Bilan de Chirac: Attention, un bourbier peut en cacher un autre (We’re liberators, not occupiers!)

Surrender monkeysOn ne peut pas avoir d’un côté des soldats qui se battent et qui meurent, et de l’autre des troupes qui distribuent des sucettes à Kaboul. Général Richards
Helmand province is no place for defence forces that cannot go out at night without their mothers. Col Tim Collins

Attention: un coup de poignard peut en cacher un autre!

Au moment du bilan de notre roi-fainéant et actuel squatter et futur SDF de l’Elysée …

Et pour ceux qui nous bassinent encore avec la soi-disant grande clairvoyance du grand homme sur l’Irak, il faudrait peut-être rappeler l’autre bourbier (plus, comme nous le rappelions en novembre dernier, de pertes occidentales en proportion) où cette fois nos troupes étaient dès le départ soi-disant partantes.

Ou plus précisément, nos troupes fantômes puisque, avec le grand courage qu’on lui connaît et reconnaît, Notre Génie de Corrèze ne reconnaitra que quelque six mois plus tard et seulement suite à une indiscrétion de la presse et de sa ministre de la défense (on allait quand même pas provoquer les terroristes!), que la « Patrie (autoproclamée) des droits de l’homme » avait quelque 200 forces spéciales à la poursuite de Ben Laden.

Troupes qui viennent d’ailleurs d’être tout aussi discrètement, et suite à des pertes relativement importantes, retirées (pardon: « redéployées »!).

Quant aux troupes restantes (1100 pour l’Armée de Terre et quelque 200 pour l’Air et la Marine, dont il n’est pas question de mettre en doute la valeur et dont on imagine la frustration), elles se limitent pour l’instant, avec leurs homologues allemands (interdits de sortie après 18h ! – les Espagnols de Bambi se limitant à de la figuration: à peine 600 sur 35 000 et 30 pays) à la reconnaissance en vol ou au babysitting en ville …

Laissant ainsi à leurs « petits camarades » britanniques (qui viennent eux, avec la petite Norvège, de promettre des troupes de plus) ou canadiens… l’essentiel des pertes !

Mais n’allez pas chercher ça dans vos quotidiens hexagonaux, sinon bien cachés en fond de page ou entre deux entrefilets (qui, « la Corrèze avant le Zambèze » oblige, a entendu parler en France de nos troupes spéciales tombées au champ d’honneur afghan?), d’où l’obligation (désolé pour les non-anglophones) de se référer à la presse de langue anglaise …

Do your fair share in Afghanistan, Nato told
Thomas Harding, Defence Correspondent
10/03/2007

Britain’s Nato allies who refuse to fight in Afghanistan were accused yesterday of causing « huge resentment » and a sense of betrayal among UK forces.

With four British soldiers killed within the last week, and the Taliban expected to launch a Spring offensive, senior military figures have called for Nato forces to contribute more or risk fracturing the alliance.

The 60-year-old coalition has come under pressure as countries such as Britain, America and Canada continue to shoulder the burden of the fighting, while others such as Germany and France have held their troops back.

Commanders are angry that despite pleas for reinforcements or to have « operational caveats » removed, some countries are still not heeding their requests.

Tony Blair yesterday failed to win a pledge of more fighting troops after he called for European allies to commit to a « maximum collective effort » during a summit in Brussels.

The example of German troops not being allowed to operate at night is one of many caveats that have infuriated Britain’s military leaders.

Lord Inge, who was head of the Armed Forces during the 1990s, told The Daily Telegraph that the limitations were making the alliance ineffective.

« When you go on an operation as complex and dangerous as this, where some Nato nations are not playing a full part, it makes the job of a commander much more difficult if he cannot use half the troops. It breaks a fundamental military principle. »

Lord Inge added that there was now « huge resentment » among troops who were putting their lives on the line when « others are not ».

He said: « It also undermines Nato’s credibility in the long term if it cannot respond to operational challenges such as this. »

Nato had to be prepared for a « very long haul » of up to 20 years’ fighting, he added.

The lack of troops and the caveats issue « reflected very badly on Nato », agreed Lord Guthrie, who was a former head of the Armed Forces and advisor to Mr Blair.

« Considering the amount of people the British have out there they are doing an amazing job but it’s a smaller part of the overall picture in Afghanistan, » he said.

« Tactically we are winning but the strategic battle is a long way off from being won. That is many years off and we will see if Nato has the stomach to see it through. »

Col Tim Collins, who served in Iraq, believes that at the very least other countries should provide more finance for those doing the hard fighting. « Helmand province is no place for defence forces that cannot go out at night without their mothers, » he said.

Since the Riga summit last year there have been an extra 7,000 troops pledged, taking the total numbers to 39,000.

Following the announcement last week of a further 1,400 troops, the British contingent will soon top 7,700.

Meanwhile, the German government yesterday agreed to send six Tornado jets and 500 support staff to Afghanistan. However, the aircraft will be used primarily for reconnaissance and the soldiers will not be involved in combat.

But while Britain and America will continue to put pressure on their allies to provide more fighting men, a Nato source summed up the situation when he said: « You are not going to get the Germans to fight for you by shouting at them. »

The British soldier who died from injuries received in a grenade attack in the town of Sangeen on Thursday has been named as Michael Smith, who was 39 and came from Liverpool.

The Warrant Officer Class 2, of 29 Commando Regiment Royal Artillery, had 22 years of service in Northern Ireland, Iraq, Kuwait and Afghanistan.

His commanding officer, Lt Col Neil Wilson, called him « an indomitable character and an institution both within his battery and the wider regiment ».

BRITAIN

Royal Marine frontline fighting force heavily involved in Operation Achilles

CANADA

Frontline troops disrupting Taliban supplies and reinforcements on Kandahar / Helmand border

AMERICA

Frontline search and destroy operations, plus tactical reinforcements for Achilles

DENMARK

Provincial reconstruction team in north, reconaissance unit fighting in Helmand

FRANCE

Security force in Kabul, special forces leaving south after heavy losses.

AUSTRALIA

Engineering team and some special forces in Uruzgan

GERMANY

Reconstruction team in north-east, some soldiers in Kabul

HOLLAND

Frontline troops in Uruzgan, F16 jets used in Helmand.

ITALY

Reconstruction team in Herat. No frontline presence

SPAIN

Reconstruction and security in Badghis province

Voir aussi :

Liberators Who Refuse to Fight

February 9, 2007: U.S. forces in Afghanistan have nearly tripled in the last three years, from 9,500 in 2002, to 26,000 today. Most (14,000) of the current force is assigned to NATO, while the rest are training Afghan troops or Special Forces running special operations. You don’t hear much about either of these operations, but both are vital to the success of the new Afghan government. That’s because tribal warfare is the norm in rural Afghanistan. The Taliban are basically a movement that unites religious fervor and tribal loyalty into yet another tribe based conflict. Superior foreign troops can stamp out the tribal warriors easily enough, that’s been done for thousands of years. But to shut down the tribal war making machine, you need Afghan troops, and Afghan negotiators.

February 8, 2007: Claiming they are, « liberators not occupiers, » Germany, France, Italy and Spain have dug in their heels and affirmed their refusal to allow their peacekeeping troops in Afghanistan to fight the Taliban. Germany did agree to send eight Tornado reconnaissance aircraft to Afghanistan. But these warplanes can only fly over the Taliban, and photograph them, but not bomb them. There are also some German commandos in Afghanistan, who apparently fight, but the Germans don’t like to talk about that. Only about 30 percent of the 35,000 NATO troops (those from Britain, Canada and the Netherlands) are allowed to fight the Taliban. The remainder patrol areas where there is little, or no, Taliban activity, and are instructed to back off if confronted by the Taliban.

Voir enfin un des rares articles en français sur la question:

La France retire ses Forces spéciales d’Afghanistan
De notre envoyé spécial à Sarubi Adrien Jaulmes.
Le Figaro
Le 18 décembre 2006

Michèle Alliot-Marie a annoncé un redéploiement des troupes françaises en Afghanistan et un changement de méthodes pour lutter contre les talibans.

OFFICIELLEMENT, tout va bien en Afghanistan. Au pied des sommets blancs de l’Hindou Kouch, deux hélicoptères flambant neufs Caracal sont posés moteurs tournants au sommet d’une falaise rocheuse qui surplombe la route de Djalalabad, à une soixantaine de kilomètres à l’est de Kaboul.

Derrière les merlons d’un petit camp perché sur les hauteurs désertiques de Sarubi, Michèle Alliot-Marie passe en revue une section de soldats français. L’air aussi détendue que pour une banale visite au camp de Mourmelon, le ministre leur rappelle l’importance de leur mission et pose tout sourire avec les soldats qui se pressent pour se faire photographier à ses côtés.

En réalité, rien ne va plus en Afghanistan. Les 1200 soldats français déployés depuis 2002 au coeur de l’Asie centrale n’ont pas été engagés dans les violents combats contre une insurrection qui dispute au gouvernement afghan le contrôle de provinces entières dans le sud et l’est du pays. Mais les militaires français sont néanmoins occupés à renforcer les défenses de camp Warehouse, où sont cantonnées les troupes de l’Otan à l’entrée orientale de Kaboul. Les véhicules sont équipés en toute hâte de blindages supplémentaires et de dispositifs de brouillage contre les engins explosifs improvisés. Cette redoutable tactique de guérilla expérimentée par l’insurrection irakienne, et importée en même temps que celle de l’attentat suicide par les talibans, a déjà coûté la vie à plusieurs dizaines de soldats de l’Otan.

Et Paris, de plus en plus préoccupé par l’engrenage guerrier dans lequel l’Otan est en train de se laisser entraîner en multipliant des opérations militaires de « nettoyage » dans le Sud afghan, à grand renfort de bombardements aériens et de leurs cortèges de victimes civiles, pousse discrètement vers un changement de méthode.

Michèle Alliot-Marie a ainsi annoncé au cours de sa neuvième visite en Afghanistan une « réorganisation générale » du dispositif français.

La plus symbolique de ces mesures est le retrait des forces spéciales françaises d’Afghanistan. Ce détachement d’environ 200 commandos du COS opérait depuis 2002 sous commandement américain dans la région de Spin Boldak, sur la très délicate frontière sud avec le Pakistan, d’où provient une grande partie de l’armement des insurgés. Redéployés en septembre dernier à Djalalabad, où le ministre s’est rendu samedi, ces commandos « se retireront en janvier 2007 », a-t-elle annoncé.

Nombre de soldats inchangé

« Il ne s’agit pas d’un désengagement », a précisé Michèle Alliot-Marie, qui a rappelé que le nombre de soldats français, environ 2000, resterait inchangé. « Nous allons lancer un programme de formation de forces spéciales afghanes. Il nous paraît en effet important que les Afghans voient que ce sont leurs propres forces qui assurent elles-mêmes la stabilisation et la sécurité de leur propre pays », a-t-elle expliqué.

Pour calmer les critiques d’autres membres de l’Otan, qui reprochent à la France d’avoir refusé l’été dernier d’envoyer des renforts dans le sud du pays où leurs propres troupes essuient des pertes importantes, Michèle Alliot-Marie a aussi confirmé la concession faite par Jacques Chirac au dernier sommet de l’Otan à Riga, qui avait accepté que « des troupes françaises pourraient être fournies en renfort » en dehors de leur zone d’action de Kaboul, selon les cas et avec accord de Paris. Un détachement aérien sera aussi stationné en permanence en Afghanistan.

« La solution n’est pas de se substituer militairement aux autorités afghanes », explique-t-on dans l’entourage de Michèle Alliot-Marie, « mais de leur permettre de reprendre la situation en main ».

Cette tentative française d’enrayer l’enlisement militaire de l’Otan en Afghanistan s’accompagne d’une proposition de coordonner la reconstruction du pays sous l’égide d’un « groupe de contact » rassemblant les institutions afghanes et les organismes ou les pays donateurs.

Mais Paris doit arriver à imposer très vite ses vues à ses partenaires de l’Otan pour obtenir les changements de méthode qui s’imposent. Les talibans ne cachent pas leurs intentions de faire porter leur prochaine offensive de printemps sur Kaboul. Et les troupes françaises pourraient alors se retrouver en première ligne.

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 314 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :