Pékin 2008: Je te tiens, tu me tiens… (You hold me and I’ll hold you)

22 août, 2008

Chinese underage gymnastsChinese under age gymnasts

Je ne crois pas qu’aucun autre pays au monde, la Corée du Nord exceptée, aurait pu obtenir une telle qualité d’exécution de ses acteurs. Zhang Yimou (cinéaste réalisateur de la cérémonie d’ouverture)

Alors que, sur comme hors des pistes et même s’ils sont encore loin (à 0,03 médailles d’or par million d’habitants) de rattraper les Bahamas, les toujours impunis bouchers de Tienanmen multiplient les prouesses

Après les faux feux d’artifice et la petite chanteuse en playback de la cérémonie d’ouverture

Après les 39 officiellement contrôlés positifs avant les Jeux (russes, bulgares et grecs), les 5 de pris sur le fait (heptatlonienne ukrainienne, cycliste espagnole, tireur nord-coréen, gymnaste vietnamienne) et les sérieux doutes sur les miraculeux résultats de la totalité de l’équipe jamaïcaine d’athlétisme qui ont leur propre système de contrôle antidopage ou l’un des mercenaires bahréniens qui a résolu le problème en limitant ses compétitions internationales à deux courses par an …

Sans parler, par delà les athlètes iraniens condamnés au nom de l’amitié des peuples à offrir systématiquement leurs chances de médailles à leurs adversaires israéliens, nos propres gendarmes au singulier physique de champion de bodybuilding et de ce que certains qualifient de « dopage technologique » ou même des chevaux

Voici, au pays champion du monde de la contrefaçon et de la thérapie génique sauvage, les gymnastes aux dents de lait (c’est-à-dire à la fois plus légères, souples et téméraires pour les manœuvres délicates mais aussi plus malléables) dont les états civils disparaissent étrangement de l’Internet

Et… les entraineurs d’autres nations qui hésitent à protester par crainte de réprésailles (de la part des juges chinois) pour leurs propres gymnastes!

Records Say Chinese Gymnasts May Be Under Age

Jeré Longman and Juliet Macur
The New York Times
July 27, 2008

China named its Olympic women’s gymnastics team on Friday, and the inclusion of at least two athletes has further raised questions, widespread in the sport, about whether the host nation for the Beijing Games is using under-age competitors.

Chinese officials responded immediately, providing The New York Times with copies of passports indicating that both athletes in question — He Kexin, a gold-medal favorite in the uneven parallel bars, and Jiang Yuyuan — are 16, the minimum age for Olympic eligibility since 1997.

Officials with the International Gymnastics Federation said that questions about He’s age had been raised by Chinese news media reports, USA Gymnastics and fans of the sport, but that Chinese authorities presented passport information to show that He is 16.

Online records listing Chinese gymnasts and their ages that were posted on official Web sites in China, along with ages given in the official Chinese news media, however, seem to contradict the passport information, indicating that He and Jiang may be as young as 14 — two years below the Olympic limit.

Mary Lou Retton, the Olympic all-around gymnastics champion at the 1984 Los Angeles Games, recently watched a competition video of He and other Chinese gymnasts on the uneven bars.

“The girls are so little, so young,” Retton said. Speaking of He, Retton rolled her eyes and laughed, saying, “They said she was 16, but I don’t know.”

An advantage for younger gymnasts is that they are lighter and, often, more fearless when they perform difficult maneuvers, said Nellie Kim, a five-time Olympic gold medalist for the former Soviet Union who is now the president of the women’s technical committee for the Swiss-based International Gymnastics Federation.

“It’s easier to do tricks,” Kim said. “And psychologically, I think they worry less.”

The women’s gymnastics competition at the Beijing Games, which begin Aug. 8, is expected to be a dramatic battle for the team gold medal between the United States and China. At the 2007 world championships, the Americans prevailed by 95-hundredths of a point.

On the uneven bars, He and Nastia Liukin of the United States are expected to challenge for the individual gold medal.

In Chinese newspaper profiles this year, He was listed as 14, too young for the Beijing Games.

The Times found two online records of official registration lists of Chinese gymnasts that list He’s birthday as Jan. 1, 1994, which would make her 14. A 2007 national registry of Chinese gymnasts — now blocked in China but viewable through Google cache — shows He’s age as “1994.1.1.”

Another registration list that is unblocked, dated Jan. 27, 2006, and regarding an “intercity” competition in Chengdu, China, also lists He’s birthday as Jan. 1, 1994. That date differs by two years from the birth date of Jan. 1, 1992, listed on He’s passport, which was issued Feb. 14, 2008.

There has been considerable talk about the ages of Chinese gymnasts on Web sites devoted to the sport. And there has been frequent editing of He’s Wikipedia entry, although it could not be determined by whom. One paragraph that discusses the controversy of her age kept disappearing and reappearing on He’s entry. As of Friday, a different version of the paragraph had been restored to the page.

The other gymnast, Jiang, is listed on her passport — issued March 2, 2006 — as having been born on Nov. 1, 1991, which would make her 16 and thus eligible to compete at the Beijing Games.

A different birth date, indicating Jiang is not yet 15, appears on a list of junior competitors from the Zhejiang Province sports administration. The list of athletes includes national identification card numbers into which birth dates are embedded. Jiang’s national card number as it appears on this list shows her birth date as Oct. 1, 1993, which indicates that she will turn 15 in the fall, and would thus be ineligible to compete in the Beijing Games.

Zhang Hongliang, an official with the Chinese gymnastics federation, said Friday that perhaps Chinese reporters and provincial sports authorities made mistakes in listing He’s and Jiang’s birth dates differently from the dates given on their passports.

“The two athletes have attended international sports competitions before, and I’m sure the information is correct,” Zhang said of the athletes’ passports.

The International Gymnastics Federation said it had contacted Chinese officials in May about the gymnasts’ ages after receiving inquiries from fans and reading newspaper accounts, including one in The China Daily, the country’s official English-language paper, stating that He was 14.

“We heard these rumors, and we immediately wrote to the Chinese gymnastics federation” about He, said André Gueisbuhler, the secretary general of the international federation. “They immediately sent a copy of the passport, showing the age, and everything is O.K. That’s all we can check.”

If someone provided proof that any gymnast was under age, or filed a formal complaint, Gueisbuhler said, he would be “quite happy to check and ask again.”

“As long as we have no official complaint, there is no reason to act, if we get a passport that obviously is in order,” he said.

Steve Penny, the president of USA Gymnastics, said he had asked Kim of the international federation about He’s age after receiving e-mail messages referring to newspaper accounts and comments made on blogs and in Internet chat rooms that said she was 14. But Penny said he was not really concerned.

“If they have valid passports, bring ’em on,” Penny said. “If they say they’re good, we’re going to beat them.

“You can’t worry about it. You do your job, and you expect other people are doing theirs and you expect it’s a fair field of play.”

Privately, some gymnastics officials said that even if other countries had real concerns about the Chinese, they might be reluctant to make accusations for fear of reprisals by judges at the Beijing Games.

If it is true that under-age gymnasts are competing, Kim said: “It’s a bad thing. It should not be acceptable.”

Yang Yun of China won individual and team bronze medals at the 2000 Sydney Olympics and later said in an interview on state-run television that she had been 14 at the time of those Games. A Hunan Province sports administration report also said later that she had been 14 when she competed in Sydney.

Bela Karolyi, who coached Retton of the United States and Nadia Comaneci of Romania to their Olympic gold-medal triumphs, said the problem of under-age gymnasts had been around for years. Age is an easy thing to alter in an authoritarian country, he said, because the government has such strict control of official paperwork.

He recalled Kim Gwang Suk, a North Korean gymnast who showed up at the 1991 world championships with two missing front teeth. Karolyi, who said he thought Kim must have been younger than 11 at the time, and others contended that those front teeth had been baby teeth and that permanent teeth had not yet replaced them. Her coaches said she had lost them years before, during an accident on the uneven bars.

At those world championships, Kim was 4 feet 4 inches and about 62 pounds, and she claimed to be 16. At one point, the North Korean Gymnastics Federation listed her at 15 for three straight years; the federation was later barred from the 1993 world championships for falsifying ages.

 

 

 


Election américaine: Les vacances de M. Obama (The candidate’s off to the beach)

21 août, 2008

Hawaii postcardL’Histoire ne prend décidément pas de vacances.

Chute jusqu’à 12 points parmi ses plus forts soutiens (femmes démocrates, urbains, jeunes), chute de 11 points parmi les électeurs décisifs (catholiques) …

La rare fermeté du sénateur McCain face à la flagrante violation du territoire d’un état indépendant par l’ex-kagébiste de Moscou et aux « vacances » du candidat des munichois et coqueluche des médias commencerait-elle à faire réfléchir les électeurs américains?

Do Obama’s Sinking Poll Numbers Signal History Repeating for Democrats?
John Zogby and Paul Lomeo
Zogby international August 20, 2008

As the Democrats head into their convention, should they be singing the Eurythmics 1985 hit « Here Comes That Sinking Feeling »?

Just as party leaders pack their bags for Denver, our latest Reuters/Zogby poll finds their nominee in some trouble, as Republican John McCain has taken a five-point lead over Barack Obama. That is a 12-point reversal from the survey we took for Reuters in July. Interestingly, Obama’s margins among what had been his strongest demographic groups dropped by as much as 12 points. These include Democrats, women, city dwellers and younger voters – those ages 25-34. Also, Obama has lost his lead among the swing Catholic vote, dropping 11 points to McCain over a month.

What is happening is all too familiar to Democrats. McCain is using the Karl Rove playbook, attacking Obama’s perceived strengths, notably his mass appeal and freshness. Democrats hoped that eight years of a failed Bush presidency (80% in our latest survey said the nation was on the wrong track) so diminished the GOP brand that « going negative » would not work again for the Republicans.

In the end, it may not. Negative campaigning did not work on either side of the aisle in the primaries and caucuses. However, clearly McCain has been the aggressor for the past month, seeing an opportunity to define Obama for General Election voters before Obama could define himself. At times, it has seemed like he has been the only one throwing any punches, especially with Obama on vacation in Hawaii.

The adulation of European crowds on Obama’s overseas trip seems to have helped McCain with conservatives. They distrust Europeans and actually had the opportunity to imagine a liberal Democrat in the role of President – and didn’t like the thought. Meanwhile, Obama’s attempts at flexibility on issues dear to liberals and young voters (Iraq and FISA) may have dampened their enthusiasm.

Choosing August for a vacation proved inopportune for Obama. August has been cruel to Democrats in the past. That is the month when Jimmy Carter, Mike Dukakis and John Kerry all went down in the polls.

As much as voters may prefer the Democrats on most issues, McCain is winning the contest of defining who has the character and personality that swing voters expect in a President. Obama appeals to the mind. McCain goes for the gut.

McCain’s war record and well-established image as a maverick Republican make it tough for Obama to assail McCain the man. Obama’s rhetoric this week shows he recognizes that his issues appeal must become more aggressive and emotional. With 48% of our poll respondents citing the economy as the most important issue, Obama is hitting hard at the GOP record on job losses. He clearly has work to do. Our Reuters/Zogby poll released Wednesday shows more voters trust McCain to deal effectively with economic issues.

Obama must convince voters that he is on their side. While it may be difficult to measure, race complicates that task with white voters, especially older people. Some believe that McCain has already injected racial innuendo into the campaign. The non-partisan David Gergen said on ABC:  » . . . as a native of the south, I can tell you, when you see this Charlton Heston ad, ‘The One,’ that’s code for, ‘he’s uppity, he ought to stay in his place.’  » Obama partisans also saw race as the subtext of two McCain ads: one that featured Brittany Spears and Paris Hilton, and another that showed several young white women praising Obama.

But when Obama responded to these ads by saying McCain was trying to frighten voters, and adding that he did not look like other Presidents on dollar bills, voters judged Obama negatively and felt he was the one bringing race into the campaign.

It may happen that independent expenditure groups – those so-called « 527s » – will raise the racial ante. If they do, Obama may be forced to follow the model set by Jackie Robinson, who ignored taunts in order to succeed as Major League baseball’s first African-American.

His vice-presidential pick and the convention now give Obama the opportunity to restore his image as an agent of positive change who would inspire the nation to act. It will be a tall order. But let’s not forget – it was the electric Obama speech at the Democratic convention four years ago that got this whole presidential campaign started in the first place.

Paul Lomeo is a senior writer with Zogby International, and for many years worked in public affairs on labor and reproductive rights issues.


Invasion de la Géorgie: Sur tous les fronts, la Russie se trouve toujours du côté adverse à l’Occident

21 août, 2008

The Russians are coming!

Le gouvernement russe actuel n’est pas communiste ou stalinien. Ce sont plutôt des gens intéressés par l’argent. Ils inscrivent leurs enfants dans les écoles occidentales, ils vont passer leurs vacances en Occident. Ils ont donc tout intérêt à entretenir de bonnes relations avec l’Ouest. Mais ils sont aussi très cyniques vis-à-vis de cet Occident qu’ils aiment tant. Ils pensent qu’ils peuvent manipuler à leur guise les Européens. Poutine a proféré à plusieurs reprises des menaces contre la Géorgie en nous disant :«Vous croyez que vos amis occidentaux vont venir se battre dans le Caucase ? » (…) Nous n’avions pas d’autre choix que d’intervenir. Les Russes avaient mobilisé les irréguliers ossètes. Ils avaient massé des troupes en Ossétie du Nord. Ils avaient remplacé les gardes frontières ossètes par leurs propres soldats à l’entrée du tunnel de Roki. Nous avons prévenu les Américains que quelque chose se préparait pour qu’ils disent aux Russes d’arrêter. Et les Russes ont jugé que le mois d’août, en pleine campagne électorale américaine, d’un côté, et pendant les Jeux olympiques, de l’autre, était la meilleure période pour agir. Ils ne nous ont pas laissé le choix. Mikheïl Saakachvili
Ce qui est incompréhensible, c’est l’incapacité des démocraties de réaliser que la Russie, une fois requinquée par ses exportations de pétrole, gaz et autres métaux, une fois débarrassée, avec l’argent américain, d’une partie de ses cimetières de sous-marins nucléaires et de moult missiles qui rouillaient sans entretien, fait ce qu’elle veut et ne fera rien de ce que l’Occident attend. Sur tous les fronts d’aujourd’hui : Afghanistan, Irak, Liban, Hezbollah, Gaza, Hamas, Soudan, Somalie, la Russie se trouve toujours du côté adverse à l’Occident : en fournissant des armes, en s’opposant aux sanctions contre l’Iran pour arrêter son programme nucléaire militaire, bref, en s’opposant à tout ce qui pourrait atténuer ou faire disparaître les menaces «extrémistes» (pour ne pas dire islamistes, pour ne fâcher personne…). Michel Poirier

Après la Tchécoslovaquie (2 fois !), la Hongrie, la Pologne, l’Afghanistan, la Tchétchénie…

Population intoxiquée, empoisonnée, anesthésiée par le discours belliqueux de ses dirigeants, économie sans industrie autre que celle des matières premières, population en perdition dont le nombre pourrait se voir réduit de moitié dans les quarante ans à venir, espérance de vie à la naissance pour les hommes de moins de 60 ans (moins que le Mexique), industrie de l’armement qui fait feu de tout bois et qui vend, sans discernement aucun, tout ce que l’on veut à qui le veut (Iran, Syrie, Hezbollah, Hamas, Venezuela, dictatures africaines), pays où les milliardaires sont légion qui n’arrive pas à électrifier des milliers de villages où à assurer à ses habitants une vie normale …

Alors qu’après s’être tant gaussés des pertes américaines en Irak, nos médias (re)découvrent atterrés que la guerre qu’ils nous avaient si longtemps cachée peut aussi faire desmorts parmi nos propres soldats, y compris éventuellement par erreur ou manque de moyens

Et que les électeurs américains semblent enfin commencer à voir clair derrière les vertus supposées du candidat des munichois

Pendant que nos apaiseurs patentés se font les porte-plumes zélés de la dernière invasion en date de l’ours russe en inversant caractéristiquement les termes de l’équation (c’est Bush qui avait tout planifié, c’est Poutine qui aide les peuples à disposer de leur destin, c’est la victime qui a en fait agressé l’agresseur, etc.) …

Retour sur un excellente tribune de Michel Poirier pour Liberty vox qui remet quelques pendules à l’heure …

Russie : le pire est à venir
Michel Poirier
LibertyVox
Sur fond d’intervention en Géorgie, Michel Poirier dresse un portrait bien sombre de la Russie.

Les cris de vierges effarouchées poussés par les grands de ce monde depuis deux semaines ont de quoi surprendre. Si l’on comprend bien, ce n’est pas seulement ce que les Russes font en Géorgie qui est en cause mais ce que cela révèle. En réalité, c’est la surprise des démocraties occidentales qui doit surprendre !

Car, enfin, qu’attendait-on du dictateur russe actuel (je sais, on dira qu’il a respecté la constitution et après deux mandats totalisant 8 années il a quitté le pouvoir suprême… mais pour devenir premier ministre, probablement pour les deux mandats de son acolyte devenu président par sa grâce…) ? L’homme avait annoncé couleur en lançant sa formule «la plus grande tragédie du 20ème siècle a été la disparition de l’Union Soviétique». Pas les deux guerres mondiales totalisant 60 millions de morts, pas la destruction des juifs en Europe, pas la révolution culturelle en Chine et ses 70 millions de morts, non, la disparition de la structure qui a opprimé, détruit et asservi non seulement le peuple russe mais aussi la moitié de l’Europe qui a eu la malchance de se voir abandonner par les Etats-Unis et l’Angleterre à la fin de la deuxième guerre mondiale. Dès lors, quoi de plus normal que de vouloir faire renaître de ses cendres ce cadavre auquel on voudrait donner l’éclat d’un Phoenix. Et pour cela, une seule solution, brutale, certes, mais efficace face aux démocraties occidentales qui n’ont jamais eu le courage de s’opposer aux dictateurs : envahir les pays qui lui étaient auparavant soumis et pour commencer, puisque l’occasion s’y présente, la Géorgie.

Mais il n’y a rien de nouveau dans la dernière aventure militaire russe. Depuis 1948 (coup de Prague, mainmise par des communistes du pouvoir politique) tous les dix ans, ou presque, la Russie a envahi un pays : Hongrie en 1956, Tchécoslovaquie en 1968, Afghanistan en 1979. Chaque fois la raison était différente mais l’intention la même : soumettre une population, un pays, à la volonté du Kremlin. Une pause est intervenue ensuite car il y a eu l’implosion de l’Union Soviétique, trouvant son origine dans la course aux armements imposée par Ronald Reagan d’un côté, et dans l’incapacité du système d’économie planifiée de faire face aux besoins de la population du pays mis en évidence de plus en plus par l’intrusion massive des nouveaux moyens de communication, Internet entre autres.

Ce ne devrait pas être une découverte que de voir un pays évoluant rapidement vers des structures dictatoriales anciennes se lancer dans ce qu’il sait faire de mieux : envahir et opprimer. Surtout après avoir vu M. Poutine et son armée à l’œuvre en Tchétchénie, dont les soldats, dépenaillés, réputés pour la consommation de vodka et dont le taux de suicides est le plus élevé de toutes les armées qui tiennent des statistiques, semblent plutôt sortis d’asiles de pauvres. Qui n’a pas vu Grozny après la «pacification» russe de 2002 ne peut comprendre la vraie nature du pouvoir russe. Et il s’agit bien du pouvoir russe car Grozny (c’est de là que vient son nom) avait déjà était détruit au temps des tsars et pour les mêmes motifs : s’assurer le contrôle du Caucase et faire comprendre aux autres «confettis» s’y trouvant ce qui pourrait leur arriver. Il y a permanence de la méthode russe, elle a été améliorée (!?) pendant la période soviétique et Poutine, bien formaté pendant ses années d’espion du KGB, n’est que l’héritier de l’histoire de l’oppression de la Russie. Du temps de Staline on avait déporté les habitants de la Tchétchénie car pendant la guerre, de 1942 à 1944, les troupes allemandes qui s’y trouvaient n’eurent pas de mal à faire collaborer une population opprimée depuis la création de sa «république» en 1922. Ensuite, pour faire bonne mesure, une fois les habitants déportés, on supprima «la république Tchétchéno-ingouche» pour la recréer en 1957 cinq années après la mort du dictateur. Avant la « pacification » de Poutine, en 1998, cette république comptait 400.000 habitants. Depuis, ils ne sont plus que 200.000.

L’exemple de la Tchétchénie est là pour nous faire comprendre ce qui pourrait se passer avec la Géorgie. Certes, les Russes n’aiment pas les Caucasiens (les Mongoles ou les Chinois que l’on appelle «chiens jaunes» non plus). Il suffit de vivre quelque temps dans une grande ville (Moscou par exemple) pour comprendre le mépris et la haine exprimés par «les autochtones» à l’adresse des Caucasiens. Curieux, les 70 années de communisme et de fraternité des peuples de l’Union Soviétique n’ont pas eu beaucoup d’influence pour changer les choses.

Alors, pourquoi la surprise ? De Bush à Chirac, de Mme Merkel à Tony Blair, tous les dirigeants des démocraties occidentales étaient convaincus d’assister après l’implosion de l’Union Soviétique à la création d’une Russie dont la marche vers la démocratie était inéluctable. Bon, il y avait aussi Schröder mais ce dernier s’est prostitué politiquement en devenant l’employé du gouvernement russe (Président du Conseil de Surveillance de Gazprom …). Il y a aussi notre Jacques Chirac qui fait des voyages (tous frais payés, c’est normal) en Russie à l’invitation de son ami Poutine pour «étudier les problèmes énergétiques des années à venir» quand il ne va pas fêter l’anniversaire de celui-ci (deux visites en moins de trois semaines en 2007…). On peut, sans grande difficulté partager les dirigeants occidentaux en deux catégories : les profiteurs (à titre personnel) et les «apaiseurs» qui vous démontrent qu’il ne faut pas fâcher le Russie, qu’il faut l’accompagner dans son chemin vers la démocratie.

Ce que la Russie vient de faire en Géorgie (tout en se moquant comme d’une guigne des réactions «fermes» de l’Occident) illustre parfaitement le renoncement mondial, mais surtout américain, à ce qu’a été la Doctrine Truman : «C’est la politique des Etats-Unis d’aider les peuples qui veulent être libres et qui résistent aux tentatives de minorités armées ou aux pressions externes de les subjuguer».

Devant l’énormité de la réaction disproportionnée russe aux incursions géorgiennes, elles mêmes justifiées par les provocations des protégés de Moscou (Ossétie du Sud), il y a d’un côté ceux qui défendent la Russie : Agents d’influence (Schröder), «intellectuels» émargeant à des budgets russes (Marek Halter qui préside deux universités russes et qui est le patron d’un mensuel franco-russe, se demande «Que veut l’Amérique en Europe»), géopoliticiens autoproclamés ou gloires anciennes de la «kremlinologie» (Hélène Carrière d’Encausse), les voilà tous qui vous démontrent que l’agresseur est la Géorgie et que la Russie ne pouvait pas se laisser marcher sur les pieds comme l’Occident s’est trop habitué à le faire. Et de vous expliquer que l’on a ouvert une boîte de Pandore en acceptant l’indépendance du Kossovo car cela donne la possibilité, par exemple à l’Ossétie du Sud ou à l’Abkhazie de se réclamer de la même «jurisprudence» en demandant la séparation d’avec la Géorgie. Nuance… ces deux «républiques dissidentes» veulent se rattacher à la Russie. Depuis des lustres la Russie accorde des passeports à ces populations pour pouvoir dire ensuite qu’elles sont ethniquement russes, créant un précédent qui pourrait être utilisé du côté des trois républiques baltes qui ont échappé à sa mainmise, mais dont une partie de la population est d’origine russe car leur territoire a été colonisé par la Russie à la faveur de leur occupation à la fin de la deuxième guerre mondiale. Quant à l’indépendance de Kossovo, à partir du moment où l’Europe a pris parti (merci Monsieur Kouchner) en faveur des Albanais musulmans contre les Serbes orthodoxes… les jeux étaient faits !

Il y a ensuite les «apaiseurs». Ils commencent par ne pas s’apercevoir que les colonnes de tanks russes avaient quitté leurs bases en se mettant en route vers la Géorgie trois jours avant la réaction géorgienne qui a mis le feu aux poudres. Ensuite ils font semblant de ne pas entendre les discours fulminants, qui reprennent mot pour mot les archives de la diplomatie soviétique, et parlent des «monstres criminels comme Saakachvili» ou des «Géorgiens que l’odeur du sang fait marcher». Et, quand les Russes les mènent en bateau au sujet de leur éventuelle retraite de Géorgie, ils vous expliquent que l’essentiel était d’obtenir un cessez-le-feu (Nicolas Sarkozy et Bernard Kouchner). Ils vont à Tbilissi proclamer le droit de la Géorgie à entrer dans l’OTAN en oubliant qu’au dernier sommet de cette organisation ils s’y sont opposés (Angela Merkel). Mais dès qu’il s’agit de faire quelque chose de sérieux, les mêmes disent qu’il ne faut pas couper les contacts avec la Russie. Tout cela découle de l’espoir (méthode Coué) que le pire n’arrivera pas. Comme si on pouvait faire confiance aux paroles des tyrans qui signent des traités et qui les transgressent sans vergogne. Ceux qui savent qu’il ne faut pas faire confiance aux Russes sont ceux qui ont vécu sous le talon de cette hydre qui refait ses tentacules dès qu’elle en perd une (les trois pays baltes, la Pologne, l’Ukraine, etc.).

Mais ce qui est incompréhensible, c’est l’incapacité des démocraties de réaliser que la Russie, une fois requinquée par ses exportations de pétrole, gaz et autres métaux, une fois débarrassée, avec l’argent américain, d’une partie de ses cimetières de sous-marins nucléaires et de moult missiles qui rouillaient sans entretien, fait ce qu’elle veut et ne fera rien de ce que l’Occident attend. Sur tous les fronts d’aujourd’hui : Afghanistan, Irak, Liban, Hezbollah, Gaza, Hamas, Soudan, Somalie, la Russie se trouve toujours du côté adverse à l’Occident : en fournissant des armes, en s’opposant aux sanctions contre l’Iran pour arrêter son programme nucléaire militaire, bref, en s’opposant à tout ce qui pourrait atténuer ou faire disparaître les menaces «extrémistes» (pour ne pas dire islamistes, pour ne fâcher personne…). De plus, l’Occident ne réalise pas que le peuple russe est intoxiqué, empoisonné, anesthésié par le discours belliqueux de ses dirigeants tant il veut croire à la renaissance d’une Russie forte. Forte de quoi ? Une économie sans industrie autre que celle des matières premières, une population en perdition dont le nombre pourrait se voir réduit de moitié dans les quarante ans à venir (75 millions au lieu des 150 actuellement, une espérance de vie à la naissance pour les hommes de moins de 60 ans -moins que le Mexique- en raison de causes multiples parmi lesquelles la violence, l’alcoolisme, un système de soins déplorable, etc.). Mais une industrie de l’armement qui fait feu de tout bois et qui vend, sans discernement aucun, tout ce que l’on veut à qui le veut : l’Iran et la Syrie (qui transfèrent les armes au Hezbollah et au Hamas), le Venezuela du clone castriste (qui vient d’apporter son appui à l’invasion russe en Géorgie), des pays d’Afrique qui n’assurent plus la subsistance de leurs populations mais qui s’arment. On en passe et des meilleurs. Mais ce pays où les milliardaires sont légion (à condition de ne pas s’opposer à M. Poutine) n’arrive pas à électrifier des milliers de villages où à assurer à ses habitants une vie normale. Parler de tout cela peut paraître futile. Et on trouve tout de suite des gens d’origine russe pour vous expliquer que vous n’avez rien compris de ce qu’est ce grand pays, européen de surcroît…

Que va-t-il se passer ? L’intégrité territoriale de la Géorgie sera sacrifiée sur l’autel de la realpolitik car l’Europe dépend pour ses besoins énergétiques de la Russie (n’ayant pas voulu suivre le conseil de Ronald Reagan qui, en son temps, avait esquissé ce qui allait se passer). Mais, vous dira-t-on, si on veut réduire la dépendance à la Russie, il n’y pas d’autre possibilité que de s’adresser à l’Iran. C’est déjà fait (Suisse, Italie et même l’Allemagne qui attend son tour). Alors, les sanctions contre l’Iran ? D’un côté les Russes s’y opposent et de l’autre, individuellement, les pays européens n’y trouvent pas leur intérêt. Et voilà l’Europe qui se prépare à changer «un bigle pour un bosco» comme on dit à la Royale : rien d’anormal car l’islamofascisme vert remplace le totalitarisme rouge…

Et vogue la galère… Et comme le disait si bien le Sapeur Camember, «quand les bornes sont franchies, il n’y a plus de limites».


Russie: Chaque démission en appellera d’autres plus grandes (All Quiet on the Western Front)

20 août, 2008

Tous les régimes totalitaires en fin d’existence demandent un rééchelonnement de leur dette démocratique. Frédéric Tellier

Ils ont fait plus fort que Hitler: parce qu’il y avait réellement des Allemands sur le territoire des Sudètes, tandis que Poutine a dû inventer de toutes pièces sa “minorité russe opprimée” en Géorgie. Stuart Koehl
Quel autre pays au monde peut en effet se permettre de raser des villes, de spolier les étrangers, d’assassiner les opposants hors de ses frontières, de harceler les diplomates étrangers, de menacer ses voisins, sans provoquer autre chose que de faibles protestations? Françoise Thom
C’est toujours la même chose. (…) La Russie se présente comme faible: il faut l’aider, se garder de l’humilier, consolider ses progrès. Elle se présente en même temps comme redoutable par son immensité, son armée, son arsenal atomique, son pétrole. Elle fait planer une vague menace. Elle pourrait être encore pire. Apaisons-la. Alain Besançon
Ce qui est au cœur du conflit pour Moscou, c’est la puissance perdue il y a près de vingt ans, l’humiliation d’un pays privé d’Empire et qui a essayé vainement de construire avec ses anciennes possessions une communauté d’un type nouveau, tandis que ses partenaires potentiels se dressaient contre lui et se tournaient vers l’Occident, les États-Unis, avant tout. (….) Si, moralement, la Russie a quelque peu perdu à déployer sa force, politiquement elle a gagné sur deux tableaux. A terme, elle a montré que son appui pouvait aider des peuples à disposer de leur destin, alors qu’il y a quelques mois à peine, la reconnaissance de l‘indépendance du Kosovo contre sa volonté semblait démontrer le contraire. Elle a aussi affaibli la Géorgie, non seulement militairement mais sur le plan international, diminué ses chances d’entrer rapidement dans l’Otan, et par là, mis un frein à l’éviction russe programmée du Caucase du Sud. Hélène Carrère d’Encausse
Il faut rappeler que Bush n’a pas cessé, depuis son accession à la présidence, d’œuvrer à l’isolement de la Russie aussi bien sur le plan économique que géographique. Marek Halter

« Complexe d’encerclement », « sphère d’influence », « rassurer, apaiser », protestations feutrées, appel au dialogue et à la négociation, « droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et à l’autodétermination », « il ne fallait pas élargir l’OTAN, faire la guerre à la Yougoslavie, proclamer l’indépendance du Kosovo », « il ne fallait pas humilier la Russie », « Nous n’allons pas revenir à la guerre froide » …

A l’heure où, devant la pusillanimité occidentale, la Russie tente mine de rien de s’incruster sur le territoire géorgien …

Et où nos Carrière d’Encausse et nos Halter reprennent un à un et comme un seul homme les arguments de l’agresseur contre la prétendue irresponsabilité de l’agressé …

Il faut lire les excellentes analyses de deux de nos meilleurs soviétologues, Françoise Thom et Alain Besançon.

D’abord pour la confirmation du caractère parfaitement planifié de ladite invasion (une semaine avant l’opération, la Russie avait discrètement cédé à la Chine les territoires contestés depuis 1969).

Mais surtout pour leur rappel de cette singulière capacité des régimes autoritaires à jouer les victimes comme des démocraties à se laisser prendre au piège de la culpabilisation et de la « capitulation préventive »

Lire la suite »


Délinquance: Comment se créent les ghettos (Paris style white flight)

20 août, 2008
wite-flight.1187642110.jpgNous appelions l’Amérique de nos voeux et nous sommes exaucés: même nos « problèmes », désormais, sont américains. René Girard

Ancienne actrice de films pornos d’origine allemande (mais aussi auteure sulfureuse de deux livres et de nombre d’ambitieux projets comme une galerie d’art érotique, un concours graphique pour la monnaie unique, une exposition itinérante sur le génocide nazi et un festival de cinéma tropical) reconvertie, si l’on en croit Le Figaro, dans la dépollution qui, en mal d’exotisme, débarque à Barbès …

Ah ces bobos ! Ils viennent s’installer à bon compte dans les quartiers en voie de relégation et puis ils voudraient qu’ils soient comme les autres quartiers.

Et pourtant, si l’on suit le discours officiel, c’est pourtant sur ce quoi on compte pour atteindre au Saint Graal de la mixité sociale.

Ce qui bien sûr n’arrive jamais.

Soit les bobos arrivent à imposer leurs nouvelles normes et, la hausse consécutive de l’immobilier aidant, les résidents d’origine sont bien obligés de partir.

Soit, dans le cas contraire, c’est, comme ici, les amateurs d’exotisme facile qui se lassent et partent …

Extraits:

Je loue un appartement en face de l’église Saint-Bernard. Je me suis installée dans le quartier en 2004 parce que je voulais un peu d’exotisme.

Il y a trop de vandalisme, trop de violences, trop de jeunes encapuchonnés.

Conjointement, elle se met le 14 juin à la fenêtre de son deux-pièces pour prendre des photos de ce qu’elle qualifie « de troubles récurrents.

Repérée par une dizaine de garçons, elle se fait caillasser dans son appartement les jours suivants.

Très remontée, Sylvia Bourdon a choisi de quitter Paris et la France. Elle promet de migrer définitivement vers la Grèce dans le courant du premier semestre 2008.

À Paris, le bureau de santé mentale veille
Thibaut Danancher
Le Figaro
Le 18 août 2007

Une habitante du XVIIIe arrondissement qui déplorait les conditions de vie de son quartier avait envoyé des mails au ministère de l’Intérieur. C’est un psychiatre qui lui a répondu.

Ce fut « le monde à l’envers » pour elle. En ouvrant son courrier samedi dernier, Sylvia Bourdon a découvert qu’elle était invitée à aller consulter un psychiatre à l’hôpital Maison-Blanche à Paris. Un rendez-vous prévu pour le 20 août à 14 heures. Objet de la convocation : des mails envoyés au ministère de l’Intérieur « pour se plaindre de ce qui se passait dans mon quartier ».

À 58 ans, elle vit dans le XVIIIe arrondissement. « Je loue un appartement en face de l’église Saint-Bernard. Je me suis installée dans le quartier en 2004 parce que je voulais un peu d’exotisme », souligne cette directrice d’une entreprise de dépollution.

Mais trois ans à peine après son arrivée, l’ancienne actrice de films pornographiques enrage. « Il y a trop de vandalisme, trop de violences, trop de jeunes encapuchonnés. »

Sylvia Bourdon décide alors de prendre les choses en main. Elle crée plusieurs blogs pour dénoncer « ce ghetto chaotique, cette aire décomposée la plus criminogène de la capitale ». Conjointement, elle se met le 14 juin à la fenêtre de son deux-pièces pour prendre des photos de ce qu’elle qualifie « de troubles récurrents ».

Repérée par une dizaine de garçons, elle se fait caillasser dans son appartement les jours suivants. Trop pour elle. Au point qu’elle adresse des mails quelque peu enflammés à des responsables du ministère de l’Intérieur « pour leur demander tout bonnement d’assurer ma sécurité ».

Migrer définitivement

Sur cette liste figurent notamment le préfet de police de Paris, Michel Gaudin, le chef de cabinet du ministre de l’Intérieur, Ludivine Olive, et le commissaire central du XVIIIe arrondissement Jean-Paul Pecquet. Des mails restés sans réponse.

Jusqu’à ce qu’elle reçoive samedi dernier une lettre qui l’a fait tomber des nues. « Suite aux divers courriers que vous avez adressés au ministère de l’Intérieur via Internet, les autorités compétentes nous ont demandé de prendre contact avec vous. Si vous le souhaitez, nous pouvons vous proposer un rendez-vous. Je vous propose le lundi 20 août 2007 à 14 heures », lui écrit le Dr Yves Pignier de l’hôpital Maison-Blanche.

Ce dernier a agi sur demande du bureau des actions pour la santé mentale de l’infirmerie psychiatrique de la Préfecture de police de Paris, chargé de l’instruction et du contrôle des hospitalisations d’office.

« Face à ce comportement des plus incompréhensibles », Sylvia Bourdon a contacté son avocat Me Christian Charrière-Bournazel, futur bâtonnier de Paris, pour qu’il rédige deux courriers à l’intention du ministre de l’Intérieur, Michèle Alliot-Marie, et au procureur de la République de Paris.

Très remontée, Sylvia Bourdon a choisi de quitter Paris et la France. Elle promet de migrer définitivement vers la Grèce dans le courant du premier semestre 2008.

Reste à savoir si elle répondra présente à sa convocation ce lundi. Elle avoue ne pas avoir encore pris sa décision.


Violences extrêmes et génocides: Comparer pour mieux différencier

19 août, 2008
Purifier et détruire (Jacques Sémelin)Ou bien les poux triompheront du socialisme ou bien le socialisme triomphera des poux. Lénine
Comparer, c’est différencier. (…) Selon moi, le génocide caractérise un processus spécifique de destruction qui vise à l’éradication totale d’une collectivité. (…) Dans un nettoyage ethnique, on tue les gens en partie, mais on leur dit : par ici la sortie. Dans un génocide, on ferme toutes les portes. Jacques Sémelin

Suite à notre dernier billet sur le génocide rwandais et le rôle fort douteux qu’y a joué la France …

Retour sur la véritable somme du meilleur spécialiste français de la question avec Yves Ternon, l’historien Jacques Sémelin, sur les violences extrêmes et les génocides (« Purifier et détruire. Usages politiques des massacres et génocides ») avec une critique d’Elwis Potier.

Et qui, contre ceux qui crient au génocide partout, a le mérite de présenter les choses à la fois transdisciplinairement et comparativement à partir des grands massacres historiques du xxe siècle, du génocide juif aux nettoyages ethniques de l’ex-Yougoslavie et aux génocide Toutsi au Rwanda.

Tout en s’appuyant sur les travaux des meilleurs historiens sur la question et en en confrontant à chaque fois les différentes lectures et interprétations.

Ce qui permet de saisir à la fois les constantes du phénomène (la déshumanisation, l’animalisation, la part des intellectuels et autorités morales ou religieuses) et ses singularités .

Ainsi, en ces temps confus du n‘importe quoi, on comprend mieux la distinction entre un génocide et la simple épuration ethnique.

Mais aussi entre une logique génocidaire de type identitaire (nazie, houtoue) où l’ennemi est unique (juif, toutsi) et une logique politique (bolchévique, maoïste, khmère rouge) où, comme pour la Terreur de 1793, les ennemis ou suspects sont multiples et indéfiniment multipliables.

D’où aussi, ajouterions-nous, le bien plus grand nombre de victimes (jusqu’à des classes sociales entières !) que peut produire le second système …

Réflexion sur les violences extrêmes:Sémelin, J., Purifier et détruire.
Elwis Potier
Cultures & conflits

Sémelin, J., Purifier et détruire.
Usages politiques des massacres et génocides, coll. « La Couleur des idées », Paris, Le Seuil, 2005.

Jacques Sémelin poursuit sa vaste exploration de la violence en menant une réflexion approfondie sur ses formes les plus extrêmes, les plus négatrices : la violence dans ce qu’elle a de plus macabre, de plus terrifiant, de plus absurde ou de proprement sidérant. L’auteur de ce grand livre oriente sa recherche vers ce qui paraît toujours plus inintelligible, l’énigme éminemment politique ainsi nommée « destructivité humaine de masse », pour comprendre les mécanismes à l’œuvre, les conditions et les processus qui aboutissent aux meurtres de masse.

Après avoir centré ses recherches sur la non-violence, initiant des travaux remarquables conduits au sein de l’Institut de recherche sur la résolution non violente des conflits1 et précisément sur la résistance civile en Europe sous le nazisme2, études qui ont contribué de manière décisive à porter un autre regard sur la Résistance3, Jacques Sémelin, en historien et penseur de la Résistance civile, montre dans cet ouvrage comment se mettent en place les processus de purification et de destruction du « corps social » afin d’analyser les « usages politiques des massacres et des génocides ». Tel est le projet annoncé par le sous-titre, ce qui revient en l’occurrence à traquer, notamment dans les « passages à l’acte », ce qui précisément résiste à l’analyse.

Si le titre de l’ouvrage rappelle inévitablement Surveiller et Punir de Michel Foucault, ce n’est pas seulement en raison de son homophonie. Il indique de la sorte une des références dont l’enquête ici engagée, parce qu’elle vise à saisir les liens entre violence et pouvoir, est d’une certaine façon une continuation, un prolongement possible, même si elle ne reprend pas, ou si peu, les analyses de Foucault. L’auteur s’en explique d’ailleurs dès son introduction intitulée « Comprendre4 ? » : « A l’évidence, le pouvoir politique, qui fait la matière de ce livre, n’apparaît pas de même nature que ceux des xviie et xviiie siècles, analysés par Foucault5 ». S’il évoque à nouveau rapidement la naissance du « bio-pouvoir » dans le dernier chapitre du livre, non sans avoir très justement relevé auparavant l’expression de « populicide » employée par Babeuf lors de la Révolution française, ces questions de « population », de « biopolitique » et de génocide, retravaillées ensuite par Foucault dans ses cours au Collège de France, ne font pas ici l’objet d’autres commentaires. Ce sont sans doute le titre évocateur et le caractère très explicite de la référence à Foucault qui peuvent parfois susciter de telles attentes.

Les deux verbes, « purifier » et « détruire », désignent exactement les deux facettes du même pouvoir dont l’auteur entreprend d’analyser les manifestations à travers la comparaison des grands massacres historiques du xxe siècle, principalement la Shoah, les nettoyages ethniques de l’ex-Yougoslavie et le génocide des Tutsi au Rwanda, en élargissant, selon les problématiques traitées, à d’autres exemples comme les génocides arménien et cambodgien. Il ne s’agit donc pas d’une archéologie du génocide, ni même d’un essai au sens philosophique du terme. Cette étude, qui prend la forme d’une synthèse de plusieurs années de recherches au CNRS, ne cherche pas à faire une relecture philosophique de l’histoire, c’est d’ailleurs ce qui en fait sa qualité première. L’auteur reste clairement dans une démarche d’enquête empirique et donne au lecteur tous les éléments de méthode utiles lui permettant de vérifier ou de juger sur pièces (on se reportera profitablement à l’introduction et aux annexes).

Il s’agit bien plus d’analyser, dans une approche transdisciplinaire, les différentes formes historiques de massacres collectifs suivant une démarche comparative rigoureuse en s’appuyant sur les nombreux travaux d’historiens et confrontant les différentes lectures et interprétations. Cela tend à situer Jacques Sémelin, comme il s’en réclame lui-même, davantage dans la lignée d’historiens comme Léon Poliakov et Yves Ternon. La qualité du travail historiographique n’a d’égal que la richesse de la documentation sur laquelle se fonde le questionnement. L’ouvrage, à cet égard, fait figure d’outil de travail indispensable, qui plus est, passionnant. L’autre intérêt indéniable tient à la portée des analyses et à la compréhension qu’il donne de la complexité des phénomènes décrits, une compréhension qui doit beaucoup à la diversité des références théoriques et à la posture singulière du chercheur.

Jacques Sémelin a été psychosociologue avant d’être professeur à Sciences Po. Il en a gardé un attrait pour les approches pluridisciplinaires, ce qui l’amène à croiser les regards psychologique, psychosociologique, anthropologique, philosophique, tout en maintenant le cap d’une sociologie politique, que l’on peut, sans hésiter qualifier de compréhensive. Cela revient, outre la filiation à Weber, à faire appel à des éclairages différents « sans réduire les phénomènes sociaux à des processus psychologiques6 ». On retrouve ainsi avec plaisir des auteurs qui ont nourri sa réflexion et jalonné ses écrits depuis son premier livre publié en 1983 Pour sortir de la violence7 : Arendt, Freud, Bettelheim, Fornari, Milgram, etc. Dans le cinquième chapitre par exemple (« Les vertiges de l’impunité8 »), les pages consacrées au « crime d’obéissance » reprennent les expériences de Milgram et Zimbardo avant de revenir plus longuement sur « la banalité du mal » et de revisiter les thèses d’Arendt. Cette ouverture pluridisciplinaire stimule la réflexion critique et permet de rendre compte des convergences et des divergences entre les différentes approches, d’autant que l’auteur, méfiant vis-à-vis du jargon et de l’enflure verbale, se garde bien de glisser vers une « esthétique de l’horreur9» et parvient à exprimer les différents points de vue, y compris le sien, dans un style simple et précis.

Les noms de psychologues, de philosophes et autres écrivains viennent naturellement compléter l’impressionnante liste des historiens, sociologues ou politistes de divers horizons qui alimentent la réflexion tout au long de l’ouvrage. L’étendue de l’investigation, par cette pluralité des approches et des thématiques, peut poser la question des limites de son champ, autrement dit, de la dispersion, mais il n’en est rien : la complexité de « l’abîme génocidaire » nécessite une telle démarche. C’est davantage l’objet même de cette recherche qui pose inévitablement problème, à commencer par les termes choisis et les notions qui le désignent. Jacques Sémelin en est pleinement conscient et décide de s’en tenir au terme de « massacre », terme qu’il qualifie paradoxalement de « minimal » et qu’il propose de définir en tant que « forme d’action le plus souvent collective de destruction de non-combattants10 ». La question du génocide est renvoyée en fin d’ouvrage et fait l’objet d’une analyse critique de ses usages et instrumentalisations, depuis son invention par Raphael Lemkin en 1944 et la définition du crime de génocide par la Convention de l’ONU en 1948, qui a marqué les premières études en sciences sociales sur le sujet. Cette clarification ne pourra se faire sans revenir sur la notion de massacre collectif, et sans reprendre les débats sur l’emploi du terme « Holocaust » et de l’expression « nettoyage ethnique ». Le parti pris de Sémelin veut donc que l’analyse de ces « usages politiques » ne puisse se faire qu’après avoir enquêté sur les processus qui aboutissent aux massacres. Cette mise à distance à laquelle correspond le report du travail sur la définition de l’objet d’étude répond bien de la démarche empruntée par le chercheur soucieux d’adopter une juste posture face à cet objet difficile, s’il en est. Ce qu’il nomme « l’abîme génocidaire » est en effet un objet massif (c’est cet aspect qui est le premier discriminant), sidérant, « hideux », qui oblige à une distance critique y compris envers les mots eux-mêmes, mots par lesquels le fantasme se mêle à la réalité.

La construction de l’ouvrage est donc remarquable à plus d’un titre. Chaque chapitre s’ouvre sur un éclairage particulier, un nouvel angle d’analyse, qui prolonge le précédent et renouvelle le questionnement. L’auteur nous convie ainsi à plusieurs temps d’analyse qui sont autant de niveaux d’interprétation, dans l’articulation desquels progresse une réelle compréhension du phénomène génocidaire. Il serait donc vain, on l’aura compris, de vouloir résumer une telle somme, tout au plus pouvons-nous donner quelques indications afin de rendre une idée de l’ensemble et nous interroger sur quelques points.

Le fil rouge qui dessine le parcours emprunté par l’auteur pour affronter la question du pouvoir de destruction est le passage à l’acte, « mouvement de bascule du fantasme à l’action11 ». Ce « moment » décisif semble insaisissable puisqu’il n’y a pas « un » acte ou « une » décision comme il ne peut y avoir « une seule » cause. Il sera alors appréhendé comme « processus de bascule, complexe, imbriquant des dynamiques collectives et individuelles, de nature politique, sociale, psychologique, etc.12 ».

Le premier chapitre13 s’ouvre naturellement sur une revue critique des théories qui privilégient un seul facteur, qu’il soit économique, culturel, démographique ou psychologique. Cette mise au point est d’emblée nécessaire tant les explications hâtives sont légion, comme l’interprétation très courue qui voudrait que la violence politique et les massacres collectifs traduisent une dilution14 du politique, celle des institutions et des Etats-nations. Sémelin rappelle à juste titre qu’« écrire l’histoire, c’est ouvrir le champ des possibles, en se méfiant de toute interprétation causale simpliste et déterministe du passé15 ». L’enchevêtrement des causes est certainement plus pertinent mais l’accumulation des « causes » possibles ne peut faire l’économie des significations de la situation pour les acteurs impliqués. « Pour vivre, les hommes ont besoin de donner du sens à leur existence. Pour tuer, il en est de même. Ce tremplin mental vers le meurtre de masse repose sur les interactions constantes entre imaginaire et réel, à travers lesquelles toute limite est abolie16 ».

Ces considérations sur les significations sociales amènent l’auteur à souligner la puissance de l’imaginaire, un imaginaire finement analysé à travers les thèmes de l’identité, de la pureté et de la sécurité, dans ses rapports à l’idéologie qui le relie au réel. Cette dynamique se traduit par le passage de l’angoisse collective à la peur intense à l’égard d’un ennemi, peur qui va pouvoir faire l’objet de manipulations. Après avoir décrit l’imaginaire de toute puissance et de destruction et la logique identitaire justement résumée par la formule « détruire le “eux” pour sauver le “nous”17», Sémelin s’attarde, dans le deuxième chapitre18, sur l’intention à partir de laquelle se construit le « discours incendiaire » et « la violence sacrificielle ». L’analyse porte sur la nature du discours, les conditions de son élaboration et de sa légitimation, notamment par la convergence des registres intellectuel, politique, religieux et social. Le chapitre suivant sur le « contexte international, guerre et médias19 » se tourne vers les facteurs externes aux pays pour comprendre comment s’effectue la « transformation du processus de violence en acte de guerre ». Le quatrième chapitre sur « les dynamiques du meurtre de masse20 » est une description des « pratiques collectives » de massacre et des différents modes d’adhésion, sinon de participation, de la société. Le rôle déterminant des acteurs étatiques et para-étatiques est alors replacé dans sa juste mesure.

Insistons au passage sur un point crucial : il est nécessaire, et même salutaire, de rappeler, comme le fait Sémelin, qu’il n’y a pas de violence « spontanée » des masses21 comme il n’y a pas de « passivité » absolue des populations22. La fin de cette partie dresse un tableau à la fois édifiant et contrasté des « morphologies de la violence extrême » et des types de destruction qui s’achève par la question fondamentale et critique à nos yeux de « l’autonomisation 23» du meurtre de masse. Voilà quelques unes des nombreuses idées qui ne manqueront pas d’éveiller la conscience. De même que nous nous abstenons de rentrer dans les faits historiques qui n’ont d’intérêt que remis en perspective, ce survol très rapide du « cœur » de l’ouvrage n’a pour but que de renvoyer au « corps » du texte en espérant donner envie de le lire.

La partie sur « les vertiges de l’impunité » est l’occasion pour Sémelin de centrer l’analyse sur le « moment », le « noyau dur » du passage à l’acte, et d’aller, en quelque sorte, au bout de son raisonnement. Au fil des pages de cet avant-dernier chapitre, en suivant les interrogations et les considérations sur la rationalité et le délire, puis sur la « jouissance de la cruauté », on arrive dans une « zone grise24 » qui semble aboutir à une impasse, à moins que ce ne soit le signe de notre libre arbitre.

Le dernier chapitre, synthèse sur les « usages politiques des massacres », est à part. Il est en partie consacré, nous l’avons dit, à une réflexion sur la notion de génocide en lien avec d’autres notions proches. A ce propos, la perspective que donne l’auteur du « nettoyage ethnique » est détonante et nous paraît viser juste : le « nettoyage ethnique », apparaît selon lui, comme « une nouvelle forme d’ingénierie sociale qui consiste […] à découper le peuple rebelle25 ». Mais on peut, en revanche, s’interroger sur la place qu’il donne par la suite au terrorisme et sur l’intérêt d’engager en toute fin de volume une réflexion sur cette question. Les cas historiques évoqués – et le 11 septembre 2001 y prend, bien évidemment, toute sa place – n’ont que peu de rapport avec les cas de génocides précédemment cités. Bien sûr, on peut considérer que les actes terroristes, ou désignés comme tels, provoquent des massacres mais peut-on, pour autant, rester sur une définition « minimale » pour justifier toute comparaison ? L’auteur, bien entendu, discute de l’usage du terme et cite les chercheurs qui font autorité en la matière26, mais il ne suit manifestement pas les avertissements de Didier Bigo pour qui « ce n’est pas un concept utilisable par les sciences sociales et la stratégie27 », et préfère s’en remettre aux conceptions d’Isabelle Sommier (la « violence totale 28»), chez qui il trouve la justification de ce rapprochement avec le génocide. Il faut dire que ce dernier chapitre est également en grande partie consacré à la typologie que Sémelin a conçue au terme de sa recherche. Il distingue trois types de logiques politiques des massacres que sont la soumission, l’éradication et l’insurrection. Il se trouve que le terrorisme constitue la principale illustration de la logique insurrectionnelle. Peut-on expliquer avec les mêmes concepts la violence génocidaire et la violence terroriste ? Des massacres peuvent, certes, participer d’une logique d’insurrection, mais faut-il toujours parler de « massacres de masse » ? Peut-être ne s’agit-il plus de la même « masse », non plus des mêmes « massacres » ni de la même « destruction ».

La conclusion ouvre des pistes intéressantes pour apporter des réponses concrètes aux problèmes soulevés. Soucieux de mener des recherches utiles, et fidèle à une éthique de la responsabilité, Jacques Sémelin propose des axes de travail prometteurs tant sur le plan des sciences sociales que sur celui de l’action internationale.

Notes

1. Publiés dans la revue Alternatives non violentes.
2. Son ouvrage Sans armes face à Hitler (préfacé par Jean-Pierre Azéma, Paris, Editions Payot, 1989), né d’une interrogation « de nature éthique et stratégique », a fait date sur la question.
3. Ces différentes études ont largement contribué à ouvrir le champ des sciences politiques par l’élaboration de nouvelles notions telles la « dissuasion civile » et la constitution de ce qu’il conviendrait d’appeler un « répertoire » des actions non violentes.
4. Sémelin J., Purifier et détruire, opcit., pp15-23.
5. Ibid., p21.
6. p286.
7. Sémelin J., Pour sortir de la violence, Paris, Les Editions ouvrières, 1983.
8. Sémelin J., Purifier et détruire, opcit., pp285-364.
9. Ibid., p22.
10. Ibid., p19.
11. Ibid., p39
12. Ibid., p. 16
13. Ibid., pp. 25-74
14. Ne confondons pas « dilution » et « délitement », Sémelin est convaincu qu’ « aucune société n’est à l’abri de tels processus dès lors qu’elle commence à se déliter » (Ibid., p. 25).
15. Ibid., p87.
16. Ibid., p287.
17. Ibid., p70.
18. Ibid., pp75-133.
19. Ibid., pp135-200.
20. Ibid., pp201-284.
21. Ibid., p203.
22. Ibid., p267.
23. Ibid., p. 284.
24. Expression de Primo Levi, dans Les Naufragés et les RescapésQuarante ans après Auschwitz, Paris, Gallimard, 1989.
25. p403.
26. pp.416-419.
27. Bigo D., « L’impossible cartographie du terrorisme », Cultures & Conflits, automne 2001.
28. Voir Sommier I., Le Terrorisme, Paris, Flammarion, coll« Dominos », 2000.
Pour citer cet article
Référence papier

Cultures & Conflits n°61 (2006) pp.165-172
Référence électronique

Elwis Potier, « Réflexion sur les violences extrêmes : Purifier et détruire, de Jacques Sémelin. », Cultures & Conflits, 61, printemps 2006, [En ligne], mis en ligne le 17 mai 2006. URL : http://www.conflits.org/index2044.html. Consulté le 19 août 2008.
Auteur
Elwis Potier

Elwis Potier est psychosociologue, auteur de l’article « L’imaginaire du contrôle des foules dans l’armée de terre française », Cultures & Conflits n°56, hiver 2004.


Rwanda: Attention, un rapport peut en cacher un autre (More on France’s undisclosable darkest secret)

18 août, 2008
Undisclosable (France in rwanda)Il n’y a pas, à cette heure, d’éléments de preuve directe qui permettraient d’affirmer que les militaires français savaient que la formation qu’ils donnaient aux Interahamwe (…) était destinée à commettre le génocide. Rapport rwandais
Suite à la récente publication d’un rapport du gouvernement rwandais sur le rôle plus que douteux de la France lors du génocide de 1994 …Intéressante tribune du meilleur spécialiste français de la question, l’historien et créateur d’une encyclopédie en ligne des massacres et génocides Jacques Sémelin.

Où l’on découvre, au-delà des excès manifestes de la thèse de Kigali que l’on n’a toujours pas pu lire (ie. la prétendue implication française directe et intentionnelle – dès 1992 ? – dans le génocide comme dans des viols systématiques) …

L’existence du rapport que lui avait commandé le gouvernement français il y a quatre ans.

Sa recommandation, toujours non suivie d’effet, « que la France reconnaisse ouvertement ses erreurs graves dans la gestion de cette crise extrême ».

Et donc la confirmation « accablante » de « l’incapacité de Paris à prendre en compte les signes de la détérioration de 1991 à 1993″ …

Génocide, un discutable rapport rwandais
Jacques Sémelin
Le Monde
18.08.08

En septembre 2004, le Quai d’Orsay (Centre d’analyses et de prévisions) m’a demandé de préparer une note de réflexions et de propositions en vue d’un travail de mémoire entre la France et le Rwanda. Après y avoir effectué une mission, j’ai remis mon rapport en janvier 2005, lequel préconisait entre autres que la France reconnaisse ouvertement ses erreurs graves dans la gestion de cette crise extrême.

Convaincu donc de la nécessité d’un regard de vérité sur la politique française de cette époque, il m’apparaît pourtant que le rapport récemment publié par la commission rwandaise, dite « indépendante », soutient certaines thèses excessives. La violence de ses accusations ne peut guère surprendre, tant est lourd le passif entre deux Etats qui ont cessé officiellement toute relation diplomatique. Si cette commission avait été réellement indépendante, elle aurait auditionné des acteurs ou des chercheurs qui n’allaient pas nécessairement dans son sens, ce qu’elle n’a pas fait. Plus que d’un « rapport scientifique », il s’agit d’un réquisitoire politique sans nuance. Au début, le texte semble prometteur, brossant une bonne synthèse de la présence occidentale au Rwanda, spécifiquement de la France. Reprenant les travaux de la commission Quilès, il cite des archives intéressantes du régime Habyarimana. Mais plus on avance dans la lecture, plus on est saisi par un sentiment de malaise.

L’emploi du mot « génocide » reste assez flou par rapport à celui de « massacre ». En effet, tout massacre ne constitue pas nécessairement un génocide. Le texte considère cependant que des « actes de génocide » ont eu lieu bien avant 1994, notamment en 1963 et 1992. Cette incrimination aurait mérité d’être plus étayée. Comme les militaires français arrivent au Rwanda fin 1990, Paris serait donc déjà impliqué en 1992.

Le rapport présente le défaut majeur de la reconstruction interprétative : sachant comment la situation a tourné, on est toujours tenté de croire que tout avait été pensé et planifié. Ainsi le texte affirme-t-il avec insistance que les militaires français ont entraîné dès 1992 les milices Interahamwe qui, en 1994, joueront un rôle actif dans l’extermination des Tutsi. Voici donc une preuve de l’implication de la France dans le génocide. Mais les instructeurs français qui auraient formé ces jeunes au combat armé savaient-ils déjà à quoi ils allaient être destinés en 1994 ? Le rapport ne semble pas en douter, sauf… au détour d’un paragraphe : « Il n’y a pas, à cette heure, d’éléments de preuve directe qui permettraient d’affirmer que les militaires français savaient que la formation qu’ils donnaient aux Interahamwe (…) était destinée à commettre le génocide. »

Le texte souligne ensuite à juste titre l’incapacité de Paris à prendre en compte les signes de la détérioration de 1991 à 1993. Le dossier est ici accablant pour la France ; et on y découvre des éléments nouveaux. En revanche, l’opération « Turquoise » est présentée de manière trop simpliste sinon outrancière, les militaires français étant accusés de viols systématiques contre les femmes tutsi ; ce qu’aucun travail de chercheur n’est venu confirmer.

Poser la question de la responsabilité, c’est assurément s’interroger sur le rôle de la France, mais pas de manière aussi tranchée que ce texte. Paris n’a pas participé directement aux faits en 1994. La finalité de ce rapport est politique, donner au Rwanda la base d’une attaque juridique contre les dirigeants français de l’époque, pour contrecarrer l’action du juge Bruguière envers les dirigeants du Front patriotique rwandais. Il vient très sérieusement gêner les efforts de Bernard Kouchner pour renouer avec Kigali. En réalité, la guerre entre la France et le FPR n’a jamais cessé : ce rapport en constitue un nouveau développement.

Jacques Sémelin, directeur de recherches au CERI/CNRS


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 314 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :