G20: La préférence nationale n’a pas été inventée par Le Pen (Back to ‘Buy American’ and ‘British jobs for British workers’?)

Jaurès aurait voté FNDepuis le collage sur les murs de France de nouvelles affiches du Front National faisant référence à Jean Jaurès et Roger Salengro, on peut observer chez de nombreux socialistes une relativisation voire une négation des mesures prises avant guerre par la gauche en faveur de la préférence nationale à l’embauche. Les bonnes consciences de gauche se disent indignées par ces affiches : ces lois de préférence nationale n’auraient jamais réellement existé en France ou leur application serait en grande partie exagérée par pure démagogie électorale. Le sociologue Christian Jelen n’étant pas vraiment catalogué comme “d’extrême droite”, il nous a semblé opportun de réexhumer cet article paru dans Marianne le 22 juin 1998 et intitulé “La préférence nationale vient de la gauche”. Une façon polie de demander à la gauche actuelle de faire son devoir de mémoire. François Desouche
La préférence nationale n’a pas été inventée par Le Pen. Elle ne date pas non plus de Vichy. Elle plonge ses racines dans l’histoire du mouvement ouvrier. D’où sa résonance dans l’électorat populaire. Christian Jelen
Des emplois britanniques pour les travailleurs britanniques. Gordon Brown
Si on donne de l’argent aux industries automobiles pour se restructurer, ce n’est pas pour apprendre qu’une nouvelle usine va partir en Tchéquie ou ailleurs. Nicolas Sarkozy
Aujourd’hui, le groupe Renault va annoncer le rapatriement de la production d’un véhicule jusqu’à présent réalisé hors de France, dans l’usine de Flins, ce sera un surplus d’activité pour cette usine. Le plan automobile, qui a été décrié il y a quelques semaines, est aujourd’hui repris par l’ensemble des pays de l’Union européenne et il commence à obtenir des résultats. Luc Chatel (secrétaire d’Etat à l’Industrie, Europe 1)
La crise a été provoquée par les comportements irrationnels de blancs aux yeux bleus. Lula da Silva
Est-il indispensable de salir l’Education nationale en l’associant au ministère des expulsions? Etudiante en histoire de l’Ecole normale supérieure.
Le peuple français dans sa très grande majorité adhère à ma politique. Il pense qu’il faut maîtriser les flux migratoires. [Quant aux associations] elles n’ont aucune légitimité. Eric Besson (ministre de l’Immigration)

Cette saison, le protectionnisme ressemble étrangement… à la préférence nationale!

Alors qu’Obamalâtrie oblige, la plupart des commentateurs oublient que comme le Congrès à majorité démocrate, ses soutiens syndicaux et son électorat de base, leur saint homme est non seulement largement opposé aux traités de libre-échange avec les pays voisins de l’Amérique latine et à l’immigration incontrôlée mais que son plan récemment dévoilé fait, au-delà de la poursuite du subventionnement massif des entreprises automobiles américaines, largement recours à la « préférence nationale » fleurant bon la rhétorique « Buy American » des années 30 ! (recours exclusif à de l’acier américain pour les projets d’infrastructure, uniformes des fonctionnaires « made in USA ») …

Que, crise oblige et dans la patrie même du libéralisme, un Premier ministre travailliste reprend les slogans de préférence nationale des fascistes des années 30 ou du National Front des années 70 …

Et que, sur fond de séquestrations et occupations d’usines attisées par l’extrême-gauche, le gouvernement Sarkozy multiplie sur tous les fronts les mesures de préférence nationale (prêts à taux préférentiels pour les entreprises nationales, incitations aux rapatriement de production sur le territoire national, menaces explicites contre les entreprises qui relocaliseraient…

Pendant que la gauche bien-pensante tempête contre l’immigration choisie, la réduction du regroupement familial et des régularisations comme de la chasse aux sans papiers et des reconduites à la frontière et des interpellations d’aidants …

Et que des ministres de la République se voient empêchés l’accès au nouveau musée, toujours pas officiellement inauguré, de l’histoire de l’immigration à Paris …

Retour avec une tribune de 1998 du sociologue Christian Jelen dans Marianne (merci Sérum de liberté ), sur la véritable origine de la préférence nationale contre laquelle notre gauche bien-pensante est si remontée …

La préférence nationale vient de la gauche
Christian Jelen
Marianne2.fr
22 Juin 1998

Défense de Balladur qui ploie sous les invectives depuis sa proposition d’associer le FN à un débat sur la préférence nationale.

Il suffit de parler de préférence nationale pour déclencher l’hystérie des prêcheurs du conformisme pluriel, le Monde, Les Verts, les trotskistes, les gauchistes de FO et de la CFDT, les communistes, certains socialistes, des chefs du RPR et de l’UDF, etc. «La préférence nationale, martèlent-ils, c’est Le Pen, c’est l’extrême droite.» Désolé de les contredire: la préférence nationale n’a pas été inventée par Le Pen. Elle ne date pas non plus de Vichy. Elle plonge ses racines dans l’histoire du mouvement ouvrier. D’où sa résonance dans l’électorat populaire.

La protection des travailleurs nationaux est au coeur des débats de la 1re Internationale, créée en 1864 à Londres. Ses fondateurs, dont Karl Marx, veulent contrôler les mouvements de main-d’oeuvre afin que les patrons ne puissent recourir aussi facilement aux travailleurs étrangers pour briser une grève ou faire baisser les salaires. Vers la fin du XIXe siècle, tant qu’il y a de l’embauche, les ouvriers parisiens ne songent pas à demander l’expulsion des étrangers, d’autant que ceux-ci, déjà, se chargent des besognes les plus dangereuses ou les plus viles. Mais, dès que la crise économique éclate, la présence des étrangers est remise en question. Faut-il s’étonner que les premiers décrets restreignant le travail des étrangers en France aient été signés en août 1899 par Alexandre Millerand, premier socialiste membre d’un gouvernement ?

La préférence nationale est au centre des débats du syndicalisme ouvrier, aussi bien avant 1895, année de naissance de la CGT, qu’après. Pour les syndicalistes, des immigrés trop nombreux forment la réserve du capitalisme dont parlait Marx. Les patrons s’en servent pour diminuer les salaires. Pour ne pas en arriver à une situation conflictuelle, la CGT préconise un strict contrôle des flux migratoires.

En 1915, en pleine guerre, la CGT pose la question des ouvriers étrangers: «On ne peut pas les faire venir là où la main-d’oeuvre locale est suffisante… Il faut ensuite assurer aux immigrants un salaire égal à celui des ouvriers nationaux employés dans la même profession.» La création d’un Conseil supérieur de l’importation de la main-d’oeuvre étrangère est exigée. Après 1920, la CGT non communiste, majoritaire, proteste contre l’immigration clandestine et les faux réfugiés politiques, surtout à partir de 1931, quand la France subit la crise économique. La SFIO, par la voix de Léon Blum dans le Populaire, admet qu’«en temps de crise, toute immigration supplémentaire doit être suspendue. [...] Pour prévenir les conflits possibles entre chômeurs français et travailleurs étrangers.» Et leur prévention exige un contrôle des flux migratoires.

La crise s’aggravant, la gauche vote ou fait voter des lois de préférence nationale (loi Herriot de 1932 et décrets-lois Daladier de 1938), d’une grande brutalité. Lors de son congrès de Royan, en 1938, la SFIO admet que «la France ne peut pas supporter à elle seule la plus grosse part des charges découlant du droit d’asile» des réfugiés allemands, autrichiens, juifs, espagnols… Cinquante ans avant Rocard, Blum et ses amis reconnaissent que la France ne peut pas «accueillir toute la misère du monde».

Après la Libération, ainsi que François de Closets le rappelle dans le Compte à rebours (Fayard), la gauche a largement contribué à faire bénéficier le secteur public de la préférence nationale. Des artistes ont aussi accès à ce privilège. Ainsi, la France statutaire bénéficie de la préférence nationale, mais la refuse à la France précaire. C’est une situation aberrante, malsaine. Que nos dirigeants, de gauche ou de droite, devraient aborder avec courage. Sans sombrer dans les petites lâchetés ou l’hystérie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 315 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :