Fin de l’Obamania: Les Musulmans aussi! (Penance has won America no friends)

Hussein
George W. Bush n’était peut-être pas le plus diplomate des chefs d’Etat, mais il a tenu bon là où c’était vraiment important. Fouad Ajami
Personne n’a prévenu M. Obama que dans le monde islamique, où la puissance américaine est engagée et si dangereusement exposée, cela ne se fait pas et c’est même une grave faute morale de dire du mal de sa propre tribu devant des étrangers. Fouad Ajami
Dans un message, Phil Jones, le directeur du CRU, dit ainsi avoir utilisé une "astuce" (trick, en anglais) pour "masquer le déclin" de températures. Le Monde
Le fait est qu’on ne peut rien dire de l’absence de réchauffement pour le moment et c’est déplorable. Kevin Trenberth (climatologue au Centre national de recherches atmosphériques)
Cette "votation" serait celle de la peur, entend-on parmi les phrases toutes faites. J’y vois plutôt un acte de courage. Ceux qui dénoncent un peuple pusillanime sont ceux qui, depuis ce matin, tremblent comme des feuilles devant les possibles réactions du monde musulman. Les Suisses ont décidé de passer outre les intimidations de l’ombrageux islam politique et ils ont bien fait. Ils estiment que l’islam, dont ils ne contestent pas la présence dans leur pays, n’a pas besoin de signes extérieurs ostensibles pour exister. Personnellement, je leur donne raison. La visibilité recherchée par les minarets est devenue du même ordre que celle voulue par les voiles islamiques ou les burqas. Les citoyens ont refusé l’emprise de l’islamisme. Ils parlent au nom de nombreux européens, et leurs dirigeants paniqués l’ont compris. Ivan Rioufol

14 % d’avis favorables aux Etats-Unis pour les Turcs (33 pour le président), 15% (23) pour les Palestiniens, 16% (13) pour les Pakistanais, 25% (31) pour les Jordaniens, 27% (42) pour les Egyptiens …

A l’heure où, à la veille de Copenhague et suite à un piratage de leurs messages électroniques, on découvre, derrière le matraquage médiatique, les juteux contrats et les extravagants mode de vie de leurs milliardaires et nobélisés du carbone, l’étendue des doutes et débats internes du lobby du réchauffement climatique …

Mais aussi leurs peu reluisantes arrière-cuisines (bricolages, conflits d’ego, tribalisme, entraves à la publication de travaux adverses, rétention d’information, refus de partage, manipulation, falsification ou destruction de données) …

Où le vote d’une initiative populaire anti-minarets en Suisse révèle "l’abysse qui sépare la classe médiatico-politique et les citoyens européens" …

Et où, après des mois de tergiversations sur l’Afghanistan, la pantalonnade iranienne et le passage pour la première fois sous la barre symbolique des 50% d’avis favorables dans son propre pays à peine un an après son élection, la baudruche de l’Obamania (pardon: la "marque Obama"!) se dégonfle à vue d’oeil et de jour en jour la cartérisation se précise …

Voici, comme le rappelle l’observateur libano-américain Fouad Ajami qui l’avait prévu dès avant son élection, les Musulmans qui s’y mettent.

Et cela, cruelle ironie (et véritable dernier clou dans le cercueil moins de six mois après la pommade du discours du Caire),… preuves sondagières à l’appui des fameuses enquêtes Pew qui avaient tant servi à fustiger son prédécesseur!

The Arabs Have Stopped Applauding Obama
A foreign policy of penance has won America no friends.
Fouad Ajami
The Wall Street Journal
November 30, 2009

‘He talks too much," a Saudi academic in Jeddah, who had once been smitten with Barack Obama, recently observed to me of America’s 44th president. He has wearied of Mr. Obama and now does not bother with the Obama oratory.

He is hardly alone, this academic. In the endless chatter of this region, and in the commentaries offered by the press, the theme is one of disappointment. In the Arab-Islamic world, Barack Obama has come down to earth.

He has not made the world anew, history did not bend to his will, the Indians and Pakistanis have been told that the matter of Kashmir is theirs to resolve, the Israeli-Palestinian conflict is the same intractable clash of two irreconcilable nationalisms, and the theocrats in Iran have not "unclenched their fist," nor have they abandoned their nuclear quest.

There is little Mr. Obama can do about this disenchantment. He can’t journey to Turkey to tell its Islamist leaders and political class that a decade of anti-American scapegoating is all forgiven and was the product of American policies—he has already done that. He can’t journey to Cairo to tell the fabled "Arab street" that the Iraq war was a wasted war of choice, and that America earned the malice that came its way from Arab lands—he has already done that as well. He can’t tell Muslims that America is not at war with Islam—he, like his predecessor, has said that time and again.

It was the norm for American liberalism during the Bush years to brandish the Pew Global Attitudes survey that told of America’s decline in the eyes of foreign nations. Foreigners were saying what the liberals wanted said.

Now those surveys of 2009 bring findings from the world of Islam that confirm that the animus toward America has not been radically changed by the ascendancy of Mr. Obama. In the Palestinian territories, 15% have a favorable view of the U.S. while 82% have an unfavorable view. The Obama speech in Ankara didn’t seem to help in Turkey, where the favorables are 14% and those unreconciled, 69%. In Egypt, a country that’s reaped nearly 40 years of American aid, things stayed roughly the same: 27% have a favorable view of the U.S. while 70% do not. In Pakistan, a place of great consequence for American power, our standing has deteriorated: The unfavorables rose from 63% in 2008 to 68% this year.

Mr. Obama’s election has not drained the swamps of anti-Americanism. That anti-Americanism is endemic to this region, an alibi and a scapegoat for nations, and their rulers, unwilling to break out of the grip of political autocracy and economic failure. It predated the presidency of George W. Bush and rages on during the Obama presidency.

We had once taken to the foreign world that quintessential American difference—the belief in liberty, a needed innocence to play off against the settled and complacent ways of older nations. The Obama approach is different.

Steeped in an overarching idea of American guilt, Mr. Obama and his lieutenants offered nothing less than a doctrine, and a policy, of American penance. No one told Mr. Obama that the Islamic world, where American power is engaged and so dangerously exposed, it is considered bad form, nay a great moral lapse, to speak ill of one’s own tribe when in the midst, and in the lands, of others.

The crowd may have applauded the cavalier way the new steward of American power referred to his predecessor, but in the privacy of their own language they doubtless wondered about his character and his fidelity. "My brother and I against my cousin, my cousin and I against the stranger," goes one of the Arab world’s most honored maxims. The stranger who came into their midst and spoke badly of his own was destined to become an object of suspicion.

Mr. Obama could not make up his mind: He was at one with "the people" and with the rulers who held them in subjugation. The people of Iran who took to the streets this past summer were betrayed by this hapless diplomacy—Mr. Obama was out to "engage" the terrible rulers that millions of Iranians were determined to be rid of.

On Nov. 4, on the 30th anniversary of the seizure of the American embassy in Tehran, the embattled reformers, again in the streets, posed an embarrassing dilemma for American diplomacy: "Obama, Obama, you are either with us or with them," they chanted. By not responding to these cries and continuing to "engage" Tehran’s murderous regime, his choice was made clear. It wasn’t one of American diplomacy’s finest moments.

Mr. Obama has himself to blame for the disarray of his foreign policy. American arms had won a decent outcome in Iraq, but Mr. Obama would not claim it—it was his predecessor’s war. Vigilance had kept the American homeland safe from terrorist attacks for seven long years under his predecessors, but he could never grant Bush policies the honor and credit they deserved. He had declared Afghanistan a war of necessity, but he seems to have his eye on the road out even as he is set to announce a troop increase in an address to be delivered tomorrow.

He was quick to assert, in the course of his exuberant campaign for president last year, that his diplomacy in South Asia would start with the standoff in Kashmir. In truth India had no interest in an international adjudication of Kashmir. What was settled during the partition in 1947 was there to stay. In recent days, Mr. Obama walked away from earlier ambitions. "Obviously, there are historic conflicts between India and Pakistan," he said. "It’s not the place of the United States to try to, from the outside, resolve those conflicts."

Nor was he swayed by the fate of so many "peace plans" that have been floated over so many decades to resolve the fight between Arab and Jew over the land between the River Jordan and the Mediterranean. Where George W. Bush offered the Palestinians the gift of clarity—statehood but only after the renunciation of terror and the break with maximalism—Mr. Obama signaled a return to the dead ways of the past: a peace process where America itself is broker and arbiter.

The Obama diplomacy had made a settlement freeze its starting point, when this was precisely the wrong place to begin. Israel has given up settlements before at the altar of peace—recall the historical accommodation with Egypt a quarter century ago. The right course would have set the question of settlements aside as it took up the broader challenge of radicalism in the region—the menace and swagger of Iran, the arsenal of Hamas and Hezbollah, the refusal of the Arab order of power to embrace in broad daylight the cause of peace with Israel.

The laws of gravity, the weight of history and of precedent, have caught up with the Obama presidency. We are beyond stirring speeches. The novelty of the Obama approach, and the Obama persona, has worn off. There is a whole American diplomatic tradition to draw upon—engagements made, wisdom acquired in the course of decades, and, yes, accounts to be settled with rogues and tyrannies. They might yet help this administration find its way out of a labyrinth of its own making.

Mr. Ajami, a professor at Johns Hopkins School of Advanced International Studies and a senior fellow at Stanford University’s Hoover Institution, is the author of "The Foreigner’s Gift" (Free Press, 2007).

Voir aussi:

Obama Ta Magie Fout le Camp?
Véronique Saint-Geours
Obama zoom
le 30 novembre 2009

Ses adversaires n’attendaient que ça. Des craquements graves dans l’armure. Les voilà. Politico.com, décèle sept fissures qui fendilleraient l’édifice Obama et profileraient un désenchantement. Dur de voir dévisser un dieu de l’Olympe. Bon, c’est pas fait.

La M.B. récuse toutes les lignes de ce papier qui viendrait de sources anti Obama (ça c’est sûr). Bravo les gars! Politico persiste. Ces critiques viennent parfois de sources républicaines mais aussi de journalistes et commentateurs sans étiquette. Elles donnent un état d’esprit.

Obama rhabillé pour l’hiver serait…

1- Plus un joueur de Monopoly qu’un stratège . Plus perçu comme un dépensier abstrait qu’un investisseur avisé. Son inexpérience est vécue comme une faille profonde. La Réforme Santé et sa réalisation apparaissent comme un gouffre incontrôlable. Aujourd’hui le seul remède proposé est une réduction des dépenses. Un peu simplet non? Et pas prouvée. Pourquoi sortir la fiscalité seulement maintenant?

2- Un faux dur. Bully ou Patsy? Les deux peut-être. Il prend des positions de principe dures et ne les tient pas. Avec Israël il ne se fait pas obéir et quand, lui ou ses collaborateurs attaquent violemment Fox News qu’ils ne reconnaîtraient pas comme un organe de presse, c’est, dans la foulée pour donner une interview au correspondant de la M.B. La cohérence?

3-Le président d’ un pays du monde parmi les autres, modeste et à l’écoute. Sur la liste de l’ONU entre Albanie et Zimbaboué. Or un président américain doit être sur le terrain de l’exception.Et l’ attitude de 44th est perçue comme une acceptation du déclin relatif de l’Amérique dans le monde: insupportable. On ne parle même pas de la courbette trop appuyée devant l’Empereur du Japon. A gauche on l’accuse de reculer sur les Droits de l’homme. A droite,on lui reprocherait d’être un homme du Monde plutôt qu’un simple président US. Quant au Nobel?

4- Pas assez concret. Une sorte de Spock de Star Trek, selon Maureen Dowd du NYT. Et là c’est l’Afghanistan qui sert d’exemple. Stop les belles phrases! Les guys ne veulent pas mourir pour des nuances ou des états d’âme de 44th. C’est la guerre mon vieux.

5- A la tête d’un gang de Chicago. A Washington, on vit l’équipe rapprochée West Wing du Prez comme une bande de brutes. Finies les envolées lyriques de la campagne sur une nouvelle gouvernance politique. Maintenant on cogne. On est en campagne. On aime la bagarre visible contre Fox News, contre Rush Limbaugh, contre la Chambre de commerce. Voir ce qui est arrivé à Greg Craig. On négocie à l’arraché avec les Labos dans le dos du Congrès pour décrocher la Réforme de santé. Obama de ce point de vue se comporterait comme les autres: on "achète" ou on "écrase". Et ça rappelle Lyndon Johnson, Ted Kennedy: bref la politique américaine en force.

6- Challengé par Nancy Pelosi speaker de la Chambre qui se la jouerait "présidente". Elle obtiendrait beaucoup plus de résultats que lui. A son actif, elle a passé la Loi sur le Stimulus d’inspiration plus que démocrate, la législation sur le climat et la version de la Réforme de Santé arrêtée par les démocrates. Son groupe de travail influencerait la M.B. sur l’Afghanistan. Il faut attendre la fin du feuilleton Réforme Santé pour être définitif mais elle s’est hissée au rôle de sparing partner avec Obama ce qui est une nouveauté pour sa fonction.

7- Très satisfait de lui et de l’image que lui renvoie le miroir. Inondant la planète media plusieurs fois par jour de son image multifacettes. Ses détracteurs y voient le spectre de la vanité. Qui s’en plaindrait après les années Bush?
Cela suffit-il à détruire la mythologie Obama? Non, mais ça l’arrange pas.Et il doit lutter sur plusieurs fronts pour remonter la pente.
Politico met un peu les formes pour dire beaucoup de choses peu flatteuses. A la veille du grand discours (enfin!) sur l’Afghanistan c’est un coup de semonce. Obamazoom continue à penser que le garçon qui, à 30 ans, a écrit Dreams from my father, traversé cette carrière fulgurante avec cette vision d’une façon de faire de la politique différemment ne peut que nous surprendre. Il a déjà réussi à redonner au monde l’envie de regarder l’Amérique.

Voir également:

Vrai ou faux "climategate", à la veille de Copenhague?
Stéphane Foucart
Le Monde
01.12.09

Depuis vendredi 20 novembre, la blogosphère bruisse d’un scandale considérable. Des milliers de sites Web, de blogs, de forums assurent, preuves à l’appui, que toute la science climatique est fondée sur une gigantesque manipulation, organisée à l’échelle de la planète depuis plus d’une décennie.

A la veille de la conférence de Copenhague, du 7 au 18 décembre, des pirates informatiques se sont infiltrés dans les serveurs de l’unité de recherche climatique (CRU) de l’université d’East Anglia (Royaume-Uni). Ils y ont dérobé une masse importante de documents – dont plus de treize années d’archives de courrier électronique. Une soigneuse sélection de fichiers, dont 1 073 messages échangés entre climatologues du CRU et leurs collègues européens et américains, ont été mis en circulation sur le Net, le 19 novembre. Pour la blogosphère "climato-sceptique", ces échanges, frauduleusement obtenus, montrent que des climatologues en vue trichent sans vergogne.

Qu’en est -il ? En réalité, au plan scientifique, seule une phrase pourrait accréditer une manipulation de données. Dans un message, Phil Jones, le directeur du CRU, dit ainsi avoir utilisé une "astuce" (trick, en anglais) pour "masquer le déclin" de températures. Dans un communiqué, M. Jones a reconnu avoir employé ces termes, précisant que le mot "astuce", utilisé dans un "contexte familier" signifiait "quelque chose d’intelligent à faire". Il n’y avait en outre nulle manipulation puisqu’il s’agissait de corriger une divergence bien documentée entre mesures de température et épaisseur des cernes d’arbres…

N’y a-t-il que cela, dans ces morceaux savamment choisis de plus d’une décennie de correspondances ? Non, bien sûr. Il y a, aussi, les arrière-cuisines de la science : bricolages, conflits d’ego, tribalisme. Autant le dire, ces arrière-cuisines ne sont jamais très reluisantes.

Par exemple, certains des intéressés usent de leur influence pour entraver la publication de travaux dits "climato-sceptiques". Est-ce à dire que les travaux allant à l’encontre du consensus sont systématiquement empêchés ? Non. Une preuve en est, parmi beaucoup d’autres, que les travaux qui ont le plus interrogé les climatologues ces dernières années sont les premières mesures du réseau de bouées Argo. Celles-ci semblaient montrer un refroidissement des océans depuis 2003 ! Or ces travaux ont non seulement été publiés, fin 2006, dans une grande revue – avant d’être invalidés pour cause de mauvaise calibration d’instruments -, mais il n’en est nullement question dans les courriels volés.

La lecture de certains d’entre eux n’en est pas moins perturbante. Un climatologue demande par exemple à ses correspondants d’effacer les courriels échangés avec un chercheur de son laboratoire à propos du quatrième rapport du groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC). Dans un autre message, un chercheur explique qu’il préférerait supprimer ses données brutes plutôt que de les partager avec d’autres – quand bien même la requête lui en serait faite via une procédure légale, dite du Freedom of Information Act (FOIA).

Pour les "sceptiques", la publicité donnée à ces messages est à double tranchant. Car ceux-ci montrent aussi que des chercheurs présentés comme membres d’une même "clique" débattent et se contredisent. En outre, ils apparaissent sincèrement convaincus de la nullité des travaux des "sceptiques" qu’ils évoquent. Et, de fait, la "science" produite par ces derniers est la plupart du temps démontée dans les règles, voire ridiculisée. Parmi les courriels publiés, quelques-uns étaient d’ailleurs très embarrassants pour des "climato-sceptiques" français : ils ont été caviardés, sur certains sites, quelques heures après leur mise en ligne…

Restent les questions du pourquoi et du comment de cette ténébreuse affaire. Comment des pirates se sont-ils introduits dans les serveurs de l’université ? Pourquoi l’avoir fait à deux semaines de Copenhague ? Comment de simples hackers ont-ils épluché des centaines de milliers de courriels, couvrant plus d’une décennie, pour n’en sélectionner qu’un millier, les plus percutants sans doute ? Seule certitude, ceux qui se sont livrés en quelques jours à cet énorme exercice d’édition connaissent le moindre des méandres de la littérature climatologique. Et il y a peu de risques à affirmer que les commanditaires de ce piratage, d’une violence inouïe pour les personnes visées, ont beaucoup à perdre à Copenhague.

Au final, ce forfait salit la réputation de deux ou trois chercheurs et pose, il est vrai, la question de la confidentialité de certaines données, qui devraient être librement accessibles et réanalysables. Mais tout cela ne remet rien en cause, loin s’en faut, de la science climatique. Celle-ci repose sur les travaux de milliers de chercheurs et, surtout, ne date pas du GIEC. En 1896, le chimiste Svante Arrhenius (Prix Nobel en 1903) évaluait qu’un doublement du CO2 ferait s’élever la température moyenne terrestre de 4 oC à 5 oC environ. Aujourd’hui, les modèles les plus élaborés ramènent cette évaluation entre 1,5 oC et 4,5 oC. Ce diable d’Arrhenius était sans doute, lui aussi, du grand complot…

Voir enfin:

La bulle verte éclate!
Nathalie Elgrably-Lévy
Économiste sénior, Institut économique de Montréal
Argent
26 novembre 2009

Les lecteurs habitués à lire cette chronique savent que j’ai régulièrement dénoncé le pseudoconsensus quant aux causes anthropogéniques du réchauffement climatique. Évidemment, oser m’élever contre l’hystérie climatique, résister à l’endoctrinement exercé par les gourous verts et militer en faveur d’un réel débat scientifique m’a valu des torrents de courriels haineux de la part d’écofascistes en croisade environnementale.

Pourtant, les raisons de douter du consensus étaient nombreuses. Des centaines de scientifiques, voire des milliers, contestaient depuis longtemps les propos alarmistes du GIEC, mais on refusait systématiquement de prendre en considération leurs recherches. D’autres posaient des questions pertinentes et légitimes pour lesquelles ils n’obtenaient aucune réponse. Les chercheurs qui contredisaient le prêt-à-penser environnemental étaient ostracisés. Certains, comme Timothy Ball, recevaient des menaces de mort pour avoir profané le catéchisme climatique. Plus récemment, Richard Lindzen, climatologue au célèbre MIT et ancien membre du GIEC, a publié une étude invalidant les théories réchauffistes, mais personne n’en fit cas. «Le débat est clos!», nous disait-on.

Il y a quelques jours, une véritable bombe climatique a secoué la communauté scientifique mondiale, et pourrait en effet clore définitivement le débat. Des pirates informatiques ont pénétré les ordinateurs du Climate Research Unit (CRU) de l’Université d’East Anglia au Royaume-Uni, un centre de recherche qui alimente le GIEC, et ont téléchargé plus de 1000 courriels et 72 documents signés par les scientifiques les plus influents en matière de climatologie. Or, le contenu des messages, que l’on peut consulter facilement sur Internet, est incendiaire. Il témoigne d’une opération de désinformation continue pour entretenir le credo du réchauffement climatique.

Entre autres, la correspondance interceptée révèle que les membres les plus éminents du CRU sont coupables de rétention d’information et de destruction de données pour éviter d’avoir à les fournir en vertu de la loi britannique d’accès à l’information. Et pour cause! Ils tentaient, semble-t-il, de camoufler le fait que leurs données ne révèlent aucun réchauffement significatif depuis 15 ans!

Ce n’est pas tout. Les échanges indiquent qu’il y a eu également falsification et manipulation des données pour que les résultats confirment la thèse du réchauffement. Quant aux voix discordantes, les bien-pensants du CRU se seraient organisés pour les faire taire en recourant à des stratagèmes peu scrupuleux. Consensus? Non! Collusion et complot? C’est ce que révèlent les messages piratés.

Quand la science est mafieuse, le scandale est colossal; les implications, dramatiques. Nous aurions donc été manipulés par des escrocs plus intéressés par leurs subventions de recherche et leur prestige que par l’intégrité scientifique. Des scientifiques intègres sont éclaboussés par les malversations intellectuelles de chercheurs véreux. Des gouvernements se sont laissé convaincre d’adopter des politiques coûteuses pour lutter contre un réchauffement monté de toutes pièces. Et que dire de la réglementation contraignante imposée pour sauver la planète d’un danger fictif? Si des compagnies de tabac s’étaient rendues coupables des mêmes délits, si elles avaient comploté pour cacher la vérité, elles auraient été clouées au pilori. Qu’en sera-t-il dans le cas du CRU?

Si les révélations sur l’arnaque climatique sont consternantes, le quasi-mutisme de l’élite médiatique, habituellement friande de scandales, l’est tout autant : c’est à peine si la nouvelle est mentionnée par les journalistes spécialisés en environnement; et les manchettes sont consacrées à des nouvelles relativement insignifiantes en regard de l’éclatement de la bulle verte. Se pourrait-il qu’on tente d’étouffer l’affaire? L’information qu’on nous rapporte serait-elle choisie en fonction d’objectifs partisans? Et on se demande pourquoi les médias traversent une crise?!?!

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 312 autres abonnés

%d bloggers like this: