Israël: Retour à la doctrine Begin (Back to the Begin doctrine)

Secret war with Iran (Ronen Bergman)
La situation est tragique mais les forces en présence au Moyen-Orient font qu’au long terme, Israël, comme autrefois les Royaumes francs, finira par disparaître. Cette région a toujours rejeté les corps étrangers.Dominique de Villepin (Paris, automne 2001)
Les visées militaires du programme nucléaire iranien ne font plus de doute mais les possibilités de négociations avec le régime de Téhéran n’ont pas été épuisées. (…) De l’avis des experts, d’ici deux à trois ans, l’Iran pourrait être en possession d’une arme nucléaire. Rapport parlementaire français (le 17 décembre 2008)
Les Américains savaient que Saddam Hussein avait reçu l’aide des Français et des Russes avant la guerre, respectivement par la voie diplomatique et la voie militaire. D’un côté, les Français informaient Bagdad des discussions secrètes tenues entre George Bush et Jacques Chirac, ce qui permettait aux Irakiens d’anticiper toute nouvelle manoeuvre des Américains à l’ONU. De l’autre, les Russes avaient dépêché plusieurs agents de haut rang, dont le général Yevgeny Primakov, directement sur le terrain. Ancien proche de Eltsine et ex-directeur du KGB, Primakov avait pour mission d’aider les Irakiens à “nettoyer leurs sites”. Uzi Arad
Le nombre de martyrs ne fait qu’augmenter. Bien que ce soit la volonté d’Allah, il est tout de même possible de frapper l’ennemi sans avoir à sacrifier la vie d’un musulman. Comment faire? Post posé en mai sur le forum de chat al7orya proche d’Al Qaida
Au terme de huit années de combats acharnés en Irak et Afghanistan, le mécanisme de recrutement des candidats aux attentats suicides tend à s’épuiser. Ronnen Bergman

Pendant que, dans son obsession à se démarquer de la doctrine Bush, l’auteur du hold up du siècle semble sonner le retour à la doctrine Eisenhower

Et qu’on apprend que les services secrets français auraient aidé l’ex-terroriste Cesare Battisti à fuir l’Hexagone pour le Brésil en 2004 …

Petit retour, avec le dernier livre du journaliste israélien Ronen Bergman et après la correction qu’il vient d’infliger aux suppléttifs des mollahs au Liban comme à Gaza, sur le retour d’Israël à la doctrine Begin.

A savoir la doctrine (du nom de premier ministre israélien qui avait ordonné en 1981 la destruction du réacteur nucléaire irakien d’Osirak) selon laquelle « Israël est en droit de prendre les moyens les plus extrêmes sans tenir compte de la communauté internationale si son existence même est menacée ».

Comme l’avait démontré en septembre dernier la destruction d’un autre site nucléaire, celui-là en Syrie qui, après avoir accueilli (comme d’autres pays comme la Jordanie ou la Turquie – ou même européens comme les Pays-Bas? – et avec l’aide des services secrets russes et français?) les restes des ADM de Saddam à la veille de l’invasion américaine, venait de recevoir, avec l’aide notamment financière de son allié iranien, ceux d’une Corée du nord soucieuse de les soustraire aux inspections internationales.

Mais aussi, à l’heure où les formidables pertes d’Al Qaeda (ultime confirmation du succès de la campagne irakienne du président Bush) l’obligent à s’orienter vers des solutions techniques (attentats téléguidés avec voitures, avions, robots ou chiens piégés!) pour pallier le manque de candidats au suicide, sur d’intéressantes révélations sur la guerre largement secrète d’Israël contre l’Iran.

Où l’on découvre (du moins dans les comptes-rendus que j’en ai lu) qu’occupé à vendre ses armes et à contrer Saddam (en particulier pendant la guerre Iran-Irak), Israël a mis du temps à percevoir la menace iranienne et notamment, depuis celui de Tyre en 1982, celle des attentats au véhicule piégé orchestré par le maitre-terroriste Imad Moughnyeh (dont elle finira par avoir la peau l’été dernier – à défaut de ben laden qu’elle manquera de peu d’empoisonner en 1985).

Mais que depuis la guerre secrète fait rage, via notamment de mystérieuses actions de sabotage, accidents d’avion ou même de morts suspectes de scientifiques nucléaires iraniens visant à retarder le programme nucléaire des mollahs, eux-mêmes réduits à l’occasion au bluff et aux photos de modèles réduits

Living to Bomb Another Day
RONEN BERGMAN
The New York Times
September 10, 2008

Tel Aviv

“AMONG all the bombs, explosives and guns, the number of martyred dead is rising. Though this is the will of Allah, it is nevertheless possible to cause the enemy greater damage without exposing the Muslims to danger. How is it to be done?”

This question, which appeared as a post in May on the Web site Al7orya, one of the most important of Al Qaeda’s closed Internet forums, is only one example of the evidence that has been accumulated by American and Israeli intelligence in recent months of a significant ideological change under way within Osama bin Laden’s organization. Seven years after 9/11, it may well be that we are witnessing the beginning of the end of suicide terrorism and a shift toward advanced technologies that will enable jihadist bombers to carry out attacks and live to fight another day.

Although Islamic suicide terrorism dates back to the anti-Crusader “assassins” of the 11th century, its modern history begins with statements made by Sheik Mohamed Hussein Fadlallah, the spiritual compass of Hezbollah, in an interview published in 1983. “We believe that the future has surprises in store,” he said. “The jihad is bitter and harsh, it will spring from inside, through effort, patience and sacrifice, and the spirit of readiness for martyrdom.”

A short time later, Sheik Fadlallah’s bodyguard, Imad Mughniyah, organized a series of murderous suicide attacks — first against Israeli military targets, than against the American Embassy in Beirut and finally, of course, against the barracks of the American-led multinational force in Lebanon, causing nearly 300 deaths. From there, it was a short march to 9/11.

Despite countless attempts by Western intelligence agencies, and the many projects by psychologists trying to draw the profile of the average suicide terrorist, we have failed miserably in finding a solution to the “poor man’s smart bomb.” Now, however, attrition may achieve what the experts have not: after years of battle in two main arenas — Iraq and Afghanistan — Al Qaeda’s suicide-recruitment mechanisms are beginning to wear out.

While the terrorist group has been careful not to mention it in its official statements, it is no longer uncommon to find jihadists in their chat rooms and, according to Western intelligence sources, in interrogations, stating that young men are reluctant or simply too scared to take part in suicide attacks. At the same time, military blows against Al Qaeda’s training structure since 2001 have meant that the number of extremists with combat experience is decreasing, and that new recruits are harder to train.

The startling cost in lives of its operatives in Iraq and Afghanistan has motivated Al Qaeda’s technical experts to start seeking technical solutions, primarily on the Internet, that would render suicide unnecessary. These solutions mostly revolve around remote controls — vehicles, robots and model airplanes loaded with explosives and directed toward their targets from a safe distance.

This turn to technology, however, is not devoid of religious aspects: although dying in battle is undisputedly holy, many scholars claim that any intentional taking of one’s own life is forbidden, thus outlawing suicide attacks altogether. Even religious rulers who endorse suicide attacks consider them to be a last resort, to be used only when all other means are exhausted.

“Martyrdom operations are legitimate, and they are among the greatest acts of combat for Allah’s cause,” said Bashir bin Fahd al-Bashir, a Saudi preacher and one of Al Qaeda’s most popular religious authorities, in a recent sermon. “But they should not be allowed excessively. They should be allowed strictly on two conditions: 1. The commander is convinced they can definitely inflict serious losses on the enemy. 2. This cannot be achieved otherwise.”

The meaning of such dictates is clear: carrying out suicide attacks when there are alternatives that would allow the bomber to survive should be considered “intihar,” the ultimate sin of taking one’s own life without religious justification.

Avoiding suicide has become the major topic on Al Qaeda’s two main Web platforms for discussing the technological aspects of jihad, the forums Ekhlaas and Firdaws. “Those overpowering Satan’s seduction are few, and we sacrifice those few since they may win us Paradise,” read a posting on both sites this summer on the subject of “vehicle-borne improvised explosive devices.” It continued: “Yet, keeping them alive is beneficial for us, since every one of them is tantamount to an entire people. So we must find a way to save those lives and harness that zeal.”

The post led to a vast and heated online discussion among extremists, illustrating the new complexity of the topic. As the jihadists on these sites move from discussing ideology to the practical aspects, it becomes clear that their biggest technological challenge will be moving on from the radio-wave technology that has proved highly successful in remotely setting off homemade bombs against military convoys in Iraq to the more delicate task of getting the explosive to its target and then detonating it without being exposed.

Unfortunately, Al Qaeda seems well on its way to gaining such an ability. Chatter on these sites has tended toward discussions of the various types of remote-piloted aircraft able to carry the necessary weights, as well as specific robot designs, including models that police forces use to dispose of explosive devices. One extremist pointed out the ease with which such robots can be acquired commercially.

Also, in a document posted last month at Maarek, the most sophisticated jihadist forum for discussing explosives manufacturing, a prolific technical expert calling himself Abu Abdullah al-Qurashi suggested training dogs to recognize American troops’ uniforms, then releasing other dogs carrying improvised explosive devices toward American soldiers so the bombs can be detonated from a safe distance. The author begins with the following words: “I.E.D. operations, but this time, with dogs. Yes, dogs! Brothers, some may find my words fantastic. But, believe me, we should better let a dog die, than let a Lion of Islam die!”

To get a feeling for how Western militaries and security services plan to counter this next wave of terrorism, I talked to Gadi Aviran, the founder of Terrogence, a company made up of former members of Israel’s intelligence community and special military units that gathers information on global jihad as a subcontractor for intelligence agencies in Israel, the United States and Europe. “All of these secretive discourses in the password-protected cyber forums are of the same spirit,” he told me. “Mujahedeen’s lives are fast becoming too valuable to waste and although this seems like good news, the alternatives may prove to be just as difficult to deal with.”

So, while an end of suicide terrorism might seem like a good thing for the troops in Iraq and Afghanistan, the bad news is that the extremists seem to be well on their way to mastering all sorts of new technology, much of which, such as using dogs and remote detonators, is simple and cheap.

Most counterterrorism experts estimate that for military forces to devise and deploy countermeasures to a new insurgent strategy usually takes two to five years. Moreover, in the case of remote-control systems, improvements in technology mean that the signal-blocking systems now being used by Western militaries may no longer be effective.

Another hurdle Western forces may face is that a new emphasis on remote execution would significantly change the profiles of the terrorists. The uneducated, enthusiastic youths from weak economic backgrounds who have formed the bulk of Al Qaeda’s followers — and whom our intelligence services have spent a decade identifying and neutralizing — will give way to a new type of activists: electricians and robotics experts will join the qualified chemists who make the explosives in order to carry out non-suicide attacks.

The good news is that suicide bombing seems to be on the wane. The bad news is that Western forces will almost certainly face a new breed of highly educated Qaeda terrorist.

Ronen Bergman, a correspondent for Yedioth Ahronoth, an Israeli daily, is the author of “The Secret War With Iran.”

He had recently learnt that Saddam had paid the North Koreans a $10m deposit for long-range missiles that could be adapted to carry chemical or biological weapons. Apparently the missiles were never delivered but North Korea kept the money.

http://www.timesonline.co.uk/tol/news/world/article1018123.ece

Bracing for Revenge
Ronen Bergman
The New York Times
February 18, 2008

Tel Aviv

THE assassination of Imad Mugniyah, the Hezbollah terrorist, in Damascus last week was a warning that even the most elusive prey can be hunted down — given skill, determination and patience on the part of the hunter. The blast that dispatched Mr. Mugniyah, a top target for Israeli and American intelligence for most of three decades, was heard loud and clear by Khaled Mashal, the exiled political chief of Palestinian Hamas, who at the time was meeting with Syrian intelligence officers only a few hundred yards away.

In 1997, Mr. Mashal escaped death at the hands of the Mossad, the Israeli spy agency, when a poisoning attempt in Amman, Jordan, went disastrously wrong. This was one in a series of botched operations, culminating in the failures of the 2006 Lebanon war, that nearly wrecked the Mossad’s once-lofty reputation.

Although Israel has denied carrying it out, the Mugniyah hit was exactly the kind of thing needed to restore that reputation. Pinpointing the location of this evasive quarry, placing an explosive charge in his S.U.V. precise enough to kill him and no one else (“Pity about that new Pajero,” chuckled one intelligence official in Tel Aviv), and operating in the heart of an Arab capital saturated with secret police — this is the stuff that gave the Mossad its name.

Indeed, Israeli and American intelligence agencies have recently racked up a number of successes in their clandestine war against Iran and the terrorist movements it backs. It may be no coincidence that the Damascus operation followed the apparent defection to the United States last year of an Iranian general, Ali Reza Asgari, who in the 1980s had helped Mr. Mugniyah establish Hezbollah as a military force in Lebanon.

But however much backslapping and Champagne-cork popping may be going on in Tel Aviv and Langley, Va., the questions remains: Was it worth the effort and resources and the mortal risk to the agents involved? Few would deny that Mr. Mugniyah, who had the blood of many hundreds of Americans and Israelis, not to mention Frenchmen, Germans and Britons, on his hands, deserved the violent death that befell him, or that eliminating this top-flight mass murderer might prevent more death. But this act of combined vengeance, punishment and pre-emption might extract a far greater cost in the future.

At Mr. Mugniyah’s funeral on Thursday, Hezbollah’s leader, Sheik Hassan Nasrallah, threatened to retaliate against Israel, saying, “Let it be an open war anywhere.” The Israeli Counterterrorism Bureau warned Israelis traveling outside the country to avoid Arab or Muslim countries, remain on “high alert” and beware of kidnapping.

There are precedents. It was on Feb. 16, 1992, that Ehud Barak, then chief of staff of the Israeli military and now minister of defense, gave the order for two combat helicopters hovering over south Lebanon to rocket a convoy in which the Hezbollah leader, Sheik Abbas Musawi, was traveling. Sheik Musawi, his wife and his 6-year-old son were killed. The response was not long in coming: for five days, Katyusha rockets rained down on northern Israel. A 5-year-old girl was killed.

This was only the beginning. Watching television coverage of Sheik Musawi’s assassination at their home in Turkey had been Ehud Sadan, chief of security at the Israeli embassy in Ankara, and his wife. “I hope this doesn’t spark a war of assassinations,” Mrs. Sadan said. Her husband reassured her that nothing would happen. On March 7, he was blown up by a bomb planted under his car. The authorities arrested several members of Turkish Hezbollah, acting under orders from Mr. Mugniyah.

Ten days after that, Mr. Mugniyah’s men blew up the Israeli Embassy in Buenos Aires, killing 29 people and wounding more than 220. Two years later, in July of 1994, a suicide bomber struck at the offices of a Jewish community organization in Buenos Aires, killing 85. A joint investigation by Mossad and the Central Intelligence Agency uncovered clear evidence of Mr. Mugniyah’s involvement in all three bombings. The telephone monitors of the United States National Security Agency turned up “not a smoking gun, but a blazing cannon,” in the words of a Mossad official. A senior Hezbollah operative, Talal Hamiyah, was taped rejoicing with Mr. Mugniyah over “our project in Argentina” and mocking Israeli security services for not preventing it.

Ever since, the Israelis have been very cautious about assassinating Hezbollah leaders. Two weeks before Israel withdrew from Lebanon in May 2000, military intelligence had Mr. Mugniyah in its sights. Mr. Barak, then prime minister, ruled out a hit, for what he claims were operational reasons, but he surely had the aftermath of the Musawi assassination in mind.

Today, whether Mr. Barak has unlearned his lesson or not, Hezbollah has no doubt that it was Israel who eliminated its top terrorist, and once more it is bent on vengeance. As Hezbollah draws no fine distinctions between the United States and Israel, both nations, along with Jews around the world, might well have to pay the price for the loss of the man whose mystical aura was as important as his operational prowess.

In the immediate aftermath, Hezbollah has chosen not to respond with volleys of rockets aimed at Galilee, as many Israelis feared. But an inkling of how the group might respond can be found in the July 2007 statements of Michael McConnell, America’s director of national intelligence, expressing grave apprehension about Hezbollah sleeper cells in the United States that could go into action should the Americans cross the organization’s “red line.”

This line has now been crossed. Only the severest of countermeasures by the intelligence services of Israel and the United States will prevent last week’s assassination, justified as it was, from costing a vastly disproportionate price in blood.

Ronen Bergman, a correspondent for Yediot Aharonot, an Israeli daily, is the author of the forthcoming book “The Secret War With Iran.”

Voir enfin:

L’opération du siècle : l’histoire secrète du 6 septembre 2007
drzz

Mercredi 23 avril 2008

« Je sais ce qui est arrivé ce jour-là, et quand le monde l’apprendra, il sera stupéfait ». Ainsi s’exprime Uzi Arad, un ancien espion du Mossad, à propos de l’opération du 6 septembre 2007. Reprenons la chronologie et analysons ce coup de force.

Flash-back : automne 2002. Les services secrets israéliens soupçonnent la Syrie d’être le point de chute de l’armement du régime irakien. Bien avant la chute de Bagdad, des katsas (agents) du Mossad s’étaient infiltrés clandestinement en Syrie et dans la vallée de la Bekaa au Liban, là où de multiples sources concordantes indiquaient que les services de Saddam Hussein transféraient l’armement lourd du régime, auparavant revendu aux Syriens par l’entremise des Russes. Les Américains savaient que Saddam Hussein avait reçu l’aide des Français et des Russes avant la guerre, respectivement par la voie diplomatique et la voie militaire. D’un côté, les Français informaient Bagdad des discussions secrètes tenues entre George Bush et Jacques Chirac, ce qui permettait aux Irakiens d’anticiper toute nouvelle manoeuvre des Américains à l’ONU. De l’autre, les Russes avaient dépêché plusieurs agents de haut rang, dont le général Yevgeny Primakov, directement sur le terrain. Ancien proche de Eltsine et ex-directeur du KGB, Primakov avait pour mission d’aider les Irakiens à « nettoyer leurs sites ».

Il ne s’agissait pas d’une opération particulièrement originale. Durant la Guerre Froide, l’URSS avait fourni du matériel militaire à des pays alliés, et cette pratique s’était poursuivie après la chute du mur de Berlin et la dissolution de l’empire soviétique. Dans l’organigramme russe, le FSB devait s’acquitter d’une opération spéciale, baptisée Sarindar (« sortie de secours », en roumain). Plusieurs pays de l’ancien bloc de l’Est connaissaient cette règle tacite selon laquelle aucune arme de fabrication russe ne devait tomber entre les mains de l’ennemi. Or l’Irak est un très bon client. Dont acte.

En novembre 2002, une armée d’espions russes entre en Irak depuis l’ouest et s’établit dans la province d’Anbar, la plus étendue du pays. Plus tard, pendant l’offensive alliée, les agents du FSB se battront contre les forces spéciales australiennes et les commandos de la CIA au cours d’affrontements qui ne figureront dans aucun livre d’histoire. Mais revenons à la veille de 2003. Primakov atterrit à Bagdad. L’opération nettoyage commence immédiatement.

Le commandant Ion Mihai Pacepa, ancien directeur des services secrets roumains, avait briefé les Occidentaux sur les intentions russes. Les Américains savaient. Le Mossad également, ce qui permet à Ariel Sharon de prédire, dès décembre 2002, que le vrai potentiel militaire du régime de Saddam Hussein se trouve déjà entre les mains de Damas. A la veille de la guerre en Irak, les analystes de la NGA, stupéfaits, observent des colonnes de camions passer la frontière. Une avalanche de renseignements atterrit sur le bureau du Mossad et de la CIA. On y parle de fosses de 6/8m de côté et de 25/35m de profondeur creusées par le génie syrien au Liban et en Syrie. Elles auraient reçu du matériel interdit irakien puis auraient été comblées et replantées, le tout sous supervision russe. La Syrie aurait été payée 35 millions de dollars pour ses prestations.

A l’aube de la guerre, un dissident syrien du nom de Nizar Najoef écrit une lettre au journal néerlandais De Telegraaf, dans laquelle il affirme connaître la localisation de ces sites secrets. Atteint d’un cancer en phase terminale, Najoef avoue qu’il n’a rien à perdre à divulguer ces informations. Le journal publie ses dires. Personne ne dément. Le LAP israélien, le service de désinformation du Mossad, s’arrange pour que l’affaire retombe comme un mauvais soufflé. Du moins, dans la presse.

Car pour les renseignements occidentaux, la présence d’armes irakiennes dans le pays voisin reste un sujet de profondes inquiétudes. Interrogé par le Sunday Times en 2004, le chef du groupe de recherche américain sur les Armes de Destructions Massives irakiennes, David Kay, souffle à demi-mot que « du matériel dangereux » du régime de Saddam Hussein a, en effet, passé la frontière. A l’été 2004, le chef de l’UNMOVIC, Demetrius Perricos, annonce au Conseil de Sécurité de l’ONU que des « éléments de missiles et de matériel dangereux ont été exportés de l’Irak vers l’étranger à une cadence de mille tonnes par mois ». Pressé de questions par la presse, il botte en touche. Le reste est classé top secret.

Fraîchement élu au poste de directeur du Mossad, Meir Dagan réveille ses armées de sayanim (agents dormants) en Syrie. Ils ont tôt fait de déterminer la présence de sites noirs. En 2005 puis 2006, le programme ECHELON de la NSA commence à sillonner le nord de Damas, pendant que les Israéliens quadrillent la frontière avec l’Iran depuis leur satellite Ofek. A cette période, on craint que le matériel irakien finisse par enrichir le programme nucléaire iranien. Mais il n’en est rien, et les services de renseignement occidentaux le réalisent bientôt.

Début 2007, l’ONI, le renseignement de la marine américaine, annonce avoir repéré un navire suspect en route vers Lattaquié, le premier port de Syrie. Les Américains transmettent l’information au Mossad, lequel dispose d’une fourmilière d’informateurs dans le pays. Le chalutier suspect est très vite repéré. Naviguant sous pavillon sud-coréen, il a été déchargé de nuit dans le port de Lattaquié, et ne figure sur aucun registre. Intrigués, des katsas israéliens suivent les convois en partance de Lattaquié et annoncent l’existence d’un site de stockage secret dans la province de Dar el-Zour, au nord de Damas, au bord de l’Euphrate. Le Mossad suggère que des expérimentations avec du matériel radioactif y ont lieu, et que le navire au pavillon « sud-coréen » est en réalité venu de Corée du Nord. L’affaire est grave.

Mise au courant, l’administration Bush hésite. Les Israéliens, handicapés par un ministre de la Défense affable, Amir Peretz, refusent de se risquer dans un nouveau conflit régional. Tout l’été, le service de désinformation du Mossad, le LAP, laisse filtrer des rumeurs de guerre imminente avec la Syrie afin d’intimider l’adversaire. Damas répond en organisant des exercices de protection civile et en clamant être prêt à « couvrir Tel-Aviv de roquettes ». Finalement, la stratégie israélienne capote. Sur place, les informateurs du Mossad notent que le travail n’est pas perturbé à Dar el-Zour et observent un continuel va-et-vient de scientifiques nord-coréens. Il s’agit d’experts en missiles balistiques. Depuis la fabrication du No-Dong, les Nord-Coréens sont devenus des exportateurs de renom dans tout ce qui se rapporte aux missiles à longue portée.

Israël commence à s’inquiéter sérieusement, d’autant que l’on sait que la Syrie a été le premier soutien du Hezbollah durant la guerre du Liban, l’été précédent. Les Américains le sont tout autant, eux qui soupçonnent que le gaz sarin utilisé contre leurs troupes par la guérilla irakienne au printemps 2007 a été livré par une Syrie puisant dans ces « sites noirs ». En effet, le 26 juillet 2007, le Mossad sabote un programme de missiles installé dans une base syrienne près d’Alep. Les katsas rapportent que les Scud-C détruits contenaient des ogives de gaz moutarde. Les questions affluent : si la Syrie utilise l’armement irakien pour créer son propre arsenal chimique, serait-il possible qu’elle envisage plus léthal encore ? L’inquiétude autour de Dar el-Zour grandit. Afin de coordonner leurs efforts, Israël et les Etats-Unis lancent une opération conjointe baptisée Orchard (« le verger »). Tous les ressources des deux pays sont engagées dans la collecte d’informations.

Les photos satellites laissent les analystes perplexes : le complexe secret n’a aucune cheminée, ce qui l’empêche de rejeter des gaz radioactifs en cas d’expérimentation comme c’est le cas au centre de Yongbyon, en Corée du Nord. Or le Mossad a des preuves que le site syrien a été construit en 2003, soit à l’aube de la guerre en Irak. Le complexe est donc terminé. De plus, des espions israéliens confirment la présence de scientifiques irakiens évacué par le renseignement syrien avant la chute du régime baasiste. Des experts… de l’atome.

Amir Peretz est limogé en juin 2007. Son successeur se révèle être Ehud Barak. Le choix du premier ministre Olmert n’est pas anodin : Barak a commandé l’unité la plus secrète de l’armée israélienne : la Sayeret Matkal. En 1973, c’est avec eux qu’il a lancé une action commando à Beyrouth durant laquelle plusieurs membres du groupe palestinien « Septembre Noir » ont été abattus. A peine Barak est-il nominé qu’il fait appel à son ancienne unité, et lui confie une mission : déterminer la nature du site de Dar el-Zour.

A Washington, l’administration Bush demande confirmation : le matériel incriminé est-il réellement radioactif ? Le commando de Tsahal est parachuté de nuit aux abords du site. Les commandos de la Sayeret Matkal, en uniforme de l’armée syrienne, s’infiltrent à l’intérieur du complexe et relèvent des échantillons. De retour à Tel Aviv, ils les transmettent aux laboratoires de l’armée. La nouvelle stupéfie tout le monde : oui, l’usine de Dar el-Zour possède du matériel nucléaire. Oui, on y travaille sur des missiles balistiques à longue portée. Oui, le spectre d’une bombe atomique à quelques encablures de Jérusalem n’est plus un fantasme.

Décision est prise d’éliminer le danger. L’opération Orchard entre dans sa phase opérationnelle. Washington renseigne les Israéliens sur les défenses syriennes. Le 5 septembre, la Sayeret shaldag, les commandos de l’armée de l’air, sont parachutés sur Dar el-Zour. Leur mission ? Marquer la future cible au laser. Le même jour, l’unité de guerre électronique de Tsahal attaque le système de radar syrien de Tall al-Abuad, qui sera détruit par les chasseurs israéliens avec des missiles Maverick. Libres de tout mouvement, quatre F-16 de la 69e escadrille, venus de la mer, survolent le territoire ennemi sans encombres, appuyés par quatre chasseurs et un avion-espion ELINT, restés à l’arrière. Juste après minuit, le 6 septembre, les pilotes hébreux écrasent Dar el-Zour en quelques secondes en utilisant leurs bombes bunker busters, tuant plusieurs dizaines de Syriens.

Plus tard, les satellites espions américains intercepteront des communications de l’ambassade chinoise à Damas annonçant la découverte de cadavres de scientifiques nord-coréens dans les ruines du site. A Pyongyang, Damas, Washington et Jérusalem, on se tait.

Sur le terrain, les Syriens se hâtent de recouvrir le site avec des tonnes de terre, craignant l’impact des radiations.

En Israël, un officiel, visiblement soulagé, murmure au Sunday Times que la Syrie « préparait une très mauvaise surprise à Israël ». Devant son cabinet, un Ehud Barak aux anges préfère rester énigmatique : « nos succès ne sont pas rendus publics, mais cela ne veut pas dire que nous n’accomplissons rien. »

En effet. Telle est l’histoire du 6 septembre. Personne ne sait encore que l’armée israélienne a réalisé, avec un succès insolent, l’opération du siècle.

« Opération Audace » : l’affaire Tinner
drzz

Samedi 24 janvier 2009

« L’affaire Tinner » est l’un des dossiers d’espionnage les plus explosifs de ces cinq dernières années, si délicat d’ailleurs qu’une partie a été détruite sur ordre du gouvernement suisse.

Tout commence avec l’immanquable Abdul Qadeer Khan, le scientifique le plus redouté de la planète et père de la bombe atomique pakistanaise. Khan est connu pour avoir fourni illégalement de la technologie nucléaire à plusieurs Etat voyous, dont la Corée du Nord, l’Iran et la Libye.

Dans le monde opaque du renseignement, la filière Khan est le vecteur le plus grave de prolifération nucléaire. Son réseau compte des ingénieurs, diplomates et industriels, chapeautés par l’ISI (le renseignement pakistanais), qui vendent à leurs clients les plans d’armes nucléaires, leur envoie des conseillers, forme leurs ingénieurs, et s’assure de juteux dividendes sous forme de fonds illégaux. Abdul Khan, protégé par le gouvernment pakistanais, est pourtant un homme en sursis : il figure sur la liste des personnes à kidnapper dans les fichiers de la CIA. Quant au gouvernement israélien, il l’a condamné à mort et envoyé le Kidon sur ses traces.

Lorsqu’Israël frappe le site nucléaire d’Al-Kibar en septembre 2007, pendant l’opération « Orchard », il sait que Khan est derrière le matériel nucléaire fourni à la Syrie. Quant aux Américains, ils ont la preuve que le Pakistan participe à l’élaboration du programme atomique iranien. Tinner photo

La filière Khan s’appuie sur une fabrique installée en Malaisie. Son nom ? Scomi Precision Engineering. Entre 2001 et 2003, elle a construit près de 2’000 centrifugeuses au gaz destinés à produire de l’uranium enrichi et, à terme, des engins atomiques. L’entreprise a engagé un consultant technique du nom d’Urs Tinner (photo), un citoyen helvétique de 39 ans. Son frère Marco est ingénieur, son père Friedrich également. Or, tous trois font partie du réseau Khan.

Abdul Khan est un proche ami des Tinner, dont il parle comme d’une « famille honnête ». Il a souvent été invité dans leur demeure située en Suisse orientale.

Leur trafic de composants nucléaires a été monté grâce à des appuis en Asie, Europe et au Moyen Orient. Un Sri Lankais, directeur d’une entreprise fantôme, commande des éléments de centrifugeuses pouvant servir à d’autres fins (agriculture, par exemple), et les fait livrer à Dubaï. Elles changent de containers, partent pour l’Allemagne. De là, elles sont finalement transférées en Libye, où les hommes du colonel Khadafi les remontent et les testent dans des bunkers secrets creusés dans le désert.

Ce que le renseignement libyen ignore, c’est qu’il est étroitement surveillé par la CIA. Les Américains ont monté une opération coup de poing pour démanteler le réseau Khan et, par la même occasion, mettre fin aux velleités nucléaires de la Libye. Nom de code : « Opération Audace ».

En analysant les ramifications de ce trafic international, Langley découvre son maillon faible avec le trio Tinner. En juin 2003, six officiers de la CIA embarquent pour la Suisse. A Seenwald-Frümsen, une bourgade du canton de Saint-Gall, ils pénètrent dans la maison des Tinner en exhibant un faux mandat de perquisition. Profitant de la démoralisation de leurs cibles, les agents convainquent les trois Suisses de travailler pour les Etats-Unis. Lorsque les espions américains repartent, Friedrich, Urs et Marco Tinner sont devenus des agents doubles.

Les Etats-Unis dirigent leurs hommes depuis l’antenne de la CIA à l’ambassade américaine de Berne, refuge préféré du renseignement américain depuis la Seconde Guerre mondiale. Depuis l’automne 2008, la capitale suisse est même devenue la centrale européenne de la CIA.

L’Agence ordonne aux Tinner de préparer un nouveau transfert de composants nucléaires de la Malaisie jusqu’à Tripoli. En octobre 2003, la CIA suit un navire pirate naviguant sous pavillon allemand. Alors qu’il amorce son voyage vers la Libye, le « BBC China » est détourné par la marine américaine vers le port de Tarente, en Italie. Là, une équipe de la CIA le fouille et découvre des composants de centrifugeuses à gaz. Le piège se referme sur la Libye.

Pris la main dans le sac, le colonel Khadafi renonce à son programme d’armes de destruction massive dans la semaine qui suit l’arraisonnage du « BBC China ». Il invite les inspecteurs occidentaux dans les sites nucléaires libyens et fait son mea culpa diplomatique. Devant le Sénat, Porter Goss, directeur de la CIA, ne cache pas son enthousiasme. Cependant, il ne dit pas un mot des Tinner ; les agents double ayant rempli leur contrat, ils sont désormais inutiles. La CIA renonce à les protéger. Erreur fatale.

Début janvier 2004, le SRS (Service de Renseignement Stratégique), le service secret extérieur suisse, remonte la filière Khan et publie un rapport. Complété, ce memorandum débouche sur un mandat d’arrêt international. En octobre 2004, le renseignement allemand arrête Urs Tinner, son frère et son père, et les extrade vers la Suisse en 2005. L’affaire éclate au grand jour.

Le gouvernement helvétique hérite d’un dossier délicat à l’extrême. Plans d’armes nucléaires, manuels de formation, formules de physique avancées, la maison des Tinner est une vraie caverne d’Ali Baba. Les informations que les services secrets découvrent valent des millions. Mis sous pression par la CIA, le gouvernement suisse se retrouve sur la sellette.

Si les écrits des Tinner terminent dans les médias, un groupe terroriste ou un Etat hostile pourrait les utiliser à des fins mortelles. Les agents du SRS sont d’autant plus prudents qu’en 2005, un cas similaire avait provoqué l’émoi au 20, Papiermühlestrasse, à Berne. Un fax du Ministère égyptien des Affaires étrangères, envoyé à son ambassade à Londres et portant sur les prisons secrètes de la CIA, avait été intercepté par le système d’écoute suisse Onyx. Transféré au département « Acquisition » du SRS, il avait inexplicablement terminé dans les médias. Peut-être les Américains ont-ils rappelé cette bévue à leurs homologues helvétiques; quoiqu’il en soit, le gouvernement suisse a décidé de détruire les documents concernant Tinner.

Libérés récemment sur caution, Urs, Marco et Friedrich Tinner, anciens trafiquants internationaux de composants nucléaires devenus agents doubles pour la CIA, n’ont pas été inculpés. Pivots de « l’Opération Audace », les trois ingénieurs suisses ont permis au monde libre d’étouffer les ambitions nucléaires du colonel Khadafi.

Ils ont gagné leur place au panthéon du renseignement.

Another Ignored Discovery
The American Spectator
Steven Martinovich
elhombrelibre
Jun 16, 2004

With the media’s focus on chronicling every attack on coalition forces or terrorist attack against Iraqi civilians in Iraq, they might be forgiven for missing other stories occasionally. Reporting democracy at the local level or the opening of a new school isn’t sexy work for the most part. It’s the equivalent of traveling halfway across the world to cover stories that local beat reporters write every day in your local paper. That focus on Iraqi insurgents, however, seems to have blinded almost everyone to a major story that surfaced last week since it was largely ignored by the media with the exception of the World Tribune and some smaller newspapers.

On June 9, Demetrius Perricos announced that before, during and after the war in Iraq, Saddam Hussein shipped weapons of mass destruction and medium-range ballistic missiles to countries in Europe and the Middle East. Entire factories were dismantled and shipped as scrap metal to Jordan, the Netherlands and Turkey, among others, at the rate of about 1,000 tons of metal a month. As an example of speed by which these facilities were dismantled, Perricos displayed two photographs of a ballistic missile site near Baghdad, one taken in May 2003 with an active facility, the other in February 2004 that showed it had simply disappeared.

What passed for scrap metal and has since been discovered as otherwise is amazing. Inspectors have found Iraqi SA-2 surface-to-air missiles in Rotterdam — complete with U.N. inspection tags — and 20 SA-2 engines in Jordan, along with components for solid-fuel for missiles. Short-range Al Samoud surface-to-surface missiles were shipped abroad by agents of the regime. That missing ballistic missile site contained missile components, a reactor vessel and fermenters — the latter used for the production of chemical and biological warheads.

« The problem for us is that we don’t know what may have passed through these yards and other yards elsewhere, » Ewen Buchanan, Perricos’s spokesman, said. « We can’t really assess the significance and don’t know the full extent of activity that could be going on there or with others of Iraq’s neighbors. »

Perricos isn’t an American shill defending the Bush administration, but rather the acting executive chairman of the U.N. Monitoring, Verification and Inspection Commission (UNMOVIC) and his report was made to the Security Council. Yet his report didn’t seem to be of much interest to a media which has used the lack of significant discoveries to question the rationale for the war. After over a year of searching, experts have managed to find little in the way of the biological and chemical weapons that every major intelligence service — including those of Germany and France — maintained existed. We still haven’t, but Perricos’ report brings us one step closer.

The report neatly disarms arguments that Hussein’s WMD programs were non-existent after the first Gulf War. While it’s true that these finds are not the chemical and biological weapons we know existed after that war, they illustrate the tremendous difficulty in locating something in a semi-hostile nation larger than the state of California. They also prove that Hussein made ongoing efforts to hide illegal weapons programs from the world. Ironically, he and his agents used the world in which to hide them.

The implications of the United Nations’ discovery of how Hussein’s regime got rid of many of its banned weapons programs is staggering, especially considering that it happened partly under the watch of U.N. weapons inspectors. And yet many in the media are either unwilling or unable to break out of their cycle of waiting to report the next terrorist attack. The truth about the justification for the war and Saddam Hussein’s Iraq is gradually being revealed to the world, but it seems our journalists don’t want to tell the story.

Steven Martinovich is a freelance writer in Sudbury, Ontario, Canada.
Voir aussi :

http://www.courrierinternational.com/article.asp?obj_id=31666

AFFAIRE BSSEISO – Quand le juge Bruguière s’attaque au Mossad
Chargé d’enquêter sur l’assassinat du leader palestinien Atef Bsseiso, à Paris en 1992, le juge soupçonne les services secrets israéliens. On frôle l’incident diplomatique…
Ronen Bergman
Ha’Aretz
Traduit par Courrier international
6 juil. 2000

DE PARIS
Ah, c’est un sujet extrêmement sensible, surtout pour vous, les Israéliens », prévient le juge d’instruction Jean-Louis Bruguière avec un sourire malicieux. Il tire sur sa pipe, envoyant dans l’air des volutes de fumée odorante avant de claquer la porte du grand coffre couleur argent intégré dans le mur de son bureau. M. Bruguière parle de l’un des dossiers qui se trouvent à l’intérieur du coffre, une épaisse chemise nettement étiquetée « Bsseiso, Yassin, Israël, Mossad ». Le dossier se trouve désormais en sécurité avec les autres, qui tous portent des noms aussi inquiétants que « Carlos », « Abou Nidal » ou « Muammar Kadhafi ». Mais l’affaire Mossad est la plus brûlante dont s’occupe actuellement le juge, qui accuse Israël, et plus particulièrement le Mossad, d’avoir assassiné le chef de la sécurité de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), Atef Bsseiso, à Paris, il y a huit ans, peu avant sa réunion prévue avec des agents des services de renseignements français.
Ayant eu vent du projet qu’aurait M. Bruguière de se rendre à Jérusalem pour y interroger des agents du Mossad, le ministère des Affaires étrangères israélien a dépêché à Paris des fonctionnaires chargés de tâter le terrain officieusement auprès de son homologue français. En Israël, les milieux de la sécurité, inquiets, tiennent à la hâte réunion sur réunion. Dans un télex confidentiel envoyé en mai, l’ambassade d’Israël à Paris a exprimé son inquiétude de voir l’enquête, menée avec zèle par le juge Bruguière, mettre à mal les relations entre les deux pays. L’intéressé semble s’amuser de tout cet émoi. Le juge, qui avait déjà provoqué des tensions diplomatiques entre la France et certains pays, notamment l’Iran, la Libye, la Syrie et l’Algérie, a l’habitude de faire figure de fauteur de troubles professionnel.

Plusieurs balles à bout portant

Atef Bsseiso, âgé de 44 ans au moment de sa mort, était l’un des successeurs du chef terroriste palestinien Abou Iyad, lui-même assassiné en 1991. Bsseiso avait participé à de nombreuses attaques visant des cibles israéliennes. Son dernier travail consistait, entre autres, à assurer la sécurité des responsables de l’OLP en visite en Europe. Il était également chargé des relations avec les services de renseignements étrangers. Bsseiso s’était rendu à Paris pour y rencontrer ses contacts au sein des services secrets français. Ceux-ci prirent la mort soudaine de leur invité de marque comme un affront personnel, et ils s’empressèrent de demander au juge Bruguière de mener une enquête. Le magistrat découvrit que Bsseiso était arrivé par avion de Berlin à Paris le 8 juin 1992. Moins de huit heures après son arrivée, il rentrait d’un dîner tardif quand deux assassins en embuscade le surprirent à l’entrée de son hôtel, le Méridien de Montparnasse. Ils tirèrent sur lui plusieurs fois, à bout portant. Des témoins rapportèrent ultérieurement que les tueurs avaient un « physique européen », qu’ils avaient tous deux les cheveux courts et portaient des joggings sombres. Ils les virent s’enfuir et disparaître dans l’obscurité. L’arme utilisée était équipée d’un silencieux et d’un sac spécial qui recueillait les douilles des balles, afin d’empêcher toute analyse balistique. Une fois de plus, le juge Bruguière semblait hériter d’un casse-tête.
« J’ai d’abord cherché à savoir qui avait informé les assassins des projets de Bsseiso, explique-t-il. Il n’avait initialement pas l’intention de se rendre à Paris, mais il avait changé d’avis quatre jours avant de mourir. J’ai essayé de réduire autant que possible la liste des personnes qui savaient exactement où il devait aller et dans quel hôtel il allait descendre. » L’enquête révéla que Bsseiso n’avait pas séjourné dans l’établissement habituellement réservé aux militants de l’OLP. Seules trois personnes étaient au courant de son programme : sa femme, un autre membre de l’OLP, dont l’innocence sera ultérieurement établie par les enquêteurs, et Adnan Yassin, chef adjoint de la sécurité interne et coordinateur des voyages de l’OLP. M. Bruguière soupçonnait Yassin d’avoir informé les mystérieux assassins de l’itinéraire de Bsseiso.
Début 1993, le juge prit contact avec l’OLP et lui demanda le relevé des appels téléphoniques effectués par Adnan Yassin depuis le siège de l’organisation, à Tunis, vingt-quatre heures avant le meurtre. Sa demande fut rejetée. Néanmoins, ses enquêteurs réussirent à obtenir des messages vocaux que Yassin avait laissés en Italie et en France. Le rapport du juge comporte en annexe la transcription de ces communications. Après avoir étudié les enregistrements, les enquêteurs se rendirent compte qu’ils venaient d’élucider le mystère : Yassin était un agent israélien.
« Je sais que le Mossad suivait mon enquête de près, et avec beaucoup d’inquiétude, confie le magistrat. Ils ne me quittaient pas d’une semelle. Je pense qu’ils étaient surpris par l’ampleur de nos moyens et de nos contacts. J’ai la preuve que le Mossad a considérablement changé ses méthodes de travail à la suite du résultat de mes investigations. » Les soupçons du juge conduisirent à l’arrestation de Yassin par les services de renseignements tunisiens en octobre 1993. L’OLP organisa des fuites concernant des éléments du dossier. Selon la presse, le recrutement de Yassin par le Mossad en 1989 a rendu pendant des années la direction de l’OLP complètement vulnérable face aux services secrets israéliens. La révélation de la culpabilité de Yassin provoqua un choc immense, à tel point que Yasser Arafat en personne se rendit dans la cellule du traître pour écouter ses aveux.

Le « shérif »
C’est le surnom du juge Bruguière depuis qu’il a pris l’habitude de faire des exercices de tir avec le 357 Magnum qu’il porte en permanence sur lui. Le quotidien Ha’Aretz parle d’une « conduite quelque peu excentrique »

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 315 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :