place et validée par lui.

Or rien ne pourrait être plus loin de la vérité. Et le plus réjouissant, dans cette histoire, c’est que John McCain, pas exactement un allié de Barack Obama, membre du même parti que W., vient de dénoncer le comportement de 43rd, devant le Sénat, avec une force inhabituelle. Les paroles de l’ex-candidat à la Maison Blanche en 2008, ont un poids très important. Il a été prisonnier de guerre au Vietnam pendant cinq ans, torturé à de multiples reprises par ceux qui le détenaient. Il a donc une petite idée sur la validité de la torture.

« Le public reçoit tant de désinformation que j’ai demandé au directeur de la CIA, Leon Panetta, quels étaient les faits, » a expliqué McCain à ses collègues du Sénat et donc à l’Amérique toute entière. La réponse de la CIA: Non seulement le proche de Ben Laden, Khaled Sheik Mohammed, soumis 183 fois au supplice de la baignoire, n’a rien révélé sur l’identité du messager qui a permis à l’Agence de renseignement de localiser Ben Laden, mais les informations obtenues sous la contrainte se sont avérées totalement fausses.

« Ce n’est pas la torture, ni les punitions cruelles ou inhumaines, qui ont permis d’obtenir des indices qui nous ont finalement conduits jusqu’à Ben Laden, » a affirmé le sénateur de l’Arizona. « Chaque parti devrait présenter sa thèse, mais sans inventer les faits. » C’est comme une gifle décochée à Bush.

Et les prochaines audiences de confirmation, devant le Sénat, de Leon Panetta, qui devient Secrétaire à la Défense, et du général Petraeus, futur chef de la CIA, devraient faire encore un peu plus de lumière sur l’élimination de l’Ennemi public numéro 1. Cette victoire de Barack Obama ne sera pas volée par celui qui a commis le plus grand vol de l’histoire politique américaine. C’est une consolation. Tardive, mais néanmoins une consolation.

Voir enfin: 

The First-Person Presidency

Victor Davis Hanson

National Review Online

May 11, 2011

Here are a few excerpts from President Obama’s speech on Sunday night about the killing of Osama bin Laden.

“Tonight, I can report . . . And so shortly after taking office, I directed Leon Panetta . . . I was briefed on a possible lead to bin Laden . . . I met repeatedly with my national security team . . . I determined that we had enough intelligence to take action. . . . Today, at my direction . . . I’ve made clear . . . Over the years, I’ve repeatedly made clear . . . Tonight, I called President Zardari . . . and my team has also spoken. . .These efforts weigh on me every time I, as Commander-in-Chief . . . Finally, let me say to the families . . . I know that it has, at times, frayed. . . .”

Most of these first-person pronouns could have been replaced by either the first-person plural (our, we) or proper nouns (the United States, America). But they reflect a now well-known Obama trait of personalizing the presidency.

The problem of first-personalizing national security is twofold. One, it is not consistent. Good news is reported by Obama in terms of “I”; bad news is delivered as “reset,” “the previous administration,” “in the past”: All good things abroad are due to Obama himself; all bad things are still the blowback from George W. Bush.

Two, there is the small matter of hypocrisy. The protocols for taking out Osama bin Laden were all established by President Bush and all opposed by Senator and then candidate Obama. Yet President Obama never seeks to explain that disconnect; indeed, he emphasizes it by the overuse of the first person. When the president reminds us this week of what “over the years I’ve repeatedly made clear,” does he include his opposition to what he now has institutionalized?

Guantanamo proves to have been important for gathering intelligence; Barack Obama derided it as “a tremendous recruiting tool for al-Qaeda.”

Some key intelligence was found by interrogating prisoners abroad; Barack Obama wished to end that practice: “This means ending the practices of shipping away prisoners in the dead of night to be tortured in far-off countries, of detaining thousands without charge or trial, of maintaining a network of secret prisons to jail people beyond the reach of law.” “That will be my position as president. That includes renditions.” Renditions have not ended under Obama, but expanded.

In some cases we are trying suspects through military tribunals; here again, Barack Obama used to deplore the practice he now has adopted: “a flawed military-commission system that has failed to convict anyone of a terrorist act since the 9/11 attacks and that has been embroiled in legal challenges.”

Senator Obama complained about airborne attacks on the Afghanistan-Pakistan borderlands. President Obama increased Predator assassination attacks fivefold. He has killed four times as many terrorist suspects by Predators in 27 months as did President Bush in eight years.

In January 2007 — three weeks after President Bush announced the surge — Senator Obama introduced the “Iraq War De-escalation Act of 2007.” If it had passed, that law would have removed all troops from Iraq by March 2008. Obama derided the surge in unequivocal terms both before and after its implementation: “I don’t know any expert on the region or any military officer that I’ve spoken to privately that believes that that is going to make a substantial difference on the situation on the ground.” “Here’s what we know. The surge has not worked.”

Candidate Obama criticized warrantless wiretaps, in accusing the Bush administration in the harshest terms: “This administration acts like violating civil liberties is the way to enhance our security. It is not.” A disinterested examination of present policy regarding both wiretaps and intercepts would show no change from the Bush administration, or indeed considerable expansion of the use of these tools.

If one wonders why former President Bush did not attend ceremonies with President Obama this week in New York, it might be because of past rhetoric like this about policies Obama once derided and then codified: “I taught constitutional law for ten years at the University of Chicago, so . . . um . . . your next president will actually believe in the Constitution, which you can’t say about your current president.” George Bush did not believe in the U.S. Constitution?

In sum, Senator Obama opposed tribunals, renditions, Guantanamo, preventive detention, Predator-drone attacks, the Iraq War, wiretaps, and intercepts — before President Obama either continued or expanded nearly all of them, in addition to embracing targeted assassinations, new body scanning and patdowns at airports, and a third preemptive war against an oil-exporting Arab Muslim nation — this one including NATO efforts to kill the Qaddafi family. The only thing more surreal than Barack Obama’s radical transformation is the sudden approval of it by the once hysterical Left. In Animal Farm and 1984 fashion, the world we knew in 2006 has simply been airbrushed away.

Times change. People say one thing when they are candidates for public office, quite another as officeholders with responsibility of governance. Obama as president naturally does not wish to be treated in the manner in which he once treated President Bush. Conservatives might resent Obama’s prior demagoguery at a critical period in our national security, as much as they are relieved that he seems to have grown up and repudiated it.

Okay, the public perhaps understands all that hypocrisy as the stuff of presidential politics. But I think it will not quite accept the next step of taking full credit in hyperbolic first-person fashion for operations that would have been impossible had his own views prevailed.

 


Elimination de Ben Laden: Comment transformer une victoire en aveu de culpabilité ou d’impuissance (How America’s most calamitously pc president could botch its greatest triumph)

6 mai, 2011
Shameless Obama at GZDu temps du règne du général-président Pervez Musharraf, on avait coutume de dire que Ben Laden était son «assurance-vie» puisque de dictateur militaire paria, Musharraf était devenu après le 11-Septembre l’allié indispensable de l’Occident et donc qu’il le protégerait pour justifier son importance. La plaisanterie courante était que la meilleure planque de Ben Laden était sans doute une des maisons sécurisées de l’ISI, les puissants services de renseignements pakistanais. François Chipaux
AMERICA IS BACK Le Point
C’est un triomphe pour Barack Obama, qui a, comme toujours, la victoire modeste. Sa stratégie de lutte ciblée contre Al-Qaida porte ses fruits, en rupture avec la désastreuse « guerre globale contre la terreur » de son prédécesseur, George Bush. L’Amérique peut enfin, au bout de près de dix ans de travail, de deuil inachevé, tourner la page du 11-Septembre. Jean-Pierre Filiu (historien spécialiste du djihadisme, Institut d’études politiques de Paris)
Il est très important de ne pas laisser des preuves photographiques dans la nature comme un outil d’incitation (à la violence) ou de propagande. Ce n’est pas dans notre genre. Nous n’arborons pas ce genre de choses comme des trophées. Obama
Quels que soient les actes attribués à Ben Laden, l’assassinat d’un être humain désarmé et entouré de sa famille constitue un acte odieux. Castro
Nous condamnons l’assassinat de tout moujahid (combattant islamique) et de tout individu, musulman ou arabe, et nous demandons à Dieu de lui accorder sa miséricorde.  Si cette nouvelle est vraie, nous pensons que c’est la poursuite de la politique d’oppression américaine fondée sur l’effusion du sang des Arabes et des musulmans. Ismail Haniyeh (Hamas, Gaza)
Les Arabes et les musulmans sont des êtres humains et l’Occident doit les traiter avec dignité, qu’ils soient des partisans ou des opposants à Oussama Ben Laden. (…) Il y a des règles morales à respecter, et l’effusion de sang arabe et musulman par des Américains ou d’autres n’est pas permise. Khaled Mechaal (Hamas, Damas)
Ben Laden était un homme, qui malgré ses défauts, a forcé les criminels à être vigilants. Al-Akhbar (quotidien proche du mouvement chiite Hezbollah) 
C’est surprenant à quel point le crime et l’assassinat se sont banalisés et comment ils sont célébrés. Avant, les gouvernements impérialistes respectaient au moins les formes. Maintenant, les chefs des gouvernements qui bombardent célèbrent la mort de n’importe quel individu, indépendamment des accusations qui pèsent sur lui. Et pas uniquement d’éléments hors-la-loi comme Oussama Ben Laden, mais aussi de présidents, de familles de présidents. (…) L’empire n’a plus d’autre issue, l’issue politique, l’issue diplomatique sont dépassées. La seule chose qui reste est l’assassinat. Elias Jaua (vice-président vénézuélien)
L’élimination de Ben Laden relance le débat et les anciens de l’équipe Bush refont surface ces jours-ci en tentant de justifier l’usage de la torture. Ils essaient de prouver aujourd’hui que leur politique était la bonne et que l’usage de méthodes d’interrogatoire poussées était justifié. Le débat fait rage, mais le New York Times, par exemple, a pris position aujourd’hui, dans un éditorial très clair : rien ne peut justifier l’usage de la torture. (…) Cela illustre bien le paradoxe américain. Les Américains, et Barack Obama en particulier, sont profondément attachés aux libertés publiques qui sont inscrites dans leur Constitution et que la Cour suprême réaffirme régulièrement. Pourtant, depuis le 11 septembre 2001, ils se sont souvent trouvés en porte-à-faux à ce sujet. Obama a en effet fait campagne sur la promesse de fermer le camp de Guantanamo, mais trois ans plus tard, il y a toujours 172 prisonniers dans ce camp militaire. Il est aussi étonnant, pour des Européens, d’entendre un président d’un pays démocratique dire que Oussama Ben Laden « a eu ce qu’il méritait », alors qu’on peut considérer qu’il a été exécuté sommairement sans autre forme de procès. C’est l’Amérique de l’après-11-septembre. Il faut aussi rappeler que dans plusieurs Etats américains, la peine de mort est toujours en vigueur et pratiquée. Le Monde
La France condamne l’action conduite contre Cheikh Ahmed Yassine qui a fait dix morts palestiniens comme elle a toujours condamné le principe de toute exécution extrajudiciaire, contraire au droit international. La pratique des exécutions extrajudiciaires viole les principes fondamentaux de l’Etat de droit sans lequel il n’y a pas de politique juste et efficace possible, y compris en matière de lutte contre le terrorisme. Cette pratique des forces armées israéliennes doit cesser. Au-delà de son caractère illégal, l’attaque d’hier risque d’être contre-productive au plan politique. Jean-Marc De La Sablière (représentant français à l’ONU, 2004)
Quand Israël a éliminé les deux chefs précédents du Hamas, le ministre des affaires étrangères britannique a déclaré:  » les éliminations ciblées de cette sorte sont illégales et injustifiées. (…) Maintenant la Grande-Bretagne applaudit l’élimination ciblée d’un terroriste qui a mis en danger ses soldats et citoyens. Quelle est la différence, si ce n’est qu’Israël ne peut jamais trouver grâce aux yeux de beaucoup dans la communauté internationale. Alan Dershowitz
Cette action a donc été minutieusement planifiée, préparée, commandée et exécutée. (…) Sauf que l’on a assisté, aussitôt après l’annonce solennelle de la part du Président Obama de la mort de l’ennemi public n°1 de l’Amérique, à une cacophonie médiatique mal orchestrée, erratique, incohérente. Des informations sporadiques essentielles filtrent dans la presse, ou pire sont présentées officiellement au compte gouttes, sans fil directeur et visiblement non préparées, par des intervenants qui semblent improviser.  (…) Les révélations médiatiques relevaient de la plus grande prudence et du plus extrême sang froid. Or, mise à part l’annonce présidentielle dans la nuit du 1er au 2 mai, manifestement bien préparée et mise en scène, la suite de la « manœuvre médiatique » américaine donne la fâcheuse impression d’avoir été improvisée, bâclée. Nous vivons à l’ère de la communication : c’est la phase finale de toute manœuvre, guerrière ou pas, qui ne doit pas être ratée, au risque de gâcher les phases précédentes. La réussite complète est à ce prix. Général Abel Pertinax (ancien haut-responsable de l’armée française)
Y a-t-il jamais eu de chef occulte plus pathétique ou de chef planqué ayant davantage autorisé la mise à mort de simples spectateurs? (…)  Par contre, (…)  le discours d’Obama n’aura aucune valeur s’il s’attend à ce que nous continuions à armer et financer les mêmes personnes qui ont fait de cette traque une entreprise si inutilement longue, difficile et coûteuse. Christopher Hitchens
En privant le monde de l’image d’un Ben Laden mort, les autorités américaines agissent comme si la mise à mort du leader d’Al-Qaida le privait du droit à l’image. Pourtant, dans notre « civilisation de l’image », priver une personne publique de visibilité, fusse-t-elle considérée comme négative et morte, semble nourrir l’imaginaire collectif de manière encore plus radicale que le manque de sépulture. (…) De manière étrange, le refus de l’image de ce qui semblait être un trophée de guerre pour les Américains résonne comme un aveu de culpabilité ou d’impuissance des Etats-Unis dans la gestion même de cette victoire. Comme si ce succès sonnait le départ d’une bataille encore plus terrible que la précédente. Irène Costelian

L’honneur de l’Amérique  sous Obama n’aurait-il décidément pas été assez flétri?

A l’heure où l’évidemment heureuse élimination du cerveau diabolique du 11 septembre et de tant d’autres assassinats de masse révèle à nouveau, outre l’habituel double jeu des régimes musulmans comme un Pakistan hébergeant depuis des années à la barbe de tous le terroriste le plus recherché de la planète, la véritable engeance des amis, du Hamas au Hezbollah et des gérontocrates cubains au bouffon vénézuélien, de nos Mélenchon et autres Besancenot …

Comment ne pas voir l’indécrottable naïveté ou plus justement l’impardonnable cynisme de ces prétendus défenseurs de la démocratie et de la liberté qui, avec l’énième réconciliation Fatah-Hamas, en sont encore à exiger des concessions à Israël devant le dernier subterfuge de ceux qui prônent ouvertement sa disparition?

Comment continuer à accorder le moindre crédit à des médias qui n’ayant toujours pas compris 10 ans après qu’un camp de prisonniers de guerre n’a jamais eu vocation à juger ses détenus mais à les empêcher de rejoindre le champ de bataille jusqu’à la fin des hostilités et après les monceaux d’insanités accumulées contre le véritable architecte de la traque enfin récompensée du tueur de masse saoudien fêtent aujourd’hui, de la part de son successeur paradant en couverture du Point, un acte qu’ils n’ont eu de cesse de condamner quand il venait de son prédécesseur ou des dirigeants israéliens ?

Comment conserver quelque respect que ce soit pour celui qui contre les victimes elles-mêmes défendait il y a quelque mois encore l’ultime défiguration de Ground Zero par les tenants de la religion au nom de laquelle l’abomination y avait été commise et se permet aujourd’hui, comme l’a bien perçu l’ancien président Bush qui a très intelligemment refusé de se joindre à lui, de venir y faire son numéro pour le seul bénéfice de sa propre réélection ?

Mais surtout comment ne pas être inquiet, avec une bien seule Irène Costelian, au moment où par l’incompréhensible refus, outre l’incroyable cafouillage de l’annonce, d’en publier les images  d’un président plus calamiteusement politiquement correct que jamais

l’Amérique voit ce qui aurait dû être sa plus grande victoire ravalé  à un improbable « aveu de culpabilité ou d’impuissance« ?

L’absence d’images de la mort du chef d’Al-Qaida va renforcer son aura

Irène Costelian, docteur en sciences politiques

Le Monde

05.05.11

Durant les dix ans que dura la traque d’Oussama Ben Laden, le monde fut submergé par l’image du leader d’Al-Qaida. Placardée dans tous les postes de police des Etats-Unis, ainsi qu’aux postes frontières de tous les Etats, la photo de l’ennemi public numéro un avait conduit à familiariser les citoyens et les garants de l’ordre public avec le visage de Ben Laden. Toutefois, depuis l’annonce de sa mort, les autorités américaines refusent de diffuser la photo de sa dépouille, ce qui ne fait qu’entretenir l’ambiguïté sur la mort même du terroriste.

En privant le monde de l’image d’un Ben Laden mort, les autorités américaines agissent comme si la mise à mort du leader d’Al-Qaida le privait du droit à l’image. Pourtant, dans notre « civilisation de l’image », priver une personne publique de visibilité, fusse-t-elle considérée comme négative et morte, semble nourrir l’imaginaire collectif de manière encore plus radicale que le manque de sépulture. En effet, si la sépulture confère un emplacement géographie, qui peut se transformer en lieu de mémoire, l’image, quant à elle, prend très vite une dimension iconographique, avec tous les travers que cela comporte.

De plus, la sépulture est un lieu figuré où, de toute manière, la dépouille est cachée, alors que l’image demeure mobile, pouvant être transportée ou recrée par l’imagination à chaque fois que la personne est évoquée. Toutefois, en l’absence d’images réelles de la dépouille d’Oussama Ben Laden, de nombreuses représentations circulent sur Internet, certaines ayant aussi été reprises par les médias. Mais mêmes truquées, ces images semblent constituer la clef de cet événement, puisqu’elles posent la question de la réalité de la mort de Ben Laden.

La fausse image de la dépouille du leader d’Al-Qaida, loin de représenter une « non-image », représente une réalité sublimée et marque le désir des citoyens occidentaux de matérialiser leur plus grande victoire dans la lutte contre le terrorisme.

Par ailleurs, l’absence d’images officielles renforce l’aura mythique, presque mystique, d’Oussama Ben Laden. Le leader d’Al-Qaida demeurera, dans l’inconscient collectif, continuellement jeune et souriant, le visage émacié, comme transfiguré par ses idéaux. Cette image serait sans doute pire que celle de son cadavre dans la mesure où elle laissera subsister les doutes sur sa mort.

Alors que le monde occidental a exhibé les dépouilles de tous les dictateurs qu’il a contribué à éliminer, du couple Ceausescu à Saddam Hussein, le choix de ne pas le faire pour Oussama Ben Laden semble incompréhensible pour certains et moralement juste pour d’autres.

Les dernières révélations des autorités américaines sur les circonstances de la mort du numéro un d’Al-Qaida renforcent la création non seulement d’une héroïsation mythologique de Ben Laden mais surtout d’un culte autour de l’ancien chef. Selon la déclaration de Jay Carney, porte-parole de la Maison Blanche, Ben Laden n’était pas armé lors de sa mort, alors que dans l’imaginaire collectif il était mort l’arme à la main. L’impossibilité de se défendre du combattant semble ainsi diminuer le prestige même du vainqueur et de sa victoire.

Le manque d’images de la mort de Ben Laden pose également la question d’un éventuel remord des autorités américaines, ce qui est renforcé par les versions successives des conditions dans lesquelles le numéro un d’Al-Qaida est mort. La fin de Ben Laden présente des similitudes avec son arrivée sur la scène médiatique internationale. Mort ou vif, il demeure insaisissable.

De manière étrange, le refus de l’image de ce qui semblait être un trophée de guerre pour les Américains résonne comme un aveu de culpabilité ou d’impuissance des Etats-Unis dans la gestion même de cette victoire. Comme si ce succès sonnait le départ d’une bataille encore plus terrible que la précédente.

Voir aussi:

Ben Laden, la mort d’un fou

Christopher Hitchens

Slate

La politique que va maintenant adopter Barack Obama sera déterminante pour faire diminuer l’influence d’al-Qaida.

Elles sont nombreuses, au Pakistan, les charmantes petites villes comme Abbottabad, s’égrainant le long des routes qui mènent aux montagnes Rawalpindi (la ville de garnison des hauts-gradés de l’armée pakistanaise où se cachait aussi, jusqu’en 2003, Khalid Cheikh Mohammed). Muzaffarabad, Abbottabad… fraîches en été comme en hiver, avec leurs vues imprenables et leurs constructions discrètes.

Les autorités coloniales britanniques –comme le major James Abbott, qui donna son nom au lieu– les appelaient des «stations de montagne», faites pour le repos et les loisirs des officiers supérieurs. Cette idée agréable, à l’image de l’endroit, s’est perpétuée dans la hiérarchie militaire pakistanaise.

Si vous me dites séjourner dans une jolie résidence protégée d’Abbottabad, je pourrais vous répondre que vous êtes l’invité d’honneur d’un pouvoir militaire qui, annuellement, dépense plusieurs milliards de dollars d’aide américaine. La flagrante évidence d’un tel propos a de quoi couper le souffle.

Une complicité avérée

Il y a peut-être une légère satisfaction à tirer de cette preuve éclatante de complicité entre autorités pakistanaises et al-Qaida, mais, globalement, cela ne fait qu’accroître un sentiment de déception. Après tout, qui ne savait pas que les États-Unis nourrissaient grassement les mêmes mains qui nourrissaient Ben Laden? Il y aurait, aussi, un triomphe modeste dans la confirmation que notre vieil ennemi n’était pas un héroïque guérillero, mais le client pourri-gâté d’une oligarchie vicieuse et corrompue, au sommet d’un État voyou et déliquescent.

Mais, là encore, nous étions au courant. Au moins, nous n’aurons pas à supporter une de ses vidéos auto-satisfaites quand approchera le dixième anniversaire de son crime le plus célèbre.

D’ailleurs, quand bien même, il n’avait récemment émis aucun communiqué* majeur (et je m’étais ainsi demandé, voici quelques temps, s’il n’était pas mort, ou s’il n’avait pas déjà été tué accidentellement), et l’activité fondamentalement haïssable de son groupe, tout comme son idéologie, ont été transmises à la génération de ses successeurs, à l’instar de son clone irakien, incomparablement plus impitoyable, Abou Moussab al-Zarqaoui.

Il m’arrive d’espérer, comme avec al-Zarqaoui, que Ben Laden ait eut quelques instants, sur la fin, pour réaliser qui était celui qui l’avait débusqué, et pour se demander qui l’avait trahi. Ce serait quelque chose. Pas grand-chose, mais quelque chose.

Du Ben Laden fortuné au Ben Laden diminué

En termes «iconiques», pour reprendre un vocabulaire courant si irritant, Ben Laden n’avait certainement aucun rival. L’espèce de noblesse, étrange et pestilentielle, et la spiritualité bidon qui se dégageaient de ses apparitions étaient affreusement télégéniques, et il sera très intéressant de voir si ce charisme survit à l’autre définition de la révolution qui transfigure actuellement le monde musulman.

Mais, par-dessus tout, son empreinte la plus tenace et la plus durable sera celle de sa pure irrationalité. A quoi cet homme pouvait-il bien penser? Il y a dix ans, avait-il prévu, sans même parler de désir, de se retrouver dans une résidence protégée de notre chère petite Abbottabad?

Il y a dix ans, je vous rappelle, il jouissait d’une influence gigantesque sur un autre État voyou et déliquescent –l’Afghanistan– et exerçait de plus en plus son pouvoir sur son voisin pakistanais. Les Talibans et les sympathisants d’al-Qaida étaient en position de force dans l’armée pakistanaise et son programme nucléaire, et n’avaient pas encore été repérés comme tels.

D’énormes flux financiers se déversaient dans sa direction, souvent par des voies officielles, en provenance d’Arabie saoudite et d’autres pays du Golfe. Tout en dirigeant une internationale nihiliste, il était à la tête d’un gigantesque et rentable système de transactions bancaires et de blanchiment d’argent. Il pouvait donner l’ordre de détruire à l’artillerie lourde les trésors de l’art bouddhique afghan, en plein jour. Un réseau de madrassas se passait le mot entre l’Indonésie et Londres, tout comme un réseau de camps d’entraînement scolarisait de futurs assassins.

Et il décida d’un seul coup de risquer tous ces anciens et stratégiques avantages. Non seulement en s’enfuyant d’Afghanistan, laissant ses crédules disciples se faire tuer en masse, mais en choisissant aussi de devenir un personnage furtif et ombrageux, sur lequel les chances de réussite d’un «contrat», ou d’une trahison grassement payée, ne faisaient que s’accroître de jour en jour.

Un «lâche» devenu fou

On peut raisonnablement penser qu’il croyait sincèrement à sa propre et folle propagande, souvent esquissée dans ses enregistrements et ses vidéos, surtout après la déroute américaine en Somalie. L’Occident, affirmait-il, était gangréné par la corruption, et régenté par des cabales de juifs et d’homosexuels. Il n’avait aucune volonté de résistance. Il était devenu féminisé et lâche.

Il suffisait d’un coup psychologique dévastateur pour que le reste de l’édifice finisse par suivre les tours jumelles dans un panache de poussière. Certes, avec l’aide de ses camarades psychopathes, il a en effet réussi à tuer des milliers de personnes en Amérique du Nord et en Europe occidentale, mais ces dernières années, ses principaux triomphes militaires se sont faits contre des écolières afghanes, des civils musulmans chiites, et des synagogues sans défense en Tunisie et en Turquie. N’y a-t-il jamais eu de chef occulte plus pathétique, ou de capitaine ayant davantage autorisé la mise à mort de simples spectateurs?

Le combat n’est pas fini

L’irrationalité théocratique n’est pas aussi rare que des défaites comme celle-ci soient suffisantes pour diminuer son aura. Sans doute, là-bas, certains fiers-à-bras continueront, dans des sondages d’opinions, à dire qu’ils le considèrent comme un sheikh saint, ou d’autres balivernes de ce genre. (Il est amusant de voir que de tels sondages n’ont jamais décelé la soif de démocratie constitutionnelle à l’œuvre dans la région.)

Avec un peu de chance, on devra même démentir des rumeurs pour qui Ben Laden n’est pas «vraiment» mort. Parfait: il avait probablement occasionné les pires dégâts dont il était capable. Dans tout ce qu’on pourrait décrire comme le monde réel, ses tactiques généraient des anticorps et des antagonistes, ou des conditions favorables qui n’étaient plus visibles, ou avaient, au moins, atteint des rendements décroissants.

Le martyr d’Abbottabad n’est plus, et ses sous-fifres aux complexes du Führer vont peut-être maintenant se livrer une amère bataille. Par contre, les mandarins anonymes et en uniforme de cette résidence protégée d’Abbottabad sont toujours tout à fait parmi nous, et le discours d’Obama n’aura aucune valeur s’il s’attend à ce que nous continuions à armer et financer les mêmes personnes qui ont fait de cette traque une entreprise si inutilement longue, difficile, et coûteuse.

Voir enfin:

10 ways Barack Obama botched the aftermath of the masterful operation to kill Osama bin Laden

Toby Harnden

The Telegraph

May 5th, 2011

The past few days have seemed like an extended amateur hour in the White House as unforced error after unforced error has been made in the handling of the US Government’s message about the killing of bin Laden.

We should not forget the bottom line in this: bin Laden was justifiably and legally killed by brave and skilled US Navy SEALs. The operation was audacious and meticulous in its planning and execution. President Barack Obama made the call to carry out the raid and his decision was vindicated in spades.

Having said that, the messiness since then has taken much of the sheen off this success, temporarily at least. Here’s a summary of what went wrong once the most difficult bit had been achieved:

1. It took nearly three days to decide not to release the photographs. I think there was a case for not releasing the pictures, though on balance I think disclosure would have been best. But whichever way Obama went on this, the decision should have been made quickly, on Monday. By letting the world and his dog debate the issue for so long and then say no made the administration look indecisive and appear that it had something to hide. It will fuel the conspiracy theories. And the pictures will surely be leaked anyway

2. To say that bin Laden was armed and hiding behind a wife being used as a human shield was an unforgiveable embellishment. The way it was expressed by John Brennan was to mock bin Laden as being unmanly and cowardly. It turned out to be incorrect and gave fuel, again, to conspiracy theories as well as accusations of cover-ups and illegality. Of all the mistakes of the week, this was by far the biggest.

3. It was a kill mission and no one should have been afraid to admit that. Bin Laden was a dead man as soon as the SEAL Team landed. There’s nothing wrong with that but the Obama administration should have been honest about it rather than spinning tales about bin Laden having a gun, reaching for a gun (the latest) and resisting (without saying how he resisted).

4. Too much information was released, too quickly and a lot of it was wrong. When it made the administration look good, the information flowed freely. When the tide turned, Jay Carney, Obama’s spokesman, clammed up completely. I’m a journalist; I like it when people talk about things. But from the administration’s perspective, it would have been much better to have given a very sparse, accurate description of what happened without going into too much detail, especially about the intelligence that led to the compound (an account which is necessarily suspect).

5. Obama tried to claim too much credit. Don’t get me wrong, he was entitled to a lot of credit. but sometimes less is more and it’s better to let facts speak for themselves. We didn’t need official after official to say how “gutsy” Obama was. Far better to have heaped praise on the CIA and SEALs (which, to be fair, was done most of the time) and talked less about Obama’s decision-making. And a nod to President George W. Bush would have been classy – and good politics for Obama.

6. Proof of death was needed. The whole point of the SEAL operation, rather than a B2 bombing that levelled the compound, was to achieve certainty. The administration has DNA evidence, facial recognition evidence and photographic evidence. Some combination of that evidence should have been collated and released swiftly. It’s not enough to say, effectively, “Trust me, I’m Obama” – especially given all the misinformation that was put out.

7. The mission should have been a ‘capture’ one. Notwithstanding 3. above and the legitimacy of killing bin Laden, I think a capture of bin Laden was probably possible and, in the long term, would have been better – not least because of the intelligence that could have been gleaned from interrogating him and the couriers. My hunch is that Obama didn’t want him alive because there would have been uncomfortable issues to address like whether he should be tried, where he should be held (it would have been Guantanamo – obviously) and the techniques for questioning him. 

8. Obama’s rhetoric lurched from jingoistic to moralistic. During the initial announcement, Obama said that by killing bin Laden “we are once again reminded that America can do whatever we set our mind to”. If Bush had said that, he would have been mocked and laughed at, with some justification. But by today Obama was all preachy and holier than thou saying: “It is important for us to make sure that very graphic photos of somebody who was shot in the head are not floating around as an incitement to additional violence or as a propaganda tool. That’s not who we are. We don’t trot out this stuff as trophies.”

9. Triggering a torture debate was an avoidable own goal. Following on from 3. by discussing the intelligence, the administration walked into the issue of whether enhanced interrogation techniques yielded important information. That was certainly something they could have done without. Politically, it gave something for Republicans to use against Obama.

10. The muddle over Pakistan. Everyone I talk to with knowledge of these things tells me that Pakistan had to have given the green light for the raid in some form. But the Pakistanis, for good reasons, would not want this made public. Rather than say it would not comment on whether Pakistan had harboured bin Laden or was playing a double game, the White House poured petrol on the flames by encouraging criticism of Pakistan. That might have been deserved, but in terms of managing the region it was impolitic. The Pakistanis are clearly riled and the contradictions between the US and Pakistani accounts, again, fuel the conspiracy theories.

 All this has meant that this week’s media story has become one about Obama and the White House more than one about the SEALs, the CIA and what killing bin Laden means. That’s exactly the wrong way round.


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 315 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :