Darfour: Laissez-nous massacrer nos musulmans en paix! (Jihad as globalization for losers)

29 avril, 2006

Bamiyan
DarfurIntéressante observation dans la National review sur un aspect jusqu’ici peu remarqué (et pas seulement par les angélistes – excusez le pléonasme ! – de gauche !) de la dernière imprécation du chef des troglodytes djihadistes : la radical-islamisation forcée des populations qui tombent sous leur coupe.

On croirait d’ailleurs entendre notre ancien champion propagandiste Goebbels, qui à la SDN à Genève en 33, répondait à la plainte d’un juif de Haute Silésie (Bernheim) contre les brutalités, les violences et les crimes des nazis contre ses compatriotes:

“Messieurs, charbonnier est maître chez soi. Nous sommes un Etat souverain. Tout ce qu’a dit cet individu ne nous regarde pas. Nous faisons ce que nous voulons de nos socialistes, de nos pacifistes et de nos juifs, et nous n’avons à subir de contrôle ni de l’humanité ni de la SDN.”

C’est vrai qu’entre la nazislamisation forcée et l’occidentalisation rêvée (eg. les queues toujours plus longues dans les consulats américains), il devient de plus en plus difficile de… choisir !

In the West, we tend to talk about globalization as if it’s a euphemism for Americanization. But there are many competing forms of globalization. Even anti-globalization activists favor the « right » kind of globalization, one driven by the U.N. and « progressives » instead of corporations and markets. (…)Too many intellectuals and commentators take the ignorant and condescending view that because jihadism is exotic, it is also ‘authentic’. we get the usual knee-jerk defense of any seemingly ‘indigenous’ foreign movement that casts America as a global villain. The reality is that in the War on Terrorism, America is on the side of freedom and diversity. Bin Laden & Co. are the real crusaders.

Globalization for Losers
The jihadists are far worse for indigenous cultures than Westernization.
Jonah Goldberg
NRO
April 28, 2006

Osama bin Laden’s ratings are falling. His latest pronouncement was a yawn. His scripts could use a rewrite. « Infidels » this, « crusaders » that. Blah, blah, blah. We’ve heard it all before.

However, one new wrinkle in Bin Laden’s diatribe deserves more attention, as it illuminates the nature of the West’s struggle against radical Islam. « I call on the mujahedin and their supporters in Sudan and the Arabian Peninsula to prepare all that is necessary to wage a long-term war against the crusaders in western Sudan, » Bin Laden declared. The crusaders in question are United Nations peacekeepers, who aren’t even in Sudan yet but who are going to stop genocide there — we hope. Bin Laden suspects a Western plot to install U.S. bases and destroy Islam in Sudan, and he wants to fend off the U.N., which he calls an « infidel body » and « a tool of crusader-Zionist resolutions. » If he thinks the U.N. is a tool of the Zionists then he needs to get out of his cave more.

Nonetheless, bin Laden’s call to open a new front in Sudan highlights some underappreciated aspects of the jihadist mission. First, most of the people being slaughtered by Sudan’s Arab-controlled government are Muslims. Bin Laden wants his holy warriors to fight for a Sudanese right to exterminate indigenous Muslim tribes. In this, Bin Ladenism represents a perverse form of globalization.

In the West, we tend to talk about globalization as if it’s a euphemism for Americanization. But there are many competing forms of globalization. Even anti-globalization activists favor the « right » kind of globalization, one driven by the U.N. and « progressives » instead of corporations and markets.

Radical Islam is globalization for losers: It appeals to those left out of modernization, industrialization, and prosperity — particularly to young men desperate for order, meaning, and pride amid the chaos of globalization. Radical Islam provides it, but at a terrible price.

The Wall Street Journal recently reported the sad tale of the demise of Mak Yong, an ancient form of dance and theater in Southeast Asia drawn from pre-Islamic faiths, including Hinduism. But such traditional cultural influences are now considered « un-Islamic. » « Many Southeast Asian Muslims now navigate by guideposts from the Arab world, » the Journal reported. « Young men in Indonesia are starting to wear turbans and grow beards. In Malaysia, Malays have adopted the Arab word for prayer, salat, to replace the Malay word, sembahyang, which literally means ‘offer homage to the primal ancestor.’ « 

This is merely an extension of trends that have already transformed the Middle East. As Fareed Zakaria writes in « The Future of Freedom, » until the 1970s most Middle Easterners « practiced a kind of village Islam that adapted itself to local cultures and to normal human desires. Pluralistic and tolerant, these villages often worshipped saints, went to shrines, sang religious hymns, and cherished art — all technically disallowed in Islam. » This indigenous form of Islam was bulldozed by urbanization and radicalization. The Iranian Revolution was a harbinger of the transformation toward a more « universal » Islam that was also more doctrinaire: « Islam of the high church as opposed to Islam of the street fair, » Zakaria writes.

Reihan Salam, a coauthor of one of the smartest blogs going right now — theamericanscene.com — is an American of Bengali descent who argues that the death of Mak Yong represents « globalization at its worst. » He rightly notes that if the choice is between the globalization of « crass Arabization » and the globalization of « crass Westernization, » then it should be no choice at all.

Although Western-style globalization may force certain technological and economic changes on indigenous cultures, it also provides those cultures with the tools and flexibility to keep much of their culture. The hard Islam coming out of Riyadh and Tehran offers no such freedom. Recall that Afghanistan was a Muslim country for centuries, but it wasn’t until the jihadi thugs of the Taliban took over that the historic Bamiyan Buddhas were deemed an offense to Islam and destroyed.

Bin Laden’s call to kill U.N. peacekeepers is consistent with the Islamist desire to impose a harsh, « one true Islam » across the Muslim world (and, someday, they hope, the non-Muslim world too).

Too many intellectuals and commentators take the ignorant and condescending view that because jihadism is exotic, it is also « authentic. » On the right, this often translates into the view that all strains of Islam are alike — and equally dangerous. And on the left, we get the usual knee-jerk defense of any seemingly « indigenous » foreign movement that casts America as a global villain. The reality is that in the War on Terrorism, America is on the side of freedom and diversity. Bin Laden & Co. are the real crusaders.


Islam: Ce génocide chrétien qu’on veut oublier (Islam’s forgotten christian genocide)

25 avril, 2006

Holocaust_dayArmenian_genocide_2

Armenian genocide mapWho speaks today of the annihilation of the Armenians? (Hitler, Aug. 1939)Après tout, qui parle encore aujourd’hui de l’annihilation des Arméniens? Hitler (aux Commandeurs suprêmes et Généraux commandants, Obersalzberg, le 22 août 1939, soit huit jours avant l’invasion de la Pologne)

En ce jour-souvenir du Génocide juif (Holocaust Day en Israël), ne faudrait-il pas aussi rappeler que certains (comme la Turquie) ne reconnaissent toujours pas celui des (chrétiens) Arméniens (comme assyriens ou grecs) massacrés par les (musulmans) Turcs il y a maintenant 91 ans?

Comme viennent de le démontrer ceux qui tout dernièrement à Lyon (les 18 mars et 18 avril derniers) ont, avant de profaner le mémorial arménien, proféré, lors d’une manifestation pro-turque, des slogans négationnistes (« Non au mémorial d’un prétendu génocide », « Il n’y a jamais eu de génocide arménien ») …

Pourtant, les historiens sont unanimes: profitant, on le sait, de la guerre sur le front russe (où ils viennent prêter main forte à leurs alliés allemands) entre 1915 et 1917 (les nazis retiendront la leçon 30 ans plus tard – comme aujourd’hui au Darfour, … les Soudanais ! ), les nationalistes turcs mirent à exécution leur « solution finale » de leur « question arménienne » (ie. chrétienne) sous prétexte de collaboration avec l’ennemi (notamment des désertions et des actes relativement isolés de résistance).

Présenté officiellement comme un transfert de population loin de la ligne de front (mais incluant les populations les plus éloignées des zones de combat !), leur plan secret ne vise en fait rien de moins que l’anéantissement systématique de la population arménienne par, dans un premier temps, les rafles et exécutions des élites et des militaires, puis l’élimination progressive (par épuisement, maladie ou famine, mais aussi harcèlement par les troupes qui les encadraient ou rançonnement et autres brimades par les populations locales) du reste en les jetant du jour au lendemain sur les routes dans de longues transhumances, entre-coupées d’arrêts dans des camps-mouroirs – à travers les déserts de l’Empire.

Bilan: au moins 1,2 millions de victimes sur les deux millions d’Arméniens que comptait le pays à la veille de la guerre (sans parler des enlèvements, viols, « conversions » ou rééducations forcées dans des écoles islamiques, notamment pour les jeunes filles!). Les autres ne devant leur survie qu’à la présence de trop nombreux témoins (étrangers notamment, dans les grandes métropoles de Constantinople et de Smyrne), à l’avancée des troupes russes ou à la fuite à l’étranger (en Europe ou dans la future Arménie soviétique).

Source: Wikipedia (s’ils l’ont pas encore mis – après protestations des autorités turques ? – dans leur « liste de suppression » ou « journal des effacements » !).


Corée du nord: Le goulag caché (The hidden gulag – in full satellite view!)

23 avril, 2006

Nk_prison_1Continuant notre série à l’occasion du 40e anniversaire de la « Révolution culturelle » chinoise (et au moment où Juifs et Arméniens s’apprêtent à se remémorer les génocides dont ils ont été victimes) …

Il faudrait aussi rappeler que les quelque 100 millions de victimes du système communiste (URSS, Chine, Cambodge, Vietnam – sans parler du million d’Afgans et des 200 000 Tchéchènes), n’en épuisent pas le bilan puisque les camps d’internement et d’extermination (plus de 250 000 prisonniers) continuent en Corée du Nord, avec expérimentations chimiques et biologiques, en vue d’une éventuelle attaque de leurs voisins du sud, sur des familles entières (sans parler de la sous-alimentation délibérée de la population).

D’où l’intérêt du travail de l’humanitaire américain David Hawk, qui publiera (y compris grâce à l’aide de photos satellite) un rapport sur ses recherches en 2001 (« The Hidden gulag ») et de l’entretien qu’il donnera trois ans plus tard au site canadien Cankor:

Extraits:

Various prison-labour camps were being translated as “management centers” and “enlightenment centers” or “re-education centers”. After hearing the brutal conditions, the extreme punishments, and the extremely high rates of deaths in detention, and virtually no component or aspect of “education” or “rehabilitation” or self-organization, I turned to my translator and asked, “Why are you calling this place an enlightenment center, since what is being described sounds to me more like a slave labour or even a death camp?” To which my translator responded, “Well that’s how the Korean word he is using is usually translated into English.”

The Rwandan genocide lasted three months. The Khmer Rouge genocide lasted three years and eight months. What is different about North Korea is the long-term institutionalization of the severe repression. The political penal labour colonies and prison-labour camps have been around for a very long time; perhaps going on now almost half a century, year-in and year-out. The long-term repression cannot really be compared to the political violence of civil wars and armed conflicts, or to the violent anarchy within “failed states.” And, of course, the phenomenon of repression in North Korea is not “genocide” as defined in international law, even though the “g” word is sometimes used — inaccurately, in my opinion. The DPRK State objective is to remove the presumed wrongdoers from society and use them as a source of slave labour. In other words, to work them half to death, but not kill them outright and immediately, as was the case for segments of the population in Cambodia and Rwanda. Except perhaps the kwan-li-so political penal labour colonies in North Korea, which are, in my opinion, clear and massive “crimes against humanity” as that concept is defined in Article VII of the [Rome] Statute of the International Criminal Tribunal.

First, I had not previously encountered, or even heard of, the “guilt-by-association” phenomenon, where up to two generations of family members are also imprisoned, usually for lifetime sentences at hard labour, for the presumed political offence of another family member. Subsequently, I read that this was also practiced by Korea under Yi dynasty feudalism and also historically in China under the rule of various emperors. But I had never encountered or heard of it before. Secondly, the ethnically motivated forced abortions and infanticide practiced against North Korean women (if they happen to be pregnant when they are forcibly repatriated from China), because they are suspected of bearing “half-Han” babies. This too is completely beyond the pale of the usual repressive practices around the world.

Fortunately, in the absence of on-site verification, we were able to obtain commercially available satellite photographs for selected prison camps, on which the former prisoners were able to provide very detailed identifications of their former residence areas and work sites, etc.

As a child, Kang Chul Hwan (whose story is told in “Aquariums of Pyongyang”) spent a decade in the kwan-li-so political penal labour colony at Yodok for the presumed political offence of his grandfather. When he saw the Yodok camp photos (The first time around we sent him photos of Yodok town, not the nearby prison camp!) he recognized many sites, including even the beehives he had tended as an imprisoned child labourer. He said, “That is where I grew up… I’m keeping this photograph.”

Putting human rights at the top of the engagement agenda would be unworkable. Of course, there are some human rights activists who seek regime change in North Korea. There are others who use the human rights issue as a stick to beat their ideological adversaries. Conversely, there are some South Korean engagement proponents who pine for the Marxism-Leninism and/or the Juche solipsism of the Kim feudal dynasty in the DPRK. This is normal. But 50 years of military standoff and extreme ideological confrontation between North and South Korea brought no improvement to the human rights situation in the DPRK. The ROK’s « sunshine » policy is barely 5 years old. Recall that it took 15 years for the Basket 3 provisions of the Helsinki accords to produce positive results behind the Iron Curtain.

Lire la suite »


Chine: Quand l’art conceptuel joue à la… Révolution! (Chinese extreme art: From one cultural revolution to another)

23 avril, 2006
Zhu_yu_1No religion forbids cannibalism. Nor can I find any law which prevents us from eating people. I took advantage of the space between morality and the law and based my work on it. Zhu Yu
It is worth trying to understand why China is producing the most outrageous, the darkest art, of anywhere in the world. Waldemar Januszczak (Times art critic)

Suite à notre page sur le tout prochain 40e anniversaire de la Révolution culturelle chinoise, intéressant article de la BBC d’il y a trois ans sur le « shock art » de nombre d’artistes conceptuels chinois contemporains.

Quand on voit la fascination d’artistes conceptuels pour la transgression à tout prix les amener à « jouer » (?) le cannibalisme dont on sait qu’il affecta la révolution dite « culturelle » des années 60, comment ne pas supposer en effet que des décennies de « révolution », ie. d’atrocités et d’horreurs révolutionnaires, (jusqu’ici impunies et même pas… reconnues !) n’aient pas laissé de traces sur la psyché de tout un peuple … ?

Et comment ne pas avoir quelque inquiétude pour l’avenir de la région et même de la planète tout entière quand ce peuple devrait bientôt atteindre la stature de superpuissance que semble déjà lui conférer de fait… son simple nombre ?

Baby-eating art show sparks upset
A controversial UK TV programme featuring a Chinese artist apparently eating a stillborn baby has received a number of complaints from viewers.
BBC NEWS
3 January, 2003

About 15 viewers called in to complain following the transmission on Thursday night, while 50 others had already contacted Channel 4 to register their disgust before it was even aired.

Conservative MP Ann Widdecombe was one of those who had condemned the Beijing Swings documentary, which featured extreme art in China, as « hideous » before it was shown.

An estimated 900,000 tuned in to see the documentary, which went out at 2300 GMT on Thursday. It was beaten in the ratings by the 1997 movie Beverly Hills Cop II, which attracted 3.4 million viewers.

Beijing Swings featured footage of a man drinking wine that had an amputated penis added to it, as part of an investigation into extreme practices in China.

Cannibalism

The documentary also included stills of artist Zhu Yu biting into the body of a stillborn baby.

A Channel 4 spokesman said that while it takes all comments and complaints seriously, it stands by its decision to broadcast the programme.

The artist, Zhu Yu, was quoted as saying: « No religion forbids cannibalism.

« Nor can I find any law which prevents us from eating people. I took advantage of the space between morality and the law and based my work on it. »

Mr Yu, who is a Christian, claims religion plays a major role in his work.

But before seeing the show, Ms Widdecombe said: « This programme sounds hideous. »

The documentary’s presenter, Sunday Times art critic Waldemar Januszczak, defended the documentary on BBC Radio 4’s Today programme.

‘Deluded’

While he did not defend Mr Yu’s practice, he said: « It is worth trying to understand why China is producing the most outrageous, the darkest art, of anywhere in the world. »

The Chinese embassy in London also reportedly also condemned the programme.

Mr Yu’s performance show, Eating People, was originally shown in 2000. It has been shown at the Third Shanghai Biennale in China.

Mr Yu’s work is part of a wave of extreme art that has swept contemporary Chinese artistic circles.

The ministry of culture cracked down on what it termed « shock art » after the country was announced as the host to hold the 2008 Olympics.


Désinformation: Bien avant Bové, Attac ou Meyssan, petite histoire du… premier faux anti-mondialisation!

22 avril, 2006

Protocols_of_zion_3Au moment où le parti du nouveau mufti de Jérusalem, le Hamas, est enfin arrivé à ses fins, petit retour sur le fascinant compte-rendu retrouvé dans un vieux numéro de l’Express de 1999 (merci Extrême-Centre !) de l’enquête d’un historien russe qui, grâce à l’ouverture des archives
soviétiques (1992), a finalement établi l’identité de l’auteur (bien
avant Enderlin !) de
la plus célèbre des falsifications du XXe siècle, à la base du mythe
antisémite du “complot juif mondial”, les fameux “Protocoles
des sages de Sion”.

Où l’on apprend qu’il s’agissait en fait du… premier faux anti-mondialisation ! L’auteur, le petit intrigant et faussaire russe Mathieu
Golovinski, était en effet employé dans les années 1890 par le chef
de la police politique russe à Paris pour influencer les journalistes
français dans leur traitement de la politique du tsar et produire de la
propagande contre-révolutionnaire à destination des élites politiques
françaises (on sait l’enjeu alors, pour la Russie, du soutien français
qui, sous forme notamment du fameux “emprunt russe”, vaudra à celle-ci
un tel redressement économique et industriel que
l’état-major allemand en sera inquiété au point, selon certains historiens, d’envisager dès 1914 une attaque préventive contre ladite Russie, l’attentat de Sarajevo fournissant le prétexte).

Le faux lui-même était donc en réalité destiné à l’origine à un seul
lecteur: le tsar, que le chef de Golovinski, membre du clan orthodoxe
ultra-réactionnaire, voulait convaincre qu’un complot judéo-maçonnique
se cachait derrière le courant libéral et réformateur et qu’il devait
notamment se débarrasser d’un de ses conseillers d’origine juive brillant chef
de file des modernisateurs au sein du gouvernement (et futurs ministre des finances et Premier ministre). Et ce en lui
apportant la “preuve” décisive de ce que la modernisation industrielle
et financière de la Russie était (remplacez “juif” par “américain” et…
on croirait entendre Bové, Attac ou les Guignols !) l’expression d’un
plan juif de domination du monde.

Golovinski reprendra en fait, presque mot à mot, un pamphlet français contre Napoléon III, à savoir le texte du Dialogue aux Enfers entre Machiavel et Montesquieu, publié à Bruxelles en 1864 par Maurice Joly, un avocat antibonapartiste qui voulait montrer que l’empereur et ses proches complotaient pour s’emparer de tous les pouvoirs de la société française, se contentant de remplacer « la France » par « le monde » et « Napoléon III » par « les juifs ».

La manoeuvre échoue mais c’est en fait le Times de Londres qui, le 8 mai 1920, lancera involontairement l’ouvrage dans le grand public, entre autres dans un éditorial intitulé « Le Péril juif, un pamphlet dérangeant”. Se rattrapant un an plus tard, en août 1921, en titrant « La fin des Protocoles » et en publiant la preuve du faux.

Mais, semble-t-il, le mal est fait et, édité en 1921 par Grasset puis traduit et repris par la presse d’Henry Ford aux Etats-Unis et enfin les Nazis, les Protocoles deviendront vite un grand succès de librairie.

Interdits après-guerre dans la plupart des pays européens, ils entameront enfin une brillante seconde carrière, suite à la création de l’Etat d’Israël. D’abord dans les pays musulmans après une première traduction en arabe au Caire en 1951 jusqu’à actuellement, notamment par l’intermédiaire des organes de propagande du FIS algérien ou du Hamas palestinien. Mais aussi dans beaucoup d’Etats ex-communistes ainsi qu’en Inde, au Japon ou en Amérique latine.

Ils sont derrière la Révolution Française, la Révolution Communiste et toutes les révolutions, les francs-maçons, les clubs Rotary, les Lions, la Première guerre mondiale, l’abolition du Califat islamique, la Déclaration de Balfour, la Ligue des Nations, la Seconde Guerre Mondiale, l’abolition de la Ligue des Nations, les Nations Unies et le Conseil de Sécurité et toutes les guerres Leur plan est contenu dans « Le Protocole des Sages de Sion ».

Charte du Hamas (articles 22 et 32)


Par sa structure — la révélation du secret des juifs par un texte confidentiel qui leur est prétendument attribué — le texte des Protocoles satisfait au besoin d’explication, en donnant un sens au mouvement indéchiffrable de l’Histoire, dont il simplifie la marche en désignant un ennemi unique. Il permet de légitimer, en les présentant comme de l’autodéfense préventive, toutes les actions contre un ennemi absolu, diabolique et mortel qui se dissimule sous des figures multiples: la démocratie, le libéralisme, le communisme, le capitalisme, la république, etc. Le succès et la longévité des Protocoles, fabriqués à l’origine pour des enjeux limités à la cour de Russie, tiennent paradoxalement au manque de précision du texte, qui peut facilement s’adapter à tous les contextes de crise, où le sens des événements est flottant, indéterminable. D’où ses permanentes réutilisations.

Pierre-André Taguieff

L’origine des Protocoles
des sages de Sion

« Les secrets d’une manipulation antisémite »

Éric Conan

L’Express du 16/11/1999

Les Protocoles des Sages de Sion, le célèbre faux fabriqué contre les juifs, ont été rédigés en France au début du siècle par un intrigant russe. L’auteur est enfin identifié. Les ravages, eux, continuent

C’est la plus célèbre — et la plus tragique — des falsifications du XXe siècle, à la base du mythe antisémite du « complot juif mondial ». Le texte des Protocoles des Sages de Sion vient de livrer son dernier mystère: un historien russe, Mikhail Lépekhine, a établi l’identité de son auteur, grâce aux archives soviétiques. Elle permet de comprendre pourquoi il a fallu attendre si longtemps pour connaître cet épilogue: le faussaire, Mathieu Golovinski, qui a effectué sa besogne à Paris, au début du siècle, pour le représentant en France de la police politique du tsar, était devenu, après la révolution russe de 1917, un notable bolchevique… La découverte de ce sinistre pied de nez historique permet de combler les dernières lacunes dans l’histoire d’une imposture qui, après avoir fait beaucoup de ravages en Europe, connaît un destin encore florissant dans beaucoup de régions du monde.

Historien de la littérature russe, Mikhail Lépekhine est l’un des meilleurs connaisseurs des « publicistes » de la fin du XIXe siècle, ces personnages à la fois écrivains, journalistes et essayistes politiques qui interviennent sous forme de libelles, d’articles et de livres dans les convulsions de la vie publique russe de l’époque. Sa spécialité: les années charnières du règne d’Alexandre III (1881-1894) et du début du règne de Nicolas II (1894-1902), période agitée qui précède les turbulences révolutionnaires. Ancien conservateur des archives de l’Institut de littérature russe et chercheur en histoire des imprimés de la bibliothèque de l’Académie des sciences de Russie à Saint-Pétersbourg, Mikhail Lépekhine étudie la vie et l’œuvre de tous ces individus, y compris ceux de deuxième et troisième ordre, pour la plupart réunis dans le monumental Dictionnaire biographique russe en 33 volumes, dont il dirige l’édition.

C’est en travaillant sur l’un de ces publicistes, Mathieu Golovinski, fils d’aristocrate, avocat radié pour détournement de fonds, journaliste à scandale et intriguant dans les milieux politiques russes de Saint-Pétersbourg et de Paris, qu’il a plongé dans l’histoire des Protocoles, qui, jusqu’alors, ne constituaient pas pour lui un sujet de préoccupation. Dépouillant tous les fonds documentaires concernant Golovinski, il a trouvé dans des archives françaises conservées à Moscou depuis quatre-vingts ans la trace de son rôle dans la fabrication du célèbre faux. Mikhail Lépekhine mesure vite l’importance de sa découverte en faisant le bilan des connaissances actuelles sur l’histoire des Protocoles, dont un chercheur français, Pïerre-André Taguieff, a récemment publié la synthèse la plus complète1. Il vient de trouver le chaînon manquant — l’identité du faussaire — au croisement de deux longues histoires: celle d’un petit arriviste dont ce « travail » ne fut qu’un bref moment de sa vie agitée et trouble et celle d’un faux infâme pour lequel Mathieu Golovinski ne fut qu’un exécutant technique.

Les Protocoles des Sages de Sion, parfois surtitrés Programme juif de conquête du monde, sont un texte connu sous deux versions proches, éditées en Russie, d’abord partiellement, en 1903, dans le journal Znamia, puis, dans une version complète, en 1905 et en 1906. Ils se présentent comme le compte rendu détaillé d’une vingtaine de réunions judéo-maçonniques secrètes au cours desquelles un « Sage de Sion » s’adresse aux chefs du peuple juif pour leur exposer un plan de domination de l’humanité. Leur objectif: devenir «maîtres du monde» après la destruction des monarchies et de la civilisation chrétienne. Ce plan machiavélique prévoit d’utiliser la violence, la ruse, les guerres, les révolutions, la modernisation industrielle et le capitalisme pour mettre à bas l’ordre existant, sur les ruines duquel s’installera le pouvoir juif.

Ce « document secret » est rapidement mis en doute par le comte Alexandre du Chayla, un aristocrate français converti à l’orthodoxie et qui luttera plus tard au sein de l’armée blanche contre les bolcheviques: il avait rencontré en 1909 le premier éditeur des Protocoles, Serge Nilus, pape du mysticisme russe, qui lui avait montré l’ « original ». Pas du tout convaincu, le comte racontera par la suite avoir eu l’impression de rencontrer un illuminé pour qui la question de l’authenticité du texte importait peu. « Admettons que les Protocoles soient faux, lui a déclaré Nilus. Mais est-ce que Dieu ne peut pas s’en servir pour découvrir l’iniquité de ce qui se prépare? Est-ce que Dieu, en considération de notre foi, ne peut pas transformer des os de chien en reliques miraculeuses? Il peut donc mettre dans une bouche de mensonge l’annonciation de la vérité! »

Les Protocoles sont en fait « lancés » dans le grand public par le Times de Londres du 8 mai 1920, dont un éditorial intitulé « Le Péril juif, un pamphlet dérangeant. Demande d’enquête» évoque ce « singulier petit livre », auquel il semble accorder du crédit. Le Times se rattrape un an plus tard, en août 1921, en titrant « La fin des Protocoles » et en publiant la preuve du faux. Le correspondant à Istanbul du quotidien britannique avait été contacté par un Russe blanc réfugié en Turquie qui, visiblement bien informé, lui avait révélé que le texte des Protocoles était le décalque d’un pamphlet français contre Napoléon III. Une vérification rapide avait prouvé la falsification: les Protocoles reprenaient effectivement le texte du Dialogue aux Enfers entre Machiavel et Montesquieu, publié à Bruxelles en 1864 par Maurice Joly, un avocat antibonapartiste qui voulait montrer que l’empereur et ses proches complotaient pour s’emparer de tous les pouvoirs de la société française. Utilisant ce texte oublié qui avait valu deux ans de prison à Maurice Joly, le faussaire des Protocoles avait remplacé « la France » par « le monde » et « Napoléon III » par « les juifs ». La supercherie, grossière, éclatait par simple comparaison ligne à ligne des deux textes. Le faux était dévoilé, mais le mystère de son origine demeurait. On savait simplement que le texte original était rédigé en français et l’on supposait qu’il avait pu être fabriqué au tout début du siècle, à Paris, dans les milieux de la police politique russe.

C’est dans les archives du Français Henri Bint, agent des services russes à Paris pendant trente-sept ans, que Mikhail Lépekhine a vérifié que Mathieu Golovinski était le mystérieux auteur du faux. Recevant en 1917 à Paris Serge Svatikov, l’envoyé du nouveau gouvernement russe de Kerenski chargé de démanteler les services secrets tsaristes et de « débriefer » — et parfois retourner — ses agents, Henri Bint lui explique que Mathieu Golovinski était l’auteur des Protocoles et que lui-même a notamment été chargé de la rémunération du faussaire. Le dernier ambassadeur du tsar, Basile Maklakov, étant parti avec les archives de l’ambassade, qu’il donnera en 1925 à la fondation américaine Hoover, Serge Svatikov achète à Henri Bint ses archives personnelles. Rompant ensuite avec les nouveaux dirigeants bolcheviques, Svatikov dépose les archives Bint à Prague, dans le fonds privé des « Archives russes à l’étranger ». En 1946, les Soviétiques mettent la main sur ce fonds qui rejoint à Moscou les archives d’Etat de la Fédération de Russie.

Une petite ruse de l’Histoire
Le secret de Golovinski est donc préservé jusqu’à l’effondrement du communisme et l’ouverture générale des archives, en 1992. Le faussaire antisémite étant en effet devenu « compagnon de route » des bolcheviques dès 1917, les Soviétiques n’ont eu aucune envie de révéler cette petite ruse de l’Histoire, qui semble encore gênante aujourd’hui, puisque la découverte de Mikhail Lépekhine, révélée en août dernier par Victor Loupan dans Le Figaro Magazine, n’a suscité aucun intérêt dans la grande presse française.

Grâce à sa connaissance détaillée de l’itinéraire de l’auteur des Protocoles, Mikhail Lépekhine peut aujourd’hui, au terme de cinq années de recherches, retracer complètement les circonstances et les objectifs de la fabrication de ce faux. Né le 6 mars 1865 à Ivachevka, dans la région de Simbirsk, Mathieu Golovinski est issu d’une famille aristocratique descendant d’un croisé, le comte Henri de Mons. Famille bien née, mais turbulente: « Le grand-oncle de Mathieu Golovinski fut condamné à vingt ans d’exil en Sibérie pour sa participation au complot antimonarchiste des décembristes et Basile, son père, proche de Dostoïevski, fut condamné à mort et gracié en même temps que l’écrivain, après un simulacre d’exécution », raconte Mikhail Lépekhine. Libéré après s’être engagé plusieurs années comme soldat dans la guerre du Caucase, Basile meurt dépressif en 1875, laissant le petit Mathieu Golovinski entre les mains de sa mère et d’une gouvernante française qui en fait un excellent francophone. Etudiant en droit désinvolte, mais habile et sans grands scrupules, Mathieu Golovinski semble très tôt doué pour l’intrigue. Le jeune arriviste parvient à entrer en contact avec le comte Vorontsov-Dahkov, proche du tsar et ministre à la cour: convaincu de la menace d’une conspiration, le comte a fondé, après l’assassinat d’Alexandre II, la Sainte-Fraternité, organisation secrète répondant à la terreur par la terreur et la manipulation. La Sainte-Fraternité fut en effet l’une des premières « forgeries » de faux documents, fabricant notamment de faux journaux révolutionnaires.

Nommé fonctionnaire à Saint-Pétersbourg, Mathieu Golovinski travaille dans les années 1890 pour Constantin Pobiedonostsev, procureur général du Saint-Synode et l’un des inspirateurs d’Alexandre III. Chrétien militant, le dignitaire orthodoxe a mis sur pied un programme d’évangélisation d’un peuple païen de la Volga, les Tchauvaches, en compagnie de l’oncle de Mathieu Golovinski et d’Ilya Oulianov, père du futur Lénine. « Constantin Pobiedonostsev est obsédé par l’invasion de l’appareil d’Etat par les juifs, qu’il juge “plus intelligents et plus doués” que les Russes », explique Mikhail Lépekhine. C’est par son intermédiaire que Mathieu Golovinski travaille pour le Département de la presse, officine chargée d’influencer les journaux en remettant à leurs directeurs des articles prêts à publier, voire en les obligeant à salarier certains de ses agents, qui, mi-mouchards, mi-journalistes, censurent de l’intérieur la presse et surveillent sa « ligne ». Le chef de ce Département de la presse, Michel Soloviev, antisémite fanatique, fait de Golovinski son « deuxième rédacteur ». « Golovinski a la plume très facile. Il est doué et assume pendant cinq ans cette fonction trouble avec aisance, en dilettante doué et en jouisseur », précise Mikhail Lépekhine, qui a lu nombre de ses textes de l’époque.

Cette agréable sinécure échappe brutalement à Mathieu Golovinski: Soloviev meurt et Pobiedonostsev n’a plus la même emprise sur le nouveau tsar, Nicolas II, qui paraît désireux d’instaurer un style différent. Les hommes de l’ombre changent et Golovinski se fait traiter publiquement de « mouchard » par Maxime Gorki. Il s’exile à Paris, ville qu’il fréquente depuis longtemps, et trouve le même type de « travail » auprès d’un ancien de la Sainte-Fraternité, Pierre Ratchkovski, qui dirige les services de la police politique russe en France. « Golovinski est notamment chargé d’influencer les journalistes français dans leur traitement de la politique du tsar. Il lui arrive ainsi d’écrire des articles qui passent dans de grands quotidiens parisiens sous la signature de journalistes français! » précise Mikhail Lépekhine. Toujours aussi actif, il complète ces activités en publiant en 1906, aux éditions Garnier, un dictionnaire anglais-russe plagié d’une édition russe, entreprend des études de médecine durant trois ans et connaît une vie aisée à Paris, grâce à une pension que continue à lui verser sa mère, tout en dissimulant cette hyperactivité sous les apparences tranquilles d’un banlieusard résidant à Bourg-la-Reine jusqu’en 1910.

Un intrigant au service des puissants
La propagande contre-révolutionnaire à destination des élites politiques françaises est l’une des activités principales de Ratchkovski, qui a créé à Paris une Ligue franco-russe: les relations entre les deux pays constituent alors un enjeu primordial et l’ancien de la Sainte-Fraternité conserve les obsessions du clan orthodoxe ultra-réactionnaire, qui veut convaincre le tsar qu’un complot judéo-maçonnique se cache derrière le courant libéral et réformateur. Or Nicolas II, moins perméable à cette thématique que ses prédécesseurs, se montre préoccupé par les critiques occidentales relatives à la politique russe de discrimination à l’égard des juifs. Ratchkovski a donc l’idée d’une manœuvre destinée à convaincre le tsar du bien-fondé des préventions antisémites. Sous l’influence d’Ivan Goremykine, ancien ministre de l’Intérieur en disgrâce, il veut notamment que le tsar se débarrasse du comte Sergueï Witte, chef de file des modernisateurs au sein du gouvernement. Il s’agit donc de produire une « preuve » décisive de ce que la modernisation industrielle et financière de la Russie est l’expression d’un plan juif de domination du monde.

D’où la commande de Ratchkovski à Golovinski d’un faux — un parmi tant d’autres, pour ce polygraphe doué — destiné à l’origine à un seul lecteur: le tsar. En effet, Ratchkovski semble avoir imaginé une habile manœuvre: sachant que le mystique Serge Nilus a des chances de devenir le nouveau confesseur du tsar, il pense faire remettre à Nicolas II son faux manuscrit antisémite par cet intermédiaire de confiance. Selon Mikhail Lépekhine, c’est donc à Paris, à la fin de 1900 ou en 1901, que Golovinski rédige les Protocoles en se servant du pamphlet de Maurice Joly contre Napoléon III. Mais le stratagème tombe à l’eau: Serge Nilus n’est pas nommé confesseur. Il conserve cependant le texte, qu’il publiera en 1905 en annexe de l’un de ses ouvrages, Le Grand dans le Petit. L’Antéchrist est une possibilité politique imminente, qui est remis au tsar et à la tsarine. Ce livre explique que, depuis la Révolution française, un processus apocalyptique s’est enclenché, qui risque de déboucher sur la venue de l’Antéchrist.

« La rédaction des Protocoles ne constitue qu’un moment dans l’existence de Golovinski, précise Mikhail Lépekhine. Je ne pense pas qu’il se soit rendu compte de la portée de son travail. Ainsi, lors de leur élaboration, il en parle et en lit des passages à une amie de sa mère, la princesse Catherine Radziwill. Réfugiée aux Etats-Unis, celle-ci est la seule, dans les années 20, à désigner, dans une revue juive, Golovinski comme l’auteur des Protocoles. Mais elle n’a pas de preuve et son témoignage, comportant beaucoup d’erreurs, n’est pas retenu. » Il en est de même lors d’un procès tenu à Berne, en 1934, à la demande de la Fédération des communautés juives de Suisse, qui voulaient établir la fausseté des Protocoles, alors diffusés par les nazis suisses: « Le nom de Golovinski est mentionné tant par Serge Svatikov que par le journaliste d’investigation Vladimir Bourtsev, tous deux témoins cités par les plaignants », ajoute Pierre-André Taguieff.

Mathieu Golovinski poursuit sa vie d’intrigant au service des puissants du jour qui veulent bien employer ses talents. De retour en Russie, il travaille ainsi pour Ivan Tcheglovitov, ministre de la Justice, puis pour Alexandre Protopopov, qui devient ministre de l’Intérieur en 1916. Il publie aussi, en 1914, un ouvrage de propagande, Le Livre noir des atrocités allemandes, signé « Dr Golovinski ». Car il se fait désormais passer pour médecin, sans avoir pourtant obtenu aucun diplôme après ses études parisiennes.

La « preuve » du « complot juif »
La chute du tsarisme ne saurait ébranler un si bon nageur en eau trouble. Il se retrouve dès 1917… député d’un soviet de Petrograd (Saint-Pétersbourg) : le Dr Golovinski est célébré par les révolutionnaires comme le premier des rares médecins russes à avoir approuvé le coup d’Etat bolchevique! La carrière de ce « médecin rouge » est, dès lors, fulgurante: membre du Commissariat du peuple à la santé et du Collège militaro-sanitaire, c’est un personnage influent du nouveau régime dans sa politique de santé. Il participe au lancement des pionniers (les membres d’une organisation d’embrigadement de la jeunesse), conseille Trotski pour la mise en place de l’enseignement militaire et fonde en 1918 l’Institut de culture physique, future pépinière de champions soviétiques, dont il prend la direction. Devenu notable, il ne profite pas longtemps de son nouveau pouvoir et meurt en 1920, au moment précis où ses Protocoles commencent à connaître un grand succès grâce à leurs traductions anglaise, française et allemande.

La Première Guerre mondiale, la révolution russe et le chaos en Allemagne semblent confirmer les prophéties du faux antisémite: l’histoire dramatique dans laquelle sont plongées l’Europe et la Russie ont un effet d’authentification de ce texte, dont un exemplaire est d’ailleurs trouvé dans la chambre de la tsarine après le massacre de la famille de Nicolas II — indice, pour certains Russes blancs antisémites, qu’il s’agit bien d’un crime « judéo-bolchevique »… La démonstration de la falsification apportée par le Times n’entame pas le crédit des Protocoles, qui ne cessent d’être présentés en Europe comme la « preuve » du « complot juif international », tout au long des années 30. Le faux fait l’objet de nombreuses éditions, qui ne se limitent plus aux organes antisémites. Ainsi, en France, c’est une maison d’édition reconnue, Grasset, qui les édite, dès 1921, avec de nombreuses réimpressions jusqu’en 1938. Aux Etats-Unis, c’est le constructeur automobile Henry Ford, qui, croyant à leur authenticité, les diffuse à travers sa presse.

La propagande nazie exploite et diffuse les Protocoles. En 1923, Alfred Rosenberg leur consacre une étude et, dans Mein Kampf (1925), Adolf Hitler écrit que « les Protocoles des Sages de Sion — que les juifs renient officiellement avec une telle violence — ont montré de façon incomparable combien toute l’existence de ce peuple repose sur un mensonge permanent », ajoutant que s’y trouve exposé clairement « ce que beaucoup de juifs peuvent exécuter inconsciemment ». Dès leur arrivée au pouvoir, en 1933, les responsables nazis confient à leur office de propagande la tâche de diffuser les Protocoles et de défendre la thèse de leur authenticité.

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, les Protocoles, désormais interdits dans la plupart des pays européens, entament une seconde carrière, consécutive à la création de l’Etat d’Israël. Une première édition en arabe paraît au Caire en 1951*. Suivie de nombreuses autres, dans toutes les langues, y compris en français, dans la plupart des pays musulmans. Les Protocoles servent alors à dénoncer un « complot sioniste ». « Selon cette réutilisation, si les fiers et valeureux Arabes ont pu être vaincus par les juifs lâches et fourbes, c’est en raison d’un complot international de forces occultes organisées par les sionistes », explique Pierre-André Taguieff. « Les Protocoles constituent un modèle réduit de la vision antijuive du monde la plus propre à la modernité, vision centrée sur le thème de la domination planétaire. La référence publique aux Protocoles est, par exemple, aujourd’hui présente dans les textes et les discours du FIS algérien et du Hamas palestinien », ajoute le chercheur, qui a établi la plus importante bibliographie des éditions récentes de ce faux insubmersible.

L’ennemi absolu, diabolique et mortel
Bibliographie qui ne cesse de s’enrichir et ne se limite pas aux pays arabes. Le texte reparaît publiquement dans beaucoup d’Etats ex-communistes — il est en vente libre à Moscou — et fait l’objet d’éditions récentes en Inde, au Japon ou en Amérique latine, avec une large diffusion. Loin d’être reclus dans d’obscures officines, comme c’est désormais le cas en Europe, il est, par exemple, en vente dans certains kiosques de Buenos Aires. Dans ces pays, la survie de ce texte n’a pas été affectée par la fin de la Seconde Guerre mondiale, tout comme la démonstration du plagiat qui le constitue n’avait pas empêché son utilisation contre le « judéo-bolchevisme ». C’est la force de ce « Nostradamus antisémite » que de transcender toute réfutation rationnelle. Pierre-André Taguieff y voit l’expression la plus efficace du « mythe politique moderne » du « juif dominateur »: « Par sa structure — la révélation du secret des juifs par un texte confidentiel qui leur est prétendument attribué — le texte des Protocoles satisfait au besoin d’explication, en donnant un sens au mouvement indéchiffrable de l’Histoire, dont il simplifie la marche en désignant un ennemi unique. Il permet de légitimer, en les présentant comme de l’autodéfense préventive, toutes les actions contre un ennemi absolu, diabolique et mortel qui se dissimule sous des figures multiples: la démocratie, le libéralisme, le communisme, le capitalisme, la république, etc. Le succès et la longévité des Protocoles, fabriqués à l’origine pour des enjeux limités à la cour de Russie, tiennent paradoxalement au manque de précision du texte, qui peut facilement s’adapter à tous les contextes de crise, où le sens des événements est flottant, indéterminable. D’où ses permanentes réutilisations. »

1. Les Protocoles des Sages de Sion, par Pierre-André Taguieff. Tome I : Un faux et ses usages dans le siècle (408 p.); tome II : Etudes et documents (816 p.). Berg International, 1992.

* [Note de PHDN] Les premières éditions en arabe des Protocoles datent du début des années vingt, et leur diffusion « joue un rôle décisif dans l’imprégnation antijuive des élites politiques et culturelles des pays arabes »; Pierre-André Taguieff, Les Protocoles des Sages de Sion, op. cit., tome I, p. 295. 1951 est la date de la première traduction due à des arabes musulmans (les précédentes traductions en arabes étaient dues à des arabes chrétiens). Voir Bernard Lewis, Sémites et antisémites, Presses Pocket, 1991, p. 258.


Hamas/Terrorisme: Le conquérant aime la paix (A conqueror is always a lover of peace)

22 avril, 2006

Thugocracy_1Très intéressantes recommandations d’une commission américaine concernant les conditions pour la reconnaissance politique du Hamas (voir ci-dessous).

Surtout que ce c’est exactement (toutes proportions gardées) ce qu’en d’autres temps on n’a pas fait avec le national-socialisme et… on a vu le résultat !

Comme le rappelle Thérèse Delpech dans son dernier livre (« L’Ensauvagement »), « les victoires militaires d’Hitler ont été précédées de six ans de victoires pacifiques », autrement dit de reculades de la part du reste du monde (ce qui rappelle la phrase de Clausewitz si appréciée de Staline: « le conquérant aime la paix; il entre volontiers tranquillement dans notre pays ») …

Mais, dans ce qui est aussi une lutte pour l’hégémonie régionale, ne devrait-on pas aussi inclure l’Iran dans l’équation ?

En tout cas, tous les ingrédients sont là: le mélange détonant de modernité technologique et d’arriération politique et sociale, la mystique communautaire à la fois ethnique et religieuse comme tentative de réponse à la crise de la tradition face à l’accélération inouîe de la mondialisation et… la formidable capacité de dénégation des pays les plus directement visés, à savoir… l’Europe !

Mais, sur un autre théâtre stratégique, n’est-ce pas la même attitude face à l’autre grand danger du moment: la Chine ?

On se rappelle du totalement irresponsable « faites ce que vous voulez de Taiwan » (tant que vous achetez allemand) du voyageur de commerce et notoire munichois Schroeder lors d’un énième voyage à Pékin en 2004 …

Pékin qui entre parenthèses « fête » cette année le début de la série d’atrocités sans nom (des élèves allaient jusqu’à dépecer vivants et… manger leurs profs!) que fut la révolution dite culturelle, et si consciencieusement célébrée un temps par nos propres « maos » …

Et à qui, contrairement à l’Allemagne ou au Japon, on a jamais demandé de comptes, ni pour ça ni pour les autres dizaines de millions de victimes – mais en a-t-on vraiment demandé à son frère jumeau soviétique … ?

La victoire par la participation politique : la nouvelle stratégie du Hamas et ses limites. Evaluation et recommandations politiques

Yigal Carmon*

Dans un briefing donné le 17 mars 2006 au Congrès américain sur la stratégie du Hamas après les élections palestiniennes, Yigal Carmon, président du MEMRI, a présenté la stratégie du Hamas et ses limites et a fait quelques recommandations politiques.

Le briefing a été sponsorisé par le sous-comité des relations internationales pour le terrorisme international et la non prolifération, dépendant de la Chambre des députés, et co-sponsorisé par les dirigeants du Comité : le président Ed Royce (Républicain, Californie), l’éminent membre Brad Sherman (Démocrate, Californie) et le représentant Steven Rothman (Démocrate, New Jersey). Ileana Ros-Lehtinin, présidente du sous-comité du Moyen-Orient et d’Asie centrale, et le membre éminent Gary Ackerman, ont aussi co-sponsorisé l’événement.

Voici un résumé de l’évaluation :

Estimation

Des trois menaces islamistes qui pèsent aujourd’hui sur les Etats-Unis – Al-Qaïda, l’Iran et les Frères musulmans -, Al-Qaïda et l’Iran ont choisi d’atteindre leurs objectifs par la confrontation tandis que les Frères musulmans ont opté pour la participation politique. Ce choix a été essentiellement motivé par la guerre mondiale contre le terrorisme, qui a poussé le Hamas (composante de l’organisation mère que sont les Frères musulmans) à comprendre que dans le monde de l’après 11 septembre, les organisations terroristes n’ont pas d’avenir, tandis que par la participation au jeu politique, elles pourraient toutefois atteindre certains de leurs grands objectifs.

La participation au jeu politique implique l’acceptation de certaines contraintes politiques, contraintes dont le Hamas n’avait pas eu à se préoccuper avant les élections législatives de janvier 2006, pas plus que les Frères musulmans avant les élections législatives d’Egypte de novembre-décembre 2005. Ce n’est qu’après la victoire du Hamas que des conditions ont été formulées à la participation du Hamas au jeu politique.

Les trois exigences actuelles posées au Hamas concernent Israël : la renonciation à la violence, la reconnaissance d’Israël et le respect des accords antérieurs.

Ces conditions sont inefficaces:

1) Elles ne peuvent être respectées que pour un temps limité et pour des raisons tactiques et en effet, le Hamas a entrepris de les respecter, puis a fait marche arrière.

2) En se focalisant sur Israël, on ignore le problème plus large de la participation au jeu politique des Frères musulmans, et des mouvements nationalistes laïques, dans l’ensemble des pays arabes et musulmans.

Le succès du Hamas, bien que limité aux territoires palestiniens, pose une menace aux intérêts américains dans la région. Si l’Occident se résigne à la victoire du Hamas, les Frères musulmans pourraient fort bien répéter ce succès en Egypte et en Jordanie. Abou Mazen et l’OLP se retrouveraient encore plus mis de côté, tandis que les régimes actuels en Jordanie et en Egypte pourraient se trouver sérieusement menacés. Voilà qui mettrait en danger la stabilité de tout le Moyen-Orient.

Le moment critique sera celui où le Hamas prendra le commandement des forces de sécurité palestiniennes. A ce stade, la crise sera beaucoup plus difficile à gérer et risquera de devenir incontrôlable. En effet, la stratégie déclarée du Hamas est de combiner participation politique et résistance, comme l’ont affirmé Mashaal, Haniya et Al-Zahar (”le fusil dans une main, la politique et l’autorité dans l’autre”). (1)

Le scénario souhaité est que, plutôt que de combiner participation au jeu politique et résistance, le Hamas poursuive sur la voie de la modération, à l’instar de l’OLP. Les actuelles avancées tactiques/temporaires du Hamas en ce sens, dans le but d’obtenir une reconnaissance mondiale de sa victoire, laissent espérer que cela est possible.

Cet espoir reste toutefois timide. Contrairement à l’OLP, organisation nationale distincte limitée à un peuple et à une terre, le Hamas est lié au mouvement régional, et même mondial, des Frères musulmans, qui bénéficient d’une structure islamique globale. En tant que tel, il est vraisemblable qu’il demeure fidèle à ses positions.

Recommandations

Les exigences américaines doivent donc se focaliser sur la transformation interne et idéologique du mouvement. Elles ne doivent pas se focaliser sur le Hamas, mais en priorité sur l’organisation mère : les Frères musulmans. (Les conditions qui suivent devraient également s’appliquer aux mouvements nationalistes laïques.)

Présenter les exigences suivantes comme des critères internationaux universels garantira le soutien de l’Union européenne et des Nations unies.

Afin d’encourager les Frères musulmans et ses ramifications à entreprendre des mesures pour se conformer aux critères politiques internationaux, la reconnaissance politique ne devrait être accordée qu’après que les conditions suivantes auront été remplies par le Hamas et les Frères musulmans et incluses à leurs programmes politiques officiels en vue des élections :

1) L’adhésion à la politique par l’exclusion de la violence et du recours à la force. De mouvement de résistance armé, le Hamas doit devenir un parti politique non armé. Cette exigence s’applique également au Fatah, censé suivre la même transformation avec le processus d’Oslo mais qui, jusqu’à ce jour, ne l’a pas fait. Une fois que le Fatah aura pris des mesures en ce sens, la pression sur le Hamas et les autres factions pour faire de même sera plus forte. Et si le Hamas n’obtempère pas, il ne bénéficiera pas de la reconnaissance internationale.

2) L’Adoption des valeurs démocratiques. Celle-ci se fait longuement attendre. Une telle adoption contrera l’érosion de la notion de démocratie qui, ces dernières années, en est arrivée à n’englober que l’idée d’élections libres.

L’ensemble des valeurs démocratiques devraient inclure : l’égalité de tous devant la loi, sans considérations de religion, d’appartenance ethnique ou de genre, et l’adoption officielle dans le programme politique des organisations concernées de toutes les libertés constitutionnelles, incarnées par les conventions internationalement acceptées, telles que la Déclaration des Droits de l’Homme, la charte des Nations Unies, les conventions des Nations Unies et les autres critères internationaux.

* Yigal Carmon est président du MEMRI

[1] Pour des déclarations d’Al-Zahar, voir Al-Qods (Jérusalem), le 15 février 2006 ; pour des déclarations de Haniya ; pour des déclarations de Mash’al ;
Pour d’autres extraits-vidéo de leaders du Hamas.


Chine: Quand la Révolution dévorait ses enfants (Back when the Revolution literally devoured its own children)

22 avril, 2006
GoyaScarlet_memorial_1Zhu_yiNo religion forbids cannibalism. Nor can I find any law which prevents us from eating people. I took advantage of the space between morality and the law and based my work on it. Zhu Yu *

L’Allemagne a eu son procès de Nuremberg, le Japon celui de Tokyo, à quand celui de… Pékin (et Moscou)?

Au moment où, après l’Europe indécrottablement munichoise, l’Amérique reçoit en grande pompe le « président » chinois et à deux semaines du 40e anniversaire du début de la révolution dite « culturelle » qui dix ans durant fera des millions de victimes, ne faudrait-il pas aussi se souvenir que, contrairement à l’Allemagne ou au Japon, il n’a jamais été demandé de comptes à la Chine pour le massacre de dizaines de millions de ses citoyens (mais en a-t-on réellement demandé à son frère jumeau soviétique?).

Surtout que lesdites atrocités ont, pendant ladite Révolution (tant célébrée un temps par nos propres « maos » !), atteint des sommets dans l’horreur, avec, on s’en souvient, de véritables actes de cannibalisme (révélés qu’en 93 par des dissidents chinois et dans le célèbre livre de Zheng Yi: Stèles rouges. Du totalitarisme au cannibalisme), des élèves allant jusqu’à dépecer vivant et dévorer leurs propres professeurs !

Lire la suite »


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 317 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :